Navigation – Plan du site

Domicilium Orbis Terrarum ou comment Rome devient capitale

Domicilium Orbis Terrarum or how Rome became a capital
Manuel Royo
p. 53-74

Résumés

Le statut de capitale, qui, pour Rome, semble l’évidence, ne peut pas s’expliquer uniquement en s’appuyant sur l’urbanisme, pas plus que sur le politique ou l’imaginaire. Ce sont les formes de domination du territoire qui font la capitale en définissant les liens qui unissent la cité à celui-ci et les hiérarchies qui en découlent. L’expression monumentale qu’on donne à cette suprématie et qui se lit dans la structuration de l’espace urbain trouve alors dans l’imaginaire ses références et ses modèles. Les principales étapes correspondent aux conséquences de la « guerre sociale », au programme césarien, nourri de références hellénistiques, et à l’impact de l’idéologie julio-claudienne qui met en place un paysage mémoriel dont héritent les premiers Flaviens et qui va conduire à faire de la capitale une « cité des merveilles ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brunet, Ferras, Théry, 1992, p. 85-86. Je tiens à remercier A. Vial-Logeay, D. Nelis et J. Nelis-Cl (...)

1« Comment Rome devient-elle capitale ? » est a priori une question aussi inutile que déplacée. Tout d’abord parce que la cité répond, à l’évidence, au premier critère qui définit une capitale : elle est siège du pouvoir, tant sous la République que sous les empereurs ; ensuite parce qu’elle cumule les autres critères habituels que sont la superficie, la population, l’importance économique ou les éléments symboliques qui composent sa parure monumentale1. De fait, la question semble alors déplacée. Il faudrait se demander quand plutôt que comment Rome devient capitale.

  • 2 Suet., Aug., 28.
  • 3 Perrin, 2001, p. 112.
  • 4 Virg., Aen., 1.282 ; 4.229 sq.
  • 5 Cordier, 2001, p. 11.
  • 6 Gros, 1978, p. 10-21.

2Là encore, la réponse paraît toute trouvée. C’est Auguste qui, en faisant d’une ville de briques une ville de marbre2, transforme Rome en capitale3 et réalise ainsi la prophétie virgilienne de domination du monde par les Romains4. Mais on crédite aussi César de cette transformation, lui qui après sa victoire lors de la guerre civile fut en mesure d’imposer seul son gouvernement et ses projets en matière d’urbanisme5. Si donc la parure monumentale joue un rôle de premier plan dans la définition de l’image d’une capitale, elle ne suffit pas à la qualifier en tant que telle, d’autant que le mouvement d’embellissement de l’Vrbs et de pétrification des richesses a commencé bien avant la fin de la République, dès le iie siècle av. J.-C.6.

  • 7 Lynch, 1999, p. 11 sq. ; 127 sq.

3La monumentalisation est certes un phénomène important mais ces signes architecturaux servent davantage à qualifier l’urbain par rapport à son environnement et définissent son identité avant sa qualité de métropole7. Énumérer projets, programmes et réalisations de chaque époque – comme on le fait souvent lorsque l’on décrit l’évolution urbaine – risquerait surtout de nous submerger d’informations, sans nous donner le sens de ces transformations du paysage urbain. Décrire la Rome de la fin de la République, celle d’Auguste et des premiers Flaviens ne ferait qu’esquiver la question de la capitale en postulant d’emblée un statut de métropole, alors qu’il faut aussi s’interroger sur la nature et l’étendue des territoires qu’elle contrôle et la manière dont elle les administre, de l’Italie à l’Empire.

4La question de départ est donc moins topographique qu’historique ; mais il s’agit bien de comprendre, au travers des modifications de la topographie urbaine, non seulement quand mais surtout comment se construit dans la durée ce statut de capitale, par quels mécanismes et suivant quelles étapes et quelles modalités.

1. « Quelle étrangeté que d’enclore l’idée d’empire universel dans un nom de ville ! »

  • 8 Autour des sept collines, p. 108.
  • 9 Associé à imperii, il ne se rencontre que dix fois, la première mention se trouvant chez Tite-Live. (...)
  • 10 Par ex., Liv., 1.16.7; 45.3; 54.7; 55.6; 21.30.10; 38.51.4; Ovid., Am., 15.26; Met., 15.736; Fast., (...)
  • 11 Liv., 1.55.6: hic Capitolium est, ubi quondam capite humano inuento responsum est eo loco caput rer (...)
  • 12 Var., LL., 5.41-42.

5L’étonnement de Julien Gracq8 face à une telle évidence pousse à s’interroger sur le vocabulaire qui qualifie Rome de capitale. Alors que les mots abondent pour décrire le pouvoir romain, ses différents organes et son fonctionnement, un seul terme – si l’on met de côté l’usage figuré d’Vrbs et de sedes9 – a le sens ordinairement donné à capitale : il s’agit de caput, associé la plupart du temps à mundi, orbis terrarum ou imperii. Plus étonnant est le fait que ces expressions n’apparaissent pour la première fois que chez des auteurs de la fin du ier siècle av. J.-C. : Tite-Live, Varron, Ovide, etc.10. Le contexte de leur emploi, souvent celui des origines de la cité, est anachronique et sert surtout à légitimer la suprématie contemporaine de Rome, appelée dès sa fondation à dominer ses voisins et ses adversaires. Il en va ainsi par exemple de l’étymologie du Capitole, qui pour Tite-Live annonce clairement l’empire11. La même explication est mise en perspective avec des toponymes antérieurs (mons tarpeius et saturnius) par Varron qui reprend l’anecdote de la découverte d’un crâne dans les fondations du futur temple de Jupiter Optimus Maximus12.

  • 13 Liv., 5.51-54.
  • 14 Cic., Leg. Agr., 2.86-87; 91.
  • 15 Cic., De Rep., II, 4-5 ; 10 ; Cf. Dench, 2005, p. 60 sq.
  • 16 Ceausescu, 1976, p. 81 sq. ; Hope, 2000, p. 63-66.
  • 17 Suet., Iul., 79.4.
  • 18 Jos., AJ, 19.78-82 ; Suet., Cal., 49.4 (Caligula envisageait aussi de se retirer à Antium).
  • 19 Tac., Ann., 15.36-37; 41; Suet., Ner., 19.1-2; cf. Woodman, 1992, p. 173 sq.
  • 20 Woodman, 1992, p. 183 sq.
  • 21 DC, 50.3.3-5.
  • 22 Millar, 1977, p. 43.
  • 23 Tac., Hist., 1.4.
  • 24 Ceausescu, 1976, p. 97.
  • 25 Millar, 1977, p. 43. Cf. DC, 53.16.5-6 ;

6La rareté des expressions n’implique pas, bien au contraire, le sentiment aigu que l’Vrbs est capitale. Lorsque la suprématie de Rome est remise en cause ou qu’elle risque d’être menacée, sa position éminente est réaffirmée et fait souvent l’objet d’une démonstration en règle. Passons sur le discours de Camille après l’incendie de Rome de 390 av. J.-C.13 qui relève des procédés historiques liviens évoqués plus haut. En 63 av. J.-C. par exemple, la rogatio servilia représente une menace pour Cicéron de voir se créer une altera Roma en Campanie14. Outre les arguments politiques qu’il oppose à Servilius, l’orateur rappelle ailleurs combien l’histoire et la géographie de Rome – malgré un site malcommode quand on le compare à Capoue – la prédestinent à la domination universelle15. Mais ce sont surtout les réactions aux rumeurs successives de déplacement du centre du pouvoir qui paradoxalement témoignent de cet attachement profond à l’image d’une Rome capitale et au symbole que représente ce statut16. Les spéculations autour d’un transfert à Troie ou à Alexandrie du siège du pouvoir figurent ainsi parmi les raisons qui semblent précipiter le complot contre César17. La même rumeur, autour d’un voyage de Caligula à Alexandrie, fournit le prétexte de son assassinat18 et Néron, dont le dessein initial avait été de s’y rendre, préféra – après un avertissement divin- s’arrêter en Grèce19et, selon Tacite, tenta de transformer Rome en Alexandrie20. Citons enfin l’habile manipulation de l’opinion par le jeune César qui, en révélant le contenu du testament de Marc Antoine et son intention de faire d’Alexandrie sa capitale21, suscita l’hostilité du peuple de Rome contre lui. Ces anecdotes sont surtout révélatrices du lien personnel qui unit désormais l’empereur à la Ville22. En témoigne la remarque de Tacite pour qui la mort de Néron avait révélé un secret d’état (evulgato imperii arcano), celui qu’un empereur « pouvait être fait ailleurs qu’à Rome » (posse principem alibi quam Romae fieri)23. Et sans doute les légendes Roma restituta ou resurgens des monnaies frappées par les successeurs du dernier julio-claudien réaffirment-elles la restauration de ce lien entre le prince et sa ville et le statut particulier de celle-ci24. Il faudra attendre le iiie siècle pour que la proposition se renverse et que la résidence de l’Empereur, où qu’il aille, s’identifie à la capitale de l’Empire et non l’inverse25.

  • 26 Nicolet, 1988, p. 204 sq. ; Dench, 2005, p. 163 sq. ; 175 sq. insiste sur l’impact que dut avoir la (...)

7Si le lien entre l’Vrbs, le prince et l’espace sur lequel s’exerce son pouvoir est évident et tient au fait que l’on passe d’une domination territoriale hétérogène à un ensemble plus organiquement structuré26, qu’en est-il avant que n’apparaisse la fonction impériale ? Rome peut-elle revendiquer alors un statut de capitale ?

2. Sylla, Rome Capitale et la municipalisation de l’Italie

  • 27 Patterson, 2006, p. 614 sq. ; Flower, 2010, p. 64 situe la problématique de la capitale autour de 1 (...)
  • 28 Strab., 5.4.2; Vell. Pat., 2.16.4. Cf. Diod., 37= Excerpt. Photii, p. 538.-541.

8C’est entre 91 et 88 av. J.-C., lorsque le pouvoir de Rome est contesté en Italie même, que se pose clairement le problème de l’application à l’Vrbs de la notion de capitale27. Strabon et Velleius racontent ainsi qu’au moment de la « guerre des alliés » les peuples révoltés contre Rome se choisirent comme capitale (littéralement « cité commune ») une autre cité, Corfinium, (Κορφίνιον... κοινὴν ἅπασι τοῖς Ἰταλιώταις ἀποδείξαντες πόλιν ἀντὶ τῆς Ῥώμης ) et qu’ils lui donnèrent le nom symbolique d’Italica (Caput imperii sui Corfinium legerant, quam appellarent Italicam)28.

  • 29 David, 1994, p. 192-194.
  • 30 Le Glay et al., 1991, p. 136.
  • 31 Rome aurait ainsi compté 910 000 habitants. Cf. Nicolet, 2001, p. 891.
  • 32 Nicolet, 1994, p. 377 sq. ; 398.
  • 33 Cic., De Leg., 2.5 : Itaque ego hanc meam esse patriam prorsus numquam negabo, dum illa sit maior, (...)
  • 34 Nicolet, 2000, p. 890.
  • 35 Gros, 1978, p. 21-33, part. 23-25 ; Gros, 2005, p. 175 sq. ; Yegül, 2013 ; Zarmakoupi, 2013.

9Pour la première fois, la nature des rapports entre les territoires soumis et la puissance qui les administre est remise en cause, et à travers la question de l’octroi de la citoyenneté, celle de l’égalité du lien qui les unit se trouve posée. C’est le raisonnement qui sous-tend la suite du passage de Velleius : « Ensuite, Rome admit peu à peu dans la cité ceux qui n’avaient pas pris les armes ou les avaient déposées sans tarder (Paulatim deinde recipiendo in civitatem, qui arma aut non ceperant, aut deposuerant maturius...) ». À partir de 88 av. J.-C., la généralisation massive du droit de cité, l’inscription des Italiens dans les anciennes tribus romaines est non seulement une étape majeure de l’unification de l’Italie, mais elle conduit – comme on le sait29 – à sa « municipalisation ». Celle-ci se traduit par la mise en place territoriale d’un système hiérarchique de chefs-lieux et d’institutions inspirées du modèle romain. Le mouvement se prolonge jusqu’à la censure de 70-69 av. J.-C., où l’on inscrit encore 100 000 Italiens sur l’album des citoyens30. Cette commune citoyenneté des habitants de Rome et de l’Italie donne une assise politique à l’autorité de l’Vrbs. Aussi, même si le chiffre de la population de Rome double entre le début de la guerre sociale et cette date31, le statut de capitale résulte dorénavant d’une organisation politique des territoires administrés32 : désormais, les Italiens comptent, comme le note Cicéron33, deux patries, Rome et leur cité d’origine. Ce changement d’échelle s’accompagne d’un changement de nature, la Rome « syllanienne » cesse formellement d’être une « cité-état » comme les autres34, l’explosion démographique et l’évolution civique en transforment les signes monumentaux. Le phénomène est d’autant plus remarquable que les agglomérations d’Italie centro-méridionale ont déjà atteint un niveau d’organisation et d’équipements qui, pour certains (comme les édifices de spectacle, les thermes ou les sanctuaires), dépasse celui de Rome35.

  • 36 Suet., Iul., 15.
  • 37 Mura-Sommella, 1999, p. 17-18.
  • 38 Perrin, 2001, p. 87 ; Coarelli, 2010, p. 129.
  • 39 Sauron, 1994, p. 169-187.
  • 40 Gros, 2001, p. 110 sq.
  • 41 Hinard, 1994, p. 234 sq.
  • 42 Coarelli, 1985, p. 199-200; Patterson, 1992, p. 192.
  • 43 Plin., NH, 36.45.
  • 44 Suet., Iul., 11 ; Prop., 3.11.45-46. Ceux-ci seront d’ailleurs réinstallés par César. Cf. Reusser, (...)
  • 45 CIL 1.2737 = 6.1314 = ILLRP 367.
  • 46 Coarelli, 2010, p. 121 ; 123 : corrige ici sa précédente identification du siège de la monnaie.
  • 47 Coarelli, 2010, p. 127-129.
  • 48 Sauron, 1994, p. 278 sq.

10En conséquence, la compétition édilitaire change avec Sylla. Il ne s’agit plus uniquement de marquer les esprits par des embellissements ponctuels destinés à rappeler le souvenir des hauts faits passés, comme peut le laisser croire par exemple la construction du temple d’Hercule Custos ou la restauration de celui de Bellone par le dictateur. Avec lui commence en fait une restructuration programmée de l’espace urbain, témoignant des prétentions monarchiques des imperatores successifs. Certes, Sylla paraît de ce point de vue relativement discret, mais le temps où il est au pouvoir est relativement court (82-79 av. J.-C.). Qui plus est, son œuvre urbaine, où transparaît la dimension censoriale de sa dictature, semble secondaire par rapport à ses réformes et, s’agissant de ses réalisations architecturales majeures, elle est achevée par d’autres après sa mort : la restauration du temple de Jupiter capitolin, dévasté par un incendie en 83 av. J.-C., sera prise en charge par Lutatius Catulus qui lui-même s’en verra contesté par César la dédicace36, tandis que la nouvelle curie, agrandie au détriment du comitium et destinée à répondre à l’accroissement du nombre de citoyens, brûlera en 52 av. J.-C. avant d’être reconstruite par César et achevée par Auguste. Reste tout de même le Tabularium qui donne sa cohérence à toute l’entreprise. L’imposante construction à arcades, de 70 m de long, comportant deux niveaux37 et située au pied du Capitole entre la curie et le temple de Saturne barre la perspective et offre une façade monumentale sur le modèle des substructions des sanctuaires italiens à terrasse précédents38. Mais en fermant ainsi la place, le bâtiment consacre surtout un pôle, dominé alors par les optimates39, qui comprend le trésor du sénat avec l’aedes Saturni, ses archives (le Tabularium proprement dit40), la curie et le siège de la monnaie41. Il illustre aussi la rupture du lien qui – à travers la contiguïté du comitium et de la curie – unissait « topographiquement » le sénat et le peuple romain. Depuis 145 av. J.-C. et le déplacement de certaines assemblées vers le centre de la place et le temple des Castors, ce lien s’était progressivement distendu, faute de place sur le comitium42. L’entreprise syllanienne marque une étape supplémentaire d’une évolution que le déplacement des Rostres par César viendra achever. En même temps, le chantier de reconstruction du Capitole n’affecte pas uniquement le temple de Jupiter qui profite des colonnes de marbre destinées à l’Olympéion d’Athènes43 mais touche aussi son environnement proche. On sait ainsi que Sylla avait substitué aux « trophées de Marius »44 un groupe statuaire triomphal situé sur l’area capitolina et dédié par le roi de Maurétanie Bocchus pour commémorer la capture de Jugurtha. Il est enfin possible que la formule substructio et tabularium sur l’inscription aujourd’hui disparue de Catulus45 désigne, comme le suggère F. Coarelli, en fait deux bâtiments distincts : d’une part le tabularium proprement dit que l’archéologue italien invite à situer entre le temple de Saturne et le clivus Capitolinus, plus ou moins à l’emplacement des vestiges du portique flavien des dei consentes46 ; d’autre part, les substructions syllaniennes d’une grande terrasse (ce que nous appelons ordinairement le « tabularium ») qui – compte tenu de sa taille – aurait supporté non pas un mais trois temples, celui de Vénus Victrix flanqué de part et d’autre de ceux du Genius publicus et de Fausta Felicitas47. Cette hypothèse a l’avantage de résoudre la question de la localisation d’au moins deux de ces temples mentionnés pour avoir été construits sur la colline. Elle offre en outre un précédent au complexe pompéien du Champ de Mars et un éclairage nouveau sur la signification symbolique des opera pompeiana48 dont les dimensions cumulées sont aussi celles du Forum et du Capitole. Enfin, elle conforte la thèse d’un véritable programme urbanistique en étroite association avec l’idée de capitale, ici monarchique : les monuments civiques et religieux les plus emblématiques de la cité sont en effet soumis aux divinités personnelles du dictateur dont les sanctuaires dominent l’espace du Forum et éclipsent le temple capitolin (fig. 1).

11Ceci étant, dans le contexte d’un élargissement de la citoyenneté à l’Italie, la construction d’un bâtiment spécifiquement dédié aux archives, tout comme l’agrandissement de la curie, témoignent à la fois symboliquement et très concrètement du statut de capitale que revendique désormais Rome.

  • 49 Hinard, 2000, p. 676. Cf. Sordi, 1987, p. 204 sq.
  • 50 Tac., Ann., 12.23 ; DC, 43.50.1 ; Labrousse, 1937 ; Andreussi, 1999 ; Simonelli, 2001, p. 153 sq.
  • 51 Boatwright-Tagliaferro, 1984, p. 41; 1986, p. 25 sq.; Simonelli, 2001, p. 155-156.

12Un autre élément n’a guère été mis en relation avec « l’intégration de l’Italie dans la cité, l’inscription de nouveaux citoyens et l’augmentation des magistrats, des prêtres et des sénateurs »49. Il s’agit de l’extension du pomerium50, la première depuis Servius Tullius et donc de ce fait suffisamment exceptionnelle pour qu’on s’interroge sur son rapport avec la nouvelle organisation territoriale que domine Rome. On sait en outre que quelques années plus tard César procéde à son tour à une extension de même nature, peut-être aussi liée à son œuvre édilitaire et il n’est pas non plus sans intérêt que nos sources aient crédité Auguste, vraisemblablement à tort51, de la même démarche au moment où il exerçait la censure, peu avant la réorganisation urbaine qu’il conduira.

  • 52 Dans un contexte polémique à propos de l’intégration de l’Aventin en 49 apr. J.-C. Cf. Giardina, 19 (...)
  • 53 Hinard, 1994, p. 234.
  • 54 Plut., Sull., 33.1 ; Sordi, 1987, p. 206-208 ; Simonelli, 2001, p. 149 ; 154 sq.

13La mesure est en effet étonnante ; la tradition postérieure, rappelée à propos de Claude52 et illustrée une nouvelle fois lors de la censure de Vespasien et Titus, associe étroitement l’extension du pomerium à de nouvelles conquêtes. Or, on ne peut pas dire que Sylla en ait réalisé en Italie, pas plus qu’il ne semble avoir revendiqué un accroissement territorial à la suite de sa victoire et de son triomphe sur Mithridate53. En revanche, le profond renouvellement institutionnel que représentait l’extension du droit de cité et l’emprise nouvelle qui en résultait pour Rome faisaient se confondre l’action du fondateur et celle du conquérant, toutes deux également inscrites dans la lex Valeria et fondées sur d’indispensables auspices garantissant l’efficacité de l’imperium de leur possesseur54. L’extension du pomerium pourrait être ainsi le corollaire de la situation nouvelle qui place Rome à la tête d’une Italie désormais composée de citoyens romains.

14Si la municipalisation de l’Italie est à l’origine de l’accès « légitime » de Rome au rang de capitale et l’action de Sylla responsable d’une première transformation topographique majeure, ce sont surtout César et Auguste, qui vont faire de la capitale de l’Italie le centre de l’Empire.

3. César et Auguste, la centralité d’une capitale

  • 55 Gros, 1983, p. 120 ; 123.
  • 56 Sauron, 1994, p. 253 sq.
  • 57 Coarelli, 1985, p. 233-257.
  • 58 Sauron, 1994, p. 497-500 ; Favro, 1996, p. 60 sq.
  • 59 Simonelli, 2001, p. 155 ; Labrousse, 1937, p. 182 est moins affirmatif sur la date mais rattache l’ (...)

15Nous avons l’habitude de voir dans les réalisations césariennes une réponse aux constructions de Pompée au Champ de Mars. Celui-ci, sans doute inspiré par les modèles hellénistiques du « beau paysage » urbain, avait bâti l’équivalent d’une colline artificielle faisant concurrence au Capitole et au Forum et rivalisant avec les valeurs républicaines traditionnelles55. En ce sens, il entendait donner à Rome un nouveau centre dominé par l’image de cosmocrator qu’offrait de lui le programme décoratif de l’ensemble monumental associant, temple, théâtre, portique et curie56. Or, l’entreprise césarienne, qui démarre vers 54 av. J.-C. avec les travaux de modification du forum romain57, va bien au-delà d’un simple contre-projet58. Certes, le théâtre ad Apollinis, prévu sur les pentes du Capitole – mais non abouti –, le réaménagement des saepta du Champ de Mars, le forum Iulium et le temple de Vénus Genetrix devaient éclipser le complexe de Pompée. Mais par rapport à son adversaire, César associe le centre traditionnel de Rome à sa périphérie immédiate. Il donne ainsi à ses transformations urbaines une cohérence à la fois topographique et politique qui peut, par certains aspects, rappeler l’entreprise syllanienne. Nous ignorons si la lex de urbe augenda de 45 av. J.-C., destinée à encadrer le projet de déplacement du cours du Tibre et de lotissement de la plaine vaticane, reçut même un début d’application (fig. 2). Elle suit cependant de quelques années la lex Roscia, adoptée au début de la guerre civile et qui étend la citoyenneté romaine à tous les habitants de Gaule cisalpine. Il n’est dès lors pas invraisemblable que l’extension du pomerium – dont nous ignorons la date exacte et qui traduit alors un lien entre l’accroissement de l’Empire et celui de la Ville – ait été contemporaine de l’une ou de l’autre de ces lois59. Mais surtout, par rapport à Sylla, César, dès 46 av. J.-C. et l’inauguration du forum Iulium, fait de Rome capitale une métropole hellénistique, comparable à Alexandrie en identifiant pour la première fois le centre de l’empire au lieu où réside celui qui le dirige. Ce n’est sans doute pas un hasard si c’est précisément à ce moment que se répand la rumeur du transfert de la capitale dans la ville égyptienne.

  • 60 DC, 43.14.6; 21.2; Picard, 1973; Sauron, 1994, p. 242 sq.
  • 61 Suet., Iul., 44.2.
  • 62 Sauron, 1994, p. 499; Gros, 2010, p. 276.
  • 63 Newsome, 2010, p. 180 sq.
  • 64 Gros, 2010, p. 272-277.
  • 65 Gros, 2010, p. 276.
  • 66 Liverani, 2009, p. 45 sq.
  • 67 Coarelli, 1993 ; Gros, 2001, p. 111.

16En ce sens, César réinvestit le Capitole et ses abords, faisant installer sur l’area Capitolina le groupe statuaire voté par le Sénat en 46 av. après la victoire de Thapsus et le représentant tel un cosmocrator sur son char dominant l’oikouménè60. Prévu pour être adossé à la Roche Tarpéienne61, un théâtre devait surplomber le secteur méridional du Champ de Mars et le circus flaminius et, sur le modèle de l’acropole de Pergame, imposer visuellement une forte hiérarchie spatiale qui aurait illustré la souveraineté de César62. De l’autre côté, le nouveau forum, construit au niveau de l’ensellement entre Capitole et Quirinal, non seulement ouvre davantage le vieux centre républicain en direction du Champ de Mars septentrional63, mais surtout réaliserait à cet emplacement une véritable basiléia avant la lettre64 (fig. 3). La place est dominée par le temple de Vénus Genetrix auquel fait face la statue équestre du dictateur, réalisée sur le modèle de celle d’Alexandre. Cet espace annexe à ses deux extrémités la curie et l’atrium libertatis, soumettant ainsi l’action du sénat, comme celle des censeurs, au seul César65. Les fouilles récentes rendent certes moins sûr le déplacement de la curie sur son axe pour l’aligner sur la porticus duplex, elles montrent cependant que la place a certainement été allongée pour intégrer le monument républicain au projet initial lorsque César en eut obtenu la reconstruction66. L’intégration dans le projet de César de l’atrium libertatis, contigu au forum Iulium et accessible par la porticus duplex, fait aussi songer au tabularium syllanien si l’on accepte de distinguer le bâtiment de la substruction monumentale qui barre le fond du forum romain. L’atrium libertatis, dont la reconstruction fut menée à terme seulement à partir de 39 av. J.-C. par Asinius Pollion67, n’est rien d’autre en effet qu’un tabularium, celui des censeurs où étaient archivées les listes des citoyens libres et des anciens esclaves affranchis. Mais avec César, la terrasse du temple de Vénus Victrix n’est plus au centre du nouveau dispositif. L’accent s’est déplacé sur la nouvelle place et la curie sert de charnière avec le forum romain. Les nouvelles Basilica Aemilia et Iulia, les Rostres et le réseau souterrain du forum destinés aux munera gladiatoria du triomphe de 46 av. réalisent alors l’intégration de l’espace républicain dans le nouveau projet marqué par ses références hellénistiques.

  • 68 Hinard, 2003, p. 424-425.
  • 69 Hinard, 2003, p. 410-413 (tableau); 419.

17Auguste hérite évidemment de cette situation et d’un dispositif qu’il perfectionne au cours de son règne. Cependant, il est frappant de constater, à la suite de Fr. Hinard68, qu’il n’existe pas, entre 43 et 20 environ av. J.-C. et alors même que se déroule une intense compétition édilitaire entre les prétendants à la succession de César, ses partisans comme ses adversaires, de véritable projet urbain, pas même chez celui qui en revendique légitimement le pouvoir et l’héritage. Au contraire, on assiste à la multiplication des initiatives des viri triumphales destinées à laisser une trace monumentale de leurs victoires extérieures. Fr. Hinard recense ainsi plus de cinquante opérations édilitaires, qu’il s’agisse de restaurations ou de constructions nouvelles, faites au nom du jeune César comme d’autrui. « Et cette compétition pour occuper l’espace urbain [tend] à brouiller le message qu’il [est] en train d’élaborer. C’est évident pour Sosius, mais aussi pour Asinius Pollion, Crassus et probablement plusieurs autres comme son demi-frère L. Marcius Philippus et ses amis Agrippa et Mécène69 ».

  • 70 Perrin, 2001, p. 114.
  • 71 Nicolet, 1988, p. 221-223.
  • 72 RGDA, 21 ; Suet, Aug., 30.
  • 73 DC, 54.8.4 ; Plin., NH, 3.66 ; Mari, 1996.
  • 74 Bustany et Géroudet, 2001, p. 131.
  • 75 Nicolet, 1988, p. 213 sq. ; Tarpin, 2002, p. 137 sq.
  • 76 Nicolet, 2000, p. 895.
  • 77 Benoist, 2014, p. 2.
  • 78 David, 1994, p. 201; Gros, 1994, p. 293 sq.; Gros, 2005, 175 sq.

18Si on laisse de côté la reprise et l’achèvement des chantiers césariens, la transformation de l’image de la capitale par Auguste n’interviendra qu’à l’issue d’un processus qui voit d’abord la réorganisation des provinces, puis la structuration de l’Italie en régions et qui s’achève, sans doute entre 12 et 7 av. J.-C., par la redéfinition du spatium urbis à l’occasion de la censure du Prince. Si Rome n’appartient à aucune des 10 régions d’Italie, le fait que ce même mot serve à désigner les 14 nouvelles circonscriptions territoriales de l’Vrbs n’est sans doute pas dû au hasard (fig. 4)70. Le terme place légitimement cette dernière à la tête de la première, effaçant du même coup les particularismes de ses peuples, en les soumettant aux mêmes principes d’une comptabilité administrative et statistique71. Le lien entre le reste de l’Empire et son centre transparait aussi dans les Res Gestae comme chez Suétone où la réfection du réseau viaire impérial est évoquée immédiatement à la suite des restaurations et des réformes urbaines d’Auguste72. Concrètement, la centralité de Rome s’illustre au moment de la cura viarum du Prince (20 av. J.-C.) par l’érection du miliaire d’or sur le forum, à proximité du mundus qui rappelle la fondation de la cité73. Elle a pour corollaire le tracé des nouvelles limites de l’Vrbs avec l’absorption dans l’espace urbain des continentia. Même si le projet césarien de détournement du Tibre est abandonné, désormais toute une partie du Champ de Mars et de la rive droite du fleuve font partie de la Ville, ainsi que l’ensemble du Quirinal et de l’Esquilin74. Outre leur fonction dans la définition de la résidence et le contrôle de la vie urbaine par le biais du culte impérial75, ces nouvelles régions urbaines président, par la création des curatelles et des grandes préfectures, à la naissance d’une administration municipale distincte de la gestion de l’Empire76, contribuant par là à donner une identité propre au caput imperii. La parure monumentale est alors le signe le plus évident de la suprématie de Rome77. Elle dessine une topographie administrative sur laquelle prendront modèle les centres italiens et provinciaux pour témoigner de leur attachement aux institutions impériales et à ses représentants, à travers basiliques, théâtres et autres temples du culte impérial78.

  • 79 RGDA, 20.
  • 80 Zanker, 1989, p. 113 sq.
  • 81 Nicolet, 1988, p. 206.
  • 82 Dench, 2005, p. 60; Vial-Logeay, 2014, p. 74 sq.
  • 83 Vitruv., De Arch., 6.1.10 ; cf. commentaire Nicolet, 1988, p. 209 sq.
  • 84 Plin., NH, 3.17.4 : Agrippam quidem in tanta viri diligentia praeterque in hoc opere cura, cum orbe (...)
  • 85 Breguet, 1969.
  • 86 Ovid., Fast., 2.684 : Romanae spatium est Urbis et orbis idem.

19On comprend ainsi l’accent porté par Auguste aux grands programmes architecturaux et aux restaurations systématiques qu’il évoque dans les Res Gestae79, même s’il convient d’être prudent sur l’étendue exacte de ses interventions en ce domaine80. Les complexes monumentaux, comme le forum d’Auguste et le temple de Mars Vltor, celui d’Apollon Palatin et la domus Augusti, le théâtre de Marcellus ou les constructions du Champ de Mars septentrional (fig. 5), exaltent l’empereur et les membres de sa famille, mais « l’espace impérial est un espace où les notions de centre et de périphérie sont extrêmement conscientes. Il y a un caput à ce corps immense : ce sera à la fois Rome (la Ville) et l’Empereur »81 et l’important est d’inscrire symboliquement la centralité de Rome à la fois dans l’espace et dans le temps. À côté du parti anecdotique que tire le jeune César de la divulgation du testament de Marc-Antoine, on note le retour des thèses de Cicéron sur la situation optimale de l’Vrbs au centre de l’oikouménè82. Vitruve développe ainsi ces mêmes arguments géographiques dans une étonnante théorie des lieux et des climats au livre VI du De Architectura83 : « La nature ayant ainsi partagé l’univers en deux climats d’une température tout à fait opposée, qui rendent toutes les nations différentes les unes des autres, les dieux ont ordonné que les Romains fussent placés pour ainsi dire au centre, ce qui fait que généralement les peuples d’Italie sont également pourvus de la force du corps et de celle de l’esprit, de quoi sont formés la valeur et le courage.... et c’est ainsi que les Romains, placés entre le nord et le midi, possèdent tout ce qu’il y a de plus estimable entre ces deux extrémités du monde, car ils jouissent d’un climat tempéré et par leur prudence ils surmontent la force des barbares, de même que par leur valeur, ils déjouent l’astuce et l’adresse des méridionaux. Le ciel a donc mis la ville du peuple romain dans une région merveilleusement tempérée afin qu’elle fût capable de commander à toute la terre. » Selon la même logique, la porticus vipsania accueille la carte monumentale de l’oikouménè qui propose ainsi aux regards du peuple romain l’image de sa domination sur le monde, au centre même de celui-ci84 : le couple Vrbs/orbis terrarum s’impose de lui-même, offrant de multiples commentaires étymologiques et poétiques aux contemporains au point de devenir un poncif de l’époque85. Mais la formule d’Ovide selon laquelle « l’étendue de la Ville de Rome et celle de l’univers ne font qu’une »86 va au-delà de la simple métaphore, elle suggère que par sa puissance et son rayonnement Rome est à elle seule présente à l’échelle de l’univers, que ses limites, celles de sa puissance, se confondent avec celles de l’Empire. Mais pour que cette appropriation symbolique soit efficace et durable, il faut aussi que ce pouvoir s’inscrive dans l’Histoire et que ses aléas soient perçus comme les étapes d’un destin prévu dès l’origine.

  • 87 Vell. Pat., 2.61.
  • 88 Gowing, 2005, p. 138 sq. ; Geiger, 2008, p. 50 sq. ; Nelis-Clément, Nelis, 2014, p. 145 sq.
  • 89 Royo, 2014, p. 163 sq. Malochet-Turquety, 2014, p. 197 sq.
  • 90 Nelis-Clément, Nelis, 2014, p. 134 ; 142.
  • 91 Zanker, 1989, p. 119 sq. ; Favro, 1996, p. 252 sq. ; Hölkeskamp, 2006, p. 481-484 ; Royo, 2014, p.  (...)

20En restaurant auprès des Rostres les statues de ses adversaires, Sylla et Pompée, et en y associant la sienne87, César préfigure ce que réalisera Auguste sous les portiques de son nouveau forum. Véritable « hall of fame », ce complexe, décoré des rois d’Albe, des grands hommes de la République, amis et adversaires réunis, et des membres de la gens Iulia met en scène cette lecture orientée et commentée de l’Histoire où le destin de Rome rencontre pour finir celui d’une famille, celle des Iulii88 (fig. 6). Cette mémoire autorisée est véhiculée à la fois par le décor monumental (par ex. sur l’Ara Pacis) et par la littérature où la thématique du paysage des origines de Virgile, de Properce ou de Tibulle, concourt à donner un sens univoque au présent89. L’image de cette suprématie se décline alors, non pas dans un centre unique, même s’il est tentant de voir le forum d’Auguste et le complexe palatin comme des lieux privilégiés, mais plutôt au fil des parcours, réels ou narratifs (Virgile, Ovide...), où les monuments, comme autant de jalons chargés de répéter le message en le faisant varier90, prennent d’autant plus d’importance dans une cité quotidiennement traversée par des processions91.

4. De la capitale à la huitième merveille du monde

  • 92 Virg., Bucol., 1.19.25; Edwards, 1996, p. 28 sq.; Hope, 2000, p. 69 sq.
  • 93 Ovid., Ars Amat., 1.174:...ingens orbis in Urbe fuit..

21Centralité et parcours sont les deux éléments qui vont marquer la fin de la période envisagée et promouvoir l’adéquation entre la beauté de l’Vrbs et la légitimité de sa suprématie, fondée, aux yeux de ses visiteurs, sur un paysage mémoriel92. Dès l’époque julio-claudienne l’hyperbole ovidienne qui étend la ville aux limites de l’Empire se renverse ; c’est le monde qui est compris dans la ville93 ; elle en est le centre mais à la manière dont Pascal définit le double infini : « une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part ». La mégapole devient un microcosme à l’image du macrocosme de l’univers. En témoignent son cosmopolitisme, dénoncé par les satiristes de la fin du ier siècle apr. J.-C., et l’accumulation des richesses venues du monde entier. Cette inversion du rapport entre centre et périphérie se manifeste sous deux formes tout à fait emblématiques.

  • 94 Tac., Ann., 15.42 ; Suet., Ner., 31.1-2.
  • 95 Martial parle même de Rome « rendue à elle-même » à la suite du démantèlement par Vespasien de la D (...)
  • 96 Zanker, 2001, p. 132 sq.

22La première consiste dans l’exaltation, jusqu’alors inédite, de la résidence impériale. Siège de l’administration de l’Empire, lieu d’exercice du pouvoir et de la dévotion impériale, en même temps que résidence particulière, la Domus Aurea néronienne – pour la première fois – fait ainsi coïncider en un seul lieu l’image du Prince, celle de Rome et celle de l’univers. Dans un parc qui rassemble Palatin, Vélia, Cælius, Oppius et Esquilin, la demeure impériale, décrite par les auteurs anciens comme un microcosme94, éclipse Rome tout entière95 tout en préfigurant – à une autre échelle – la constitution du palais flavien, étendu dans les siècles suivants à la totalité de la colline du Palatin. En même temps, promenades publiques et thermes (ceux d’Agrippa et de Néron au Champ de Mars, puis de Titus sur l’Oppius) donnent à la plèbe l’illusion de disposer de toutes les richesses du monde ordinairement réservées à l’empereur et à l’aristocratie96.

  • 97 Naas, 2002, p. 467.
  • 98 Vasta, 2007, p. 38; Jos., Bell. Jud., 7.5.160: σχεδὸν γὰρ ὅσα τοῖς πώποτἀνθρώποις εὐδαιμονήσασιν (...)
  • 99 CIL VI, 40454a= AE 1995, 111b: I[mp(erator)] T(itus) Caes(ar) Vespasi[anus Aug(ustus)]/amphitheatre (...)
  • 100 Naas, 2002, p. 443 sq.
  • 101 Mart., De spect., 1 ; 3 ; 21 ; 28.
  • 102 Boyle, 2003, p. 61.
  • 103 Royo, 2013, p. 29 sq. ; Royo, à paraître.
  • 104 Pline, NH, 3.66 :… imperatoribus censoribusque Vespasianis anno conditae DCCCXXVI m. p. XIII·CC, co (...)

23La seconde manifestation remarquable est illustrée par l’entreprise encyclopédique de Pline. La cité, huitième merveille du monde, finit par contenir et dépasser les sept autres. « Rome semble avoir absorbé les œuvres et les richesses de l’Empire, dans un nouvel ordre consacré à la paix. En rassemblant ces trésors, l’Vrbs se substitue au reste du monde. [-] L’oikouméné est dépassée par la grandeur de Rome et s’efface devant sa splendeur97 ». Il revient à Vespasien d’orchestrer cette appropriation aussi réelle que symbolique, tout d’abord à travers le triomphe sur la Palestine, tel que nous le décrit Josèphe98, ensuite par la construction du Colisée permise par le butin99 et par celle du Templum Pacis, qui, l’un et l’autre, représentent les deux faces d’une même conception. Tandis que celui-ci « décline d’une certaine façon l’expression mundus alius in uno loco »100 en exposant les trésors artistiques du monde, l’extraordinaire diversité des bêtes101 produites dans l’arène bâtie au cœur même de la Domus Aurea dispose l’univers entier aux pieds de la plèbe : Rome se met ici elle-même en scène réunissant le Prince, son peuple et l’univers qu’elle domine102. De fait, le centre de Rome glisse du forum en direction du Colisée (fig. 7) avant que l’expérience domitienne ne revienne modifier à son tour sa définition. Avec Domitien, l’installation du palais palatin déplace en effet la question de la capitale en direction de celle de l’évolution de son centre103. Enfin, ce n’est sans doute pas un hasard si la censure de Vespasien et de Titus (73-74 apr. J.-C.) – qui couvre partiellement la période de construction de l’amphithéâtre (71-80 apr. J.-C.) – est aussi l’occasion d’une nouvelle réfection du pomerium et d’une redéfinition des limites du spatium urbis104.

  • 105 Brunet et al., 1992, p. 232.

24Au terme de ce rapide survol, on rappellera que le statut de capitale, qui, dans le cas de Rome, semble relever de l’évidence, ne peut pas s’expliquer uniquement en s’appuyant sur l’urbanisme, pas plus que sur le politique ou l’imaginaire attaché aux noms. Ce sont les formes de domination du territoire qui font la capitale en définissant les liens qui unissent la cité à celui-ci et les hiérarchies qui en découlent. L’expression monumentale qu’on donne à cette suprématie et qui se lit dans la structuration de l’espace urbain trouve alors dans l’imaginaire ses références et ses modèles, en l’occurrence souvent hellénistiques. Dans le cas de l’Vrbs, le poids de cet imaginaire – de la fondation de la cité jusqu’à nos jours – est écrasant. Il nous pousse parfois à sous estimer ces facteurs politiques et urbanistiques, et à rechercher, dans l’inspiration d’un hypothétique genius loci « sorte d’éther, ou de poudre de perlinpinpin105 », une intelligence des lieux liée à l’admiration que procure leur seule fréquentation.

Fig. 1 : Reconstitution du Tabularium (à g.), de la substructio et des trois temples dominant le forum

Fig. 1 : Reconstitution du Tabularium (à g.), de la substructio et des trois temples dominant le forum

Coarelli, 2010.

Fig. 2 : Projet de détournement du Tibre

Fig. 2 : Projet de détournement du Tibre

En pointillé, tracé prévu par César.

Favro, 1996.

Fig. 3 : Le Forum romain et le Forum Iulium sous César

Fig. 3 : Le Forum romain et le Forum Iulium sous César

D’après Favro, 1996.

Fig. 4 : Les quatorze régions augustéennes

Fig. 4 : Les quatorze régions augustéennes

En pointillé les limites probables ; en trait continu la muraille servienne.

Favro, 1996.

Fig. 5 : Principaux ensembles monumentaux sous Auguste :

Fig. 5 : Principaux ensembles monumentaux sous Auguste :

1 Domus Augusti et temple d’Apollon ;
2 porticus Liviae (hors plan) ;
3 Théâtre de Marcellus et portique d’Octavie ;
4 Champ de Mars (Mausolée, Horologium, Ara Pacis, Panthéon, porticus vipsania et basilica Neptuni) ;
5 Forum Augusti et temple de Mars Vltor

M. Royo.

Fig. 6 : Plan du Forum Augusti et temple de Mars Vltor

Fig. 6 : Plan du Forum Augusti et temple de Mars Vltor

En incrustation, restitution du décor des portiques comprenant les statues des summi viri dans des niches avec un titulus rédigé par Auguste.

D’après Nelis-Clément et Nelis, 2014.

Fig. 7 : Principaux monuments centraux construits ou restaurés par Vespasien et Titus.

Fig. 7 : Principaux monuments centraux construits ou restaurés par Vespasien et Titus.

1 Temple de Jupiter Capitolin ;
2 Templum Pacis ;
3 Colisée ;
4 thermes de Titus ;
5 temple de Claude divinisé.

D’après Royo, 2013.

Haut de page

Bibliographie

Andreussi, M., 1999, s. v. Pomerium, Lexicon Topographicum Urbis Romae, IV, p. 96-105.

Benoist, St., 2014, Enjeux mémoriels et stratégie monumentale au cœur de Rome, dans S. Lefebvre (dir.), Monumenta. Du centre du pouvoir aux confins de l’Empire, Dijon.

Boatwright-Tagliaferro, M., 1984, Tacitus on Claudius and the Pomerium, Annals 12.23.2-24, The Classical Journal, vol. 80, N° . 1 (Oct. - Nov.), p. 36-44.

Boatwright-Tagliaferro, M., 1986, The Pomerial Extension of Augustus, Historia, 35, p. 13-27.

Boyle, A. J., 2003, Reading Flavian Rome, dans A. J. Boyle et W. J. Dominik (dir.), Flavian Rome, Culture, Image, Text, Leyde, p. 1-67.

Bréguet, E., 1969, Urbi et Orbi, un cliché et un thème, dans J. Bibauw (dir.), Hommages à M. Renard, I, Bruxelles, Latomus, p. 140-152.

Brunet, R., Ferras, R. et Théry, H., 1992, Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris.

Bustany, C. et Geroudet, N., 2001, Rome, maîtrise de l’espace, maîtrise de l’espace, Histoire, cultures et sociétés. Paris.

Ceauşescu, P., 1976, Altera Roma, histoire d’une folie politique, Historia, 25, p. 79-108.

Coarelli, F., 1985, Il Foro romano, II, periodo repubblicano e augusteo, Rome.

Coarelli, F., 1993, s. v. Atrium Libertatis, Lexicon Topographicum Urbis Romae, I, p. 134-135.

Coarelli, F., 2010, Substructio et tabularium, PBSR, 78, p. 107-132.

Cordier, P., 2001, Rome, Ville et capitale de César aux Antonins, Paris.

David, J.-M., 1994, La Romanisation de l’Italie, Paris.

Dench, E., 2005, Romulus’ Asylum. Roman Identities from the Age of Alexander to the Age of Hadrian, Oxford.

Edwards, C., 1996, Writing Rome. Textual approches to the city, Cambridge.

Favro, D., 1996, The Urban Image of Augustan Rome, Cambridge.

Flower, H. I., 2010, Roman Republics, Princeton.

Giardina, A., 1994, L’identità incompiuta dell’Italia romana, dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international de Rome (25-28 mars 1992), CEFR 198, Rome, p. 1-89.

Geiger, J., 2008, The First Hall of Fame: A Study of the Statues in the Forum Augustum, Leyde.

Gowing, A. M., 2005, Empire and Memory, Cambridge.

Gros, P., 1978, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Latomus, Bruxelles.

Gros, P., 1983, La ville idéale à l’époque de César : mythe et réalité du « beau paysage urbain, Urbi, p. 119-124 ( = 2006, dans Vitruve et la tradition des traités d’architecture : Fabrica et ratiocinatio, Rome, p. 211-216).

Gros, P., 1994, Les théâtres en Italie au ier siècle de notre ère : situation et fonctions dans l’urbanisme impérial, dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international de Rome (25-28 mars 1992), CEFR 198, Rome, p. 285-307.

Gros, P., 2001, Les édifices de la bureaucratie impériale, dans La ville de Rome sous le Haut Empire, nouvelles connaissances, nouvelles réflexions, Pallas, 55, p. 107-126.

Gros, P., 2005, La ville comme symbole. Le modèle central et ses limites, dans H. Inglebert, P. Gros et G. Sauron (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, p. 154-232.

Gros, P., 2010, La nouvelle Rome de César : réalité et utopie, dans G. Urso (dir.), Cesare : precursore o visionario ? Atti del convegno internazionale Cividale del Friuli, 17-19 settembre 2009, Pise, p. 265-284.

Hinard, Fr., 1994, L’élargissement du pomerium. L’Italie et l’espace urbain de Rome, XIVe Congrès Internacional d’Arqueologia Classica, Tarragona (1993), Tarragone, p. 233-237.

Hinard, Fr. (dir.), 2000, Histoire romaine, I, des origines à Auguste, Paris.

Hinard, Fr., 2003, Entre République et Principat, dans Th. Hantos (dir.), Laurea internationalis. Festschrift für Jochen Bleicken, Stuttgart, p. 331-358 ( = 2011, dans Rome, la dernière République, recueil d’articles, Bordeaux, p. 401-425).

Hope, V., 2000, The City of Rome: capital and symbol, dans J. Huskinson (dir.), Experiencing Rome: Culture, Identity and Power in the Roman Empire, Londres, p. 63-94.

Hölkeskamp, K. J., 2006, History and Collective memory in the Middle Republic, dans N. Rosenstein et R. Morstein-Marx (dir.), A Companion to the Roman Republic, Londres, p. 478-495.

Labrousse, M., 1937, Le pomerium de la Rome impériale, Mélanges d’archéologie et d’histoire [depuis : MEFRA], 54, 1937. p. 165-199.

Le Glay, M., Voisin, J.-L. et Le Bohec, Y., 1991, Histoire romaine, Paris.

Liverani, P., 2009, Cesare urbanista, dans G. Gentili (dir.), Giulio Cesare, l’uomo, le imprese, il mito, Rome, p. 43-51.

Lynch, K., 1999, L’image de la cité, Paris, (trad. fr., 1re éd. 1960, MIT).

Malochet-Turquety, H., 2014, Rome dans les Métamorphoses d’Ovide : du Palatin et du Capitole, dans D. Nelis et M. Royo (dir.), Lire la Ville : fragments d’une archéologie littéraire de Rome antique, Bordeaux, p. 195-213.

Mari, Z., 1996, s. v. Miliarium aureum, Lexicon Topographicum Urbis Romae, III, p. 250-251.

Millar, F., 1977, The Emperor in the Roman World, Londres.

Mura-Sommella, A., 1999, s. v. Tabularium, Lexicon Topographicum Urbis Romae, V, p. 17-20.

Naas, V., 2002, Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien, CEFR 303, Rome.

Nelis-Clément, J. et Nelis, D., 2014, Poésie, topographie et épigraphie à l’époque augustéenne, dans D. Nelis et M. Royo (dir.), Lire la Ville : fragments d’une archéologie littéraire de Rome antique, Bordeaux, p. 125-158.

Newsome, D. J., 2010, The forum and the city: rethinking centrality in Rome and Pompeii (3rd century b.c. – 2nd century a.d.). PhD, Institute of Archaeology and Antiquity College of Arts and Law, University of Birmingham, January 2010.

Nicolet, Cl., 1988, L’inventaire du monde, Paris.

Nicolet, Cl., 1994, L’Italie comme cadre juridique sous le Haut-Empire, dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international de Rome (25-28 mars 1992), CEFR 198, Rome p. 377-398.

Nicolet, Cl., 2000, De la ville à la « mégapole », l’inversion des signes, dans Cl. Nicolet, R. Ilbert et J.-Ch. Depaule (dir.), Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Paris-Rome, p. 888-897.

Patterson, J. R., 1992, The City of Rome: From Republic to Empire, The Journal of Roman Studies, vol. 82, p. 186-215.

Patterson, J. R., 2006, Rome and Italy, dans N. Rosenstein et R. Morstein-Marx (dir.), A Companion to the Roman Republic, Londres, p. 606-624.

Perrin, Y., 2001, Rome, ville et capitale. Paysage urbain et histoire, iie siècle av. J.-C. – iie siècle apr. J.-C., Paris.

Picard, G. Ch., 1973, Le monument de César cosmocrator au Capitole, Revue Archéologique, n. s. fasc. 2, p. 261-272.

Reusser, Ch., 1999, s. v. Tropaea Marii, Lexicon Topographicum Urbis Romae, V, p. 91.

Royo, M., 2013, Omnis Caesareo cedit labor Amphitheatro, unum pro cunctis fama loquetur opus (Mart., De spect., 1.7-8): Has the center of Ancient Rome been shifting?, dans Gr. Smith et J. Gadeyne (dir.), Perspectives on public space in Rome, from Antiquity to the present day, Londres, p. 15-41.

Royo, M., 2014, « Un sacrifice pâle et un lieu d’herbe » : l’espace et le temps dans les descriptions poétiques de Rome, dans D. Nelis et M. Royo (dir.), Lire la Ville : fragments d’une archéologie littéraire de Rome antique, Bordeaux, p. 161-182.

Royo, M., à paraître, Triumphal milestones: the equus maximus in foro and the Domitianic project on the Palatine Hill, dans Th. Führer, F. Mundt et J. Stenger (dir.), Topoï Seminar: Cityscaping, Konstruktionen und Modellierungen von Stadtbildern in Literatur, Film und bildendender Kunst/Constructing and Modelling Images of the City in Literature, Film and Art, à paraître dans Philologus.

Sauron, G., 1994, Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome, BEFAR, 285, Rome.

Simonelli, A., 2001, Considerazioni sull’origine, la natura e l’evoluzione del pomerium, Aevum, 75, 1, p. 119-162.

Sordi, M., 1987, Silla e lo ius pomerii proferendi, dans M. Sordi (dir.), Il confine nel mondo classico, Milan, p. 200-211.

Tarpin, M., 2002, Vici et Pagi dans l’Occident romain, Rome.

Vasta, M., 2007, Flavian Visual Propaganda: Building a Dynasty, Constructing the Past, 8, 1, p. 107-138.

Vial-Logeay, A., 2014, La topographie de Rome chez Cicéron : quelques remarques sur l’invention d’un paysage politique, dans D. Nelis et M. Royo (dir.), Lire la Ville : fragments d’une archéologie littéraire de Rome antique, Bordeaux, p. 65-84.

Woodman, A. J. (= T.), 1992, Nero’s Alien Capital: Tacitus as Paradoxographer (Annals, 15.36-7), dans T. Woodman & J. Powell (dir.), Author and Audience in Latin Literature, Cambridge, p. 173-188, 251-255 (= Tacitus reviewed, 1998, Oxford, p. 168-189).

Yegül, F. K., 2013, Development of Baths and Public Bathing during the Roman Republic, dans J. De Rose Evans (dir.), A Companion to the Archaeology of the Roman Republic, Londres, p. 15-32.

Zarmakoupi, M., 2013, Public Entertainment Structures, dans J. De Rose Evans (dir.), A Companion to the Archaeology of the Roman Republic, Londres, p. 33-49.

Zanker, P., 1989, Augusto e il potere delle immagini, (trad. ital.), Rome.

Zanker, P., 2001, L’empereur construit pour le peuple, dans N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville, Rennes, p. 119-156.

Haut de page

Notes

1 Brunet, Ferras, Théry, 1992, p. 85-86. Je tiens à remercier A. Vial-Logeay, D. Nelis et J. Nelis-Clément pour leurs relectures critiques et leurs suggestions.

2 Suet., Aug., 28.

3 Perrin, 2001, p. 112.

4 Virg., Aen., 1.282 ; 4.229 sq.

5 Cordier, 2001, p. 11.

6 Gros, 1978, p. 10-21.

7 Lynch, 1999, p. 11 sq. ; 127 sq.

8 Autour des sept collines, p. 108.

9 Associé à imperii, il ne se rencontre que dix fois, la première mention se trouvant chez Tite-Live. En tant que synonyme de la ville de Rome, sedes figure une fois dans les Philippiques de Cicéron (8.8 : sedes populi romani).

10 Par ex., Liv., 1.16.7; 45.3; 54.7; 55.6; 21.30.10; 38.51.4; Ovid., Am., 15.26; Met., 15.736; Fast., 5.93; Trist., 3.5.46.

11 Liv., 1.55.6: hic Capitolium est, ubi quondam capite humano inuento responsum est eo loco caput rerum summamque imperii fore. Cf. Edwards, 1996, p. 82 sq.

12 Var., LL., 5.41-42.

13 Liv., 5.51-54.

14 Cic., Leg. Agr., 2.86-87; 91.

15 Cic., De Rep., II, 4-5 ; 10 ; Cf. Dench, 2005, p. 60 sq.

16 Ceausescu, 1976, p. 81 sq. ; Hope, 2000, p. 63-66.

17 Suet., Iul., 79.4.

18 Jos., AJ, 19.78-82 ; Suet., Cal., 49.4 (Caligula envisageait aussi de se retirer à Antium).

19 Tac., Ann., 15.36-37; 41; Suet., Ner., 19.1-2; cf. Woodman, 1992, p. 173 sq.

20 Woodman, 1992, p. 183 sq.

21 DC, 50.3.3-5.

22 Millar, 1977, p. 43.

23 Tac., Hist., 1.4.

24 Ceausescu, 1976, p. 97.

25 Millar, 1977, p. 43. Cf. DC, 53.16.5-6 ;

26 Nicolet, 1988, p. 204 sq. ; Dench, 2005, p. 163 sq. ; 175 sq. insiste sur l’impact que dut avoir la création précoce d’un réseau viaire qui accompagna la conquête de l’Italie.

27 Patterson, 2006, p. 614 sq. ; Flower, 2010, p. 64 situe la problématique de la capitale autour de 100 av. J.-C. en s’appuyant sur la croissance démographique et les succès militaires du iie s. av. J.-C. Il est remarquable que les tout premiers témoignages littéraires de l’idée de domination universelle de Rome remontent à la guerre sociale (Ad Heren., 4.13) puis à la dictature de Sylla (Cic., Pro Roscio, 131) ; cf. Nicolet, 1988, p. 45.

28 Strab., 5.4.2; Vell. Pat., 2.16.4. Cf. Diod., 37= Excerpt. Photii, p. 538.-541.

29 David, 1994, p. 192-194.

30 Le Glay et al., 1991, p. 136.

31 Rome aurait ainsi compté 910 000 habitants. Cf. Nicolet, 2001, p. 891.

32 Nicolet, 1994, p. 377 sq. ; 398.

33 Cic., De Leg., 2.5 : Itaque ego hanc meam esse patriam prorsus numquam negabo, dum illa sit maior, haec in ea contineatur.

34 Nicolet, 2000, p. 890.

35 Gros, 1978, p. 21-33, part. 23-25 ; Gros, 2005, p. 175 sq. ; Yegül, 2013 ; Zarmakoupi, 2013.

36 Suet., Iul., 15.

37 Mura-Sommella, 1999, p. 17-18.

38 Perrin, 2001, p. 87 ; Coarelli, 2010, p. 129.

39 Sauron, 1994, p. 169-187.

40 Gros, 2001, p. 110 sq.

41 Hinard, 1994, p. 234 sq.

42 Coarelli, 1985, p. 199-200; Patterson, 1992, p. 192.

43 Plin., NH, 36.45.

44 Suet., Iul., 11 ; Prop., 3.11.45-46. Ceux-ci seront d’ailleurs réinstallés par César. Cf. Reusser, 1999, p. 91.

45 CIL 1.2737 = 6.1314 = ILLRP 367.

46 Coarelli, 2010, p. 121 ; 123 : corrige ici sa précédente identification du siège de la monnaie.

47 Coarelli, 2010, p. 127-129.

48 Sauron, 1994, p. 278 sq.

49 Hinard, 2000, p. 676. Cf. Sordi, 1987, p. 204 sq.

50 Tac., Ann., 12.23 ; DC, 43.50.1 ; Labrousse, 1937 ; Andreussi, 1999 ; Simonelli, 2001, p. 153 sq.

51 Boatwright-Tagliaferro, 1984, p. 41; 1986, p. 25 sq.; Simonelli, 2001, p. 155-156.

52 Dans un contexte polémique à propos de l’intégration de l’Aventin en 49 apr. J.-C. Cf. Giardina, 1994, p. 22 sq.; Sen., Brev. Vit., 10.8.

53 Hinard, 1994, p. 234.

54 Plut., Sull., 33.1 ; Sordi, 1987, p. 206-208 ; Simonelli, 2001, p. 149 ; 154 sq.

55 Gros, 1983, p. 120 ; 123.

56 Sauron, 1994, p. 253 sq.

57 Coarelli, 1985, p. 233-257.

58 Sauron, 1994, p. 497-500 ; Favro, 1996, p. 60 sq.

59 Simonelli, 2001, p. 155 ; Labrousse, 1937, p. 182 est moins affirmatif sur la date mais rattache l’événement au programme édilitaire de César.

60 DC, 43.14.6; 21.2; Picard, 1973; Sauron, 1994, p. 242 sq.

61 Suet., Iul., 44.2.

62 Sauron, 1994, p. 499; Gros, 2010, p. 276.

63 Newsome, 2010, p. 180 sq.

64 Gros, 2010, p. 272-277.

65 Gros, 2010, p. 276.

66 Liverani, 2009, p. 45 sq.

67 Coarelli, 1993 ; Gros, 2001, p. 111.

68 Hinard, 2003, p. 424-425.

69 Hinard, 2003, p. 410-413 (tableau); 419.

70 Perrin, 2001, p. 114.

71 Nicolet, 1988, p. 221-223.

72 RGDA, 21 ; Suet, Aug., 30.

73 DC, 54.8.4 ; Plin., NH, 3.66 ; Mari, 1996.

74 Bustany et Géroudet, 2001, p. 131.

75 Nicolet, 1988, p. 213 sq. ; Tarpin, 2002, p. 137 sq.

76 Nicolet, 2000, p. 895.

77 Benoist, 2014, p. 2.

78 David, 1994, p. 201; Gros, 1994, p. 293 sq.; Gros, 2005, 175 sq.

79 RGDA, 20.

80 Zanker, 1989, p. 113 sq.

81 Nicolet, 1988, p. 206.

82 Dench, 2005, p. 60; Vial-Logeay, 2014, p. 74 sq.

83 Vitruv., De Arch., 6.1.10 ; cf. commentaire Nicolet, 1988, p. 209 sq.

84 Plin., NH, 3.17.4 : Agrippam quidem in tanta viri diligentia praeterque in hoc opere cura, cum orbem terrarum orbi spectandum propositur<u>s esset, errasse quis credat et cum eo Divum Augustum ? Is namque complexam eum porticum ex destinatione et commentariis M. Agrippae a sorore eius inchoatam peregit ; Nicolet, 1988, p. 108 sq.

85 Breguet, 1969.

86 Ovid., Fast., 2.684 : Romanae spatium est Urbis et orbis idem.

87 Vell. Pat., 2.61.

88 Gowing, 2005, p. 138 sq. ; Geiger, 2008, p. 50 sq. ; Nelis-Clément, Nelis, 2014, p. 145 sq.

89 Royo, 2014, p. 163 sq. Malochet-Turquety, 2014, p. 197 sq.

90 Nelis-Clément, Nelis, 2014, p. 134 ; 142.

91 Zanker, 1989, p. 119 sq. ; Favro, 1996, p. 252 sq. ; Hölkeskamp, 2006, p. 481-484 ; Royo, 2014, p. 169 sq.

92 Virg., Bucol., 1.19.25; Edwards, 1996, p. 28 sq.; Hope, 2000, p. 69 sq.

93 Ovid., Ars Amat., 1.174:...ingens orbis in Urbe fuit..

94 Tac., Ann., 15.42 ; Suet., Ner., 31.1-2.

95 Martial parle même de Rome « rendue à elle-même » à la suite du démantèlement par Vespasien de la Domus Aurea (De spect., 2.11 : Reddita Roma sibi est).

96 Zanker, 2001, p. 132 sq.

97 Naas, 2002, p. 467.

98 Vasta, 2007, p. 38; Jos., Bell. Jud., 7.5.160: σχεδὸν γὰρ ὅσα τοῖς πώποτἀνθρώποις εὐδαιμονήσασιν ἐκτήθη κατὰμέρος ἄλλα παρἄλλοις θαυμαστὰ καὶ πολυτελῆ, ταῦτἐπὶ τῆς ἡμέρας ἐκείνης ἀθρόα τῆς Ῥωμαίων ἡγεμονίας ἔδειξε τὸ μέγεθος.

99 CIL VI, 40454a= AE 1995, 111b: I[mp(erator)] T(itus) Caes(ar) Vespasi[anus Aug(ustus)]/amphitheatre[m novum?]/[ex] manubi(i)s (vac.) [fieri iussit ?].

100 Naas, 2002, p. 443 sq.

101 Mart., De spect., 1 ; 3 ; 21 ; 28.

102 Boyle, 2003, p. 61.

103 Royo, 2013, p. 29 sq. ; Royo, à paraître.

104 Pline, NH, 3.66 :… imperatoribus censoribusque Vespasianis anno conditae DCCCXXVI m. p. XIII·CC, complexa montes septem. ipsa dividitur in regiones XIIII, compita Larum CCLXV. eiusdem spatium mensura currente a miliario in capite Romani fori statuto ad singulas portas, quae sunt hodie numero XXXVII, ita ut XII portae semel numerentur praetereantur ex veteribus VII, quae esse desierunt, efficit passuum per directum XX·M·DCCLXV.

105 Brunet et al., 1992, p. 232.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Reconstitution du Tabularium (à g.), de la substructio et des trois temples dominant le forum
Crédits Coarelli, 2010.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-1.png
Fichier image/png, 376k
Titre Fig. 2 : Projet de détournement du Tibre
Légende En pointillé, tracé prévu par César.
Crédits Favro, 1996.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 3 : Le Forum romain et le Forum Iulium sous César
Crédits D’après Favro, 1996.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-3.png
Fichier image/png, 708k
Titre Fig. 4 : Les quatorze régions augustéennes
Légende En pointillé les limites probables ; en trait continu la muraille servienne.
Crédits Favro, 1996.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-4.png
Fichier image/png, 585k
Titre Fig. 5 : Principaux ensembles monumentaux sous Auguste :
Légende 1 Domus Augusti et temple d’Apollon ; 2 porticus Liviae (hors plan) ; 3 Théâtre de Marcellus et portique d’Octavie ; 4 Champ de Mars (Mausolée, Horologium, Ara Pacis, Panthéon, porticus vipsania et basilica Neptuni) ; 5 Forum Augusti et temple de Mars Vltor
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-5.png
Fichier image/png, 433k
Titre Fig. 6 : Plan du Forum Augusti et temple de Mars Vltor
Légende En incrustation, restitution du décor des portiques comprenant les statues des summi viri dans des niches avec un titulus rédigé par Auguste.
Crédits D’après Nelis-Clément et Nelis, 2014.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-6.png
Fichier image/png, 886k
Titre Fig. 7 : Principaux monuments centraux construits ou restaurés par Vespasien et Titus.
Légende 1 Temple de Jupiter Capitolin ;2 Templum Pacis ;3 Colisée ; 4 thermes de Titus ;5 temple de Claude divinisé.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1171/img-7.png
Fichier image/png, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Royo, « Domicilium Orbis Terrarum ou comment Rome devient capitale », Pallas, 96 | 2014, 53-74.

Référence électronique

Manuel Royo, « Domicilium Orbis Terrarum ou comment Rome devient capitale », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1171 ; DOI : 10.4000/pallas.1171

Haut de page

Auteur

Manuel Royo

Professeur d’archéologie et d’histoire de l’art romain
Université François Rabelais, Tours
CeTHiS EA 6298
royo@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org