Navigation – Plan du site
I. La Grèce

De l’eau pour les défunts. Les hydries à décor peint en contexte funéraire attique de l’âge du Fer à l’époque archaïque

Water for the deceased. Fine decorated hydriai in Attic funerary contexts from the Early Iron Age to the early archaic period
Alexandra Alexandridou
p. 17-38

Résumés

Cet article vise à explorer la fonction de l’hydrie décorée dans les contextes funéraires attiques depuis l’époque géométrique jusqu’aux premières décennies du vie siècle av. J.‑C. La forme a été favorisée par les ateliers du Géométrique Récent IIb et du Protoattique Ancien avant de disparaître du répertoire attique après le second quart du viie siècle. Le contexte, l’iconographie et les caractéristiques des hydries décorées suggèrent qu’il s’agissait de vases rituels portant un symbolisme particulier au sein des contextes funéraires. L’étude de la forme, en association avec les loutrophores-hydries, offre des éléments nouveaux permettant de préciser sa signification et de démontrer sa relation avec le bain nuptial.

Au début du vie siècle, les hydries réapparaissent dans les nécropoles attiques et en particulier dans les tranchées d’offrandes. Il semble qu’à cette époque-là, bien qu’elles aient conservé leur connotation nuptiale, leur rôle funéraire a été modifié, étant donné que ces hydries s’adressent à des défunts différents.

Haut de page

Texte intégral

J’aimerais remercier les organisateurs d’avoir accepté ma participation à cette table ronde et pour leur hospitalité à Toulouse. En plus, je remercie Dr. Delphine Tonglet pour la correction du texte français.

Introduction

  • 1 * Hom. hymn. 2, 107. Trinkl, 2009, 153.
  • 2 Fölzer, 1906 ; Diehl, 1964 ; Gericke, 1970, p. 48-54 ; Krauskopf, 2005, p. 170-173 ; Trinkl, 2009.
  • 3 Concernant les représentations iconographiques de cette activité : Pfisterer-Haas, 2002 ; Killer, 1 (...)
  • 4 Sparkes et Talcott, 1970, 200.

1L’hydrie est un récipient à trois anses bien caractéristiques, également mentionné dans les sources comme kalpis1. Elle est étroitement associée aux femmes et à leur vie quotidienne, puisque sa fonction principale est de contenir et de transporter l’eau de la fontaine2. Les hydries attiques à figures noires du vie siècle sont les meilleurs témoins de cette utilisation3. La version de la forme en céramique commune est bien attestée dans les contextes domestiques4.

2Les ateliers attiques ont produit des hydries depuis l’époque protogéométrique, la forme restant cependant assez marginale durant l’âge du Fer. C’est seulement à partir des dernières décennies du viiie siècle que l’hydrie acquiert une importance particulière dans le répertoire de certains ateliers qui la dotent d’un décor figuré. La production continue durant la première moitié du viie siècle avant de disparaître pour près d’un siècle. Bien que la provenance de la plupart des exemplaires soit inconnue, il semble que les hydries décorées aient été principalement destinées aux nécropoles attiques. Leur rôle funéraire est attesté depuis le xe siècle.

3Quelle a été la fonction de la forme dans les contextes funéraires attiques ? Quelles sont les implications de son iconographie en relation avec sa fonction ? Est-ce qu’il est possible de les associer avec des défunts d’un sexe et d’un statut particuliers ?

1. La production des hydries attiques durant les époques protogéométriques et géométriques

  • 5 Lemos, 2002, p. 65.
  • 6 Desborough, 1952, p. 43 ; Bakalakis, 1961 ; Lemos, 2002, p. 66-67.
  • 7 Smithson 1982, p. 149, n. 36, fig. 3, pl. 22c, Athènes, Musée de l’Agora P 17448, Desborough, 1952, (...)
  • 8 Lemos, 2002, p. 66-67.
  • 9 Athènes, Musée de l’Agora P 1042, P 3948, P 17448.
  • 10 Athènes, Musée de l’Agora P 6686, Desborough, 1952, p. 43 ; Leslie Shear, 1937, p. 368, fig. 31 (Ag (...)
  • 11 AΔ 18, 1963, Χρονικά, p. 35-36.
  • 12 Pour les problèmes de datation : Desborough, 1952, p. 44.
  • 13 Grave mound T 20, n° 587.
  • 14 Desborough, 1952, p. 43.

4Les premières hydries attiques datent de la fin de l’Hélladique Récent IIIC et de l’époque submycénienne5. La forme continue à être produite pendant le xe siècle mais les exemplaires sont très rares. Toutes ces hydries sont datées du Protogéométrique Récent6, mis à part deux vases, provenant de Clepsydre et de l’Agora d’Athènes, qui remontent au Protogéométrique Ancien7. Les hydries attiques sont de grande taille (entre 45 et 50 cm), contrairement à celles provenant d’Argolide, de Lefkandi, de Thessalie, de Delphes ou de Kos, qui n’excèdent pas les 20 cm de hauteur et qui sont placées dans la tombe comme offrandes8. Certaines de ces hydries proviennent des puits de l’Agora athénienne9. La forme apparaît également dans les nécropoles attiques contemporaines où elle assure de multiples fonctions. Elle peut être placée comme offrande dans des sépultures d’enfants inhumés, comme l’atteste une fouille de l’Agora10, ou servir d’urne pour des crémations secondaires d’adultes11. À part une hydrie fragmentaire du Protogéométrique Moyen ou Récent12, trouvée dans le remblai d’un tumulus funéraire13, aucun exemple provenant de tombes submycéniennes ou protogéométriques n’a été retrouvé au Céramique14.

  • 15 Coldstream, 1968/2008, p. 60.
  • 16 Brann, 1962, p. 34-35 ; Sparkes et Talcott, 1970, p. 200.
  • 17 Brann, 1962, p. 34-35.
  • 18 Papadopoulos, 1998, p. 113-114.

5La production des hydries s’interrompt au siècle suivant pour réapparaître en force dans les ateliers du Géométrique Récent IIb15. Les rares exemples qui précèdent le milieu du viiie siècle sont décorés à bandes16. Ce type d’hydrie a été produit jusqu’à la fin du viiie siècle, avant d’être remplacé par les hydries en céramique commune, fabriquées durant tout le viie siècle. Ces vases sont bien attestés dans plusieurs sites, comme à Corinthe et dans les Cyclades17. L’utilisation d’argile grossière rend ces hydries idéales pour le maintien de la fraîcheur de l’eau18.

  • 19 Brann, 1962, p. 34-35, n° 37-39.
  • 20 Athènes, Musée de l’Agora P 6163, Papadopoulos, 1998 ; 2002, p. 107-108, cat. n° 89, fig. 2.49.

6Les hydries à bandes appartiennent essentiellement à la vaisselle commune, comme c’est attesté par les trouvailles des puits de l’Agora19. Une hydrie de ce type présente un intérêt particulier car, en raison de problèmes rencontrés au cours du façonnage, elle fut remodelée en forme de cratère avant d’être jetée dans un puits.20 Ce vase confirme la continuité de la production des hydries à bandes pendant le milieu du viiie siècle.

  • 21 Tombe 89 : Kübler, 1954, p. 26, 256, 267-268, pl. 13.
  • 22 Coldstream, 1968/2008, p. 22.
  • 23 Tombe 44 : Kübler, 1954, p. 239. L’hydrie est erronément signalée comme amphore. Voir Papadopoulos, (...)
  • 24 Athènes, Musée de l’Agora P 4614, Young 1939, p. 27, V 1, fig. 14.
  • 25 Par exemple : Brueckner et Pernice, 1893, p. 112.

7En dehors d’un usage domestique, les hydries sont souvent présentes dans les tombes avec une variété de fonctions. Au Céramique, les premiers exemplaires à bandes ont été trouvés dressés à côté d’une amphore qui contenait les restes incinérés d’une femme21. Ces vases ont été datés à la charnière du Géométrique Moyen II et du Géométrique Récent22. Dans la même nécropole, une hydrie du même type, remontant au deuxième quart du viiie siècle, fut utilisée comme urne cinéraire pour une femme adulte23. Une hydrie à bandes datant de la fin du siècle contenait les restes d’un enfant inhumé dans un enclos funéraire familial situé sur l’Agora24. La forme pouvait également être placée comme offrande dans les tombes à inhumations25.

  • 26 Athènes, Musée National 10964, CVA Athènes 1, pl. 3.2. Pour la tombe d’Isis : Skias, 1898, p. 39, 8 (...)
  • 27 Athènes, Musée National 10995, CVA Athènes 1, pl. 3.6.

8En dehors du Céramique, une hydrie à bandes provient de la nécropole d’Eleusis. L’objet fut retrouvé au-dessus de la tombe d’Isis, la plus riche de la nécropole. Cette inhumation, datée du Géométrique Moyen, contenait les restes inhumés d’une jeune adolescente. Le vase a pu servir de marqueur, en revanche les libations sont exclues, le fond n’étant pas percé26. Une petite hydrie à décor linéaire figurait parmi les offrandes de la tombe27.

2. Les hydries décorées du Géométrique Récent IIb et du Protoattique Ancien

  • 28 Pour l’association des serpents avec la mort : Grabow, 1998, p. 12.

9Contrairement aux exemplaires de céramique commune, les hydries décorées de scènes figurées, souvent qualifiées d’« hydries cérémoniales », sont des vases fins et fragiles qui n’ont pas pu contenir de l’eau. Ces objets apparaissent en Attique au cours du Géométrique Récent IIb, et leur rôle particulier est suggéré par les serpents plastiques moulés sur la lèvre, l’épaule et l’anse verticale de la plupart de ces vases28.

  • 29 Coldstream, 1968/2008, p. 60. Pour cet atelier : Cook, 1947, p. 146-149 ; Davison, 1961, p. 41-45 ; (...)
  • 30 Pour ce sujet : Tölle, 1964 ; Ahlberg-Cornell, 1971, p. 261-267 ; Rombos, 1988, p. 345-351 ; Bubolt (...)
  • 31 Sheedy, 1992, p. 15-17.

10La forme est particulièrement présente au sein de l’atelier d’Athènes 89429. La plupart des exemplaires sont décorés de scènes de danse30. Sept des dix hydries attribuées à cet atelier présentent des jeunes filles dansant sur le col. Cet atelier est peut-être responsable de l’introduction de l’hydrie dans un domaine non-domestique, et funéraire en particulier31.

  • 32 Athènes, Musée de l’Agora P 26022, Brann, 1962, p. 86, pl. 29.
  • 33 Berlin, Staatliche Museum 32.079 Tölle, 1964, p. 16, no. 20, Berlin, Staatliche Museum 31.045, Töll (...)
  • 34 Langdon, 2008, p. 172.

11Les hydries du Géometrique Récent sont nombreuses mais leur provenance est cependant rarement connue. Les serpents plastiques ne peuvent constituer la preuve systématique d’une origine funéraire, car ils ornent la majorité des exemplaires contemporains, quels que soient leurs contextes. En effet, une hydrie décorée de serpents, découverte sur l’Agora en contexte secondaire, remet en cause l’association exclusive de la forme avec des sépultures32. En revanche, bien qu’elles soient très rares, certaines hydries ne présentent pas de serpents plastiques, ce qui indique qu’elles pourraient avoir servi à des fonctions autres que funéraires33. Cette hypothèse est confortée par un exemplaire retrouvé au sanctuaire d’Artémis à Mounichie. Il est, donc, très probable que les serpents aient été associés à l’eau plutôt qu’à la mort34.

  • 35 CVA Mayence 1, p. 16, pls. 5.1-4, 6.1-5.
  • 36 Athènes, Musée National 17470, CVA Athènes 2, pl. 13, 1-5 ; Musée de Brauron 148, Rombos, 1988, p.  (...)
  • 37 CVA Reading 1, 15, pl. 8.8.
  • 38 Athènes, Musée National 14423.
  • 39 Kastriotis et Philadepheus, 1911, p. 110.

12Un certain nombre d’hydries provient des nécropoles de la périphérie d’Athènes. Cependant, étant donné que leur contexte exact est inconnu, leur rôle dans les pratiques funéraires de l’époque ne peut pas être facilement retracé. En particulier, deux hydries de l’Université de Mayence, l’une attribuée au Groupe d’Athènes 894, l’autre au Peintre de Mayence, ont été retrouvées à Vouliagmeni35. D’autres exemplaires furent découverts à Markopoulo dans l’est de l’Attique36. Une hydrie attribuée à l’atelier du Groupe de Würzburg est supposée provenir d’une nécropole de l’est de l’Attique37. Une autre hydrie provient de la nécropole d’Anavyssos38, mais la publication n’offre aucun détail concernant le type de sépultures fouillées, la position exacte ou la fonction des vases provenant de ce contexte39.

  • 40 Young, 1939, 49-50, XI 7, fig. 33.
  • 41 Young, 1939, 49.

13Néanmoins, un nombre d’exemplaires du Géométrique Récent, découverts lors de fouilles systématiques publiées, montrent que les hydries ont été employées différemment dans les nécropoles attiques. Par exemple, une hydrie fragmentaire de la fin du viiie siècle a été retrouvée en association avec une inhumation masculine dans un petit enclos funéraire fouillé au sud de la Tholos de l’Agora athénienne40. L’hydrie ne faisait pas partie des offrandes trouvées dans la tombe, mais elle avait été brûlée sur un bûcher funéraire avec une variété d’autres vases, ainsi que des figurines d’argile. Il faut noter que, contrairement à la plupart des hydries contemporaines ornées de scènes de danse, un sujet purement funéraire décore la panse de ce vase : une procession de pleureuses, avec leurs mains levées vers la tête en signe de lamentation. Selon le fouilleur, l’hydrie a pu contenir du vin utilisé pour l’extinction du bûcher funéraire41.

  • 42 TC 71.1443, fig. 72. Mussche et al., 1984, 73, 123-125, fig. 72. Tombe 125, fig. 34, 69.
  • 43 Skilardi, 2011, p. 681-682.
  • 44 Sépulture A 32 : Geroulanos, 1973, p. 22, 35-38, pls. 14.2-4. Hydrie Tr 323, p. 37, pl. 22.4.

14Une hydrie, attribuée à l’atelier du Groupe de Würzburg et datée vers la fin du viiie siècle, provient de la nécropole ouest de Thorikos en Attique. Le vase a servi comme offrande dans une tombe d’inhumation d’un adulte42. L’hydrie a été placée à côté de la tête du défunt. Elle était accompagnée d’un skyphos, d’un cotyle et de deux petits vases clos. Contrairement à la plupart des hydries contemporaines, cet exemplaire ne comporte pas de scène figurée, mais présente seulement des frises d’animaux sur le col et la panse. Il est important de noter que, bien que l’hydrie ait été choisie comme offrande funéraire, elle ne présentait aucun décor de serpent plastique. En revanche, une hydrie, récemment découverte dans les fouilles de la riche nécropole géométrique de Képhisia, au nord de l’Attique, présente une scène de danse mixte sur le col, et des serpents plastiques sur la lèvre, l’épaule et l’anse verticale. Le vase a été placé dans une grande tombe à fosse qui contenait les restes de la crémation primaire d’un adulte. Le couvercle avait également été placé dans la tombe43. Contrairement aux exemples décorés, les hydries en céramique commune peuvent servir d’urne cinéraire, comme dans une tombe datée du viiie siècle dans la nécropole de Trachones44.

  • 45 Pour l’atelier du peintre d’Analatos : Cook, 1934-1935, p. 172-176 ; Davison, 1961, p. 51-52 ; Deno (...)
  • 46 Young, 1939, p. 209; Sheedy, 1992, p. 11-15.
  • 47 Walter, 1963, p. 92-93; Sheedy, 1992, p. 11-15; Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 18; Mösch-Klin (...)

15La production des hydries funéraires, peintes de scènes figurées, continue pendant la première moitié du viie siècle. La forme est particulièrement présente dans les ateliers des peintres d’Analatos et de Mesogeia45. La forme des hydries protoattiques diffère des exemplaires géométriques, avec des articulations plus délicates, un corps plus étroit et pointu et un col cylindrique allongé46. Ce type de vase est généralement désigné comme « loutrophore-hydrie », même si elle n’a pas encore développé les caractéristiques claires de la loutrophore47.

  • 48 Athènes, Musée National 313, Rocco, 2008, p. 28, cat. n° An 11, pl. 1.4 (peintre d’Analatos).
  • 49 Athènes, Musée National 67, Rocco, 2008, p. 38-39, cat. n° Me 10, pl. 4.1, Athènes, Musée National (...)
  • 50 Collection Archéologique de Képhisia. Le vase n’est pas publié. Pour la nécropole et les sépultures (...)

16Comme pour la période précédente, le contexte de la majorité des hydries protoattiques demeure inconnu. Les autres proviennent pour la plupart de différents sites attiques, comme Analatos48, Spata et Kalyvia du Kouvara49. Malheureusement, nous ne possédons aucune information sur leur contexte exact, leur fonction est donc totalement inconnue. Le seul cas disponible provient de l’exploration de la nécropole de Kephisia, où l’un de ces vases a été déposé en offrande et brûlé dans une à incinération50.

  • 51 Morris, 1987, p. 97-109, 1995.
  • 52 Pour les tranchées d’offrandes : Kübler, 1959, p. 87-88, 1970, p. 87-92 ; Houby-Nielsen, 1992 ; D’O (...)

17Depuis le début du viie siècle en Attique, la crémation primaire devient le principal mode de sépulture pour les adultes, remplaçant l’inhumation qui prévalait depuis le milieu du viiie siècle51. Le corps était incinéré dans la tombe qui recevait peu d’offrandes. La nécropole du Céramique principalement ainsi que plusieurs autres sites présentent des tranchées d’offrandes en association avec les sépultures. Ces fosses contenaient des fragments de vases brûlés et brisés par la chaleur du bûcher. Il s’agit principalement de formes à verser, à boire et à manger, tandis que les grandes formes comme les amphores ou les hydries sont absentes de cette cérémonie funéraire52.

  • 53 Melbourne, National Gallery-Victoria D 23/1982, Rocco, 2008, p. 28, pl. 1.3.

18Il est intéressant de noter que la forme n’est pas seulement absente des tranchées protoattiques, mais qu’elle fait aussi totalement défaut au Céramique d’Athènes. Les seules hydries connues sont attestées à la périphérie d’Athènes. En ce qui concerne les exemplaires intacts, comme l’hydrie du peintre d’Analatos à Melbourne53, le vase a sans doute été placé au Céramique dans la tombe comme offrande. Les fouilles de la nécropole de Képhisia indiquent que, même si les hydries n’étaient pas placées dans les tranchées, elles pouvaient être brisées dans la sépulture. Selon les pratiques funéraires attiques de l’époque, les hydries protoattiques connues, si elles proviennent de nécropoles, doivent porter des traces de brûlure mais pas de cassure intentionnelle. Leur condition pose alors questions concernant leur rôle exact dans les tombes.

  • 54 Young, 1939, p. 49.

19Est-il possible qu’elles puissent avoir été utilisées pour éteindre le feu avant d’être brisées sur le bûcher ? Cela était proposé pour l’hydrie du Géométrique Récent de l’Agora54. Ont-elles été intentionnellement cassées après l’extinction du feu ou simplement abandonnées là, et brisées par l’œuvre du temps ? La question reste ouverte.

20Le vase éponyme du peintre d’Analatos suggère une autre observation intéressante. Cet exemplaire est bien plus monumental que ses contemporains ainsi que ses prédécesseurs géométriques avec une taille de 0,80 m. L’hydrie d’Analatos pourrait donc avoir servi comme offrande placée dans la tombe, comparable aux vases monumentaux du Géométrique Récent comme les cruches, ou bien même comme marqueur. Et dans ce cas, une réponse définitive n’est pas possible.

  • 55 Sepulture Ξ 13. Geroulanos, 1973, p. 51-52. Hydria Tr 369, p. 51, pl. 23.

21Contrairement aux hydries peintes, un exemple à vernis noir de la nécropole de Trachones offre des informations concrètes au sujet de son rôle. Comparable aux hydries en céramique commune du même site, ce vase à vernis noir a servi d’urne cinéraire et était accompagné d’une tasse, d’un skyphos et d’une petite oenochoé. Le col du vase était cassé et scellé avec des pierres, indiquant l’utilisation secondaire de l’objet55.

  • 56 Athènes, Musée de l’Agora, P 10229, Brann, 1962, p. 78, no. 416 ; Athènes, Musée de l’Agora P 10154 (...)
  • 57 Burr, 1933, p. 580, n° 162, figs. 41-42.
  • 58 Burr, 1933, p. 636-640; Laughy, 2010, p. 255-264.
  • 59 Thompson, 1968, p. 60 ; Thompson et Wycherley, 1972, p. 17, n. 50 ; Whitley, 1994, p. 225 ; D’Onofr (...)
  • 60 Laughy, 2010, p. 255-264 ; Eijnde, 2010, p. 122, 376.
  • 61 Égine, Musée de Kolonna 613, Rocco, 2008, p. 28, cat. n° An 13, pl. 2.3.

22Parallèlement à ces usages funéraires en Attique, la forme apparaît également dans les puits de l’Agora56. En outre, une hydrie a été découverte dans le dépôt protoattique situé au-dessus de la maison ovale géométrique des pentes nord de l’Aréopage57. Le dépôt contenait un large éventail de vases de formes diverses, ainsi que des figurines en argile datant du troisième quart du viie siècle av. J.‑C. Le caractère de cet édifice et du dépôt reste un sujet de débat. Un réexamen attentif du matériel a récemment permis de valider la première interprétation de l’édifice par Burr qui y voyait une maison58. De plus, bien que son association avec des sépultures du Géométrique Ancien et Moyen I ait conduit à l’hypothèse qu’il s’agissait d’un lieu destiné au culte funéraire59, les objets retrouvés dans le dépôt semblent avoir été sortis de leur contexte original, identifié dans l’Eleusinion situé à proximité60. Si cette hypothèse est valide, elle montre que l’hydrie n’était pas seulement destinée aux nécropoles, mais qu’elle était aussi offerte aux divinités féminines. Quelques fragments d’hydries, provenant du sanctuaire d’Apollon à Kolonna sur l’île d’Égine61, indiquent que la forme était choisie comme offrande pour les espaces de cultes liés aux dieux, en dehors de l’Attique.

  • 62 Zschietzschmann, 1928 ; Ahlberg, 1971 ; Rombos, 1988, p. 77-91 ; Sheedy, 1990, p. 122-135 ; Moore, (...)
  • 63 Sheedy, 1990.
  • 64 Buboltz, 2002.
  • 65 Ahlberg-Cornell, 1987, p. 85.
  • 66 Langdon, 2008, p. 171.
  • 67 Kleine, 2005, p. 34.

23Les hydries protoattiques décorées poursuivent la tradition géométrique avec des scènes de jeunes danseuses peintes sur leur col qui ont, semble-t-il, presque entièrement remplacé le thème funéraire de la prothèsis62. La seule exception est fournie par la première hydrie du peintre d’Analatos maintenant à Melbourne63. Même si quelques hydries sont décorées avec des danses mixtes, la majorité des scènes présentent cinq femmes qui se tiennent par la main avec des branches en main. Ce choix iconographique souligne une association particulière entre la forme du vase et la sphère féminine. Selon l’interprétation de Buboltz, ces danses partagent le caractère funéraire des scènes de prothèsis qui occupaient la même position sur les hydries du Géométrique Récent64. Toutefois, l’association des danses avec le monde funéraire n’est pas aisée à établir, et il serait trop aventureux d’expliquer ce glissement iconographique par un changement dans les rituels funéraires, selon un caractère plus profane65. Les scènes semblent plus faire allusion à une ambiance festive qu’à un rite funéraire et les danseuses pourraient simplement avoir été créées indépendamment des pleureuses66. Selon une autre hypothèse récente, les scènes de danses devraient être dissociées des serpentes plastiques et de leur allusion funéraire. Les danses ont été également vues comme des images de la vie, indicatives de la participation du défunt aux festivités collectives de la cité athénienne67. Bien qu’il soit difficile de déterminer si les danses peintes représentent des activités privées ou publiques, leur caractère festif ne devrait pas être remis en question.

24L’iconographie des hydries peintes des viiie et viie siècles constitue dès lors un élément important permettant d’approcher la question de leur fonction dans les nécropoles attiques. Cependant, les données archéologiques étant très limitées, particulièrement en ce qui concerne le début de l’époque protoattique, et les serpents plastiques n’offrant qu’une indication funéraire très faible, un autre paramètre doit être pris en considération : la relation des hydries protoattiques avec la variante de la loutrophore-hydrie.

  • 68 Walter, 1963.
  • 69 Il est caractéristique que les premières hydries du peintre d’Analatos sont considérées par un nomb (...)

25Les amphores et hydries du Protoattique Ancien de l’atelier d’Analatos sont considérées comme les prédécesseurs des loutrophores68 ; leur forme n’étant pas encore standardisée au viie siècle69.

  • 70 Callipolitis-Feytmans, 1985, p. 33, 35. Malheureusement, les premières hydries et loutrophores du s (...)
  • 71 Mösch-Klingele, 2006, p. 117-118, 2010, p. 33. Pour l’importance de l’eau lors du mariage et les lo (...)
  • 72 Pour la nature de la Nymphe : Kyrkou, 1997, p. 902 ; Brouskari, 2004, p. 35-36 ; Parker, 2005, p. 4 (...)
  • 73 Mösch-Klingele, 2010, p. 37-39.

26Une hydrie protoattique de la petite nécropole de Vari, produite par un atelier local, offre un lien entre les deux formes. Le vase diffère des hydries protoattiques anciennes du peintre d’Analatos car le col cylindrique est très allongé et évasé, comme celui des loutrophores. En revanche, la lèvre étroite n’est pas attestée sur les loutrophores70. Les loutrophores-hydries semblent être le fruit du développement monumental des hydries peintes protoattiques, et avoir occupé la même fonction durant le premier quart du viie, à savoir le transport de l’eau pour le bain nuptial71. Ce rite existait bien avant la création de cette nouvelle forme, et l’on peut naturellement supposer que c’étaient alors les hydries, dont la fonction première est le transport de l’eau, qui étaient employées à cet effet. Cette idée est renforcée par la coexistence des hydries et des loutrophores-hydries dans le sanctuaire sud de l’Acropole, où elles furent dédiées à la Nymphe, divinité protectrice du mariage72. Les premières loutrophores-hydries dédiées dans ce sanctuaire datent du milieu du viie siècle. Elles prouvent non seulement la relation étroite de la forme avec le mariage, la femme et la divinité, mais elles marquent aussi l’introduction de ce rite nuptial dans le cadre social athénien73.

  • 74 Alexandridou, 2011, p. 72.
  • 75 Nouveau Musée de l’Acropole, non publiée.

27La relation entre les deux formes est marquée par leur iconographie. Les processions des femmes, qui décorent le col d’un grand nombre des loutrophores du sanctuaire de la Nymphe, fournissent un bon parallèle iconographique aux danses ornant les hydries protoattiques. Ces cortèges ont un caractère festif et représentent très probablement le transport de l’eau pour le bain nuptial du couple (loutrophoria)74. Cette interprétation est confirmée dans la scène qui décore le col d’une des plus anciennes loutrophores du sanctuaire (troisième quart du viie siècle), restée inédite. On peut y observer une jeune fille, portant une loutrophore sur la tête, et suivie d’un flûtiste et d’une figure féminine. Ici, contrairement à la majorité des loutrophores qui sont ornées de processions de femmes, le vase est représenté75.

  • 76 Kübler, 1954, p. 34, n. 77.
  • 77 Athènes, Musée National sans n° , Callipolitis-Feytmans, 1985, p. 34, fig. 3.

28Comment peut-on dès lors se servir de ce rapport entre hydrie et loutrophore pour interpréter la présence de l’hydrie dans les tombes protoattiques ? Contrairement à l’hydrie, les loutrophores-hydries qui se concentrent dans le sanctuaire de la Nymphe depuis le milieu du viie siècle, sont presque complètement absentes des nécropoles76. La seule exception est la loutrophore de Vari77. De plus, au moment où la loutrophore devient une offrande stable dans le sanctuaire, les hydries figurées disparaissent des contextes funéraires.

  • 78 Ginouvès, 1962, p. 244; Callipolitis-Feytmans, 1965, p. 42-43; Andronikos, 1968, p. 2-4; Kurtz, Boa (...)
  • 79 Copenhague, Musée National 727, CVA Copenhagen 1, pl. 74.6. Dans l’iconographie plus tardive, les h (...)
  • 80 Pour une interprétation rituelle de la scène dans le cadre d’un agon : Kleine, 2005, p. 34.
  • 81 Papadopoulou-Kanellopoulou 1997, p. 127-128, cat. n° 283, pl. 56.

29Il semble donc que dans les tombes, les hydries funéraires jouaient un rôle comparable à celui des loutrophores aux sanctuaires. L’eau qu’elles contenaient possédait une faculté purifiante, nécessaire contre l’impureté de la mort, et qui pouvait aussi satisfaire la soif du défunt à la forme des chthonia loutra78. Mais, en tenant compte de leur association avec la loutrophore, les hydries portaient également un fort symbolisme nuptial. Leur contenu aurait pu avoir une double signification faisant allusion au bain funéraire mais aussi nuptial. Depuis les dernières décennies du viiie siècle, l’hydrie doit avoir été spécialement produite à des fins rituelles. La première représentation d’une hydrophorie apparaît sur un canthare géométrique79, dans une scène de caractère festif, non funéraire80. Le même type de scène apparaît aussi sur une loutrophore-hydrie à figures noires du second quart du vie siècle, provenant du sanctuaire de la Nymphe81.

  • 82 Mösch-Klingele, 2010, p. 36-37.
  • 83 L’hydrie est considérée comme indicateur des femmes pendant le viiie siècle : Vizyinou, 2010, p. 32 (...)
  • 84 Langdon, 2008, p. 171.
  • 85 Moesch, 1999 ; Mösch-Klingele, 2006, p. 3-34, 117-121, 2010, p. 55.

30L’iconographie des hydries peintes attiques et leur relation étroite avec les femmes et le mariage, attestée également sur les loutrophores-hydries82, montrent que la forme peut être considérée comme l’indicateur du sexe féminin du défunt que le vase accompagne83. Cette hypothèse est fragilisée par l’hydrie du Géométrique Récent, retrouvée sur l’Agora, comme offrande à un défunt masculin, qui ne présente pas un décor des danseuses. Les choix iconographiques pour la décoration de ces vases sont cependant orientés en fonction du sexe des défunts. L’hydrie de l’Agora est décorée de pleureuses, non de danse. Il est intéressant de noter que l’atelier d’Athènes 894 avait employé le thème funéraire de pleureuses pour ses amphores, et celui de la danse de jeunes filles pour ses hydries84. La véritable question est de déterminer si les hydries ont été utilisées uniquement pour accompagner les personnes non mariées. La relation entre les premières loutrophores et les célibataires décédés, mentionnée dans les sources, a été remise en question et, sous un autre angle, la variante de l’hydrie a été reliée au mariage et celle de l’amphore aux sépultures85. Cependant, contrairement aux loutrophores-hydries, les hydries géométriques et protoattiques sont étroitement liées aux contextes funéraires, avec peu d’exemplaires dédiés à la Nymphe. Cela pourrait indiquer que les hydries symbolisent le désir de la famille en deuil d’offrir le bain nuptial au défunt, emporté trop tôt par la mort pour le recevoir.

  • 86 Camp, 1979.
  • 87 Coldstream, 1981, p. 159-160.

31Si l’allusion nuptiale, représentée par les hydries dans les nécropoles attiques de la fin du viiie au début du viie siècle, est correctement interprétée, l’on peut se demander pourquoi la forme a atteint une importance dans le domaine funéraire de cette époque. La popularité du vase a été liée à la théorie, développée par J. Camp à la fin des années 1970, concernant des problèmes de sécheresse dans l’Attique du viie siècle86. Ainsi, selon Coldstream, l’eau aurait constitué une précieuse denrée, qu’il fallait donc offrir dans des vases richement décorés87. Cependant, la théorie de la sécheresse de Camp a été sérieusement contestée et il n’y a aucune preuve permettant d’associer ces hydries à un tel phénomène climatique.

32Une meilleure hypothèse peut être proposée grâce au témoignage offert par les premières loutrophores, et leur association avec les hydries. L’apparition de la version peinte de la forme, souvent richement décorée, indique que le rituel de transport du bain nuptial doit avoir acquis une importance sociale pour la première fois à cette époque, les hydries funéraires étant antérieures aux attestations provenant du sanctuaire de la Nymphe. Il semble que l’adoption de la forme et de ses connotations ait surtout concerné la périphérie d’Athènes.

  • 88 Concernant l’importance de la loutrophore-hydrie : Mösch-Klingele, 2010, p. 33-39.

33Il est également probable que le choix et le développement de l’hydrie soient dépendants des efforts d’un groupe de peintres novateurs du Géométrique Récent qui auraient voulu satisfaire une riche clientèle par l’introduction d’une forme à l’iconographie particulière. Cette nouveauté a ensuite été suivie par des ateliers de potiers du Protoattique Ancien, alors que l’hydrie figurée devait disparaître du répertoire attique vers la fin du deuxième quart du viie, disparition sans doute liée à la production continue de la loutrophore-hydrie depuis le milieu du siècle. La nouvelle forme incarne au mieux ce rite nuptial particulier, et constitue l’offrande la plus appropriée pour la Nymphe88.

3. Les premières hydries attiques à figures noires

  • 89 Alexandridou, 2011, p. 22-24.
  • 90 Musée d’Izmir, Boardman, 1958-1959, pl. 33.2.
  • 91 Le peintre KX : Athènes, Musée du Céramique, 8405. Alexandridou, 2011, fig. 23, Musée de Corinthe C (...)
  • 92 Musée du Corinthe C-59-1, Brownlee, 1987, pl. 12. 2.
  • 93 Musée d’Izmir, Boardman, 1958-1959, pl. 33.2.
  • 94 Musée de Vathy K1210. Kreuzer, 1998, pls. 15-16, Musée de Vathý, K6834, Kreuzer, 1998, pl. 16. 71. (...)

34Après la fin du Protoattique Ancien et le premier quart du viie siècle, les hydries décorées disparaissent du répertoire attique. La forme ne semblant pas avoir été immédiatement adoptée par les ateliers attiques après l’introduction de la nouvelle technique de décoration à figures noires et elle réapparaît seulement pendant le premier quart du vie siècle89. Rares sont les exemplaires précédant la fin du premier quart du vie siècle. Les premières hydries à figures noires ont été décorées dans l’atelier du peintre des Gorgones90. Quelques vases ont été attribués au peintre KX et au cercle de Sophilos91. En dehors de l’Attique, les hydries attiques sont attestées en contextes domestiques, comme à Corinthe92 et à Smyrne93, mais aussi dans des sanctuaires. Un certain nombre provient de l’Heraion de Samos où elles ont peut-être été employées lors de banquets rituels94.

  • 95 Athènes, Musée de l’Agora, P 26776, Moore et Philippides, 1986, pl. 59. 618, Athènes, Musée de l’Ag (...)
  • 96 Seulement l’une a été publiée : Athènes, Musée du Céramique, 8405. Alexandridou, 2011, fig. 23.
  • 97 Athènes, Musée du Céramique 2865, Vierneisel 1964, pl. 37, Athènes, Musée du Céramique, Kreuzer, 19 (...)

35En Attique, à l’exception de quelques hydries qui ont été trouvées dans les puits de l’Agora,95 la forme est mieux représentée en contexte funéraire, cependant presque absente du Céramique, comme aux époques du Géométrique Récent et du Protoattique Ancien. En effet, seuls deux exemplaires, datés du premier quart du vie siècle et provenant du même contexte sont connus96. On ne les a pas retrouvés à l’intérieur de la tombe comme offrandes, mais brisés et brûlés dans une tranchée à offrandes avec une loutrophore-amphore et deux skyphoi, tous décorés par le peintre KX97.

  • 98 Athènes, Musée National 18996 (non publiée), Athènes, Musée National 18881, Callipolitis-Feytmans, (...)

36La majorité des hydries figurées du premier quart du vie siècle proviennent de la grande nécropole de Vari, dans le sud de l’Attique98. Cette concentration intéressante, qui n’est attestée ni au Céramique, ni dans aucun autre site attique de l’époque, indique que la forme fut sans doute un élément essentiel pour les rituels funéraires de cette nécropole durant tout le vie siècle. À l’exception d’un exemplaire, toutes les hydries de cette nécropole ont été trouvées sur tranchées d’offrandes ou bûchers funéraires.

  • 99 Alexandridou, 2012, p. 7.
  • 100 Pour ce peintre : Alexandridou, 2011, p. 45.

37Les plus anciennes hydries à figures noires sont en relation avec la sépulture d’un adulte inhumé, couverte par le plus grand tumulus de la nécropole, auquel se rapportent une longue tranchée d’offrandes et une pyra sacrificielle qui contenait de nombreux vases. Les plus anciens datent de la fin du viie et les plus récents du milieu du vie siècle. Les hydries sont postérieures à la sépulture et remontent au premier quart du vie. Elles ont été trouvées brisées dans la tranchée avec des oenochoés, des lekanes et diverses autres formes à boire99. Trois de ces hydries peuvent être attribuées au Cercle de Sophilos, car la majorité appartient au peintre du Lotus qui travaillait dans un atelier local100.

  • 101 Seulement une pouvait être identifiée : Athènes, Musée National, ABV 49.1, BAPD 305265.
  • 102 Alexandridou, 2012, p. 27-28.
  • 103 Alexandridou, 2012, p. 28-30.
  • 104 Athènes, Musée National 19191, Bakır 1981, pl. 72-75.
  • 105 Alexandridou sous presse.

38Deux hydries, un peu plus tardives, décorées par le peintre de Polos et son cercle101, ont été découvertes brûlées dans une tranchée à offrandes, associée à la sépulture d’un adulte du début du vie siècle (tombe 25/E)102. Un bûcher funéraire à l’est de la tombe contenait quatre hydries offertes avec des lekanes103. L’une de ces hydries est attribuée au Cercle du Sophilos104. Le traitement funéraire du défunt, inhumé tout comme celui du grand tumulus, alors que le reste de la nécropole ne présente que des incinérations, atteste du caractère exceptionnel du personnage. L’hypothèse est renforcée par la grande période de temps couverte par les offrandes de la tranchée et du bûcher. Après leur mort, ces deux personnes ont reçu une attention particulière, probablement liée à leur rôle important au sein de la communauté locale105.

  • 106 Alexandridou, 2012, p. 32-33.
  • 107 Athènes, Musée National 19185 (non publiée).
  • 108 Athènes, Musée National 19033, Callipolitis-Feytmans, 1974, p. 207, e.
  • 109 Athènes, Musée National 19188 & 19124 (non publiées).
  • 110 Pour le sujet iconographique : Oakley – Sinos 1993, p. 2S-30 ; Manakidou, 1994, p. 115-122, 213-225
  • 111 Athènes, Musée National 19051. Elle vient de la tombe 8 du tumulus 3 : Alexandridou, 2012, p. 16.

39L’hydrie est la forme dominante parmi les vases retrouvés dans une pyra funéraire de la tombe 25/E et probablement associée à celle-ci. Les vases de cette pyra ne sont pas contemporains, mais ils couvrent tout le vie siècle, ce qui laisse supposer l’existence d’un culte funéraire de longue durée106. Les hydries les plus anciennes ont été attribuées à la manière de Sophilos107 et au peintre du Lotus108. Les deux autres exemplaires remontent aux dernières décennies du vie siècle109, et ils sont décorés d’une scène présentant un couple nuptial sur un char accompagné d’un groupe des divinités110. Malgré la présence des hydries dans les tranchées et les pyrai de cette nécropole, la forme est presque absente à l’intérieur des tombes. Seul un exemple à figures noires, orné de frises animales, a servi d’offrande lors d’une crémation, accompagné d’une lékane, vers le début du vie siècle111.

  • 112 Athènes, Musée National 19185 (non publiée).
  • 113 Pour ce sujet iconographique, avec bibliographie : Alexandridou, 2011, p. 56-57.
  • 114 Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 21 et cat. n° 256, 257, 260, 288, 320, 323, 330, 336, 353, 354 (...)
  • 115 Mösch-Klingele, 2010, p. 46 ; Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 21-22 et cat. n° 262, 277, 287, (...)

40En dépit de l’absence presque complète de la forme dans le reste de l’Attique, la demande spécifique pour les hydries à Vari, durant le vie siècle, suggère qu’elles y jouaient un rôle spécifique et devaient être le fruit de commandes spéciales afin de satisfaire les rites funéraires locaux. La production importante réalisée dans les ateliers locaux atteste de ce phénomène, tout comme l’hydrie retrouvée dans la pyra funéraire associée à la tombe 25/E, décorée avec une scène très particulière112. En effet, la panse est ornée de la plus ancienne représentation attique du jugement de Pâris avec Pâris courant, tentant d’échapper à Hermès, suivi des trois déesses113. Le choix de ce sujet est particulièrement intéressant car, comme les jeunes danseuses sur les hydries géométriques et protoattiques, le thème fait allusion au mariage. Le même thème apparaît sur des hydries à figures noires du vie siècle, trouvées dans le sanctuaire de la Nymphe dont il a été question plus haut114. La connotation nuptiale est plus claire sur les hydries plus tardives décorées de scènes de couples mariés, un thème qui est aussi attesté sur les loutrophores115.

41Les données fournies par la nécropole de Vari, ainsi que celles provenant du Céramique, posent la question de l’usage de l’hydrie dans les rites funéraires attiques durant le vie siècle et de ses connotations pour le statut des défunts. Quel est le rapport de la forme et de son iconographie avec les défunts non mariés, peut-on les considérer comme indicateur du sexe féminin ?

  • 116 Parker, 1983, p. 33-48.
  • 117 Pour l’association des tranchées avec le banquet : Houby-Nielsen, 1992 ; Kistler, 1998.
  • 118 Athènes, Musée du Céramique 2865, Vierneisel, 1964, pl. 37.
  • 119 Athènes, Musée National 19170, ABV 20.1. Alexandridou, 2011, fig. 24.
  • 120 Karydi, 1963, p. 90.
  • 121 Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 9.
  • 122 Apart des loutrophores mentionnes ici, un autre exemple vient de la tranche I couverte par tumulus (...)
  • 123 Paris, Musée du Louvre CA 2985, CVA Paris 18, pls. 28.1-2, 29.1-2, 32.1-2, 33.1-2.
  • 124 Mösch-Klingele, 2006, p. 79-82; 2010, p. 50-56.
  • 125 Boardman, 1988, p. 171-175 ; Sabetai, 1993, p. 145-146 ; Mösch-Klingele, 2010, p. 50-56.
  • 126 Mösch-Klingele, 2010, p. 54-55.
  • 127 Demosthenes 44.18; Pollux 8.66; Hesychios s.v. λουτροφόρος; Eustathios ad. Il. 28.141 ( =1293, 6-8) (...)
  • 128 Mösch-Klingele, 2010, p. 55.

42La fonction de l’hydrie comme conteneur d’eau, nécessaire à la purification du cadavre, n’est pas à remettre en question116. Néanmoins, il semble que leur usage ait varié en fonction des nécropoles au cours du vie siècle, et ait été adapté aux changements subis par les coutumes funéraires et à l’introduction des tranchées à offrandes. Contrairement à la majorité des formes qui apparaissent dans les tranchées, les hydries ne peuvent pas être associées à un banquet symbolique117. En outre, les hydries découvertes dans les tranchées du Céramique118 et de la tombe 25/E de Vari étaient accompagnées d’une loutrophore-amphore contemporaine119. La forme de la loutrophore-amphore est considérée comme un développement de l’amphore funéraire géométrique120. On la trouve également au sanctuaire de la Nymphe mais en quantités bien plus réduites que les loutrophores-hydries ; les plus anciens exemplaires remontent en effet à la fin du premier quart du vie siècle121. Egalement, trois exemplaires à figures noires, du début du vie siècle, proviennent des tranchées des nécropoles attiques122. L’étude détaillée des loutrophores-amphores postérieures a démontré que la forme portait la même signification que la loutrophore-hydrie, mais était utilisée différemment, l’amphore étant employée comme vase funéraire, comme l’atteste le plus ancien exemplaire123. Le rôle funéraire de la loutrophore à figures noires, issue de la tranchée du Céramique, est indiqué par les pleureuses plastiques appliquées sur l’anse. Un groupe de loutrophores-amphores, datant du milieu du vie siècle, et de la fin du vie début ve siècle, a été décoré de scènes de prothesis124. Des indices démontrent que ces vases étaient très certainement associés à des défunts masculins125. Leur iconographie souligne la relation du mort avec sa famille, sans qu’aucune référence ne soit faite à une personne non-mariée126, alors que les sources littéraires postérieures font référence à l’association de la forme avec les défunts célibataires127. Il est donc probable que les premières loutrophores-amphores puissent être considérées comme indicatrices de sépultures d’hommes mariés128.

  • 129 Houby-Nielsen, 1992, p. 357-359 ; Whitley, 1994.

43La considération de la loutrophore-amphore, indicateur du sexe masculin du défunt, est renforcée par le fait que, les exemples à figures noires du vie siècle, viennent d’un contexte funéraire particulier, -les tranchées d’offrandes-, qui ont été considérées comme caractéristiques des sépultures masculines du viie et début du vie siècle129. La combinaison des loutrophores-amphores avec les hydries dans les tranchées indique que ces dernières ont perdu leurs connotations féminines, mais elles ont gardé leurs implications nuptiales.

44Est-il possible d’associer la fonction particulière des hydries aux rituels funéraires de l’époque ? Une explication pourrait être que leur contenu était utilisé pour éteindre le feu dans la tranchée. Cependant, la découverte de plusieurs exemples dans les pyrai à Vari ne permet pas de soutenir l’hypothèse ci-dessus. Il est intéressant à noter que la plupart des hydries ont été déposées dans les tranchées et bûchers associés à un individu important qui a été spécialement honoré après sa mort. L’eau doit avoir joué un rôle important dans les rites locaux, indiquant un besoin spécial de purification après la mort. En même temps, il est possible que la forme puisse servir comme un indicateur d’état familial du défunt, qui était considéré aussi important.

4. Conclusions

45Entant que récipient d’eau, l’hydrie était originalement destinée à servir des activités domestiques entreprises par des femmes. La série des hydries à décor peint, qui était produite par les ateliers attiques pendant les dernières décennies du viiie et la première moitié du viiie siècle, doit être considérée comme rituelle avec un symbolisme particulier. Ces hydries jouaient un rôle particulier lors de cérémonies funéraires en Attique plutôt qu’à Athènes, comme ceci semble indiqué par l’extrême rareté ou l’absence complète de la forme dans la Céramique. L’iconographie choisie fait allusion aux occasions festives où les figures féminines dominent. De plus, l’association de la forme avec les loutrophores-hydries intègre ces hydries dans la sphère nuptiale. Il est donc possible que, placées dans la tombe, elles fonctionnaient comme des récipients d’eau pour le bain nuptial, considéré alors comme funéraire. L’hydrie décorée semble d’être le prédécesseur de la loutrophore-hydrie, un vase rituel, associé au mariage.

  • 130 Athènes, Musée de l’Agora P 5499, Young, 1939, p. 49-50, fig. 33-35.

46Comparables aux loutrophores-hydries, les hydries peuvent être liées aux femmes. Bien qu’elles devraient être considérées comme des vases rituels plutôt que des indicateurs de sexe, il semble tout à fait possible qu’elles caractérisaient principalement des sépultures féminines, surtout quand elles étaient décorées de scènes de danse. Cependant, une association avec des défunts masculins ne doit pas être exclue, comme l’atteste l’exemple du Géométrique Récent de l’Agora130. En outre, la forme a pu servir pour désigner des décédés non mariés qui avaient besoin de leur bain nuptial à caractère funéraire. L’hydrie disparaît de la production attique au moment où le rôle des loutrophores-hydries, comme porteurs du bain nuptial est bien établi avec l’introduction de la forme au sanctuaire de la Nymphe au sud de l’Acropole.

47Le rôle des hydries décorées semble avoir changé quand il réapparaît en Attique au début du vie siècle. Le nombre des premières hydries à figures noires reste très limité. La majorité est attestée à la périphérie de l’Attique et en particulier dans la nécropole nord de Vari, continuant la tradition géométrique et protoattique selon laquelle les hydries sont produites plutôt pour une clientèle non-athénienne. L’iconographie des exemples trouvés dans les tranchées de Vari, ainsi que le fait que les hydries du Céramique et de Vari étaient trouvées avec des loutrophores-amphores, indiquent que la forme a conservé ses connotations nuptiales. Toutefois, elle ne peut plus être une indication pour des défunts féminins, car elle est associée aux sépultures des hommes adultes. Dans le cas de Vari, il semble que la forme était destinée aux défunts d’une importance particulière.

48L’absence de contexte, pour la majorité des cas étudiés, n’a pas permis l’examen détaillé de tous les exemples connus et le développement de conclusions sûres sur les fonctions diverses de la forme dans les contextes funéraires et non- funéraires. Néanmoins, quelques observations ont pu être présentées, qui illustrent comment le rôle et le symbolisme de cette forme ont évolué de l’époque géométrique et protoattique au début de l’époque archaïque.

Fig. 1. Hydrie funéraire de Markopoulo.

Fig. 1. Hydrie funéraire de Markopoulo.

Athènes, Musée National 17470. Photo : Musée National d’Athènes.

Copyright © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund.

Fig. 2. Hydrie funéraire d’Anavyssos.

Fig. 2. Hydrie funéraire d’Anavyssos.

Athènes, Musée National 14423. Photo: Musée National d’Athènes.

Copyright © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund.

Fig. 3. Hydrie protoattique du peintre d’Analatos.

Fig. 3. Hydrie protoattique du peintre d’Analatos.

Athènes, Musée National 313. Photo : Musée National d’Athènes.

Copyright © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund.

Fig. 4. Loutrophore-hydrie protoattique de petite nécropole de Vari.

Fig. 4. Loutrophore-hydrie protoattique de petite nécropole de Vari.

Après Callipolitis-Feytmans 1985, 34, fig. 3.

Haut de page

Bibliographie

Ahlberg-Cornell, G., 1987, Games, play and performance in Greek Geometric art. The kantharos Copenhagen NM 727 reconsidered, ActaArch, 58, p. 55-86.

Ahlberg-Cornell, G., 1971, Prothesis and ekphora in Greek Geometric art, Göteborg.

Alexandridou, A., sous presse, Special burial treatment for “heroized” deceased at the Attic countryside. The case of the elite necropolis of Vari, dans C. Morgan et X. Charalambidou, Interpreting the Seventh Century BC. Tradition, Innovation and Meaning. The British School at Athens 9 th-11 th December 2011, Athènes.

Alexandridou, A., 2012, The North Necropolis of Vari Revisited, AE, 151, p. 1-73.

Alexandridou, A., 2011, Τhe Early Black-Figured Pottery of Attika in Context (ca. 630-570 B.C.), Leiden.

Alexandridou, A., 2009, Offering Trenches and Funerary Ceremonies in the Attic

Countryside. The Evidence from the North Necropolis of Vari, dans T. Fischer-Hansen et
B. Poulsen (dir.), From Artemis to Diana. The Goddess of Man and Beast, Acta Hyperborea, 12, Copenhagen, p. 497-522.

Bakalakis, G., 1961, Attische Protogeometrische Hydria in Thessaloniki, AM, 76, p. 60-66.

Bakır, G., 1981, Sophilos: ein Beitrag zu seinem Stil, Mainz am Rhein.

Boardman, J., 1958-1959, Old Smyrna: The Attic Pottery, BSA, 53-54, p. 152-181.

Brann, E. T. H., 1962, Late Geometric and Protoattic Pottery mid 8 th to late 7 th Century B.C., The Athenian Agora VIII, Princeton.

Brownlee, A. B., 1987, Attic Black Figure from Corinth, 1, Hesperia, 56, p. 73-95.

Brueckner, E. et Pernice, E., 1893, Ein Attischer Friedhof, AM, 18, p. 73-191.

Buboltz, L. A., 2002, Dance Scenes in Early Archaic Greek Vase-Painting, Harvard.

Burr, D., 1933, A Geometric House and a Proto-Attic Votive Deposit, Hesperia, 2, p. 542‑640.

Callipolitis-Feytmans, D., 1974, Les plats attiques à figures noires, Athènes.

Callipolitis-Feytmans, D., 1985, Céramique de la petite nécropole de Vari (II), BCH, 109, p. 31-47.

Camp, J. M., 1979, A Drought in the Late Eighth Century B.C., Hesperia, 48, p. 397-411.

Coldstream, J. N., 1968, Greek Geometric Pottery: a survey of ten local styles and their chronology, Londres (2e éd. 2008).

Coldstream, J. N., 1981, in Grecia, Italia e Sicilia nell’Vlll e VII secolo a.C.: atti del convegno internazionale, Atene, 15-20 Ottobre 1979, vol. I, ASAtene 59, Rome, p. 159-160.

Cook, J. M., 1934-1935, Protoattic Pottery, BSA, 35, p. 165-219.

Cook, J. M., 1947, Athenian Workshops around 700, BSA, 42, p. 139-155.

Davison, J. M., 1961, Attic geometric workshops, New Haven.

Denoyelle, M., 1996, Le peintre d’Analatos : essai de synthèse et perspectives nouvelles, AK, 39, p. 71-87.

Desborough, V. R. D’A., 1952, Protogeometric Pottery, Oxford.

Diehl, E., 1964, Die Hydria: Formgeschichte und Verwendung im Kult des Altertums, Mainz am Rhein.

D’Onofrio, A. M., 2001, Immagini di divinità nel materiale votivo dell’edificio ovale geometrico Ateniese e indagine sull’area sacra alle pendici settentrionali dell’Areopago, MEFRA, 113, p. 257-320.

D’Onofrio, A. M., 1993, Le trasformazioni del costume funerario ateniese nella necropoli pre-soloniana del Kerameikos, AnnAStorAnt, 15, p. 143-171.

Eijnde van den, F., 2010, Cult and Society in Early Athens. Archaeological and Anthropological Approaches to State Formation and Group Participation in Attica, thèse non publiée, University of Utrecht.

Fölzer, E., 1906, Die Hydria : ein Beitrag zur griechischen Vasenkunde, Leipzig.

Gericke, H., 1970, Gefässdarstellungen auf griechischen Vasen, Berlin.

Ginouvès, R., 1962, Balaneutikè : récherches sur le bain dans l’antiquité grecque, Paris.

Grabow, E., 1998, Schlangenbilder in der griechischen schwarzfigurigen Vasenkunst, Münster.

Haug, A., 2012, Die Entdeckung des Körpers: Körper- und Rollenbilder im Athen des 8. und 7. Jahrhunderts v. Chr., Berlin.

Hiller, S., 2006, The Prothesis scene, Bronze Age-Dark Age relations, dans E. Rystedt et B. Wells (dir.), Pictorial Pursuits: Figurative painting on Mycenaean and Geometric pottery. Papers from two seminars at the Swedish Institute at Athens in 1999 and 2001, Stockholm, p. 183-190.

Houby-Nielsen, S., 1992, Interaction between chieftains and citizens? 7 th century B.C. burial customs in Athens, Acta Hyperborea, 4, p. 343-374.

Houby-Nielsen, S., 1996, The Archaeology of Ideology in the Kerameikos: New Interpretations of the Opferrinnen, dans R. Hägg (dir.), The Role of Religion in the Early Greek Polis: Proceedings from the Third International Seminar on Ancient Greek Cult, organized by the Swedish Institute at Athens, 16-18 October 1992, Stockholm, p. 41-54.

Kastriotis, P. et Philadelpheus, A., 1911, Ανασκαφαί Αναβύσσου, ΠΑΕ, p. 110-131.

Karydi, E., 1963, Schwarzfigurige Lutrophoren im Kerameikos, AM, 78, p. 90-103.

Killer, H., 1994, Zur Iconographie der Frau auf attischen Vasen archaischer und klassischer Zeit, Berlin.

Kistler, E., 1998, Die „Opferrinne-Zeremonie“: Bankettideologie am Grab, Orientalisierung und Formierung einer Adelsgesellschaft in Athen, Stuttgart.

Kleine, B., 2005, Bilder tanzender Frauen in frühgriechischer und klassischer Zeit, Rahden.

Krauskopf, I., 2005, Hydria, ThesCra V, Bâle, p. 170-173.

Kreuzer, B., 1998, Die attisch schwarzfigurige keramik aus dem Heraion von Samos. Samos 22, Bonn.

Kreuzer, B., 1997, Frühschwarzfigurige Chronologie und der KX-Maler, dans J. H. Oakley et O. Palagia (dir.), Athenian Potters and Painters: the Conference Proceedings, Oxford, p. 337-344.

Kübler, K., 1970, Die Nekropole des späten 8 bis frühen 6 Jahrhunderts. Kerameikos. Ergebnisse der Ausgrabungen VI.2, Berlin.

Kübler, K., 1959, Die Nekropole des späten 8 bis frühen 6 Jahrhunderts. Kerameikos. Ergebnisse der Ausgrabungen VI.1, Berlin.

Kübler, K., 1954, Die Nekropolen des 10. bis 8. Jahrhunderts. Kerameikos: Ergebnisse der Ausgrabungen V, Berlin.

Kyrkou, M., 1997, Nymphe I, LIMC VIII, 1, Zurich, p. 902.

Langdon, S., 2008, Art and identity in dark age Greece, 1100-700 B.C.E., Cambridge.

Laughy, M., 2010, Ritual and Authority in Early Athens, thèse non publiée, University of California, Berkeley.

Lemos, I., 2002, The Protogeometric Aegean. The Archaeology of the Late Eleventh and Tenth Centuries B.C., Oxford.

Leslie Shear, T., 1937, The Campaign of 1936, Hesperia, 6, p. 333-381.

Manakidou, E., 1994, Παραστάσεις με Άρματa (8ος -5ος αι. π.Χ.): παρατηρήσεις στην εικονογραφία τους, Thessalonique.

Μanfrini-Aragno, I., 1992, Femmes a la fontaine : réalité et imaginaire, dans C. Bron et E. Kassapoglou (dir.), L’image en jeu : de l’antiquité à Paul Klee, Lausanne, p. 127-148.

Morris, I., 1995, Burning the Dead in Archaic Athens. Animal, Men and Heroes, dans A. Verbanck-Piérard et D. Viviers (dir.), Culture et cité. L’avènement d’Athènes à l’époque archaïque : actes du colloque international organisé à l’Université libre de Bruxelles du 25 au 27 avril 1991 par l’Institut des Hautes Études de Belgique et la Fondation Archéologique de L’U.L.B, Bruxelles, p. 45-74.

Moore, M. B. et Philippides, M. S. P., 1986, Attic Black-Figured Pottery, The Athenian Agora XXIII, Princeton.

Morris, I., 1987, Burial and Ancient Society. The Rise of the Greek City-State, Cambridge.

Mösch-Klingele, R., 2006, Die „loutrophoros“ im Hochzeits- und Begräbnisritual des 5. Jahrhunderts v. Chr. in Athen, Berne.

Mösch-Klingele, R., 2010, Braur oder Bräurigam. Schwarz – und rotfigurige Lutrophoren als Spiegel gesellschaftligen Veranderungen in Athen, Mainz am Rhein.

Mösch-Klingele, R., 1999‚ Loutra und Loutrophoros im Totenkult. Die literarischen Zeugnisse, dans R. F. Docter et E. M. Moorman (dir.), Proceedings of the 15 th International Congress of Classical Archaeology, Amsterdam, July 12-17 1998: classical archaeology towards the third millenium: reflections and perspectives, Amsterdam, p. 273-275.

Müssche, H. F., Bingen, J., Servais, J. et Spitaels, P., 1984, Thorikos 1972/6 : rapport préliminaire sur la 9e, 10e, 11e et 12e campagnes des fouilles VIII, Gent.

Oakley, J. H. et Sinos, R. H., 1993, The Wedding in Ancient Athens, London.

Papadopoulos, J. K., 2003, Ceramicus Redivivus: the Early Iron Age Potters’Field in the Area of the Classical Athenian Agora, Athènes.

Papadopoulos, J. K. et Smithson, E. L., 2002, The Cultural Biography of a Cycladic Geometric Amphora: Islanders in Athens and the Prehistory of Metics, Hesperia, 71, p. 182‑193.

Papadopoulou-Kanellopoulou, Ch., 1997, Ιερό της Νύμφης. Μελανόμορφες Λουτροφόροι, Athènes.

Parker, R., 1983, Miasma: Pollution and Purification in Early Greek Religion, Oxford.

Pfisterer-Haas, S., 2002, Mädchen und Frauen am Wasser, JdI, 117, p. 1-79.

Rocco, G., 2008, La ceramografia protoattica: pittori e botteghe (710-630 a.C.), Rahden.

Rombos, T., 1988, The Iconography of Attic Late Geometric II Pottery, Jonsered.

Sheedy, K. A., 1992, The Late Geometric Hydria and the Advent of the Protoattic Style, AM, 107, p. 11-28.

Sheedy, K. A., 1990, A Prothesis Scene from the Analatos Painter, AM, 105, p. 117-151.

Skias, A. N., 1898, Πανάρχαια Ελευσινιακή Νεκρόπολις, ΑΕ, p. 29-122.

Skilardi, D., 2011, Aριστοκρατικές ταφές από το γεωμετρικό νεκροταφείο της Κηφισιάς, dans A. Mazarakis Ainian (dir.), Τhe Dark Ages Revisited. An International Conference in Memory of William D.E. Coulson, Volos, 14-17 June 2007, Volos, p. 675-702.

Skilardi, D., 2009, Αρχαιολογικές Έρευνες στα Βόρεια Προάστια της Αθήνας, 1998-2003, dans V. Vasilopoulou et S. Katsarou-Tzeveleki (dir.), Από τα Μεσόγεια στον Αργοσαρωνικό. ΒΕφορεία Προϊστορικών και Κλασικών Αρχαιοτήτων. Το Έργο μιας δεκαετίας, 1994-2003. Πρακτικά Συνεδρίου, Aθήνα 18-20 Δεκεμβρίου 2003, Markopoulo, p. 593-612.

Smithson, E. L., 1982, The Prehistoric Klepsydra: Some Notes, Hesperia Suppl. 20, p. 141‑214.

Sourvinou-Inwood, C., 1983, A Trauma in flux. Death in the 8th century and after, dans R. Hägg (dir.), The Greek Renaissance of the Eighth Century B.C.: Tradition and Innovation: Proceedings of the Second International Symposium at the Swedish Institute in Athens, 1-5 June, 1981, Stockholm, p. 33-48.

Sparkes, B. A. et Talcott, L., 1970, Black and Plain Pottery of the 6 th, 5 th and 4 th Centuries B.C., The Athenian Agora XII, Princeton.

Thomspon, H. A., 1968, Activities in the Athenian Agora: 1966-1967, Hesperia, 37, p. 36‑72.

Thomspon, H. A. et Wycherley, R. 1972, The Agora of Athens. The History, Shape and uses of an Ancient City Center, The Athenian Agora XIV, Princeton.

Trinkl, E., 2009, Sacrificial and Profane use of Greek hydriai, dans A. Tsingarida (dir.), Shapes and Uses of Greek Vases (7 th - 4 th centuries B.C.). Proceedings of the Symposium held at the Universite libre de Bruxelles 27-29 April 2006, p. 153-172.

Tölle, R., 1964, Frühgriechische Reigentänze, Waldsassen.

Vierneisel, K., 1964, Die Ausgrabugen in Kerameikos 1963, ArchDelt, 19, Chr., p. 38‑42.

Vizyinou, O., 2011, Ταφικά έθιμα στην Αττική και την Εύβοια, 1200-700 π.Χ. Τα κτερίσμα τα ως τεκμήριο διάκρισης του φύλου και της ηλικίας των νεκρών, thèse non-publiée, Université de Ioannina.

Whitley, J., 1994, The Monuments that stood before Marathon. Tomb Cult and Hero Cult in Archaic Attica, AJA, 98, p. 213-230.

Young, R. S. 1939, Late Geometric Graves and a Seventh Century Well in the Agora, Hesperia Suppl., 2, Athènes.

Zschietzschmann, W., 1928, Die Darstelllungen der Prothesis in der griechischen Kunst, AM, 53, p. 15-47.

Haut de page

Notes

1 * Hom. hymn. 2, 107. Trinkl, 2009, 153.

2 Fölzer, 1906 ; Diehl, 1964 ; Gericke, 1970, p. 48-54 ; Krauskopf, 2005, p. 170-173 ; Trinkl, 2009.

3 Concernant les représentations iconographiques de cette activité : Pfisterer-Haas, 2002 ; Killer, 1994, p. 172-190 ; Μanfrini-Aragno, 1992. Pour les fonctions de la forme dans la vie quotidienne pendant l’époque archaïque : Trinkl, 2009, 155-158.

4 Sparkes et Talcott, 1970, 200.

5 Lemos, 2002, p. 65.

6 Desborough, 1952, p. 43 ; Bakalakis, 1961 ; Lemos, 2002, p. 66-67.

7 Smithson 1982, p. 149, n. 36, fig. 3, pl. 22c, Athènes, Musée de l’Agora P 17448, Desborough, 1952, p. 43. Pour les exemples du Protogéométrique Ancien : Lemos, 2002, p. 66.

8 Lemos, 2002, p. 66-67.

9 Athènes, Musée de l’Agora P 1042, P 3948, P 17448.

10 Athènes, Musée de l’Agora P 6686, Desborough, 1952, p. 43 ; Leslie Shear, 1937, p. 368, fig. 31 (Ag C 9 :11).

11 AΔ 18, 1963, Χρονικά, p. 35-36.

12 Pour les problèmes de datation : Desborough, 1952, p. 44.

13 Grave mound T 20, n° 587.

14 Desborough, 1952, p. 43.

15 Coldstream, 1968/2008, p. 60.

16 Brann, 1962, p. 34-35 ; Sparkes et Talcott, 1970, p. 200.

17 Brann, 1962, p. 34-35.

18 Papadopoulos, 1998, p. 113-114.

19 Brann, 1962, p. 34-35, n° 37-39.

20 Athènes, Musée de l’Agora P 6163, Papadopoulos, 1998 ; 2002, p. 107-108, cat. n° 89, fig. 2.49.

21 Tombe 89 : Kübler, 1954, p. 26, 256, 267-268, pl. 13.

22 Coldstream, 1968/2008, p. 22.

23 Tombe 44 : Kübler, 1954, p. 239. L’hydrie est erronément signalée comme amphore. Voir Papadopoulos, 1998, p. 114, n. 31.

24 Athènes, Musée de l’Agora P 4614, Young 1939, p. 27, V 1, fig. 14.

25 Par exemple : Brueckner et Pernice, 1893, p. 112.

26 Athènes, Musée National 10964, CVA Athènes 1, pl. 3.2. Pour la tombe d’Isis : Skias, 1898, p. 39, 88, 97, 101‑102, 105-106 ; Young, 1939, p. 234-236 ; CVA Athènes 1, 4, pls. 3-6 ; Coldstream, 1968/2008, p. 21.

27 Athènes, Musée National 10995, CVA Athènes 1, pl. 3.6.

28 Pour l’association des serpents avec la mort : Grabow, 1998, p. 12.

29 Coldstream, 1968/2008, p. 60. Pour cet atelier : Cook, 1947, p. 146-149 ; Davison, 1961, p. 41-45 ; Rombos, 1988, p. 437-468 ; Kourou, 2002, p. 42.

30 Pour ce sujet : Tölle, 1964 ; Ahlberg-Cornell, 1971, p. 261-267 ; Rombos, 1988, p. 345-351 ; Buboltz, 2002 ; Langdon, 2008, p. 166-173 ; Haug, 2012, p. 151-163.

31 Sheedy, 1992, p. 15-17.

32 Athènes, Musée de l’Agora P 26022, Brann, 1962, p. 86, pl. 29.

33 Berlin, Staatliche Museum 32.079 Tölle, 1964, p. 16, no. 20, Berlin, Staatliche Museum 31.045, Tölle, 1964, 16, no. 21, pl. 7, Cambridge, Fitzwilliam Museum, MCA 345, Tölle, 1964, p. 21, n° 49, pl. 18. C’est aussi le cas de quelques exemples protoattiques : Berlin, Staatliche Museum 31312, CVA Berlin 1, pl. 40.1-2, 42.1-2, Berlin Staatliche Museum A2, CVA Berlin 1, pl. 2, Berlin, Staatliche Museum A48, CVA Berlin 1, pl. 39.3. Il est intéressant de noter que les deux dernières proviennent de l’ile d’Égine, non d’Attique.

34 Langdon, 2008, p. 172.

35 CVA Mayence 1, p. 16, pls. 5.1-4, 6.1-5.

36 Athènes, Musée National 17470, CVA Athènes 2, pl. 13, 1-5 ; Musée de Brauron 148, Rombos, 1988, p. 471, cat. n° 231.

37 CVA Reading 1, 15, pl. 8.8.

38 Athènes, Musée National 14423.

39 Kastriotis et Philadepheus, 1911, p. 110.

40 Young, 1939, 49-50, XI 7, fig. 33.

41 Young, 1939, 49.

42 TC 71.1443, fig. 72. Mussche et al., 1984, 73, 123-125, fig. 72. Tombe 125, fig. 34, 69.

43 Skilardi, 2011, p. 681-682.

44 Sépulture A 32 : Geroulanos, 1973, p. 22, 35-38, pls. 14.2-4. Hydrie Tr 323, p. 37, pl. 22.4.

45 Pour l’atelier du peintre d’Analatos : Cook, 1934-1935, p. 172-176 ; Davison, 1961, p. 51-52 ; Denoyelle 1996 ; Rocco, 2008, p. 13-30. Pour l’atelier du peintre de Mesogeia : Cook, 1934-1935, p. 176- 179 ; Davison, 1961, p. 52-53 ; Rocco, 2008, p. 31-40.

46 Young, 1939, p. 209; Sheedy, 1992, p. 11-15.

47 Walter, 1963, p. 92-93; Sheedy, 1992, p. 11-15; Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 18; Mösch-Klingele, 2006, p. 117, n. 17.

48 Athènes, Musée National 313, Rocco, 2008, p. 28, cat. n° An 11, pl. 1.4 (peintre d’Analatos).

49 Athènes, Musée National 67, Rocco, 2008, p. 38-39, cat. n° Me 10, pl. 4.1, Athènes, Musée National 179, Rocco, 2008, p. 39, cat. n° Me 11, pl. 4.3, 5 ; Athènes, Musée National 63, Rocco, 2008, p. 39, cat.n° Me 12, pl. 4.2 (atelier du peintre de Mesogeia).

50 Collection Archéologique de Képhisia. Le vase n’est pas publié. Pour la nécropole et les sépultures protoattiques : Skilardi, 2009.

51 Morris, 1987, p. 97-109, 1995.

52 Pour les tranchées d’offrandes : Kübler, 1959, p. 87-88, 1970, p. 87-92 ; Houby-Nielsen, 1992 ; D’Onofrio, 1993 ; Kistler, 1998 ; Whitley, 1994 ; Alexandridou, 2009.

53 Melbourne, National Gallery-Victoria D 23/1982, Rocco, 2008, p. 28, pl. 1.3.

54 Young, 1939, p. 49.

55 Sepulture Ξ 13. Geroulanos, 1973, p. 51-52. Hydria Tr 369, p. 51, pl. 23.

56 Athènes, Musée de l’Agora, P 10229, Brann, 1962, p. 78, no. 416 ; Athènes, Musée de l’Agora P 10154, pl. 74, n° 384.

57 Burr, 1933, p. 580, n° 162, figs. 41-42.

58 Burr, 1933, p. 636-640; Laughy, 2010, p. 255-264.

59 Thompson, 1968, p. 60 ; Thompson et Wycherley, 1972, p. 17, n. 50 ; Whitley, 1994, p. 225 ; D’Onofrio, 2001, p. 257-320.

60 Laughy, 2010, p. 255-264 ; Eijnde, 2010, p. 122, 376.

61 Égine, Musée de Kolonna 613, Rocco, 2008, p. 28, cat. n° An 13, pl. 2.3.

62 Zschietzschmann, 1928 ; Ahlberg, 1971 ; Rombos, 1988, p. 77-91 ; Sheedy, 1990, p. 122-135 ; Moore, 2000, p. 18-20,

63 Sheedy, 1990.

64 Buboltz, 2002.

65 Ahlberg-Cornell, 1987, p. 85.

66 Langdon, 2008, p. 171.

67 Kleine, 2005, p. 34.

68 Walter, 1963.

69 Il est caractéristique que les premières hydries du peintre d’Analatos sont considérées par un nombre des chercheurs comme loutrophores : Walter, 1963, p 92-93 ; Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 18 ; Mösch-Klingele, 2006, p. 117, n. 17.

70 Callipolitis-Feytmans, 1985, p. 33, 35. Malheureusement, les premières hydries et loutrophores du sanctuaire de la Nymphe qui peuvent contribuer à l’étude du développement des formes, restent inédites.

71 Mösch-Klingele, 2006, p. 117-118, 2010, p. 33. Pour l’importance de l’eau lors du mariage et les loutra : Ginouvès, 1962, p. 421 ; Parker, 1983, p. 18-31 ; Oakley et Sinos, 1993, p. 15-16 ; Mösch-Klingele, 2006, p. 7‑19.

72 Pour la nature de la Nymphe : Kyrkou, 1997, p. 902 ; Brouskari, 2004, p. 35-36 ; Parker, 2005, p. 442‑443 ; Mösch-Klingele, 2006, p. 11-19

73 Mösch-Klingele, 2010, p. 37-39.

74 Alexandridou, 2011, p. 72.

75 Nouveau Musée de l’Acropole, non publiée.

76 Kübler, 1954, p. 34, n. 77.

77 Athènes, Musée National sans n° , Callipolitis-Feytmans, 1985, p. 34, fig. 3.

78 Ginouvès, 1962, p. 244; Callipolitis-Feytmans, 1965, p. 42-43; Andronikos, 1968, p. 2-4; Kurtz, Boardman, 1971, p. 150-151; Parker, 1983, p. 35; Rodhe, 2000, p. 162-166; Sourvinou-Inwood, 1988, p. 37-38.

79 Copenhague, Musée National 727, CVA Copenhagen 1, pl. 74.6. Dans l’iconographie plus tardive, les hydries sont représentées portées dans la nécropole.

80 Pour une interprétation rituelle de la scène dans le cadre d’un agon : Kleine, 2005, p. 34.

81 Papadopoulou-Kanellopoulou 1997, p. 127-128, cat. n° 283, pl. 56.

82 Mösch-Klingele, 2010, p. 36-37.

83 L’hydrie est considérée comme indicateur des femmes pendant le viiie siècle : Vizyinou, 2010, p. 328.

84 Langdon, 2008, p. 171.

85 Moesch, 1999 ; Mösch-Klingele, 2006, p. 3-34, 117-121, 2010, p. 55.

86 Camp, 1979.

87 Coldstream, 1981, p. 159-160.

88 Concernant l’importance de la loutrophore-hydrie : Mösch-Klingele, 2010, p. 33-39.

89 Alexandridou, 2011, p. 22-24.

90 Musée d’Izmir, Boardman, 1958-1959, pl. 33.2.

91 Le peintre KX : Athènes, Musée du Céramique, 8405. Alexandridou, 2011, fig. 23, Musée de Corinthe C-59-1, Brownlee, 1987, pl. 12. 2, Musée de Vathy K1210. Kreuzer, 1998, pls. 15-16. Sophilos et son cercle : Athènes, Musée National 19191, Bakır, 1981, pls. 72-75 ; Athènes, Musée National 19185 and 18913.

92 Musée du Corinthe C-59-1, Brownlee, 1987, pl. 12. 2.

93 Musée d’Izmir, Boardman, 1958-1959, pl. 33.2.

94 Musée de Vathy K1210. Kreuzer, 1998, pls. 15-16, Musée de Vathý, K6834, Kreuzer, 1998, pl. 16. 71. Kreuzer, 1998, p. 33-34.

95 Athènes, Musée de l’Agora, P 26776, Moore et Philippides, 1986, pl. 59. 618, Athènes, Musée de l’Agora, P20707, Moore et Philippides 1986, n° 619.

96 Seulement l’une a été publiée : Athènes, Musée du Céramique, 8405. Alexandridou, 2011, fig. 23.

97 Athènes, Musée du Céramique 2865, Vierneisel 1964, pl. 37, Athènes, Musée du Céramique, Kreuzer, 1997, fig. 3, Athènes, Musée du Céramique, Para 15, Vierneisel, 1964, pl. 38.3.

98 Athènes, Musée National 18996 (non publiée), Athènes, Musée National 18881, Callipolitis-Feytmans, 1974, p. 207, a (non publiée). Pour la nécropole : Alexandridou, 2012.

99 Alexandridou, 2012, p. 7.

100 Pour ce peintre : Alexandridou, 2011, p. 45.

101 Seulement une pouvait être identifiée : Athènes, Musée National, ABV 49.1, BAPD 305265.

102 Alexandridou, 2012, p. 27-28.

103 Alexandridou, 2012, p. 28-30.

104 Athènes, Musée National 19191, Bakır 1981, pl. 72-75.

105 Alexandridou sous presse.

106 Alexandridou, 2012, p. 32-33.

107 Athènes, Musée National 19185 (non publiée).

108 Athènes, Musée National 19033, Callipolitis-Feytmans, 1974, p. 207, e.

109 Athènes, Musée National 19188 & 19124 (non publiées).

110 Pour le sujet iconographique : Oakley – Sinos 1993, p. 2S-30 ; Manakidou, 1994, p. 115-122, 213-225.

111 Athènes, Musée National 19051. Elle vient de la tombe 8 du tumulus 3 : Alexandridou, 2012, p. 16.

112 Athènes, Musée National 19185 (non publiée).

113 Pour ce sujet iconographique, avec bibliographie : Alexandridou, 2011, p. 56-57.

114 Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 21 et cat. n° 256, 257, 260, 288, 320, 323, 330, 336, 353, 354, 434.

115 Mösch-Klingele, 2010, p. 46 ; Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 21-22 et cat. n° 262, 277, 287, 299, 300, 303, 306, 308, 334, 393, 407, 417, 421, 423, 454-482a, 492-493.

116 Parker, 1983, p. 33-48.

117 Pour l’association des tranchées avec le banquet : Houby-Nielsen, 1992 ; Kistler, 1998.

118 Athènes, Musée du Céramique 2865, Vierneisel, 1964, pl. 37.

119 Athènes, Musée National 19170, ABV 20.1. Alexandridou, 2011, fig. 24.

120 Karydi, 1963, p. 90.

121 Papadopoulou-Kanellopoulou, 1997, p. 9.

122 Apart des loutrophores mentionnes ici, un autre exemple vient de la tranche I couverte par tumulus a Vourva : Alexandridou, 2011, p. 89.

123 Paris, Musée du Louvre CA 2985, CVA Paris 18, pls. 28.1-2, 29.1-2, 32.1-2, 33.1-2.

124 Mösch-Klingele, 2006, p. 79-82; 2010, p. 50-56.

125 Boardman, 1988, p. 171-175 ; Sabetai, 1993, p. 145-146 ; Mösch-Klingele, 2010, p. 50-56.

126 Mösch-Klingele, 2010, p. 54-55.

127 Demosthenes 44.18; Pollux 8.66; Hesychios s.v. λουτροφόρος; Eustathios ad. Il. 28.141 ( =1293, 6-8). Pour les sources : Mösch-Klingele, 2006, p. 4-7, 23-24.

128 Mösch-Klingele, 2010, p. 55.

129 Houby-Nielsen, 1992, p. 357-359 ; Whitley, 1994.

130 Athènes, Musée de l’Agora P 5499, Young, 1939, p. 49-50, fig. 33-35.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hydrie funéraire de Markopoulo.
Légende Athènes, Musée National 17470. Photo : Musée National d’Athènes.
Crédits Copyright © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1530/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 2. Hydrie funéraire d’Anavyssos.
Légende Athènes, Musée National 14423. Photo: Musée National d’Athènes.
Crédits Copyright © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1530/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 3. Hydrie protoattique du peintre d’Analatos.
Légende Athènes, Musée National 313. Photo : Musée National d’Athènes.
Crédits Copyright © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1530/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 4. Loutrophore-hydrie protoattique de petite nécropole de Vari.
Légende Après Callipolitis-Feytmans 1985, 34, fig. 3.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1530/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Alexandridou, « De l’eau pour les défunts. Les hydries à décor peint en contexte funéraire attique de l’âge du Fer à l’époque archaïque », Pallas, 94 | 2014, 17-38.

Référence électronique

Alexandra Alexandridou, « De l’eau pour les défunts. Les hydries à décor peint en contexte funéraire attique de l’âge du Fer à l’époque archaïque », Pallas [En ligne], 94 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1530 ; DOI : 10.4000/pallas.1530

Haut de page

Auteur

Alexandra Alexandridou

Chargée de recheche, FNRS
Université libre de Bruxelles
CReA-Patrimoine CP 175
alexandra.alexandridou@ulb.ac.be
alexandraalexandridou@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org