Navigation – Plan du site
4. Le texte rivalisant avec l’image

Description et récit

Fonction proleptique des ecphraseis chez Nonnos
Description and narration. The proleptic function of the ecphraseis in Nonnus
Hélène Frangoulis
p. 237-252

Résumés

Dans les Dionysiaques, les ecphraseis possèdent la même fonction proleptique que dans les romans. C’est ainsi qu’au début du poème, l’ecphrasis d’Europe permet à Nonnos d’utiliser les mêmes procédés d’anticipation qu’Achille Tatius pour annoncer comment il va pervertir le schéma habituel de la narration : la peur de la vierge, emportée contre son gré dans une course qu’elle ne maîtrise pas, préfigure la non-réciprocité des amours hétérosexuelles, où seules la violence et la perfidie permettent à Dionysos, comme à Zeus, de parvenir à leurs fins. De même, la violence de la légende de Térée, Procné et Philomèle prépare à la violence du sort et des actions d’Aura, en un jeu littéraire d’identifications qui assimilent Aura non seulement à Philomèle violentée mais aussi aux deux sœurs infanticides et au parent qui dévore son enfant. L’épisode d’Aura devient ainsi le symbole de la manière dont Nonnos transforme et pervertit les heureux dénouements des romans grecs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, le terme ecphrasis n’est pas employé au sens moderne de description d’œuvre d’art (...)
  • 2 Cf. par exemple III, 140-179 (jardin du roi Émathion à Samothrace) ; XXV, 380-572 (bouclier de Dion (...)
  • 3 Ach. Tat., I, 1, 2-13. E. Rohde a été le premier à relever la coïncidence, même si le savant allema (...)
  • 4 Cf. Shorrock, 2001, p. 193, n. 286; Fayant, 2003, p. 35-36. Giraudet, 2011, passim, analyse l’influ (...)
  • 5 Cf. Fayant, 2003, p. 36 : chez Achille Tatius, après la description du tableau, un premier narrateu (...)
  • 6 Ach. Tat., V, 3, 4-8 ; explication en V, 5, 1-9.
  • 7 Nonnos aborde aussi cette légende en II, 130-139 ; XII, 75-78 ; XLIV, 265-269 ; XLVII, 30-33 ; XLVI (...)
  • 8 Cf. Bartsch, 1989, p. 48-79; Billault, 1991, p. 246-265; Billault, 2005, p. 235-240; Laplace, 2007, (...)
  • 9 Sur la reprise et le détournement des topoi des romans grecs dans les épisodes amoureux des Dionysi (...)
  • 10 Cet article est une adaptation de plusieurs chapitres de l’ouvrage inédit que j’ai rédigé en vue de (...)

1Les ecphraseis1 sont nombreuses dans les Dionysiaques, épopée de quarante-huit chants composée par Nonnos de Panopolis au ve s. ap. J.-C.2 Mais deux d’entre elles ont particulièrement retenu mon attention, à cause des parallèles qui peuvent être établis avec les ecphraseis correspondantes des romans grecs. Au début du poème, l’ecphrasis d’Europe, longue d’une centaine de vers (I, 46-137), s’inspire de diverses sources, l’Europé du poète hellénistique Moschos par exemple, mais son principal modèle est le roman d’Achille Tatius, Leucippé et Clitophon, qui commence lui aussi par une ecphrasis décrivant l’enlèvement d’Europe par Zeus3. En effet, non seulement la place du passage est la même mais dans les deux cas, comme l’a bien montré Marie-Christine Fayant, le tableau initial, composé d’une scène sur terre suivie d’une scène sur mer4, permet d’enclencher le récit5. De plus, c’est également sous forme d’ecphrasis que Nonnos, comme Achille Tatius6, aborde au chant IV des Dionysiaques une autre légende, celle de Térée, Philomèle et Procné (IV, 319-330)7. Les ressemblances ne s’arrêtent pas là : chez le poète comme chez le romancier, le contenu même des descriptions préfigure les épisodes à venir. De même que les commentateurs ont analysé la valeur proleptique des ecphraseis des romans grecs8, le but de cette étude sera donc de déterminer dans quelle mesure les deux ecphraseis nonniennes peuvent avoir la même fonction proleptique que dans les romans et, en constituant une anticipation des épisodes romanesques du poème9, préfigurer les différences qui existent entre leurs dénouements et les heureux dénouements des romans grecs10.

1. Ecphrasis d’Europe

1. 1. La peur d’Europe

  • 11 Ach. Tat., I, 1, 7 (cf. aussi ὑπὸ φόβου). En I, 1, 8, elles semblent à la fois « vouloir courir ver (...)
  • 12 Trad. F. Vian, C.U.F., pour tous les extraits du chant I des Dionysiaques. Autres réactions mention (...)

2Chez Nonnos comme chez Achille Tatius, l’ecphrasis initiale permet de décrire les réactions suscitées par l’enlèvement de la jeune fille. Celles des spectateurs sont parfois similaires : chez le romancier, les compagnes d’Europe ont une « attitude de joie mêlée de crainte » (τὸ σχῆμα ταῖς παρθένοις καὶ χαρᾶς καὶ φόβου)11 ; de même, dans les Dionysiaques, lorsque Nérée voit passer le taureau et son étrange fardeau, il montre le spectacle à sa femme Dôris, « partagé entre la frayeur et l’admiration » (I, 64 θαῦμα φόβῳ κεράσας)12.

3En revanche, la réaction d’Europe est très différente chez les deux auteurs. Dans le roman, aucun terme ne laisse présager de la part de la vierge une quelconque frayeur et elle reste parfaitement calme, assise sur le dos du taureau qui l’emmène, dans une posture qu’elle semble totalement maîtriser :

  • 13 Ach. Tat., I, 1, 10.

la jeune fille était assise au milieu du dos (ἡ παρθένος μέσοις ἐπεκάθητο τοῖς νώτοις τοῦ βοός), non pas à califourchon, mais de côté (οὐ περιβάδην, ἀλλὰ κατὰ πλευράν) ; les deux pieds côte à côte sur la droite (ἐπὶ δεξιὰ συμβᾶσα τὼ πόδε) 13.

  • 14 Ach. Tat., III, 7, 2-3 (δέος; τὸ δέος; φόβῳ).
  • 15 Ach. Tat., II, 19, 2.
  • 16 Ach. Tat., II, 30, 1-2; II, 31. Sur cette interprétation, cf. Bartsch, 1989, p. 53-54 ; Billault, 2 (...)

4Les commentateurs ont vu dans le comportement d’Europe, qui contraste par exemple avec la peur manifestée par Andromède dans l’ecphrasis qui lui est consacrée14, à la fois le signe de son acceptation de l’aventure et une anticipation du comportement de Leucippé, qui accepte de recevoir Clitophon dans sa chambre15 et part ensuite volontairement avec lui16.

  • 17 Dans l’Europé de Moschos, Europe est effrayée par le songe qui lui annonce son enlèvement (16 δειμα (...)
  • 18 Il n’accélèrera l’allure qu’au v. 79.

5Si on adopte pour Nonnos le même type d’interprétation, l’attitude qui est chez lui celle d’Europe devient lourde de sens. Contrairement à la jeune fille décrite par Achille Tatius, l’Europe des Dionysiaques manifeste à plusieurs reprises son épouvante devant le sort qui est le sien17 : dès que le taureau commence sa course sur les flots, elle est « tremblante de peur » (I, 56 δείματι παλλομένη), puis « apeurée » (I, 67 τρομέουσα). Bien sûr, ses premières frayeurs peuvent s’expliquer en partie par la peur que lui inspirent la navigation et la proximité des vagues. C’est le cas en I, 67 où la jeune fille est « apeurée par les bonds aériens de son humide traversée » (διερῆς τρομέουσα μετάρσιον ἅλμα πορείης). Mais il s’agit – et Nonnos insiste bien là-dessus – d’une peur infondée : le taureau avance alors « d’un pas contenu » (I, 55 ἴχνεσι φειδομένοισιν)18 qui permet à la jeune fille de voguer « sans être secouée ni éclaboussée » (I, 57 ἀστεμφὴς ἀδίαντος, deux adjectifs placés en asyndète). Les trois expressions qui illustrent respectivement l’allure mesurée du taureau, la peur d’Europe et l’absence d’éclaboussure sont d’ailleurs mises en relief par le poète, se trouvant au début de trois vers consécutifs, et chaque fois à la coupe (troisième trochaïque au v. 55 – penthémimère au v. 56 – troisième trochaïque au v. 57) :

ἴχνεσι φειδομένοισιν· ὑπὲρ πόντοιο δὲ κούρη
δείματι παλλομένη βοέῳ ναυτίλλετο νώτῳ
ἀστεμφὴς ἀδίαντος (I, 55-57).

6La mention de la frayeur d’Europe est donc entourée par l’évocation des deux raisons pour lesquelles la traversée ne peut lui faire courir aucun danger. Pour elle, le véritable péril est ailleurs, et elle le sait bien. Ses supplications finales ne laissent d’ailleurs aucun doute sur sa crainte réelle, celle du viol, quand elle s’écrie tout en éclatant en sanglots :

Cœur sans pitié, épargne une vierge (φείδεο κούρης). Embruns, allez pour moi dire à mon père qui chérit tant sa fille qu’Europé a quitté sa patrie, assise sur je ne sais quel taureau, ravisseur, navigateur, et aussi, je présume, époux (καί, ὡς δοκέω, παρακοίτῃ […] Que je ne connaisse pas Borée en mal d’amour après le taureau ! (μὴ Βορέην μετὰ ταῦρον ἐρωμανέοντα νοήσω) (I, 129-136).

  • 19 Chalcomédé « craint (δειμαίνουσα) les transports de Morrheus » (XXXIII, 320) ; cf. aussi XXXIII, 35 (...)
  • 20 On ne compte que trois exceptions : Sémélé finit par désirer des noces semblables à celles d’Héra ( (...)
  • 21 XV, 169 à XVI, 405 : cf. Frangoulis, 2009, passim.
  • 22 XXXIII, 166 à XXXV, 262a.
  • 23 XLVIII, 238-942.

7De même que le calme d’Europe dans le roman d’Achille Tatius préfigure l’acceptation de Leucippé, la terreur de l’Europe nonnienne devant Zeus ou Borée, son refus de s’unir avec eux anticipent la terreur de certaines héroïnes des épisodes romanesques de l’épopée19 et la non-réciprocité qui est presque toujours de règle dans le poème pour les amours hétérosexuelles20 : aux chants XV et XVI, la nymphe Nicaia refuse l’amour du bouvier Hymnos avant d’être violée par Dionysos21 ; aux chants XXXIII-XXXV, la Bacchante Chalcomédé, sur le point d’être violée par l’Indien Morrheus, n’est sauvée que par le serpent qui jaillit de son sein pour la protéger22 ; au chant XLVIII, la nymphe Aura, vierge rebelle au mariage, après avoir été violée par Dionysos, tue et dévore l’un des jumeaux qu’elle vient de mettre au monde avant de se donner elle-même la mort23. La peur d’Europe, héroïne du premier épisode romanesque de l’épopée nonnienne, préfigure ces dénouements, à l’opposé des heureuses retrouvailles qui constituent la norme des romans grecs.

  • 24 Ach. Tat., I, 1, 3-7. Scène sur mer : Ach. Tat., I, 1, 8-13.
  • 25 Scène sur mer en I, 53b-137.

8L’attitude opposée des deux jeunes filles explique aussi sans doute pourquoi la scène sur terre est différente dans les deux ecphraseis. Achille Tatius, qui la consacre à la description du décor et aux réactions des compagnes d’Europe24, ne raconte pas la scène de l’enlèvement, supprimant ainsi toute idée de violence ou de contrainte : le départ du taureau a déjà eu lieu et Europe se trouve déjà sur mer, tranquillement assise sur le dos de l’animal. Nonnos, lui, consacre l’ensemble de sa scène sur terre (I, 46-53a)25 au moment même du rapt, en insistant, dans un passage très redondant, sur la manière dont Éros doit immobiliser la jeune fille pour la déposer sur le dos du taureau :

Μετοχμάζων δὲ γυναῖκα,
κυκλώσας παλάμας περὶ γαστέρα δίζυγι δεσμῷ,
βαιὸς Ἔρως κούφιζε·

« Tenant à bras le corps une femme, après lui avoir passé autour de la taille le double lien de ses mains recourbées, le petit Éros la soulève » (I, 48-50).

  • 26 Europe est de nouveau désignée par γυναῖκα en I, 63, 85.

9Le nom d’Europe n’est pas cité avant le vers 53, trois vers plus loin (Εὐρώπην ἀνάειρε). Il s’agit d’un procédé fréquent dans le traitement des légendes chez Nonnos, le poète aimant donner quelques indices au lecteur avant de lui révéler à la fin la solution de l’énigme. Mais ici le procédé peut prendre une signification supplémentaire. La γυναῖκα (I, 48) qu’Éros immobilise pour la contraindre à une union amoureuse ne désigne pas seulement Europe mais préfigure d’autres héroïnes des épisodes romanesques des Dionysiaques26.

  • 27 Cf. D’Ippolito, 1964, p. 192.
  • 28 Cf. Fayant, 2003, p. 36.

10Malgré l’opinion de G. D’Ippolito qui ne voit dans la place de l’ecphrasis chez Nonnos qu’une tradition mythographique qui fait toujours commencer l’histoire de Cadmos par l’enlèvement d’Europe27, son utilisation par le poète est donc une référence directe au roman d’Achille Tatius, et cela d’autant plus que la légende est dans les deux cas présentée sous la forme d’une ecphrasis28. C’est donc en utilisant le même procédé que le romancier, une ecphrasis à valeur proleptique, que Nonnos suggère à son lecteur les différences existant entre les épisodes romanesques de son épopée et les stéréotypes des romans grecs. Le procédé est d’ailleurs confirmé par le traitement des comparaisons dans l’ecphrasis nonnienne.

1. 2. Navire, pilote et aurige

  • 29 L’image du bœuf navigateur (I, 50 ὑγροπόρος βοῦς, 54, 93-94, 104-105) est empruntée à Moschos, Euro (...)
  • 30 Selon l’interprétation rationaliste du mythe d’Europe, la jeune fille aurait été enlevée à bord d’u (...)

11Pour décrire Zeus emportant Europe sur les flots, Nonnos emprunte à Achille Tatius29 la comparaison du taureau et du navire30 :

Ach. Tat., I, 1, 12

Nonnos, I, 65-66, 69-70

ἤρτητο δὲ ἀμφοῖν ἑκατέρωθεν ὑπὲρ τὴν κεφαλὴν ἡ καλύπτρα κύκλῳ τῶν νώτων ἐμπεπετασμένη· ὁ δὲ κόλπος τοῦ πέπλου πάντοθεν ἐτέτατο κυρτούμενος· καὶ ἦν οὗτος ἄνεμος τοῦ ζωγράφου. Ἡ δὲ δίκην ἐπεκάθητο τῷ ταύρῳ πλεούσης νηός, ὥσπερ ἱστίῳ τῷ πέπλῳ χρωμένη.

65   Ἀκροβαφῆ δὲ
66   ὁλκάδα ταῦρον ἔχουσα βοοστόλος ἔπλεε νύμφη

« Embarquée sur le taureau qui frôle à peine l’onde, la jeune fille fait route sur son esquif bovin »

« Elle retenait au-dessus de sa tête, de ses deux mains, le voile qui se déployait autour de ses épaules; le repli de son peplos se tendait en s’arrondissant de toutes parts: c’est ainsi que le peintre avait représenté le vent. La jeune fille était assise sur le taureau comme sur un vaisseau qui vogue, se servant comme d’une voile de son peplos »

69   Καὶ δολόεις Βορέης γαμίῃ δεδονημένος αὔρῃ
70   φᾶρος ὅλον κόλπωσε δυσίμερος
« Et le perfide Borée, que tourmente la brise nuptiale, gonfle tout son voile, torturé par le désir ».

  • 31 L’image d’Europe velificans est présente chez Moschos, Europé, 129-130 ; Ov., Mét., II, 875 ; Lucie (...)
  • 32 Europe est donc ainsi doublement victime d’Éros, par l’intermédiaire de Zeus et de Borée.

12À l’intérieur de cette comparaison, le poète reprend aussi l’image du peplos qui se gonfle comme la voile d’un vaisseau31, mais il la traite d’une manière différente. Chez le romancier, Europe tient les deux extrémités de son peplos et c’est elle qui s’en sert (χρωμένη) comme d’une voile qu’elle manœuvre pour mener la course du taureau sur la mer : elle paraît donc capable de diriger le « navire » sur lequel elle se trouve et de jouer un rôle actif dans l’aventure. Il n’en est pas de même chez Nonnos, puisque que c’est Borée qui gonfle le voile sous l’effet du désir qui le tourmente (I, 69-70), sans que la jeune fille ait la possibilité d’intervenir en quoi que ce soit dans la manœuvre32. La passivité de l’Europe nonnienne, son statut de victime non consentante, semble donc s’opposer de nouveau à l’attitude de l’Europe représentée par Achille Tatius, comme le départ volontaire de Leucippé avec Clitophon s’oppose au sort des héroïnes des « romans » nonniens.

  • 33 Ach. Tat., I, 1, 10.
  • 34 Ach. Tat., I, 1, 10 (il a alors « un mouvement oblique sous la pression de la main du cocher »). Ch (...)
  • 35 L’image du gouvernail n’est pas présente chez Moschos, qui décrit simplement Europe en train de ten (...)
  • 36 C’est ce qu’elle fait en XVI, 53-55, quand le taureau bondit pour l’effrayer : cf. Vian, 1976, p. 1 (...)

13On peut bien sûr s’interroger sur la signification du vers où Nonnos décrit la jeune fille qui « saisit la corne comme un gouvernail » (I, 68, πηδάλιον κέρας ἔσχε). Le poète accorde-t-il ici à Europe une certaine maîtrise des événements dans le déroulement de l’aventure ? La question peut d’autant plus se poser que l’expression rappelle celle d’Achille Tatius dans le même contexte : « elle tenait la corne […] comme un cocher tient la bride » (τοῦ κέρως ἐχομένη, ὥσπερ ἡνίοχος χαλινοῦ)33. Mais si la formule d’Achille Tatius donne bien un rôle actif à la jeune fille, puisque le taureau est ensuite qualifié (au passif) d’ἡνιοχούμενος34, ce n’est pas le cas chez Nonnos, toute possibilité d’intervention étant déniée à Europe dans la deuxième partie du vers 68 : καὶ Ἵμερος ἔπλετο ναύτης (« mais c’est Désir qui est son pilote ») ; le vrai pilote, c’est Désir, substitut d’Éros. L’emploi du verbe ἔσχε ne signifie donc pas ici que la vierge peut se servir de la corne et diriger le taureau comme un pilote dirige un navire35 : elle n’est qu’une victime passive et si elle tient la corne, c’est sans doute simplement pour s’y cramponner de frayeur36.

14Comment dans ces conditions interpréter les deux vers où Nonnos dit d’Europe : « Et, gouvernant (κυβερνήτειρα) le bœuf dans sa course sur les flots silencieux, la jeune fille est à la fois son pilote et sa cargaison (κούρη φόρτος ἔην καὶ ναυτίλος) » (I, 89-90) ? Puisque le vrai pilote est Éros, il semble que κυβερνήτειρα et ναυτίλος désignent la situation apparente d’Europe, aux yeux par exemple d’un observateur extérieur, alors que le mot qui reflète la réalité de la situation est φόρτος, placé entre les deux termes précédents : la jeune fille est en position de pilote, mais elle n’est en fait qu’une cargaison, emportée contre sa volonté au cours d’un enlèvement où se mêlent la violence et la ruse.

1. 3. Les eaux trompeuses

  • 37 Aucun terme n’y qualifie le comportement du taureau.

15 Tout au long de son ecphrasis, Nonnos évoque de façon redondante le stratagème de Zeus. Dès le début, le gosier avec lequel le taureau lance ses cris amoureux est qualifié de « gosier d’emprunt » (I, 47 νόθῳ μυκήσατο λαιμῷ) ; le mugissement qu’il pousse ensuite au cours de sa navigation est un « mugissement trompeur » (I, 61 ἠπεροπῆα Διὸς μυκηθμόν) ; enfin, sous les yeux stupéfaits d’un marin grec, il apparaît comme un « simulacre de vaisseau » (I, 91 μιμηλὴν […] νῆα) qui conduit une « bâtarde navigation » (I, 97 νόθον πλόον). Or, ce vocabulaire de la simulation et de la tromperie, omniprésent chez Nonnos, est totalement absent de l’ecphrasis d’Achille Tatius37.

16En fait, l’explication de sa présence récurrente dans l’ecphrasis des Dionysiaques semble se trouver dans les propos qui terminent le discours où un marin grec commente l’étrange spectacle qui s’offre à lui :

Ou serait-ce que Poséidon, par ruse (ἀπατήλιος), a ravi une fille en prenant la forme du taureau cornu des rivières (ταυρείην κερόεσσαν ἔχων ποταμηίδα μορφήν) ? A-t-il encore ourdi un nouveau stratagème (δόλον ἄλλον ὕφαινε πάλιν) après s’être uni à Tyrô, comme il le fit naguère, quand, aquatique époux, ce faux (νόθος) Énipeus imitait les grondements du fleuve (χεύμασι μιμηλοῖσι […] κελάρυζεν) ? (I, 120-124).

  • 38 Au chant VIII, Nonnos fait allusion à la légende de Tyrô en des termes similaires : « Répandu autou (...)
  • 39 C’est aussi le cas pour la perfidie de Borée (I, 69 δολόεις Βορέης), qu’Europe elle-même associe à (...)

17Deux points sont à retenir dans cette évocation de la légende de Tyrô38 : tout d’abord, l’insistance du poète sur la ruse perpétrée par Poséidon, sous la forme d’un dieu-fleuve aux cornes de taureau, constitue sans nul doute un écho du stratagème de Zeus dans l’ecphrasis d’Europe39. Quant aux eaux trompeuses (χεύμασι μιμηλοῖσι) qui permettent au dieu de la mer d’arriver à ses fins, elles pourraient bien annoncer les eaux trompeuses d’un autre genre, qui seront ensuite utilisées par Dionysos pour abuser de Nicaia au chant XVI puis d’Aura au chant XLVIII, lorsqu’il profite des eaux changées en vin auxquelles elles viennent de se désaltérer pour violer les jeunes filles endormies par le sommeil de l’ivresse : la légende de Tyrô, intégrée dans la description sous la forme d’une question, pourrait ainsi servir d’intermédiaire entre l’ecphrasis d’Europe et les épisodes à venir du poème.

  • 40 Trad. B. Gerlaud, C.U.F., pour tous les extraits du chant XVI des Dionysiaques.
  • 41 Trad. F. Vian, C.U.F., pour tous les extraits du chant XLVIII des Dionysiaques.
  • 42 Cf. aussi XLVIII, 570 δόλον.

18La conduite artificieuse de Dionysos est en effet mentionnée à deux reprises à propos du viol de Nicaia : juste avant le moment où la nymphe boit l’eau transformée en vin (XVI, 252 δόλον) et au moment même du viol (XVI, 265 δολόεις Διόνυσος). Quant à la source elle-même, elle est qualifiée de « boisson insidieuse »40 (XVI, 357 δολόεν ποτόν) et d’« eau trompeuse » (XVI, 364, 385 ἀπατήλιον ὕδωρ). Le vocabulaire est identique ou comparable dans l’épisode d’Aura : Dionysos « se met en quête de toutes sortes de ruses »41 (XLVIII, 566 δόλον ἀλλοπρόσαλλον)42 et se souvient de la « boisson traîtresse » (XLVIII, 568 δολόεντι ποτῷ) qui lui a permis de s’unir à Nicaia. Enfin, une fois qu’Aura s’est désaltérée à la « perfide source » de Bacchos (XLVIII, 594 ἀπατήλιον […] πηγήν), Artémis se moque d’elle en raillant celle qui s’est laissé piéger par « la perfide source nuptiale » (XLVIII, 753 νυμφιδίης ἀπατήλια χεύματα πηγῆς).

  • 43 λ 235-245.

19Les éléments principaux de la légende de Tyrô, un stratagème perpétré par une divinité qui falsifie des eaux pour arriver à ses fins, sont donc présents dans les épisodes d’Aura et de Nicaia, le comportement de Poséidon annonçant le futur comportement de Dionysos, et cela d’autant plus que chez Homère, c’est parce qu’il endort la jeune fille que Poséidon peut s’unir à elle sous la forme du dieu-fleuve43 : de même, chez Nonnos, c’est bien le sommeil provoqué par l’ivresse qui permet à Dionysos de violer les deux nymphes. Dans ces conditions, il est assez amusant de voir plus tard, au chant XLII, Dionysos rappeler la mésaventure de Tyrô pour mettre en garde Béroé, qui doit éviter de boire à une source afin que Poséidon ne lui dérobe pas sa virginité (XLII, 115-123). Et puisque Nonnos met en parallèle la ruse de Poséidon et celle de Zeus, il est possible de voir dans son insistance sur le stratagème de Zeus une manière d’anticiper sur l’importance et le succès de la ruse dans certains de ses épisodes amoureux. Dionysos lui-même établit d’ailleurs ce parallèle lorsque, amoureux de Nicaia, il émet le désir de se métamorphoser en taureau pour enlever la nymphe comme son père Zeus a enlevé Europe :

Alors, bœuf navigateur (ὑγροπόρος βοῦς) de l’onde tyrienne, portant ma Nicaia à sec sur les flots, je voguerais comme le mari d’Europé et, comme malgré moi, je secouerais mon dos, afin que, dans son effroi (ὀρινομένης), la jouvencelle s’agrippe à ma corne (ἐμῆς δράξοιτο κεραίης) de sa si blanche main (XVI, 51-55).

20L’ecphrasis d’Europe a donc bien, dans l’épopée nonnienne comme chez Achille Tatius, une fonction proleptique par rapport à la suite de l’œuvre. Mais le jeu littéraire auquel se livre le poète consiste précisément à utiliser ce tableau initial pour préfigurer les différences existant entre les dénouements de ses « romans » et les dénouements traditionnels des romans grecs. Le procédé se retrouve dans une autre ecphrasis des Dionysiaques.

2. De Philomèle à Aura

2. 1. Légende, ecphrasis et anticipation

  • 44 Cf. Monella, 2005, p. 79-125 ; sur le traitement de cette légende dans les Dionysiaques, cf. aussi (...)

21L’histoire de Philomèle, Procné et Térée est mentionnée plusieurs fois dans l’épopée, la version suivie par Nonnos reproduisant les éléments traditionnels de la légende44 :

  • Philomèle est violée par son beau-frère Térée, qui lui coupe la langue pour qu’elle ne puisse pas raconter à sa sœur Procné ce qui lui est arrivé (IV, 319-330 ; XII, 75-78).

  • Philomèle parvient tout de même à faire connaître son sort à Procné en tissant la scène du viol sur une toile (IV, 321 ; XII, 75-78 ; XLVII, 30).

  • Les deux sœurs se vengent en tuant le fils de Térée et de Procné et en le donnant à manger à son père (II, 137 ; XLIV, 265-269 ; XLVIII, 745-748).

    • 45 Nonnos mentionne la métamorphose de Térée en oiseau, mais ne précise pas qu’il s’agit d’une huppe ( (...)

    Procné est alors métamorphosée en rossignol et Philomèle en hirondelle (II, 130-139 ; XII, 75-78 ; XLVII, 30-33)45.

  • 46 Sur le parti-pris anti-narratif de Nonnos dans les allusions mythologiques, cf. Vian, 1978, p. 170- (...)
  • 47 Sur la localisation de la légende à Daulis, en Phocide, cf. notamment Thuc., II, 29, 3 ; Pausanias, (...)
  • 48 Ach. Tat., V, 3, 4-8.
  • 49 Ovide, Mét., VI, 412-674.
  • 50 Chuvin, 1976, p. 163-164 (note à IV, 323).
  • 51 Chuvin, 1976, ibid.

22Conformément à son habitude, le poète ne présente pas les événements sous la forme d’un récit suivi46. Il en répartit les éléments dans plusieurs chants, parfois très brièvement, parfois, comme au chant IV, de façon plus développée, dans une ecphrasis située au moment de l’arrivée de Cadmos sur le territoire de Daulis, lieu d’origine de la légende (IV, 319-330)47. P. Chuvin remarque à juste titre que, dans ce passage, la manière de Nonnos rappelle plus celle d’Achille Tatius48 que celle d’Ovide49 : alors qu’Ovide présente la scène de façon dramatique, en insistant sur la psychologie des personnages et en rapportant leurs propos, Achille Tatius et Nonnos la dépeignent comme un tableau en soulignant « la sauvagerie de l’acte »50. Le romancier n’évoque pas en effet la légende sous la forme d’un récit mais décrit une œuvre d’art, qui a pour sujets le voile de Philomèle (où se trouve brodée la scène du viol) et les deux sœurs apportant à Térée une corbeille qui contient la tête et les mains de son fils. Quant au poète des Dionysiaques, il ne raconte pas non plus l’épisode en train de se dérouler mais montre la jeune fille qui se désespère après le viol, dans une ecphrasis où « tout s’est immobilisé, tout est accompli »51 :

Κούρη δ´ ἀστορέεσσιν ἐπεστενάχιζε χαμεύναις
εἰνοδίου θαλάμοιο, λιπογλώσσοιο δὲ κούρης
μυρομένης Θρήισσαν ἀναγκαίην Ἀφροδίτην
δάκρυσι μιμηλοῖσι λιπόθροος ἔστενεν Ἠχώ,
παρθενικὴν φυγόδεμνον ὀδυρομένη Φιλομήλην,
ὁππότε φοινήεντι μεμιγμένον αἵματος ὁλκῷ
γλώσσης ἀρτιτόμοιο συνέβλυεν αἷμα κορείης.

  • 52 Trad. P. Chuvin, C.U.F., pour tous les extraits du chant IV des Dionysiaques.

Et la jeune fille sanglotait sur la terre nue et sans apprêts, sa seule couche, dans un chemin, sa chambre nuptiale ; privée de langue, elle se désolait sur l’Aphrodite Thrace et sa violence ; privée de voix, Écho gémissait, n’imitant que ses larmes, et plaignait Philomèle, vierge rebelle à l’amour, cependant que, mêlé à la traînée rouge du sang de sa langue qui venait d’être coupée, coulait le sang de sa virginité (IV, 324-330)52.

  • 53 Ach. Tat., V, 4, 2.
  • 54 Ach. Tat., V, 6-7.
  • 55 Cf. Bartsch, 1989, p. 65-67; Billault, 1991, p. 259-260.
  • 56 Je reprends ici l’analyse de Bartsch, 1989, p. 69-70. Cf. aussi Morales, 2004, p. 178-180 ; Laplace (...)
  • 57 Ach. Tat., VI, 20, 1 (il la gifle).
  • 58 C’est même elle qui prend l’initiative : Ach. Tat., V, 27, 3.
  • 59 En tout cas pour les personnages principaux, puisque les brigands qui ont aidé Chairéas à enlever L (...)

23De plus, cette présentation sous forme de tableau n’est pas le seul point commun entre Nonnos et Achille Tatius, puisque chez les deux auteurs, l’ecphrasis possède une fonction proleptique. Dans le roman, la vue même de l’œuvre d’art constitue en effet un mauvais présage. Devant les événements qui sont représentés, c’est-à-dire « un amour illégitime, un adultère éhonté, des malheurs de femmes »53, Ménélas conseille à Clitophon et à Leucippé de reporter le voyage que, pour répondre à l’invitation de Chairéas, ils projettent de faire à Pharos. Les deux héros se laissent convaincre mais ce report d’une journée ne sera pas suffisant : le lendemain, ils s’embarquent tout de même pour Pharos où la jeune fille est enlevée54. Les commentateurs ont bien noté la valeur d’anticipation de l’ecphrasis, qui, à court terme, préfigure le rapt de Leucippé par des brigands à la solde de Chairéas55, mais aussi, à plus long terme, les relations à venir entre Clitophon, Mélité, Thersandre et Leucippé56 : comme Térée, Thersandre se montre violent envers Leucippé57 mais contrairement à lui, il ne la contraint pas à un acte sexuel ; comme Philomèle, Mélité a une relation sexuelle avec un homme qui n’est pas son mari, mais sans subir de violence58. Aucun des événements du roman n’atteint donc la brutalité des actions contenues dans la légende59. Dans les Dionysiaques en revanche, la violence du sort subi par Philomèle ne fait qu’anticiper la violence réelle des épisodes amoureux. Nonnos va même plus loin en établissant un parallèle précis : à plusieurs reprises, il sème en effet des indices implicites ou explicites pour rapprocher la légende de Philomèle et l’épisode final de son épopée, le viol d’Aura par Dionysos, en une série d’échos venant aussi bien de son propre poème que du roman d’Achille Tatius.

2. 2. La légende de Philomèle comme anticipation de l’épisode d’Aura

2. 2. 1. Les circonstances du viol: montagne, terre et métamorphoses

  • 60 Écho est également citée en IV, 327 à propos de Philomèle.

24Tout d’abord, Philomèle et Aura sont violées dans des lieux similaires, en pleine montagne. C’est ainsi qu’en IV, 323, l’agression de Philomèle par Térée est désignée par l’expression ὀρεσσαύλων ὑμεναίων (« hymen consommé au milieu des montagnes »). Pour Aura, Nonnos reproduit cette localisation, insistant même de façon extrêmement redondante : Dionysos, voyant la jeune fille qui « erre par la montagne » (XLVIII, 573 ὀριδρόμος), assoiffée, à la recherche d’une « rivière de la montagne » (XLVIII, 593 ὀρεσσιχύτου ποταμοῖο) pour se désaltérer, frappe la terre de son thyrse afin que « la montagne, en s’entrouvrant » (XLVIII, 575 διχαζομένης δὲ κολώνης) fasse jaillir une source de vin. Ensuite, au cours du viol, « la montagne » (XLVIII, 640 κολώνη) frémit et danse, tandis qu’Écho60 seule ne participe pas « aux danses dans la montagne » (XLVIII, 642 ἐν οὔρεσι). Enfin, commentant le sort subi par Aura, Artémis accumule les railleries et s’adresse ainsi à la nymphe : « Ton lit, ce sont les montagnes » (XLVIII, 863 σὸν λέχος οὔρεα ταῦτα).

  • 61 Ach. Tat., III, 10, 5 (cf. Chuvin, 1976, p. 164, note à IV, 324).

25La ressemblance ne s’arrête pas là : pour les deux femmes, tout se passe à même le sol. Elles sont couchées sur « la terre nue » et le terme employé par le poète est le même pour Aura (XLVIII, 612 χαμεύνῃ, 621 χαμεύνης) et pour Philomèle (IV, 324 χαμεύναις), afin de souligner la similitude de leur situation. Le sort qu’elles subissent est d’ailleurs celui que craint Leucippé après sa capture par les boucoloi : celle-ci a peur d’avoir « comme couche, la terre (εὐνὴ δὲ ἡ γῆ), comme colliers et bracelets, des liens et une corde »61. Les conventions du roman ne permettent pas à Leucippé de connaître ce destin ; mais Nonnos n’a pas de telles restrictions. Aura, couchée sur le sol, est attachée et violée par Dionysos, comme Philomèle est violée par Térée :

καὶ δεσμοῖς ἀλύτοισι πόδας σφηκώσατο κούρης
καὶ παλάμαις ἑλικηδὸν ἐπεσφρηγίσσατο σειρήν,
μή μιν ἀλυσκάζειεν.

Avec des liens inextricables, il ligote les pieds de l’enfant et lui noue une corde autour des bras pour qu’elle ne puisse lui échapper (XLVIII, 628-630).

  • 62 Trad. M.-C. Fayant, C.U.F.

26En outre, un indice supplémentaire permet d’établir une relation plus étroite entre l’épisode d’Aura et la légende de Philomèle : au-dessus du lieu où se déroule le viol de la suivante d’Artémis, chantent des rossignols (XLVIII, 588 ἀηδόνες), comme si Procné, prématurément métamorphosée, assistait au viol de sa sœur, en une identification implicite entre Philomèle et Aura. Ce n’est d’ailleurs pas dans cette scène la seule allusion à la transformation des deux sœurs en oiseaux. Après le viol, Dionysos rejoint en effet ses compagnons et « abandonne aux vents son union avec Aura endormie » (XLVIII, 651 ὑπναλέης ἀνέμοισιν ἐπιτρέψας λέχος Αὔρης). La formule est fréquente dans les Dionysiaques pour désigner l’oubli, mais dans ce cas précis, il pourrait bien s’agir d’une allusion à la métamorphose de Philomèle. L’idée est d’autant plus séduisante qu’en XLVIII, 490, Dionysos qualifie Aura, dont le nom même signifie « la brise », de παρθένος ἠνεμόφοιτος, c’est-à-dire littéralement de « vierge qui voyage dans les airs », comme pourrait le faire un oiseau. Autre indice à l’appui de cette hypothèse : Nonnos emploie une formule similaire à propos de Philomèle transformée en hirondelle et « laissant les bourrasques emporter tout le souvenir de Térée » (XLVII, 33 μνῆστιν ὅλην Τηρῆος ἀπορρίψασα θυέλλαις)62. Dans les Dionysiaques, la préfiguration du sort subi par Aura semble donc déboucher sur une identification implicite entre un personnage mythique (Philomèle) et l’héroïne du dernier épisode romanesque du poème, en un jeu littéraire qui continue dans la suite de l’épisode.

2. 2. 2. Entre viol et vengeance

  • 63 Αἷμα κορείης : la formule est la même pour Nicaia en XVI, 301.

27Nonnos décrit de façon comparable l’état physique et moral où se trouvent les deux jeunes femmes après le viol, en mentionnant d’abord le sang de la défloration. C’est ainsi qu’Aura examine « sa tunique maculée de nuptiales éclaboussures (γαμίῃ ῥαθάμιγγι περιστιχθέντα χιτῶνα), signe que sa virginité (κορείην) lui a été ravie » (XLVIII, 656-657). De même, pour Philomèle, « coulait le sang de sa virginité » (IV, 330 συνέβλυεν αἷμα κορείης)63.

28En outre, le poète ne se contente pas ici d’échos internes. Trois des éléments qu’Achille Tatius mentionne dans son ecphrasis sur l’état de Philomèle au moment de son viol par Térée se retrouvent à propos d’Aura : la ceinture dénouée, la poitrine dénudée et la tunique, déchirée chez le romancier, tachée chez Nonnos.

Achille Tatius (V, 3, 6)

Nonnos (XLVIII, 654-656)

« sa ceinture était dénouée » (τὸ ζῶμα ἐλέλυτο)

« hors de sa chaste ceinture » (654 σαόφρονος ἔκτοθι μίτρης)

« elle avait la poitrine à moitié nue » (ἡμίγυμνος τὸ στέρνον ἦν)

« sa poitrine dénudée » (655 στήθεα γυμνωθέντα)

« sa tunique déchirée » (τὸν χιτῶνα κατέρρηκτο)

« sa tunique maculée » (656 περιστιχθέντα χιτῶνα)

29Enfin, comme Philomèle qui sanglote après le viol (IV, 324 ἐπεστενάχιζε), Aura pleure (XLVIII, 701 στενάχιζε) sa virginité perdue et même, de façon symbolique, elle perd un moment la voix : « sa voix tremblante s’arrête (ἑὴν ἀνεσείρασε φωνήν) vaincue par les larmes » (XLVIII, 723-724). Peut-être pourrait-on y voir un écho de la mutilation de Philomèle, et cela d’autant plus qu’Aura se voit prédire un destin de tisserande. Au moment de son accouchement, la vierge chasseresse reçoit en effet la visite de Nicaia qui, après avoir déploré leur sort commun (XLVIII, 814-823), s’exclame, en décrivant sa propre situation qui pourrait bien devenir désormais celle d’Aura : « Je ne suis plus qu’une malheureuse femme qui travaille au métier » (XLVIII, 825-826 ἱστοπόνος, le même terme employé pour Philomèle en XII, 75 et XLVII, 30). Les indices semés par Nonnos pour son lecteur conduisent donc bien tous à l’identification implicite de Philomèle et d’Aura, comme dans une énigme dont la solution sera finalement donnée à propos de la vengeance programmée de la nymphe nonnienne.

2. 2. 3. Vengeance, infanticide et anthropophagie

30À la fin du chant XLVIII, le poète passe de l’implicite à l’explicite et amplifie son jeu d’identifications, en comparant nommément la vengeance qu’envisage Aura à celle réellement accomplie par Procné :

Et elle brûle de connaître son époux afin de donner elle aussi, elle-même, son fils en pâture (υἱέα δαιτρεύσειεν) — malgré lui — à celui qui vint sur sa couche ; elle veut lui tuer son fils après avoir été sa compagne de lit (αὐτὴ παιδοφόνος καὶ ὁμευνέτις) pour qu’on dise : “Aura, épousée pour son malheur, est une nouvelle Procné infanticide” (Πρόκνη παιδολέτειρα νέη πέλε δύσγαμος Αὔρη) (XLVIII, 745-748).

  • 64 Ach. Tat., V, 5, 3.
  • 65 Cf. Tissoni, 1998, p. 174-176. Selon d’autres versions, Procné fut la seule actrice de la vengeance (...)
  • 66 Ach. Tat., V, 3, 7.
  • 67 Ach. Tat., V, 5, 6.

31« Il se fit de Philomèle une seconde Procné » (ἄλλην αὑτῷ ποιεῖται τὴν Φιλομήλαν Πρόκνην), disait Achille Tatius à propos de Térée64. Nonnos, lui, prend le romancier au mot et confond désormais non seulement Aura et Philomèle, mais Aura, Philomèle et Procné : Aura se prépare en effet à commettre à elle seule l’infanticide pour lequel, chez Nonnos comme chez Achille Tatius, les deux sœurs furent complices, quand elles tuèrent ensemble Itylos65 avant de le servir à Térée en guise de repas. La peinture contemplée par Leucippé et Clitophon représente « les femmes, dans une corbeille, montr [ant] à Térée les restes de son dîner : la tête de son enfant et ses mains »66, et Clitophon explique en ces termes le tableau à Leucippé : « Ce sont deux femmes en colère unissant, dans un même souffle, la jalousie à la démesure »67. De la même manière, Nonnos évoque

  • 68 Trad. B. Simon, C.U.F.

le couteau de l’Acté, jadis souillé du meurtre d’Itylos, au moyen duquel autrefois Procné, sa mère au cœur de lionne, avec Philomèle la meurtrière (Πρόκνη θυμολέαινα σὺν ἀνδροφόνῳ Φιλομήλῃ) trancha par le fer son enfant chéri et le découpa pour que Térée dévore son fils, chère pâture (παιδοβόρῳ Τηρῆι φίλην δαιτρεύσατο φορβήν) (XLIV, 265-269)68.

  • 69 Ach. Tat., V, 5, 8.

32Il y a même dans ce passage un jeu littéraire supplémentaire : comme cette mention du meurtre de l’enfant et du repas de Térée s’intègre à une scène de sorcellerie accomplie par une Érinys, on pourrait y voir un subtil rappel de l’expression employée par Achille Tatius, qui appelle le repas de Térée « un repas d’Érinyes » (δεῖπνον Ἐρινύων)69.

  • 70 Cf. XLIV, 266-267, où Procné est qualifiée de mère « au cœur de lionne » (θυμολέαινα).
  • 71 Les enfants sont allaités par une panthère et entourés par un cercle protecteur de serpents (XLVIII (...)

33Quant à l’acte d’anthropophagie, il est transposé et permet une nouvelle amplification du jeu d’identifications auquel se livre le poète : à défaut de trouver le père de ses enfants, Aura tente de donner les nouveau-nés en pâture aux fauves en les déposant dans une caverne pour qu’une lionne les dévore (XLVIII, 909-910)70. Comme son plan échoue71, elle tue et mange elle-même l’un des jumeaux, avant que l’autre soit sauvé par Artémis :

Dans les rafales de l’air, elle lance l’un des enfants […]. Et le bébé qui vient à peine de naître, dans un tourbillon de poussière, retombe du haut des airs, la tête la première, sur le sol. Et elle le saisit et lui donne son gosier pour tombeau (φίλῳ τυμβεύσατο λαιμῷ), se faisant un festin de sa propre chair (δαινυμένη φίλα δεῖπνα) (XLVIII, 919-924).

34Ainsi, Aura devient non seulement une nouvelle Procné et une nouvelle Philomèle, mais aussi un nouveau Térée. Toute la violence répartie par Achille Tatius entre les trois personnages de la légende se concrétise dans les faits, en se concentrant sur l’héroïne de l’épisode romanesque. Tout se passe comme si Nonnos, en reprenant le procédé d’anticipation utilisé par Achille Tatius pour son ecphrasis, voulait le pousser jusqu’à l’extrême, en faisant réellement subir à son héroïne les souffrances préfigurées par l’ecphrasis, mais aussi en la faisant agir à la fois comme Philomèle, Térée et Procné, en un jeu littéraire qui va jusqu’à l’identification des trois figures mythiques avec le personnage principal du dernier épisode de l’épopée. Ainsi, Aura devient le symbole de tout ce qui différencie le dénouement des « romans » nonniens du dénouement traditionnel des romans grecs. C’est sans doute ce qui explique la place particulière qu’elle occupe dans le prélude du poème.

2. 3. Le prélude ou le choix d’un épisode amoureux

  • 72 δ 456-458.
  • 73 C’est l’analyse de Vian, 1976, p. 7-10.

35Le prélude des Dionysiaques comprend une ecphrasis de dix-huit vers (I, 16-33), dans laquelle six segments successifs annoncent six des événements racontés dans l’épopée. C’est ainsi qu’en décrivant six métamorphoses de Protée inspirées du chant IV de l’Odyssée72, Nonnos les relie chaque fois à un épisode de son poème choisi par association d’idées73 : le serpent préfigure la victoire de Dionysos sur les Géants à la chevelure serpentine (XLVIII, 1‑89), le lion symbolise son enfance et son adolescence auprès de Rhéa nourricière de fauves (IX-XII), la panthère évoque la guerre des Indes et les attelages de panthères que le dieu mena contre les Indiens (XIII-XL), le sanglier sa passion pour Aura chasseresse (XLVIII, 238-942), l’eau son plongeon dans la mer Rouge pendant sa fuite contre Lycurgue (XX-XXI) et l’arbre l’épisode d’Icarios, paysan athénien auquel il fit découvrir la vigne (XLVII, 1-264).

  • 74 Cf. Wouters, 1994, p. 136-138.
  • 75 Cf. Billault, 1991, p. 66-67.
  • 76 Et comme dans les romans.
  • 77 Vian, 1976, p. 9.

36Il n’est pas étonnant que la liste des épisodes cités ne soit pas exhaustive : le prooimion du roman de Longus, tout en annonçant les événements principaux de l’intrigue74, n’énumère pas non plus la totalité des aventures à venir, anticipant ainsi sur la fin heureuse de l’ouvrage75. Il convient donc d’analyser les choix opérés par le poète dans le prélude des Dionysiaques. F. Vian a bien montré, par exemple, qu’en inversant l’ordre des deux premières métamorphoses par rapport à l’ordre des métamorphoses de Protée dans l’Odyssée, Nonnos faisait alterner, comme dans son œuvre76, épisodes guerriers et épisodes pacifiques77. Mais il est également important de constaster que, parmi les trois épisodes pacifiques mentionnés dans l’ecphrasis, se trouve un seul épisode amoureux, celui des aventures de Dionysos et d’Aura :

Εἰ δέμας ἰσάζοιτο τύπῳ συός, υἷα Θυώνης
ἀείσω ποθέοντα συοκτόνον εὔγαμον Αὔρην,
ὀψιγόνου τριτάτοιο Κυβηλίδα μητέρα Βάκχου

Si son corps contrefait l’apparence du sanglier, je célébrerai le fils de Thyôné brûlant de s’unir à Aura, la tueuse de sangliers, qui fut, au pays de Cybèle, la mère du troisième Bacchos, le tard venu (I, 26-28).

  • 78 Le terme, commente-t-il, « ne peut faire allusion à une “heureuse union”, puisque Aura se donnera l (...)
  • 79 Le sens de l’adjectif serait alors à rapprocher de celui qu’il a en XVI, 294, quand Hymnos, pendant (...)
  • 80 Dont la couche, sans ironie cette fois, est qualifiée d’εὔγαμον εὐνήν (XIII, 352).

37L’une des raisons est clairement indiquée par le poète : Aura est la mère du troisième Dionysos. Mais il peut y avoir une autre explication, déduite de l’adjectif qu’utilise Nonnos pour désigner l’union de Bacchos et d’Aura : εὔγαμον (I, 27). Dans sa traduction du chant I, F. Vian lui donne une valeur verbale (« désirant épouser Aura »)78. Mais ne pourrait-on pas aussi envisager que Nonnos emploie ici εὔγαμον de façon parodique79, par référence aux romans grecs, dont il pervertit le schéma narratif et les heureux dénouements ? En ce sens, les aventures d’Aura représentent mieux la réalité de la plupart des amours hétérosexuelles racontées dans les Dionysiaques que ne pourraient le faire par exemple les noces de Cadmos et d’Harmonie80. Les « heureux mariages » des romans deviennent dans l’épopée nonnienne des scènes de viol, de meurtre, d’infanticide et d’anthropophagie. Ce n’est donc pas un hasard si le seul épisode érotique mentionné dans le prélude comporte précisément tous ces éléments, comme si Nonnos voulait en faire le symbole des épisodes romanesques de son poème, afin d’annoncer par avance la manière dont la violence des passions allait se concrétiser dans l’épopée.

38Comme dans les romans, les ecphraseis des Dionysiaques ont donc une fonction proleptique. C’est ainsi que, dans l’ecphrasis initiale du poème, Nonnos utilise les mêmes procédés d’anticipation qu’Achille Tatius pour annoncer comment il va pervertir le schéma habituel de la narration : la peur d’Europe, emportée contre son gré dans une course qu’elle ne maîtrise pas, préfigure la non-réciprocité des amours hétérosexuelles, où seules la violence et la perfidie permettent à Dionysos, comme à Zeus, de parvenir à leurs fins. De même, la violence de la légende de Térée, Procné et Philomèle, par la présence de motifs et de termes similaires où se mêlent des échos internes et des réminiscences de l’ecphrasis d’Achille Tatius, prépare à la violence du sort et des actions d’Aura, en un jeu d’identifications qui assimile Aura non seulement à Philomèle violentée mais aussi aux deux sœurs infanticides et au parent qui dévore son enfant. L’épisode d’Aura, seul épisode amoureux mentionné dans le prélude, devient le symbole de la manière dont Nonnos transforme et pervertit les heureux dénouements des romans grecs.

Haut de page

Bibliographie

Agosti, G., 2008, Le Dionisiache e le arti figurative. Appunti per uno studio dell’estetica nonniana, dans S. Audano (dir.), Nonno e i suoi lettori, Alessandria, p. 17-32.

Bartsch, S., 1989, Decoding the Ancient Novel. The reader and the role of description in Heliodorus and Achille Tatius, Princeton.

Billault, A., 1991, La création romanesque dans la littérature grecque à l’époque impériale, Paris.

Billault, A., 2005, Les paysages dans le roman d’Achille Tatius, dans B. Pouderon (dir.), Lieux, décors et paysages de l’ancien roman des origines à Byzance, Lyon, p. 235-245.

Cazanniga, I., 1950-1951, La saga di Itis nella tradizione letteraria e mitografica greco-romana, Milan.

Chuvin, P., 1976, Nonnos de Panopolis, Les Dionysiaques, t. II (chants III-V), Paris, Les Belles Lettres, C.U.F.

D’Ippolito, G., 1964, Studi Nonniani. L’epillio nelle Dionisiache, Palerme.

Dostalova-Jenistova R., 1961, Nonnos und der griechische Roman, dans F. Stiebitz (dir.), Charisteria F. Novotny octogenario oblata, Brno, p. 203-207.

Fayant, M.-C., 2003, Achille Tatios chez Nonnos de Panopolis, dans D. Boutet (dir.), Le romanesque dans l’épique, Littérales, 31, p. 33-43.

Frangoulis, H., 2008, Du roman à l’épopée. Influence du roman grec sur les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis, ouvrage inédit présenté en vue de l’Habilitation à diriger des recherches, Université Paris IV-Sorbonne (à paraître).

Frangoulis, H., 2009, Passion et narration. Nonnos et le roman, dans B. Pouderon et C. Bost-Pouderon (dir.), Passions, vertus et vices dans l’ancien roman, Lyon, p. 367-376.

Gerstinger, H., 1943-1947, Zur Frage der Komposition, literarischen Form und Tendenz der Dionysiaka des Nonnos von Panopolis, Wiener Studien, 61-62, p. 71-87.

Gigli, D., 1978, Alcune nuove concordanze fra Nonno ed Achille Tazio, dans E. Livrea et G. A. Privitera (dir.), Studi in onore di Anthos Ardizzoni, Filologia e critica, 25, 1, p. 433‑446.

Giraudet, V., 2011, Le rivage, la presqu’île et le marais : espaces baroques chez Achille Tatius et Nonnos de Panopolis, dans R. Poignault et S. Dubel (dir.), Présence du roman grec et latin, Clermont-Ferrand, p. 147-163.

Haidacher, H., 1949, Quellen und Vorbilder der Dionysiaka des Nonnos von Panopolis, Diss. Graz.

Keydell, R., 1936, s. Nonnos (15), R.E., 33, coll. 904-920.

Laplace, M., 2007, Le roman d’Achille Tatios. « Discours panégyrique » et imaginaire romanesque, Berne.

Monella, P., 2005, Procne e Filomela: dal mito al simbolo letterario, Bologne.

Morales, H., 2004, Vision and Narrative in Achilles Tatius’ Leucippe and Clitophon, Cambridge.

Rohde, E., 1876, Der griechische Roman und seine Vorlaüfer, Leipzig.

Shorrock, R., 2001, The challenge of Epic. Allusive Engagement in the Dionysiaca of Nonnus, Leyde.

Tissoni, F., 1998, Nonno di Panopoli. I canti di Penteo (Dionisiache 44-46). Commento, Florence.

Vian, F., 1976, Nonnos de Panopolis, Les Dionysiaques, t. I (chants I-II), Paris, Les Belles Lettres, C.U.F.

Vian, F., 1978, Mythologie scolaire et mythologie érudite dans les Dionysiaques de Nonnos, Prometheus, 4, p. 157-172.

Webb, R., 2009, Ekphrasis, Imagination and Persuasion in Ancient Rhetorical Theory and Practice, Farnham.

Wouters, A., 1994, Longus, Daphnis et Chloé. Le prooemion et les histoires enchâssées, à la lumière de la critique récente, Les Études classiques, 62, p. 131-167.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, le terme ecphrasis n’est pas employé au sens moderne de description d’œuvre d’art, mais dans le sens plus large qui était le sien dans l’Antiquité (mettre un sujet devant les yeux) : cf. Webb, 2009, p. 1-11. Les références aux Dionysiaques seront indiquées uniquement par le numéro du chant et le numéro du vers.

2 Cf. par exemple III, 140-179 (jardin du roi Émathion à Samothrace) ; XXV, 380-572 (bouclier de Dionysos). Sur l’esthétique nonnienne, cf. Agosti, 2008, passim.

3 Ach. Tat., I, 1, 2-13. E. Rohde a été le premier à relever la coïncidence, même si le savant allemand, qui plaçait Leucippé et Clitophon au vie s. ap. J.-C., avait naturellement tendance à considérer le romancier comme l’imitateur du poète (Rohde, 1876, p. 474, n. 2). En revanche, depuis les découvertes papyrologiques qui ont permis de dater probablement Achille Tatius du iie s. ap. J.-C., les successeurs d’E. Rohde voient dans cette coïncidence la preuve d’une imitation du romancier par le poète : cf. Keydell, 1936, coll. 906 ; Gerstinger, 1943‑1947, p. 84-85 ; Haidacher, 1949, p. 94-95 ; Dostalova-Jenistova, 1961, p. 204 ; Vian, 1976, p. 16, 137-143 ; Gigli, 1978, p. 433 ; Fayant, 2003, p. 35-36. Contra : D’Ippolito, 1964, p. 192-194 (malgré quelques analogies ponctuelles).

4 Cf. Shorrock, 2001, p. 193, n. 286; Fayant, 2003, p. 35-36. Giraudet, 2011, passim, analyse l’influence d’Achille Tatius sur Nonnos dans les ecphraseis des espaces mêlant la terre et l’eau.

5 Cf. Fayant, 2003, p. 36 : chez Achille Tatius, après la description du tableau, un premier narrateur fait une remarque sur la toute-puissance de l’amour ; ses propos entraînent l’approbation de Clitophon, qui se lance dans le récit de ses aventures. Chez Nonnos, la description de l’enlèvement d’Europe est suivie du récit de la quête entreprise par Cadmos pour retrouver sa sœur. Or, c’est au cours de cette quête que Cadmos apporte son aide à Zeus dans sa lutte contre Typhée : il en sera récompensé par la main d’Harmonie, qui enfantera Sémélé, mère de Dionysos, le héros de l’épopée. Cf. aussi Shorrock, 2001, p. 192.

6 Ach. Tat., V, 3, 4-8 ; explication en V, 5, 1-9.

7 Nonnos aborde aussi cette légende en II, 130-139 ; XII, 75-78 ; XLIV, 265-269 ; XLVII, 30-33 ; XLVIII, 745‑748. Sur les rapprochements entre Nonnos et Achille Tatius, cf. Chuvin, 1976, p. 163-164 ; Tissoni, 1998, p. 174-177.

8 Cf. Bartsch, 1989, p. 48-79; Billault, 1991, p. 246-265; Billault, 2005, p. 235-240; Laplace, 2007, p. 114‑115, 141-146, 169-180.

9 Sur la reprise et le détournement des topoi des romans grecs dans les épisodes amoureux des Dionysiaques, cf. Frangoulis, 2009, passim (avec l’exemple des chants XV-XVI : Nicaia, Hymnos et Dionysos).

10 Cet article est une adaptation de plusieurs chapitres de l’ouvrage inédit que j’ai rédigé en vue de l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches (Frangoulis, 2008, à paraître).

11 Ach. Tat., I, 1, 7 (cf. aussi ὑπὸ φόβου). En I, 1, 8, elles semblent à la fois « vouloir courir vers le taureau mais craindre (φοβεῖσθαι) de s’avancer dans la mer » (trad. J.-Ph. Garnaud, C.U.F., pour tous les extraits de Leucippé et Clitophon).

12 Trad. F. Vian, C.U.F., pour tous les extraits du chant I des Dionysiaques. Autres réactions mentionnées par Nonnos : la stupeur et l’admiration chez Poséidon (I, 60) ; un chant d’hyménée entonné par Triton (I, 61-63) ; la jalousie et le désir chez Borée (I, 69-71) ; la honte chez la vierge Athéna (I, 83-85) ; l’étonnement chez un marin grec anonyme (I, 93-126).

13 Ach. Tat., I, 1, 10.

14 Ach. Tat., III, 7, 2-3 (δέος; τὸ δέος; φόβῳ).

15 Ach. Tat., II, 19, 2.

16 Ach. Tat., II, 30, 1-2; II, 31. Sur cette interprétation, cf. Bartsch, 1989, p. 53-54 ; Billault, 2005, p. 237.

17 Dans l’Europé de Moschos, Europe est effrayée par le songe qui lui annonce son enlèvement (16 δειμαίνουσα, 17 παλλομένη κραδίην, 20 δειμαλέην) ; mais après le rapt, elle se contente d’interroger calmement le taureau qui la rassure aussitôt (134-161). Cf. aussi Ovide, Fastes, V, 608 timor ; Mét., II, 873 pavet.

18 Il n’accélèrera l’allure qu’au v. 79.

19 Chalcomédé « craint (δειμαίνουσα) les transports de Morrheus » (XXXIII, 320) ; cf. aussi XXXIII, 351.

20 On ne compte que trois exceptions : Sémélé finit par désirer des noces semblables à celles d’Héra (VIII, 264-266, 286-350) ; Harmonie, frappée par le ceste d’Aphrodite, brûle d’amour pour Cadmos (IV, 177-181) ; Ariane accepte avec joie d’épouser Dionysos (XLVII, 453-456). Leur lien familial ou nuptial avec le dieu éponyme du poème n’est sans doute pas étranger à ce traitement de faveur.

21 XV, 169 à XVI, 405 : cf. Frangoulis, 2009, passim.

22 XXXIII, 166 à XXXV, 262a.

23 XLVIII, 238-942.

24 Ach. Tat., I, 1, 3-7. Scène sur mer : Ach. Tat., I, 1, 8-13.

25 Scène sur mer en I, 53b-137.

26 Europe est de nouveau désignée par γυναῖκα en I, 63, 85.

27 Cf. D’Ippolito, 1964, p. 192.

28 Cf. Fayant, 2003, p. 36.

29 L’image du bœuf navigateur (I, 50 ὑγροπόρος βοῦς, 54, 93-94, 104-105) est empruntée à Moschos, Europé, 49 ποντοπόρον βοῦν, 114, 143 ; cf. Vian, 1976, p. 137 (note à I, 55).

30 Selon l’interprétation rationaliste du mythe d’Europe, la jeune fille aurait été enlevée à bord d’un navire à la proue ornée d’un taureau (cf. Vian, 1976, p. 138, note à I, 66).

31 L’image d’Europe velificans est présente chez Moschos, Europé, 129-130 ; Ov., Mét., II, 875 ; Lucien, Dial. mar., XV, 2. Nonnos la complète et l’améliore par un jeu de mot sur φᾶρος et par la personnification du vent : cf. Vian, 1976, p. 139 (notes à I, 70, 71), qui rapproche aussi I, 71 et Ach. Tat., I, 1, 11 (seins d’Europe). Pour la comparaison avec Ovide, cf. D’Ippolito, 1964, p. 193-194.

32 Europe est donc ainsi doublement victime d’Éros, par l’intermédiaire de Zeus et de Borée.

33 Ach. Tat., I, 1, 10.

34 Ach. Tat., I, 1, 10 (il a alors « un mouvement oblique sous la pression de la main du cocher »). Chez Nonnos, cf. I, 85 ἡνίοχον Κρονίωνος ὀπιπεύουσα γυναῖκα.

35 L’image du gouvernail n’est pas présente chez Moschos, qui décrit simplement Europe en train de tenir la corne de l’animal (Europé, 126 ἔχεν ταύρου δολιχὸν κέρας).

36 C’est ce qu’elle fait en XVI, 53-55, quand le taureau bondit pour l’effrayer : cf. Vian, 1976, p. 138 (note à I, 68), qui cite aussi Ovide, Fastes, V, 613-614 (taureau s’enfonçant dans les flots jusqu’au dos pour obliger la jeune fille à s’agripper à son encolure).

37 Aucun terme n’y qualifie le comportement du taureau.

38 Au chant VIII, Nonnos fait allusion à la légende de Tyrô en des termes similaires : « Répandu autour de Tyrô, il l’a enlacée de ses mains humides, clapotant d’un flot trompeur comme s’il était l’Énipeus (δολόεντι ῥόῳ μιμηλὸς Ἐνιπεύς) » (VIII, 245-246, trad. P. Chuvin, C.U.F.).

39 C’est aussi le cas pour la perfidie de Borée (I, 69 δολόεις Βορέης), qu’Europe elle-même associe à Zeus dans sa crainte d’être violée (I, 134-136).

40 Trad. B. Gerlaud, C.U.F., pour tous les extraits du chant XVI des Dionysiaques.

41 Trad. F. Vian, C.U.F., pour tous les extraits du chant XLVIII des Dionysiaques.

42 Cf. aussi XLVIII, 570 δόλον.

43 λ 235-245.

44 Cf. Monella, 2005, p. 79-125 ; sur le traitement de cette légende dans les Dionysiaques, cf. aussi Cazzaniga, 1950-1951, t. I, p. 91-92.

45 Nonnos mentionne la métamorphose de Térée en oiseau, mais ne précise pas qu’il s’agit d’une huppe (II, 139).

46 Sur le parti-pris anti-narratif de Nonnos dans les allusions mythologiques, cf. Vian, 1978, p. 170-171.

47 Sur la localisation de la légende à Daulis, en Phocide, cf. notamment Thuc., II, 29, 3 ; Pausanias, I, 41, 8 ; X, 4, 8-9 (ainsi que Chuvin, 1976, p. 163, note à IV, 321 ; Monella, 2005, p. 94-97).

48 Ach. Tat., V, 3, 4-8.

49 Ovide, Mét., VI, 412-674.

50 Chuvin, 1976, p. 163-164 (note à IV, 323).

51 Chuvin, 1976, ibid.

52 Trad. P. Chuvin, C.U.F., pour tous les extraits du chant IV des Dionysiaques.

53 Ach. Tat., V, 4, 2.

54 Ach. Tat., V, 6-7.

55 Cf. Bartsch, 1989, p. 65-67; Billault, 1991, p. 259-260.

56 Je reprends ici l’analyse de Bartsch, 1989, p. 69-70. Cf. aussi Morales, 2004, p. 178-180 ; Laplace, 2007, p. 141-146.

57 Ach. Tat., VI, 20, 1 (il la gifle).

58 C’est même elle qui prend l’initiative : Ach. Tat., V, 27, 3.

59 En tout cas pour les personnages principaux, puisque les brigands qui ont aidé Chairéas à enlever Leucippé coupent la tête d’une jeune prostituée (Ach. Tat., V, 7, 4 ; VIII, 16, 1-3).

60 Écho est également citée en IV, 327 à propos de Philomèle.

61 Ach. Tat., III, 10, 5 (cf. Chuvin, 1976, p. 164, note à IV, 324).

62 Trad. M.-C. Fayant, C.U.F.

63 Αἷμα κορείης : la formule est la même pour Nicaia en XVI, 301.

64 Ach. Tat., V, 5, 3.

65 Cf. Tissoni, 1998, p. 174-176. Selon d’autres versions, Procné fut la seule actrice de la vengeance : cf. Monella, 2005, p. 116-119.

66 Ach. Tat., V, 3, 7.

67 Ach. Tat., V, 5, 6.

68 Trad. B. Simon, C.U.F.

69 Ach. Tat., V, 5, 8.

70 Cf. XLIV, 266-267, où Procné est qualifiée de mère « au cœur de lionne » (θυμολέαινα).

71 Les enfants sont allaités par une panthère et entourés par un cercle protecteur de serpents (XLVIII, 911-916).

72 δ 456-458.

73 C’est l’analyse de Vian, 1976, p. 7-10.

74 Cf. Wouters, 1994, p. 136-138.

75 Cf. Billault, 1991, p. 66-67.

76 Et comme dans les romans.

77 Vian, 1976, p. 9.

78 Le terme, commente-t-il, « ne peut faire allusion à une “heureuse union”, puisque Aura se donnera la mort après avoir été violée par Dionysos ; il doit avoir ici une valeur verbale » : Vian, 1976, p. 135 (note à I, 27).

79 Le sens de l’adjectif serait alors à rapprocher de celui qu’il a en XVI, 294, quand Hymnos, pendant le viol de Nicaia par Dionysos, apparaît en songe à la nymphe pour se moquer d’elle en l’appelant εὔγαμε κούρη ; cf. Vian, 1976, ibid.

80 Dont la couche, sans ironie cette fois, est qualifiée d’εὔγαμον εὐνήν (XIII, 352).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Frangoulis, « Description et récit », Pallas, 93 | 2013, 237-252.

Référence électronique

Hélène Frangoulis, « Description et récit », Pallas [En ligne], 93 | 2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1489 ; DOI : 10.4000/pallas.1489

Haut de page

Auteur

Hélène Frangoulis

Maître de conférences en littérature grecque
Université de Toulouse II-Le Mirail
EA PLH-CRATA
helene.frangoulis@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org