Navigation – Plan du site

Les métamorphoses de l’imperium de la République au Principat

The metamorphoses of the imperium from the Republic to the Principate
Frédéric Hurlet
p. 13-33

Résumés

L’objet de cette étude est de présenter un état des lieux historiographique sur le phénomène de la transition qui fit évoluer la République romaine en une monarchie. La première question est celle des transformations qui touchèrent le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C. et de leur ampleur. De ce débat initial sur l’opposition, désormais traditionnelle, entre ruptures et continuités et sur sa perception par les Romains découle toute une série d’autres questions : la République romaine fut-elle une aristocratie ou une démocratie ? Le Principat augustéen doit-il être présenté comme une monarchie ou comme un régime mixte que l’on situerait entre la monarchie et la res publica libre ? Le fonctionnement de la vie politique a fait également l’objet d’interprétations divergentes selon que l’on insiste sur les institutions, les hommes ou les rituels. On reviendra enfin sur le contenu et les modalités de la communication politique qui a mis en relation le centre du pouvoir avec la plèbe urbaine, les Italiens et les provinciaux.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Chr. Müller, N. Barrandon, R. Baudry et Cl. Moatti pour avoir relu ce texte avec attention et proposé des compléments d’information.

  • 1 Mét., XV, 165.
  • 2 Le terme « métamorphose » a été également utilisé par Roddaz, 2003 pour caractériser le processus q (...)
  • 3 Voir Finley, 1985, p. 53.

1Omnia mutantur, nihil interit, « Tout change, rien ne périt », écrit à l’époque augustéenne le poète Ovide en attribuant ce propos à Pythagore1. Le titre de l’œuvre dont est issu ce vers, les Métamorphoses, souligne l’idée du renouvellement permanent de la nature et de l’homme. Ce terme d’origine grecque peut également servir à caractériser la période du passage de la République au Principat parce qu’il renvoie par son étymologie à l’image d’une structure, l’Empire romain, qui perdura tout en changeant de forme, et précisément parce qu’elle changea de forme2. Il permet de conceptualiser ce que Moses Finley avait appelé « la capacité qu’avaient les sociétés stables de maintenir sans pétrification à travers les changements leur profond sens de la continuité, leur adhésion résolue à ce que (…) les Romains appelaient mos, la pratique ordinaire, l’usage, la coutume »3. Étudier le monde romain entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. revient en effet à s’interroger sur l’articulation si complexe entre les phénomènes de continuité et les multiples évolutions qu’a connues pendant ce laps de temps un espace fluctuant de plus en plus vaste et soumis à des reconfigurations permanentes quant à ses relations avec Rome. Volontairement général, voire généraliste, le titre retenu pour la question de concours a pris le parti de ne pas mettre en avant une thématique déterminée. Il se définit par un cadre géographique et chronologique qui prend en compte l’évolution de l’ensemble du monde romain – et non plus seulement une partie de celui-ci –, pendant une période au cours de laquelle l’ancien régime républicain fit place à un nouveau régime qualifié d’ordinaire de « Principat ».

  • 4 Voir Richardson, 2008. Voir aussi Nicolet, 1988, dont L’inventaire du monde est une réflexion histo (...)
  • 5 Pol., III, 4, 3 ; voir à ce sujet Ferrary, 2008, p. 7-8. Sur la notion d’Empire appliquée à Rome et (...)

2On commencera par déterminer ce qu’il faut entendre par « monde romain ». Plus que d’une formule technique, il s’agit d’une expression générique qui renvoie d’un point de vue spatial à la sphère d’influence de Rome et de ses représentants, c’est-à-dire des (pro)magistrats et du prince. Se pose ainsi la question du degré d’équivalence avec le terme latin d’imperium, qui présente l’avantage d’avoir été utilisé par les Romains pour caractériser l’étendue de leur domination. Avant de désigner un espace, celui-ci correspond à un pouvoir auquel était confié le soin de remplir une mission et ce n’est que progressivement, en tout cas pas avant Auguste, qu’il prit une signification spatiale qui renvoie à notre conception d’empire4. À ses débuts, l’Empire romain s’est présenté, à travers la formule d’imperium populi Romani, précisément comme la zone d’intervention de l’imperium des (pro)magistrats romains. Une telle définition correspond parfaitement à la manière dont Polybe se représentait l’empire romain dès son époque : non seulement les territoires directement administrés par des dignitaires romains chargés d’une mission – une prouincia –, mais aussi l’ensemble des territoires où le peuple romain pouvait se faire obéir et exercer son hégémonie, ce qui inclut les rois, les peuples et les cités à la fois amis, alliés et sujets de Rome5.

3La chronologie fournit le second critère qui permet de circonscrire le programme. Les bornes chronologiques sont marquées par deux censures : celle de 70 av. J.-C., exercée par Cn. Cornelius Lentulus Clodianus et L. Gellius Publicola, qui marque le rétablissement de cette magistrature quinquennale dix-neuf années après la précédente et qui fut la dernière de l’époque républicaine à avoir été menée à son terme avec la clôture du cens et la cérémonie du lustrum ; celle de 73 apr. J.-C., exercée par Vespasien et Titus, qui s’inscrit dans un contexte de restauration après la guerre civile de 68-69 et l’avènement alors inédit d’une nouvelle dynastie. Cette périodisation pourrait donner lieu à une interprétation du programme centrée sur les questions d’intégration, puisque l’inscription d’un grand nombre d’Italiens sur les listes de citoyens était une conséquence de la Guerre Sociale et peut être mise en parallèle avec l’octroi par Vespasien et Titus en tant que censeurs du droit latin aux trois provinces de la péninsule Ibérique. Il s’agit là toutefois d’une lecture partielle, car l’année 70 correspond également au premier consulat de Pompée et de Crassus. Cette date prend ainsi une signification politique qui renvoie à la phase finale de la remise en cause des réformes de Sylla, ainsi qu’à un exercice collégial du pouvoir caractérisé par une concurrence, latente au départ avec Pompée et Crassus, exacerbée par la suite lorsque Jules César employa la violence contre son collègue Bibulus lors du consulat de 59 et qu’Octavien/Auguste déclara la guerre à celui qui avait été son collègue au triumvirat, Marc Antoine. C’est le contraire qui se produisit en 73 apr. J.-C., puisque la censure exercée cette année-là par Vespasien et Titus faisait suite à l’exercice conjoint du consulat à partir de 70 et de la puissance tribunicienne à partir de 71, ainsi qu’à la célébration par le père et le fils du double triomphe de juin 71 sur la Judée. Cette comparaison entre les bornes du programme permet de mesurer à quel point la collégialité potentiellement conflictuelle de l’époque républicaine devint pleinement dynastique à partir du partage du pouvoir entre Auguste et Agrippa en 18 av. J.-C., mettant ainsi en avant une évolution fondamentale du pouvoir, directement perceptible aussi bien par les Romains que par les provinciaux.

  • 6 I, 670: cum domino pax ista uenit.
  • 7 Par exemple chez Cicéron ; dans les Res Gestae ; la Laudatio funebris Agrippae ; ou encore le Senat (...)

4L’étude de cette période est traversée par des oppositions entre différents courants de pensée. L’objet de cette étude est de présenter un état des lieux historiographique et de montrer dans le même temps ce que ces débats ont de stimulant, et parfois d’artificiel. Il serait réducteur de penser que l’on puisse donner une réponse définitive à toutes les questions qui se posent, ni même d’envisager qu’il faille choisir telle réponse plutôt que telle autre. La première question qui se pose et qui détermine toutes les autres est celle des transformations qui touchèrent le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C. et sur l’ampleur desquelles les historiens se sont interrogés à partir de l’opposition, devenue traditionnelle, entre ruptures et continuités. De ce débat sur la nature des évolutions et la manière dont celles-ci étaient perçues découle une série d’autres questions. La république romaine fut-elle une aristocratie ou une démocratie ? Le Principat augustéen doit-il être présenté simplement comme une monarchie ou comme un régime mixte et ambivalent que l’on situerait entre la monarchie et la res publica libre ? Le fonctionnement de la vie politique a fait également l’objet d’interprétations divergentes. La notion de consensus, souvent invoquée récemment par l’historiographie allemande et dans une moindre mesure française, peut être difficilement conciliée avec les troubles qui secouèrent Rome et son empire à l’époque tardo-républicaine et apparaît factice si l’on rappelle que la paix augustéenne repose sur une guerre civile particulièrement sanglante : « Quand la paix vint, ce fut la paix du maître », écrit Lucain dans la Pharsale6. La question est donc de savoir comment articuler cette aspiration à l’unanimité, attestée par les sources7, avec les manifestations de conflit, d’opposition et de dissensio, qui ne cessèrent pas avec l’avènement du Principat. La dernière thématique à approfondir concerne les relations des élites romaines, que ce soit l’aristocratie romaine à l’époque républicaine ou la dynastie à l’époque impériale, avec la plèbe urbaine, les Italiens et les provinciaux. Il est plusieurs manières d’étudier le mode de communication entre gouvernants et gouvernés et son contenu, selon que l’on s’intéresse au point de vue des premiers ou à celui des seconds. Mais on peut tout aussi bien dépasser cette alternative pour présenter de façon plus dynamique de telles relations comme un processus résultant d’un dialogue à distance entre le centre du pouvoir et ses nombreuses périphéries, politiques, sociales et géographiques.

1. Entre ruptures et continuités : la conception du changement à Rome

  • 8 Meier, 1966, p. 32, 45-48, 52, 57-60.
  • 9 Sur Vespasien comme nouvel Auguste, voir Rosso, 2009.
  • 10 Ferrary, 2003, p. 421.
  • 11 Moatti, 2011a, p. 108.

5Il faut partir d’un constat simple, voire simpliste, qui peut être résumé par l’idée du caractère inéluctable et inexorable du changement même dans les sociétés aussi fixistes, voire « monistes » pour reprendre une expression de Christian Meier8, que les sociétés de l’Antiquité. Il n’y a rien d’étonnant dans cette observation : les phénomènes de continuité si prégnants à Rome n’y ont pas empêché les évolutions politiques et nul n’a jamais osé prétendre que le pouvoir se définissait et s’exerçait de la même manière en 50 av. J.-C. et en 50 apr. J.-C. Les Romains de cette époque n’ont toutefois jamais cessé de dire ou de s’entendre dire qu’en la matière, ils restauraient plus qu’ils innovaient. C’est ce que revendiquèrent Pompée et Crassus en 70 lorsqu’ils démantelèrent de façon définitive les lois syllaniennes par exemple pour redonner aux tribuns de la plèbe l’intégralité de leurs compétences traditionnelles ; ou Auguste lorsqu’il prit le pouvoir après avoir mis fin aux guerres civiles ; ou encore Vespasien lorsqu’il se présenta comme un nouvel Auguste après être sorti vainqueur de la guerre civile de 68-699. Mais restauration n’équivaut pas à pétrification, immutabilité ou encore inaltérabilité. L’histoire contemporaine nous a ainsi appris à travers l’exemple de Louis XVIII que le principe de la restauration impliquait nécessairement une prise de distance par rapport à un passé glorifié que l’on voulait faire revivre sans jamais y parvenir : il n’y a jamais eu de restauration à l’identique10. Il faut souligner en outre le poids de l’événement, qui rappelle ce que l’évolution des sociétés doit au hasard et qui permet ainsi d’être attentif à ce que Claudia Moatti appelle les « plis de l’histoire »11. La question centrale porte donc non pas sur le fait du changement, ni sur son ampleur, mais sur la manière dont les anciens le percevaient.

  • 12 Voir Hurlet, 2012b.
  • 13 Sur le sens de rem publicam constituere, voir Girardet, 2007, p. 375-378 ; sur le sens de rem publi (...)

6La connotation négative qui s’attachait dans l’Antiquité à toute forme de nouveauté avait pour conséquence que tout changement, loin d’être valorisé, devait prendre d’une manière ou d’une autre les formes du passé pour être accepté. Il faut à ce titre donner à la notion de réforme, galvaudée de nos jours, sa signification étymologique de « retour en arrière », perceptible par exemple dans le principe de la réforme protestante du xvie siècle. Il s’agit de « rendre à quelque chose sa forme première », le sens premier de la réforme durant l’Antiquité étant la nécessité de débarrasser une institution de la corruption du temps pour lui rendre son inspiration originelle12. Est attestée pour la période qui nous concerne, en relation avec le terme de res publica, une série de verbes qui couvrent un tel champ sémantique soit par le recours au préfixe re- (restituere), soit parce que certains de ces verbes (conseruare, constituere) insistent sur le maintien de ce qui existe et l’idée de (re)fondation d’une res publica menacée de disparition13. La formule qui associe les ruptures et les continuités n’est rien d’autre que la formulation rhétorique de l’idée selon laquelle le discours conservateur idéalisant le passé était au fond pour les Romains le seul moyen de concevoir les évolutions et d’en rendre compte.

  • 14 Hartog, 2002.

7Il reste une dernière notion à (re)visiter, celle de transition, dont il faut se demander si elle caractérise correctement le passage de la République au Principat en raison aussi bien de l’ampleur des changements survenus entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. que de la longue durée de ce processus de transformation. Il est un fait qu’un tel terme, par ailleurs si souvent utilisé par les historiens habitués à découper le temps en tranches chronologiques, est utile pour atténuer et lisser l’effet que produit sur l’échelle du temps la succession de deux périodes, d’autant plus quand le changement ne fut ni rapide, ni brutal. Il ne va toutefois pas de soi d’une part parce qu’il n’a jamais été vraiment conceptualisé, d’autre part parce que notre régime actuel d’historicité, le « présentisme », ne nous habitue plus à penser la transition sur le temps long, puisqu’il fait du présent « son propre et son seul horizon »14.

  • 15 Sur la périodisation de l’histoire romaine pendant l’époque républicaine, cf. l’ouvrage stimulant d (...)

8L’emploi du vocable « transition » pour une période qui s’étend sur un siècle et demi pose plusieurs problèmes, auxquels on peut apporter, pour chacun d’eux, un début de réponse. Il est tout d’abord illusoire de réduire à quelques dates ou événements ce qui est le résultat d’un lent processus. L’année 70 av. J.-C. est un choix forcément arbitraire, comme l’aurait été d’ailleurs toute autre proposition, parce que les tensions étaient apparues au sein de la société romaine au moins depuis les Gracques, et avaient été à l’origine d’une première guerre civile qui avait débouché avec la victoire et la dictature de Sylla sur une réaction conservatrice15. Les problèmes structurels posés par la gestion d’un empire méditerranéen de plus en plus vaste par une cité-État ne sont pas étrangers, quoi qu’on en dise, à l’avènement d’une monarchie, mais là encore aucune date précise ne s’est jamais imposée dans l’historiographie. Ainsi il n’est pas incongru de penser que le Principat fut établi de façon définitive dans le courant du ier siècle apr. J.-C., à la mort d’Auguste ou après celle-ci, et diverses propositions allant dans ce sens peuvent être faites : soit l’année 41 avec l’avènement de Claude, parce que les sénateurs abandonnèrent très vite l’idée de restaurer la République lors de la séance du 24 janvier datée du jour même de l’assassinat de Caligula pour débattre de l’identité du successeur ; soit de façon plus générale au milieu du ier siècle apr. J.-C., voire en 70 avec le premier changement de dynastie. Quoi qu’il en soit, c’est le propre de toute période de transition d’entretenir le flou sur sa durée.

  • 16 Ann., I, 3, 7.
  • 17 Voir Dettenhofer, 1992.
  • 18 Voir Jehne, 2003.

9Une telle caractéristique induit un autre questionnement historique qui est celui de la conscience et du vécu des changements par les acteurs de l’histoire. Il faut introduire à ce stade de l’enquête la notion de « génération » pour rappeler que la monarchie impériale s’imposa au fur et à mesure que disparaissaient les individus nés avant la prise du pouvoir par Auguste, au point de devenir le seul horizon possible. C’est à cette réalité que Tacite fait référence lorsqu’il évoque le calme qui régna à Rome en 14 apr. J.-C. lorsqu’Auguste mourut et que le pouvoir impérial fut transmis à son fils Tibère : « Au dedans tout était calme. Rien de changé dans le nom des magistratures. Tout ce qu’il y avait de jeune était né depuis la bataille d’Actium, la plupart des vieillards au milieu de la guerre civile. Combien restait-il de gens qui avaient vu la res publica ? »16. Mais il y eut auparavant d’autres générations, qui avaient vécu sous la République et connu ce régime de l’intérieur : celle des individus nés aux environs de l’année 100, qui pouvaient se rendre compte par leurs expériences des changements introduits par Auguste et se montrer à l’occasion critiques à l’encontre de ceux-ci, voire s’y opposer ; ou encore ceux qui étaient nés dans les décennies 80-70 et furent les acteurs des guerres civiles des années 40-30 – la génération des Marc Antoine, des deux Brutus ou de Cassius, qui forme « la jeunesse perdue » de la fin de la République et dont Maria Helena Dettenhoffer a étudié le destin17. De la perception nécessairement individuelle des nouveautés, variable selon les dates de naissance des individus, a découlé pour les Romains le sentiment qu’ils vivaient une crise, définie par Cicéron comme étant institutionnelle et morale18, à laquelle Auguste apporta une réponse du même ordre, consolidée par ses successeurs.

2. Aristocratie ou démocratie ? Une dichotomie à dépasser

10D’un point de vue politique, le principal élément de continuité qui traverse l’histoire romaine de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C., et bien au-delà, est l’existence d’une res publica et la permanence du recours à cette formule générique. Il s’agit donc de concilier l’idée qui fait officiellement de la « chose publique » un bien commun et justifie la permanence du Sénat et des assemblées du peuple (comices) tout au long du Haut-Empire avec l’évolution de la place accordée aux principales composantes du système politique qu’étaient le peuple, le Sénat et le magistrat – en particulier quand le princeps devint le principal magistrat.

  • 19 Voir pour plus de détails sur ce débat Hurlet, 2012a.
  • 20 Nicolet, 1979, p. 357.
  • 21 Voir Millar, 1998. Les articles de Millar sur la République romaine, publiés entre 1984 et 1995, on (...)
  • 22 Voir Hölkeskamp, 2004 pour un état des lieux. Voir aussi Jehne, 2006 et David, 2006.

11La première question qui se pose est celle de la nature du régime politique à l’époque républicaine19. L’opinio communis a longtemps présenté la République romaine comme une forme de régime de type aristocratique ou oligarchique. Claude Nicolet a ainsi utilisé la formule de « république sénatoriale »20, faisant du Sénat le centre du pouvoir. Cette analyse d’une société fortement hiérarchisée où les aristocrates commandaient et le peuple obéissait a suscité de la part de Fergus Millar une réaction que l’on peut qualifier à la fois de salutaire et d’excessive. Le savant anglais s’est résolu progressivement, au fil d’articles publiés dans les années 1980 et 1990, à assimiler la République romaine à « une démocratie dans un sens strictement neutre » ou à « une variété de démocratie » et à conférer ainsi un poids politique déterminant à la « foule » présente à Rome21. Une telle analyse a conduit à déplacer le centre de gravité vers les comices en faisant de ceux-ci à l’époque tardo-républicaine l’acteur central dans le processus de prise de décision. Elle a suscité à son tour, principalement en Allemagne, une réaction que l’on peut qualifier de « réaction à la réaction » et qui est revenue à l’idée que les comices ne faisaient que ratifier les mesures déjà prises par les sénateurs22. Y voir uniquement un retour à la thèse traditionnelle de la République sénatoriale, défendue durant la première moitié du xxe siècle par Matthias Gelzer et Friedrich Münzer, serait toutefois simplificateur. Les travaux de Karl-Joachim Hölkeskamp ont ainsi pris davantage en compte les apports de l’historiographie de l’ensemble du xxe siècle tout en y intégrant l’outillage conceptuel de la sociologie, notamment les réflexions de Georg Simmel sur les effets socialisants de la concurrence et celles de Pierre Bourdieu sur la notion de capital symbolique.

  • 23 Sur le « métier de citoyen », voir Nicolet, 1976a ; pour une reprise récente du débat sur les rappo (...)
  • 24 Flaig, 2001.
  • 25 Hölkeskamp, 2004, p. 85-92.
  • 26 Voir essentiellement Pina Polo, 1989 et Pina Polo, 2005 ; Morstein-Marx, 2004 et Hiebel, 2009.

12Plutôt que d’insister sur les différences entre ces deux visions, à la fois irrémédiables et artificielles tant elles se sont construites l’une contre l’autre et avec le goût du paradoxe, on peut tout aussi bien souligner un point de convergence remarquable : à savoir que quel que soit le lieu central du pouvoir, la vie politique a besoin d’associer à la prise de décision le plus grand nombre de citoyens dans le cadre d’une définition de la citoyenneté romaine qui lui donne un contenu participatif23. Les avis divergent toutefois à partir du moment où l’on s’interroge sur la signification et les implications de l’existence dans la Rome républicaine d’un espace public qui avait pour cadre des places publiques en plein air comme le comitium du Forum romain ou les saepta du champ de Mars. La question centrale devient de ce point de vue celle de la place à accorder aux comices dans le processus de prise de décision : doivent-ils être présentés comme le principal instrument de ce que Millar appelle la souveraineté populaire ? Ne fonctionnent-ils pas au contraire comme un « organe de consensus », pour reprendre une formule forgée par Egon Flaig, qui servait à faire valider par le plus grand nombre une décision prise au préalable par une poignée d’individus24 ? Ne faut-il pas ajouter dans le cas des comices électoraux une fonction supplémentaire qui consiste à arbitrer en tant que tierce partie la concurrence entre les membres des grandes familles romaines dans leurs luttes constantes pour le pouvoir25 ? Quelle que soit la réponse, les travaux récents s’accordent tous à ne pas minimiser l’intensité des luttes politiques qui eurent lieu à l’époque républicaine en fonction de la période et des enjeux. Les comices n’étaient sans doute pas le lieu du débat, notamment parce qu’ils se contentaient le plus souvent de choisir des noms de magistrats à élire et d’exprimer par le vote l’approbation d’un projet de loi – et très rarement le rejet – sans qu’il y ait de discussions préalables. Mais il existait aussi des assemblées considérées comme informelles, les contiones, qui avaient lieu avant les comices et qui ont été beaucoup étudiées ces dernières décennies26. Il en ressort que jusqu’à la prise du pouvoir par Octavien, la concurrence et les affrontements entre individus, loin de se régler uniquement entre soi dans les demeures des puissants ou entre soldats sur les champs de bataille, revêtaient une dimension publique qui englobait le populus romanus, même si les citoyens romains présents aux comices et aux contiones étaient peu nombreux par rapport à un corps civique en constante augmentation.

3. Monarchie ou restauration de la res publica ? Les ambiguïtés du Principat

  • 27 Pour un bilan historiographique des travaux sur Auguste de ces dernières décennies, voir Hurlet et (...)

13La nature du nouveau régime politique créé sur les ruines de la République romaine a suscité depuis l’Antiquité un débat qui repose sur le contraste entre l’image positive d’Auguste en tant que princeps ciuilis doté des vertus cardinales et les portraits négatifs de ses successeurs tels Tibère, Caligula ou Néron, coupables aux yeux de l’aristocratie d’avoir abusé de leurs pouvoirs. C’est ce qui explique l’image ambivalente d’Auguste, qui est souvent apparu dans l’historiographie à la fois comme un pâle reflet de son père adoptif Jules César d’un point de vue militaire et comme le fondateur d’un régime plein de secrets susceptible de dégénérer en un pouvoir tyrannique. Parler d’Auguste revient somme toute à parler de l’ambiguïté de ses pouvoirs27.

  • 28 Hurlet, Mineo, 2009 ; Hurlet, 2012b, p. 16-18.

14Deux axiomes serviront de point de départ à cette présentation du Principat. Auguste n’a tout d’abord jamais officiellement prétendu créer un nouveau régime, a fortiori monarchique, et il s’est bien gardé de prendre un titre qui l’assimilât d’une manière ou d’une autre à un monarque. Il a ensuite ouvertement prétendu restaurer la res publica, c’est-à-dire la « chose publique », et non la République au sens de régime politique – la nuance est fondamentale. La notion de res publica restituta, en vogue, est loin d’être un slogan et n’est d’ailleurs attestée à coup sûr qu’à une seule reprise, dans la Laudatio dite de Turia. Elle doit être présentée comme une formule parmi d’autres, nombreuses, qui renvoient à cette volonté de restauration, et que le nouveau régime et les contemporains d’Auguste forgèrent pour donner à ce changement de régime sa coloration conservatrice si caractéristique28.

  • 29 Castritius, 1982 ; Scheid dans Jacques, Scheid, 1990, p. 1-46.
  • 30 Voir, exempli gratia, Lacey, 1996 ; Galinsky, 1996 ; Galinsky, 2012 ; Hurlet, 2010a ; Rich, 2012.
  • 31 Hinard, 2003, p. 331.

15On ne croit plus guère aujourd’hui à la thèse, autrefois défendue par Helmut Castritius et reprise à bien des égards par John Scheid29, d’après laquelle il faut se contenter d’analyser le Principat comme une forme de république. L’idée dominante est plutôt celle de l’habillage républicain d’un pouvoir foncièrement monarchique, Auguste recherchant dans les institutions existantes les moyens juridiques d’exercer son pouvoir, et surimposant son pouvoir à celui de l’aristocratie romaine. On a également beaucoup insisté ces deux dernières décennies sur le caractère fortement évolutif de la mise en place du Principat, au point qu’il faut renoncer à privilégier telle date plutôt que telle autre30. Les deux termini extrêmes sont la bataille d’Actium en 31 av. J.-C., qui fit d’Octavien le vainqueur de la guerre civile, et la mort d’Auguste en 14 apr. J.-C., événement emblématique pour un pouvoir qui réussit à être transmis à un membre de la dynastie pour la première fois depuis la naissance de la République. Mais entre ces bornes chronologiques prend place toute une série de réformes qui montrent, pour reprendre une formule de François Hinard, que « la construction institutionnelle finale (le Principat) n’est pas sortie toute structurée de la tête du jeune César »31.

  • 32 Suét., Aug., 40, 4; voir Hurlet, 2009.
  • 33 Voir Hurlet, 2006a, p. 24-35.
  • 34 Voir l’analyse de Ferrary, 2001a, p. 108-111.
  • 35 Voir Gruen, 2005.
  • 36 Ferrary, 2001b.

16Les premières étapes sont bien connues. Les réformes des années 28-27 se situent dans un contexte de restauration de la res publica extrêmement prégnant. Elles consistèrent essentiellement à mettre entre parenthèses les innovations de l’époque triumvirale (par exemple la systématisation du consulat suffect ou la désignation des magistrats et des promagistrats par les triumvirs) pour en revenir au fonctionnement traditionnel de la res publica. Les comices retrouvèrent ainsi en 28 le droit d’élire les magistrats, ce qui contribua à faire renaître les campagnes électorales32 ; le tirage au sort des proconsuls fut rétabli en janvier 2733 ; quant aux pouvoirs d’Auguste tels qu’ils furent redéfinis également en janvier 27, ils s’inscrivirent dans le prolongement des imperia extraordinaires conférés notamment à Pompée et à César à partir des années 6034. L’abdication du consulat en 23 et l’investiture de la puissance tribunicienne qui en résulta par compensation, marquent une étape qui innova davantage que les mesures de 27, notamment parce qu’un tel pouvoir était tout à la fois inédit, viager et à l’origine d’une collégialité dynastique lorsqu’Agrippa, puis Tibère furent eux aussi investis de la puissance tribunicienne35. Il faut ajouter que la dispense donnant à Auguste à partir de la même année le droit de franchir le pomerium aussi souvent qu’il le voulait sans être contraint de faire renouveler à chaque passage son imperium, fut décisive dans le contexte de l’instauration d’une monarchie, parce qu’elle permit à un seul homme de cumuler en permanence pouvoir civil et pouvoir militaire36.

  • 37 Ferrary, 2001a, p. 121-130.
  • 38 Scheid, 1999.
  • 39 Hurlet, 2006a, p. 139-140, 145-147 et 159-160.

17Les réformes se poursuivirent tout au long des années 10 av. J.-C. et coïncidèrent avec la présence d’Auguste à Rome à la suite de ses retours des différentes missions dans les provinces. En 19, il fut investi de l’imperium consulaire à vie37 ; en outre, il ne permit plus à partir de cette date à un membre extérieur à la famille impériale de triompher. En 17, peu avant son départ pour une nouvelle mission, il établit une équivalence entre son régime et l’ordre cosmique en proclamant le retour de l’âge d’or et en célébrant la cérémonie des jeux séculaires. En 12 av. J.-C., peu après son retour à Rome en 13, il profita du décès de son ancien collègue au triumvirat, Lépide, grand pontife depuis 44 av. J.-C., pour revêtir à son tour le grand pontificat et devenir ainsi le prêtre suprême de la religion38. De la même période date le transfert à des légats impériaux du commandement des légions des Balkans autrefois placées sous les ordres des proconsuls d’Illyrie et de Macédoine, ce qui contribua à démilitariser presque toutes les provinces publiques (seule l’Afrique fit exception jusqu’à Caligula) et à faire d’Auguste le commandant en chef de la quasi-totalité des légions39.

  • 40 AE, 1996, 885.
  • 41 AE, 1940, 68 = IRT, 301.
  • 42 Dalla Rosa, 2014, p. 221-226.

18Reste pour finir le problème complexe de l’imperium dit maius, et en particulier de la date à laquelle le prince a fini par faire prévaloir la supériorité de son imperium à distance, c’est-à-dire là où il se trouvait et sans avoir à se déplacer personnellement dans la province concernée par sa décision. On dispose à ce sujet du témoignage du Senatus consultum de Cn. Pisone patre, daté de 19 apr. J.-C., qui établit pour la première fois une stricte hiérarchie des pouvoirs tout en fournissant un repère chronologique précis : « une loi avait été proposée devant le peuple pour que, quelle que fût la province où il (Germanicus) devait se rendre, son imperium fût supérieur à celui qui gouverne cette province en qualité de proconsul, pourvu qu’en toute circonstance, l’imperium de Tibère César fût supérieur à celui de Germanicus César »40. La supériorité du « co-régent » sur les proconsuls était en l’occurrence relative, dans le sens où elle n’était effective que si Germanicus était présent dans la province gouvernée par le proconsul, tandis que la supériorité du prince était absolue. La question est de déterminer à quelle date faire remonter une telle évolution. Plusieurs hypothèses ont été avancées (14 ; 17 apr. J.-C.). Il faut y ajouter l’interprétation récente d’Alberto Dalla Rosa, fondée sur une inscription de Lepcis Magna41, en vertu de laquelle les difficultés militaires surgies simultanément dans plusieurs provinces en 6 apr. J.-C. conduisirent Auguste à se faire alors reconnaître une supériorité à distance de son imperium et de ses auspices, puisque son âge (70 ans) l’empêchait désormais de quitter Rome42.

4. De Theodor Mommsen à Karl-Joachim Hölkeskamp en passant par Ronald Syme : institutions, factions et rituels

  • 43 Mommsen, DPR.

19Une autre ligne de partage historiographique est celle des méthodologies mises en œuvre pour étudier cette période de transition. Il a été jusqu’à présent question de l’imperium en tant que pouvoir. L’étude du cadre institutionnel, pour nécessaire qu’elle soit, s’inscrit dans une tradition historiographique toujours vivace, dont il faut savoir qu’elle remonte au Römisches Staatsrecht de Theodor Mommsen, publié durant la seconde moitié du xixe siècle43. Cette œuvre était pour l’époque novatrice non seulement parce qu’elle inventa un droit public romain, mais aussi parce qu’elle renonça à écrire une histoire des institutions dans une perspective diachronique pour présenter une étude systématique des interactions entre les magistrats, le Sénat et le peuple. Mommsen a été amené à insister sur les continuités plus que sur les ruptures et à donner ainsi une vision plus républicaine de la position d’Auguste et du nouveau régime. Une telle démarche, déterminée par la nature d’une œuvre qui entendait donner de l’État romain une définition légale, a fait l’objet de critiques de la part d’historiens, qui n’ont pas manqué de lui reprocher d’avoir travaillé en juriste.

  • 44 Syme, 1939 ; voir aussi Syme, 1986.
  • 45 On consultera toujours avec profit le compte rendu qu’A. Momigliano a donné de l’ouvrage de R. Syme (...)

20La réaction la plus notable est venue de Ronald Syme, dont l’œuvre majeure, La Révolution romaine publiée en 1939, doit figurer en bonne place dans cet état des lieux parce qu’elle étudie précisément le passage de la République au Principat – de 60 av. J.-C. à 14 apr. J.-C. – à sa manière, c’est-à-dire en s’intéressant aux hommes plus qu’aux institutions44. S’inscrivant dans la lignée de Matthias Gelzer et surtout de Friedrich Münzer, qui est un des rares historiens contemporains à être cité dans sa Préface, il perfectionna la méthode prosopographique en étudiant spécifiquement l’aristocratie romaine et en montrant comment celle-ci s’élargit à l’Italie et aida Octavien/Auguste par le jeu des factions à s’emparer du pouvoir et à s’y maintenir. La démarche de Syme a toutefois été à son tour contestée notamment parce que la focalisation sur les sénateurs a contribué à rejeter dans l’ombre la part que les couches sociales inférieures, le peuple romain ou encore ceux que Ségolène Demougin a qualifiés d’« acteurs secondaires de la Révolution romaine » (par exemple les chevaliers) prirent dans la création du nouveau régime45.

  • 46 Millar, 2002, p. 241-270 et p. 350-359.
  • 47 Voir Hölkeskamp, 2008.
  • 48 Hollard, 2010.
  • 49 Sur les rituels, voir Sumi, 2005 et Benoist, 2005 ; sur leur permanence à l’époque augustéenne, voi (...)
  • 50 Voir Linke-Stemmler, 2000.

21Fergus Millar, l’élève de Syme, est un de ceux qui se sont montrés les plus critiques en parlant de démocratie, comme on l’a vu, et en rappelant que l’intervention des comices perdura à l’époque impériale, du moins à ses débuts46. Mais c’est la notion de rituel politique qui a permis de dépasser l’opposition entre les interprétations institutionnelle et prosopographique du pouvoir, dans la mesure où elle permet de concilier la place centrale prise par l’aristocratie romaine à toutes les époques avec la participation plus ou moins active du peuple en tant que corps civique47. Elle inclut les assemblées du peuple, auxquelles Virginie Hollard associe la formule de « rituel du vote »48, mais aussi toutes les cérémonies et cortèges qui se déroulaient dans un cadre public de manière à donner une plus grande visibilité au personnage honoré ou à sa famille : par exemple le départ des magistrats pour leur province (la profectio) et leur retour à Rome (l’aduentus) ; le triomphe pour ceux auxquels le Sénat avait accordé cet honneur suprême en raison de leurs succès militaires ; la pompa funebris, qui mettait publiquement en valeur la famille (gens) de l’aristocrate décédé par le biais des pratiques spécifiquement romaines du défilé des imagines et de l’éloge funèbre prononcé sur le Forum49. L’ensemble des nombreux rituels de la Rome républicaine et impériale forme le cœur de ce que les Romains appelaient le mos maiorum, « la coutume des ancêtres », défini comme un modèle d’action et de communication qui reposait sur des précédents exemplaires et qui était suffisamment souple pour être constamment réinterprété au fil des principales évolutions de l’histoire romaine et permettre ainsi d’intérioriser le changement. Ce n’est qu’à partir du moment où Auguste affirma vouloir donner à la postérité ses propres exempla à imiter que le mos maiorum se figea et cessa de faire partie du jeu politique pour être confiné dans le milieu des antiquaires et des spécialistes du droit50.

5. Consensus et dissensio. Les formes du politique à Rome

  • 51 Voir Hölkeskamp, Müller-Lückner (dir.), 2009.
  • 52 Voir Hölkeskamp, 2006.

22Le principal rituel de la vie politique à Rome et dans les cités de son Empire est la mise en forme d’un consensus autour de valeurs communes aux différents groupes sociaux. L’historiographie allemande et, dans une moindre mesure, française, ont (ab)usé de ce terme latin, par ailleurs bien attesté par les sources, en le transformant en un concept central qui renvoie à l’aspiration et la capacité de la société romaine à exprimer sa cohésion : par exemple au moment où le peuple romain était amené à se rassembler pour voter des lois, élire ses magistrats, célébrer le triomphe d’un imperator ou encore rendre un culte aux dieux de la cité. Il ne s’agit pas dans l’esprit des partisans de cette analyse de nier l’existence d’une crise politique qui déboucha sur une guerre civile, ni non plus d’aplanir les différences sociales au sein de sociétés dont on n’a jamais songé à contester le caractère hiérarchique et fortement inégalitaire51. L’idée principale a été plutôt de montrer que les Romains de l’époque républicaine s’accordaient tous sur la vocation de l’aristocratie à gouverner la cité et que ce consensus était parfaitement compatible avec les manifestations permanentes d’une concurrence, fût-elle acharnée52. C’est ce que Cicéron exprime lorsqu’il utilise un faisceau concordant d’expressions renvoyant au consensus ordinum (omnium), consensus bonorum omnium, in omnibus bonis consensio ou encore au consensus omnium.

  • 53 Voir à ce sujet Rowe, 2002.
  • 54 Voir, exempli gratia, Schiavone, 1996, p. 215 qui parle à propos de l’époque augustéenne d’une « gr (...)
  • 55 Sur la question complexe des étapes conduisant à la création de l’ordre sénatorial, voir Nicolet, 1 (...)
  • 56 Voir Veyne, 2002.
  • 57 Flaig, 1992.

23La crise qui éclata au ier siècle av. J.-C. n’était pas la première à laquelle la noblesse patricio-plébéienne eut à faire face depuis le ive siècle av. J.-C., tant à l’extérieur qu’au sein de la cité, mais elle fut la plus violente dans le sens où la concurrence traditionnellement régulée au sein de l’aristocratie s’exprima dans l’ensemble du monde romain en se déplaçant sur les champs de bataille. Il est significatif que le consensus, loin de voler en éclats, se soit transformé en surimposant à l’aristocratie un nouvel acteur, aristocrate lui aussi, et en devenant ainsi progressivement monarchique. L’enjeu pour Auguste et ses successeurs fut de se faire accepter par les principaux acteurs de la société romaine, à savoir l’armée, le Sénat, le peuple romain, l’ordre équestre et les élites provinciales53. Ce nouveau consensus ne fit pas disparaître l’ancien, mais il s’articula au contraire avec celui-ci, car la naissance de la monarchie augustéenne alla de pair avec une ré-aristocratisation de la société54. Les principaux aristocrates qu’étaient les sénateurs continuèrent à gouverner l’Empire à l’époque impériale et renforcèrent leur position à la tête de la société en formant à partir des années 10 le premier ordre de la société romaine, désormais distinct de l’ordre équestre55, au prix d’une supériorité qu’ils reconnurent à l’un d’entre eux, le princeps. Le fonctionnement du nouveau régime apparaît ainsi indissociable des relations qu’Auguste entretint avec l’aristocratie et qui sont à analyser sous l’angle de la négociation permanente : si le Principat n’est pas contestable en tant que régime politique nécessaire au maintien de la paix et de l’ordre, la personne du prince peut en revanche être à tout moment contestée, et à ce titre éliminée et remplacée56. C’est ce qui explique pourquoi l’usurpation fut un phénomène si souvent attesté à l’époque impériale, le moment culminant étant l’année 68-69 au cours de laquelle quatre empereurs se disputèrent le pouvoir suprême. D’anomalie du système, elle a été définie par Egon Flaig comme le modèle de la transmission impériale parce qu’elle supposait la participation active des principaux acteurs de la société dans le choix du prince57.

  • 58 Moatti, 2011a.
  • 59 Res Rusticae, I, 69.
  • 60 Moatti, 2011a, p. 109 et 111.

24Il s’est trouvé des détracteurs de cette analyse qui place la recherche du consensus au cœur de la vie politique. Les critiques les plus vives et les plus structurées ont été formulées par Claudia Moatti, qui justifie l’insistance des sources sur le consensus par la tendance de celles-ci à fabriquer « du sens commun » et à ne rien dire de l’intensité permanente des conflits politiques58. On s’accordera avec elle pour penser que le consensus est un idéal plus qu’une réalité et relève de l’idéologie parce qu’il tend à gommer tout conflit de l’espace politique pour mettre en avant l’unité. Le récit des événements des années 50 av. J.-C. dresse en effet l’image d’une Rome en proie à de fortes oppositions entre magistrats (César et Bibulus durant leur consulat de 59), entre adversaires politiques par le biais de la législation (exil de Cicéron) ou du combat judiciaire (le plaidoyer de Cicéron contre Pison) et jusque dans les rues de Rome (entre les bandes de Clodius et de Milon). La description faite par Varron d’un assassinat qui eut lieu à Rome à la fin des années 50 est de ce point de vue édifiante. Le premier livre des Res rusticae s’achève en effet par un coup de théâtre avec l’annonce de l’enterrement d’un homme que les protagonistes de ce dialogue attendaient et dont on apprend qu’il fut frappé dans une rue de Rome d’un coup de couteau « par erreur » (perperam), c’est-à-dire parce que les assassins l’avaient confondu avec quelqu’un d’autre. La réaction de Varron vaut la peine d’être mentionnée : « nous rentrons tous chez nous, déplorant plutôt les hasards de la vie humaine que surpris que Rome eût été le théâtre de cet assassinat »59. La période tardo-républicaine est de ce point de vue une période marquée par le déchaînement de la violence et des transgressions de toutes sortes, dont les plus visibles étaient les multiples écarts par rapport aux institutions traditionnelles et les ascensions sociales inhabituelles de personnages de conditions inférieures – affranchis par exemple. Claudia Moatti ne conteste pas l’idée qu’Auguste étouffa dans l’œuf toute volonté d’élargir le personnel politique à d’autres couches sociales que l’aristocratie sénatoriale en se présentant comme un restaurateur de la tradition plus que comme un novateur. Elle veut plutôt souligner que la solution choisie par Auguste et tournée vers le passé, loin d’être la seule voie possible, en était une parmi d’autres. Elle reproche finalement à tous ceux qui mettent en avant la notion de consensus de sous-estimer la capacité de toute société à l’imagination politique, ce qu’elle appelle l’« altéronomie »60. Une telle analyse fait la part belle à la liberté des acteurs de l’histoire et privilégie l’événement par rapport aux structures.

  • 61 Voir Dettenhofer, 2000 ; Rohr Vio, 2000 et Rohr Vio, 2011 ; Cogitore, 2002.
  • 62 Sur cette forme d’opposition-réaction, permanente au moins durant les premières années du Principat (...)

25On peut prolonger d’un point de vue chronologique ces réflexions et s’interroger sur la manière d’articuler le consensus augustéen, si présent dans le discours officiel, et la résistance à la place inédite occupée par un seul homme à la tête de la nouvelle res publica. En d’autres termes, il faut se demander s’il y avait place dans la Rome augustéenne pour un débat public sur le rôle du prince et, partant, pour une vie politique. La réponse est incontestablement positive. L’aspiration à un consensus défini comme universel (consensus uniuersorum) a eu pour conséquence de rendre moins visible l’opposition à Auguste, mais celle-ci n’a pas été pour autant étouffée et est attestée par différents témoignages. Il existait deux formes de contestation du pouvoir d’Auguste : soit la conjuration destinée à assassiner le prince, qui était une forme extrême à la fois potentiellement mortelle, incontrôlable et non contrôlée61 ; soit les multiples réactions ponctuelles à l’égard d’Auguste – de ses réformes, de sa volonté d’exercer le consulat en permanence, de sa présence et de ses interventions dans les cours de justice62. Cette dernière forme de contestation fut la plus fréquente et permet finalement de montrer que le Principat ne fut mis en place et défini que progressivement au terme de négociations permanentes entre Auguste et l’aristocratie romaine. La position du prince n’était jamais acquise une fois pour toutes, comme en témoigne le petit nombre de princes qui moururent paisiblement, comme Auguste ou Vespasien.

  • 63 Voir Moatti, 2009.

26Il ne s’agit pas au bout du compte de réconcilier deux visions parfaitement antinomiques et inconciliables, la première insistant sur le consensus autour de l’aristocratie ou de la figure du prince et la seconde sur l’opposition à l’encontre de ceux-ci. Il faut plutôt faire remarquer que l’analyse des mêmes sources produit des résultats différents selon que l’on décide de mettre l’accent, dans la définition du politique, sur la concurrence ou sur le conflit63.

6. Propagande, idéologie, culture politique : autour du mode de communication politique

27La notion de consensus, quelles qu’en soient les limites, reste éclairante en tant que forme aboutie de la communication politique verticale qui s’est établie entre le cœur du pouvoir à Rome et les gouvernés : par exemple entre l’aristocratie et le peuple, entre le prince et les principaux acteurs du système politique qu’étaient les sénateurs, l’armée, le peuple et les chevaliers, ou encore entre les gouvernants (les Romains) et les gouvernés (les Italiens et les provinciaux). Les historiens ont défini le flot et le flux de messages échangés à l’échelle de l’Empire, qui furent une des clés du succès de Rome, en utilisant plusieurs formules qui trouvent une certaine résonance à notre époque et dont il faut se demander à ce titre si elles ne sont pas anachroniques et, si oui, dans quelle mesure.

  • 64 Voir Weber, Zimmermann (dir.), 2003.
  • 65 Veyne, 2005, 15-78.

28Le terme de « propagande » est d’ordinaire rejeté, car il convient mieux à la mise en condition des masses populaires et de l’opinion publique telle qu’elle fut pratiquée dans les régimes autoritaires du siècle dernier64. Cette prudence terminologique a été salutaire et a conduit plusieurs historiens, dont Paul Veyne, à souligner que durant l’Antiquité (au moins romaine), le pouvoir cherche moins à convaincre ou à persuader qu’à se montrer et à privilégier ainsi les notions d’« ostentation » ou d’« apparat » (monarchique)65. Elle ne doit toutefois pas faire oublier que les principaux acteurs de la vie politique furent amenés à diffuser des messages de toutes sortes pour affirmer leur légitimité à certaines périodes plus qu’à d’autres, notamment à l’initiative des triumvirs après la mort de César, d’Auguste au moment de la création d’un nouveau régime ou encore de Vespasien lors du premier changement de dynastie. Il faut donc compter avec une action de communication qui fut exercée délibérément pour amener les gouvernés à adopter le point de vue et les valeurs du pouvoir en place ou de ceux qui y aspiraient.

  • 66 Voir à ce sujet Le Doze, 2010 et Le Doze, 2014, p. 19-83.
  • 67 Voir à ce sujet Ferrary, 1997.
  • 68 Inglebert, 2002, p. 21 définit en ce sens le terme d’idéologie comme « une structure mentale, un mo (...)

29Un deuxième terme, celui d’idéologie, est régulièrement utilisé par les historiens de l’Antiquité et apparaît moins connoté négativement que propagande, mais il ne va pas non plus de soi. Pour la période républicaine, il n’a pas manqué d’éveiller la méfiance et a été sinon rejeté comme n’étant pas opératoire pour la période, en tout cas passé désormais au crible66. La principale question qui se pose est de déterminer si deux visions du monde opposées se sont formées à l’époque républicaine et si les programmes politiques défendus par les optimates et les populares pouvaient en tenir lieu67. En d’autres termes, le fait que des individus s’affrontèrent par la parole ou par les armes pour défendre des idées concurrentes ne présuppose pas nécessairement l’existence d’une idéologie à Rome, entendue comme la mise en forme d’un programme politique cohérent défendant une certaine idée du monde, à moins de définir celle-ci de façon générique comme « l’ensemble des valeurs civiques »68. Le débat sur cette question divise ainsi ceux qui voient dans les événements de la fin de la République un affrontement idéologique (sur la place dans le système politique du peuple, des Italiens…) et ceux pour qui il s’agit uniquement d’une lutte pour le pouvoir. Les tenants de cette dernière option sont précisément ceux qui préfèrent la notion de concurrence à celle de conflit et privilégient la formule de « culture politique », définie comme un langage de légitimation contenant à la fois un vocabulaire d’images, des métaphores, des rituels et des actes performatifs à travers lesquels les négociations politiques étaient menées.

  • 69 Moatti, 2007, p. 241-244.
  • 70 Sur ces documents, voir le recueil récent de Lott, 2012, p. 79-99 et 125-157.
  • 71 Sur le modèle de la pétition-réponse, élaboré par Millar, 1977 et toujours utile d’un point de vue (...)
  • 72 Voir Crogiez-Pétrequin, Nelis-Clément, 2009.
  • 73 Cosme, 2012, p. 63-69.
  • 74 Hurlet, 2006b.
  • 75 Sur la définition de la domus (Augusta et Diuina), voir Moreau, 2009. Voir aussi Zecchini, 2009 qui (...)

30Quoi qu’il en soit, la situation changea avec la prise du pouvoir par Auguste, dans le sens où se mit en place une nouvelle forme de communication politique qui fit du prince la figure de référence en insistant sur ses qualités suivantes : restaurateur de la res publica et de la pax, détenteur des vertus dites impériales et fondateur d’une lignée dynastique. Faut-il parler à ce propos de « culture politique monarchique », de « proto-idéologie » ou tout simplement d’« idéologie augustéenne » ? Peu importe tout compte fait, l’essentiel étant de comprendre que le discours politique se structura davantage avec la création par Auguste d’un nouveau régime autour d’un langage commun aux gouvernants et aux gouvernés69. Des découvertes épigraphiques récentes en Andalousie, dans l’ancienne Bétique, ont fourni toute une série d’informations précieuses sur le dialogue qui se noua entre le pouvoir impérial et les provinciaux et qui transforma profondément la vie quotidienne (politique, sociale, économique, religieuse…) et l’espace urbain de ces derniers. Elles font référence à deux événements survenus à Rome en 19-20 apr. J.-C. sous Tibère, les funérailles de Germanicus (Tabula Siarensis) et le procès de Pison qui en résulta (Senatus consultum de Cn. Pisone patre)70. Elles montrent comment ceux-ci furent connus et célébrés par des cités situées loin de Rome. On peut en tirer les principaux enseignements suivants : rôle proactif du pouvoir impérial en matière de diffusion de son image et de son « idéologie », ce qui nuance le modèle d’un pouvoir impérial réactif cher à Fergus Millar sans le remettre totalement en cause71 ; place tenue dans la circulation de l’information par les médiateurs qu’étaient les ambassadeurs de cités, les gouverneurs (et le personnel du service de la uehiculatio72 – la poste impériale –, dont Pierre Cosme a souligné l’importance en temps de crise73) ; autonomie des cités, qui étaient tenues au courant de l’actualité dynastique de Rome et adaptaient les décisions prises à Rome en les imitant plus ou moins étroitement74 ; caractère dynastique d’une monarchie qui prit officiellement le nom de Domus Augusta ou Diuina – du nom d’une forme de parentèle qui regroupait autour du prince les membres de sa gens et des parents plus éloignés tels que les cognats et les affins75.

  • 76 Balty, Cazes, 1995.
  • 77 Millar, 2002, p. 298.

31Ce dernier aspect est sans doute celui qui apparaît comme étant le plus prégnant dans la vie quotidienne des cités d’Italie et des provinces, dont l’urbanisme se transforma profondément à partir de l’époque d’Auguste. Un des témoignages de cette évolution est la multiplication des groupes statuaires et leur lien étroit avec une actualité dynastique qui était celle de Rome et dont les cités étaient parfaitement informées. L’exemple du groupe statuaire de Béziers, le plus imposant à l’échelle de l’Empire avec celui de Narona (Croatie), montre ainsi comment un noyau originel formé d’une seule statue, celle d’Octavien, s’étoffa progressivement jusqu’au principat de Caligula pour finir par compter neuf statues76. Il est un fait que la naissance d’un régime dynastique transforma profondément le mode de communication politique en identifiant le centre du pouvoir avec un seul homme et ses proches et en faisant de ceux-ci un point de convergence pour les Italiens et les provinciaux. C’est ce que Millar a appelé « une révolution de la conscience »77.

Conclusion

  • 78 Tac., Ann., I, 2, 2.
  • 79 Nicolet, 1988.

32Cet état des lieux a pris consciemment le parti d’étudier le monde romain à partir d’un double angle de vue qui est politique et centré sur la ville de Rome. Une telle perspective, loin de vouloir reléguer les Italiens et les provinciaux dans une position subalterne, a cherché plutôt à souligner que ceux-ci étaient à la fois directement concernés par la nature même du pouvoir politique en place à Rome et à leur tour impliqués dans la vie de l’Empire au gré des échanges de toutes sortes qui les rendaient indispensables à l’expression d’un consensus tant souhaité par le pouvoir central. Le moment-charnière fut bien entendu le passage de la République au Principat, période de transition présentée ici comme un processus avec la volonté d’étudier moins le changement politique en tant que tel que la manière dont celui-ci fut perçu, vécu et intériorisé. Cette monarchisation du pouvoir ne se mit en place à Rome que dans le cadre d’une négociation permanente avec l’aristocratie. Elle fut acceptée très rapidement par les provinciaux, qui identifièrent très vite le pouvoir central avec la figure du prince et qui étaient favorables à une telle évolution. C’est ce que dit Tacite lorsqu’il écrit que « les provinces n’étaient pas opposées à ce nouvel état des choses (c’est-à-dire à l’instauration du nouveau régime), car elles se défiaient du gouvernement du Sénat et du peuple, en raison des rivalités entre les grands, de l’avidité des magistrats, et ne trouvaient qu’un faible secours dans les lois dont le jeu était faussé par la violence, la brigue, enfin par l’argent »78. L’avènement d’un pouvoir monarchique est également lié à une meilleure connaissance de l’espace physique, humain et fiscal de l’Empire romain. C’est ce que l’on peut désigner par la formule d’Inventaire du Monde, par référence au grand livre de Claude Nicolet consacré à la manière dont les Romains de l’époque d’Auguste administrèrent et se représentèrent leur imperium79.

Haut de page

Bibliographie

Akar, Ph., 2013, Concordia. Un idéal de la classe dirigeante romaine à la fin de la République, Paris.

Balty, J.-Ch. et Cazes, D., 1995, Portraits impériaux de Béziers. Le groupe statuaire du forum, Toulouse.

Benoist, St., 2005, Rome, le Prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier s. av. – début du ive s. apr. J.-C.), Paris.

Brunt, P. A., 1971, Social Conflicts in the Roman Republic, Londres (traduction française : Conflits sociaux en République romaine, traduit par M. Legras-Wechsler, Paris, 1979).

Castritius, H., 1982, Der römische Prinzipat als Republik, Husum.

Chastagnol, A., 1992, Le Sénat romain à l’époque impériale, Paris.

Cogitore, I., 2002, La légitimité dynastique d’Auguste à Néron à l’épreuve des conspirations, Rome.

Cosme, P., 2012, L’année des quatre empereurs, Paris.

Crogiez-Pétrequin, S. et Nélis-Clément, J., 2009, La circulation des hommes et de l’information, dans Fr. Hurlet (dir.), Rome et l’Occident, Gouverner l’Empire, Rennes, p. 107-139.

Dalla Rosa, A., 2014, Cura et tutela. Le origini del potere imperiale sulle province proconsolari, Stuttgart.

David, J.-M., 2006, Una repubblica in cantiere, Studi Storici, 47, p. 365-376.

Dettenhofer, M. H., 1992, Perdita Iuuentus. Zwischen den Generationen von Caesar und Augustus, Munich, 1992.

Dettenhofer, M. H., 2000, Herrschaft und Widerstand im augusteischen Principat. Die Konkurrenz zwischen res publica und domus Augusta, Stuttgart.

Eck, W., Caballos, A. et Fernández, F., 1996, Das S.C. de Cn. Pisone patre, Munich.

Eich, P., 2012, Centre and Periphery. Administrative Communication in Roman Imperial Times, dans St. Benoist (dir.), Rome, a City and its Empire in Perspective: The Impact of the Roman World through Fergus Millar’s Research. Rome, une cité impériale en jeu : l’impact du monde romain selon Fergus Millar, Leyde, p. 85-108.

Ferrary, J.-L., 1997, Optimates et populares. Le problème du rôle de l’idéologie dans la politique, dans H. Bruhns, J.-M. David et W. Nippel (dir.), Die späte römische Republik. La fin de la République romaine. Un débat franco-allemand d’histoire et d’historiographie, Rome, p. 221-231.

Ferrary, J.-L., 2001a, À propos des pouvoirs d’Auguste, CCG, 12, p. 101-154 (traduction anglaise d’une version légèrement écourtée dans J. Edmondson (dir.), Augustus, Edinbourg, 2009, p. 90-136).

Ferrary, J.-L., 2001b, Les pouvoirs d’Auguste : l’affranchissement de la limite du pomerium, dans N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, p. 9-22.

Ferrary, J.-L., 2003, Res publica restituta et les pouvoirs d’Auguste, dans S. Franchet d’Espèrey, V. Fromentin, S. Gotteland et J.-M. Roddaz (dir.), Fondements et crises du pouvoir, Bordeaux, p. 419-428.

Ferrary, J.-L., 2008, Provinces, magistratures et lois : la création des provinces sous la République, dans I. Piso (dir.), Die römischen Provinzen : Begriff und Gründung, Cluj-Napoca, p. 7-18.

Finley, M., 1985, L’invention de la politique, Paris (traduit de l’anglais par J. Carlier).

Flaig, E., 1992, Den Kaiser herausfordern. Die Usurpation im römischen Reich, Francfort-New York.

Flaig, E., 2001, Assemblée du peuple à Rome comme rituel de consensus. Hiérarchie politique et intensité de la volonté populaire, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 140, p. 12-20.

Flaig, E., 2014, Prestige et capital symbolique. Réflexions sur les funérailles aristocratiques dans la Rome républicaine, dans Fr. Hurlet, I. Rivoal et I. Sidéra (dir.), Le prestige. Autour des formes de la différenciation sociale, Paris, p. 197-206.

Flower, H., 1996, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Oxford.

Flower, H., 2010, Roman Republics, Princeton.

Galinsky, K., 1996, Augustan Culture: an Interpretive Introduction, Princeton.

Galinsky, K., 2012, Augustus. Introduction to the Life of an Emperor, Cambridge.

Giovannini, A. (dir.), 2000, La Révolution romaine après Ronald Syme. Bilan et perspectives, Vandœuvres-Genève.

Girardet, Kl. M., 2007, Rom auf dem Weg von der Republik zum Prinzipat, Bonn.

Gruen, E., 2005, Augustus and the Making of the Principate, dans K. Galinsky (dir.), The Cambridge Companion to the Age of Augustus, Cambridge, p. 33-51.

Hartog, Fr., 2002, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris.

Hiebel, D., 2009, Rôles institutionnel et politique de la contio sous la République romaine (287-49 av. J.-C.), Paris.

Hinard, Fr., 2003, Entre République et Principat. Pouvoir et urbanité, dans Th. Hantos (dir.), Laurea internationalis. Festschrift für Jochen Bleicken zum 75. Geburstag, Stuttgart, p. 331358.

Hölkeskamp, K.-J., 2000, The Roman Republic: Government of the People, by the People, for the People?, SCI, 19, p. 203-223 [reproduit en allemand dans Senatus populusque romanus. Die politische Kultur der Republik – Dimensionen und Deutungen, Stuttgart, 2004, p. 257-280 avec des addenda].

Hölkeskamp, K.-J., 2004, Rekonstruktionen einer Republik. Die politische Kultur des antiken Roms und die Forschung der letzten Jahrzente, Munich (trad. française Reconstruire une République. Antiquité romaine. La « culture politique » de la Rome antique et la recherche des dernières décennies, Nantes, 2008 ; trad. anglaise Reconstructing the Roman Republic. An Ancient Political Culture and Modern Research, Princeton, 2010 avec des addenda substantiels).

Hölkeskamp, K.-J., 2006, Konsens und Konkurrenz. Die politische Kultur der römischen Republik in neuer Sicht, Klio, 88, p. 360-396.

Hölkeskamp, K.-J., 2008, Hierarchie und Konsens. Pompae in der politischen Kultur der römischen Republik, dans A.H. Arweiler et B.M. Gauly (dir.), Machtfragen. Zur kulturellen Repräsentation und Konstruktion von Macht in Antike, Mittelalter und Neuzeit, Stuttgart, p. 79126.

Hölkeskamp, K.-J. et Müller-Luckner, E. (dir.), 2009, Eine politische Kultur (in) der Krise ?, Munich.

Hollard, V., 2010, Le rituel du vote. Les assemblées romaines du peuple, Paris.

Hurlet, Fr., 2006a, Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux.

Hurlet, Fr., 2006b, Les modalités de la diffusion et de la réception de l’image et de l’idéologie impériale sous le Haut-Empire en Occident, dans M. Navarro Caballero et J.-M. Roddaz (dir.), La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain, Paris-Bordeaux, p. 49-68.

Hurlet, Fr., 2009, La Res publica restituta et l’aristocratie augustéenne, dans Fr. Hurlet et B. Mineo (dir.), Le principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Res publica restituta, Rennes, p. 73-99.

Hurlet, Fr., 2010a, Augustus. Life and Career, dans M. Gagarin (dir.), The Oxford Encyclopedia of Ancient Greece and Rome, Oxford, vol. I, p. 332-344.

Hurlet, Fr., 2010b, (Re)penser l’Empire romain. Le défi de la comparaison historique, DHA, Supplément 5, p. 107-140.

Hurlet, Fr., 2012a, Démocratie à Rome ? Quelle démocratie? En relisant Millar (et Hölkeskamp), dans St. Benoist (dir.), Rome, a City and Its Empire in Perspective: The Impact of the Roman World through Fergus Millar’s Research, Leyde, p. 19-43.

Hurlet, Fr., 2012b, Représentations et conscience de la réforme au sein de l’aristocratie augustéenne, dans Y. Rivière (dir.), Des réformes augustéennes, Rome, p. 11-35.

Hurlet, Fr., 2012c, Concurrence gentilice et arbitrage impérial. Les pratiques politiques de l’aristocratie augustéenne, dans Politica Antica, 2, p. 33-54.

Hurlet, Fr., 2014, L’aristocratie romaine face à la nouvelle Res publica d’Auguste (29-19 av. J.-C.) : entre réactions et négociations, dans R. Cristofoli, A. Galimberti et Fr. Rohr Vio (dir.), Lo spazio del non-allineamento a Roma fra Tarda Repubblica et Primo Principato. Forme e figure dell’opposizione politica, Milan, p. 117-142.

Hurlet, Fr. et Mineo, B., 2009, Introduction. Res publica restituta. Le pouvoir et ses représentations à Rome sous le Principat d’Auguste, dans Fr. Hurlet et B. Mineo (dir.), Le principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Res publica restituta, Rennes, p. 9-22.

Hurlet, Fr. et Dalla Rosa, A., 2009, Un quindicennio di ricerche su Augusto. Un bilancio storiografico, Studi Classici e Orientali, 55 [2011], p. 169-231 [traduction italienne et mise à jour d’un article paru dans Anabases, 2007].

Inglebert, H., 2002, Introduction, dans H. Inglebert (dir.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommages à Claude Lepelley, Paris, p. 19-22.

Jacques, Fr. et Scheid, J., 1990, Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C. – 260 apr. J.-C.), t. 1, Paris.

Jehne, M., 2003, Krisenwahrnehmung und Vorschläge zur Krisenüberwindung bei Cicero, dans S. Franchet d’Esperey, V. Fromentin, S. Gotteland et J.-M. Roddaz (dir.), Fondements et crises du pouvoir, Bordeaux, p. 379-396.

Jehne, M., 2006, Methods, Models, and Historiography, dans N. Rosenstein et R. Morstein-Marx (dir.), A Companion to the Roman Republic, Oxford, p. 3-28.

Lacey, W., 1996, Augustus and the Principate. The Evolution of the System, Leeds.

Le Doze, Ph., 2010, Les idéologies à Rome. Les modalités du discours politique de Cicéron à Auguste, RH, 654, p. 259-289.

Le Doze, Ph., 2014, Le Parnasse face à l’Olympe. Poésie et culture politique à l’époque d’Octavien/Auguste, Rome.

Linke, B. et Stemmler, M. (dir.), 2000, Mos maiorum. Untersuchungen zu den Formen der Identitätsstiftung und Stabilisierung in der römischen Republik, Stuttgart.

Lott, J. B., 2012, Death and Dynasty in Early Imperial Rome. Key Sources, with Text, Translation, and Commentary, Cambridge.

Meier, Chr., 1966, Res publica amissa. Eine Studie zu Verfassung und Geschichte der späten römischen Republik, Wiesbaden (2e éd. 1980).

Millar, F., 1977, The Emperor in the Roman World (31 BC - AD 337), Londres.

Millar, F., 1998, The Crowd in Rome in the Late Republic, Ann Arbor.

Millar, F., 2002, Rome, the Greek World, and the East. Volume 1. The Roman Republic and the Augustan Revolution, Chapel Hill - Londres, University of North Carolina Press.

Moatti, Cl., 2007, La communication publique écrite à Rome, sous la République et le Haut-Empire, dans J.-Ph. Genet (dir.), Rome et l’État moderne européen, Rome, p. 217-250.

Moatti, Cl., 2009, c.r. de Hölkeskamp, 2008, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 64, p. 1185-1186.

Moatti, Cl., 2011a, Historicité et « altéronomie ». Un autre regard sur la politique, Politica Antica, 1, p. 107-118.

Moatti, Cl., 2011b, Conseruare rem publicam. Guerre et droit dans le Songe de Scipion, dans J.-L. Labarrière (dir.), The Dream of Scipio (Actes du colloque publiés dans la revue Les Études Philosophiques, 99, 2011/4), p. 471-488.

Mommsen, Th., DPR, Le droit public romain, trad. fr., Paris, De Boccard, 1984 (Römisches Staatsrecht, 1re éd., Leipzig, 1871 et 1875 pour les t. I-II, 1887-1888 pour le t. III ; 3e éd., Leipzig, 1887, pour les t. I-II).

Moreau, Ph., 2009, Domus Augusta : l’autre maison d’Auguste, dans M. Christol et D. Darde (dir.), L’expression du pouvoir au début de l’Empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes, Paris, p. 33-43.

Morstein-Marx, R., 2004, Mass Oratory and Political Power in the Late Roman Republic, Cambridge.

Müller, Chr., 2014, La (dé)construction de la politeia. Citoyenneté et octroi de privilèges aux étrangers dans les démocraties hellénistiques, Annales HSS, 69.

Nicolet, Cl., 1976a, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris.

Nicolet, Cl., 1976b, Le cens sénatorial sous la République et sous Auguste, JRS 66, p. 21-38 [republié dans Des ordres à Rome, Paris, 1985, p. 143-174].

Nicolet, Cl., 1979, Rome et la conquête du monde méditerranéen (264-27 av. J.-C.), t. I, Paris.

Nicolet, Cl., 1984, Augustus, Government, and the Propertied Classes, dans F. Millar et E. Segal (dir.), Caesar Augustus. Seven Aspects, Oxford, p. 89-128.

Nicolet, Cl., 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

North, J., 2010, End of the Republic?, JRA, 23, p. 469-472.

Pina Polo, Fr., 1989, Las contiones civiles y militares en Roma, Saragosse, 1989.

Pina Polo, Fr., 2005, I rostra come espressione di potere dell’aristocrazia romana, dans G. Urso (dir.), Popolo e potere nel mondo antico, Pise, p. 141-155.

Rich, J.W., 2012, Making the Emergency Permanent: Auctoritas, Potestas and the Evolution of the Principate of Augustus, dans Y. Rivière (dir.), Des réformes augustéennes, Rome, p. 37-121.

Richardson, J., 2008, The Language of Empire. Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to the Second Century AD, Cambridge.

Roddaz, J.-M., 2003, La métamorphose : d’Octavien à Auguste, dans S. Franchet d’Espèrey, V. Fromentin, S. Gotteland et J.-M. Roddaz (dir.), Fondements et crises du pouvoir, Bordeaux, p. 397-418.

Rohr Vio, Fr., 2000, Le voci del dissenso. Ottaviano Augusto e i suoi oppositori, Padoue.

Rohr Vio, Fr., 2011, Contro il principe. Congiure e dissenso nella Roma di Augusto, Bologne.

Rosso, E., 2009, Le thème de la ‘Res publica restituta’ dans le monnayage de Vespasien : pérennité du ‘modèle augustéen’ entre citations, réinterprétations et dévoiements, dans Fr. Hurlet et B. Mineo (dir.), Le principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Res publica restituta, Rennes, p. 209-242.

Rowe, Gr., 2002, Princes and Political Cultures. The New Tiberian Senatorial Decrees, Ann Arbor.

Scheid, J., 1999, Auguste et le grand pontificat. Politique et droit sacré au début du principat, RHD, 77, p. 1-19.

Schiavone, A., 1996, L’histoire brisée. La Rome antique et l’Occident moderne (trad. en français par G. et J. Bouffartigue, Paris, 2003).

Sumi, G. S., 2005, Ceremony and Power. Performing Politics in Rome between Republic and Empire, Ann Arbor.

Syme, R., 1939, La Révolution romaine, Oxford (19522 et trad. française par R. Stuveras, Paris, 1967).

Syme, R., 1986, Augustan Aristocracy, Oxford.

Veyne, P., 2002, L’empereur, ses concitoyens et ses sujets, dans H. Inglebert (dir.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage à Claude Lepelley, Paris, p. 49-64.

Veyne, P., 2005, L’Empire gréco-romain, Paris.

Weber, Gr. et Zimmermann, M. (dir.), 2003, Propaganda - Selbstdarstellung - Repräsentation im römischen Kaiserreich des I. Jhs. n. Chr., Stuttgart.

Zecchini, G., 2009, Il fondamento del potere imperiale secondo Tiberio nel S.C. de Cn. Pisone patre, Eutopia, nuova serie, 3, p. 109-118.

Haut de page

Notes

1 Mét., XV, 165.

2 Le terme « métamorphose » a été également utilisé par Roddaz, 2003 pour caractériser le processus qui fit du jeune triumvir Octavien un princeps auquel fut donné le surnom d’Auguste.

3 Voir Finley, 1985, p. 53.

4 Voir Richardson, 2008. Voir aussi Nicolet, 1988, dont L’inventaire du monde est une réflexion historique sur l’espace impérial.

5 Pol., III, 4, 3 ; voir à ce sujet Ferrary, 2008, p. 7-8. Sur la notion d’Empire appliquée à Rome et analysée dans une perspective comparatiste, voir Hurlet, 2010b.

6 I, 670: cum domino pax ista uenit.

7 Par exemple chez Cicéron ; dans les Res Gestae ; la Laudatio funebris Agrippae ; ou encore le Senatus consultum de Cn. Pisone patre (sur ce message tel qu’il est délivré par ce dernier document, voir Eck et al., 1996, p. 298-303). On mentionnera également l’aspiration de l’aristocratie à la concordia (voir à ce sujet, pour la fin de la République, Akar, 2013).

8 Meier, 1966, p. 32, 45-48, 52, 57-60.

9 Sur Vespasien comme nouvel Auguste, voir Rosso, 2009.

10 Ferrary, 2003, p. 421.

11 Moatti, 2011a, p. 108.

12 Voir Hurlet, 2012b.

13 Sur le sens de rem publicam constituere, voir Girardet, 2007, p. 375-378 ; sur le sens de rem publicam conseruare, voir Moatti, 2011b.

14 Hartog, 2002.

15 Sur la périodisation de l’histoire romaine pendant l’époque républicaine, cf. l’ouvrage stimulant de Flower, 2010, qui distingue six républiques romaines – la dernière étant celle fondée par Sylla à la fin des années 80 (voir sur ce livre le c.r. de North, 2010).

16 Ann., I, 3, 7.

17 Voir Dettenhofer, 1992.

18 Voir Jehne, 2003.

19 Voir pour plus de détails sur ce débat Hurlet, 2012a.

20 Nicolet, 1979, p. 357.

21 Voir Millar, 1998. Les articles de Millar sur la République romaine, publiés entre 1984 et 1995, ont été rassemblés dans Millar, 2002, p. 85-182.

22 Voir Hölkeskamp, 2004 pour un état des lieux. Voir aussi Jehne, 2006 et David, 2006.

23 Sur le « métier de citoyen », voir Nicolet, 1976a ; pour une reprise récente du débat sur les rapports entre citoyenneté et participation politique, voir Müller, 2014.

24 Flaig, 2001.

25 Hölkeskamp, 2004, p. 85-92.

26 Voir essentiellement Pina Polo, 1989 et Pina Polo, 2005 ; Morstein-Marx, 2004 et Hiebel, 2009.

27 Pour un bilan historiographique des travaux sur Auguste de ces dernières décennies, voir Hurlet et Dalla Rosa, 2009.

28 Hurlet, Mineo, 2009 ; Hurlet, 2012b, p. 16-18.

29 Castritius, 1982 ; Scheid dans Jacques, Scheid, 1990, p. 1-46.

30 Voir, exempli gratia, Lacey, 1996 ; Galinsky, 1996 ; Galinsky, 2012 ; Hurlet, 2010a ; Rich, 2012.

31 Hinard, 2003, p. 331.

32 Suét., Aug., 40, 4; voir Hurlet, 2009.

33 Voir Hurlet, 2006a, p. 24-35.

34 Voir l’analyse de Ferrary, 2001a, p. 108-111.

35 Voir Gruen, 2005.

36 Ferrary, 2001b.

37 Ferrary, 2001a, p. 121-130.

38 Scheid, 1999.

39 Hurlet, 2006a, p. 139-140, 145-147 et 159-160.

40 AE, 1996, 885.

41 AE, 1940, 68 = IRT, 301.

42 Dalla Rosa, 2014, p. 221-226.

43 Mommsen, DPR.

44 Syme, 1939 ; voir aussi Syme, 1986.

45 On consultera toujours avec profit le compte rendu qu’A. Momigliano a donné de l’ouvrage de R. Syme (JRS, 30, 1940, p. 75-80) ; voir aussi Brunt, 1971 pour une critique de l’histoire « factionnelle » ; voir désormais Giovannini (dir.), 2000 (où se trouve l’article de S. Demougin cité dans le corps du texte).

46 Millar, 2002, p. 241-270 et p. 350-359.

47 Voir Hölkeskamp, 2008.

48 Hollard, 2010.

49 Sur les rituels, voir Sumi, 2005 et Benoist, 2005 ; sur leur permanence à l’époque augustéenne, voir Hurlet, 2012c, p. 43-47 ; sur la pompa funebris, voir Flower, 1996 et Flaig, 2014.

50 Voir Linke-Stemmler, 2000.

51 Voir Hölkeskamp, Müller-Lückner (dir.), 2009.

52 Voir Hölkeskamp, 2006.

53 Voir à ce sujet Rowe, 2002.

54 Voir, exempli gratia, Schiavone, 1996, p. 215 qui parle à propos de l’époque augustéenne d’une « grandiose stabilisation néo-aristocratique ».

55 Sur la question complexe des étapes conduisant à la création de l’ordre sénatorial, voir Nicolet, 1976b, p. 3032 ; Nicolet, 1984, p. 90-96 et Chastagnol, 1992, p. 31-35.

56 Voir Veyne, 2002.

57 Flaig, 1992.

58 Moatti, 2011a.

59 Res Rusticae, I, 69.

60 Moatti, 2011a, p. 109 et 111.

61 Voir Dettenhofer, 2000 ; Rohr Vio, 2000 et Rohr Vio, 2011 ; Cogitore, 2002.

62 Sur cette forme d’opposition-réaction, permanente au moins durant les premières années du Principat d’Auguste, voir Hurlet, 2014.

63 Voir Moatti, 2009.

64 Voir Weber, Zimmermann (dir.), 2003.

65 Veyne, 2005, 15-78.

66 Voir à ce sujet Le Doze, 2010 et Le Doze, 2014, p. 19-83.

67 Voir à ce sujet Ferrary, 1997.

68 Inglebert, 2002, p. 21 définit en ce sens le terme d’idéologie comme « une structure mentale, un modèle de société et de pouvoir globalement accepté ».

69 Moatti, 2007, p. 241-244.

70 Sur ces documents, voir le recueil récent de Lott, 2012, p. 79-99 et 125-157.

71 Sur le modèle de la pétition-réponse, élaboré par Millar, 1977 et toujours utile d’un point de vue heuristique, voir en dernier lieu dans une perspective comparatiste Eich, 2012.

72 Voir Crogiez-Pétrequin, Nelis-Clément, 2009.

73 Cosme, 2012, p. 63-69.

74 Hurlet, 2006b.

75 Sur la définition de la domus (Augusta et Diuina), voir Moreau, 2009. Voir aussi Zecchini, 2009 qui a bien montré que le Senatus consultum de Cn. Pisone patre présentait l’unité de l’armée et sa fidélité à l’égard du prince et de sa domus comme le principal fondement du régime impérial.

76 Balty, Cazes, 1995.

77 Millar, 2002, p. 298.

78 Tac., Ann., I, 2, 2.

79 Nicolet, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Hurlet, « Les métamorphoses de l’imperium de la République au Principat », Pallas, 96 | 2014, 13-33.

Référence électronique

Frédéric Hurlet, « Les métamorphoses de l’imperium de la République au Principat », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/1137 ; DOI : 10.4000/pallas.1137

Haut de page

Auteur

Frédéric Hurlet

Professeur d’histoire romaine
Université Paris-Ouest - Nanterre-La Défense
UMR 7041 ArScAn - Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, René-Ginouvès
frederic.hurlet@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org