Navigation – Plan du site

Syrie romaine (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.)

Roman Syria (70 B.C.- 73 A.D.)
Maurice Sartre
p. 253-269

Résumés

Annexée à l’issue de la crise mithridatique, la Syrie présente une figure originale dans l’organisation territoriale de l’Empire, mêlant pendant plus d’un siècle et demi administration directe et recours à des princes clients. Province frontière, elle subit à plusieurs reprises l’invasion des Parthes avant que, la paix civile étant revenue à Rome, elle ne serve de base arrière aux expéditions romaines vers l’Est. Tandis que Rome respecte l’héritage hellénistique en matière d’organisation locale et sur le plan culturel, elle doit affronter l’agitation croissante des Juifs, travaillés par une profonde crise sociale, culturelle et religieuse.

Haut de page

Texte intégral

1Aussi arbitraire que soit le choix des dates pour un sujet d’étude qui dépasse de très loin la seule Syrie, il convient de noter d’emblée que, dans ce cas précis, les moments choisis ne sont pas sans intérêt, au moins pour une partie de la région envisagée. Le point de départ se situe en effet au moment où se résout – du moins en Syrie – la crise mithridatique puisque 70-69 av. J.-C. marque le temps de l’évacuation de la Syrie du Nord et côtière par les troupes de Tigrane d’Arménie, menacé lui-même jusque dans sa nouvelle capitale de Tigranocerte par l’avancée de Lucullus. À l’autre extrémité, c’est peut-être au printemps 73 (bien que beaucoup penchent aujourd’hui pour 74) que tombe Masada, la dernière citadelle des rebelles juifs contre Rome. Certes, l’événement ne concerne qu’une minorité en Syrie, mais il symbolise la fin d’un siècle et demi de violences dans toute la Syrie.

2Le cadre géographique doit être précisé. On entend ici la Syrie au sens ancien du terme, y englobant la Phénicie, c’est-à-dire l’ensemble des pays compris entre la Méditerranée et l’Euphrate ou la steppe syrienne d’une part, le Taurus et l’Antitaurus au Nord et la mer Rouge au Sud. Certes, une partie mériterait le nom d’Arabie (notamment en Transjordanie), mais pour faire simple on prendra en compte ici l’ensemble des territoires soumis directement (province) ou indirectement (États clients) à Rome.

  • 1 Trois synthèses fournissent les bases et davantage : Millar, 1993 ; Sartre, 2003 ; Butcher, 2003. E (...)

3Enfin, afin d’éviter tout malentendu, il ne s’agit pas pour moi de réécrire l’histoire de la Syrie durant cette période, mais seulement de mettre en relief les principaux thèmes qui me semblent à traiter dans le cadre d’une question de concours, et d’indiquer quelques grands ouvrages ou études susceptibles d’aider les collègues et les étudiants les plus motivés. Ceci explique que, sur bien des points, je me contente d’indiquer l’orientation générale en renvoyant aux publications utiles1.

Sans chercher à être exhaustif, il me semble que dans le cadre d’une question sur l’ensemble de l’Empire romain, quelques thèmes doivent être privilégiés en ce qui concerne la Syrie :

  • les circonstances de la conquête et l’organisation des territoires.

  • la Syrie, province frontière face aux Parthes.

  • la marque de Rome : urbanisation, cadastres, citoyenneté, culte impérial.

  • les crises de la Judée.

1. Conquête et organisation des territoires

4Si l’on se place en 70, la situation politique de la Syrie est des plus embrouillées. Pour simplifier, on peut dire que l’ensemble de la région se trouve placé sous trois types d’autorités :

  • au Nord et sur la côte, Tigrane d’Arménie s’est substitué depuis 84 à ce qui subsiste de la dynastie séleucide, à l’appel de la population d’Antioche, excédée par les combats incessants entre les deux branches de la famille. Il domine donc ce qui restait du plus puissant royaume issu de la conquête d’Alexandre (Séleucie de Piérie seule lui résiste jusqu’au bout).

  • au Sud, deux royaumes ont profité de la situation pour s’étendre en direction du nord : le royaume hasmonéen sur l’ensemble de la Palestine et un peu au-delà de la vallée du Jourdain (Golan, Pérée de Transjordanie), le royaume nabatéen qui a mis la main sur Damas et sa région à l’appel des habitants en 84 (mais l’a évacué devant Tigrane en 72).

  • un peu partout subsistent des pouvoirs autonomes, le plus souvent des dynastes locaux se conduisant plus en brigands qu’en souverains (les Ituréens conduits par Ptolémée fils de Mennaios dans l’intérieur du Liban, par ex.), des tyrans locaux (Philadelphie, Gerasa, Byblos), des chefs de tribus en cours de sédentarisation (les Emeseni).

5La conquête de la Syrie par Rome semble a priori liée étroitement à la résolution de la crise mithridatique à laquelle Rome rattache explicitement la lutte contre les pirates. On connaît l’enchaînement des faits qu’il suffit de rappeler brièvement : lex Gabinia en 68, lex Manilia l’année suivante donnent à Pompée les pleins pouvoirs d’abord contre les pirates, puis contre Mithridate.

6C’est dans ce cadre que des légats pompéiens se présentent à Damas dès 65-64, préparant l’annexion de ce qui reste du royaume séleucide. Car Lucullus, après l’évacuation de la Syrie par Tigrane, a laissé Antiochos XIII se réinstaller à Antioche, lequel fut bientôt contesté par Philippe II. Défaisant sur ce point comme sur les autres l’œuvre de Lucullus, Pompée déclare en 64 que la Syrie est désormais province romaine, le pays revenant plus légitimement à ceux qui l’ont libéré de Tigrane qu’à ceux qui ont été incapables de le défendre.

  • 2 Berlin, 1993.
  • 3 Pellegrino, 2007.

7Vision donc strictement politique, qui a longtemps été la seule retenue par l’historiographie. Vision sans doute partiellement justifiée qui permettait aussi à Rome d’entrer en contact direct avec les Parthes, leurs seuls réels concurrents dans l’Est. Mais cette explication n’est peut-être pas la seule à retenir. En effet, les fouilles de Beyrouth qui ont suivi la guerre du Liban, venant confirmer des indices déjà fournis par les fouilles de Tel Anafa en Haute Galilée2, ont livré des quantités non négligeables de vaisselle de type italien - plats à feu campaniens notamment -, mais de fabrication locale, étrangers aux habitudes culinaires indigène3. À moins d’admettre une soudaine acculturation des populations locales aux modes de cuisson italiens, cela suppose l’installation dès le début du ier siècle de Romains et d’Italiens à la fois dans un grand port de transit et dans un lieu de redistribution des marchandises (Tel Anafa). On songe naturellement à la présence de negotiatores. Il serait de fait étonnant que la Syrie ait échappé aux marchands italiens alors qu’ils étaient nombreux en Asie Mineure, et qu’ils pouvaient utiliser Délos comme lieu d’échange avec les marchands phéniciens depuis la destruction de la ville en 88. Cela conduit à suggérer que les intérêts économiques de l’aristocratie romaine ne sont peut-être pas seulement entravés par la piraterie, mais aussi par la situation politique en Syrie même. Pompée pouvait donc avoir d’autres raisons d’intervenir et d’annexer le royaume séleucide.

8Enfin, on ne peut négliger le fait que Pompée peut avoir aussi voulu éviter la mainmise parthe sur une région livrée à elle-même, où aucun pouvoir n’était assez puissant pour résister à une nouvelle avancée des Parthes. Or ceux-ci sont à Doura depuis 93 au plus tard.

9Quoi qu’il en soit sur tous ces points, en 64, la Syrie devient province romaine. Mais cette province présente un aspect bien singulier, et plutôt que de focaliser sur la province, parlons plutôt de la Syrie romaine au sens large.

  • 4 Sur la difficile question des Ituréens, Aliquot, 1999-2003.

10D’une part, Pompée soumet à l’autorité de Rome et à son administration directe l’essentiel de ce qui reste du royaume séleucide, notamment la Syrie urbanisée du Nord et de la région côtière. Mais il y rattache des territoires qui en sont géographiquement séparés comme les cités grecques du nord-ouest de la Transjordanie organisées en une structure nouvelle dont nous ignorons tout, la Décapole, ou Gaza et Anthédon dans le sud de la Palestine. Au sein même de la province, il existe de nombreuses « tétrarchies », principautés plus ou moins importantes, tenues par des dynastes grecs, araméens ou arabes, dont nous ignorons le plus souvent l’étendue et même la localisation. Les plus notables sont dans l’intérieur du Liban (les Ituréens de Chalcis, les dynastes d’Abila)4, en Syrie centrale (les Emeseni installés à Aréthuse et peut-être déjà à Émèse), dans le J. Ansarieh et jusqu’à proximité d’Antioche (Tarcondimotos de l’Amanus). Pompée et ses légats ont éliminé quelques-uns des chefs bandits les plus rétifs (Silas à Lysias, Démétrios de Tripolis), mais contre une forte somme ils ont laissé en place les plus puissants ou les plus riches (Ptolémée fils de Mennaios qui sauve sa tête pour 1 000 talents, Sampsigéramos d’Émèse).

  • 5 Aux classiques Braund, 1984 et Sullivan, 1989, ajouter Kaizer et Facella, 2010.
  • 6 Sartre, 1979.

11D’autre part, Rome laisse subsister plusieurs royaumes qui entrent dans sa clientèle5 : au Nord, la Commagène, au Sud celui des Nabatéens (contre lequel Pompée projette une expédition, qui sera conduite seulement en 62 par son légat, Aemilius Scaurus, lequel échoue à s’emparer de la capitale6) et celui des Hasmonéens, dont Pompée réussit à s’emparer de la capitale, Jérusalem, en 63 pour mettre un terme au conflit qui oppose les deux héritiers de la reine Salomé, Hyrcan II, roi et grand-prêtre, et son frère Aristobule II.

12L’organisation territoriale de la province évolue avec le temps. Il est hors de question d’entrer dans des détails très fastidieux et innombrables. Mais on peut faire deux observations.

13En premier lieu, si Pompée est le promoteur du système, Antoine l’a conforté et stabilisé, se créant ainsi une clientèle syrienne largement mise à contribution dans ses combats vers l’est comme dans la guerre civile romaine. Mais, contrairement aux affirmations de la propagande d’Octave, il sut résister pour l’essentiel aux demandes incessantes de Cléopâtre, soucieuse de restaurer la grandeur du royaume lagide. Malgré quelques concessions (comme les baumiers de Jéricho), il soutint contre elle – et dans l’intérêt de Rome – les princes clients comme Hérode ou les rois de Pétra. Les donations apparentes de 37 (il lui cèderait la Phénicie et la Koilè-Syrie c’est-à-dire la Syrie tout entière), puis les partages de 34 entre leurs enfants ne furent en réalité suivis d’aucun effet.

  • 7 Bowersock, 1983, p. 55.

14En second lieu, l’existence des princes clients n’est globalement pas remise en cause par Auguste, ni par ses successeurs, malgré des modifications souvent temporaires. On assiste en effet à de fréquents retours en arrière : ainsi Octave supprime dès 30 av. J.-C. les principautés de Tarcondimotos Ier dans l’Amanus et celle d’Émèse, mais il les rétablit en 20 ; il annexe de même la Judée d’Archélaos en 6 apr. J.-C., mais Claude la rend à Agrippa Ier en 41 ; on pourrait donner bien d’autres exemples. À partir de Vespasien néanmoins, il n’y a plus de retours en arrière et, pour rester dans les limites du programme, notons l’annexion définitive de la Commagène en 72 (elle l’avait déjà été entre 17 et 37-38), d’Émèse en 72 au plus tard). Comme la plupart des principautés mineures (les tétrarchies sans nom de Pline) ont déjà été annexées, il ne reste plus guère que le royaume nabatéen et les États sud-syriens et libanais d’Agrippa II. Notons par ailleurs que Rome intervient constamment dans la nomination des clients, même lorsqu’il s’agit d’une dynastie bien antérieure à l’arrivée de Rome dans la région : ainsi Glen Bowersock a pu faire l’hypothèse qu’Auguste avait supprimé le royaume nabatéen entre 3 et 1 av. J.-C. pour punir Arétas IV, de ne pas avoir demandé l’accord d’Auguste avant de prendre le titre royal7.

  • 8 Isaac, 1981.

15Enfin, pour ce qui est de la province proprement dite, elle reste unique jusqu’en 68, la Judée n’étant qu’un district particulier confié à un préfet (jusqu’en 41) comme cela est maintenant attesté pour la Décapole8.

  • 9 Le terme Judée est ambigu car il a deux sens différents. D’une part, au sens géographique, il désig (...)
  • 10 Sartre, 2003, p. 448-449 (Hyrcan privé du titre royal), et p. 456 (division de l’ancien royaume en (...)
  • 11 Kokkinos, 1998 ; Labbé, 2012.

16Le seul secteur que Rome n’arrive pas à organiser de façon satisfaisante, c’est la Judée9. Après plusieurs tentatives d’organisation10 et, pour finir, la disparition du royaume hasmonéen lors de la reconquête de la région sur les Parthes en 41-37, Rome se résout à recréer un royaume au profit de son meilleur soutien dans la région, Hérode. Royaume étendu à plusieurs reprises en direction du Liban intérieur et de la Syrie du Sud (au détriment des Ituréens). Là encore on ne reviendra pas sur les détails11, très compliqués, mais on voudrait souligner ce qu’il nous semble important de retenir.

  • 12 Isaac, 1984 ; Sartre, 2011.

17En premier lieu, le maintien d’un royaume de Judée semble à Rome le meilleur moyen d’éviter les conflits entre une population extrêmement sourcilleuse sur le respect de ses privilèges religieux, et des administrateurs et soldats romains qui ignorent tout des impératifs du judaïsme, notamment en ce qui concerne les règles de pureté rituelle. Mais ce maintien est sans doute aussi lié à l’incapacité de Rome à mobiliser alors les moyens nécessaires pour lutter contre le fléau du brigandage dont Pompée est bien loin d’être venu à bout12.

  • 13 Schwartz, 1990.

18En second lieu, Rome garde les mains libres pour faire et défaire les princes clients au mieux de ses intérêts. On le voit aussi bien en 4 av. J.-C., à la mort d’Hérode lorsque son royaume est partagé entre trois fils (aucun n’héritant du titre royal), qu’en 6 apr. J.-C. quand Archélaos est destitué et envoyé en exil en Gaule, qu’en 34 lorsqu’à la mort de Hérode Philippe son État est simplement annexé à la Syrie (mais confié à Agrippa Ier dès 37), en 39 quand Antipas est à son tour envoyé en exil ou en 41 lorsque Claude reconstitue un vaste royaume pour Agrippa Ier13. État éphémère puisque Agrippa meurt dès 44, mais Rome crée à nouveau à partir de 49 un vaste royaume en Galilée, Liban intérieur et Syrie du Sud pour Agrippa II, royaume qui survit jusque vers 90, voire au-delà.

  • 14 Labbé, 2012.

19Troisième remarque : Rome ne se décide que très progressivement à administrer directement. Un préfet est nommé à partir de 6 pour la Judée-Samarie, expérience interrompue dès 41. Lorsqu’Agrippa Ier meurt, un procurateur est désigné pour administrer l’ensemble du royaume, en dehors de ce qui est entre les mains de son frère Hérode de Chalcis, puis progressivement une part importante du royaume est confiée à Agrippa II, notamment hors de la Palestine proprement dite. Ce n’est pas avant 44 apr. J.-C. que la plus grande partie des régions occupées par les juifs sont administrées directement par Rome, sous le contrôle du gouverneur de Syrie. C’est probablement en 68 que la Judée devient une province de plein exercice14.

20Peut-on interpréter ces modifications incessantes ? Rome ne cesse d’hésiter entre la délégation à des clients et l’administration directe. Les deux solutions échouent, sauf au temps d’Hérode le Grand, preuve probablement d’une part que la situation a empiré après la mort de ce dernier, d’autre part que les hommes choisis pour conduire cette politique ne sont pas à la hauteur des enjeux. Agrippa Ier aurait pu être un grand roi, mais il meurt après moins de quatre ans de règne. Les autres, princes clients et préfets ou procurateurs se révèlent faibles, ou cupides, ou corrompus, ou provocateurs, et souvent le tout à la fois.

2. Une province frontière

21Lorsque Pompée annexe la Syrie à l’Empire de Rome en 64, nulle part Rome n’est encore frontalière du royaume des Parthes, le seul grand empire organisé qui puisse rivaliser avec elle. Désormais le cours moyen de l’Euphrate sert de frontière entre les deux Empires. On a beaucoup discuté pour savoir si c’était le résultat d’un compromis explicite ou seulement une situation de fait marquant l’équilibre des pouvoirs. Question sans grand intérêt car il va de soi qu’aucun empire ne renonce par avance à la conquête. Mieux vaut noter que durant toute la période concernée la frontière reste fixée sur l’Euphrate, mais qu’à plusieurs reprises les uns et les autres font des incursions chez l’adversaire, plus ou moins longues.

22On ignore la situation précise de l’armée romaine en Syrie avant l’époque d’Auguste. Ce n’est qu’après 30 que l’on observe la mise en place de trois ou quatre légions stationnées principalement dans le nord (ce qui est logique puisque la province couvre principalement cette zone), mais ce n’est guère que sous ses successeurs qu’on les trouve réellement attestées. Leur localisation varie, mais est partiellement incertaine. Il semble qu’il y ait eu à un moment ou un autre des légions stationnées à Antioche (la III Gallica ?), Laodicée sur mer (VI Ferrata), Raphanée (XII Fulminata), Cyrrhus (X Fretensis), auxquelles s’ajouta la IV Scythica à Zeugma vers 56. Aux légions s’ajoutent des unités auxiliaires, notamment en Judée. Lors des expéditions au-delà de l’Euphrate ou au moment de la révolte de la Judée en 66, ces troupes sont mises à contribution, mais on fait également appel à des troupes venues d’Europe.

  • 15 Isaac, 1981.

La question qui a été posée, notamment par Isaac15, est de savoir à quoi est destinée l’armée romaine de Syrie. La réponse doit varier avec le temps.

  • 16 Arnaud, 1998.
  • 17 Sur la bataille, son contexte et ses conséquences, Traina, 2011.

23Dans une première période, qui va de l’annexion en 64 jusqu’à l’expulsion des Parthes en 37, elle me semble utilisée aux missions les plus diverses. Ainsi, l’armée intervient pour soumettre et pacifier : siège de Jérusalem par Pompée, expéditions des premiers légats pompéiens contre les Arabes, notamment les Nabatéens de Pétra en 62. Mais l’armée est également mobilisée contre l’éventuelle menace parthe. On a longtemps accusé Crassus d’avoir lancé une expédition inconsidérée contre les Parthes, mais il a été montré que celle-ci était déjà envisagée par Gabinius en 56 avec l’accord du Sénat et répondait à une menace réelle16. Qu’elle ait été mal préparée et mal conduite au point de conduire au désastre de Carrhes (53) n’enlève rien à sa légitimité. En tout cas, l’échec de Crassus entraîne par contrecoup l’invasion de la Syrie et le risque de voir toute la province échapper à Rome en 51-50 puisque les Parthes parviennent dans les faubourgs d’Antioche (Cicéron qui gouverne alors la Cilicie s’en alarme dans plusieurs lettres). La réaction de Cassius, prolongée par celle du nouveau gouverneur de Syrie Bibulus, permit néanmoins de chasser les Parthes dans la seconde moitié de l’année 5017.

  • 18 Sur tout ceci, résumé dans Sartre, 2003, p. 463-464.

24Dès les années suivantes, la Syrie est entraînée dans la guerre civile romaine. Metellus Scipion, gouverneur de Syrie et beau-père de Pompée, commença par racketter la province pour équiper l’armée pompéienne. Après Pharsale (6 juin 48), les clients syriens furent mobilisés pour porter secours à César dans le piège de la « guerre d’Alexandrie » (47), ce qui valut à la Syrie quelques égards de la part de César (ère de la liberté dans quelques cités), mais n’empêcha pas la guerre civile de s’y prolonger entre anciens pompéiens et partisans du nouveau maître. L’assassinat de César ajouta à la confusion, et au terme de sanglants affrontements, Cassius parvint à se rendre maître de la Syrie peu avant de se faire écraser à la bataille de Philippes18. Mais la victoire d’Antoine et d’Octave ne mettait pas fin aux malheurs de la Syrie : les renforts que Labienus était allé chercher chez les Parthes, arrivés trop tard pour sauver les « libérateurs », refluèrent d’Asie Mineure vers la Syrie, qu’ils occupèrent tout entière (seules quelques poches de résistance subsistèrent, comme Tyr), y compris la Judée où un ultime descendant des Hasmonéens comptait sur eux pour s’emparer du pouvoir (Antigone). Là encore il fallut l’énergie d’Antoine, puis de P. Ventidius Bassus et d’Hérode pour chasser l’envahisseur et restaurer la souveraineté romaine.

25Après cet épisode, la balance du pouvoir semble pencher en faveur de Rome. Désormais, la Syrie compte bien davantage comme une base arrière pour opérer dans le Caucase, ce qui est indirectement un moyen d’affaiblir les Parthes ou du moins d’empêcher leur accroissement de puissance. L’aventure de Tigrane a littéralement traumatisé les Romains qui prêtent à l’Arménie un rôle stratégique qu’elle n’a probablement jamais eu. En tout cas, c’est de Syrie que partent les expéditions de Marc Antoine en 36-34 (aboutissant à l’ahurissant partage du monde de 34), l’expédition de Caius César en Arménie en 3 apr. J.-C., plus tard celle de Helvidius Priscus en 51, et celle de Corbulon à partir de 57 en direction de l’Arménie sous Néron (même si Tacite dresse un tableau très négatif de l’état des troupes romaines de Syrie).

26Mais l’armée romaine de Syrie n’agit pas seulement contre les Parthes de façon défensive ou offensive. Laissons de côté l’épiphénomène de l’épisode des « libérateurs » (même s’il a lourdement pesé sur les populations). De même, elle ne compte que de façon marginale dans les conquêtes ou tentatives de conquête conduite depuis la Syrie. Ainsi, la grande expédition d’Aelius Gallus contre le Yémen en 25 av. J.-C. est conduite depuis l’Égypte, et avec l’aide des Nabatéens. Quant à l’annexion de Palmyre qui survient un peu avant 19 apr. J.-C. (sans doute vers 15-17), elle se fait sans coup férir.

  • 19 Sartre, 2011.

27En revanche, le maintien de l’ordre contre les nomades est assuré à la fois par les princes clients, notamment les Hérodiens19, par la milice de Palmyre (fait exceptionnel : Rome a laissé une cité de l’Empire posséder ses propres troupes pour intervenir dans un milieu que Rome ne sait pas contrôler) et par les troupes romaines, bien que les indications sur ce dernier point restent vagues.

28L’armée romaine de Syrie est-elle une armée destinée à prévenir l’agitation urbaine ? On peut invoquer qu’elle est implantée non loin des villes et dans la seule Syrie du Nord. Mais, d’une part les distances ne sont pas très longues dans la zone « utile » et il est donc logique que les villes ne soient jamais bien éloignées. D’autre part, les camps de Cyrrhus et de Raphanée facilitent davantage l’intervention dans la zone steppique située à l’est que dans les villes de la côte ; sans parler de celui de Zeugma qui surveille directement le passage de l’Euphrate. En dehors de la Judée, où ne stationnent que peu de troupes après l’installation des préfets puis des procurateurs, on ne voit d’ailleurs guère l’armée romaine intervenir dans la région. Sinon, on comprendrait mal le manque total d’entraînement que dénonce Tacite pour l’époque néronienne. On voit que trop d’éléments nous échappent pour juger vraiment du rôle de l’armée romaine de Syrie durant cette période.

3. La marque de Rome : la terre, les hommes, les dieux

29La conquête de la Syrie par Rome s’accompagne d’un certain nombre de transformations qu’il ne faut ni sous-estimer, ni surestimer. Naturellement, comme dans toute la Méditerranée orientale, le grec est depuis longtemps bien installé comme langue de gouvernement et de communication, et le latin ne quittera jamais l’étroit milieu des soldats et des administrateurs. On se gardera donc bien de parler d’une quelconque « romanisation » de la Syrie. Cela n’empêche que la marque de Rome apparaît, et peut-être plus profondément qu’on ne le croit, dans plusieurs domaines.

  • 20 Monographie très complète de Weber, 2002.

30S’agissant d’un pays déjà largement urbanisé, dont les plus anciennes villes ont dès l’époque séleucide adopté le modèle civique grec de la polis, notamment au Nord (dans la province proprement dite), l’œuvre de Rome en ce domaine ne peut être que modeste. Notons néanmoins, que Pompée et les premiers gouverneurs de la province contribuèrent à relever les cités qui avaient gravement souffert des troubles depuis la fin du iie siècle av. J.-C. Ils purent ainsi passer pour de vrais refondateurs, ce qui explique l’adjonction d’épithètes explicites par quelques cités : Gabinia Canatha (pour Aulus Gabinius), Pella Philippiana (pour Marcius Philippus), tandis que Pompée avait libéré des Hasmonéens et relevé Gadara20 à l’instigation de son affranchi le philosophe Démétrios de Gadara, ce que la ville célébra en se nommant Pompeia Gadara.

  • 21 Sartre, 1996a.

31Après cette première phase de restauration/refondation, les créations nouvelles sont rares et espacées : Palmyre est dotée des institutions d’une cité grecque normale peu après son annexion21, même si les institutions ne se mettent en place que progressivement ; notons néanmoins que Palmyre présente l’originalité d’utiliser à la fois le grec et l’araméen dans ses textes officiels, le grec étant prioritaire puisque l’on voit que plusieurs termes grecs sont simplement translittérés en araméen, et que la version grecque est souvent la plus longue. On pourrait ajouter Sepphoris sous Vespasien (vers 68-69), mais cela ne fait pas grand-chose au total. Il est plus important de noter que Rome, ici comme dans les autres provinces de Méditerranée orientale, respecte les habitudes grecques en la matière, fondant principalement des poleis même si elle fonde quelques colonies (voir ci-dessous).

32L’œuvre d’urbanisation relève bien davantage des princes clients, notamment des hérodiens. Hérode lui-même fonde en 20 av. J.-C. la cité grecque de Césarée (dite Maritime pour la distinguer des autres), destinée explicitement aux Grecs, non aux juifs. Lorsque les juifs tenteront d’obtenir de Néron une décision en leur faveur, ils seront déboutés, l’empereur faisant valoir que cette cité n’est pas la leur. Au crédit d’Hérode, il faut ajouter Samarie refondée comme une Sébastè, tandis que d’autres hérodiens fondaient Tibériade (Antipas), Césarée Panion (Hérode Philippe) renommée Néronias et agrandie par Agrippa II, entre autres. Mais on peut encore ajouter Césarée-Arca du Liban (sans doute un prince ituréen ou émésénien), Émèse fondée vers la fin du ier siècle av., et non à l’époque hellénistique comme on l’a souvent cru.

33À cela s’ajoute la politique évergétique des Hérodiens envers les cités de Phénicie et de Syrie : Damas, Tyr, Sidon, Byblos, Ptolémaïs, Tripolis, Laodicée, Ascalon, Bérytus. La fondation de cités et l’évergétisme envers celles qui existent passe à l’évidence pour un comportement qui ne peut que plaire au maître. Là où il ne peut agir ainsi, comme à Jérusalem (le souvenir de la tentative de Jason en 175 reste vif), Hérode agit de manière détournée : ainsi il célèbre Actium en faisant édifier un amphithéâtre non loin de la ville et en y donnant des spectacles qui choquent les juifs, mais s’inscrivent dans la tradition romaine.

  • 22 Millar, 1990 ; Sartre, 2001b.

34Les initiatives proprement romaines ne sont pourtant pas absentes. En matière de fondations urbaines, je noterai d’abord la fondation de deux colonies22 avec deductio, à Berytus au plus tôt en 27 av., sans doute vers 15, colonie très étendue puisqu’elle couvre une large partie du Liban intérieur, jusqu’à Héliopolis compris. Très vite, Berytus apparaît comme le seul îlot de latinité en Syrie (bien davantage que ne le furent les colonies de Pisidie par exemple), par le peuplement, les cultes, la langue. La seconde colonie, Ptolémaïs, promue sous Claude, est trop fantomatique pour qu’on puisse en dire quelque chose. Néanmoins, dans les deux cas, on assiste à l’installation de vétérans (ceux de quatre légions à Ptolémaïs).

35Y eut-il d’autres Romains – colons ou vétérans – installés dans des villes sans création de colonies ? On peut se poser la question car des cadastres d’époque augustéenne ont été relevés à la fois à Émèse (où ce peut être lié à la création de la cité des Emeseni), mais surtout à Damas où rien ne justifie des opérations de cadastration selon un modèle romain.

36En dehors des vétérans installés tardivement, il existe sûrement une population d’origine italienne comme on l’a rappelé plus haut. Mais elle est difficile à détecter car les inscriptions sont rares avant les débuts de l’Empire.

  • 23 Sartre, 1996b et Sartre 2001a.
  • 24 Raggi, 2006.

37En revanche l’octroi de la citoyenneté romaine à des Syriens a pu être étudié avec une relative précision23. Le phénomène commence avec Auguste qui donne la citoyenneté romaine d’abord aux princes clients, qui se trouvent ainsi tous être des Iulii. Il avait d’autant plus besoin de se créer une clientèle qu’il manquait cruellement de relais en Syrie comme dans la plupart des provinces de langue grecque, accaparées longtemps par Antoine. Sont ainsi des Iulii aussi bien les hérodiens, les princes d’Émèse, les tétrarques de Syrie centrale dont descend L. Iulius Agrippa d’Apamée sous Trajan. Mais d’autres reçoivent la citoyenneté : déjà Séleucos fils de Théodotos de Rhosos, en Syrie du Nord, vers 35-30, dont Andrea Raggi a donné récemment une publication exemplaire24. Globalement, la diffusion de la citoyenneté paraît relativement faible et plus lente qu’en Asie mineure où, il est vrai, Rome est présente depuis plus longtemps. Seul le temps de Claude paraît faire exception. Ce retard d’intégration à la citoyenneté trouve sa conséquence logique au niveau des deux ordres supérieurs : aucun sénateur syrien n’est attesté sous les Julio-claudiens, deux (peut-être trois) chevaliers, tous originaires de la colonie de Berytus/Héliopolis.

38Autre marque de Rome : la constitution de domaines publics, devenus domaines impériaux avec l’Empire. On a des traces nombreuses de domaines impériaux, dans la région de la mer Morte, dans le Hauran, sur l’Euphrate, mais elles sont toutes tardives, et il n’est pas sans risque de vouloir les faire remonter aux origines de l’Empire. On ignore ce qui restait des domaines royaux séleucides en Syrie du Nord lors de l’annexion. La seule affirmation claire est celle de Flavius Josèphe déclarant que Vespasien confisqua toute la Judée à son profit après la prise de Jérusalem. Or, cette affirmation, même si elle est exacte, n’aboutit pas à la création d’un domaine impérial puisque Vespasien lotit 800 vétérans à Emmaüs et vend la plupart des autres terres à de riches propriétaires, Romains ou non. Il semble donc prématuré de parler d’une mainmise de Rome sur la terre, en dehors, naturellement, de la fiscalité qui pèse sur elle.

  • 25 Kropp, 2009.
  • 26 Bru, 2011.

39Il faut dire un mot enfin de l’organisation du culte impérial. On sait par une inscription d’Apamée, de l’époque de Trajan, qu’un notable de la cité, Dexandros, fut le premier prêtre du culte impérial à l’époque d’Auguste. L’existence d’un culte provincial est probable mais on ne peut affirmer que Dexandros fut le grand prêtre du culte provincial, même si la tournure du texte y incite ; il ne semble pas grand prêtre, seulement prêtre, et le texte peut simplement dire qu’Apamée fut la première cité à créer un culte impérial. En tout cas le culte impérial provincial regroupe trois éparchies, Syrie, Phénicie et Cilicie, ce qui laisse supposer trois koina séparés. Notons par ailleurs que le culte impérial n’est pas absent des royaumes clients même s’il y prend des formes différentes25. Enfin, la présence impériale se manifeste par les moyens les plus divers, les dédicaces officielles ou privées, les milliaires, les images répandues dans les cités : Hadrien Bru en a fait l’étude dans un ouvrage récent auquel on renverra26.

  • 27 Aliquot, 2009.

40Il faudrait dire un mot également de quelques innovations religieuses. La plus notable est sans doute l’organisation du culte d’Héliopolis. Le sanctuaire est antérieur à la période romaine, et les dieux qui y sont honorés sont des dieux araméens traditionnels (notamment Haddad). Mais l’organisation d’une triade divine n’a rien de traditionnel, et Julien Aliquot a montré que c’était une innovation des débuts de l’époque romaine27. Difficile d’en dire beaucoup plus sur la vie religieuse car les nombreux sanctuaires de la montagne libanaise inspirés directement par les temples romains (et non par la tradition architecturale grecque) sont plutôt postérieurs à la période étudiée.

4. Les crises de la Judée, de l’État juif à la destruction du Temple

  • 28 Sartre 2003, p. 529-607, fournit un résumé qui reste valide.

41La bibliographie gigantesque consacrée à la période du Second Temple, même si on la limite à la fin de la période qui seule nous concerne ici, ne peut entrer en ligne de compte pour une question de concours centrée, en tout état de cause, sur Rome et son empire. Il ne s’agira donc pas d’étudier l’évolution du judaïsme et de la société juive de Judée dans ses détails, mais d’essayer de comprendre quels sont les enjeux pour la société provinciale, les causes des difficultés romaines, les objectifs des révoltés de tout poil, les conséquences de la grande révolte de 66-70 (73/74). C’est d’autant plus difficile que la mutation profonde que subit la société juive n’a pas commencé en 70 mais deux siècles et demi plus tôt avec la conquête d’Alexandre. Mais, plus concrètement, les vraies difficultés deviennent visibles avec ce que l’on appelle la crise maccabéenne (175-152) dont il faut comprendre les causes profondes pour mesurer son importance pour la suite, y compris les crises de la Judée romaine28.

  • 29 Honigman, 2014.

42Sans reprendre le récit, ni entrer dans les détails de l’argumentation, il faut rompre avec une tradition aussi bien juive que chrétienne qui considère la révolte des Maccabées comme le sursaut de juifs pieux contre un pouvoir grec persécuteur. Il n’en est rien. La révolte dite des Maccabées est d’abord une rébellion des juifs traditionalistes contre des élites juives, grand prêtre en tête, qui tente de réformer la communauté pour la faire entrer dans la modernité que représente à leurs yeux la culture grecque du temps. Comme cette réforme s’accompagne d’une pression fiscale croissante, la révolte n’en est que plus violente. Le roi grec Antiochos IV n’intervient qu’en second, lorsqu’il prend conscience que la Judée est en pleine révolte précisément au moment où il s’apprête à faire campagne en Égypte pour régler un vieux différend avec son rival Ptolémée VI. D’où une répression mettant en branle toute la violence d’État habituelle, ni plus ni moins. De persécution il n’est évidemment pas question ; Sylvie Honigman a bien montré que le pseudo-édit de persécution n’était que la mise en relation a posteriori de toutes les mesures habituelles de la répression d’État, déformées et amplifiées de manière à leur donner une cohérence dans une perspective théologique29.

43La victoire des révoltés, aboutissant à la création de l’État hasmonéen, ne règle en rien le problème de fond. La société juive vit depuis cette époque au moins ce que j’appellerai volontiers une crise d’identité doublée d’une crise de la modernité. En d’autres termes – et la situation reste la même bien que beaucoup de choses aient évolué – les juifs hellénisés ou tentés par la culture moderne n’ont pas réussi à résoudre la question difficile de savoir comment on peut rester juif tout en devenant grec, et quand bien même ils l’auraient résolu, ils ne sont pas en mesure de convaincre la majorité de leurs concitoyens.

44Si les juifs de la diaspora ont depuis longtemps surmonté l’obstacle – Philon d’Alexandrie, contemporain des premiers julio-claudiens en est la plus belle illustration intellectuelle –, les juifs de Judée, étroitement encadrés par des docteurs de la Loi rigoristes, ne semblent pas capables de faire la part des choses entre ce qui relève du sacré et ce qui lui échappe. La rigidité des rabbis pharisiens notamment conduit pratiquement à appliquer au peuple entier ce qui, longtemps, ne concernait que les prêtres et desservants du Temple. Je crois en réalité que ce durcissement « légaliste », cette volonté d’imposer un scrupuleux respect de la Torah pour dresser un mur infranchissable entre les juifs et les autres est d’autant plus nécessaire aux yeux des rabbis qu’une partie sans doute importante de la communauté est prête à basculer dans cette « modernité » redoutée.

  • 30 Textes dans Dupont-Sommer et Philonenko, 1987.

45Cette crise religieuse et culturelle – ingrédients principaux d’une crise identitaire – sous-tend toute la période qui conduit à l’explosion de 66. Elle s’accompagne de bien d’autres mouvements intellectuels, qui eux aussi remontent au temps des Maccabées ou peu avant. Parmi ces innovations, il faut mentionner d’une part le messianisme, d’autre part l’apocalyptique juive. L’apocalypse révèle aux croyants le temps qu’il reste jusqu’à la fin des temps. Celle-ci est d’autant plus espérée que la situation du peuple juif paraît plus désespérée. L’apocalypse, pour dire les choses simplement, annonce que si tout semble aller mal (et va mal effectivement), c’est le signe que la fin des temps est proche. Or le genre, qui a commencé au temps des Maccabées, fleurit durant toute la période30. Même si peu de gens sont capables de lire les apocalypses écrites, il ne fait aucun doute que le message qu’elles véhiculent est largement diffusé. L’attente de la fin imminente des temps semble avoir atteint un pic en Palestine dans les années 30 de notre ère.

  • 31 Laperroussaz, 1982; Belayche, 1989.

46Cette attente se double chez beaucoup de juifs pieux par l’annonce de la venue d’un messie, c’est-à-dire d’un envoyé de dieu qui préparera la fin des temps et le triomphe des juifs31. On s’épuiserait à énumérer toutes les visions différentes et parfois contradictoires qu’ont les uns et les autres de l’action de ce messie. Constatons seulement que la plupart (et peut-être tous) ont une vision terrestre de leur action, et que, de fait, des « messies » surgissent à tout moment en Palestine entre la mort d’Hérode et la grande révolte. Quelques-uns se consacrent à l’action violente (Ézéchias le Galiléen et son fils Judas plus tard), d’autres semblent plus pacifiques (Jean le Baptiste, Jésus), mais tous finissent de la même manière, exécutés par les autorités.

  • 32 Applebaum, 1976.

47On ne peut négliger la crise économique et sociale qui frappe la Judée32. L’accroissement de la population (que confirme l’accroissement sensible du nombre de villages et d’établissements ruraux sans parler du développement urbain) n’est pas absorbé par une émigration pourtant forte depuis longtemps. La Galilée, l’Idumée, le Golan, la Transjordanie, voire la Syrie du Sud, ont vu s’installer nombre de juifs durant l’époque hellénistique. Mais le pays ne peut en absorber davantage, et les juifs rencontrent en Syrie du Sud, par exemple, la concurrence directe de populations locales en cours de sédentarisation. À cela s’ajoute un accaparement des terres par les plus riches, suite à l’endettement d’une partie de la paysannerie traditionnelle. Que cet endettement soit considéré comme insupportable me semble confirmé par le fait que la première action des révoltés de 66 fut de brûler les bureaux de l’enregistrement.

  • 33 Roller, 1998; Lichtenberger, 1999; Netzer, 2006.
  • 34 Rhoads, 1976.

48Face à cette crise aux racines multiples, Rome est d’autant plus désarmée qu’elle n’en perçoit que difficilement la dimension religieuse. Au temps d’Hérode, l’évergétisme royal, une politique de grands travaux33 et quelques gestes manifestant le respect envers le Temple et les règles de la Loi suffirent à maintenir un semblant de paix sociale et religieuse, en même temps que s’exerce une rigoureuse répression. Avec le régime de l’administration directe, aggravé par la maladresse de certains (Pilate) et les provocations délibérées des autres, les occasions de conflits se multiplient34. Flavius Josèphe en donne de nombreux exemples, même si l’on n’est pas obligé d’adopter les chiffres qu’il donne des victimes de la répression. De plus, la collusion évidente des notables, grand prêtre en tête, avec les autorités païennes, ajoute au discrédit qui les frappe, et ils ne sont donc guère en mesure de jouer un rôle d’arbitre ou d’intercesseur.

  • 35 Goodman, 1987.

49Pourquoi alors la révolte éclate-t-elle en 66 et non pas plus tôt, lorsque l’attente messianique était à son comble ? Je crois qu’il faut retenir l’explication donnée naguère par Martin Goodman35, même si l’on peut apporter des retouches sur des détails. Les révoltes qui éclatent avant 66 sont toujours localisées, et conduites par des leaders plus ou moins charismatiques rapidement éliminés (Jésus qui parvient à tenir trois ans est une exception). De plus, les élites sociales – dont l’influence sur le peuple reste forte, au moins pour ceux qui appartiennent à la secte des pharisiens dont l’enseignement moral est largement suivi, en dépit des crises – se tiennent aux côtés de Rome, trop heureuses d’être débarrassées de ceux qu’elles considèrent comme des « bandits » (c’est le terme employé par Flavius Josèphe). Or, les brutalités des derniers procurateurs, Felix, Festus, Albinus, Florus, a conduit ceux-ci à humilier de telle sorte les notables juifs qu’ils n’ont désormais plus rien à perdre. Face à la révolte qui gronde à nouveau en 66, ceux-ci considèrent qu’ils n’ont d’autre choix que d’en prendre la tête s’ils ne veulent pas en être les premières victimes (ils en seront largement les victimes, mais c’est une autre affaire). Et de fait, lorsque les révoltés établissent leurs plans de mise en défense de la Judée révoltée, on voit les grands notables prendre leur part de responsabilité, voire les commandes. C’est ainsi que Josèphe se retrouve à défendre un secteur de la Galilée.

  • 36 Price, 1992.
  • 37 Hadas-Lebel, 1995.

50Pour la guerre proprement dite, dont les récits excellents sont innombrables36, je me contenterai de quelques remarques. D’abord pour souligner que Rome, en dépit de la crise de l’État à Rome, reprend très vite le contrôle de la quasi-totalité du pays. C’est chose faite dès la fin 68. C’est alors que commence le siège de Jérusalem, qui seul a marqué les esprits, à juste titre. Si le siège se termine par une victoire totale de Rome, il ne faut pas oublier que Jérusalem a d’abord été détruite par ses défenseurs. Les troupes romaines assistent pendant de longs mois à une guerre civile active entre deux, puis trois factions juives rivales. La chute de la ville et la ruine du Temple en août 70 ne sont que la conclusion attendue de cet épuisement depuis l’intérieur. Masada, trois (ou quatre) ans plus tard n’est qu’un épiphénomène en termes militaires, même si le suicide collectif des défenseurs a marqué durablement l’imaginaire juif37.

51Enfin, pour les conséquences de la guerre, il convient de rappeler que contrairement à une opinion largement répandue (notamment dans certains milieux sionistes), Rome n’a ni détruit Jérusalem (même si la ville est largement ruinée), ni chassé les juifs de Judée même si beaucoup d’entre eux sont morts ou ont été vendus comme esclaves. Néanmoins, les bouleversements sont saisissants. L’archéologie montre que le pays est nettement moins occupé qu’à la période précédente, et il est à peu près certain que désormais les juifs sont minoritaires en Judée. Le cœur vivant du judaïsme palestinien est désormais ailleurs, dans les académies savantes d’Iamnia (le rabbi Yohanan b. Zakkai a fui Jérusalem durant le siège pour la fonder et préparer l’avenir) et bientôt de Galilée. Surtout, la disparition – au moins provisoire – du Temple oblige enfin à trouver de nouvelles formes d’honorer Yahweh. Le judaïsme sacrificiel est au moins suspendu, mais si la situation devait durer, cela marquerait un bouleversement majeur dans l’histoire du judaïsme. La question est de savoir si Rome laissera restaurer ce qu’elle a détruit. Rien ne semble l’indiquer ; si cela se confirmait, il faudrait sans doute se pencher sur l’expérience de la diaspora et faire appel à l’inventivité des rabbis pour assurer la survie de la communauté. Mais en 73, qui peut prévoir l’avenir ?

Fig. 1 : Le royaume d’Hérode et son partage entre ses fils (4 av. J.-C.)

Fig. 1 : Le royaume d’Hérode et son partage entre ses fils (4 av. J.-C.)

D’après Y. Aharoni et M. Avi-Yonah, The Modern Bible Atlas, Jérusalem, 1977, carte 222.

Fig. 2 : La Syrie à l’époque romaine

Fig. 2 : La Syrie à l’époque romaine
Haut de page

Bibliographie

Aliquot, J., 1999-2003, Les Ituréens et la présence arabe au Liban du iie siècle a.C. au ive siècle p.C., Mélanges de l’Université St. Joseph, 56, p. 161-290.

Aliquot, J., 2009, La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain, Beyrouth.

Applebaum, S., 1976, Economic Life in Palestine, dans S. Safrai et M. Stern (éd.), The Jewish People in the First Century. Historical Geography, Political History, Social and Cultural Life and Institutions, Amsterdam-Assen, 1976, II, p. 631-700.

Arnaud, P., 1998, Les guerres parthiques de Gabinius et de Crassus et la politique occidentale des Parthes Arsacides entre 70 et 53 av. J.-C., Electrum, 2, p. 13-34.

Ball, W., 2000, Rome in the Near East, Londres.

Belayche, N., 1989, Les figures politiques des Messies en Palestine dans la première moitié du premier siècle de notre ère, dans D. Tollet (éd.), Politique et religion dans le judaïsme antique et médiéval, Paris, p. 58-74.

Berlin, A. M., 1993, Italian cooking vessels and cuisine from Tel Anafa, IEJ, 43, p. 35-44.

Bowersock, G., 1983, Roman Arabia, Cambridge (MA)-Londres.

Braund, D.,1984, Rome and the Friendly Kingship, Londres.

Bru, H., 2011, Le pouvoir impérial dans les provinces syriennes : représentations et célébrations d’Auguste à Constantin, Leyde.

Butcher, K., 2003, Roman Syria and the Near East, Londres.

Dupont-Sommer, A., et Philonenko, M., 1987, La Bible. Écrits intertestamentaires, Paris.

Goodman, M., 1987, The Ruling Class of Judaea. The Origins of the Jewish Revolt against Rome AD 66-70, Cambridge.

Hadas-Lebel, M., 1995, Massada, histoire et symbole, Paris.

Honigman, S., 2014, A “unique” religious persecution or a Military Suppression of a Popular Rebellion ?, dans M.-F. Baslez et O. Munnich (éd.), Autour des livres des Maccabées : la mémoire des persécutions. Actes du colloque de Paris, mai 2012, Paris.

Isaac, B., 1981, The Decapolis in Syria : a neglected inscription, ZPE, 44, p. 67-74.

Isaac, B., 1984, Bandits in Judaea and Arabia, HSCP, 88, p. 171-203.

Kaizer, T. et Facella, M. (éd.), 2010, Kingdoms and Principalities in the Roman Near East, Stuttgart.

Kokkinos, N., 1998, The Herodian Dynasty. Origins, Role in Society and Eclipse, Sheffield.

Kropp, A., 2009, King – Caesar – God. Roman imperial cult among the Near Eastern « client » Kings in the Julio-claudian period, dans M. Blömer, M. Facella et E. Winter (éd.), Lokale Identität im Römischen Nahen Osten. Kontexte und Perspecktiven, Stuttgart.

Labbé, G., 2012, L’affirmation de la puissance romaine en Judée (63 a.C.-136 p. C.), Paris.

Laperrousaz, E.-M., 1982, L’attente du Messie en Palestine à la veille et au début de l’ère chrétienne, Paris.

Lichtenberger, A., 1999, Die Baupolitik Herodes der Großen, Wiesbaden.

Millar, F., 1990, Roman coloniae of the Near East: a study of cultural relations, dans H. Solin et M. Kajava (éd.), Roman Eastern Colonies and other studies in Roman History, Helsinki, p. 7-58.

Millar, F., 1993 The Roman Near East (31 B.C.- A.D. 337), Cambridge (Mass.)-Londres.

Netzer, E., 2006, The Architecture of Herod, the Great Builder, Tübingen.

Pellegrino, E., 2007, Les céramiques communes de Beyrouth (secteur BEY 002) au début de l’époque romaine, Syria, 84, p. 143-168.

Price, J. J., 1992, Jerusalem under siege. The collapse of the Jewish State 66-70 C.E., Leyde.

Raggi, A., 2006, Seleuco di Rhosos. Cittadinanza e privilegi nell’Oriente greco in età tardo repubblicana, Pise (Studi ellenistici, XVIII).

Rhoads, D. M., 1976, Israel in Revolution, 6-74 AD. A Political History based on the Writings of Josephus, Philadelphia.

Roller, D.W., 1998, The Building Program of Herod the Great, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Sartre, M., 1979, Rome et les Nabatéens à la fin de la République (65-30 av. J.-C.), REA, 81, p. 37-53.

Sartre, M., 1996a, Palmyre, cité grecque, dans Palmyre et la route de la soie, Palmyre, avril 1992, Annales Archéologiques Arabes Syriennes, 42, p. 385-405.

Sartre, M., 1996b, Les progrès de la citoyenneté romaine dans les provinces romaines de Syrie et d’Arabie sous le Haut-Empire, dans A. Rizakis (éd.), Roman Onomastics in the Greek East. Social and Political Aspects, Athènes, p. 239-250.

Sartre, M., 2001a, Romains et Italiens dans la première province romaine de Syrie, dans O. Salomies (éd.), The Greek East in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium organised by the Finnish Institute at Athens, May 21 and 22, 1999, Helsinki, p. 127-140.

Sartre, M., 2001b, Les colonies romaines dans l’Orient grec : rapport de synthèse, Electrum, 5, p. 111-152.

Sartre, M., 2003, D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique, ive s. av. J.-C.-iiie s. apr. J.-C., 2e édition, Paris.

Sartre, M., 2011, Brigands, colons et pouvoirs en Syrie du Sud au ier siècle de notre ère, Anabases, 13, p. 207-245.

Schwartz, D. R., 1990, Agrippa I. The last King of Judaea, Tübingen.

Sullivan, R. D., 1989, Near East Royalty and Rome (100-30 BC), Toronto.

Traina, G., 2011, Carrhes. 9 juin 53 av. J.-C., Paris.

Weber, Th., 2002, Gadara Decapolitana. Untersuchungen zur Topographie, Geschichte, Architektur und der Bildenden Kunst einer « Polis Hellenis » im Ostjordanland, Wiesbaden.

Haut de page

Notes

1 Trois synthèses fournissent les bases et davantage : Millar, 1993 ; Sartre, 2003 ; Butcher, 2003. En revanche on évitera Ball, 2000, qui repose sur une documentation vieillie et des présupposés intenables. D’une manière générale, on se reportera à la bibliographie indiquée dans Sartre, 2003, qui reste largement d’actualité ; dans les notes ci-dessous, on a privilégié les publications parues depuis.

2 Berlin, 1993.

3 Pellegrino, 2007.

4 Sur la difficile question des Ituréens, Aliquot, 1999-2003.

5 Aux classiques Braund, 1984 et Sullivan, 1989, ajouter Kaizer et Facella, 2010.

6 Sartre, 1979.

7 Bowersock, 1983, p. 55.

8 Isaac, 1981.

9 Le terme Judée est ambigu car il a deux sens différents. D’une part, au sens géographique, il désigne le district qui entoure Jérusalem, et constitue donc avec l’Idumée (Néguev), la Samarie et la Galilée ce que nous nommons la Palestine. D’autre part, au sens administratif, le nom de Judée s’est imposé comme le nom du royaume hasmonéen, puis surtout hérodien, mais aussi comme le nom du commandement confié aux préfets puis procurateurs romains, quelle que soit l’étendue réelle de ces structures. Ainsi le royaume hérodien déborde largement en Transjordanie et en Syrie du Sud, alors que les préfets n’ont pratiquement jamais autorité sur la Galilée orientale.

10 Sartre, 2003, p. 448-449 (Hyrcan privé du titre royal), et p. 456 (division de l’ancien royaume en cinq districts par Gabinius).

11 Kokkinos, 1998 ; Labbé, 2012.

12 Isaac, 1984 ; Sartre, 2011.

13 Schwartz, 1990.

14 Labbé, 2012.

15 Isaac, 1981.

16 Arnaud, 1998.

17 Sur la bataille, son contexte et ses conséquences, Traina, 2011.

18 Sur tout ceci, résumé dans Sartre, 2003, p. 463-464.

19 Sartre, 2011.

20 Monographie très complète de Weber, 2002.

21 Sartre, 1996a.

22 Millar, 1990 ; Sartre, 2001b.

23 Sartre, 1996b et Sartre 2001a.

24 Raggi, 2006.

25 Kropp, 2009.

26 Bru, 2011.

27 Aliquot, 2009.

28 Sartre 2003, p. 529-607, fournit un résumé qui reste valide.

29 Honigman, 2014.

30 Textes dans Dupont-Sommer et Philonenko, 1987.

31 Laperroussaz, 1982; Belayche, 1989.

32 Applebaum, 1976.

33 Roller, 1998; Lichtenberger, 1999; Netzer, 2006.

34 Rhoads, 1976.

35 Goodman, 1987.

36 Price, 1992.

37 Hadas-Lebel, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le royaume d’Hérode et son partage entre ses fils (4 av. J.-C.)
Crédits D’après Y. Aharoni et M. Avi-Yonah, The Modern Bible Atlas, Jérusalem, 1977, carte 222.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1284/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 2 : La Syrie à l’époque romaine
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1284/img-2.png
Fichier image/png, 5,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Syrie romaine (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.) », Pallas, 96 | 2014, 253-269.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Syrie romaine (70 av. J.-C.-73 apr. J.-C.) », Pallas [En ligne], 96 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/1284 ; DOI : 10.4000/pallas.1284

Haut de page

Auteur

Maurice Sartre

Professeur émérite d’histoire ancienne
Université François-Rabelais, Tours
msartre37@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org