Navigation – Plan du site

Les rois de l’empire, entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C.

Kings of the Empire, 70 B.C.-73 A.D.
Michèle Coltelloni-Trannoy
p. 91-109

Résumés

On entend aujourd’hui par « monde romain » un vaste ensemble de territoires avec lesquels Rome entretenait des relations plus ou moins étroites au sein du monde connu, l’oikoumène (spatium orbis). On y reconnaît deux espaces principaux. D’une part, l’empire romain au sens strict du terme constitué de l’Italie et des provinces ; d’autre part, les peuples voisins, situés autour de la Méditerranée et dans ses périphéries immédiates. La domination des Romains y prenait la forme de liens diplomatiques, clientélaires et économiques qui ont évolué au cours de la période considérée jusqu’à l’intégration de ces peuples au sein de nouvelles provinces. L’élaboration d’un empire universel, qui a vu progressivement coïncider empire romain et monde romain, est le résultat d’un processus idéologique, politique et scientifique, en relation étroite avec les grandes mutations que connut Rome, à la fin de la République et au début du Principat.

Haut de page

Texte intégral

1Le nouveau programme des concours en histoire romaine incite à étudier comment l’expansion de Rome, entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C., est passée par la création de provinces et par les relations nouées avec les royaumes alliés. Au terme de la période, monde romain et empire romain ont fini par recouvrir presque le même espace, à obéir au même destin. Trois facteurs associés ont donné corps à cette réalité politique : la connaissance géographique de l’Empire, la représentation du monde et la possession de cet espace. Précisons dès l’abord que la distinction entre « monde romain » et « empire romain » est moderne : les Romains désignaient l’espace contrôlé par Rome - qu’elles qu’en fussent les modalités - sous un terme unique, imperium. Que cet imperium ait progressivement coïncidé, de manière approximative, avec l’orbis terrarum (l’oikoumène des Grecs) est l’un des aspects les plus remarquables du processus politique et idéologique à l’œuvre à cette époque. Les transformations politiques profondes qui ont affecté Rome et que l’on désigne à juste titre sous l’expression de « révolution romaine » prenaient donc appui sur une réalité intellectuelle et idéologique indéniable : la structure ordonnée du monde habité, l’oikoumène, fondait et légitimait la représentation du pouvoir romain. Ce dernier, par l’entremise de grandes figures universalisantes, Pompée, César, Auguste et les empereurs à leur suite, prétendait unifier le monde sous son contrôle : l’Empire avait vocation à reproduire au plan politique l’ordre et la stabilité du cosmos auquel l’oikoumène s’identifiait.

2L’imperium romanum embrassait des territoires qui relevaient de statuts différents (Italie, provinces, royaumes alliés) sans que ces distinctions administratives et politiques aient posé difficulté. Ces diverses modalités de contrôle ont sans doute même facilité la maîtrise de cet immense ensemble : la diplomatie a joué un rôle considérable dans la construction de l’empire, un rôle d’autant plus essentiel que l’environnement international se caractérisait par une multitude d’interlocuteurs. Par ailleurs, l’empire n’a jamais été immobile : en témoignent la transformation progressive de la plupart des royaumes alliés en provinces au cours de la période et plus encore sans doute les oscillations de la politique impériale à leur sujet. Au cours de cette période de transformation du monde, ceux que l’on peut appeler à juste titre « les rois de l’empire » ont été les partenaires privilégiés de Rome. Nous voulons ici établir le bilan de la place que ces royaumes ont occupée dans l’Empire et du poids que Rome a eu sur leur destinée.

  • 1 Parmi les quatre œuvres dont il est l’auteur, deux nous intéressent directement ici : son récit de (...)
  • 2 Alpes Cottiennes : Prieur, 1968 ; Égypte : Legras, 2004 ; Judée : au sein d’une bibliographie foiso (...)
  • 3 Arménie : Chaumont, 1976 ; Pont : Olshausen, 1980 ; Sullivan, 1980 ; Thrace : Danov, 1979 ; Fernoux (...)
  • 4 Bowersock, 1965; Sands, 1975; Braund, 1984; Lintott, 1993, p. 32 suiv.
  • 5 Sartre, 1991.
  • 6 Nicolet, 1988.

3Les sources littéraires qui informent sur les royaumes sont nombreuses, mais dispersées : pas plus que les provinces, ils n’ont suscité d’histoire propre alors même que les relations diplomatiques avec Rome, mais aussi clientélaires ou familiales entre les rois et les Romains puissants émaillaient les enquêtes historiques et les biographies. Le royaume de Judée fait exception à cette règle, grâce à l’œuvre de l’historien juif de langue grecque, Flavius Josèphe1. Les recherches actuelles s’appuient bien entendu aussi sur les documents épigraphiques, numismatiques et archéologiques dont la richesse vient compléter, sans les combler entièrement, les lacunes des sources littéraires. Certains royaumes bénéficient de monographies2 ou d’articles de synthèse3 auxquels il faut ajouter des études générales4, outre l’ouvrage de Maurice Sartre, L’Orient romain, qui examine les destins associés ou successifs des royaumes et des provinces du monde oriental5. Enfin, il est nécessaire de se reporter à l’ouvrage de Claude Nicolet, L’inventaire du monde6, qui à l’heure actuelle est encore la meilleure introduction à la géographie politique de l’Empire.

1. Les royaumes dans la géographie de l’Empire

  • 7 Aujac, 2001.
  • 8 Laffranque, 1964.
  • 9 Strabon, Géographie, II, 5, 12 ; une édition de la Géographie est actuellement en cours aux Belles (...)
  • 10 Strabon, I, 1, 16 : Δῆλον οὖν ὅτι ἡ γεωγραφικὴ πᾶσα ἐπὶ τὰς πράξεις ἀνάγεται τὰς ἡγεμονικάς.
  • 11 Voir infra, n. 28-29.
  • 12 Mela, éd. Silbermann, 1988.
  • 13 Pline, V, éd. Desanges, 1981 ; Pline, I-VI, éd. Barchiesi et al., 1982.

4La géographie de l’Empire s’est constituée à partir d’un savoir partagé depuis la conquête d’Alexandre, par les milieux intellectuels du monde grec et du monde romain, et dont Ératosthène est la figure la plus marquante7. Etant donné que les géographes et les historiens qui contribuaient à la réflexion sur le monde, sa structure, ses limites, appartenaient aux milieux du pouvoir ou du moins étaient en relation avec eux, il est naturel que géographie et pouvoir aient été en connexion étroite, et ce n’est pas un fait limité à l’Antiquité. Sans revenir sur la carrière, sans doute mieux connue, des historiens, rappelons ici que Posidonios d’Apamée (ca 135-51 av. J.-C.), mathématicien et géographe, mais aussi historien8, fut en 87 pour le compte de Rhodes, ambassadeur à Rome, où il fut reçu par Marius ; il entretint par la suite des liens d’amitié suivis avec Pompée et Cicéron. Le géographe Strabon, qui écrivit aussi une histoire de Rome (non conservée), accompagna le préfet d’Égypte, Aelius Gallus, dans un voyage le long du Nil jusqu’en Éthiopie9 ; il conçoit d’ailleurs la géographie comme un instrument nécessaire à la politique10. Agrippa commanda, pour le compte d’Auguste, dont il était le gendre et le successeur pressenti, une vaste exploration dans l’ensemble du monde romain : l’un des résultats les plus spectaculaires fut la carte de l’Empire installée sous le portique qu’il avait fait édifier au Champ de Mars11. Pomponius Mela fut l’auteur du premier traité latin (en trois livres) de géographie descriptive, peut-être à la demande de l’empereur Claude12. Pline l’ancien, membre de l’ordre équestre, occupa diverses fonctions procuratoriennes à l’époque flavienne et offrit son encyclopédie à Trajan13.

  • 14 Il n’existe pas, à notre connaissance, de synthèse sur la question : il faut se reporter aux excell (...)
  • 15 Le roi de Maurétanie Juba II effectue une exploration jusqu’aux Îles Fortunées (Canaries) (Pline, V (...)
  • 16 Aujac, 2001, p. 83.
  • 17 La circonférence de la terre, le calcul des méridiens (qu’Ératosthène est le premier à avoir estimé (...)
  • 18 Aujac, 1966, p. 50-60 ; p. 211 suiv.
  • 19 Nicolet, 1988, p. 40-68 ; Aujac, 2012, p. 29 et p. 71.

5Le monde habité s’inscrivait dans la forme du monde imaginée depuis le ive s. et à laquelle l’autorité d’Ératosthène avait donné la force d’un dogme14. Nous retiendrons ici trois grands principes qui sont utiles à la question étudiée. Premier principe : sur la terre, qui est une sphère située au centre de la sphère céleste, l’oikoumène (orbis terrarum, le monde habité) est une île bornée par l’Océan et entourée par des espaces plus ou moins connus, mais éventuellement maitrisables à leur tour. Cette île a elle-même pour centre la mer Méditerranée, qui est la zone tempérée et habitable par excellence, d’ailleurs en relation avec l’Océan. L’oikoumène est donc tout entier situé au nord de l’équateur, dans l’un des quarts du globe terrestre. On l’organisait autour de deux lignes majeures : d’une part le méridien de Rhodes (ou d’Alexandrie), mais celui des îles Fortunées (les Canaries) commence à s’imposer à partir d’Auguste comme limite occidentale du monde habité15 ; d’autre part, le parallèle qui passait par les Colonnes d’Hercule, Athènes, Rhodes, le Taurus et l’Inde. Deuxième principe : la forme et la structure de l’oikoumène sont géométriques, donc rationnelles. La carte d’Ératosthène l’intégrait dans un espace à peu près rectangulaire, en forme de chlamyde (orienté est-ouest), structuré en compartiments eux-mêmes plus ou moins géométriques, les sphragides, qui composaient une sorte de grand puzzle dont les morceaux s’encastraient approximativement les uns dans les autres16. Cette conception géométrique du monde reposait en partie sur des calculs très complexes dont certains résultats sont étonnamment exacts17 si l’on considère les outils sommaires dont disposaient les Grecs. Strabon, pourtant tributaire en bien des domaines de la pensée ératosthénienne, a rejeté cette conception scientifique du monde pour adopter l’ancienne division par régions naturelles : son œuvre est ainsi une chorographie bien plus qu’une géographie18. Troisième principe : la conception de l’oikoumène est aussi liée à la pensée stoïcienne qui fait du monde un ensemble harmonieux (sa forme le prouve), où le ciel et la terre forment un tout solidaire et clos. Il doit sa stabilité au logos, la Raison, et aux dieux, mais aussi, selon Posidonios et plus encore Strabon, à Rome, qui est appelée à y exercer sa domination et à favoriser son harmonie19.

  • 20 Les expéditions organisées sous Auguste et sous ses successeurs enrichissent considérablement les c (...)

6Le fait que les connaissances, d’Alexandre aux Julio-claudiens, aient considérablement élargi l’espace périphérique de la Méditerranée n’a pas modifié la représentation de l’oikoumène, ni entravé son identification à l’Empire : cette image est archaïque, mais puissante, elle concurrence celle qu’esquissent les voyageurs, les commerçants, les géographes eux-mêmes qui savent que le monde connu et habité dépasse largement la zone « habitable » tempérée, lovée autour de la Méditerranée. La contradiction entre les deux réalités est supportable, en tout cas elle est aisément occultée : parce que le monde fini de l’oikoumène impérial accepte des variantes, des modifications ; parce que les géographes eux-mêmes sont en désaccord sur de nombreux points relatifs aux dimensions du monde et à l’existence d’autres oikoumènes20.

  • 21 L’idée de la domination universelle de Rome se trouve déjà chez Polybe, I, 1, 5, puis dans la Rhéto (...)
  • 22 Posidonios avait écrit une biographie de Pompée et un traité Péri Okéanou : Villani, 2009, p. 285.
  • 23 Nicolet, 1988, p. 45-55 ; Sauron, 1994, ch. IV.
  • 24 Cicéron, Provinces consulaires, 31 : uirtute Cn. Pompei… unum aliquem portum tutum et clausum.

7La géographie œcuménique de l’Empire se constitue au cours du iie s. : Rome avait commencé à étendre son influence diplomatique sur l’Orient méditerranéen à partir du milieu du iiie s. et, depuis le iie s., son contrôle militaire et administratif s’était accentué sur de nombreuses régions ; dès cette époque, les Romains ont le sentiment que leur imperium s’étendait sur le monde entier21 : la conception d’un monde romain qui ne se limite pas à l’Italie et aux provinces suit la progression des grands événements politiques qui secouent le bassin méditerranéen et dont l’épicentre se trouve à Rome. L’œuvre de Posidonios se comprend sans doute en relation avec ces bouleversements et, plus précisément, avec la politique de Pompée : chez le géographe, la Méditerranée n’est pas encore, comme chez Strabon, le centre de l’Empire, mais elle le devient et l’Océan, qui est un thème essentiel dans ses écrits22, est en passe de devenir la limite du monde habité. Cet ajustement monde habité/empire se consolide au moment même où Pompée borde la Méditerranée orientale de terres romaines (provinces et royaumes alliés), éradique la piraterie et affirme sa maîtrise totale sur le monde. Il est le principe unificateur d’un empire-monde en gestation : c’est le sens de son triomphe en 61, célébré terra marique ; c’est le sens de la statue qu’il érige dans la curie de son théâtre, portant dans sa main le globe du cosmos et faisant face à celle de Vénus Victrix, installée en haut de la cauea23. C’est enfin ce que Cicéron souligne en 56 dans son discours au Sénat sur les Provinces consulaires : grâce à la valeur de Pompée, la Méditerranée est devenue « un port sûr et bien clos »24. Grâce à lui, le monde d’en bas et le monde d’en haut assurent conjointement l’unité et la stabilité du monde habité.

  • 25 Aen., I, 278-279: Hic ego nec metas rerum nec tempora pono, Imperium sine fine dedi.
  • 26 Tite Live, I, 55, 6 : caput rerum ; Ovide, Fastes, II, 688 suiv. : Gentibus est aliis tellus data l (...)
  • 27 Nicolet, 1988 ; Moatti, 1997 étudie cette révolution intellectuelle que fut l’ouverture au monde de (...)
  • 28 Pline, HN, III, 17 ; Dion Cassius, LV, 8, 3-4 ; Roddaz, 1983, p. 293 et p. 573-577 ; Nicolet, 1988, (...)
  • 29 Roddaz, 1983, p. 573-591.

8C’est avec le début du Principat que s’affirme de manière plus explicite encore le destin œcuménique de Rome, autorisé par la paix et la stabilité enfin retrouvées. Les peuples situés autour de la Méditerranée ou dans ses périphéries immédiates font clairement partie désormais de ce monde infini et éternel que Jupiter donne à Rome dans le poème de Virgile : imperium sine fine dedi25. C’est encore dans cette littérature qui relaye l’idéologie impériale naissante, qu’apparaissent le thème de Rome caput rerum et l’identité entre spatium orbis et spatium urbis26. Toute une série de témoignages indique quelle était la place assignée aux royaumes dans cette géographie de l’Empire. Ces témoignages renvoient à l’élaboration d’une connaissance encyclopédique du monde romain, condition nécessaire à sa maîtrise27. La carte d’Agrippa, l’Orbis pictus, en est un exemple éclairant : ce monument de prestige, peint sous la porticus Vipsania du champ de Mars, donnait à lire, sans doute dans un cadre ératosthénien, les noms des peuples soumis à Rome28. Agrippa avait en même temps rédigé des Commentaires, cités par Pline : ils devaient se présenter non pas sous la forme d’un ouvrage, mais sous celle de registres amalgamant des informations de types divers. Ces nomenclatures avait été permises par l’immense entreprise d’exploration et de collation d’informations qu’Agrippa avait lancée au nom d’Auguste sur l’ensemble du monde romain, royaumes compris. Les résultats ainsi engrangés portaient sur tous les domaines possibles (chorographique, ethnique, historique, financier, etc.) : ils servirent de base à la Géographie de Strabon, qui englobe et décrit un monde étendu de l’Irlande à l’Inde ; l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, à l’époque flavienne, puisait encore dans ces catalogues et ces comptes-rendus l’essentiel de son panorama géographique et administratif29.

  • 30 Gagé (éd.), 1975. Le texte est mentionné par nos sources au nombre des documents qu’Auguste avait d (...)
  • 31 Res Gestae, XXXI, 1, confirmé par Dion Cassius, 54, 9.
  • 32 Nicolet, 1988, p. 28-40.
  • 33 Tacite, Ann., I, 11, 7 ; Suétone, Aug., 101 ; Dion Cassius, LVI, 33, 2.
  • 34 Nicolet, 1988, p. 192-196.

9Le second témoignage est fourni par les Res gestae diui Augusti30. Cet elogium rédigé par Auguste avait été gravé après sa mort sur des tables de bronze placées de chaque côté de la porte de son mausolée à Rome et envoyé dans les provinces où il fit aussi l’objet d’une large publicité. Après l’énoncé des nombreux bienfaits adressés aux citoyens romains, les derniers chapitres (XXV à XXXIII) sont consacrés à la soumission du monde. Ils fournissent la liste de 55 peuples ou toponymes classés en quatre groupes : d’abord Rome, l’Italie et les 14 provinces ; en second lieu les peuples soumis ou chez lesquels des explorations avaient été effectuées, ou bien encore des peuples lointains qui avaient envoyé des ambassades et des cadeaux à Auguste ; les deux autres rubriques comprennent des noms de fleuves, montagnes, mers et villes. Ce catalogue n’avait pas vocation à être exhaustif : de nombreux peuples n’y sont pas cités, en particulier les royaumes alliés de Rome, en Afrique ou en Orient. L’objectif était de dessiner les confins du monde, d’indiquer jusqu’à quelles limites précises s’étendait le contrôle romain : le cadre ainsi esquissé englobait de manière implicite les royaumes alliés qui n’étaient plus aux marges, mais à l’intérieur de l’oikoumène romain ; ils ne sont donc pas nommés. Les marges avaient désormais pour noms au nord Daci, Adiabeni, fines Cimbrorum (le Jutland), à l’est l’Arabie heureuse et l’Inde, au sud l’Éthiopie (au sud de l’Égypte et des territoires africains). Auguste y mentionne aussi le roi des Parthes qui avait envoyé ses fils et petits-fils en otages à Rome et se présenta en suppliant, comme le roi des Mèdes. Les présents envoyés par les Indiens31 et la subordination affichée des Parthes et des Mèdes attestent bien que l’empire d’Auguste a reconstitué celui d’Alexandre et qu’il a vocation à s’ajuster désormais aux limites de l’oikoumène32. Auguste avait rédigé un second document, plus précis, le breuiarium totius imperii33 : il donnait un état des lieux de l’Empire et à ce titre, il concernait également les royaumes, détaillant en particulier leur apport en matière militaire, sans doute aussi leur richesse démographique et leurs ressources34.

  • 35 Tacite, Ann., I, 11, 8 : consilium coercendi intra terminos imperii ; Dion Cassius, LVI, 33 et 41.
  • 36 Res Gestae, XXVII, 1. Entre 33 et 25, la Maurétanie connaît une situation intermédiaire : à la mort (...)
  • 37 Chaumont, 1976, p. 71-75.

10Auguste considérait avoir donné à l’Empire ses limites idéales, censées lui assurer un équilibre pérenne, validé par les dieux et administré par les Romains : c’est bien ce que semble signifier le conseil donné à Tibère, son successeur, de ne pas étendre ces limites35. Mais Dion Cassius ajoute à cette séquence un développement intéressant : au lieu d’étendre effectivement l’empire par de nouvelles provinces, écrit-il, Auguste adopta le parti de créer des royaumes ou de maintenir ceux qui existaient. Dion reprenait ainsi presque littéralement les mots de l’empereur dans les Res gestae à propos de l’Arménie : « Quant à l’Arménie mineure, alors que je pouvais en faire une province à la mort de son roi, je préférai, à l’exemple de nos ancêtres, la confier à Tigrane36 ». En l’occurrence, les ancêtres n’étaient pas éloignés : il s’agissait de Pompée qui avait obtenu la soumission de Tigrane Ier dit le Grand en 66 ; son successeur s’était ensuite rallié au roi des Parthes contre Crassus et contre Antoine37. La notion d’Empire apparaît ainsi sous ses deux sens, que l’empereur mobilise consciemment et dont l’historien grec mesure clairement l’enjeu idéologique : sens géographique, sens administratif. Le premier désigne un espace en possible extension, le second est restreint à l’ensemble provincial. Les royaumes constituaient une sorte de variable d’ajustement qui conférait au cadre impérial une élasticité bien commode : l’idéologie de la permanence, de la stabilité y trouvait son compte.

2. Le système diplomatique : reges socii et amici populi romani

  • 38 Ferrary, 1988, p. 43 : « …le statut de philos kai summachos n’était, dans le monde hellénistique co (...)

11Les termes par lesquels nous désignons souvent les rois ou les royaumes alliés de Rome n’ont aucun équivalent en grec ni en latin : le « protectorat » est une réalité politique contemporaine qui implique la soumission d’un État par un autre État selon des conditions précises, ignorées des anciens ; la formule « roi client » ou « royaume client » de Rome n’avait pas cours même si elle évoque une réalité bien romaine. C’est par l’amicitia et la societas que les Romains rendaient compte de la relation diplomatique définie avec de nombreux peuples voisins, pas tous cependant : sans doute ceux avec lesquels les relations étaient fréquentes. Ces peuples ou leurs rois étaient amici et socii populi romani. Ces termes renvoyaient à un système de sujétion, également connu dans le monde hellénistique38, qui permit à Rome d’établir solidement son hégémonie en Occident comme en Orient dès le iiie s. : cette pratique diplomatique ouvrait inévitablement sur l’insertion de l’interlocuteur dans les pratiques institutionnelles et sociales des Romains, ce qui supposait une forme d’appartenance au monde romain.

  • 39 Ferrary, 1990, p. 217-218.
  • 40 Idem, p. 234-235.
  • 41 Le premier traité, conclu avec Jean Hyrcan (132-104) : Flavius Josèphe, AJ, XIII, 263-264 ; le trai (...)
  • 42 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 192-195.
  • 43 Le texte est gravé sur « le mur des archives » de son théâtre : Ferrary, 1990, p. 255.

12L’alliance s’appuyait sur un traité (foedus) qui était conclu aussi bien avec des peuples et des cités explicitement soumis, c’est-à-dire situés en Italie (du moins jusqu’à la guerre sociale) ou dans les provinces, qu’avec des peuples ou des cités qui échappaient au contrôle direct de Rome (les populi liberi). Mais, dans tous les cas, le traité établissait une situation inégale, il était l’instrument nécessaire à la domination romaine en exigeant de l’allié des contributions en argent et surtout en hommes, et en excluant la neutralité en cas de conflit avec un autre peuple39. Dès la fin du iiie s., le traité commence à inclure assez souvent des clauses établissant, plutôt que des obligations, des privilèges concédés aux peuples alliés40. Par exemple, le traité conclu avec les Juifs sous le règne d’Alexandre Jannée (103-76) devait renouveler un traité antérieur établi à la suite de la révolte des Macchabées : ce dernier affirmait l’amitié et l’alliance avec Rome ; il exigeait que la Syrie restitue des ports et des forteresses et interdisait aux Syriens de traverser la Judée41. Par la suite, les rois juifs obtiennent des honneurs parfois considérables en tant que marqueurs de leur alliance. Au lendemain de la guerre d’Égypte, Jules César récompense Hyrcan (II) pour sa fidélité : lui et ses enfants seront ethnarques de Judée, détiennent à perpétuité la grand-prêtrise, conservent les privilèges sacerdotaux et pécuniaires établis par leurs lois et il interdit « que des troupes prennent chez eux leurs quartiers d’hiver ou qu’on exige d’eux de l’argent »42. La dernière clause est ainsi très proche de celle qui est formulée dans le traité d’Aphrodisias, une cité localisée dans une province, la Carie (en 39 av. J.-C.)43.

  • 44 Lintott, 1993, p. 32.

13L’autre terme avec lequel socius formait un binôme, amicus, suggérait à Rome des liens personnels entre un subordonné (même de haut rang) et un patron. Les relations clientélaires étaient nécessaires au fonctionnement de la société romaine et au système de compétition entre gentes. Elles servaient aussi de base au dispositif de l’alliance en intégrant les rois amis dans le système d’engagements réciproques, mais inégaux, que supposait l’amicitia : les souverains bénéficiaires d’un traité d’alliance avec Rome étaient toujours liés à des patrons puissants qui servaient de relais entre eux et le Sénat. Il ne faut donc pas réduire l’amicitia au volet privé de la societas : l’amicitia ouvrait d’emblée sur des considérations publiques dans la mesure où elle mettait en jeu des personnages puissants qui œuvraient à renforcer leur dignité et leur capacité d’action ; en outre, elle avait pour enjeu final la maiestas (la supériorité) du peuple romain. Ainsi le peuple romain était-il la personne morale de l’alliance/amitié, ce que révèle bien le titre concédé aux rois, socii et amici populi romani ; quant aux traités qui instituaient les alliances, ils étaient validés par un décret du sénat, peut-être par l’inscription sur une formula sociorum. Il n’est pas certain que tous les rois « amis et alliés » aient été liés par un traité d’alliance : en certains cas, le titre validait peut-être simplement la reconnaissance par Rome de leur autorité et en retour leur alliance implicite44.

  • 45 Coltelloni-Trannoy, 1997b.
  • 46 Pline, HN, V, 2 et 20-21 ; certaines sont fondées avant la création du royaume, dans la période d’i (...)
  • 47 Plutarque, Rom., 17 ; AE, 1986, 124.
  • 48 Bowersock, 1965, p. 42 suiv.
  • 49 Roddaz, 1983, p. 419-475.
  • 50 Suétone, Aug., 60.

14Les affaires d’Afrique témoignent parfaitement de ces interactions public-privé au plus haut niveau : l’alliance et l’amitié du peuple romain passaient inévitablement par l’amitié avec de grandes familles romaines. Les Scipion, de Massinissa jusqu’à Jugurtha, puis au gré des revirements politiques de la fin de la République, Marius, Pompée, César ont patronné tour à tour tel ou tel roi, et leur ont apporté des bénéfices substantiels (par ex. en leur donnant les insignes royaux qui confortaient leur autorité locale) ; en échange, les souverains fournissaient des fauves pour les jeux, un appui logistique en cas de guerre, des terres aux vétérans. Au moment des guerres civiles, les souverains se sont ainsi trouvés engagés du côté de leur patron dont ils épousaient la cause45. Quand Auguste confia la Maurétanie à Juba (II), en 25 av. J.-C., il accompagna cet honneur de la fondation d’une douzaine de colonies égrenées sur les côtes ou un peu dans l’intérieur du royaume46. La dynastie maurétanienne était également liée à des Romains puissants, telle la famille de Galba dont un ancêtre, contemporain de Juba, était lui aussi un érudit : une dédicace honorant Ptolémée, le fils de Juba, fut retrouvée dans une villa familiale à Terracina47. En Orient, Pompée avait fondé sa puissance sur la nombreuse et prestigieuse clientèle des rois à qui il avait assuré un territoire, et Marc Antoine fit de même après lui48 ; Agrippa fut lui aussi évergète et patron de nombreuses cités, en occident et en orient, et bien des dynastes ont dû leur position à son action diplomatique, au premier chef Hérode en Judée, mais aussi Rhoimetalcès en Thrace et C. Iulius Euryclès, hègémon de Sparte49. Quant à Auguste, il recevait à Rome ou dans les provinces les souverains qui se présentaient à lui en clients, habillés à la romaine50.

  • 51 Lintott, 1993, p. 33.

15Le contenu de l’amitié et de l’alliance conclues avec une cité de l’Empire ou avec un royaume était équivalent, la différence se traduisant surtout par l’échelle des honneurs concédés par Rome à son sujet et par l’ampleur des services rendus à Rome par celui-ci. Un autre élément suggère l’intégration des royaumes dans l’empire ou plus exactement l’absence de différenciation entre un « intérieur » et un « extérieur » de l’empire. Le Sénat débattait des affaires des peuples alliés dans les mêmes termes que les affaires des Italiens ou des Romains : mêmes procédures d’accueil des ambassades au Sénat, mêmes débats et types de décrets, mêmes lieux d’accueil qui variaient selon la relation, pacifique (la curie) ou belliqueuse (sur le champ de Mars) et non selon le statut des interlocuteurs, ni selon les critères intérieur/extérieur (de l’Empire), qui n’existaient pas. Enfin, les dédicaces adressées à Jupiter et au peuple romain par différents peuples, rois et cités d’Asie (et sans doute d’occident, en dépit de l’absence de sources) étaient regroupées sur un monument particulier, au Capitole, à l’époque syllanienne : tous reconnaissaient la valeur symbolique du Capitole, lieu d’expression de la domination romaine, son expression matérielle51.

  • 52 Chaumont, 1976, p. 72.

16Les rois alliés de Rome trouvaient des avantages incontestables à leur situation : la reconnaissance de leur dignité par la grande puissance qu’était Rome leur assurait une autorité sans pareille sur leurs sujets, leur valait la considération des Romains et les renforçait contre des voisins menaçants ou contre des usurpateurs. La stabilité de l’Empire ne pouvait qu’y gagner, même si le succès ne fut pas toujours au rendez-vous. Tel fut le cas de l’Arménie. Pompée, qui avait réduit en 66 le royaume de Tigrane à ses territoires héréditaires, lui rendit ensuite la Gordyène que revendiquait aussi le roi parthe Phraate, en y associant le titre prestigieux de « roi des rois »52. À partir de ce moment, l’Arménie joua un rôle capital dans les relations romano-parthes : le territoire fut considéré par les deux grandes puissances comme essentiel à leur sécurité, ce qui explique les tentatives permanentes des empereurs et des rois parthes pour attirer les souverains arméniens dans leur orbite, jusqu’à l’annexion de l’Arménie, en 72 apr. J.-C. et du reste du royaume sous Trajan. Dans certains cas, l’alliance romaine était donc concurrencée par une autre alliance (parthe) qui offrait elle aussi des atouts intéressants : cela explique les revirements fréquents des rois d’Arménie, d’Ibérie et d’Albanie dans un Orient où l’échiquier politique était complexe. En revanche, d’autres lignages orientaux n’ont jamais renié leur participation à l’Empire, comme ceux du Pont, de Cappadoce et de Judée. En Maurétanie, la situation n’offrait guère d’autre choix possible : le territoire n’avait pour voisin aucun État organisé, susceptible de contester à Rome sa suprématie. Le jeune Juba (II), petit prince sans royaume, fut élevé avec les enfants de la famille impériale, marié à la fille d’Antoine et de Cléopâtre et placé à la tête de l’un des plus vastes territoires du monde romain (la Maurétanie) : il participa, comme son fils et successeur Ptolémée, à diverses expéditions que les proconsuls engagèrent aux périphéries de leur province et l’un et l’autre s’illustrèrent contre le rebelle Tacfarinas (17/24 apr. J.-C.).

3. Les royaumes, « membres et parties de l’Empire »

  • 53 Cic., Pour la loi Gabinia ; Pour la loi Manilia. Sur le contenu de ces lois : Girardet, 2001, p. 16 (...)
  • 54 Cappadoce, Galatie, Bosphore pour les plus importants : Bowersock, 1965, p. 42 suiv.
  • 55 Plutarque, Ant., 54.

17La fin de la République voit se mettre en place trois dispositifs de grande envergure qui ont associé royaumes alliés et provinces. La lex Gabinia confère à Pompée en janvier 67, pour lutter contre les pirates qui infestaient la Méditerranée, des pouvoirs très étendus sur l’ensemble des côtes et jusqu’à 50 milles dans l’intérieur des terres (environ 75 km) : imperium infinitum pendant trois ans, budget énorme, prééminence sur les gouverneurs de province. Ces prérogatives ne pouvaient pas exclure les souverains dont les territoires donnaient sur la Méditerranée : on fit appel sans nul doute aux alliances qui impliquaient la participation des alliés à l’effort de guerre. De la sorte, la loi unifiait tous les acteurs et tous les espaces du monde romain, dans un même projet et sous une même autorité. L’unité du monde oriental est à nouveau assurée par la lex Manilia qui confie au même Pompée un an plus tard, la guerre contre Mithridate et les affaires de l’Orient avec mission de l’organiser à sa guise (66-63)53. Le système installé par Pompée comprenait de nouvelles cités, la création de provinces, la fondation de royaumes ou de principautés ou bien la validation de ceux qui existaient déjà et qui avaient soutenu Pompée. Le Pont de Mithridate, notamment, qui avait tant inquiété les Romains depuis 88, était fragmenté en plusieurs entités : une petite province et une série de territoires confiés à des princes en qui Pompée avait confiance54. Le dernier dispositif républicain de grande ampleur est dû à Marc Antoine : c’est ce que son ennemi Octave fit passer pour les « donations d’Alexandrie »55. Le projet traduit la volonté d’Antoine d’apparaître, après Pompée, comme l’ordonnateur de l’Orient, un Orient organisé autour de sa dynastie égyptienne. La hiérarchie des titres donnait la prééminence à Cléopâtre, « reine des rois », et à Ptolémée Césarion (fils de César), « roi des rois » : leur suzeraineté s’étendait sur tous les rois alliés et sur l’Égypte rétablie dans ses anciennes limites (avec la Crète et la Coelé-Syrie), tandis que les trois enfants plus jeunes recevaient les royaumes de Médie, de Parthie et d’Arménie (encore indépendants), la Cyrénaïque (ancienne dépendance de l’Égypte, léguée à Rome en 94), enfin un vaste espace regroupant Syrie, Phénicie, Cilicie et peut-être des royaumes orientaux alliés de Rome. Marc Antoine contrôlait, en tant qu’imperator et triumvir, l’ensemble du bassin oriental ainsi réparti entre provinces du peuple romain, royaumes alliés et futures conquêtes. Ces rois alliés ont ensuite largement contribué à l’effort de guerre engagé par Antoine et Cléopâtre contre Octave et ils participèrent à la bataille d’Actium.

  • 56 Str., XVII, 3, 25 : καὶ βασιλεῖς δὲ καὶ δυνάσται καὶ δεκαρχίαι τῆς ἐκείνου μερίδος καὶ εἰσὶ καὶ ὑπῆ (...)
  • 57 Aug., 48, 2 : membra partisque imperii.
  • 58 Dion Cassius, LIII, 12 : Τῶν δὲ δὴ λοιπῶν οὐκ ἐμνημόνευσα, ὅτι (…) εἰ καὶ τότε ἤδη ἐκεχείρωτο, ἄλλ´ (...)

18Les décisions prises par Auguste en 27 ne démentent pas les expériences antérieures, mais les reformulent dans un cadre différent : la répartition des provinces entre le Sénat et Auguste concerne en effet aussi les royaumes alliés de Rome. L’empereur avait bien compris que la fidélité des rois orientaux à l’égard de Pompée puis d’Antoine traduisait une fidélité à l’égard de l’Empire : sa politique s’inscrit dans cette continuité. Strabon affirme ainsi que « les rois, les dynastes et les décarques sont et ont toujours été dans la part [de l’Empire] relevant de César »56, ni plus ni moins que les provinces dites impériales. Cette observation est plus tard relayée par Suétone selon lequel Auguste « eut autant de souci [pour eux] que s’ils avaient été membres et parties de l’Empire »57 ; et l’on retrouve ce point de vue chez Dion Cassius : « les autres [peuples], je n’en ferai pas mention puisque (…) bien qu’alors déjà soumis, ils n’étaient pas gouvernés par les Romains, mais ou bien se gouvernaient d’après leurs propres lois ou bien étaient concédés à des rois »58. Pour ces auteurs, il va de soi que les royaumes alliés formaient l’une des catégories de peuples soumis à Rome, aux côtés des provinces publiques et des provinces impériales. La proximité des situations est accentuée dans le texte de Dion par le terme générique ethnè (peuples), qui désigne aussi bien les provinces que les royaumes.

19On observe donc une grande continuité dans la politique romaine, au-delà des conflits personnels et des modalités de contrôle : les Romains ne cherchent pas encore à rationaliser la situation, notamment en Orient, où ils maintiennent une poussière de principautés, royaumes, tyrannies, sanctuaires et cités autonomes, héritiers de l’histoire de la région depuis plusieurs siècles.

  • 59 Cic., Fam., 15, 2, 4 et 8 ; Att., 5, 18, 4 ; Fam., 15, 4, 6 ; Att., 6, 13, 3 ; Fam., 2, 17, 7.
  • 60 L’échec de Rome en Judée est d’abord l’échec des élites juives que les Romains avaient placées à la (...)
  • 61 Dion Cassius, LIX, 8, 2 (Caligula) ; Flavius Josèphe, AJ, XIX, 245 (Claude) ; Hadas-Lebel, 2009, p. (...)
  • 62 Leur mère, Antonia Tryphaena (PIR² A 900 et P 114), pourrait être une arrière-petite-fille de Marc (...)
  • 63 Sartre, 1991, p. 37-40.
  • 64 Prieur, 1968, p. 72, 84, 119 suiv. : Cottios est d’abord roi « ami et allié de Rome », puis préfet (...)
  • 65 Cottios est roi, puis préfet des Alpes ; les titres de roi, ethnarque, tétrarque, toparque, épitrop (...)
  • 66 Ce royaume numide avait d’abord été réparti en deux entités : en 46 le territoire de Cirta (Constan (...)

20Le Principat voit cependant l’ingérence des empereurs dans les affaires de leurs alliés s’accentuer. Ce n’était certes pas une nouveauté si l’on considère le cas d’Ariobarzane II de Cappadoce (51-42 av. J.-C.), trois fois détrôné et rétabli par les Romains, placé sous la protection du gouverneur de Cilicie59 ; ou bien celui de Ptolémée XII, qui chassé par le peuple d’Alexandrie, verse à César, Pompée et Gabinius des sommes considérables pour retrouver son trône, empruntées auprès des financiers romains ; quant à Marc Antoine, il avait modifié (voir supra) le statut de certaines provinces en les retransformant en royaumes. Mais à l’époque impériale, l’attribution des royaumes dépend de manière plus systématique encore du bon vouloir des empereurs. Ainsi en est-il des multiples démembrements du royaume de Judée jusqu’à sa première annexion entre 6 et 36 : celle-ci avait l’avantage de simplifier enfin la situation dans la région, à défaut de calmer l’instabilité politique et sociale qui devait déboucher sur la guerre de Judée trente ans plus tard60 ; mais cette simplification fut éphémère puisque Caligula plaça sur le trône de Judée son ami Hérode Agrippa Ier (37-44) ; Claude reconstitua une principauté importante en 41, aux côtés de la petite province de Judée rétablie en 44 : il récompensait ainsi le même Agrippa qui aurait joué un rôle non négligeable lors de son avènement en 4161. Caligula voulait-il reformer, à l’image de son aïeul Marc Antoine, un cercle de rois ? Toujours est-il qu’il restaura dans leurs biens de jeunes princes thraces avec qui il avait été élevé à Rome et qui étaient peut-être ses cousins62 : ils reçurent la Thrace (Rhoimetalcès), l’Arménie mineure (Cotys IX), le Pont et le Bosphore (Polémon), tous annexés à nouveau en 46. Il rétablit aussi le royaume de Commagène, accru du littoral de la Cilicie, une disposition que Claude confirma en 4163. En Occident, le cas des Alpes cottiennes est emblématique des tâtonnements administratifs qu’un territoire pouvait subir64. On observe que ces rois « amis et alliés », souvent apparentés entre eux et parfois membres de la famille impériale, étaient déplacés d’un territoire à l’autre, sous des titres divers65 : ces « carrières royales » ressemblaient à s’y méprendre à celles des fonctionnaires romains auxquels souvent les princes succédaient ou qu’ils remplaçaient. Et ce d’autant plus aisément qu’ils possédaient dès lors la citoyenneté romaine. Il y a plus, dans certains cas, ils n’avaient pas la même origine que leur peuple : Juba II, fils du Numide Juba I, règne sur un immense territoire – la Maurétanie – voisin de l’ancien royaume paternel66 ; en Arménie Mineure se succèdent le Thrace Cotys (38-54), puis le Juif Aristobule (55-72) ; depuis 37 av. J.-C., les souverains du Pont (Polémon et ses successeurs) appartiennent à une famille d’Asie Mineure, originaire de Laodicée du Lycos (Carie).

  • 67 Sur tous ces aléas, se reporter à l’exposé commode de Sartre, 1991, p. 14-46.

21La logique de ces mutations nous échappe le plus souvent parce que nous ignorons presque tout des rapports de force dont elles résultent, des pressions, de l’influence des élites locales sur les Romains. Certes, des lignes politiques sont reconnaissables. D’Auguste à Caligula, la tendance est favorable au maintien ou au renouvellement des royaumes : certains sont minuscules, d’autres très vastes comme la Maurétanie ou le Pont qui reconstitue presque les États de Mithridate. Claude, au contraire, opte surtout pour le système provincial. Mais ces lignes politiques n’ont rien de systématique : Tibère met fin au royaume de Pont-Cappadoce en 17, sans doute en raison de l’immense puissance territoriale qu’il était devenu ; celui de Maurétanie est annexé par Caligula (organisé en deux provinces par son successeur) ; Claude associe en Judée province et principauté, il recrée le royaume alpin de Cottios, confirme celui de Commagène. Toutefois, une tendance de fond se fait bien jour à partir de Claude, vers la disparition progressive des royaumes, transformés en provinces impériales équestres : l’Occident ne compte plus aucun royaume allié à partir de Néron qui annexe aussi le Pont en 64, intégré à la Galatie ; les Flaviens suppriment progressivement les derniers royaumes orientaux, en général à la mort de leur souverain : à la mort de Domitien, il ne subsiste plus que la Nabatène, à l’ouest de l’Euphrate67. La géographie de l’empire est désormais presque exactement ajustée à celle du monde romain : l’unité est assurée de plus en plus par la diffusion de la citoyenneté romaine, par un mode de gouvernement fondé sur l’administration provinciale et par la théologie impériale. L’ancien dispositif diplomatique n’a plus de raison d’être.

4. Les rois, acteurs du monde romain

  • 68 Alexandropoulos, 2000, p. 401, n° 29 (argent, légende latine), n° 34 (bronze, légende néo-punique).
  • 69 Strabon, XVII, 3, 13 ; Salluste, Jug., XXVI.
  • 70 Leveau, 1984, p. 26-50.
  • 71 Amedik et Froning, 2012.
  • 72 Coltelloni-Trannoy, 1992.
  • 73 Roller, 2003, p. 119-243.

22En raison de l’ancienneté de leur famille, de leur éducation raffinée, de leur fortune, les rois égalaient les Romains les plus puissants, voire les surpassaient ; leur mode de vie, leur comportement politique, où la magnificence tenait une grande place, étaient comparables à ceux des élites grecques ou romaines puis des empereurs. Le roi numide Juba Ier, allié des pompéiens contre César, fait figurer sur deux monnaies68 un temple et un autre édifice (palais ?), de facture purement romaine, qu’il avait fait sans doute élever dans l’une des ses deux capitales, Zama et Cirta. Il n’est pas impossible que celles-ci, dont l’urbanisme nous est encore inconnu, aient déjà emprunté des traits aux grandes métropoles romaines et grecques : les Grecs vivaient nombreux à Cirta depuis au moins Micipsa (148-118) et une communauté d’Italiens y était installée à l’époque de Jugurtha69. Sans conteste, les réalisations édilitaires engagées à l’époque augustéenne par Juba II à Caesarea et plus encore par Hérode en Judée, donnent une idée de l’enjeu qu’était leur alliance. Juba et Cléopâtre Séléné, Ptolémée à leur suite, transformèrent radicalement l’ancienne capitale maure, Iol (Cherchell), en une ville hellénistique, rebaptisée Caesarea : son enceinte immense (d’une longueur analogue à celle de Rome), les vestiges du théâtre, de l’amphithéâtre, les traces d’un urbanisme orthogonal et les quelques témoignages du palais royal70, enfin l’abondante moisson de sculptures et d’éléments architectoniques71 permettent d’imaginer la splendeur de la ville nouvelle, associant les canons hellénistiques aux apports de l’art augustéen. Caesarea était assurément au ier siècle la ville la plus remarquable de l’Afrique mineure, la capitale de l’art et du raffinement. Elle était aussi à la pointe des innovations religieuses du temps. Les monnaies royales attestent l’existence d’un temple, d’un autel et d’un bois sacré (lucus) en l’honneur d’Auguste, ce qui indique l’introduction du culte impérial à l’initiative de Juba ; ce roi et son fils se sont inspirés des rituels nouveaux qui fondaient la nature surhumaine de l’empereur, pour organiser un culte royal très différent des honneurs funéraires adressés à leurs ancêtres72. Juba fut aussi l’un des fleurons de l’érudition romaine, maintes fois cité par Pline l’Ancien, explorateur de son pays, membre scientifique de l’expédition que mena le jeune prince Caius en Arabie (en 1 apr. J.-C.)73.

  • 74 Formule reprise à M. Hadas-Lebel, 2009, p. 47.
  • 75 Fittschen et Foerster, 1996.
  • 76 Bloch, 2006, souligne l’imitatio Augusti d’Hérode, visible dans sa politique édilitaire, notamment (...)
  • 77 Hadas-Lebel, 2009, p. 49.

23Mais c’est sans doute avec Hérode que la « complicité intellectuelle »74 avec Auguste fut la plus étroite : tous deux furent de grands bâtisseurs, passionnés d’architecture, tous deux voulaient assurer leur place dans l’histoire, ce dont témoigne la grandeur de leur œuvre édilitaire. Ce point commun, d’ailleurs partagé avec Agrippa, explique peut-être le dévouement de l’un et le soutien indéfectible de l’autre à son ami royal. Hérode multiplia les réalisations, en Judée d’abord : un palais à Jérusalem, un autre à Césarée, décorés de fresques pompéiennes75 ; plusieurs forteresses ; des temples à Rome et Auguste à Césarée, à Samarie-Sébastè, à Panias ; de splendides édifices romains destinés à des spectacles non moins magnifiques ; enfin il reconstruisit le Temple de Jérusalem, de même qu’Auguste réparait les temples romains négligés pendant les guerres civiles76. En outre, un chapelet de cités païennes (Beyrouth, Tyr, Rhodes, Damas, Ptolemaïs, etc.) reçoivent de multiples bienfaits (temples, remparts, fontaines, aqueducs, gymnases)77 : Hérode fait ainsi figure d’évergète universel et son fils Hérode Antipas (tétrarque de Galilée et de Pérée, 4 av. J.-C./39 apr. J.-C.) marche sur ses pas en fondant Tibériade. À l’évidence, Hérode et Juba II se sont alignés sur Auguste qui transformait Rome et qui édifiait à Alexandrie un superbe Sebasteion (Caesareum). Plus largement, les souverains alliés sont à l’origine d’un réseau de villes apparentées entre elles : elles témoignent de la circulation des artisans, de celle des modèles architecturaux et iconographiques, de l’existence d’une aristocratie d’Empire qui dans les provinces et dans les royaumes souhaite vivre au même diapason.

  • 78 Alexandropoulos, 2000, p. 173-191.
  • 79 Idem, p. 193-244.
  • 80 Danov, 1979, p. 131-132.
  • 81 Hadas-Lebel, 2009, p. 88, fig. 25.
  • 82 Année épigraphique, 1985, 972.
  • 83 Lintott, 1993, p. 80 : César attribue le port de Jaffa à Hyrcan avec l’obligation de prélever des p (...)

24Les politiques monétaires des souverains sont tout aussi instructives. Juba Ier est le premier roi africain à adopter le système pondéral romain (denier, quinaire, sesterce), des légendes en latin sur certaines émissions et des types proches des monnaies romaines (édifices)78. Ce système monétaire indique l’ambition du roi à se faire accepter des Romains comme un partenaire de qualité et l’intégration de son royaume dans l’économie du monde romain. Les émissions de la dynastie maurétanienne (Juba II, Cléopâtre Séléné, Ptolémée) sont d’une diversité remarquable en ce qui concerne leurs types : elles réalisent une synthèse entre des motifs d’origines diverses, africaine, romaine et lagide. Mais en même temps elles proposent un système monétaire désormais unifié sur le modèle romain79. Le philoromanisme des souverains orientaux s’exprime également sur leurs monnaies : ainsi le roi de Thrace Rhoimetalces, qui devait son trône à Auguste, indique-t-il en grec le nom de son bienfaiteur au revers de ses monnaies, kaisar sebastos80 ; Hérode Agrippa Ier, roi de Judée, fait graver sur des bronzes la mention, en grec, « Le roi Agrippa Le grand, ami de l’empereur » [Claude]81. Quelques indices attestent l’introduction d’usages romains dans l’organisation de certains royaumes. Une petite communauté africaine, les Thudedenses, installée près de Tipasa, a bénéficié d’une limitatio sous Juba II, qui lui reconnaissait la propriété de ses terres, dans un cadre inspiré du cadastre romain82. Le royaume de Judée a peut-être accueilli certaines pratiques administratives romaines83, tout en maintenant le système traditionnel. La proximité des provinces, la présence de colonies (en Maurétanie) et l’alternance des statuts pour certaines régions (tour à tour royaumes ou provinces) ne pouvaient qu’entraîner l’installation de pratiques romaines ou leur imitation partielle.

  • 84 Dion Cassius, LIII, 25 (en 26 av. J.-C.) : « Cette même année, Polémon, roi du Pont, fut inscrit au (...)
  • 85 Juba II à Carthago Noua (CNNM, n° 397 ; ILS, 840) et à Gades (Fest. Av., Ora mar., 277-283) ; Ptolé (...)
  • 86 Suétone, Aug., 60.
  • 87 Flavius Josèphe, AJ, XIX, 341.

25Ces puissants personnages et leurs homologues grecs et romains se retrouvaient souvent lors de cérémonies privées (mariages) et publiques qui les soudaient entre eux autour d’une même loyauté à l’empereur et à Rome. Les sénateurs étaient accueillis avec égard dans les lieux de spectacle : le fait est attesté explicitement pour les théâtres du Pont84. Les souverains étaient également des protecteurs appréciés dans les provinces voisines : Juba II et Ptolémée furent duumvirs honoraires et patrons de Gadès et de Carthago Noua (Bétique)85 ; ils ont certainement contribué à l’embellissement de ces villes autant qu’à la défense de leurs intérêts à Rome. On sait par Suétone que, sous Auguste, « les rois amis et alliés souvent quittèrent leur royaume, pour venir chaque jour lui rendre leurs hommages (cotidiana officia), non seulement à Rome, mais durant ses voyages dans les provinces, et cela en toge et sans leurs insignes royaux, comme de simples clients (more clientium) »86. Ces réunions « au sommet » ont suscité une initiative régionale sans lendemain en raison du risque potentiel qu’elle engendrait : en 42, Agrippa Ier invita à Tibériade un groupe de souverains orientaux, son frère, Hérode de Chalcis, Sampsigeramos d’Emèse, Antiochos de Commagène, Cotys d’Arménie et Polémon du Pont. La réaction du légat de Syrie, Marsus, fut immédiate : « Leur concorde et une telle amitié entre eux furent suspectes à Marsus, qui ne jugeait pas utile aux Romains l’entente de tant de princes »87, et il leur intima l’ordre de rentrer chez eux.

26L’empire romain, celui des provinces, a connu toute une série de dilatations et de rétractions au gré des annexions ou des créations de royaumes alliés : la politique romaine a associé pendant ces deux siècles deux formes de contrôle interdépendants, par la diplomatie et par l’administration directe. Car les Romains ne concevaient pas de relations diplomatiques qui instaurent des relations égales entre les partenaires : l’alliance est toujours l’expression d’une sujétion, même fictive comme avec l’empire parthe ou les royaumes indiens (qui n’ont cependant pas reçu le titre de « roi ami et allié »). Ce faisant, il s’est constitué un monde romain de plus en plus homogène, où les élites parlaient, vivaient, pensaient comme les Grecs et les Romains, où ils se battaient pour les mêmes causes, où les populations ont adopté certains modèles romains, où elles étaient engagées dans des relations économiques et culturelles de plus en plus étroites et fréquentes avec les provinces et les autres royaumes. À longue échéance, ce partenariat s’est mué en intégration administrative : le « monde d’hier », celui des provinces et des multiples souverainetés, a laissé place à un monde plus rationnel, celui d’un État territorial unifié par la continuité administrative de ses parties et soudé autour d’un homme qui en assurait la cohésion.

Fig. 1 : La carte d’Erathostène

Fig. 1 : La carte d’Erathostène

Fig. 2 : Le monde de Strabon

Fig. 2 : Le monde de Strabon

Fig. 3 : L’Empire romain du iiie s. au ier s. av. J.-C.

Fig. 3 : L’Empire romain du iiie s. au ier s. av. J.-C.

De la Cité à l’Empire : histoire de Rome, Paris, 2004, p. 127)

D’après Y. Perrin et Th. Bauzou.

Fig. 4 : L’Empire romain au iie s. apr. J.-C.

Fig. 4 : L’Empire romain au iie s. apr. J.-C.

De la Cité à l’Empire : histoire de Rome, Paris, 2004, p. 298.

D’après Y. Perrin et Th. Bauzou.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropoulos, J., 2000, Les monnaies de l’Afrique antique, 400 av. J.-C.-40 apr. J.-C., Toulouse.

Amedick, R. et Froning, H. (éd.), 2012, La réorganisation du Musée de Cherchel. Phase I : Le royaume numide, Wiesbaden.

Aujac, G., 1966, Strabon et la science de son temps : les sciences du monde, Paris.

Aujac, G., 2001, Ératosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie. Sa mesure de la circonférence terrestre, CTHS, Paris.

Aujac, G., 2012, Claude Ptolémée. Astronome, astrologue, géographe. Connaissance et représentation du monde habité, CTHS, Paris.

Bloch, R., 2006, Di neglecti. La politique augustéenne d’Hérode le Grand, Revue d’histoire des religions II, p. 123-147.

Bowersock, G., 1965, Augustus and the Greek World. IV. Kings and Dynasts, Oxford.

Braund, D., 1984, Rome and the friendly King: the character of the client Kingship, Londres-New York.

Chaumont, M.-L., 1976, L’Arménie entre Rome et l’Iran. I. De l’avènement d’Auguste à l’avènement de Dioclétien, dans Aufstieg und Nierdergang der römischen Welt, II, 9, 1, p. 71-194.

CNNM : Mazard, J., 1955, Corpus nummorum Numidiae Mauretaniaeque, Paris.

Coltelloni-Trannoy, M., 1992, Le culte royal sous les règnes de Juba II et de Ptolémée de Maurétanie, dans Actes du 115e Congrès des Sociétés Savantes, Avignon, 1990, Ve Colloque sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord, Paris, p. 69-81.

Coltelloni-Trannoy, M., 1997a, Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée (25 av. J.-C.-40 apr. J.-C), Études d’Antiquités Africaines, CNRS Éditions, Paris.

Coltelloni-Trannoy, M., 1997b, Les liens de clientèle en Afrique du Nord, du iie s. av. J.-C. jusqu’au début du principat, BCTHS, n.s. 24, 1997, p. 59-82.

Coltelloni-Trannoy, M., 2003, Juba (I et II), dans Encyclopédie berbère XXV, p. 3915-3938.

Coltelloni-Trannoy, M., à paraître, Ptolémée, dans Encyclopédie berbère XXXVII.

Danov, C. M., 1979, Die Thraker auf dem Ostbalkan von der hellenistischen Zeit bis zur Gründung Konstantinopels, dans Aufstieg und Nierdergang der römischen Welt, II, 1, p. 21-185.

Fernoux, H.-L., Legras, B. et Yon, J.-B., 2003, Cités et royaumes de l’Orient méditerranéen, Paris.

Ferrary, J.-L., 1988, Philhellénisme et impérialisme : aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre de Mithridate, Rome (BEFAR, 271).

Ferrary, J.-L., 1990, Traités et domination romaine dans le monde hellénistique, dans L. Canfora et al., I trattati nel mondo antico. Forma, ideologia, funzione, Rome, p. 217-235.Fittschen, K. et Foerster, G., 1996, Judaea and the Graeco-Roman World in the time of Herod in the light of archaeological Evidence, Göttingen.

Gagé, J., 1975 (éd.), Res gestae Diui Augusti, Strasbourg (3e éd.).

Girardet, K.M., 2001, Imperia und prouinciae des Pompeius 82 bis 48 v. Ch., Chiron 31, p. 153-209.

Goodman, M., 1995, The ruling class of Judea. The origins of the Jewish revolt against Rome A.D. 66-70, Cambridge (1e éd. 1987).

Hadas-Lebel, M., 2009, Rome, la Judée et les Juifs, Paris.

Laffranque, M., 1964, Poseidonios d’Apamée. Essai de mise au point, Paris.

Legras, B., 2004, L’Égypte grecque et romaine, Paris.

Leveau, P., 1984, Caesarea de Maurétanie, une ville romaine et ses campagnes, Rome (CEFR, 70).

Lintott, A., 1993, Imperium romanum: Politics and Administration, Londres et New York.

Méla : Silberman, A. (éd.), 1988, Pomponius Méla, Chorographie, Paris (Les Belles Lettres).

Moatti, Cl., 1997, La raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, Seuil.

Nicolet, Cl., 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Olshausen, E., 1980, Pontos und Rom (63 v. Chr.-63 n. Chr.), dans Aufstieg und Nierdergang der römischen Welt, II, 7, 2, p. 903-912.

Pline l’Ancien : Barchiesi, A. et al. (éd.), 1982, Storia naturale. Cosmologia e geografia, I-VI, Turin ; Desanges, J. (éd.), 1981, Histoire naturelle, livre v, 1, Paris (Les Belles Lettres).

Prieur, J., 1968, La province romaine des Alpes cottiennes, Villeurbanne.

Roddaz, J.-M., 1983, Marcus Agrippa, Rome (BEFAR, 253).

Roller, D. W., 2003, The World of Juba II and Kleopatra Selene, New York-Londres (Routledge).

Sands, P. C., 1975, The Client Kings of the Roman Empire under the Republic, New York.

Sartre, M., 1991, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale, d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C.-235 après J.-C.), Paris.

Sauron, G., 1994, Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la République et au début du Principat, Rome (BEFAR, 285).

Seager, R., 2002, Pompey the Great: a Political Biography, Oxford.

Smallwood, M., 1981, The Jews under Roman Rule. From Pompey to Diocletianus. A study in political relations, Leiden.

Sullivan, R. D., 1980, Dynast in Pontus, Aufstieg und Nierdergang der römischen Welt, II, 7, 2, p. 913-930.

Villani, D., 2009, La Méditerranée, l’Océan et l’oikouménè dans l’œuvre de Posidonios et à travers le personnage de Pompée, Pallas, 79, p. 283-293.

Haut de page

Notes

1 Parmi les quatre œuvres dont il est l’auteur, deux nous intéressent directement ici : son récit de la guerre des Juifs contre les Romains (66/73), rédigé en 75 (De Bello Judaico, BJ), remonte aux causes lointaines qui expliquent le conflit ; les Antiquités juives (AJ), achevées en 95, vont des origines bibliques à la veille de la guerre en 66.

2 Alpes Cottiennes : Prieur, 1968 ; Égypte : Legras, 2004 ; Judée : au sein d’une bibliographie foisonnante, on peut retenir la somme que représente Smallwood, 1981 et la synthèse d’Hadas-Lebel, 2009 ; Maurétanie : Coltelloni-Trannoy, 1997a, 2003 et notice à paraître.

3 Arménie : Chaumont, 1976 ; Pont : Olshausen, 1980 ; Sullivan, 1980 ; Thrace : Danov, 1979 ; Fernoux et al., 2003, p. 213-220, proposent une bibliographie sur les principautés ciliciennes, l’Égypte, la Commagène, la Judée, les Nabatéens.

4 Bowersock, 1965; Sands, 1975; Braund, 1984; Lintott, 1993, p. 32 suiv.

5 Sartre, 1991.

6 Nicolet, 1988.

7 Aujac, 2001.

8 Laffranque, 1964.

9 Strabon, Géographie, II, 5, 12 ; une édition de la Géographie est actuellement en cours aux Belles Lettres : sont parus les livres i-xii et xvii. Voir Aujac, 1966.

10 Strabon, I, 1, 16 : Δῆλον οὖν ὅτι ἡ γεωγραφικὴ πᾶσα ἐπὶ τὰς πράξεις ἀνάγεται τὰς ἡγεμονικάς.

11 Voir infra, n. 28-29.

12 Mela, éd. Silbermann, 1988.

13 Pline, V, éd. Desanges, 1981 ; Pline, I-VI, éd. Barchiesi et al., 1982.

14 Il n’existe pas, à notre connaissance, de synthèse sur la question : il faut se reporter aux excellents livres de Germaine Aujac, consacrés aux grands géographes de l’antiquité : Aujac, 1966, 2001, 2012 ; on trouvera un bilan commode dans Nicolet, 1988, p. 69-82.

15 Le roi de Maurétanie Juba II effectue une exploration jusqu’aux Îles Fortunées (Canaries) (Pline, VI, 202), peut-être dans le cadre de ce vaste « inventaire » du monde commandé par Agrippa dont les objectifs étaient à la fois politiques et scientifiques.

16 Aujac, 2001, p. 83.

17 La circonférence de la terre, le calcul des méridiens (qu’Ératosthène est le premier à avoir estimés) approchent de très près les dimensions exactes : Aujac, 2001, p. 50-60.

18 Aujac, 1966, p. 50-60 ; p. 211 suiv.

19 Nicolet, 1988, p. 40-68 ; Aujac, 2012, p. 29 et p. 71.

20 Les expéditions organisées sous Auguste et sous ses successeurs enrichissent considérablement les connaissances : Nicolet, 1988, p. 98-101 ; Aujac, 2001, p. 87-116.

21 L’idée de la domination universelle de Rome se trouve déjà chez Polybe, I, 1, 5, puis dans la Rhétorique à Herennius, 4, 9, 13, datée des années 86-82 (imperium orbis terrae cui imperio omnes gentes, reges, nationes… consenserunt). Voir Ferrary, 1988, p. 213 ; Nicolet, 1988, p. 43-44.

22 Posidonios avait écrit une biographie de Pompée et un traité Péri Okéanou : Villani, 2009, p. 285.

23 Nicolet, 1988, p. 45-55 ; Sauron, 1994, ch. IV.

24 Cicéron, Provinces consulaires, 31 : uirtute Cn. Pompei… unum aliquem portum tutum et clausum.

25 Aen., I, 278-279: Hic ego nec metas rerum nec tempora pono, Imperium sine fine dedi.

26 Tite Live, I, 55, 6 : caput rerum ; Ovide, Fastes, II, 688 suiv. : Gentibus est aliis tellus data limite certo : Romanae spatium est Vrbis et Orbis idem (« Aux autres peuples a été donné un territoire limité : la Ville de Rome et le monde ont même étendue »).

27 Nicolet, 1988 ; Moatti, 1997 étudie cette révolution intellectuelle que fut l’ouverture au monde de Rome aux iie et ier s. av. J.-C. : penser le monde permit aussi de penser la politique, c’est-à-dire d’intégrer dans la même forme la pluralité des peuples et des espaces.

28 Pline, HN, III, 17 ; Dion Cassius, LV, 8, 3-4 ; Roddaz, 1983, p. 293 et p. 573-577 ; Nicolet, 1988, p. 103-131.

29 Roddaz, 1983, p. 573-591.

30 Gagé (éd.), 1975. Le texte est mentionné par nos sources au nombre des documents qu’Auguste avait déposés chez les Vestales et que son successeur devait ouvrir et lire devant le Sénat (Suétone, Aug., 101 ; Tacite, Ann., I, 11, 7 ; Dion Cassius, LVI, 33, 12). Il comprenait une version latine et une version grecque et il avait été copié sur les temples élevés à Rome et à Auguste ou au divin Auguste, dans les provinces : plusieurs versions plus ou moins fragmentaires ont été retrouvés à Antioche, Ancyre, Apollonie de Pisidie et Sardes.

31 Res Gestae, XXXI, 1, confirmé par Dion Cassius, 54, 9.

32 Nicolet, 1988, p. 28-40.

33 Tacite, Ann., I, 11, 7 ; Suétone, Aug., 101 ; Dion Cassius, LVI, 33, 2.

34 Nicolet, 1988, p. 192-196.

35 Tacite, Ann., I, 11, 8 : consilium coercendi intra terminos imperii ; Dion Cassius, LVI, 33 et 41.

36 Res Gestae, XXVII, 1. Entre 33 et 25, la Maurétanie connaît une situation intermédiaire : à la mort de Bocchus II en 33, la capitale, Iol, accueille un atelier monétaire romain et en 32, les peuples de Maurétanie prêtent serment à Octave (Dion Cassius, L, 6, 4-6), mais il ne semble pas que le territoire soit devenu une province au sens administratif du terme : Coltelloni-Trannoy, 1997a, p. 22-33.

37 Chaumont, 1976, p. 71-75.

38 Ferrary, 1988, p. 43 : « …le statut de philos kai summachos n’était, dans le monde hellénistique contemporain, [pas] incompatible avec un état de dépendance et de sujétion vis-à-vis d’un souverain, d’une confédération ou d’une cité ».

39 Ferrary, 1990, p. 217-218.

40 Idem, p. 234-235.

41 Le premier traité, conclu avec Jean Hyrcan (132-104) : Flavius Josèphe, AJ, XIII, 263-264 ; le traité probable sous Alexandre Jannée (103-76), pour lequel le roi remercie les Romains en envoyant une vigne d’or estimée à 500 talents : Flavius Josèphe, AJ, XIV, 36 ; Hadas-Lebel, 2009, p. 16.

42 Flavius Josèphe, AJ, XIV, 192-195.

43 Le texte est gravé sur « le mur des archives » de son théâtre : Ferrary, 1990, p. 255.

44 Lintott, 1993, p. 32.

45 Coltelloni-Trannoy, 1997b.

46 Pline, HN, V, 2 et 20-21 ; certaines sont fondées avant la création du royaume, dans la période d’interrègne consécutive à la mort du roi Bocchus II (33-25) ; on compte aussi un municipe de citoyens romains, Tingi.

47 Plutarque, Rom., 17 ; AE, 1986, 124.

48 Bowersock, 1965, p. 42 suiv.

49 Roddaz, 1983, p. 419-475.

50 Suétone, Aug., 60.

51 Lintott, 1993, p. 33.

52 Chaumont, 1976, p. 72.

53 Cic., Pour la loi Gabinia ; Pour la loi Manilia. Sur le contenu de ces lois : Girardet, 2001, p. 162-171 ; Seager, 2002, p. 40-53.

54 Cappadoce, Galatie, Bosphore pour les plus importants : Bowersock, 1965, p. 42 suiv.

55 Plutarque, Ant., 54.

56 Str., XVII, 3, 25 : καὶ βασιλεῖς δὲ καὶ δυνάσται καὶ δεκαρχίαι τῆς ἐκείνου μερίδος καὶ εἰσὶ καὶ ὑπῆρξαν ἀεί ; Bowersock, 1965, p. 42 suiv.

57 Aug., 48, 2 : membra partisque imperii.

58 Dion Cassius, LIII, 12 : Τῶν δὲ δὴ λοιπῶν οὐκ ἐμνημόνευσα, ὅτι (…) εἰ καὶ τότε ἤδη ἐκεχείρωτο, ἄλλ´ οὔτι γε καὶ ὑπὸ τῶν Ῥωμαίων ἤρχετο, ἀλλ´ ἢ αὐτόνομα ἀφεῖτο ἢ καὶ βασιλείαις τισὶν ἐπετέτραπτο.

59 Cic., Fam., 15, 2, 4 et 8 ; Att., 5, 18, 4 ; Fam., 15, 4, 6 ; Att., 6, 13, 3 ; Fam., 2, 17, 7.

60 L’échec de Rome en Judée est d’abord l’échec des élites juives que les Romains avaient placées à la tête de leur peuple : elles furent incapables de s’imposer à celui-ci et de résoudre les tensions sociales et religieuses, parce que les critères romains définissant une élite dirigeante étaient totalement étrangers aux institutions juives : voir à ce sujet Goodman, 1995, p. 109-133.

61 Dion Cassius, LIX, 8, 2 (Caligula) ; Flavius Josèphe, AJ, XIX, 245 (Claude) ; Hadas-Lebel, 2009, p. 79-85.

62 Leur mère, Antonia Tryphaena (PIR² A 900 et P 114), pourrait être une arrière-petite-fille de Marc Antoine, mais le nom d’Antonius était trop fréquent pour que cette hypothèse de Mommsen soit assurée.

63 Sartre, 1991, p. 37-40.

64 Prieur, 1968, p. 72, 84, 119 suiv. : Cottios est d’abord roi « ami et allié de Rome », puis préfet de cinq ciuitates sous Auguste ; Claude préfère la solution du royaume, confié au fils de Cottios, de 44 à sa mort en 63 ; c’est alors que son royaume est définitivement annexé.

65 Cottios est roi, puis préfet des Alpes ; les titres de roi, ethnarque, tétrarque, toparque, épitropos, etc., établissaient une hiérarchie entre les princes de l’Orient.

66 Ce royaume numide avait d’abord été réparti en deux entités : en 46 le territoire de Cirta (Constantine) devint le fief de Sittius, en remerciement de son soutien contre Juba I, tandis que sur le reste du royaume fut créée l’Africa noua, qui engloba le fief de Sittius, en 44, à la mort de celui-ci.

67 Sur tous ces aléas, se reporter à l’exposé commode de Sartre, 1991, p. 14-46.

68 Alexandropoulos, 2000, p. 401, n° 29 (argent, légende latine), n° 34 (bronze, légende néo-punique).

69 Strabon, XVII, 3, 13 ; Salluste, Jug., XXVI.

70 Leveau, 1984, p. 26-50.

71 Amedik et Froning, 2012.

72 Coltelloni-Trannoy, 1992.

73 Roller, 2003, p. 119-243.

74 Formule reprise à M. Hadas-Lebel, 2009, p. 47.

75 Fittschen et Foerster, 1996.

76 Bloch, 2006, souligne l’imitatio Augusti d’Hérode, visible dans sa politique édilitaire, notamment à l’égard du Temple de Jérusalem.

77 Hadas-Lebel, 2009, p. 49.

78 Alexandropoulos, 2000, p. 173-191.

79 Idem, p. 193-244.

80 Danov, 1979, p. 131-132.

81 Hadas-Lebel, 2009, p. 88, fig. 25.

82 Année épigraphique, 1985, 972.

83 Lintott, 1993, p. 80 : César attribue le port de Jaffa à Hyrcan avec l’obligation de prélever des portoria qui devaient être versés au questeur de Sidon, mais il n’est pas question de publicains (Flavius Josèphe, AJ, 14, 201 et 206).

84 Dion Cassius, LIII, 25 (en 26 av. J.-C.) : « Cette même année, Polémon, roi du Pont, fut inscrit au nombre des amis et alliés du peuple romain, et les premières places à tous les théâtres furent, dans tout son royaume, accordées aux sénateurs ».

85 Juba II à Carthago Noua (CNNM, n° 397 ; ILS, 840) et à Gades (Fest. Av., Ora mar., 277-283) ; Ptolémée à Carthago Noua (CNNM, n° 512-514).

86 Suétone, Aug., 60.

87 Flavius Josèphe, AJ, XIX, 341.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : La carte d’Erathostène
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 2 : Le monde de Strabon
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 3 : L’Empire romain du iiie s. au ier s. av. J.-C.
Légende De la Cité à l’Empire : histoire de Rome, Paris, 2004, p. 127)
Crédits D’après Y. Perrin et Th. Bauzou.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 4 : L’Empire romain au iie s. apr. J.-C.
Légende De la Cité à l’Empire : histoire de Rome, Paris, 2004, p. 298.
Crédits D’après Y. Perrin et Th. Bauzou.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coltelloni-Trannoy, « Les rois de l’empire, entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. », Pallas, 96 | 2014, 91-109.

Référence électronique

Michèle Coltelloni-Trannoy, « Les rois de l’empire, entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/1188 ; DOI : 10.4000/pallas.1188

Haut de page

Auteur

Michèle Coltelloni-Trannoy

Professeur d’histoire romaine
Université Paris 4-Sorbonne
trannoy.michele@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org