Navigation – Plan du site

Des Grecs et des Italiens à Éphèse : les mutations d’une capitale de province (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.) 

Greeks and Italians at Ephesus: the Changes of a Provincial Capital (70 B.C.-73 A.D.)
François Kirbihler
p. 233-252

Résumés

Éphèse a connu des changements importants entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. : la cité grecque est passée d’un ordre romain subi, cause de gêne financière, de dommages dus aux guerres civiles, concomitant de l’évolution des institutions, à un ordre romain accepté centré sur le nouveau culte impérial et la monumentalisation de certains espaces de la capitale de l’Asie. Les immigrants italiques, bénéficiaires des ventes de céramiques, de vins et d’esclaves, ont effectué leur entrée dans les structures civiques locales et géré des liturgies puis des magistratures. Il y eut bien intégration croisée des Grecs, qui acceptèrent l’Empire romain, et des Italiques, qui devinrent des citoyens éphésiens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les réflexions qui vont suivre sont pour la plupart extraites d’un ouvrage de plus de 500 pages pro (...)

1Éphèse est une cité grecque qui a connu d’importantes mutations entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. Certes, la documentation, pour l’essentiel épigraphique, n’a pas encore l’abondance qui sera celle du long siècle des Flaviens et Antonins. Cependant, malgré son caractère inégal et quelque peu disparate, elle permet tout de même, alliée à quelques sources littéraires et archéologiques, de décrire l’essentiel des évolutions qui se produisirent alors1.

2Les ier s. av. J.-C. et apr. J.-C. virent coexister dans la ville deux populations, les Grecs, habitants d’origine, et les immigrants venus d’Italie ainsi que leurs dépendants. Les populations grecque et romano-italique habitant la ville sont passées durant cette période d’une phase de coexistence à une intégration croisée.

3Les relations d’Éphèse avec Rome connurent des fluctuations importantes à l’époque républicaine, dans un contexte d’évolution des institutions de la cité ; l’installation, ou plutôt la réinstallation des Romains et Italiens, que l’on qualifiera désormais d’Italiques, se produisit dans un contexte de recomposition économique en mer Égée ; les transformations importantes affectant la cité et ses habitants à l’époque augustéenne et julio-claudienne créèrent ou facilitèrent l’intégration croisée des deux communautés.

1. Une cité stipendiaire : la perte de la liberté et l’évolution des institutions

  • 2 Appel à la révolte contre Mithridate dans le décret I.Ephesos, 8. Bon résumé de la guerre mithridat (...)
  • 3 Gran. Licin. 35, 82 Criniti.
  • 4 Plut., Luc. 20, 4.
  • 5 I. Ephesos 14 ; voir pour ces recensements la contribution de B. Le Teuff dans ce même volume : Le (...)
  • 6 La lex Cornelia est mentionnée dans Ferrary, 2001, p. 28-29, et commentée dans Coudry, Kirbihler, 2 (...)

4L’année 70 clôt une phase de tensions entre Rome et Éphèse, cité contrôlant un territoire de plus de 1300 km2 dans la vallée du Caÿstre (cf. carte fig. 1), et correspond à un début d’amélioration du sort de ses habitants grecs. En 89/88 la cité grecque s’était ralliée à Mithridate Eupatôr, roi du Pont, dont l’armée avait pris le contrôle de l’Asie. Les Romains, devenus impopulaires, furent massacrés en 88, y compris dans le sanctuaire asyle de l’Artémision. Cet événement pesa lourdement sur les décisions répressives rigoureuses prises par Sylla en 85/4, malgré la volte-face préalable de la cité en 86, dénonçant le roi du Pont et proclamant son ralliement à l’autorité romaine2. La réorganisation opérée par le vainqueur de Mithridate entraîna la perte du statut de cité libre : Éphèse devint cité stipendiaire, et les meneurs de la faction anti-romaine furent condamnés à mort3. L’influence romaine devint désormais nettement plus présente dans une cité punie, mais devenue capitale provinciale, avec la présence permanente du personnel des proconsuls. Le paiement d’une énorme amende correspondant à cinq années de tribut, ainsi que des frais de logements de soldats, furent à l’ordre du jour, comme pour presque toutes les cités de la province, mais on ne sait quelle part des 40 000 talents acquittés par l’Asie entre 85 et 70 fut versée par la cité d’Artémis4. Dès cette époque les Romains s’appuyèrent sur l’organisation des cités grecques : une inscription du règne d’Auguste montre qu’Éphèse disposait d’un état-civil développé, avec des actes de naissance et de mariage, et très probablement l’équivalent d’un cadastre et/ou d’une bibliothèque des acquêts. L’existence de ce type de document dut faciliter les prélèvements en fonction des richesses disponibles, et explique peut-être que l’Asie, restée de surcroît en 27 av. J.-C. province publique, ne fut pas concernée par les recensements provinciaux augustéens5. Sylla fut très probablement aussi à l’origine d’une loi provinciale pour l’Asie, la lex Cornelia, encore évoquée au iie siècle de n. è. et appliquée à Éphèse. Moins détaillée que la lex Pompeia plus tardive organisant la Bithynie, elle est aussi plus mal connue : un de ses objectifs était assurément de limiter les dépenses des cités et de leur garantir des revenus par la limitation du nombre et des frais des ambassades ainsi que par l’enregistrement des fondations privées prises en faveur des cités, avec une garantie et une possibilité d’intervention du proconsul. Cependant, on connaît également la fixation par cette loi d’une date commune de désignation des magistrats pour toute la province, vers fin juin et début juillet, leur entrée en fonction ayant lieu au début de l’année asiatique, le 21, puis, à partir de l’entrée en vigueur du nouveau calendrier asiatique de 9 av. J.-C., le 23 septembre6.

  • 7 La convocation par Sylla des Grecs à Éphèse atteste le lieu de réunion dès 85/4 (App. , Mithr., 61, (...)
  • 8 Le premier amendement à la loi douanière est de 75 av. J.-C. : AE 2008, 1353, l. 72-74, avec la men (...)

5Éphèse devint fréquemment à partir de 85 et tout au long du ier s. av. J.-C. un lieu de réunion du koinon, l’assemblée provinciale formée des représentant des cités d’Asie7. Les conséquences de la première guerre mithridatique pour les notables de la cité sont difficiles à mesurer : cependant, l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement ou la disparition de certaines des premières familles de la cité paraît plus qu’une simple hypothèse. Les années 84 à 65-60 demeurent cependant les plus mal connues de la période : la cité souffrit peut-être de l’activité des pirates jusque vers 70-67. En revanche, le retour des publicains semble s’être opéré dès le milieu des années 70 : il correspond à une phase de réinstallation d’une communauté d’Italiques, désormais tous citoyens romains, organisés jusqu’à Claude sous forme d’un conventus de cives Romani8.

  • 9 Amélioration en quatre ans de la situation financière des cités : Plut., Luc., 20, 3. Alexandre Lyc (...)
  • 10 I. Ephesos 630 B (L. Calpurnius) ; 2941 (Lucullus fut questeur puis proquesteur prorogé de Sylla en (...)
  • 11 Un bilan de l’action de Servilius Isauricus dans Kirbihler, 2011 ; l’action de César en Orient dans (...)
  • 12 I. Ephesos 9 (L. Iunius Salvius); SEG 34 [1984], 1085 (C. Cassius Artemidorus); RDGE 57 (M. Antoniu (...)

6Les mesures en faveur des Grecs d’Asie prises en 70 par Licinius Lucullus, à l’occasion de la troisième guerre mithridatique, inaugurent une nouvelle phase dans les rapports entre Rome et Éphèse : l’imperator romain soulagea la province et sa capitale en réduisant les arriérés et en diminuant les taux d’intérêt, permettant ainsi le désendettement des cités entre 70 et 66. L’activité des ambassades de la cité se poursuivit entre les époques de Sylla et de César, mais elle reste mal connue, malgré l’action probable à cette époque de l’orateur local Alexandre Lychnos, dont l’œuvre était lue par Cicéron9. On note une lente reprise de l’épigraphie à partir de la fin des années 60 et durant les années 50 av. J.-C., signe probable d’un rétablissement. La cité bénéficia du patronage de divers sénateurs et imperatores : un L. Calpurnius non identifiable, probablement vers 80-60, et Lucullus, s’il faut restituer sur la pierre le terme de patron et non celui de sauveur. Plus tard, L. Antonius, le frère du triumvir, présent sur place en 50/49 comme proquesteur propréteur, Valerius Messala Corvinus, peut-être pour un rôle de médiation en tant que légat des tyranicides en 43, enfin Domitius Ahenobarbus, amiral durant le triumvirat et consul en 32, eurent également droit à ce titre10. Le retour de la cité à la liberté sous César, en 48 ou en 46, reste une question historique débattue et pour le moment non résolue : il est difficile d’y répondre par l’affirmative, à moins de supposer une perte de liberté postérieure, vers 43-41 ou en 31/0, puisque durant le Haut-Empire la cité eut un statut stipendiaire. César et son proconsul entre 46 et 44, P. Servilius Isauricus, furent populaires en raison d’une politique fiscale clémente envers les provinciaux, avec la fin de la perception du tribut par les publicains et la diminution d’un tiers de la somme à verser, et d’une redéfinition des droits des communautés et sanctuaires, dont le droit d’asylie est le mieux documenté11. César permit sinon encouragea l’exercice des liturgies civiques par les Italiens, ce qui soulagea parfois les citoyens autochtones : le premier Italien, L. Iunius Salvius, est attesté comme liturge en 45/44. En revanche, cette période marquée par la guerre civile entre César et Pompée, puis par les conflits en lien avec Brutus et Cassius et les affrontements du triumvirat, vit le recrutement accru d’auxiliaires provinciaux et de marins, à l’exception des Juifs dispensés. On constate une première extension de la citoyenneté romaine à des Grecs locaux, grâce à des concessions viritanes ; ainsi un C. Cassius Artemidorus, qui joua peut-être un rôle dans les événements de 43/42, et M. Antonius Artemidorus, maître de gymnastique et/ou masseur d’Antoine, mais aussi grâce aux affranchissements : C. Iulius Nicephorus, affranchi de César, probablement le Jeune, joua un rôle important dans la cité, même s’il ne fut pas aussi important que celui de Zoïlos à Aphrodisias12.

  • 13 Acclamation de Cléopâtre : Plut., Ant., 58, 11 ; législation garantissant les privilèges des médeci (...)

7La ville souffrit en 49/48 et 43-41, et subit peut-être des sanctions à cette époque (il y eut de lourds prélèvements fiscaux en 43/42 et 41/40), ainsi qu’en 31/30 après la bataille d’Actium, après avoir servi un certain temps de quartier général à Marc Antoine et à ses partisans : les Éphésiens auraient salué Cléopâtre comme leur reine. Néanmoins, l’œuvre de l’époque triumvirale correspondit à un moment de réorganisation annonçant le règne d’Auguste, et Marc Antoine valut probablement mieux que la réputation qu’on lui fit : des fragments de législation triumvirale en faveur des médecins et rhéteurs ont été retrouvés dans la ville ; Antoine renouvela à Éphèse les privilèges des vainqueurs aux concours sacrés, et fut à l’origine d’une création d’un culte de Rome et César dès 41-38. Il y accueillit durant l’an 32 av. J.-C. les quelque 300 sénateurs constituant un Sénat antonien13. Les données rassemblées suggèrent que l’importance de ce moment parfois méconnu et longtemps délaissé par la recherche a été sous-estimée.

  • 14 La complexité de la question des transformations institutionnelles des cités grecques et le caractè (...)
  • 15 La succession des magistratures dans les cités du monde romain est discutée dans Kirbihler, 2012b.
  • 16 Le nombre des attestations de secrétaire du Peuple augmente parallèlement dans d’autres cités d’Asi (...)
  • 17 Liste des agonothètes et prytanes en I. Ephesos 9 ; un exemple d’itération probable est constitué p (...)

8La question de l’évolution des institutions de la cité entre 85/84 av. J.-C. et les années 50 apr. J.-C. demeure un sujet difficile, objet de controverses historiographiques, la documentation rare et peu explicite permettant diverses interprétations14. Éphèse avait des magistratures et liturgies typiques d’une cité grecque, voire d’une cité ionienne, ainsi la prytanie éponyme à titulaire unique. Il n’y a pas véritablement d’ordre précis dans la succession des magistratures des quelques carrières partiellement connues. La stratégie apparaît plutôt en position intermédiaire et le secrétariat du Peuple semble durant la seconde moitié du ier s. av. J.-C. géré par des hommes expérimentés15, ce qui correspond à l’importance du travail institutionnel dans le cadre de la fonction et à son rôle dans la communication avec l’Assemblée durant une époque de fluctuations politiques16. La liste des agonothètes et prytanes, qui débute en 52/51 ou 51/50, est conservée jusqu’en 19/18 ou 18/17, et permet de repérer de probables itérations de fonction, à plusieurs années d’intervalle, de la part de certains prytanes : la fonction de prytane éponyme était une magistrature représentative et coûteuse, avec le financement de 365 sacrifices annuels17. La documentation permet de cerner sans surprise dès cette époque l’activité de gymnasiarques et d’agoranomes.

  • 18 I. Ephesos 1387 (39 av. J.-C.); 2018 (4-14); SEG 39 [1989], frgt H (23 ou 29/30); I. Ephesos 614 B  (...)
  • 19 Act. Ap., 19, 23-40 (ca 52-56).

9Le secrétaire du Conseil, bien qu’il ne disparaisse pas, cède la place au secrétaire du Peuple pour les relations avec l’Assemblée : attesté dans les décrets à partir de 40 ou 39 av. J.-C., celui-ci a la responsabilité de la frappe des monnaies et supervise la réalisation des constructions et statues publiques. Il est le magistrat le plus puissant de la cité ; si ses fonctions et pouvoirs exacts dans le processus législatif font toujours l’objet de débats, il apparaît dans les décrets en lien avec le collège des stratèges. Les quelques décrets conservés jusqu’aux règnes de Tibère ou de Claude montrent en effet l’activité institutionnelle de ce collège de magistrats : le secrétaire du Peuple et les stratèges apparaissent désormais comme proposants de décrets devant l’Assemblée, à la place, avant la première guerre mithridatique, des individus qui apparaissaient seuls en tant que citoyen proposant. La présence de ce collège dans les cinq décrets conservés entre la fin de la première guerre mithridatique et 30-45 apr. J.-C.18 pose la question de l’apparition d’un pouvoir de filtrage par ces magistrats des propositions de décrets faites au préalable par les individus, qui n’apparaissent plus en personne devant l’Assemblée. Ce problème ne peut être considéré comme définitivement résolu ; néanmoins, l’apparition de ce collège après la guerre mithridatique, allié à l’évolution similaire constatée dans d’autres régions du monde grec, montre en définitive que les pratiques des Romains en la matière ont été constantes depuis le iie s. av. J.-C. : en Macédoine, en Béotie et même dans une certaine mesure à Athènes (après 86 av. J.-C.), un peu plus tard en Bithynie, puis en Lycie à l’époque de Claude, on note une oligarchisation ou une aristocratisation des institutions. Si la date exacte d’apparition du collège formé par le secrétaire du Peuple et les stratèges demeure ouverte (peut-être l’époque de la reprise en mains de l’Asie par Sylla), le secrétaire du Peuple dirigeait incontestablement l’ordre du jour de l’Assemblée durant le troisième quart du ier s. apr. J.-C. : il était de fait l’interface entre la cité et le gouverneur dans sa capitale, d’où la peur du grand magistrat face au rassemblement spontané au théâtre et au tumulte organisé par les orfèvres/argyrokopoi contre Saint Paul et sa prédication, et son ordre suivi d’effet de mettre fin à cette réunion improvisée sans ordre du jour préalable19.

  • 20 I. Ephesos 1003-1004 ; Schuler, Zimmermann, 2012, p. 609-618, n° 9, publient une liste de conseille (...)

10La transformation d’un Conseil tiré au sort en un Conseil formé de membres viagers paraît, par sa périodisation, indéniablement dénoter elle aussi une influence romaine. Elle est en effet probable dès les années 30-45, en raison de l’apparition dès cette époque sur les listes de membres du collège religieux des courètes de la qualité de conseiller (bouleutès). Cette mention n’est pas abrégée et le terme apparaît ainsi comme une dignité et une nouveauté, même si une certitude en ce domaine n’est acquise qu’à la césure des ier et iie siècles : l’évolution serait parallèle à celle constatée en Lycie, où les conseillers deviendraient permanents après l’annexion20.

2. La place croissante des Italiques dans une cité à l’économie en évolution

  • 21 Résumé commode des évolutions et discussions de l’historiographie économique dans Andreau, 2010.
  • 22 Par exemple Harris, 2011 ( = Harris, 2007), qui liste et commente diverses innovations économiques (...)

11Les progrès de l’archéologie éphésienne de ces dernières décennies alliés à la prosopographie romaine permettent d’envisager l’étude des productions, mais aussi des importations et courants commerciaux, et ainsi de fournir un contexte à l’arrivée et à l’installation des Italiques. L’étude de l’économie antique a connu ces dernières décennies d’importantes mutations méthodologiques et des questionnements renouvelés21. Si la documentation disponible a beaucoup augmenté, les interprétations ont connu une mutation spectaculaire, avec la volonté de conserver une distance aussi bien face au modernisme souvent outré de M. Rostovtzeff que vis-à-vis du primitivisme parfois caricatural de M. Finley et de ses disciples. Diverses études valorisent les notions de marché et de rationalité économique, ce qui n’est pas sans incidence pour une grande ville et un port important comme Éphèse22. Les récentes recherches économiques soulignent la monétarisation forte de l’aire égéenne et réhabilitent la notion de croissance économique, même irrégulière, ainsi que la notion d’économie de marché : non pas un marché unique intégré, où hausses et baisses des prix interviendraient de manière simultanée, mais des marchés, dans le cadre de plusieurs réseaux d’échanges. Par voie de conséquence, il n’exista probablement pas de grand marché unique méditerranéen, et l’évolution des prix et salaires ne fut pas partout parallèle ni uniforme.

  • 23 Rossignol, Durost, 2007.
  • 24 Un exemple de bonne étude céramique est Ladstätter, 2007 ; les exportations jusqu’au Magdalensberg (...)

12La conjoncture qui s’imposa à la cité, durant une période à la fois d’optimum climatique et d’incertitudes ou de changements politiques, fut variable. La période de 85/84 à 70-65 fut probablement catastrophique en raison des prélèvements fiscaux opérés aux dépens des provinciaux et de la piraterie, mais le retour des publicains dès les années 70 laisse supposer que des profits étaient espérés, y compris dans le secteur douanier, et que le commerce avait donc assez vite retrouvé un certain volume. Des fluctuations assez vives survinrent entre 65 et 30 av. J.-C., moment où la cité prit dans une certaine mesure la succession de Délos : à une croissance globale retrouvée correspondirent aussi des irrégularités et des accidents, en partie pour des raisons politiques, peut-être aussi en raison d’un accident climatique entre 55 et 35 environ23 avec pour conséquence « a sporadic and sluggish growth » (Harris) ; malgré la paix créée par la victoire augustéenne, ces problèmes perdurèrent parfois jusqu’à Tibère, époque d’un grand séisme (ca 23 ou 29 apr. J.-C.). Le risque d’alluvionnement du port demeura une réelle préoccupation et les premiers travaux d’entretien connus datent du proconsulat de Barea Soranus (61/62). Enfin, les progrès des fouilles des dernières décennies et leur publication, la mise au point d’une typologie céramique, ainsi que le décloisonnement des recherches, ont permis une vision plus concrète des productions de la capitale de l’Asie et de ses activités commerciales, que Strabon présente comme le premier emporion/marché d’Asie Mineure. L’époque voit les Italiques dominer le commerce local. Les liens entre Éphèse et l’Italie, en particulier avec Pouzzoles, paraissent en la matière évidents : les produits céramiques, dominés un temps par les lampes éphésiennes aux mains d’ateliers locaux, subirent une concurrence croissante de la part d’ateliers italiens, exportateurs puis délocalisés en Asie. La ville produisit et vendit jusqu’en Occident durant la seconde moitié du ier s. av. J.-C. de la céramique noire ou grise, les graue Platten des archéologues autrichiens fouilleurs d’Éphèse : on en a retrouvé dans le Norique au Magdalensberg. Éphèse importa aussi de la sigillée italienne, comme celle de C. Sentius, sous Auguste, avant de bénéficier vers le changement d’ère de l’Eastern Sigillata B produite dans les environs de Tralles. Il y eut à l’époque augustéenne, selon la spécialiste de céramique et actuelle directrice de l’équipe de fouilles S. Ladstätter, une rupture dans les habitudes de table, et des influences venues d’Italie se font sentir avec des imitations locales de produits céramiques : C. Sentius délocalisa en Ionie une partie de sa production24.

  • 25 La cité produisait également des vins locaux de qualité variable et importait des vins égéens dont (...)
  • 26 Bezeczky, 2013 synthétise toutes les études partielles antérieures, que l’on trouvera citées dans K (...)
  • 27 I. Ephesos 3025 : le proconsul est qualifié de patron. La question du statarium/statarion a été écl (...)
  • 28 La loi douanière d’Asie trouvée en 1976 et publiée en 1989 est republiée dans Cottier et al., 2008 (...)

13L’étude des importations de vin traduit également les changements politiques et migrations humaines de cette époque25. Le vin italien tyrrhénien, dès le ier s. av. J.-C., ou, à partir d’Auguste, des vins originaires de l’aire Adriatique (Picenum), constituèrent une concurrence, au moins au sein de la communauté italo-romaine installée, pour les vins locaux parfois médiocres. Les vestiges archéologiques récemment publiés, encore peu nombreux, portent quelques timbres connus, dont ceux de Curtius (Rabirius) Postumus : ils sont confortés par la présence postérieure dans la ville de descendants d’affranchis de Postumus et de P. Vedius Pollio, grands négociants en vins ; leur place importante au sein des élites locales au ier s. apr. J.-C. comme magistrats, ambassadeur ou évergètes confirme indirectement l’importance de ce trafic créateur de richesse et d’ascension sociale pour ses acteurs26. Un dossier relativement mince, mais cohérent, souligne la place centrale dans le commerce des esclaves d’Éphèse, qui tendit à remplacer Délos : le trafic d’êtres humains resta tout au long de la période une ressource importante pour une ville par ailleurs dotée d’instances de crédit. Une inscription honorifique de l’agora commerciale des marchands d’esclaves du statarium rend hommage au gouverneur C. Sallustius Passienus Crispus Equi[…], proconsul d’Asie en 42/4327. L’espace local de vente se trouvait vraisemblablement sur cette agora tetragonos : cette aire datant de la refondation lysimachéenne de la cité au début du iiie s. av. J.-C. fut agrandie sous Auguste et devint une place de 154 m de côté environ. La cité était sur le parcours de diverses routes de commerce : certaines, en mer Égée ou vers la mer Noire, étaient traditionnelles ; d’autres, vers l’Italie et Rome, par Brundisium et Puteoli, résultèrent de la nouvelle conjoncture politique et économique de l’époque tardo-républicaine et furent également à l’origine de migrations de personnes ainsi que de transferts culturels. On comprend dans ces circonstances l’importance de la loi douanière d’Asie et de la présence des publicains28.

  • 29 Les attestations sont données et discutées dans Kirbihler, à paraître.
  • 30 Tombes collectives avec présence d’inscriptions bilingues des premiers Vedii en I.Ephesos 2320-2321 (...)
  • 31 Voir le recueil d’études Ladstätter, Scheibelreiter, 2010, en particulier Thür, 2010.

14Les Italiques ont laissé une documentation assez abondante, basée sur quelques mentions littéraires et épigraphiques, mais pour l’essentiel sur le matériel onomastique. Les modalités d’insertion des immigrants italiens à partir des années 70 av. J.-C. furent variées : à la collecte des impôts directs (jusqu’en 48 av. J.-C.) et des taxes douanières par les sociétés fermières s’ajoutèrent pour les immigrants la pratique du crédit et les activités commerciales. Le séjour devint souvent définitif et impliqua la fondation d’un foyer, l’achat de maisons et de terres, la participation des descendants à l’éphébie, enfin les débuts d’une participation politique grâce à l’argent : le premier liturge italien date de 45/44. Divers documents permettent de suivre sous Auguste ou au ier s. apr. J.-C. la présence des Gerillani, Castricii, Aufidii, Cusinii, ou encore de M. Antonius Albus, peut-être un descendant de néo-citoyen, mais marié à une Italienne29. De véritables dossiers épigraphiques soulignent le rôle que jouèrent de grands chevaliers et hommes d’affaires romains : l’importance des activités économiques des hommes d’affaires que furent C. Curtius (Rabirius) Postumus et P. Vedius Pollio explique que leurs représentants sur place, affranchis et descendants d’affranchis, attestés dès le ier s. av. J.-C., furent à l’origine de certaines des plus grandes familles éphésiennes des ier, voire iie siècles de notre ère, ainsi les Curtii et Vedii déjà évoqués30. Néanmoins, le cadre de vie concret de ces gens reste peu connu, et on ne peut pour le moment discerner de différences significatives entre les demeures respectives des Grecs et des Italiques : il est vrai que peu d’habitat urbain datant de l’époque tardo-hellénistique et des premières années de l’Empire a été fouillé31.

  • 32 Un gentilice rarissime, Ancarsulenus/Ancarsolenus, n’est pour le moment attesté qu’à Pompei et Éphè (...)
  • 33 Si du moins le grand nombre d’inscriptions retrouvées à Rome ne biaise pas l’analyse.

15Rechercher l’origine géographique des immigrants demandait une enquête difficile et les résultats, impressionnistes, expriment des tendances qui ne sauraient être très précises. L’onomastique bénéficie d’instruments de travail en nombre croissant et d’enquêtes aux résultats importants, qui ont parfois amendé et précisé l’œuvre de J. Hatzfeld. Cependant, la recherche demeure compliquée par la difficulté de distinguer les descendants de familles romaines d’origine ingénue et les descendants d’affranchis. Néanmoins, environ 230 gentilices non-impériaux sont attestés à Éphèse, et la cité est le lieu d’Asie qui comporte le plus d’attestations en ce domaine. Plus d’un tiers de ces noms (73 ou 74) sont également présents à Délos, mais la proportion d’immigrants réellement originaires de l’île et installés à Éphèse vers 69-50 av. J.-C. était probablement plus modeste que ce qu’exprime ce premier total, en raison d’une faible coïncidence des prénoms respectivement présents à Délos et Éphèse : un peu plus d’une vingtaine de gentilices. La majorité des immigrants italiens provenait par conséquent d’autres régions : la Campanie, mais aussi certains sites du Latium adiectum, ont vraisemblablement été leurs régions d’origine, ou éventuellement celles des maîtres des descendants d’affranchis attestés sur place. Le principal port en relation avec l’Orient, Puteoli, possède au moins 127 gentilices en commun avec Éphèse. Des villes comme Pompéi32 ou Capoue, voire Herculanum ou Préneste, et d’autres cités encore, ont fourni des candidats au départ. Cependant, la question de l’importance de l’émigration partie de la ville même de Rome, peut-être par le biais des sociétés de publicains, se trouve également posée, en raison de l’attestation de gentilices rares communs à la métropole de l’Empire et à la capitale provinciale, comme les Rausii, les Salvidieni, les Savidii33... On devine secondairement des venues de Brundisium et Venouse en Apulie. Enfin, au ier s. apr. J.-C., certains immigrants provinrent de l’aire Adriatique, en particulier de la Vénétie avec Aquilée et Ravenne, ainsi que de l’Istrie, comme les Dii ou Vettidii. Mais pour quelques gentilices toute tentative d’identification de l’origine reste aléatoire ou impossible, faute de documentation suffisamment explicite.

3. L’intégration croisée : un culte impérial devenu commun et l’entrée des Italiques dans les structures civiques locales

  • 34 Thériault, 2001 et 2012 étudie la question du culte des gouverneurs ; un prêtre de Servilius Isauri (...)
  • 35 Le texte classique est DC 51, 20, 6-7 : il ne dit nulle part que le culte est une nouveauté. Longue (...)
  • 36 Dernière mention du Mégabyze dans App. , BC, 5, 9, 36, en 42/1. L’Artémision figure dans une liste (...)

16Le culte des rois hellénistiques fut remplacé, avec la domination croissante exercée par la République romaine en Orient, par celui de la déesse Rome et de certains gouverneurs. Si Mucius Scaevola et Licinius Lucullus furent honorés par des concours probablement éphémères, P. Servilius Isauricus fit l’objet d’un culte qui perdura jusqu’à l’époque de Trajan au moins34. L’histoire des débuts du culte impérial à Éphèse faisait jusqu’ici consensus, avec la permission accordée par Octavien en 29 av. J.-C. d’un culte de Rome et Jules César destiné aux citoyens romains d’Asie. Cette date traditionnelle paraît cependant caduque en raison de la combinaison de trois types de documents : une inscription fragmentaire, reste probable de traduction grecque d’un plébiscite en latin mentionnant Marc Antoine comme flamine du divin Jules, des monnaies locales en l’honneur des triumvirs émises par Glaucôn, archiereus/grand-prêtre et grammateus, et une modification survenue dans la liste éponymique en 40/39 ou 39/38, invitent à dater la création du culte de Rome et Jules César dans l’intervalle entre 41/40 et 38/37. Cependant, on ne peut trancher la question de savoir s’il s’agissait d’un culte municipal ou d’une initiative destinée à la province : le rôle de Marc Antoine dans la création et l’installation du culte à Éphèse ne peut être positivement prouvé, mais il est vraisemblable et se déduit de la volonté d’Octavien en 29 de reconfigurer ou réinaugurer le culte, d’où sa destination vers les citoyens romains d’Asie35. Une inauguration de l’Artémision selon un rite romain permettant des legs selon ce droit apparaît également vraisemblable au début du règne d’Octavien/Auguste, vers 31-29 av. J.-C. ou un peu plus tard : cela expliquerait la disparition du Mégabyze, prêtre eunuque responsable du culte d’Artémis, après le triumvirat, et serait conforme à l’activité de réforme religieuse que l’on observe à la même époque ailleurs, par exemple dans la colonie de Patras36.

  • 37 Le numéro est celui donné au péristyle rhodien sur le plan de la place : il en ira de même infra po (...)

17Les transformations actuellement visibles à l’observateur de l’espace qu’il est convenu d’appeler l’agora civile ou Staatsmarkt (cf. plan = Fig. 2 ; vue plongeante Fig. 3) paraissent postérieures. Pour certains chercheurs il s’agit d’une aire constituant non une place, mais un lieu de culte du souverain, un sébasteion, en raison de l’absence de porte d’entrée monumentale à l’instar de celle de Mazaeus et Mithridate sur l’agora Tetragonos : la place forme un espace fermé et on y accède en passant par la basilique et par un propylon au sud-est. Elle comportait initialement plusieurs portiques à la fin de l’époque hellénistique, et le culte municipal d’Auguste et des empereurs julio-claudiens s’y développa progressivement. Le Staatsmarkt peut être interprété comme un espace exaltant Rome : durant les trente ou quarante ans après 15 av. J.-C., divers lieux et bâtiments de culte virent le jour, le plus souvent en l’honneur d’Auguste, ou conciliables avec un culte concomitant d’Auguste, ce qui expliquerait la disparition rapide (dès les années 10 av. J.-C. ?) de toute référence au culte de Rome et César : celui-ci fut pratiqué au sanctuaire de l’Artémision et peut-être un temps dans un second lieu, le péristyle rhodien, situé cette fois dans la ville. Un autel et une statue de culte d’Auguste existèrent à date précoce, avant le changement d’ère, au nord de la place, près de ou dans ce même péristyle rhodien [2]37.

  • 38 I.Ephesos, 404 complété dans AE 1993, 1498 ; voir Von Hesberg, 2002 et Gros, 2012. L’influence visi (...)

18La basilique de C. Sextilius Pollio [4 ; fig. 4], inaugurée en 11, ferma la place du côté nord. Elle fut le premier bâtiment de ce type en Asie Mineure et porte une dédicace bilingue : les lettres latines sont plus grandes que les lettres du texte grec. Il s’agit d’un compromis entre la stoa grecque, par la forme très allongée de l’édifice (longueur de 164, 70 m), et les basiliques romaines occidentales, en raison de la présence d’une nef centrale. Cette construction est incontestablement un marqueur de la présence de Rome38.

19Plus tard, à partir de 14 apr. J.-C. ou durant les années qui suivirent, le culte d’Auguste fut inauguré officiellement dans un temple prostyle actuellement réduit aux fondations [5 ; fig. 5] au centre de l’aire de l’agora civile. L’édification du temple a été datée archéologiquement du premier quart du ier s. apr. J.-C. En revanche, la présence de statues cultuelles d’Auguste et de Livie, datant probablement du règne de Claude, dans un chalcidicum de la basilique [4], implique l’existence d’autres espaces sacrés destinés aux souverains, d’autant que les faibles moyens de communication de la place avec les bâtiment extérieurs déjà évoqués renforceraient l’hypothèse d’une aire abritant un Sébasteion : cet espace diffuserait des formes architecturales et des messages témoignant d’une influence romaine en pleine ville et contribuant à intégrer les Grecs dans l’Empire. En revanche, la documentation concernant les grands-prêtres municipaux, exerçant peut-être à titre viager, ne fait connaître qu’un assez faible nombre de titulaires : il s’agissait toutefois d’éminents notables.

  • 39 SEG 43 [1993], 758 (grande ambassade) ; 759 (l’ambassadeur Curtius Proclus) ; I.Ephesos, 530 ([C. S (...)
  • 40 I. Ephesos 1001-1002 et 1004 (Italiques courètes) ; peut-être 1578 A, si l’inscription est d’époque (...)

20Une documentation épigraphique plus abondante à partir d’Auguste permet d’envisager l’étude des transformations de la participation politique et évergétique des Italiens. Les fastes des magistrats, ainsi la liste des prytanes éponymes jusqu’à la fin de la liste en 18 av. J.-C., ainsi que la composition de la grande ambassade de 29 av. J.-C., montrent une continuité familiale des élites grecques locales après Actium. Entre le milieu du règne d’Auguste et la fin de celui de Tibère les premiers Italiens prytanes éponymes apparaissent : un Pollio peut-être [C. Sextilius] Pollio, L. Staedius Attalus, et Curtia Postuma, fille de l’ambassadeur de 12/13 Curtius Proclus, lui-même probable descendant de Curtius Mithrès, l’hôte local de Cicéron ; l’affranchi impérial C. Iulius Nicephorus fut vraisemblablement prytane à vie durant plusieurs années consécutives à partir de 15-10 av. J.-C. environ, moment de la construction du prytanée [1 ; fig. 6], qu’il contribua peut-être à financer39. Les progrès de l’intégration des Italiques sont visibles dès Auguste (magistrats et évergètes romains) et Tibère (101 noms sur 189 identifiables de la grande souscription portent des gentilices non impériaux). En revanche, le secrétariat du Peuple paraît être resté plus longtemps dans les mains de familles autochtones, bénéficiaires parfois de la citoyenneté romaine, même si les lacunes des Fastes et l’apparition à partir de 40 ou 41 d’un surveillant de la cité romain, L. Cusinius, obligent à être prudent. On note à l’époque augustéenne l’influence de grands affranchis et, en même temps, l’apparition des premiers chevaliers présents dans la cité. S’il n’est pas certain que C. Sextilius Pollio fut le premier prytane éponyme d’origine romaine à Éphèse, il en fut assurément le plus grand évergète comme constructeur de la basilique et du pont d’un aqueduc. La participation variable, mais complémentaire, de diverses catégories de notables, descendants d’une grande famille locale (la famille des Passalâs), d’un affranchi impérial (C. Iulius Nicephorus), enfin de C. Sextilius Pollio, probablement de Rome car de la tribu Voturia, à ce qui apparaît être des constructions ou aménagements complémentaires sur l’aire de l’agora civile et de son environnement immédiat, constitue assurément un fait qui suscite l’attention de l’historien : les Passalâs et les Sextilii apparaissent comme les plus grandes familles locales et en symbolisent les éléments grec et italo-romain. Enfin, la grande souscription fragmentaire de 23-30 montre plus de 250 Grecs, Romains et affranchis des uns et des autres participer collectivement à une souscription en relation avec l’Artémision. L’intégration des divers éléments de la population locale paraît avancée. Par la suite, Éphèse a vu le parachèvement de l’intégration croisée : les Italiques font incontestablement partie des tribus et chiliastyes locales durant les règnes de Tibère ou de Claude, puisqu’ils sont alors attestés comme courètes auxiliaires du prytane. L’inscription relative à la construction d’un édifice pour la taxe sur le produit de la pêche des poissons, révèle en 54-59 un nombre presque égal de citoyens romains et de pérégrins figurer respectivement dans la liste : un peu plus d’une quarantaine d’individus dans chaque cas40.

  • 41 Voir I. Ephesos 17-19, l’édit du proconsul Paullus Fabius Persicus.
  • 42 I. Ephesos 659 et 716 (inauguration des statues des proconsuls de 41/42 et 42/43) ; RPC I, 2623-262 (...)

21Éphèse, cité stipendiaire, fut aussi un champ d’expérience administrative : L. Cusinius est vers 41-43 et à nouveau en 49 épiscopos tès poleôs, surveillant de la cité. Cette charge d’épiscopos existe parallèlement à celle d’épimélète de la cité à Athènes, pourtant cité libre. Mais, si l’apparition des deux fonctions est presque contemporaine, elle se fit pourtant dans des contextes très différents. Éphèse connaissait vers 40-44 des difficultés : c’est l’époque de divers abus au sein du sanctuaire de l’Artémision41 et le moment où s’achève la longue reconstruction de l’agora commerciale tetragonos suite au séisme de 23 ou 29/30 : cette opération qui dura jusqu’aux années 41-43 vit intervenir L. Cusinius. Il supervisa les constructions de l’agora tetragonos et y inaugura des statues de proconsuls ; il eut peut-être aussi des responsabilités financières globales si l’on accepte la restitution [épitro]pos tès poleôs, et il fut probablement en charge de l’approvisionnement de la cité en 48 ou 49/5042. L’épiscopos, par ses compétences immobilières, financières et annonaires annonce la fonction de curateur de cité : L. Cusinius apparaît comme une sorte de proto-logiste et ce grand notable servit d’interface entre le pouvoir local et le pouvoir romain.

  • 43 Concession par Rome de la permission de construire un temple du culte impérial provincial, financé (...)
  • 44 I. Ephesos 411 ; 720 ; 2113 (à compléter par SEG 54 [2004], 1183bis) ; 4123 (Stertinius Orpex) ; la (...)
  • 45 Dräger, 1993, p. 44-50 : quelques indices numismatiques donnent à penser qu’il aplanit les tensions (...)

22Sous Néron, l’affranchi Stertinius Orpex fut un évergète qui effectua des distributions et finança des rangées de gradins pour le stade local. Il n’est pas exclu qu’en 66 la néocorie43 évoquée sur les monnaies ne soit pas une simple néocorie d’Artémis, mais une néocorie de culte impérial accordée par Néron et le Sénat romain, reperdue ensuite à cause de la condamnation de la mémoire et des actes de cet empereur44. La question reste ouverte. Les répercussions directes de la guerre civile restent mal connues, mais les rivalités entre cités d’Asie durent croître un temps. Cependant, le long proconsulat réparateur de T. Clodius Eprius Marcellus (70-73) indique que la province et sa capitale avaient besoin de ménagements : son œuvre, mal connue, dut être importante en raison même de la longueur de son mandat après une époque de guerre civile et pendant la remise en ordre flavienne jusqu’à la censure de Vespasien et Titus en 73/7445. L’époque flavienne correspondit au début d’une grandiose phase de constructions qui se poursuivit jusqu’à Antonin le Pieux et remodela la ville en oblitérant la plupart des constructions du passé hellénistique. Mais il s’agit d’une autre histoire.

23Éphèse a vu en un siècle un demi un ordre romain imposé devenir un ordre romain accepté. Espace dominé et exploité au ier s. a.C., centre de l’administration romaine tardo-républicaine, la cité connut une augmentation des échanges en tous genres. On notera l’importance de la césure augustéenne, aussi bien pour la documentation sur les Italiens, l’évolution de la composition des échanges, le développement d’influences venues d’Occident, en architecture ou dans la consommation. Les Grecs avaient accepté l’Empire, d’une manière sans doute résignée dès le second quart du ier s. av. J.-C., plus enthousiaste après Actium. Les notables grecs accédèrent en grand nombre à la citoyenneté romaine à partir de Claude. Quant aux Romains, ils étaient à la fin de l’époque julio-claudienne insérés dans les structures civiques locales. Ces phénomènes d’intégration croisée permirent des mariages entre les deux groupes : la fusion des deux types de famille paraît très avancée à la fin du ier s. apr. J.-C. Ainsi, Grecs et Italiens à Éphèse étaient-ils désormais des citoyens de la même cité : ils communiaient ensemble dans le culte de l’Empereur et dans le loyalisme à l’Empire. L’intégration des gens de bien était achevée. On est donc bien passé sur place entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C. d’une cité reconquise par Rome à une cité active adhérant à l’Empire romain et participant à la diffusion de ses valeurs, parfois adaptées au contexte hellénique.

Fig. 1- Carte du territoire d’Éphèse

Fig. 1- Carte du territoire d’Éphèse

Fig. 2- Plan de l’agora civile

Fig. 2- Plan de l’agora civile

Staatsmarkt ; doc. ÖAI, Österreichisches Archäologisches Institut.

Fig. 3- Vue d’ensemble de l’agora civile

Fig. 3- Vue d’ensemble de l’agora civile

Photo ÖAI.

Fig. 4- La basilique

Fig. 4- La basilique

Photo ÖAI.

Fig. 5- Le temple prostyle d’Auguste

Fig. 5- Le temple prostyle d’Auguste

Photo de l’auteur.

Fig. 6- Le prytanée

Fig. 6- Le prytanée

Photo ÖAI.

Haut de page

Bibliographie

Andreau, J., 2010, L’économie du monde romain, Paris.

Barrandon, N. et Kirbihler, F. (dir.), 2010, Administrer les provinces de la République romaine, Rennes.

Barrandon, N. et Kirbihler, F. (dir.), 2011, Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine, Rennes.

Bezeczky, T., 2013, The Amphorae of Roman Ephesos, Vienne (FiE 15/1).

Bresson, A., 2007-2008, L’économie de la Grèce des cités, 2 vol. , I. Les structures et la production, II. Les espaces de l’échange, Paris.

Burrell, B., 2004, Neokoroi. Greek Cities and Roman Emperors, Leyde-Boston.

Cottier, M., Crawford, M.H., Crowther, C.V., Ferrary, J.-L., Lewick, B.M., Salomies, Ol. et Wörrle, M., 2008, The Customs Law of Asia, Oxford.

Coudry, M. et Kirbihler, F., 2010, La lex Cornelia, une lex provinciae de Sylla pour l’Asie, dans N. Barrandon et F. Kirbihler (dir.), Administrer les provinces de la République romaine, Rennes, p. 133-169.

Descat, R., 2012, À quoi ressemble un marché d’esclaves ?, dans V. Chankowski, et P. Karvonis (éd.), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques, Bordeaux, p. 203-211.

Dräger, M., 1993, Die Städte der Provinz Asia in der Flavierzeit, Francfort/Main-Berlin.

Ellinger, P., 2011, Le maître et son fidèle esclave : Artémis Limnatis et l’identité de la cité de Patras, dans L. Breglia, A. Moleti et M. L. Napolitano (éd.), Ethne, identitità e tradizioni : la “terza” grecia e l’Occidente, Pise, p. 573-585.

Ferrary, J.-L., 2001, Rome et la géographie de l’hellénisme : réflexions sur “hellènes” et “panhellènes” dans les inscriptions d’époque romaine, dans O. Salomies (éd.), The Greek East in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium organised by the Finnish Institute at Athens (May 21 and 22, 1999), Helsinki, p. 19-35.

Fournier, J. et Kirbihler, Fr., 2012, L’épiscopos éphésien et l’épimélète athénien : deux relais du pouvoir romain ?, dans C. Feyel, J. Fournier, L. Graslin et F. Kirbihler (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, p. 517‑567.

Freber, P.-S., 1993, Der hellenistische Osten und das Illyricum unter Caesar, Stuttgart.

Gros, P., 2012, Basiliques civiles de Grèce et d’Asie mineure, dans L. Cavalier, R. Descat et J. Des Courtils (éd.), Basiliques et agoras de Grèce et d’Asie Mineure, Bordeaux, p. 13-23.

Harris, W. V., 2011, The Roman Economy in the Late Republic, 133-31 BC, dans W. V. Harris, Rome’s Imperial Economy. Twelve Essays, Oxford, p. 257-287 (= Harris, W. V., 2007, id., dans W. Scheidel, I. Morris et R. Saller (éd.), The Cambridge Economic History of the Graeco-Roman World, Cambridge, p. 511-539).

Herz, P., 2003, Zur Geschichte des Kaiserkultes in Kleinasien. Die Kultorganisation für die cives Romani, dans G. Heedemann, et E. Winter (éd.), Neue Forschungen zur Religionsgeschichte Kleinasiens. Elmar Schwertheim zum 60. Geburtstag gewidmet, Bonn (= Asia Minor Studien 49), p. 133-148.

Kirbihler, F., 2005, L. Cusinius, épiscopos à Éphèse, ÖJh, 74, 2005, p. 151-173.

Kirbihler, F., 2011, Servilius Isauricus, proconsul d’Asie : un gouverneur populaire, dans N. Barrandon et F. Kirbihler (dir.), Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine, Rennes, p. 249-272.

Kirbihler, F., 2012a, César, Auguste et l’Asie : continuités et évolutions de deux politiques, dans O. Devillers et K. Sion (éd.), César sous Auguste, Bordeaux, p. 125-144.

Kirbihler, F., 2012b, Un cursus honorum à Éphèse ? Quelques réflexions sur la succession des magistratures de la cité à l’époque romaine, dans P. Goukowsky et C. Feyel (dir.), Folia Graeca in honorem Edouard Will, Historica (2), Nancy, p. 67-107.

Kirbihler, F., 2013, Brutus et Cassius et les impositions, spoliations et confiscations en Asie mineure durant les guerres civiles (44-42 a. C.), dans F. Delrieux et M.-Cl. Ferriès (éd.), Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain, Chambéry, p. 345-366.

Kirbihler, Fr., à paraître, Des Grecs et des Italiens à Ephèse, Histoire d’une intégration (133 a.C.-37 p.C.), Bordeaux.

Ladstätter, S., 2007, Mode oder politisches Manifest ? Überlegungen zur Übernahme römischen Formenguts in die frühkaiserzeitliche Keramik von Ephesos, dans M. Meyer (éd.), Neue Zeiten-neue Sitten. Zu Rezeption und Integration römischen und italischen Kulturguts in Kleinasien, Vienne, p. 203-220.

Ladstätter, S. et Scheibelreiter, V. (éd.), Städtisches Wohnen im östlichen Mittelmeerraum 4. Jh. v. Chr.-1. Jh. n. Chr., Vienne.

Le Teuff, B., 2010, Les recensements dans les provinces de la République romaine : aux origines de la réforme augustéenne, dans N. Barrandon et F. Kirbihler (dir.), Administrer les provinces de la République romaine, Rennes, p. 195-211.

Rossignol, B. et Durost, S., 2007, Volcanisme global et variations climatiques de courte durée dans l’histoire romaine (ier s. av. J.-C.-ive s. apr. J.-C.) : leçons d’une archive glacière (GISP2), RGZM 54, p. 395-438.

Sartre, M., 2004, L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris.

Scherrer, P., 1990, Augustus, die Mission des Vedius Pollio und die Artémis Ephesia, ÖJh, 60, Hauptbl., 89-101.

Schuler, Chr. et Zimmermann, K., 2012, Neue Inschriften aus Patara I : Zur Elite der Stadt in Hellenismus und frühe Kaiserzeit, Chiron 42, p. 567-626.

Thériault, G., 2001, Remarques sur le culte des magistrats romains en Orient, CEA, 38 ( = Mélanges Pierre Rodrigue Brind’Amour 2), p. 85-95.

Thériault, G., 2012, Culte des évergètes (magistrats) romains et agônes en Asie Mineure, dans K. Konuk (éd.), Stephanèphoros. De l’économie antique à l’Asie Mineure. Hommages à Raymond Descat, Bordeaux, p. 377-388.

Thür, H., 2007, Wie römisch ist der sog. Staatsmarkt in Ephesos?, dans M. Meyer (éd.), Neue Zeiten-neue Sitten. Zu Rezeption und Integration römischen und italischen Kulturguts in Kleinasien, Vienne, p. 77-90.

Thür, H., 2010, Die Wohnbebauung des Hanghauses 2 im späten Hellenismus und in der frühen Kaiserzeit, dans S. Ladstätter et V. Scheibelreiter (éd.), Städtisches Wohnen im östlichen Mittelmeerraum 4. Jh. v. Chr.-1. Jh. n. Chr., Vienne, p. 193-211.

Von Hesberg, H., 2002, Die Basilika von Ephesos, dans C. Berns, H. von Hesberg, L. Vandeput et M. Waelkens (éd.), Patris und imperium. Kulturelle und politische Identität in den Städten der römischen Provinzen Kleinasiens in der frühen Kaiserzeit, Leuven, p. 149-158.

Wörrle, M., 2005, Maroneia im Umbruch. Von der hellenistischen zur kaiserzeitlichen Polis, Chiron 35, p. 149-167.

Zabehlicky-Scheffenegger, S., 1995a, Der Italiener in Ephesos, RCRF 34, p. 253-271 (= Alba Regia, 25, 1995).

Zabehlicky-Scheffenegger, S., 1995b, Subsidiary Factories of Italian Sigillata Potters. The ephesian Evidence, dans H. Koester, (éd.), Ephesos, Metropolis of Asia. An Interdisciplinary Approach to its Archaelogy, Religion and Culture (= Harv. Theol. Stud. 41), Valley-Forge, p. 217-228.

Haut de page

Notes

1 Les réflexions qui vont suivre sont pour la plupart extraites d’un ouvrage de plus de 500 pages proposé aux éditions Ausonius (Kirbihler, à paraître), qui devrait être édité en 2015. J’ai adopté évidemment pour la communication d’aujourd’hui les limites chronologiques du concours, ce qui entraîne l’inclusion de la période 37-73 apr. J.-C., absente du livre, et développée ici à dessein : cet article ne constitue donc pas un simple résumé du livre à paraître. La bibliographie constitue un choix, que j’espère représentatif, d’un ensemble initialement bien plus important.

2 Appel à la révolte contre Mithridate dans le décret I.Ephesos, 8. Bon résumé de la guerre mithridatique dans Sartre, 2004, p. 223-230, avec renvois bibliographiques.

3 Gran. Licin. 35, 82 Criniti.

4 Plut., Luc. 20, 4.

5 I. Ephesos 14 ; voir pour ces recensements la contribution de B. Le Teuff dans ce même volume : Le Teuff, 2010 a évoqué la genèse des recensements sous la République.

6 La lex Cornelia est mentionnée dans Ferrary, 2001, p. 28-29, et commentée dans Coudry, Kirbihler, 2010, mais voir aussi certaines réserves d’Hamon, P., Bull.Épigr. 2011, 155 : le débat reste ouvert ; voir dans le présent volume les remarques d’A. Heller concernant le nouveau calendrier asiatique d’époque augustéenne et la bibliographie. L’inscription I. Ephesos 21 prouve que l’intervalle de près de trois mois entre le choix du magistrat et son entrée en fonction était toujours respecté en 138 apr. J.-C.

7 La convocation par Sylla des Grecs à Éphèse atteste le lieu de réunion dès 85/4 (App. , Mithr., 61, 252) ; autres réunions : vers 80-71 (Aphrodisias and Rome, n° 5) ; peut-être l’évocation d’honneurs pour Lucullus reçus en 71/70 grâce aux cités (Plut., Luc., 23, 1-2) ; Minicius Thermus écrit au koinon en 51/50 (RDGE 52), mais le lieu où ce dernier siège n’est pas indiqué ; César réunit en 48 à Éphèse le koinon dans la capitale de province (App. , BC, 2, 89 ; Plut., Caes. 48, 1), afin de faire connaître ses mesures fiscales de réduction d’un tiers du tribut (App. , BC, 5, 4) ; on devine un discours devant le koinon de Brutus et Cassius présents dans la cité fin 43 et une partie de 42 pour exiger dix ans de tribut (App. , BC, 4, 9, 74 ; 5, 5, 24) ; Antoine fit de même en 42/41 (Plut., Ant. 24, 7-8 ; surtout, App. , BC, 5, 4, 16-24 ; 4-6 est un discours devant les Grecs d’Asie) ; enfin RDGE 57, peut-être de 33/2, est adressé au koinon de l’Asie. On peut en déduire que la capitale provinciale est le lieu habituel de réunion du koinon entre 85/4 et Actium. Intéressantes réflexions sur le koinon et mention de la lex Cornelia dans Ferrary, 2001.

8 Le premier amendement à la loi douanière est de 75 av. J.-C. : AE 2008, 1353, l. 72-74, avec la mention des consuls L. Octavius et C. Aurelius Cotta. Les Italicei (Italiques) ou leur conventus apparaissent dans I.Ephesos 2058 (ca 60 av. J.-C.) ; 658 (39-37 av. J.-C.) ; 3019 (43 apr. J.-C.).

9 Amélioration en quatre ans de la situation financière des cités : Plut., Luc., 20, 3. Alexandre Lychnos dans Strab. 14, 1, 25, et Cic., Att. 2, 20, 6 ; 22, 7.

10 I. Ephesos 630 B (L. Calpurnius) ; 2941 (Lucullus fut questeur puis proquesteur prorogé de Sylla en Asie en 85-80, avant d’exercer son commandement contre Mithridate à partir de 72 ; d’après SEG, 39 [1989], 1173, le terme de sauveur pourrait être un équivalent de patron) ; I. Ephesos 614 A (L. Antonius) ; SEG, 43 [1993], 775 (Valerius Messala Corvinus) ; I. Ephesos 663 (Domitius Ahenobarbus).

11 Un bilan de l’action de Servilius Isauricus dans Kirbihler, 2011 ; l’action de César en Orient dans Freber, 1993 ; son activité en Asie comparée à celle d’Octavien-Auguste dans Kirbihler, 2012a.

12 I. Ephesos 9 (L. Iunius Salvius); SEG 34 [1984], 1085 (C. Cassius Artemidorus); RDGE 57 (M. Antonius Artemidorus); I. Ephesos 859; 859 A (C. Iulius Nicephorus). Bilan de l’action de Brutus et Cassius dans Kirbihler, 2013, où l’on trouvera toute la bibliographie.

13 Acclamation de Cléopâtre : Plut., Ant., 58, 11 ; législation garantissant les privilèges des médecins et rhéteurs dans AE 2006, 1455 a-b ( = SEG 56 [2006], 1219) ; mesure pour les vainqueurs aux concours sacrés dans RDGE 57. Le départ d’environ 300 sénateurs chez Antoine se déduit de Dion Cassius, 50, 2, 6, et de RG 25 (700 sénateurs avec Octavien, donc environ 300 avec Marc Antoine).

14 La complexité de la question des transformations institutionnelles des cités grecques et le caractère souvent peu explicite de la documentation ont suscité deux interprétations divergentes : Ph. Gauthier et ses disciples, ainsi P. Hamon, insistent plus sur les transformations endogènes des cités grecques et croient peu à l’interventionnisme romain en la matière. D’autres chercheurs auraient tendance à relever et privilégier les traces d’un interventionnisme romain : une illustration en est Coudry, Kirbihler, 2010.

15 La succession des magistratures dans les cités du monde romain est discutée dans Kirbihler, 2012b.

16 Le nombre des attestations de secrétaire du Peuple augmente parallèlement dans d’autres cités d’Asie à partir du milieu du ier s. av. J.-C. et la fonction paraît répandue dans la province au ier s. apr. J.-C. : cf. Coudry, Kirbihler, 2010, et Kirbihler, à paraître.

17 Liste des agonothètes et prytanes en I. Ephesos 9 ; un exemple d’itération probable est constitué par Agathènor, prytane en 47, 40, 33, et 27 : même si le père et le fils homonyme ont exercé dans cet intervalle, l’une au moins des générations a itéré la fonction ; on trouve d’autres cas probables dans Kirbihler, 2012b, et Kirbihler, à paraître. Les obligations de la fonction de prytane sont détaillées dans I. Ephesos 10.

18 I. Ephesos 1387 (39 av. J.-C.); 2018 (4-14); SEG 39 [1989], frgt H (23 ou 29/30); I. Ephesos 614 B (ca 35?); 614 C (ca 35-45).

19 Act. Ap., 19, 23-40 (ca 52-56).

20 I. Ephesos 1003-1004 ; Schuler, Zimmermann, 2012, p. 609-618, n° 9, publient une liste de conseillers apparemment viagers (de la seconde moitié du ier s ?). C’est aussi le moment où l’Assemblée d’une cité comme Maronée se dessaisit à l’avance d’une partie de ses pouvoirs (Wörrle, 2005). Plus de détails dans la discussion de Kirbihler, à paraître.

21 Résumé commode des évolutions et discussions de l’historiographie économique dans Andreau, 2010.

22 Par exemple Harris, 2011 ( = Harris, 2007), qui liste et commente diverses innovations économiques de la période 130-30 av. J.-C. ; Bresson, 2007-2008 constitue une somme sur l’économie des cités grecques jusqu’au ier s. av. J.-C.

23 Rossignol, Durost, 2007.

24 Un exemple de bonne étude céramique est Ladstätter, 2007 ; les exportations jusqu’au Magdalensberg et les phénomènes de délocalisation ont été constatés par Zabehlicky-Scheffenegger, 1995a et 1995b.

25 La cité produisait également des vins locaux de qualité variable et importait des vins égéens dont la part diminue apparemment au ier s. av. J.-C.

26 Bezeczky, 2013 synthétise toutes les études partielles antérieures, que l’on trouvera citées dans Kirbihler, à paraître.

27 I. Ephesos 3025 : le proconsul est qualifié de patron. La question du statarium/statarion a été éclairée par Descat, 2012.

28 La loi douanière d’Asie trouvée en 1976 et publiée en 1989 est republiée dans Cottier et al., 2008 (AE 2008, 1353).

29 Les attestations sont données et discutées dans Kirbihler, à paraître.

30 Tombes collectives avec présence d’inscriptions bilingues des premiers Vedii en I.Ephesos 2320-2321 et 2323-2325 ; cf. infra pour Curtius Proclus et Curtia Postuma.

31 Voir le recueil d’études Ladstätter, Scheibelreiter, 2010, en particulier Thür, 2010.

32 Un gentilice rarissime, Ancarsulenus/Ancarsolenus, n’est pour le moment attesté qu’à Pompei et Éphèse.

33 Si du moins le grand nombre d’inscriptions retrouvées à Rome ne biaise pas l’analyse.

34 Thériault, 2001 et 2012 étudie la question du culte des gouverneurs ; un prêtre de Servilius Isauricus dans I.Ephesos 702 (époque de Néron) et 3066 (iie s.) ; cf. Kirbihler, 2011, p. 270.

35 Le texte classique est DC 51, 20, 6-7 : il ne dit nulle part que le culte est une nouveauté. Longue démonstration dans Kirbihler, à paraître : le résultat est obtenu en combinant I.Ephesos 4324, RPC I, 2570-2574, II, pl. 112, et Suppl. 2572 A, ainsi que le changement dans la liste éponymique I.Ephesos 9 en 40/39 ou 39/38 : le financement de l’agonothésie des Dionysia, jusque là assumé par le prêtre de Rome, passe sous la responsabilité du prytane ; le prêtre de Rome disparaît de la liste et devient désormais le prêtre de Rome et César.

36 Dernière mention du Mégabyze dans App. , BC, 5, 9, 36, en 42/1. L’Artémision figure dans une liste de grands sanctuaires aptes à recevoir des legs selon le droit romain dans Tit. ex corp. Ulpiani 22, 6 ( = Règles d’Ulpien, compilation de ca 320-342) : voir pour le moment Scherrer, 1990, avant la reprise de l’enquête dans Kirbihler, à paraître. La politique religieuse à l’époque augustéenne, à propos des cultes d’Artémis de Patras, est rappelée dans Ellinger, 2011, où l’on trouvera p. 574 la bibliographie complémentaire à propos de la création sous Auguste du culte d’Artémis Laphria : je remercie P. Ellinger pour l’échange fructueux lors du colloque sur les femmes dans l’Orient hellénophone organisé par Sophie Lalanne, le 13 juin 2014.

37 Le numéro est celui donné au péristyle rhodien sur le plan de la place : il en ira de même infra pour les numéros des autres bâtiments. L’espace cultuel et la statue d’Auguste sont évoqués dans I.Ephesos 902. Voir les réflexions stimulantes sur l’évolution du culte impérial sous Auguste dans Herz, 2003. L’état arasé du péristyle rhodien ne permet ni de confirmer à coup sûr qu’il abrita le culte de Rome et César, ni qu’il vit plus tard un premier état du culte d’Auguste. Il s’agit d’hypothèses probables. Le prytanée [1] est situé en-dehors de la place, et le bouleutèrion [3] est postérieur à 70 apr. J.-C.

38 I.Ephesos, 404 complété dans AE 1993, 1498 ; voir Von Hesberg, 2002 et Gros, 2012. L’influence visible de Rome sur la place est discutée dans Thür, 2007.

39 SEG 43 [1993], 758 (grande ambassade) ; 759 (l’ambassadeur Curtius Proclus) ; I.Ephesos, 530 ([C. Sextilius ?] Pollio, mais l’inscription est peu claire) ; 1002 A (L. Staedius Attalus) ; 1004 (Curtia Postuma) ; 859 (C. Iulius Nicephorus affranchi d’Auguste) ; 3092, dédicace bilingue du pont de l’aqueduc financé par Sextilius Pollio.

40 I. Ephesos 1001-1002 et 1004 (Italiques courètes) ; peut-être 1578 A, si l’inscription est d’époque julio-claudienne (Italiques naopes, le collège entretenant le patrimoine architectural de l’Artémision). La grande souscription est connue par I. Ephesos 1687 et divers suppléments fragmentaires commentés dans Kirbihler, à paraître ; 20 (taxe sur le produit de la pêche).

41 Voir I. Ephesos 17-19, l’édit du proconsul Paullus Fabius Persicus.

42 I. Ephesos 659 et 716 (inauguration des statues des proconsuls de 41/42 et 42/43) ; RPC I, 2623-2625 (ca 49/50) ; voir pour l’ensemble du dossier les références et commentaires dans Kirbihler, 2005, enquête complétée par une comparaison avec l’épimélète de la cité à Athènes dans Fournier, Kirbihler, 2012.

43 Concession par Rome de la permission de construire un temple du culte impérial provincial, financé en partie par le koinon d’Asie.

44 I. Ephesos 411 ; 720 ; 2113 (à compléter par SEG 54 [2004], 1183bis) ; 4123 (Stertinius Orpex) ; la néocorie de 66 est discutée dans Burrell, 2004, p. 60-61, qui n’exclut pas la réalité d’une néocorie impériale.

45 Dräger, 1993, p. 44-50 : quelques indices numismatiques donnent à penser qu’il aplanit les tensions locales (résultant de la guerre civile ?) à Laodicée du Lycos et Hiérapolis, ainsi qu’à Sardes et peut-être Smyrne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1- Carte du territoire d’Éphèse
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 2- Plan de l’agora civile
Crédits Staatsmarkt ; doc. ÖAI, Österreichisches Archäologisches Institut.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 3- Vue d’ensemble de l’agora civile
Crédits Photo ÖAI.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 4- La basilique
Crédits Photo ÖAI.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 5- Le temple prostyle d’Auguste
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 6- Le prytanée
Crédits Photo ÖAI.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Kirbihler, « Des Grecs et des Italiens à Éphèse : les mutations d’une capitale de province (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.)  », Pallas, 96 | 2014, 233-252.

Référence électronique

François Kirbihler, « Des Grecs et des Italiens à Éphèse : les mutations d’une capitale de province (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.)  », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1273 ; DOI : 10.4000/pallas.1273

Haut de page

Auteur

François Kirbihler

Maître de conférences d’histoire romaine
Université de Lorraine (site de Nancy)
EA 1132 HISCANT-MA
Francois.Kirbihler@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org