Navigation – Plan du site
1. Le précédent égyptien

Un cas égyptien de texte constitutif de l’image : les statues stéléphores

An egyptian case of text constitutive of the image: the stelophorous statues
Christophe Barbotin
p. 53-66

Résumés

Les statues stéléphores forment une typologie à la durée de vie courte et à l’évolution très rapide, entre les xve et xiiie siècle av. J.-C. Au souci de figurer l’adoration du soleil en trois dimensions répondit d’abord l’apparition d’une stèle-réserve de pierre entre les avant-bras de l’orant avec un hymne exprimant cette prière. On doit y reconnaître une image-texte associée à l’image-attitude constituant ce hiéroglyphe unique de l’adoration au soleil qu’est la statue stéléphore. Mais très vite, ces deux aspects se sont dissociés au bénéfice d’une vision perspective de la stèle, perçue alors comme un objet de luxe à part entière capable de promouvoir le rang social de son propriétaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fischer, 1986, et l’article de D. Farout dans le présent ouvrage.
  • 2 Vandier, 1958, p. 471-474.

1Du fait même de la nature hiéroglyphique de l’écriture et de la pensée pharaoniques, les interactions entre textes et images sont constantes dans les modes de représentation de l’Egypte ancienne1. Je voudrais présenter dans le cadre de ce colloque un exemple éloquent d’application de cette règle générale, à la fois parce qu’il implique écriture et ronde-bosse, et aussi parce qu’il subit une évolution chronologique très rapide dont on peut suivre les différentes étapes pour aboutir à un changement radical de la conception initiale. Je veux parler des statues présentant une stèle, dites statues « stéléphores »2, où l’on voit se lier puis se dissocier deux composantes essentielles de l’image égyptienne : l’attitude du sujet tout d’abord qui, dans le cas des statues stéléphores, représente le déterminatif morphologique principal de cette image, et l’écriture elle-même ensuite puisque, du point de vue égyptien, elle est susceptible de jouer un rôle identique, étant par excellence l’archétype de toute image. Pour la commodité de la démonstration, nous nommerons donc l’une et l’autre « image-attitude » et « image-texte ».

1. Origine des statues stéléphores

  • 3 A distinguer de l’attitude de la prière et de l’attente respectueuse où les bras tombent devant soi (...)
  • 4 Voir à ce sujet le livre ancien, mais jamais remplacé, de Roeder, 1956.

2Nées dans la région thébaine vers le règne de la reine Hatchepsout, au début de la xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.), elles transposent en trois dimensions le hiéroglyphe de l’adoration au soleil. Rappelons que l’acte d’adoration, figuré depuis l’Ancien Empire en deux dimensions aussi bien dans l’écriture que dans la figuration développée, se traduit par la position debout ou agenouillée, les deux bras levés devant soi à hauteur du visage3. La divinité bénéficiaire se trouve normalement placée face à l’individu, en deux dimensions comme en trois dimensions, ainsi que l’attestent les innombrables petits groupes de métal cuivreux si caractéristiques du premier millénaire4.

  • 5 Je dis bien « l’homme » car, en ronde-bosse, aucune femme ne se prête à l’exercice.
  • 6 Ménager dans la masse une réserve de matière n’obéit pas à un impératif technique fondamental puisq (...)
  • 7 On observe exactement la même posture sur une statuette en pierre d’Akhénaton, l’adorateur du solei (...)

3Les premières rondes-bosses d’orant, au contraire, figurent l’homme5 tout seul. L’absence d’interlocuteur implique qu’il s’adresse au soleil puisque celui-ci est omniprésent, étant partout et nulle part, visible de tous et inaccessible dans son essence. C’est dans une statuette conservée au Louvre (fig. 1 a et b) que l’on peut reconnaître l’un des points de départ de la typologie des stéléphores. L’homme est agenouillé, donc immobile, les mains levées indépendantes l’une de l’autre en largeur, mais chacune reliée au torse par une réserve de pierre suivant un usage fort répandu en sculpture égyptienne6. L’inscription sur le plat de la base livre une simple formule d’offrandes par laquelle le personnage aspire à profiter de la réversion des offrandes présentées aux dieux dans les temples. Ce texte standardisé ne détermine nullement l’effigie comme celle d’un adorateur du soleil. Seule son attitude la qualifie comme tel7.

  • 8 Autre exemple, de la fin de la xviiie dynastie (début du xiiie siècle av. J.-C.), avec la statuette (...)
  • 9 Bothmer, 2004, p. 174-175, fig. 11.9-11.12. Calcaire, H. 31,9 cm.
  • 10 Rappelons que la nuit, l’un des deux segments de l’éternité selon la pensée pharaonique (le djet, p (...)

4L’adoration du soleil identifiée par la seule attitude demeure cependant exceptionnelle8. En revanche, quelques parallèles stylistiquement très proches, donc contemporains, ajoutent à cet aspect le texte de la louange au soleil, ôtant par là toute espèce d’ambiguïté quant à sa fonction. L’exemple le plus accompli en est sans doute la statuette Brooklyn 37. 263 E9. Son style comme l’emploi d’une réserve de pierre entre chaque avant-bras et le buste, identiques à l’exemple du Louvre, permettent d’établir qu’il lui est contemporain. Mais à la différence de ce dernier, le pagne est couvert d’un hymne que le personnage énonce pour le soleil levant, dans l’état d’immobilité qui sied à l’être humain tout juste sorti de la nuit10.

  • 11 Bas de statuette agenouillée comportant aussi le texte de l’adoration sur le pagne (Zauzich, 1980, (...)
  • 12 Statuette de Kherouiri, Berlin Ägyptisches Museum 9571, calcaire H. 24 (Priese, 1987, n° 11, p. 111 (...)

5L’adoration est ici déterminée deux fois : par l’image-attitude (à genoux les bras levés) et par le texte. Bien que les hiéroglyphes participent pleinement au contenu de l’image, ils ne se confondent pas avec elle puisqu’ils ont été inscrits sur le pagne. La juxtaposition de l’image-attitude de l’adoration avec le texte qui l’énonce se retrouve sur un exemple de même époque tout à fait similaire11, ainsi que sur une statuette, immobile également mais debout avec les pieds joints, inscrite d’un hymne au dieu soleil Rê à la droite du personnage, sur la face antérieure de la plaque dorsale12.

2. Image-attitude et image-texte fondues dans le hiéroglyphe unique de l’adoration

  • 13 Gardiner, 1920, p. 212-213, pl. XXII.
  • 14 La plaque dorsale est une forme développée de l’appui dorsal (ou pilier dorsal), cet élément vertic (...)

6La statuette d’un certain Roÿ, contemporaine des précédentes d’après le style13, constitue un jalon remarquable dans l’évolution de l’image de l’orant vers le type stéléphore puisqu’on y observe l’apparition d’une réserve de pierre, non plus entre les avant-bras et le torse, mais entre les deux avant-bras, ce qui donne l’impression qu’elle est posée sur le haut des cuisses avec une forte inclinaison vers l’avant. Cette réserve a reçu l’inscription d’une formule d’offrandes en une colonne unique qui se poursuit sur l’axe du pagne. La plaque dorsale, en revanche14, montre un petit hymne solaire en trois colonnes de hiéroglyphes. Cette plaque, parce qu’elle prend la forme d’une stèle cintrée, support naturel des textes et images sacralisés dans la représentation pharaonique, érige l’hymne en image à part entière même si la disposition en colonnes plutôt qu’en lignes la distingue encore d’une véritable stèle. L’image-attitude et l’image-texte concourent ainsi au même but qui est l’adoration au soleil, même si elles demeurent plastiquement séparées. Les éléments essentiels de la statue stéléphore se trouvent donc en place.

  • 15 Jørgensen, 1998, n° 13, p. 60-61. Diorite, H. 23 cm.

7L’intégration de ces deux éléments constitutifs de l’adoration (image-attitude et image-texte) est presque faite, sous une forme encore sommaire, dans la statuette fragmentaire Ny Carlsberg AEIN 66715. En effet, sur la réserve qui joint les avant-bras se détache en bas-relief la forme d’une stèle cintrée. Les trois lignes subsistantes livrent une adoration au soleil du matin sous sa forme d’Amon-Rê-Horakhty, soit une synthèse entre le dieu seigneur de Karnak et le dieu soleil universel. L’image-texte demeure certes distincte de l’image-attitude, puisqu’elle est inscrite sur une stèle identifiée comme telle, mais elle se confond presque avec elle par son emplacement.

  • 16 Statuette similaire au Caire, bien que la stèle-réserve y soit inclinée vers l’arrière (inv. JE 421 (...)
  • 17 Adoration de Rê lorsqu’il se lève…

8La statuette de Neferrenpet conservée au Louvre (fig. 2 a et b) est à mi-chemin entre la stèle et la réserve de pierre. De la première, elle adopte le sommet cintré et la disposition du texte en lignes, mais de la seconde, elle conserve l’aspect bombé du revers, le fait d’être posée sur le haut des cuisses et l’inclinaison vers l’avant, bien que cette inclinaison soit déjà moins marquée que sur la statuette de Roÿ. En outre, les mains de Neferrenpet passent devant la stèle-réserve avec la paume tournée vers l’extérieur, ce qui revient à en nier la valeur matérielle : tout se passe comme si elle était dépourvue de masse et de poids16. En conséquence, elle n’a d’autre valeur que de support sacralisé pour une image-texte, en symbiose avec l’image-attitude des bras levés, l’association des deux images constituant ce hiéroglyphe unique de l’adoration que devient alors la statue stéléphore. La fusion de l’image-texte et de l’image-attitude est désormais accomplie. Fragile équilibre toutefois puisqu’on relève dans l’hymne de Neferrenpet un élément nouveau : le texte, après le salut au soleil levant17, débouche sur une salutation à Amon et Osiris sans rapport direct avec la vocation solaire de la statue stéléphore. Voilà qui porte en germe la dissociation à venir de notre hiéroglyphe en trois dimensions.

3. Du hiéroglyphe unique à la dissociation de ses constituants

9Une telle dissociation se décèle par l’importance croissante accordée à la stèle qui, de plus en plus, tendit à devenir un objet en tant que tel, dans une perspective désormais presqu’aussi concrète et visuelle qu’aspective et hiéroglyphique.

  • 18 Strudwick, 2006, p. 166-167. Inv. EA 480, quartzite rouge, H. 56 cm.
  • 19 Structure identique pour la statue Caire JE 34583 avec la stèle inclinée en arrière qui est placée (...)

10On le voit bien sur la statuette d’Aménemhat à Berlin (fig. 3 a et b) dont la stèle, légèrement inclinée vers l’arrière comme il convient à l’évocation d’un objet réel dont on retient le poids contre soi, reproduit de manière quasi-archéologique la typologie d’une stèle contemporaine dans ses composantes morphologiques et iconographiques. Mais elle demeure posée sur les genoux. La dissociation des deux images franchit une étape supplémentaire avec la statue d’Amenouahsou au British Museum18. Un peu plus récente que les précédentes (vers les règnes d’Aménophis II et de Thoutmosis IV, fin xve – début xive siècle av. J.-C.), ses mains sont placées par-dessus la stèle et disposent d’une réserve de pierre propre, indépendante de celle-ci. La stèle, beaucoup plus inclinée vers l’arrière que la précédente, est désormais placée devant les genoux et non plus sur les cuisses, ce qui parachève la dissociation entre les deux anciens constituants du hiéroglyphe. Les cinq lignes dévolues à l’énoncé des titres du personnage (contre deux seulement pour l’hymne solaire) conjuguées à la nature prestigieuse du matériau, le quartzite, font de ce monument un manifeste social bien plus qu’une expression de la mystique solaire19.

  • 20 Statuette d’Amenhotep, Ny Carlsberg Glyptotek inv. AEIN 49. Calcaire peint, H. 32 cm (Jørgensen, 19 (...)
  • 21 Finneiser, 1991, n° 61, p. 97.
  • 22 Musée de Picardie, inv. M. P. 3053.60, calcaire, H. 34,4 cm : Perdu, Rickal, 1994, n° 6, p. 20-21.
  • 23 Scott III, 1992, n° 45, p. 82-84. Calcaire, H. 35 cm.
  • 24 On appelle pseudo-groupes les statues qui montrent un même personnage représenté de manière identiq (...)

11Tout naturellement, et parce qu’elle est devenue objet à part entière, un vecteur de prestige pour le dédicant, la stèle subit une tendance à l’hypertrophie : le propriétaire d’une statue stéléphore de Copenhague, datable du règne d’Aménophis II environ (fin du xve siècle av. J.-C.), se trouve quasiment coincé entre deux hautes stèles20. Celle de Saïset21 (fig. 4 a et b), qui lui arrive presque au menton, bien distincte à l’arrière de sa réserve de pierre, est aussi large que la base de la statue avec laquelle elle forme un angle droit. Mieux encore, la stèle de la statue de Mâhou au musée d’Amiens22, plus tardive certes (début de la xixe dynastie, xiiie siècle av. J.-C.), déborde en largeur la base du monument. Elle comporte une iconographie développée : le cintre, qui occupe à lui tout seul un tiers de sa hauteur totale, présente une scène solaire complexe avec un texte en colonnes verticales évoquant une paroi de temple. Deux petits exemplaires ramessides poussent cette logique encore plus loin : la statuette de Sennedjem23, toujours à la xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.), montre ce personnage sous forme de deux rondes-bosses accolées, tel un avatar surprenant et rarissime des pseudo-groupes de l’Ancien Empire24, en train de prier derrière une dalle rectangulaire. Celle-ci présente, au cintre, une image de la barque solaire et, en dessous, l’hymne à nouveau disposé en colonnes. Là encore, la stèle se transforme en reproduction de paroi murale, procédé qui permet, par association hiéroglyphique, de rattacher la statue à un sanctuaire. Le groupe de Didi et Pendouaou au Louvre (fig. 5 a et b) reprend le principe d’une dalle rectangulaire commune à deux personnages, distincts cette fois, avec une disposition traditionnelle en lignes.

  • 25 Inv. 88906 : Vandier, 1958, pl. CLIX, 4. Grès, H. 42 cm. Elle appartient pourtant à la typologie pr (...)

12La dissociation entre la stèle promue au rang d’objet de prestige et l’homme derrière elle accompagne une évolution parallèle : l’image du dédicant pourra perdre sa fonction d’adorateur du soleil pour acquérir celle du courtisan en attente de bénéfice, l’attitude de l’attente respectueuse se substituant à celle de l’adoration (cf. n. 3). Une telle évolution est sous-tendue par l’intrusion de textes et d’iconographie de nature différente, cela dès le règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.), pendant que se poursuit la typologie classique que nous venons d’examiner. L’un des premiers exemples de texte non-solaire se trouve sur la statue du scribe et intendant d’Amon Amenhotep, au Field Museum de Chicago25 puisqu’elle comporte un hymne à Amon dépourvu de toute référence au soleil.

  • 26 Delvaux, 2000, p. 85-93.

13Etape finale de cette dissociation, le texte pourra ne presque plus comporter d’élément d’adoration. Ainsi la statue d’Aménemhat-Sourer sculptée en diorite, l’une de ces magnifiques pierres dures des textes égyptiens qui occupaient le sommet de la hiérarchie des valeurs dans ce domaine26 (fig. 6 a et b). De fait, le dédicant n’a plus les mains levées en adoration mais posées sur la tranche, soit une transcription en trois dimensions de la posture de l’attente respectueuse. Et pour cause, la stèle donne à voir une iconographie de temple avec le pharaon Aménophis III en train d’offrir les vases à vin au dieu Amon-Rê de Karnak. Le texte lui-même, après s’être étendu sur les titres officiels du personnage, énonce un petit hymne qui mérite d’être cité : Salut à toi Amon-Rê seigneur du ciel, seigneur de la terre, roi des Deux Terres qui es à la tête des dieux, daigne accorder le temps de vie de Rê et son trône sur terre au roi de Haute et Basse Egypte Nebmaâtrê doué de vie, daigne accorder de très nombreuses fêtes de jubilé au fils de Rê Aménophis, souverain de Thèbes comme Rê. On le voit, ceci ne traduit rien d’autre que la proclamation de fidélité d’un courtisan aguerri. L’iconographie de temple reproduite dans le cintre, grâce à la performativité de l’image, assure au monument la permanence d’un environnement de temple et des offrandes qui en découlent. Le lien avec les statues stéléphores se réduit à une filiation strictement formelle, bien loin du sens initial. On observe le même phénomène un peu plus tard sur l’effigie du vizir Paser au Louvre (fig. 7 a et b) : même matériau de luxe, même attitude de l’attente respectueuse, décor de la stèle uniquement composé de la figuration de divinités de temple. Le texte, très réduit par rapport à l’image, ne comporte que les noms et titres de Paser sans plus aucune trace de prière.

4. Conclusion

  • 27 Elles sont alors très rares et copient les modèles anciens dans la perspective archaïsante qui cara (...)
  • 28 C’est exactement le même principe qui, d’une manière générale, a conduit les commanditaires à faire (...)
  • 29 Fischer cite ainsi le cas extraordinaire, et unique, d’une stèle ramesside à Osiris surmontée de de (...)

14Au premier millénaire, les statues stéléphores disparaissent presque complètement27 et celles que l’on trouve encore ne subissent plus aucune évolution conceptuelle. Il est tout à fait remarquable de voir combien cette typologie, dont la durée de vie fut courte à l’échelle égyptienne (à peine plus de deux siècles), s’est si rapidement vidée de sa substance initiale : la stèle, issue d’une simple réserve de pierre, devenue ensuite image-texte constitutive du hiéroglyphe plastique de l’adoration au soleil, termine sa carrière comme un objet à part entière, dans la perspective visuelle qui est celle du courtisan en quête de distinction honorifique. Et dans le même temps, lorsque son décor le permettait, elle installait la statue dans un sanctuaire et lui en assurait ainsi le service d’offrandes, même et surtout si elle a été conçue pour une tombe, afin de toujours conserver le lien du courtisan avec la divinité de sa ville28. Une telle évolution ne s’est pas accomplie de manière strictement linéaire, plusieurs étapes se développent au contraire de manière concomitante, surtout à l’époque de formation de la typologie sous Hatchepsout et Thoutmosis III, pour laquelle nous serions bien en peine de dater les statues à la décennie près, mais également à l’époque ramesside29. Malgré tout, le mouvement général n’en demeure pas moins clair, de la mystique solaire vers un support d’expression beaucoup plus large, au service de fonctionnaires de second ordre à l’origine pour atteindre ensuite les plus grands serviteurs de la monarchie égyptienne. Voilà comment une même forme se trouve investie de sens différent suivant l’évolution de la société qui l’a produite.

Fig. 1a. Statuette d’orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.‑C.).

Fig. 1a. Statuette d’orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.‑C.).

Musée du Louvre, inv. N 845. Calcaire peint. H. 26,2 cm. a : face ; b : profil gauche.

© Christian Décamps/musée du Louvre.

Fig. 1b. Statuette d’orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.‑C.).

Fig. 1b. Statuette d’orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.‑C.).

Musée du Louvre, inv. N 845. Calcaire peint. H. 26,2 cm. a : face ; b : profil gauche.

© Christian Décamps/musée du Louvre.

Fig. 2a. Statuette de Neferrenpet en orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.).

Fig. 2a. Statuette de Neferrenpet en orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.).

Musée du Louvre, inv. A 79. Grès peint. H. 39,5 cm. a : face ; b : trois-quarts avant droit.

© Christian Décamps/musée du Louvre.

Fig. 2b. Statuette de Neferrenpet en orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.).

Fig. 2b. Statuette de Neferrenpet en orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.).

Musée du Louvre, inv. A 79. Grès peint. H. 39,5 cm. a : face ; b : trois-quarts avant droit.

© Christian Décamps/musée du Louvre.

Fig. 3a. Statuette stéléphore d’Amenemhat, xviiie dynastie (milieu du xve siècle av. J.-C.).

Fig. 3a. Statuette stéléphore d’Amenemhat, xviiie dynastie (milieu du xve siècle av. J.-C.).

Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2316. Calcaire peint. H. 34,5 cm. a : face ; b : profil droit.

© Dominique Farout.

Fig. 3b. Statuette stéléphore d’Amenemhat, xviiie dynastie (milieu du xve siècle av. J.-C.).

Fig. 3b. Statuette stéléphore d’Amenemhat, xviiie dynastie (milieu du xve siècle av. J.-C.).

Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2316. Calcaire peint. H. 34,5 cm. a : face ; b : profil droit.

© Dominique Farout.

Fig. 4a. Statuette stéléphore de Saïset, xviiie dynastie (fin du xve siècle av. J.-C.).

Fig. 4a. Statuette stéléphore de Saïset, xviiie dynastie (fin du xve siècle av. J.-C.).

Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2314. Calcaire peint. H. 29 cm. a : face ; b : profil gauche.

© Dominique Farout.

Fig. 4b. Statuette stéléphore de Saïset, xviiie dynastie (fin du xve siècle av. J.-C.).

Fig. 4b. Statuette stéléphore de Saïset, xviiie dynastie (fin du xve siècle av. J.-C.).

Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2314. Calcaire peint. H. 29 cm. a : face ; b : profil gauche.

© Dominique Farout.

Fig. 5a. Petit groupe stéléphore des maîtres-charpentiers Didi et Pendouaou, xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).

Fig. 5a. Petit groupe stéléphore des maîtres-charpentiers Didi et Pendouaou, xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).

Musée du Louvre, inv. A 63. Calcaire peint. H. 31 cm. a : face ; b : profil gauche.

Christian Décamps/musée du Louvre.

Fig. 5b. Petit groupe stéléphore des maîtres-charpentiers Didi et Pendouaou, xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).

Fig. 5b. Petit groupe stéléphore des maîtres-charpentiers Didi et Pendouaou, xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).

Musée du Louvre, inv. A 63. Calcaire peint. H. 31 cm. a : face ; b : profil gauche.

Christian Décamps/musée du Louvre.

Fig. 6a. Statue stéléphore d’Aménemhat-Sourer, xviiie dynastie, règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.).

Fig. 6a. Statue stéléphore d’Aménemhat-Sourer, xviiie dynastie, règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.).

Paris, musée du Louvre, inv. A 50. Diorite, H. 41,9 cm. a : face ; b : trois-quarts avant gauche.

© Georges Poncet/musée du Louvre.

Fig. 6b. Statue stéléphore d’Aménemhat-Sourer, xviiie dynastie, règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.).

Fig. 6b. Statue stéléphore d’Aménemhat-Sourer, xviiie dynastie, règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.).

Paris, musée du Louvre, inv. A 50. Diorite, H. 41,9 cm. a : face ; b : trois-quarts avant gauche.

© Georges Poncet/musée du Louvre.

Fig. 7a. Statue stéléphore du vizir Paser, xixe dynastie, règne de Ramsès II (milieu du xiiie siècle av. J.-C.).

Fig. 7a. Statue stéléphore du vizir Paser, xixe dynastie, règne de Ramsès II (milieu du xiiie siècle av. J.-C.).

Paris musée du Louvre, inv. E 25 980. Diorite, H. 32,5 cm. a : face ; b : trois-quarts arrière droit.

© Georges Poncet/musée du Louvre.

Fig. 7b. Statue stéléphore du vizir Paser, xixe dynastie, règne de Ramsès II (milieu du xiiie siècle av. J.-C.).

Fig. 7b. Statue stéléphore du vizir Paser, xixe dynastie, règne de Ramsès II (milieu du xiiie siècle av. J.-C.).

Paris musée du Louvre, inv. E 25 980. Diorite, H. 32,5 cm. a : face ; b : trois-quarts arrière droit.

© Georges Poncet/musée du Louvre.

Haut de page

Bibliographie

Berlev, O.D. et Hodjash, S. I., 2004, Sculpture of Ancient Egypt in the Collection of the Pushkine State Museum of Fine Arts, Moscou.

Bothmer, B. von, 2004, Private Sculpture of Dynasty XVIII in Brooklyn, dans M. E. Cody, E. Stanwick et M. Hill (éd.), 2004, Egyptian Art. Selected Writings of Bernard v. Bothmer, Oxford.

Delvaux, L., 2000, Des statues nombreuses en toutes pierres dures. Les sculpteurs, leurs matériaux et leurs clients au début du Nouvel Empire, dans Chr. Karlshausen (éd.), Pierres égyptiennes… Chefs-d’œuvre pour l’Eternité, Mons.

Finneiser, Kl., 1991, Figur des Si-Ese mit Stele, dans H. K. Priese (éd.), Museumsinsel Berlin. Ägyptisches Museum, Mayence.

Fischer, H. G., 1986, L’écriture et l’art de l’Egypte ancienne. Quatre leçons sur la paléographie et l’épigraphie pharaoniques, Paris.

Gardiner, A. H. 1920, Another Statue of a Man named Roy as worshipper of the Sun-God, Journal of Egyptian Archaeology 6, Londres.

Hornemann, B. 1957, Types of Ancient Egyptian Statuary, III, Copenhague.

Hornung, H., 1999, The Ancient Egyptian Books of the Afterlife, Ithaca & Londres.

Jørgensen, M. 1998, A Man Worshipping the Sun-God, Catalogue Egypt II (1550-1080 B.C.), Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague.

Legrain, G., 1894, Collection H. Hoffmann. Catalogue des Antiquités égyptiennes, Paris.

Perdu, O. et Rickal, E., 1994, La collection égyptienne du musée de Picardie, Amiens.

Priese, K. H., 1987, Statuette des Obersandalenmachers Cheruiri, dans A. Eggebrecht (éd.), Ägyptens Aufstieg zur Weltmacht, Hildesheim.

Roeder, G., 1956, Ägyptische Bronzefiguren, Berlin.

Schlgöl, H. 1978, Le don du Nil. Art égyptien dans les collections suisses, Bâle.

Scott III, G. D., 1992, Temple, Tomb and Dwelling: Egyptian Antiquities from the Harer Family Trust Collection, San Bernardino.

Strudwick, N., 2006, The British Museum. Masterpieces of Ancient Egypt, Londres.

Vandier, J., 1958, Manuel d’archéologie égyptienne. III, La statuaire, Paris.

Zauzich, K.-Th., 1980, Ein seltener Typ ägyptischer Plastik, Göttinger Miszellen 38, Göttingen.

Haut de page

Notes

1 Fischer, 1986, et l’article de D. Farout dans le présent ouvrage.

2 Vandier, 1958, p. 471-474.

3 A distinguer de l’attitude de la prière et de l’attente respectueuse où les bras tombent devant soi, paumes tournées vers l’arrière.

4 Voir à ce sujet le livre ancien, mais jamais remplacé, de Roeder, 1956.

5 Je dis bien « l’homme » car, en ronde-bosse, aucune femme ne se prête à l’exercice.

6 Ménager dans la masse une réserve de matière n’obéit pas à un impératif technique fondamental puisqu’à l’Ancien Empire, sous les ive et ve dynasties, donc au début de l’art égyptien, les sculpteurs n’hésitent pas à complètement dégager les membres supérieurs du corps, même pour les statues de pierre (cf. par exemple le fameux « scribe accroupi » du Louvre, inv. E 3023).

7 On observe exactement la même posture sur une statuette en pierre d’Akhénaton, l’adorateur du soleil par excellence (Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 21637 : Vandier, 1958, pl. CXIV, 1), puis sur les figures en haut relief des niches encastrées dans les pyramidions de tombes thébaines dites « stèles lucarnes ».

8 Autre exemple, de la fin de la xviiie dynastie (début du xiiie siècle av. J.-C.), avec la statuette de Mahoui debout, dans l’ancienne collection Hoffmann. Calcaire, H. 28 cm (Legrain, 1894, n° 38, p. 14-15 et pl. VII).

9 Bothmer, 2004, p. 174-175, fig. 11.9-11.12. Calcaire, H. 31,9 cm.

10 Rappelons que la nuit, l’un des deux segments de l’éternité selon la pensée pharaonique (le djet, par opposition à l’éternité diurne neheh), inspirait la plus grande angoisse aux Egyptiens, inquiets de ce que le soleil ne reparaisse plus le matin. D’où la conception des recueils cosmiques destinés à prémunir l’humanité de cette fâcheuse perspective (Hornung, 1999).

11 Bas de statuette agenouillée comportant aussi le texte de l’adoration sur le pagne (Zauzich, 1980, p. 79-83).

12 Statuette de Kherouiri, Berlin Ägyptisches Museum 9571, calcaire H. 24 (Priese, 1987, n° 11, p. 111).

13 Gardiner, 1920, p. 212-213, pl. XXII.

14 La plaque dorsale est une forme développée de l’appui dorsal (ou pilier dorsal), cet élément vertical attenant au dos de la statue qui est une particularité purement pharaonique. Il transcrit en trois dimensions le fond sur lequel se détachent le signe et l’image hiéroglyphiques inscrits dont, en dernier ressort, procède toute image égyptienne.

15 Jørgensen, 1998, n° 13, p. 60-61. Diorite, H. 23 cm.

16 Statuette similaire au Caire, bien que la stèle-réserve y soit inclinée vers l’arrière (inv. JE 42120, Hornemann, 1957, fiche n° 631). Deux autres exemplaires, de même structure, conservent cependant une disposition des inscriptions en colonnes ce qui les rattache davantage à la réserve de pierre : l’une, d’Amenhotep, (Schlögl, 1978, n° 180, p. 56-57. Grès, H. 43,5), l’autre de Tétires au musée Pouchkine de Moscou (inv. I.1.a.1963 [1068] : Berlev, Hodjash, 2004, n° 41, p. 140-143). La statue de Tétiti du Royal Museum of Scotland d’Edimbourg (inv. 1885.137) présente la particularité, déjà, d’avoir les mains derrière la stèle-réserve, laquelle est également gravée de trois colonnes de hiéroglyphes (Vandier, 1958, pl. CLX, 6). Signalons enfin le cas très curieux de la statuette du British Museum inv. EA 1735 dont les deux avant-bras sont joints par une réserve de pierre partielle (le ventre est laissé libre) qui donne le début d’un hymne dont l’essentiel est développé sur le pagne (Fischer, 1986, p. 137 n. 57 et pl. 33).

17 Adoration de Rê lorsqu’il se lève…

18 Strudwick, 2006, p. 166-167. Inv. EA 480, quartzite rouge, H. 56 cm.

19 Structure identique pour la statue Caire JE 34583 avec la stèle inclinée en arrière qui est placée devant les genoux, les mains levées en retrait, et surtout la légende Adorer le soleil inscrite sur la réserve propre aux mains indépendamment de la stèle : la dissociation entre l’image-attitude et l’image-stèle devient ici absolue (Hornemann, 1957, fiche n° 630. Grès, H. 45 cm).

20 Statuette d’Amenhotep, Ny Carlsberg Glyptotek inv. AEIN 49. Calcaire peint, H. 32 cm (Jørgensen, 1998, p. 62-65). Elle comporte un appui dorsal en forme de stèle plus important que la stèle proprement dite. Celle-ci est parfaitement distincte de la réserve qui la rattache au torse du personnage.

21 Finneiser, 1991, n° 61, p. 97.

22 Musée de Picardie, inv. M. P. 3053.60, calcaire, H. 34,4 cm : Perdu, Rickal, 1994, n° 6, p. 20-21.

23 Scott III, 1992, n° 45, p. 82-84. Calcaire, H. 35 cm.

24 On appelle pseudo-groupes les statues qui montrent un même personnage représenté de manière identique deux fois, voire trois fois : la démultiplication de l’image-hiéroglyphe est supposée en augmenter l’efficience. Une telle coutume n’est pratiquement plus attestée après l’Ancien Empire.

25 Inv. 88906 : Vandier, 1958, pl. CLIX, 4. Grès, H. 42 cm. Elle appartient pourtant à la typologie précoce avec la stèle posée sur les cuisses.

26 Delvaux, 2000, p. 85-93.

27 Elles sont alors très rares et copient les modèles anciens dans la perspective archaïsante qui caractérise une bonne part des créations plastiques de cette période.

28 C’est exactement le même principe qui, d’une manière générale, a conduit les commanditaires à faire graver leurs statues de scènes de temples, notamment les statues-cubes dont les surfaces lisses se prêtaient tout particulièrement à cet usage.

29 Fischer cite ainsi le cas extraordinaire, et unique, d’une stèle ramesside à Osiris surmontée de deux bras encadrant une tête (Caire J. 87231), comme une sorte d’orant-stèle, qui témoigne d’une intégration plastique maximale de l’image et du texte (Fischer, 1986, p. 137 n. 58, et pl. 34).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a. Statuette d’orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.‑C.).
Légende Musée du Louvre, inv. N 845. Calcaire peint. H. 26,2 cm. a : face ; b : profil gauche.
Crédits © Christian Décamps/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 1b. Statuette d’orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.‑C.).
Légende Musée du Louvre, inv. N 845. Calcaire peint. H. 26,2 cm. a : face ; b : profil gauche.
Crédits © Christian Décamps/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 2a. Statuette de Neferrenpet en orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.).
Légende Musée du Louvre, inv. A 79. Grès peint. H. 39,5 cm. a : face ; b : trois-quarts avant droit.
Crédits © Christian Décamps/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 2b. Statuette de Neferrenpet en orant, xviiie dynastie (première moitié du xve siècle av. J.-C.).
Légende Musée du Louvre, inv. A 79. Grès peint. H. 39,5 cm. a : face ; b : trois-quarts avant droit.
Crédits © Christian Décamps/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 3a. Statuette stéléphore d’Amenemhat, xviiie dynastie (milieu du xve siècle av. J.-C.).
Légende Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2316. Calcaire peint. H. 34,5 cm. a : face ; b : profil droit.
Crédits © Dominique Farout.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3b. Statuette stéléphore d’Amenemhat, xviiie dynastie (milieu du xve siècle av. J.-C.).
Légende Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2316. Calcaire peint. H. 34,5 cm. a : face ; b : profil droit.
Crédits © Dominique Farout.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 4a. Statuette stéléphore de Saïset, xviiie dynastie (fin du xve siècle av. J.-C.).
Légende Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2314. Calcaire peint. H. 29 cm. a : face ; b : profil gauche.
Crédits © Dominique Farout.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-7.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 4b. Statuette stéléphore de Saïset, xviiie dynastie (fin du xve siècle av. J.-C.).
Légende Berlin, Ägyptisches Museum, inv. 2314. Calcaire peint. H. 29 cm. a : face ; b : profil gauche.
Crédits © Dominique Farout.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5a. Petit groupe stéléphore des maîtres-charpentiers Didi et Pendouaou, xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).
Légende Musée du Louvre, inv. A 63. Calcaire peint. H. 31 cm. a : face ; b : profil gauche.
Crédits Christian Décamps/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-9.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 5b. Petit groupe stéléphore des maîtres-charpentiers Didi et Pendouaou, xixe dynastie (xiiie siècle av. J.-C.).
Légende Musée du Louvre, inv. A 63. Calcaire peint. H. 31 cm. a : face ; b : profil gauche.
Crédits Christian Décamps/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-10.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 6a. Statue stéléphore d’Aménemhat-Sourer, xviiie dynastie, règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.).
Légende Paris, musée du Louvre, inv. A 50. Diorite, H. 41,9 cm. a : face ; b : trois-quarts avant gauche.
Crédits © Georges Poncet/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-11.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 6b. Statue stéléphore d’Aménemhat-Sourer, xviiie dynastie, règne d’Aménophis III (première moitié du xive siècle av. J.-C.).
Légende Paris, musée du Louvre, inv. A 50. Diorite, H. 41,9 cm. a : face ; b : trois-quarts avant gauche.
Crédits © Georges Poncet/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-12.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 7a. Statue stéléphore du vizir Paser, xixe dynastie, règne de Ramsès II (milieu du xiiie siècle av. J.-C.).
Légende Paris musée du Louvre, inv. E 25 980. Diorite, H. 32,5 cm. a : face ; b : trois-quarts arrière droit.
Crédits © Georges Poncet/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-13.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 7b. Statue stéléphore du vizir Paser, xixe dynastie, règne de Ramsès II (milieu du xiiie siècle av. J.-C.).
Légende Paris musée du Louvre, inv. E 25 980. Diorite, H. 32,5 cm. a : face ; b : trois-quarts arrière droit.
Crédits © Georges Poncet/musée du Louvre.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1338/img-14.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Barbotin, « Un cas égyptien de texte constitutif de l’image : les statues stéléphores », Pallas, 93 | 2013, 53-66.

Référence électronique

Christophe Barbotin, « Un cas égyptien de texte constitutif de l’image : les statues stéléphores », Pallas [En ligne], 93 | 2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/1338 ; DOI : 10.4000/pallas.1338

Haut de page

Auteur

Christophe Barbotin

Conservateur en chef au département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre
christophe.barbotin@louvre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org