Navigation – Plan du site

Les recensements augustéens, aux origines de l’Empire

Census operations under Augustus, at the origins of the Roman Empire
Béatrice Le Teuff
p. 75-90

Résumés

Le sort qu’ont connu les recensements organisés dans les provinces de l’Empire romain sous le règne d’Auguste est paradoxal. Si certaines opérations sont bien attestées, la dispersion des sources dans le temps et leur répartition très inégale entre les provinces ont fait douter plus d’un auteur de la cohérence du projet augustéen. Contrairement à ce qu’affirmait l’évangéliste Luc, il n’y aurait pas eu de recensement global dans l’Empire. Cl. Nicolet toutefois a plaidé en faveur de l’existence d’un census général dont les résultats auraient permis la rédaction du breviarium totius imperii. Dans la lignée de ces travaux, cet article rouvre la discussion en considérant le contexte dans lequel ces opérations ont eu lieu, à savoir la mise en place d’une nouvelle fiscalité qui se voulait par certains aspects en rupture avec celle en vigueur jusqu’alors. Il examinera aussi le rôle de ces recensements dans la genèse d’une fiscalité d’empire et dans la promotion d’une vision unifiée du monde romain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Res Gestae Divi Augusti, 8. Dion Cassius mentionne par ailleurs des opérations en 4 apr. J.‑C., mai (...)
  • 2 Non seulement plusieurs census populi furent organisés, mais il est possible également que les proc (...)

1L’importance de l’activité censoriale sous le règne du premier empereur ne fait pas débat. Auguste lui-même dans ses Res Gestae détaille les trois census populi auxquels il a procédé en 28 av. J.-C., en 8 av. J.‑C., puis en 14 apr. J.‑C. Par ailleurs, le témoignage de Dion Cassius permet d’identifier d’autres opérations partielles auxquelles il faut ajouter plusieurs lectiones senatus1. Bien que le moment augustéen s’impose comme un temps fort dans l’histoire du recensement des citoyens romains2, ce n’est pas à ces opérations, mais aux évaluations organisées dans les territoires provinciaux que nous souhaitons consacrer cet article.

  • 3 Luc, II, 1-3. Ce passage est cité et commenté ci-dessous.

2Le sort qui fut celui des recensements organisés dans les provinces de l’empire sous le règne d’Auguste est paradoxal. D’une part, ces derniers sont relativement bien attestés et sont unanimement connus, voire bien connus ; c’est en effet sous le règne du premier empereur qu’eut lieu, en Judée et en Syrie, le fameux recensement de Quirinius, qui, aux dires de l’évangéliste Luc3, ne serait que la manifestation locale d’un recensement global de l’empire ordonné par Auguste. Mais, d’autre part, la dispersion des témoignages dans le temps, leur concentration dans certaines provinces, leur absence en revanche dans d’autres, ont fait douter la plupart des auteurs de la cohérence de ce projet augustéen. Et pourtant, en considérant le contexte dans lequel ces recensements ont eu lieu et la finalité à laquelle ils répondaient, il nous paraît indispensable de rouvrir la discussion et de poser à nouveaux frais la question d’un census général au tournant de l’ère augustéenne.

3Notre objectif sera donc de faire le bilan de ces opérations et de mettre en évidence leur rôle dans la mise en place d’une fiscalité d’empire et plus globalement dans la genèse d’un monde romain unifié. Il conviendra également de faire le point sur les innovations introduites au tournant de l’ère augustéenne dans le domaine de la fiscalité provinciale et de définir, au-delà de la variété des formes d’imposition attestées, des caractéristiques communes, qui confèrent à la fiscalité du Haut‑Empire une véritable spécificité.

1. Les recensements augustéens, inventaire des sources

1. 1. Les provinces gauloises

  • 4 Census de 27 av. J.‑C. : Tite‑Live, Periochae, 134 ; Dion Cassius, LIII, 22, 5 ; LIV, 25, 1. Census(...)
  • 5 La plupart des agents impériaux du recensement dans l’empire, qu’ils soient intervenus en qualité d (...)

4Les opérations qui ont eu lieu dans les provinces gauloises sont relativement bien connues, grâce aux récits des historiens Tite‑Live, Tacite, Dion Cassius, grâce au discours de l’empereur Claude prononcé en 48 apr. J.‑C. et gravé sur les Tables claudiennes, ou encore grâce à une inscription en provenance de Sestinum4. Ces témoignages permettent d’identifier trois moments : en 27 av. J.-C., en 12 av. J.‑C. et enfin en 14 apr. J. C., les opérations ayant été poursuivies sous le règne de Tibère. Les sources antiques qui mentionnent explicitement ces recensements s’intéressent surtout aux personnalités qui ont supervisé les opérations : Auguste en personne en 27 av. J.‑C., Drusus en 12 av. J.‑C., Germanicus en 14 apr. J.‑C. Elles sont en revanche beaucoup plus avares de détails sur la nature des opérations. Ces dernières sont évoquées par des formules très générales : census actus est dans les Periochae, l’équivalent grec chez Dion Cassius, ἀπογραφὰς ἐποιήσατο, ou encore census accipiens chez Tacite, au sujet de Germanicus. La formule census accipere est toutefois un peu plus précise que la précédente et doit retenir notre attention : c’est celle que l’on trouve la plus fréquemment employée dans les titulatures des agents du census sous le Haut-Empire, qu’il s’agisse de membres de l’ordre sénatorial ou équestre, et il semble qu’elle se soit imposée comme l’expression la plus adaptée pour désigner les missions des agents censiteurs dans les provinces5.

  • 6 Sur les révoltes qui ont accompagné les premiers recensements dans les provinces conquises, voir in (...)
  • 7 CIL, XIII, 1668, l. 75-77.

5Une lecture attentive de ces passages permet d’aller au-delà de ces formules générales. De manière paradoxale, nous constatons que les troubles, qui ne manquaient pas d’accompagner le premier census dans les provinces récemment conquises6, ne se sont pas manifestés en 27 av. J.-C., mais en 12 av. J.‑C., soit à l’occasion du deuxième recensement. À la version de Tite‑Live, qui impute de manière très explicite les troubles (tumultus) ayant éclaté en Gaule, au census (qui ob censum exortus in Gallia erat), s’oppose celle de l’empereur Claude. Dans le discours prononcé en 48 apr. J.‑C., ce dernier soutient que les Gaulois, bien que peu habitués aux procédures d’enregistrement et d’évaluation auxquelles ils étaient soumis dans le cadre du census, sont restés fidèles à Rome7. Cette fidélité est, aux yeux de l’Empereur, d’autant plus remarquable que Drusus, alors en charge des opérations, devait faire face à des Germains belliqueux. Il est probable que le témoignage de Tite‑Live est plus proche de la réalité et que Claude, dans un souci de présenter les Gaulois sous un jour favorable, ait quelque peu modifié le cours des événements. Quoi qu’il en soit, cette observation doit nous inciter à pousser plus loin l’investigation. Comment expliquer ce changement d’attitude entre le census de 27 av. J.‑C. et celui de 12 av. J.‑C. ?

  • 8 Christol, 1994.
  • 9 Dion Cassius, LIII, 22, 5 ; LIV, 25, 1.
  • 10 Des premiers aménagements avaient été réalisés dès l’époque de César : la cité des Atrébates fut ex (...)
  • 11 Hygin 86.10-11 Th= 123.9-10 La: Item dicitur in Germania in Tungris pes Drusianus qui habet monetal (...)
  • 12 Sur la tige métallique de Mâcon : Barthèlemy, Dubois, 2007.

6La Periocha 134 précise que le premier census gaulois a eu lieu après qu’Auguste a réglé l’organisation des provinces (omnibus provinciis in certam formam redactis). La formule latine fait explicitement allusion à la rédaction de la formula provinciae, étape essentielle dans l’organisation des provinces. Ces documents administratifs, qui subsistent de manière fragmentaire dans l’œuvre de Pline l’Ancien8, énuméraient pour chaque province les cités la composant, ainsi que certaines informations capitales, comme le statut juridique de chacune. Les passages de Dion Cassius9 se référant au même recensement viennent compléter la version de Tite‑Live. Les formules employées par l’auteur, « il régla leur état civil et politique » (καὶ τὸν βίον τήν τε πολιτείαν διεκόσμησε) et « ayant accordé la liberté et la citoyenneté à certains, et les ayant enlevées à d’autres » (τήν τε ἐλευθερίαν καὶ τὴν πολιτείαν τοῖς μὲν δοὺς τοὺς δ’ἀφελόμενος), font explicitement allusion à cette phase d’organisation de l’infrastructure civique. Ainsi, chez les deux historiens, ce premier recensement apparaît comme la première pierre de l’organisation administrative de la province. Contrairement à d’autres territoires sous domination romaine, les Gaules n’étaient pas structurées sur une base civique, elles étaient composées de peuples. Rome a donc dû, dans un premier temps, créer ces cités, relais indispensables pour l’exercice de la justice et le recouvrement de l’impôt. Dans le cas gaulois, la rédaction de la formula provinciae fut rendue possible par ce premier recensement, qui a permis d’identifier les cités sujettes et de définir leur statut10. Il est possible qu’une fois l’identification des sujets fiscaux achevée, l’administration romaine ait pu entamer dès 27 av. J.‑C. la délimitation des territoires civiques. Ces travaux, qui nécessitaient l’intervention d’un personnel technique qualifié, les agrimensores, se sont probablement déroulés sur plusieurs années. Plusieurs témoignages suggèrent qu’elles n’étaient pas encore achevées lorsque Drusus intervint dans les provinces gauloises à partir de 12 av. J.‑C. Un passage d’Hyginmentionne l’existence d’une unité de mesure du sol tributaire appelée pied de Drusus (pes drusianus) dans la cité des Tongres11, qui témoigne de la forte empreinte laissée sur le terrain par les opérations qui eurent lieu à ce moment-là. En outre, la découverte à Mâcon en 1991, d’une tige métallique étalonnée selon le pied de Drusus laisse penser que le travail des arpenteurs ne se limita pas à quelques cités du nord de la Gaule12.

  • 13 CIL, XIII, 1668, l. 77-78.
  • 14 César, Guerre des Gaules, I, 29.

7Une fois les cités sujettes identifiées et leurs territoires délimités, il fallait procéder aux évaluations. Les premières débutèrent très certainement à l’occasion du recensement de 12 av. J.‑C. et furent visiblement mal accueillies par les autochtones. Claude rappelait dans son discours de 48 apr. J.‑C. que le census était pour les Gaulois un opus novum et inadsuetum13. Le témoignage de César à propos de la découverte de tabulae dans le camp des Éduens14 permet de nuancer ce constat : les Gaulois n’étaient pas totalement étrangers à la pratique du recensement et organisaient, ne serait-ce que pour des motifs militaires, des décomptes de population. En revanche, le fait que l’on ait procédé non seulement à une estimation numérique du nombre d’habitants, cité par cité, mais également à des évaluations de biens, et surtout le fait que les résultats aient été destinés à l’administration romaine peuvent expliquer facilement les troubles.

  • 15 La différence entre les opérations de 27 et celles de 12 av. J.-C. avait déjà été soulignée par cer (...)

8Ainsi, l’expression censum agere employée dans les Periochae aussi bien en 27 av. J.‑C. qu’en 12 av. J.‑C. recouvre des réalités différentes. Si le premier census permit la définition d’une structure civique, les opérations d’évaluation à proprement parler ne débutèrent que quinze ans plus tard, une fois ce cadre fixé15.

  • 16 Tacite, Annales, I, 31, 3 ; II, 6.
  • 17 CIL, XI, 6011 (ILS, 2691).
  • 18 Von Domaszewski, 1908, p. 251 ; Pflaum, 1960-1961, p. 17-18 (n° 4) ; Pflaum, 1978, p. 189 ; Pflaum, (...)
  • 19 Sur la coïncidence d’opérations de census et de dilectus : Le Teuff, 2012, p. 182 sqq.

9Près de vingt-cinq ans plus tard, les Gaules furent de nouveau soumises à un census. Tacite, qui est la source principale pour ce recensement16, s’intéresse surtout à la personnalité des agents en charge des opérations : Germanicus se vit confier cette responsabilité par Auguste, puis fut contraint de déléguer la tâche à deux membres de l’ordre sénatorial qui l’accompagnaient, P. Vitellius et C. Antius Restio, afin de se rendre en Germanie. En revanche, il ne s’attarde pas sur la nature des opérations. L’inscription de Sestinum en l’honneur du chevalier L. Volusenus Clemens17 permet de préciser quelque peu le contenu de ces dernières. Le texte indique très clairement que la mission en Gaule lui fut confiée par le premier empereur (missus a divo Aug(usto)) et qu’il fut nommé à la charge suivante par son successeur Tibère (cum mitteretur a Ti(berio) Caesare Aug(usto) in Aegypt(um)). Cette indication nous autorise à dater avec précision le recensement auquel participa Clemens : il s’agit de celui mentionné par Tacite, qui débuta sous Auguste en 14 apr. J.‑C. et fut poursuivi sous Tibère. Le contenu de la mission est en revanche plus problématique, puisque le texte épigraphique est abîmé précisément à l’endroit où est mentionnée la charge qui nous intéresse. D’après la lecture proposée par A. Von Domaszewski, acceptée entre autres par H.‑G. Pflaum18, le chevalier fut préfet des recrues en Narbonnaise et en Aquitaine et procéda en même temps au census. La coïncidence d’opérations de recensement et de dilectus19 suggère que les listes élaborées au niveau de chaque cité contenaient des informations relativement détaillées sur la population, en particulier sur le nombre d’hommes susceptibles de porter les armes, mais aussi très certainement sur les capacités financières de la communauté. Quoi qu’il en soit, l’existence de ces données témoigne des avancées réalisées depuis 27 av. J.‑C. : près de quarante ans après le premier census, l’administration romaine disposait d’un inventaire des ressources gauloises, exploitable à des fins fiscales et militaires.

1. 2. La péninsule Ibérique

  • 20 Dion Cassius, LIII, 22, 5.
  • 21 Sur l’organisation provinciale de la péninsule Ibérique sous le règne d’Auguste : Alföldy, 1996, p. (...)
  • 22 Cette datation fine est possible grâce à la titulature d’Auguste. P. Le Roux, qui a recensé et étud (...)
  • 23 Les sources antiques montrent en effet que de tels conflits ne manquaient pas d’éclater entre commu (...)
  • 24 Le Roux, 1994, p. 44-45, n. 31.

10La péninsule Ibérique fut également le théâtre de recensements sous le règne d’Auguste. Dion Cassius indique qu’après avoir réglé la situation administrative des Gaules, Auguste se rendit en Espagne en 27 av. J.‑C. et qu’il « organisa » (κατεστήσατο) également ce territoire20. Si l’auteur ne parle pas explicitement d’un census, il est logique de supposer que cette intervention se concrétisa par le règlement des statuts politiques des diverses communautés, par la fixation des limites de leurs territoires et par une évaluation de leurs ressources21. Des bornes de délimitation retrouvées dans la province de Lusitanie, plus précisément dans le conventus d’Augusta Emerita, et datant des années 5-6 apr. J.‑C.22, témoignent d’opérations similaires à celles que nous avons observées en Gaule. Une série de termini qualifiés d’augustales, autrement dit ayant été posés ex auctoritate Caesaris, attestent la tenue d’opérations d’arpentage visant à délimiter les territoires civiques de plusieurs communautés, parmi lesquelles Lancia Oppidana, Mirobriga, Salmantica, ou encore Bletisa. D’après P. Le Roux, la topographie locale, caractérisée par « beaucoup d’étendues monotones sans vraies limites naturelles », explique en partie l’envergure de l’entreprise. Pour pallier le manque d’éléments distinctifs sur le terrain, la fixation des bornes était capitale afin d’éviter d’éventuels conflits entre deux communautés voisines23. Ainsi, comme dans les Gaules, l’organisation provinciale passait par la délimitation des territoires civiques, une étape délicate mais indispensable dans le cadre de la mise en place de la fiscalité provinciale. En Hispanie, les opérations s’échelonnèrent tout au long du règne d’Auguste, en raison notamment de la conquête et de la pacification différées de certaines zones24.

  • 25 CIL, X, 680 (Devijver, 1976-2001, n° 204, p. 282).
  • 26 Proculus n’est pas un cas isolé : nous connaissons plusieurs chevaliers en cours ou en fin de servi (...)
  • 27 Ce cursus a été daté par la plupart des auteurs qui s’y sont intéressés de l’époque augustéenne : D (...)

11Un dernier témoignage complète ce tableau hispanique : il s’agit d’une inscription de Sorrente dédiée au chevalier T. Clodius Proculus25. Ce dernier fut envoyé par Auguste pour participer aux opérations de recensement en Lusitanie, après avoir été préfet des ouvriers, tribun de légion en Macédoine, puis en péninsule ibérique. D’après la formule employée dans l’inscription, [ab imp(eratore)]/Caesare Aug[usto misso pro]/censore ad Lus[itanos], nous pouvons supposer que Proculus a été mobilisé pour participer au recensement de la Lusitanie, alors qu’il effectuait son service militaire dans la région. Face à l’ampleur des opérations, Auguste a sans doute puisé dans le vivier des officiers en poste dans la péninsule Ibérique pour procéder aux évaluations des territoires nouvellement conquis26. Il est difficile de dater précisément cette mission27, dans la mesure où les opérations de recensement débutèrent dès 27 av. J C. et s’échelonnèrent tout au long du règne d’Auguste.

1. 3. La Syrie et la Judée

  • 28 E. Stauffer a dressé en 1961 un rapide inventaire des grands noms qui se sont penchés sur la questi (...)
  • 29 Luc, II, 1-3.
  • 30 Luc, I, 5. Ce passage de Luc est corroboré par un extrait de l’Évangile de Matthieu, qui place égal (...)
  • 31 La date du census est précisée par Flavius Josèphe, qui place le recensement « au cours de la trent (...)
  • 32 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 117-118 ; VII, 8, 253-254.
  • 33 Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVII, 13, 355 ; XVIII, 1, 1-4 ; XVIII, 2, 26.
  • 34 CIL, III, 6687 (ILS, 2683).
  • 35 Corbishley, 1936 ; Abel, 1952, p. 414-416.
  • 36 Voir en particulier Braunert, 1968. H. Braunert a argumenté en faveur de l’existence d’un seul rece (...)

12Afin de poursuivre cet inventaire des recensements augustéens, il faut évoquer le cas de la Syrie et de la Judée et aborder la question du fameux recensement de Quirinius. Depuis le xvie siècle, les modernes28 dissertent sur cet événement et tentent de rendre compte de la contradiction fondamentale contenue dans le témoignage de Luc. L’évangéliste a en effet intégré dans son récit de la Nativité deux courtes phrases qui replacent la naissance du Christ dans le contexte politique de l’époque : « Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinius était gouverneur de Syrie29 ». Mis en parallèle avec un autre passage de Luc30, qui place la naissance de Jésus du vivant du roi Hérode, cet extrait pose des problèmes de chronologie. En effet, Hérode ayant régné entre 37 et 4 av. J.‑C., il est difficilement concevable que Jésus ait pu naître à l’occasion du census de Quirinius, qui a eu lieu en 6 apr. J.‑C.31. Luc n’est pas le seul à parler de ce recensement. L’événement est également connu grâce à l’œuvre de Flavius Josèphe. À plusieurs reprises, que ce soit dans la Guerre des Juifs32 ou dans les Antiquités Juives33, l’auteur mentionne les opérations qui se déroulèrent en Judée sous le contrôle du légat de Syrie, P. Sulpicius Quirinius, et qui provoquèrent des troubles dans ce territoire nouvellement annexé. En outre, à la fin du xixe siècle, la découverte d’une inscription34 honorant un certain Q. Aemilius Secundus vint alimenter le débat. Ce chevalier, alors qu’il était préfet de la cohorte IIa Classica, fut chargé par le gouverneur de Syrie, Quirinius, de recenser Apamée. Rédigé à la première personne, le texte précise le résultat des opérations : la cité comptait alors 117 000 hommes. Ce témoignage épigraphique complète la version donnée par Flavius Josèphe et, en nous renseignant sur le volet syrien des opérations, confirme que la Syrie et la Judée furent recensées en 6 apr. J.‑C. Plusieurs auteurs ont essayé de concilier ces témoignages. Il serait vain de vouloir présenter en quelques lignes l’ensemble des interprétations qui ont été avancées, entre celles35 qui, dans un souci de réhabiliter la version de Luc, ont supposé l’existence de deux recensements tous deux supervisés par P. Sulpicius Quirinius, en 6 av. J.‑C. et en 6 apr. J.‑C., et celles36 qui ont rejeté en bloc le témoignage de l’évangéliste. L’hypothèse formulée par E. Stauffer en 1961 mérite toutefois que nous lui consacrions quelques lignes. En avançant l’idée d’un long recensement qui aurait débuté du vivant du roi Hérode, alors que la Judée était encore un royaume-client de Rome, et qui se serait achevé en 6 apr. J.‑C., alors que Quirinius était gouverneur de Syrie, cet auteur est parvenu à contourner l’obstacle auquel les précédentes études s’étaient heurtées. Aussi le témoignage de Luc nous renseignerait sur le début des opérations, et celui de Flavius Josèphe sur leur fin. En désignant ce census comme celui de Quirinius, l’évangéliste aurait donc fait non pas une erreur, puisque les opérations que le légat de Syrie a dirigées en 6 apr. J.‑C. se situaient bien dans la continuité de celles entamées sous le règne d’Hérode, mais un raccourci. Selon E. Stauffer, cette entreprise s’inscrit dans le projet augustéen de recensement du monde habité et sa durée s’explique par l’ampleur des opérations à réaliser sur le terrain, par les résistances rencontrées par les autorités romaines, mais aussi par les caractéristiques socio-culturelles du pays. Il est vrai que le recensement d’une population en partie nomade devait poser quelques difficultés. Pour appuyer son argumentation, l’auteur compare le cas de la Judée avec celui des Gaules, où les opérations se seraient étalées sur près de quarante ans.

  • 37 Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVII, 13, 355.
  • 38 Sur le principe de répartition, voir infra.

13La démonstration que livre E. Stauffer est plutôt convaincante et surtout elle enrichit le débat. Mais l’auteur passe sous silence deux éléments qu’il nous paraît important de prendre en compte dans la réflexion. Tout d’abord, il n’accorde pas vraiment d’importance au fait que Quirinius a recensé non seulement la Judée mais également la province dont il avait la charge, la Syrie ; ensuite il oublie de mentionner que les opérations de 6 apr. J.‑C. étaient la conséquence de l’intégration de la Judée à l’empire. Pour bien saisir la spécificité de ces dernières, il faut considérer avec attention le témoignage de Flavius Josèphe. L’auteur précise que la Judée fut intégrée à l’empire à la suite de la reddition de l’ethnarque Archélaos et que dans un premier temps, elle fut rattachée à la Syrie. Au chapitre XVII des Antiquités Juives, Josèphe revient sur les aspects fiscaux de ce rattachement : « le pays d’Archélaos fut rattaché en tributaire à la Syrie37 ». L’expression employée, ὑποτελοῦς τῇ Σύρων, mérite notre attention car elle explique l’étendue des opérations de recensement. Dans le cadre d’une fiscalité de répartition38, l’annexion d’une contrée à une province déjà existante avait des conséquences non seulement pour la région nouvellement intégrée, où les terres et les fortunes devaient être estimées, mais également pour la province de rattachement. L’intégration de nouvelles terres tributaires et de nouveaux sujets fiscaux dans l’estimation des ressources de la province modifiait non seulement la somme globale exigée par les autorités romaines mais aussi l’assiette de l’impôt. Dès lors, il était sans doute nécessaire de réviser les capacités contributives des diverses cités et de procéder éventuellement à quelques ajustements. Aussi, bien que séduisante, la théorie de E. Stauffer ne peut être retenue telle quelle. En faisant du census de Quirinius la dernière phase d’un long recensement augustéen, elle tend à gommer la spécificité de ces opérations. Nous préférons considérer que cette région a été recensée au moins une fois, en 6 apr. J.‑C. à la suite de l’intégration de la Judée à l’empire. Nous n’excluons pas la possibilité que des estimations aient également eu lieu du vivant d’Hérode, sous la supervision du légat de Syrie de l’époque, mais il nous semble important de bien distinguer les deux entreprises qui répondent à deux logiques différentes.

  • 39 Selon G. Firpo, des opérations de recensement ont été organisées dans la région en 6-9 apr. J.‑C. e (...)
  • 40 Cumont, 1901.

14En dehors de la Gaule, de la péninsule Ibérique et de la Syrie-Judée, les traces d’éventuels recensements sous le règne d’Auguste sont beaucoup plus ténues. Quelques sources suggèrent que des opérations ont également été organisées en Pannonie39 et en Paphlagonie40 mais, étant donné leur caractère extrêmement allusif, il serait hors de propos de reprendre ici l’intégralité des démonstrations.

  • 41 Sur la présence d’une infrastructure civique directement exploitable pour les besoins du recensemen (...)
  • 42 Mommsen, 1889-1896, 4, p. 97-101; Neesen, 1980, p. 39 sq.; Brunt, 1981, p. 163-164 (= Brunt, 1990, (...)
  • 43 Nicolet, 1988, p. 153 sqq.

15Au terme de cet inventaire, il faut s’interroger sur le sens à donner à ces témoignages et à leur répartition dans le temps et dans l’espace. Nous observons en effet que des opérations sont attestées sur toute la durée du règne d’Auguste, de 27 av. J.‑C. jusqu’à 14 apr. J.‑C., et qu’elles ne concernent que quelques provinces. Dès lors, s’agit-il d’opérations isolées dans des territoires que Rome a dû organiser pratiquement ex nihilo, en l’absence d’une infrastructure civique directement exploitable41, ou bien s’agit-il de manifestations locales d’un projet global voulu et conçu par le premier empereur ? La plupart des spécialistes de la question ont tranché en faveur de la première hypothèse, qu’il s’agisse de Th. Mommsen, de J. Marquardt, de L. Neesen ou de P. Brunt42. En 1988 toutefois, Cl. Nicolet43 a défendu dans son ouvrage L’inventaire du monde l’idée d’un projet d’ensemble visant à connaître l’intégralité des territoires sous domination romaine. Pour sortir de cette opposition, il convient de revenir sur la finalité de ces opérations, à savoir sur la mise en place d’une nouvelle fiscalité, dans le cadre de ce que l’on a coutume d’appeler la « réforme augustéenne ».

2. La « réforme augustéenne » : le census provincial au cœur du nouveau système fiscal

  • 44 Pour l’Asie : Appien, Guerres civiles, V, 4, 19 ; Dion Cassius, XLVII, 6. Pour la Sicile : Pline, H (...)
  • 45 Mommsen, 1889-1896, 5, p. 402-404 : « Le système d’imposition impérial diffère en principe de celui (...)

16Le concept de « réforme augustéenne » a eu dans l’historiographie contemporaine un succès indiscutable. Dans le domaine fiscal, de nombreux historiens, après avoir constaté l’ampleur des évolutions qui se sont produites au cours de la période césaro-augustéenne, ont estimé qu’il était pertinent d’y avoir recours. Figuraient au nombre des changements les plus significatifs la disparition des dîmes pesant autrefois sur la Sicile et sur l’Asie44 et la suppression du recours aux sociétés de publicains, les deux phénomènes étant d’ailleurs très certainement liés. Selon Th. Mommsen, la véritable innovation introduite par la réforme augustéenne aurait concerné la nature même de l’impôt et la manière dont ce dernier était estimé et levé. La transition entre la République et l’Empire se serait concrétisée au niveau fiscal par le passage d’un impôt de répartition à un impôt de quotité, la quote-part revenant à chaque contribuable étant déterminée par l’administration romaine elle-même grâce à une institution fondamentale, qui permettait de centraliser l’ensemble des données, le census provincial45.

  • 46 Hygin le Gromatique mentionne ainsi la perception de quintae et de septimae dans certaines province (...)
  • 47 Nous employons des guillemets car la distinction entre impôts directs et impôts indirects n’existai (...)
  • 48 Sur la nature de la fiscalité pesant sur les provinces sous le Haut-Empire, se référer aux travaux (...)
  • 49 Sur ces aspects, voir en particulier l’article que S. Demougin a consacré au bureau a censibus (Dem (...)

17Cette vision très lisse de la réforme augustéenne a depuis été mise à mal : il a été établi que les dîmes et autres fractions du produit de la terre46 n’avaient pas disparu sous l’Empire et que les publicains étaient restés actifs, notamment pour le prélèvement des impôts « indirects »47. En outre, il apparaît que l’introduction du census provincial n’a permis à aucun moment la levée d’un impôt de quotité. Sur toute la période du Haut-Empire, l’impôt provincial est resté un impôt de répartition48, fonctionnant sur le principe de la péréquation d’une somme fixe entre diverses unités contributives. Par ailleurs, nous avons pu établir que, à la différence des données personnelles des citoyens romains (identité, âge, niveau de cens), celles des contribuables provinciaux n’ont jamais été centralisées à Rome, malgré la mise en place du census dans les provinces49. Ces dernières restaient conservées dans les archives des cités, peut-être dans celles de la province, mais seules des données globales parvenaient jusqu’aux bureaux romains. On peut dès lors s’interroger sur l’utilité de ce census provincial et sur la pertinence du terme « réforme » pour désigner le passage entre la fiscalité d’époque républicaine et celle d’époque impériale.

  • 50 Cette prise de conscience est visible dans la correspondance de Cicéron : Cicéron, Lettre à Quintus(...)

18S’il est absolument indispensable de renoncer à la vision très tranchée qu’ont défendue Th. Mommsen ou J. Marquardt, il nous paraît tout aussi nécessaire de conserver le terme « réforme ». De nombreux témoignages suggèrent en effet que l’on assista, dans la deuxième moitié du ie siècle av. J.-C., à une prise de conscience des dysfonctionnements50 de la fiscalité en vigueur dans les provinces. En réponse, il semblerait que fut engagée, au sommet de l’État, une véritable réflexion sur les moyens de donner à l’impôt provincial une assise solide et de le rendre légitime aux yeux des provinciaux. C’est dans ce contexte que s’inscrit la création du census provincial.

19Plusieurs évolutions marquent l’avènement d’une fiscalité d’empire. Si ces dernières sont moins perceptibles que celles précédemment évoquées, elles n’en demeurent pas moins déterminantes dans la mesure où elles confèrent à la fiscalité du Haut-Empire une véritable spécificité.

  • 51 Cette théorie, formulée par le juriste Gaius, postule que les terres provinciales appartiennent soi (...)
  • 52 Sur le lien entre territoire civique et ressources de la communauté : Corbier, 1991, p. 644.
  • 53 Piganiol, 1962.
  • 54 Christol 2009, p. 254-255.

20La réforme augustéenne s’est tout d’abord incarnée dans la volonté de donner à l’impôt des bases juridiques solides. La période césaro-augustéenne s’impose en effet comme un moment d’intense réflexion sur les fondements juridiques de l’imposition. Il semblerait que la théorie du dominium in solo provinciali51 ait été forgée à ce moment-là, et c’est sur cette base que Rome a pu revendiquer le caractère perpétuel de l’impôt. Cette fiscalisation du sol provincial n’était pas le seul fait des juristes : sur le terrain, elle nécessitait l’intervention d’un personnel qualifié afin de préciser le statut de chaque cité, d’assigner à chacune un territoire, autrement dit des ressources52, et au sein d’une même cité de préciser le statut de chaque terre. Il arrivait en effet que, au sein d’une même cité, des terres relèvent de catégories juridiques distinctes et donc de statuts fiscaux différents : le cadastre d’Orange53 illustre très bien cet enchevêtrement des catégories juridiques et la nécessité de connaître précisément le régime de chaque parcelle. Comme nous l’avons vu dans le cas des Gaules, et dans une certaine mesure dans le cas de l’Hispanie, les opérations de recensement menées sous le règne d’Auguste furent déterminantes à cet égard : en permettant d’identifier précisément les statuts juridiques et fiscaux de chaque communauté, et de délimiter les territoires de chacune, ces premiers recensements ont permis de jeter les bases du nouveau système fiscal. Selon M. Christol54, c’est à l’occasion de ce premier census que fut élaborée en Gaule la notion de sol tributaire. Avec la conquête de la partie occidentale de la péninsule Ibérique, il était nécessaire d’assurer l’arrière-plan logistique, en particulier grâce à la fiscalité.

  • 55 Cicéron, Verrines, III, 12.
  • 56 Comme en témoigne le discours adressé par Marc Antoine aux habitants de la province d’Asie : en pré (...)
  • 57 Cicéron, Lettre à Quintus, I, 1, 34 ; Tacite, Histoires, 4, 74.
  • 58 Dion Cassius, LII, 28. Le terme est employé dans le fameux dialogue entre Mecène et Agrippa. Bien q (...)
  • 59 France, 2006 ; France, 2007, p. 349-352. Il est difficile de savoir comment cette initiative a été (...)

21La deuxième évolution notable qui se produit au tournant de l’ère augustéenne concerne la justification du prélèvement fiscal aux yeux des provinciaux. Alors que l’impôt avait été jusqu’alors justifié en invoquant deux arguments ˗ celui du droit du vainqueur, le fameux victoriae praemium évoqué par Cicéron dans les Verrines55, ou encore l’argument de la continuité avec les régimes précédents, dans le cas de l’Asie par exemple56 ˗ émerge au tournant de l’époque augustéenne un autre discours visant à présenter de manière positive le prélèvement fiscal. L’impôt est assimilé à une contribution commune que doivent verser les habitants des provinces pour bénéficier de la paix et de la sécurité que Rome maintient à l’intérieur des frontières de son empire57. Dion Cassius58 va même jusqu’à parler d’utilité (ὡφέλεια) de l’impôt qui profite à tous les habitants de l’Empire. Comme l’a bien montré J. France, l’adaptation du vocabulaire fiscal avec le remplacement progressif du terme de stipendium par celui de tributum participerait de la même logique59.

  • 60 Nicolet, 1988, p. 136.
  • 61 Certaines mesures prises sous le règne de Néron témoignent de ce nouvel état d’esprit. Tacite rappo (...)

22Enfin, la troisième évolution caractéristique de cette réforme augustéenne est la volonté de rendre la fiscalité moins opaque, et ainsi de rompre avec certaines pratiques en vigueur jusqu’alors. Cl. Nicolet rappelait qu’à l’époque républicaine « des pans entiers de l’administration — en particulier financière — échappaient au contrôle (au moins direct) de l’État60 ». Aussi, au-delà de la volonté de donner au prélèvement fiscal des bases solides et de justifier l’impôt auprès des provinciaux, la réforme augustéenne se caractérise par le désir de connaître et de faire connaître61.

  • 62 CIL, XIII, 1668, l. 80.
  • 63 Cette diversité est telle qu’il est très difficile de brosser un tableau exhaustif des formes d’imp (...)

23La connaissance des ressources de l’État fut rendue possible par l’instauration du census dans les provinces. Cette finalité est explicitement mentionnée par l’empereur Claude dans le discours des Tables claudiennes (ut publice notae sint facultates nostrae)62. Si l’objectif était clairement affirmé, plusieurs difficultés entravaient sa réalisation : étendue des territoires concernés, variété des espaces, tant du point de vue de leurs particularités physiques que de leur organisation interne, diversité des formes d’imposition63. Or, on recense à l’époque augustéenne plusieurs initiatives destinées non pas à uniformiser le système fiscal à l’échelle de l’orbis romanus, mais à définir un cadre commun. Ce dernier reposait sur deux principes, le premier concernant la nature de l’impôt provincial, le second la manière dont il était défini et prélevé.

  • 64 Voir en particulier la synthèse de L. Neesen sur le sujet : Neesen, 1980 ; Brunt, 1981, p. 166-168 (...)
  • 65 Ces aspects ont fait l’objet d’une abondante bibliographie. Voir en particulier Goffart, 1974, p. 1 (...)

24Alors que les tributa étaient susceptibles de revêtir une grande variété de formes à travers l’Empire, on observe que la contribution pesant sur les provinces consistait essentiellement en un impôt sur le sol provincial, le tributum soli, et en un impôt sur la personne, le tributum capitis64. Le premier était versé par le propriétaire du bien-fonds en reconnaissance de la propriété éminente de Rome sur le sol provincial. Le second était payé par les pérégrins et sanctionnait la non-appartenance à la communauté des citoyens romains. Ces impôts étaient définis et levés à l’échelle des cités, qui étaient, du point de vue de l’État romain, les véritables sujets fiscaux. Ce deuxième principe semble avoir été appliqué de manière uniforme à l’échelle de l’empire et faisait de l’échelon civique un véritable intermédiaire entre le contribuable et l’administration financière65.

25Aussi, en favorisant la mise en place de ce cadre commun, les recensements augustéens ont permis l’émergence d’une fiscalité d’empire, et les recensements ultérieurs, en offrant l’opportunité de mettre à jour les données et de prendre en compte d’éventuelles modifications, la survie de ce système fiscal.

3. Le désir de connaître l’empire : la rédaction du breviarium totius imperii

26Au terme de cet excursus fiscal, est-il possible de poser en des termes nouveaux la question d’un census général de l’empire sous Auguste et d’y apporter une réponse susceptible d’emporter l’assentiment ? Considérant la finalité auxquelles répondaient ces opérations, il nous paraît envisageable de défendre l’idée d’un census organisé dans l’ensemble de l’empire, à condition toutefois de préciser certains points.

  • 66 Les procédures suivies en 84 av. J.‑C. préfigurent dans une certaine mesure celles en vigueur sous (...)
  • 67 Ce constat vaut plus généralement pour l’ensemble des recensements provinciaux sous le Haut-Empire. (...)

27En premier lieu, il faut souligner que le terme « recensement » recouvrait, dans ce contexte précis, comme dans d’autres d’ailleurs, des réalités très variées. Nous l’avons vu dans le cas des Gaules : il est manifeste que, du point de vue de la nature des opérations, le census de 27 av. J.‑C. était fondamentalement différent de celui organisé en 14 apr. J.‑C. Ce constat vaut également si l’on raisonne à l’échelle de l’empire en comparant la situation des diverses provinces : il est probable que lors de cet inventaire augustéen, le degré d’approfondissement des opérations de même que le degré d’implication des autorités romaines ont varié au gré des conditions locales et de l’ancienneté de l’infrastructure civique. Dans les provinces où cette dernière était bien ancrée et où les cités étaient rompues à la pratique du recensement, les opérations se sont probablement limitées à une simple collecte des registres produits à l’occasion d’évaluations menées dans le cadre civique, sans qu’il ait été nécessaire d’envoyer sur place des agents impériaux spécialement mandatés. Ce fut très certainement le cas dans la province d’Asie par exemple, où l’armature civique était ancienne et où de telles pratiques avaient déjà été expérimentées, en particulier en 84 av. J.‑C. lorsque Sylla avait divisé l’amende infligée aux cités de la province, elles-mêmes réparties en quarante-quatre districts, sur la base des capacités financières de chacune66. Aussi, le fait que dans certaines provinces, le recensement ait pu simplement consister à collecter des registres auprès des cités, puis à extraire de ces derniers les informations susceptibles d’être exploitées afin d’évaluer la capacité contributive de chaque cité, peut expliquer que certaines opérations aient laissé peu de traces dans les sources qui nous sont parvenues67.

  • 68 On peut mettre à part toutefois le census de Syrie et de Judée, qui bien que s’étant déroulé dans c (...)
  • 69 Ces aspects ont été amplement développés par Cl. Nicolet dans son ouvrage L’Inventaire du monde. L’ (...)

28En outre, s’il est tout à fait possible de regrouper l’ensemble des opérations sous le terme unique de census général68, il faut en revanche bien insister sur le fait que ces évaluations se sont déroulées sur une durée relativement longue, l’ensemble du règne d’Auguste. Leur objectif était certes de favoriser la mise en place d’une nouvelle fiscalité, mais aussi très concrètement de permettre la confection d’un document représentatif de ce nouveau système fiscal et surtout du nouvel état d’esprit promu par le Princeps, le fameux breviarium totius imperii69.

  • 70 Suétone, Auguste, 101, 4.
  • 71 Dion Cassius, LIII, 30.
  • 72 Voir supra.

29Ce document ne nous est malheureusement pas parvenu. Nous savons, notamment grâce au témoignage de Suétone70, qu’il faisait partie des trois volumina qu’Auguste avait légués à son successeur : le premier contenait les dispositions relatives à ses funérailles, le second un « index rerum a se gestarum » — les fameuses Res Gestae — et enfin le troisième un « breviarium totius imperii », un état de situation de tout l’empire. Il est probable que ce projet de dresser un bilan des ressources à la fois matérielles et humaines de l’empire ait germé relativement tôt dans l’esprit du Princeps. Dion Cassius rapporte ainsi qu’en 23 av. J.‑C., alors qu’il était gravement malade, Auguste avait pris le soin de remettre à son collègue consul Calpurnius Piso un « livret qui contenait les forces militaires et les ressources de l’État »71. Il est certain toutefois que le document de 23 av. J.‑C. ne présentait pas le même degré de précision que celui de 14 apr. J.‑C. dans la mesure où des provinces comme les Gaules ou l’Hispanie étaient alors en cours d’organisation72.

  • 73 Suétone, Auguste, 101, 4 ; Dion Cassius, LVI, 33.
  • 74 Tacite, Annales, I, 1, 4.
  • 75 Tacite, Annales, I, 1, 4 : Quae cuncta sua manu perscripserat Augustus (Auguste avait écrit tous ce (...)

30Trois auteurs ont décrit le contenu de ce document. Si Suétone et Dion Cassius73 se sont contentés d’une description assez sommaire, Tacite74 en revanche donne plus détails : « Il contenait les ressources publiques, le nombre des citoyens et des alliés sous les armes, celui des flottes, des royaumes, des provinces, le montant des tributs ou des revenus, les dépenses obligatoires et les libéralités ». Il est regrettable que Tacite n’explicite pas davantage la nature de ces informations ou encore la manière dont elles étaient organisées. Néanmoins, il est probable que les provinces étaient détaillées, peut-être suivant un ordre géographique ou alphabétique, et que les recette fiscales, voire la population globale de chacune, étaient indiquées. Ces données synthétiques avaient été produites à l’issue des diverses opérations de recensement conduites à travers l’empire. Cl. Nicolet a souligné la valeur de ce document, puisque les chiffres avaient été écrits en toutes lettres de la main d’Auguste lui-même75, ce qui lui conférait un caractère officiel.

  • 76 Nicolet, 1988, p. 10.

31Au terme de cet examen, il convient d’insister sur le rôle des recensements augustéens dans la promotion d’une vision unifiée du monde romain. Cette dernière s’incarnait dans un document, le breviarium totius imperii, qui, au-delà de la diversité des espaces composant l’empire, parvenait à peindre un tableau synthétique de l’ensemble des territoires sous domination romaine. Si Cl. Nicolet76 a, à juste titre, mis en exergue le côté symbolique de l’entreprise, il s’agissait de « donner une représentation unitaire de l’espace soumis au nouveau pouvoir », nous soulignerons le côté pratique de ce document qui offrait à l’administration romaine un état des lieux actualisé et actualisable des provinces et qui s’imposait donc comme un document fondamental pour le gouvernement de l’empire.

Haut de page

Bibliographie

Abel, F.-M., 1952, Histoire de la Palestine depuis la conquête d’Alexandre jusqu’à l’invasion arabe, Paris.

Alföldy, G., 1996, Spain, dans A. K. Bowman, E. Champlin et A. Lintott (éd.), The Cambridge Ancient History, X. The Augustan Empire, 43 B.C.- A.D. 69, 2e éd., Cambridge, p. 449-463.

Barthèlemy, D. et Dubois, S., 2007, Métrologie antique : une tige métallique graduée découverte à Mâcon (Saône-et-Loire), RAE, 56, p. 371-379.

Braunert, H., 1957, Der römische Provinzialzensus und der Schätzungsbericht des Lukas- Evangeliums, Historia, 6, p. 193-214.

Braunert, H., 1968, Cives romani und kat’oikian apographai, dans E. Boswinckel, B. A. Von Groningen, et P. W. Pestman (éd.), Antidoron Martino David oblatum, Miscellanea Papyrologica, Leyde, p. 11-21.

Brunt, P. A., 1981, The Revenues of Rome, JRS, 71, p. 161-172.

Brunt, P. A., 1990, Roman Imperial Themes, Oxford.

Burton, G. H., 2000, The Resolution of Territorial Disputes in the Provinces of the Roman Empire, Chiron, 30, p. 195-215.

Christol, M., 1994, Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise, dans Cl. Nicolet (dir.), La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome ancienne, Paris, p. 45-63.

Christol, M., 2009, Le census dans les provinces, ses responsables et leurs activités, dans Fr. Chausson (dir.), Occidents romains : sénateurs, chevaliers, militaires, notables dans les provinces d’Occident (Espagnes, Gaules, Germanies, Bretagne), Paris, p. 247-276.

Corbishley, T., 1936, Quirinus and the Census: a Re-study of the Evidence, Klio, 29,
p. 81-93.

Corbier, M. 1988, L’impôt dans l’empire romain : résistances et refus (ie siècle - iiie siècle), dans T. Yuge et M. Doi (éd.), Forms of Control and Subordination in Antiquity, Tokyo - Leyde - New York - Copenhague, p. 259-274.

Corbier, M., 1991, Cité, territoire et fiscalité, Epigrafia. Actes du colloque international d’épigraphie latine en l’honneur de Attilio Degrassi pour le centenaire de sa naissance : Rome, 27-28 mai 1988, p. 629-665.

Cumont, F., 1901, Un serment de fidélité à l’empereur Auguste, REG, 14, p. 26-45.

Demougin, S., 1992, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens (43 av. J.‑C. - 70 apr. J.‑C.), Rome.

Demougin, S., 2001, Le bureau palatin a censibus, MEFRA, 113, 2, p. 621-631.

Devijver, H., 1976-2001, Prosopographia militiarum equestrum quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, Louvain.

Von Domaszewski, A., 1908, Die Rangordnung des römischen Heeres, Bonn.

Firpo, G., 1985, CIL, XI, 6011 e la grande rivolta dalmatico-pannonica del 6-9 D.C., Epigraphica, 47, p. 21-33.

France, J., 2001, Remarques sur les tributa dans les provinces nord-occidentales du Haut-Empire romain (Bretagne, Gaules, Germanies), Latomus, 60, 1, p. 359-379.

France, J., 2003, Les rapports fiscaux entre les cités et le pouvoir impérial dans l’Empire romain : le rôle des assemblées provinciales (à propos d’une dédicace de Tarragone CIL, II, 4248), CCG, 14, p. 209-225.

France, J., 2005, La mise en place de l’impôt provincial sous le règne d’Auguste en Aquitaine et dans le nord de l’Hispanie : un bilan, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux, 4e Colloque Aquitania, Saintes, septembre 2003, Bordeaux, p. 141-187.

France, J., 2006, Tributum et stipendium. La politique fiscale de l’empereur romain, RD, p. 1-17.

France, J., 2007, Les catégories du vocabulaire de la fiscalité dans le monde romain, dans J. Andreau et V. Chankowski (éd.), Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, p. 333-365.

Goffart, W., 1974, Caput and Colonate. Towards a History of Late Roman Taxation, Toronto.

Hin, S., 2008, Counting Romans, dans L. De Ligt, et S. J. Northwood (éd.), People, Land and Politics. Demographic Developments and the Transformation of Roman Italy, 300 BC – AD 14, Leyde - Boston, p. 187-238.

Le Teuff, B., 2010, Les recensements dans les provinces de la République romaine, aux origines de la réforme augustéenne, dans N. Barrandon et Fr. Kirbihler (dir.), Administrer les provinces de la République romaine, Rennes, p. 193-212.

Le Teuff, B., 2012, Census. Les recensements dans les provinces de l’empire romain d’Auguste à Dioclétien. Thèse de l’université Bordeaux 3, sous la direction de J.‑L. Ferrary et de J. France. Mémoire inédit.

Le Roux, P., 1994, Cités et territoires en Hispanie, l’épigraphie des limites, MCV, 30, 1,
p. 37-51.

Lo Cascio, E., 1986, La struttura fiscale del Impero romano, dans M. Crawford (éd.), L’impero romano e le strutture economiche e sociali delle province, Côme, p. 29-56.

Lo Cascio, E., 2000, Il princeps e il suo impero. Studi di storia amministrativa e finanziara romana, Bari.

Mommsen, Th., 1889-1896, Le droit public romain. Manuel des Antiquités romaines, tomes 1-7, Paris.

Neesen, L., 1980, Untersuchungen zu den direkten Staatsabgaben der römischen Kaiserzeit: 27 v. Chr. - 284 n. Chr., Bonn.

Nicolet, Cl., 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Pflaum, H.-G., 1960-1961, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain,

Paris.

Pflaum, H.-G., 1978, Les Fastes de la province de Narbonnaise, Paris.

Pflaum, H.-G., 1982, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain. Supplément, Paris.

Piganiol, A., 1962, Les documents cadastraux de la colonie d’Orange, Paris.

Rossignol, B., 2009, Cens, mines et patrimoine, intégrité, zèle et expérience : Domitius Marsianus et ses missions en Gaule durant le règne de Marc Aurèle, dans Fr. Chausson (dir.), Occidents romains : sénateurs, chevaliers, militaires, notables dans les provinces d’Occident (Espagnes, Gaules, Germanies, Bretagne), Paris, p. 277-300.

Stauffer, E., 1961, Die Dauer des Census Augusti. Neue Beiträge zum lukanischen Schatzungsbericht, Studien zum neuen Testament und Patristik, 77, p. 9-34.

Haut de page

Notes

1 Res Gestae Divi Augusti, 8. Dion Cassius mentionne par ailleurs des opérations en 4 apr. J.‑C., mais ce census n’aurait concerné que les cives résidant en Italie et ayant un patrimoine supérieur à 50 000 deniers (Dion Cassius, LV, 13, 4). La bibliographie consacrée à ces recensements augustéens est abondante. En dernier lieu, voir Hin, 2008, qui recense les principales références bibliographiques sur le sujet.

2 Non seulement plusieurs census populi furent organisés, mais il est possible également que les procédures aient été modifiées. Lors du census de 28 av. J.‑C., Auguste dit avoir dénombré 4 063 000 citoyens romains, alors qu’au cours du dernier census républicain, en 69 av. J.‑C., 900 000 cives romani avaient été comptabilisés (Nicolet, 1988, p. 144 sqq). Comment expliquer ce quadruplement de la population civique romaine en 42 ans ? Plusieurs raisons ont été avancées : changement de critères entre l’époque républicaine et le règne d’Auguste, sous-enregistrement chronique des citoyens sous la République… Sur ces aspects, voir en dernier lieu Hin, 2008.

3 Luc, II, 1-3. Ce passage est cité et commenté ci-dessous.

4 Census de 27 av. J.‑C. : Tite‑Live, Periochae, 134 ; Dion Cassius, LIII, 22, 5 ; LIV, 25, 1. Census de 12 av. J.‑C. : Tite‑Live, Periochae, 138-139 ; CIL, XIII, 1668 (ILS, 212). Census de 14 apr. J.-C. : Tacite, Annales, I, 31, 3 ; II, 6 ; CIL, XI, 6011 (ILS, 2691).

5 La plupart des agents impériaux du recensement dans l’empire, qu’ils soient intervenus en qualité de légats ou de procurateurs d’Auguste, portent le titre de ad census accipiendos. Sur ces aspects, voir Le Teuff, 2012, p. 281 sqq.

6 Sur les révoltes qui ont accompagné les premiers recensements dans les provinces conquises, voir infra, n. 59.

7 CIL, XIII, 1668, l. 75-77.

8 Christol, 1994.

9 Dion Cassius, LIII, 22, 5 ; LIV, 25, 1.

10 Des premiers aménagements avaient été réalisés dès l’époque de César : la cité des Atrébates fut exemptée d’impôts et se vit attribuer les Morins (César, Guerre des Gaules, VII, 76) ; la cité des Boïens fut attribuée aux Éduens (César, Guerre des Gaules, I, 28, 5).

11 Hygin 86.10-11 Th= 123.9-10 La: Item dicitur in Germania in Tungris pes Drusianus qui habet monetalem pedem et sescunciam. (On parle aussi en Germanie, chez les Tongres, du pied de Drusus qui contient un pied monétal et une once et demi.) Trad. Guillaumin, CUF, 2010. Sur la localisation problématique de la cité des Tongres, en Gaule Belgique ou en Germanie inférieure, voir en dernier lieu Rossignol, 2009, p. 281.

12 Sur la tige métallique de Mâcon : Barthèlemy, Dubois, 2007.

13 CIL, XIII, 1668, l. 77-78.

14 César, Guerre des Gaules, I, 29.

15 La différence entre les opérations de 27 et celles de 12 av. J.-C. avait déjà été soulignée par certains auteurs : Firpo, 1985, p. 29 ; Braunert, 1957, p. 198-199.

16 Tacite, Annales, I, 31, 3 ; II, 6.

17 CIL, XI, 6011 (ILS, 2691).

18 Von Domaszewski, 1908, p. 251 ; Pflaum, 1960-1961, p. 17-18 (n° 4) ; Pflaum, 1978, p. 189 ; Pflaum, 1982, p. 120.

19 Sur la coïncidence d’opérations de census et de dilectus : Le Teuff, 2012, p. 182 sqq.

20 Dion Cassius, LIII, 22, 5.

21 Sur l’organisation provinciale de la péninsule Ibérique sous le règne d’Auguste : Alföldy, 1996, p. 449-455.

22 Cette datation fine est possible grâce à la titulature d’Auguste. P. Le Roux, qui a recensé et étudié en détail ces inscriptions, note que 5-6 apr. J.‑C. « a été une année décisive pour la mise en place des limites de cités ». D’autres opérations d’envergure sont attestées sous le règne de Claude puis sous les Flaviens. Le Roux, 1994, p. 40.

23 Les sources antiques montrent en effet que de tels conflits ne manquaient pas d’éclater entre communautés voisines, en particulier à l’occasion de la levée de l’impôt. Voir en particulier Burton, 2000 ; Le Teuff, 2012, p. 120-134.

24 Le Roux, 1994, p. 44-45, n. 31.

25 CIL, X, 680 (Devijver, 1976-2001, n° 204, p. 282).

26 Proculus n’est pas un cas isolé : nous connaissons plusieurs chevaliers en cours ou en fin de service militaire qui ont participé à de telles opérations. La plupart d’entre eux ont servi au début de l’Empire. Sur les officiers censiteurs : Le Teuff, 2012, p. 401-402.

27 Ce cursus a été daté par la plupart des auteurs qui s’y sont intéressés de l’époque augustéenne : Devijver, 1976-2001, n° 204, p. 282 ; Demougin, 1992, p. 142. P. Le Roux a eu la bienveillance de nous faire remarquer qu’une datation plus tardive, époque néronienne voire flavienne, était envisageable.

28 E. Stauffer a dressé en 1961 un rapide inventaire des grands noms qui se sont penchés sur la question : Erasme, Calvin, Kepler, Grotius, Newton, Savigny, Strauss, Rodbertus, Mommsen, Max Weber… La longueur de la liste et la renommée de ces auteurs laisse deviner la complexité de la question. Stauffer, 1961, p. 9.

29 Luc, II, 1-3.

30 Luc, I, 5. Ce passage de Luc est corroboré par un extrait de l’Évangile de Matthieu, qui place également la naissance du Christ sous le règne d’Hérode : Matthieu, II, 1.

31 La date du census est précisée par Flavius Josèphe, qui place le recensement « au cours de la trente-septième année qui suivit la défaite d’Antoine devant César à Actium » (Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVIII, 2, 26). L’ère d’Actium ayant débuté le 2 septembre 31 av. J.‑C., le recensement remonte à l’année 6 apr. J.‑C.

32 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 117-118 ; VII, 8, 253-254.

33 Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVII, 13, 355 ; XVIII, 1, 1-4 ; XVIII, 2, 26.

34 CIL, III, 6687 (ILS, 2683).

35 Corbishley, 1936 ; Abel, 1952, p. 414-416.

36 Voir en particulier Braunert, 1968. H. Braunert a argumenté en faveur de l’existence d’un seul recensement, celui de 6 apr. J.‑C. Il considère que c’est en faisant coïncider la naissance de Jésus, la révolte des Juifs zélotes et le recensement romain que l’évangéliste se trompe. Cette confusion peut être attribuée à la tradition chrétienne qui a voulu ancrer la naissance de son messie dans l’histoire romaine et la faire coïncider avec un évènement marquant, extérieur aux sources chrétiennes.

37 Flavius Josèphe, Antiquités Juives, XVII, 13, 355.

38 Sur le principe de répartition, voir infra.

39 Selon G. Firpo, des opérations de recensement ont été organisées dans la région en 6-9 apr. J.‑C. et sont à l’origine de la grande révolte dalmate et pannonienne qui a eu lieu à cette époque. Firpo, 1985. Même si son argumentation a depuis été mise à mal, la tenue d’opérations d’évaluation et d’enregistrement dans cette région nouvellement intégrée à l’empire, reste probable.

40 Cumont, 1901.

41 Sur la présence d’une infrastructure civique directement exploitable pour les besoins du recensement, en Sicile et en Asie notamment : Le Teuff, 2010.

42 Mommsen, 1889-1896, 4, p. 97-101; Neesen, 1980, p. 39 sq.; Brunt, 1981, p. 163-164 (= Brunt, 1990, p. 329).

43 Nicolet, 1988, p. 153 sqq.

44 Pour l’Asie : Appien, Guerres civiles, V, 4, 19 ; Dion Cassius, XLVII, 6. Pour la Sicile : Pline, Histoire Naturelle, III, 8, 91. Ces passages ont donné lieu à une abondante bibliographie. Les principales références sont résumées dans Le Teuff, 2010, p. 195, n.1.

45 Mommsen, 1889-1896, 5, p. 402-404 : « Le système d’imposition impérial diffère en principe de celui que la République récente a transmis à l’administration sénatoriale. Quand le gouvernement républicain percevait d’une cité sujette isolée une somme d’argent annuelle une fois fixée, le stipendium […], il laissait le recouvrement de cette somme à la cité qui la lui devait […]. L’administration impériale au contraire levait partout elle-même le tributum, c’est-à-dire une quote-part de la fortune de chaque contribuable, s’élevant ou s’abaissant avec le niveau de cette fortune. Le caractère direct de l’impôt impérial se révèle partout et notamment dans le fait que la détermination du montant de la fortune était faite par le gouvernement impérial ».

46 Hygin le Gromatique mentionne ainsi la perception de quintae et de septimae dans certaines provinces (Hygin le Gromatique 168.9-169.2 = 205.9-206.1 La). En outre, la déclaration de recensement de Babatha (P. Yadin. 16, 127 apr. J.‑C.) atteste que, dans la province d’Arabie, l’impôt sur la terre pouvait prendre la forme de quotas. Pour le deuxième verger qu’elle déclare, Babatha doit ainsi verser 50 % de la production annuelle de dattes.

47 Nous employons des guillemets car la distinction entre impôts directs et impôts indirects n’existait pas pour les Anciens : France, 2001, p. 359 sq. ; France, 2007.

48 Sur la nature de la fiscalité pesant sur les provinces sous le Haut-Empire, se référer aux travaux de J. France : France, 2001 ; France, 2003.

49 Sur ces aspects, voir en particulier l’article que S. Demougin a consacré au bureau a censibus (Demougin, 2001). L’auteur plaide en faveur de l’idée que toutes les données, aussi bien celles des citoyens romains que celles des pérégrins, étaient centralisées à Rome. Nous pensons en revanche que seules les premières intéressaient directement l’État romain. Pour les non citoyens, l’administration impériale devait se contenter de données globales (Le Teuff, 2012, p. 365-378).

50 Cette prise de conscience est visible dans la correspondance de Cicéron : Cicéron, Lettre à Quintus, I, 1, 32.

51 Cette théorie, formulée par le juriste Gaius, postule que les terres provinciales appartiennent soit à l’Empereur soit au peuple romain. Les provinciaux n’en ont que l’usufruit (possessio). Gaius, Institutes, II, 7. Sur ces aspects, voir la synthèse réalisée par J. France : France, 2005.

52 Sur le lien entre territoire civique et ressources de la communauté : Corbier, 1991, p. 644.

53 Piganiol, 1962.

54 Christol 2009, p. 254-255.

55 Cicéron, Verrines, III, 12.

56 Comme en témoigne le discours adressé par Marc Antoine aux habitants de la province d’Asie : en prélevant une dîme sur les récoltes, les Romains ne font que reproduire une pratique en vigueur sous les Attalides. Appien, Guerres civiles, V, 4.

57 Cicéron, Lettre à Quintus, I, 1, 34 ; Tacite, Histoires, 4, 74.

58 Dion Cassius, LII, 28. Le terme est employé dans le fameux dialogue entre Mecène et Agrippa. Bien que l’historicité de ce dialogue ait été remise en question, les similitudes existant entre l’argumentaire développé par Dion et ceux de Cicéron ou de Tacite, suggèrent qu’il est révélateur des débats en vigueur à l’époque augustéenne.

59 France, 2006 ; France, 2007, p. 349-352. Il est difficile de savoir comment cette initiative a été perçue par les populations provinciales. La persistance de révoltes fiscales au cours de la première moitié du ie siècle apr. J.‑C., notamment au moment du census, suggère que les résistances des provinciaux au système fiscal imposé par Rome étaient bien réelles. Sur ces révoltes fiscales, voir en dernier lieu Corbier, 1988 et France, 2005, p. 83. Sur les révoltes fiscales ayant éclaté au moment du census, notamment en Judée, dans les Gaules, et en Cappadoce, voir Le Teuff, 2012, p. 438-446. Mais la disparition progressive de ces révoltes au cours du ie siècle apr. J.‑C. incite à s’interroger sur l’évolution de l’attitude des provinciaux vis-à-vis de l’imposition et des procédures de recensement imposées par Rome : faut-il l’interpréter comme une simple résignation ou est-il possible de parler d’une progressive acceptation du système, dans le cadre d’intérêts bien compris ? Cette question prend place dans le cadre plus général d’une réflexion sur le consentement à l’impôt dans l’empire romain, dont les premiers jalons ont été posés par J. France : France, 2005, p. 84 sqq.

60 Nicolet, 1988, p. 136.

61 Certaines mesures prises sous le règne de Néron témoignent de ce nouvel état d’esprit. Tacite rapporte ainsi que Néron ordonna « que les lois qui réglaient chaque impôt, tenues secrètes jusqu’alors, fûssent affichées ». Tacite, Annales, XIII, 51.

62 CIL, XIII, 1668, l. 80.

63 Cette diversité est telle qu’il est très difficile de brosser un tableau exhaustif des formes d’imposition attestées à travers l’empire. Neesen, 1980 ; Le Teuff, 2012, p. 83-87.

64 Voir en particulier la synthèse de L. Neesen sur le sujet : Neesen, 1980 ; Brunt, 1981, p. 166-168 ( = Brunt, 1990, p. 336-339). Contra Goffart, 1974, p. 6-21 qui critique l’emploi du diptyque tributum soli/tributum capitis. Selon l’auteur, le terme tributa est toujours employé au pluriel dans les sources antiques car il désigne les contributions en général que l’État romain exigeait des cités sujettes. Ces dernières étaient libres de recourir aux formes d’imposition qu’elles souhaitaient pour honorer leurs obligations fiscales.

65 Ces aspects ont fait l’objet d’une abondante bibliographie. Voir en particulier Goffart, 1974, p. 15 ; Lo Cascio, 1986, p. 40 sqq. ( = Lo Cascio, 2000, p. 187 sqq.) ; France, 2001, 37 ; Le Teuff, 2012, p. 111-120 et p. 173-182.

66 Les procédures suivies en 84 av. J.‑C. préfigurent dans une certaine mesure celles en vigueur sous le Haut-Empire. Le Teuff, 2010, p. 206-210.

67 Ce constat vaut plus généralement pour l’ensemble des recensements provinciaux sous le Haut-Empire. Le Teuff, 2012, p. 281-296.

68 On peut mettre à part toutefois le census de Syrie et de Judée, qui bien que s’étant déroulé dans ce contexte global d’inventaire des ressources de l’empire, était lié à un événement bien particulier : l’intégration, certes temporaire, de la Judée à l’empire. Voir supra.

69 Ces aspects ont été amplement développés par Cl. Nicolet dans son ouvrage L’Inventaire du monde. L’auteur souligne également l’importance de l’œuvre géographique sous le règne d’Auguste : Nicolet, 1988, p. 103‑129 et p. 181-199.

70 Suétone, Auguste, 101, 4.

71 Dion Cassius, LIII, 30.

72 Voir supra.

73 Suétone, Auguste, 101, 4 ; Dion Cassius, LVI, 33.

74 Tacite, Annales, I, 1, 4.

75 Tacite, Annales, I, 1, 4 : Quae cuncta sua manu perscripserat Augustus (Auguste avait écrit tous ces détails de sa main). Nicolet, 1988, p. 194.

76 Nicolet, 1988, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Le Teuff, « Les recensements augustéens, aux origines de l’Empire », Pallas, 96 | 2014, 75-90.

Référence électronique

Béatrice Le Teuff, « Les recensements augustéens, aux origines de l’Empire », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/1179 ; DOI : 10.4000/pallas.1179

Haut de page

Auteur

Béatrice Le Teuff

Membre associée UMR 5607 - Ausonius
beatrice.leteuff@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org