Navigation – Plan du site
V. Varia

Entre imitatio Alexandri et imitatio Herculis : Pompée et l’universalisme romain

“Between imitatio Alexandri and imitatio Herculis : Pompey and Roman universalism”
Donata Villani
p. 335-350

Résumés

Pompée était, dans les années 60 av. J.-C., l’homme fort de Rome. Il avait triomphé trois fois, sur les trois continents qui bordaient la mer Intérieure ; il fut le premier à se revendiquer d’un universalisme qu’Auguste devait récupérer quelques décennies plus tard. En ce sens, Pompée incarnait la transition entre un monde romain centré sur la Méditerranée et un monde dont les horizons s’élargissaient jusqu’à l’Océan. L’affirmation de cet universalisme dans le discours organisé autour de lui, passait, entre autres, par l’utilisation des figures de précédents conquérants et héros civilisateurs comme celles d’Alexandre ou d’Héraclès. L’analyse portera sur la place et la signification des imitationes Alexandri et Herculis dans le discours pompéien de conquête et de domination du monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On ne connaît pas l’intitulé officiel du deuxième triomphe de Pompée. Velleius Paterculus, II, 30, (...)
  • 2 Sablayrolles, 2006, p. 344.
  • 3 Cicéron, De Prou. Cons., 31 : « Depuis longtemps, nous voyons que cette mer immense, dont l’insécur (...)

1Pompée, qui survit dans l’historiographie moderne dans l’ombre de César, était dans les années 60 av. J.-C. l’homme fort de Rome. Il avait, à l’égal des plus grands généraux romains, triomphé trois fois. Tout d’abord ex Africa, en 79 av. J.-C., après sa victoire sur les derniers marianistes, alors qu’il n’était âgé que de 26 ans. Son second triomphe eut lieu en 71 av. J.-C., après ses campagnes en Gaule du Sud et contre Sertorius, et il est intitulé, selon les auteurs, ex Hispania ou ex Europa1. Mais ce sont surtout ses victoires orientales, sur les deux ennemis alors les plus menaçants de Rome, qui lui valurent d’être reconnu comme un général hors pair et d’obtenir un triomphe grandiose en 61 av. J.-C., dont il est difficile de connaître l’intitulé précis, mais qui s’apparentait sans doute à un triomphe sur l’Orient dans son ensemble. Pompée avait en effet, au terme de deux campagnes successives, libéré la Méditerranée des pirates ciliciens qui l’infestaient depuis plusieurs décennies (67 av. J.-C.), et vaincu Mithridate Eupator, roi du Pont (63 av. J.-C.). À la suite de cette dernière victoire, il avait procédé à la réorganisation de la région en y consolidant la présence romaine. Pompée était ainsi, pour les Romains de son époque, le sauveur de Rome, le « héros providentiel »2. C’était grâce à lui, comme l’affirme Cicéron, que la Méditerranée était véritablement devenue un lac romain, protégée à l’est par trois nouvelles provinces3.

  • 4 Cicéron, Pro Balbo, 6, 16 ; 4, 9 ; Pro Sestio, 31, 68 ; 61, 129 ; Velleius Paterculus, II, 53, 3 ; (...)

2Pompée, qui pour nous, Modernes, pourrait sembler « méditerranéen » au vu de l’échelle géographique de ses actions, qui n’ont pas été menées à l’est au-delà du Caucase, était, pour ses contemporains, le conquérant de l’oikouménè. En effet, le discours développé autour du général romain et de ses campagnes est un discours universalisant, de domination du monde entier, dont témoignent les nombreux indices qui parsèment les récits de ses conquêtes, de ses triomphes, et dont le théâtre du Champ de Mars, inauguré en 55 av. J.-C., est le symbole le plus significatif. Le thème du triomphateur sur les trois continents bordant la mer Intérieure, développé par l’historiographie ancienne4, sert alors les ambitions d’un triomphe sur le monde entier. Pompée est, pour les Anciens, le premier à se revendiquer d’un universalisme dont Auguste devait se parer quelques décennies plus tard. Le discours universalisant, comme une anticipation, une tension vers ce qui devait être l’idée porteuse de Rome dans les années à venir, fait de Pompée l’incarnation de la transition entre un monde romain centré sur la Méditerranée et un monde dont les horizons s’étendent désormais jusqu’à l’Océan Extérieur. Ce moment-Pompée est un moment essentiel dans la dynamique de conquête et dans l’installation de la domination romaine en Méditerranée, mais aussi dans l’évolution de la perception et de la représentation du monde conquis et à conquérir.

3À cette époque, la trajectoire de Pompée semble offrir à l’historiographie des dynamiques similaires à celles offertes par Alexandre. Le parallèle figure dans l’œuvre de Plutarque, qui marque la césure entre l’ascension militaire et politique de Pompée jusqu’à son troisième triomphe et ce qu’il juge être sa « décadence » par cette phrase :

  • 5 Plutarque, Pomp., 46, 2 (trad. A.-M. Ozanam, Gallimard).

Comme il eut été préférable pour lui de terminer sa vie, alors qu’il avait la fortune d’Alexandre […]5.

4La comparaison avec Alexandre est présente dès les premières lignes de la Vie que le philosophe consacre au général romain. Le rapprochement, établi à partir des deux indices les plus manifestes de l’imitatio Alexandri de Pompée (la fameuse anastolè, que l’on retrouve sur les portraits de Pompée qui nous sont parvenus, ainsi que le cognomen Magnus) intervient dès le deuxième paragraphe :

  • 6 Plutarque, Pomp., 2, 2-3.

Ses cheveux étaient légèrement relevés, et il avait dans les yeux un éclat humide qui lui donnait une ressemblance, moins visible pourtant qu’on ne le prétendait, avec les portraits du roi Alexandre. Aussi beaucoup lui donnèrent-ils ce surnom, qu’il ne refusa pas, et il y en avait même, dès cette époque, qui l’appelaient ainsi pour se moquer de lui.6

5Plutarque n’est ainsi pas étranger à la construction de l’image du Pompée-Alexandre, et ce de façon paradoxale : c’est en effet César, rappelons-le, et non Pompée, que le biographe compare au Macédonien dans ses Vies.

  • 7 Green, 1998, p. 194 et suiv.
  • 8 Gruen, 1998, p. 178.
  • 9 Tite Live 26, 19, 5-6, par exemple, rapporte, sans toutefois nommer Alexandre, la naissance miracul (...)
  • 10 Voir les nombreux ouvrages et articles qui traitent du sujet, parmi lesquels : A. Heuss, 1954, p. 8 (...)
  • 11 Les principales biographies consacrées à Pompée sont celles de M. Gelzer (1949), de J. Van Ooteghem (...)
  • 12 Sur ce sujet, voir par exemple J. Leach: « The full significance of the campaign on which Pompey no (...)
  • 13 À propos du trophée : Gelzer, 1949, p. 59.
  • 14 Voir à titre d’exemple J. Leach: « Due partly to force of circumstance, partly, no doubt, to someth (...)
  • 15 Voir en particulier E. Gruen (1998), qui traite de l’imitatio Alexandri en général, ainsi que l’app (...)

6Plus que les exploits accomplis par Alexandre le Grand, c’est la légende qui lui survécut, grâce à ses historiens, qui imprégna les esprits à Rome et dans l’ensemble du monde hellénistique. L’image rendue pérenne du conquérant, connue à travers les textes grecs et latins, ne manquait pas de susciter l’admiration et se révélait être un exemple attractif. L’imitatio Alexandri désignait ainsi l’ensemble des usages et des appropriations suscitées par la figure d’Alexandre. Le concept, qui recouvrait des réalités diverses et complexes, a été précisé par P. Green, qui a classé les termes anciens qui s’y rapportent en trois catégories : l’imitatio à proprement parler, soit la volonté consciente d’imiter, l’aemulatio, celle de rivaliser avec le modèle, et enfin la comparatio, lorsque le rapprochement entre le candidat et le modèle est suggéré par un tiers7. Ce concept, « bancal »8 pour E. Gruen, est souvent considéré comme acquis ou entièrement remis en cause. Le premier personnage concerné par l’imitatio Alexandri est Scipion l’Africain (235-183), que certains auteurs anciens n’ont pas hésité à rapprocher d’Alexandre par l’intermédiaire d’anecdotes9. Cependant, Pompée est généralement considéré comme le premier des imperatores à s’être revendiqué de façon aussi constante et régulière d’Alexandre10. L’archétype plutarquéen du nouvel Alexandre a ensuite été repris de façon systématique – quelle que soit la place accordée au motif – par l’ensemble des biographes modernes du général romain11. Alexandre intervient ainsi unanimement, conformément aux sources anciennes, lors de sa campagne orientale12. Mais certains, comme M. Gelzer ou J. Leach, n’hésitent pas à formuler le rapprochement dès la campagne contre Sertorius, à propos de la construction du trophée de Panissars ou de la fondation de la ville de Pompaleo, sans que les sources ne l’aient fait avant eux13. Il faut ainsi reconnaître que les biographes modernes de Pompée ont souvent traité la question de l’imitatio Alexandri de façon inégale, l’utilisant plus souvent comme une évidence que comme objet d’une analyse critique et lui donnant parfois uniquement une fonction rhétorique14, ce qui a incité certains chercheurs à remettre en cause les fondements du phénomène15.

7Pour rouvrir le débat, nous nous proposons d’éclairer le problème des rapports entre Pompée et l’imitatio Alexandri à la lumière du contexte que nous avons appelé le moment Pompée, c’est-à-dire cette période de transition durant laquelle le discours universalisant semble atteindre son paroxysme. Ce moment correspond également, selon nous, au développement et à l’apogée de l’imitatio Alexandri, justement incarnée par Pompée. Cela nous permettra de montrer que le réseau de représentations qui relie Pompée à Alexandre et à travers ce dernier - c’est notre hypothèse - au modèle d’Héraclès, ne fait sens que dans le contexte de l’élargissement des horizons romains. Le recours à la figure d’Alexandre pouvait servir, précisément, l’image d’un Pompée conquérant universel. Nous nous proposons ainsi, à travers cette étude, de réévaluer quelques-uns des points d’ancrage de l’imitatio Alexandri de Pompée récemment remis en cause dans les articles cités, sous le nouvel éclairage d’un contexte pris dans sa globalité, en laissant de côté les arguments « classiques » que constituent la ressemblance physique entre les deux personnages ou encore le cognomen Magnus. Ces aspects se révèlent en effet peu intéressants pour notre démarche, qui s’appuiera davantage sur ce que représentait la figure d’Alexandre dans l’imaginaire romain, sur les valeurs de conquête et de civilisation qu’il incarnait. Nous nous concentrerons pour cela sur les campagnes caucasiennes de Pompée. Celles-ci constituent en effet un épisode permettant, nous semble-t-il, d’accéder à la signification de l’imitatio Alexandri de Pompée, c’est-à-dire à l’ensemble des valeurs qu’incarnait la figure d’Alexandre, mais aussi le propre modèle de celui-ci : Héraclès.

1. Dans les pas d’Alexandre : Pompée dans le Caucase

8La campagne menée par Pompée en Orient (66 – 63 av. J.-C.), en particulier son expédition dans le Caucase (66 av. J.-C.), est l’épisode le plus emblématique de son imitatio Alexandri. C’est, nous l’avons précisé, dans les récits de sa campagne orientale et du triomphe qui s’ensuivit que l’image du Pompée-nouvel Alexandre est la plus affirmée, tant chez les Anciens que chez les biographes modernes du général romain.

  • 16 Plutarque, Pomp., 35, 1.

9Rappelons d’abord brièvement les faits : après avoir soumis l’Arménie, Pompée s’était lancé à la poursuite de Mithridate qui avait trouvé refuge dans le Bosphore Cimmérien. Ce faisant, Pompée avait vaincu les Albans et les Ibères, mais il fut, selon Plutarque16, détourné de son objectif par une nouvelle défection des Albans. Lors de la deuxième bataille contre ces derniers, Pompée combattit également contre les Amazones. Laissant Mithridate à son sort, il se dirigea ensuite vers la mer Caspienne mais dut rebrousser chemin en raison des nombreux serpents qui infestaient la zone. Il retourna à Amisos où il compléta la réorganisation des territoires soumis commencée l’année précédente, avant de se diriger au sud vers la Syrie.

  • 17 Gruen, 1998, p. 183 et suiv.
  • 18 Cicéron, Arch., 24.
  • 19 Gruen, 1998, p. 186.
  • 20 L’argument est repris par D. Martin (1998, p. 45 et suiv). L’article de D. Martin, consacré uniquem (...)

10E. Gruen dresse, dans son article, la liste des points ayant, dans ce contexte, servi la comparaison17 : ainsi le catalogue des peuples et des régions vaincues par Pompée entre la mer Noire et le golfe persique, la fondation de nouvelles cités portant son nom, les ambitions territoriales de Pompée qui correspondaient à celles d’Alexandre, c’est-à-dire jusqu’à l’Océan Extérieur. La présence des Amazones, le rôle de Théophane de Mytilène aux côtés de Pompée, qui aurait revêtu une fonction similaire à celle de Callisthène aux côtés d’Alexandre, le triomphe spectaculaire de Pompée à l’issue de la campagne, durant lequel il aurait endossé la propre chlamyde d’Alexandre, sont autant de rapprochements rappelés pêle-mêle par E. Gruen, qui s’attache, par la suite, à les réfuter point par point, au nom de trois grands arguments. Le premier est l’absence quasi permanente de comparaisons explicites opérées par les auteurs anciens lorsqu’ils relatent ces épisodes, interprétés par les Modernes comme constituant des exemples d’imitatio Alexandri. C’est le cas de la bataille durant laquelle Pompée eut à affronter les Amazones, ou encore pour ce qui est de la magnanimité de Pompée à l’égard des vaincus. Le deuxième argument concerne la validité même d’un modèle tel qu’Alexandre. Ainsi le parallèle dressé par Cicéron entre Pompée et Alexandre à propos de Théophane de Mytilène et de Callisthène18, les historiens chargés de rapporter leurs exploits, est remis en cause par E. Gruen, qui précise, avec une certaine ironie, qu’en tuant Callisthène, Alexandre ne se révélait pas exactement un modèle à imiter19. L’ambivalence de l’image d’Alexandre devait ainsi constituer en elle-même un obstacle au souhait d’imiter le personnage. Enfin le troisième grand argument de l’auteur pour relativiser l’importance de l’imitatio Alexandri dans l’action de Pompée est la nécessité pour ce dernier de s’être comporté de la manière dont il l’a fait pour des raisons pragmatiques. Ainsi la fondation de cités, pour ne citer qu’un exemple, était-elle motivée par des objectifs stratégiques plus que symboliques, et non, de ce fait, par la volonté de se conformer à la pratique de son illustre prédécesseur20.

11Pour répondre à ces critiques, il est nécessaire d’élargir la vision de l’imitatio Alexandri de Pompée, d’en saisir les finalités, et surtout de comprendre ce qu’incarnait Alexandre aux yeux des Romains et de Pompée. Car c’est bien sur le plan de l’imaginaire que nous souhaitons situer l’analyse. L’imitatio Alexandri ne mobilise pas en bloc le personnage historique d’Alexandre ni la tradition parfois anecdotique qui l’entoure, mais bien la figure d’Alexandre comme réceptacle de valeurs, comme vecteur des représentations dont elle est investie par l’« alexandrographie ». Il s’agit donc de reformuler les termes du débat en nous intéressant à la place et à la signification de la figure d’Alexandre dans le discours pompéien, révélateur de l’idéologie universalisante de l’époque.

12La campagne caucasienne de Pompée, aux marges du monde connu des Romains, qui mobilisait tout un imaginaire lié à ces espaces de frontières, offre à ce titre un terrain d’étude intéressant pour notre propos. L’importance des espaces de frontière inconnus dans la dynamique impérialiste de Rome a été mise en valeur par D. Braund, dans un article de 1986, pour lequel il a choisi l’exemple du Caucase, région également au cœur de son ouvrage de 1994, Georgia in Antiquity. L’auteur en restitue la portée du point de vue de l’imaginaire gréco-romain.

  • 21 Strabon, 2, 5, 31.
  • 22 La géographie héritée des conquêtes d’Alexandre avait d’ailleurs fortement influencé la façon romai (...)

13La région du Caucase, et en particulier la Colchide, constituait le lieu des confins par excellence. Elle présentait un accès à l’Océan, ce qui la reliait aux autres régions de frontière qu’étaient l’Egypte, la Lybie, ou encore l’Inde21. Cette dernière était, depuis les campagnes d’Alexandre, considérée proche du Caucase, les montagnes caucasiennes s’étendant de la mer Hyrcanienne jusqu’en Inde où était situé le supplice de Prométhée22. Lointaine et exotique, cette région, dans laquelle s’ancraient de nombreux mythes ainsi qu’une partie de la geste d’Alexandre, était sans doute attractive pour un imperator tel que Pompée, encore en quête d’une place prépondérante à Rome.

  • 23 Braund, 1994, p. 14.
  • 24 J. Leach (1978, p. 78) voit dans ce comportement une imitation directe du modèle Alexandre.
  • 25 Pline, NH, 25, 5.
  • 26 Théophane de Mytilène constitue d’ailleurs une source importante de Strabon pour ces régions caucas (...)

14Or, comme le souligne D. Braund, l’impérialisme romain était aussi exploration23. La campagne orientale de Pompée se voulait ainsi une expédition scientifique24, comme en témoignent les nombreuses variétés de faune et de flore qu’il fit défiler lors de son triomphe. Pompée avait surtout pris soin de se faire accompagner de « scientifiques » chargés d’étudier, décrire ou conserver les spécimens inconnus. La démarche du général romain, qui demanda à son affranchi Lanaeus de traduire une œuvre attribuée à Mithridate, retrouvée parmi des documents concernant les poisons et leurs antidotes, ainsi que diverses propriétés de plantes, est en ce sens à souligner25. Pompée s’employait ainsi à faire entrer non seulement un nouveau territoire, mais aussi des connaissances dans la sphère romaine de son temps. Là résidait également la fonction de Théophane de Mytilène : rapporter les exploits de Pompée, bien sûr, mais aussi les descriptions des peuples et des régions inconnus des Romains26. Nul besoin ici pour les Anciens de rappeler, après Cicéron, le précédent que constituait Alexandre. Pompée se comportait en conquérant des marges, à l’image du plus emblématique d’entre eux, et les faisait entrer dans le territoire de la connaissance romaine.

  • 27 Plutarque, Pomp., 36, 1.
  • 28 Pline, NH, 6, 51 ; sur cet épisode, voir Sablayrolles, 2006, p. 346.

15L’épisode de la mer Caspienne est, à ce titre, également révélateur de l’attitude de Pompée. Après sa deuxième victoire contre les Albans, il se dirigea, nous dit Plutarque, vers la mer Caspienne27. S’il ne réussit pas à en atteindre les rivages à cause de la présence des serpents – souvent associés aux régions d’eschatiai –, il s’en fit apporter de l’eau pour la goûter. Alexandre, en effet, s’était prêté avant lui à cette expérience afin de déterminer, par la preuve, la nature de la mer Caspienne : une eau salée aurait signifié qu’elle était ouverte sur l’Océan. Une eau douce, en revanche, que la mer était fermée. Alexandre affirma que la mer Caspienne était fermée, et Pompée, dans les pas d’Alexandre, confirma que son eau était douce. Le débat n’était d’ailleurs pas clos à l’époque du général romain. Ainsi Pline l’Ancien, convaincu, lui, que la mer Hyrcanienne était un golfe, composa-t-il avec les affirmations d’Alexandre et de Pompée, imputant la douceur de son eau à la présence des nombreux fleuves qui se jetaient dedans28.

16Surtout, comme toutes les régions de frontières, la Colchide concentrait de nombreux mythes et légendes, parmi lesquels les différentes versions de l’histoire de Jason et des Argonautes, incluant ou non Héraclès et Prométhée. D. Braund le rappelle : certains personnages historiques, rivalisant avec les héros mythiques, finissaient par entrer à leur tour dans les récits mythiques. C’est précisément le cas d’Alexandre. Les épisodes caucasiens de sa geste le liaient de facto aux mythes de Prométhée et d’Héraclès ou encore de Dionysos (le Caucase était alors conçu, nous l’avons dit, comme s’étendant de la mer Noire à l’Inde). Il eut également affaire aux créatures mythiques qui peuplent ce territoire comme les Amazones. Appien présente la campagne de Pompée dans la région en ces termes :

  • 29 Appien, Mith., 103, 477-478 (trad. P. Goukowsky, CUF).

Pompée envahissait la Colchide pour s’informer sur le séjour qu’y avaient fait les Argonautes, les Dioscures et Héraclès ; il voulait surtout voir l’endroit du Caucase, où, dit-on, Prométhée souffrit son supplice.29

  • 30 Plutarque (Pomp., 35, 5), au contraire d’Appien (Mith., 103), concède qu’aucun corps de femme ne fu (...)
  • 31 Sablayrolles, 2006, p. 345-346.

17On retrouve, dans ces quelques lignes, l’ensemble des thèmes mythiques qui caractérisent la région. Comme Alexandre avant lui, aux confins du monde, Pompée fut confronté aux Amazones, qui prirent part à la deuxième bataille contre les Albans. En faisant intervenir les Amazones dans le récit qu’il fait de l’épisode, Plutarque, dans un effort de rationalisation, ancre le mythe dans une topographie rigoureuse et précise30 ; il permet, dans le même temps, au personnage de Pompée de rivaliser, à la manière d’Alexandre, avec les héros mythiques de la région et de prendre place parmi eux31.

  • 32 Dion Cassius, 37, 3, 3.

18La campagne orientale de Pompée était en réalité, nous y reviendrons, bien plus qu’une guerre contre Mithridate. La poursuite du roi du Pont peut en effet difficilement être considérée comme telle. Pompée l’avait abandonné à son sort, alors qu’il s’était réfugié au nord dans le Bosphore Cimmérien, même si la flotte de Servilius en mer Noire avait pour tâche de le contenir dans la région32. Lorsque Pompée décida de poursuivre sa marche vers l’est, en Colchide, puis en direction de la mer Caspienne, il s’agissait bien d’explorer des territoires qui lui étaient inconnus. Les campagnes contre les Albans et les Ibères, de même que son départ vers le sud ensuite, en direction de la Syrie et de la Judée, sont ainsi difficilement justifiables – du moins si l’on s’en tient au pragmatisme comme seul moteur de l’action humaine - sur les plans militaire et stratégique.

  • 33 Braund, 1994, p. 161-162.
  • 34 R. Seager (1979, p. 48-49) parle à propos de ces régions d’« écran protecteur » du Pont.
  • 35 Sablayrolles, 2006, p. 350.
  • 36 Nous n’oublions pas les intérêts économiques que représentait cette poussée vers le sud. Les riches (...)

19D. Braund souligne les incohérences des sources concernant le passage de Pompée en Colchide. Les récits contiennent probablement certains des arguments qui visaient à justifier, à Rome, le comportement de Pompée, alors accusé d’avoir laissé filer l’ennemi33. On peut certes relever, à la suite de l’auteur, certains des intérêts qu’auraient eus les Romains à assurer une présence militaire en Albanie et en Ibérie, comme empêcher une éventuelle assistance à Mithridate, ou bien veiller à la stabilisation politique de la région34. Cependant, ces explications ne sont pas entièrement satisfaisantes. Pompée s’est bien abstenu, en premier lieu, de poursuivre Mithridate dans le Bosphore Cimmérien. De nouveau, comme le précise R. Sablayrolles, la stratégie pompéienne qui a consisté à mettre en place un blocus de la région, plutôt que de se lancer dans une poursuite difficile, est recevable, mais n’explique pas ensuite le départ de Pompée vers la Syrie. Il aurait très bien pu attendre les effets de son entreprise dans la région, de façon à conclure l’affaire au plus vite35. Au contraire, Pompée poussa plus loin sa campagne, prenant Jérusalem et marchant dans le désert vers Petra36. Seule l’annonce de la mort de Mithridate semble l’avoir détourné précipitamment de la guerre qu’il menait contre les Nabatéens. La rationalité exigée par les objectifs militaires qui étaient supposés être les siens, à savoir défaire Mithridate, ne fut en aucun cas respectée. Et les critiques à Rome, nous l’avons dit, ne manquèrent pas de fuser. D’autres explications sur les raisons de son comportement peuvent ainsi être avancées, qui ne s’opposent pas à celles, pragmatiques, que nous venons d’évoquer. Parmi elles, il n’y a pas de raison de douter du désir de Pompée, rappelé par Plutarque, d’atteindre la mer Rouge.

  • 37 Plutarque, Pomp., 38, 4.

Un désir passionné le tenait de reprendre la Syrie et de s’avancer à travers l’Arabie jusqu’à la mer Rouge, afin d’atteindre par ses victoires l’Océan qui entoure de tous côtés le monde habité.37

  • 38 Sablayrolles, 2006, p. 352 : « La stratégie des confins, fondée sur les images allégoriques d’Alexa (...)

20L’ambition personnelle de se voir hissé au niveau des plus grands conquérants, au premier rang desquels Alexandre, a très probablement constitué un des moteurs de la campagne orientale de Pompée38. Les deux dimensions, stratégique et pragmatique d’une part symbolique d’autre part, cohabitaient, et il n’est pas nécessaire de les opposer.

  • 39 Sablayrolles, 2006, p. 345.

21Il est ainsi difficile de nier l’importance du modèle Alexandre durant la campagne orientale de Pompée. Ce dernier se voulait, à l’image du Macédonien, le conquérant des marges. Alexandre avait ancré son histoire dans celle mythique du Caucase, et Pompée ne pouvait pas entrer dans la région sans penser à son prédécesseur, mettant, de fait, ses pas dans les siens. La figure d’Alexandre permettait en retour à Pompée de nourrir la propagande des eschatiai. Comme l’écrit R. Sablayrolles39, « l’importance des confins dans la carrière de Pompée se mesure plus à la représentation qui en fut organisée que dans la réalité de ses expéditions ». Dans cette perspective, la figure d’Alexandre constituait un des leviers de la propagande selon laquelle Pompée avait conquis le monde habité jusqu’à ses marges. La légende qui l’entourait participait également de la représentation de la géographie des confins telle qu’elle était conçue à Rome.

2. D’Alexandre à Héraclès : Pompée en Ibérie

22Si Plutarque est sans doute l’un des principaux artisans de la formation de l’image de Pompée – nouvel Alexandre pour les Modernes, il fait intervenir, avant même le Macédonien, une autre figure qui lui est très liée et tout aussi essentielle dans le discours pompéien : Héraclès. La Vie de Pompée débute en effet par ces lignes :

  • 40 Plutarque, Pomp., 1, 1.

À l’égard de Pompée, le peuple romain se trouva, dès l’origine, semble-t-il, dans les mêmes dispositions que le Prométhée d’Eschyle à l’égard d’Héraclès, lorsque, sauvé par celui-ci, il s’écrie : né de mon ennemi cet enfant m’est très cher.40

  • 41 Sablayrolles, 2006, p. 345.
  • 42 Elle est ainsi mentionnée par Strabon, probablement à la suite de Théophane de Mytilène (XI, 2, 18 (...)
  • 43 Appien, Mith., 101. Pour Strabon (I, 3, 21) les Ibères orientaux seraient venus d’Espagne.
  • 44 Braund, 1994, p. 20.
  • 45 Moret, 2006, p. 39-76.
  • 46 Braund, 1994, p. 168.
  • 47 Strabon, XI, 2, 19.
  • 48 Sur ces aspects, voir Braund, 1994, p. 17-21 ; Moret, 2006, p. 54-55.

23La référence à Héraclès, quelques lignes avant le rapprochement opéré avec Alexandre, permettait de placer d’emblée le personnage dans la lignée des conquérants et bienfaiteurs du monde jusqu’à ses confins41. Continuons de nous intéresser aux épisodes caucasiens de la campagne de Pompée, en particulier à la bataille qu’il livra contre les Ibères après avoir vaincu une seconde fois les Albans, et essayons d’en dégager le sens dans le discours pompéien. Pour la première fois, en effet, avec les campagnes caucasiennes de Pompée, l’Ibérie orientale apparaissait réellement aux yeux de Rome42, alors que l’Ibérie occidentale était déjà bien attestée dans les sources. Ce fait est d’autant plus intéressant que les Ibères sont un peuple sur lequel Pompée avait déjà triomphé une décennie auparavant, en Espagne. On peut ainsi s’interroger sur les raisons de cette « répétition ». Plusieurs possibilités ont été envisagées concernant le lien entre les deux Ibérie, tant par les auteurs anciens que par les Modernes. Il pouvait ainsi s’agir, pour Appien, de liens généalogiques, les uns étant les ancêtres des autres, ou bien d’une coïncidence, les deux peuples portant simplement le même nom43. Cependant, l’existence des deux Ibérie se justifie sans doute par des raisons d’ordre plus géographique que de filiation44. P. Moret le rappelait récemment : « l’existence de symétries et de correspondances entre les diverses extrémités du monde est un des fondements de la géographie et de l’ethnographie grecques, à l’époque archaïque surtout, mais encore jusqu’à l’époque hellénistique »45. Et l’idée selon laquelle l’Ibérie occidentale et l’extrémité orientale du Pont, dans le Caucase, constituaient les limites de l’oikouménè, persistait à l’époque qui nous intéresse. D. Braund a bien souligné les correspondances établies entre la région de la Colchide et certaines eschatiai occidentales : ainsi les Albans étaient-ils mythiquement liés aux Italiens par une supposée descendance commune de la population d’Albe en Italie46. Les deux Ibérie étaient, elles aussi, liées par de multiples caractéristiques et thèmes mythiques. Ainsi, par exemple, la présence d’or dans les récits mythiques (pommes et toison) ou dans les mines47, et de serpents qui gardaient les lieux. Plus intéressant pour notre propos, les deux Ibérie, situées l’une et l’autre à une extrémité du monde, comportaient chacune un accès – dangereux – à l’Océan, à travers le détroit des Colonnes d’Hercules à l’ouest et par le fleuve Phase à l’est. La symétrie des conquêtes menées par Pompée aurait ainsi eu valeur de conquête du monde habité dans son ensemble, jusqu’aux limites imposées par l’Océan. Surtout, les différentes versions du mythe d’Héraclès s’enracinaient dans les deux Ibérie, permettant de les lier géographiquement, chacune à une extrémité de la terre48. L’ombre d’Héraclès, conquérant de l’oikouménè de l’Orient jusqu’à l’extrême Occident est ici essentielle. À l’image du héros, Pompée matérialisait les liens entre les deux Ibéries.

  • 49 Outre l’importance qu’ils occupent dans les différents récits de la campagne de Pompée, les Ibères (...)
  • 50 Arrivé à cette extrémité méridionale du monde, il avait affronté, au cours d’une chasse, des lions (...)

24Il est ainsi difficile de penser que la victoire sur les Ibères orientaux n’était en rien liée à celle sur les Ibères occidentaux de la décennie précédente. Au vu de l’insistance marquée sur cette victoire49, on pourrait penser qu’elle avait valeur de complément, en quelque sorte, de sa victoire sur les Ibères occidentaux de 71 av. J.-C., dans le sens où la symétrie de la conquête impliquée par la situation géographique des deux Ibéries faisait de Pompée le conquérant de l’oikouménè jusqu’à ses extrémités, comme Héraclès avant lui. Du reste, son troisième triomphe ne se voulait pas autre chose qu’un triomphe sur le monde entier. Pompée, après avoir atteint les limites méridionales du monde au cours de sa campagne africaine50, et occidentales, au terme de sa victoire contre Sertorius, faisait de même avec les eschatiai orientales, atteignant de toutes parts l’Océan qui entoure le monde, selon le souhait rappelé par Plutarque, déjà évoqué le tenait :

  • 51 Plutarque, Pomp., 38, 4- 5.

Un désir passionné […] d’atteindre par ses victoires l’Océan qui entoure de tous côtés le monde habité. En effet, il avait été le premier, en Afrique, à s’avancer en maître jusqu’à la mer Extérieure ; de la même manière, en Espagne, il avait donné pour limite aux Romains l’Océan Atlantique, et en troisième lieu, récemment, lorsqu’il poursuivait les Albans, il avait failli parvenir à la mer Hyrcanienne.51

  • 52 Bonnet, 1992, p. 168.
  • 53 Bonnet, 1992, p. 166 sq.

25La campagne orientale de Pompée, et en particulier la bataille livrée contre les Ibères, a révélé en creux, à travers le modèle affirmé d’Alexandre, l’importance du propre modèle de celui-ci, Héraclès, dans la propagande pompéienne : « Plus que tout autre, en effet, Alexandre recourut à l’idéologie héracléenne. Il choisit d’ériger son illustre ancêtre en modèle de guerrier conquérant et de civilisateur du monde, bref, en préfiguration de sa personne et de ses exploits52 ». De même que la campagne orientale d’Alexandre avait été conçue comme une marche dans les pas d’Héraclès, celle de Pompée suivait ceux d’Alexandre et, ce faisant, d’Héraclès. Alexandre s’était en effet posé en continuateur des exploits d’Héraclès lors de sa campagne en Orient, à la fois héros guerrier et culturel53. La dimension « culturelle » de la figure d’Héraclès, de l’extrême Occident jusqu’à l’Orient, est particulièrement importante pour notre propos. La figure revendiquée du Macédonien permettait à Pompée de s’approprier les qualités héracléennes, non seulement de conquête, mais aussi de civilisation et d’intégration.

3. Une imitatio Herculis ?

26Peut-on, pour autant, parler d’une imitatio Herculis de Pompée comme on peut parler de son imitatio Alexandri ? À l’instar d’Alexandre avant lui, Pompée ne souhaitait pas uniquement conquérir, ajouter de nouveaux territoires à l’empire de Rome. La tendance à l’élargissement des horizons romains que nous avons exposée en introduction, contexte semblable à celui dans lequel évoluait Alexandre, imposait d’aller plus loin, vers l’intégration des peuples vaincus au peuple romain. Quel meilleur modèle, pour ce faire, qu’Héraclès ?

27Illustrons succinctement, pour terminer notre étude, quelques-uns des rapprochements possibles entre Pompée et Héraclès et, surtout, comme pour l’imitatio Alexandri, tentons d’en dégager le sens en les replaçant dans le contexte plus vaste du ier s. av. J.-C.

  • 54 Diodore de Sicile, XL, 4 : « Pompée fit inscrire, sur un monument qu’il éleva, les actions qu’il ac (...)
  • 55 Clarke, 1999, p. 310 sqq.
  • 56 Appien, Mith., (121) 588.
  • 57 Pline, NH, VII, 99.
  • 58 Pline (NH, VII, 95) introduit sa description du triomphe en ces termes : « Énumérer ici tous les ti (...)

28La « stratégie des confins », à laquelle participait l’image d’Alexandre, et que nous avons illustrée jusqu’à présent par la campagne orientale de Pompée, lui permettait de se présenter aux yeux de tous comme le conquérant du monde entier : son troisième triomphe, qui sanctionnait ses campagnes victorieuses contre la piraterie cilicienne en 67 av. J.-C. et contre Mithridate en 63 av. J.-C., ne signifiait pas autre chose. Les descriptions que nous en possédons, ainsi que la dédicace officielle, sont autant d’indices de la propagande pompéienne. La dédicace nous est connue grâce à plusieurs auteurs. La version rapportée par Diodore de Sicile est particulièrement intéressante54. On retrouve, comme dans les autres mentions, l’effet d’accumulation de noms de peuples et régions inconnus, qui indiquent la volonté de présenter le triomphe comme un triomphe sur l’ensemble du monde habité. Le terme d’oikouménè y figure, à cet égard, à deux reprises. La première mention se rapporte à la libération par Pompée du « littoral du monde, et de toutes les îles en deçà de l’Océan, de la guerre des pirates ». Comme le souligne K. Clarke, la victoire de Pompée contre les pirates y est ainsi clairement liée à la réalisation du désir romain de dominer l’ensemble du monde habité55. La seconde mention est encore plus explicite : Pompée « recula l’empire de Rome jusqu’aux limites de la terre. » Appien souligne également le fait qu’après la guerre contre Mithridate, la domination romaine s’étendait « du Ponent jusqu’à l’Euphrate »56. Il est important de souligner, surtout, l’absence dans la dédicace de toute référence à Mithridate, dont la capture constituait pourtant l’objet de l’imperium confié à Pompée en 66. On peut ainsi penser que les véritables intentions de Pompée, ici traduites par écrit, étaient bien plus grandes. La mission qui lui avait été assignée avait certes été remplie, mais ce n’était pas le plus important. Pompée se flattait d’ailleurs d’avoir reçu l’Asie en tant que province frontière et de l’avoir rendue à Rome comme centre de l’empire57. Enfin, l’achèvement, en 55 av. J.-C., de la construction du théâtre monumental du champ de Mars, triomphe fait de pierre, pérennisait l’idée d’un Pompée victorieux du monde entier jusqu’à ses marges imposées par l’Océan. Pompée y était représenté en héros grec, tenant dans sa main un globe symbolisant le monde qu’il avait conquis. Il est intéressant de rappeler ici l’hypothèse séduisante de G. Sauron concernant la signification de l’ensemble du complexe : le théâtre lui-même, entouré des statues des quatorze nations vaincues par Pompée, représentait l’orbis terrarum, alors que la décoration de la porticus post scaenam, composée de statues féminines (un groupe de poétesses, un autre de courtisanes et le dernier de femmes ayant connu des accouchements extraordinaires) indiquait que l’on se trouvait dans le monde de l’au-delà. Il s’agissait ainsi de la catabase de Pompée, qui l’assimilait aux héros de la mythologie, tels Héraclès et Dionysos, qui avaient visité les Enfers de leur vivant58.

  • 59 Cicéron, De Prou. Cons., 31.

29Seulement, Pompée ne se contentait pas d’imposer la domination de Rome, il s’attachait également à civiliser le monde conquis. Ainsi la dédicace rapportée par Diodore met-elle en évidence l’action pacificatrice de Pompée, notamment au moment de la guerre contre les pirates. On peut évoquer, de même, deux textes de Cicéron qui se rapportent à cet aspect de la propagande pompéienne. Le premier, déjà cité, fait référence au « port sûr et bien clos » qu’est devenue la Méditerranée au terme de ses campagnes59. Le second, tiré de son discours Pro Sestio, résume les thématiques de conquête et de pacification du monde évoquées jusqu’ici :

  • 60 Cicéron, Pro Sestio, 31, 68.

Ce héros dont l’indomptable vaillance avait vaincu les citoyens les plus criminels, les ennemis les plus acharnés, les nations les plus puissantes, des rois et des peuples inconnus jusqu’alors, une multitude de brigands et même des esclaves, qui, après avoir étouffé toutes les guerres sur terre et sur mer, avait étendu l’empire romain jusqu’aux limites du monde.60

  • 61 Ferrary, 2000, p. 341-345.
  • 62 Cicéron, Pro Balbo, 16 ; Pro lege Manilia, 56.
  • 63 Pour le sanctuaire de Claros, Colophon ; Ilium (AE 1990 940 ; SEG XLVI 1565) ; Milétopolis (AE 1907 (...)
  • 64 Momigliano, 1942, p. 53-64.

30L’expression utilisée par Cicéron, « avoir étouffé toutes les guerres sur terre et sur mer », renvoie, en outre, au titre conféré à Pompée en Méditerranée orientale à la suite de sa victoire sur les pirates : il était alors le vainqueur sur terre et sur mer (terra marique, kata tèn gèn kai katà tèn thalassan). Comme l’a montré J.-L. Ferrary, la propagande pompéienne a constitué une étape importante dans l’introduction à Rome du thème hellénistique du contrôle des terres et des mers61. En effet, Pompée est le premier personnage romain pour lequel on enregistre une telle formule, que l’on retrouve à plusieurs reprises dans les Discours de Cicéron62, mais aussi dans de nombreuses inscriptions dédiées à Pompée, après sa victoire contre les pirates, provenant de cités de la région orientale de la mer Egée63. Or A. Momigliano a bien mis en lumière la manière dont le « gouvernement sur la mer » de l’Athènes classique s’était transformé, à l’époque hellénistique, en « domination sur la terre et sur la mer » comme définition de la souveraineté. L’expression était ensuite devenue, à l’époque impériale, « paix sur la terre et sur la mer » comme justification du gouvernement romain sur le monde64. L’action pacificatrice de Pompée, reconnue par ceux-là mêmes qu’il délivra de la présence des pirates, annonce en ce sens le principe romain de gouvernement sur le monde en échange de la paix.

  • 65 Voir en particulier les récits d’Appien (Mith., 46, 444) et de Plutarque (Pomp., 27, 4-7), pour les (...)

31À cet égard, soulignons, en particulier, l’issue de la campagne de Pompée contre les pirates. Ces derniers ne furent pas – selon le sort habituel réservé aux ennemis de Rome – détruits physiquement, mais bien réintégrés à la société par l’intermédiaire de valeurs proprement romaines, en tant que colons sur la terre ferme. Cette façon d’obtenir la victoire, outre l’objectif évident des nombreuses redditions qu’elle entraîna, démontre le changement d’attitude de Rome envers les ennemis. Il s’agissait désormais d’intégrer les vaincus. La présentation des pirates dans les sources est également intéressante65. Ces derniers avaient été contraints de vivre de leurs mauvaises actions, en mer, par les conditions économiques, mais n’étaient pas, au fond, des êtres mauvais et demeuraient en tout cas solubles dans la société romaine. Par la manière dont il a conclu sa campagne, c’est-à-dire par leur sédentarisation au moyen de leur colonisation ou du repeuplement des cités désertées, Pompée a révélé les valeurs qui étaient celles de son temps : l’intégration et l’unification du monde romain par les valeurs et les lois.

  • 66 Sur l’ensemble des thématiques qui lient Pompée à Hercule, voir Rawson, 1970, p. 30-37 (en particul (...)

32Les valeurs civilisatrices qu’incarnait Héraclès étaient en effet également au centre de la propagande pompéienne. Si Pompée fut rarement lié au héros de façon explicite par les textes (les deux seules mentions sont celles déjà citées de Pline et de Plutarque), quelques preuves tangibles, indices de l’importance que revêtait le modèle, sont à mentionner. Une monnaie de Faustus Sylla datant de 56 av. J.-C. permet de résumer les thématiques de conquête que nous avons évoquées en les plaçant sous le signe d’Héraclès. Au centre du revers figure un globe entouré de trois petites couronnes. On voit au-dessus une couronne nettement plus grande, à gauche un aplustre, à droite un épi de blé. Il s’agit bien sûr d’une représentation du triple triomphe de Pompée (les trois petites couronnes), mais aussi de l’imperium terra marique de 67, l’aplustre symbolisant la mer et l’épi de blé, la terre. Le globe enfin représente la victoire de Pompée sur le monde entier, ici explicitement assimilé à Héraclès qui figure au droit de la monnaie, coiffé de la leontè. Le lien entre Pompée et Héraclès s’était également traduit par la restauration du temple d’Hercules Inuictus ad Circum Maximus appelé alors Hercules Pompeianus, ainsi que par le mot d’ordre de Pompée durant la guerre civile qui l’opposa à César, Hercule Invictus66.

33À ces quelques indices de l’importance de la figure d’Héraclès pour Pompée, on peut donc ajouter son imitatio Alexandri, qui lui permettait de s’approprier les caractéristiques de celui qui était le propre modèle d’Alexandre. Pompée, dans leurs pas, avait conquis, pacifié et unifié le monde habité, selon le discours représentatif de la période. Cependant, confondre les limites de l’empire romain avec les limites du monde impliquait que l’ensemble des habitants du monde fassent – nécessairement – partie de l’empire. Il s’agissait de donner un sens à ce nouveau territoire romain élargi, de faire également accepter, ou du moins de justifier aux yeux des tenants du mos maiorum, la dilution de l’identité romaine. Ici encore, on peut émettre l’hypothèse de l’utilité des modèles Alexandre et Héraclès, en tant que précédents dominateurs du monde habité, chargés de valeurs civilisatrices, universelles, et d’intégration.

  • 67 Moatti, 1997, p. 293 sq.
  • 68 Cicéron, De Legibus, I, 29-30.
  • 69 Moatti, 1997, p. 296.

34Cl. Moatti le rappelle, l’idée cosmopolite d’un « genre humain » apparut à l’époque hellénistique. La division grecque classique entre Hellènes et Barbares laissait place à l’idée selon laquelle l’ensemble des hommes formait une communauté humaine67, idée exprimée clairement par Cicéron dans le De Legibus68, dont Cl. Moatti analyse la portée universelle de la réflexion théorique au-delà du contexte italien dans lequel a été pensé le traité. La cité de Rome intéresse le monde entier en ce qu’elle « l’achève, elle en fait la synthèse, étant la réunion de tous les peuples en un seul corps »69. De cette propension de Rome à l’universalisme, Pompée est un des représentants les plus emblématiques. Homme de son siècle, il incarne ces idées nouvelles, cette vocation universelle, ce moment, que nous évoquions en introduction, de transition entre deux mondes.

  • 70 Clarke, 1999a, p. 311: « A crucial aspect of Pompey’s image was that of universalism. It was with P (...)
  • 71 Polybe, I, 3, 3-4. Sur cet universalisme dont parle Polybe, voir D. Feeney, 2007, p. 59 : « This un (...)
  • 72 Momigliano (1982, p. 533-560) rappelait que les deux périodes d’Alexandre et de Pompée-César engend (...)

35Le modèle d’Alexandre était ainsi essentiel à la propagande pompéienne. On ne perçoit ce fait qu’en replaçant l’ensemble de l’action de Pompée dans le contexte plus général d’élargissement des horizons romains propre au ier s. av. J.-C. et dans la volonté de Rome de dire sa domination et de la mettre en scène. L’affirmation croissante du discours universel, propre à la période, nous invite donc à replacer le phénomène de l’imitatio Alexandri dans une dynamique plus vaste, à déplacer le problème des rapports entre l’imitatio Alexandri et Pompée sur le terrain de l’imaginaire et du symbolique. La dimension matérielle concrète de la conquête est indissociable de l’imaginaire dans lequel elle s’ancre. À ce titre, la figure d’Héraclès, moins fréquemment mobilisée, est au moins aussi importante, dans le discours pompéien, que celle d’Alexandre ; elle permettait d’associer la dimension culturelle et d’intégration à la conquête. Les figures d’Alexandre et d’Héraclès, conquérants et civilisateurs du monde habité, en posant la question de l’appréhension du monde romain après les conquêtes, de la nature même de cette conquête, témoignent de l’évolution de la perspective romaine à ce sujet. Elles constituaient les leviers de l’affirmation de l’universalisme romain dont Pompée, par le discours qu’il a élaboré, a annoncé l’importance qu’il devait revêtir dans les décennies qui suivraient, mais auquel il a également donné des contours concrets70. Il est en effet le premier à avoir, selon l’idée exprimée par Polybe un siècle plus tôt, réellement unifié la Méditerranée dans son ensemble71. Un accomplissement auquel les Histoires Universelles, qui se multiplient à cette époque de réécriture de l’histoire d’un monde nouveau72, ont su donner la traduction historiographique et l’importance que les Modernes ont longtemps refusé de lui accorder.

Haut de page

Bibliographie

Bonnet, C., 1992, Héraclès en Orient : interprétations et syncrétismes, dans C. Bonnet et C. Jourdain-Annequin (éd.), Héraclès. D’une rive à l’autre de la Méditerranée. Bilan et perspectives, Bruxelles, Rome, p. 165-198.

Braund, D., 1986, The Caucasian frontier : myth, exploration and the dynamics of imperialism, dans P. Freeman et D. Kennedy (éd.), The Defence of the Roman and Byzantine East, BAR 297, Oxford, p. 31-49.

Braund, D., 1994, Georgia in Antiquity. A History of Colchis and Transcaucasian Iberia 550 BC – AD 562, Oxford.

Clarke, K., 1999a, Between Geography and History. Hellenistic constructions of the Roman World, Oxford.

Clarke, K, 1999b, Universal perspectives in historiography, dans C. S. Kraus (éd.), The limits of historiography : Genre and narrative in ancient historical texts, Leiden, p. 249-279.

Christ, K., 2004, Pompeius. Der Feldherr Roms. Eine Biographie, München.

Coarelli, F., 1971-72, Il complesso pompeiano del campo Marzio e la sua decorazione scultorea, RPAA, XLIV, p. 99-122.

Feeney, D., 2007, Caesar’s Calendar. Ancient times and the beginnings of history, Berkeley-Los Angeles-London.

Ferrary, J.-L., 2000, Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur des Romains, BCH, 124, p. 341-345.

Gelzer, M., 2005, Pompeius. Lebensbild eines Römers, Stuttgart (1e éd. 1949).

Green, P., 1989, Classical Bearings : interpretating Ancient History and Culture, p. 193-209.

Greenhalgh, P., 1980, Pompey, The Roman Alexander, London.

Greenhalgh, P., 1981, Pompey, The Republican Prince, London.

Gros, P., 1987, La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne, dans L’Urbs, espace urbain et histoire (ier siècle av.J.-C. – iiie siècle apr. J.-C.). Actes du colloque international (Rome 8-12 mai 1985), CEFR 98, Rome, p. 319-346.

Gruen, E. S., 1998, Rome and the Myth of Alexander, dans T. W. Hillard, R. A. Kearsley, C. E. V. Nixon, et A. M. Nobbs, Ancient Historiography in a Modern University, vol. I, The Ancient Near East, Greece, and Rome, p. 178-191.

Heuss, A., 1954, Alexander des Grosse und die politische Ideologie des Altertums, Antike und Abendland, 4, p. 65-104.

Kienast, D., 1969, Augustus und Alexander, Gymnasium, 76, pp. 430-456.

Leach, J., 1978, Pompey the Great, London-Sydney-Dover.

Martin, D., 1998, Did Pompey engage in imitation Alexandri ?, dans C. Deroux (éd.), Studies in Latin Literature and Roman History IX, Collection Latomus 244, Bruxelles, p. 23-51.

Michel, D., 1967, Alexander als Vorbild für Pompeius, Caesar und Marcus Antonius. Archäologische Untersuchungen, Coll. Latomus, 94, Bruxelles.

Moatti, Cl., 1997, La Raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris.

Momigliano, A., 1942, Terra marique, JRS, 32, p. 53-64.

Momigliano, A, 1982, The Origins of Universal History, ASNP III, 12-2, p. 533-60.

Moret, P., 2006, La formation d’une toponymie et d’une ethnonymie grecques de l’Ibérie : étapes et acteurs, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la península Ibérica, I, La época republicana, Madrid, p. 39-76.

Nicolet, Cl., 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’empire romain, Paris.

Pulci Doria Breglia, L., 1972, La provincia Cilicia e gli ordinamenti di Pompeo, RAAN, XLVII, p. 47-66.

Rawson, B., 1970, Pompey and Hercules, Antichthon, 4, p. 30-37.

Sablayrolles, R., 2006, Caesar Pontem fecit… Voyageurs du bout du monde et conquérants de l’inutile, Pallas, 72, p. 339-367.

Sauron, G., 1987, Le complexe pompéien du champ de Mars : nouveauté urbanistique à finalité idéologique, dans L’Urbs, espace urbain et histoire (ier siècle av.J.-C. – iiie siècle apr. J.-C.). Actes du colloque international (Rome 8-12 mai 1985), CEFR 98, Rome, p. 457-473.

Sauron, G., 1994, Quis Deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome, BEFAR 285, Rome.

Seager, R., 1979, Pompey, a political biography, Oxford.

Spranger, P. P., 1958, Der Grosse. Untersuchungen zur Entstehung des historischen Beinamens in der Antike, Saeculum, 9, p. 22-58.

Van Ooteghem, J., 1954, Pompée Le Grand, bâtisseur d’empire, Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 On ne connaît pas l’intitulé officiel du deuxième triomphe de Pompée. Velleius Paterculus, II, 30, 1 et Plutarque, Crassus, 11, 11 parlent d’un triomphe sur l’Espagne, mais également, comme Dion Cassius, XLII, 5, sur l’Europe (Velleius Paterculus, II, 40 ; Plutarque, Pomp., 45, 7). Il est probable que le thème du triomphe ex Europa ait été développé plus tardivement, au moment du troisième triomphe de Pompée en 61, pour aller dans le sens de la propagande pompéienne du triomphateur sur les trois continents.

2 Sablayrolles, 2006, p. 344.

3 Cicéron, De Prou. Cons., 31 : « Depuis longtemps, nous voyons que cette mer immense, dont l’insécurité troublait les parcours maritimes et même les villes et les routes stratégiques, est dominée, grâce à la valeur de Pompée, par le peuple romain, de l’Atlantique jusqu’au fond du Pont-Euxin, comme un port sûr et bien clos. » (trad. A. Boulanger, CUF).

4 Cicéron, Pro Balbo, 6, 16 ; 4, 9 ; Pro Sestio, 31, 68 ; 61, 129 ; Velleius Paterculus, II, 53, 3 ; Plutarque, Pomp., 45, 6.

5 Plutarque, Pomp., 46, 2 (trad. A.-M. Ozanam, Gallimard).

6 Plutarque, Pomp., 2, 2-3.

7 Green, 1998, p. 194 et suiv.

8 Gruen, 1998, p. 178.

9 Tite Live 26, 19, 5-6, par exemple, rapporte, sans toutefois nommer Alexandre, la naissance miraculeuse de Scipion, résultat de l’union entre sa mère et un serpent.

10 Voir les nombreux ouvrages et articles qui traitent du sujet, parmi lesquels : A. Heuss, 1954, p. 81-82 ; P. Spranger, 1958, p. 34-43 ; D. Michel, 1967, p. 35-66 ; D. Kienast, 1969, p. 437-439. Le fait est également admis par les auteurs qui remettent en cause l’existence de l’imitatio Alexandri en général, ou bien seulement concernant certains personnages, comme P. Green (1998, p. 197), qui réfute l’imitatio Alexandri de César, mais admet celle de Pompée, en usant précisément d’un argument à l’encontre de celle de César : « Pompey had without a doubt exploited Alexander’s military legend in a way that made him a difficult act to follow. » ; E.S. Gruen (1998, p. 183), quant à lui, s’il nie l’existence même du phénomène, concède tout de même : « a far stronger candidate for imitator Alexandri would seem to be Cn. Pompeius Magnus. Weighty testimony can be cited in support ».

11 Les principales biographies consacrées à Pompée sont celles de M. Gelzer (1949), de J. Van Ooteghem (1954), de J. Leach (1978), de R. Seager (1979) et de P. Greenhalgh (1980 et 1981), qui va jusqu’à publier deux volumes selon la césure introduite par Plutarque. Enfin, la biographie la plus récente est celle de K. Christ (2004).

12 Sur ce sujet, voir par exemple J. Leach: « The full significance of the campaign on which Pompey now embarked has perhaps been lost sight of in many modern accounts, with their main emphasis on political and military history. Not only was Pompey about to defeat the king who had been Rome’s most dangerous enemy since Hannibal and add vast territories to her empire; he was also about to emulate the achievements of his boyhood hero, Alexander of Macedon. As Alexander had spread Hellenistic ideas and culture from the Aegean to the Indus, so Pompey was to spread law and order, Rome’s chief contribution to civilisation, to the Hellenistic kingdoms which were the successors to Alexander’s empire west of the Euphrates. Furthermore, as Alexander’s conquest had been, so was Pompey’s to be a journey of exploration, to extend the boundaries of knowledge in several fields, and to combine the interests of power politics with those of scientific research. » (1978, p. 78).

13 À propos du trophée : Gelzer, 1949, p. 59.

14 Voir à titre d’exemple J. Leach: « Due partly to force of circumstance, partly, no doubt, to something in his own character, he came early to the conclusion that he was a man out of the ordinary, a Roman Alexander, who could earn by his services to his country a position of honour and prestige that was also quite out of the ordinary. » (1978, p. 211).

15 Voir en particulier E. Gruen (1998), qui traite de l’imitatio Alexandri en général, ainsi que l’approfondissement de son analyse concernant le cas de Pompée par son élève, D. Martin (1998).

16 Plutarque, Pomp., 35, 1.

17 Gruen, 1998, p. 183 et suiv.

18 Cicéron, Arch., 24.

19 Gruen, 1998, p. 186.

20 L’argument est repris par D. Martin (1998, p. 45 et suiv). L’article de D. Martin, consacré uniquement à l’imitatio Alexandri de Pompée, reprend, dans l’ensemble, les thèmes abordés par E. Gruen en les développant.

21 Strabon, 2, 5, 31.

22 La géographie héritée des conquêtes d’Alexandre avait d’ailleurs fortement influencé la façon romaine d’appréhender l’espace. Ainsi Vitruve (De Arch., 8, 2, 6) situait-il la source du Gange dans le Caucase, et Pompée pensait-il y trouver des routes commerciales en direction de l’Inde. Voir Pline, NH, VI, 52, d’après Varron.

23 Braund, 1994, p. 14.

24 J. Leach (1978, p. 78) voit dans ce comportement une imitation directe du modèle Alexandre.

25 Pline, NH, 25, 5.

26 Théophane de Mytilène constitue d’ailleurs une source importante de Strabon pour ces régions caucasiennes.

27 Plutarque, Pomp., 36, 1.

28 Pline, NH, 6, 51 ; sur cet épisode, voir Sablayrolles, 2006, p. 346.

29 Appien, Mith., 103, 477-478 (trad. P. Goukowsky, CUF).

30 Plutarque (Pomp., 35, 5), au contraire d’Appien (Mith., 103), concède qu’aucun corps de femme ne fut retrouvé après la bataille, mais seulement les armes des Amazones.

31 Sablayrolles, 2006, p. 345-346.

32 Dion Cassius, 37, 3, 3.

33 Braund, 1994, p. 161-162.

34 R. Seager (1979, p. 48-49) parle à propos de ces régions d’« écran protecteur » du Pont.

35 Sablayrolles, 2006, p. 350.

36 Nous n’oublions pas les intérêts économiques que représentait cette poussée vers le sud. Les richesses de la région et la recherche de routes commerciales vers l’Orient, ainsi que l’importance des publicains dans l’entourage de Pompée ont probablement pesé en partie dans la décision de Pompée. Sur ces aspects, voir Van Ooteghem, 1954, p. 228 et 237-238.

37 Plutarque, Pomp., 38, 4.

38 Sablayrolles, 2006, p. 352 : « La stratégie des confins, fondée sur les images allégoriques d’Alexandre le Grand et d’Héraclès, Prométhée ou Dionysos, pouvait donc imposer des options militaires dont la priorité n’était pas toujours évidente, aux yeux même des contemporains. »

39 Sablayrolles, 2006, p. 345.

40 Plutarque, Pomp., 1, 1.

41 Sablayrolles, 2006, p. 345.

42 Elle est ainsi mentionnée par Strabon, probablement à la suite de Théophane de Mytilène (XI, 2, 18 et 3, 1-4).

43 Appien, Mith., 101. Pour Strabon (I, 3, 21) les Ibères orientaux seraient venus d’Espagne.

44 Braund, 1994, p. 20.

45 Moret, 2006, p. 39-76.

46 Braund, 1994, p. 168.

47 Strabon, XI, 2, 19.

48 Sur ces aspects, voir Braund, 1994, p. 17-21 ; Moret, 2006, p. 54-55.

49 Outre l’importance qu’ils occupent dans les différents récits de la campagne de Pompée, les Ibères sont présents dans le cortège des vaincus lors du triomphe ainsi que dans les différentes versions de la dédicace du triomphe : Pline, NH, VII, 98 ; Plutarque, Pomp., XLV, 2 ; Appien, Mith., 116, 568.

50 Arrivé à cette extrémité méridionale du monde, il avait affronté, au cours d’une chasse, des lions et des éléphants (Plutarque, Pomp. 12, 7-8).

51 Plutarque, Pomp., 38, 4- 5.

52 Bonnet, 1992, p. 168.

53 Bonnet, 1992, p. 166 sq.

54 Diodore de Sicile, XL, 4 : « Pompée fit inscrire, sur un monument qu’il éleva, les actions qu’il accomplit en Asie. Voici une copie de cette inscription : " Pompée le Grand, fils de Cnéius, imperator, a délivré le littoral du monde, et toutes les îles en deçà de l’Océan, de la guerre des pirates ; il a sauvé du péril le royaume d’Ariobarzane, investi par les ennemis ; il a conquis la Galatie et les contrées ou provinces au-delà, l’Asie, ainsi que la Bithynie ; il a protégé la Paphlagonie, le Pont, l’Arménie, l’Achaïe, l’Ibérie, la Colchide, la Mésopotamie, la Sophène, la Gordienne ; il a soumis le roi des Mèdes, Darius, les roi des Ibériens, Artolès, Aristobule, roi des Juifs, Arétas, roi des Arabes Nabatéens, la Syrie, voisine de la Cilicie, la Judée, l’Arabie, la Cyrénaique, les Achéens, les Iozyges, les Soaniens, les Hénioques et les autres peuplades établies entre la Colchide et le Palus Méotide, ainsi que les rois de ce pays, au nombre de neuf ; enfin tous les peuples qui habitent entre le Pont-Euxin et la mer Rouge ; il recula l’empire de Rome jusqu’aux limites de la terre ; il conserva les revenus des Romains et les augmenta encore ; il enleva aux ennemis les statues, les images des dieux, ainsi que d’autres ornements, et consacra à la déesse douze mille soixante pièces d’or et trois cent sept talents d’argent. " » (trad. Cl. Nicolet, 1988, p. 52).

55 Clarke, 1999, p. 310 sqq.

56 Appien, Mith., (121) 588.

57 Pline, NH, VII, 99.

58 Pline (NH, VII, 95) introduit sa description du triomphe en ces termes : « Énumérer ici tous les titres victorieux et tous les triomphes de Pompée le Grand intéresse non seulement la gloire d’un homme, mais de tout l’empire romain : il égala l’éclat des exploits non seulement d’Alexandre le Grand, mais presque encore d’Hercule et de Liber Pater. » (trad. R. Schilling, CUF).

59 Cicéron, De Prou. Cons., 31.

60 Cicéron, Pro Sestio, 31, 68.

61 Ferrary, 2000, p. 341-345.

62 Cicéron, Pro Balbo, 16 ; Pro lege Manilia, 56.

63 Pour le sanctuaire de Claros, Colophon ; Ilium (AE 1990 940 ; SEG XLVI 1565) ; Milétopolis (AE 1907 183 ; ILS 9459) ; Mytilène (IG XII 2, 202 ; IGRR IV 54 ; SIG751 ; ILS 8776.

64 Momigliano, 1942, p. 53-64.

65 Voir en particulier les récits d’Appien (Mith., 46, 444) et de Plutarque (Pomp., 27, 4-7), pour les sources grecques, de Velleius Paterculus (II, 32, 4-5) et de Florus (I, 41, 7), pour les sources latines, ainsi que l’analyse qui en est faite par L. Pulci Doria Breglia (1972, p. 327-387).

66 Sur l’ensemble des thématiques qui lient Pompée à Hercule, voir Rawson, 1970, p. 30-37 (en particulier p. 33-35 concernant la place d’intermédiaire qu’occupe Alexandre dans ce lien).

67 Moatti, 1997, p. 293 sq.

68 Cicéron, De Legibus, I, 29-30.

69 Moatti, 1997, p. 296.

70 Clarke, 1999a, p. 311: « A crucial aspect of Pompey’s image was that of universalism. It was with Pompey that the idea of Roman rule stretching right across the known world took a coherent form. »

71 Polybe, I, 3, 3-4. Sur cet universalisme dont parle Polybe, voir D. Feeney, 2007, p. 59 : « This universalism does not come until the conquests of Pompey the Great. It was not until the late 60s B.C.E. that the Roman imperium could lay claim a genuinely pan-Mediterranean reach. »

72 Momigliano (1982, p. 533-560) rappelait que les deux périodes d’Alexandre et de Pompée-César engendrèrent un contexte favorable au développement des Histoires Universelles. Voir également Clarke, 1999b, p. 249-279.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Donata Villani, « Entre imitatio Alexandri et imitatio Herculis : Pompée et l’universalisme romain », Pallas, 90 | 2013, 335-350.

Référence électronique

Donata Villani, « Entre imitatio Alexandri et imitatio Herculis : Pompée et l’universalisme romain », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/1061 ; DOI : 10.4000/pallas.1061

Haut de page

Auteur

Donata Villani

Titulaire d’un Master Sciences de l’Antiquité
Université de Toulouse II-Le Mirail
donatavillani@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org