Navigation – Plan du site
3. Le texte, l’image et le monde

Le visage du pouvoir : les souverains hellénistiques entre texte et image

The Face of Power: the Hellenistic Kings between Text and Image
Estelle Galbois
p. 111-129

Résumés

Le portrait royal à l’époque hellénistique est à la fois l’image d’un individu et la représentation d’une idéologie. Je propose de montrer dans cette contribution, en convoquant sources littéraires et documents iconographiques, comment se construit le portrait du prince à cette époque. Pour ce faire, deux types iconographiques, largement adoptés pour figurer le souverain, celui du roi conquérant « Nikator » et celui du roi « Tryphon », seront étudiés. Ces deux types iconographiques nous permettront de nous interroger sur l’expression du pouvoir dans le monde hellénistique. Dans les textes, comme dans les images, le portrait du monarque, bien que ressemblant, est extrêmement codifié.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Clarysse, 2000, p. 29-53 ; Savalli-Lestrade, 2003, p. 28-31 ; Capdetrey, 2007, p. 374-383 ; Galbois (...)
  • 2 On peut citer à titre d’exemple les offrandes à leur effigie effectuées par les rois dans les sanct (...)
  • 3 Galbois, sous presse.
  • 4 Sur ce point, voir notamment Queyrel, 2003, p. 29 et Queyrel 2012a, p. 82-86.

1Les rois, à l’époque hellénistique, se doivent d’être partout, présents en chaque point de leur royaume pour affirmer leur autorité. Les souverains, lorsqu’ils ne sont pas occupés à faire la guerre, ne restent pas confinés dans leurs luxueuses résidences palatiales et se déplacent, avec des membres de la famille royale ou de la cour, pour des voyages à but administratif, militaire ou cérémonial1. Ces visites, faisant l’objet de mises en scène étudiées, avaient un certain retentissement auprès des sujets qui avaient là l’opportunité de voir de leurs yeux leur maître. Mais les princes, présentés comme des dieux mortels, n’étaient hélas pas doués du don d’ubiquité, défaillance inhérente à leur condition humaine. Il fût donc nécessaire d’élaborer des stratagèmes pour assurer la visibilité du roi en tout lieu. La parole royale se répand au moyen des ordonnances et des lettres rédigées par les chancelleries des différentes dynasties, tandis que les effigies du prince se multiplient à l’échelle du royaume et même au-delà2. Les portraits sont de nature variée et ne répondent pas tous aux mêmes fonctions3. On connaît bien sûr les effigies monétaires, largement diffusées, et les portraits glyptiques – les portraits à usage décoratif sont en général peu étudiés. Les portraits sculptés peuvent être interprétés comme des statues de culte ou des statues honorifiques4.

2L’image royale, véritable substitut de la personne du roi, est une forme visuelle et individualisée qui représente un homme, un roi en particulier. Cependant, le portrait ne saurait se résumer à une représentation fidèle. Si les effigies royales reprennent des traits physionomiques du monarque pour permettre son identification, elles portent aussi la marque de conventions qui dénotent la qualité royale. Dès lors, l’image royale est à la fois l’image d’un individu et l’incarnation d’une idéologie royale. Je propose de montrer dans cette étude, en convoquant sources littéraires et documents iconographiques, comment se construit l’image du roi à l’époque hellénistique. Pour ce faire, deux types iconographiques, largement adoptés pour figurer le prince, celui du roi conquérant et celui du roi « Tryphon », retiendront tout particulièrement notre attention. Ces deux types iconographiques nous permettront d’interroger l’expression du pouvoir dans le monde hellénistique.

1. Que savons-nous des traits du souverain ? L’apport des sources littéraires

  • 5 Musgrave, Prag, 2011, p. 127-130.
  • 6 On signalera par exemple l’identification récente et médiatisée de la tête momifiée d’Henri IV qui (...)

3Évoquer les traits physionomiques des souverains hellénistiques relève de la gageure, car nous ne pouvons pas comparer les portraits avec les modèles en chair et en os. Nous ne disposons pas non plus de témoignages directs décrivant les traits personnels des rois : pas de chroniques, de notes de voyageurs, de lettres et de mémoires de courtisans qui nous donneraient la possibilité de connaître le visage du monarque tout au long de son existence. En outre, il n’y a pas d’élément qui nous permette de comprendre la physionomie du roi : pas de restes osseux5 ni de momies6. Nous ne pouvons donc nous fier qu’aux portraits qui nous sont parvenus, lesquels posent des problèmes d’identification, comme l’indique la littérature abondante afférente à certaines effigies. Enfin, il faut tenir compte du contexte de production du portrait étudié : un portrait posthume n’a pas été conçu dans les mêmes conditions et avec la même intention qu’un portrait façonné du vivant du roi. Mais, commençons par évoquer les sources littéraires qui mentionnent les caractéristiques physionomiques des dynastes.

1. 1. Les traits physionomiques des souverains dans les Vies parallèles de Plutarque

  • 7 Sur la méthode et les sources de Plutarque, se référer aux ouvrages de Françoise Frazier. Plutarque (...)
  • 8 Voir aussi les remarques de Wattel de Croizant, 2009, p. 43-59.

4Bien que peu nombreuses, des sources littéraires signalent de manière anecdotique les caractéristiques physionomiques des rois. Ces notations sont relativement simples, souvent lapidaires, conventionnelles et n’offrent pas de portraits complets : il est par conséquent impossible de reconstituer, d’après ces données, une image précise des princes évoqués. Nous mentionnerons ici, sans prétendre à l’exhaustivité, les traits personnels de souverains tels qu’ils sont rapportés par Plutarque dans ses Vies Parallèles, lesquelles fournissent quelques indices concernant l’apparence des princes. La nature de ces informations prête à discussion : a-t-on affaire à des témoignages directs qui auraient été rapportés, puis transmis avec de probables modifications dans la tradition littéraire, à des descriptions établies à partir de portraits royaux ou bien à des représentations issues de l’imaginaire collectif ? Quel crédit pouvons-nous accorder à ces mentions ?7 Ces remarques peuvent également être formulées pour les descriptions des empereurs romains dans la Vie des douze Césars de Suétone8.

  • 9 Plutarque, Vies parallèles, Alexandre, IV, 1-3.
  • 10 Sur les portraits d’Alexandre voir Stewart 1993 et Cheshire 2009. Voir par exemple la notice de M. (...)
  • 11 Rolley, 1999, p. 270, fig. 274. Vers 340 av. J.-C.
  • 12 Ibid., p. 327, fig. 336-337. Entre 336 et 332 av. J.-C.
  • 13 Queyrel 2012b, p. 51-52.
  • 14 Plutarque, Vies parallèles, Antoine, IV, 1-2. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la d (...)

5La description la plus illustre est sans conteste celle d’Alexandre le Grand (336-323). Selon Plutarque, le fils de Philippe II et d’Olympias « penchait le cou, en l’inclinant légèrement vers la gauche » et avait un « regard humide ». Son teint blanc « se colorait de pourpre sur la poitrine et au visage »9. Ses cheveux se caractérisaient par l’anastolè, qui désigne en grec ancien sans plus de précision l’« action de relever (sa chevelure) » et que l’on interprète communément comme la double boucle qui surplombe le front du conquérant macédonien. Ces différents éléments sont repris dans l’imagerie d’Alexandre10. Plutarque fait une autre description des traits d’Alexandre dans un texte qui s’intitule Sur la fortune et la valeur d’Alexandre le Grand, 2,2. La description est effectuée à partir d’un portrait du Macédonien sculpté par Lysippe. Outre les caractéristiques physionomiques d’Alexandre déjà signalées, il faut ajouter le caractère « mâle et léonin » du visage d’Alexandre. Plutarque se focalise ici sur des points anatomiques précis, qui devaient retenir l’attention du spectateur. Dans le même temps le portrait d’Alexandre ainsi esquissé est générique, en ce sens qu’il fait écho aux codes de représentation usuels à l’époque du conquérant macédonien. La tête tournée de trois quarts et les yeux levés vers le ciel sont des traits marquants de la statuaire du ive s. av. J.-C.. On peut citer à titre d’exemple la fameuse tête d’Héraclès, coiffé de la léontè qui ornait le fronton ouest du temple d’Athéna Aléa, à Tégée11. On peut aussi évoquer une œuvre de Lysippe : la statue d’Agias du monument de Daochos, à Delphes ; Agias a la tête tournée du côté de la jambe libre, ses yeux sont ombrés et sa bouche est entrouverte12. Comme le rappelle Fr. Queyrel dans une étude récente consacrée à l’Alexandre d’Agde, « (…) cette imprécision (…) est constitutive de l’image d’Alexandre : c’est l’imaginaire qui est sollicité sur la base d’histoires qui versent dans la légende. On pourrait supposer que cette légende d’Alexandre est une invention tardive et qu’il est normal que Plutarque, cinq siècles après la vie de son héros, n’ait plus à sa disposition que des bribes de témoignages contemporains reflétant une réalité qui était celle de l’Empire romain. Alexandre résume en effet à l’époque impériale les qualités du héros et du général par excellence. »13. Il convient également de signaler, dans les textes, l’association fréquente entre le portrait des rois ou des grands acteurs de la scène politique, et l’imagerie divine ou héroïque. Cette association est par exemple attestée, toujours chez Plutarque, dans la description physique d’Antoine : « À cela s’ajoutait son allure pleine de noblesse : sa barbe majestueuse, son large front et son nez aquilin lui donnaient un aspect viril qui rappelait le visage d’Héraclès, tel que le représentent les peintres et les sculpteurs. Il existait d’ailleurs une tradition ancienne selon laquelle les Antonii étaient des Héraclides, issus d’Anton, fils d’Héraclès »14. On a manifestement affaire à un topos.

  • 15 Plutarque, Vies parallèles, Antoine, XXVII, 3. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la (...)

6Par ailleurs, l’évocation de personnages de premier plan n’entraîne pas systématiquement la description de ces derniers. Tel est le cas de Cléopâtre VII (51-30), dont on ne sait finalement rien si ce n’est : « (…) que sa beauté n’était pas, à elle seule, incomparable ni susceptible de fasciner ceux qui la voyaient, mais sa compagnie avait un charme irrésistible et son apparence, jointe à la séduction de sa conversation et à son caractère qui se répandait, si l’on peut dire, dans toute sa manière d’être, laissait un aiguillon dans les cœurs »15. Plutarque insiste ici sur les réactions du spectateur. On peut supposer que ce silence relatif sur la physionomie de la reine est lié aux préjugés envers elle que l’auteur partage avec ses contemporains. Dans l’esprit des Romains, en effet, l’ascendant de la grande Cléopâtre sur Antoine eut des conséquences désastreuses. Il faut peut-être voir, dans ce portrait de reine sans visage, une sorte de damnatio memoriae. Par ce procédé, l’apparence physique de la souveraine disparaît au profit du portrait strictement moral. Les traits de la dernière reine de la dynastie lagide sont définitivement effacés de la mémoire collective.

  • 16 Se référer également à Tatum, 1996, p. 135-151.
  • 17 Plutarque, Vies parallèles, Démétrios Poliorcète, XIX, 4. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimar (...)
  • 18 Pline, HN, XXXV, 90. Trad. A. Rouveret, La peinture ancienne, Recueil Milliet, Paris, 1985, p. 353, (...)
  • 19 Plutarque, Vies parallèles, Démétrios Poliorcète, II, 2.
  • 20 Ce topos est encore attesté au ve s. apr. J.-C., comme en témoigne la Vie de Proclus, 3, 38 de Mari (...)
  • 21 Tatum, 1996, p. 141.
  • 22 Ibid., p. 141.
  • 23 Plutarque, Vies parallèles, Pyrrhos, III, 6.
  • 24 Cette évocation, qui n’est pas sans rappeler les dentitions simplifiées des personnages de bandes d (...)
  • 25 Smith, 1988, pl. 7, cat. 6. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptothek, inv. IN 578.

7Évoquons à présent quelques mentions relatives à la physionomie des rois, toujours dans les Vies parallèles de Plutarque16. Ces notations concernent la taille des princes, leur corpulence ou une particularité physique. Ainsi, apprend-on que le corps trop imposant et trop lourd d’Antigone le Borgne (306-301), alors âgé de près de 80 ans, « lui rendaient pénibles les déplacements des expéditions »17. Paradoxalement, Plutarque ne dit jamais qu’il était borgne alors que cette caractéristique physionomique marquante est indiquée par Pline l’Ancien : « [Apelle] peignit aussi le portrait du roi Antigonos qui était borgne en usant d’un moyen qu’il imagina le premier pour dissimuler cette difformité : il le fit de profil. Ainsi ce qui manquait à la personne semblait ne manquer qu’à la peinture et il ne montra que le côté qu’il pouvait montrer tout entier »18. Démétrios Poliorcète (306-283) « quoique de grande taille, […] était plus petit que son père [Antigone le Borgne], mais son allure et la beauté de son visage étaient si admirables, tellement hors du commun qu’aucun sculpteur et aucun peintre ne parvint à attraper sa ressemblance. Il était à la fois gracieux et sérieux, intimidant et plein de charme juvénile, et il alliait à la fougue et à la juvénilité de son âge l’éclat inimitable d’un héros et la dignité d’un roi »19. L’auteur insiste bien ici sur la jeunesse éternelle du prince et sur sa beauté hors du commun qui renvoient toutes deux à l’imagerie des dieux et des héros. Nous avons en outre affaire à un topos, celui du roi « qui est si beau » qu’il est impossible pour les artistes de retranscrire fidèlement ses traits20. De plus, Plutarque donne ici une description de la physionomie, non pas réaliste, mais idéale ou idéalisée du souverain hellénistique, conforme à l’idéologie royale en vigueur21. Cet idéal est figé dans les portraits plastiques des rois22. Pyrrhos, roi d’Épire (297-272), « avait dans sa physionomie un air royal qui inspirait plus de crainte encore que de respect. Au lieu d’avoir plusieurs dents, sa mâchoire supérieure ne formait qu’un seul os continu sur lequel les intervalles que l’on voit habituellement entre les dents n’étaient que de légères incisions »23. Cette mention, pour le moins surprenante, ne trouve pas d’écho dans l’imagerie de Pyrrhos, car les dents du souverain ne sont pas visibles sur ses effigies24. Sur le portrait de Copenhague, largement influencé par l’imagerie d’Alexandre le Grand et s’inscrivant dans le droit fil de celle des diadoques, le roi, à la chevelure ébouriffée, se distingue par des yeux profondément logés dans la cavité orbitale, une bouche entrouverte à la lèvre inférieure charnue et un menton rond souligné par un cerne25.

Plutarque semble se concentrer dans ses descriptions, malgré l’insistance sur les traits héroïques, sur l’allure et le visage des rois, en mentionnant un détail physionomique qui les caractérise.

1. 2. Des sobriquets évocateurs

  • 26 Plutarque, Vies parallèles, Coriolan, XI-2. Nous reviendrons plus loin sur les portraits de ce souv (...)
  • 27 Plutarque, Vies parallèles, Coriolan, XI-2.
  • 28 Fleischer, 1991, pl. 45, fig. f.
  • 29 Plutarque, Vies parallèles, Coriolan, XI-6.

8Les Vies de Plutarque font également état de surnoms familiers, peu flatteurs, donnés aux souverains par la « vox populi », en raison d’une qualité morale ou d’une particularité physionomique. C’est le cas, notamment, de Ptolémée VIII Évergète II (170-163 et 145-116) qualifié de « Physkôn », autrement dit de « ventru »26 ou encore d’Antiochos VIII (125-96), surnommé « Grypos », c’est-à-dire qui a le nez « crochu »27. Cette particularité physionomique se retrouve en effet sur les profils monétaires du souverain28. L’usage des sobriquets était également fréquent à la période romaine, comme le rappelle l’auteur : ainsi Sylla (« Couperosé »), Rufus (« Roux »), Claudius (« Boiteux ») sont tour à tour évoqués29.

1. 3. Le portrait moral du souverain hellénistique

  • 30 Polybe, XXI, 3 et XXXI, 29.
  • 31 Polybe, XI, 34.
  • 32 Sur la présence de Démétrios dans la guerre de siège, voir Pimouguet-Pédarros, 2011, chapitre IX, « (...)
  • 33 L’exemple le plus fameux est sans conteste celui de la Bataille d’Alexandre reproduite sur la mosaï (...)

9Les sources s’attardent plus longuement sur les qualités personnelles du souverain, qui sont propres à sa condition et lui assurent sa légitimité. Les textes nous indiquent que plusieurs facteurs permettent de légitimer le pouvoir du prince, comme la victoire à la guerre ou les qualités personnelles du roi. Celui-ci est tout d’abord un guerrier et de surcroît un guerrier vainqueur. Dans son enfance, le prince a reçu une éducation le préparant au combat par sa participation aux chasses royales : ses prouesses cynégétiques étant, selon Polybe, annonciatrices de ses victoires futures30. La majeure partie du règne des souverains est vouée à la conquête. La victoire résulte de deux facteurs indissociables que sont la sollicitude des dieux, qui permet cette victoire, et la valeur personnelle du monarque qui prend part au combat, et elle révèle pour ces raisons la véritable nature royale31. Par sa bravoure, son héroïsme et sa compétence dans le commandement militaire, le roi montre son aptitude à régner aux yeux de tous32. Les succès militaires constituaient donc la principale source de légitimité et d’affirmation de leur autorité. Ces thèmes sont largement repris dans l’iconographie des souverains33.

  • 34 Théocrite, Idylles, XVII, 75-80 ; 95-117 (Ptolémée II Philadelphe) ; Polybe XXXII, 8,5 (Eumène II). (...)
  • 35 Sur la splendeur des palais à l’époque hellénistique, Nielsen, 1994. On se référera également à Thé (...)
  • 36 Tondriau, 1948, p. 49-54.
  • 37 Platon, La République, IX, 590b : « De même pour le luxe et la mollesse, ne les blâme-t-on pas en r (...)
  • 38 Schmitt Pantel, 1992, p. 57 et p. 452-453. Sur l’évocation de la tryphè des peuples, des cités et d (...)
  • 39 Briant, 1996, p. 297-313.
  • 40 On songe évidemment pour les Lagides aux banquets des Ptolemaia, fête instituée en 280 av. J.-C. pa (...)
  • 41 Plusieurs souverains lagides avaient pour titre officiel tryphon. Tondriau 1948, p. 51.
  • 42 Plutarque, Vies parallèles, Cléomène, XXXIII, 2. XXXIV, 2 ; XXXVI, 7, le roi, qualifié de « saltimb (...)
  • 43 Plutarque, Vies parallèles, Cléomène, XXXIII, 2. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous l (...)
  • 44 Strabon, G., XVII, 1, 11 (C 796). Trad. P. Charvet, dans J. Yoyotte, P. Charvet, S. Gomperts, Strab (...)
  • 45 Athénée, Les Deipnosophistes, XII, 549e ; Trad. H. Heinen, Aspects et problèmes de la monarchie pto (...)
  • 46 Justin, Abrégé des Histoires philippiques, XXXVIII, 8, 10. Trad. H. Heinen, Aspects et problèmes de (...)
  • 47 Savalli-Lestrade, 2007, p. 108.
  • 48 J. Yoyotte, dans J. Yoyotte, P. Charvet, S. Gomperts, Strabon : le voyage en Égypte. Un regard roma (...)
  • 49 Carrez-Maratray, 2001, p. 226-231.

10Aristote, dans La Politique, énumère les qualités morales personnelles que doit avoir le souverain, comme la bienveillance, la magnanimité ou encore la philanthropie. Le roi doit également garantir la prospérité de son royaume et de ses sujets. Le thème du roi bienfaiteur, évergète, est tout à fait intéressant puisqu’il trouve un écho dans l’imagerie des souverains, comme nous le verrons plus loin. La notion d’opulence, qui est associée à l’évergésie, signe de la faveur divine, contribue à l’aura du roi capable de générosité envers les dieux, la cour, l’armée, les sujets de son royaume et les cités34. Cette opulence définit le mode de vie qui sied au roi35, c’est-à-dire la tryphè, que l’on traduit généralement, faute de mieux, par « luxe »36 ; elle est rattachée à Dionysos et a de fait une valeur positive. Pourtant, dès l’époque archaïque, introduite dans le cadre du banquet, elle marque le début d’un processus de déclin37. Elle est perçue comme l’une des causes de la ruine de la cité38. À l’époque hellénistique, les textes, notamment ceux d’Athénée, citant des auteurs du ive s. av. J.-C., montrent la démesure de la tryphè royale dans les fastueux banquets organisés par Alexandre le Grand, sans doute influencé par la tryphè du Grand Roi39, et à sa suite les souverains lagides et séleucides40. À l’issue de ces manifestations, il arrivait que les convives repartent chargés de victuailles ou de riches présents. Le souverain, faisant bénéficier de ses richesses à ses hôtes, contribuait par là même à assurer le bien-être de ces sujets. Il n’en demeure pas moins que la tryphè était sévèrement condamnée, car elle était considérée comme synonyme de mollesse avilissante. Ptolémée IV Philopator (221-205) était surnommé « Tryphon »41, que l’on peut traduire par « le Magnifique » ou « le Splendide », et serait, selon Plutarque, la parfaite incarnation de cet état de corruption42. « Le nouveau roi avait l’âme tellement corrompue par les femmes et la boisson qu’à ses meilleurs moments de sobriété et d’intelligence, il célébrait les rites d’initiation et, un tambour à la main, il convoquait les gens de son palais. Sa maîtresse Agathocleia et Oïnanthè, mère et maquerelle de cette femme, administraient les affaires les plus importantes »43. Et de façon générale, d’après Strabon : « Tous les rois qui se succédèrent après le troisième des Ptolémées, corrompus par une vie licencieuse, gouvernèrent fort mal »44. Ptolémée VIII, qui portait parmi ses titres officiels aussi celui de « Tryphon », est même tourné en ridicule dans le récit de l’ambassade de Scipion Émilien vers 140/139 av. J.‑C. qu’en fait Athénée, lorsqu’il insiste sur « la grosseur et la dimension de son ventre, au point qu’il était difficile de l’entourer des bras », avant d’ajouter qu’il « avait revêtu une robe descendant jusqu’aux pieds et avec des manches jusqu’aux poignets »45. Justin rapporte que « cette difformité, il la soulignait par la finesse excessive de son costume transparent comme s’il eût affecté d’offrir aux regards ce que tout homme décent s’efforce de cacher »46. Ce costume choqua profondément les Romains, tout pétris qu’ils étaient de la morale austère du mos maiorum. Ces derniers ne comprirent pas que le roi, vêtu tel Dionysos, et qui les accueillait somptueusement, incarnait physiquement cette opulence47. En effet, le souverain n’avait d’autre but que de donner à ses hôtes un aperçu des richesses du royaume d’Égypte. L’image du pouvoir lagide telle qu’elle nous est parvenue par le prisme des témoignages romains est en réalité déformée par des préjugés car, comme le rappelle J. Yoyotte, « On constate par ailleurs qu’en dépit des querelles dynastiques et des débauches et cruautés de Ptolémée VIII dit “l’Enflé”, l’œuvre législative et les réalisations monumentales du règne du même Ptolémée VIII Évergète (Bienfaiteur) supposent une gestion cohérente de l’État et un esprit de loyalisme envers le pharaon chez les sujets égyptiens ».48 Il faut donc rejeter toute approche manichéenne de l’histoire du royaume lagide et tenter de cerner avec justesse l’exercice du pouvoir de chaque souverain49. On peut dès lors se demander si le qualificatif « Physkôn » ne serait pas la transcription négative de « Tryphôn ».

2. Les portraits dans l’imagerie

  • 50 Plutarque, Vies parallèles, Alexandre, I, 3. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la di (...)
  • 51 Pline, HN, XXXV, 89. Trad. J.-M. Croisille, 2002 (2e éd).

11« Les peintres, pour saisir les ressemblances, se fondent sur le visage et les traits de la physionomie et ne se soucient guère des autres parties du corps. »50 On comprend bien dans ce passage, que l’on doit à Plutarque, que le portrait est un moyen de reconnaissance mis au service de l’identification du prince. En témoigne une anecdote rapportée par Pline qui se déroule à la cour d’Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter (305-283) : « Parmi les gens de la suite d’Alexandre, il n’avait pas été en bons termes avec Ptolémée ; or, sous le règne de celui-ci, Apelle fut jeté dans Alexandrie par une violente tempête et certains de ses rivaux soudoyèrent malicieusement un bouffon du roi pour qu’il l’invitât : il vint au repas et, devant l’indignation de Ptolémée qui lui demandait, en lui montrant ses hérauts, lequel d’entre eux l’avait invité, il prit dans le foyer un charbon éteint et dessina sur le mur un portrait tel que le roi, dès la première ébauche, reconnut les traits du bouffon »51. Cette anecdote montre la dextérité du peintre qui a su capter et retranscrire en quelques traits les caractéristiques physionomiques de l’homme qui l’avait invité au banquet donné par le Lagide. Cette esquisse permit l’identification immédiate du coupable.

  • 52 Sur l’origine et les théories du portrait, voir Pommier, 1998, p. 11-30.
  • 53 Galbois, 2013, p. 74-75.
  • 54 Hölscher, 1971.
  • 55 Voir sur ce point les réflexions de Queyrel, 2011 et Queyrel, 2012b.

12Toutefois, plusieurs facteurs entrent en jeu dans l’élaboration du portrait royal qui ne saurait se réduire à une image ressemblante du roi comme le définissaient les Modernes52. Il faut tenir compte du support de l’image, de la technique utilisée, du style de l’artiste, du courant stylistique en usage à cette époque, que les savants allemands appellent le Zeitstil, ainsi que des codes de représentation utilisés et avant tout de l’intention du commanditaire53. Les traits personnels des rois se trouvent en fait dilués dans une image fabriquée, intellectualisée. Les portraits d’Alexandre le Grand sont tout à fait révélateurs de ce phénomène comme l’a bien montré T. Hölscher en étudiant scrupuleusement chaque composante de l’image du Macédonien54. Il a ainsi cerné dans le mouvement de la tête, la disposition de la chevelure, les traits du visage, ou encore l’expression du regard, les caractéristiques physionomiques propres à Alexandre et les conventions qui régissent l’image des héros et des dieux, notamment celle d’Héraclès et d’Hélios, présentant une grande proximité avec la physionomie du souverain. On peut donc s’interroger sur la ressemblance des portraits du Macédonien avec leur modèle55.

  • 56 Voir par exemple la discussion sur la pertinence de la présence de poils de barbe sur le menton : P (...)
  • 57 Ibid, p. 151.

13Nul doute que les effigies royales faisaient l’objet d’un contrôle strict de la part du souverain, à l’image, pour évoquer un exemple moderne, puisque les sources antiques nous font défaut, d’un Louis XIV qui discutait le moindre détail avec l’artiste chargé de le représenter56 et consultait ses courtisans durant les longues heures de pose : « Sa Majesté, ayant une fois quitté sa place pour voir l’ouvrage du Cavalier et l’ayant considéré, a dit à l’oreille de Monsieur (tout auprès duquel j’avais l’honneur d’être) : ‘est-ce que j’ai le nez de côté ?’«57. Les modèles élaborés dans les ateliers royaux par des artistes de cour et approuvés par le souverain étaient ensuite vraisemblablement diffusés dans le royaume tout entier, bien qu’aucune source explicite ne vienne le confirmer. Deux types d’images sont privilégiés pour représenter le roi. Il s’agit des types iconographiques du roi victorieux « Nikator » et du roi « Tryphon ». Ces effigies reprenaient les caractéristiques physiques du roi pour l’individualiser et l’identifier.

2. 1. Les portraits des diadoques ou la représentation du roi « Nikator »

  • 58 Voir le très bel exemplaire publié dans A. Davesne, G. Le Rider, Gülnar, II, Le trésor de Meydancik (...)
  • 59 Von den Hoff, 2007, p. 54-55.
  • 60 On peut citer à titre d’exemple le portrait de Ptolémée Ier conservé à Paris, au musée du Louvre, i (...)
  • 61 On peut mentionner à titre d’exemple un portrait géminé à l’effigie de Ptolémée Ier et de Bérénice (...)
  • 62 Sur les honneurs attribués à Ptolémée Ier par les Rhodiens après le siège de Rhodes par Démétrios P (...)

14Ptolémée Ier Sôter, compagnon d’armes d’Alexandre et fondateur de la dynastie lagide, est le premier à faire représenter son effigie sur les pièces de monnaie. Au droit des coins, sur lesquels les traits des visages sont, par convention, toujours accentués, apparaît un homme d’âge mûr à la chevelure abondante et désordonnée58. Le visage se signale par une structure osseuse avec des pommettes saillantes et des maxillaires puissants. Les commissures des lèvres sont tombantes, le menton fort et glabre, conformément à la mode en vigueur sous Alexandre. La tête repose sur un cou puissant, voire taurin, comme en témoigne le gonflement du muscle sterno-cleido-mastoïdien. Ces caractéristiques physionomiques individualisées montrent une volonté de tendre vers le réalisme59. Ces traits se retrouvent sur toutes les effigies du souverain (fig. 1)60, même sur celles influencées, contaminées, par d’autres conceptions iconographiques mises en place par ses successeurs, à commencer par son fils Ptolémée II Philadelphe (285-246)61. La conception du portrait monétaire de Ptolémée Ier rappelle les visages du sculpteur Scopas (crâne puissant, front proéminent, arcades sourcilières surplombant des orbites profondes qui rejettent l’œil dans l’ombre, menton volontaire), tandis que l’influence de l’image d’Héraclès, l’ancêtre mythique des Lagides, est sensible, comme elle l’avait été pour l’imagerie d’Alexandre. Ce mode de représentation, qui insiste sur l’énergie des traits du personnage, convient parfaitement pour figurer le roi en chef militaire victorieux. La victoire est d’ailleurs symbolisée sur le portrait monétaire du roi par le port du diadème, insigne du pouvoir royal. La présence discrète de l’égide, nouée autour du cou du dynaste, illustre le rapprochement effectué entre le roi et Zeus, ce dès 304 avant J.‑C. par les Rhodiens qui ont donné à Ptolémée Ier l’épithète « sôter »62. L’œil du roi, démesurément ouvert, traduit bien la nature hors du commun du souverain.

  • 63 Il faut en outre signaler que les portraits monétaires de Séleucos Ier sont posthumes, le roi ne s’ (...)
  • 64 Portrait en bronze de Séleucos Ier. Copie romaine d’un original en bronze, vers 305-300 av. J.-C. N (...)

15Le portrait de Ptolémée Ier présente en outre une grande proximité avec les portraits de Séleucos Ier (305-280), le fondateur de la dynastie séleucide. La comparaison entre les effigies monétaires de ces deux souverains, en dépit de quelques différences stylistiques63, comme le traitement de la chevelure, plus sage chez Séleucos, révèle certaines similitudes : le front bombé, l’œil enfoncé dans la cavité orbitale sous le bourrelet sourcilier, la pommette saillante, le menton volontaire et le cou taurin. Il y a donc une iconographie commune pour représenter le diadoque, ce qui n’empêche pas d’insister sur les caractéristiques personnelles du roi. La ligne du nez et les différents sillons qui creusent le visage de Séleucos, que l’on ne retrouve pas dans l’iconographie de Ptolémée, renvoient sans doute à une réalité physionomique. Du reste, ces mêmes caractéristiques sont visibles sur les autres portraits du dynaste, comme le beau portrait en bronze conservé au musée archéologique de Naples (fig. 2).64

  • 65 Portrait en marbre de Démétrios Poliorcète. Copie romaine d’après un original en bronze, vers 305-3 (...)

16Il existe une variante pour représenter le jeune diadoque comme l’attestent les portraits de Démétrios Poliorcète (306-283) dont on a dit qu’il était réputé pour sa très grande beauté. Âgé d’une trentaine d’années lorsqu’il accède au pouvoir aux côtés de son père, il ne pouvait avoir les traits de Ptolémée et de Séleucos qui avaient respectivement aux alentours de 60 et 52 ans au moment de leur accession au trône. Stylistiquement, les portraits de Démétrios sont relativement proches des portraits d’Alexandre. La comparaison entre le portrait monétaire du roi et le buste conservé au musée de Naples (fig. 3)65 permet de mettre en évidence les caractéristiques individuelles du roi : le léger bourrelet surplombant la racine du nez, le nez long, fin et droit, la bouche aux lèvres minces et le menton volontaire.

2. 2. Le roi « Tryphon »

  • 66 L’étude fondamentale reste celle de Kyrieleis, 1975.

17La dynastie lagide a fourni de nombreux portraits tant monétaires que plastiques66. C’est la raison pour laquelle j’évoquerai essentiellement des effigies lagides, en ayant recours occasionnellement à des portraits concernant les autres dynasties, pour aborder le type iconographique du roi « Tryphon ».

2. 2. 1. Les portraits lagides de tradition grecque

  • 67 Sur ce point, voir supra.
  • 68 Kyrieleis, 1975, Pl. 8, fig. 1. Voir également l’étude récente de Queyrel, 2009.
  • 69 Ibid., Pl. 17, fig. 1-6. Voir également Queyrel, 2002, p. 5-23 tout particulièrement.
  • 70 Ibid., Pl. 30, fig. 1-4.
  • 71 Ibid., Pl. 52, fig. 1.
  • 72 Plusieurs portraits de ces deux souverains, découverts à Néa Paphos, sont reproduits dans Kyrieleis (...)
  • 73 Paris, musée du Louvre, inv. Ma 4709.
  • 74 Paris, musée du Louvre, inv. Ma 4164.
  • 75 Stanwick, 2002, p. 229, fig. 258-259.
  • 76 Bruneau, 1972, n° 293, fig. 250, pl. C1 ; Galbois, 2007, p. 110.

18Sur de nombreux portraits, on constate que les souverains hellénistiques ont un visage empâté. Cette plénitude, bien présente sur les portraits officiels des princes, est la traduction plastique de la tryphè, concept que nous avons évoqué plus haut. Cette mollesse ne vise aucunement à mettre en avant la vie de débauche des souverains. Les visages adipeux renvoient à la représentation d’un idéal de prospérité physique ; le roi gras incarne physiquement la prospérité du royaume tout entier67. Ce code de représentation apparaît dans la portraiture lagide dès le règne de Ptolémée II ; on le retrouve dans les portraits monétaires68 de Ptolémée III69, de Ptolémée IV70 et de Ptolémée VIII71, et les effigies sigillographiques de Ptolémée IX et de Ptolémée X (107-88)72 pour lesquels on ne dispose pas de profils monétaires. Il influe également, et peut-être de manière plus frappante, sur les portraits plastiques. L’empâtement du visage est bien sensible sur les portraits de Ptolémée II (fig. 4)73 et de Ptolémée III74 conservés à Paris, au musée du Louvre. On retrouve cet empâtement, encore accentué, sur un portrait attribué à Ptolémée VIII conservé à New York, dans la collection William Kelly Simpson75. Les portraits sigillographiques de Ptolémée IX et de Ptolémée X confirment cette tendance à l’empâtement du visage royal. Ce type de représentation n’est pas sans évoquer les images de Dionysos, par ailleurs ancêtre divin de la dynastie lagide. On peut citer à titre d’exemple le Dionysos de la mosaïque de la Maison de Dionysos, à Délos, datée des environs de 140 av. J.-C., dont le visage se signale par une lourdeur et une mollesse des traits certaines76 dans le but de mettre l’accent sur la prospérité physique de la divinité. L’imagerie divine et l’imagerie royale se rejoignent.

  • 77 Berlin, Pergamonmuseum, P 132, D 130. Voir en dernier lieu, Queyrel, 2003, p. 148-153, pl. 21-22, D (...)

19D’autres souverains hellénistiques ont adopté ce type iconographique, à l’exemple de ce roi attalide, Eumène II (197-158) ou Attale III (138-133), dont le portrait trouvé à Pergame en 1885 dans le temple ionique de la terrasse du théâtre, est conservé à Berlin, au Pergamonmuseum77. Le visage du souverain se caractérise par une plénitude grasse analogue à celle que l’on observe sur les portraits des Ptolémées.

2. 2. 2. Les portraits lagides de tradition pharaonique

  • 78 Il est préférable d’utiliser le terme de “Tryphon” plutôt que celui de “Physkon” qui introduit, nou (...)
  • 79 Kyrieleis, 1975, Pl. 52-53, G2.
  • 80 Ballet, 2001, p. 220-221.
  • 81 Londres, British Museum, inv. EA 22.
  • 82 Podvin, 2012, p. 68. : « Le visage et l’allure du souverain varient (…) en fonction de l’évolution (...)
  • 83 Stanwick, 2002, p. 66-68. En outre, la documentation hétérogène semble à première vue bien éloignée (...)
  • 84 S.-A. Ashton, M. Étienne, dans S. Walker and Peter Higgs (éd.), Cleopatra of Egypt from History to (...)
  • 85 Queyrel, 2009, p. 20-21, p. 60, fig. 79-81.

20Le type « Tryphon »78, qui se définit par un visage large avec des traits empâtés, est également présent dans la portraiture du souverain lagide paré des insignes de Pharaon, comme le montre sans conteste le portrait en diorite du musée de Bruxelles, sans doute Ptolémée VIII couronné du pschent (fig. 5)79. Sur cette tête, au modelé grec, les yeux, le nez, la bouche et le menton semblent noyés dans la graisse du visage. L’image du roi gros et gras est cependant attestée bien avant l’arrivée des Ptolémées en Égypte80. En témoignent les représentations de l’un des derniers rois indigènes, premier roi de la xxxe dynastie, Nectanébo Ier. Le visage du pharaon est large et empâté. Sur un relief en basalte du British Museum, décorant à l’origine le temple de Nectanebo Ier, le roi apparaît agenouillé en train d’effectuer l’offrande d’un pain81. Le visage dodu fait preuve d’un réalisme étonnant – front court, nez fin et pointu, bouche aux lèvres pincées, pommettes rondes, menton petit et rond – qui tranche avec les images conventionnelles des pharaons. Il est assez rare en effet de représenter le pharaon avec des caractéristiques physionomiques individualisées82. Dans sa monographie sur les portraits des Ptolémées avec les regalia pharaoniques, P. Stanwick considère que les portraits des premiers lagides s’inspirent des portraits de Nectanebo Ier83. Cette hypothèse est toutefois fragilisée par l’incertitude qui pèse sur l’identification d’un portrait au centre de la démonstration. Il s’agit d’un portrait à pilier dorsal conservé au musée du Louvre, sous le numéro d’inventaire E8061, interprété de diverses manières84. Cette tête en grauwacke, haute de 6,5 cm, montre un pharaon imberbe coiffé du kheprech, une couronne bleue à pois qui dissimule entièrement la chevelure (fig. 6). Les traits du visage sont réalistes : le bas du visage est large et gras – la vue de profil révèle le double menton –, le nez à la narine renflée est aquilin. Il a été dans un premier temps identifié comme celui de Nectanebo Ier, puis plus récemment comme celui de l’un des derniers Ptolémées. On peut douter que les portraits en ronde-bosse des Lagides dotés des regalia pharaoniques tirent réellement leur inspiration des portraits de Nectanebo. Les portraits des Lagides en pharaon ne suivraient-ils pas en réalité les modèles élaborés dans les ateliers royaux comme c’était vraisemblablement le cas pour les portraits monétaires ? C’est ce que tend à montrer F. Queyrel lorsqu’il étudie une statue colossale de roi lagide en pharaon, sans doute Ptolémée II, taillée dans du granit d’Assouan et retrouvée au pied du Phare d’Alexandrie85. Les mèches de cheveux qui dépassent du némès sont, par exemple, identiques à celles qui apparaissent sur les représentations monétaires de Philadelphe. L’atelier de sculpture en charge de produire ce portrait s’est sans doute inspiré d’un modèle précis pour représenter les traits du monarque, de sorte qu’il soit identifiable par ses sujets.

  • 86 Plutarque, Vies parallèles, Alexandre, LXXIV, 6. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous l (...)
  • 87 Pline, HN, XXXV, 140. Texte établi et traduit par J.-M. Croisille, Paris, 2002 (2e éd.).
  • 88 Voir par exemple une statue de Pehernéfer assis sur un siège cubique sans dossier. Le personnage es (...)
  • 89 Relief de calcaire peint provenant du temple funéraire de la reine Hatchepsout à Deir el-Bahari. xv (...)
  • 90 Tel est le cas du grand dignitaire Irigadiganen figuré obèse à la démarche pesante, vêtu d’une tuni (...)

21Si l’image royale est bien loin d’être une simple affaire de ressemblance, cet aspect de la question ne doit pas être minimisé. En témoignent deux anecdotes, rapportées l’une par Plutarque, l’autre par Pline l’Ancien. À la suite d’une altercation avec Alexandre le Grand, « une terreur violente s’empara de l’âme de Cassandre et y resta si profondément gravée que beaucoup plus tard, alors qu’il était roi de Macédoine et maître de la Grèce, comme il se promenait à Delphes et contemplait les statues, il aperçut une effigie d’Alexandre et en fut soudain paralysé d’effroi : il se mit à frissonner et à trembler de tout son corps, et ne se remit qu’à grand-peine du vertige que cette vue lui avait causé. »86 Ce passage montre clairement que la ressemblance entre le modèle, Alexandre ici, et sa représentation plastique, est frappante. En outre, il se dégage une telle impression de vie dans l’œuvre qu’elle provoque l’effroi chez Cassandre. Sans doute y a-t-il là une part d’exagération dans le récit, mais les sculpteurs n’avaient-ils pas pour ambition, en insistant sur la ressemblance avec le modèle vivant (la mimésis), de donner une impression de vie à leurs œuvres ? L’anecdote mentionnée par Pline l’Ancien s’inscrit dans un autre registre, mais nous renseigne tout autant sur la réception des portraits, en évoquant celui de la reine Stratonice. Comme le peintre Ctésiclès « avait été reçu par la reine Stratonice sans marque de distinction, il la peignit dans les bras d’un pêcheur, dont la renommée disait que la reine était sa maîtresse ; il exposa ce tableau dans le port d’Éphèse et s’enfuit lui-même à toutes voiles. La reine interdit qu’on enlevât le tableau à cause de la remarquable ressemblance des deux personnages »87. L’artiste, à défaut d’être courageux, était particulièrement doué, car il avait su capter les traits des deux protagonistes. L’excellente facture de ce tableau explique sans nul doute que la reine ne voulut point qu’on retire l’œuvre. Il ressort aussi de cette enquête que le portrait royal est informé par des conventions émanant du pouvoir central ; elles conduisent à des types iconographiques et reflètent l’idéologie royale en vigueur. Les images des diadoques insistent sur le caractère guerrier de ces derniers avec des portraits sans concession, à l’exception du portrait de Démétrios Poliorcète qui s’écarte des modèles iconographiques contemporains pour se rapprocher de celui d’Alexandre. Le mode de représentation choisi par la plupart des diadoques, inspiré de l’imagerie d’Héraclès, aboutira au type du basileus, type le plus répandu par la suite qui consiste à figurer le souverain avec la chlamyde et le diadème. Enfin, la représentation de la tryphè, incarnée par le corps et le visage du roi, a connu un grand développement. Il semble que l’image du roi « Tryphôn », influencée par l’iconographie de Dionysos, a été privilégiée par les Lagides, à partir du règne de Ptolémée II, donc très tôt dans le processus de développement dynastique comme instrument de propagande pour insister sur la magnificence du roi. L’importance numérique de ces images spécifiques ne s’expliquerait-elle pas aussi par des antécédents pharaoniques ? Dès la ive dynastie, et donc bien avant la xxxe dynastie, on constate sur certains portraits, le plus souvent privés, une tendance à l’obésité qui affecte moins le visage que le corps. L’adiposité, bien que non systématique, est un langage plastique traduisant la haute position sociale du modèle portraituré88. La représentation peu flatteuse de la reine du pays de Pount illustre bien cette idée : la souveraine, au visage hommasse, est figurée obèse avec des bras et des jambes difformes, marqués de plis de graisse89. Les rois saïtes, qui ont régné de 713 à 664, et les dignitaires de cette période ont le visage dodu et peuvent également apparaître avec une silhouette adipeuse90. Ces antécédents « orientaux », dont il faudrait entreprendre une étude systématique, pourraient expliquer pourquoi l’image de la tryphè s’est imposée dans le royaume lagide et non dans le royaume de Macédoine. Dans les textes comme dans les représentations iconographiques, le portrait du monarque à l’époque hellénistique, bien que ressemblant pour permettre à ses sujets de l’identifier, est extrêmement codifié.

Fig. 1. Ptolémée Ier.

Fig. 1. Ptolémée Ier.

Paris, Musée du Louvre, Ma 849 (cliché Estelle Galbois).

Fig. 2. Séleucos Ier.

Fig. 2. Séleucos Ier.

Naples, Musée archéologique national, 5590 (cliché Estelle Galbois).

Fig. 3. Démétrios Poliorcète.

Fig. 3. Démétrios Poliorcète.

Naples, Musée archéologique national, 6149 (cliché Estelle Galbois).

Fig. 4. Ptolémée II.

Fig. 4. Ptolémée II.

Paris, Musée du Louvre, Ma 4709 (cliché Estelle Galbois).

Fig. 5. Ptolémée VIII.

Fig. 5. Ptolémée VIII.

Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, E. 1839 (d’après Cleopatra of Egypt, 2001, p. 57, fig. 22).

Fig. 6. Nectanebo Ier ( ?).

Fig. 6. Nectanebo Ier ( ?).

Paris, Musée du Louvre, E8061 (d’après Cleopatra of Egypt, 2001, p. 62, fig. 30b).

Haut de page

Bibliographie

Andreae, B., 2003, Antike Bildmosaiken, Mainz am Rhein.

Ballet, P., 2001, La représentation des notables égyptiens, I, De la marginalité à l’intégration, dans M. Molin (éd.) avec la collaboration de J.-Y. Carrez-Maratray, P. Gaillard-Seux et É. Parmentier-Morin, Images et représentations du pouvoir et de l’ordre social dans l’Antiquité, Actes du colloque, Angers, 28-29 mai 1999, Paris, p. 219-225.

Briant, P., 1996, Histoire de l’empire perse de Cyrus à Alexandre, Paris.

Brown, B. R., 1995, Royal Portraits in Sculpture and Coins. Pyrrhos and the Successors of Alexander the Great, Hemeneutics of Art, 5, New York.

Bruneau, P., 1972, Exploration archéologique de Délos, XXIX, Les mosaïques, Paris.

Capdetrey, L., 2007, Le pouvoir séleucide, Territoire, administration, finances d’un royaume hellénistique (312-129 avant J.-C.), Rennes.

Carrez-Maratray, J.-Y., 2001, La représentation des notables égyptiens, II, Déclin lagide et sens de l’État, dans M. Molin (éd.) avec la collaboration de J.-Y. Carrez-Maratray, P. Gaillard-Seux et É. Parmentier-Morin, Images et représentations du pouvoir et de l’ordre social dans l’Antiquité, Actes du colloque, Angers, 28-29 mai 1999, Paris, p. 226-236.

Cheshire, K., 2009, Alexander the Great. Greece & Rome: Texts and Contexts, Cambridge-New York.

Clarysse, W., 2000, The Ptolemies Visiting the Egyptian Chora, dans L. Mooren (éd.), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World, Louvain, p. 29-53.

Descamps-Lequime, S. (dir.) 2011, Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique, Paris.

Fleischer, R., 1991, Studien zur seleukidischen Kunst, I, Herrscherbildnisse, Mainz am Rhein.

Galbois, E., 2007, Un miroir à boîte au musée du Louvre : étude iconographique, Histoire de l’art, 61, octobre, p. 103-113.

Galbois, E., 2013, Un jeu de regards. Réflexions sur l’élaboration de l’image royale dans le monde hellénistique, Pallas, 92, p. 71-85.

Galbois, E., sous presse, Le portrait royal miniature dans l’iconographie de l’Égypte hellénistique, Grecs et Romains en Égypte. Territoires, espaces de la vie et de la mort, objets de prestige et du quotidien. Actes du colloque de la Société française d’Archéologie classique qui s’est tenu à Paris, le 15 mars 2008.

Galbois, E., à paraître, Voyage et pouvoir. Déplacements et épiphanies des rois lagides, Actes du colloque Héros voyageurs et constructions identitaires, Université de Perpignan Via Domitia, 22 et 23 novembre 2012, Presses Universitaires de Perpignan.

Gauthier, P., 1985, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, BCH, Supl. XII.

Hölscher, T., 1971, Ideal und Wirklichkeit in den Bildnissen Alexanders des Großen, Heidelberg.

Jacquemin, A., 1999, Offrandes monumentales à Delphes, Athènes, (BEFAR 304).

Jacquemin, A., 2004, En pied, à cheval ou en char… images du pouvoir à Delphes, dans Y. Perrin (éd.), Iconographie impériale, iconographie royale, iconographie des élites dans le monde gréco-romain, Travaux du CERHI, 1, Saint-Étienne, p. 97-108.

Kyrieleis, H., 1975, Bildnisse der Ptolemäer, Archäologische Forschungen 2, Berlin.

Kyrieleis, H., 1996, Ptolemaïsche Porträts auf Siegelabdrücken aus Nea Paphos (Zypern), dans M.-Fr. Boussac et A. Invernizzi (éd.), Archives et sceaux du monde hellénistique, Actes du Congrès, Turin, Villa Gualino 13-16 janvier 1993, BCH Suppl. 29, 1996, p. 315-320, pl. 54-62.

Musgrave, J. et Prag, J., 2011, The occupants of Tomb II at Vergina : why Arrhidaios and Eurydice must be excluded, Heracles to Alexander the Great. Treasures from the Royal Capital of Macedon, a Hellenic Kingdom in the Age of Democracy, Oxford, p. 127-130.

Nielsen, I., 1994, Hellenistic Palaces, Tradition and Renewal, Aarhus.

Pimouguet-Pédarros, I., 2011, La Cité à l’épreuve des rois. Le siège de Rhodes par Démétrios Poliorcète (305-304 avant J.-C.), Rennes.

Podvin, J.-L., 2012, Images du roi en Égypte pharaonique, dans E. Santinelli-Foltz et
Chr.-G. Schwentzel (dir.), La puissance royale. Image et pouvoir de l’Antiquité au Moyen Âge, Rennes, p. 63-71.

Pommier, É., 1998, Théories du portrait. De la Renaissance aux Lumières, Paris.

Queyrel, F., 2002, Les portraits de Ptolémée III Évergète et la problématique de l’iconographie lagide de style grec, JS, janvier-juin, p. 3-73.

Queyrel, F., 2003, Les portraits des Attalides: fonction et représentation, Athènes, (BEFAR 308).

Queyrel, F., 2009, Iconographie de Ptolémée II, Alexandrina 3, Le Caire, 2009, p. 7-61.

Queyrel, F., 2011, L’invention de l’histoire : réflexion sur le ‘sarcophage d’Alexandre’de la nécropole royale de Sidon, Mare internum. Archéologia e culture del Mediterraneo 3, p. 35-45.

Queyrel, F., 2012a, Sculptures grecques et lieux de mémoire : nouvelles orientations de la recherche, Perspective (« Art et Pouvoir »), p. 71-94.

Queyrel, F., 2012b, De l’éphèbe à l’Alexandre d’Agde, Montpellier.

Rolley, C., 1999, La sculpture grecque, 2, La période classique, Paris.

Savalli-Lestrade, I., 2003, L’élaboration de la décision royale dans l’Orient hellénistique, dans F. Prost (dir.), L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique, Actes du colloque international de la SOPHAU, Rennes, avril 4-6 avril 2003, Rennes-Toulouse, p. 28-31.

Savalli-Lestrade, I., 2007, L’art de recevoir à la cour des Lagides, dans J.-P. Caillet, M. Sot (éd.), L’audience. Rituels et cadres spatiaux dans l’Antiquité et le haut Moyen Age, Paris, p. 93-111.

Schmitt Pantel, P., 1992, La cité au banquet, Rome.

Smith, R. R. R., 1988, Hellenistic Royal Portrait, Oxford.

Stewart, A., 1993, Faces of Power, Alexander Image and Hellenistic Politics, Berkeley - Los Angeles - Oxford.

Stanwick, P. E., 2002, Portraits of the Ptolemies. Greek Kings as Egyptian Pharaohs, Austin.

Tatum, J., 1996, The Regal Image in Plutarch’Lives, JHS, 106, p. 135-151.

Tondriau, J.-L., 1948, La Tryphè philosophie royale ptolémaïque, REG 50, p. 49-54.

Von den Hoff, R., 2007, Naturalism and Classicism. Style and perception of early Hellenistic Portraits, dans P. Schultz et R. von den Hoff (éd.), Early Hellenistic Portraiture. Image, style, context, Cambridge.

Wattel de Croizant, O., 2009, Suétone et Auguste. Portraits et réalités iconographiques, dans Présence de Suétone. Actes du colloque tenu à Clermont-Ferrand, 25-27 novembre 2004, Caesarodunum 38-39bis, Clermont-Ferrand, p. 43-59.

Haut de page

Notes

1 Clarysse, 2000, p. 29-53 ; Savalli-Lestrade, 2003, p. 28-31 ; Capdetrey, 2007, p. 374-383 ; Galbois, à paraître.

2 On peut citer à titre d’exemple les offrandes à leur effigie effectuées par les rois dans les sanctuaires : Jacquemin, 1999 et sur les modes de représentation de ces statues, se référer à Jacquemin, 2004, p. 101-108 tout particulièrement.

3 Galbois, sous presse.

4 Sur ce point, voir notamment Queyrel, 2003, p. 29 et Queyrel 2012a, p. 82-86.

5 Musgrave, Prag, 2011, p. 127-130.

6 On signalera par exemple l’identification récente et médiatisée de la tête momifiée d’Henri IV qui correspond en tous points aux effigies connues du monarque.

7 Sur la méthode et les sources de Plutarque, se référer aux ouvrages de Françoise Frazier. Plutarque et la narration bibliographique : composition et signification des « Grandes Scènes » dans les Vies, thèse de doctorat, Paris IV, 1984 et Histoire et morale dans les « Vies parallèles » de Plutarque, Paris, 1996.

8 Voir aussi les remarques de Wattel de Croizant, 2009, p. 43-59.

9 Plutarque, Vies parallèles, Alexandre, IV, 1-3.

10 Sur les portraits d’Alexandre voir Stewart 1993 et Cheshire 2009. Voir par exemple la notice de M. Lilimpaki-Akamati dans Descamps-Lequime 2011, p. 260-261, qui porte sur un portrait d’Alexandre le Grand découvert fortuitement dans la région de Pella et daté de la fin du ive s.
av. J.-C. Pella, Musée archéologique, inv. GL 15. Ce portrait présente une légère torsion de la tête vers la gauche, les yeux humides tournés vers le ciel et l’arrangement capillaire avec les mèches relevées au-dessus du front. On signalera que ces mêmes éléments, bien que présents sur le portrait, sont sensiblement différents sur le portrait d’Alexandre, dit « Hermès Azara », mis au jour à Tivoli, dans la villa dite des « Pisons » en 1779, et daté de la première moitié du iie s. apr. J.-C. Paris, musée du Louvre, inv. Ma436. Se reporter pour ce second portrait à la notice de L. Laugier dans Descamps-Lequime 2011, p. 646-647.

11 Rolley, 1999, p. 270, fig. 274. Vers 340 av. J.-C.

12 Ibid., p. 327, fig. 336-337. Entre 336 et 332 av. J.-C.

13 Queyrel 2012b, p. 51-52.

14 Plutarque, Vies parallèles, Antoine, IV, 1-2. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la direction de F. Hartog, Paris, 2001.

15 Plutarque, Vies parallèles, Antoine, XXVII, 3. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la direction de F. Hartog, Paris, 2001.

16 Se référer également à Tatum, 1996, p. 135-151.

17 Plutarque, Vies parallèles, Démétrios Poliorcète, XIX, 4. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la direction de F. Hartog, Paris, 2001.

18 Pline, HN, XXXV, 90. Trad. A. Rouveret, La peinture ancienne, Recueil Milliet, Paris, 1985, p. 353, n° 466.

19 Plutarque, Vies parallèles, Démétrios Poliorcète, II, 2.

20 Ce topos est encore attesté au ve s. apr. J.-C., comme en témoigne la Vie de Proclus, 3, 38 de Marinus. Selon l’auteur, « (Proclus) était si beau qu’aucun peintre n’est parvenu à le rendre avec ressemblance ». Voir aussi Galbois, 2013, p. 78-79.

21 Tatum, 1996, p. 141.

22 Ibid., p. 141.

23 Plutarque, Vies parallèles, Pyrrhos, III, 6.

24 Cette évocation, qui n’est pas sans rappeler les dentitions simplifiées des personnages de bandes dessinées insistant sur la blancheur de la dentine, renvoie à l’impression produite sur le spectateur.

25 Smith, 1988, pl. 7, cat. 6. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptothek, inv. IN 578.

26 Plutarque, Vies parallèles, Coriolan, XI-2. Nous reviendrons plus loin sur les portraits de ce souverain.

27 Plutarque, Vies parallèles, Coriolan, XI-2.

28 Fleischer, 1991, pl. 45, fig. f.

29 Plutarque, Vies parallèles, Coriolan, XI-6.

30 Polybe, XXI, 3 et XXXI, 29.

31 Polybe, XI, 34.

32 Sur la présence de Démétrios dans la guerre de siège, voir Pimouguet-Pédarros, 2011, chapitre IX, « La puissance du roi en représentation », p. 311-325.

33 L’exemple le plus fameux est sans conteste celui de la Bataille d’Alexandre reproduite sur la mosaïque de la Maison du Faune. Andreae, 2003, p. 14-17, p. 62-77 et fig.

34 Théocrite, Idylles, XVII, 75-80 ; 95-117 (Ptolémée II Philadelphe) ; Polybe XXXII, 8,5 (Eumène II). Sur l’évergésie des rois hellénistiques envers les cités grecques, se référer à Gauthier, 1985, p. 39-53.

35 Sur la splendeur des palais à l’époque hellénistique, Nielsen, 1994. On se référera également à Théocrite, Idylle 15, 65-72, pour une allusion au palais d’Alexandrie à travers le regard émerveillé de deux Syracusaines venues assister au spectacle offert par la reine Arsinoé II en l’honneur d’Adonis.

36 Tondriau, 1948, p. 49-54.

37 Platon, La République, IX, 590b : « De même pour le luxe et la mollesse, ne les blâme-t-on pas en raison du relâchement et du délabrement qu’ils causent dans cette partie de l’âme, du fait qu’ils y engendrent la lâcheté ? » Trad. G. Leroux, Paris, 2004 (2e éd.).

38 Schmitt Pantel, 1992, p. 57 et p. 452-453. Sur l’évocation de la tryphè des peuples, des cités et des personnages illustres, on se reportera à Athénée, XII.

39 Briant, 1996, p. 297-313.

40 On songe évidemment pour les Lagides aux banquets des Ptolemaia, fête instituée en 280 av. J.-C. par Ptolémée II Philadelphe (Athénée V, 196a sq), au repas des prêtres d’Apollon à Cyrène organisé par Ptolémée VIII (Athénée XII, 549e sq), au festin organisé par Cléopâtre VII en l’honneur d’Antoine en Cilicie (Athénée IV, 147e sq) et pour les Séleucides, on mentionnera les fastueuses fêtes de Daphné (Athénée V, 194-5). Sur le faste de la table de Cléopâtre VII, voir également Plutarque, Vies parallèles, Antoine, XXVIII. Voir également les récentes contributions publiées dans les actes du colloque international « Le banquet du Monarque antique » qui s’est tenu à l’université de Tours, du 25 au 27 mars 2010 : C. Grandjean, C. Hugoniot, B. Lion (dir.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes-Tours, 2013.

41 Plusieurs souverains lagides avaient pour titre officiel tryphon. Tondriau 1948, p. 51.

42 Plutarque, Vies parallèles, Cléomène, XXXIII, 2. XXXIV, 2 ; XXXVI, 7, le roi, qualifié de « saltimbanque », participe au thiase, association qui célébrait le culte de Dionysos.

43 Plutarque, Vies parallèles, Cléomène, XXXIII, 2. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la direction de F. Hartog, Paris, 2001.

44 Strabon, G., XVII, 1, 11 (C 796). Trad. P. Charvet, dans J. Yoyotte, P. Charvet, S. Gomperts, Strabon : le voyage en Égypte. Un regard romain, Paris, 1997, p. 95. Sur le déclin lagide, voir les remarques de Carrez-Maratray, 2001, p. 226-227.

45 Athénée, Les Deipnosophistes, XII, 549e ; Trad. H. Heinen, Aspects et problèmes de la monarchie ptolémaïque, Ktema 3, 1978, p. 189-190. Voir aussi Diodore de Sicile, XXXIII, 28b, 1-3

46 Justin, Abrégé des Histoires philippiques, XXXVIII, 8, 10. Trad. H. Heinen, Aspects et problèmes de la monarchie ptolémaïque, Ktema 3, 1978, p. 190.

47 Savalli-Lestrade, 2007, p. 108.

48 J. Yoyotte, dans J. Yoyotte, P. Charvet, S. Gomperts, Strabon : le voyage en Égypte. Un regard romain, Paris, 1997, p. 98, témoignages, p. 672-719.

49 Carrez-Maratray, 2001, p. 226-231.

50 Plutarque, Vies parallèles, Alexandre, I, 3. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la direction de F. Hartog, Paris, 2001.

51 Pline, HN, XXXV, 89. Trad. J.-M. Croisille, 2002 (2e éd).

52 Sur l’origine et les théories du portrait, voir Pommier, 1998, p. 11-30.

53 Galbois, 2013, p. 74-75.

54 Hölscher, 1971.

55 Voir sur ce point les réflexions de Queyrel, 2011 et Queyrel, 2012b.

56 Voir par exemple la discussion sur la pertinence de la présence de poils de barbe sur le menton : Paul Fréart de Chantelou, Journal du Cavalier Bernin en France, manuscrit inédit, publié et annoté par Ludovic Lalanne, Gazette des Beaux-Arts, Paris, 1885, p. 95.

57 Ibid, p. 151.

58 Voir le très bel exemplaire publié dans A. Davesne, G. Le Rider, Gülnar, II, Le trésor de Meydancikkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, pl. 92, n° 3059.

59 Von den Hoff, 2007, p. 54-55.

60 On peut citer à titre d’exemple le portrait de Ptolémée Ier conservé à Paris, au musée du Louvre, inv. Ma 849. iiie s. av. J.-C. Kyrieleis, 1975, Pl. 2, fig. 1-2, A1.

61 On peut mentionner à titre d’exemple un portrait géminé à l’effigie de Ptolémée Ier et de Bérénice Ière sur un moulage en plâtre provenant de la région du Fayoum. Kyrieleis, 1975, Pl. 6, fig. 3.

62 Sur les honneurs attribués à Ptolémée Ier par les Rhodiens après le siège de Rhodes par Démétrios Poliorcète, se référer en dernier lieu à Pimouguet-Pédarros, 2011, p. 352-355.

63 Il faut en outre signaler que les portraits monétaires de Séleucos Ier sont posthumes, le roi ne s’étant jamais fait représenter de son vivant sur les monnaies. Cela peut expliquer ces différences stylistiques.

64 Portrait en bronze de Séleucos Ier. Copie romaine d’un original en bronze, vers 305-300 av. J.-C. Naples, musée archéologiques national, inv. 5590.

65 Portrait en marbre de Démétrios Poliorcète. Copie romaine d’après un original en bronze, vers 305-300 av. J.‑C. Naples, musée archéologique national, inv. 6149.

66 L’étude fondamentale reste celle de Kyrieleis, 1975.

67 Sur ce point, voir supra.

68 Kyrieleis, 1975, Pl. 8, fig. 1. Voir également l’étude récente de Queyrel, 2009.

69 Ibid., Pl. 17, fig. 1-6. Voir également Queyrel, 2002, p. 5-23 tout particulièrement.

70 Ibid., Pl. 30, fig. 1-4.

71 Ibid., Pl. 52, fig. 1.

72 Plusieurs portraits de ces deux souverains, découverts à Néa Paphos, sont reproduits dans Kyrieleis, 1996.

73 Paris, musée du Louvre, inv. Ma 4709.

74 Paris, musée du Louvre, inv. Ma 4164.

75 Stanwick, 2002, p. 229, fig. 258-259.

76 Bruneau, 1972, n° 293, fig. 250, pl. C1 ; Galbois, 2007, p. 110.

77 Berlin, Pergamonmuseum, P 132, D 130. Voir en dernier lieu, Queyrel, 2003, p. 148-153, pl. 21-22, D1 (Eumène II).

78 Il est préférable d’utiliser le terme de “Tryphon” plutôt que celui de “Physkon” qui introduit, nous l’avons dit plus haut, une connotation négative.

79 Kyrieleis, 1975, Pl. 52-53, G2.

80 Ballet, 2001, p. 220-221.

81 Londres, British Museum, inv. EA 22.

82 Podvin, 2012, p. 68. : « Le visage et l’allure du souverain varient (…) en fonction de l’évolution de l’idéologie royale ».

83 Stanwick, 2002, p. 66-68. En outre, la documentation hétérogène semble à première vue bien éloignée de la portraiture de Nectanebo Ier et présente peu de ressemblance avec le type iconographique « Tryphôn » bien illustré par les portraits de Ptolémée VIII.

84 S.-A. Ashton, M. Étienne, dans S. Walker and Peter Higgs (éd.), Cleopatra of Egypt from History to Myth, Londres, 2001, p. 62, fig. 30 a-c (avec la littérature correspondante).

85 Queyrel, 2009, p. 20-21, p. 60, fig. 79-81.

86 Plutarque, Vies parallèles, Alexandre, LXXIV, 6. Trad. A.-M. Ozanam. Coll. Quarto Gallimard, sous la direction de F. Hartog, Paris, 2001.

87 Pline, HN, XXXV, 140. Texte établi et traduit par J.-M. Croisille, Paris, 2002 (2e éd.).

88 Voir par exemple une statue de Pehernéfer assis sur un siège cubique sans dossier. Le personnage est vêtu d’un pagne uni, sans ceinture. Il tient un rouleau dans la main droite. Sa main gauche est posée à plat sur son genou. Ce qui retient l’attention ici, c’est le torse particulièrement gras, avec l’hypertrophie de la poitrine et un large bourrelet au-dessus de la taille. Le ventre est bien rond. Les vues de profil et de dos montrent bien l’obésité du personnage. Paris, musée du Louvre, inv. N 118. ive dynastie. C. Ziegler, Les statues égyptiennes de l’ancien Empire, Paris, 1997, p. 116-119, n° 32.

89 Relief de calcaire peint provenant du temple funéraire de la reine Hatchepsout à Deir el-Bahari. xviiie dynastie, vers 1480 av. J.-C. L’empire des Conquérants. L’Égypte au Nouvel Empire (1560-1070), Paris, 1979, p. 70.

90 Tel est le cas du grand dignitaire Irigadiganen figuré obèse à la démarche pesante, vêtu d’une tunique à bretelles. Son visage est replet, sa poitrine hypertrophiée et son ventre énorme. Le Caire, Musée égyptien. xxve dynastie, vers 680 av. J.-C. L’empire des Conquérants. L’Égypte au Nouvel Empire (1560-1070), Paris, 1979, p. 232.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Ptolémée Ier.
Crédits Paris, Musée du Louvre, Ma 849 (cliché Estelle Galbois).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1393/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 2. Séleucos Ier.
Crédits Naples, Musée archéologique national, 5590 (cliché Estelle Galbois).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1393/img-2.png
Fichier image/png, 964k
Titre Fig. 3. Démétrios Poliorcète.
Crédits Naples, Musée archéologique national, 6149 (cliché Estelle Galbois).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1393/img-3.png
Fichier image/png, 578k
Titre Fig. 4. Ptolémée II.
Crédits Paris, Musée du Louvre, Ma 4709 (cliché Estelle Galbois).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1393/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5. Ptolémée VIII.
Crédits Bruxelles, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, E. 1839 (d’après Cleopatra of Egypt, 2001, p. 57, fig. 22).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1393/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 6. Nectanebo Ier ( ?).
Crédits Paris, Musée du Louvre, E8061 (d’après Cleopatra of Egypt, 2001, p. 62, fig. 30b).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1393/img-6.png
Fichier image/png, 361k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Galbois, « Le visage du pouvoir : les souverains hellénistiques entre texte et image », Pallas, 93 | 2013, 111-129.

Référence électronique

Estelle Galbois, « Le visage du pouvoir : les souverains hellénistiques entre texte et image », Pallas [En ligne], 93 | 2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1393 ; DOI : 10.4000/pallas.1393

Haut de page

Auteur

Estelle Galbois

Maître de conférences en Histoire de l’art antique
Université de Toulouse II-Le Mirail
EA PLH-CRATA
estellegalbois@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org