Navigation – Plan du site

Les provinces ibériques dans les politiques romaines (70 av. J.-C.-73 apr. J.‑C.)

Iberian Provinces and Roman Policy (70 B.C.-73 A.D.)
Patrick Le Roux
p. 145-166

Résumés

Les provinces ibériques de Rome entre le retour de Pompée vainqueur de Sertorius et la censure de Vespasien, successeur revendiqué de Galba, sont très présentes dans les luttes politiques romaines. L’article cherche à suivre une évolution qui traduit les changements mêmes du regard romain sur l’empire et sur le rôle des populations organisées au terme de la période en cités autonomes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les tendances longues de l’effort militaire de Rome en Ibérie sous la République : Cadiou, 2008 (...)
  • 2 Comme je l’ai dit par oral en introduisant mon propos, le programme implique une réflexion non pas (...)

1Sous contrôle romain partiel, divisées en deux provinces dites « Ultérieure » pour les régions les plus éloignées de Rome et « Citérieure » pour les plus proches depuis 197 av. J.‑C., les terres ibériques firent dès ce moment, chaque année, l’objet de débats et de décisions au Sénat, qu’il s’agisse de la nomination ou du bilan d’un magistrat gouverneur, de composition des contingents légionnaires présents continuellement dans l’une et l’autre province ou de relations avec tel ou tel peuple allié ou hostile. Accélérée par les victoires sur les Lusitaniens et les Celtibères au iie siècle av. J.-C., l’expansion de la cité romaine en direction du centre et de l’ouest des Espagnes avait progressé avec régularité1. Accessible par mer et à ce titre peu éloigné de l’Italie, le territoire péninsulaire, marqué par le souvenir des Carthaginois et des Scipions, ne pouvait rester à l’écart des conflits romains. Sertorius fut le premier à en faire la démonstration, lui qui s’y installa et s’y opposa aux armées dépêchées par le Sénat entre 81 et 72 av. J.-C. En 70, Pompée, imperator sans magistrature, rentra victorieux du gouverneur rebelle et auréolé de prestige à Rome, ayant éclipsé les Caecilii Metelli, ses protecteurs, dont les provinces ibériques étaient jusqu’alors un terrain de prédilection2.

  • 3 Bien que des territoires y aient été encore soustraits aux Romains, l’éloignement des régions occid (...)

2La période des guerres civiles (70-30 av. J.-C.), scandée par les luttes incessantes entre le Sénat et les imperatores prolongées par les rivalités violentes entre les prétendants à l’empire, déboucha ainsi sur la concurrence entre Pompée et César pour le contrôle des provinces ibériques dans la mesure où les ressources offertes sur le plan matériel et militaire par ces territoires, combinées aux leçons de l’épisode sertorien, attiraient les ambitieux désireux de s’imposer à Rome sans risque d’y voir surgir un nouvel ennemi gênant3. Les provinces ibériques ne déroulèrent toutefois qu’une séquence des événements et se trouvèrent de fait éloignées des théâtres où se décidèrent in fine les destins de la cité impériale. Pour l’inauguration de son pouvoir, Auguste choisit de pacifier complètement l’Hispania. Il ne put le faire qu’avec l’aide de légats et de son ami puis gendre Agrippa, faisant coïncider désormais les limites de l’imperium et l’Océan extérieur. Une phase nouvelle de la politique romaine s’ouvrit, axée sur l’apaisement et le gouvernement civil, l’armée servant surtout à prévenir d’éventuelles révoltes à vrai dire vouées à être limitées dans la conjoncture postérieure à la victoire définitive. Ce que reflètent les Hispaniae, à l’instar d’autres provinces, n’est que l’esprit même de la construction politique dessinée par Auguste, héritier de la res publica et des imperatores.

  • 4 La lecture de Strabon permet de nuancer un «  topos  » des discours antiques sur les provinces entr (...)

3L’évolution julio-claudienne ne laissait en rien prévoir l’implication des provinces ibériques dans la crise postnéronienne. Il faut donc être attentif à cette rencontre en apparence fortuite qui ne fut pas totalement exempte de conséquences à en juger par les décisions de Vespasien les concernant ensuite. Ce qui ressort en premier lieu est sans doute une constante de l’histoire abordée ici : la cité puis l’empire de Rome ne définirent à aucun moment une politique originale applicable aux seules Espagnes. Ce sont les circonstances, les adversaires, les détenteurs des pouvoirs et les intérêts perçus comme tels par Rome qui dictèrent attitudes et interventions ou décisions au fur et à mesure de la maîtrise territoriale de provinces qui n’étaient pas négligeables sans susciter des convoitises évoquant un Eldorado4.

1. Les provinces Ibériques dans les guerres civiles (70-30 av. J.-C.)

  • 5 Malgré l’attribution d’un imperium, Pompée n’avait jamais été magistrat. Il ne rendit le cheval pub (...)

4La lutte entre Pompée et Sertorius confirma que les provinces n’échappaient plus aux conflits pour la domination à Rome. Le 31 décembre 71 av. J.-C., âgé de 35 ans, Cn. Pompée dit Magnus, soutenu par ses soldats, obtint avec l’aide de Crassus, récent vainqueur de Spartacus, et le consulat et le triomphe sur les Espagnes5. Désormais, les affaires des provinces ibériques relevèrent d’un domaine privilégié reconnu à Pompée au détriment des Metelli qui avaient perdu leur ancienne prééminence concernant ces provinces et à Rome même. César, qui ne tarda pas à se poser en rival de Pompée, entrait dans la carrière. Il ne négligea pas les occasions que lui offrirent une questure (en 68 av. J.-C.), puis une préture (en 61 av. J.-C.) en Espagne Ultérieure. Le chemin était ouvert qui devait conduire à Munda, au sud du Baetis, le 17 mars 45 et, à la suite des ides de Mars 44 av. J.-C., à la captation de l’héritage césarien sur ces provinces par les triumvirs puis Octave. Ni les partisans de Pompée ni ceux de Lépide ne conservèrent d’influence décelable et durable.

1. 1. Le domaine de Pompée (70-49 av. J.-C.)

  • 6 ILLRP, 515 ; voir Le Roux, 2010a, p. 350-351. La turme tire son nom, selon un acquis récent de la r (...)
  • 7 La récompense de la citoyenneté est alors, pour les non italiques, surtout la conséquence de mérite (...)
  • 8 César, B. civ., II, 18, 7. César insiste sur la province Citérieure car lui-même ne s’était pas fai (...)

5Le premier acte qui relie Pompée à la péninsule Ibérique est dû à son père, lequel au lendemain du siège d’Asculum (Ascoli) en 89 av. J.-C. avait gratifié les cavaliers celtibériques de la turma Salluitana de la citoyenneté romaine6. En dépit du nom, c’est de Pompée lui-même en 72 av. J.-C. que L. Cornelius Balbus de Gades (Cadix) reçut la citoyenneté romaine en vertu de la loi Gellia Cornelia7. La fondation de Pampelune vers la même époque participait d’une politique de consolidation de la présence de Rome dans le piémont pyrénéen. Ce fut le début d’une entreprise d’affirmation de l’influence d’un dux attentif à se faire connaître et qui fit écrire à César, au cours du récit de la guerre civile déclenchée en 49 av. J.‑C. : « Il (César) savait que Pompée avait multiplié les bienfaits et possédait de nombreuses clientèles dans la province citérieure8 ».

  • 9 Pour l’affectation comme préteur, Suétone évoque la sortitio : la procédure, incluant des excuses e (...)
  • 10 César, B. Hisp., 42. C’est dans cette magistrature qu’il témoigna, après Pompée, de son admiration (...)
  • 11 Appien, Iber., 102 ; Plutarque, Caesar, 11.
  • 12 Voir Dion, XXXVII, 52-53 sur les activités de César soucieux d’affronter latrones et populations pe (...)

6Il est toujours difficile de savoir jusqu’à quel point un sénateur encore peu expérimenté tel que César, de famille patricienne ayant connu une éclipse, recevait une charge provinciale plutôt que romaine et pouvait être affecté à une province plutôt qu’à une autre plus ou moins enviable. Il se trouve qu’à deux reprises l’Hispania ulterior fut dévolue à César comme questeur puis comme préteur9. Le bellum Hispaniense souligne d’ailleurs que, dès sa questure, César ne ménagea pas les beneficia ni les largesses envers les provinciaux malgré le peu de prestige qu’il possédait alors10. Concernant la préture, l’opposition entre Appien et Plutarque relève des jugements convenus, le premier soulignant comme à son habitude le peu de cas des Romains pour leurs gouvernés, le second mentionnant le souci de les protéger contre les créanciers11. Quoi qu’il en soit, une charge de préteur avec commandement militaire était une occasion favorable pour surprendre et briller dans l’espoir d’honneurs romains tels que l’ovation voire le triomphe12. Il n’en fut rien mais César avait gagné en autorité et en prestige et Pompée voyait en lui un soutien utile et efficace pour ses propres projets. L’échec de Pompée à son retour d’Orient, l’alliance privée, improprement appelée le « premier triumvirat », débouchèrent sur le consulat de 59 av. J.-C. qui permit à César de se poser définitivement en rival de Pompée. Il partit en 58 av. J.-C. pour ses provinces ayant reçu par le vote du plébiscite vatinien la Gallia Cisalpina et la Gallia Narbonensis.

  • 13 Pour respecter l’égalité avec César qui disposait de huit unités dans les Gaules dès ce moment-là.
  • 14 Cicéron, Fam., 5, 3.
  • 15 Voir sur cet épisode, Traina, 2011.

7Une rencontre fixée à Lucques en 56 av. J.-C., pour satisfaire aux relations établies en 60 av. J.-C., donna lieu à un renouvellement de l’accord entre Crassus, Pompée et César. L’initiative de l’entrevue n’est pas précisée dans les documents. Pompée y avait autant intérêt que César occupé dans les Gaules proprement dites. Les trois imperatores fixèrent un partage des magistratures et des commandements qui échappait aux règles ordinaires de la Res publica. Au consulat pour 55 av. J.-C., Crassus ajoutait le gouvernement de la Syrie et Pompée, avec huit légions13, celui des deux Espagnes pour une durée de cinq années. Pompée choisit de rester à Rome et dut compter sur des hommes de confiance désignés comme légats. La lettre de Metellus Nepos, mentionnée par Cicéron et envoyée en 56 av. J.-C. d’Hispania citerior au Sénat14 pour faire connaître ses exploits, souligne que les provinces sous l’autorité éminente ou non d’un imperator étaient aussi pour chaque sénateur, puissant ou plus modeste, investi d’un commandement un lieu de compétition et de recherche de prestige et de gloire source de fama. Les légats de Pompée furent ceux que César affronta en 49 av. J.-C. après avoir marché sur Rome et enclenché une nouvelle guerre civile contre l’allié d’hier, Pompée, Crassus étant mort le 11 juin, pour échapper à l’humiliation consécutivement à la défaite cuisante de son armée à Carrhae le 9 juin 53 av. J.-C.15.

1. 2. La difficile mainmise de César (49-45)

  • 16 Sur la carrière et l’écrivain, résumé succinct dans : Zehnacker, Fredouille, 1993, p. 127-131.
  • 17 César, B. civ., I, 38.
  • 18 L’Anas ou Ana, les deux formes sont attestées. Le Durius, Duero en castillan, Douro en portugais. I (...)

8Les guerres civiles durant la période entre le franchissement du Rubicon et la victoire, incomplète, sur les fils de Pompée placèrent les provinces Ibériques à plusieurs reprises au centre du monde romain. Les raisons sont aisément compréhensibles puisque Pompée, titulaire de leur gouvernement depuis 55 av. J.-C., y avait disposé une armée qui se composait finalement de sept légions aux ordres de trois légats, L. Afranius, M. Petreius et M. Terentius Varro, ancien préteur, l’érudit bien connu et attaché de longue date à la personne de Pompée16. Le dispositif pompéien enregistrait une évolution du contrôle romain des espaces péninsulaires divisés en deux provinces17. Varron surveillait la province ultérieure jusqu’à l’Anas (Guadiana), Petreius les territoires entre Anas et Durius (Duero), Afranius le reste de la province citérieure dont le piémont pyrénéen et le passage oriental vers l’actuelle Catalogne18. La familiarité accrue avec les espaces péninsulaires transformait le regard romain et annonçait le redécoupage augustéen.

  • 19 Et non Q. Fabius Maximus, indiqué par erreur dans Le Roux, 2010a, p. 37. Q. Fabius Maximus, plus je (...)
  • 20 Les livres XL et XLI portent sur les années 54-48 av. J.-C. Le jugement sur César n’est pas que nég (...)
  • 21 Il s’agit des dates retenues ordinairement. Sur les datations, un décalage d’environ un mois existe (...)

9César ne pouvait pas partir à la poursuite de Pompée sans avoir résolu la question posée par la présence de troupes ennemies capables de le prendre à revers ou de mettre à profit son éloignement vers l’Orient. Les circonstances étaient en outre favorables du fait de la proximité des Gaules où César avait en réserve des légions aux ordres de C. Fabius19. Le récit de ce qui suit repose en grande partie sur le corpus césarien parfois complété ou nuancé par Cassius Dion qui n’est pas particulièrement favorable à César car il a déclenché la guerre civile sous un faux prétexte20. Parti le 6 avril de Rome, retardé par l’hostilité de Marseille qu’il dut assiéger, César arriva en Espagne le 22 juin21. Même soucieux de neutraliser le plus vite possible les légats de Pompée, César affronta divers problèmes en raison d’intempéries et de la supériorité des adversaires bien ravitaillés et plus familiers des lieux. Une attaque surprise avait gravement affaibli C. Fabius lors du franchissement du Sicoris (la Sègre) dont les eaux furent un peu plus tard gonflées par les pluies abondantes, compliquant l’obstacle. Les régions de l’Èbre, favorables au souvenir de Pompée, constituaient un repli possible pour Afranius et Petreius. Appuyés sur leur camp de hauteur près d’Ilerda (Lérida), ils réussirent à prendre l’avantage et à infliger des revers à César qui sut toutefois exploiter la nouvelle, arrivée à point nommé, de la victoire sur Marseille. Les légats pompéiens, informés, décidèrent alors de lever le camp pour gagner le fleuve et les régions plus occidentales. César ayant attendu le lever du jour et supérieur en nombre les surprit et les contraignit à se rendre sans combattre, le terrain leur étant défavorable en raison d’un échec d’Afranius lors d’une ultime tentative pour rejoindre cette fois Ilerda. Le 2 août, Afranius et Petreius acceptèrent leur défaite moyennent le droit de rejoindre Pompée mais tenus de renvoyer leurs soldats dans leurs foyers, ce qui fut fait dès le 3 août.

  • 22 César, B. civ., II, 19.
  • 23 César, B. civ., II, 21.
  • 24 César, B. Alex., 48, 1 ; Dion, XLI, 24, 3.
  • 25 César, B. Alex., 52, 2 ; Dion, XLII, 15-16 ; Val. Max., IX, 4, 2.

10Les préparatifs de Varron dans la province ultérieure avaient sollicité les populations provinciales mises plus ou moins fortement à contribution. Sa victoire avait valu à César soutien et popularité croissante dans un contexte troublé. Varron n’eut pas d’autre choix finalement que de venir lui-même se soumettre à Cordoue où César était arrivé à la tête de 6 000 cavaliers, précédant Q. Cassius Longinus accompagné de deux légions22. César indique qu’il régla les affaires de la province au mieux, avec clémence et générosité. Lors d’une contio tenue à Cordoue même, César fit restituer aux citoyens les richesses « offertes » à Varron et procura bienfaits et privilèges à ceux qui avaient contribué à affaiblir le légat pompéien avant de gagner Gades et de rejoindre l’Italie par mer, non sans avoir restitué l’argent confisqué par Varron au sanctuaire d’Hercule23. Personne n’est vraiment dupe. César tend à expliquer qu’il n’était pour rien dans l’hostilité inattendue rencontrée par son parti avec les conséquences que l’on sait : le renouveau des Pompéiens en Ultérieure sous la houlette des fils du vaincu de Pharsale. Le fautif : Q. Cassius Longinus. Questeur de Pompée entre 54 et 50 av. J.-C., il avait déjà montré sa cupidité au service de ses seuls intérêts24. Tribun de la plèbe en 49 av. J.-C., il rejoignit César avec Antoine. Présent à la bataille d’Ilerda, il fut après le départ de César chargé de gouverner la province ultérieure avec quatre légions. Installé à Cordoue en qualité de propréteur, il prépara une expédition en Afrique ordonnée par César. Son avidité et sa conduite lui valurent d’échapper de justesse à un attentat25. Suivit une révolte militaire qui ne fut apaisée que par l’intervention du gouverneur de l’Espagne Citérieure, M. Aemilius Lepidus (Lépide). Longinus se décida à fuir pour ne pas être livré à César. Il périt noyé à proximité des bouches de l’Èbre. Les bénéfices engrangés à l’été 49 av. J.-C. avaient été dissipés en partie par l’attitude de Q. Cassius.

1. 3. Ultimes soubresauts (45-30 av. J.-C.)

  • 26 Le Bellum Hispaniense, dû à un auteur anonyme de rang relativement modeste, inachevé pour nous, est (...)
  • 27 La localisation précise de la bataille ne fait toujours pas l’unanimité même si le secteur proposé (...)

11C’est donc logiquement qu’après la défaite de Thapsus (6 avril 46 av. J.-C.), les fils de Pompée organisèrent en Espagne Ultérieure l’ultime résistance à César26. Dès la fin de 47 av. J.-C., Cnaeus, l’aîné, s’y était réfugié. Il fut rejoint par Sextus et ils disposèrent de onze, puis treize légions. César accourut littéralement au début de 45 av. J.-C., ayant accompli un voyage par terre en vingt-sept jours entre Rome et Obulco (Porcuna). Après des opérations autour de Cordoue, il se porta vers Ategua tenue par les Pompéiens que Cnaeus Pompée chercha bientôt à délivrer du siège. César fut cependant vainqueur le 19 février 45 av. J.-C., obtenant la reddition des assiégés en l’absence d’offensive résolue de Cn. Pompée. Après une partie de cache-cache sanglante, ponctuée par des coups de main plus ou moins heureux, l’armée pompéienne ne put éviter l’affrontement qui eut lieu dans la plaine de Munda, au sud du Baetis, le 17 mars27. L’issue fut aussi incertaine que destructrice. Les destins, selon une formule narrative convenue, penchèrent tantôt d’un côté tantôt de l’autre jusqu’au soir. César y aurait fait preuve d’une énergie exemplaire attaquant les rangs ennemis l’épée à la main, la tête nue et fixant pour longtemps l’image de l’imperator combattant car privé de postérité avant Maximin le Thrace. L’instant décisif fut provoqué par les cavaliers maures du roi Bogud. Q. Fabius Maximus, ajouta à la prise de Munda celle de l’oppidum d’Osuna (Vrso). Le 12 juin, César reçut la tête de Cnaeus Pompée à Gades. C’est à ce moment qu’il aurait réglé quelques affaires de la province, parmi lesquelles le projet de création de la colonie d’Vrso, avant de prendre la mer pour l’Italie et Rome vers la mi-juillet.

  • 28 Caballos Rufino, 2005, p. 413-428 et principalement p. 420-422, avec une bibliographie succincte.
  • 29 L’ancien maître de la cavalerie du dictateur César et désormais aussi Grand Pontife fut distingué p (...)

12La victoire de Munda n’avait pas mis fin militairement à l’opposition à César28. Sextus Pompée était toujours capable de nuire avec sept légions face aux deux unités dont disposait C. Asinius Pollion. C’est postérieurement à la nouvelle de l’assassinat de César que l’affrontement entre les deux adversaires eut lieu en Espagne Ultérieure. Les témoignages, partisans, sont contradictoires. Il n’est pas douteux que Pollion fut vaincu par Sex. Pompée cependant. Il ne faut pas succomber pour autant à la joie de Cicéron voyant dans Sextus un recours de valeur et cherchant à attirer Lépide dans son camp. Celui-ci, gouverneur de la Citérieure, négocia et conclut un pacte par lequel Sextus Pompée était assuré de recouvrer les biens paternels29. Rappelé à Rome, le fils de Pompée quitta la péninsule sans doute au début de 43 av. J.-C. Nommé, au témoignage d’un monnayage de l’année 42 av. J.-C., praefectus classis et orae maritimae ex senatus consulto, peut-être au mois d’avril 43, c’est sur mer qu’il exerça désormais son activité, laissant les mains libres à Lépide et à Pollion chacun dans leur province. En 42 av. J.-C., au départ de Pollion, Lépide devenu triumvir réunit les deux provinces sous son autorité. Après la paix de Brindes en 40, le calme apparent revint et Octavien avait en charge les provinces Ibériques. Les Actes triomphaux mentionnent des succès réguliers sur les Espagnes entre 39 et 37 av. J.-C. puis entre 34 et 29 sans que l’on connaisse les causes ni les adversaires vaincus, ce que n’autorise guère la formule ex Hispania. Quoi qu’il en soit, lors de la chute d’Alexandrie le 1er août 30 av. J.-C., les provinces ibériques étaient restées à l’écart des événements décisifs depuis une dizaine d’années. Toutefois, durant la guerre d’Actium, C. Baebius T. f. Clustumina (tribu), tribun militaire, reçut d’Octavien la charge de préfet des côtes (ora maritima) d’Hispania Citerior : ni le rôle de l’Hispania depuis Sertorius ni les épisodes de Sex. Pompée maître de la Méditerranée occidentale n’avaient été oubliés.

  • 30 Voir pour les régions centrales et septentrionales de l’Espagne Citérieure entre 133 et 27 av. J.-C (...)
  • 31 Dion, XLVIII, 41, 7 : il s’agit de l’embuscade contre Domitius Calvinus en 39 av. J.-C. tendue par (...)

13Le demi-siècle écoulé, scandé par les luttes entre prétendants au pouvoir à Rome, pose une question historique difficile s’agissant de l’influence des compétitions politiques et militaires sur les transformations des provinces Ibériques et autres. Une conclusion émerge. Depuis la défaite de Carthage, la Méditerranée occidentale est placée sous contrôle politique et militaire romain, ce qui a eu pour conséquence de développer les relations les plus diversifiées entre l’Italie et les provinces Ibériques notamment maritimes et méditerranéennes. La présence des légions, le recrutement militaire provincial, l’installation de vétérans dans des colonies devenues au terme des guerres civiles avant tout extra-italiques, l’importance mesurée mais croissante des citoyens Romains ont ancré les provinces, de manière inégale mais progressive, dans l’empire de Rome plus aisé à contrôler. Toutefois, les effets de plus d’un siècle de gouvernement romain visant à la pacification et à la réorganisation des communautés locales sous l’égide d’élites diversifiées par leurs origines, ont contribué à modifier les sociétés locales, sans oublier l’imprégnation de la langue des Romains, véhicule de l’administration et du gouvernement30. Il convient de rappeler que le siècle n’a pas été accompagné par une immigration italique massive. Il faut également ne pas perdre de vue que la cité locale de type gréco-italique a constitué la structure humaine et sociale de référence. Les documents laissent entrevoir dans la dernière décennie des réactions hostiles de populations pourtant vaincues dès l’époque de Caton l’Ancien ce qui peut s’expliquer par la présence de corps de troupe maintenus en garnison sans discontinuer et par la perception de tributs31. Le retour de la paix civile appelait toujours des efforts accrus de la part du vainqueur, Octavien appelé Auguste à partir de 27 av. J.-C. Le passage d’un regard militaire dominant à un regard plus civil n’était pas moins nécessaire, même si les affaires des Espagnes n’avaient jamais négligé dans le passé la dimension juridique et politique complétée, il est vrai, par des obligations fiscales et matérielles.

2. Apaisement et pacification : le temps d’Auguste (30 av. J.-C.-14 apr. J.-C.)

  • 32 Ce qui est préférable à des hypothèses a priori au nom de la vraisemblance fondée sur quelques maig (...)
  • 33 Le Roux, 2010a, p. 41-50.
  • 34 Le Roux, 2010b, qui traite de l’ensemble de l’invention augustéenne des provinces ibériques.

14Les divisions des citoyens de certaines régions, en particulier de l’Ultérieure et de la moyenne vallée de l’Èbre en Espagne Citérieure, entre partisans de Pompée et de ses fils et partisans de César puis d’Octavien peut expliquer certaines décisions ponctuelles visant à privilégier ou à affaiblir telle ou telle communauté. Ces histoires locales, nombreuses sans doute, nous échappent faute de témoignages ouvrant sur des conclusions fermes32. Pour Auguste soucieux d’asseoir son autorité encore fragile et d’établir un système durable de gouvernement de l’empire, la pacification des régions septentrionales non encore maîtrisées constituait une obligation qui n’était pas sans risques. Il fallut huit campagnes pour venir à bout de l’opiniâtreté des Cantabres et des Astures décidés à défendre leur liberté33. Cet ultime sursaut permit à Auguste une réorganisation des provinces présentée comme l’accès définitif aux bornes du monde habité et à l’Océan34. La politique n’avait pas changé. Les relations apaisées avec chaque communauté ou peuple mesurées à l’aune des épisodes du passé qui avaient conduit Rome à étendre son empire sur la totalité des terres péninsulaires n’avaient pas pour objectif de créer une unité péninsulaire dont Rome eût eu plus à craindre qu’à se féliciter en cas de crise ouverte.

2. 1. Dernières opérations guerrières (30-16 av. J.-C.)

  • 35 Il manque une synthèse récente de mise à jour intégrant les résultats nouveaux des études archéolog (...)

15Le dossier militaire des campagnes d’Auguste dans la péninsule Ibérique au début de son règne est abondamment traité35. Il suffit de rappeler ici que les magistrats affectés aux provinces avaient toujours eu sous leurs ordres des soldats et que, conformément aux instructions du Sénat ou des imperatores, ils devaient assurer la protection des terres déjà administrées et ouvertes aux activités des citoyens Romains en élargissant les zones de sécurité et pacifiées. L’étau s’était resserré peu à peu autour des régions septentrionales encore mal surveillées et peu pénétrées en raison du caractère montagneux dominé par la cordillère cantabrique culminant aux Picos de Europa. Des troubles, aggravés par les luttes civiles et par les menaces que faisaient peser les montagnards sur les régions environnantes, y étaient de plus en plus récurrents.

  • 36 Je ne reprends pas ici ce qui est exposé dans le livre cité supra, n. 32 et dans Le Roux, 2010a, p. (...)

16Auguste avait reçu en partage en janvier 27 av. J.-C. une grande province en Occident associant Gaules et Espagnes et incluant la Bretagne toujours à conquérir. Malgré une prééminence de fait, le Prince du Sénat n’était pas encore en possession de pouvoirs définis qui auraient pu lui assurer une position indiscutable dans la res publica. La remise en ordre de l’empire passait aussi par les provinces et par la pacification des Espagnes partagées entre Pompéiens et Césariens qu’il importait de réconcilier sous son autorité personnelle. En outre, malgré le succès à Actium surtout dû à Agrippa, Auguste n’avait pas démontré des qualités militaires attendues. C’est donc en fonction des circonstances politiques, et du fait que ces campagnes furent les seules qu’il commanda comme Auguste, que les guerres asturo-cantabres ont connu une résonance particulière sans commune mesure avec les résultats réels obtenus par Auguste présent sur le terrain36. Florus, Cassius Dion, Orose et dans une moindre mesure Suétone apportent des analyses contrastées qu’il s’agisse des difficultés et des erreurs d’appréciation (Cassius Dion) ou d’un récit ciblé en fonction d’Auguste lui-même dont la victoire au bout de deux campagnes relève du mythe puisque la révolte surgit à nouveau l’année suivante. À y regarder de près, l’attention portée aux Espagnes ne relevait d’aucune urgence ni appréciation calculée. La conjoncture décida des événements et de leur chronologie.

  • 37 Pour les références et le texte accompagné d’un long commentaire critique : Le Roux, 2011. Il y a d (...)
  • 38 Strabon, III, 4, 19-20.

17On comprend mieux que l’historiographie récente se soit emparée d’un document peu commun, de nature épigraphique, dit dans un premier temps le « bronze de Bembibre », lieu officiel de sa découverte et désigné désormais plus couramment comme la « Tessère des Paemeiobrigenses » que l’on peut encore nommer l’« édit ou les édits d’Auguste sur les Paemeiobrigenses »37. Parmi les nombreuses surprises et nouveautés, le document comble une lacune de la tradition en faisant apparaître une province temporaire non attestée ailleurs, la provincia Transduriana, confiée en particulier à L. Sestius Quirinalis, mentionné par ailleurs et lié aux autels Sestiens dont l’emplacement a fait couler beaucoup d’encre, mais dont on ne savait rien des conditions mêmes de son intervention dans ces provinces. À la date des édits, le 14 et le 15 février 15 av. J.-C., la province continuerait d’exister impliquant que la remise en ordre définitive n’était pas achevée tout comme le texte ne dit pas, malgré qu’on en ait, que L. Sestius Quirinalis avait été le premier à gouverner cette province. Plus imprévu encore, la période obscure de transition entre 29 et 15 reçoit un éclairage inédit. Il faut ajouter que les débats sont perturbés par des conceptions modernes et disputées de la provincia. Pourtant, la question d’une province « personnelle » ou d’une province « territoriale » ne se pose pas. Il est acquis désormais qu’une province n’était rien d’autre qu’un commandement confié à un magistrat, lequel s’exerçait nécessairement sur des populations plus ou moins étendues. Dans ce cas, la création d’une province Transduriana au demeurant non délimitée n’est guère explicite ni justifiée, sauf à vouloir impliquer la Callaecia dont on ne sait rien et qu’aucun document ne mentionne dans le conflit de la période. Enfin, les événements militaires eux-mêmes ne sont pas évoqués et leur compréhension n’en est pas améliorée. Le gain en serait une nouvelle originalité des provinces Ibériques tempérée, il est vrai, par le témoignage de Strabon, plus tardif38.

18Les campagnes avaient commencé peu avant qu’Auguste ne se rendît sur place. La décision de mettre fin à toute tentative de révolte ou de rébellion prit la forme d’une expédition contre les Cantabres en 26 av. J.-C. à partir de Tarragone d’où il était facile d’accoster en arrivant d’Italie par mer. Avec trois légions et quelques renforts, Auguste et ses légats cherchèrent à encercler les Cantabres. Dans le même temps, une armée équivalente aux ordres de P. Carisius, le légat de la province ultérieure, se portait contre les Astures. À l’hiver 26-25, Auguste malade dut rester à Tarragone et renoncer à poursuivre personnellement la guerre sur le terrain. Ce sont les légats qui remportèrent les victoires, dans des conditions harassantes en raison des lieux accidentés. Malgré la fondation de Mérida et la fermeture des portes du temple de Janus en 25, la paix était précaire et l’on comprend mieux pourquoi Auguste ne chercha pas à obtenir le triomphe sur les Espagnes. De 24 à 19 av. J.-C., six campagnes furent encore indispensables pour venir à bout des résistances et des Astures et des Cantabres. Agrippa fut appelé à l’aide pour mettre un terme aux hostilités, ce qu’il fit, non sans mal, en 19 av. J.-C., ayant dû faire face en outre à une révolte des soldats de la Ire légion. Le mérite du succès fut attribué à Auguste à un moment où émergeait un monopole impérial sur la victoire et le triomphe. À la veille du deuxième voyage augustéen, quelques derniers soubresauts rapidement réprimés sont signalés par Cassius Dion.

  • 39 Un premier voyage précoce pour rejoindre César en 45 av. J.-C. est mentionné, d’où l’idée que celui (...)

19Les précisions font ici encore défaut malgré le nouveau bronze daté de Narbonne. Nous ne sommes pas en mesure de dire quel fut l’itinéraire choisi au cours des années 16-13 av. J.-C. qui furent celles du deuxième voyage augustéen39 sous le signe de la remise en ordre et de la création officielle de trois provinces au lieu de deux. Il fallait placer la guerre au deuxième plan et mettre en avant l’administration et la cité dont Rome était le modèle.

2. 2. Un gouvernement renouvelé

20L’action militaire ne pouvait pas tout résoudre. Les guerres civiles et l’avidité des magistrats et autres partisans zélés avaient épuisé les forces et les ressources des populations qui aspiraient à la paix. Parmi elles, les vétérans installés dans les colonies nouvelles et les citoyens Romains désireux de faire valoir le privilège de leur statut juridique firent écho à la politique d’Auguste pour lequel la tranquillité des provinces était essentielle à sa propre réussite.

  • 40 Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur les documents nombreux qui confirment la description, do (...)
  • 41 L’empereur a le monopole des armées ce qui fonde la division provinciale dont il est question avec (...)

21Les principes arrêtés à l’occasion du voyage de 16-13 av. J.-C. n’étaient pas propres aux provinces ibériques40. La première mesure consista à distinguer provinces militaires impériales et provinces publiques proconsulaires inermes sur la base du partage de 27 av. J.-C., avec toutefois des exceptions concernant les corps de troupe41. De même, le rang du gouverneur fut en principe adapté à l’importance du secteur provincial mais, au même titre que la durée du mandat, ce ne fut que peu à peu et plus tard qu’une norme fut définie pour chaque circonscription provinciale. La réorganisation des Espagnes reposa sur le passage de deux à trois provinces, essentiellement par la subdivision de l’ancienne Espagne Ultérieure. La nécessaire inclusion de nouvelles régions récemment pacifiées, les Asturies et la Cantabrie, déterminèrent toutefois la configuration renouvelée de l’Espagne Citérieure couvrant désormais tous les territoires au nord du Durius, y compris la Galice autrefois solidaire des terres lusitaniennes. La province de Citérieure représentait en superficie à peu près la moitié de l’espace péninsulaire. Elle abritait l’ensemble des légions laissées en Hispania, à savoir la IV Macedonica en Cantabrie, la VI Victrix à Leόn et la X Gemina à Asturica Augusta. De statut impérial, cette grande province militaire avait comme magistrat un légat d’Auguste propréteur de rang consulaire installé à Tarragone et chevronné dans la mesure où il disposait de trois légions. Les unités militaires avaient été placées de manière à surveiller plus étroitement les régions encore mal pacifiées et montagneuses. Entre Durius et Anas, la province de Lusitanie (provincia Vlterior Lusitania) était également une province impériale, mais inerme, ce qui n’interdit pas de penser que des unités auxiliaires pouvaient y stationner au début de l’Empire. L’inventaire des cohortes et ailes des garnisons péninsulaires est en effet loin d’être complet à ce jour. Le gouverneur était en principe de rang prétorien et avait pour résidence principale la nouvelle colonie d’Augusta Emerita (Mérida). La provincia ulterior Baetica ou Bétique était sans armée et son gouverneur était choisi par le Sénat parmi les anciens préteurs.

22Les deux volets principaux non militaires du gouvernement provincial concernaient les finances impériales par le biais de la fiscalité et la justice. Celle-ci fut la raison d’être des conventus mis en place dès Auguste, au nombre de sept dans la Citérieure, dont les trois du nord-ouest, au nombre de trois en Lusitanie et de quatre en Bétique. Celle-ci était contrôlée financièrement par le questeur attaché au proconsul. Certains domaines réservés de l’empereur étaient cependant confiés à des procurateurs d’Auguste chevaliers ou affranchis. Dans les provinces impériales, c’est un procurateur également de l’ordre équestre qui gérait les finances et veillait à l’entretien des soldats et des camps. La province de Citérieure n’avait qu’un seul procurateur jusqu’à Vespasien au plus tôt. Il avait en charge les revenus des mines d’or du nord-ouest en particulier dont l’exploitation fut systématisée à partir d’Auguste. Il faut également ajouter un rôle accru et renforcé des provinces et des provinces ibériques notamment en matière de recrutement. Si les colonies fournissaient des soldats pour les légions sans que cela ait été le motif de leur fondation, les peuples des régions occidentales et nord-occidentales furent sollicités pour le recrutement d’ailes et de cohortes auxiliaires. Dans tous les cas, la majorité de ces recrues était appelée à servir et à combattre hors des provinces ibériques. Les effectifs concernés, même supérieurs à quelques dizaines de milliers, ne visaient pas à compromettre la démographie de ces populations. Le service était l’occasion de brassages pour de jeunes hommes qui revenaient pour une part dans leur communauté d’origine après un service il est vrai de vingt ou vingt-cinq ans voire davantage.

  • 42 Sur l’importance des voyages d’Auguste pour les «  promotions  » de cités : Abascal Palazόn, 2006 [ (...)
  • 43 RGDA, 28, 1. La référence à seulement l’une et l’autre des Espagnes est ambiguë, mais la tripartiti (...)
  • 44 Dion, LIV, 23, 7.

23La création de colonies de vétérans légionnaires, essentiellement, correspondit à une politique réfléchie et développée à la suite de l’exemple césarien42. Il s’agissait de cités, et non de territoires d’outre-mer au sens moderne, destinées à organiser localement les affaires communes des citoyens Romains qui en composaient la population dans des conditions politiques économiques et sociales favorables à leur développement futur. Cette observation rend compte aussi des localisations dans les régions pacifiées depuis longtemps, d’où leur importance surtout en Bétique et en Hispania Citerior méditerranéenne. La phase entre 27 et 13 av. J.-C. représente en la matière un prolongement par rapport à l’époque de César et des triumvirs et un aboutissement plus qu’un nouveau départ. Auguste lui-même dans les Res Gestae revendique parmi les colonies de soldats qu’il a fondées des installations utraque Hispania43. Cassius Dion attribue à l’année 15 av. J.-C. des fondations nombreuses dans les Gaules et dans les Espagnes sans autre précision et sans écho direct dans le reste de la documentation44. Faut-il placer à cette date Caesaraugusta (Saragosse) ou Libisosa ? On ne le sait pas. Les interventions augustéennes ne se limitèrent pas à la colonisation. Un mouvement plus ample d’urbanisation fut mis en mouvement par l’exemple et par l’encouragement adressé aux élites locales. Bracara Augusta, Lucus Augusti, Asturica Augusta dans le Nord-Ouest en sont le reflet mais le municipium Augustum Bilbilis, Augustobriga et bien d’autres oppida illustrent la diversité de développements nouveaux au nom de la cité et de la ville siège des institutions civiques.

Les formes de contrôle mises en place défient toute comparaison avec des modèles postérieurs, la provincia elle-même étant un fait profondément original et avant tout romain.

2. 3. Les Espagnes et l’empire

24L’édifice administratif conçu par Auguste, tel qu’il est reflété dans les provinces ibériques, suggère un esprit de continuité qui existait aussi concernant la res publica toujours constituée de ses magistrats, du Sénat et du peuple Romain. La structure provinciale restait fidèle au contenu et à la définition du mot. Simplement, l’ordre politique et civique l’emporte désormais sur l’activité guerrière et la compétition pour le pouvoir. Il est trop tôt pour se prononcer sur d’éventuels changements mais la paix et la stabilité favorisèrent la stabilisation des limites provinciales sans qu’il faille conclure que ces provinces jouissaient d’une souveraineté territoriale. Les provinces n’étaient pas en droit des domaines annexés. Elles étaient des extensions du pouvoir du peuple Romain associées par des liens de fidélité et des alliances que Rome avait noués avec chaque communauté de la provincia. Auguste lui-même assumait l’héritage passé au nom de la res publica dont il était devenu le garant.

25Le fonctionnement du gouvernement et de l’administration des provinces impliquait des nuances selon le rang du gouverneur, les auxiliaires auxquels il avait droit ou sur lesquels il avait autorité, la présence ou non d’une armée, l’étendue des limites. Comme l’on sait également, le culte provincial dans le cadre d’une assemblée appelée concilium n’a pris forme que progressivement et n’a été autant qu’on le sache étendu à la province publique de Bétique qu’à partir de Vespasien. L’observation invite à redoubler de prudence avant de présenter cette assemblée comme une instance provinciale érigée en interlocuteur politique de l’autorité impériale. Le modèle des « Parlements » modernes ne correspond pas ici non plus à une réalité. La composition limitée à des prêtres annuels élus par des prêtres représentant leurs cités souligne l’orientation religieuse de l’institution. Dans les provinces impériales, ce n’est qu’avec Tibère que le culte à Auguste prit forme autour d’un temple, la Bétique ayant pour sa part essuyé un refus de Tibère. Il en résulte qu’aucun indice ne permet de conclure à un gouvernement centralisé et strictement hiérarchisé. De fait, la personne même d’Auguste était l’élément fédérateur pour les populations provinciales quelles qu’elles fussent. Ce rôle était renforcé par les honneurs religieux rendus en hommage à son action et à son pouvoir dans chaque cité locale, indépendamment de son statut juridique. Ce « culte aux empereurs » plutôt que « culte impérial » fixait la place de l’empereur vivant et mort entre les hommes et les dieux.

  • 45 Étienne, 1974, p. 359.
  • 46 Ibid., p. 362.
  • 47 Le mot «  espagnol  » lui-même n’est pas justifié pour l’Antiquité puisque dans cette acception il (...)

26Depuis le livre fondateur de R. Étienne, il est admis que les Ibères ont préparé l’introduction du culte à Auguste et aux empereurs divinisés. Le texte de Cassius Dion concernant la séance au Sénat du 16 janvier 27 av. J.-C. y est mis en exergue dans la mesure où « un incident remarquable vient rappeler le rôle particulier que l’Espagne joue dans la formation du sentiment religieux exprimé par le culte impérial. »45. Le dossier avait été beaucoup commenté et R. Étienne a cru pouvoir établir un lien entre le culte impérial et la « sensibilité espagnole »46. Ce que rapporte Cassius Dion, LIII, 20 est moins lisible. Il indique que le personnage nommé Sex. Pacuvius ou Ampudius, tribun de la plèbe, se « dévoua » en plein Sénat « à la mode des Ibères ». La lecture du passage prête à des interprétations variées. Il convient pourtant de commencer par donner l’importance qu’elle demande à la formule relative au présage de grandeur future et de maîtrise de la Ville entière. Il faut rapprocher cette notation du fait que les journées de janvier 27 av. J.-C. ne définirent pas les pouvoirs d’Auguste mais instituèrent un partage du contrôle des provinces entre Auguste et le Sénat. La devotio iberica adressée à un chef de guerre paraît prendre surtout son sens en fonction de vœux pour le salut d’Auguste destiné à combattre contre les Cantabres et les Astures. Seuls quelques guerriers fidèles promettaient alors de ne pas survivre à leur chef s’il était tué au combat mais rien ne laisse prévoir une divinisation du chef. R. Étienne, soucieux de réagir contre une vue orientale exclusive des prémices du culte dit « impérial », voyait dans ce passage une preuve que l’Occident n’était pas en reste sans peut-être prendre suffisamment garde que l’appellation de « caudillo » pour Franco créait l’illusion d’un trait permanent du peuple « espagnol » que rien ne justifie47. Le point de départ du culte aux divinisés est celui que Rome et l’Italie vouèrent à César assassiné dès 42 av. J.-C.

  • 48 Pina Polo, 2012.

27La question est complétée historiographiquement par celle des clientèles et de la place des liens de clientèle dans la société et dans la politique du temps d’Auguste. Comme il a été rappelé plus haut, c’est à juste titre que des travaux récents ont réagi à la thèse d’une diffusion généralisée de cette pratique instituant les liens entre les personnes comme un trait fondamental et codifié des relations sociales. F. Pina Polo a montré la faiblesse d’une argumentation fondée sur l’onomastique pour asseoir l’existence large de ces clientèles provinciales48. Les nouveaux citoyens recevaient leur nom d’un patron quand ils étaient affranchis. L’obtention de la civitas Romana par l’armée et le service militaire autorisait le soldat à adopter le nom de l’empereur sans que l’on sache si tous les bénéficiaires se tenaient à cette pratique. Enfin, les modes ou au contraire la liberté de choix entraient dans la constitution du stock de gentilices reflétés par les nouveaux citoyens qui n’étaient pas pour autant des clients. Plus important peut-être : de même que les clientèles électorales que révèle le Pro Murena de Cicéron à Rome étaient temporaires et instables, de même aucune démonstration n’a été faite que les Romains ambitieux et puissants comptaient sur des clients provinciaux pour consolider et augmenter un pouvoir qu’il est difficile de définir et d’évaluer. Les ascensions politiques passaient par des voies multiples et, sous l’Empire, la recherche de liens de clientèle étendus et diversifiés aurait désigné le titulaire à la vindicte impériale. Auguste lui-même se réclamant de l’héritage de César jouait sur la popularitas et non sur la fides du client. Les clientèles provinciales lorsqu’elles existaient ou avaient une réelle visibilité concernaient les élites locales en grande majorité et constituaient une forme parmi d’autres de relation sociale sans contrat formellement ou juridiquement défini.

  • 49 CIL, VI, 1396 = ILS, 8343 dont la datation augustéenne n’est que vraisemblable. Il était sans doute (...)
  • 50 CIL, VI, 1442.
  • 51 AE, 1915, 35 de Mérida. A. U. Stylow, Anas 2/3, 1998/90, p. 199 n°  4= AE, 1990, 514= HEp, 4, 1994, (...)
  • 52 CIL, IX, 331 = ILS, 929 de Canusium. AE, 1954, 88.
  • 53 Voir pour un aperçu général : Alföldy, 1969, p. 8-13 et 216-218 : M. Licinius M. f. Crassus Frugi e (...)

28Malgré la volonté de régulation introduite progressivement, les titulaires des gouvernements sous Auguste parlent des fluctuations du regard romain sur les provinces ibériques et sur les affaires (res) qui y furent perçues comme importantes en dehors de la phase de pacification précédant la nouvelle organisation tripartie. La province publique de Bétique n’apporte que trop peu de données pour que l’on propose une appréciation quelconque : outre le proconsul A. Cottius49, on ne recense qu’un L. Licinius L. f. Crassus qui fut ou questeur ou légat du proconsul50. La Lusitanie est tout aussi avare d’informations d’autant qu’il convient désormais de placer Q. Acutius Faienanus entre 70 et 150 et non sous Auguste51. Reste Q. Articuleius Regulus, homme nouveau et légat de rang prétorien, à situer dans les quinze dernières années du règne sans autre précision52. La province citérieure, comme il était prévisible, révèle divers légats consulaires de grande notoriété en raison de leur proximité avec Auguste53. Les personnels autres nous échappent. Auguste attacha une importance hiérarchisée aux provinces ibériques et surveilla tout particulièrement la province à trois légions qu’il confia à des personnalités de grand poids sur lesquelles il savait pouvoir compter. La province d’Espagne Citérieure illustre ouvertement la politique d’Auguste concernant la mise en place d’un nouvel esprit en fonction d’un monopole impérial sur le commandement des légions. Le choix des légats reflète davantage les questions de pouvoir à Rome que la situation même des provinces Ibériques. Aucun témoignage ne vient jeter une ombre sur le caractère paisible de populations dont rien n’indique non plus que leurs griefs ni leur désir de liberté avaient totalement disparu. Suivant les conjonctures ou les circonstances, des évolutions étaient possibles et le recul des effectifs militaires en garnison, signe des progrès de la paix civile, décida des choix postérieurs. C’est donc sans véritable surprise ni déduction quelconque sur la perception des provinces ibériques observées de Rome que l’on peut chercher à comprendre l’épisode de Galba.

3. De Tibère à Vespasien (14-73) : le soutien des provinces ibériques

  • 54 Voir l’édition CUF 1998 de H. Zehnacker avec la traduction et le commentaire.

29Les guerres, les crises et les révoltes rythment par définition les récits à caractère historique. Des régions paisibles, dites « sans histoire », les documents ne parlent guère et les inscriptions se contentent de construire la mémoire des bienfaiteurs et des actions en faveur des communautés locales ou non. La minceur des informations contraste donc avec la pléthore relative des étapes antérieures dont il vient d’être rendu compte. Le bilan de Pline l’Ancien au livre III de sa Naturalis Historia, rédigée sous Vespasien et à l’adresse des empereurs54, signale indirectement que la politique romaine envers les provinces ibériques visait à protéger les citoyens Romains dans leurs activités, à favoriser l’urbanisation soit par l’intervention impériale soit par le droit et l’octroi de statuts civiques flatteurs, ou encore à assurer que les ressources disponibles pouvaient contribuer à résoudre divers problèmes de l’empire et de son fonctionnement régulier ou de la population surabondante de la Ville. Toutes ces mutations ou transformations ne relevaient pas directement d’une action politique programmée ni permanente. L’aspiration à la paix dominait.

30Il est vrai, à lire les témoignages, que rien ne laissait prévoir ce qui allait se passer ni qu’un gouverneur provincial de l’Espagne Citérieure obtiendrait l’empire. Tacite emploie lui-même les mots d’arcana imperii dans les Histoires pour mettre au jour un secret, dont il n’était sûrement pas dupe, à savoir qu’un empereur pouvait être fait ailleurs qu’à Rome. Le retour sur la scène politique des Espagnes n’était pas particulièrement attendu. Comment en était-on arrivé là et les politiques romaines concernant ces provinces éclairent-elles l’issue double de ces nouvelles guerres civiles : le règne de Galba et ses suites, la décision de Vespasien d’octroyer le ius Latii à toutes les cités des trois provinces qui n’en jouissaient pas encore ?

3. 1. Avant la crise (14-68) : dans les pas de la monarchie

  • 55 Suétone, Tib., 32 : Boni pastori tondere pecus non deglubere.

31La chronique est relativement pauvre et il faut se contenter de quelques notations où apparaissent les Espagnes sans que l’on sache toujours leur conférer une juste portée. Tibère ne fit pas d’exception pour ces provinces et décida de laisser certains gouverneurs en place durant dix années ou plus. Ce ne fut pas seulement par immobilisme ni volonté de ne rien changer aux décisions du premier empereur. Le successeur d’Auguste et tous les Julio-Claudiens passent pour avoir redouté en permanence les complots et avoir cherché à tirer le meilleur rendement possible des provinces dans le prolongement de la formule célèbre de Tibère indiquant qu’il fallait savoir tondre les provinciaux sans les écorcher55. Cupidité et avarice coloraient vivement une société soucieuse d’enrichissement à défaut de pouvoir. L’empereur devait exprimer et légitimer sa supériorité dans tous les domaines face à des sénateurs dont il fallait soutenir le regard. La violence des compétitions ne passait plus seulement par les armes.

  • 56 Synthèse utile de Lyasse, 2011.
  • 57 Tacite, Ann., I, 78, 1 : Templum ut in colonia Tarraconensi strueretur Augusto petentibus Hispanis (...)
  • 58 CIL, II², 5, 900 = AE, 1996, 885 (El Tejar (Gemella ?), Cordoue). Voir AE, 1993, 21-22 et 996 ; 199 (...)

32Tibère accéda d’emblée aux hommages religieux que les élites hispaniques entendirent rendre à son prédécesseur et père adoptif56. Dès 15, il permit la construction d’un temple au divin Auguste à Tarragone ce qui, ajoute Tacite, devait servir d’exemple aux autres provinces57. Auguste avait séjourné dans la colonie. À l’inverse, Cn. Pison avait laissé de son gouvernement vers 9-10 un souvenir négatif. L. Fulcinius Trio son délateur l’accusa, par malveillance et intérêt personnel, au moment du procès de l’année 20 documenté désormais par le texte du sénatus-consulte gravé sur bronze et retrouvé en Bétique58. Malgré les mesures augustéennes, les habitudes anciennes dénoncées par Appien n’avaient pas disparu comme par enchantement. La crainte diffuse ne s’effaçait pas facilement et au moment de la révolte des Gaules en 21 la rumeur avait couru à Rome que l’Hispania aussi allait se révolter, ce que Tacite relaie volontiers en anticipant, il est vrai, sur la crise de 68.

  • 59 Tacite, Ann., VI, 19, 1. Le prétexte du procès aurait été moins honorable encore : Marius, amicus d (...)
  • 60 Tacite, Ann., VI, 27 ; Suétone, Tib., 63.

33On attribue à la modestie de Tibère et à son respect conservateur de la tradition exprimé par l’attention apparente aux réactions du Sénat le refus opposé en 25 aux élites des cités de la province ultérieure d’édifier un temple pour lui et sa mère. En revanche, c’est par crainte d’un compétiteur trop puissant que Tibère se débarrassa de Sex. Marius jeté du Tarpeium (la Roche Tarpéienne) et confisqua au profit de l’empereur ses biens et les mines d’argent (de plomb argentifère) et de cuivre que le chevalier ditissimus faisait exploiter dans l’actuelle Sierra Morena au mons Marianus et ailleurs59. Les empereurs ne négligèrent pas dès Auguste les occasions de constituer un domaine impérial source de revenus dans chaque province. Pour les élites romaines de cette époque, les Hispaniae avaient la réputation d’être très riches en ressources de toute sorte, attirant les convoitises. L’arbitraire est enfin illustré par l’exemple de L. Arruntius L. f. L. n., consul ordinaire en 6 apr. J.-C., désigné comme légat de la province citérieure et titulaire de la fonction pendant plus de 10 ans (vers 23-37). Par défiance, Tibère lui interdit de résider dans l’Espagne Citérieure et à la manière de Pompée dut recourir à des légats pour agir sur place60.

  • 61 Dion, LX, 14, 2-3 : il est surtout mentionné comme l’amant scandaleux de Messaline.
  • 62 Dion, LX, 24, 5.

34Caligula et Claude n’ont laissé que peu d’indices de leurs projets envers les Espagnes. C. Appius Iunius Silanus, consul ordinaire en 28 apr. J.-C., gouverna l’Hispania Citerior vers 40-4161 selon un choix qui consistait à y dépêcher des sénateurs chevronnés et prestigieux se contentant d’exercer leur pouvoir de justice et de maintenir l’ordre. Quant à Umbonius Silo, proconsul de la Bétique vers 43-44, il ne doit sa mémoire qu’à son exclusion du Sénat pour avoir manqué au ravitaillement des unités combattant en Maurétanie Tingitane62. Sous Néron, le magistère de Sénèque, exilé auparavant par Claude et rappelé sur l’insistance d’Agrippine, reflète une conjoncture favorable à un sénateur plus estimé comme philosophe et comme protecteur de poètes et d’écrivains que comme « Espagnol », ce qu’il n’était pas ni ne pouvait être. Sa famille était originaire de la cité de Cordoue. Fils d’un chevalier et rhéteur, il vint très tôt à Rome. Précepteur de l’empereur, il fut consul suffect en 56. Sa réussite et sa richesse, non limitée à la province de Bétique et dénoncée par Cassius Dion lors du récit de la révolte de Boudicca, ne sont pas l’indice d’un poids particulier des élites hispaniques à Rome favorable à ces provinces. La disgrâce postérieure et le suicide imposé par Néron à la suite de la conjuration de Pison en 65 n’ont rien à voir avec l’Hispania ni avec la crise de 68. Les élites latinophones des régions occidentales et d’Italie du Nord, issues en partie de vétérans légionnaires, reflétaient l’impossibilité de réserver l’accès au Sénat aux seuls Romains et Italiques. Quelques cités de Bétique n’étaient qu’une source parmi d’autres de nouveaux sénateurs sans qu’aucune logique identitaire ou autre ne s’imposât vraiment.

3. 2. Le parti de Galba

35La Bétique n’était pas l’Espagne Citérieure ni la Lusitanie. Les Romains savaient qu’il était plus aisé de soumettre une province que de la conserver. Des révoltes étaient toujours possibles qu’il se soit agi de liberté, de réaction à la perception des impôts ou aux levées de soldats dans un contexte apaisé qui n’était pas toujours paisible. L’esprit du gouvernement dépendait de celui de l’empereur en grande partie. Le culte aux empereurs ne garantissait pas contre les ambitions ni les crises.

  • 63 Tacite, Ann., IV, 5.
  • 64 CIL, XI, 395 = ILS, 2648, vers 55-60. Le commandement a été assuré par le primipile de la VIe légio (...)
  • 65 Tacite, Hist., I, 49 ; Suétone, Galb., 8, 1-2.

36En dehors de l’assassinat du légat juridique L. Calpurnius Piso en 25 par un habitant de Termes des Celtibères63 et de la mention dans une inscription d’Italie d’une intervention militaire chez les Astures sous Néron64, il n’y a pas d’indices que les Espagnes et notamment la province citérieure aient été périodiquement en proie à l’agitation. C’est donc parmi les sénateurs et les gouverneurs de province que naquit le mécontentement contre Néron. Le soulèvement vint des Gaules et non des Espagnes qui n’entrèrent dans le conflit qu’à la demande de Vindex et à l’initiative de L. Livius Ocella Ser. Sulpicius Galba qui accueillit favorablement, après quelque hésitation, la démarche du légat de Lyonnaise, précédée par celle du légat d’Aquitaine, pour des motifs personnels. Galba, âgé de 70 ans et né d’une famille patricienne, avait été « oublié » en Espagne Citérieure depuis 61. Les avis de Tacite et de Suétone divergent sur la qualité de son gouvernement qui révèle un comportement traditionnel de vieux Romain par certains aspects65. Il fut rejoint dans la dissidence par le légat de Lusitanie, Othon que guidaient surtout l’ambition et l’animosité envers l’empereur qui l’avait maintenu lui aussi pendant huit ans dans une province éloignée et jugée peu prestigieuse à Rome. Pour un sénateur de 36 ans, l’humiliation en forme d’exil était insupportable.

  • 66 Les documents et la bibliographie sont bien connus et ne demandent donc pas à être cités à nouveau (...)
  • 67 Tacite, Hist., I, 8 ; II, 58 et 65 ; IV, 39. La nouvelle unité recrutée dans sa province par Galba (...)

37En période de luttes politiques et de guerres civiles des « partis » (en latin le pluriel partes est de rigueur) se formaient autour de chefs dont la cause personnelle était le fédérateur en l’absence de programmes. Galba ne disposait que d’une seule légion et de six unités auxiliaires66. Il devait compter sur le soutien des élites provinciales et de ses adjoints pour renforcer son autorité d’autant que des procurateurs peu enclins à abandonner leur empereur, fût-il Néron, veillaient. Galba reçut apparemment l’appui d’une très grande partie des cités de la province citérieure et des deux autres également, l’attitude de la Bétique, même inerme, ne pouvant pas ne pas peser dans le conflit. Son gouverneur n’est pas connu et l’on sait seulement que le questeur A. Caecina Alienus et un procurateur anonyme suivirent les révoltés. Le risque de voir débarquer le légat de la légion de Numidie ou le préposé aux Maurétanies, à la manière d’un Sertorius, existait. Il n’en fut rien, la IIIe légion Auguste rejoignant aussi le parti de Galba. Les événements modifièrent certaines données, notamment la défaite précoce de Vindex qui multiplia les ambitieux. Clodius Macer, rendu maître de l’Afrique Proconsulaire, voulait jouer sa propre partition. Galba quitta la province vers le 17 juin, après l’annonce de sa désignation comme nouvel Auguste par le Sénat dès le 9 juin. Il se fit accompagner de la nouvelle VIIe légion laissant sur place la VIe cantonnée à Leόn avec le nouveau gouverneur, Cluvius Rufus, ancien consul suffect, opportuniste, qui rejoint un temps Vitellius à Lyon67.

38L’échec de Galba, assassiné le 15 janvier 69 à Rome sur ordre d’Othon, son successeur, ne laissa pas les provinces ibériques à l’écart du conflit, du moins les provinciaux. Les armées furent les instruments et les partis des candidats à l’empire et leur engagement ou leur neutralité furent très convoités. Vitellius, vainqueur à Bédriac en avril 69, éloigna des soldats jugés fatigués et indécis en les dirigeant vers la péninsule. La VIe légion, la Ire Adiutrix et la Xe Gemina y installèrent leurs quartiers. Leur rôle fut surtout dissuasif et de précaution en relation avec la proximité de l’Afrique du Nord et le nécessaire maintien de l’ordre public. Les provinces ibériques ne pouvaient plus peser sur le choix de l’empereur dont la guerre devait décider en l’absence d’héritier désigné. Vespasien, vainqueur, fut le champion des armées d’Orient et du Danube. Les trois légions furent appelées à quitter les provinces ibériques en 70 pour soutenir la lutte contre le batave Civilis. Les événements avaient montré que les Espagnes et leurs élites aspiraient encore une fois à la paix et à la considération des empereurs. Vespasien comprit la leçon et par ses décisions fit en sorte de rattacher son action à celle de Galba (voir les monnayages) dont la rupture avec Néron avait pris une signification politique, tournant aussi le dos aux deux autres prétendants éphémères : Othon et Vitellius. Les actes jugés courageux du vieillard noble le plaçaient du côté des bons empereurs sans que les Espagnes y aient été pour grand-chose en dehors d’une rencontre qui ne devait pas tout non plus au hasard.

3. 3. Vespasien et le ius Latii

39La victoire de Vespasien fut suivie de son retour à Rome en 70. La péninsule Ibérique était vide de légions et en grande partie aussi d’unités auxiliaires. La province consulaire de Citérieure était vacante en raison de l’activité personnelle de Cluvius Rufus qui l’avait désertée. Rien ne laisse deviner une agitation quelconque et l’attentisme devait être la règle sous l’égide des élites sénatoriales et équestres présentes dans les cités, en nombre inégal et assez peu important toutefois. La question militaire fut résolue tardivement. Le retour d’une légion, la VII Galbiana devenue Gemina Felix ne se fit pas avant 74 ou 75. Associée à une aile et à cinq cohortes, elle formait une force d’appoint et de contrôle de la province ce qui explique l’abaissement futur du rang des gouverneurs de l’Espagne Citérieure : toujours consulaires, ils obtenaient ce gouvernement au début de leur parcours dans l’échelon et non plus après y avoir acquis une longue expérience. La minceur des témoignages explique l’absence d’unanimité sur les dates et les décisions de Vespasien qui devait remettre en ordre l’ensemble de l’administration et pouvait alors se présenter comme un nouvel Auguste, refondateur de l’empire après des guerres civiles, ce que dit aussi la censure qu’il revêtit, malgré des voix discordantes, en 73 plutôt qu’en 70 ou 71. Il fallait du temps et des bilans. Le calme ne revint qu’assez tard, pour tout dire vers 73.

  • 68 Pline l’Ancien, NH, III, 30 : «  À l’Hispania tout entière, l’empereur Vespasien Auguste a attribué (...)

40Concernant la péninsule Ibérique, Vespasien tint compte des comportements mesurés des élites locales et fit en sorte d’achever la pacification entamée depuis Auguste, gage d’une tranquillité bénéfique autorisant de se tourner vers des horizons plus incertains marqués par l’urgence. Comme le dit Pline l’Ancien, Vniversae Hispaniae Vespasianus imperator Augustus iactatum procellis rei publicae Latium tribuit68. Il faut rappeler que la formule plinienne ne cherche pas à être exacte mais veut impressionner en faveur du nouvel empereur qui a pris une décision d’une ampleur jamais atteinte auparavant sur ce plan. L’usage du singulier Hispania indique l’espace géographique concerné et non la réalité administrative d’un ensemble politiquement unifié, ce qui aurait été formulé par un pluriel. Il est vraisemblable aussi que la leçon iactatum portant sur le Latium est meilleure que iactatus définissant Vespasien à la vue de son parcours dans la crise. En revanche, le droit Latin était né de la revendication des socii d’Italie, avait été utilisé par Antoine en Sicile après César en Narbonnaise, avait enfin été probablement promis déjà par Galba aussi bien aux Espagnes qu’aux Gaules. Sur le plan politique, l’octroi du Latium renouvelait les liens entre Rome et les provinciaux et assimilait les bénéficiaires aux alliés bientôt reçus dans la cité romaine.

41Le ius Latii dont il est question est celui qui permettait aux magistrats locaux de devenir citoyens Romains eux et leur famille proche après avoir rempli leur charge avec honnêteté et scrupule. C’était une récompense, non pas une punition. Il fallait donc le support d’institutions civiques pour qu’il ait son plein effet mais aucun modèle de magistrature n’était fixé, aucune nomenclature particulière n’avait été imposée pas plus qu’un rang spécifique, municipe ou colonie pour la communauté. C’est l’ampleur de l’octroi à toutes les cités des trois provinces qui étaient encore pérégrines, soit la très grande majorité, qui a engendré une volonté de simplification et la diffusion d’une nouvelle formule le municipium Latinum appelé plus justement le municipium Flavium en raison du nom de celui qui avait présidé à la refondation de ces communautés civiques. Le droit Latin donnait un éclairage particulier à la vie locale, il ne la déterminait pas ni dans ses formules ni dans ses pratiques. Quoi qu’il en ait été, même si c’est bien à la faveur de la censure qu’a été adoptée l’application large du droit Latin, les documents montrent que le plein effet fut long à s’imposer et que ce n’est que sous Domitien que la mutation devint lisible. La véritable nouveauté fut la liaison désormais affirmée comme distinctive et stabilisée entre le droit Latin et le municipium, en rupture avec la tradition coloniaire.

42Il est aisé de comprendre que l’attention portée aux cités locales et à leurs élites avait pour but de réaffirmer la continuité impériale et de faciliter la reconnaissance d’une légitimité acquise au prix fort. Vespasien nouvel empereur avait aussi la possibilité de promouvoir de nouvelles familles ambitieuses, dynamiques et riches que la Bétique (et dans une moindre mesure la province citérieure) avait commencé à faire naître, elle qui n’avait pas été au centre de l’épisode galbien. L’empire ne pouvait être contrôlé qu’avec l’appui de toutes les catégories sociales disponibles et prêtes à en tirer un avantage pour elles-mêmes.

43L’histoire du siècle et demi présentée sous l’angle des relations politiques déterminées à Rome ou y rencontrant un réel écho, exprime la nécessité de se prémunir contre des idées générales et non démontrées ne serait-ce qu’en raison de la complexité même d’une histoire qui est à la fois antique et romaine. Les documents et les textes sont essentiels mais il faut les faire parler et donc les interpréter à partir de leurs mots. Avant de privilégier telle ou telle dimension visant à établir une grille de lecture cohérente, il vaut mieux suivre en ce cas les événements dans leur succession et dans leurs relations réciproques sans modélisation simplificatrice évidemment plus éloquente en apparence. Bien sûr, l’idée que la période est marquée par l’avènement d’un pouvoir monarchique et impérial ayant apporté la paix dans les rapports entre communautés n’est pas contestable. La guerre civile des quatre empereurs relève surtout de la haute politique au même titre que l’affrontement entre les imperatores de la fin de la République. Les provinces ibériques abritaient en permanence des soldats et possédaient des réserves de recrues habiles.

44La permanence d’un état d’esprit présidant aux actions romaines au fur et à mesure de l’élargissement inévitable des espaces impliqués est un deuxième trait. Là aussi, les pratiques romaines témoignent de l’absence de théories toutes faites et d’un art de tirer parti des circonstances, des acteurs, des réactions, des événements pour mieux consolider une organisation gouvernementale et administrative faisant appel à la force armée, au droit, à la justice, à l’autonomie non seulement des citoyens Romains mais de toutes les populations qui souhaitaient en user. C’est en ce sens qu’il y eut une « modernité » de Rome. Concernant les Espagnes et bien d’autres domaines de l’histoire impériale, ce n’est pas tant la recherche de l’unité et de l’unification – notions à mon avis étrangères à la politique romaine – que le constat de la diversité profonde des populations et de leurs traditions qui semble l’emporter sans recours à des identités qui n’avaient pas lieu d’être. Les provinces faisaient vivre l’imperium et la Ville mais le pouvoir tenait compte d’une domination qui ne pouvait pas exister à son seul avantage, ce qui ne signifie pas la recherche à tout prix de l’adhésion des autres. Avec le temps, le nombre des unités militaires en garnison diminua fortement et avec lui les craintes romaines concernant un soulèvement des provinces signal d’une guerre interminable et périlleuse.

Haut de page

Bibliographie

On ne trouvera ici que les références, volontairement limitées, aux travaux mentionnés dans le texte. La bibliographie du sujet est très abondante et peut être retrouvée dans les instruments de travail conseillés si l’on souhaite des compléments et des précisions. Les légendes monétaires apportent un éclairage complémentaire aux récits des historiens et les recueils numismatiques sont de maniement indispensable.

Abascal Palazόn, J. M., 2006 [2009], Los tres viajes de Augusto a Hispania y su relaciόn con la promociόn jurídica de ciudades, Iberia, 9, p. 63-78.

Alföldy, G., 1969, Fasti Hispanienses. Senatorische Reichsbeamte und Offiziere in den spanischen Provinzen des römischen Reiches von Augustus bis Diokletian, Wiesbaden.

Allély, A., 2004, Lépide le triumvir, Ausonius, Scripta Antiqua 10, Bordeaux.

Barrandon, N., 2011, De la pacification à l’intégration des Hispaniques (133-27 a.C.). Les mutations des sociétés indigènes d’Hispanie centrale et septentrionale sous domination romaine, Ausonius, Scripta Antiqua 35, Bordeaux.

Beltrán Lloris, F. et Pina Polo, F., 2013, Clientela y patronos en Hispania, dans J. Lόpez Vilar (éd.), Tarraco biennal. Actes ier Congrés Internacional d’Arqueologia i Mόn Antic. Govern i societat a la Hispània romana. Novetats epigràfiques. Homenatge a Géza Alföldy, Tarragona, 29-30 de novembre i 1 de desembre de 2012, Tarragone, p. 51-61.

Caballos Rufino, A., 2005, La actividad colonizadora en la provincia Hispania Vlterior a fines de República : La nueva tabla inédita de la ley de Osuna y el deductor coloniae, dans E. Melchor Gil, J. Mellado Rodríguez et J. F. Rodríguez Neila (éd.), Julio César y Corduba : Tiempo y espacio en la campaña de Munda (49-45 a. C.), Actas del Simposio organizado por la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Cόrdoba y el Departamento de Ciencias de la Antigüedad y de la Edad Media (Áreas de Historia Antigua y Filología Latina), Cόrdoba, 21-25 de Abril de 2003), Cordoue, p. 413-428.

Cadiou, F., 2008, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Bibliothèque de la Casa de Velázquez, volume 38, Madrid.

Étienne, R., 1974, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, BEFAR, 191, De Boccard, Paris (réimpr).

Flamerie de Lachapelle, G., France, J. et Nelis-Clément, J., 2012, Rome et le monde provincial. Documents d’une histoire partagée, iie s. a. C.-ve s. p. C., Collection U, A. Colin, Paris.

Le Roux, P., 1982, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Publications du Centre Pierre Paris, 8, Paris.

Le Roux, P., 2010a, La péninsule ibérique aux époques romaines (fin du iiie s. av. n. è.-début du vie s. de n. è.), Collection U, A. Colin, Paris, 2010.

Le Roux, P., 2010b, Regards augustéens sur les Gaules et la péninsule Ibérique ou le récit d’une construction provinciale, dans Ll. Pons Pujol (éd.), Hispania et Gallia. Dos provincias del Occidente romano, Col.lecciό Instrumenta 38, Université de Barcelone, Barcelone, p. 33‑47.

Le Roux, P., 2011, La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, Scripta Varia I, S. Armani et al. (éd.), PUR, Rennes, p. 113-131.

Lyasse, E., 2011, Tibère, Tallandier, Paris.

Pina Polo, F., 2012, Generales y clientelas provinciales : ¿Qué clientelas ?, dans J. Santos Yanguas et G. Cruz Andreotti (éd.), M. Fernández Corral et L. Sánchez Voigt (collab.), Romanizaciόn, fronteras y etnias en la Roma antigua : el caso hispano, Revisiones de Historia Antigua VII, Vitoria-Gasteiz, p. 55-79.

Richardson, J. S., 2002, The new Augustan edicts from northwest Spain, JRA, p. 410‑415.

Traina, G., 2011, Carrhes. 9 juin 53 avant J.-C. Anatomie d’une défaite, Histoire, Les Belles Lettres, Paris.

Zehnacker, H. et Fredouille, J.-C., 1993, Littérature latine, PUF, 3e éd., Paris.

Haut de page

Notes

1 Sur les tendances longues de l’effort militaire de Rome en Ibérie sous la République : Cadiou, 2008. Sur la place des provinces ibériques dans le monde romain sous la République : Le Roux, 2010a, p. 17-83.

2 Comme je l’ai dit par oral en introduisant mon propos, le programme implique une réflexion non pas sur l’histoire des provinces elles-mêmes et leur «  romanisation  » mais sur la façon dont elles rendent compte de la construction romaine d’un empire, c’est-à-dire d’un pouvoir stabilisé et finalement consolidé avec le temps au cours d’une période qui est celle de la constitution de l’Empire romain dans sa forme apaisée (les guerres civiles sont un horizon indépassable) dont hérita Vespasien.

3 Bien que des territoires y aient été encore soustraits aux Romains, l’éloignement des régions occidentales et leur caractère morcelé expliquent que Rome n’ait pas eu à craindre alors un ennemi tel que les Lusitaniens ou les Celtibères ni la menace d’une nouvelle Carthage qui aurait cherché à utiliser la péninsule comme place forte.

4 La lecture de Strabon permet de nuancer un «  topos  » des discours antiques sur les provinces entrant dans la catégorie des laudes ou éloges visant à mettre en valeur ce que les Romains pouvaient attendre de ces régions pour eux-mêmes et non pour le profit des populations résidentes. C’est l’historiographie «  coloniale  » qui a ancré, de manière simplificatrice, l’idée de terres regorgeant de métaux en particulier précieux, ce qui est manifestement exagéré.

5 Malgré l’attribution d’un imperium, Pompée n’avait jamais été magistrat. Il ne rendit le cheval public que lors du census de 69 av. J.-C. L’élection avec Crassus au consulat pour 70 av. J.-C. signifia son entrée officielle au Sénat. Le triomphe posait une double question : non seulement Metellus Pius le revendiquait également mais il n’était pas de règle de triompher à l’issue d’une guerre civile. Metellus obtint l’ovation et Pompée fut crédité d’opérations concernant la pacification de nouvelles régions dont témoignait par exemple la fondation de Pompaelo (Pampelune).

6 ILLRP, 515 ; voir Le Roux, 2010a, p. 350-351. La turme tire son nom, selon un acquis récent de la recherche, de l’agglomération de Salduvie/Salluvie à laquelle a succédé la colonie de Caesaraugusta (Saragosse).

7 La récompense de la citoyenneté est alors, pour les non italiques, surtout la conséquence de mérites manifestés par l’aide apportée aux chefs romains ou par des actes témoignant d’une virtus particulière.

8 César, B. civ., II, 18, 7. César insiste sur la province Citérieure car lui-même ne s’était pas fait faute de se montrer bienveillant envers l’autre province. C’est bien le terme de clientelae qui est utilisé et rien n’autorise à y déceler une «  ruse  » de César en l’occurrence. Pour une invitation à mieux utiliser le mot et à définir son contenu, voir récemment les travaux de F. Pina Polo et en dernier lieu : Beltrán Lloris, Pina Polo, 2013. Ce n’est toutefois pas parce que l’onomastique n’est pas le reflet quantitatif des clientèles qu’il faut renoncer à l’existence de liens de clientèle entre chefs romains et citoyens provinciaux, à plus forte raison en temps de guerre civile. Quant à la question des relations entre hospitium et patronat elle ne doit pas être déformée par excès de critique : les deux impliquent des clientèles et des relations clientélaires sachant que dans le cadre des cités locales sous l’Empire le patronat englobe l’hospitium presque systématiquement, ce qui n’est pas contradictoire avec le maintien de formes d’hospitium seul, dont le caractère public ou privé relève d’une historiographie «  moderniste  » plus que d’une distinction sociale. Il vaut mieux dire que hospitium et patronat étaient devenus deux facettes d’un même système de relations politiques aussi limitées et circonstancielles que fluctuantes. Il faut renoncer, c’est vrai, au «  clientélisme  » structurel comme système social codifié dans le monde romain de la fin de la République et de l’Empire.

9 Pour l’affectation comme préteur, Suétone évoque la sortitio : la procédure, incluant des excuses en fonction de l’âge et du prestige personnel, visait à définir les provinces consulaires et l’Espagne ultérieure n’était pas jugée de première urgence à ce moment-là.

10 César, B. Hisp., 42. C’est dans cette magistrature qu’il témoigna, après Pompée, de son admiration pour Alexandre : voir Suétone, Caes., 7 qui indique que César se rendit à Gades pour tenir des assises judiciaires à la demande du préteur et alla au temple d’Hercule où se trouvait une imago d’Alexandre. César n’ignorait pas ce que les campagnes en Hispania avaient apporté à Pompée déjà identifié comme un rival.

11 Appien, Iber., 102 ; Plutarque, Caesar, 11.

12 Voir Dion, XXXVII, 52-53 sur les activités de César soucieux d’affronter latrones et populations peu paisibles. L’expédition vers la Callaecia, région laissée dans l’ombre depuis D. Brutus, semble-t-il, fut une «  promenade  » navale avant tout. Le rappel insistant du Bellum Hispaniense concernant les bienfaits passés de César envers les provinciaux suggère le souci de laisser une bonne image et non un esprit visionnaire sûr de son destin à venir. Les relations nouées pendant ce gouvernement faisaient partie des soins du magistrat avisé et désireux de poursuivre sa carrière.

13 Pour respecter l’égalité avec César qui disposait de huit unités dans les Gaules dès ce moment-là.

14 Cicéron, Fam., 5, 3.

15 Voir sur cet épisode, Traina, 2011.

16 Sur la carrière et l’écrivain, résumé succinct dans : Zehnacker, Fredouille, 1993, p. 127-131.

17 César, B. civ., I, 38.

18 L’Anas ou Ana, les deux formes sont attestées. Le Durius, Duero en castillan, Douro en portugais. Il s’agit de limites naturelles commodes et non de frontières.

19 Et non Q. Fabius Maximus, indiqué par erreur dans Le Roux, 2010a, p. 37. Q. Fabius Maximus, plus jeune, était en revanche présent à Munda en 45 av. J.-C. (César, B. Hisp., 41, 1 ; Dion, XLIII, 31).

20 Les livres XL et XLI portent sur les années 54-48 av. J.-C. Le jugement sur César n’est pas que négatif toutefois, ne serait-ce qu’en raison de sa clémence signalée à diverses reprises. Le résumé des événements n’est pas déformé autant que l’on puisse en juger.

21 Il s’agit des dates retenues ordinairement. Sur les datations, un décalage d’environ un mois existe entre le calendrier romain lunaire en retard et le calendrier solaire appliqué dès 45 av. J.-C. (calendrier julien, lui-même non exempt d’erreurs car fondé sur 365 jours un quart), ce qui explique deux systèmes de dates jusqu’en 45 av. J.-C. selon les ouvrages sachant que les Romains calculaient ab Vrbe condita, soit à partir de la fondation supposée de la Ville en 754 ou 753 av. J.-C. Le récit de Dion, XLI, 20-23 est ici adopté comme fil conducteur.

22 César, B. civ., II, 19.

23 César, B. civ., II, 21.

24 César, B. Alex., 48, 1 ; Dion, XLI, 24, 3.

25 César, B. Alex., 52, 2 ; Dion, XLII, 15-16 ; Val. Max., IX, 4, 2.

26 Le Bellum Hispaniense, dû à un auteur anonyme de rang relativement modeste, inachevé pour nous, est la source principale concernant ce qui fut la phase finale des conflits entre César et les Pompéiens dans les provinces ibériques.

27 La localisation précise de la bataille ne fait toujours pas l’unanimité même si le secteur proposé par les uns et les autres n’est pas vraiment éloigné et se situe dans la partie orientale de la province moderne de Séville.

28 Caballos Rufino, 2005, p. 413-428 et principalement p. 420-422, avec une bibliographie succincte.

29 L’ancien maître de la cavalerie du dictateur César et désormais aussi Grand Pontife fut distingué par le Sénat le 3 janvier 43 av. J.-C. pour le succès de sa médiation. Cicéron, dans l’espoir de le rallier à son camp, lui avait fait le cadeau de l’honneur d’une statue équestre dorée, détruite à l’été suivant lorsque Lépide fut proclamé hostis publicus : voir Allély, 2004, p. 94-99.

30 Voir pour les régions centrales et septentrionales de l’Espagne Citérieure entre 133 et 27 av. J.-C., Barrandon, 2011.

31 Dion, XLVIII, 41, 7 : il s’agit de l’embuscade contre Domitius Calvinus en 39 av. J.-C. tendue par les Cerétans de Cerdagne. Les guerres civiles avaient sans doute porté ces populations pyrénéennes à profiter d’une liberté de fait pour tenter d’échapper à l’autorité. Apparemment leur soumission fut obtenue sans réelle difficulté malgré le «  topos  » de soldats romains effrayés par les «  barbares  ».

32 Ce qui est préférable à des hypothèses a priori au nom de la vraisemblance fondée sur quelques maigres indices non vérifiables.

33 Le Roux, 2010a, p. 41-50.

34 Le Roux, 2010b, qui traite de l’ensemble de l’invention augustéenne des provinces ibériques.

35 Il manque une synthèse récente de mise à jour intégrant les résultats nouveaux des études archéologiques : pour la trame événementielle et les questions de stratégie et de dispositif militaire, voir toujours Le Roux, 1982, p. 52-81.

36 Je ne reprends pas ici ce qui est exposé dans le livre cité supra, n. 32 et dans Le Roux, 2010a, p. 41-50.

37 Pour les références et le texte accompagné d’un long commentaire critique : Le Roux, 2011. Il y a deux édits successifs datés du 14 et du 15 février. Richardson, 2002, pense aussi que les données «  étranges  » («  oddities  ») du document demandent des éclaircissements avant d’en faire usage. Cf. également : Flamerie de Lachapelle, et al., 2012, p. 46-47, n° 23B. Voir, en outre, pour les études principales auxquelles le bronze inscrit a donné lieu : AE, 1999, 915 ; 2000, 760 ; 2001, 1214 et HEp, 7, 378 ; 8, 325.

38 Strabon, III, 4, 19-20.

39 Un premier voyage précoce pour rejoindre César en 45 av. J.-C. est mentionné, d’où l’idée que celui de 16-13 av. J.-C. serait le troisième : Abascal Palazόn, 2006 [2009], p. 64-65 suivant Nicolas de Damas, De vita Augusti, 11, 12 (fragment Jakoby) et Cassius Dion, XLIII, 41, 3, qui dit qu’Octave combattait à ses côtés, ce qui reste vague. Le Bellum Hispaniense n’en parle pas.

40 Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur les documents nombreux qui confirment la description, dont les inscriptions. On se contentera de rappeler que Strabon et Pline l’Ancien, qui se complètent sans s’être consultés, apportent les précisions qui manquent ailleurs sans offrir toutes les garanties ou certitudes attendues dans le détail.

41 L’empereur a le monopole des armées ce qui fonde la division provinciale dont il est question avec des nuances tenant à l’attitude prudente et souple d’Auguste toujours dans la crainte de complots ou de soulèvements et désireux de ne pas affronter directement le Sénat.

42 Sur l’importance des voyages d’Auguste pour les «  promotions  » de cités : Abascal Palazόn, 2006 [2009], qui admet les difficultés à établir une relation chronologique au cas par cas. Les colonies de citoyens issus de Rome même et n’ayant pas accompli de service militaire reposant sur le volontariat sont certainement minoritaires. La part d’inconnue serait l’éventuelle association d’un contingent de populations civiles parmi les vétérans, mais cela irait à l’encontre de la tradition visant à favoriser la cohésion des colons, comme le rappela Tacite dans les Annales.

43 RGDA, 28, 1. La référence à seulement l’une et l’autre des Espagnes est ambiguë, mais la tripartition n’est pas antérieure à 16-13 av. J.-C.

44 Dion, LIV, 23, 7.

45 Étienne, 1974, p. 359.

46 Ibid., p. 362.

47 Le mot «  espagnol  » lui-même n’est pas justifié pour l’Antiquité puisque dans cette acception il n’existe pas comme support identitaire.

48 Pina Polo, 2012.

49 CIL, VI, 1396 = ILS, 8343 dont la datation augustéenne n’est que vraisemblable. Il était sans doute un homo novus.

50 CIL, VI, 1442.

51 AE, 1915, 35 de Mérida. A. U. Stylow, Anas 2/3, 1998/90, p. 199 n°  4= AE, 1990, 514= HEp, 4, 1994, 172.

52 CIL, IX, 331 = ILS, 929 de Canusium. AE, 1954, 88.

53 Voir pour un aperçu général : Alföldy, 1969, p. 8-13 et 216-218 : M. Licinius M. f. Crassus Frugi entre 13 et 10 av. J.-C., qui fut consul ordinaire en 14 apr. J.-C. ; Paullus Fabius Q.f. Maximus vers 4-1 av. J.-C., consul ordinaire en 11 apr. J.-C. ; Cn. Calpurnius Piso, autour de 9-10 apr. J.-C., consul ordinaire en 7 av. J.-C. En revanche, C. Asinius Pollio, qui ne porte pas de titre en 1 apr. J.-C. sur la «  tabula Lougeiorum  » (AE, 1984, 553 = 1987, 561 = 1990, 543), n’est pas sûr, même si par son rang et son statut au sein de l’entourage du Prince, il est comparable aux précédents et pourrait être qualifié de légat consulaire de la province.

54 Voir l’édition CUF 1998 de H. Zehnacker avec la traduction et le commentaire.

55 Suétone, Tib., 32 : Boni pastori tondere pecus non deglubere.

56 Synthèse utile de Lyasse, 2011.

57 Tacite, Ann., I, 78, 1 : Templum ut in colonia Tarraconensi strueretur Augusto petentibus Hispanis permissum, datumque in omnis provincias exemplum. Tacite grossit le trait et pense certainement avant tout aux provinces occidentales. L’existence de citoyens Romains, proportionnellement assez nombreux notamment dans la partie orientale de la province, rend compte de cette initiative visant à attirer l’attention impériale.

58 CIL, II², 5, 900 = AE, 1996, 885 (El Tejar (Gemella ?), Cordoue). Voir AE, 1993, 21-22 et 996 ; 1994, 894 a-b. Voir sur le témoignage de Trio : Tacite, Ann., III, 13, 1 : tum Fulcinius vetera et inania orditur, ambitiose avareque habitam Hispaniam.

59 Tacite, Ann., VI, 19, 1. Le prétexte du procès aurait été moins honorable encore : Marius, amicus de Tibère, aurait refusé de livrer sa fille aux caprices de l’empereur âgé (Dion, LVIII, 22, 2-3).

60 Tacite, Ann., VI, 27 ; Suétone, Tib., 63.

61 Dion, LX, 14, 2-3 : il est surtout mentionné comme l’amant scandaleux de Messaline.

62 Dion, LX, 24, 5.

63 Tacite, Ann., IV, 5.

64 CIL, XI, 395 = ILS, 2648, vers 55-60. Le commandement a été assuré par le primipile de la VIe légion, M. Vettius Valens. Le contenu de l’hommage et des décorations ob res prospere gestas contra Astures semblent indiquer des événements circonscrits et peu importants, s’apparentant à une simple opération de police et de maintien de l’ordre et non à une guerre.

65 Tacite, Hist., I, 49 ; Suétone, Galb., 8, 1-2.

66 Les documents et la bibliographie sont bien connus et ne demandent donc pas à être cités à nouveau en l’absence d’apport décisif récent. La dimension historiographique est plus essentielle pour apprécier les nuances des récits selon les auteurs anciens et modernes.

67 Tacite, Hist., I, 8 ; II, 58 et 65 ; IV, 39. La nouvelle unité recrutée dans sa province par Galba est à l’origine de la future légion VII Gemina Felix.

68 Pline l’Ancien, NH, III, 30 : «  À l’Hispania tout entière, l’empereur Vespasien Auguste a attribué le Latium (droit latin) ballotté fréquemment dans les tourmentes qui avaient affecté la cité romaine.  ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Le Roux, « Les provinces ibériques dans les politiques romaines (70 av. J.-C.-73 apr. J.‑C.) », Pallas, 96 | 2014, 145-166.

Référence électronique

Patrick Le Roux, « Les provinces ibériques dans les politiques romaines (70 av. J.-C.-73 apr. J.‑C.) », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/1221 ; DOI : 10.4000/pallas.1221

Haut de page

Auteur

Patrick Le Roux

Professeur émérite d’histoire romaine
Université de Paris 13 Nord-Villetaneuse
leroux.patrick@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org