Navigation – Plan du site
3. Le texte, l’image et le monde

L’image paradigmatique : des Schémas anatomiques d’Aristote au De materia medica de Dioscoride

The paragdimatic image: From Aristotle’s Anatomical diagrams to Dioscorides’ De materia medica
Stavros Lazaris
p. 131-164

Résumés

Quand on étudie les rapports entre le texte et l’image dans un même manuscrit médiéval à sujet médical, il n’est pas rare de constater de grandes différences entre ces deux médias. Il est des cas où l’écrit est certes accompagné de miniatures, mais où celles-ci ne trouvent pas écho dans le verbe : le sujet de la figure y est cité, mais aucun élément descriptif n’y est apporté. Ces inadéquations incitent alors à se questionner sur ce type d’image, qui n’était en définitive pas, à l’origine, conçue pour être liée, ni « intellectuellement », ni « physiquement », à un écrit unique et, par conséquent, n’était pas vouée à éclairer une seule œuvre. À travers la représentation de l’oursin de mer, telle qu’elle apparaît dans certains manuscrits du De materia medica de Pedanius Dioscoride, sont examinés ici la nature et les fonctions de ce genre d’image que j’appelle paradigmatique.

Cette analyse est aussi l’occasion d’étudier les Schémas anatomiques d’Aristote, d’où cette représentation de l’oursin proviendrait, et d’émettre quelques considérations sur le rôle de ce type d’image dans l’enseignement des disciplines médicales dans l’Antiquité.

Haut de page

Texte intégral

J’ai plaisir à remercier Jean-Marc Luce de son invitation ainsi que Paul Heilporn, qui a bien voulu me faire part de ses idées et remarques.

1Les relations que peut entretenir l’écrit avec l’image sont multiples et ne peuvent être réduites à une subordination de celle-ci au texte comme on l’a souvent pensé dans le cas des manuscrits illustrés. Il est facile de se rendre compte que le degré d’« inspiration textuelle » de l’imagier peut varier considérablement d’une œuvre à l’autre, mais aussi, à l’intérieur de la tradition manuscrite d’un même traité, d’une copie à l’autre. Les rapports entre le mot et la miniature oscillent alors de la traduction (au sens où l’image reste strictement fidèle au verbe), au développement (le texte est « enrichi » par la figure, puisque s’y ajoutent des éléments non décrits), à la contraction et la déformation (ici l’écrit n’est mis en images que de façon appauvrie et approximative) ou encore à la transposition (la miniature, soit met en images une autre recension ou une autre version de l’œuvre qu’elle accompagne, soit se réfère à une autre œuvre de contenu proche).

  • 2 J’utilise le terme recension pour désigner les états d’un texte, comportant des variantes ou des mo (...)
  • 3 Sur l’illustration de ce manuscrit, voir Horst et al., 1996.

2Le passage du texte à l’image s’accompagne souvent d’un appauvrissement, puisque les miniaturistes ont tendance à sélectionner et à résumer les informations présentes dans le verbe. Pourtant, ce dernier peut aussi être « enrichi » par des renseignements présents uniquement dans la figure. Le lecteur dispose dès lors de deux sources d’information complémentaires. Il est aussi des cas où l’écrit est certes accompagné de miniatures, mais où ces dernières ne trouvent pas d’écho direct dans le premier. C’est notamment ce qu’il advient lorsque le miniaturiste (ou le commanditaire) s’écarte d’un texte et prend l’initiative d’en illustrer une autre recension, voire une autre version2. Ainsi, le fameux Psautier d’Utrecht (Utrecht, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, 32) contient la version gallicane des Psaumes, alors que les miniatures sont inspirées de la version hébraïque3.

  • 4 Weitzmann, 1970, p. 135.
  • 5 Tsamakda, 2002, p. 262-264.

3Les dissonances entre texte et image peuvent certaines fois être bien plus marquées. Cela est le plus souvent expliqué par une transposition des miniatures d’une œuvre à une autre. Ce serait le cas de certaines plantes du De materia medica de Dioscoride, adaptées, d’après Kurt Weitzmann, de l’œuvre de Crateuas4. Ce serait également le cas de quelques figures du Skylitzès de Madrid (Madrid, Biblioteca nacional, Vitr. 26-2), qui ne se fondent pas sur cette œuvre, mais sur la Chronographie de Michel Psellos, tandis que d’autres s’inspirent de l’ouvrage historique de Léon le Diacre ou de celui de Jean Zonaras5.

  • 6 Anne Tihon, que je remercie vivement de m’avoir communiqué ses observations sur ce manuscrit, pense (...)
  • 7 Weitzmann, 1970, p. 96 (il revient sur ce manuscrit à la p. 144).

4Découvrir le texte de base, duquel l’image « égarée » est issue, devient quelques fois une tâche presque impossible. Ainsi que le notait Kurt Weitzmann à propos des miniatures des folios 300v-308r et 309v-310r du Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. gr. 10876 « No text follows these drawings, and since no other Greek manuscript with constellation pictures is known […] we are unable to determine the precise text with which they were originally connected. It may have been the Katasterismoi of Eratosthenes of Cyrene or one of the many Greek commentators on Aratus such as Hipparchus of Nicaea, Diodorus of Alexandria, Sporus of Nicaea and others. »7 Néanmoins, s’il est difficile d’identifier la source écrite précise et utilisée par les miniaturistes, ce n’est pas forcément parce qu’elle est perdue.

  • 8 Sur la notion de reconstitution en tant que fondement méthodologique en histoire de la miniature mé (...)
  • 9 Même si cette idée n’apparaît pas de façon aussi explicite dans les premières études sur la miniatu (...)

5Il se peut, en effet, que certaines miniatures aient été conçues indépendamment d’un texte. Pensées comme support visuel, elles auraient pour fonction d’accompagner soit différents écrits sur le même sujet, soit un discours fondé, non sur un seul, mais sur plusieurs traités portant sur la même thématique. La nature et, par conséquent, le rôle de ce type d’image diffèrent alors de ceux d’une figure pensée aux côtés d’un ouvrage unique. L’existence de ce type de miniature remet en cause un système à trois présupposés sur lequel repose en très grande partie notre appréciation de celle-ci. On considère effectivement que la miniature découle, à l’origine, d’une seule œuvre, et, quand elle accompagne une autre recension ou une autre version, voire une autre œuvre de contenu proche, on s’applique à chercher l’écrit original, ou à le reconstituer s’il est perdu8. On considère par ailleurs que contenu visuel et contenu textuel ont été pensés, dès le départ, pour se côtoyer sur la même feuille. À partir de ces deux constatations, en découle une troisième destinant toute miniature à jouer, principalement, le rôle d’illustration de l’écrit. Illuminare, dérivé du latin lumen, signifie effectivement éclairer, rendre lumineux. La principale raison de la présence de figures dans les manuscrits antiques et médiévaux est alors liée à la volonté d’aider le lecteur à mieux comprendre le texte dont, on pense, qu’elles ne font qu’expliquer9.

  • 10 Les travaux sur les rapports « intellectuels » entre le texte et l’image dans les cultures occident (...)

6Naturellement, un texte et une image peuvent avoir été conçus dans une relation « intellectuelle » directe, renforcée par une relation « physique » étroite, liée à leur mise en page10. Les rapports entre les deux sont alors riches et approfondis et le rôle exégétique de la figure incontestable. Néanmoins, la triade des fondements sur la nature et le rôle de la miniature, appliquée trop servilement, peut, in fine, se révéler trompeuse. Effectivement, en généralisant à l’excès, elle peut conduire à une fausse idée sur la miniature elle-même et sa destination. Car, comme je viens de le souligner, certaines images n’étaient pas, à l’origine, conçues pour être liées, ni « intellectuellement », ni « physiquement », à un écrit unique et, par conséquent, elles n’étaient pas vouées à éclairer une seule œuvre.

7J’illustrerai cette thèse à travers la représentation de l’oursin de mer du De materia medica de Pedanius Dioscoride. Cette analyse sera aussi l’occasion d’émettre quelques considérations sur les Schémas anatomiques d’Aristote et sur le rôle d’un genre particulier d’image que j’appelle paradigmatique. Bien entendu, les propos tirés de cette étude ne peuvent, en aucun cas, être généralisés dans l’état actuel de la recherche et il faudra attendre les conclusions issues d’un travail à plus grande échelle, actuellement en préparation, pour y parvenir.

1. La séparation « intellectuelle » de l’image et du texte

  • 11 L’œuvre de Dioscoride est subdivisée en deux recensions majeures : l’une a préservé la forme d’orig (...)
  • 12 Sur les débuts de l’illustration du De materia medica, voir Lazaris, 2010b, p. 100 sqq. Sur les man (...)

8L’œuvre pharmacologique du médecin anazarbien Dioscoride (ca 40 – ca 90 ap. J.-C.) réunit près de sept cents produits aux vertus thérapeutiques. Maintes fois copié durant l’Antiquité tardive et le Moyen Âge, le De materia medica est actuellement connu grâce à quatre papyrus et 65 codex datés entre le iie et le xvie siècle. La riche tradition manuscrite, constituée de six familles11, commence à peine quelques décennies après la mort de Dioscoride et se poursuit tout au long de la civilisation byzantine, offrant ainsi un terrain d’exploration étendu. Bien qu’aucune information ne permette de prouver que le traité de Dioscoride a été illustré dès l’origine, il l’a été néanmoins très vite. Le fameux Dioscoride de Vienne (Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1), du début du vie siècle (ca 512), en est le plus ancien témoin conservé12. Par la suite, 18 autres codex illustrés, partiellement ou intégralement, nous sont parvenus.

  • 13 Le terme ἐχῖνος désigne non seulement l’oursin et le hérisson, mais aussi, plus rarement et dans un (...)
  • 14 Ἐχῖνος θαλάσσιος εὐστόμαχος, εὐκοίλιος, οὐρητικός, οὗ τὸ ὄστρακον ὠμὸν μείγνυται χρησίμως τοῖς πρὸς (...)

9Dans le chapitre sur l’oursin de mer (ἐχῖνος θαλάσσιος)13, Dioscoride donne des informations sur la valeur thérapeutique de l’animal sans décrire ni son milieu naturel, ni ses caractéristiques anatomiques14. L’oursin de mer (ordre des échinidés), qui est dépourvu d’yeux et de cerveau, mais possède une petite bouche avec des dents très aiguës, vit dans les interstices des rochers marins et se nourrit de débris qu’il ratisse au fond de l’eau. Sa couleur peut être unie ou multicolore et varie énormément : brune, noire, pourpre, verte, blanche, rouge. On distingue deux types morphologiques : l’oursin régulier et l’irrégulier. Chez le premier, bouche et anus sont disposés à l’extrémité de l’axe vertical, axe de symétrie autour duquel les organes sont répartis selon un schéma pentamère. Aussi bien en interne qu’en externe, il est divisé en dix sections radiaires. Chez l’oursin irrégulier, à la symétrie pentamère se substitue une symétrie bilatérale. Certes, les personnes à qui s’adresse une œuvre pharmacologique comme le De materia medica n’avaient pas, a priori, besoin de ce genre de renseignements. Néanmoins, alors que le texte ne donne aucune description de l’anatomie (externe ou interne), de la biologie et de la diversité des espèces de l’oursin, sa représentation dans deux manuscrits est extrêmement détaillée.

  • 15 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 59-69 et Cronier, 2012.
  • 16 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 77-82.
  • 17 L’oursin se différencie par la couleur de ses gonades : il est rouge chez le mâle et jaunâtre chez (...)
  • 18 L’expression « lanterne d’Aristote » est devenue usuelle depuis Cuvier, 1805, p. 329-335, notamment (...)
  • 19 Pourtant, dans la littérature ancienne, on mentionne le nombre exact. Ainsi, le Stagirite parle de (...)

10Dans le New York, Pierpont Morgan Library, M 652, du début du xe siècle15, au f. 214v, et dans le Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Chigianus F. VII.159 (gr. 53), de la première moitié du xve siècle16 au f. 222r, l’oursin est représenté selon trois coupes anatomiques qui diffèrent radicalement de l’iconographie habituelle (figs. 1-2). Sur celle de gauche, une vue sagittale présente l’anatomie interne avec des gonades (glandes génitales) de couleur jaune orangé17. Remarquons que contrairement à la réalité (cf. supra), il est divisé en seize sections radiaires de même dimension au lieu de dix. Sur la coupe du milieu, l’oursin est figuré avec la moitié droite de son test enlevé. Apparaissent cinq glandes génitales jaune-orangé, ce qui laisse supposer que cinq autres se cachent derrière l’autre moitié du test ; à moins que le miniaturiste ait voulu présenté ici les cinq gonades de l’animal réel en une seule vue. L’espace anatomique entre ces glandes est supprimé de fait. L’image de droite représente l’oursin en entier et l’on devine au centre la « lanterne d’Aristote » qui constitue l’appareil digestif de cet échinoderme18. Ici aussi, et contrairement à la réalité, la symétrie pentaradiée n’a pas été respectée et au lieu de cinq on a huit aires ambulacraires et huit interambulacraires disposées en alternance et distinguées entre elles par la couleur (verte et bleue). Notons enfin qu’il y a huit dents au lieu de cinq19.

  • 20 Le manuscrit de la Vaticane contient uniquement des figures et il a été copié, en partie, sur la ba (...)
  • 21 Cronier, 2012.
  • 22 Sur cette hypothèse, voir Touwaide, 1992, p. 333-335.
  • 23 Cronier, 2012, p. 108-109.

11Cet ensemble de trois vues semble unique à ces deux manuscrits, où l’un copie l’autre20, et rien ne permet de retracer précisément les influences iconographiques du témoin new yorkais. L’analyse textuelle opérée dernièrement par Marie Cronier tend à démontrer que celui-ci ne fut pas une copie de la recension alphabétique en cinq livres du De materia medica, mais l’archétype de cette tradition21. Cette recension n’aurait donc pas vu le jour durant les « siècles obscurs » (viie-ixe siècles) de l’Empire comme on le pensait autrefois22. Marie Cronier remet aussi en question l’hypothèse d’Alain Touwaide, qui pensait que le manuscrit de la Pierpont Morgan Library était en partie copié, aussi bien pour le texte que pour les figures du De materia medica, sur le Dioscoride de Vienne23. Selon elle, on aurait utilisé deux ou trois sources textuelles que l’on ne peut identifier précisément.

  • 24 Voir, à titre d’exemple, dans Étienne, 1951, p. 102.
  • 25 Sur les recensions de ce traité, voir supra, n. 11.
  • 26 Ces deux témoins sont peu étudiés dans la littérature moderne. Comme souvent, à la suite du De mate (...)
  • 27 Sur ce manuscrit, voir Olivieri, Festa, 1895, p. 442-456 et Collins, 2000, p. 83.
  • 28 Sur ce manuscrit, voir Porcher, Concasty, 1958, N° 95 (reproduction accessible en ligne : http://vi (...)
  • 29 Sur ce manuscrit, voir Porcher, Concasty, 1958, N° 98 (reproduction accessible en ligne : http://in (...)
  • 30 Sur ce manuscrit, voir Weitzmann, 1979.

12En ce qui concerne l’iconographie, en tout cas celle de l’oursin, elle n’est pas conservée dans les monuments antérieurs au manuscrit de New York. Auparavant cet échinoderme était représenté entier ainsi que nous le voyons par exemple sur des mosaïques gréco-romaines24. Cette figure de l’oursin entier est reprise dans les autres éditions illustrées du De materia medica. Je cite à titre d’exemples deux manuscrits d’une autre recension (famille interpolée) du De materia medica25 : le Paris, Bibliothèque nationale de France, gr. 2183, f. 34r et le Salamanca, Biblioteca Universitaria, 2659 (Palacio 3207), f. ν´[50]r (fig. 3‑4)26. C’est également cette même image de l’oursin entier qui est retenue dans d’autres traités grecs de contenu scientifique (cf. Bologna, Biblioteca Universitaria, gr. 3632, f. 113v, xve siècle, Hermès Trismégiste, Cyranides27 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, gr. 2737, f. 94v, a. 1554, Manuel Philès, Propriétés des animaux28 ; Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, 3401, f. 40v, a. 1566, Manuel Philès, Propriétés des animaux29), ainsi que dans des manuscrits contenant des écrits religieux (cf. Paris, Bibliothèque nationale de France, gr. 923, f. 199v, 2ème moitié du ixe siècle, Jean Damascène, Sacra parallela30).

  • 31 Je remercie Madame Marie Cronier de m’avoir communiqué ces informations.
  • 32 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 149-154 (accessible en ligne :
  • 33 Même si, selon certains chercheurs dont Weitzmann, 1970, p. 135, c’est un manuscrit avec des figure (...)
  • 34 Collins, 2000, p. 118-124.
  • 35 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 124-126 (disponible en ligne :

13L’oursin est aussi représenté dans des versions latines et arabes du De materia medica, mais pas forcément fidèles à son apparence réelle31. Aussi, dans le München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 337, f. 39r, probablement du xe siècle32, l’« oursin » est dessiné comme un cheval (equinus) dont le corps se termine en queue de poisson33. Dans le Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Or. 289, f. 58v, fin du xe siècle34 et dans le Paris, Bibliothèque nationale de France, ar. 4947, f. 20r, 2ème moitié du xiie siècle, produit en Syrie, sans doute en milieu chrétien de langue syriaque35, l’« oursin » est représenté comme un hérisson.

  • 36 Soulignons que la recherche dans différentes bases de données iconographiques, dont Mandragore, Lib (...)

14Mis à part donc le Vaticanus, aucun témoin n’a repris les trois coupes anatomiques de l’oursin du manuscrit de la Pierpont Morgan Library36. Sans équivalent, on s’interroge alors sur la source d’inspiration du miniaturiste du manuscrit new yorkais (et de la personne qui l’a suivi dans le manuscrit de la Vaticane). D’où tenait-il les informations qui lui ont permis de proposer au lecteur du De materia medica cette miniature atypique ?

  • 37 Théodoridès, 1961.
  • 38 Kádár, 1969. Quelques années plus tard, Z. Kádár a consacré tout un chapitre, dans son ouvrage sur (...)
  • 39 On a parfois traduit le titre de cet ouvrage par « dissections » (cf. Genaille, 1965, t. 1, p. 237) (...)
  • 40 Cet ouvrage figure dans la liste de Diogène Laërce (n° 103), qui constitue la plus ancienne des sou (...)
  • 41 Louis, 1964, p. XXXIII et n. 7.

15Jean Théodoridès prétendait que cette image provenait de l’œuvre d’Aristote37 ; hypothèse reprise quelques années plus tard par Zoltán Kádár38. Plus précisément ces deux auteurs pensaient que derrière la représentation de l’oursin dans les deux manuscrits grecs se cachaient les Ἀνατομαί (Schémas anatomiques)39 du Stagirite40. Cette œuvre, à laquelle Aristote lui-même fait référence, est perdue aujourd’hui. Dans son édition critique de l’Histoire des animaux, Pierre Louis pense que les Schémas anatomiques devaient être entièrement composés d’images sans aucune description. Il suppose que l’œuvre était divisée en sept livres qui correspondaient aux sept premiers livres de l’Histoire des animaux41.

  • 42 C’est, en effet, au centre de sa face ventrale que se trouve la bouche entourée d’une membrane, le (...)

16Dans le passage sur l’oursin marin contenu dans ce dernier ouvrage (IV, 5, 530a, 32 - 531a, 7, éd. Louis, 1964), Aristote commence son exposé en signalant que les oursins n’ont aucune chair à l’intérieur. Il poursuit en décrivant différentes variétés d’oursins, avant d’expliquer que l’oursin a la bouche en bas et qu’il a en haut le point par où il évacue les excréments. Il note qu’il a cinq dents et un corps charnu qui tient lieu de langue42. Il continue avec l’œsophage, l’estomac et les œufs, c’est-à-dire les gonades, pour terminer par la description de sa bouche qui ressemble à une lanterne. Il revient un peu plus loin sur l’oursin (V, 12, 544a, 18-20, éd. ibidem) en expliquant que la ponte est activée par la pleine lune.

17L’examen du texte de l’Histoire des animaux ne permet donc pas d’établir un lien direct avec la figure de l’oursin de nos deux manuscrits. La confrontation de la représentation avec les informations données par le Stagirite ne relève pas de liens étroits et nous sommes loin d’une interprétation du contenu textuel de l’Histoire des animaux par les images du manuscrit de New York (et de sa copie). Notons par ailleurs que contrairement à d’autres chapitres, Aristote ne renvoie pas ici à une quelconque image. Les Schémas anatomiques sont-ils la source de cette image et, si oui, comment expliquer que cette image n’« illustre » que de façon vague l’Histoire des animaux ?

  • 43 Aristote appelle œufs les gonades de l’oursin. Tandis que dans l’Histoire des animaux (IV, 5, 530b, (...)
  • 44 Ainsi que le précise Louis, 1956, p. 190 dans son commentaire, rien dans l’anatomie des oursins ne (...)

18Les différents traités qui composent l’œuvre biologique d’Aristote sont imbriqués les uns dans les autres et les renvois de l’un à l’autre sont fréquents pour les espèces étudiées plus d’une fois. C’est le cas de l’oursin dont l’anatomie est reprise en détail dans les Parties des animaux (IV, 5, 679b, 28 - 681a, 9, éd. Louis, 1956). Avant sa description, le Stagirite fait référence non seulement à ses remarques sur les testacés et leurs différences signalées dans l’Histoire des animaux (IV, 3-5), mais, surtout, indique une représentation dans ses Schémas anatomiques (ὃν δὲ τρόπον ἔχει τούτων ἕκαστον, ἔκ τε τῶν ἱστοριῶν τῶν περὶ τὰ ζῷα θεωρείσθω καὶ ἐκ τῶν ἀνατομῶν, IV, 5, 679b, 37 - 680a, 39, éd. ibidem). Il énonce même clairement que certaines choses sont plus compréhensibles par l’intermédiaire de la vue (τὰ δὲ πρὸς τὴν ὄψιν αὐτῶν σαφηνίζειν δεῖ μᾶλλον, IV, 5, 680a, 40, éd. ibidem). Par la suite, outre les dents et la bouche, Aristote énumère les différents organes internes de l’oursin : œsophage, estomac (divisé en plusieurs sections, comme s’il y avait plusieurs estomacs), œufs (enfermés chacun dans une membrane)43, corpuscules noirs autour de la bouche44.

19Est-ce ce les Parties des animaux qui se cachent derrière l’image de l’oursin telle qu’elle apparaît dans nos deux manuscrits grecs ? Certaines imprécisions de la représentation de l’oursin (cf. supra, p. 132-133) auraient pu s’expliquer par cette description moins précise du Stagirite. En effet, contrairement à l’Histoire des animaux, où il est indiqué que le nombre des gonades (œufs dans le texte) « est impair et toujours le même (on en compte cinq) » (530b, 30-31), dans les Parties des animaux Aristote est beaucoup moins précis (τὰ δὲ καλούμενα ᾠὰ πλείω τὸν ἀριθμὸν, 680a, 13). On aurait pu penser alors que le miniaturiste en a dessiné huit au lieu de cinq en raison de l’approximation du texte. Il se pourrait aussi qu’il n’ait pas représenté, sur la coupe de droite, les dents de l’oursin, mais les corpuscules noirs autour de la bouche dont Aristote se fait l’écho. Toutefois, même si certaines incohérences de l’image de cet échinoderme dans nos deux manuscrits grecs auraient pu être comprises mieux par les dires du Stagirite dans les Parties des animaux, il est difficile d’établir une équivalence unilatérale entre ce livre et nos images.

  • 45 Sur l’oursin marin dans la littérature ancienne en général, voir Thompson, 1947, p. 70-73 et dans l (...)

20Notons aussi qu’aucun autre auteur ancien repris dans le Thesaurus Linguae Graecae (dernière consultation : avril 2013) ne donne des informations permettant de rattacher précisément à son traité ces figures, y compris des ouvrages médicaux tels ceux de Nicandre de Colophon, Apollonios de Citium, Arétée de Cappadoce, Oribase, Alexandre de Tralles, Aetius d’Amide, Paul d’Égine ou même Michel d’Éphèse, qui a commenté abondamment l’œuvre du Stagirite. De même du côté latin, à l’instar de Pline l’Ancien. Celui-ci, qui s’inspire d’Aristote, ne fait clairement référence aux informations transmises par les images des deux manuscrits grecs (cf. Histoire naturelle, IX, 51, §100, éd. de Saint-Denis, 1955 et XI, 62, §165, éd. Ernout, 1947)45.

21Par conséquent, le problème de la provenance de la représentation de l’oursin dans le manuscrit new yorkais (et de la copie conservée au Vatican) reste entier. Il restera d’ailleurs sans réponse tant que l’on cherchera un seul texte à son origine. Je pense, en effet, que derrière cette figure ne se cache pas un traité unique, duquel l’image serait issue et auquel elle se réfèrerait. Tout au contraire, je crois qu’il faut voir différents écrits et une seule image, qui ne pourrait pas, de ce fait, être « intellectuellement » liée à un seul traité. Quels pouvaient être la nature et le rôle d’une telle miniature ? Pour y répondre, il faudra au préalable réexaminer le principe selon lequel contenu visuel et textuel étaient conçus dans l’Antiquité pour cohabiter sur le même support.

2. La séparation « physique » de l’image et du texte

  • 46 Par « disciplines médicales », j’entends celles qui sont consacrées à la médecine humaine ou animal (...)
  • 47 Lazaris, 2010b (compte rendu : Scriptorium, Bulletin codicologique, 2012, p. 60-61).
  • 48 Des cas comme le Papyrus d’Artémidore ( = MP168.02O) pourraient d’ailleurs servir de contre-exemp (...)

22J’ai eu l’occasion, dans une étude récente portant sur la place de l’illustration des disciplines médicales dans l’Antiquité46, de développer l’idée d’une « coexistence parallèle » entre texte et image47. Après avoir admis cette séparation « physique », la possibilité d’une séparation « intellectuelle » a pu être aussi évaluée et reconnue. Contrairement à ce que l’on observe dans les manuscrits médiévaux, où texte et image se retrouvent joints sur la même feuille, j’ai émis l’hypothèse selon laquelle dans l’Antiquité ces deux éléments devaient être, le plus souvent, séparés. Il est souvent avancé que ni le support, le papyrus, ni la forme, le volumen, n’étaient propices à une production importante d’ouvrages illustrés48. Toutefois, le principal facteur, qui interdit la présence d’images à côté de l’écrit dans l’Antiquité, est à mon avis la façon dont une œuvre était lue.

  • 49 Dans les inscriptions latines, on commence par mettre un point (punctum) entre chaque mot. C’est Ar (...)
  • 50 Sur la lecture dans l’Antiquité et la présentation du texte, voir Wingo, 1972 ; Havelock, 1981 ; Pa (...)

23Lire un livre jusqu’aux iie-iiie siècles de notre ère signifiait, dans la plupart des cas, lire un rouleau : on prenait le rouleau des deux mains, la main droite le déroulait tandis que la main gauche l’enroulait au fur et à mesure de la lecture, découvrant ainsi une section à la fois. Le texte à lire était écrit en colonnes perpendiculaires au sens de déroulement du rouleau de papyrus. L’écrit, copié en scriptio continua, se présentait, le plus souvent, comme une suite de caractères juxtaposés les uns à la suite des autres sans aucune séparation, même pour distinguer les mots. Cette écriture continue ne faisait presque pas appel à la ponctuation ni à la mise en paragraphes, sauf quelques espaces blancs qui marquaient ce que nous qualifierions de paragraphes49. Même dans un exemple comme le P. Sorb. inv. 2272b, de la fin du iiie av. J.-C., avec quelques paragraphos (fig. 5), l’absence de conventions graphiques, qui guident l’œil en sectionnant le texte pour rendre la lecture plus facile et, par-là même, le sens plus clair, oblige une lecture oralisée. Une des caractéristiques fondamentales de l’activité de lecture consistait justement en un lent mécanisme d’épellation forcée pour se laisser guider par le rythme de la phrase50.

24Tout cela faisait évidemment de la lecture une opération difficile, même pour les lecteurs de grande culture et si une quelconque image venait à interrompre cette continuité, cet afflux de lettres, il est évident qu’il y aurait eu un effet de perturbation de la lecture. L’œil aurait été obligé de « sauter » périodiquement l’« obstacle » que la présence de l’image aurait produit. Non seulement il serait quasi impossible d’effectuer une pause pour observer l’image et la mettre en rapport avec ce qui venait d’être lu, mais, de plus, la compréhension du texte, déjà difficile à ponctuer sans images, deviendrait une tâche des plus pénibles. Nous comprenons donc pourquoi, dans le cas d’un lecteur solitaire, la présence d’images ne pouvait pas être souhaitable sur la même page que l’écrit.

  • 51 D’ailleurs, si certains auteurs, tel Vitruve, préfèrent placer les figures qui illustrent leur œuvr (...)

25Prenons maintenant le cas d’un individu, ou d’un groupe d’individus, qui se faisait lire une œuvre. Dans ce cas, la présence d’images dans le texte n’avait aucun intérêt ni pour le lecteur, ni pour son public. Un conférencier contemporain, quand il lit sa communication, n’a pas, a priori, devant ses yeux un texte avec des images ; celles-ci sont montrées au public. De même, un lecteur ancien quand il lisait un texte à un auditoire, n’avait pas besoin de figures dans l’écrit. Par contre, si l’auditoire devait avoir recours à des images, celles-ci devaient lui être montrées. Ces figures, hors texte, circulaient, vraisemblablement sous forme de planches, parmi les auditeurs, ou étaient accrochées sur les murs pour une consultation avant ou après l’écoute du texte lu, qui venaient alors le compléter51.

  • 52 Voir ses mentions dans l’Histoire des animaux : θεωρείσθω δὲ τὰ εἰρημένα ταῦτα ἐκ τῆς ὑπογραφῆς τῆς (...)
  • 53 Hormis les herbiers illustrés (cf. infra, n. 56), une telle mise en page a été aussi choisie pour l (...)
  • 54 Nordenfalk, 1951, p. 12.

26Rappelons que les Schémas anatomiques composaient un ouvrage à part divisé en plusieurs volumes et formé uniquement de figures. Bien qu’Aristote ait par ailleurs pourvu certains de ses écrits d’un tout petit nombre de croquis52, ceux-ci étaient très vraisemblablement placés à la fin ou au début de la colonne occupée par le passage textuel, et non dans le corps du texte, afin que la lecture soit le moins possible perturbée53. La lecture à haute voix, qui était la pratique la plus répandue dans l’Antiquité, et imposée, en très grande partie, par la présentation du texte, constituait donc la principale cause de la séparation « physique » de l’image et de l’écrit. Carl Nordenfalk notait d’ailleurs, et avec raison, que « when the ordinary scriptura continua begins, decoration becomes superfluous and stops. »54

  • 55 L’abréviation « MP3 » désigne la troisième édition du catalogue de Pack, 1965, accessible en ligne  (...)
  • 56 Pour une présentation détaillée de ces deux papyrus, voir Fausti, 2004.
  • 57 http://www.trismegistos.org/tm/detail.php?tm=64474.
  • 58 http://www.trismegistos.org/ldab/text.php?tm=63192.
  • 59 http://www.trismegistos.org/ldab/text.php?tm=64144.

27Soulignons aussi que dans les rares papyrus illustrés conservés, les images sont seulement accompagnées de quelques lignes de texte (cf. P. Tebt. 2.679r ; P. Tebt Tait 39-41 [ = MP2094]55 ; P. Johnson [ = MP2095])56, voire pas du tout (cf. P. Ant. 3.214 [ = MP2095] et P. Münch. 2 44 [ = Munich, Bayerische Staatsbibliothek, pap. gr. 128]57). Il ne s’agit évidemment que de fragments et la partie textuelle aurait pu avoir été perdue. Nous avons d’ailleurs, diraient certains, les contre-exemples du P. Rainer Unterricht 151 [ = MP2322] [ = Wien, Österreichische Nationalbibliothek, pap. gr. 19996]58, du P. Paris. inv. BN Suppl. gr. 1294 [ = MP2641] ou du P. Oxy. XXII 2331 [ = Oxford, Pap. gr. Oxy. 2331]59.

  • 60 Du iie siècle pour l’herbier de Tebtynis [ = MP2094] ; de l’extrême fin du ive pour celui d’Antin (...)
  • 61 http://www.trismegistos.org/ldab/text.php?tm=59770.
  • 62 Même si dans l’Antiquité on ne pratiquait que peu ce type de lecture pour des raisons que je viens (...)
  • 63 Cf. Rouveret, 1989, p. 357, n. 154 ; Legras, 2011, p. 244-252.

28Certes, mais quand on cite ces exemples, on oublie un point essentiel : il s’agit de papyrus datés des premiers siècles de notre ère60. Ils sont donc écrits à une période où l’emploi de la lecture à voix silencieuse ou murmurée commence à se répandre, et leur écriture est beaucoup plus lisible que la scriptio continua des papyrus des siècles précédents (fig. 5). La seule véritable exception, le P. Paris 1 [ = MP369]61, du iie siècle av. J.-C., ne devrait pas nous induire en erreur et nous pousser à des généralités. Signalons par ailleurs que ce papyrus correspondrait à un livre d’école, destiné à des étudiants qui ont dépassé le stade de l’enseignement général, ce qui le réservait plutôt à une lecture murmurée62, permettant une meilleure compréhension et un apprentissage par cœur63.

  • 64 Tandis que nous connaissons des représentations avec des peintres au travail, peu de figures montre (...)
  • 65 Ce manuscrit présente une mise en page intermédiaire entre ce qui était courant dans l’Antiquité et (...)

29Par conséquent, tant que la lecture à haute voix était pratiquée, je pense que les images étaient le plus souvent accessibles hors texte, sous forme de planches, des πίνακες, qu’on consultait au début, pendant ou à la fin d’une séance de lecture. Une figure représentant un miniaturiste au travail dans un des plus anciens manuscrits illustrés conservés (ca 512) a très probablement gardé une trace de la façon dont ces images-planches se présentaient dans l’Antiquité. Au f. 5v du Dioscoride de Vienne, on voit assis sur un petit banc, un jeune peintre dessinant une mandragore sur une feuille carrée accrochée par des pointes sur un chevalet (fig. 6-7). Au lieu de représenter l’imagier en train de peindre dans un codex, comme c’est le cas dans les miniatures médiévales (fig. 8-9 : Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 4915, f. 1r et Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 1179, f. 246r)64, dans le codex viennois on a utilisé une feuille volante, dernier vestige de ce qui devait probablement être courant dans l’Antiquité65.

  • 66 La lecture silencieuse était une pratique déjà connue dans l’Antiquité, mais moins usitée, en raiso (...)

30Avec les changements intervenus dans la présentation de l’écrit et le basculement définitif vers la lecture silencieuse66, on a commencé à réunir systématiquement texte et image sur le même support. Et cette procédure a grandement était facilitée par le passage du rouleau au codex. Dans un effort général de réunir les deux éléments, entre autres, pour mieux garantir leur conservation, mais aussi, comme nous le verrons, parce que, dans l’Antiquité comme au Moyen Âge la miniature n’avait pas forcément et prioritairement le rôle d’illustrer l’écrit qu’elle accompagnait, on a rassemblé texte et image, même quand ils n’avaient pas été conçus, précisément, l’un pour l’autre. Dans ce dernier cas, on se retrouve avec des miniatures qui ne rendent compte du contenu textuel que de façon vague et générale. Certaines fois, c’est parce qu’elles proviennent d’un autre texte de base. Dans quelques autres, comme pour l’image de l’oursin, c’est parce qu’il s’agit de figures destinées à l’origine à épauler plusieurs écrits ou même un discours (construit, par nature, sur la base de différents textes). Quand une telle image est comparée à chaque écrit auquel elle fait référence, séparément, son iconographie paraît alors inappropriée, car, en juxtaposant sur la même surface plusieurs données, sélectionnées dans différents écrits, elle devient synthétique. En conséquence, le troisième principe, celui qui voit derrière chaque miniature, l’illustration du texte, demande alors à son tour à être nuancé.

3. L’image paradigmatique et son rôle

31Si l’on accepte qu’une image puisse avoir été conçue indépendamment d’un seul texte, tant du point de vue « intellectuel » que « physique », on doit admettre que son rôle premier n’est pas celui d’illustrer. Elle ne le peut puisqu’une telle figure est pensée comme support visuel de différentes œuvres portant sur un même sujet. Présentée sous forme de planche à part, elle peut être utilisée comme référence iconographique de différents textes. Elle peut aussi accompagner un discours : débat entre savants ou enseignement d’un maître. Examinons de plus près cette seconde hypothèse.

  • 67 Sur ce codex, voir, entre autres, Carder, 1983, p. 7 et 150 (sur le f. 2r).
  • 68 Ce manuscrit, qui contient l’œuvre de Bertrand Boysset, arpenteur arlésien (1355-1415), est accessi (...)

32Dans le Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564 du deuxième quart du ixe siècle, est représentée aux folios 2r et 3r une assemblée de neuf personnages (fig. 10-11), qui rappelle celles des folios 2v et 3v du Dioscoride de Vienne. Le manuscrit de la Vaticane, souvent cité dans les études sur le Corpus agrimensorum Romanorum, présente dans la miniature du f. 2r un détail qui est passé inaperçu67. En effet, le personnage à tunique orange en haut à gauche, et son confrère à tunique jaune, en bas au milieu, tiennent dans leur mains des codex ouverts contenant uniquement des figures (fig. 12‑13). Évidemment celles-ci sont à peine visibles et on ne peut pas vraiment savoir ce dont il est question (peut-être d’outils d’arpentage ou de relevés comme ceux qu’on peut voir dans le Carpentras, Bibliothèque Municipale Inguimbertine, ms. 327 ?)68. Toutefois, cette découverte confirmerait une hypothèse jamais vérifiée jusqu’à présent : l’image (et l’image seule ?) pouvait être utilisée dans l’Antiquité lors d’un débat pour cautionner une démonstration. Les arpenteurs romains représentés dans le Vaticanus semblent, en effet, prendre appui sur ces figures pour leur discussion. L’un des personnages montre même avec son index l’une d’entre elles, comme pour soutenir un argument de son discours.

  • 69 Sur ces deux scènes, voir Elderkin, 1935.
  • 70 Ferrua, 1960, p. 70-71 ; Ferrua, 1990, p. 132. Sur cette image et les différentes hypothèses sur so (...)
  • 71 Sur ce manuscrit, voir Thorp, 1987, N° 61, p. 121.

33Cette iconographie évoque l’assemblée des sages des mosaïques de Torre Annunziata aujourd’hui au musée de Naples et d’Umbra-Sarcina au musée de la Villa Albani à Rome (fig. 14)69, ainsi, peut-être, qu’une peinture murale dans la Catacombe de la Via Latina à Rome, s’il s’agit, comme le pense Antonio Ferrua70, de la représentation d’un médecin entouré de ses disciples et collègues (fig. 15). Que ce soit la sphère céleste ou le corps humain, montré à l’aide d’un bâton, le résultat est identique : les sages dans chaque exemple s’appuient pour leur discours sur un support visuel. C’est le cas aussi, dans une autre aire chrono-culturelle, du professeur de médecine dans le Glasgow, University Library, MS Hunter 9 (S.1.9), f. 30v de la fin du xve siècle, qui fait sa démonstration sur un squelette humain à l’aide d’un bâton (fig. 16)71. À chaque fois, cette « image », cette « démonstration visuelle », n’illustre pas un texte, mais un discours fondé sur la connaissance du sujet et traité grâce à la lecture de différents écrits qui s’y rapportent.

  • 72 Kádár, 1969, p. 55
  • 73 Jackson, 1920.
  • 74 Aussi bien dans son De la génération et la corruption (καθάπερ Πλάτων ἐν ταῖς διαιρέσεσιν, II, 3, 3 (...)

34Prendre appui sur une image lors d’un discours entre confrères ou dans le cadre d’un enseignement semble être une idée ancrée chez les anciens. Outre les exemples ci-dessus, citons Aristote qui s’appuyait pendant son enseignement au Lycée sur des images. Zoltán Kádár soulignait l’importance de l’image dans les cours du philosophe en attestant que le Stagirite faisait « accompagner d’esquisses ses cours de zoologie et de zootomie. »72 Henry Jackson ne fut pas le premier à s’intéresser à l’utilisation des images par Aristote, mais son article sur l’enseignement au Lycée et la pensée visuelle du philosophe fut sans aucun doute le point de départ de la recherche postérieure73. Certes, aucune de ces figures destinées à aider l’enseignement ne nous est parvenue directement et nos seules sources ne sont, en définitive, que quelques références textuelles (cf. infra, p. 145, n. 88). Toutefois, celles-ci montrent clairement l’appréciation du Stagirite pour les images, qui peuvent rendre évidentes certaines réalités difficilement explicables autrement. N’oublions pas d’ailleurs ses critiques envers les tableaux de divisions (γεγραμμέναι διαιρέσεις), sortes de descriptions-résumés textuelles, utilisées dans l’Académie par Platon74.

  • 75 Herrlinger, 1970, p. 9.

35Les images d’Aristote seraient paradigmatiques car capables de juxtaposer sur la même surface des informations provenant de différents écrits traitant du même sujet. Mais le lieu idéal pour le développement d’un tel type d’image ne pouvait être autre qu’Alexandrie avec sa bibliothèque et son école. Le modèle aristotélicien avait inspiré de toute évidence les deux premiers Lagides et leurs conseillers, tels que Démétrios de Phalère, dans leur dessein. Ainsi que l’écrivait Robert Herringer, « there are sufficient reasons for assuming that the two eminent anatomists Herophilus and Erasistratus, who taught in Alexandria at that time [ive-iiie siècle av. J.-C.] and probably put the systematic study of anatomy on a scientific basis, also employed illustrations in their lectures. »75

  • 76 Sur le séjour et les études de Galien à Alexandrie, la bibliographie est très riche (voir, entre au (...)

36Quelques siècles plus tard, Galien fournit une attestation claire sur l’utilisation des images dans l’enseignement. On apprend, en effet, que le médecin Ioulianos, dont Galien a fréquenté les cours à Alexandrie, menait des recherches sur l’utilité de la peinture pour les médecins (εἰ ζωγραφία χρήσιμος ἰατροῖς ἐστιν, De methodo medendi libri xiv, 10, 54, 1, éd. Kühn, 1825)76. Il est fort à parier que ces images, destinées à l’enseignement de jeunes disciples, ne pouvaient être que des figures proposant un aperçu visuel des différents écrits. Comme images paradigmatiques, elles ne pouvaient dès lors fonctionner que pour la « démonstration visuelle » des idées que le maître exposait lors de son enseignement.

  • 77 Sur l’enseignement médical dans l’Antiquité et à Byzance, voir Moffatt, 1976 ; Duffy, 1984 ; Mudry, (...)
  • 78 Scarborough, 2010, p. 242.
  • 79 Sur les iatrosophistes et leur enseignement, voir en dernier lieu Pormann, 2010, notamment p. 424 s (...)
  • 80 Une scholie attribuée à Jean d’Alexandrie dans le Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vatican (...)

37Même si la situation variait d’une discipline à l’autre, aussi bien sous la dynastie des Lagides ou encore plus tard dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge, on sait que la médecine n’était pas seulement empirique, mais qu’elle comportait également un volet théorique77. Comme le notait John Scarborough, « Aetius’ medical apprenticeship in Alexandria included study of the written sources of medicine, as well as training in criticism of those sources in light of actual clinical experience, particularly in surgery, gynecology and obstetrics, and the enormous range of pharmacology. »78 Rappelons aussi Georges de Pisidie, qui comparait l’empereur byzantin Héraclius aux iatrosophistes (ἰατροσοφισταί), qui proposaient un enseignement de la médecine comportant une partie pratique et une partie théorique (ὡς οὖν σοφιστὴς τοῖς ἱατρικοῖς λόγοις πεῖραν συνάψας, De expeditione Persica, II, 191-192, éd. Pertusi, 1959)79. Le maître enseignait les textes de base, en mettant l’accent sur la compréhension des termes utilisés et sur les rapports intrinsèques et extrinsèques de l’œuvre étudiée avec les autres textes disponibles80.

  • 81 Pormann, 2010, p. 421-423.
  • 82 Dans un contexte livresque et non forcément d’enseignement ἀπὸ φωνῆς, rappelons Apollonios de Citiu (...)
  • 83 Des diagrammes, tels les Tabulae Vindobonenses du Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr (...)
  • 84 Sur l’apport de l’image dans l’enseignement, voir Keuls, 1978 ; Carruthers, 2002, p. 254-255.

38La littérature médicale développée au sein de l’École d’Alexandrie peut être divisée en quatre grandes catégories : les commentaires, les abrégés, les encyclopédies et les diagrammes81. Comme l’explique Galien pour les recherches du médecin Ioulianos sur l’emploi de l’image, il paraît fort probable, qu’à côté de ce savoir textuel, certains médecins avaient développé aussi un savoir visuel82. Et les diagrammes pouvaient avoir été le pont entre les deux83. Il apparaît, en effet, que pendant cet enseignement théorique le maître pouvait avoir accès à des images qu’il utilisait alors comme supports visuels84. N’oublions pas que la plasticité de l’image peut rendre concrète, familière, une expression, une idée. Elle peut interpeler par ailleurs la mémoire. Il me semble impossible que ces images aient été conçues, telles des illustrations, pour un texte unique. Je pense au contraire qu’on commentait plusieurs écrits en s’appuyant sur une seule image, image que je qualifierais de paradigmatique et universelle.

  • 85 Kádár, 1978, p. 81.
  • 86 Voir http://archives.aphp.fr/Les-planches-anatomiques.html?article.
  • 87 Avakiantz, 2012, p. 12, fig. 1.

39Ces images sont donc didactiques et, surtout, paradigmatiques, telles les affiches scolaires accrochées sur les murs de nos écoles, comme les planches pédagogiques de chez Deyrolle, et les cahiers avec figures et tableaux récapitulatifs distribués aux élèves. Cela pourrait être d’ailleurs le cas de la figure du folio 483v du Dioscoride de Vienne, qui représente un tableau renfermant 24 espèces d’oiseaux (fig. 17). Or, quelques-unes ne se retrouvent pas dans la paraphrase des Ornithiaka de Dionysos que ce tableau accompagne. Ceci amena Zoltán Kádár à noter que « the archetype of this illustration must have been based on a wall chart used for instructional purposes. »85 Y a-t-il aussi des images-planches accrochées dans la salle de cours de la miniature du f. 1r du Glasgow, University Library, MS Hunter 9 (S.1.9) de la fin du xve siècle (fig. 18) ? L’image n’est pas assez claire pour pouvoir l’affirmer, même si elle rappelle les murs de la salle de dissection du début du xxe siècle avec les planches accrochées aux murs et destinées au maître et ses élèves (fig. 19)86. Dans une carte postale datée de 1905 et représentant un cours dans l’amphithéâtre Nord (aujourd’hui « Henri Moisson ») de l’École supérieure de Pharmacie (l’actuelle Faculté de Pharmacie de Paris Descartes), nous voyons aussi l’utilisation de planches, accrochées sur le mur, pour l’enseignement de la matière médicale87. Ces images étaient vouées à aider le jeune étudiant à conserver à l’esprit une « peinture » qui vaut un résumé visuel des principaux thèmes abordés. Son rôle principal dans le cas précis de l’enseignement serait donc d’orienter l’élève en introduisant sous forme condensée les différentes matières traitées par le maître. Et dans le cadre d’un débat entre savants, elle viendrait appuyer les propos de l’orateur en mettant en évidence ses pensées. L’image paradigmatique crée alors un nouvel espace à la fois visuel et mental de juxtaposition et de confrontation critique des données.

40Hormis son existence lors d’un discours oral (débat ou enseignement), elle est également utilisée dans l’écrit, non pas à proximité, mais en collaboration parallèle et étroite. Reprenons l’exemple de la figure de l’oursin marin telle qu’elle apparaît dans les deux manuscrits grecs. Comme nous l’avons vu, différents chercheurs ont essayé de lier cette image aux Schémas anatomiques d’Aristote, que l’on pensait réalisés pour illustrer son Histoire des animaux. La confrontation avec cette œuvre a démontré que cette miniature n’était pas conçue précisément pour ce texte. Elle ne l’était pas non plus uniquement pour les Parties des animaux et encore moins pour les autres écrits sur l’oursin. Il se peut, bien entendu, que le texte de base d’où cette image provient ait été perdu. Il se peut aussi qu’elle provienne des Schémas anatomiques du Stagirite. Plusieurs détails concordent avec cette hypothèse. De tous les auteurs anciens, Aristote demeure, en effet, le seul à donner autant de détails sur l’oursin dans deux traités distincts et il y renvoie à une figure de ses Schémas anatomiques. Enfin, il insiste sur l’importance des images pour expliquer certaines choses, mais pas forcément décrites dans un seul écrit. Il serait probable que cette figure soit un lointain souvenir des Schémas anatomiques, mais alors, il faut remettre en question la relation exclusive que Pierre Louis évoque entre cet ouvrage et l’Histoire des animaux, en tout cas, pour ce qui est de l’oursin et des informations relatées par le texte et l’image.

  • 88 Voir dans son De generatione animalium, I, 11, 719a, 10 (ἔκ τε τῶν ἀνατομῶν) ; II, 7, 746a, 14-15 ( (...)

41Hormis le fait que la représentation de cet échinoderme est par quelques aspects assez proche de la description donnée dans les Parties des animaux, les arguments même avancés par Pierre Louis ne tiennent pas à l’analyse. Celui-ci suppose par exemple que les Schémas anatomiques étaient divisés en sept livres correspondant aux sept premiers de l’Histoire des animaux. Néanmoins, et en dehors du fait que dans certains codex les Schémas anatomiques sont mentionnés en huit livres (cf. supra, p. 135, n. 40), soulignons qu’Aristote ne renvoie plus aux Schémas anatomiques au-delà du VIe livre de son Histoire des animaux. À ceci, s’ajoute le fait que le Stagirite fait référence aux ἀνατομᾶς dans deux autres œuvres également88. Même si, numériquement, les références dans ce premier traité sont supérieures aux autres, il ne faut pas oublier que nous sommes devant une œuvre colossale comparée aux autres. Toutefois, malgré l’utilisation des figures contenues dans les Schémas anatomiques depuis d’autres écrits, Pierre Louis n’hésite pas à se limiter aux ἀνατομᾶς et à l’Histoire des animaux en soulignant que les deux ouvrages ont été constitués simultanément et l’un complétait l’autre.

42En réalité, aussi bien l’Histoire des animaux, que les Parties des animaux et la Génération des animaux, ont été écrits avant le retour d’Aristote à Athènes et la fondation du Lycée, en 335. Ils sont, en effet, le fruit de ses observations pendant les années passées hors de l’Attique, de 347 à 335, et il paraît tout à fait possible que les Schémas anatomiques aient été conçus au même moment. D’ailleurs, comme nous l’avons vu, Aristote fait référence à la figure de l’oursin contenue dans ses Schémas anatomiques non pas dans son Histoire des animaux, mais dans les Parties des animaux. Il est alors évident qu’il utilise les Schémas anatomiques comme une sorte d’album iconographique, indépendant de toute œuvre. Les images seraient conçues de la sorte : sans lien étroit avec un seul écrit, mais comme des images paradigmatiques.

  • 89 Carbone, 2011, p. 15-16.
  • 90 Sur la mnémotechnie ancienne, voir Rouveret, 1982 ; Carruthers, 2002 ; Yates, 2004 ; Scarth, 2008 ; (...)

43Telle est en tout cas la nature de la figure de l’oursin conservée dans le chapitre sur cet échinoderme du De materia medica dans les deux manuscrits grecs. Néanmoins, même s’il paraît assez vraisemblable que cette miniature soit un lointain survivant des Schémas anatomiques, il est naturellement impossible de l’affirmer avec certitude. Notons tout de même que sur environ 770 miniatures que contient ce manuscrit, celle de l’oursin est l’unique représentation anatomique (et même en trois coupes distinctes). Soulignons enfin que les Schémas anatomiques étaient encore conservés à l’époque de copie du New York, Pierpont Morgan Library, M 652 et même au-delà, ainsi que le laissent entendre les citations que Michel d’Éphèse fait de cette œuvre. Comme le note Andrea Carbone, le savant exégète d’Aristote fait certainement référence à un ouvrage89. Si donc la miniature dans le codex new yorkais provenait des Schémas anatomiques du Stagirite, de façon directe ou indirecte, nous serions devant une image d’une valeur inestimable de par son témoignage sur cet ouvrage d’Aristote. Cette figure serait par ailleurs une preuve irréfutable de l’importance que le philosophe accordait à la perception visuelle et la façon dont il avait conçu cet ouvrage en employant non pas de simples illustrations, mais des véritables compilations visuelles, instruments pédagogiques et cognitifs (mnémoniques) de première importance90.

44Sans « coller » précisément ni à l’Histoire des animaux, ni aux Parties des animaux, la représentation de l’oursin s’avère, en effet, d’une nature paradigmatique et universelle, utilisable comme support visuel des écrits du Stagirite sur le sujet, voire lors de ses cours au Lycée. Cette image serait alors le fruit d’un travail intellectuel qui réside dans une volonté de synthèse et de rassemblement de données. De telles images ne sont donc pas pensées à l’origine pour accompagner un texte de base, même si elles sont copiées, dans les codex médiévaux, à côté d’écrits avec lesquels elles n’ont que peu de choses en commun. Et, c’est peut-être ici que se cache l’explication des inadéquations observées entre texte et image dans certains manuscrits comme c’est le cas avec la figure de l’oursin dans nos deux témoins grecs.

Fig. 1.

Fig. 1.

New York, Pierpont Morgan Library, M 652, f. 214v (détail)

Fig. 2.

Fig. 2.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Chigianus F.VII.159 (gr. 53), f. 222r

Fig. 3.

Fig. 3.

Paris, Bibliothèque nationale de France, gr. 2183, f. 34r

Fig. 4.

Fig. 4.

Salamanca, Biblioteca Universitaria, 2659 (Palacio 3207), f. ν´[50]r

Fig. 5.

Fig. 5.

P. Sorb. inv. 2272b

Fig. 6.

Fig. 6.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1, f. 5v

Fig. 7.

Fig. 7.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1, f. 5v (detail)

Fig. 8.

Fig. 8.

Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 4915, f. 1r

Fig. 9.

Fig. 9.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 1179, f. 246r

Fig. 10.

Fig. 10.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 2r

Fig. 11.

Fig. 11.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 3r

Fig. 12.

Fig. 12.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 2r (détail)

Fig. 13.

Fig. 13.

Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 2r (détail)

Fig. 14.

Fig. 14.

Umbra-Sarcina, Rome, Villa Albani

Fig. 15.

Fig. 15.

Rome, Catacombe de la Via Latina

Fig. 16.

Fig. 16.

Glasgow, University Library, MS Hunter 9 (S.1.9), f. 30v

Fig. 17.

Fig. 17.

Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1, f. 483v

Fig. 18.

Fig. 18.

Glasgow, University Library, MS Hunter 9 (S.1.9), f. 1r (détail)

Fig. 19.

Fig. 19.

École de chirurgie - Salle de dissection vers 1900

Haut de page

Bibliographie

Editions

Bonitz, H., 1961 [reproduction anastatique de l’édition de 1870]), Aristotelis Opera (ex recensione Immanuelis Bekkeri), t. 5, Index Aristotelicus, Berlin.

Diès, A., 1960, Platon, Œuvres complètes, t. 9. 1ère partie. Le Politique, Paris.

Ernout, A., 1947, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre XI, Paris (Collection des universités de France).

Fleury, P., 1990, Vitruve, De l’architecture, Paris (Collection des universités de France 107).

Hayduck, M., 1904, Michaelis Ephesii in libros de partibus animalium, de animalium motione, de animalium incessu commentaria, Berlin.

Kühn, K. G., 1825, Claudii Galeni, De methodo medendi libri XIV, Lipsiae (Medicorum graecorum opera quae extant 10).

Labriolle, P. de, 1996, Saint Augustin, Confessions, t. 1. Livres I-VIII, Paris (Collection des universités de France).

Lampros, S., 1885, Excerptorum Constantini de natura animalium libri duo. Aristophanis, Historiae animalium epitome, Berlin (Commentaria in Aristotelem Graeca. Supplementum Aristotelicum 1, 1).

Long, H. S., 1966, Diogenis Laertii, Vitae philosophorum, Oxford (Scriptorum classicorum bibliotheca Oxoniensis).

Louis, P., 1956, Aristote, Les parties des animaux, Paris.

Louis, P., 1964, Aristote, Histoire des animaux, t. 1, Livres I-IV, Paris.

Marcovich, M., 1999, Diogenis Laertii, Vitae philosophorum, Stuttgart ; Leipzig (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneriana. Auctores graeci).

Pertusi, A., 1959, Georges de Pisidie, Poemi, t. 1. Panegirici epici, Ettal (Studia patristica et byzantina 7).

Rashed, M., 2005, Aristote, De la génération et la corruption, Paris (Collection des universités de France).

Saint-Denis, E. de., 1955, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre IX, Paris (Collection des universités de France).

Thompson, D. A. W., 1910, Historia Animalium, Oxford (The Works of Aristotle 4).

Wellmann, M., 1907, Pedanii Dioscuridis Anazarbei, De materia medica libri quinque, Berolini.

Bibliographie

Andorlini, I., 2007, Teaching Medicine in Late Antiquity: Methods, Texts and Contexts, dans P. Lendinara, L. Lazzari, M. A. d’Aronco (dir.), Form and Content of Instruction in Anglo-Saxon England in the Light of Contemporary Manuscript Evidence. Papers Presented at the International Conference Udine, 6-8 April 2006,, Turnhout, p. 401-414 (pls. 404-406) (Fédération Internationale des Instituts d’Études Médiévales. Textes et études du Moyen Âge 39).

Avakiantz, L., 2012, Étude des planches iconographiques de la Chaire de Pharmacognosie de la Faculté de Pharmacie de Paris Descartes, Paris (thèse de doctorat soutenue à l’Université Paris Descartes).

Bagnall, R. S., 2011, The Readers of Christian Books: Further Speculations, dans G. Bastianini, A. Casanova, M. Naldini (dir.), I papiri letterari cristiani: atti del Convegno internazionale di studi in memoria di Mario Naldini, Firenze, 10-11 giugno 2010, Firenze, p. 1323-1330 (Studi e testi di papirologia N.S. 13).

Bland, D. F., 1962, The Illustration of Books, London.

Carbone, A. L., 2011, Aristote illustré représentations du corps et schématisation dans la biologie aristotélicienne, Paris.

Carder, J. N., 1983, Art historical problems of a roman land surveying manuscript: The codex Arcerianus A, Wolfenbuttel, Ann Arbor, Michigan.

Carruthers, M. J., 2002, Machina memorialis: méditation, rhétorique et fabrication des images au Moyen âge, Paris (Bibliothèque des histoires).

Cavallo, G., 2007, Places of Public Reading in Late Antiquity, dans T. Derda, T. Markiewicz et E. Wipszycka (dir.), Alexandria: Auditoria of Kom el-Dikka and Late Antique Education, Varsovie, p. 151-156 (The Journal of juristic papyrology 8).

Cavallo, G., 2010, Libri, lettura e biblioteche nella tarda antichità : Un Panorama e qualche riflessione, Antiquité tardive, 18, p. 9-19.

Cavallo, G. et Chartier, R. 2001, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris (Points Histoire 297, nouv. éd. avec bibliogr. revue et augmentée).

Collins, M., 2000, Medieval herbals: the illustrative traditions, Londres - Toronto (The British Library Studies in Medieval Culture).

Constantinidis, K. N., 1982, Higher education in Byzantium in the thirteenth and early fourteenth centuries (1204-ca. 1310), Nicosie (Texts and Studies of the History of Cyprus 11).

Craik, E., 2010, The Teaching of Surgery, dans H. F. J. Horstmanshoff (dir.), Hippocrates and medical education selected papers read at the XIIth International Hippocrates Colloquium, Universiteit Leiden, 24-26 August 2005, Leyde, p. 223-233 (Studies in Ancient Medicine 35).

Cronier, M., 2012, Un manuscrit méconnu du ‘De materia medica’de Dioscoride : New York, Pierpont Morgan Library, M. 652 », Revue des études grecques, 125, p. 95-130.

Cuvier, G., 1805, Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier,... recueillies et publiées sous ses yeux par C. Dumeril (et C.-L. Duvernoy), t. 3, Les organes de la digestion et ceux de la circulation, de la respiration et de la voix, Paris.

Dalton, O. M., 1911, Byzantine art and archaeology, Oxford.

Daremberg, C. et Saglio, E., 1892, Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines, t. 2, D-GYR, Paris.

Diehl, C., 1925, Manuel d’art byzantin, Paris (2e éd. revue et augmentée).

Diringer, D., 1958, The Illuminated Book: its History and Production, Londres.

Duffy, J., 1984, Byzantine Medicine in the Sixth and Seventh Centuries. Aspects of Teching and Practice, dans J. Scarborough (dir.), Symposium on Byzantine Medicine (=Dumbarton Oaks Papers 38), p. 21-27.

Ebersolt, J., 1926, La miniature byzantine, Paris - Bruxelles.

Egbert, V. W., 1967, The Mediaeval artist at work, Princeton.

Elderkin, G. W., 1935, Two Mosaics Representing the Seven Wise Men, American Journal of Archaeology, 1, p. 92-111.

Étienne, R., 1951, Dionysos et les quatre saisons sur une mosaïque de Volubilis (Maroc), Mélanges d’archéologie et d’histoire, 63, p. 93-118.

Fausti, D., 2004, Erbari illustrati su papiro e tradizione iconografica botanica, dans I. Andorlini (dir.), Testi medici su papiro. Atti del seminario di studio, Firenze, 3-4 giugno 2002, Firenze, p. 131-150.

Ferrua, A., 1960, Le pitture della nuova catacomba di Via Latina, Cité du Vatican.

Ferrua, A., 1990, Catacombe sconosciute: una pinacoteca del IV secolo sotto la Via Latina, Florence.

Fischer, S. R., 2003, A History of Reading, Londres.

Fuchs, F., 1926, Die höheren Schulen von Konstantinopel im Mittelalter, Leipzig - Berlin.

Genaille, R., 1965, Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres, Paris.

Gilissen, L., 1977, Prolégomènes à la codicologie : recherches sur la construction des cahiers et la mise en page des manuscrits médiévaux, Gand (Les publications de Scriptorium 7).

Grafton, A. T., 2008, Christianity and the transformation of the book: Origen, Eusebius, and the Library of Caesarea, Cambridge, Mass - Londres.

Grmek, M. D. et Gourevitch, D., 1998, Les maladies dans l’art antique, Paris (Penser la médecine).

Gros, P., 1996, Les illustrations du De Architectura de Vitruve. Histoire d’un malentendu, dans Les litteratures techniques dans l’antiquité romaine: statut, public et destination, tradition, Vandoeuvres - Genève, p. 19-44.

Gundert, B., 1998, Die Tabulae Vindobonensis als Zeugnis alexandrinischer Lehrtätigkeit um 600 n. Chr, dans K.-D. Fischer, D. Nickel, P. Potter (dir.), Text and Tradition. Studies in Ancient Medicine and its Transmission presented to Jutta Kollesch, Leyde - Boston - Cologne, p. 91-144.

Hageman, M. et Mostert, M., dir. 2010, Reading Images and Texts. Medieval Images and Texts as Forms of Communication: Papers from the Third Utrecht Symposium on Medieval Literacy, Utrecht, 7-9 december 2000, Turnhout (Utrecht Studies in Medieval Literacy 8).

Havelock, E. A., 1981, Aux origines de la civilisation écrite en Occident, Paris

Herrlinger, R., 1970, History of Medical Illustration: From Antiquity to A. D. 1600, Londres.

Horst, K. van der., Noel, W. et Wüstefeld, W. C. M., 1996, The Utrecht Psalter in medieval art picturing the psalms of David, Utrecht (Studies in Medieval and Early Renaissance Art History 19)

Hugonnard-Roche, H., 2008, L’enseignement supérieur dans les mondes antiques et médiévaux: aspects institutionnels, juridiques et pédagogiques, Paris (Textes et traditions 16).

Iliadi, A., 2003, Τα πανεπιστήμια στο Μεσαίωνα. Το πανεπιστήμιο του Παρισιού 12ος-15ος αι. Ιστορία, ρόλος στις πνευματικές εξελίξεις, προεκτάσεις, Trikala.

Jackson, H., 1920, Aristotle’s lecture-room and lectures, The Journal of Philology, 35, p. 191 - 200.

Johnson, W. A., 2010, Readers and reading culture in the high Roman Empire: a study of elite communities, New York.

Johnson, W. A. et Parker, H. N. (dir.), 2009, Ancient literacies: the Culture of Reading in Greece and Rome, Oxford - New York.

Kádár, Z., 1969, Sur les illustrations des ouvrages zoologiques d’Aristote et leur postérité, Acta Classica Universitatis Scientiarum Debreceniensis, 5, p. 55-62.

Kádár, Z., 1978, Survivals of Greek zoological illuminations in Byzantine manuscripts, Budapest.

Keuls, E., 1978, Rhetoric and Visual Aids in Greece and Rome, dans E. A. Havelock,
J P. Hershbell (dir.), Communication arts in the ancient world, New York, p. 121-134 (Humanistic Studies in the Communication Arts).

Kondakov, N. P., 1886, Histoire de l’art byzantin considéré principalement dans les miniatures, Paris - Londres (Bibliothèque internationale de l’Art).

Lazaris, S., 2010a, Art et science vétérinaire à Byzance. Formes et fonctions de l’image hippiatrique, Turnhout (Bibliologia 29).

Lazaris, S., 2010b, L’illustration des disciplines médicales dans l’Antiquité : hypothèses, enjeux, nouvelles interprétations, dans M. Bernabò (dir.), La Collezione Chirurgica di Niceta (Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 74.7). Tradizione Medica Antica a Bisanzio, Rome, p. 99-109 (Folia Picta. Manoscritti miniati medievali 2).

Lazaris, S., 2012, “Dell’ugna un leone” : le détail comme paradigme épistémologique en sciences de l’Antiquité, dans S. Lazaris (dir.), Le détail dans les cultures visuelles (Antiquité - xxie siècle). Actes du Colloque international (Strasbourg, 16-17 mars 2012), p. 439-450 (Ktèma 37).

Legras, B., 2002, Education et culture dans le monde grec viiie siècle av. J-C.-ive siècle ap. J.-C, Paris.

Legras, B., 2011, Les reclus grecs du Serapieion de Memphis: une enquête sur l’hellénisme égyptien, Leuven (Studia Hellenistica 49).

Markopoulos, A., 2006, De la structure de l’école byzantine. Le maître, les livres et le processus éducatif, dans B. Mondrain (dir.), Lire et écrire à Byzance, Paris, p. 85-96 (Centre de recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, Monographies 19).

Marrou, H.-I., 1991, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Le monde grec, Paris.

Moffatt, A., 1976, Science Teachers in the early Byzantine Empire : Some Statistics, dans M. Berza et E. Stanescu (dir.), Actes du xive congrès international des études byzantines (Bucarest, 6-12 sept., 1971), Bucarest, t. 3, p. 559-661.

Moraux, P., 1951, Les listes anciennes des ouvrages d’Aristote, Louvain.

Mudry, P., 1999, Le médecin dans l’Antiquité grecque et romaine, dans L. Callebat (dir.), Histoire du médecin, Paris, p. 21-57.

Muir, B. J. (dir.), 2002, Reading texts and images. Essays on medieval and renaissance art and patronage in honour of Margaret M. Manion, Exeter.

Nordenfalk, C., 1951, The Beginning of Book Decoration, dans O. Goetz (dir.), Essays in honour of Georg Swarzenski, Chicago, p. 9-20.

Obbink, D., 2007, Readers and Intellectuals - Appendix: Rosalia HATZILAMBROU, P. Oxy. XVIII 2192 Revisited, dans A. K. Bowman (dir.), Oxyrhynchus: A city and its texts, Londres, n° 93, p. 271-286 (Graeco-Roman memoirs 93).

Olivieri, A. et Festa, N., 1895, Indice dei codici greci delle biblioteche Universitaria e Comunale di Bologna, Studi italiani di filologia classica, 3, p. 385-495.

Orofino, G., 2011, Mnemotechiche visuali dell’antica medicina tibetana, dans A. Roselli et R. Velardi (dir.), L’insegnamento delle technai nelle culture antiche. Atti del convegno (Ercolano, 23-24 marzo 2009), Pise - Rome, p. 71-83 (AION. Annali dell’Università degli studi di Napoli « L’orientale ». Quaderni 15).

Pächt, O., 1997, L’enluminure médiévale: une introduction, Paris

Pack, R. A., 1965, The Greek and Latin literary texts from Greco-Roman Egypt, Ann Arbor

Pailler, J.-M. et Payen, P. (dir.), 2004, Que reste-t-il de l’éducation classique? Relire « le Marrou »: Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Toulouse.

Parkes, M. B., 1992, Pause and effect: an introduction to the history of punctuation in the West, Aldershot.

Porcher, J. et Concasty, M.-L. 1958, Byzance et la France médiévale manuscrits à peintures du iie au xvie siècle (catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 24 juin 1958-31 janvier 1959), Paris.

Pormann, P. E., 2010, Medical Education in Late Antiquity: From Alexandria to Montpellier, dans H. F. J. Horstmanshoff (dir.), Hippocrates and Medical Education: selected papers read at the XIIth International Hippocrates Colloquium, Universiteit Leiden, 24-26 August 2005, Leyde, p. 419-441 (Studies in Ancient Medicine 35).

Roselli, A., (1998), Tra pratica medica e filologia ippocratica : il caso della περὶ ἄρθρων πραγματεία di Apollonio di Cizio, dans G. Argoud, J.-Y. Guillaumin (dir.), Sciences exactes et sciences appliquées à Alexandrie. Actes du Colloque International de Saint-Étienne (6-8 juin 1996), Saint-Étienne, p. 217-231 (Mémoires 16).

Rouveret, A., 1982, Peinture et art de la mémoire : le paysage et l’allégorie dans les tableaux grecs et romains, Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 3, p. 571- 588.

Rouveret, A., 1989, Histoire et imaginaire de la peinture ancienne (ve siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C.), Rome - Paris (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 1ère serie 274).

Roy, B. et Zumthor, P. (dir.), 1985, Jeux de mémoire: aspects de la mnémotechnie médiévale: recueil d’études, Paris - Montréal (Études médiévales).

Scarborough, J., 2010, Teaching Surgery in Late Byzantine Alexandria, dans H. F. J. Horstmanshoff (dir.), Hippocrates and Medical Education: selected papers read at the XIIth International Hippocrates Colloquium, Universiteit Leiden, 24-26 August 2005, Leyde, p. 235-260 (Studies in Ancient Medicine 35).

Scarth, E.-A., 2008, Mnemotechnics and Virgil: The Art of Memory and Remembering, Saarbrücken.

Schamp, J., 2012, Du verbe au Verbe. Considérations sur le renouveau de l’enseignement à Byzance au ixe siècle, Rursus, 7, p. [s.p.] [ = revue électronique, article mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 2021 juillet 2012. URL : http:// rursus. revues. org/2813].

Schapiro, M., 2000, Les mots et les images: sémiotique du langage visuel, Paris (La littérature artistique).

Speck, P., 1974, Die Kaiserliche Universität von Konstantinopel Präzisierungen z. Frage d. höheren Schulwesens in Byzanz im 9 und 10. Jahrhundert, Munich.

Staden, H. von, (2004), Galen’s Alexandria, dans W. V. Harris et G. Ruffini (dir.), Ancient Alexandria between Egypt and Greece, Leyde - Boston, p. 179-215.

Stückelberger, A., 1994, Bild und Wort: das illustrierte Fachbuch in der antiken Naturwissenschaft, Medizin und Technik, Mainz am Rhein (Kulturgeschichte der antiken Welt 62).

Théodoridès, J., 1961, Remarques sur l’iconographie zoologique dans certains manuscrits byzantins et l’étude des miniatures zoologiques du codex Vaticanus graecus 284, Jahrbuch der Österreichischen Byzantinischen Gesellschaft, 10, p. 21-30.

Théodoridès, J., 1980, Considerations on the Medical Use of marine Invertebrates, dans M. Sears et D. Merriman (dir.), Oceanography: the Past. Proceedings of the Third International Congress on the History of Oceanography held at the Woods Hole Oceanographic Institution, September 22-26, 1980, Woods Hole (Mass.), New York - Heidelberg - Berlin, p. 734-749.

Thompson, D. A. W., 1947, A Glossary of Greek fishes, Londres (St Andrews University Publications 45).

Thorp, N., 1987, The Glory of the Page: Medieval & Renaissance Illuminated Manuscripts from Glasgow University Library, Londres.

Toubert, H., 1990, Illustration et mise en page, dans H.-J. Martin, J. Vezin et J. Monfrin (dir.), Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris, p. 355-420.

Touwaide, A., 1988, Les manuscrits grecs illustrés du traité περὶ ὕλης ἱατρικῆς de Dioscoride, dans Actes du 30e Congrès international d’histoire de la médecine/Proceedings of the 30th International Congress of the History of Medicine (Düsseldorf 31/08 - 5/09 1986), Leverkusen, p. 1148-1151.

Touwaide, A., 1992, Les deux traités de toxicologie attribués à Dioscoride. Tradition manuscrite, établissement du texte et critique d’authenticité, dans A. Garzya (dir.), Tradizione e ecdotica dei testi medici tardoantichi e bizantini. Atti del Convegno internazionale, Anacapri, 29-31 ottobre 1990, Naples, p. 291-335.

Triay, I., 1997, Images d’artistes: Essai sur la représentation iconographique des enlumineurs, peintres, sculpteurs et architectes dans les manuscrits de l’Occident médiéval du ixe au xve siècle, Paris (mémoire soutenu à l’Université de Paris I Pantheon-Sorbonne).

Tricot, J., 1987, Aristote, Organon, t. 4. Les seconds analytiques, Paris.

Tsamakda, V., 2002, The Illustrated Chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde.

Vassilaki, M., 2000, Το πορτραίτο του καλλιτέχνη στο Βυζάντιο, Hérakleion.

Villard, L., 1992, Les vases dans la Collection Hippocratique : vocabulaire et usage, Bulletin de correspondance hellénique, p. 73-96.

Weitzmann, K., 1970, Illustrations in Roll and Codex. A Study of the Origin and Method of Text Illustration, (Studies in Manuscript Illumination 2) [2ème éd. augmentée].

Weitzmann, K., 1979, The Miniatures of the Sacra Parallela: Parisinus Graecus 923, Princeton (Studies in manuscript illumination 8).

Wingo, O. E., 1972, Latin Punctuation in the Classical Age, La Haye (Janua Linguarum Series Practica 133).

Yates, F. A., 2004, L’art de la mémoire, Paris.

Haut de page

Notes

2 J’utilise le terme recension pour désigner les états d’un texte, comportant des variantes ou des modifications, apparus au fur et à mesure des copies tandis que le terme version renvoie aux traductions d’une œuvre d’une langue dans une autre.

3 Sur l’illustration de ce manuscrit, voir Horst et al., 1996.

4 Weitzmann, 1970, p. 135.

5 Tsamakda, 2002, p. 262-264.

6 Anne Tihon, que je remercie vivement de m’avoir communiqué ses observations sur ce manuscrit, pense que ces dessins sont de la plume de Nicéphore Grégoras, car les petites notes écrites qui s’y trouvent sont de son écriture. Certains folios sont consultables en ligne :

7 Weitzmann, 1970, p. 96 (il revient sur ce manuscrit à la p. 144).

8 Sur la notion de reconstitution en tant que fondement méthodologique en histoire de la miniature médiévale et de la critique textuelle, voir Lazaris, 2012.

9 Même si cette idée n’apparaît pas de façon aussi explicite dans les premières études sur la miniature byzantine, où l’on s’occupe de façon presque exclusive de son développement historique, l’idée de son apport à l’éclaircissement du texte et sa meilleure compréhension est tout de même présente (cf. Kondakov, 1886 ; Dalton, 1911, chap. VII. Illuminated Manuscripts, p. 435-493 ; Ebersolt, 1926). Cette fonction illustrative de la miniature médiévale, occidentale et byzantine en général, sera consolidée par la suite dans plusieurs études la concernant (cf. Diehl, 1925, t. 1, p. 230-263 ; t. 2, p. 595-641 et 872-884 ; Diringer, 1958 ; Bland, 1962 ; Pächt, 1997, notamment p. 155-160).

10 Les travaux sur les rapports « intellectuels » entre le texte et l’image dans les cultures occidentales sont nombreux. En ce qui concerne plus particulièrement le Moyen Âge, voir en dernier lieu Stückelberger, 1994 ; Schapiro, 2000 ; Muir, 2002 ; Hageman, Mostert, 2010. Sur les différents types de relation dans les manuscrits byzantins en général, les travaux de K. Weitzmann demeurent toujours une référence incontestable (voir tout particulièrement Weitzmann, 1970, p. 130-181). Rares sont par contre les études qui s’intéressent aux changements qui peuvent avoir lieu dans les relations entre la miniature et l’écrit d’un manuscrit à l’autre pour une même œuvre (sur ce point, voir en dernier lieu Lazaris, 2010a, p. 72-78 et 136-203). Sur les différents types de mise en page, voir Weitzmann, 1970 ; Gilissen, 1977 ; Toubert, 1990.

11 L’œuvre de Dioscoride est subdivisée en deux recensions majeures : l’une a préservé la forme d’origine du texte, tandis que l’autre lui a donné une forme alphabétique. Chacune se subdivise en trois sous-recensions.

12 Sur les débuts de l’illustration du De materia medica, voir Lazaris, 2010b, p. 100 sqq. Sur les manuscrits grecs illustrés de Dioscoride en général, voir Touwaide, 1988 et Collins, 2000.

13 Le terme ἐχῖνος désigne non seulement l’oursin et le hérisson, mais aussi, plus rarement et dans un contexte médical, un pot (cf. Villard, 1992, p. 82-83). Sur quelques autres objets auxquels on applique ce nom, voir Daremberg et Saglio, 1892, p. 450.

14 Ἐχῖνος θαλάσσιος εὐστόμαχος, εὐκοίλιος, οὐρητικός, οὗ τὸ ὄστρακον ὠμὸν μείγνυται χρησίμως τοῖς πρὸς τὰς ψώρας ἁρμόζουσι σμήγμασι, κεκαυμένον δὲ καθαίρει τὰ ῥυπαρὰ ἕλκη καὶ καταστέλλει τὰ ὑπερσαρκοῦντα, De materia medica, II, 1, éd. Wellmann, 1907.

15 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 59-69 et Cronier, 2012.

16 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 77-82.

17 L’oursin se différencie par la couleur de ses gonades : il est rouge chez le mâle et jaunâtre chez la femelle.

18 L’expression « lanterne d’Aristote » est devenue usuelle depuis Cuvier, 1805, p. 329-335, notamment p. 331, en hommage au Stagirite qui, le premier, a décrit la bouche de l’oursin. Nous lisons, en effet, dans l’Histoire des animaux que « la bouche de l’oursin est d’un bout à l’autre continue, mais en apparence sa surface n’est pas continue et ressemble à une lanterne privée de son entourage de peau. » (Κατὰ μὲν οὖν τὴν ἀρχὴν καὶ τελευτὴν συνεχὲς τοῦ ἐχίνου τὸ στόμα ἐστί, κατὰ δὲ τὴν ἐπιφάνειαν οὐ συνεχὲς ἀλλ’ ὅμοιον λαμπτῆρι μὴ ἔχοντι τὸ κύκλῳ δέρμα, Historia animalium, IV, 5, 531a, 3-5, éd. Louis, 1964).

19 Pourtant, dans la littérature ancienne, on mentionne le nombre exact. Ainsi, le Stagirite parle de cinq (ὀδόντας πέντε). Plusieurs autres auteurs, à l’instar d’Aristophane ou de Michel d’Éphèse, mentionnent cinq également (cf. Aristophanis historiae animalium epitome subjunctis Aeliani Timothei aliorumque eclogis, I, 137, éd. Lampros, 1885 ; In libros de partibus animalium commentaria, p. 72, 22-23, éd. Hayduck, 1904).

20 Le manuscrit de la Vaticane contient uniquement des figures et il a été copié, en partie, sur la base du manuscrit de New York, vraisemblablement, sous la direction du cardinal Isidore de Kiev dans les années 1440.

21 Cronier, 2012.

22 Sur cette hypothèse, voir Touwaide, 1992, p. 333-335.

23 Cronier, 2012, p. 108-109.

24 Voir, à titre d’exemple, dans Étienne, 1951, p. 102.

25 Sur les recensions de ce traité, voir supra, n. 11.

26 Ces deux témoins sont peu étudiés dans la littérature moderne. Comme souvent, à la suite du De materia medica, ils contiennent deux traités toxicologiques écrits par deux auteurs anonymes. Je remercie Madame Alexandra Durr qui a eu la gentillesse de me fournir les données de sa thèse de doctorat sur l’illustration des traités toxicologiques de deux pseudo-Dioscoride, thèse qu’elle prépare actuellement à l’Université de Fribourg (Suisse).

27 Sur ce manuscrit, voir Olivieri, Festa, 1895, p. 442-456 et Collins, 2000, p. 83.

28 Sur ce manuscrit, voir Porcher, Concasty, 1958, N° 95 (reproduction accessible en ligne : http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=COMP-2 & I = 51 & M = imageseule).

29 Sur ce manuscrit, voir Porcher, Concasty, 1958, N° 98 (reproduction accessible en ligne : http://initiale.irht.cnrs.fr/ouvrages/ouvrages.php?imageInd=94 & id = 3478).

30 Sur ce manuscrit, voir Weitzmann, 1979.

31 Je remercie Madame Marie Cronier de m’avoir communiqué ces informations.

32 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 149-154 (accessible en ligne :

http://bsb-mdz12-spiegel.bsb.lrz.de/~db/bsb00006544/images/).

33 Même si, selon certains chercheurs dont Weitzmann, 1970, p. 135, c’est un manuscrit avec des figures prises sur les prototypes byzantins, cela n’est pas le cas pour l’image de l’oursin. Notons que la copie parisienne de ce codex (Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 11214, disponible en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9068295m/f1.item) possède peu de figures ; celle de l’oursin est absente.

34 Collins, 2000, p. 118-124.

35 Sur ce manuscrit, voir Collins, 2000, p. 124-126 (disponible en ligne :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84229648/f1.image.r=dioscoride.langFR).

36 Soulignons que la recherche dans différentes bases de données iconographiques, dont Mandragore, Liber Floridus, Enluminures, Banque d’images du GAHOM, Iconographic Database de The Warburg Institute ou encore Illuminated Manuscripts de la British Library et l’interrogation de plusieurs collègues, m’a permis de consolider l’idée de la rareté de la représentation de l’oursin marin en général et, surtout, de l’unicum du manuscrit new yorkais, si l’on excepte, pour des raisons évidentes, sa copie vaticane.

37 Théodoridès, 1961.

38 Kádár, 1969. Quelques années plus tard, Z. Kádár a consacré tout un chapitre, dans son ouvrage sur l’illustration zoologique, aux images provenant de l’œuvre d’Aristote (Kádár, 1978, p. 30-33).

39 On a parfois traduit le titre de cet ouvrage par « dissections » (cf. Genaille, 1965, t. 1, p. 237), ce qui est moins cohérent avec son contenu (cf. Louis, 1964, p. XXXIII).

40 Cet ouvrage figure dans la liste de Diogène Laërce (n° 103), qui constitue la plus ancienne des sources antiques recensant l’œuvre du Stagirite. Nous lisons en effet dans son Vitae philosophorum, V, 25, 15 : Ἀνατομῶν α’ β’ γ’ δ’ ε’ ϛ’ ζ’, éd. Marcovich, 1999. Notons que dans certains codex l’œuvre est mentionnée en huit livres (cf. dans l’édition de Long, 1966, p. 209). Sur le catalogue de Diogène Laërce, voir également Moraux, 1951, p. 108 qui mentionne cette œuvre en sept livres et renvoie aux références d’Aristote à ce recueil recensées dans Bonitz, 1961 [reproduction anastatique de l’édition de 1870], p. 104a, 4-14.

41 Louis, 1964, p. XXXIII et n. 7.

42 C’est, en effet, au centre de sa face ventrale que se trouve la bouche entourée d’une membrane, le péristome, et munie de cinq solides mâchoires porteuses de dents en forme de bec (cf. supra, n. 17).

43 Aristote appelle œufs les gonades de l’oursin. Tandis que dans l’Histoire des animaux (IV, 5, 530b, 30-31), il précise leur nombre : cinq, dans les Parties des animaux (IV, 5, 680a, 11-14), il reste vague en écrivant qu’ils sont nombreux (πλείω τὸν ἀριθμόν).

44 Ainsi que le précise Louis, 1956, p. 190 dans son commentaire, rien dans l’anatomie des oursins ne correspond à cette dernière description du Stagirite. Il s’agit peut-être de déjections ou de fragments d’algues.

45 Sur l’oursin marin dans la littérature ancienne en général, voir Thompson, 1947, p. 70-73 et dans la pharmacopée, voir Théodoridès, 1980, p. 738-739.

46 Par « disciplines médicales », j’entends celles qui sont consacrées à la médecine humaine ou animale, y compris à ses aspects auxiliaires ou subsidiaires. En d’autres termes, cette expression embrasse la médecine humaine à proprement parler (avec tous ses aspects diagnostiques), la médecine vétérinaire, mais aussi la pharmacologie et la toxicologie. On a, en effet, souvent tendance à confondre sous le titre générique d’illustration scientifique celle d’ouvrages médicaux. Pourtant, les disciplines médicales dans les périodes envisagées ici, ne faisant pas partie du cursus traditionnel d’enseignement, avaient une place à part.

47 Lazaris, 2010b (compte rendu : Scriptorium, Bulletin codicologique, 2012, p. 60-61).

48 Des cas comme le Papyrus d’Artémidore ( = MP168.02O) pourraient d’ailleurs servir de contre-exemples à ces allégations. Par contre, le coût très élevé a bien entendu freiné l’élaboration de livres illustrés, mais il ne rentre pas en compte ici parce qu’il continue à être élevé tout au long du
Moyen Âge.

49 Dans les inscriptions latines, on commence par mettre un point (punctum) entre chaque mot. C’est Aristophane de Byzance (vers 220 av. J.-C.) qui utilisa la première ponctuation précise : le point parfait au-dessus de la ligne, le point moyen au milieu, le sous-point au-dessous de la ligne (distinctio, media distinctio et subdistinctio). Nous connaissons aussi quelques papyrus – littéraires comme documentaires – qui présentent différentes sortes de guides graphiques pour l’œil, depuis la simple paragraphos pour marquer les changements de locuteurs jusqu’à l’emploi systématique – rare – des esprits et accents, en passant par une tendance naturelle, dans les écritures plus cursives, à séparer un tout petit peu les mots. Cependant, malgré ces tentatives, la grande majorité des textes reste longtemps encore sans réelle séparation des mots, sans initiales agrandies et sans paragraphes.

50 Sur la lecture dans l’Antiquité et la présentation du texte, voir Wingo, 1972 ; Havelock, 1981 ; Parkes, 1992 ; Cavallo, Chartier, 2001 ; Fischer, 2003 ; Cavallo, 2007 ; Obbink, 2007 ; Johnson, Parker, 2009 ; Cavallo, 2010 ; Johnson, 2010 ; Bagnall, 2011. Pour une bibliographie plus large, voir dans le Bulletin analytique d’histoire romaine (accessible en ligne : http://www2i.misha.fr/flora/servlet/LoginServlet).

51 D’ailleurs, si certains auteurs, tel Vitruve, préfèrent placer les figures qui illustrent leur œuvre à la fin de celle-ci, donc loin de l’écrit, c’est probablement pour ne pas compliquer la lecture. Les illustrations du De architectura étaient regroupées à la fin des différents livres (in extremo volumine ou in extremo libro), à l’exception de deux d’entre elles qui se trouvaient en bas de page (in ima pagina). Sur les images dans cette œuvre, voir Fleury, 1990, p. lxii-lxviii ; Gros, 1996.

52 Voir ses mentions dans l’Histoire des animaux : θεωρείσθω δὲ τὰ εἰρημένα ταῦτα ἐκ τῆς ὑπογραφῆς τῆςδε, III, 1, 510a, 29-30 ; ὠὸν ἐφ’ οὗ τὸ Α, ὀφθαλμοὶ ἐφ’ ὧν τὸ ΒΓ, τὸ σηπίδιον αὐτὸ ἐφ’ οὗ Δ, V, 18, 550a, 25-26, éd. Louis, 1964. Dans son édition de cette œuvre, Thompson, 1910, a essayé de restituer les figures auxquelles Aristote fait allusion (cf. Aristotelis opera [ex recensione Immanuelis Bekkeri], t. 5. Index Aristotelicus, éd. Bonitz, 1961 [reproduction anastatique de l’édition de 1870], p. 178 [διαγραφή] et 795 [ὑπογραφή]).

53 Hormis les herbiers illustrés (cf. infra, n. 56), une telle mise en page a été aussi choisie pour le Napoli, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele II, 1 (olim Vindob. Suppl. gr. 28) du viie siècle, qui contient le De materia medica de Dioscoride.

54 Nordenfalk, 1951, p. 12.

55 L’abréviation « MP3 » désigne la troisième édition du catalogue de Pack, 1965, accessible en ligne : http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/indexsimple.asp.

56 Pour une présentation détaillée de ces deux papyrus, voir Fausti, 2004.

57 http://www.trismegistos.org/tm/detail.php?tm=64474.

58 http://www.trismegistos.org/ldab/text.php?tm=63192.

59 http://www.trismegistos.org/ldab/text.php?tm=64144.

60 Du iie siècle pour l’herbier de Tebtynis [ = MP2094] ; de l’extrême fin du ive pour celui d’Antinoé [ = MP2095] ; du iiie siècle pour le papyrus munichois ; du ier siècle pour le papyrus viennois ; du iiie/ive pour celui de la Bibliothèque nationale de France et, enfin, du iiie siècle pour le dernier.

61 http://www.trismegistos.org/ldab/text.php?tm=59770.

62 Même si dans l’Antiquité on ne pratiquait que peu ce type de lecture pour des raisons que je viens d’analyser, nous connaissons des cas de lecture murmurée (cf. infra, n. 66).

63 Cf. Rouveret, 1989, p. 357, n. 154 ; Legras, 2011, p. 244-252.

64 Tandis que nous connaissons des représentations avec des peintres au travail, peu de figures montrent des miniaturistes à l’œuvre, aussi bien à Byzance qu’en Occident (cf. Egbert, 1967 ; Triay, 1997 ; Vassilaki, 2000). Je remercie Madame Aline Debert qui m’a permis de travailler sur la banque d’images du GAHOM.

65 Ce manuscrit présente une mise en page intermédiaire entre ce qui était courant dans l’Antiquité et les différents types qui vont être développés tout au long du Moyen Âge. Aussi, dans les folios 2r-387r, qui contiennent le De materia medica, les plantes font face, pour la plupart, à leur description (figure au verso et texte au recto du folio suivant). Il s’agit ici d’un premier pas vers l’union de l’image et du texte sur le même support. Un pas certes timide puisque la présentation antique, avec les figures à pleine page, séparées de l’écrit, comme cela devait être le cas des planches mobiles se maintient. La mise en page est donc ici encore d’un type intermédiaire. Ce n’est que plus tard qu’on commença à tirer véritablement profit des nouvelles possibilités offertes par le codex.

66 La lecture silencieuse était une pratique déjà connue dans l’Antiquité, mais moins usitée, en raison notamment des difficultés causées par la mise en page du texte. Plusieurs raisons ont accéléré son adoption. En premier lieu, les textes religieux, lus pour connaître Dieu et sauver son âme, qui devaient être médités et appris par cœur. Le meilleur moyen pour y parvenir était la lecture murmurée ou encore complètement silencieuse, surtout quand elle devait avoir lieu dans une institution religieuse, à l’intérieur d’une communauté. Rappelons ici saint Augustin qui s’étonne dans ses Confessions (VI, 3, 20-38 éd. de Labriolle, 1996) de voir Ambroise lire à voix muette contrairement, semble-t-il, aux usages de l’époque. Même s’il ne convient pas d’accorder à ce témoignage une trop grande importance, il faut tout de même en tenir compte. Sur l’apport du christianisme à la nouvelle façon de lire, voir Grafton, 2008 (avec bibliographie antérieure).

67 Sur ce codex, voir, entre autres, Carder, 1983, p. 7 et 150 (sur le f. 2r).

68 Ce manuscrit, qui contient l’œuvre de Bertrand Boysset, arpenteur arlésien (1355-1415), est accessible en ligne sur le site : http://www.enluminures.culture.fr/

69 Sur ces deux scènes, voir Elderkin, 1935.

70 Ferrua, 1960, p. 70-71 ; Ferrua, 1990, p. 132. Sur cette image et les différentes hypothèses sur son iconographie, voir Grmek, Gourevitch, 1998, p. 193-195.

71 Sur ce manuscrit, voir Thorp, 1987, N° 61, p. 121.

72 Kádár, 1969, p. 55

73 Jackson, 1920.

74 Aussi bien dans son De la génération et la corruption (καθάπερ Πλάτων ἐν ταῖς διαιρέσεσιν, II, 3, 330b, 16, éd. Rashed 2005) que dans les Parties des animaux (καθάπερ ἔχουσιν αἱ γεγραμμέναι διαιρέσεις, I, 2, 642b, 12, éd. Louis, 1956), Aristote attaque la méthode de Platon et ses sortes de tableaux muraux qui servaient de guides ou de mémentos à des exercices portant sur les classifications d’animaux ou de plantes (cf. Diès, 1960, p. xxvii).

75 Herrlinger, 1970, p. 9.

76 Sur le séjour et les études de Galien à Alexandrie, la bibliographie est très riche (voir, entre autres, von Staden, 2004, qui décrit les relations entre Galien et Ioulianos).

77 Sur l’enseignement médical dans l’Antiquité et à Byzance, voir Moffatt, 1976 ; Duffy, 1984 ; Mudry, 1999 ; Andorlini, 2007 ; Craik, 2010 ; Pormann, 2010 ; Scarborough, 2010. Plus généralement, sur l’éducation dans l’Antiquité et le Moyen Âge, hormis les références citées plus haut, notamment celles sur la lecture et les lecteurs (n. 50), voir Marrou, 1991 ; Legras, 2002 ; Pailler, Payen, 2004 ; Hugonnard-Roche, 2008. Sur l’enseignement supérieur plus précisément, voir Fuchs, 1926, notamment p. 25-35 ; Speck, 1974 ; Constantinidis, 1982 ; Roy, Zumthor, 1985 ; Iliadi, 2003 ; Markopoulos, 2006 ; Hugonnard-Roche, 2008 ; Schamp, 2012.

78 Scarborough, 2010, p. 242.

79 Sur les iatrosophistes et leur enseignement, voir en dernier lieu Pormann, 2010, notamment p. 424 sqq.

80 Une scholie attribuée à Jean d’Alexandrie dans le Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. gr. 300, f. 192r précise les tâches que le professeur de médecine devait remplir : clarifier l’expression et les mots (σαφηνίζειν τὰς λέξεις) ; donner le sens général (ἡ διάνοια τοῦ παντὸς λόγου) ; placer le texte dans le contexte plus général, surtout médical (ἡ διάκρισις τοῦ λόγου). Son œuvre a été conservée en entier uniquement en latin. Seuls quelques fragments sont parvenus en grec dans le Vaticanus.

81 Pormann, 2010, p. 421-423.

82 Dans un contexte livresque et non forcément d’enseignement ἀπὸ φωνῆς, rappelons Apollonios de Citium, qui avait préparé au ier siècle avant notre ère une version abrégée et illustrée du traité hippocratique (In Hippocratis de articulis commentarius) en adaptant le texte ancien aux images ajoutées dans un but strictement didactique et clairement annoncé (cf. Roselli, 1998 ; Lazaris, 2010b).

83 Des diagrammes, tels les Tabulae Vindobonenses du Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 16 (olim 35), aident, en effet, à visualiser l’information textuelle et rendent ainsi le processus de mémorisation plus évident. Sur ce manuscrit, voir Gundert, 1998.

84 Sur l’apport de l’image dans l’enseignement, voir Keuls, 1978 ; Carruthers, 2002, p. 254-255.

85 Kádár, 1978, p. 81.

86 Voir http://archives.aphp.fr/Les-planches-anatomiques.html?article.

87 Avakiantz, 2012, p. 12, fig. 1.

88 Voir dans son De generatione animalium, I, 11, 719a, 10 (ἔκ τε τῶν ἀνατομῶν) ; II, 7, 746a, 14-15 (ἔκ τε τῶν παραδειγμάτων τῶν ἐν ταῖς ἀνατομαῖς καὶ τῶν ἐν ταῖς ἱστορίαις γεγραμμένων). Voir également dans le Historia animalium, I, 17, 497a, 33 (ἐκ τῆς διαγραφῆς τῆς ἐν ταῖς ἀνατομαῖς) ; III, 1, 509b, 22 (ἔκ τε τῶν ἀνατομῶν) ; III, 1, 511a, 13 (τοῖς σχήμασιν ἐκ τῶν ἀνατομῶν) ; IV, 1, 525a, 8 (ἀνατομαῖς διαγραφῆς) ; IV, 1, 529b, 19 (ἐκ τῶν ἀνατομῶν θεωρείσθω) ; IV, 1, 530a, 31 (ἐκ τῶν ἀνατομῶν θεωρείσθωσαν) ; VI, 10, 565a, 12 (ἐκ τῶν ἀνατομῶν θεωρείσθω) ; VI, 11, 566a, 14-15 (ἐκ τῶν ἐν ταῖς ἀνατομαῖς διαγραμμένων). Voir aussi dans le De partibus animalium, V, 10, 680a, 1 (καὶ ἐκ τῶν ἀνατομῶν).

Selon Tricot, 1987, p. 225, n. 5, le terme ἀνατομή dans le Analytica posteriora ne renvoie pas aux Schémas anatomiques, mais il serait utilisé comme synonyme de διαίρεσις (πρὸς δὲ τὸ ἔχειν τὰ προβλήματα ἐκλέγειν δεῖ τάς τε ἀνατομὰς καὶ τὰς διαιρέσεις, 98a, 1-2). Carbone, 2011, p. 54 pense que par διαιρέσεις Aristote évoque « les répertoires de couples de termes opposés qu’il rappelle ailleurs sous le nom de “divisions écrites” (PA I 2, 642b 12) » et par ἀνατομᾶς les schémas anatomiques.

89 Carbone, 2011, p. 15-16.

90 Sur la mnémotechnie ancienne, voir Rouveret, 1982 ; Carruthers, 2002 ; Yates, 2004 ; Scarth, 2008 ; Lazaris, 2010a, p. 98-103 (et p. 104-106 pour les expériences modernes) ; Orofino, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Crédits New York, Pierpont Morgan Library, M 652, f. 214v (détail)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Fig. 2.
Crédits Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Chigianus F.VII.159 (gr. 53), f. 222r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-2.png
Fichier image/png, 997k
Titre Fig. 3.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, gr. 2183, f. 34r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-3.png
Fichier image/png, 241k
Titre Fig. 4.
Crédits Salamanca, Biblioteca Universitaria, 2659 (Palacio 3207), f. ν´[50]r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-4.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 5.
Crédits P. Sorb. inv. 2272b
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 6.
Crédits Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1, f. 5v
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-6.png
Fichier image/png, 655k
Titre Fig. 7.
Crédits Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1, f. 5v (detail)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 8.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 4915, f. 1r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-8.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig. 9.
Crédits Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 1179, f. 246r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-9.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 10.
Crédits Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 2r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-10.png
Fichier image/png, 428k
Titre Fig. 11.
Crédits Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 3r
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-11.png
Fichier image/png, 408k
Titre Fig. 12.
Crédits Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 2r (détail)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-12.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 13.
Crédits Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Palat. lat. 1564, f. 2r (détail)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-13.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig. 14.
Crédits Umbra-Sarcina, Rome, Villa Albani
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-14.png
Fichier image/png, 1022k
Titre Fig. 15.
Crédits Rome, Catacombe de la Via Latina
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-15.png
Fichier image/png, 565k
Titre Fig. 16.
Crédits Glasgow, University Library, MS Hunter 9 (S.1.9), f. 30v
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-16.png
Fichier image/png, 837k
Titre Fig. 17.
Crédits Wien, Österreichische Nationalbibliothek, med. gr. 1, f. 483v
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-17.png
Fichier image/png, 728k
Titre Fig. 18.
Crédits Glasgow, University Library, MS Hunter 9 (S.1.9), f. 1r (détail)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-18.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 19.
Crédits École de chirurgie - Salle de dissection vers 1900
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1400/img-19.png
Fichier image/png, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stavros Lazaris, « L’image paradigmatique : des Schémas anatomiques d’Aristote au De materia medica de Dioscoride », Pallas, 93 | 2013, 131-164.

Référence électronique

Stavros Lazaris, « L’image paradigmatique : des Schémas anatomiques d’Aristote au De materia medica de Dioscoride », Pallas [En ligne], 93 | 2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/1400 ; DOI : 10.4000/pallas.1400

Haut de page

Auteur

Stavros Lazaris

CNRS, UMR 7044, Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org