Navigation – Plan du site
1. Le précédent égyptien

Images ou hiéroglyphes ?

Images or hieroglyphs?
Dominique Farout
p. 19-52

Résumés

Le système égyptien d’écriture utilise des signes phonétiques et idéographiques qui sont tous des représentations figurées, ce qui implique des jeux d’écritures assez complexes. Les images égyptiennes sont conçues, selon les règles de l’aspective, en additionnant des éléments caractéristiques du sujet dont la nature est similaire à celle des hiéroglyphes. Ainsi, il n’y a pas de véritable frontière entre images et hiéroglyphes.

Haut de page

Texte intégral

Panoramix : « Comment devient-on scribe ? »
Misemplis : « J’ai appris par correspondance… une très bonne école… qui proclame avec raison que si vous savez dessiner, vous savez écrire ! »
R. Goscinny, A. Uderzo, Astérix et Cléopâtre, 1965, p. 12, les deux cases du bas à droite.

  • 1 Sur cette question, voir Winand, 2006, p. 143 ; Farout, 2009, p. 3-22.
  • 2 Winand, 2006, p. 144-145.
  • 3 Sur l’étymologie du terme « hiéroglyphe », voir Winand, 2005, p. 79-104.

1Dans l’Égypte pharaonique, l’écriture dérive du figuratif et les représentations figurées dérivent à leur tour des hiéroglyphes1. De plus, il est rare de rencontrer des images égyptiennes, tant en deux qu’en trois dimensions, qui ne soient pas accompagnées d’inscriptions hiéroglyphiques et vice versa2. Pour comprendre le sens des images égyptiennes et leur relation particulière avec l’écriture, il est donc indispensable de commencer par étudier le système hiéroglyphique3.

1. Le système hiéroglyphique

Le système hiéroglyphique est constitué d’idéogrammes et de phonogrammes. Un mot peut être rendu par un idéogramme isolé ou un assemblage d’idéogrammes complémentaires afin de préciser un sens. Ainsi, le signe Image 100002010000001E0000001A818809E9.png qui représente une oreille de vache véhicule l’idée « oreille » ou une activité en relation avec l’oreille. Le mot Image 100002010000002300000023C24FD5BA.png est composé de ce signe Image 100002010000001E0000001A818809E9.png placé au-dessus du signe du rouleau de papyrus Image 10000201000000230000000F1E1DCEF8.png (livre, support d’écriture, donc idée abstraite). Il exprime le verbe « entendre », à savoir une idée liée à l’image « oreille ». Pour que cet assemblage soit compréhensible par tout lecteur, il faut bien sûr décider d’une signification parmi plusieurs possibles, s’y tenir et la diffuser comme c’est le cas pour tout système d’écriture. En égyptien, un mot est construit le plus souvent en additionnant des idéogrammes et des phonogrammes. Ces derniers, obtenus par le biais de jeux d’écriture, expriment uniquement le squelette consonantique des mots. Ce sont des unilitères, des bilitères, quelques trilitères et même de rares quadrilitères. Ainsi l’idéogramme qui exprime le mot « bouche » Image 1000020100000022000000126D0127B6.png (ro) peut servir de phonogramme unilitère r ; par exemple, dans Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000002200000023493C652C.pngjrp « vin », constitué des trois unilitères Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngj, Image 10000201000000220000000E356B5C0C.pngr et Image 100002010000000B00000014CFB227AE.pngp suivis de l’image Image 100002010000001400000014C8CA391B.png — figurant deux amphores scellées et liées — qui sert de déterminatif idéographique (fig. 1). L’idéogramme qui représente une houe Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngmr sert de phonogramme bilitère mr dans Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngmry « aimé » qui s’écrit ici sans idéogramme (fig. 21). Les bilitères sont souvent accompagnés du signe qui exprime leur seconde consonne, que nous appelons « complément phonétique », ce qui facilite grandement la lecture. Ainsi mry « aimé » peut s’écrire Image 100002010000002200000023C1586D94.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.png, en basculant la houe pour obtenir un ensemble équilibré. Ce bilitère Image 100002010000001600000023130A6C8A.png est aussi utilisé pour écrire le mot Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 1000020100000026000000234EAD961E.pngmr « canal ». La houe Image 100002010000001600000023130A6C8A.png y sert de bilitère mr, la bouche Image 100002010000002200000023C38BEEFF.png d’unilitère complément phonétique r, et le canal Image 100002010000002600000012BC0BC94B.png est le déterminatif idéographique du mot. À l’Ancien Empire, en particulier, il n’est pas rare d’écrire « aimé » Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 1000020100000026000000234EAD961E.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.png. La valeur phonétique de ce mot est alors obtenue en employant l’ensemble de la graphie du nom « canal ». Ici, le signe du canal Image 100002010000002600000012BC0BC94B.png n’est plus un idéogramme mais un second bilitère mr complémentaire du premier bilitère Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngmr et de l’unilitère Image 10000201000000220000001259AE9001.pngr sans que cela change quoi que ce soit ni à la signification ni à la valeur phonétique mry de l’ensemble. Enfin, le canal Image 100002010000002600000012BC0BC94B.png peut être utilisé seul avec sa valeur de bilitère mr pour écrire mr (y) « aimé », en particulier comme graphie défective dans les cartouches royaux pour des raisons d’occupation de la surface scripturale, comme dans les noms de Sethi Ier (fig. 1, 13, 14, 26), de Ramsès III (fig. 28) ou de Philippe Arrhidée (fig. 27). Les trilitères sont générés et utilisés de façon similaire. Ainsi l’idéogramme Image 1000020100000014000000230540E623.png qui représente un nœud de sandale ʿnḫ sert de trilitère ʿnḫ pour écrire le mot « vie » dont la graphie peut être soit défective Image 1000020100000014000000230540E623.png, soit développée Image 1000020100000014000000230540E623.pngImage 100002010000001F00000023D30549CD.png à l’aide des compléments phonétiques Image 1000020100000024000000236A44D0C7.pngn et Image 1000020100000012000000235472B159.png suivis de l’idéogramme du rouleau de papyrus Image 100002010000002300000023030DC262.png dont nous avons vu la valeur supra. Le triple Image 1000020100000023000000231E616DFF.png signe signifie « trois » ou exprime l’idée de pluriel. Le sens reste le même quelle que soit son orientation : Image 1000020100000023000000231E616DFF.png, Image 1000020100000004000000239F7C337C.png ou Image 100002010000000E000000232609F48D.png. Ce chiffre peut être rendu par une graphie développée Image 100002010000002200000023D1292101.pngImage 100002010000002300000023A16FC85B.png ; Image 100002010000001A00000023C7826132.pngImage 100002010000000E000000232609F48D.pngḫmt qui se compose des signes phonétiques Image 100002010000001200000017DC11F644.png, Image 1000020100000022000000137421D7F6.pngmt et Image 10000201000000120000002303317D27.pngt suivis du déterminatif idéographique. Ce signe devient un trilitère ḫmt dans les mots Image 100002010000001A00000023C7826132.pngImage 100002010000001B0000002321E4FFEE.pngḫmt « absence » et Image 100002010000001A00000023C7826132.pngImage 100002010000000E000000232609F48D.pngImage 1000020100000020000000238985BC7B.pngḫmt « prévoir », « anticiper ». Ce sont les déterminatifs Image 1000020100000023000000234B4837C0.png et Image 1000020100000020000000238985BC7B.png qui évitent les confusions de sens. À ma connaissance, il n’existe que quatre quadrilitères en égyptien classique. Le groupe Image 100002010000001D000000230B3FFD7D.png ; Image 100002010000004B0000002372D103D5.png est un assemblage d’idéogrammes lorsqu’il exprime le nombre « 30 » mʿbȝ et ses dérivés, comme Image 100002010000001D000000230B3FFD7D.pngImage 10000201000000130000002371B63717.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000002500000023971FD76E.pngImage 1000020100000004000000239F7C337C.pngmʿbȝy. t « maison des trente ». Cependant, dans Image 100002010000001D000000239598B16A.pngImage 10000201000000230000002323A9249B.pngImage 100002010000002A00000023D545EAD0.pngmʿbȝ « harpon », c’est certainement un quadrilitère précédé de ses compléments phonétiques Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngm, Image 100002010000002C0000000F2B29529C.pngʿ et Image 10000201000000230000002323A9249B.png et suivi du déterminatif Image 10000201000000220000001580C96D0B.png. L’idéogramme est facile à identifier. Le groupe représentant le pot nw au-dessus de l’eau mw Image 100002010000001700000023F733546B.png, c’est à dire mwẖr-nw « eau Image 1000020100000023000000236CEE4965.png sous vase Image 100002010000001100000012FD32F54A.png », est un jeu graphique qui permet d’écrire mẖnw « à l’intérieur ». En conséquence, il faut considérer ce groupe comme un ensemble purement phonétique ayant la valeur d’un quadrilitère mẖnw. Le signe Image 100002010000001E000000231C9B17DC.png représente un travers de bœuf avec la moelle épinière qui sort des vertèbres à l’arrière du signe. Il sert à écrire le mot jmȝḫw/jmȝḫy aux nombreuses variantes graphiques Image 100002010000001E000000231C9B17DC.png, Image 100002010000001D000000237D078E1D.png, Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001D000000237D078E1D.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.png, Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001D000000237D078E1D.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.png, Image 100002010000001D000000237D078E1D.pngImage 100002010000002700000023F7985481.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.png, etc. qui désigne le défunt « pensionné », « client » de sa divinité protectrice dans l’autre monde. Il est difficile de trouver un rapport iconique entre une pièce de viande et un défunt entretenu par son dieu. Il s’agit donc certainement d’un phonogramme quadrilitère. Enfin, Image 100002010000002800000017E3E58FB2.pngšsmt représente la « ceinture chesemet » (Image 100002010000002600000023AA737D14.pngImage 1000020100000024000000233E80794D.pngImage 100002010000002800000023C0F4526D.pngšsm. t). Or, il est utilisé pour écrire le mot Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002800000023C0F4526D.pngImage 1000020100000024000000233E80794D.pngImage 100002010000002800000023CD9F106A.pngšsm. t « malachite », où il me semble être un quadrilitère. À l’époque ptolémaïque, les jeux d’écriture se multiplient. Ainsi, par exemple, le signe composé Image 100002010000002E00000023C5659F8A.png où l’homme chasse un cochon qu’il faut considérer comme un hippopotame : « chasser l’hippopotame » se dit ḫsf db. Avec une métathèse entre le d et le b, puis le f avalé par le b, cela donne ḫsbd « lapis-lazuli ». À cette époque, le système hiéroglyphique ne correspond plus à l’écriture courante, il ne sert qu’à rédiger les textes des monuments religieux, d’où ces spéculations graphiques.

Les idéogrammes sont souvent utilisés comme déterminatifs à la fin des mots, mais ils peuvent être suivis ou entourés de compléments phonétiques. Ainsi njw. t « ville » peut s’écrire Image 10000201000000120000002327E05A7D.png, à l’aide du signe Image 10000201000000120000002368F0AC95.png représentant probablement un plan schématique d’agglomération traversé par deux axes croisés suivi de son complément phonétique Image 10000201000000120000002303317D27.pngt. Un phonogramme peut être encadré d’idéogrammes, comme dans la graphie la plus fréquente de njw. Image 100002010000001800000023908FB858.png t où l’unilitère Image 10000201000000120000002303317D27.pngt est surmonté de l’idéogramme de la ville Image 10000201000000120000002368F0AC95.png et suivi du trait Image 100002010000000400000023295CBFF1.png qui indique l’unité, ou encore dans celle du mot Image 100002010000000E00000023403AA9A2.pngImage 100002010000002500000023971FD76E.pngḥw. t « château », « domaine », où l’idéogramme Image 100002010000000E00000023403AA9A2.png représentant le plan d’un grand édifice précède le complément phonétique t Image 10000201000000120000002303317D27.png surmontant l’idéogramme de la maison Image 1000020100000025000000239A296D33.png.

Deux signes peuvent être superposés en se croisant, qu’ils soient idéogrammes ou phonogrammes. Ainsi ʿḥ « palais » peut s’écrire Image 1000020100000023000000231DC4AE2F.png, même s’il existe une graphie Image 100002010000000C0000002354422E1D.pngImage 100002010000002A000000237ABD3E85.png où le complément phonétique Image 100002010000002C000000236A54B472.pngʿ est encadré des idéogrammes représentant le palais Image 100002010000000C0000002354422E1D.png et la maison Image 1000020100000025000000239A296D33.png. Certains signes résultent de l’addition de deux ou plusieurs éléments. Ainsi Image 1000020100000023000000239657047D.png, qui sert à écrire de façon idéographique « offrir », est-il constitué du pot globulaire Image 10000201000000110000002357764444.png placé dans la main Image 100002010000002C000000236A54B472.png. C’est une addition de deux idéogrammes. Dans Image 100002010000001600000023A1B49000.png « aller chercher », « amener », « apporter », le même pot Image 10000201000000110000002357764444.png a la valeur bilitère jn ; il est pourvu de jambes qui marchent Image 100002010000001E000000236958C27A.png qui donnent à l’ensemble une valeur idéographique. Il résulte donc d’une symbiose entre un phonogramme et un idéogramme, nous pourrions l’appeler « idéophonogramme ». Pour écrire le verbe à l’infinitif, on lui adjoint les compléments phonétiques n et t pour obtenir Image 100002010000001600000023A1B49000.pngImage 10000201000000240000002392EAEEC8.pngjn. t (fig. 5)

Un signe peut être écrit à l’intérieur d’un autre, ainsi la graphie Image 100002010000000E0000002346E44510.png de ḥw. t « château », où le b Image 10000201000000120000002303317D27.pngt est à l’intérieur du plan d’édifice Image 100002010000000E00000023403AA9A2.png. Enfin, un idéogramme peut encadrer plusieurs signes, quelle que soit leur valeur, comme le font, par exemple, les cartouches Image 100002010000003E000000230BE106A9.png qui servent à désigner les noms royaux (fig. 1, 3, 4, 9, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 20, 21, 24, 26, 27, 28). Cette flexibilité graphique permet d’obtenir des variantes bien utiles pour adapter les inscriptions aux dimensions de la surface scripturale et en maîtriser visuellement le contenu. Même si le système semble compliqué, les idéogrammes sont les amis du lecteur car ils simplifient la compréhension et rendent la lecture de l’écriture hiéroglyphique relativement aisée.

Ce système qui repose sur la polysémie des signes, puisqu’ils ont une valeur tantôt idéographique tantôt phonétique, cause aussi leur polyphonie et de nombreux cas d’homophonie. En effet, rien n’interdit de rendre le son composé des deux consonnes mr à l’aide des graphies Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.png, Image 100002010000001600000023130A6C8A.png, Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.png, Image 1000020100000026000000238193E6DF.png ou Image 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 1000020100000026000000234EAD961E.png; et cette liste est loin d’être exhaustive. Ainsi, le ciseau Image 100002010000000A0000002333526C53.png aussi peut se lire mr, bien qu’il ait encore la valeur bilitère ȝb en fonction du contexte graphique.

  • 4 Collombert, 2010, p. 17-22, a montré de façon convaincante que le mot doit être lu mḥr et non mr pu (...)

Grâce aux idéogrammes, ce système permet de comprendre les mots avec une phonétique transposée de façon approximative et partielle. Non seulement, il ne note pas les voyelles, mais pas toujours toutes les consonnes. Ainsi « homme » s’écrit le plus souvent Image 1000020100000023000000232A432CDC.pngImage 100002010000002000000023A1FED8D5.pngr (m)ṯ sans le Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngm ou Image 100002010000002000000023A1FED8D5.png (rmṯ) sans phonogramme, « bière » Image 1000020100000012000000239A9FD49C.pngImage 100002010000000B00000023C936389F.pngImage 100002010000000E000000230A75648C.pngḥ(n) q. t sans le Image 1000020100000024000000236A44D0C7.pngn, « entendre » Image 100002010000001E000000239ABE6919.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.png(sḏ) m avec seulement le m. De même, nous supposons que la graphie Image 1000020100000022000000234EEC1B3D.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.pngḥr du mot « pyramide » correspond en fait à une lecture (m)ḥr. Certains trilitères sont parfois utilisés pour une partie seulement de leurs consonnes, comme bilitères. La lune Image 100002010000001E0000002350B2F622.pngjʿḥ peut avoir la valeur ʿḥ et le signe de l’orient Image 100002010000001200000023B2032AA5.pngjȝb la valeur ȝb. À l’inverse, des bilitères peuvent être utilisés pour écrire des mots trilitères Image 100002010000000C00000023B277954D.pngqs dans Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000C00000023B277954D.pngImage 1000020100000022000000235D7ECC83.pngImage 100002010000002200000023C03E47DF.pngqrs ou Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000C00000023B277954D.pngImage 1000020100000012000000234F81D93A.pngImage 100002010000002200000023C03E47DF.png ; Image 100002010000000C00000023B277954D.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 1000020100000012000000234F81D93A.pngImage 100002010000002200000023C03E47DF.png ; Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000C00000023B277954D.pngImage 100002010000002200000023C03E47DF.pngq (r) s « enterrer avec un sarcophage », Image 100002010000000A0000002333526C53.pngmr dans Image 100002010000001A000000237FE82FB9.pngImage 100002010000000A0000002333526C53.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.png, Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000000A0000002333526C53.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.pngm (ḥ) r « pyramide4 ». Force est de constater qu’il est souvent plus facile de comprendre le sens des mots que de maîtriser leur phonétique.

1. 1. Orientation des signes

La signification de certains signes dépend de leur orientation. Ils peuvent faire l’objet d’antésymétrie horizontale, verticale ou de rotation. Ainsi, le signe Image 100002010000001300000023FAA5BB1A.png « adorer », devient Image 10000201000000230000002346AD8384.png « tomber ». Le pas Image 100002010000001E000000236958C27A.png qui exprime l’idée de déplacement devient Image 100002010000001E00000023231E60F1.png « se retourner », « revenir », « fuir ». Les deux signes associés en miroir Image 100002010000001E000000236958C27A.pngImage 100002010000001E00000023231E60F1.png signifient « aller et venir ». Comme nous l’avons vu supra, ces changements d’axe ne produisent pas nécessairement de changement de sens, même dans le cas de signes qui ne sont pas symétriques, comme l’idéogramme de l’écriture Image 100002010000001C000000236B2BBF57.png ou Image 100002010000001C000000230181038B.png ou l’unilitère Image 10000201000000230000002391816FC2.png ou Image 100002010000002300000023A096F0C0.pngk. Le bilitère Image 10000201000000070000002320DFB74E.pngʿȝ, qui représente pourtant un piquet de tente, peut subir une rotation de 90° Image 100002010000002400000023F9CD6B73.png sans être aucunement affecté.

  • 5 Sur cette question, voir Vernus, 1989, p. 23-34.

2L’orientation des signes indique avant tout le sens de lecture. Les signes hiéroglyphiques sont normalement orientés vers le début du texte. Ainsi, lorsqu’on les lit, on a l’impression qu’ils avancent dans la direction qu’ils regardent. L’orientation normale d’écriture et de lecture est de droite à gauche, comme le prouve, entre autres, la direction exclusivement dextroverse de la version cursive de cette écriture, utilisée pour la vie de tous les jours, bien que les égyptologues la nomment « hiératique » en héritage des auteurs grecs. Ces derniers ont décrit les habitudes scripturales des Égyptiens de leur temps, différentes de celles antérieures au viie siècle. En effet, à l’Ancien et au Moyen Empire, hiératique et hiéroglyphes expriment la même langue et représentent une écriture unique. C’est seulement ensuite que les choses se compliquent en raison de l’évolution de la langue parlée et de la conservation d’une langue de tradition exprimée en hiéroglyphes sur les monuments. En fait, aux époques anciennes, les signes hiératiques ne sont que des hiéroglyphes simplifiés, l’application à dessiner un signe, avec plus ou moins de détails, étant relative au niveau de sacralité qu’on veut donner à l’inscription. C’est donc le niveau d’application des signes qui transmet la sacralisation du message véhiculé par l’énoncé5.

3Les signes inclus dans le texte de cet article sont orientés en sens inverse pour s’adapter à la lecture de gauche à droite de l’écriture latine. En effet, bien que les Anciens Égyptiens aient pensé leur écriture de droite à gauche, la nature figurative des signes permet facilement de les retourner en cas de besoin. Cette orientation sinistroverse des signes correspond à une adaptation monumentale de l’écriture. Elle est causée par le besoin d’équilibrer le décor des parois des monuments et de montrer la correspondance entre les inscriptions et les personnages qu’elles qualifient.

Ainsi, sur la scène du temple de Sethi Ier à Abydos (fig. 1), deux personnages se font face. Puisque la déesse est tournée vers notre droite, les deux colonnes de texte inscrites devant elle se lisent de droite à gauche : Image 1000020100000013000000237A1C5363.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001B00000023C21530EF.pngImage 100002010000002100000023D8AC2AC1.pngImage 1000020100000008000000237E566EB8.pngImage 100002010000002400000023BFE04706.pngḏ(d) mdw (.w) jn Ȝs. t nb (.t) p. t « Dire les paroles par Isis, maîtresse du ciel : » Image 100002010000002600000023C8E4B551.pngImage 10000201000000240000002346B59634.pngImage 100002010000001A0000002309CE96E8.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 1000020100000024000000230E7BFD74.pngImage 100002010000002A00000023E1F7FC27.pngImage 10000201000000220000002331CBC11A.pngd~n⸗j n⸗k snb nb ȝw. t-jb nb (.t) « Je t’ai donné toute santé et tout bonheur. ». Le roi Sethi Ier est orienté en sens inverse. Les deux colonnes qui livrent ses cartouches sont donc à lire de gauche à droite : Image 1000020100000022000000237D468464.pngImage 10000201000000560000002359F401D5.pngnb Tȝ. wy Mn-Mȝʿ. t-Rʿ « le maître des Deux Terres Menmaâtrê », Image 100002010000002A00000023465C7805.pngImage 100002010000008200000023D8BA5925.pngnb ḫʿw. w Stẖy-mr (w)~n-Ptḥ « Le maître des couronnes Sethy-méryenptah. ». Cependant, au sein d’une même inscription, certains signes peuvent être retournés pour correspondre à l’orientation de leur référent. Ainsi, la légende verticale sous les bras de Sethi Ier est tournée de gauche à droite puisqu’il s’agit de l’action du roi : Image 100002010000000F0000002369FADBCC.pngImage 1000020100000022000000231EE6538C.pngImage 1000020100000013000000237A1C5363.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 10000201000000220000002323BDE048.pngImage 100002010000002C00000023D9D0233C.pngImage 1000020100000024000000236A44D0C7.pngImage 100002010000002200000023493C652C.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001A00000023C229A09A.pngImage 1000020100000014000000230540E623.pngrd. t jrp n mw. t⸗f Ȝs. t jr⸗f d (⸗w) ʿnḫ « Donner du vin à sa mère Isis. C’est étant doté de vie qu’il agira. ». Le scribe a retourné les signes qui désignent la déesse, (Image 100002010000002C00000023D9D0233C.pngmw. t « mère » et Image 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 1000020100000013000000237A1C5363.pngȜs. t « Isis ») comme c’est la norme. Pourtant, il a oublié de revenir à l’orientation gauche droite pour inscrire la fin de la colonne, c’est particulièrement fautif en ce qui concerne la vipère Image 10000201000000220000002323BDE048.png qui sert à écrire le pronom personnel de la 3e personne du singulier, ⸗f, dont le référent est le roi. Je pense que cette erreur est due à l’orientation normale d’écriture, de droite à gauche. Il avait peut-être en main le contenu de l’inscription à transposer sur le mur. Si c’est le cas, il s’agissait d’un brouillon en hiératique, qui s’écrit uniquement de droite à gauche.

1. 2. Organisation harmonique des signes

Les signes qui composent un énoncé hiéroglyphique sont organisés en fonction de leur forme et de leurs dimensions respectives afin d’obtenir un ensemble visuellement équilibré. C’est ce que nous appelons la perturbation de l’ordre chronologique de lecture des signes par l’harmonie, ou organisation harmonique de l’écriture. Par exemple, derrière l’image du roi, sur les scènes de temple, se trouve régulièrement une colonne de texte destinée à lui assurer une protection efficace. Ainsi derrière la nuque du roi Ptolémée de la figure 3, les signes suivent l’ordre que voici : Image 100002010000000E0000002340E5529D.png « protection », Image 1000020100000014000000230540E623.pngʿnḫ « vie », Image 10000201000000240000002346B59634.pngnb « tout », Image 100002010000001600000023800B19DE.pngḥȝ « derrière », Image 10000201000000220000002323BDE048.png⸗f « lui », Image 100002010000000E000000234A823FBE.pngmj « comme », Image 1000020100000012000000238FDBDE89.pngRʿ « Rê », Image 100002010000001C00000023C8AA3D59.pngḏ. t « éternellement ». Il faut en fait lire deux fois le signe Image 10000201000000240000002346B59634.png qui représente l’adjectif distributif nb qui doit être lu immédiatement derrière le nom auquel il se rapporte — ici derrière « protection » et derrière ʿnḫ « vie » — pour comprendre le sens de l’inscription : « Toute protection, toute vie sont derrière lui (c’est à dire « l’entourent ») comme (pour) Rê éternellement. ». Dans le même temple, derrière un relief de Darius Ier (fig. 4), la perturbation est plus importante : les signes Image 100002010000000E0000002340E5529D.png et Image 1000020100000014000000230540E623.pngʿnḫ sont côte à côte formant un cadrat harmonieux au-dessus de Image 100002010000001600000023800B19DE.pngḥȝ tandis que l’adjectif Image 10000201000000240000002346B59634.pngnb se trouve sous le pronom Image 10000201000000220000002323BDE048.png⸗f afin d’obtenir un beau cadrat. L’ensemble se lit de la même façon « Toute protection et toute vie l’entourent comme (pour) Rê éternellement ».

1. 3. Organisation hiérarchique des signes

4Sur la façade de son mastaba à Saqqara, le vizir Kagemni est représenté debout, orienté vers la porte. Son image est accompagnée de ses titres (fig. 4).

La ligne supérieure présente une perturbation simple de l’ordre chronologique des signes par la hiérarchie : Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000001C000000230A9483EC.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.pngImage 100002010000004200000023A191BB98.pngImage 100002010000001000000023A59F1A51.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.png. Le titre Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.png(j) m (y)-r (ȝ) « directeur » s’écrit simplement à l’aide des phonèmes Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngm et Image 100002010000002200000023C38BEEFF.pngr. Le nom Image 10000201000000120000002327E05A7D.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.pngnjw. t « ville » est suivi de l’idéogramme de la pyramide Image 100002010000001B00000023E2238900.png. Il faut donc comprendre l’ensemble Image 10000201000000120000002327E05A7D.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.png « ville de pyramide ». Le groupe qui suit livre le nom de la pyramide en question. Or, il contient le nom d’un roi, divin, qui doit être écrit en première position en raison de l’organisation hiérarchique des signes. Ainsi, ce qui est écrit Image 100002010000004200000023A191BB98.pngTtj « Téti », Image 100002010000001000000023A59F1A51.pngḏd (w) « sont stables », Image 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngs. wt « les places » doit être lu dans l’ordre suivant : ḏd s. wt Ttj « stables sont les places de Téti ». Il faut donc comprendre l’ensemble de la ligne (j) m (y)-r (ȝ) njw. t ·d (w)-s. wt-Ttj « le directeur de la ville de la pyramide Stables-sont-les-places-de-Téti ».

La ligne qui suit montre une perturbation plus complexe de l’ordre chronologique des signes par la hiérarchie : Image 100002010000004200000023A191BB98.pngImage 100002010000001000000023A59F1A51.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000A00000023144CA8BB.pngImage 1000020100000012000000237175F126.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.png. Elle exprime un autre titre formé sur le nom de la pyramide du roi Téti suivant les mêmes règles d’organisation. Cependant, on constate dès le prime abord que le nom de la pyramide Image 100002010000004200000023A191BB98.pngImage 100002010000001000000023A59F1A51.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001200000023102A1E11.pngImage 100002010000001B00000023E2238900.png, bien qu’inscrit de la même façon qu’au-dessus, se trouve en première position. Il est suivi des mots Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000A00000023144CA8BB.pngsḥḏ « inspecteur », Image 1000020100000012000000237175F126.pngnṯr « dieu » et Image 10000201000000080000002366470EA9.pngḥm « esclave ». Les deux derniers signes écrivent le titre Image 1000020100000012000000237175F126.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.png « prêtre », littéralement ḥm-nṯr « esclave du dieu ». Le signe Image 1000020100000012000000237175F126.png représentant un bâton sacré enveloppé d’une bandelette, signifiant « dieu » y est écrit en première position puisqu’il est impensable de le placer après le signe Image 10000201000000080000002366470EA9.png signifiant « esclave ». Cela aurait impliqué que la place de l’esclave aurait été avant celle du dieu, donc plus importante. De plus, il est évident que l’inspecteur est le supérieur de plusieurs prêtres. Il n’est alors pas indispensable d’écrire trois fois le signe « esclave » pour préciser le pluriel. On lit le titre complet sḥḏ ḥm (.w)-nṯr ·d (w)-s. wt-Ttj « inspecteur des prêtres de la pyramide Stables-sont-les-places-de-Téti ». La raison pour laquelle le scribe a placé le nom de la pyramide en première position, malgré l’ordre de lecture, vient du fait qu’il a dessiné Image 10000201000000080000002366470EA9.pngḥm « esclave » en dernier pour éviter de le placer avant le dieu. En effet, cela l’empêchait de faire suivre le nom de la pyramide, comme on s’y attendrait, pour éviter de dégrader le nom du roi par la préséance de l’esclave. Il a donc choisi la seule solution compréhensible par le lecteur, même si elle semble complexe à un néophyte.

  • 6 Sur ce point, voir par exemple Mathieu 1986, p. 499-509.

5Tous ces efforts pour éviter de placer le mot « esclave » avant ceux qui désignent le dieu ou le roi ne sont pas futiles. En effet, les hiéroglyphes suscitent la réalité. Selon les Anciens Égyptiens, toute chose a été créée par son nom exprimé par la divinité. La parole divine est à la fois phonétique et idéographique puisqu’elle se manifeste sous forme de hiéroglyphes qui suscitent l’essentiel de la nature du mot. À l’origine du monde, les dieux ont échangé des calembours qui, par la magie des hiéroglyphes, ont créé tout ce qui existe6. Les dieux égyptiens ont donc une capacité d’expression qui est plus précise que celle du verbe du dieu de la Bible, et lui est supérieure, même si, en fin de compte, leurs moyens de création sont comparables. En effet, les hiéroglyphes expriment le signifié par le son et par l’image. Cette image, non seulement confirme idéographiquement le sens rendu par le son, mais ajoute aussi régulièrement des informations de tous ordres qui ne peuvent être exprimées phonétiquement. De plus, pour les Anciens Égyptiens, le nom hiéroglyphique des choses préexiste aux choses. À l’inverse, selon notre point de vue, les choses existent et lorsque nous les découvrons, nous devons leur inventer un nom. Ces hiéroglyphes égyptiens ont ainsi un caractère sacré et un pouvoir actif ; ils ne peuvent être manipulés sans précaution. En conséquence, un mot est autant une chose à voir qu’à prononcer et entendre, même s’il est recommandé de réciter les formules à voix haute pour les activer.

2. Texte et image, texte ou image ?

2. 1. Du texte dans l’image et inversement : du pain et des bœufs

  • 7 Musée du Louvre E 10958. Ziegler, 1993, p. 167 et 169.
  • 8 L’exemple le plus célèbre de ce type est la scène du chasseur de bouquetin publiée par Fischer, 198 (...)

Sur la paroi sud de la chapelle du Mastaba d’Akhtyhetep du musée du Louvre, sous l’ouverture du serdab sont représentés des bœufs d’offrandes menés en direction de la fausse-porte7. Au-dessus du premier bœuf (fig. 5), la légende hiéroglyphique se déroule de droite à gauche. Le premier mot Image 100002010000001600000023A1B49000.pngImage 10000201000000240000002392EAEEC8.png est l’infinitif jn. t « amener », suivi de Image 1000020100000024000000237E13F271.pngrn « animal engraissé », « animal domestiqué ». Au troisième mot Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 1000020100000020000000234B754B27.png, il faut intégrer l’image du bœuf Image 1000020100000026000000230571A7F4.png au texte avec sa valeur d’idéogramme pour obtenir Image 1000020100000020000000234B754B27.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 1000020100000026000000230571A7F4.pngjwȝ « bœuf ». Pour lire l’énoncé complet, il faut utiliser le chiffre Image 100002010000002300000023ECF1FB85.png « 90 » inscrit sur la croupe de l’animal. En fait l’image du bœuf portant le chiffre 90 signifie en soi « 90 bœufs » ; les groupes phonétiques Image 1000020100000024000000237E13F271.png et Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 1000020100000020000000234B754B27.png précisent la nature des bœufs en question. On constate qu’il faut lire l’image pour comprendre le texte jn. t rn jwȝ 90 « amener 90 bœufs engraissés8 ». Par facilité, nous décrivons cela comme une scène figurée accompagnée de sa légende, mais force est de constater qu’il n’y a pas de frontière entre ces différentes parties constitutives d’un ensemble unique et qu’en conséquence cette terminologie est abusive. À travers cette scène, les 90 bœufs existent vraiment dans l’autre monde pour approvisionner le défunt.

  • 9 MFA 24.732. Reisner et Wheeler, 1967, p. 34.7, pl. XXVII ; voir aussi Kemp, 2006, p. 175, fig. 62.
  • 10 Litt. « mémorial, souvenir ».

Les images en trois dimensions sont conçues selon les mêmes principes que celles en deux dimensions. Ainsi, les modèles placés dans les tombes — oies troussées, greniers qui suscitent leur contenu, meuniers, cuisiniers etc. qui fabriquent la nourriture du défunt — sont des idéogrammes présentant les mêmes capacités créatrices que les scènes et les hiéroglyphes en deux dimensions. Elles peuvent être accompagnées de la même façon par une « légende » qui en précise le sens. Cette dernière est alors inscrite sur la seule surface disponible : l’objet lui-même. Un pain en bois trouvé dans la forteresse nubienne d’Ouronarti en fournit un exemple canonique. Il porte la notation du nombre de pains de cette forme constituant la ration d’un soldat du Moyen Empire9 (fig. 6) : Image 100002010000000C00000023638208F0.pngImage 10000201000000120000002396209F06.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 1000020100000023000000231E616DFF.pngImage 1000020100000022000000237B176722.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 100002010000002400000023DC2C15C1.pngImage 1000020100000012000000237175F126.pngImage 100002010000000C00000023D63A6B7F.pngImage 100002010000007700000023063FE8B9.pngImage 1000020100000014000000230540E623.pngImage 100002010000001C00000023C8AA3D59.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000E00000023C27185BD.pngImage 100002010000002700000023FDAF2B0A.pngImage 10000201000000240000002368131147.pngImage 10000201000000220000002316E032BE.pngImage 100002010000000E0000002338864E8E.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 10000201000000230000002387E71EED.pngImage 10000201000000120000002394C21E63.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngImage 100002010000001800000023D0950FA3.pngrnp. t-sp 33 ḫr ḥm n (y) nṯr nfr N (y)-Mȝʿ. t-Rʿ sḫȝ n (y) trss. t 70 « L’an 33 sous la Majesté du dieu parfait Nymaâtrê vivant éternellement bon10 de 70 pains cuits (de la catégorie représentée par le modèle). »

2. 2. Une organisation spatiale à lire : « Ordre du roi placé à la face de »

  • 11 Boston, MFA 03.1896. Goedicke, 1967, p. 23, fig. 2; Urk. I, 170, 11-172, 8.
  • 12 Musée du Louvre, stèle C11, l. 1. Pour un autre exemple, voir la stèle de donation de l’an 6 d’Osor (...)
  • 13 Musée du Louvre, stèle C12, 5.
  • 14 Papyrus Westcar (P Berlin 3033) 9, 20 ; Farout, 2008, p. 135.
  • 15 Il faut comprendre « Informez officiellement Djedi ».
  • 16 Voir Farout, 2013, à paraître.

Au sein d’un texte hiéroglyphique, la position respective des signes peut apporter une information d’ordre idéographique. L’énoncé des décrets royaux d’Ancien Empire fournit un cas d’école. Ainsi, la stèle de la ve dynastie découverte à Abydos par Fl. Petrie en 1903 reproduit fidèlement le contenu d’un décret du roi Néferirkarê11 rédigé à l’origine sur papyrus (fig. 7). On constate que l’ensemble de la surface est couvert de hiéroglyphes orientés vers la droite, à l’exception de la moitié droite de la ligne supérieure. En fait, les hiéroglyphes de cette ligne sont organisés en deux groupes affrontés. Le groupe Image 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngImage 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 100002010000001200000023A9B44EFA.png à droite se trouve face à Image 100002010000001200000023808191F8.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 100002010000002600000023612D21EA.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.pngImage 100002010000001A00000023E68D1C95.png, à gauche. Le groupe Image 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngImage 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 100002010000001200000023A9B44EFA.png est composé de Image 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngwḏ « ordre » et de Image 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001200000023A9B44EFA.pngn (y)-sw. t « roi » qui aurait dû s’écrire Image 100002010000001200000023A9B44EFA.pngImage 10000201000000240000002306321BF1.png de gauche à droite ou Image 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001200000023B53A469C.png de droite à gauche. L’ensemble qui se lit wḏ n (y)-sw. t « ordre du roi », aurait dû être écrit en obéissant à l’organisation hiérarchique des signes. Or l’ensemble des décrets de l’Ancien Empire, tant sur stèle que sur papyrus semble placer wḏ devant n (y)-sw. t, si on lit cette expression de gauche à droite. Il arrive aussi que le groupe s’écrive de cette façon Image 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngImage 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 100002010000001200000023B53A469C.png où le mot « roi » regarde vers la droite, le mot wḏ étant alors le seul du texte à être inversé. Quoi qu’il en soit, on ne peut considérer que tous les scribes de cette époque aient manqué systématiquement de respect envers le roi sur l’ensemble des documents officiels de la chancellerie. La partie gauche de la ligne écrite de droite à gauche désigne le destinataire de l’acte Image 100002010000001200000023808191F8.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 100002010000002600000023612D21EA.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.pngImage 100002010000001A00000023E68D1C95.png(j) m (y)-r (ȝ) ḥm (.w)-nṯr Ḥm-wr « le directeur des prêtres Hemour ». La solution est fournie par quelques passages rédigés au sein de textes linéaires plus récents, par exemple, les passages des deux stèles d’Aményséneb qui suivent. Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 1000020100000023000000231C05BE76.pngImage 100002010000001A0000002396B2DBD8.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000002400000023044CF741.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001D000000237352949C.pngImage 100002010000000A0000002333526C53.pngImage 1000020100000024000000230EBAC0FF.pngImage 100002010000001A00000023F09F9552.pngImage 1000020100000024000000234EFCEF5C.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002A00000023D2DBF932.pngImage 10000201000000230000002361EB05B2.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngImage 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 100002010000001F00000023D2551855.pngwḏ (.t) rd (y). t m ḥr n (y) mt (y) n (y) sȝ n (y) Ȝbḏw Jmny-snb (⸗w) mȝʿ (w) ḫrw m ḏd « Ordre placé à la face du contrôleur d’équipe d’Abydos Aményséneb juste de voix disant : (…)12 » (fig. 8). Image 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002000000023A1FED8D5.pngImage 100002010000001200000023071153A5.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 10000201000000230000002387E71EED.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngImage 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 1000020100000024000000236201992E.pngImage 1000020100000016000000230F973EA0.pngImage 1000020100000024000000239A3ADD5D.pngImage 100002010000002A00000023A199C493.pngImage 100002010000000C0000002359387171.pngImage 100002010000001F00000023D2551855.pngʿḥʿ~n rd~n sr pn wḏ. t m ḥr⸗j m ḏd « Alors ce magistrat me transmit un ordre disant : (…)13 ». De même dans la célèbre parodie littéraire « Khéops et les magiciens14 », le roi s’exprime en ces termes : Image 100002010000000E000000232609F48D.pngImage 1000020100000022000000236F8D6DD0.pngImage 1000020100000022000000237B176722.pngImage 100002010000001B0000002397CF8AC9.pngImage 1000020100000012000000239A9FD49C.pngImage 100002010000002700000023FDAF2B0A.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000400000023295CBFF1.pngImage 1000020100000026000000230571A7F4.pngImage 100002010000002700000023FDAF2B0A.pngImage 1000020100000020000000234B754B27.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000B0000002308956599.pngImage 100002010000000E000000230A75648C.pngImage 100002010000002A00000023D64DB60F.pngImage 100002010000002100000023341A7C4B.pngImage 1000020100000012000000239A9FD49C.pngImage 100002010000000B00000023C936389F.pngImage 100002010000000E00000023C27185BD.pngImage 10000201000000250000002348CB5265.pngImage 1000020100000012000000237EC618A8.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 10000201000000220000002323BDE048.pngImage 10000201000000250000002348CB5265.pngImage 100002010000000D00000023E32984E6.pngImage 100002010000002D000000238D1D9B92.pngImage 100002010000002000000023A990BA59.pngImage 10000201000000220000002323BDE048.pngImage 100002010000002A000000235E21548A.pngImage 100002010000000B00000023C936389F.pngImage 100002010000002200000023931F427F.pngImage 100002010000001A0000002324A6754E.pngImage 1000020100000024000000239659E1DA.pngImage 100002010000001B0000002316748672.pngImage 10000201000000220000002323BDE048.pngImage 100002010000002A00000023B8C63D4B.pngImage 1000020100000025000000231F684820.pngImage 1000020100000029000000231A6F407F.pngImage 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001200000023A9B44EFA.pngImage 100002010000000400000023295CBFF1.pngImage 1000020100000025000000239A296D33.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.pngImage 100002010000001B00000023FAB8090D.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001000000023A59F1A51.pngImage 100002010000001000000023A59F1A51.pngImage 1000020100000024000000236A44D0C7.pngImage 100002010000000400000023295CBFF1.pngImage 10000201000000140000002348BB0851.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002A00000023D67C6FC1.pngImage 100002010000002A0000002307F3DE75.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000B0000002308956599.pngjm d⸗tw m ḥr n (y) dj r pr sȝ-n (y)-sw. t Ḥr-dd⸗f ḥms⸗f ḥnʿ⸗f jr ȝqw⸗f m t 1000 ḥnq. t ds 100 jwȝ 1 jȝq. t ḫrṣ 100 « Faites placer à la face de15 Djédi (d’aller) à la maison du prince Hordjedef, qu’il habite avec lui, et que sa rémunération soit de 1000 pains, 100 cruches de bières, un bœuf et 100 bottes de légumes ! » L’expression « placer un ordre à la face de » signifie « transmettre un ordre à ». Pour comprendre l’en-tête du décret de Néferirkarê, il faut donc lire la ligne de droite à gauche, respecter l’antéposition honorifique du nom du roi et lire la position du mot w retourné face au destinataire. En toutes lettres, cela donnerait la phrase suivante : Image 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 10000201000000080000002366470EA9.pngImage 1000020100000012000000237175F126.pngImage 100002010000001A000000237FE82FB9.pngImage 1000020100000024000000234EFCEF5C.pngImage 1000020100000020000000233C7677B1.pngImage 100002010000002A00000023E182954F.pngImage 100002010000001C0000002361C4DC8B.pngImage 10000201000000070000002333D1CAB8.pngImage 10000201000000240000002306321BF1.pngImage 100002010000001200000023A9B44EFA.pngImage 10000201000000260000002338463003.pngwḏ n (y)-sw. t rd (w) m ḥr n (y) (j) m (y)-r (ȝ) ḥm (.w)-nṯr Ḥm-wr « ordre du roi transmis au (litt. placé à la face du) directeur des prêtres Hemour ». Sur la stèle, le mot « roi » est écrit de droite à gauche, mais avec le signe Image 100002010000001200000023A9B44EFA.pngsw tourné vers la gauche. Cette subtilité informe le lecteur qu’il faut bien lire l’ensemble de droite à gauche, mais que le roi est tourné vers le destinataire. Dans le mot « roi », le bilitère Image 100002010000001200000023A9B44EFA.pngsw a régulièrement une valeur idéographique en plus de sa valeur phonétique habituelle. On comprend alors que, sur les décrets, la place des mots correspond à celle qu’occuperaient respectivement le roi, le document et le destinataire si on représentait la scène16. Cette façon de lire l’agencement des signes dans l’espace est la même que celle qui permet de lire le groupe Image 100002010000001700000023F733546B.pngmw ẖr nw que nous avons vu supra.

  • 17 El-Awadi, 2009, p. 168, pl. 6.
  • 18 Pour la traduction du passage, Farout, 2012, p. 103-105, pl. VII.

Un relief récemment découvert sur la chaussée du roi Sahourê de la ve dynastie17 présente un cas notable d’orientation informative (fig. 9). On constate dès l’abord que les hiéroglyphes sont tournés dans le même sens que les personnages. C’est le cas de la titulature inscrite au-dessus du roi ainsi que des sept colonnes qui lui font face. La colonne la plus proche de ce dernier livre l’endroit où se situe la scène, la deuxième la légende de la scène, les suivantes correspondent au discours du roi. Pour montrer que ses paroles émanent de lui et qu’elles se dirigent vers ses vis-à-vis, cette partie est écrite de façon rétrograde. Les hiéroglyphes ne sont donc pas tournés vers le début du texte, mais vers les auditeurs18. Enfin, sous le trône du roi, entre les deux lions, on a inscrit les hiéroglyphes Image 10000201000000260000002398E2E383.pngImage 10000201000000120000002303317D27.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 1000020100000012000000235472B159.pngImage 100002010000000E00000023C27185BD.pngImage 100002010000002600000023A2F2D877.pngḫȝs. wt nb (.wt) « toutes les contrées étrangères ». Cet emplacement particulier induit la lecture complète : « Toutes les contrées étrangères (sont sous les pieds du roi Sahourê). »

2. 3. Signes dangereux ou indésirables

6La capacité créatrice des hiéroglyphes implique que leur présence puisse être vecteur de danger dans des contextes particuliers. Ainsi, il arrive que sur certains cercueils, des signes représentant des animaux dangereux soient estropiés pour éviter qu’ils soient utilisés pour nuire au défunt. On enlève à certains oiseaux les griffes, le bec, on tranche la tête des serpents etc. (fig. 10).

2. 4. Le cas du roi Sethi

Le « nom de naissance » du roi Sethi Ier signifie le « Sethien qu’aime Ptah ». A priori, un nom formé sur celui de Seth, dieu majeur du panthéon égyptien, ne pose aucun problème. Dans la chapelle d’Amon du temple de millions d’années de Sethi Ier à Qourna, le nom du roi s’écrit normalement (fig. 11), c’est-à-dire avec l’idéogramme du dieu Seth Image 10000201000000140000002378F04EE2.png. Puisqu’on est dans la chapelle d’Amon, le nom de Ptah y a été remplacé par celui de ce dieu. Amon étant le roi des dieux, son nom est inscrit en première position comme il se doit. À l’intérieur du cartouche, l’organisation hiérarchique et harmonique obtient Image 100002010000001D00000023B10BB893.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001F00000023EDFB60A3.png là où l’ordre chronologique de lecture est Image 10000201000000140000002378F04EE2.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 1000020100000024000000230F9C5C9F.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000002400000023044CF741.pngStẖy mr (y)~n Jmn « Le Sethien qu’aime Amon ».

Sur un fragment d’obélisque du musée en plein air de Kom el-Dik à Alexandrie, qui se trouvait à l’origine à Héliopolis, l’animal sethien présente à Atoum, le dieu d’Héliopolis, l’effigie de Maât, Image 100002010000001300000023D7FD1084.png « la Loi » (fig. 12). Sur le socle qui supporte Seth, se trouvent des hiéroglyphes qui complètent l’image de ce dieu afin d’écrire le nom du roi : Image 1000020100000021000000239CEB57D9.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001200000023DC3F3FF3.pngImage 100002010000000B00000023C936389F.pngImage 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 100002010000001B0000002306EAE2C9.pngStẖy-mr (y)~n-Ptḥ « Le Sethien qu’aime Ptah ». Le roi est donc bien représenté par l’effigie de son dieu éponyme, ce que confirme la présence des deux cartouches au-dessus de lui. Ainsi, cette image animée exprime la nature divine du roi.

Dans sa tombe de la Vallée des Rois, Sethi Ier défunt est assimilé au dieu Osiris. Ce dernier ayant été tué par son frère Seth, il est difficile de le désigner par le nom de son propre assassin. Les Égyptiens ont donc résolu le problème en remplaçant dans le cartouche le hiéroglyphe de Seth Image 10000201000000140000002378F04EE2.png par celui d’Osiris Image 1000020100000014000000238D1E369B.png tenant le sceptre héqa Image 100002010000000D00000023F519A961.png. (fig. 13) Ainsi « Le Sethien que Ptah aime » est devenu « L’Osirien que Ptah aime ». Le même problème se pose dans temple de millions d’années de Sethi Ier à Abydos. Cette fois, le hiéroglyphe de Seth est remplacé par le nœud Image 100002010000001100000023C1373ECF.png qui se lit tj. t « image » (fig. 14). Ce signe signifie qu’on a écrit une image qui permette d’éviter de préciser de quelle image il s’agit. Ici, les Égyptiens ont trouvé une sorte d’ancêtre du joker des jeux de cartes modernes. Il est remarquable que sur la figure 1, les deux solutions ont été employées simultanément dans le même cartouche : Image 100002010000008200000023D8BA5925.png. À l’époque ramesside, dans le temple de Karnak où régnait Amon, le roi des dieux, la présence de Seth ne posait aucun problème. Le nom des rois Sethi y était donc écrit normalement avec le signe à l’effigie de Seth. Cependant, à la Basse Époque, la réputation de ce dieu est devenue négative. Ainsi, son image a simplement été oblitérée dans les cartouches des rois concernés (fig. 15 et fig. 16).

2. 5. Hiéroglyphes portés par des images

La canne et le sceptre tenus par Kagemni sur la façade de son tombeau (fig. 4) présentent une valeur hiéroglyphique puisque la canne Image 1000020100000008000000237E566EB8.png sert à écrire mdw « parole » et le sceptre Image 100002010000000A00000023AD5C4109.png sert à écrire sḫm ou ʿbȝ « pouvoir ». Ces termes évoquent les capacités essentielles du magistrat, dont l’idéogramme canonique correspond à l’image complète de ce personnage debout, jambe en avant tenant ces attributs. Au lieu du sceptre, cet idéogramme porte souvent un linge plié. Ce linge se retrouve souvent à la main des images de notable. Il s’agit de la lettre Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngs comme on le voit bien dans la main gauche du général Nisoumontou (fig. 17) ou dans celle du roi Sahourê (fig. 9). C’est la première lettre du mot Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000002200000023C38BEEFF.pngImage 100002010000001700000023D1CE23EF.pngsr « magistrat ». Sur la stèle du grand intendant Hor (fig. 18), ce linge est porté horizontalement et il subit la loi de la pesanteur, même si c’est d’une façon très convenue. Il n’en demeure pas moins le phonogramme s. On le trouve fréquemment sur les rondes-bosses et il suit, bien entendu, la courbe de la surface de l’objet, comme c’est le cas sur la statue d’Ânkhoudjès (fig. 19).

Sur une scène du temple de millions d’années de Sethi Ier à Abydos (fig. 20), les signes représentant Image 1000020100000014000000230540E623.pngʿnḫ la vie et Image 100002010000000B00000023F0DE7C5B.pngwȝs le pouvoir sont présentés par Hathor à la narine du roi qui tient à la main les signes Image 1000020100000014000000230540E623.png « vie » et Image 100002010000000D00000023F519A961.pngḥqȝ « souveraineté ». La légende en colonne devant la déesse exprime son discours « pour ta narine, ô dieu parfait que voici, maître des Deux Terres ». Pour comprendre il faut prendre en compte l’image : « (je donne vie et pouvoir) pour ta narine, ô dieu parfait que voici, maître des Deux Terres ».

  • 19 Pour un double jeu de lecture comparable, voir Vernus, 1986, p. 65-66.

La scène de la figure 21 provenant d’Éléphantine montre la déesse Satet debout face au cartouche de Sésostris Ier. Cette représentation du nom du roi de même hauteur que l’image de la déesse vaut pour l’image du roi. De même, ou à l’inverse, l’image de la déesse doit être lue comme si elle écrivait son nom. Elle présente un sceptre Image 100002010000000B00000023F0DE7C5B.pngwȝs et un signe de vie Image 1000020100000014000000230540E623.png en direction du cartouche au niveau où se trouverait le visage du roi s’il était représenté debout face à elle. Entre elle et lui se trouvent quelques signes hiéroglyphiques organisés de façon scripturale, Image 100002010000001A00000023A1DAD02F.pngImage 100002010000002600000023152C700A.pngImage 1000020100000024000000239FFD8A3B.png, signifiant « tout bonheur ». Pour comprendre cette scène, il faut faire feu de tout bois, employer tous les éléments avec leur valeur hiéroglyphique pour lire Image 1000020100000024000000236A44D0C7.pngImage 1000020100000024000000239FFD8A3B.pngImage 100002010000001A00000023A1DAD02F.pngImage 100002010000002600000023152C700A.pngImage 10000201000000240000002346B59634.pngImage 100002010000000B00000023F0DE7C5B.pngImage 10000201000000240000002346B59634.pngImage 1000020100000014000000230540E623.pngImage 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 100002010000000F0000002369FADBCC.pngImage 100002010000001600000023EF7682AA.pngImage 1000020100000012000000230E36B317.pngImage 100002010000002600000023B287F9D3.pngImage 1000020100000051000000236A1AF438.pngSt. t d⸗s ʿnḫ nb wȝs nb ȝw. t-jb nb. t n ⁄pr-kȝ-Rʿ « Satet donne toute vie, tout pouvoir ainsi que tout bonheur à Khéperkarê ». Il se trouve une ligne de hiéroglyphes sous le sol. Pour la lire, il faut prendre en compte à nouveau les images situées au-dessus. L’orientation des signes fournit la clef de lecture de l’ensemble. Ils sont presque tous écrits de droite à gauche sauf le participe Image 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngmry « aimé » qui est orienté comme la déesse à la laquelle il se rapporte donc. Ainsi, il faut lire Image 1000020100000012000000230E36B317.pngImage 100002010000002600000023B287F9D3.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000000A000000230A892FDE.pngImage 100002010000001600000023130A6C8A.pngImage 100002010000001C00000023C8AA3D59.pngImage 100002010000000E000000234A823FBE.pngImage 100002010000001200000023B7317007.pngImage 100002010000000B00000023F0DE7C5B.pngImage 1000020100000014000000230540E623.pngImage 100002010000000F0000002369FADBCC.pngImage 1000020100000051000000236A1AF438.pngImage 100002010000001600000023EF7682AA.pngpr-kȝ-Rʿ d (⸗w) ʿnḫ wȝs mj Rʿ ḏ. t mry St. t « Khéperkarê doté de vie et pouvoir comme Rê éternellement, aimé de Satet19. »

  • 20 Musée du Louvre N3070. xxie dynastie.

Sur une vignette du « Livre des morts » de Khonsoumès20 (fig. 22) ce dernier, debout face à une table d’offrandes, présente un récipient d’où sort une flamme Image 1000020100000011000000238FE21E6C.png — le hiéroglyphe qui signifie « encens » — en direction d’une figure composée par la montagne qui supporte le signe Image 100002010000000D00000023408FCE0B.png (une plume d’autruche sur un pavois) qui représente l’occident posé sur le billot Image 100002010000001300000023AE0870F2.png qui signifie « sous » et le signe Image 1000020100000012000000237175F126.png « dieu ». Cet assemblage correspond au groupe hiéroglyphique var Image 10000201000000220000002397723C3F.png. Image 10000201000000260000002347E9AA80.pngẖr (y. t)-nṯr jmn (ty. t) littéralement « Celle-qui-est-sous-le-dieu occidentale », c’est à dire « la Nécropole occidentale ». Ce petit tableau est donc clairement composé de hiéroglyphes : Khonsoumès y fait une offrande d’encens à la Nécropole occidentale.

2. 6. Les jeux iconographiques de Ramsès II

La perméabilité entre image et hiéroglyphe permet des jeux au résultat parfois impressionnant. Sur ce point, les scribes de Ramsès II ont fait preuve d’une imagination notable. Ainsi, la façade du grand temple rupestre d’Abou Simbel porte une scène au-dessus de l’entrée (fig. 23) où le roi, surmonté des cartouches qui le désignent, fait l’offrande de Maât Image 100002010000001300000023D7FD1084.png — la déesse de la loi, de la justice, reconnaissable à la plume d’autruche qu’elle porte sur la tête — à son maître, Rê Horakhty, le soleil levant. L’image de la déesse accroupie dans la main de Ramsès présente un sceptre wsr Image 100002010000000F0000002311BC8E82.png, ce qui n’est pas rare, mais elle porte aussi sur la tête, en plus de la plume d’autruche Image 100002010000000A00000023164D86C1.png qui la désigne habituellement, un disque solaire Image 100002010000001200000023B7317007.png. Ainsi, l’image de la déesse forme un jeu d’écriture qui correspond au nom de couronnement du roi Image 100002010000004700000023AA974737.pngWsr-Mȝʿ. t-Rʿ « La loi de Rê est puissante ». De plus, le dieu représenté en trois dimensions dans sa niche, coiffé du disque solaire, est encadré de Maât à sa gauche et du sceptre wsr à sa droite qui sont aussi en trois dimensions. Il s’agit donc à la fois de Rê-Horakhty et d’une manifestation du nom de couronnement de Ramsès II. Le roi est donc représenté deux fois par son image faisant offrande à la fois de Maât et de lui-même à Rê-Horakhty qui est encore une désignation de lui-même. Ces jeux d’écriture permettent de multiplier les attestations de son nom sur le monument, mais aussi de spéculer sur les différents niveaux de divinité de la fonction royale.

  • 21 Voir Farout, 2009, p. 17, fig. 19.
  • 22 Cette attitude, en relation avec la tétée, n’a aucun rapport avec le silence.

La petite stèle N 522 du musée du Louvre21 (fig. 24 et 25) décorée sur ses deux faces fournit un exemple comparable. Sur l’une, un vizir debout, dont la tête et le nom sont perdus, est en attitude de prière devant le dieu Ptah. Sur l’autre, un personnage est assis sur un coussin avec le doigt à la bouche, attitude qui désigne l’enfant22. Il est coiffé d’une mèche tressée qui confirme son statut d’enfant, mais il porte aussi un diadème orné d’un cobra dressé, l’uræus, qui lui confère une nature divine. La légende de part et d’autre de sa tête confirme ce statut. Il s’agit du « roi de Haute et Basse-Égypte, maître des Deux Terres Ousermaâtrê-sétepenrê doté de vie comme Rê pour l’éternité des nuits et des jours » ; c’est donc Ramsès II. Or, lorsque Ramsès II monte sur le trône, il est adulte, marié et déjà père d’un certain nombre d’enfants. Il ne peut donc s’agir d’une réalité historique. Si Ramsès est représenté en enfant, c’est pour une autre raison. C’est la forme du coussin qui fournit la clef de lecture. Il ressemble au signe de la montagne Image 100002010000001B00000023A63B2B5C.png. Le roi est donc représenté sous la forme du soleil lorsqu’il naît le matin entre les deux montagnes de l’horizon occidental. En fait, ce « soleil (Image 100002010000001200000023B7317007.pngRʿ) enfant (Image 100002010000000900000023E4F8F6DC.pngImage 1000020100000016000000235D97ABCF.pngImage 100002010000001E0000002308ED1FC2.pngmsw) » forme un calembour qui correspond au nom de naissance de Ramsès II Image 100002010000005300000023FC8878A0.pngRʿ-ms (w)-sw « C’est Rê qui l’a mis au monde ». En écrivant le nom de Ramsès, il suscite l’existence du roi et l’assimile au dieu solaire. En prenant en compte le décor des deux faces, on comprend que cet objet est une petite stèle destinée à la piété personnelle, dédiée aux deux aspects de la divinité, chtonien et nocturne d’un côté, céleste et diurne de l’autre, avec un second niveau de lecture permettant d’adorer la nature divine du roi des hommes à travers l’image du roi des dieux.

2. 7. Des images sympathiques

  • 23 Sanctuaire de Héqaïb à Éléphantine, stèle n° 8. Habachi, 1985, p. 35.

7Sur les scènes de temple, le roi célèbre le culte en étant protégé par une divinité qui plane au-dessus de sa tête. Ce peut être Celui de Celle-du-trône, une forme d’Horus qui se manifeste sous forme de faucon (fig. 23 droite, fig. 26) ou de disque solaire ailé ou non (fig. 1, 20), Nekhbet, la déesse vautour maîtresse de la Haute-Égypte (fig. 23 gauche), ou même la déesse cobra Ouadjyt, maîtresse de Haute-Égypte, qui peut prendre la forme d’un vautour à tête de cobra (fig. 27). Dans chaque sanctuaire d’Égypte, c’est le roi qui célèbre le culte dans tous les cas et les prêtres officiants agissent en son nom en étant guidés par ses pouvoirs-baou. De fait, tout ce qu’ils font, c’est le roi qui le fait, comme en témoignent des directives telles que : « Celui qui purifie les autels avec des libations et de l’encens doit être pur de sorte que le roi soit pur23 ! ». Or, les plafonds des temples divins sont régulièrement décorés des mêmes images divines que celle représentées au-dessus du roi sur les parois décorées. Ainsi, la divinité représentée sur les plafonds destinée à matérialiser la protection qu’elle exerce sur le souverain suscite de ce fait la présence de ce dernier renforcée par les images murales le représentant célébrant le culte. La figure 28 montre l’intrados d’une porte du temple de Ramsès III à Médinet Habou où cette matérialisation est précisée par la présence des deux cartouches du roi à la suite du disque ailé, comme c’est souvent le cas.

  • 24 Ainsi, dans la tombe de Pépiânkh à Meir de la vie dynastie (Blackman, 1924, p. 27, pl. I, pl. XXV, (...)
  • 25 Duell, 1936, pl. 126 A et B.
  • 26 Ikram 1995, p. 102 note aussi cette difficulté. Cependant, elle propose qu’on ait effectivement att (...)
  • 27 Elle mesure 50,5 cm de long sur 22 cm d’épaisseur. Elle est percée d’un trou de 16 cm de diamètre. (...)

8Il existe un exemple méconnu de métonymie hiéroglyphique qui mérite qu’on s’y attarde. Il est fourni par les énigmatiques pierres à longe de certaines tombes de l’Ancien Empire. En effet, on peut s’étonner de la présence des grosses pierres percées arrimées au sol de la chapelle de certains mastabas qui servent théoriquement à attacher du bétail pour le parquer24. En les rapprochant des défilés d’animaux orientés vers le fond de la tombe, on a pu penser que le personnel funéraire amenait réellement jusqu’à la fausse-porte située sur la paroi occidentale de la chapelle funéraire, le bétail d’offrandes pour le présenter au défunt avant de l’abattre et d’en préparer les morceaux. Or, si l’on considère, par exemple, l’emplacement de la pierre à longe située au centre des piliers de la pièce A13 du mastaba de Mérérouka à Saqqara25 (fig. 29 et 30), il est à mon avis impossible, à cause de l’étroitesse des passages26, d’introduire un bœuf de taille adulte normale jusqu’à cet emplacement. De plus, cette pierre en calcaire ne présente aucune trace d’usure caractéristique du parcage d’animaux et ses dimensions sont conséquentes27, à proportion d’un animal géant qu’on aurait bien du mal à trouver. Il faut conclure à un marqueur idéographique dont la présence génère celle de l’animal d’offrande dans la chapelle. Peu importe si ce dernier peut effectivement y accéder ou pas, sa présence est suscitée par celle de la pierre créant une réalité virtuelle, mais tangible pour l’autre monde. Non seulement cet objet est un hiéroglyphe en trois dimensions générique de l’animal qu’il est censé retenir à cet endroit, mais sa taille extraordinaire crée par sympathie et par contagion, un animal de sacrifice de dimensions correspondantes, à l’intérieur de la chapelle funéraire. Cet animal gigantesque est à proportion des appétits du mort, conformes à l’importance de ce dernier. En effet, les dimensions de certains objets funéraires donnent la mesure sociale de leur propriétaire, comme la barque de Khéops aux rames démesurées ou le grand harpon découvert à proximité de la pyramide de Djéser, présenté actuellement dans le musée de Saqqara, qui ne peuvent être utilisés que par des géants. Quoi qu’il en soit, les images de procession de bétail se dirigeant vers la fausse-porte (fig. 5) créent la présence de ces derniers, par homéopathie, en indiquant la destination finale des animaux d’offrande, tandis que la pierre à longe, par son emplacement et son gabarit, additionne au leur son pouvoir évocateur et créateur. Le champ des capacités des « paroles du dieu » est très étendu.

En conclusion

  • 28 Sur cette question en général, voir Fischer, 1986 ; Vernus, 1985, p. 45-66, pl. I-II ; Winand, 2006 (...)

9Au cours de cet exposé, nous avons évoqué différents aspects de l’expression scripturale et iconographique égyptienne. En partant des hiéroglyphes, écriture constituée de signes figuratifs correspondant à des idées ou à des sons, assemblés afin d’obtenir un sens lexical, nous avons poursuivi avec des images constituées de hiéroglyphes, donc de signes d’écriture, et avec des images qui correspondent à deux niveaux d’expression, le second niveau exprimant un énoncé hiéroglyphique. Enfin, nous avons abordé la capacité de l’image à susciter ce qu’elle représente, mais aussi à créer par contagion une réalité qu’elle induit. En conclusion, les égyptologues maîtrisent relativement bien les différents niveaux de lecture de l’image/écriture pharaonique. Cependant, il nous est très difficile d’exprimer une théorisation concernant la limite du champ de l’écriture et la limite de celui de l’image, tant leurs natures sont étroitement mêlées dans le système de pensée pharaonique. C’est à tel point que le « scribe » et le « dessinateur » sont désignés par le même mot « sš (w) » qui est formé sur le verbe «  » qui signifie à la fois « écrire » et « dessiner ». De même, les hiéroglyphes expriment les « paroles du dieu » mdw. w nṯr — ce qui leur confère le pouvoir créateur évoqué supra — mais ils sont désignés par le vocable « tj. wt » qui signifie « images ». Paroles et images, phonogrammes et idéogrammes, telle est l’ambiguïté essentielle du système égyptien qui le rend si fécond28.

Fig. 1. Scène du temple de millions d’années de Sethi Ier à Abydos, début xixe dynastie.

Image 10000000000003E80000052228A1EE37.png

Le roi offre du vin à Isis.

Photo D. Farout.

Fig. 2. Un roi Ptolémée sur une paroi du temple d’Hibis à Kharga, époque ptolémaïque.

Image 1000000000000384000005730EC9ADBE.png

Photo D. Farout.

Fig. 3. Le roi Darius Ier sur une paroi du temple d’Hibis à Kharga, première domination perse.

Image 10000000000002BC00000565142B2F01.png

Photo D. Farout.

Fig. 4. Le vizir Kagemni sur la façade de son mastaba à Saqqara, début vie dynastie.

Image 10000000000002580000047528319FE9.png

Photo D. Farout.

Fig. 5. Scène de la chapelle du mastaba d’Akhtyhetep, musée du Louvre E 10958, ve dynastie.

Image 1000000000000D61000009B098BD4AE4.png

Dessin N. Couton.

Fig. 6. Ration de pains en bois d’un soldat de la forteresse d’Ouronarti, fin xiie dynastie, Boston MFA inv. 24.732.

Image 1000000000000BB800000BA468BF8DB8.png

Dessin DF d’après C. Vogel, The Fortifications of Ancient Egypt 3000-1780 BC, Oxford, 2010, p. 41.

Fig. 7. Décret du roi Néferirkarê à Abydos, ve dynastie, Boston, MFA 03.1896.

Image 10000000000003E8000006C01101D9D8.png

H. Goedicke, Königliche Dokumente aus dem Alten Reich, ÄA 14, Wiesbaden, 1967, fig. 2.

Fig. 8. Détail de la stèle d’Aményséneb à Abydos, musée du Louvre C 11, xiiie dynastie.

Image 10000000000004D70000008032449514.png

Photo D. Farout.

Fig. 9. Scène de la paroi de la chaussée de Sahourê à Abousir, ve dynastie.

Image 10000000000005DC00000635C85A5F1E.png

T. el-Awady, Abusir XVI, pl. 6.

Fig. 10. Détail d’un cercueil du musée d’Hildesheim.

Image 10000000000006B0000007C8961B9D49.png

Photo D. Farout.

Fig. 11. Cartouche de Sethi Ier, temple de millions d’années de Sethi Ier à Qourna, début xixe dynastie.

Image 10000000000003CA000006BA479B7D2D.png

Photo D. Farout.

Fig. 12. Scène de l’obélisque de Sethi Ier d’Héliopolis, musée en plein air de Kom el-Dik, Alexandrie, début xixe dynastie.

Image 10000000000002BC0000026E1BA17100.png

Le roi offrant Maât à Atoum.

Photo D. Farout.

Fig. 13. Cartouche de Sethi Ier, tombe de Sethi Ier dans la Vallée des Rois, début xixe dynastie, musée du Louvre B 7.

Image 1000000000000288000004B7F3BBAE2E.png

Photo D. Farout.

Fig. 14. Cartouche de Sethi Ier, temple de millions d’années de Sethi Ier à Abydos, début xixe dynastie.

Image 10000000000002BC0000056AAD861249.png

Photo D. Farout.

Fig. 15. Cartouche de Sethi Ier, temple de Karnak, début xixe dynastie.

Image 10000000000004B00000023C2D504BE0.png

Photo D. Farout.

Fig. 16. Cartouche de Sethi II, reposoir de barque de Sethi II, temple de Karnak, fin xixe dynastie.

Image 1000000000000514000002350D14A1F5.png

Photo D. Farout.

Fig. 17. Détail de la stèle du général Nisoumontou, Abydos, musée du Louvre C1, début xiie dynastie.

Image 10000000000004B00000046E08D3767C.png

Photo D. Farout.

Fig. 18. Détail de la stèle du grand intendant Hor, Abydos, musée du Louvre C2, début xiie dynastie.

Image 10000000000002F1000004086F82CC8A.png

Photo D. Farout.

Fig. 19. Détail de la statue d’Ânkhoudjès, musée du Louvre E 25368, ve dynastie.

Image 10000000000004B000000405AE3D8CCD.png

Photo D. Farout.

Fig. 20. Scène du temple de millions d’années de Sethi Ier à Abydos, début xixe dynastie.

Image 10000000000002A30000046185DF890E.png

Hathor offre la vie et le pouvoir au roi.

Photo D. Farout.

Fig. 21. Scène du temple de Satet à Éléphantine, règne de Sésostris Ier, début xiie dynastie, musée du Louvre B74-B75.

Image 10000000000003E8000003D3230BC7D1.png

Photo D. Farout.

Fig. 22. Détail du livre des morts de Khonsoumès, musée du Louvre xxie dynastie.

Image 10000000000004B0000002BAA281B602.png

Le défunt fait offrande à la nécropole.

Photo D. Farout.

Fig. 23. Scène de la façade du grand temple de Ramsès II à Abou Simbel, xixe dynastie.

Image 10000000000004FE000003369C057C48.png

Le roi offre Maât à Rê-Horakhty.

Photo D. Farout.

Fig. 24. Ramsès II en enfant solaire, stèle Louvre N 522, xixe dynastie.

Image 10000000000002BC000003D0CF7A54BF.png

Photo D. Farout.

Fig. 25. Un vizir adorant le dieu Ptah, stèle Louvre N 522, xixe dynastie.

Image 10000000000002BC000003C5B7F1A862.png

Photo D. Farout.

Fig. 26. Scène du temple de millions d’années de Sethi Ier à Abydos, début xixe dynastie.

Image 10000000000002BC000004FA0F1CF91F.png

Photo D. Farout.

Fig. 27. Scène du reposoir de barque de Philippe Arrhidée à Karnak, fin du ive siècle avant J.-C.

Image 10000000000004350000044A2558D8A0.png

Photo D. Farout.

Fig. 28. Décor de l’intrados d’un linteau de porte du temple de millions d’années de Ramsès III à Médinet Habou, xxe dynastie.

Image 1000000000000578000002E19777EF73.png

Photo D. Farout.

Fig. 29. Pierre à longe du mastaba de Mérérouka, début vie dynastie

Image 1000000000000A5800000524D5B9DF02.png

Photo J.-Ph. Sarraut.

Fig. 30. Pierre à longe du mastaba de Mérérouka, début vie dynastie

Image 10000000000004880000052091395670.png

Photo J.-Ph. Sarraut.

Haut de page

Bibliographie

Blackman, A. M., 1924, The Rock Tombs of Meir IV, ASE 35, Londres.

Collombert, Ph., 2010, GM 227, p. 17-22.

Duell, Pr., 1936, The Mastaba of Mereruka, vol. II, OIP XXIX, Chicago.

El-Awadi, T., 2009, Sahure — The pyramid causeway. History and decoration program in the Old Kingdom (Abusir XVI).

Farout, D., 2008, Les fourberies de Djédi (P. Westcar 6, 22-9, 21), dans Chr. Gallois, P. Grandet et L. Pantalacci (éd.), Mélanges offerts à François Neveu, BdÉ 145, Le Caire, p. 123-143.

Farout, D., 2009, Image, temps et espace dans l’Ancienne Égypte, Égypte Afrique & Orient n° 55, p. 3-22.

Farout, D., 2012, Les déclarations du roi Sahourê, RdE 63, p. 103-114.

Farout, D., 2013, Naissance du dialogue de cour sur les monuments d’Ancien Empire, RdE 64, à paraître.

Fischer, H. G., 1986, L’écriture et l’art de l’Égypte ancienne. Quatre leçons sur la paléographie et l’épigraphie pharaoniques, Paris.

Goedicke, H., 1967, Königliche Dokumente aus dem Alten Reich, ÄA 14, Wiesbaden.

Grandet, P. et Mathieu, B., 1995, Cours d’égyptien hiéroglyphique, Paris.

Habachi, L., 1985, The Sanctuary of Heqaib, Elephantine IV, ArchVer 33, Mainz am Rhein.

Hamonic, F., 2012, La boucherie à l’Ancien Empire : croisement des sources, mémoire de deuxième cycle École du Louvre, Paris (inédit).

Ikram, S., 1995, Choice Cuts: Meat Production in Ancient Egypt, OLA 69, Louvain.

Junker, H., 1953, Giza XI, Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Gîza. Der Friedhof südlich der Cheopspyramide. Ostteil, Vienne.

Kemp, B., 2006, Ancient Egypt: Anatomy of a Civilization, Londres – New York.

Mathieu, B., 1986, Les hommes de larmes : à propos d’un jeu de mots mythique dans les textes de l’ancienne Égypte, dans Hommages à François Daumas, OrMonsp 3, Montpellier, p. 499-509.

Meeks, D., 1979, Les donations aux temples dans l’Égypte du Ier millénaire avant J.‑C., OLA 6, State and Temple Economy in the Ancient Near East, Louvain, p. 604-687.

Reisner, G. A. et Wheeler, N. F., 1967, Uronarti Shalfak Mirgissa, Boston.

Vernus, P., 1985, Des relations entre textes et représentations dans l’Egypte Pharaonique, dans Ecritures II, Paris, p. 45-66, pl. I-II.

Vernus, P., 1986, L’Ecriture hiéroglyphique : une écriture duplice ?, dans Confrontation palimpsestes, Cahiers 16, p. 59-66.

Vernus, P., 1989, Supports d’écriture et fonction sacralisante dans l’Egypte pharaonique, dans Le texte et son inscription, Paris, p. 23-34.

Winand, J., 2005, Les auteurs classiques et les écritures égyptiennes : quelques questions de terminologie, Actes de la Société Belge d’Études Orientales, n° 18, p. 79‑104.

Winand, J., 2006, L’image dans le texte ou le texte dans l’image ? : Le cas de l’Égypte ancienne, dans Visible, 2 (2), p. 143-161.

Ziegler, Chr., 1993, Le mastaba d’Akhethetep. Une chapelle funéraire de l’Ancien Empire, Paris.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question, voir Winand, 2006, p. 143 ; Farout, 2009, p. 3-22.

2 Winand, 2006, p. 144-145.

3 Sur l’étymologie du terme « hiéroglyphe », voir Winand, 2005, p. 79-104.

4 Collombert, 2010, p. 17-22, a montré de façon convaincante que le mot doit être lu mḥr et non mr puisqu’il peut s’écrire aussi mḥr ou (m)ḥr. Je ne pense pas que le signe devienne un trilitère mḥr pour écrire ce mot. Il me semble qu’il s’agisse simplement d’une graphie défective du mot mḥr.

5 Sur cette question, voir Vernus, 1989, p. 23-34.

6 Sur ce point, voir par exemple Mathieu 1986, p. 499-509.

7 Musée du Louvre E 10958. Ziegler, 1993, p. 167 et 169.

8 L’exemple le plus célèbre de ce type est la scène du chasseur de bouquetin publiée par Fischer, 1986, p. 27, fig. 2 p. 28. Voir Grandet et Mathieu, 1995, § 2.3, p. 31, et Winand, 2006, 2 (2).

9 MFA 24.732. Reisner et Wheeler, 1967, p. 34.7, pl. XXVII ; voir aussi Kemp, 2006, p. 175, fig. 62.

10 Litt. « mémorial, souvenir ».

11 Boston, MFA 03.1896. Goedicke, 1967, p. 23, fig. 2; Urk. I, 170, 11-172, 8.

12 Musée du Louvre, stèle C11, l. 1. Pour un autre exemple, voir la stèle de donation de l’an 6 d’Osorkon Ier. Meeks, 1979, p. 633-634.

13 Musée du Louvre, stèle C12, 5.

14 Papyrus Westcar (P Berlin 3033) 9, 20 ; Farout, 2008, p. 135.

15 Il faut comprendre « Informez officiellement Djedi ».

16 Voir Farout, 2013, à paraître.

17 El-Awadi, 2009, p. 168, pl. 6.

18 Pour la traduction du passage, Farout, 2012, p. 103-105, pl. VII.

19 Pour un double jeu de lecture comparable, voir Vernus, 1986, p. 65-66.

20 Musée du Louvre N3070. xxie dynastie.

21 Voir Farout, 2009, p. 17, fig. 19.

22 Cette attitude, en relation avec la tétée, n’a aucun rapport avec le silence.

23 Sanctuaire de Héqaïb à Éléphantine, stèle n° 8. Habachi, 1985, p. 35.

24 Ainsi, dans la tombe de Pépiânkh à Meir de la vie dynastie (Blackman, 1924, p. 27, pl. I, pl. XXV, 1.) et dans celle de Mérérouka à Saqqara de la vie dynastie (Duell, 1936, pl. 126 A et B.). Voir Ikram 1995, p. 100-102 ; Hamonic 2012 p. 71-73.

25 Duell, 1936, pl. 126 A et B.

26 Ikram 1995, p. 102 note aussi cette difficulté. Cependant, elle propose qu’on ait effectivement attaché là l’animal de sacrifice.

27 Elle mesure 50,5 cm de long sur 22 cm d’épaisseur. Elle est percée d’un trou de 16 cm de diamètre. Je tiens à remercier Jean-Philippe Sarraut pour ces informations. A. M. Blackman ne donne pas les dimensions de la pierre du tombeau de Pépiânkh à Meir, de forme allongée. Mais l’échelle qui accompagne le plan de la planche i permet de l’évaluer à 1,56 m de long, 24 cm d’épaisseur, avec un trou de 15,7 cm de diamètre. On obtient donc des dimensions comparables à celles de la pierre de Mérérouka. Un grand récipient d’environ 30 cm de diamètre complète le dispositif. E. Junker ne donne pas les dimensions de la pierre de la tombe de Sechemnéfer.

28 Sur cette question en général, voir Fischer, 1986 ; Vernus, 1985, p. 45-66, pl. I-II ; Winand, 2006, 2 (2), 143-152.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Farout, « Images ou hiéroglyphes ? », Pallas, 93 | 2013, 19-52.

Référence électronique

Dominique Farout, « Images ou hiéroglyphes ? », Pallas [En ligne], 93 | 2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/1327 ; DOI : 10.4000/pallas.1327

Haut de page

Auteur

Dominique Farout

Institut Khéops
École du Louvre, EA PLH-CRATA
dominique.farout@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org