Navigation – Plan du site
I. La Grèce

“Τοῖς νεκροῖσι... τἁς ληκὐθους” : l’évolution des usages du lécythe dans le rituel funéraire athénien aux époques archaïque et classique

Τοῖς νεκροῖσι... τἁς ληκὐθους’: the evolution of the uses of lekythos in the athenian funerary ritual in the Archaic and Classical ages
Cécile Jubier-Galinier
p. 39-59

Résumés

Vase à parfum devenu vase pour les morts, le lécythe est le révélateur d’une transformation de l’expression des pratiques funéraires athéniennes, dont les modalités sont discutées. Après un rappel des principaux jalons de la recherche et des différents types d’approches concernant cette forme, nous revenons sur les occurrences littéraires de l’usage des parfums et des lécythes dans le rituel, puis sur l’apparition des lécythes dans l’iconographie funéraire, pour aborder ensuite la composition du mobilier des tombes. Le lécythe funéraire à fond blanc apparaît comme le symptôme de nouvelles pratiques en vigueur dès le début du ve siècle avec les lécythes à figures noires dont l’évolution typologique et le dépôt en nombre dans les tombes s’éloignent des contraintes fonctionnelles au profit d’un statut plus symbolique, signe de la piété des membres de l’oikos.

Haut de page

Note de la rédaction

Abréviation : BAPD pour Beazley Archive Pottery Database.

Texte intégral

Je remercie les doctorants du CRATA d’avoir accepté ma proposition d’intervention et pour leur accueil chaleureux lors de la journée d’étude.

  • 1 Aristophane, Ploutos, v. 809-811.
  • 2 Sur la terminologie et la typologie des vases à parfum athéniens, voir en dernier lieu Algrain et a (...)
  • 3 L’assemblée des femmes, v. 996, repris en tête du titre de cet article.

1Le lécythe, mot féminin en grec, désigne d’abord et avant tout un contenant d’huile parfumée, les occurrences littéraires sont très claires à ce propos, en particulier Aristophane : La citerne (phrear) regorge d’huile (elaiou), les lécythes de parfum (murou) à raz bord,…1. En tant que tel, il peut être utilisé dans différents contextes : habitat, sanctuaire, lieux publics, et également, donc, dans la tombe. Aux vie et ve siècles avant J.‑C., plusieurs formes peuvent répondre à ce nom, dont les aryballes (fig. 4a) et les alabastres pour lesquels les archéologues ont préféré ces termes plus spécifiques2. Le mot « lécythe » a donc été réservé à la forme possédant un pied et une embouchure en entonnoir, connue depuis le sub-mycénien, et qui ne cesse d’évoluer tout au long des vie et début du ve siècles, avec des profils très variables, pour aboutir au vase polychrome à fond blanc (fig. 3), les fameux « lécythes pour les morts », évoqués par Aristophane3.

2Attesté dans la tombe par l’archéologie (fig. 4b et 5), représenté dans l’iconographie attique comme offrande sur la tombe (fig. 2 et 3) ou comme marqueur de cette dernière, le lécythe s’impose avec force comme le vase funéraire incontournable du ve siècle, en particulier à Athènes avec, comme conséquence, la spécialisation de tout un pan de la production, via la technique et le décor. Passé du statut de contenant adapté à tous les contextes à celui d’offrande funéraire spécifique, le lécythe est le révélateur d’une transformation de l’expression des pratiques funéraires. Quand, comment et pourquoi a eu lieu cette évolution ? Autant de questions qui concernent à la fois archéologues, céramologues et iconographes. Aussi, un rapide état des lieux de la recherche s’impose avant le réexamen des sources textuelles, iconographiques puis archéologiques.

1. Historique de la recherche

  • 4 Oakley, 2004.
  • 5 Fairbanks, 1907 et 1914.
  • 6 Riezler, 1914.

3Parmi les différentes publications qu’il faut aborder, les études les plus anciennes et les plus nombreuses traitent des lécythes funéraires à fond blanc aux dépens des autres types de lécythes à figures noires ou rouges. Comme le rappelle J. Oakley4, dès les premières pages de son ouvrage Picturing Death, les lécythes à fond blanc connaissent une historiographie différente du reste de la production athénienne, du moins dans un premier temps. En raison de leur faible distribution en dehors de l’Attique, ils ont été découverts après la masse des productions à figures noires et rouges mises au jour en Italie méridionale, à partir du xviiie siècle. A la suite du développement des fouilles en Grèce et à Athènes au siècle suivant, on assiste à une multiplication rapide des ouvrages et articles traitant des techniques et/ou de l’iconographie de ces grands vases au décor évanescent, avec une mention particulière pour A. Fairbanks5 qui, dès 1907, proposait des groupements stylistiques, et pour W. Riezler6 dont les grandes planches peintes firent perdre de vue le support au profit du travail pictural.

  • 7 Attic Black-figure Lekythoi, abrégé ci-après en ABL.
  • 8 Kurtz, 1975.
  • 9 Oakley, 2004.
  • 10 Schmidt, 2005.
  • 11 Van de Put, 2011.

4A l’opposé, C.H.E. Haspels publiait en 1936 une étude majeure sur les lécythes à figures noires7. Au-delà de la création de mains de peintres et des listes d’attributions qui concernent toutes sortes de formes, l’auteur renvoie aux contextes de découverte, notamment pour dater les objets, et aborde l’apparition des premiers vases ayant reçu une iconographie funéraire dans le cadre de l’évolution des lécythes à figures noires et en contour. Mais quels que soient les mérites de cet ouvrage, les lécythes à figures noires n’ont cessé, par la suite, d’être considérés à part, en raison de leur médiocre qualité, alors même que leur production pléthorique témoigne de leur succès dans le premier quart du ve siècle avant J.‑C. L’étude très illustrée de D. Kurtz8, sur les ornements et les peintres de lécythes à fond blanc, est un jalon original de la recherche qui permet de relier les différentes productions figurées ou pas, et quelle que soit la technique utilisée, mais les usages ne sont pas analysés et l’iconographie passe à un plan très secondaire. L’ouvrage de J. Oakley, déjà mentionné9, complète en quelque sorte ce travail, et met cette fois l’accent sur les principaux sujets des lécythes polychromes à fond blanc, renouant avec un questionnement ancien à propos des scènes domestiques et funéraires, reflets de l’évolution de la société attique. Dans son étude sur la rhétorique des images, S. Schmidt a mis en avant la relation étroite que les images entretiennent parfois avec leur support et ses usages, analysant pour ce faire le mobilier de quelques tombes, exemplaires à ses yeux10. Enfin, W. van de Put11 a consacré sa thèse de doctorat à l’évolution des principaux thèmes iconographiques des lécythes du vie au début du ive siècle, quart de siècle par quart de siècle, au regard des provenances et des contextes. Revenant sur la présence dans l’habitat des productions à vernis noir ou figures rouges, son propos dépasse largement notre question. Les grandes tendances du répertoire iconographique sont dégagées, mais l’évolution des usages possibles du lécythe au sein même des contextes funéraires n’est pas développée.

  • 12 AM, 81, 1966, p. 1-111 et p. 112-134.
  • 13 Cf. Boulter, 1963, à propos des tombes mises au jour de façon fortuite en 1936, le long de la rue L (...)
  • 14 Voir Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, dont la bibliographie est également très précieuse pour l (...)

5Pour aborder ces usages, les publications de fouilles s’avèrent fondamentales, et la nécropole du Céramique est une source documentaire incomparable, en particulier les Kerameikos VII, 1 et 2et Kerameikos IX qui concernent des tombes du vie et surtout du ve siècle, avec un mobilier riche de lécythes d’abord à figures noires, puis à décor polychrome. Ces volumes doivent être complétés par des études plus ponctuelles concernant toujours le Céramique12. A cette documentation, il faut ajouter notamment des articles sur d’autres secteurs d’Athènes13, et la publication partielle des fouilles dites « du métro »14, sans négliger les comptes rendus de fouilles régulièrement publiés dans les différentes revues d’archéologie, bien que le mobilier soit rarement montré dans son exhaustivité.

  • 15 Gex, 1993.

6La difficulté majeure est que, pour l’essentiel des objets conservés depuis longtemps dans les musées, nous ne savons rien du contexte de découverte, et lorsqu’une provenance est signalée, elle se limite au seul nom de la localité, voire de la région. On peut pourtant suspecter régulièrement une provenance funéraire, lorsque, par exemple, les vases présentent un bon état de conservation. Dans l’habitat, le sanctuaire ou l’espace public, les objets sont réduits à l’état de fragments, ainsi beaucoup de lécythes à peu près entiers ont toutes les chances de provenir de tombes ; difficile cependant d’aller plus loin dans l’analyse, sauf cas particulier, comme à Erétrie15. Par ailleurs, et il en sera question un peu plus tard, les lécythes peuvent également être brisés lors du rituel funéraire, ce qui interdit toute conclusion quant à la provenance des objets d’après leur état fragmentaire ou pas.

  • 16 Kurtz, 1984.
  • 17 Shapiro, 1991.
  • 18 Boardman et Kurtz, 1971.
  • 19 Houby-Nielsen, 1995 et 2000.

7En dernier lieu, le lécythe occupe une place de choix dans les études sur les rites funéraires qui utilisent, dans des proportions diverses, textes, images et archéologie. Les contextes étant ici essentiels, nous laissons de côté les nombreuses analyses iconographiques concernant le rituel, ses phases, ses participants (femmes, enfants etc.), mis à part les essais de D. Kurtz16 puis A. Shapiro17 qui insistent sur le changement de forme des vases funéraires au cours des siècles, et sur le développement du lécythe funéraire, qui serait une expression de la privatisation du rituel dans l’Athènes démocratique. L’ouvrage déjà ancien de J. Boardman et D. Kurtz18, dans lequel les différents types de sources sont convoqués, reste un point de départ indispensable, même si les données archéologiques doivent être actualisées pour Athènes comme pour l’ensemble du monde grec. A propos des nécropoles athéniennes, on ne peut faire l’économie des articles de S. Houby-Nielsen19 qui traitent notamment de la composition du mobilier selon les périodes, les sexes et les âges, et qui constituent à ce titre une base très utile où le lécythe est analysé parmi les autres offrandes possibles.

  • 20 Algrain et al., 2008, p. 147-152.
  • 21 Bodiou et Mehl, 2008, p. 165-173.
  • 22 Frère et Hugot (dir.), 2012 ; Maffre et al., 2013 ; Algrain et Frère, à paraître.

8A tous ces travaux qui s’inscrivent dans des courants de recherche traditionnels, il faut désormais ajouter les études concernant l’usage des huiles parfumées, où le lécythe est envisagé d’abord en tant que contenant potentiel20 puis, encore et toujours, comme porteur d’une iconographie qui atteste de l’importance des parfums dans les différents rituels21. Enfin, les analyses chimiques des traces de contenus des vases à parfum, qui sont en plein essor, restent très marginales pour les productions attiques et nécessiteraient d’être développées pour les différents contextes d’usages grecs, et athéniens en particulier22.

  • 23 Verbanck et Massar 2008, p. 29.

9L’historiographie le montre, la part belle est réservée aux lécythes funéraires à fond blanc et à leur iconographie, pourtant les publications archéologiques attestent de la présence en nombre des lécythes dans les tombes athéniennes, et ce dès la fin du vie siècle. Un consensus existe depuis longtemps sur le fait que la présence des lécythes est liée à l’utilisation de parfums lors du rituel : « le corps est lavé et enduit avant d’être exposé en public, des lécythes sont placés autour du lit funèbre avant d’être déposés dans la tombe ou au pied du monument funéraire »23. Mais comme chacun sait, pour la période envisagée, il existe de grandes différences selon les tombes, certaines n’ont aucun lécythe et d’autres plus de vingt, il est donc nécessaire de revenir aux différentes sources pour vérifier et nuancer si nécessaire cette reconstitution à grands traits.

2. Témoignages littéraires : le lécythe et les parfums pour les morts

  • 24 Iliade, XVI, v. 670 et XXIII, v. 186-187.
  • 25 Stésichore, fr. 222B. Bodiou et Mehl, 2008, p. 170.

10Chez Homère, l’utilisation d’huiles parfumées ou d’onguents est assurée dès les premiers temps du rituel. Pour protéger le cadavre d’Hector ou de Sarpédon, les dieux utilisent une huile d’ambroisie24, à la fois nourriture mais aussi parfum de nature divine comme le nectar évoqué par Stésichore pour le corps du défunt : « enduit d’une huile au parfum de nectar »25. Dans ces références qui nous font remonter haut dans le temps, il n’est pas encore question du contenant. Il faut attendre les auteurs d’époque classique pour trouver trace d’une relation catégorique entre le rituel funéraire et l’utilisation de lécythes.

Aristophane est, ici, notre source principale, jouant dans ses pièces sur l’ambivalence de l’objet à la fois lié à la séduction et à la mort :

  • 26 V. 535-538.

Mais tu emportes mes vêtements, tu me jettes ton encycle et tu pars en me laissant là comme un cadavre exposé ; il ne t’a manqué que de me couronner et de placer près de moi un lécythe26.

11Dans ce célèbre passage de L’Assemblée des femmes, où les préparatifs du corps pour la prothésis sont clairement évoqués, il est question d’un manteau, de couronne et donc d’un lécythe, mais point d’onguent ou de parfum. Ici le contenant l’a emporté sur le contenu devenu implicite, le vase est le signe, le témoin des soins prodigués au mort paré et oint. De même au vers 1030 et suivants :

Eh bien étends d’abord une couche d’origan, mets sous toi quatre sarments de vigne que tu auras cassé, ceins-toi de bandelettes, dépose à tes côtés les lécythes, et place devant la porte le vase d’eau lustrale.

12Ici, le quiproquo repose sur l’ambiguïté entre les préparatifs pour une nuit de plaisir et l’exposition funèbre.

Encore un peu plus loin, la référence au rituel funéraire est plus clairement exprimée :

  • 27 Il s’agit d’une plante jaune dont la couleur claire renvoie à celle des monuments funéraires.
  • 28 V. 1098 et suivants.

O trois fois malheureux, s’il faut baiser une femme décrépite toute la nuit durant et le jour ; puis, une fois débarrassé de celle-là, recommencer avec une Phryné ayant un lécythe près des mâchoires… qu’on m’enterre à l’embouchure du chenal ; et que celle-ci on la place au faîte du monument, après l’avoir enduite toute vive de « poix » (thapsia)27, puis qu’on lui scelle les deux pieds avec du plomb tout autour jusqu’aux chevilles, et qu’ainsi on la dresse en l’air en guise de lécythe28.

  • 29 Aristophane, L’Assemblée des femmes, traduction et commentaire Hilaire van Daele, Paris, 1930.
  • 30 Voir par exemple Kerameikos IX, pl. 7-8, tombes n° 181 et 52 ou n° 11 et 96.
  • 31 Je remercie très amicalement Ghislaine Jay-Robert, collègue à l’Université de Perpignan et spéciali (...)
  • 32 Les lécythes de marbre sont nombreux, comme celui d’Athènes, Musée du Céramique MG 51, (Oakley, 200 (...)

13D’après le commentaire du traducteur Hilaire van Daele29, la première occurrence du mot lécythe, dans ce passage, décrirait non pas le vase mais un muscle saillant, toutefois la proximité entre la mâchoire et le lécythe renvoie à une habitude parfaitement attestée par l’archéologie qui est le dépôt d’un vase à hauteur de la tête30. La Phryné d’Aristophane est décrite à l’état de cadavre, le lécythe à ses côtés en témoigne31 ! La seconde apparition du terme fait, quant à elle, clairement allusion non plus au vase en céramique mais en marbre qui vient orner le dessus de la tombe, comme les lécythes de marbre et l’iconographie l’attestent32.

  • 33 Elferink, 1934, p. 8.
  • 34 Les Athéniens appellent lécythe un vase dans lequel ils transportent le parfum pour les morts.

14La seule référence littéraire, où le lien entre le vase et le parfum utilisé ou offert aux morts est explicite, est une scholie à Platon33 dans l’Ηippias mineur 368 c : λήκυθον δὲγγεῖον τἰ φασιν οἱ Αττικοί εν ὦ τοῖς νεκροῖς ἕφερον τὸ μὑρον34. Cette précision nécessaire à l’époque du scholiaste ne l’était pas au ve siècle. A l’époque classique, le lécythe, parfaitement identifié, suffit à lui seul à évoquer le parfum ; sa présence aux différents moments du rituel, pendant la prothésis ou dans la tombe, atteste de la conformité des derniers soins. Pour autant, les préparatifs du corps se font loin des regards, ce qui nous amène à la question des images.

3. Le lécythe dans les scènes de rituel funéraire

  • 35 Outre les références de bases citées plus haut, voir Brooklyn, 1981 et Mommsen, 1997 pour le corpus (...)

15En accord avec le déroulement du rituel et la « publicité » qui est faite autour de quelques temps forts, il n’existe pas de représentation des premiers gestes, le défunt n’est visible qu’à partir de l’instant où il devient effectivement présentable pour les proches autorisés à lui rendre hommage. Les scènes de prothésis au vie et ve siècles montrent le corps déjà paré, recouvert par un linceul et la tête régulièrement couronnée. Le schéma est quasi immuable, seul change le nombre de personnes représentées selon le type de support, plaque, loutrophore puis lécythe pour l’essentiel35.

  • 36 Lécythe à fond blanc monumental, provenant d’Alopeke, Berlin Staatliche Museum F 2684 ; Kurtz, 1975 (...)
  • 37 Voir Cohen (éd.), 2006, p. 235-238.

16Dans les images, il faut attendre la fin du ve siècle pour trouver un lécythe au pied de la klinè, sur un vase polychrome monumental36. Cette production très particulière correspond au chant du cygne des lécythes à fond blanc37. De taille exceptionnelle, sans fond ni réservoir interne, ces vases sont, plus que des offrandes, de véritables monuments, à l’instar des vases de marbre qui se multiplient à la fin du ve siècle, décorés de scènes de dexiosis et représentant le défunt et sa famille. Sur l’exemplaire en céramique, le choix d’une scène appartenant au répertoire traditionnel des céramistes et l’introduction de la représentation d’un lécythe dans ce contexte pourraient exprimer la volonté de souligner le lien fondamental que cette forme entretient avec le rituel, tandis que, devenu sêma, le lécythe monumental s’éloigne de sa fonction originelle.

  • 38 Kurtz, 1984 ; Mommsen, 1997.
  • 39 Olpè du peintre de Sappho, Brunswick, Bowdoin College Museum of Art 1984.23, Para., p. 247, Addenda(...)
  • 40 Oakley, 2005, p. 15.
  • 41 Sur la représentation, l’iconographie et l’usage des alabastres en contexte funéraire, voir Algrain (...)

17Après le temps de l’exposition, le défunt doit être transporté vers la tombe, mais l’ekphora n’est plus que très rarement représentée au vie siècle par les peintres attiques38. A la toute fin de ce même siècle, sur une olpè à figures noires surmontée d’une anse de panier, c’est une scène sans équivalent qui se déroule en continu sur la panse (fig. 1). Elle montre en simultané la déposition du corps d’un homme dans son cercueil, et les préparatifs pour le transport vers la tombe, avec en évidence la représentation d’une petite caisse d’où dépassent plusieurs lécythes rangés bien droits (fig. 1d)39. Ainsi disposés, les lécythes sont ostensiblement visibles, préparés pour être transportés en groupe et pour accompagner le défunt jusque dans la tombe, quand un peu plus loin d’autres objets, un panier contenant des viandes ( ?) et une hydrie, portés chacun par un homme, annoncent un autre moment du rituel, réalisé sur la tombe ou de retour dans l’oikos40. Quant à l’alabastre tenu par une femme (fig. 1c), il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un vase destiné au défunt : levé à hauteur de visage entre les deux femmes, son parfum doit pouvoir parvenir aux narines des personnes éplorées rassemblées dans cette zone de l’image41. A contrario, la jeune femme penchée sur la boîte à lécythes fait écho à l’attitude des personnages s’affairant autour du corps, le sort de ces vases et celui du défunt sont étroitement liés.

  • 42 On trouve les exemples les plus connus dans Kurtz, 1975, pl. 25 et Oakley, 2004, p. 33 fig. 13, p.  (...)
  • 43 Boardman et Kurtz, 1971, p. 147-148 et p. 360.
  • 44 Voir en dernier lieu Jubier-Galinier, à paraître, à propos de l’iconographie des vases du peintre d (...)
  • 45 La Havane, Musée National 140 ; Fritzila, 2006, p. 212, n° 397, pl. 123.

18Cette première apparition de lécythes dans l’iconographie funéraire annonce les images de préparation d’offrandes et de visite à la tombe de la génération suivante, où les lécythes sont dans des paniers, déposés sur la tombe ou encore manipulés42 (fig. 2 et 3). Mais sur l’olpè, le temps de la préparation est juxtaposé à celui de la mise en bière, les lécythes ne sont pas dissociés du traitement du corps du défunt, quand sur les images classiques aucun élément ne permet de préciser l’instant de la préparation des offrandes, qui a lieu lors des funérailles, puis plus tard, à dates régulières fixées par la coutume et la loi43. Cette scène n’en demeure pas moins un jalon important pour comprendre l’évolution des productions funéraires, en raison même du contexte de création de l’olpè qui est attribuée au peintre de Sappho, c’est-à-dire à un spécialiste de plaques et loutrophores funéraires, mais aussi de lécythes à figures noires, décorés de scènes sans lien immédiat avec la mort44. Mais dans l’effervescence du début du ve siècle, c’est au peintre de Thésée, connu lui aussi pour ses lécythes et loutrophores, que l’on doit la jonction entre un vase à parfum et une image de rituel funéraire non mythologique, avec la représentation d’une scène de lamentation sur un alabastre à figures noires sur fond blanc45. L’olpè et l’alabastre témoignent de la lente transformation du répertoire iconographique comme de la diversification des formes de vases funéraires, initiées dans des ateliers impliqués à la fois dans la production de lécythes à figures noires et de vases funéraires traditionnels.

  • 46 Athènes, Musée National 12801, ABL, 266/2, pl. 51, 2 ; Kurtz, 1975, pl. 18, 1 ; Athènes, Musée Nati (...)
  • 47 Certains vases sont trouvés à l’extérieur des tombes, mais à moins d’une corrélation claire avec un (...)
  • 48 Boston Museum of Fine Arts 1970. 428, sans provenance connue, Kurtz, 1975, pl. 20, 2 (non attribué) (...)

19D’après les documents connus, c’est au peintre de Beldam, plus jeune d’une génération, que nous devons les premières scènes funéraires représentées sur des lécythes. Sur les trois vases connus décorés d’une scène de visite à la tombe46, tous provenant des tombes d’Erétrie, un met en scène des lécythes (fig. 2). De part et d’autre de la stèle, une première femme tient dans une main un alabastre, et dans l’autre un panier d’où dépassent l’embouchure et le col d’un premier vase, associé à des rubans, une couronne et un fruit ; deux autres lécythes sont dans un second panier, posé sur un petit meuble à quatre pieds. Devant la stèle, gît sur le sol ce qui reste d’un lécythe brisé à partir de l’épaule. Tel un indice du temps écoulé, ce fragment rappelle la nécessité de renouveler les offrandes, d’honorer le défunt de façon régulière. Cette nouvelle iconographie met en exergue un autre temps de l’usage du lécythe, différent de ceux mentionnés dans les textes ou bien démontrés par l’archéologie47. Dans cette image, la présence tangible mais fragile des lécythes témoigne de l’attention portée au sêma qui s’est substitué au corps. Ces quelques vases des années 470 font le lien entre les propositions des peintres de la fin de l’archaïsme, qui se sont essayés à de nouveaux sujets et/ou supports, et les lécythes polychromes des peintres classiques (fig. 3)48. Ces derniers, hautement spécialisés de par leur technique et leur iconographie, sont le point d’aboutissement de l’évolution de la production des lécythes cylindriques, en réponse à l’usage en contexte funéraire qui s’est imposé et intensifié depuis le vie siècle.

4. La place du lécythe dans la composition du mobilier funéraire

  • 49 Kerameikos VII, 2, p. 6, pl. 1, 1, tombe à fosse n° 3, lécythe inv. 16.
  • 50 Sur l’évolution typologique des lécythes attiques, la référence reste ABL. Pour un rapide résumé vo (...)
  • 51 Kerameikos VII, 2, p. 6-8, pl. 1 : le mobilier céramique de la tombe à fosse n° 5 datée vers 560 av (...)
  • 52 Kerameikos VII, 2, p. 2.

20Au Céramique, mis à part le cas d’un lécythe à vernis noir provenant d’une tombe datée du tout début du vie siècle49, les premiers lécythes attiques, de type de Déjanire ou à épaule50, font leur apparition vers 570-560 avant J.-C dans des tombes à fosses profondes, aux côtés d’autres formes de vase à parfum, en particulier des lydia, indice d’un certain goût de luxe51. De façon générale, les sépultures des deuxième et troisième quarts du siècle sont peu nombreuses et n’augmentent qu’à partir de la fin du siècle, et les lécythes à figures noires s’imposent désormais comme l’offrande type. Dans la nécropole de la zone de l’église de la Sainte Trinité, les auteurs de la publication du matériel précisent : « Die charakteristischen Beigaben in Gräbern Erwachsener der 1. Hälfte des 5. Jhs. V. Chr sind, wie auch andernorts, die sf. (schwarzfigurige) Lekythen ; rotfigurige Keramik gibt es hingegen nur vereinzelt »52. Les vases à figures noires ne cèdent la place aux exemplaires à fond blanc et figures en contour ou polychromes qu’à partir de la seconde moitié du ve siècle.

  • 53 Schmidt, 2005, p. 36.
  • 54 Oakley 2004, fig. 2 et p. 8, pour les diverses interprétations avancées pour expliquer la présence (...)

21S’agissant de l’usage des vases à parfum, S. Schmidt a proposé de voir dans le lécythe à fond blanc à iconographie funéraire, un vase utilisé pour lui-même, il serait l’offrande quand les vases à figures noires étaient déposés dans la tombe pour avoir contenu de l’huile utilisée à un moment du rituel53. Quand et comment se serait fait ce passage entre usage effectif et utilisation plus symbolique, et peut-on renvoyer strictement dos à dos l’usage des lécythes à figures noires et celui des vases explicitement funéraires ? Si l’on peut s’accorder sur le fait que les lécythes à fond blanc sont devenus de véritables offrandes de qualité et accessoirement des vases à parfum, comme le rappelle la présence ponctuelle de petits réservoirs54, que peut-on dire du statut des lécythes à figures noires, au regard des données disponibles ?

  • 55 Kerameikos IX, p. 14.

22En premier lieu, nous savons que le corps du défunt devait nécessairement être oint, or toutes les tombes ne contiennent pas systématiquement de vase à parfum ni même aucun autre objet. Dans la zone du Tumulus sud, 21 tombes d’adultes et d’enfants ne contenaient assurément aucune offrande55. La présence, ou pas, des lécythes ne peut donc être interprétée comme l’exact reflet de l’utilisation d’huile odorante dans le rituel.

  • 56 Ibid., pl. 7 ; Boulter, 1963, p. 117, fig. 2 ; Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, p. 130, tombe n (...)
  • 57 Kerameikos IX, pl. 8, tombe 181.
  • 58 Ibid., p. 15.
  • 59 Parmi les exemples possibles pour des tombes à crémation voir, par exemple : Kerameikos IX, tombe n (...)

23Dans le cas des inhumations, les lécythes sont retrouvés couchés le long du corps du défunt quelle que soit la qualité des lécythes ou la période56, sauf exception, comme dans la tombe n° 181 du Tumulus sud où le lécythe près de la tête a été retrouvé debout57. Dans tous les cas, ainsi que le propose U. Knigge58, il est plus que probable que les lécythes étaient déposés vides ; aucun système de bouchon n’est attesté ni aucun indice particulier de manipulation au niveau de l’embouchure, qui indiquerait que l’objet a été fermé à un moment. De même, quand il s’agit d’une crémation, les vases à figures noires sont traités comme les vases polychromes : brulés et brisés sur le bûcher59. Ces premières observations montrent qu’il n’y a aucune différence de traitement entre les lécythes de la première ou seconde moitié du ve siècle avant J.‑C., au moment du dépôt des objets dans la tombe et quel que soit le rite choisi.

  • 60 Houby-Nielsen, 1995, p. 139, tableau 7.
  • 61 Id., 2000, p. 154.
  • 62 Kerameikos IX, p. 14.

24Si l’on examine à présent le lien entre l’objet et l’âge des défunts, d’après S. Houby Nielsen60, le lécythe représente 20 % du mobilier dans les tombes de nouveaux nés, puis 50 % pour les jeunes enfants (de 1 à 4 ans), près de 60 % chez les enfants plus grands, et plus de 75 % du mobilier des sépultures d’adultes. Pour cet auteur, la variabilité du nombre de lécythes aurait un lien avec la purification plus ou moins nécessaire selon l’âge du défunt61. Toutefois, au-delà des pourcentages et des chiffres bruts, il faut souligner, avec U. Knigge62 à propos du Tumulus sud, un investissement particulier pour quelques enfants et adolescents.

  • 63 Ibid., p. 90, pl. 19.
  • 64 Ibid., p. 93-94, pl. 20.

25Ainsi la tombe n° 20 d’une jeune fille, âgée de 12 à 14 ans, contenait 14 lécythes à figures noires et vernis noir, plus une olpè, un skyphos et un alabastre à figures rouges63. Dans la tombe 29, longue d’un mètre seulement et donc contenant le corps d’un jeune enfant dont ni l’âge ni le sexe ne sont connus, les fouilleurs ont mis au jour pas moins de 18 lécythes des deux côtés du corps et autour de la tête, 20 astragales, et un skyphos64.

  • 65 ΑΔ, 28, 1927, p. 91-110. Athènes, Musée National 15375, ARV2, 447/274. (BAPD 205321).
  • 66 ABL, p. 133. Pour la bibliographie à propos de cette inscription, voir la base de données AVI n° 90 (...)
  • 67 ABL, p. 132-133 : tous les lécythes ont la forme typique des premières productions du peintre de Ha (...)

26On peut rappeler, enfin, le cas de deux tombes exceptionnelles malheureusement publiées de façon partielle, même si certains objets ne laissent guère de doute quant à la jeunesse du défunt. Revenons d’abord sur la tombe découverte dans la zone des écuries royales qui contenait le célèbre aryballe signé par Douris (fig. 4a)65. Outre sa forme rare et la qualité de son décor à figures rouges, représentant un jeune homme poursuivi par deux erotes, la présence d’une inscription incisée avant cuisson, ΑΣΟΠΟΔΟΡΩ ΗΕ ΛΕΓΥΘΟΣ, invite à considérer cet objet comme le bien personnel du défunt66 ou, si l’on veut rester prudent, celui d’un de ses proches. Dans tous les cas, il s’agit d’une offrande choisie avec soin en relation avec la personne inhumée. A l’opposé, l’essentiel du mobilier est constitué d’un lot très homogène de 22 lécythes à figures noires et décor à palmettes qui, d’après leur typologie, proviennent presque tous de l’atelier des peintres de Diosphos et Haimon67 (fig. 4b). Cet ensemble a, selon toute vraisemblance, été acheté spécifiquement pour la tombe qu’il permet de dater des années 480 avant J.‑C.

  • 68 Fouilles du Métro, quartier du Céramique, tombe 1099, Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, p. 304-3 (...)
  • 69 Sur la signification des astragales renvoyant à un statut social plus qu’à une classe d’âge, Carè, (...)
  • 70 Alabastre, Athènes, 3ème éphorie A 15536, Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, p. 111, n° 312.
  • 71 Ibid., p. 304-308, n° 304 à 306 et 308 à 309. Là encore le lécythe à palmettes verticales (inv. A 1 (...)
  • 72 Aryballe, Athènes, 3e éphorie A 15535, ibid., p. 109, n° 311.

27Lors des fouilles du Métro dans les années 1990, une tombe68 a révélé un cas un peu similaire, contenant des astragales69, un alabastre à fond blanc et figures en contour représentant un jeune homme tenant des haltères70, plusieurs lécythes à figures noires, traditionnelles ou sur fond blanc, de l’atelier des peintres de Diosphos et de Haimon71, et un aryballe à figures rouges représentant deux jeunes gens luttant, sans doute de Douris72. Là encore, il est évident que si l’aryballe et l’alabastre qualifient le défunt, son statut social et sa classe d’âge (ceux d’un jeune Athénien fréquentant la palestre), les lécythes sont, eux, représentatifs de la production courante des années 490-480 avant J.‑C. Composée de scènes de quadrige, du thiase dionysiaque, d’Héraclès contre le lion de Némée ou encore de la lutte entre Pélée et Thétis, l’iconographie suit strictement les modes de la période chez les peintres à figures noires tardives, conformes aux attentes traditionnelles de la clientèle. L’homogénéité typologique et stylistique signale un achat groupé, correspondant à ce qui se trouvait sur l’étagère de l’atelier ou dans la boutique d’un revendeur. Dans l’urgence des rituels funéraires à accomplir, le client pressé n’a eu qu’à choisir tout ou partie de l’offre préexistante sans procéder à une sélection remarquable. Enfin, la présence de lécythes à palmettes (fig. 4b, en haut à droite et en bas à gauche), dans les deux tombes, démontre que l’iconographie n’est pas l’élément crucial dans le choix de ces vases, dont seule la quantité fait la valeur, en quelque sorte.

  • 73 Houby-Nielsen, 1995.
  • 74 Kerameikos VII, 2, p. 2 où les auteurs donnent une liste des tombes parmi les plus fournies en lécy (...)
  • 75 Ibid. : par rapport aux tombes signalées, les lécythes déposés en quantité proviennent le plus souv (...)
  • 76 Cf. Massar, 2009 pour les balsamaires ; Massar et Verbanck-Piérard, 2013, sur la succession des typ (...)

28A propos du nombre de lécythes déposés dans une même tombe, ce dernier varie en fait selon deux données : l’âge des défunts, mais aussi la période, ce qui apparaît mal dans l’étude de S. Houby-Nielsen qui s’intéresse aux grandes tendances et propose des moyennes73. Les tombes les plus riches en lécythes, dont celles qui viennent d’être évoquées, sont comprises entre 500 et 460 avant J.‑C. au plus tard74, à un moment où se succèdent dans le temps deux à trois ateliers dans la fabrication en grande série de lécythes à figures noires et/ou en contour75. De façon générale, s’agissant des vases à parfum produits en série pour la tombe, cette production s’intercale entre les aryballes corinthiens de la première moitié du vie siècle et les balsamaires hellénistiques76. Pour ces trois catégories, que l’on retrouve d’ailleurs dans l’ensemble du monde grec, on assiste à un phénomène comparable où la démultiplication de la même forme dans les tombes correspond à une augmentation drastique de la production et à une baisse proportionnelle de la qualité. La répétition de ce schéma, qui semble moins lié au rite lui-même qu’à l’évolution interne des productions et à leur valeur intrinsèque, interdit de faire correspondre strictement le nombre de vases à parfum déposés dans une tombe à une quelconque quantité d’huile dépensée pour oindre ou honorer le défunt.

  • 77 On trouvera une indication de la contenance pour différents vases à parfum, ibid., p. 266-268 ; de (...)
  • 78 Voir ci-dessus la tombe n° 29 du Tumulus sud, où la majorité des lécythes fait une dizaine de cm, s (...)
  • 79 Massar et Verbanck-Piérard, 2013, p. 245.
  • 80 Rappelons le besoin de recourir à un entonnoir, comme le montrent les scènes de vente de parfum au (...)
  • 81 Sur la « défonctionnalisation » des objets miniatures, voir Luce, 2011 et Dubois, 2012, p. 334-335. (...)

29Quand on observe les tombes des enfants, ce qui semble significatif n’est pas la quantité d’huile utilisée, d’ailleurs jamais mesurée en contexte77, mais bien le nombre de lécythes déposés à proximité du corps. Le fait de trouver plusieurs lécythes de petite taille78 prouve bien que le contenu supposé n’est pas en jeu car rien de moins rationnel et de plus dispendieux que de répartir de l’huile dans autant de récipients. Connaissant la valeur marchande pour quelques parfums79 et les manipulations nécessaires pour remplir un lécythe80, un seul contenant de bonne capacité aurait pu sembler plus adapté qu’une multitude de petits vases. Démultiplier les lécythes comme autant de contenants en puissance est une façon d’augmenter symboliquement la qualité de l’offrande81.

  • 82 Ces deux types de formes sont mis au point dans les deux derniers ateliers à figures noires, celui (...)

30Outre la taille très variable, l’évolution même de la typologie des lécythes à figures noires, avec l’apparition de l’embouchure dite en calice puis celle en cheminée dans les années 480-470 avant J.‑C., est peu compatible avec une quelconque utilisation réelle du vase, tant ce type d’embouchure très allongée et à lèvre saillante est fragile82. On peut toujours arguer que cela n’a pas d’importance pour un vase à usage unique, mais le développement exagéré du col et de l’embouchure témoigne à sa façon de la spécialisation de ces objets comme offrande funéraire hors de toute considération pratique.

31De ces quelques constats, il semble difficile de soutenir plus longtemps l’hypothèse d’un usage différencié entre les lécythes à figures noires et les productions polychromes dont l’iconographie entérine, selon un processus propre aux ateliers attiques, un statut d’offrande déjà ancien.

  • 83 Schmidt, 2005, p. 36

32Par ailleurs, S. Schmidt considère les lécythes globulaires, à figures rouges ou vernis noir, comme un relais des vases à figures noires dans le rituel : ces lécythes d’un nouveau type seraient utilisés comme contenants, aux côtés des grands vases polychromes offerts pour eux-mêmes, et souvent plus nombreux dans la tombe83.

  • 84 Pour l’usage conjoint des deux types, voir par exemple la tombe à crémation n° 300, Kerameikos VII, (...)
  • 85 Lécythe de New York, Metropolitan Museum 23.160.38, Peintre de Bosanquet, ARV2, 1227/5 ; Kurtz, 197 (...)

33La taille souvent réduite des lécythes globulaires va dans le sens d’une telle interprétation, mais là encore les deux types contemporains sont traités de façon identique, déposés dans la tombe dans le cas des inhumations (fig. 5), et brisés et brûlés sur le bûcher pour les crémations84. Cette destinée commune, que l’on retrouve dans les scènes de visite à la tombe85, doit donc être prise en compte avant d’envisager deux usages différents.

  • 86 Kerameikos VII, 2, tombe n° 618, p. 150-151 et pl. 97 : la tombe contient une pyxide, un lécythe cy (...)

34En outre, certaines tombes de la seconde moitié du ve siècle avant J.‑C. contiennent plusieurs lécythes globulaires de dimensions variables, ce qui pose une fois encore la question de la quantité réelle d’huile parfumée dépensée86. Il a pu y avoir régulièrement un usage différencié des lécythes dans une même tombe, certains ayant servi au soin du corps en amont du rituel, d’autres étant offerts au moment de l’inhumation ou la crémation, mais la typologie des vases ne peut être prise seule à témoin pour distinguer les vases ayant contenu ou pas de l’huile parfumée.

  • 87 Cf. Houby-Nielsen, 1995, p. 141, qui rappelle cette idée en l’atténuant tout au long de son article (...)
  • 88 Voir l’étude toute en nuance de Pipili, 2009, qui rappelle notamment que ni le lécythe, ni l’alabas (...)
  • 89 Kavvadias et Lagia, 2009.
  • 90 AM, 18, 1893, p. 181-182 ; Schmidt, 2005, p. 43.

35S’agissant, enfin, de l’opinion commune qui veut que les lécythes à fond blanc soient une offrande caractéristique des tombes féminines87, il faut se garder de tout déterminisme à propos du « genre » des objets, en l’absence d’études anthropologiques systématiques88, et s’interroger sur l’élévation du nombre de tombes féminines, à Athènes ou Erétrie dans la seconde moitié du ve siècle, qu’impliquerait une telle interprétation du mobilier. Il suffit de rappeler la récente étude de deux tombes à sarcophages, trouvées au nord de la porte du Dipylon dans le Céramique extérieur, où l’ensemble du matériel (ossements et mobilier) a fait l’objet d’un nouvel examen89. La tombe 35, des années 460-450 avant J-C., est celle d’un homme âgé d’une cinquantaine d’années et non pas d’une femme comme E. Pernice et A. Brückner le pensaient, trompés par les scènes féminines des lécythes90. La tombe 37 est celle d’un homme dans la force de l’âge, entre 25 et 34 ans (fig. 5). Datée des années 440-430 avant J.‑C., cette dernière contenait 16 lécythes de techniques et tailles diverses, échantillons de ce que ce qui se faisait à l’époque, dont quelques grands lécythes avec des scènes de départ et de visite à la tombe. Le fait de trouver dans une même sépulture de grands vases polychromes, associés à des vases décorés de frises ornementales et de lécythes globulaires, renvoie là encore à l’importance du nombre. Outre les quelques vases choisis avec plus d’attention pour leur iconographie (jeune guerrier sur le départ, jeune homme avec pétase à la stèle), d’autres, plus modestes et non figurés, viennent compléter avantageusement le mobilier.

36Le détour par les différentes sources à notre disposition démontre que les lécythes à fond blanc et scènes funéraires sont le produit d’une évolution des usages, amorcée à la fin du vie siècle et accompagnée par les ateliers attiques, à la fois spécialisés dans les vases funéraires et les lécythes à figures noires. Tout au long du ve siècle, le lécythe est attesté, sous toutes ses formes, techniques et décors, dans tous les types de tombes (à fosse, à ciste etc.), quel que soit le rituel, l’âge ou le sexe du défunt. Il ne caractérise donc pas ce dernier mais témoigne des soins, de l’affection et du respect dus au mort par les membres de l’oikos, en conformité avec les lois (nomizoména) de la cité. L’usage effectif d’huile odorante ou embaumante dans le traitement du corps ne suffit pas à expliquer, à lui seul, les variations dans le nombre et le type de lécythes déposés. Pour autant, la fonction originelle du vase demeure la référence tout au long du rituel et justifie autant les dépôts en masse dans la tombe que la sélection de quelques exemplaires, fabriqués dans ce seul but. Au plus près du corps ou de ce qu’il en reste, les lécythes sont la démonstration des derniers effleurements, des ultimes gestes de piété qu’ils commémorent pour l’éternité.

Fig. 1. Olpè à figures noires

Fig. 1. Olpè à figures noires

Brunswick, Bowdoin College Museum of Art 1984.23.

Dessin C. Jubier-Galinier.

Fig. 2. Lécythe à fond blanc

Fig. 2. Lécythe à fond blanc

Athènes Musée National 1982, crédit photographique : Athènes, Musée Archéologique National, Photo Demetrios Gialouris

© Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports /Archaeological Receipts Fund.

Fig. 3. Lécythe à fond blanc

Fig. 3. Lécythe à fond blanc

Boston Museum of Fine Arts, Harriet Otis Cruft Fund 1970. 428

© Museum of Fine Arts, Boston.

Fig. 4a. Aryballe de Douris

Fig. 4a. Aryballe de Douris

Athènes Musée National 15375 crédit photographique : Athènes, Musée Archéologique National, Photo G. Patrikianos

© Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports /Archaeological Receipts Fund.

Fig. 4b. Mobilier de la tombe de la rue du Stade

Fig. 4b. Mobilier de la tombe de la rue du Stade

D’après ΑΔ, 28, 1927, p. 91, fig. 1.

Fig. 5. Relevé de la tombe n° 37, nécropole du Céramique extérieur, rue du Pirée

Fig. 5. Relevé de la tombe n° 37, nécropole du Céramique extérieur, rue du Pirée

D’après Kavvadias et Lagia, 2008, p. 77, fig. 9 (d’après AM, 18, 1893, p. 180 fig. 33).

Haut de page

Bibliographie

ABL= Haspels, C. H. E., Attic Black-figured Lekythoi, Paris, 1936.

Addenda2= Carpenter, T., Beazley Addenda2. Additional References to ABV, ARV2, and Paralipomena, (2e éd.), Oxford, 1989.

Algrain, I., à paraître, L’alabastre attique. Origine, forme et usages, Bruxelles.

Algrain, I., Brisart, T. et Jubier-Galinier, C., 2008, Les vases à parfum à Athènes aux époques archaïques et classiques, dans A. Verbanck-Piérard, N. Massar et D. Frère (dir.), Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, Musée de Mariemont, p. 145-164.

Algrain, I. et Frère, D., à paraître, Aryballes, alabastres et lécythes aux époques archaïque et classique : la problématique de leurs contenus, dans F. Coudin (dir.), le vase miroir. céramique et expression de soi dans l’Antiquité (n° spécial de la Revue d’Études Roussillonnaises, 28).

ARV2= Beazley, J. D., Attic Red-Figure Vase-Painters, (2e éd.), Oxford, 1963.

Boardman, J. et Kurtz, D. C., 1971, The Greek Burial Customs, Londres.

Bodiou, L. et Mehl, V., 2008, Parfums de passage : naissance, mariage et funérailles en pays grec, dans A. Verbanck-Piérard A., N. Massar et D. Frère (dir.), Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, Musée de Mariemont, p. 165-174.

Boulter, C., 1963, Graves in Lenormant Street, Athens, Hesperia, 32, 2, p. 113-137, pl. 36-53.

Brooklyn, J. P., 1981, Attic Black-Figure Funerary Plaques, Iowa (thèse).

Carè, B., 2012, L’astragalo in tomba nel mondo greco: un indicatore infantile? Vecchi problemi e nuove osservazioni a proposito di un aspetto del costume funerario, dans A. Hermary et C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants, table ronde internationale (Aix en Provence 20-22 janvier 2011), Aix en Provence, p. 403-416.

Cohen, B. (éd.), 2006, The Color of Clay. Special Techniques in Athenian Vases, Los Angeles.

Dubois, C., 2012, Des objets pour les bébés ? Le dépôt de matériel dans les sépultures d’enfants en bas âge du monde grec (viiie-ive s. av notre ère), dans A. Hermary et C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants, table ronde internationale (Aix-en-Provence 20-22 janvier 2011), Aix-en-Provence, p. 329-342.

Elferink, L. J., 1934, Lekythos: archäologische, sprachliche und religionsgeschichtliche Untersuchungen, Amsterdam.

Fairbanks, A., 1907 et 1914, Athenian White Lekythoi, New York.

Frère, D. et Hugot, L. (dir.), 2012, Les huiles parfumées en Méditerranée occidentale et en Gaule viiie siècle av-viiie siècle apr., Rennes.

Fritzila, S., 2006, O ζωγράφος του Θησέα : η αττική αγγειογραφία στην εποχή της νεοσύστατης αθηναϊκής δημοκρατίας, Athènes.

Gex K. 1993, Rotfigurige und weiss-grundige Keramik, Lausanne (Eretria IX).

Houby-Nielsen, S., 1995, Burial Language in Archaic and Classical Kerameikos, Proceedings of the Danish Institute at Athens, 1, p. 129-192.

Houby-Nielsen, S., 2000, Child Burials in ancient Athens, dans J. Sofaer Derevenski (éd.), Children and Material Culture, Londres, p. 151-166.

Jubier-Galinier, C., 2003, L’atelier des peintres de Diosphos et de Haimon, dans P. Rouillard et A. Verbanck (éd.), Le vase grec et ses destins, Munich, p. 79-89.

Jubier-Galinier, C., à paraître, La production « athénienne » du peintre de Sappho, entre création et routine, Mètis.

Kavvadias, G. et Lagia, A., 2009, Νέο φως σε παλαιά ευρήματα. Δύο κλασικοί τάφοι από το οικόπεδο Σαπουντζάκη στην Οδό Πειραιώς, dans J. H. Oakley et O. Palagia (éd.), Athenian Potters and Painters, volume II, Oxford et Oakville, p. 73-89

Kerameikos VII, 1 = Kübler K., Die Nekropole der Mitte des 6 bis ende des 5 Jarhunderts, Berlin, 1976

Kerameikos VII, 2 = Kunze-Götte, E., Tancke, T. et Vierneisel K., Die Nekropole von der Mitte des 6. bis zum Ende des 5. Jarhunderts, die Beigaben, Munich, 1999.

Kerameikos IX= Knigge, U., Der Südhügel, Berlin, 1976.

Kurtz, D. C., 1975, Athenian White Lekythoi, Patterns and Painters, Oxford.

Kurtz, D. C., 1984, Vases for the Dead, an Attic Selection, 750-400 B.C., dans H. Brijder (éd.), Ancient Greek and Related Pottery, colloque international (Amsterdam 12-15 avril 1984), Amsterdam, p. 314-328.

Luce, J.-M., 2011, From miniature objects to giant ones: the process of defunctionalisation in sanctuaries and graves in Iron Age Greece, Pallas, 86, p. 53-74.

Maffre, J.-J., Frère, D., Garnier, N. et Dodinet, E., 2013, Vases à parfum de la fin de l’époque classique mis au jour à Apollonia de Cyrénaïque : les analyses de contenus, Revue archéologique, 2013/1 n° 55, p. 57-80.

Massar, N., 2009, Parfumer les morts. Usages et contenus des balsamaires hellénistiques en contexte funéraire, dans A. Tsingarida (éd.), Shapes and Uses of Greek Vases (7th-4th centuries
B. C.)
, colloque international (Bruxelles 27-29 avril 2006), Bruxelles, p. 307-318.

Massar, N. et Verbanck-Piérard, A., 2013, Follow the scent... Marketing perfume vases in the Greek world, dans A. Tsingarida et D. Viviers (éd.), Pottery Markets in the Ancient Greek World (8th - 1st c. B.C.), colloque international (Bruxelles 19-21 juin 2008), Études d’archéologie 4, Bruxelles, p. 243-268.

Mommsen, H., 1997, Exekias I: Die Grabtafeln, Mayence.

Oakley, J. H., 2004, Picturing Death in Classical Athens. The Evidence of the White Lekythoi, Cambridge.

Oakley, J. H., 2005, Bail Oinochoai, dans J.M. Barringer et J.M. Hurwit, Periklean Athens and its Legacy. Problems and Perspectives, Austin, p. 13-22.

Para.= Beazley, J. D., Paralipomena. Addition to Attic Black-Figure vase-Painters and to Attic Red-Figure Vase-Painters, Oxford, 1971.

Parlama, L. et Stampolidis, N. (dir.), 2000, The City beneath the City. Antiquities from the Metropolitan Railway Excavations, Athènes, Musée des Arts Cycladiques, 29 févr. 2000-31 déc. 2001, Athènes.

Pipili, M., 2009, White-ground Lekythoi in Athenian Private Collections : Some Iconographic Observations, dans J. H. Oakley et O. Palagia (éd.), Athenian Potters and Painters, volume II, Oxford et Oakville, p. 241-249.

Richter, G. et Milne, M., 1935, Shapes and Names of Athenian Vases, New York.

Riezler, W., Weissgrundige attische Lekythen, Munich, 1914.

Schmidt, S., 2005, Rhetorische Bilder auf attischen Vasen: visuelle Kommunikation im 5. Jahrhundert v. Chr. Berlin.

Shapiro, A., 1991, The Iconography of Mourning in Athenian Art, AJA, 95, p. 629-656.

Van de Put, W., 2011, Image, Shape and Society. Trends in the Decoration of Attic Lekythoi, Gand (thèse).

Verbanck-Piérard, A., et Massar, N., 2008, Montrer le parfum, dans A. Verbanck-Piérard, N. Massar et D. Frère (dir.), Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, Musée de Mariemont, p. 19-33.

Haut de page

Notes

1 Aristophane, Ploutos, v. 809-811.

2 Sur la terminologie et la typologie des vases à parfum athéniens, voir en dernier lieu Algrain et al., 2008, p. 147. Pour l’usage antique du mot lécythe soit comme terme générique, soit comme terme plus spécifique, Richter et Milne, 1935, p. 14-15 et Elferink, 1934, restent les références de base.

3 L’assemblée des femmes, v. 996, repris en tête du titre de cet article.

4 Oakley, 2004.

5 Fairbanks, 1907 et 1914.

6 Riezler, 1914.

7 Attic Black-figure Lekythoi, abrégé ci-après en ABL.

8 Kurtz, 1975.

9 Oakley, 2004.

10 Schmidt, 2005.

11 Van de Put, 2011.

12 AM, 81, 1966, p. 1-111 et p. 112-134.

13 Cf. Boulter, 1963, à propos des tombes mises au jour de façon fortuite en 1936, le long de la rue Lenormant vers le Kolonos Hippios, ou plus récemment : Kavvadias et Lagia, 2009, qui ont entièrement renouvelé l’étude des tombes classiques, découvertes au xixe siècle, au nord du Dipylon, rue du Pirée (voir ci-dessous).

14 Voir Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, dont la bibliographie est également très précieuse pour le renvoi aux nombreux comptes rendus de fouilles.

15 Gex, 1993.

16 Kurtz, 1984.

17 Shapiro, 1991.

18 Boardman et Kurtz, 1971.

19 Houby-Nielsen, 1995 et 2000.

20 Algrain et al., 2008, p. 147-152.

21 Bodiou et Mehl, 2008, p. 165-173.

22 Frère et Hugot (dir.), 2012 ; Maffre et al., 2013 ; Algrain et Frère, à paraître.

23 Verbanck et Massar 2008, p. 29.

24 Iliade, XVI, v. 670 et XXIII, v. 186-187.

25 Stésichore, fr. 222B. Bodiou et Mehl, 2008, p. 170.

26 V. 535-538.

27 Il s’agit d’une plante jaune dont la couleur claire renvoie à celle des monuments funéraires.

28 V. 1098 et suivants.

29 Aristophane, L’Assemblée des femmes, traduction et commentaire Hilaire van Daele, Paris, 1930.

30 Voir par exemple Kerameikos IX, pl. 7-8, tombes n° 181 et 52 ou n° 11 et 96.

31 Je remercie très amicalement Ghislaine Jay-Robert, collègue à l’Université de Perpignan et spécialiste d’Aristophane, qui m’a confirmé l’interprétation de ce passage. L’effet comique est provoqué par cette référence constante au lécythe pour les morts, qualifiant de façon crescendo l’état physique des vieillardes.

32 Les lécythes de marbre sont nombreux, comme celui d’Athènes, Musée du Céramique MG 51, (Oakley, 2004, p. 200, fig. 173). Voir également le lécythe à fond blanc de l’Université de Cornell 75. 052 représentant une scène de visite à la tombe surmontée d’un grand lécythe, (ibid., p. 201, fig. 164).

33 Elferink, 1934, p. 8.

34 Les Athéniens appellent lécythe un vase dans lequel ils transportent le parfum pour les morts.

35 Outre les références de bases citées plus haut, voir Brooklyn, 1981 et Mommsen, 1997 pour le corpus des loutrophores et plaques funéraires, et Oakley, 2004, p. 76-87, pour les scènes de prothésis sur les lécythes.

36 Lécythe à fond blanc monumental, provenant d’Alopeke, Berlin Staatliche Museum F 2684 ; Kurtz, 1975, pl. 54b ; Oakley, 2004, p. 84 fig. 54.

37 Voir Cohen (éd.), 2006, p. 235-238.

38 Kurtz, 1984 ; Mommsen, 1997.

39 Olpè du peintre de Sappho, Brunswick, Bowdoin College Museum of Art 1984.23, Para., p. 247, Addenda2, p. 126 ; Oakley, 2005 ; Jubier-Galinier, à paraître, cat. n° 14. (BAPD 361401).

40 Oakley, 2005, p. 15.

41 Sur la représentation, l’iconographie et l’usage des alabastres en contexte funéraire, voir Algrain, à paraître.

42 On trouve les exemples les plus connus dans Kurtz, 1975, pl. 25 et Oakley, 2004, p. 33 fig. 13, p. 42, pl. 1A. Pour les scènes de préparation avec des lécythes : Kurtz, 1975, pl. 19-20 ; pour des scènes d’offrandes à la tombe, avec des lécythes tenus dans les mains ou disposés dans des paniers, ou déjà déposés (ibid., pl. 18, 3 ; 23, 3 ; 28,2 ; 29, 4 ; 30, 49, 4-50, 1…), ou encore suspendus dans le champ de l’image (ibid., pl. 19) ; à compléter par Oakley, 2004, p. 145-147 et p. 205-207, sur les représentations de lécythes comme offrande.

43 Boardman et Kurtz, 1971, p. 147-148 et p. 360.

44 Voir en dernier lieu Jubier-Galinier, à paraître, à propos de l’iconographie des vases du peintre de Sappho trouvés à Athènes, en contexte funéraire ou de sanctuaire.

45 La Havane, Musée National 140 ; Fritzila, 2006, p. 212, n° 397, pl. 123.

46 Athènes, Musée National 12801, ABL, 266/2, pl. 51, 2 ; Kurtz, 1975, pl. 18, 1 ; Athènes, Musée National 1948, ABL, 266/9 et Athènes, Musée National 1982, ABL, 267/12, pl. 52, 1 et 4 ; Oakley, 2004, p. 147 fig. 106-8, avec un numéro d’inventaire erroné (notre fig. 2). (BAPD 209259)

47 Certains vases sont trouvés à l’extérieur des tombes, mais à moins d’une corrélation claire avec une sépulture, il est difficile d’évaluer si le dépôt correspond à un des rites d’offrandes espacés du temps des funérailles. Sur ces questions voir Dubois, 2012, p. 330-331 et n.9, pour les tombes d’enfants et la rareté des données archéologiques sur ces pratiques.

48 Boston Museum of Fine Arts 1970. 428, sans provenance connue, Kurtz, 1975, pl. 20, 2 (non attribué) (BADB n° 2752)

49 Kerameikos VII, 2, p. 6, pl. 1, 1, tombe à fosse n° 3, lécythe inv. 16.

50 Sur l’évolution typologique des lécythes attiques, la référence reste ABL. Pour un rapide résumé voir Algrain et al., 2008, p. 148-149.

51 Kerameikos VII, 2, p. 6-8, pl. 1 : le mobilier céramique de la tombe à fosse n° 5 datée vers 560 av. J.‑C. est composé d’un lydion, d’un lécythe à épaule et d’un lécythe de type de Déjanire. Celui de la tombe à fosse n° 3, du tout début du vie siècle, a un lydion, un lécythe de Déjanire globulaire à vernis noir et un lécythe ovoïde de Grèce de l’Est. Ce même type de lécythe se trouve également dans la tombe à incinération n° 458 (p. 116) du second quart du vie siècle, et la tombe à fosse avec tranchée à offrandes n° 613 (p. 149-150). La date, la typologie des tombes et des offrandes désignent des pratiques réservées à l’élite masculine, Houby-Nielsen, 1995, p. 142-143. Sur le lydion, vase à parfum fabriqué à Athènes ou provenant de Grèce de l’Est et associé aux parfums du royaume de Lydie, voir également Algrain et al, 2008, p. 148.

52 Kerameikos VII, 2, p. 2.

53 Schmidt, 2005, p. 36.

54 Oakley 2004, fig. 2 et p. 8, pour les diverses interprétations avancées pour expliquer la présence irrégulière de ces réservoirs entre 470 et 430 av. J.‑C.

55 Kerameikos IX, p. 14.

56 Ibid., pl. 7 ; Boulter, 1963, p. 117, fig. 2 ; Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, p. 130, tombe n° 11, Station Agios Ioannis, etc.

57 Kerameikos IX, pl. 8, tombe 181.

58 Ibid., p. 15.

59 Parmi les exemples possibles pour des tombes à crémation voir, par exemple : Kerameikos IX, tombe n° 4, p. 85, pl. 14, avec des lécythes à figures noires ; Kerameikos VII, 2, tombe n° 140, pl. 27, qui comprend des lécythes à frises ornementales et à contour, et la tombe n° 300, pl. 58, avec des lécythes polychromes.

60 Houby-Nielsen, 1995, p. 139, tableau 7.

61 Id., 2000, p. 154.

62 Kerameikos IX, p. 14.

63 Ibid., p. 90, pl. 19.

64 Ibid., p. 93-94, pl. 20.

65 ΑΔ, 28, 1927, p. 91-110. Athènes, Musée National 15375, ARV2, 447/274. (BAPD 205321).

66 ABL, p. 133. Pour la bibliographie à propos de cette inscription, voir la base de données AVI n° 906, http://avi.unibas.ch/DB/searchform.html

67 ABL, p. 132-133 : tous les lécythes ont la forme typique des premières productions du peintre de Haimon, sauf peut être un ou deux lécythes à palmettes verticales, qui correspondent aux formes de l’atelier du peintre de Beldam. Sur l’atelier des peintres de Diopshos et de Haimon et la typologie de leurs lécythes, voir Jubier-Galinier, 2003.

68 Fouilles du Métro, quartier du Céramique, tombe 1099, Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, p. 304-312.

69 Sur la signification des astragales renvoyant à un statut social plus qu’à une classe d’âge, Carè, 2012.

70 Alabastre, Athènes, 3ème éphorie A 15536, Parlama et Stampolidis (dir.), 2000, p. 111, n° 312.

71 Ibid., p. 304-308, n° 304 à 306 et 308 à 309. Là encore le lécythe à palmettes verticales (inv. A 15544), n° 307, p. 305, 308 est probablement de l’atelier du peintre de Beldam d’après le décor mais aussi la forme (pied simple, col court, épaule remontante etc.)

72 Aryballe, Athènes, 3e éphorie A 15535, ibid., p. 109, n° 311.

73 Houby-Nielsen, 1995.

74 Kerameikos VII, 2, p. 2 où les auteurs donnent une liste des tombes parmi les plus fournies en lécythes.

75 Ibid. : par rapport aux tombes signalées, les lécythes déposés en quantité proviennent le plus souvent de l’atelier des peintres de Diosphos et Haimon qui couvre l’ensemble de la période, celui de Phanyllis ou d’Athènes 581 pour les plus anciennes, celui du peintre de Beldam pour les tombes plus récentes avec l’atelier du peintre de Bowdoin, mais dans des proportions bien moindre.

76 Cf. Massar, 2009 pour les balsamaires ; Massar et Verbanck-Piérard, 2013, sur la succession des types de vases à parfums dans le monde grec selon les périodes.

77 On trouvera une indication de la contenance pour différents vases à parfum, ibid., p. 266-268 ; de même dans Algrain et Frère, à paraître.

78 Voir ci-dessus la tombe n° 29 du Tumulus sud, où la majorité des lécythes fait une dizaine de cm, sachant que la taille des lécythes de la période oscille entre 6 et plus de 30 cm, avec une moyenne autour de 17-20 cm pour les lécythes à figures noires tardives.

79 Massar et Verbanck-Piérard, 2013, p. 245.

80 Rappelons le besoin de recourir à un entonnoir, comme le montrent les scènes de vente de parfum au détail, Algrain et al., p. 150, fig. 5 et 6.

81 Sur la « défonctionnalisation » des objets miniatures, voir Luce, 2011 et Dubois, 2012, p. 334-335. S’il faut avec Algrain et Frère, à paraître, relativiser la qualité et donc le prix de l’huile utilisée, la valeur de l’offrande s’exprime d’autant plus dans le nombre de lécythes déposés.

82 Ces deux types de formes sont mis au point dans les deux derniers ateliers à figures noires, celui des peintre de Diosphos et Haimon (ABL, p. 131, 134 et 137 ; Jubier-Galinier, 2003, p. 81-83) et celui de Beldam, (ABL, p. 178-179) ; la tombe n° 285 du Céramique contient une dizaine d’exemplaires très représentatifs, Kerameikos VII, 2, pl. 56.

83 Schmidt, 2005, p. 36

84 Pour l’usage conjoint des deux types, voir par exemple la tombe à crémation n° 300, Kerameikos VII, 2, p. 8687 et pl. 58. Pour la tombe 37 (notre fig. 5), voir ci-dessous.

85 Lécythe de New York, Metropolitan Museum 23.160.38, Peintre de Bosanquet, ARV2, 1227/5 ; Kurtz, 1975, pl. 30, 1, n° 30, 1 : un lécythe globulaire est posé sur les marches de la stèle à côté de lécythes cylindriques. De même le lécythe de Boston 1970. 428 (notre fig. 3) exprime cette attention portée à la diversification des types en représentant dans le panier un lécythe entièrement noir et un autre avec une panse blanche.

86 Kerameikos VII, 2, tombe n° 618, p. 150-151 et pl. 97 : la tombe contient une pyxide, un lécythe cylindrique à figures rouges de 18, 8 cm, trois petits lécythes globulaires entre 5 et 7 cm et un troisième de 12 cm.

87 Cf. Houby-Nielsen, 1995, p. 141, qui rappelle cette idée en l’atténuant tout au long de son article ; le lécythe est pour elle, au final, un objet neutre. Schmidt, 2005, p. 40-44 soutient plus catégoriquement la spécificité féminine pour la première moitié du ve siècle.

88 Voir l’étude toute en nuance de Pipili, 2009, qui rappelle notamment que ni le lécythe, ni l’alabastre ou la plémochoé ne sont des objets exclusivement féminins (p. 245).

89 Kavvadias et Lagia, 2009.

90 AM, 18, 1893, p. 181-182 ; Schmidt, 2005, p. 43.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Olpè à figures noires
Légende Brunswick, Bowdoin College Museum of Art 1984.23.
Crédits Dessin C. Jubier-Galinier.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1548/img-1.png
Fichier image/png, 959k
Titre Fig. 2. Lécythe à fond blanc
Légende Athènes Musée National 1982, crédit photographique : Athènes, Musée Archéologique National, Photo Demetrios Gialouris
Crédits © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports /Archaeological Receipts Fund.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1548/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3. Lécythe à fond blanc
Légende Boston Museum of Fine Arts, Harriet Otis Cruft Fund 1970. 428
Crédits © Museum of Fine Arts, Boston.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1548/img-3.png
Fichier image/png, 980k
Titre Fig. 4a. Aryballe de Douris
Légende Athènes Musée National 15375 crédit photographique : Athènes, Musée Archéologique National, Photo G. Patrikianos
Crédits © Hellenic Ministry of Education and Religious Affairs, Culture and Sports /Archaeological Receipts Fund.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1548/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 4b. Mobilier de la tombe de la rue du Stade
Légende D’après ΑΔ, 28, 1927, p. 91, fig. 1.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1548/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5. Relevé de la tombe n° 37, nécropole du Céramique extérieur, rue du Pirée
Légende D’après Kavvadias et Lagia, 2008, p. 77, fig. 9 (d’après AM, 18, 1893, p. 180 fig. 33).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1548/img-6.png
Fichier image/png, 731k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Jubier-Galinier, « “Τοῖς νεκροῖσι... τἁς ληκὐθους” : l’évolution des usages du lécythe dans le rituel funéraire athénien aux époques archaïque et classique », Pallas, 94 | 2014, 39-59.

Référence électronique

Cécile Jubier-Galinier, « “Τοῖς νεκροῖσι... τἁς ληκὐθους” : l’évolution des usages du lécythe dans le rituel funéraire athénien aux époques archaïque et classique », Pallas [En ligne], 94 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/1548 ; DOI : 10.4000/pallas.1548

Haut de page

Auteur

Cécile Jubier-Galinier

Maître de Conférences en histoire de l’art et archéologie grecques
Université de Perpignan
EA 2984 CRHiSM
Cecile.galinier@univ-perp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org