Navigation – Plan du site

Avant-propos

Sylvie Crogiez-Petrequin
p. 9-11

Texte intégral

1Le nouveau programme d’histoire ancienne pour le Capes et l’agrégation contient deux difficultés d’emblée que le colloque organisé par la SOPHAU, à Tours en juin 2014, a tenté de résoudre : l’appellation « monde romain » et les bornes chronologiques proposées, qui sont pertinentes essentiellement pour Rome et non pas l’empire qu’elle contrôle.

2Le programme proposé aux étudiants pour deux ans est réputé être en rapport avec le programme d’histoire ancienne du lycée qui lui-même doit être au plus près de la « recherche universitaire vivante », selon l’expression de la circulaire de 1994 sur les objectifs des programmes d’enseignement de l’histoire, circulaire dont l’esprit est toujours le même. Les programmes d’histoire de l’enseignement secondaire sont censés « initier à un savoir sans cesse renouvelé » (même circulaire). Il fallait ainsi trouver une approche de la question proposée à l’agrégation qui prenne en compte ces deux paramètres, la recherche et l’enseignement, et qui traite d’une part de la nature de l’évolution du bassin méditerranéen, vaste territoire multiple et hétérogène qui devient au contact de Rome ce qu’on appellera donc le « monde romain », sans que celui-ci devienne uniforme ; et d’autre part du rythme des processus dans les rapports entretenus avec Rome, puissance jugée dominante dans les domaines politique, économique et militaire, de même que technique et culturel, le développement de l’équipement urbain en Occident par exemple allant de pair avec les transformations sociales, économiques et politiques. En réalité on s’aperçoit bien vite à la lecture des contributions qui suivent, que les rythmes et les processus sont très différents d’un bout du monde romain à l’autre, selon les modes de contact, les peuples en présence, et leur propre histoire.

3On ne peut que remarquer également qu’apparaît en arrière-plan à ce thème de concours, entre autres, la vaste question de la « romanisation », même si après de longs débats sur le mot et le concept, on peut s’accorder aujourd’hui sur l’emploi commode du terme, du moment qu’on puisse l’expliquer précisément. Le mot n’apparaît pas dans l’argumentaire de la question mise au concours. Celui-ci insiste sur la notion de citoyenneté romaine et sa diffusion, sur les bornes chronologiques qui sont définies du point de vue de l’histoire de Rome et non de son « monde », et sur son adéquation aux programmes des lycées sur « l’invention de la citoyenneté dans le monde antique », titre du chapitre de la classe de seconde. En réalité la citoyenneté évoquée dans les manuels de seconde depuis une quinzaine d’années, est surtout celle de la Grèce. Pour résumer en quelques mots la teneur des manuels, les cités grecques inventent la démocratie et les Romains ont quant à eux une « conception plus ouverte de la citoyenneté, qu’ils accordent aux peuples conquis et qu’ils étendent progressivement à l’ensemble de l’Empire entre le ier et le iiie siècle ». Ce chapitre est accompagné d’images comme celle de l’Ara Pacis, et à plusieurs reprises la part belle est faite à Lyon, capitale des Gaules, et aux Tables Claudiennes, dont les auteurs des manuels ont sans doute oublié qu’elles n’ont rien à voir avec l’octroi de la citoyenneté romaine aux Gaulois, mais avec l’intégration politique des Gaulois des Trois Gaules, devenus citoyens romains, dans le cursus honorum. Le seul document strictement en rapport avec la question de la citoyenneté dans la dizaine de manuels consultés est l’édit de Caracalla, qui accorde la citoyenneté à tous les hommes libres de l’Empire en 212. Les auteurs de ces actes de colloque l’ont bien compris et on verra que la question de la citoyenneté, et des colonies, est souvent au cœur de leur problématique. Mais en traitant de la citoyenneté par le moyen de la « romanisation », l’enseignement secondaire forme l’élève, le lycéen, pour devenir un futur citoyen de France plutôt qu’un futur historien de Rome. Les monuments romains en France sont les symboles de la nouvelle culture des populations, et de leurs élites, entrées dans l’orbite de Rome. La question de la colonisation, pourtant le corollaire à la fois de la romanisation et de la citoyenneté, n’y est guère abordée, contrairement à ce qui a été fait lors de ces deux journées de colloque. L’objectif de formation civique de l’élève explique l’existence de ce thème de la citoyenneté mais en ce qui concerne Rome, le traitement de celle-ci dans les manuels de l’enseignement secondaire, est dévié sur la « romanisation » et l’urbanisation, avec des exemples surtout français. Si l’on s’en était tenu aux transformations politiques, le programme « Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C. » n’aurait guère été en rapport avec les programmes du secondaire, c’est pourquoi, il a fallu effectivement évoquer, comme l’ont fait les auteurs, des thèmes beaucoup plus larges que sont les transformations sociales, économiques et culturelles des territoires méditerranéens dominés par Rome.

4L’approche adoptée a su, espérons-le, cerner la question au programme, grâce à des interventions historiographiques, des contributions thématiques – les recensements, le développement du commerce –, et enfin des approches régionales où la problématique essentielle a été toujours d’étudier la présence à la fois de l’État romain, et celle des Italiens et des citoyens romains. La part belle a été faite à la Grèce et au Proche Orient pour essayer de comprendre de quel « monde romain » on pouvait parler pour ces territoires. Le programme en effet nous a semblé invité à réfléchir sur la création du monde romain, et de l’empire (sans majuscule !) de Rome ; et donc sur les mutations variées entraînées par la domination de Rome. Sur ce sujet, les sources sont nombreuses, certaines bien (trop ?) connues, d’autres plus difficiles à manier comme les sources archéologiques, qu’on n’aura garde cependant de négliger. Les analyses présentées dans ce volume montrent la fécondité du croisement des sources pour aborder ce programme. Prenons un seul exemple à peine évoqué pendant ce colloque : la question des cadastres. C’est une façon parmi d’autres qui permet partout à Rome de structurer l’espace, de mettre la main sur les ressources naturelles, mais aussi de gérer et de contrôler les populations. Ou encore l’urbanisation, pour l’Occident : Strabon se fait le chantre de la « romanisation » par exemple, quand il nous montre les Allobroges désormais tournés vers l’agriculture au lieu de la guerre, dont les plus riches habitent dans la ville de Vienne, qui est leur capitale depuis longtemps, qu’ils ont complètement transformée et embellie. De fait les entrepôts impressionnants (horrea) de Vienne connus par l’archéologie attestent la vérité de cette affirmation.

5Il nous reste à remercier les auteurs, qui non seulement ont bravé les aléas des transports ferroviaires, mais ont aussi accepté de rendre leur texte dans des délais records. On n’aura garde d’oublier le public, nombreux malgré les mêmes aléas, et sans qui le succès n’aurait pas été au rendez-vous. Enfin Catherine Grandjean, directrice du Cethis-EA 6298, et Camille Prieux. Sans elles, le colloque n’aurait tout simplement pas eu lieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Crogiez-Petrequin, « Avant-propos », Pallas, 96 | 2014, 9-11.

Référence électronique

Sylvie Crogiez-Petrequin, « Avant-propos », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1135

Haut de page

Auteur

Sylvie Crogiez-Petrequin

Université François-Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org