Navigation – Plan du site
IV. Mines et métallurgies antiques

Mine et métallurgie du fer à haute altitude dans les Alpes du Sud-Ouest

Massifs du Mercantour et de l’Ubaye (Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, France)
“High altitude mining and iron metallurgy in the south-western Alps. Mercantour and Ubaye massifs (Alpes- Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, France)”
Denis Morin et Patrick Rosenthal
p. 257-277

Résumés

Les prospections réalisées dans les vallées et sur les cimes des Alpes du Sud-Ouest ont permis de compléter la carte minière et métallurgique des Alpes, confirmant l’existence de modèles d’exploitation établis en altitude. Les zones d’extraction et les ateliers de préparation mécanique sont disposés immédiatement au niveau de l’étage alpin entre 2700 et 2400 m d’altitude.

Les ateliers de réduction les plus élevés sont situés à une altitude comprise entre 2000 et 2155 m, autrement dit proches de la limite supérieure de la forêt actuelle. La plupart des ateliers de métallurgie correspondent à des emplacements spécifiques liés à leur approvisionnement en combustible et en minerai ; ils sont surtout installés dans des zones particulièrement ventilées. Les datations s’échelonnent entre le iie siècle avant J.-C. et le viie siècle après J.-C.

Haut de page

Dédicace

C’est avec grand plaisir que nous livrons cette étude à la lecture dans cet hommage à notre collègue Jean Marie Pailler qui a toujours soutenu et encouragé nos travaux lorsqu’il dirigeait l’Unité Toulousaine d’Archéologie et d’Histoire.
Les recherches que nous présentons ici couvrent une zone géographique large intégrant les vallées d’altitude et les crêtes du versant méridional du massif de l’Argentera - Mercantour et de Haute Ubaye. Pour une part, elles s’inscrivent dans les limites du Parc national du Mercantour, limitrophe des territoires italiens du Parco Naturale Alpi Marittime et constituent une synthèse des prospections menées depuis 2001.

Texte intégral

  • 1 Voir § 2- Prospection thématique.
  • 2 Domergue, 2008; Domergue et al., 2006; Mangin, 2004.

1Depuis l’édition aux xviiie et xixe siècles des rapports et monographies sur les ressources minérales des Alpes du Sud de Nicolis de Robilant (1786), Coquebert (1797a, 1797b), Fodéré (1822), Barelli (1835), Roux (1862), Caillaux (1875)1, les anciens sites d’extraction du fer des hautes Alpes méridionales françaises et les traces de métallurgie qui leur sont associées, n’avaient pas fait l’objet de recherches archéologiques approfondies comme en témoignent des publications et bilans synthétiques plus récents2.

2Les campagnes de prospections menées entre 2001 et 2010 dans le massif du Mercantour français (Alpes-Maritimes) et en Haute-Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence) dans le cadre de Projets collectifs de recherches sur les mines et la métallurgie apportent désormais des informations inédites sur la répartition et l’origine de la métallurgie du fer dans les Alpes du Sud-Ouest. Les prospections et les travaux archéométriques qui y sont associés tendent vers des objectifs communs :

  • mettre en place une base de données cartographique pour les sites miniers et sidérurgiques,

  • permettre de mieux comprendre la gestion des ressources minérales dans les parties les plus reculées de l’Arc Alpin de l’Age du Fer à l’époque médiévale : des zones jusqu’ici considérées comme des barrières naturelles limitant l’implantation humaine.

3Les résultats obtenus permettent de dresser un premier bilan chronologique sur l’activité minière et métallurgique d’altitude ; ils permettent de porter un nouveau regard sur l’exploitation de la haute montagne de l’Age du Fer jusqu’au Moyen Age et de dresser un premier bilan chronologique.

1. Prospection thématique

  • 3 Barelli, 1835; Caillaux, 1875; Coquebert, 1797a, 1797b; Fodéré, 1822; Mari et Mari, 1982; Nicolis d (...)

4Six campagnes de terrain ont été réalisées depuis 2001 parfois dans des conditions de progression difficiles pour évaluer le potentiel d’extraction et de production en fer de ces hautes vallées des Alpes sud-occidentales. Les grands axes de l’exploration ont été définis sur la base de la bibliographie minéralogique et minière3. Le travail de terrain a consisté en prospection au sol y compris sur les hautes cimes qui dominent les vallées glaciaires de ce massif (fig. 1).

5L’échantillonnage des charbons de bois indispensables à l’analyse anthracologique et aux datations radiocarbone a été réalisé lorsque les conditions d’affleurements naturels ou accidentels le permettaient. Les prélèvements ont été réalisés dans les coupes stratigraphiques révélées à la suite de l’érosion torrentielle au niveau des différentes zones de concentrations de scories ; ils ont été complétés grâce aux sondages archéologiques réalisés sur deux sites. Le protocole de prélèvement adopté a privilégié les datations par AMS, c’est-à-dire des datations extraites de charbons préalablement isolés en laboratoire.

  • 4 Bogdanoff, 1986, Faure-Muret, 1955.

6Quatre districts sidérurgiques ont été identifiés. Trois d’entre eux sont situés dans le massif du Mercantour, le plus méridional des massifs cristallins paléozoïques des Alpes externes4. Pour chacun d’eux un gîte minéralisé en oxydes de fer et plusieurs ateliers sidérurgiques associés ont été reconnus et localisés. Il s’agit des districts suivants :

  1. district de la Cime du Fer/Tortisse/Plateau de Morgon (commune de Saint-Etienne-de-Tinée) ;

  2. district de la Cime de Prals/La Guercha (commune d’Isola) ;

    • 5 Morin et al., 2007.

    district du Col de Ferrière/Millefonts/Margès/Mollières (commune de Valdeblore)5 ;

  3. district du hameau de Maurin et vallon de Mary (commune de Saint-Paul-sur-Ubaye). Plusieurs ateliers métallurgiques y ont été localisés. Cette zone se situe en haute vallée de l’Ubaye, dans la série mésozoïque formant le contact entre Zone piémontaise et Zone briançonnaise.

1. 1. Saint-Etienne-de-Tinée : district de la Cime du Fer/Tortisse/Plateau de Morgon

7Ce district est organisé sur l’axe du vallon de Tortisse. Le torrent s’écoule d’est en ouest de la Cime du Fer (2 700 m) jusqu’à sa confluence avec la Tinée (1 600 m) en passant sous le plateau de Morgon (fig. 2).

  • 6 Bogdanoff, 1986, Gidon, 1978, Gidon, et al., 1978.

8Au nord et au sud du vallon de Tortisse plusieurs filons métallifères on fait l’objet d’une exploitation ancienne pour le cuivre et le plomb (fig. 3). L’occurrence de la Cime du Fer (2580-2700 m) correspond à un stockwerk à quartz et hématite (Fe2O3) dans la formation paléozoïque des « Micaschistes de la Valletta ». La minéralisation en fer remplit un réseau filonien. Les micaschistes et l’amas ferrifère appartiennent à une écaille charriée vers le sud-ouest, sur le synclinal couché de cargneules et gypses du Trias moyen-supérieur des Aiguilles de Tortisse6 (fig. 3).

9Sous le versant sud-ouest de la Cime du Fer, les cargneules renferment des fragments centimétriques à décimétriques de micaschistes et d’hématite. Le plan de charriage, classiquement considéré comme favorable à la formation des brèches calcaréo-dolomitiques que sont les cargneules a pu également guider la minéralisation du stockwerk et des cargneules lors d’un épisode de déformation d’âge alpin. Toutefois, la présence de fragments de micaschistes emballés dans les cargneules au même titre que l’hématite s’expliquerait mieux, lors de la bréchification des cargneules, par une injection d’éléments allochtones (fragments d’hématite et de micaschistes) soustraits du stockwerk, à la semelle de l’écaille de la Cime du Fer. Dans ce cas la minéralisation du stockwerk des micaschistes de la Valletta précéderait la bréchification des cargneules à éléments d’hématite.

10Sur la face ouest de la cime du Fer, le stockwerk subit une érosion gravitaire active contribuant à l’accumulation à sa base d’un éboulis comprenant de nombreux fragments d’hématite. La brèche triasique à éléments de micaschistes et d’hématite forme au sud des Aiguilles de Tortisse un replat concave constituant un petit bassin fermé. La dissolution des gypses et carbonates par les eaux météoriques et de fonte a favorisé la concentration de fragments d’hématite parmi les résidus de décarbonatation.

11Ces deux phénomènes naturels ont joué un rôle primordial dans la préparation mécanique du minerai de fer, évitant aux exploitants saisonniers les difficiles opérations minières de traçage et de taille (à ciel ouvert ou souterraine), et réduisant ainsi le travail de tri et de concassage.

12En aval, d’anciennes charbonnières et les vestiges d’ateliers de réduction directe du minerai de fer ont été identifiés sur le Plateau de Morgon actuellement couvert de mélèzes. Cet ensemble sidérurgique est établi à une altitude comprise entre 2050 et 2070 m à une à deux heures de marche des minières de la Cime du Fer à proximité des ruines de bâtiments et d’un enclos en pierres sèches.

13Des fragments de scories et de parois de fours sont reconnaissables parmi les éboulis et les empilements de pierres, témoins d’une activité humaine agro-pastorale à cet endroit. Des morceaux millimétriques à centimétriques d’hématite sont visibles dans le talus du sentier au droit du ferrier Morgon F 01. Quatre datations radiocarbone pratiquées sur des charbons de bois associés aux scories du plateau de Morgon couvrent une période comprise entre 210 cal AD et 591 cal AD (2 sigma).

1. 2. Isola : district de la Cime de Prals/La Guercha

14Un filon d’hématite a été exploité à ciel ouvert à plus de 2 600 m d’altitude, entre les sommets de la Cime de Prals et de la Tête Rougnouse de la Guercha. En aval, dans le Vallon de la Guercha, trois ateliers sidérurgiques ont été découverts vers 1 600 m (fig. 4).

  • 7 Pierrot et al., 1974.

15La mine de la Cime de Prals (2 619 m) correspond exactement à la localisation de l’indice d’hématite de la Tête de la Guercha7. La mine peut être atteinte à partir du versant sud de la Guercha en remontant les vallons du Lausfer et celui d’une ancienne bergerie, puis en tirant vers l’est pour gravir finalement le versant de Saboulé jusqu’à la crête entre la Tête Rougnouse de la Guercha et la Cime de Prals (fig. 5). Il s’agit d’un petit gîte filonien recoupant les migmatites de la série de Rabuons composées principalement de gneiss oeillés et d’amphibolites.

16La minéralisation à gangue siliceuse renferme une hématite massive cristallisée sous forme de paillettes millimétriques associée à du quartz. Le filon a été dépilé à ciel ouvert dans sa partie sommitale, c’est-à-dire au niveau de la crête WNW-ESE qui relie la Tête Rougnouse de la Guercha et la Cime de Prals sa puissance mesurable varie entre 0,25 m et 1,10 m. Sa direction moyenne est N 35°E et son pendage est sub-vertical ou fortement incliné vers le NW. En surface le filon proprement dit peut être observé sur une longueur développée d’environ 20 m (fig. 6). L’éponte sud-est du filon, topographiée sur une longueur projetée de 17,20 m, est dégagée verticalement sur une hauteur variant de 1,2 m à 6,6 m. A son extrémité sud, elle montre une surface striée plaquée d’hématite. Les stries ont une direction N 35°E et un plongement de 05° vers le sud-ouest, témoignant du jeu décrochant de la faille sur laquelle le remplissage filonien s’est mis en place.

17L’éponte NW ne se suit que sur 10 m de long. Des blocs de gneiss dont un est plaqué d’hématite sont coincés dans l’étroiture du filon. Le fond du dépilage (fig. 7) est couvert de blocs et de cailloux dont certains sont constitués d’hématite (fig. 7, coupe C). La terminaison nord-est du filon dépilé débouche sur une tranchée naturelle, jonchée d’éboulis et de fragments de minerai, s’ouvrant sur une falaise de 150 m dominant le Vallon du Saboulé. Le prolongement nord du filon est donc inaccessible. Des blocs d’hématite conséquents jonchent le pied de la falaise vers 2 450 m d’altitude.

18Trois sites de réduction ont été localisés sur d’anciennes terrasses qui dominent les granges de Guercha Soubeïrane, en lisière de forêt. Il est difficile d’évaluer le potentiel archéologique et la superficie de ces sites qui semblent encore bien préservés. Les seuls vestiges remarquables sont des scories souvent massives que l’on peut recueillir dans les terriers ou les zones de piétinement des animaux domestiques.

19De manière générale, les concentrations métallurgiques sont proches du confluent des vallons de la Guercha et du Lausfer. Elles sont situées le long du principal chemin d’accès, sur les terrasses de la rive droite du vallon de la Guercha et s’échelonnent entre 1 470 m et 1 550 m d’altitude. Les concentrations en déchets métallurgiques sont relativement denses et variées. Les trois sites repérés comportent également des éléments calibrés d’hématite et de fortes concentrations en charbons de bois. Les ateliers sidérurgiques sont en liaison avec les terrasses anthropiques, la seule prospection de surface ne permet toutefois pas d’établir leur antériorité. Le plus élevé des ateliers (1 550 m) est adossé aux ruines d’une imposante construction en pierres sèche précédée d’un couloir. Contrairement aux vestiges découverts en Haute Ubaye, les ateliers de la Guercha ont été relativement bien protégés de l’érosion ce qui explique leur état de conservation. Il semble que la richesse en approvisionnement ait favorisé ici des rendements nettement plus importants. Les déchets de métallurgie comportent des scories écoulées, en plaques et des parois de four. Les scories sont généralement massives.

20Un sondage archéologique pratiqué en 2010 à partir d’une coupe réalisée au cours de travaux forestiers dans la piste qui relie Isola aux granges de la Guercha a permis de mettre au jour une structure subcirculaire (fosse) matérialisée par un dispositif de blocs de gneiss calibrés de forme polyédrique (US 003) dont certains sont rubéfiés. L’ensemble est disposé de manière linéaire sur un bloc de gneiss (US 004) et présente un comblement charbonneux dense (US 002) ; il s’appuie sur un reliquat construit de plusieurs blocs de gneiss disposés en avant du sondage.

21La présence d’éléments de construction de four localisés in situ à l’aplomb de la piste permet d’avancer l’hypothèse d’un espace associé à un atelier de réduction. Des scories de forge (culots) ont été ramassées à proximité de la confluence des deux vallons. Une première datation radiocarbone réalisée sur les charbons de bois du site métallurgique d’Isola-La Guercha F 02 situe l’activité sidérurgique au ve et début du vie siècle après J.-C. (cal. AD 399/cal. AD 539, 2 sigma).

1. 3. Valdeblore : district du Col Ferrière/Millefonts/Margès – Mollières

  • 8 Barelli, 1835, Casalis, 1853, Roux, 1862, Caillaux, 1875, Pierrot et al. 1974, Mari et Mari, 1982.

22Le gîte d’hématite du col Ferrière8 a alimenté des ateliers de réduction situés de part et d’autre du col, vers le sud, dans le vallon des Millefonts et vers le nord dans les vallons de Margès et de Mollières.

  • 9 Faure-Muret, 1955.

23La minéralisation est associée à un accident majeur du Mercantour : la bande mylonitisée de la Valletta-Mollières9. Elle passe au nord du vallon des Millefonts, au col Ferrière (fig. 8) et dans le vallon Margès. Il s’agit d’une bande de gneiss écrasés de direction moyenne NW-SE localement N-S au passage du col Ferrière, mettant en contact deux formations distinctes, au SW, le complexe de la Tinée, au NE, le complexe de Chastillon-Valmasque. Cet accident initialement hercynien assimilable aux phases sudète ou asturienne a sans-doute rejoué au cycle alpin, comme l’indiquent les lambeaux de Trias pris dans la bande mylonitisée à quelques kilomètres au nord du col Ferrière. La mylonite de la Valletta Mollières et les marges des deux unités qui l’encadrent sont affectées par une fracturation multi directionnelle avec des remplissages de fentes ou des enduits sur plans de friction composés d’hématite (Fe2O3). Les remplissages de fissures sont le plus souvent d’épaisseur modeste (de l’ordre du millimètre au centimètre), des fentes plus larges ou des navettes sur plans de friction peuvent localement atteindre plusieurs centimètres d’épaisseur.

24Au sud du Col Ferrière, le vallon des Millefonts s’étend, sur le territoire de la commune de Valdeblore (06), du col, à 2 484 m d’altitude, jusqu’au village de la Bolline, à 995 m d’altitude, en limite de la zone centrale du Parc National du Mercantour. Il a livré d’importants vestiges de métallurgie ancienne.

25Les prospections ont permis de repérer dans cette zone un district métallurgique traitant le minerai de fer du Col Ferrière et des montagnes limitrophes : Tête de la Tranche, Crête de la Tune. Le minerai était réduit dans des fourneaux dont les vestiges s’échelonnent de 2020 m à 1 200 m d’altitude en contrebas d’un verrou glaciaire localisé à hauteur des bergeries des Millefonts (fig. 9).

26Les vestiges métallurgiques consistent en accumulations de scories de réduction plus ou moins régulières mais fortement concentrées sur des épaisseurs observables comprises entre 10 et 50 cm. L’emplacement de plusieurs fours a pu être repéré à partir des prospections au sol. Il semble que certaines unités soient disposées en batterie (F 04). La localisation de ces ateliers coïncide avec la présence d’habitats ou d’enclos proches implantés sur des replats aménagés en terrasses.

27Un sondage archéologique réalisé à 2 020 m d’altitude sur la rive droite du vallon et à proximité de la bergerie des Millefonts a livré des scories et parois de four permettant de localiser les concentrations et l’emplacement présumé du four (F1).

28Un sentier, jalonné par places de résidus de minerais calibrés, reliait les sites d’extraction aux sites de réduction.

29Au nord du Col Ferrière, deux zones sidérurgiques ont été identifiées (fig. 10) :

  • dans le vallon Margès et sur ses flancs, à l’aval d’une importante moraine frontale constituée d’un chaos de blocs, le minerai était réduit dans des bas fourneaux dont les vestiges (Margès F 01 à F 07) ont été localisés entre 1 785 m et 2 085 m d’altitude. Ils sont situés sur les versants ou à quelques mètres du fond du thalweg. Un ferrier isolé et dominant de 200 m le fond de vallon a été repéré en rive droite du torrent de Margès sous la crête des Faegians à 2 145 m d’altitude. Le site est installé sur un replat herbeux qui domine la vallée.

  • dans le vallon de Mollières, à l’amont du village sur le versant NE du Clot Pichou, deux ferriers ont été découverts en rive droite du torrent de Mollières à 1 675 m et 1 670 m d’altitude directement sur versant. Certains fours ont vraisemblablement fonctionné en batterie, leur localisation coïncide comme pour Millefonts avec la présence d’habitats ou d’enclos matérialisés par des pierriers reflétant encore, pour certains, le plan des constructions. La plupart des sites sont localisés dans les thalwegs à peu de distance des cours d’eau. Les scories piégées ou coulées de forte densité recueillies présentent très souvent des teintes oxydées avec des cristallisations marquées.

30Après une première datation obtenue en 2001 sur le ferrier F02 de Millefonts indiquant le ive siècle apr. J.-C., des prélèvements pour datation 14C, ont été collectés systématiquement sur les sites sidérurgiques des trois zones repérés (Millefonts, Margès et Mollières).

31Les zones sidérurgiques de Margès et de Mollières sont symétriques à celle du vallon des Millefonts par rapport à la zone d’approvisionnement du col Ferrière.

32Le ferrier de Margès F 08 (2 145 m) est l’atelier de réduction du minerai de fer le plus élevé de ceux qui ont été reconnus dans le Mercantour. C’est aussi avec le site Millefonts F 03, celui dont les charbons de bois livrent la fourchette d’âge radiocarbone la plus ancienne de cette étude (160 cal. BC/50 cal. AD, 2 sigma). Les vestiges de bas fourneaux de Millefonts et de Marges présentent des durées d’occupation quasi identiques allant de 160 cal. BC à 520 cal. AD.

33Dans le vallon de Mollières, la métallurgie datée est plus récente. Les charbons de bois du ferrier de Mollières F01 donnent un âge médiéval précoce (440 cal. AD/660 cal. AD).

34L’ouverture de mines sur les crêtes a permis de développer une métallurgie adaptée aux conditions locales et tenant compte des approvisionnements en charbon de bois et peut être des apports non négligeables des vents nécessaires à la ventilation des ateliers.

1. 4. Saint-Paul-sur-Ubaye : district de Maurin/Vallon de Mary

35Le vallon de Mary est une combe monoclinale ouverte entre deux bandes de terrains siliceux résistants, l’anticlinal de Marinet et la bande du Roure, dans la bande de calcschistes beaucoup plus tendres de Ceillac-Chiappera. Le fond du thalweg suit d’assez près une dislocation majeure, la faille de Ceillac, injectée de gypses et cargneules, des roches particulièrement faciles à éroder par les torrents. Cette vallée glaciaire a une constitution dissymétrique car les calcschistes de la bande de Ceillac-Chiappera affleurent sur les pentes occidentales raides du vallon, tandis que le versant oriental, moins incliné, est formé par des terrains siliceux, principalement des quartzites triasiques et des terrains permiens. Ceux-ci appartiennent à l’unité du Roure, renversée vers l’est sur celle de Combe Brémond, l’une et l’autre affleurant selon la « bande siliceuse du Roure » qui court du nord-ouest vers le sud-est, depuis les pentes de rive droite de l’Ubaye jusqu’au revers oriental du Monte Boulliagna, en Italie, du côté sud-est.

36La structure de la rive gauche (occidentale) du vallon est plus complexe : elle est parcourue à flanc de versant par une cassure à rejet chevauchant vers l’est la « faille de la Barge », qui tranche vers le bas les couches de l’unité des Aiguilles de Marinet ou « aiguilles de Mary », redressées à la verticale au flanc oriental de l’anticlinal de Marinet.

37Les prospections ont été menées dans la vallée de l’Ubaye à partir du hameau de la Barge jusqu’au Plan de Parouart, puis en remontant le vallon de Mary sur sa rive droite. Ce dernier a été prospecté jusqu’à la hauteur des Lacs de Marinet et de la Bergerie Supérieure de Mary.

38Les principales difficultés de ce type de prospection résident dans le repérage des déchets métallurgiques notamment dans les zones à forte végétation en particulier dans les zones d’alpage et de résineux inférieures à 2 500 m. C’est en parcourant principalement les cours d’eau et les sentiers de montagne fréquentés par la faune sauvage et domestique qu’ont été identifiés la plupart des ateliers de métallurgie. Quelques sites ont été découverts à partir de prospections réalisées dans les éboulis de pente.

39De manière générale, les sites retrouvés s’échelonnent entre 1 880 m (M02) à 2 175 m (M08a) d’altitude ; ils se situent à proximité de voies de circulation encore en usage sentier muletiers ou sentes liés au pastoralisme. Les indices au sol sont constitués par des concentrations de scories et de charbons de bois. À l’exception de deux ferriers (M01et M07) découverts dans la vallée de l’Ubaye, aucun relief particulier n’indique la présence de ces sites métallurgiques. Malgré les recherches réalisées hors sentier sur les versants et dans les zones herbeuses, aucun autre indice particulier n’a pu être identifié.

40Dans certains cas, la présence de bas fourneaux est attestée par des concentrations de parois de four, c’est le cas des structures M01, M02, M06, M13. Ailleurs, la dispersion des vestiges ne permet pas de localiser avec précision l’emplacement présumé de ces structures (fig. 11).

41Les vestiges sont relativement concentrés du point de vue de leur superficie, du moins lorsqu’il est possible d’en cerner les limites. Leur extension ne dépasse pas une dizaine de mètres carrés.

42La plupart des sites ont livré des fragments de minerai de fer : goethite essentiellement. Le site M06, recoupé par le sentier et menacé d’érosion, est associé en contrebas à une zone de tri et de concassage marquée au sol par des concentrations de minerais calibrés.

43Les recherches qui ont été menées en aval de ce site, qui est le plus élevé en altitude de la zone, n’ont pas permis d’identifier avec certitude la présence de sites d’extraction potentiels. Des indices de goethite ont été retrouvés autour des lacs supérieurs de Marinet vers 2 700 m d’altitude. Pour autant, les échantillons ne correspondent pas à ceux qui ont été retrouvés sur les sites. Les prospections devront se poursuivre en direction du col de Mary (2 641 m) en tenant compte toutefois du contexte géologique et des distances de marche. Pour autant, la plupart des gisements de minerais utilisés en métallurgie proviennent de sites relativement proches situés à quelques heures seulement des premiers ateliers de transformation : c’est le cas à Saint-Etienne-de-Tinée, Isola ou encore au Valdeblore. Sauf exception, les fours de Mary ne devraient pas déroger à ce modèle.

44Les scories de M 08 sont situées à une altitude de 2 175 m ; il s’agit avec Margès F 08, de l’un des sites de réduction directe les plus élevés en altitude connus en Europe occidentale.

45Seuls deux datations 14C sur le charbon de bois associés aux scories sont actuellement connues. Pour le site M01, l’âge varie entre 424 et 616 AD cal. AD. Pour M14, l’âge est compris entre 662 et 832 cal. AD : il s’agit du site le plus récent de cette étude.

2. Organisation rationnelle, forêt et métallurgie

46Les prospections réalisées dans les vallées et sur les cimes des Alpes du Sud-Est ont permis de compléter la carte minière et métallurgique des Alpes, confirmant l’existence de modèles d’exploitation établis en altitude. Ces découvertes montrent que les activités minières et métallurgiques se sont développées à différents niveaux d’altitude de la vallée, quelles que soient les contraintes pour y installer les ateliers de réduction.

47Les trois districts miniers et sidérurgiques du massif du Mercantour présentent une tendance similaire d’organisation. Les zones d’extraction et les ateliers de préparation mécanique sont disposés immédiatement au niveau de l’étage alpin entre 2 700 et 2 400 m d’altitude.

48Les minerais triés et calibrés étaient transportés en aval. Les ateliers de réduction les plus élevés sont situés à une altitude comprise entre 2 000 et 2 155 m, autrement dit proches de la limite supérieure de la forêt actuelle ; les autres ateliers se situent principalement dans l’étage subalpin et plus bas dans la vallée, ils coïncident avec les premières concentrations d’habitats pérennes.

49Dans la Haute Ubaye, les observations montrent que certains ateliers de réduction du Vallon de Mary se situent à une altitude pouvant atteindre 2 175 m, là où la forêt de conifères (mélèze) est encore présente actuellement (fig. 12).

50La plupart des ateliers de métallurgie correspondent à des emplacements spécifiques liés à leur approvisionnement en combustible et en minerai : tous sont localisés à proximité de sentiers ou de pistes ; ils sont surtout installés dans des zones particulièrement ventilées : couloirs resserrés entre deux versants, zone de confluence de plusieurs vallons. Les facteurs géomorphologiques et les contraintes aérologiques semblent donc conditionner la répartition des différents sites.

51Du point de vue des approvisionnements en minerai, la haute montagne et les distances ne semblent pas avoir découragé ces premiers mineurs : plus de 1 000 mètres de dénivelée séparent les sources d’approvisionnement des fourneaux de réduction à Isola.

52Quatre catégories principales de déchets métallurgiques ont été observées sur les sites :

  1. Des scories de faciès coulé qui se sont accumulées à l’extérieur du fourneau. Elles comportent des scories coulées en plaque. Ce sont des scories planes parfois massives et très épaisses ; la face supérieure est à coulures en longs cordons plus ou moins superposés ; la face intérieure ridée et plus ou moins rugueuse avec quelques nodules de terre cuite collés ; peu oxydées ; à structure interne compacte et bulleuse.
    Les scories coulées en canal sont beaucoup plus longues que larges à section transversale plano-convexe à demi cylindrique ; la surface supérieure est à coulures en longs cordons subparallèles ; la surface intérieure est ridée et plus ou moins rugueuse avec nombreux nodules de terre cuite collés. Il existe aussi des scories de petit gabarit sous forme de cordons coulés plus ou moins sinueux, soit unitaire, soit multiple, dans un même plan ou enchevêtrés (accumulation de cordons) ; la surface inférieure est ridée ; la surface supérieure des cordons est lisse ou plissée ; la structure interne est compacte à la base et assez bulleuse au centre et à la partie supérieure, voire très bulleuse dans la masse.

  2. Des scories piégées. Ce sont des scories qui se sont trouvées piégées à l’intérieur de la cuve du fourneau et qui en épousent la forme. Ces scories sont denses généralement massives, non coulées, à formes de galettes plano-convexes et à surfaces rugueuses, crevassées et plus ou moins fortement déchiquetées ; les surfaces peuvent être fortement oxydées et conserver des reliquats de charbons de bois ; les zones peu ou pas oxydées peuvent conserver des empreintes moulées en négatif de ces mêmes charbons ; des résidus de terre cuite peuvent être emprisonnés à la surface ; la structure interne est compacte plus ou moins parsemée de bulles ; ces scories peuvent contenir parfois des nodules de fer - métal.

  3. Des vestiges liés à la maçonnerie propre des fours :
    Il s’agit de fragments de parois aux surfaces en partie vitrifiées ou en résidus. Les parois scorifiées sont les témoins d’une cuisson en milieu réducteur où l’influence de l’oxygène est faible. Les échantillons présentent une face interne, celle qui est au contact du feu, scorifiée, plus ou moins vitrifiée et une face externe en réfractaire. Des fragments de blocs ou blocs de roche rubéfiés et/ou recouvert en partie de coulées scorifiées ont été découverts sur les différents ferriers.

  4. Des culots de forge
    Plusieurs culots de forges ont été découverts à proximité du site Isola F 02. Cette découverte tendrait à accréditer le fait que certaines opérations métallurgiques comme l’épuration s’effectuait directement à la sortie des fours.

Conclusion

53Les prospections réalisées en Ubaye et dans le Mercantour apportent des informations originales sur l’activité minière et sidérurgique à haute altitude. Dans le Mercantour, cette activité s’échelonne entre les iie siècle avant J.-C. et le viie siècle après J.-C. Les mines et les dépôts des scories du Valdeblore constituent ainsi l’une des zones de métallurgie du fer parmi les plus élevées en altitude avec celle de Margès, représentée par les vestiges identifiés du four F08 localisés à 2 145 m d’altitude, datés de l’Âge du fer. Les gisements du Mercantour sont situés sur les crêtes entre 2 400 et 2 600 m d’altitude. Les ateliers sidérurgiques s’étagent au plus près des ressources minières, entre 1 600 et 2 175 m en fonction des contraintes d’approvisionnement en combustible et des exigences de ventilation.

54Dans l’attente de données complémentaires sur la haute Ubaye qui abrite le site de réduction du minerai de fer le plus élevé en altitude (2 175 m), cette étude de terrain fondée sur l’exploration, établit une première approche chronologique de l’activité minière et métallurgique développée en haute montagne au plus près de gisements de minerais exploités sur les crêtes.

  • 10 Dubois, 1997.
  • 11 Cech, 2008, Holzer et Pirkl, 1976.
  • 12 Epprecht, 1957, Schlaepfer, 1960, Epprecht, 1957.

55De manière générale, cette sidérurgie d’altitude n’est pas isolée. Elle a été décrite dans différents massifs d’Europe Occidentale : dans les Pyrénées10, dans les Alpes autrichiennes11 et dans les Alpes suisses12. Elle n’a pourtant, semble-t-il, pas encore donné lieu à une étude exhaustive des techniques métallurgiques. Depuis 2001, date qui marque le début des opérations engagées dans les Alpes du Sud-Est, les découvertes de vestiges d’extraction et de réduction ont livré des informations inédites dans la gestion des ressources minérales d’altitude. Ces découvertes soulèvent plusieurs interrogations notamment sur la destination des produits et le statut des peuplades employées à la collecte des minerais et aux opérations de réduction. Les opérations de fouilles projetées sur des sites sélectionnés à partir de cette étude devraient fournir des informations sur les techniques mises en œuvre mais aussi préciser l’occupation de ces territoires montagneux entre la fin de la Protohistoire et le Haut Moyen Age.

Haut de page

Bibliographie

Barelli, V., 1835, Cenni di statistica mineralogica degli stati di S.M. Il Re di Sardegna ovvero catalogo ragionato formatasi presso l’Azienda generale dell’Interno, Turin.

Bogdanoff, S., 1986, Evolution de la partie occidentale du massif cristallin externe de l’Argentera. Place dans l’arc alpin, Géologie de la France, n° 4, 1986, p. 433-453.

Caillaux, A., 1875, Tableau général et description des gîtes métalliques et des combustibles minéraux de la France, Paris, Libr. Polytechnique.

Casalis, G., 1853, Dizionario geografico storico-statistico-commerciale degli stati di S.M. il re di Sardegna, Turin, Maspero & Marzorati, v. 23.

Cech, B., 2008, Die Produktion von Ferrum Noricum am Hüttenberger Erzberg. Die Ergebnisse der interdisziplinären Forschungen auf der Fundstelle Semlach/Eisner in den Jahren 2003-2005, Austria Antiqua 2, (2008).

Coquebert, C., 1797a, Suite du Tableau des mines et usines de la France par ordre de départemens. Département des Alpes (Basses), Journal des Mines, Paris, n° 32, floréal an 5, p. 619-650.

Coquebert, C., 1797b, Suite du Tableau des Mines et Usines de France, par ordre de départemens. Département des Alpes-Maritimes, Journal des Mines, n° 37, vendémiaire an 6, p. 27-34.

Domergue, C., 2008, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris, Picard.

Domergue, C., Serneels, V., Cauuet, B., Pailler, J.-M. et Orzechowski, S., 2006, Mines et métallurgie en Gaule à la fin de l’âge du Fer et à l’époque romaine, dans D. Paunier (dir.), Celtes et Gaulois face à l’Histoire, 5 : la romanisation et la question de l’héritage celtique. Actes Table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005, Bibracte, Centre archéologique européen, v.12/5, p. 131-162.

Dubois, C., 1997, Le site sidérurgique de Lercoul (Ariège). Pallas, 46, p. 265-268.

Epprecht, W., 1957, Unbekannte schweizerische Eisenerzgruben sowie Inventar und Karte aller Eisen- und Manganerz-Vorkommen der Schweiz, Schweizerische mineralogische und petrographische Mitteilungen, v. 37, p. 217-246.

Faure-Muret, A., 1955, Étude géologique sur le massif de l’Argentera-Mercantour et ses enveloppes sédimentaires, Mémoire Service Carte Géologique de France, 1955

Gidon, M., 1978, Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Larche (896), Orléans, BRGM.

Gidon, M., Durozoy, G., Féraud, J. et Vernet, J., 1978, Notice explicative, Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Larche (896), Orléans, BRGM.

Fodéré, E., 1821, Voyage aux Alpes Maritimes ou Histoire naturelle, agraire, civile et médicale, du Comté de Nice et pays limitrophes, Paris, Levrault, tome 1.

Holzer, H. F. et Pirkl, H. R., 1976, The iron ores deposits in the Republic of Austria, dans A. Zitzmann, 1976, The iron ore deposits of Europe, Hannovre [1977], v. 1.

Mangin, M., 2004, Le fer, Errance, Paris.

Mari, D. et Mari, G., 1982, Mines et minéraux des Alpes-Maritimes, édit. Serres, Nice.

Morin, D., Rosenthal, P. et Fontugne, M., 2007, Roman-early medieval iron mining and smelting at high altitude in the Alps (Argentera-Mercantour massif - Alpes-Maritimes, France), Antiquity, 81, n° 313, Project gallery.

Nicolis de Robilant, E. B., 1786, Essai géographique suivi d’une topographie souterraine, minéralogique et d’une docimasie des Etats de S. M. en terre ferme, Mémoires de l’Académie royale, Turin, années 1784-85, p. 191-304.

Pagès, G. et Delhon, C., 2011, Valdeblore – Le Clouté, Bilan scientifique 2010, Direction régionale des affaires culturelles/Service régional de l’archéologie Provence-Alpes-Côte d’Azur, p. 86-87.

Pierrot, R., Picot, P., Féraud, J. et Vernet, J., 1974, Inventaire minéralogique de la France. Alpes-Maritimes, 4, BRGM, Orléans.

Romanville, P., 1896, Mémoire sur des mines de cuivre, de plomb argentifère, de blende et de fer existant dans le département des Alpes-Maritimes ou sur la frontière d’Italie, et qui ont fait l’objet d’une convention entre M. Verhoven et M. Pastoret…, Nice, J. Ventre et Cie.

Rosenthal, P. et Morin, D., 2010, Roman and medieval iron mining and smelting at high altitudes in the south-western Alps : Mercantour and Ubaye Mountains (Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, France), Proceedings for the 1st mining in european History-Conference, Innsbruck (12-15/11/2009), Innsbruck, University press, p. 109-114.

Roux, J., 1862, Statistique des Alpes-Maritimes, Nice, Cauvin, 2 vol. 

Schaepfer, D., 1960, Der Bergbau am Ofenpass (Pass dal Fuorn), Ergebnisse der wissenschaftlichen Untersuchungen des schweizerischen Nationalparks, (n.F.) Bd 7, n° 43.

Sumera, F. et Geist, H., 2010, Exploitation de la haute montagne du Mercantour et impact sur l’environnement depuis l’âge du Fer. Étude de cas : l’exemple du vallon de Millefonts, commune de Valdeblore (Alpes-Maritimes), dans S. Tzortzis, X. Delestre et J. Greck (éd.), 2010, Archéologie de la montagne européenne, Actes de la table ronde internationale de Gap, 2008, Errance, Centre Camille Jullian BiAMA, 4, p. 44-55.

Haut de page

Annexe

Fig. 1.

Fig. 1.

Mines et métallurgie du fer dans le Mercantour et en Haute Ubaye : Zones de prospection. Verany, J.-B., 2001, Géologie des Alpes maritimes et de l’ancien comté de Nice (notes de 1827), Annales du Museum d’Histoire naturelle de Nice, t. 16, p. 21-35.

Fig. 2.

Fig. 2.

District de la Cime du Fer/Tortisse/Plateau de Morgon : localisation des sites miniers et métallurgiques (fond topographique IGN).

Fig. 3.

Fig. 3.

L’amas filonien à hématite de la Cime du Fer : contexte géologique (Coupe géologique NE-SW, d’après Bogdanoff 1986, modifié).

Fig. 4.

Fig. 4.

District de la Cime de Prals/La Guercha : localisation des sites miniers et métallurgiques (fond topographique IGN).

Fig. 5.

Fig. 5.

Isola. Le filon d’hématite de la Cime de Prals : contexte géologique (Coupe géologique NE-SW, d’après Faure-Muret 1955, modifié).

Fig. 6.

Fig. 6.

Isola. Mine de fer de la Cime de Prals (2 619 m) : Vue au SE en direction de la cime de Prals. Derrière le personnage, perpendiculairement à la ligne de crête, apparaît le filon évidé. Au fond de la vallée, on distingue la clairière de la Guercha Soubeirane (1470-1550 m) où sont situés les vestiges des ateliers sidérurgiques.

Fig. 7.

Fig. 7.

Isola. Mine de fer de la Cime de Prals (2 619 m). Coupes et plan du dépilage à ciel ouvert du filon d’hématite.

Fig. 8.

Fig. 8.

Les minéralisations en hématite du Col Ferrière : contexte géologique. (Coupes géologiques SSW- NNE).

Fig. 9.

Fig. 9.

District sidérurgique du Col Ferrière/Millefonts/Margès – Mollières : localisation des sites miniers et de la zone métallurgique du vallon des Millefonts (fond topographique IGN).

Fig. 10.

Fig. 10.

District sidérurgique du Col Ferrière/Millefonts/Margès – Mollières : localisation des sites miniers et des zones métallurgiques des vallons Margès et de Mollières (fond topographique IGN). métallurgiques (fond topographique IGN).

Fig. 11.

Fig. 11.

Saint-Paul-sur-Ubaye/Vallée de l’Ubaye et Vallon de Mary, Carte de répartition des vestiges miniers et métallurgiques (fond topographique IGN).

Fig. 12.

Fig. 12.

Synthèse des données d’altitude et des âges radiocarbone des différents districts miniers et sidérurgiques des massifs du Mercantour et de Haute Ubaye (datations radiocarbone par M. Fontugne, LSCE - CEA-CNRS-UVSQ F-91198 Gif-sur-Yvette).

Haut de page

Notes

1 Voir § 2- Prospection thématique.

2 Domergue, 2008; Domergue et al., 2006; Mangin, 2004.

3 Barelli, 1835; Caillaux, 1875; Coquebert, 1797a, 1797b; Fodéré, 1822; Mari et Mari, 1982; Nicolis de Robilant, 1786; Pierrot et al., 1974; Romanille, 1896; Roux, 1862; Vérany, 2001.

4 Bogdanoff, 1986, Faure-Muret, 1955.

5 Morin et al., 2007.

6 Bogdanoff, 1986, Gidon, 1978, Gidon, et al., 1978.

7 Pierrot et al., 1974.

8 Barelli, 1835, Casalis, 1853, Roux, 1862, Caillaux, 1875, Pierrot et al. 1974, Mari et Mari, 1982.

9 Faure-Muret, 1955.

10 Dubois, 1997.

11 Cech, 2008, Holzer et Pirkl, 1976.

12 Epprecht, 1957, Schlaepfer, 1960, Epprecht, 1957.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Mines et métallurgie du fer dans le Mercantour et en Haute Ubaye : Zones de prospection. Verany, J.-B., 2001, Géologie des Alpes maritimes et de l’ancien comté de Nice (notes de 1827), Annales du Museum d’Histoire naturelle de Nice, t. 16, p. 21-35.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-1.png
Fichier image/png, 141k
Titre Fig. 2.
Légende District de la Cime du Fer/Tortisse/Plateau de Morgon : localisation des sites miniers et métallurgiques (fond topographique IGN).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-2.png
Fichier image/png, 247k
Titre Fig. 3.
Légende L’amas filonien à hématite de la Cime du Fer : contexte géologique (Coupe géologique NE-SW, d’après Bogdanoff 1986, modifié).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Fig. 4.
Légende District de la Cime de Prals/La Guercha : localisation des sites miniers et métallurgiques (fond topographique IGN).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-4.png
Fichier image/png, 222k
Titre Fig. 5.
Légende Isola. Le filon d’hématite de la Cime de Prals : contexte géologique (Coupe géologique NE-SW, d’après Faure-Muret 1955, modifié).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-5.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 6.
Légende Isola. Mine de fer de la Cime de Prals (2 619 m) : Vue au SE en direction de la cime de Prals. Derrière le personnage, perpendiculairement à la ligne de crête, apparaît le filon évidé. Au fond de la vallée, on distingue la clairière de la Guercha Soubeirane (1470-1550 m) où sont situés les vestiges des ateliers sidérurgiques.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-6.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 7.
Légende Isola. Mine de fer de la Cime de Prals (2 619 m). Coupes et plan du dépilage à ciel ouvert du filon d’hématite.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-7.png
Fichier image/png, 141k
Titre Fig. 8.
Légende Les minéralisations en hématite du Col Ferrière : contexte géologique. (Coupes géologiques SSW- NNE).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-8.png
Fichier image/png, 37k
Titre Fig. 9.
Légende District sidérurgique du Col Ferrière/Millefonts/Margès – Mollières : localisation des sites miniers et de la zone métallurgique du vallon des Millefonts (fond topographique IGN).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-9.png
Fichier image/png, 301k
Titre Fig. 10.
Légende District sidérurgique du Col Ferrière/Millefonts/Margès – Mollières : localisation des sites miniers et des zones métallurgiques des vallons Margès et de Mollières (fond topographique IGN). métallurgiques (fond topographique IGN).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-10.png
Fichier image/png, 266k
Titre Fig. 11.
Légende Saint-Paul-sur-Ubaye/Vallée de l’Ubaye et Vallon de Mary, Carte de répartition des vestiges miniers et métallurgiques (fond topographique IGN).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-11.png
Fichier image/png, 280k
Titre Fig. 12.
Légende Synthèse des données d’altitude et des âges radiocarbone des différents districts miniers et sidérurgiques des massifs du Mercantour et de Haute Ubaye (datations radiocarbone par M. Fontugne, LSCE - CEA-CNRS-UVSQ F-91198 Gif-sur-Yvette).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1005/img-12.png
Fichier image/png, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Morin et Patrick Rosenthal, « Mine et métallurgie du fer à haute altitude dans les Alpes du Sud-Ouest », Pallas, 90 | 2013, 257-277.

Référence électronique

Denis Morin et Patrick Rosenthal, « Mine et métallurgie du fer à haute altitude dans les Alpes du Sud-Ouest », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/1005 ; DOI : 10.4000/pallas.1005

Haut de page

Auteurs

Denis Morin

Maître de Conférences HDR
Université de Lorraine
TRACES UMR 5608
denis.morin@univ-lorraine.fr

Patrick Rosenthal

Maître de conférences
Université de Franche-Comté
UMR CNRS 6249 Chrono-Environnement
patrick.rosenthal@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org