Navigation – Plan du site
V. Varia

La servante dans le monde romain : une figure oubliée

“The maid servant in the Roman world : a neglected figure”
Sophie Mano
p. 311-334

Résumés

Les études mentionnant les activités des femmes dans le monde romain existent, elles sont même nombreuses et détaillées. Cependant, elles ne font référence qu’à différentes spécialités, même lorsqu’il n’est question que de la domesticité. La simple servante, esclave « sans qualification » et « sans spécialisation » est pourtant très présente dans les sources de différentes natures (textes juridiques, épigraphiques, littéraires) ; elle demeure pourtant une figure oubliée. Il est vrai que les ancillae, ministrae, pedisequae, semblent avoir fait partie de la main d’œuvre servile la plus basse, la plus insignifiante. Pourtant, le peu de crédit apporté au personnage, à la désignation et aux fonctions de la servante romaine, est injustifié. L’absence de spécialité n’implique pas l’inexistence et la réunion des données permet de faire sortir l’ancilla et ses consœurs du silence relatif dans lequel elles sont confinées. Tour à tour « utérus », optima ancilla, bouc émissaire, confidente, amante, remplaçante ou suivante, elle finit, au terme de notre analyse, par se présenter comme une figure centrale, essentielle au fonctionnement de la domesticité mais aussi à l’imaginaire romain.

Haut de page

Texte intégral

Bon ! J’achèterai pour ta mère quelque servante un peu hommasse, un bon gros laideron, comme il sied d’en avoir à une mère de famille, une Syrienne par exemple, ou une Egyptienne. On la fera moudre le grain, faire la cuisine, filer sa tâche : on la rossera au fouet et nous n’aurons pas à cause d’elle le moindre scandale à notre porte.
Plaute, Mercator, 413-415.

1Deux paramètres caractérisent la domesticité dans le monde romain : le nombre et l’extrême spécialisation des fonctions. Dans les maisons les plus riches, il était même question parfois de métiers des plus saugrenus à nos yeux, découlant d’une extrême spécialisation des activités :

  • 1 Plaute, Trinumus, 251 : Ducitur familia tota, vestiplica, unctor, auri custos, flabelliferae, sanda (...)

On amène toute la maison, femme de chambre, masseur, gardien de bijoux, teneuses d’éventails, donneuses de sandales, chanteuses, porteuses de coffrets1

2La réunion des sources aide à esquisser le portrait de ces domestiques spécialisés (ornatrices, vestificae, ostiariae…). Les sources en question sont l’épigraphie, les textes, tant littéraires que juridiques, à la fois disparates et d’une grande complémentarité. Elles impliquent, il est vrai, des écarts chronologiques importants. Plaute et Térence écrivaient à la fin de la République tandis que le Digeste est un recueil de lois datant du ve siècle, ordonné par l’empereur Justinien. Leur utilisation est cependant justifiée.

3C’est que dans la littérature impériale, les informations les plus nombreuses sont attachées aux hautes classes de la société romaine ; les femmes de la plèbe, les esclaves, par leur statut de femme et par la modestie de leurs origines, étaient le plus souvent condamnées à l’indifférence des auteurs. Compte tenu des références nombreuses sur les activités des femmes contenues dans les comédies de la période républicaine, celles de Térence et de Plaute, il était indispensable de les utiliser, malgré l’univers scénique grec qui les caractérise ; la limite est toujours très ténue entre la scène et la réalité du temps.

4En ce qui concerne les textes juridiques, le Digeste, Pandectes en grec, est une compilation des jurisconsultes (jura) d’époques diverses, de la République ou de l’Empire. Malgré la date de compilation, les textes recueillis ne sont donc pas automatiquement des textes tardifs s’éloignant de la période qui nous intéresse (les juristes Ulpien et Scaevola, très présents dans l’ouvrage, ont légiféré au iie siècle après J.-C.). Même lorsqu’ils le sont, il faut se rappeler que le développement de l’Etat romain et de ses lois, n’a pas suscité, pour les sujets qui nous occupent, des évolutions considérables.

  • 2 Schmidt, 2003, p. 45.
  • 3 Les différentes études sur le sujet, celles de Treggiari (1976, 1979), Flory (1978), Kampen (1981), (...)
  • 4 Treggiari, 1979.
  • 5 Hermann-Otto se penche sur le sort des esclaves nés dans la maison : Hermann, 1994. Buti consacre u (...)

5Malgré les références fréquentes les concernant, les carences des différentes études semblent évidentes à propos des domestiques « sans qualification » et « sans spécialisation ». J. Schmidt explique même qu’il faut « laisser dans l’ombre les esclaves livrés aux tâches obscures, leur existence doit être aussi incolore et anonyme que possible »2. Et il est vrai que toutes les études mentionnant les activités des femmes dans le monde romain ne font référence qu’à différentes spécialités3, même lorsqu’il n’est question que de la domesticité4. Les rares recherches effectuées autour du personnage de la simple servante ont une visée plus juridique et concernent leurs enfants, leurs unions, leurs affranchissements et la prostitution5. Ces études, sur des points très précis, se rapportent plus volontiers à leur statut de femmes esclaves qu’à leur condition concrète de servante. C’est cette lacune que nous avons tenté de combler, nous intéressant à l’« existence » même de ces femmes, dans sa globalité : leurs différentes fonctions, nominations, relations, positions à l’intérieur des maisons comme dans l’esprit des Romains, tout ce qui a contribué à donner à ces esclaves non spécialisées, ces servantes, une identité.

1. Ancillae et ministrae : de simples servantes ?

  • 6 Mano, 2006, p. 154.
  • 7 Digeste, 40, 4, 59 (Scaevola) : Titia servis quibusdam et ancillis nominatim directas libertates de (...)
  • 8 Code Justinien, 5, 5, 3, 2 (Constantin, 319) : cum ancillis non potest esse conubium, [---] Si enim (...)

6Plusieurs termes désignent ce type de domestiques et certains d’entre eux définissent cependant des nuances attenantes aux fonctions en question. Tout d’abord, il semble que le terme « ancilla » ait une signification assez large et qu’il soit employé tour à tour pour désigner une esclave ou une servante. On peut même affirmer de manière claire qu’il s’agit moins de la désignation d’un métier que de celle d’un statut social. En effet, de manière quasiment systématique, dans les textes juridiques, la femme esclave est nommée par le terme ancilla6. Il faut donc admettre que dans les textes de nature juridique comme dans ceux de nature littéraire, le mot ancilla a une acception si large qu’il est l’équivalent du terme serva. Par exemple, dans un texte du Digeste, les mots servi et ancillae sont placés sur le même plan (40, 4, 59)7. De même, dans le Code Justinien, un texte condamne tout commerce entre un décurion et une ancilla ; ce terme est employé en début de texte et est ensuite remplacé par le terme serva8 :

  • 9 Dans le cas présent, le décurion n’est pas un militaire mais un magistrat de la ville.

Avec les servantes (ancillis), aucun mariage ne peut être conclu [---] Si un décurion9 à l’insu des responsables de la maison et des procurateurs se trouve en liaison avec une servante (servae) d’une autre maison…

7Au iie siècle, Festus écrit que cette appellation fut employée au départ pour désigner les femmes prisonnières de guerre, réduites en esclavage par le roi Ancus Marcius. On peut ici faire le rapprochement avec la principale source de ravitaillement en esclaves de l’époque : les prisonniers de guerre. Par conséquent, on peut se demander si le terme ancilla ne désignait pas les femmes devenues esclaves par ce biais.

  • 10 Festus, De la signification des mots, 19 : ancillae dictae ab Anco Marcio rege quod in bello magnum (...)

8Les ancillae doivent leur appellation au roi Ancus Marcius parce qu’il fit prisonnières pendant la guerre un grand nombre de femmes ; ou alors elles sont appelées ainsi parce que les anciens employaient le verbe anculare pour ministrare10.

  • 11 Thesaurus Linguae Latinae, article servus/a et dans les comédies de Plaute, les intrigues sont souv (...)
  • 12 Les numéros renvoient aux textes donnés en annexe. Plus d’une centaine d’inscriptions mentionnant l (...)

9La deuxième solution étymologique proposée par Festus nous permet de rapprocher les ancillae et les ministrae, ces termes désignant tous deux des femmes de condition servile. D’après le Thesaurus, cette équivalence des mots serva et ancilla a pu exister du temps de Plaute, puisque cet auteur oppose toujours la domina et l’ancilla et n’utilise que sept fois le mot serva dans l’ensemble de ses œuvres11. Dans certaines inscriptions12, il apparaît parfois clairement que ancilla est mis pour serva ; ainsi, dans l’inscription n° 17, découverte à Tivoli, on peut lire l’énumération des noms d’esclaves et d’affranchis, gravés sur des tablettes de plomb, qui semble correspondre à la constitution d’un collège funéraire. Dans cette inscription, alternent les mentions ancilla et liberta pour les femmes, tandis que les hommes sont servus ou libertus. Sur l’inscription n° 2, on peut voir qu’un parallèle est établi entre deux inscriptions gravées côte à côte sur la même plaque ; l’une commémore un servus, l’autre une ancilla, on peut imaginer qu’il s’agisse de la même fonction déclinée au masculin et au féminin et qu’il soit question d’un couple. On le voit, ce terme, dans les textes, désigne la femme esclave plus précisément que la servante. Parfois, dans les inscriptions, le métier ou la spécialisation de la femme esclave est stipulé ; sur les tombes de certaines servantes étaient précisés leur statut social noté par le terme ancilla et la spécialité qu’elles avaient apprise dans la familia : l’inscription n° 17 mentionne une ancilla staminaria (tisserande). Plutôt que « servante », le terme ancilla signifie « esclave » et, en l’absence de renseignements supplémentaires concernant une spécialisation quelconque, il s’agit d’une esclave sans qualification précise et qui peut s’activer de différentes manières au sein des maisons. D’autres termes peuvent désigner aussi des servantes comme ceux de ministrae, pedisequae ou vicariae mais pour ce qui concerne les deux dernières dénominations, elles impliquent les prémices de qualifications bien particulières.

  • 13 Solin, 1996, p. 260.

10Les ministrae sont les équivalentes des ancillae. En effet, la ministra semble avoir eu les mêmes fonctions que l’ancilla. On peut cependant imaginer qu’elle avait peut-être une position un peu privilégiée car contrairement au terme ancilla, celui de ministra n’est pas l’équivalent du mot serva. C’est peut-être en cela que les deux fonctions sont différenciées ; on peut en effet penser que cette différence d’appellation cache une différence légère de condition, et la ministra, dans ce cas-là, serait favorisée. Par contre, une même formulation retrouvée dans plusieurs inscriptions mentionnant des ministrae est propre à cette fonction et affirme son appartenance au monde domestique, au monde de la maison. En effet, sur les inscriptions n° 21 et n° 22, la même expression apparaît : ministra in familia. Apparemment ces inscriptions n’ont aucun lien et ne sont pas issues du même monument funéraire, et il est intéressant de constater une redondance, une insistance autour du monde domestique en ce qui concerne cette fonction. Il est aussi édifiant de constater qu’à trois reprises (n° 20, n° 23 et n° 24), la ministra semble être en même temps une vicaria c’est-à-dire l’esclave d’un esclave. En effet, à l’inscription n° 20, le maître possède un nom unique, Mida, et il exerce la fonction de cubicularius ; il semble être lui-même de condition servile. De même, sur l’inscription n° 23, le maître est désigné par un seul nom, Pindarus, qui est un nom assez répandu chez les esclaves13 ; c’est la même chose dans l’inscription n° 24, où le maître se nomme Amarantus. Le terme ministra est-il synonyme de vicaria ? Aucune hypothèse ne s’impose. Ce qui est certain, c’est que dans le cadre de l’inscription n° 20, on peut soupçonner une relation amoureuse entre la ministra et le cubicularius, puisque leurs cendres étaient placées dans la même urne, et ce, à la demande de la servante (c’est ce qu’indique l’inscription), ce qui, jusque dans la mort, est un signe de grande proximité.

2. Un premier « pas » dans la spécialisation : la pedisequa

11A quelques nuances près, la fonction de la ministra semble donc être la même que celle de l’ancilla. La pedisequa devait être elle aussi, au départ, une servante classique à laquelle on avait donné une spécialisation qui, à première vue, pourrait paraître légère ; pourtant il semble bien que les pedisequae aient été cantonnées à leur rôle de suivantes. Nous avons donc considéré qu’il s’agissait du premier pas vers la qualification des esclaves féminines.

  • 14 Ruge, RE, XIX, p. 36.
  • 15 Digeste: 40, 4, 59 (Scaevola).

12Selon l’étymologie, la pedisequa est celle qui « suit à pied » sa maîtresse14. On peut distinguer la pedisequa de l’ancilla. Scaevola, dans un texte du Digeste, fait bien cette distinction15 ; il parle d’une maîtresse Titia, qui dans un premier temps, donne la liberté à ses esclaves mâles et femelles, et c’est le terme ancilla qui est employé. Plus loin, la liberté est donnée à ses suivantes et c’est le terme pedisequa qui est cette fois utilisé ; une distinction claire est donc faite entre ces deux fonctions. La même différence apparaît dans un texte de Plaute. Dans l’Asinaria, un amant fait tout pour plaire à la suite de sa bien-aimée :

  • 16 Plaute, Asinaria, 182-184: Illi rei studet: Volt placere sese amicae, volt mihi, volt pedisequae, v (...)

Il n’a qu’une idée en tête : il veut plaire à sa belle, plaire à moi-même, plaire à la suivante, plaire aux domestiques, plaire encore aux servantes16.

  • 17 Plaute, Miles Gloriosus, 1008.
  • 18 Plaute, Aulularia, 805.
  • 19 Terence, Andria, 123.

13La pedisequa n’est donc pas une simple servante et il faut se demander quelles étaient ses attributions exactes. Dans le Miles Gloriosus, l’esclave Palaestrio fait comprendre à son maître qu’il va le suivre en disant « pedisequus tibi sum » (« je suis ton suivant »)17. Les pedisequae étaient donc proprement les accompagnatrices de leurs maîtresses. Parfois, au sein des maisons, des changements d’attribution pouvaient avoir lieu ; ainsi dans l’Aulularia, c’est une vieille nourrice qui, devenue inutile par son grand âge ou par l’absence d’enfant dans la maison, devient la suivante de la jeune fille de la maison18. D’autres fois, ce terme pouvait désigner toute la domesticité féminine d’une maison, notamment lorsqu’elle accompagnait sa maîtresse lors d’événements extérieurs et qu’elle se matérialisait telle une suite. En effet, lorsque Térence parle des pedisequae qui forment un cortège funèbre aux côtés de leur maîtresse Glycère19, il est question de toutes les domestiques de la maison, toutes activités confondues. Dans ce cas, les pedisequae sont simplement les femmes qui forment une « suite » et ce n’est pas l’indication d’une activité particulière. Et lorsqu’il est question d’un métier, comme la plupart du temps dans nos sources, nous avons constaté que, toutes données confondues, la pedisequa était toujours au service d’une femme. En effet, dans les références littéraires, épigraphiques et juridiques, lorsqu’il est question des maîtres de ces suivantes, ce sont toujours des femmes. Elles faisaient donc partie de la domesticité proprement féminine. On peut penser que le pedisequus assurait lui la même fonction dans l’environnement masculin.

  • 20 Cf. supra note n° 14.

14Il semble aussi que la suivante ait été une esclave de « luxe » et ce, pour plusieurs raisons. Six inscriptions mentionnent des pedisequae appartenant à de grandes familles ou à la famille impériale (n° 25, n° 26, n° 27, n° 28, n° 29, n° 30). De plus ces femmes sont souvent présentées en groupes : il y a en effet plusieurs références qui mettent en scène des groupes de pedisequae. Philusa, une suivante, est honorée par les autres pedisequae de la maison, ses compagnes d’esclavage (n° 29). Dans le texte de Scaevola déjà mentionné plus haut, Titia ordonne l’affranchissement de « toutes » ses pedisequae (pedisequas omnes)20. Le fait que ce qui caractérise cette fonction est la multiplicité et qu’on la retrouve le plus souvent dans les grandes familles et les familles impériales montre qu’il s’agissait de servantes d’« apparat » qui ne se distinguaient pas par leur nature indispensable au sein des maisons, contrairement à l’ancilla qui semble avoir été un élément décisif dans le fonctionnement des maisons, même les plus modestes (puisqu’elle était le « minimum » servile que tout citoyen romain, même pauvre, se devait de posséder). Même si le fait de « suivre » sa maîtresse ne témoignait pas d’un degré de talent et d’aptitude très impressionnant, le fait que la fonction de pedisequa est bien séparée de celle de servante montre bien qu’on se trouve ici devant l’un des premiers degrés de spécialisation des activités des femmes de l’époque.

3. Les vicariae : des remplaçantes « esclaves d’esclaves »

  • 21 Sur l’institution du pécule, Finley, 1960, p. 102 ; Gagé, 1964, p. 65 ; Plaute, Asinaria, 541 ; Dig (...)
  • 22 Digeste, 15, 1, 8 (Paul) ; 2, 14, 28, 2 (Gaius) ; 12, 1, 11, 2 (Ulpien) ; 12, 6, 13 (Paul) ; 41, 2, (...)
  • 23 A propos de la formation et de l’éducation des esclaves : Forbes, 1955, TPAPA, p. 321-360.
  • 24 Plutarque, Caton l’Ancien, 21.
  • 25 Sur les esclaves comme partie constituante du pécule d’autres esclaves : Digeste, 3, 2, 4, 3 (Ulpie (...)
  • 26 La possession d’un vicarius par un esclave est mentionnée à plusieurs reprises dans le Digeste : 15 (...)
  • 27 Digeste, 19, 1, 24, 2 (Julien) : servo vendente hominem ; Digeste, 21, 2, 39, 1 (Julien) : si servu (...)
  • 28 Erman, 1896, p. 14 ; Schneider, RE, VIII, 2, 1958, p. 2049 ; Weaver, 1964, p. 117-128.
  • 29 Digeste, 33, 8, 6, 3 (Ulpien) : si servus et vicarius eius liberi esse iussi sint… et secundum haec (...)

15De même, la fonction de vicaria pose problème. Il est assez difficile de définir le contenu exact de ce métier. La vicaria était-elle la simple domestique d’un esclave ou bien le remplaçait-elle, embrassant en conséquence la même activité que lui ? Ces vicariae faisaient partie, comme certaines des femmes précédentes, de la population servile la plus basse ; elles étaient, en effet, les esclaves d’autres esclaves, ce qui les place au plus bas de l’échelle servile. La possession d’un vicarius ou d’une vicaria était étroitement liée au pécule21. Le pécule pouvait contenir toutes sortes de biens indiqués par l’épithète peculiaris22 que l’esclave administrait indépendamment. Selon Plutarque, dans les domaines de Caton l’Ancien, un commerce lucratif était mis en place autour de l’achat et de la revente de vicarii. Caton avançait de l’argent à ses esclaves pour qu’ils achètent des vicarii. Ces derniers les formaient à certaines activités23 pendant un an avant de les revendre moyennant des marges bénéficiaires considérables dont une partie était reversée au maître des lieux24. Dans ces biens pouvaient entrer d’autres esclaves, les vicarii25. En effet dans le droit romain, un esclave ordinaire pouvait posséder dans son pécule un ou plusieurs esclaves qu’il avait acquis par don, achat ou autres formes d’acquisition26. Ils pouvaient disposer de leurs vicarii à leur guise, les vendre, les léguer27. Le mot vicarius/a peut désigner trois catégories d’esclaves : le suppléant d’un esclave ordinaire, tout esclave péculiaire d’un esclave ordinaire, le vicarius d’un vicarius28. En effet, le vicarius lui-même pouvait avoir un vicarius et cela donnait de véritables échelonnages sociaux au sein même de la population servile29.

  • 30 Cette idée de l’obligation de remplacement de l’esclave dans la maison avant son affranchissement s (...)
  • 31 Plaute, Asinaria, 434.
  • 32 Plaute, Poenulus, 222.
  • 33 Labory, 1983, p. 446.
  • 34 Digeste, 15, 1, 37, 1 (Julien) : si servo tuo permiseris vicarium emere aureis octo.

16La plupart du temps, c’était surtout pour remplir une condition mise à son affranchissement que l’esclave achetait et formait un vicarius ou une vicaria, qu’il devait laisser comme remplaçant après son affranchissement30. Dans ce cas, la vicaria était formée et avait une véritable qualification, un métier que devait lui apprendre son maître avant son départ de la maison. Ainsi les vicariae des inscriptions n° 31, 32, 33, 34, 35, 39, 40 auraient exercé respectivement les professions de médecin, de réceptrice, de bijoutière, de préposée au blé, de nomenclateur, de teinturière et d’écuyère. Il est d’ailleurs intéressant de se rendre compte qu’elles secondaient des hommes dans des métiers assez « masculins » (celui de foulon ou d’écuyer) ou à responsabilités (comme celui de récepteur, nomenclateur ou préposé au blé). Et on pourrait se demander si, au lieu de les remplacer véritablement, elles n’étaient pas là pour les seconder. Ainsi, dans l’Asinaria de Plaute, Stichus, le vicarius de Léonide, semble l’aider dans son entreprise puisque c’est à lui que les clients viennent régler leur dû31. Si l’on considère que ces vicariae n’étaient que des esclaves faisant partie du pécule d’autres esclaves, on peut imaginer qu’elles étaient employées aux plus basses tâches, celles que l’esclave lui-même répugnait à accomplir. Dans le Poenulus, deux esclaves prostituées reçoivent deux servantes pour s’occuper de leurs toilettes32. Elles n’étaient dans ce cas que les domestiques d’esclaves assez aisés pour en avoir d’autres33. Car le prix d’un vicarius ou d’une vicaria était assez élevé, selon différents textes juridiques entre huit et dix pièces d’or34. Peut-être aussi peut-on imaginer que certains vicarii aient joué le rôle de pedisequi auprès des esclaves qui les possédaient.

  • 35 Esclaves en copropriété. Digeste, 14, 3, 13, 2 (Ulpien) : et servum quem ex disparibus partibus hab (...)

17Dans la très large majorité des inscriptions mentionnant des vicariae, elles appartiennent à des hommes. C’est pour cette raison que l’on peut affirmer que beaucoup, en plus d’être les domestiques ou les remplaçantes de leurs maîtres, étaient aussi leurs épouses. C’est clair sur l’inscription n° 35 où Primigenia est dite vicaria et épouse ; dans la n° 34, la vicaria est dite carissima alors que, sur l’inscription n° 36, le maître rend un hommage vibrant et original à sa vicaria en mentionnant les lieux qui ont vu se dérouler sa vie. Sur l’inscription n° 38, l’esclave Dama rend hommage à sa vicaria et aux siens, la mention suis (littéralement « aux siens », « aux nôtres »), montre qu’ils avaient sans doute des descendants en commun et qu’ils formaient un couple. Les vicariae pouvaient donc, très souvent, être les compagnes de leurs maîtres. Pourtant ce n’est pas le cas dans une inscription qui est assez surprenante. Sur l’inscription n° 37, la propriété de la vicaria Privata est partagée entre deux esclaves. On sait par certains textes juridiques que les esclaves en copropriété étaient monnaie courante35 (un esclave commun, sur lequel ils ont chacun des portions inégales), et on peut penser que les deux maîtres de Privata n’avaient pas eu les moyens d’en acquérir chacun la pleine propriété et qu’ils avaient ainsi partagé les frais.

  • 36 Digeste, 3, 2, 4, 3 (Ulpien) : Pomponius et eum qui in servitute peculiaria mancipia prostituta hab (...)

18Qu’elles soient les compagnes, les remplaçantes ou les domestiques d’autres esclaves, les vicariae, esclaves d’esclaves, faisaient partie, par leur statut, de la partie la plus basse de la domesticité ; certains esclaves en profitaient même pour prostituer les vicariae présentes dans leur pécule36.

19Ancillae, ministrae, pedisequae ou vicariae, toutes semblent avoir fait partie de la main-d’œuvre servile la plus basse et la moins considérée (malgré les nuances qui concernent les pedisequae et les vicariae-épouses) mais il existait sans aucun doute des variantes et des constantes attachées à toutes ces fonctions. Il faut se demander ce qu’elles représentaient pour leurs maîtres, quelles pouvaient être leurs fonctions, leur rôle et si leur valeur était grande.

4. Les servantes au sein de la maison : de l’entité reproductrice à l’optima ancilla

20Au sein des maisons, les servantes pouvaient occuper différentes positions, des plus dégradantes aux plus favorisées.

  • 37 Digeste, 19, 1, 21, 0 (Paul) : Si sterilis ancilla sit, cuius partus venit, vel major annis quinqua (...)
  • 38 Gourevitch, 1984, p. 144.

21Beaucoup de textes juridiques mettent en avant le rôle des ancillae dans l’agrandissement du « cheptel » des esclaves dans une familia et par conséquent bornent son existence à un rôle de reproduction37. En effet, concernant les femmes esclaves, reviennent souvent dans le Digeste des références aux problèmes de virginité, de menstrues, de stérilité et surtout ceux liés à leurs enfants, notamment lors des ventes ou des legs d’esclaves femmes. La stérilité est ce qui pouvait arriver de pire à une femme de l’époque38 et même pour les esclaves, car pour elles, la capacité à procréer pouvait déterminer toute leur existence. Il est même clairement avancé dans le Digeste que la conception est la fonction essentielle des esclaves :

  • 39 Digeste, 21, 1, 14, 1 : Maximum enim ac praecipuum munus feminarum est, accipere, ac tueri conceptu (...)

En effet, la fonction la plus importante et la plus essentielle de ces femmes est de concevoir et de prendre soin de l’enfant conçu39.

  • 40 Digeste, 19, 1, 21, 0 (Paul).
  • 41 Digeste, 21, 1, 14, 0 (Ulpien).
  • 42 Digeste, 21, 1, 14, 7 (Ulpien).
  • 43 Digeste, 21, 1, 15 (Paul).
  • 44 Digeste, 21, 1, 14, 3 (Ulpien) ; Gourevitch, 1984, p. 142.
  • 45 Digeste, 18, 1, 11, 1 ; 19, 1, 11 (Ulpien).

22D’autres textes montrent tout le soin mis pour détecter leur stérilité et pour protéger l’acheteur ignorant ce paramètre important (le vendeur est puni, s’il vend une esclave stérile alors que l’acheteur n’est pas au courant40). Les juristes avancent même qu’une esclave stérile n’est pas saine, n’est pas en bonne santé. Ils abordent, pour arriver à de telles conclusions, différentes situations : lorsque la femme accouche d’enfants morts de manière répétée41, lorsqu’une femme est trop « étroite » pour le coït42, lorsque ses menstrues arrivent deux fois par cycle ou pas du tout43. Les juristes distinguent aussi la stérilité féminine par nature (sterilis natura) et une stérilité secondaire due à une maladie de la matrice (vitium vulvae)44. La virginité de l’esclave semble avoir été un autre élément de ce type qui contribuait à la valeur d’une esclave, mais il était difficile de la garantir lors de la vente45.

  • 46 Un très grand nombre de textes mentionne ce sujet, mais ils sont parfois contradictoires selon les (...)
  • 47 Digeste, 40, 5, 53, 1 (Marcianus).
  • 48 Sur ce sujet de la vente et du legs des petits esclaves, les textes sont fluctuants, certains défen (...)

23Pourtant, c’est plus de leur progéniture qu’il est question dans la plupart des textes concernant ce type de sujets46. En effet, beaucoup de problèmes se posaient lors de la vente ou de l’affranchissement de ces femmes durant leurs grossesses ou lorsqu’elles avaient des enfants, des problèmes concernant le statut ou les propriétaires des petits nés de ces femmes47 ; cependant une tendance semble se dessiner à ce propos : c’est la conservation au sein des maisons de la cellule familiale servile. Les familles, ou du moins les mères et leurs enfants, étaient de moins en moins séparés ; certains textes juridiques le prouvent48.

24Les ancillae restaient donc souvent aux côtés de leurs enfants et certaines inscriptions mentionnant des ancillae parlent de familles d’esclaves préservées au sein des familiae (n° 9, 11) ; cet élément est très représentatif d’un certain assouplissement de la condition des esclaves et notamment de celle des ancillae à la période impériale. On le voit, l’ancilla, notamment dans les textes juridiques, n’est pas mieux considérée qu’un « utérus » qui permettait au maître d’agrandir sa familia à moindres frais.

  • 49 Térence, Heautontimoruménos, 292 ; Plaute, Curculio, 584.

25La plupart du temps il semble bien que les ancillae aient fait partie des bas-fonds de la domesticité, des basses classes de la hiérarchie servile, peut-être du fait qu’elles ne possédaient aucune qualification qui aurait pu leur donner de la valeur aux yeux de leurs maîtres ou leur conférer des responsabilités au sein de la maisonnée49.

  • 50 Cette même complicité dans les rapports des femmes avec les servantes se trouvent dans les textes d (...)

26Pourtant, d’autres références, notamment épigraphiques, témoignent de relations plutôt privilégiées entre les maîtres et leurs ancillae, et plus souvent entre les maîtresses et les ancillae. Des rapports de confiance, de complicité sont clairement exprimés au détour des vers de certains auteurs comme dans les inscriptions. Parfois même, la servante semble tellement attachée à sa domina qu’on croirait qu’elle en est le « prolongement ». Dans de nombreux textes, notamment ceux d’Ovide, on a en effet cette impression que la maîtresse et la servante ne forment qu’une seule personne, une entité. Il explique qu’afin de séduire la maîtresse, il faut, avant tout, s’attirer les faveurs de la servante pour donner une bonne impression et pour qu’elle facilite les rencontres et en soit complice50.

  • 51 Térence, Eunuchus, 580-581.

27Un texte du Digeste montre la grande proximité physique qui existait entre les servantes et leur domina. On sait qu’elles dormaient dans les mêmes chambres et que la maîtresse les faisait suivre partout lors de ses déplacements51. Il est aussi important de noter que la servante était la garante de la bonne santé et de la vie de sa maîtresse ; elle se devait de la protéger :

  • 52 Digeste, 29. 5. 28 (Ulpien) : Servi quotiens dominis suis auxilium ferre possunt, non debent saluti (...)

28Toutes les fois que les esclaves peuvent porter secours à leurs maîtres, ils ne doivent pas préférer leur propre vie à la sienne. La femme esclave qui était dans la même chambre que sa maîtresse a pu lui porter secours, sinon par les forces de son corps, au moins en jetant de grands cris52.

  • 53 Sur ce sujet de l’affranchissement des esclaves avec qui les maîtres entretenaient des liens d’affe (...)
  • 54 Digeste, 40. 5. 38 (Paul).

29De réels liens affectifs pouvaient en effet se tisser, et c’est assez naturel puisque, comme on l’a vu plus haut, beaucoup d’esclaves, les vernae, naissaient au sein des maisons ; leurs maîtres les avaient vus grandir ou, plus important encore, ils avaient grandi avec eux, ou encore avec leurs enfants ; des liens quasi familiaux et filiaux s’étaient créés en conséquence. La majeure partie de nos inscriptions concernant des ancillae correspond à des épitaphes dédiées par des maîtres ou des maîtresses à leurs servantes (par ex. n° 3, 4, 5, 7, 8, 10, 12, 13, 14, 15, 18, 19). Le fait qu’ils se donnent la peine de commander une épitaphe, qui était somme toute une dépense conséquente, pour de simples servantes implique clairement le paramètre affectif qui entrait en compte. Au texte n° 4, l’ancilla honorée est une fillette de sept ans, et on a du mal à imaginer qu’elle le soit en rapport à ses différents talents dans quelque activité que ce soit. Peut-être était-ce une fillette attendrissante chérie par sa maîtresse qui a ressenti un réel désarroi à son décès. Dans une inscription de Narbonnaise, n° 15, le maître rend hommage tour à tour à sa mère et à son ancilla et met les deux femmes sur le même plan. Il élève par conséquent la servante au même rang que les femmes de sa famille. Plus surprenant encore est de retrouver parfois pour qualifier les servantes le vocabulaire funéraire employé le plus souvent pour les matrones, épouses et femmes libres. Ainsi au n° 16, une « excellente » servante est commémorée, ancilla optima, et cela en dit long sur la place qu’elle pouvait tenir au sein de la maison et dans le cœur de ses maîtres. Le résultat de telles relations pouvait être de manière logique l’affranchissement de ces servantes53 à qui les maîtres léguaient parfois des biens par fidéicommis54.

30Depuis l’« utérus » servant à l’agrandissement du groupe d’esclaves jusqu’à l’optima ancilla, le décalage est grand. On peut évidemment penser que ces différentes conditions de la servante coexistaient, différaient selon les maisons, et que certaines étaient plus chanceuses que d’autres. Cependant, étant donné que l’ancilla constituait le plus bas degré de la hiérarchie servile, la plupart du temps son sort n’était pas enviable ; peut-être faut-il d’ailleurs classer au rang des exceptions les exemples de relations privilégiées que nous avons. En effet que vaut le petit nombre d’épitaphes gratifiantes par rapport à toutes les ancillae qui s’activaient dans les maisons romaines ? D’autant plus qu’elles devaient être très nombreuses, puisque diverses références montrent que la possession de servantes était quasiment obligatoire et que ne pas en avoir était synonyme de grande pauvreté.

5. Les caractéristiques de la servante « type » : une « bonne à tout faire » et un signe extérieur de richesse

  • 55 Térence, Heautontimorumenos, 245.
  • 56 Térence, Hecyra, 365. De même dans le Truculentus de Plaute la courtisane énumère les servantes qui (...)

31Le plus souvent, dans les familles aisées, elles étaient plusieurs. La multiplicité est assez caractéristique et on retrouve souvent dans nos références de véritables « troupeaux » de servantes (ancillarum gregem55), de véritables essaims s’activant autour de leur maîtresse56.

  • 57 Gordon, 1924, p. 93-111, Mano, 2006, p. 93-103.
  • 58 Térence, Eunuchus, 165. Sur la mode des esclaves éthiopiens cf Théophraste, Les Caractères, 21 : es (...)
  • 59 Il semble, comme on vient de le voir, que certaines nationalités aient été plus à la mode pour les (...)
  • 60 Les servantes ne devaient pas être de jolies filles : Plaute, Mercator, 210 ; Ovide, L’art d’aimer, (...)

32L’inscription n° 1 fait connaître une ancilla affranchie commémorée par ses anciennes conservae, qui, plutôt que d’énumérer leurs noms, ont signé les ancillae, ce qui témoigne de manière évidente de leur nombre. Très souvent, elles ont des noms grecs ou étrangers et ce type de nomenclature, très courant chez les esclaves, pouvait témoigner de leurs origines étrangères ou des goûts exotiques des maîtres qui les baptisaient57. Certaines références montrent qu’il était de bon ton d’avoir des servantes éthiopiennes58 ou syriennes puisque ces origines leur sont très souvent associées et c’est une autre des caractéristiques de la servante « modèle ». En effet, le stéréotype de l’ancilla est constitué par plusieurs constantes : le nombre, l’origine étrangère59 et la laideur60. Il était préférable que la servante soit laide. Cet état de fait revient aussi à plusieurs reprises. Sans doute était-ce à cause de l’ego des maîtresses qui ne supportaient pas de trop jolies filles dans leur entourage, filles qui auraient été susceptibles, on le verra plus tard, de leur voler leurs amants et de leur faire concurrence. Tous ces éléments récurrents attachés à la servante idéale sont résumés dans une réplique d’une comédie de Plaute, le Marchand :

  • 61 Plaute, Mercator, 413-417.

Bon ! J’achèterai pour ta mère quelque servante un peu hommasse, un bon gros laideron, comme il sied d’en avoir à une mère de famille, une Syrienne par exemple, ou une Egyptienne61.

On l’a vu plus haut, le terme ancilla est assez général et ne sous-entend aucune spécialisation ou qualification ; ce qui caractérise donc les activités des servantes, c’est la polyvalence. Ainsi, Plaute, dans le Truculentus, différencie bien l’esclave spécialisée et la servante :

  • 62 Plaute, Truculentus, 772.

L’une est la coiffeuse de Phronésie, l’autre est une servante à lui62.

  • 63 Ovide, Fastes, II, 740 ; Tristes, IV, 1, 11 ; Héroïdes, III, 75.
  • 64 Térence, Eunuchus, 580, 592.
  • 65 Térence, Heautontimoruménos, 124.
  • 66 Idem, 451.
  • 67 Plaute, Mercator, 395-398, 7-8.
  • 68 Apulée, Métamorphoses, I, XXIII, 7 ; II, VII, 1-5.
  • 69 Idem, II, XXIV, 8.
  • 70 Digeste, 33, 7, 12, 5 ; 33, 7, 12, 6 (Ulpien).
  • 71 Juvénal, Satires, VI, 497-499.

33Elles sont en effet employées tour à tour aux différentes tâches ménagères liées à l’intendance, à la toilette et à l’assistance portée à leurs maîtresses. Ce sont bien, à proprement parler, ce qu’à nos époques modernes nous appelons des « bonnes à tout faire ». Dans les textes d’Ovide, beaucoup filent la laine63 ; dans les comédies de Térence elles jouent le rôle de dames de compagnie, sont préposées à la toilette et au bain ou au port de l’éventail64, retirent les chaussures, garnissent les lits, préparent le dîner65, d’autres arrivent chargées de toilettes et de parures66 alors que dans celles de Plaute, leur rôle est de tisser, moudre, fendre du bois, filer la laine, balayer la maison, faire la cuisine67. Dans les Métamorphoses d’Apulée, Photis, la petite servante, s’occupe souvent du bain de son hôte et des repas de ses maîtres68 ; une autre servante est préposée à la lampe à huile69. Dans les textes juridiques, elles sont préposées au pain, gardiennes de la maison, cuisinières, ouvrières textiles70. On le voit, les fonctions des servantes peuvent se révéler très éclectiques et concerner tous les aspects de la vie d’une maison. Et il est clair qu’elles pouvaient passer de l’une à l’autre activité de manière fréquente et que ce qui les caractérisait avant tout était la polyvalence et l’absence de spécialisation dans leurs activités. Ce changement d’activités semble cependant avoir suivi une évolution et on assiste parfois à une hiérarchisation des activités et des positions de servantes. Dans un texte de Juvénal, il est dit qu’une vieille esclave de famille, après de longs services, était passée du peigne à la quenouille71. On peut donc aisément imaginer que l’activité textile était plus gratifiante et nécessitait une plus grande expérience que celle de la toilette et de la coiffure. Plus loin, on trouve la preuve d’une certaine hiérarchie au sein de la population des ancillae puisque cette même servante ancienne et d’« expérience » donnait son avis la première alors que les plus jeunes opinaient ensuite, par rang d’âge ou de mérite. Ainsi peut-on résumer le semblant de « carrière », de « cursus servile » que pouvait avoir une servante.

34La question que l’on peut se poser, c’est la valeur que pouvaient représenter ces ancillae. Les esclaves n’étaient pas très considérés, comparés tour à tour à des instruments ou à des animaux, et ces servantes étaient parfois considérées comme des biens, des objets. En effet dans certains textes, elles sont décrites comme des marchandises, des richesses, et parfois placées au même rang que des biens matériels (c’est strictement conforme à la définition antique de l’esclave, depuis Aristote), ce qui, encore une fois, précise le peu d’importance qu’elles pouvaient avoir aux yeux de leurs propriétaires :

  • 72 Plaute, Truculentus, 51-53. D’autres références précisent cette idée de la servante équivalente à u (...)

C’est un bijou perdu, c’est une mantille déchirée, c’est l’achat d’une servante ou d’un vase en argent72.

  • 73 Digeste, 30, 0, 45 (Pomponius) ; 33, 8, 15 (Alfénus Varus).

35C’était la définition même de l’esclave. Elles étaient cependant toujours associées à des biens de valeur et étaient elles-mêmes considérées comme tels. Elles pouvaient, au même titre que le mobilier, les bâtiments et différentes autres choses matérielles, faire partie du contenu des legs ou des testaments et pouvaient passer de main en main, de propriétaire en propriétaire, de maison en maison selon le bon vouloir de leurs maîtres ou les aléas de leur vie ou de leur mort. Les juristes, dans les textes mentionnant ces sujets, parlent des servantes comme d’objets et les déplacent sans vergogne au gré des règles et des lois établies73. De nombreuses références montrent que la possession d’ancillae était un « signe extérieur de richesse » et leur nombre dans la maisonnée, une sorte d’indicateur du degré d’aisance de cette dernière et des maîtres y résidant. Dans une de ses comédies, Térence montre un de ses personnages qui s’interroge à son retour sur la nouvelle condition et la richesse de sa femme ; il l’avait laissée avec une pauvre et unique servante et la retrouve avec de l’or, des bijoux, des toilettes et un troupeau de servantes :

  • 74 Térence, Heautontimoruménos, 245-51 ; La servante est synonyme de richesse dans d’autres passages : (...)

D’où a-t-elle toutes ces servantes-là ?74

  • 75 Martial, Epigrammes, XI, 32.

36Inversement et de manière logique, ne pas en posséder beaucoup, voire une seule était synonyme de grande pauvreté ; en effet dans d’autres textes la possession d’une servante unique, associée à d’autres signes de grande pauvreté comme l’absence de toge, de foyer, de lit75 ou le port de haillons :

  • 76 Apulée, Métamorphoses, I, XXI, 7.

Il n’a en tout qu’une seule petite servante et sort toujours habillé comme un mendiant76.

37Pour résumer, on pouvait jauger la richesse d’une famille au nombre d’esclaves, et plus précisément ici, au nombre de servantes en sa possession et les servantes n’étaient parfois regardées que comme des biens semblables aux autres. On vient de le voir, dans les textes, les servantes sont toujours représentées un peu de la même manière ; elles sont souvent en groupe, toujours d’origine étrangère et d’un physique un peu ingrat. Tel est le stéréotype de la servante romaine.

6. Châtiments d’esclaves et esclavage comme châtiment

  • 77 Sénèque, la Colère, II, 25, 1 et 3.

38Ces dernières étaient à la merci de leurs maîtres et maîtresses qui possédaient un choix assez important de châtiments pour les punir. Sénèque s’étonne que les Romains, à propos de menues fautes de leurs esclaves, se lancent dans des colères épouvantables et punissent à tour de bras77.

  • 78 Sur l’insolence des servantes : Ovide, L’art d’aimer, II, 525 ; Plaute, Menaechmus, 619.
  • 79 Ovide, L’art d’aimer, III, 239-240.
  • 80 Plaute, Aulularia, 69-70.
  • 81 Juvénal, Satires, VI, 492 ; Plaute, Aulularia, 48-49.
  • 82 Digeste, 7, 1, 23, 1 (Ulpien) : Cassius explique, dans le livre 8 du droit civil, que l’usufruitier (...)

39Il arrivait aux ancillae d’être insolentes avec leurs maîtresses et les maîtresses possédaient un petit arsenal de punitions pour leur en faire passer l’envie78. Ovide parle de certaines maîtresses qui déchirent la figure de leurs servantes avec leurs ongles ou qui prennent des épingles à cheveux pour les leur enfoncer dans les bras pendant qu’elles les coiffent. On assiste ici à de véritables scènes de cruauté79. D’autres maîtres, chez Plaute, se servent d’un aiguillon ou mettent leurs servantes dehors à chaque fois qu’ils sont insatisfaits de leurs services, parfois jusqu’à dix fois par jour80. Chez Juvénal, les dominae mécontentes de leurs coiffures se servent de nerfs de bœuf, très employés pour punir les esclaves tout comme les coups de bâton81. C’était même un droit pour les maîtres de punir leurs esclaves de cette manière82.

40Recevoir des coups de bâton relevait presque de l’habitude pour la femme esclave d’un maître ou d’une maîtresse irascible et les ancillae de certaines familles pouvaient se révéler être de véritables boucs émissaires. Ces châtiments étaient relativement légers et, sauf accident, ils ne coûtaient pas la vie à l’esclave. Ils constituaient des punitions pour les soucis de discipline du quotidien.

  • 83 Pline Le Jeune, Lettres, III, 14.
  • 84 Schilling, 1967, p. 48. Gager, 1992, p. 19.

41Les ancillae pouvaient être exposées à des châtiments bien plus durs qui aboutissaient à leur mort après d’extrêmes souffrances, mais dans ces cas, c’est qu’elles avaient été reconnues coupables de fautes bien plus graves, comme le meurtre de leurs maîtres par exemple. En effet, certains maîtres semblent avoir payé de leur vie des années de cruauté envers leurs esclaves. Pline le Jeune raconte avec horreur le meurtre de l’ancien préteur Largius Macédo par ses esclaves83 alors que Tacite rapporte l’affaire Pedanius Secundus, affaire de grande ampleur puisqu’il s’agit de l’assassinat du préfet de Rome par un de ses esclaves en 50 après J.-C., sous le règne de Néron. Comme le veut la coutume, après le meurtre d’un maître, ce sont les esclaves de toute la maisonnée qui devaient être amenés au supplice, femmes et enfants compris, les hommes de loi partant du principe que tous étaient complices. Et parmi les esclaves de Pedanius Secundus se trouvaient des servantes et leurs enfants. Une des inscriptions présente le supplice et la mise à mort d’esclaves qui avaient trahi et laissé mourir leurs maîtres. En effet, à l’inscription n° 6, il est question d’une affranchie, Acte, et de ses compagnons d’esclavage, une servante et un esclave ; ils sont châtiés et condamnés pour la trahison de leur patron et maître dont ils se sont détournés et qu’ils ont laissé mourir. Le châtiment, particulièrement cruel, est décrit : une corde à clous serrée autour du cou et de la poix brûlante sur le corps. Cette inscription nous décrit le contenu de la punition des esclaves en cas de trahison et il faut aussi remarquer que les éléments de torture utilisés, clou, corde, poix brûlante, plus que des instruments de châtiments, étaient aussi des outils de malédiction84. Ces esclaves étaient frappés de malédiction et le contenu de l’inscription pérennise cette dernière : Ici, ont été apposées pour l’éternité les marques d’infamie sur l’affranchie Acte.

  • 85 Gaius, Institutes, I, 160 : item feminae, quae ex senatusconsulto Claudiano ancillae fiunt eorum do (...)
  • 86 Digeste, 40, 5, 24, 6 (Ulpien) ; 48, 19, 28, 6 (Callistrate) ; 48, 23, 4 (Paul) ; 49, 15, 6 (Pompon (...)

42Depuis le coup d’ongle donnée par une maîtresse mécontente de sa coiffure jusqu’à la torture en passant par différents supplices, coups de fouet ou de bâton, les esclaves femmes, les ancillae pouvaient être exposées à bien des souffrances, selon les humeurs de leurs maîtres ou les actes qu’elles avaient commis. Cependant, s’il existait des châtiments pour esclaves, l’esclavage lui-même pouvait dans certains cas constituer la punition pour des personnes libres. La dégradation au rang d’esclave était en effet utilisée par les tribunaux comme punition, notamment pour les femmes dans le cadre d’affaires de mœurs ou de crimes. Un texte des Institutes de Gaius parle des conclusions du senatus-consulte claudien qui condamnent les femmes libres ayant eu des relations avec des esclaves. Ces femmes deviennent les ancillae des maîtres des esclaves avec lesquels, contre le gré de ces maîtres et nonobstant leurs avertissements, elles se sont unies85. La sanction pour les femmes adultères qui faisaient commerce avec des esclaves était de devenir comme eux ; c’était la dégradation juridique. La sentence pouvait être décrétée pour d’autres raisons ; en effet, certaines femmes coupables de crimes ou de délits graves devenaient des ancillae, subissaient donc la dégradation juridique. Pire encore, elles étaient envoyées aux mines ou aux carrières et condamnées au travail. De nombreux textes juridiques, notamment issus du Digeste, mentionnent ce problème des femmes déchues et envoyées aux carrières et le problème se pose au sujet des enfants de ces esclaves « nouvelles » au statut un peu hybride. Etaient-ils esclaves ou libres86 ? On le voit, les servantes étaient châtiées en tant qu’esclaves mais les femmes libres pouvaient aussi être punies pour leurs actes par la dégradation au rang d’ancillae, par leur passage sous la puissance des maîtres de l’esclave avec qui elles s’étaient compromises, ou par leur envoi au travail forcé.

7. Quand la servante « monte en grade » : amours serviles et servante « publique »

  • 87 Valère Maxime, VI, 6, 7 ; Martial, Epigrammes, IV, 66 ; XII, 58, III, 33 ; Horace, Satires, I, II, (...)

43Bien heureusement, toutes n’avaient pas un sort aussi tragique, bien au contraire ; certaines pouvaient même, lorsqu’elles possédaient quelques atouts, avoir un destin plus doux quand elles trouvaient l’amour et les faveurs de leurs maîtres, qui, souvent, succombaient aux charmes de ces ancillae. Ce qui est certain, c’est que la littérature latine fait volontiers référence aux frasques des ancillae87qui apparaissent bien souvent comme des objets de désir.

44Des inscriptions montrent le maître qui rend hommage à sa servante et comment ne pas se demander si le lien qui liait ces maîtres et ces servantes n’était pas amoureux (n° 12- 13-14-18-19) ?

  • 88 Affranchissement de servantes en vue de mariage : Digeste 37, 14, 6, 3 (Paul) ; 38, 1, 48, 2 (Hermo (...)
  • 89 Gaius, Institutes, I, 82.
  • 90 Idem, I, 85.
  • 91 Digeste, 20, 1, 8 (Ulpien).

45Il est d’ailleurs parfois question dans les textes juridiques de l’affranchissement de ces ancillae par leurs maîtres. Une fois affranchies, il était possible pour les maîtres de les épouser88. Et lorsque cet affranchissement n’avait pas eu lieu, c’est le statut des enfants issus de ces unions qui posait problème aux juristes. Comme la condition de l’enfant découle de celle de sa mère, il en résulte que l’enfant de la femme esclave et de l’homme libre naît esclave89. Il y avait cependant des nuances ; en effet, d’une femme esclave et d’un homme libre, pouvaient naître des enfants libres, si l’homme s’était uni avec l’esclave d’autrui en pensant qu’elle était libre. Dans ce cas, les garçons qui viendraient à naître seraient libres tandis que les filles seraient esclaves et appartiendraient au maître de leur mère. L’empereur Vespasien, ému par l’inélégance de la solution, rétablit la règle de base et fit en sorte que tous, filles et garçons, soient des esclaves90. On sait par ailleurs qu’au sein des maisons, les « bâtards » du maître étaient mieux considérés que les autres esclaves91.

  • 92 Treggiari, 1976, p. 96-98 ; Mano, 2006, p. 75-81.

46D’objets de plaisir et d’érotisme à affranchies nouvellement épousées, les ancillae pouvaient, on le voit, avoir une vie amoureuse bien remplie. Le plus souvent, elles s’unissaient avec des hommes de même statut qu’elles92, mais parfois elles pouvaient faire tourner la tête de leurs maîtres et gagner ce faisant en statut et qualité de vie.

47Pour ce qui concerne l’élévation sociale, nous connaissons une exception intéressante, celle de l’inscription CIL XIII, 603 où il est question d’une servante publique, qui est un bel exemple d’une valorisation assez inédite de la fonction.

D(is) M(anibus) / Nemetogenae an/cillae publicae d(efunctae) / XXI et Apalaus/tro marit[o] / et Primitivo publ(ico).

48Aux Dieux Mânes de Nemetogena, servante publique défunte, qui vécut vingt et un ans et pour Apalaustrus son mari ainsi que pour Primitivus, esclave public

  • 93 Boulvert, 1970, p. 122 ; Schmidt, 2003, p. 198.
  • 94 Plutarque, Caton l’Ancien, 6.
  • 95 CIL VI 5197: Musico T(iberi) Caesaris Augusti / Scurrano disp(ensatori) ad fiscum Gallicum / provin (...)
  • 96 Halkin, 1897, p. 167.

49Cette inscription a été découverte à Bordeaux et est dédiée à une certaine Nemetogena dite ancilla publica, à son mari et à un de ses compagnons d’esclavage, esclave public lui aussi. L’inscription accompagne un relief sculpté représentant la défunte, ce qui est très intéressant pour nous. En effet, on remarque ici que c’est l’ancilla qui est représentée sur le relief, en buste et seule ; dans l’inscription c’est elle qui est mentionnée avant son mari et c’est son métier qui est indiqué et non celui de l’homme. C’est une preuve d’importance indéniable et de primauté sur l’homme et son activité. C’est un fait assez rare pour être souligné : il montre l’importance et le prestige que dégageait certainement l’activité de servante publique. Il semble en effet que le statut d’esclave public était favorisé, ainsi la servante publique était plus qu’une simple servante. Et peut-être est-ce la cité dont elle dépendait qui lui a fait ériger un monument funéraire d’une telle classe. On connaît bien l’existence des esclaves publics, les servi publici. L’Etat romain, les cités, les colonies, les provinces, les municipes et Rome furent contraints, à mesure que s’accentuaient la centralisation et la bureaucratie, de créer de nombreux emplois administratifs et municipaux qui étaient généralement confiés à des servi publici, esclaves publics. Et sous l’Empire commençant, des servi publici populi romani étaient placés au service des magistrats93 ; les consuls en utilisaient de nombreux comme secrétaires, courriers, coursiers et aussi dans des emplois plus spécialisés. Les gouverneurs de provinces en employaient depuis longtemps94. Ainsi, Caton, lorsqu’il administrait la Sardaigne au iie siècle avant J.-C., se faisait suivre d’un esclave public qui portait son manteau et un vase pour libations. Plus tard, les empereurs dépêchaient dans les provinces impériales des esclaves publics de confiance. L’empereur Tibère, d’après une inscription de Rome, nomme un de ses esclaves, Musicus Scurranus, trésorier de la Gaule Lyonnaise. Cette inscription parle d’une de ses visites à Rome et décrit la suite d’esclaves publics qui l’accompagnait95. Cette suite comprend un commerçant, un gestionnaire, trois secrétaires, un médecin, deux banquiers, un préposé à la garde-robe, deux valets, deux suivants, deux cuisiniers et une femme nommée Secunda, certainement servante publique elle aussi. Il semble que ces esclaves publics aient constitué une classe servile favorisée. Halkin, l’un des seuls auteurs à s’être intéressé au sujet, conclut son ouvrage de la sorte : « Les prérogatives que les servi publici avaient acquises et dont ils s’étaient montrés dignes, ainsi que la position estimée qu’ils occupaient dans la société, devaient les faire placer bien au dessus des autres catégories d’esclaves96. »

  • 97 Tous mes remerciements à Jean-Marie Pailler pour son accompagnement bienveillant sur les chemins si (...)

50Malgré tout ancillae, ministrae, pedisequae, semblent avoir fait partie de la main d’œuvre servile la plus basse, la plus insignifiante. Pourtant, nos développements montrent que le peu de crédit apporté au personnage, à la désignation et aux fonctions de la servante romaine, est injustifié. L’absence de spécialité n’implique pas l’inexistence et la réunion des données permet de faire sortir l’ancilla et ses consœurs du silence relatif dans lequel elles sont confinées. Tour à tour « utérus », optima ancilla, bouc émissaire, confidente, amante, remplaçante ou suivante, elle finit, au terme de notre analyse, par se présenter comme une figure centrale, essentielle au fonctionnement de la domesticité mais aussi à l’imaginaire romain. Elle apparaît en effet comme un personnage clé dans de nombreuses intrigues littéraires (Plaute, Ovide) et les problèmes juridiques la concernant ont une place de choix dans les recueils de droit97.

Haut de page

Bibliographie

Boulvert, G., 1970, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut Empire romain, Naples.

Buti, I., 1997, « Si serva servo quasi dotem dederit » : matrimoni servili e dote, dans M. Moggi et G. Cordiano (dir.), Schiavi e dipendenti nell’ambito dell’« oikos » e della « familia », Pise, p. 289-306.

Corbier, P., 1998, L’épigraphie latine, Paris.

Costabile, F., 2001, Ancilla domni : una nuova dedica su armilla aurea di Pompei, MEP, 4, 6, p. 446-474.

Croisille, J.-M., 2005, La peinture romaine, Paris.

Eichenauer, M., 1988, Untersuchungen zur Arbeitswelt der Frau in der römischen Antike.

Erman, H., 1896, « Servus vicarius », l’esclave de l’esclave romain, Lausanne.

Finley, M. I., 1960, Slavery in classical antiquity, Cambridge.

Flory, M. B., 1978, Family in familia : Kinship and Community in Slavery, AJAH, 3, p. 78 – 95.

Forbes, C. A., 1955, The education and training of slaves in Antiquity, TAPhA, 86, p. 321-360.

Gagé, J., 1964, Les classes sociales dans l’empire romain, Paris.

Gager, J. G., 1992, Curse tablets and binding spells from the ancient world, Oxford.

Gordon, M. L., 1924, The nationality of slaves under the early Roman Empire, JRS, 14, p. 93-111.

Gourevitch, D., 1984, Le mal d’être femme, la femme et la médecine dans la Rome antique, Paris.

Guzzo, P. G. et Scarano, U. V., 2001, La schiava di Moregine, MEFRA, 113, 2, p. 981-997.

Halkin, L., 1897, Les esclaves publics chez les Romains, Bruxelles.

Hermann-Otto, E., 1994, Ex ancilla natus : Untersuchungen zu den hausgeborenen Sklaven und Sklavinnen im Westen des römischen Kaiserreiches, Stuttgart.

Kampen, N., 1981, Image and status : Roman working women in Ostia, Berlin.

Labory, N., 1983, Les Métiers de femmes mentionnés dans les inscriptions de Rome et d’Italie, Paris.

Lassère, J.-M., 2005, Manuel d’épigraphie romaine, Paris.

Mano, S., 2006, Opifica femina : activités et métiers féminins dans les villes de l’Occident romain sous le Haut-Empire, thèse, université de Toulouse.

Rémy, B. et Kayser, F., 1999, Initiation à l’épigraphie grecque et latine, Paris.

Reduzzi-Merola, F. et Storchi-Marino, A., 1999, Femmes-esclaves : modèles d’interprétation anthropologique, économique, juridique, Naples.

Ruge, W., 1950, Pedisequus, RE, XIX, p. 36-37.

Schilling, R., 1967, Religion et magie à Rome, Paris.

Schmidt, J., 2003, Vie et mort des esclaves dans la Rome antique, Paris.

Schneider, K., 1958, Vicarius, RE, VIII, 2, p. 2015-2053.

Solin, H., 1996, Die stadtrömischen Sklavennamen, Stuttgart.

Treggiari, S., 1976, Jobs for women, AJAH, 1, p. 76-104.

Treggiari, S., 1979, Questions on women domestics in the Roman West, dans M. Capozza (dir.), Schiavitu, manomissione e classi dipendenti nel mondo antico, Rome, p. 185-201.

Weaver, P. R. C., 1964, Vicarius and vicarianus in the familia Caesaris, JRS, 54, p. 117-128.

Haut de page

Annexe

Inscriptions citées dans le texte98

ANCILLA
Servante, esclave.

- 1 CIL VI 7350. Rome.
Volusiae L(ucii) l(ibertae) / Hilarae / ancillae fecer(unt)
Pour Volusia Hilara, affranchie de Lucius Volusius, les servantes ont fait graver cette inscription.
Auguste.

- 2 CIL VI 14776 ; X 2254 ; AE 1988, 295. Latium et Campanie, région I. Pouzzoles.
Chryseros / Caesaris / ser(vus) // Restituta / Abascanti / ancilla
Chryseros, esclave de César. Restituta, servante d’Abascantus.
ier siècle après J.-C.

- 3 CIL VI 18250. Rome.
D(is) M(anibus) / T(itus) Flavius Vitalis / fec(it) sibi et posterisque eius / lib(ertis) libertabusque / quorum nomina i(nfra) s(cripta) s(unt) / posterisque eorum / Mercuriali Hilaro / Cinnamo Saturnino / Crescenti ser(vo) Restitutae / Fortunat(ae) Festae / Coetonidi ancillae I
Aux Dieux Mânes. Titius Flavius Vitalis a fait graver cette inscription pour lui, pour ses descendants, pour les affranchis et affranchies dont les noms sont inscrits ci-dessous, et pour leurs descendants : Mercurialis, Hilarus, Cinnamus, Saturninus, Crescens, esclave, Restituta, Fortunata, Festa, Coetonis, servante.
50-150 après J.-C.
- 4 CIL VI 18499. Rome.
Flora / v(ixit) a(nnos) VII / Liviae Terentiae / ancilla
Flora, servante de Livia Terentia, a vécu sept ans. ier siècle après J.-C.

- 5 CIL VI 19441. Rome.
D(is) M(anibus) / Heruleia / Strategia / fecit Caric(a)e / ancillae su/ae bene mer(en)ti
Heruleia Strategia a fait graver cette inscription pour les Dieux Mânes de sa servante, Carica, qui méritait bien cet hommage.
ii-iiie siècle après J.-C.

- 6 CIL VI 20905. Rome.
Hic stigmata aeterna Acte libertae scripta sunt vene / nariae et perfidae dolosae duri pectoris clavom ( !) et restem / sparteam ut sibi collum alliget et picem candentem / pectus malum com<b =M>urat suum manumissa gratis / secuta adulterum patronum circumscripsit et / ministros ancillam et puerum lecto iacenti / patrono abduxit ut animo desponderet solus / relictus spoliatus senex e(t) Hymno {f}<e =F>ade(m) sti(g)m(a)ta / secutis / Zosimum
Ici ont été apposées pour l’éternité les marques d’infamie sur l’affranchie Actè, venimeuse, perfide, rusée, au cœur dur, pour qu’elle s’attache au cou un clou et une corde de spart et qu’une coulée de poix brûle entièrement sa poitrine mauvaise. Affranchie gratuitement, elle a suivi son patron adultère et l’a trompé. Elle a aussi détourné de son ancien patron étendu sur un lit les domestiques, la servante et l’esclave, si bien qu’il a perdu courage, vieillard seul, abandonné, spolié ; et les mêmes marques à Hymnus et à ceux qui ont suivi Zosimus.
ii-iiie siècle après J.-C.

- 7 CIL VI 21909. Rome.
Dis Manibus / Mammatiae / Dasumia Thais / ancillae bene merenti / an(norum) XX / d(icas) p(raeteriens) s(it) t(erra) l(evis)
Aux Dieux Mânes de Mammatia ; Dasumia Thaïs, pour sa servante âgée de vingt ans, qui méritait bien cet hommage. Passant, souhaite-lui que la terre lui soit légère.
i-iie siècle après J.-C.

- 8 CIL VI 26911. Rome.
D(is) M(anibus) / Successae / Popilia / Saturnina / ancillae suae / b(ene) m(erenti) fec(it) / v(ixit) a(nnos) XX
Aux Dieux Mânes de Successa ; Popilia Saturnina a fait graver cette inscription pour sa servante qui a vécu vingt ans ; elle méritait bien cet hommage.
ii-iiie siècle après J.-C.

- 9 CIL V 629. Région X, Vénétie et Istrie. Inscriptiones Italiae, volume X, 4, 136. Trieste.
Restutae Mariorum ancillae / ann(orum) XXIIII men(sium) VII d(ierum) X / Restutus fil(ius) [e]t Ep[i]ctetus coniunx / v(ivus) f(ecit) et sibi
Pour Restuta, servante des Marii, âgée de vingt-quatre ans, sept mois, dix jours, et pour eux, Restutus, le fils, et Epictetus, l’époux, de leur vivant ont fait graver cette inscription, ainsi que pour eux-mêmes.
ier siècle après J.-C ?

- 10 CIL V 2593. Région X, Vénétie et Istrie. Ateste.
[---]ae C(aii) l(ibertae) Musae / matri / C(aio) Catio C(aii) f(ilio) viro / Vitali ancillae / Talonia T(iti) f(ilia) Prima / sibi et suis / v(iva) f(ecit)
Pour […] a Musa, affranchie de Caius, sa mère, pour Caius Catius, fils de Caius Catius, son époux, pour Vitalis, sa servante, Talonia Prima, fille de Titius Talonius, a fait graver cette inscription de son vivant pour elle et pour les siens.

- 11 CIL XI 1028, Région VIII. Emilie. Brescello.
D(is) M(anibus) / Q(uinti) Iuli Callini / ci <sevir> et / Hermione(s) / ancillae / Q(uintus) Iulius Alexander (fecit) et // Graphis / matri piissimae / b(ene) m(erenti) (fecit)
Aux Dieux Mânes de Q. Iulius Callinicus, sévir, et de la servante Hermione Q. Iulius Alexander a fait graver cette inscription et Graphis pour sa mère très pieuse et bien méritante a fait graver cette inscription.
i-iie siècle après J.-C.

- 12 CIL XI 5339. Région VI, Ombrie. Spello.
Similis a(nnorum) XVII / C(aius) Coelius Daph(nus) / posuit ancillae suae
Pour Similis, sa servante de dix-sept ans, Caius Coelius Daphnus a fait poser cette inscription.
ier siècle après J.-C.

- 13 CIL XI 7940. Région VI, Ombrie. Bevagna.
Ciartiae / Aufidius / P[r]imigenius / [a]ncillae suae
Aufidius Primigenius, pour sa servante Ciarta.
ier siècle après J.-C.

- 14 CIL XI 8027. Région VI, Ombrie. Assises.
] / [an]cillae / C(aius) Passennus / Fortunatus / b(ene) m(erenti)
Caius Passennus Fortunatus, pour… servante qui méritait bien cet hommage.
ier siècle après J.-C.

- 15 CIL XII 2779. Gaule Narbonnaise. Laudun.
D(is) M(anibus) / Feliculae / Valerius Fe/licio matri / et ancillae pos(uit)
Aux Dieux Mânes de Felicula, sa mère, et de sa servante, Valerius Felicio a fait poser cette inscription.
i-iie siècle après J.-C.

- 16 CIL XII 3546. Gaule Narbonnaise. Nîmes.
D(is) M(anibus) / Cresimes / Primulus pos(uit) / ancillae / optimae
Aux Dieux Mânes de Cresimes, excellente servante, Primulus a fait poser cette inscription.
i-iie siècle après J.-C.

- 17 Inscriptiones Italiae, volume IV, 1, 248. Tivoli.
Glucheria Aristia / Clara Hermiones Antoni ancil(l)a / Hilarus Arbias medicus / Prima A(r)bia ancil(l)a staminar(ia) / Limne libera est / Nicephor libertus / Nota Aulia Camula / Hilarus libertus / Apate ancil(l)a / Aratus servos / Mar[---] liberta / Charis liberta
Glykeria Aristia, Clara servante d’Hermione Antonia, Hilarus Arbias, médecin, Prima Arbia servante tisserande, Limne est libre, Nicephor affranchi, Nota Aulia Camula, Hilarus affranchi, Apate servante, Aratus esclave, Mar (..) affranchie, Charis affranchie.

- 18 AE 1990, n° 209. Région II, Apulie et Calabre. Ruvo di Puglia.
[D(is)] M(anibus) / [---]illa v(ixit) a(nnos) / [---]i Sex(tus) / [D]asumius / Capriolus / et Dasumia Nais ancilla[e] / bene merenti
Aux Dieux Mânes ; [---] illa a vécu… ans ; Sextus Dasumius Capriolus et Dasumia Naïs, à leur servante méritante.
iie siècle après J.-C.

- 19 AE 2001, n° 803. Région I, Latium et Campanie. Pompéi.
Dom(i)nus ancillae suae
Le maître à sa servante.
ier siècle après J.-C.

MINISTRA
Servante, femme esclave.

- 20 CIL VI 9290. Rome.
Hilara Monor Midaes min/istra simitur cum Mida / sita est in eadem olla Quartio / gratiam rettulit merent{e}i / Hilarae quod viva rogavit / sepulta est a(nte) d(iem) VI k(alendas) Apriles/ Ti(berio) Claudio Ner(one) P(ublio) Quinctil(io) Var(o) co(n)s(ulibus) / Mida cubicularius IIIvir hic situs / est Hilara Minor viva rog/avit ut ossa sua in olla Midaes coicerentur cum mort(ua) esset
Hilara Minor, servante de Mida repose avec Mida dans cette urne cinéraire. Quartio a donné une marque de reconnaissance à Hilara qui méritait bien cet hommage. Parce qu’elle le demanda de son vivant, elle fut enterrée le sixième jour avant les calendes d’Avril, sous le consulat de Ti. Claudius Nero et de P. Quinctilius Varus. Mida, valet de chambre, triumvir, est ici enterré. De son vivant, Hilara Minor demanda que ses restes fussent joints dans cette urne à ceux de Mida quand elle serait morte.
13 avant J.-C.

- 21 CIL VI 9637. Rome.
Nice Minor / ministra in famil(ia)
Nice Minor, servante de la maison.
ier siècle après J.-C.

- 22 CIL VI 9638. Rome.
Vipsania Soteris / ministr(a) in familia / Ialysi et Asmecti / Mater.
Vipsania Soteris, servante de maison, mère de Ialysus et de Asmectus.
Auguste.

- 23 CIL VI 9639. Rome.
Pyrrica Pindari / min(istra) v(ixit) a(nnos) L
Pyrrica, servante de Pindarus, a vécu cinquante ans.
ier siècle après J.-C.

- 24 CIL XI 7628, Région VIII, Emilie. Bononia.
Iucunda Amara(nti) ministra
Jucunda, servante d’Amarantus.
ier siècle après J.-C.

PEDISEQVA
Suivante, esclave qui accompagne.

- 25 CIL VI 6335. Rome.
Logas / Messalin(ae) / pedis(equa) v(ixit) a(nnos) XVI / Aprodisia mater / fecit
Logas, suivante de Messaline, vécut seize ans. Aprodisia, sa mère, a fait graver cette inscription.
ier siècle après J.-C.

- 26 CIL VI 6336. Rome.
Posis / Statiliaes / pedisequa
Posis, suivante de Statilia.
Tibère-Néron.

- 27 CIL VI 9775. Rome.
Doris Statiliae Mino[ris] / pediseq(ua) / Erotis ad i<m =N>pediment[a] / vixit an(nos) XXIIII
Doris, suivante de Statilia Minor ; Erotis, chargée des bagages, vécut vingt-quatre ans.
Tibère-Néron.

- 28 CIL VI 4006. Rome.
[Th]amyris Liviae / [---]pediseq(ua) Cnismo Aphrodisiae / [---] Liviae ser(vorum) magistr(a) coniugi suae / [---] suo dat ollam dat ollam
Thamyris, [---] suivante de Livie, pour Cnismus et pour Aphrodisia, son épouse, maîtresse des esclaves de Livie…, pour son…, donne une urne, donne une urne.
Avant 14 après J.-C.

- 29 CIL VI 4355. Rome.
Philusa Andraei / liberti uxor / ollam et titulum / datum ab conservas / pedisequas
Philusa, épouse de Andraeus, affranchi ; les suivantes, ses compagnes d’esclavage, lui ont donné cette urne et cette inscription.
Tibère-Néron.

- 30 CIL VI 5821. Rome.
Thyas / Aug(ustae) pedis(e)qua
Thyas, suivante d’Augusta.
Après 14 avant J.-C.

VICARIA
Remplaçante, esclave en sous-ordre achetée par un autre esclave comme suppléante.

- 31 CIL VI 7295. Rome.
Zosimus Hymni / medicus Ampelioni / cognatae et vicariae / suae coniugi Tyranni / Daphni vix(it) ann(os) XIIX
Zosimus, médecin d’Hymnus, à Ampelio, sa parente et son esclave, épouse de Tyrannus, esclave de Daphnus ; elle vécut dix-huit ans.
Tibère-Néron.

- 32 CIL VI 7371. Rome.
Pancarpo / exact(ori) / v(ixit) an(nos) XXXIIII / Aucta vicaria / fecit / Sabina Pancar(pi) f(ilia) v(ixit) a(nnos) XIII / Volusia Aucta v(ixit) a(nnos) XXXI
A Pancarpus, percepteur qui vécut trente-quatre ans, Aucta, remplaçante, a fait graver cette inscription. Sabina, fille de Pancarpus, vécut treize ans. Volusia Aucta vécut trente et un ans.
Tibère-Néron.

- 33 CIL VI 7884. Rome.

Phoebo Marciae / Maxsimi ad margarita / et Arescusae vicariae / eius / [Cl]ymenus conlega
A Phoebus, préposé au trésor (bijoux ?) de Marcia, épouse de Marcius Maximus et à Arescusa sa remplaçante ; Clymenus, un compagnon.
Auguste.

- 34 CIL VI 9425. Rome.
D(is) Man(ibus) / Asclepiadi / Athictus L(uci) n(ostri) / a frumento / vicariae carissimae / bene merenti / fecit et sibi
Aux Dieux Mânes d’Asclépiadis ou Asclépias ; Athictus, préposé au blé de notre Lucius, à sa remplaçante très chère qui méritait bien cet hommage, ainsi que pour lui-même, a fait graver cette inscription.
Tibère-Néron.

- 35 CIL VI 9687. Rome.
[---P]rimigenia[e] / [---] vix(it) ann(os) XXII / [---Aba]scanthus nomenclat(or) / [vic]ariae et coniugi / [ben]e merenti fecit
A Primigenia qui vécut vingt-deux ans ; Abascanthus, nomenclateur, pour sa remplaçante et épouse très méritante, a fait graver cette inscription.
i-iie siècle après J.-C.

- 36 CIL VI 21695. Rome.

P(ublius) Luscius P(ubli) l(ibertus) Nedymus / Compseni vicariae / nata Piceno nutrita / Romae mortua Praeneste / v(ixit) an(nos) XX
Publius Luscius Nedymus, affranchi de Publius Luscius, pour Compsenis, remplaçante, née dans le Picénum, élevée à Rome et morte à Préneste, qui vécut vingt ans.
ier siècle après J.-C.

-37 CIL VI 25062. Rome.
Privata Admeti / [e]t Iuli vicaria v(ixit) a(nnos) XXII / Crescens filius eius v(ixit) a(nnos) II / Vitalis coniugi / bene de se meritae
Privata, esclave remplaçante d’Admetus et de Julius qui vécut vingt-deux ans ; Crescens, son fils qui vécut deux ans ; Vitalis, à son épouse qui méritait bien cela.
ier siècle après J.-C.

- 38 CIL XI 871. Région VIII, Emilie. Modène.
Vivit / v(ivit) / Dama Statulli / Nicini vilicae / vicariae suae / et suisque / p(edes) q(uadrati) XII
De son vivant, Dama, esclave de Statullus, pour son esclave remplaçante et intendante Nicis et pour les siens, le monument fait douze pieds.
i-iie siècle après J.-C.

- 39 CIL XI 6078. Région VI, Ombrie. Urbino.
Regilla a(nnorum) XIIX / Quartionis fu/lloni vicaria / quae ut vicsi ( !) nulli / dedi dolore(m) non / l<a =E>b<e =A>(m) esse acerb<a =IS> at in / feros / quae at superos dulcis fui fecit
Regilla qui vécut dix-huit ans, remplaçante du foulon Quartionis, moi qui, lorsque je vivais, n’ai causé de douleur à personne, moi qui fut douce envers les Dieux d’en haut.
Début du ier siècle après J.-C.

- 40 AE 1948, n° 69. Rome.
Albana / Potiti vicar(ia) // Potitus / supra iumenta
Albana, remplaçante de Potitus// Potitus, écuyer.
ier siècle après J.-C.

Haut de page

Notes

1 Plaute, Trinumus, 251 : Ducitur familia tota, vestiplica, unctor, auri custos, flabelliferae, sandaligerulae, cantrices cistellatrices.

2 Schmidt, 2003, p. 45.

3 Les différentes études sur le sujet, celles de Treggiari (1976, 1979), Flory (1978), Kampen (1981), Labory (1983), Eichenauer (1988) ne mentionnent pas ou peu les esclaves sans qualification, comme les ancillae ou les ministrae.

4 Treggiari, 1979.

5 Hermann-Otto se penche sur le sort des esclaves nés dans la maison : Hermann, 1994. Buti consacre un article au mariage des esclaves : Buti, 1997. L’affranchissement et la prostitution sont abordés dans les actes d’un colloque consacré aux femmes-esclaves : Reduzzi-Merola, Storchi-Marino, 1999.

6 Mano, 2006, p. 154.

7 Digeste, 40, 4, 59 (Scaevola) : Titia servis quibusdam et ancillis nominatim directas libertates dedit.

8 Code Justinien, 5, 5, 3, 2 (Constantin, 319) : cum ancillis non potest esse conubium, [---] Si enim decurio clam actoribus atque procuratoribus nescientibus alienae fuerit servae coniunctus.

9 Dans le cas présent, le décurion n’est pas un militaire mais un magistrat de la ville.

10 Festus, De la signification des mots, 19 : ancillae dictae ab Anco Marcio rege quod in bello magnum feminarum numerum cepit siue ideo appellantur quod antiqui anculare dicebant pro ministrare.

11 Thesaurus Linguae Latinae, article servus/a et dans les comédies de Plaute, les intrigues sont souvent basées sur cette dichotomie femme esclave : musicienne ou prostituée/femme libre.

12 Les numéros renvoient aux textes donnés en annexe. Plus d’une centaine d’inscriptions mentionnant la fonction de servante et les spécialités qui lui sont proches ont été recensées pour l’Italie et les provinces d’Occident. Mano, 2006, corpus épigraphique.

13 Solin, 1996, p. 260.

14 Ruge, RE, XIX, p. 36.

15 Digeste: 40, 4, 59 (Scaevola).

16 Plaute, Asinaria, 182-184: Illi rei studet: Volt placere sese amicae, volt mihi, volt pedisequae, volt famulis, volt etiam ancillis.

17 Plaute, Miles Gloriosus, 1008.

18 Plaute, Aulularia, 805.

19 Terence, Andria, 123.

20 Cf. supra note n° 14.

21 Sur l’institution du pécule, Finley, 1960, p. 102 ; Gagé, 1964, p. 65 ; Plaute, Asinaria, 541 ; Digeste, 15, 1, 49, 0 (Pomponius) : Non solum id peculium est quod dominus servo concessit : verum id quoque quod ignorante quidem eo adquisitum sit, tamen si rescisset passurus erat esse in peculio/Le pécule est composé non seulement de ce que le maître a accordé à son esclave, mais encore de ce que l’esclave a acquis à son insu et que, cependant, il aurait laissé dans le pécule de son esclave s’il en avait eu connaissance.

22 Digeste, 15, 1, 8 (Paul) ; 2, 14, 28, 2 (Gaius) ; 12, 1, 11, 2 (Ulpien) ; 12, 6, 13 (Paul) ; 41, 2, 1, 5 (Paul) ; 44, 3, 15, 3 (Venonius) ; 46, 2, 34 (Gaius) ; 46, 3, 84 (Proculus).

23 A propos de la formation et de l’éducation des esclaves : Forbes, 1955, TPAPA, p. 321-360.

24 Plutarque, Caton l’Ancien, 21.

25 Sur les esclaves comme partie constituante du pécule d’autres esclaves : Digeste, 3, 2, 4, 3 (Ulpien) ; 15, 1, 9, 1 (Ulpien).

26 La possession d’un vicarius par un esclave est mentionnée à plusieurs reprises dans le Digeste : 15, 1, 37, 1 (Julien) ; 19, 1, 24, 2 (Julien) ; 21, 2 39, 1 (Julien) ; 33, 8, 4 (Gaius) ; 33, 8, 6, 3 (Ulpien).

27 Digeste, 19, 1, 24, 2 (Julien) : servo vendente hominem ; Digeste, 21, 2, 39, 1 (Julien) : si servus tuus emerit hominem.

28 Erman, 1896, p. 14 ; Schneider, RE, VIII, 2, 1958, p. 2049 ; Weaver, 1964, p. 117-128.

29 Digeste, 33, 8, 6, 3 (Ulpien) : si servus et vicarius eius liberi esse iussi sint… et secundum haec vicarius vicarii non communicabitur.

30 Cette idée de l’obligation de remplacement de l’esclave dans la maison avant son affranchissement se retrouve dans le Code Justinien : VI, 46, 6 ; VII, 9, 1 (ve siècle) et dans le Code Théodosien IV, 8, 3 (ve siècle).

31 Plaute, Asinaria, 434.

32 Plaute, Poenulus, 222.

33 Labory, 1983, p. 446.

34 Digeste, 15, 1, 37, 1 (Julien) : si servo tuo permiseris vicarium emere aureis octo.

35 Esclaves en copropriété. Digeste, 14, 3, 13, 2 (Ulpien) : et servum quem ex disparibus partibus habebant.

36 Digeste, 3, 2, 4, 3 (Ulpien) : Pomponius et eum qui in servitute peculiaria mancipia prostituta habuit notari libertatem ait.

37 Digeste, 19, 1, 21, 0 (Paul) : Si sterilis ancilla sit, cuius partus venit, vel major annis quinquaginta, cum id emptor iguoraverit, ex empto tenetur venditor.

38 Gourevitch, 1984, p. 144.

39 Digeste, 21, 1, 14, 1 : Maximum enim ac praecipuum munus feminarum est, accipere, ac tueri conceptum.

40 Digeste, 19, 1, 21, 0 (Paul).

41 Digeste, 21, 1, 14, 0 (Ulpien).

42 Digeste, 21, 1, 14, 7 (Ulpien).

43 Digeste, 21, 1, 15 (Paul).

44 Digeste, 21, 1, 14, 3 (Ulpien) ; Gourevitch, 1984, p. 142.

45 Digeste, 18, 1, 11, 1 ; 19, 1, 11 (Ulpien).

46 Un très grand nombre de textes mentionne ce sujet, mais ils sont parfois contradictoires selon les auteurs et les juristes : Digeste 23, 3, 69, 9 (Papinien) ; 24, 1, 28, 1 (Paul) ; 33, 8, 3 (Paul) ; 21, 1, 31, 2 (Ulpien) ; 47, 2, 49, 5 (Ulpien) ; 20, 1, 32 (Scaevola) ; 22, 1, 10 (Paul) ; 22, 1, 14, 1 (Paul) ; 22, 1, 28, 1 (Gaius) ; 40, 5, 13 (Modestinus) ; 40, 13, 3 (Pomponius) ; 41, 2, 66 (Venonius) ; 41, 3, 36, 1 (Gaius) ; 43, 26, 10 (Pomponius) ; 43, 33, 1, 0 (Julien) ; 44, 2, 7, 3 (Ulpien) ; 45, 1, 83, 8 (Paul) ; 47, 2, 49, 5 (Ulpien) ; 20, 1, 32 (Scaevola) ; 22, 1, 10 (Paul) ; 22, 1, 14, 1 (Paul) ; 22, 1, 28, 1 (Gaius).

47 Digeste, 40, 5, 53, 1 (Marcianus).

48 Sur ce sujet de la vente et du legs des petits esclaves, les textes sont fluctuants, certains défendant clairement la conservation des familles d’esclaves, d’autres les séparant sans vergogne. Mais il faut remarquer l’évolution chronologique : plus l’époque est tardive, plus les textes sont souples sur le sujet et prennent la défense des familles d’esclaves. Digeste, 33, 7, 12, 7 (Ulpien).

49 Térence, Heautontimoruménos, 292 ; Plaute, Curculio, 584.

50 Cette même complicité dans les rapports des femmes avec les servantes se trouvent dans les textes d’Ovide, L’Art d’aimer, I, 370 ; II, 250-260 ; III, 600-610.

51 Térence, Eunuchus, 580-581.

52 Digeste, 29. 5. 28 (Ulpien) : Servi quotiens dominis suis auxilium ferre possunt, non debent saluti eorum suam anteponere. Potuisse autem ancillam, quae in eodem conclavi cum domina sua fuerat, auxilium ei ferre, si non corpore suo, at certè vocem plorantem.

53 Sur ce sujet de l’affranchissement des esclaves avec qui les maîtres entretenaient des liens d’affection : Digeste 40, 1, 13 (Pomponius) ; 40, 1, 14 (Paul).

54 Digeste, 40. 5. 38 (Paul).

55 Térence, Heautontimorumenos, 245.

56 Térence, Hecyra, 365. De même dans le Truculentus de Plaute la courtisane énumère les servantes qui doivent prendre soin d’elle après son accouchement feint, il y a Phitécie, Archilis, Astaphie, Philémie, 477-480.

57 Gordon, 1924, p. 93-111, Mano, 2006, p. 93-103.

58 Térence, Eunuchus, 165. Sur la mode des esclaves éthiopiens cf Théophraste, Les Caractères, 21 : est-il prié à dîner, il s’empresse de s’installer aux côtés de son hôte lui-même, et veille à avoir dans sa suite un Éthiopien. Cléopâtre voulant impressionner Antoine par une réception prestigieuse fera usage d’esclaves éthiopiens comme porte-torches (Athénée, IV, 148b) ; Gordon, 1924, p. 105-107 ; Mano, 2006, p. 52, 47, 48.

59 Il semble, comme on vient de le voir, que certaines nationalités aient été plus à la mode pour les servantes : Plaute, Truculentus, 530, 541.

60 Les servantes ne devaient pas être de jolies filles : Plaute, Mercator, 210 ; Ovide, L’art d’aimer, III, 665.

61 Plaute, Mercator, 413-417.

62 Plaute, Truculentus, 772.

63 Ovide, Fastes, II, 740 ; Tristes, IV, 1, 11 ; Héroïdes, III, 75.

64 Térence, Eunuchus, 580, 592.

65 Térence, Heautontimoruménos, 124.

66 Idem, 451.

67 Plaute, Mercator, 395-398, 7-8.

68 Apulée, Métamorphoses, I, XXIII, 7 ; II, VII, 1-5.

69 Idem, II, XXIV, 8.

70 Digeste, 33, 7, 12, 5 ; 33, 7, 12, 6 (Ulpien).

71 Juvénal, Satires, VI, 497-499.

72 Plaute, Truculentus, 51-53. D’autres références précisent cette idée de la servante équivalente à un bien : Plaute, Menaechmus, 120 ; Térence, Heautontimoruménos, 892-893 ; Horace, Satires, II, 3, 215.

73 Digeste, 30, 0, 45 (Pomponius) ; 33, 8, 15 (Alfénus Varus).

74 Térence, Heautontimoruménos, 245-51 ; La servante est synonyme de richesse dans d’autres passages : idem, 892 ; Phormio, 665.

75 Martial, Epigrammes, XI, 32.

76 Apulée, Métamorphoses, I, XXI, 7.

77 Sénèque, la Colère, II, 25, 1 et 3.

78 Sur l’insolence des servantes : Ovide, L’art d’aimer, II, 525 ; Plaute, Menaechmus, 619.

79 Ovide, L’art d’aimer, III, 239-240.

80 Plaute, Aulularia, 69-70.

81 Juvénal, Satires, VI, 492 ; Plaute, Aulularia, 48-49.

82 Digeste, 7, 1, 23, 1 (Ulpien) : Cassius explique, dans le livre 8 du droit civil, que l’usufruitier avait le droit de châtier modérément l’esclave, mais il fallait qu’il fasse en sorte de ne pas le faire périr sous le fouet ou le bâton : vi neque torqueat, neque flagellis caedat.

83 Pline Le Jeune, Lettres, III, 14.

84 Schilling, 1967, p. 48. Gager, 1992, p. 19.

85 Gaius, Institutes, I, 160 : item feminae, quae ex senatusconsulto Claudiano ancillae fiunt eorum dominorum quibus inuitis et denuntiantibus dominis cum servis eorum coierint.

86 Digeste, 40, 5, 24, 6 (Ulpien) ; 48, 19, 28, 6 (Callistrate) ; 48, 23, 4 (Paul) ; 49, 15, 6 (Pomponius).

87 Valère Maxime, VI, 6, 7 ; Martial, Epigrammes, IV, 66 ; XII, 58, III, 33 ; Horace, Satires, I, II, 115-116 ; Ovide, L’Art d’aimer, I, 375-376 ; 383-384, III, 665-666, I, 375-376, 383-385, III, 665-666 ; Les Amours, II, 7, 17-18 ; II, 8, 10-15 ; II, 8, 10-15 ; Plaute, Stichus, 431-432 ; Apulée, Métamorphoses, II, 6, 6, II, 7, 7, II, 17, 1 ; Pétrone, Satiricon, CXXVI ; Horace, Odes et épodes, II, 4, 1. Costabile, 2001, MEP, p. 447-474 ; Guzzo, Scarano, MEFRA, 113, 2001, p. 981-997.

88 Affranchissement de servantes en vue de mariage : Digeste 37, 14, 6, 3 (Paul) ; 38, 1, 48, 2 (Hermogenius) ; 40, 1, 13 (Livre du devoir des proconsuls) ; 40, 1, 20, 2 (Ulpien) ; 40, 5, 5, 12 (Gaius) ; 40, 9, 21 (Modestinus).

89 Gaius, Institutes, I, 82.

90 Idem, I, 85.

91 Digeste, 20, 1, 8 (Ulpien).

92 Treggiari, 1976, p. 96-98 ; Mano, 2006, p. 75-81.

93 Boulvert, 1970, p. 122 ; Schmidt, 2003, p. 198.

94 Plutarque, Caton l’Ancien, 6.

95 CIL VI 5197: Musico T(iberi) Caesaris Augusti / Scurrano disp(ensatori) ad fiscum Gallicum / provinciae Lugdunensis / ex vicari(i)s eius qui cum eo Romae cum / decessit fuerunt bene merito / Venustus negot(iator) / Decimianus sump(tuarius) / Dicaeus a manu / Mutatus a manu / Creticus a manu // Agathopus medic(us) Epaphra ab argent(o) / Primio ab veste / Communis cubic(ularius) / Photus pediseq(uus) / Tiasus cocus // Facilis pediseq(uus) / Anthus ab arg(ento) / Hedylus cubicu(larius) / Firmus cocus / Secunda.

96 Halkin, 1897, p. 167.

97 Tous mes remerciements à Jean-Marie Pailler pour son accompagnement bienveillant sur les chemins sinueux de la recherche.

98 Dater les inscriptions n’est pas toujours aisé et est parfois impossible. Lorsque la datation est précise (ex. : 100-150 ou par nom d’empereur), elle est empruntée à H. Solin : Die Stadtrömischen sklavennamen, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1996 ou issue de l’Année Epigraphique. Pour le reste, la datation, personnelle, est plus large et basée sur les indications telles que le formulaire funéraire, la paléographie, le lieu de découverte (monument funéraire familial identifié), le support (urne ou sarcophage) ou la mention de personnages connus par l’inscription.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Mano, « La servante dans le monde romain : une figure oubliée », Pallas, 90 | 2013, 311-334.

Référence électronique

Sophie Mano, « La servante dans le monde romain : une figure oubliée », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/1045 ; DOI : 10.4000/pallas.1045

Haut de page

Auteur

Sophie Mano

Docteur en Histoire romaine
Université de Toulouse II-Le Mirail
manosophie@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org