Navigation – Plan du site
V. Varia

Chroniques italiennes au temps de l’École française de Rome

“Italian chronicles at the time of the École française de Rome”
Philippe Foro
p. 405-412

Résumés

Jean-Marie Pailler a été membre de l’École française de Rome de 1968 à 1971. Il y a suivi les aléas de la vie publique, les conflits étudiants et ouvriers, les débats qui ont traversé la société italienne, participé aux joies et aux peines du peuple italien. Bref, il a été un Italien d’adoption, regardant avec bienveillance les défauts et les qualités de ses hôtes. Ces chroniques italiennes souhaitent retrouver ce que fut l’Italie de la fin des années 1960 et du début des années 1970.

Haut de page

Texte intégral

1Que vient faire la contribution d’un spécialiste de l’Italie contemporaine, même amateur d’histoire antique, dans une revue telle que Pallas ? Deux raisons apportent une explication. D’abord, le séjour italien de Jean-Marie Pailler à l’École française de Rome entre 1968 et 1971. Il a été un observateur de la vie publique de la péninsule, des débats politiques, sociaux qui ont traversé l’Italie de ce temps. Il a accompagné les joies et les douleurs d’un peuple pour qui il a éprouvé de l’attachement. Que les lignes qui suivent lui remémorent ce « temps italien ». Ensuite, et ce n’est pas la moindre des raisons, j’ai été un de ses étudiants dans les années 1981-1983. Il a été un de mes maitres et est devenu un ami. Qu’il trouve dans ces chroniques italiennes un témoignage d’attachement et de gratitude.

1. La vie du Palazzo

  • 1 Le volume 6 de la Storia d’Italia coordonnée par Sabbatucci et Vidotto chez Laterza offre d’utiles (...)
  • 2 Calandra, 1996.

2Lorsque Jean-Marie Pailler arrive dans la Ville Éternelle, l’Italie vit au temps de la république de Peppone et Don Camillo, au moment où disparait Giovanni Guareschi, le père de ce « petit monde », le 22 juillet 1968. Cette année est une importante année électorale pour les Italiens appelés à renouveler le Parlement les 19 et 20 mai. Les résultats confortent la prédominance de la Démocratie chrétienne qui obtient 39,1 % des suffrages et du Parti communiste qui en recueille 26,9 %, confirmant ainsi sa prédominance sur la gauche italienne. Les socialistes sortent déçus du scrutin. Depuis décembre 1963, ils ont participé à trois gouvernements de centre-gauche sous la direction du démocrate chrétien Aldo Moro et sont parvenus à une fusion avec les sociaux démocrates. Or leur score de 14,5 % est moindre que l’addition des résultats socialistes et sociaux démocrates de 1963. Cela annonce de futures tensions au sein du PSI. En cette fin des années 1960, les Italiens sont des citoyens qui participent au vote. 92,8 % se déplacent pour faire leur devoir électoral. L’adoption de la loi sur les régions permet l’organisation d’élections régionales dans toute la péninsule qui ont lieu les 7 et 8 juin 1970 (la DC obtient 37,8 % le PCI 27,9 %, le Parti socialiste 10,4 %, l’extrême-droite du Mouvement social italien 5,3 %)1. Néanmoins, les traditions du Palazzo, nom qui désigne le pouvoir à Rome, les laissent souvent dubitatifs et perplexes. Il est vrai que seuls les spécialistes s’intéressent de près aux subtilités rhétoriques et tactiques des partis politiques. À la suite des élections et afin de se donner un peu de temps pour former un nouveau gouvernement, un cabinet dit « balnéaire » c’est-à-dire destiné à durer quelques mois, est constitué sous la présidence de Giovanni Leone. Il faut attendre décembre 1968 pour que le démocrate chrétien Mariano Rumor obtienne l’investiture d’un gouvernement qui repose sur la Démocratie chrétienne, le Parti socialiste et le Parti républicain. Rumor reste à la présidence du Conseil jusqu’en juillet 1970, moment où il cède son poste à Emilio Colombo2.

  • 3 Ciuffoletti et al. (dir.), 1993.
  • 4 Gualtieri (dir.), 2001.
  • 5 Giovagnoli, 1996.

3La vie du Palazzo est également scandée par les congrès des grands partis italiens, grandes messes qui mobilisent élus, militants et journalistes qui couvrent ces évènements. Du 23 au 28 octobre 1968, le Parti socialiste tient son congrès à Rome mais ne parvient pas à conclure avec un document final qui conviendrait à l’ensemble des courants, ce qui laisse augurer une nouvelle fracture au sein du mouvement socialiste qui se produit en février 1971 avec la reprise d’autonomie des sociaux démocrates3. Du 8 au 15 février 1969, c’est au tour du Parti communiste d’organiser son 12e congrès à Bologne. S’il confirme Luigi Longo à la tête du secrétariat général, secondé par Enrico Berlinguer comme vice-secrétaire, le congrès connait de vifs débats sur la répression soviétique du Printemps de Prague (le 9 juin suivant, Berlinguer condamne l’intervention soviétique lors de la réunion des partis communistes à Moscou), les mouvements qui secouent la jeunesse italienne, la politique de centre-gauche conduite par la Démocratie chrétienne4. Pour sa part, la DC organise son 11e congrès à Rome du 26 au 30 juin. Il voit une prise de distance d’Aldo Moro vis-à-vis d’une ligne politique tendant à s’éloigner de la constitution du centre-gauche qu’il avait élaboré au début des années 19605. La vie publique italienne connait un point d’orgue avec l’élection du Président de la république au terme du mandat du président Saragat en décembre 1971. Le scrutin débute le 9 décembre au palais Montecitorio, siège de la Chambre, où se réunissent députés, sénateurs, représentants des régions. Cette élection du chef de l’État est une caricature de la partitocratie italienne : 23 tours de scrutin sont nécessaires pour que soit élu le démocrate chrétien Giovanni Leone.

2. Les effets du miracle économique

  • 6 Pour ce qui suit, on peut approfondir en se reportant à Colin (dir.), 1994 ; Attal, 2004 ; Foro, 20 (...)

4La société italienne dans laquelle a vécu Jean-Marie Pailler connait les derniers grands effets du miracle économique entamé au début des années 19506. Les grands produits de consommation se développent pendant les années 1950 et 1960. Le parc automobile passe de 6 360 000 véhicules en 1960 à 9 865 000 en 1965. Les postes de radio qui n’étaient que 1 850 000 en 1946 sont 5 300 000 en 1963. Les téléviseurs, 90 000 en 1954, passent à 6 000 000 en 1965 et 9 700 000 en 1970. Le nombre de réfrigérateurs évolue de 200 000 en 1956 à 5 250 000 en 1970, l’Italie étant la troisième exportatrice de réfrigérateurs dans le monde grâce à l’entreprise Zanussi. Cette période d’expansion modernise le pays et fait entrer la société italienne dans un moment de consommation de masse. Mais elle a aussi ses limites.

5Si les salariés italiens connaissent une augmentation de leur pouvoir d’achat, celle-ci est moindre comparée à leurs voisins européens. Cette situation tend à favoriser les exportations italiennes dans la mesure où le coût horaire de l’ouvrier italien est inférieur de 14 % vis-à-vis de son homologue français et de 20 % vis-à-vis de l’ouvrier allemand. D’autre part, il convient de ne pas oublier que la prospérité italienne s’est faite en partie par les migrations intérieures qui amenèrent de très nombreux méridionaux dans les villes du Nord au cours des années 1950. Environ 700 000 allèrent à Milan (voir le film de Lucchino Visconti Rocco et ses frères), Turin, Gênes. En 1961 et 1971, ce sont encore respectivement 250 000 et 150 000 méridionaux qui migrent vers les provinces septentrionales. Cette nouvelle vie correspond souvent à un pénible déracinement, la découverte d’une Italie plus riche mais méconnue, un éloignement des traditions méridionales dans un habitat éloigné des centres villes et de ses loisirs. Outre une inflation relativement importante (jusqu’à 8,6 % en 1963), la prospérité du miracle est accompagnée par des conflits sociaux, particulièrement importants dans la seconde moitié des années 1960. En 1966, 115 millions d’heures de travail sont perdues pour fait de grève pour atteindre 300 millions en 1969, année de « l’automne chaud » débuté le 11 septembre par une grève générale des métallurgistes et qui aboutit, le 11 décembre, au vote du nouveau statut des travailleurs et le 21 décembre à un accord dans la métallurgie prévoyant 40 heures de travail, des augmentations salariales, la reconnaissance du droit d’assemblée au sein de l’entreprise. Ces conflits sont à resituer dans les évolutions que connait la société italienne.

3. Une société en ébullition

6La période qui s’étend de la fin de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1970 marque une importante croissance des villes de la péninsule à la fois à cause du solde naturel et des migrations intérieures. Rome passe de 1,6 million d’habitants à 2,1 millions, Milan de 1,3 à 1,6 million, Naples de un million à 1,2 million, Turin de 700 000 à un million, Gênes de 680 000 à 780 000. Cette croissance n’est guère accompagnée d’une politique urbaine cohérente. Les banlieues (borgate) des grandes villes ne respectent pas toujours un plan régulateur organisé, les infrastructures ont du mal à suivre le rythme des constructions, la spéculation immobilière a trop souvent le dernier mot. L’Institut national d’urbanisme, fondé par Adriano Olivetti, défend l’idée d’une législation interventionniste en la matière. En juillet 1962, le ministre des Travaux Publics, Fiorentino Sullo, dépose un projet de loi prévoyant des expropriations préventives par les municipalités et la construction des infrastructures avant toute réalisation urbanistique. Le projet est abandonné face aux multiples oppositions qui s’élèvent. Organes de presse et intellectuels dénoncent sans grand effet cette situation. En 1956, L’Espresso publie une enquête sur la situation à Rome dont le titre est sans ambiguïté : Capitale corrotta : nazione infetta (Capitale corrompue : nation infectée). En 1963, le film de Francesco Rosi Main basse sur la ville (Le mani sulla città) traite du problème de la spéculation à Naples. En 1975, dans Contro Roma, Alberto Moravia s’élève également contre une politique jugée sans perspective et à court terme.

  • 7 Sur le catholicisme italien, se reporter à De Rosa et al. (dir.), 1995 ; Graziano, 2007.

7La fin des années 1960 et le début de la décennie 1970 marque aussi des évolutions au sein du catholicisme italien7. Dans les années qui suivent la guerre, l’Église catholique connaît une espèce d’âge d’or. La popularité de Pie XII est réelle, l’influence de l’Église apparaît importante, l’Année Sainte 1950 est un grand succès et une enquête de 1956 montre que la pratique des Italiens est massive (69 %). Or de ce point de vue, les années 1960 marquent une nette évolution que semblent anticiper les plus hautes autorités de l’Église. À la fin de son pontificat, le 18 février 1958, Pie XII explique devant le clergé de Rome : « Vous n’ignorez pas que beaucoup de vos paroissiens sont tombés en état de torpeur spirituelle ». En écho, Mgr Gian Battista Montini, archevêque de Milan et futur pape Paul VI, ajoute : « Nous devons reconnaître qu’une grande partie de nos fidèles sont infidèles, que le nombre des éloignés est supérieur à celui des proches ». En 1962, la pratique est tombée à 53 %. À la fin de la décennie elle est à 37 %. Derrière cette moyenne, se cachent des diversités régionales avec 60 % dans certaines provinces de la Vénétie, de la Lombardie, du Trentin-Haut-Adige mais à moins de 30 % en Toscane et Émilie-Romagne. Ce résultat confirme une tendance à la stabilisation puisque les diverses enquêtes entre les années 1970 et le début du xxie siècle se situent entre 30 et 37 %, niveau fort élevé dans un pays d’Europe occidentale. Cependant, certaines villes ont une pratique largement inférieure avec 15 % à Rome, 8 % en Florence et 4 % à Bologne. Comment analyser cette évolution générale ? On peut avancer plusieurs hypothèses : la diminution du monde rural qui représentait encore 44 % des actifs en 1951, le phénomène migratoire qui déracinent les méridionaux en les éloignant de leurs pratiques religieuses liées à une sociabilité religieuse et à des processions ou pèlerinages, une transformation de la société italienne en une société où la télévision, le sport, les loisirs au sens large tendent à éclipser la pratique religieuse.

8Dans les années qui suivent la clôture du concile Vatican II (8 décembre 1965), le monde catholique italien est traversé de débats de fond, ainsi à la suite de l’encyclique Humanae vitae publiée le 29 juillet 1968 dans laquelle le pape Paul VI condamne les méthodes artificielles de contrôle des naissances. Mais c’est l’adoption de la loi sur le divorce par la Chambre des députés, le 1er décembre 1970, qui provoque un intense débat au sein de la société italienne. Comme l’autorise la constitution de 1947, un référendum abrogatif est organisé à la suite d’une pétition signée par 1 370 314 personnes et déposée devant la Cour constitutionnelle le 19 juin 1971. Le référendum des 12 et 13 mai 1974 donnent la victoire aux partisans de la loi sur le divorce avec 59,3 % des votes en faveur du maintien de la loi. Ce scrutin démontre les mutations de la société italienne vers une plus importante sécularisation. Il est une défaite pour le secrétaire de la DC, Amintore Fanfani, et pour la Conférence épiscopale italienne qui s’est engagée dans la campagne. Mais une pétition de personnalités catholiques a appelé à voter en faveur de la loi distinguant nécessité sociale et convictions personnelles.

9La période du miracle économique est aussi celle d’un développement d’une culture de masse. La scolarisation progresse, même si cela est plus lent que dans les autres pays d’Europe comparables, avec un taux d’analphabétisme qui est de 8 % en 1961 et une loi scolaire portant l’obligation scolaire jusqu’à 14 ans en 1962. Si la lecture tend à se démocratiser avec la création en 1965 du livre de poche dans la collection Oscar des éditions Mondadori, c’est l’implantation de la télévision dans les foyers italiens qui favorise à la fois une culture de masse et son uniformisation (en 1958, 12 % des foyers ont la télévision, 49 % en 1960 et 82 % en 1970). Télévision d’État, la RAI offre des programmes sur lesquels le pouvoir démocrate-chrétien va longtemps veiller à la bienséance. Des émissions bénéficient d’une réelle popularité tel le jeu animé par Mike Bongiorno Lascia o raddoppia ? (Quitte ou double ?) qui débute en novembre 1955 et fidélise pendant des années un public nombreux tout comme Bandiera gialla, émission de variété très populaire apparue en 1965 (la chanson italienne a son festival officiel à San Remo en 1951). À partir de 1957, un écran publicitaire d’un quart d’heure suit le Telegiornale de début de soirée créant ainsi les besoins de la société de consommation que devient alors l’Italie. L’utilisation de l’italien par la RAI diffuse de plus en plus une langue qui, pendant longtemps, n’a pas été pour beaucoup d’Italiens la langue habituelle. L’historien de la langue italienne qu’est Tullio De Mauro écrit à ce sujet que « la vieille langue morte vivant seulement dans les créations poétiques et dans les grandes œuvres de prose, est devenue l’instrument habituel, la langue vivante de la nouvelle société italienne. » Par ailleurs, les dépenses des Italiens consacrées aux spectacles (cinéma, théâtre, concerts, sports) ont connu une forte expansion à partir de la seconde moitié de la décennie 1950 passant de 1,3 milliard de lires en 1955 à 3,9 milliards en 1963.

  • 8 Foot, 2007.

10Le football est aussi un élément important de la culture de masse en Italie. Le championnat de calcio afin de remporter lo scudetto passionne les foules les dimanches après-midi, drainant de très nombreux spectateurs dans les stades de la péninsule. 1969 et 1970 ont apporté leurs lots de surprises avec le titre attribué à la Fiorentina et à Cagliari. 1971 revient à plus de normalité avec la victoire finale de l’Inter de Milan. Mais ce sont les parties de la Nazionale qui ont passionné les Italiens entre 1968 et 1970. Après les désillusions de la Coupe du monde en Angleterre de 1966 au cours de laquelle la Squadra azzura avait été éliminée à la suite d’une défaite devant la Corée du nord 1 à 0, les Italiens espèrent une réaction lors du championnat d’Europe des nations organisé en Italie en 1968. Au moment des matchs, rues et places se vident afin de rentrer chez soi (le nombre de téléviseurs passe de 4 300 000 en 1963 à 9 700 000 en 1970) ou rejoindre des amis dans son café habituel. Les matchs réservent leurs lots d’émotions. La demi-finale, à Naples, oppose Italiens et Soviétiques qui ne peuvent se départager à l’issue des prolongations (0-0). Les pénaltys n’existant pas pour donner la victoire, l’arbitre doit procéder à un tirage au sort que l’Italie emporte. La finale est tout aussi emplie d’émotion. Le 8 juin, Italiens et Yougoslaves se quittent sur un score de un partout au stade olympique de Rome. La finale est à rejouer deux jours plus tard. La Nazionale l’emporte alors 2 à 0. Deux ans plus tard, les Italiens se passionnent pour la coupe du monde organisée au Mexique. Sortie sans gloire de sa poule, l’Italie élimine le Mexique en quart de finale (4-1), l’Allemagne fédérale en demi-finale après un des plus beaux matchs de l’histoire de la coupe du monde (4-3), avant de tomber face au grand Brésil de Pelé (4-1). C’est la voie de Fabio Caressa, sur la chaine Rai 1, qui tint les Italiens en haleine durant ces diverses compétitions8.

4. Contestations et terrorisme

11Comme nombre de sociétés occidentales, la société italienne n’est pas épargnée par la contestation durant la seconde moitié des années 1960. Le milieu étudiant en est le fer de lance. Celui-ci a connu un fort développement de ses effectifs grâce à l’élévation du niveau scolaire et à l’accès de plus en plus de jeunes Italiens à la maturità (baccalauréat). D’environ 100 000 à la fin de la guerre, les effectifs étudiants passent à 268 000 en 1960-1961 et à 500 000 en 1967-1968. La dénonciation des valeurs « bourgeoises », de l’autorité sous toutes ses formes (État, Église, corps enseignant…), le contexte de la guerre du Vietnam créent une situation qui engendre une vague de manifestations, d’occupations d’universités, de combats entre étudiants et forces de l’ordre mais aussi entre étudiants eux-mêmes (groupes d’extrême-gauche contre groupes néo-fascistes). Le mouvement débute à l’université de Trente au début de 1966, se renforce un an après au moment du débat sur la loi de réforme des universités présentée par le ministre Luigi Gui. Partie de l’université de Pise en février 1967, la contestation s’étend à l’ensemble des universités y compris l’université catholique de Milan en novembre, à Turin en janvier 1968. Elle continue, encouragée par le mouvement français, et donne lieu à quelques affrontements très durs comme celui du 1er mars 1969 devant la faculté d’architecture de Rome à Valle Giulia (près de 650 blessés).

  • 9 Galli, 2004 ; Lazar et al. (dir.), 2010.
  • 10 Sur l’affaire Moro, voir Foro, 2011.

12Le mouvement de contestation trouve un relais dans le monde ouvrier avec une apogée des grèves durant « l’automne chaud » de 1969. Des militants d’extrême-gauche issus de Lotta continua, Avanguardia operaia et Potere operaio organisent les Comités unitaires de base chargés de coordonner les actions et les revendications. Or, ces divers mouvements ne trouvent pas de sérieuses concrétisations politiques. Les élections de mai 1968 marquent une consolidation de la Démocratie chrétienne (39,1 %) et un progrès du Parti communiste (26,9 %), celui-ci se montrant critique vis-à-vis d’une agitation d’extrême-gauche qu’il estime improductive et sans véritable perspective politique. Il est vrai que le mouvement aboutit à une impasse politique à cause de ses divisons, sans doute également à cause d’un ancrage insuffisant au sein de la société italienne. Aussi, les plus radicaux des militants vont basculer dans une action violente. Il est significatif que parmi les fondateurs des Brigades rouges (Brigate rosse) se trouvent Marco Boato et Renato Curcio, leaders étudiants à Trente. Les « années de plomb » peuvent alors commencer9. Ce terrorisme rouge vise des représentants de l’État (carabiniers, magistrats, gardiens de prison…), des syndicalistes accusés de collusion avec le pouvoir « bourgeois », des journalistes, qui subissent au mieux une gambizzazione (rafales de mitraillette dans les jambes), au pire une mise à mort. Les Brigades rouges, de loin le groupe d’extrême-gauche le plus actif et qui opte pour une stratégie de frappe au cœur de l’État, connaissent leur apogée politique et opérationnel avec l’enlèvement, le 16 mars 1978, d’Aldo Moro, président de la Démocratie chrétienne, retrouvé mort le 9 mai dans le coffre d’une Renault 4 garée en plein centre de Rome10.

  • 11 Ferraresi, 1995.

13Mais la démocratie italienne doit également se garder sur son extrême-droite. Celle-ci a toujours eu une représentation parlementaire grâce au Mouvement Social italien. Mais la peur de la montée du communisme et le rejet d’une démocratie parlementaire jugée incapable d’endiguer « le danger rouge » amènent des groupuscules d’extrême-droite (Ordine nuovo, Avanguardia nazionale, Movimento di azione rivoluzionaria…), avec sans doute l’appui de membres des services secrets et l’accord plus ou moins tacite de milieux politiques, à entamer une stratégie de la tension avec pour objectif de pousser le gouvernement démocrate chrétien à proclamer l’état de siège, voire à permettre l’accession au pouvoir d’un régime proche de celui des colonels en Grèce. On perçoit en l’occurrence le poids de la guerre froide intérieure vécue par l’Italie et que confirme l’existence, précisée par Giulio Andreotti en 1990, de l’organisation Gladio créée dans les années 1950 afin de réagir à toute invasion soviétique ou arrivée au pouvoir des communistes. Si cette stratégie de la tension n’aboutit pas au résultat escompté, elle ensanglante l’Italie pendant plus d’une décennie : attentat de la piazza Fontana à Milan le 17 décembre 1969 (17 morts), tentative de coup d’État du prince Valerio Borghese dans la nuit du 7 au 8 décembre 1970, meurtre de trois carabiniers à Paetano le 31 mai 1972 (par la suite, l’Italie connait d’autres terribles attentats comme celui du train Italicus entre Rome et Munich le 4 août 1974 qui provoque 12 morts, et le massacre de la gare de Bologne, le 2 août 1980, qui fait 85 victimes)11.

  • 12 Barbagallo, 2007.

14C’est dans ce contexte extrêmement délicat qu’est envisagé le compromis historique (il compromesso storico) qui consiste en une entente minimale entre les deux grandes forces politiques que sont la Démocratie chrétienne et le Parti communiste pour trouver des solutions communes afin de faire franchir ce cap difficile à la démocratie italienne. Déjà, le 21 février 1969, lors d’une réunion de la direction de la DC, Aldo Moro avait soutenu la nécessité d’une attention envers le PCI. Mais c’est Enrico Berlinguer, secrétaire général du PCI depuis mars 1972, qui théorise le compromis historique. Le leader communiste, impressionné par le coup d’État militaire au Chili du 11 septembre 1973, théorise au travers de trois articles publiés dans la revue Rinascità un rapprochement entre les deux forces populaires que sont la DC et le PCI afin de protéger le système démocratique. Cette phase politique sera le grand débat des années suivantes12.

15Ces diverses rumeurs, bruits et fureurs atteignaient-ils la bibliothèque et les salles feutrées de travail de l’École française de Rome ? Je ne doute pas que Jean-Marie Pailler, passionné des événements de son temps, n’ait été un observateur de ces chroniques italiennes, vivant au milieu d’un peuple qu’il a aimé, appréciant ses qualités et passant outre ses défauts.

Haut de page

Bibliographie

Attal, F., 2004, Histoire de l’Italie de 1943 à nos jours, Paris.

Barbagallo, E., 2007, Enrico Berlinguer, Roma.

Calandra, P., 1996, I governi della Repubblica, Bologna.

Ciuffoletti, Z., Degl’Innocenti, M. et Sabbatucci, G., 1993, Storia del PSI, 3. Dal dopoguerra a oggi, Roma-Bari.

Colin, M. (dir.), 1994, L’Italie. Échecs et réussites d’une République, Paris.

De Rosa, G., Gregory, T. et Vauchez, A. (dir.), 1995, Storia dell’Italia religiosa, 3. L’età contemporanea, Roma-Bari.

Ferraresi, F., 1995, Minaccie alla democrazia. La destra radicale e la strategia della tension nel dopoguerra, Milano.

Foot, J., 2007, Calcio, 1898-2007. Storia dello sport che ha fatto l’Italia, Milano.

Foro, Ph., 2004, Les transitions italiennes de Mussolini à Berlusconi, Paris.

Foro, Ph., 2011, Une longue saison de douleurs et de mort. L’affaire Aldo Moro, Paris.

Galli, G., 2004, Piombo rosso. La storia completa della lotta armata in Italia dal 1970 a oggi, Milano.

Giovagnoli, A., 1995, Il partito italiano. La Democrazia cristiana dal 1942 al 1994, Roma-Bari.

Graziano, M., 2007, Identité catholique et identité italienne. L’Italie laboratoire de l’Église, Paris.

Gualtieri, R. (dir.), 1991, IL PCI nell’Italia repubblicana (1943-1991), Roma.

Lazar, M. (dir.), 2009, L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Paris.

Lazar, M., et Matard-Bonucci, M-A. (dir.), 2010, L’Italie des années de plomb, Paris.

Sabbatucci, G. et Vidotto, V. (dir.), 1997, Storia d’Italia. 6. L’Italia contemporanea, Roma-Bari.

Haut de page

Notes

1 Le volume 6 de la Storia d’Italia coordonnée par Sabbatucci et Vidotto chez Laterza offre d’utiles tableaux électoraux.

2 Calandra, 1996.

3 Ciuffoletti et al. (dir.), 1993.

4 Gualtieri (dir.), 2001.

5 Giovagnoli, 1996.

6 Pour ce qui suit, on peut approfondir en se reportant à Colin (dir.), 1994 ; Attal, 2004 ; Foro, 2004 ; Lazar (dir.), 2009.

7 Sur le catholicisme italien, se reporter à De Rosa et al. (dir.), 1995 ; Graziano, 2007.

8 Foot, 2007.

9 Galli, 2004 ; Lazar et al. (dir.), 2010.

10 Sur l’affaire Moro, voir Foro, 2011.

11 Ferraresi, 1995.

12 Barbagallo, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Foro, « Chroniques italiennes au temps de l’École française de Rome », Pallas, 90 | 2013, 405-412.

Référence électronique

Philippe Foro, « Chroniques italiennes au temps de l’École française de Rome », Pallas [En ligne], 90 | 2013, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/1111 ; DOI : 10.4000/pallas.1111

Haut de page

Auteur

Philippe Foro

Maître de conférences en histoire contemporaine
Unviersité de Toulouse II-Le Mirail
PLH-Erasme
philippe.foro@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org