Navigation – Plan du site
III. Le cas de la Grande-Grèce et du monde gréco-romain

L’objet dans les nécropoles mégariennes : réflexion méthodologique autour de la notion de « dépôt funéraire »

The object in the megarian necropoleis. Methodological discussions about the funerary deposit concept
Reine-Marie Berard
p. 103-122

Résumés

La nature et le positionnement relatif des vestiges dans la tombe tels qu’ils apparaissent au moment de la fouille peuvent fournir de précieuses informations sur le déroulement des funérailles, la part qu’y a pris chaque objet, et la valeur symbolique qui lui était associée. La colonie grecque de Mégara Hyblaea constitue cependant un cas à part, en raison de la fréquente réouverture des tombes, utilisées pour le dépôt successif de plusieurs individus. Les déplacements d’os et d’objets impliqués par cette pratique invitent en effet à s’interroger sur la notion même de dépôt funéraire dès lors que la tombe ne constitue plus un milieu clos.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1En proposant de s’interroger sur le rôle des objets dans la tombe comme acteurs et témoins de la mise en scène funéraire, la journée d’étude organisée à Toulouse en octobre 2012 invitait à une double série de réflexions sur le statut des objets en contexte sépulcral d’une part, sur la notion de mise en scène funéraire d’autre part.

1. 1. Dépôt et mise en scène funéraire

2Les objets découverts dans les nécropoles peuvent être interprétés de différentes manières selon leur type, leur fonction, leur usage et la valeur symbolique qui leur était attachée au moment des funérailles, mais aussi selon leur localisation dans l’espace funéraire. Certains étaient placés à l’intérieur des tombes, d’autres à leurs abords immédiats, d’autres encore se situent dans l’espace funéraire que constitue la nécropole tout en étant indépendants des tombes elles-mêmes. Le dépôt funéraire de chaque sépulture, c’est-à-dire l’ensemble des objets qui lui sont directement associés, à l’intérieur ou à l’extérieur de la structure, peut ainsi regrouper différents sous-ensembles : les offrandes à proprement parler (comme les grands vases de prestige souvent liés à la pratique du banquet dans le monde grec antique), les objets fonctionnels portés par le défunt (comme les épingles ou les fibules en métal précieux), enfin les objets fonctionnels utilisés pour réaliser des gestes funéraires (comme certains vases à libations ou à parfums). Les deux premiers groupes d’objets constituent ce que l’on peut appeler le mobilier d’accompagnement, volontairement placé dans, ou autour de la tombe comme offrande au défunt. La présence des objets fonctionnels utilisés pour la réalisation d’un rite, durant les funérailles ou lors de cérémonies ultérieures liées au culte des morts, relève plutôt d’un abandon, d’un rebut : ils constituent les témoins – non intentionnels – d’un geste funéraire, et non des éléments du mobilier d’accompagnement à part entière.

3Il est alors intéressant de se demander si la mise en scène funéraire, c’est-à-dire la disposition relative des différents éléments qui composent et entourent la sépulture, et la localisation précise des objets par rapport au corps du défunt lui-même, peuvent constituer des éléments déterminants pour définir le statut des différents objets qui composent le dépôt funéraire. En d’autres termes : y a-t-il une spécificité des objets dans la tombe par rapport aux objets hors la tombe ? Les objets déposés en contexte sépulcral, à l’intérieur d’une nécropole mais à l’extérieur d’une tombe, sont en effet fréquents, quelles que soient l’époque et l’aire géographique considérées : les nombreux exemples connus à Mégara Hyblaea seront examinés ici.

  • 1 Qu’il s’agisse d’un seul individu ou de plusieurs déposés simultanément.
  • 2 Sur les implications possibles des processus taphonomiques dans les différents types de tombes, voi (...)

4Au-delà du statut des objets eux-mêmes, l’intitulé de cette journée d’étude invitait à réfléchir de manière plus générale sur la notion de « mise en scène funéraire » dans et autour de la tombe, c’est-à-dire d’une part sur les gestes pratiqués au moment des funérailles pour le dépôt et le traitement du cadavre, et d’autre part sur le positionnement relatif de tous les éléments qui composent le dépôt funéraire – la mise en scène étant à la fois un processus et son résultat. Or, l’archéologue ne peut espérer percevoir et reconstituer l’état originel d’une sépulture que si celle-ci est restée intacte entre le moment des funérailles et celui de la fouille. De fait, la tombe paraît le plus indiqué de tous les contextes archéologiques pour ce genre de recherches puisqu’elle constitue souvent un milieu clos : une sépulture utilisée pour un dépôt unique1 avant d’être définitivement scellée livre, à la fouille, un reflet direct de l’état de la mise en scène funéraire au moment de sa fermeture, affecté seulement par les aléas des processus taphonomiques2. Pourtant, ce schéma ne fonctionne plus dès lors que, comme à Mégara Hyblaea, les tombes sont utilisées plusieurs fois, fermées et rouvertes au gré de décès plus ou moins espacés dans le temps. L’aspect de la tombe au moment de la fouille est alors la somme des différents remaniements successifs d’une mise en scène funéraire qui n’a cessé d’évoluer et dans laquelle les objets ont pu changer de place comme de valeur à diverses reprises.

5À partir de l’exemple spécifique de Mégara Hyblaea, nous nous interrogerons donc d’abord sur le rapport qui peut exister entre le statut des différents objets découverts en contexte sépulcral et leur localisation dans l’espace funéraire, avant d’étudier les causes et conséquences des multiples remaniements de la mise en scène funéraire dont de nombreuses sépultures ont fait l’objet dans les nécropoles mégariennes, ainsi que les difficultés d’attribution et d’interprétation du mobilier que ces remaniements engendrent.

1. 2. Mégara Hyblaea : présentation du corpus

  • 3 Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, VI, 4.
  • 4 La ville hellénistique est cependant bien plus modeste que la ville archaïque: Gras et al, 2004, p. (...)

6Selon Thucydide3, la cité grecque de Mégara Hyblaea aurait été fondée par des colons venus de Mégare de Grèce sur la côte Est de la Sicile en 728 av. J.‑C., sur des terres cédées par le roi sicule Hyblon à 22 km au nord de Syracuse. Cette proximité et la rivalité très tôt éclose entre les deux cités auraient conduit à la destruction de Mégara par le tyran Gélon de Syracuse dès 483 av. J.-C., scellant la période archaïque de la cité qui ne fut guère réoccupée avant l’époque hellénistique4. Le cadre chronologique de l’existence de cette colonie grecque est donc clairement ancré dans l’époque archaïque.

  • 5 La date du premier rempart primitif de Mégara Hyblaea pourrait se situer, selon les hypothèses, dès (...)
  • 6 Il s’agit néanmoins d’inhumations d’enfants en amphore, datées par le contenant. Or, l’intérêt pour (...)
  • 7 Dont un peu plus de 300 seulement sont publiées à ce jour. Cavallari, Orsi, 1892.
  • 8 Qu’il me soit permis de remercier une fois encore ici M. Gras et H. Duday qui m’ont donné un accès (...)

7Dès le viie siècle av. J.‑C.5, la cité est entourée d’une muraille au-delà de laquelle s’étendent trois nécropoles qui la bordent sur chacun des côtés où la mer ne s’étend pas (Figure 1). La nécropole Sud, fouillée en urgence par l’École française de Rome (EFR) dans les années 1970 pour faire face à la pression industrielle grandissante, pourrait avoir été la plus anciennement utilisée, puisque quelques tombes datées de la fin du viiie siècle av. J.‑C. y ont été découvertes6. La nécropole Ouest est la plus étendue, avec plus de 1 000 tombes7, datées pour la plupart du vie siècle av. J.‑C. et fouillées à la fin du xixe siècle par le célèbre archéologue italien P. Orsi. Enfin la nécropole Nord constitue un ensemble plus restreint, composé principalement de tombes du vie et du début du ve siècle av. J.‑C. ; elle est actuellement en cours d’étude par L. Mercuri (Université de Nice). Les réflexions proposées dans cet article s’appuient donc sur le corpus des tombes étudiées dans le cadre de mon doctorat : les 483 tombes inédites de la nécropole Sud8 d’une part, les 323 tombes publiées de la nécropole Ouest d’autre part, soit un total de 807 sépultures.

  • 9 Les nombres proposés reflètent l’état actuel de la recherche et sont susceptibles de varier modérém (...)
  • 10 À propos de la distinction des réceptacles céramiques entre contenant d’inhumations et contenant de (...)

8Différents types de tombes apparaissent très inégalement représentés dans les nécropoles mégariennes. Les inhumations d’enfants en vase, que nous appellerons ici enchytrismes, constituent près de la moitié des sépultures considérées avec un total de 359 réceptacles9. On compte également 73 crémations secondaires avec dépôt des cendres dans un contenant céramique dont le statut, en tant qu’objet en contexte sépulcral, peut être comparé à celui des vases contenant des inhumations d’enfants10. Les sarcophages à orthostates (constitués de dalles plus ou moins bien taillées et ajustées les unes aux autres) et les sarcophages monolithiques constituent ensuite les catégories les mieux représentées, tandis que les simples fosses, les tombes à tuiles (disposées en bâtière ou formant un caisson) et les caveaux bâtis sont beaucoup moins nombreux.

2. Les objets hors des tombes : un statut problématique

  • 11 Qui ne sont, en réalité, ni dans, ni hors de la tombe puisqu’ils sont eux-mêmes, la tombe. Leur sta (...)

9En invitant à étudier l’objet dans la tombe, l’intitulé de cette journée d’étude semblait suggérer une spécificité de ce dernier par rapport à l’objet hors de la tombe - une distinction qui ne va pas de soi à Mégara Hyblaea. Il a donc semblé utile de commencer cette réflexion sur la notion de dépôt funéraire, non sans un certain esprit de contradiction, par l’étude des objets découverts à l’intérieur de l’espace funéraire, c’est-à-dire dans les nécropoles, mais en dehors des tombes. Il faut d’abord distinguer les dépôts strictement isolés, indépendants de toute sépulture, des objets clairement associés à une tombe sans être pour autant à l’intérieur de celle-ci. Cette dernière catégorie comprend à la fois les vases conteneurs, utilisés pour recevoir des restes humains11, et les petits objets à caractère potentiellement fonctionnel, déposés à l’extérieur de certaines sépultures. Nous étudierons successivement ces trois catégories d’objets hors la tombe.

2. 1. Les dépôts isolés

  • 12 Du moins de celles repérées au moment de la fouille.
  • 13 Les inhumations d’enfants en vase, simplement déposées dans des anfractuosités de la roche, constit (...)

10De nombreux objets ou groupes d’objets isolés, indépendants de toute sépulture12, ont été mis en évidence dans les nécropoles mégariennes. C’est le cas par exemple de la petite statuette de terre cuite représentant une femme assise, enregistrée sous le numéro A033, et qui ne semble liée directement à aucune des inhumations d’enfants en vase environnantes. Le symbolisme maternel fort associé à ce genre de statuettes pourrait éventuellement suggérer une forme d’offrande collective, destinée à l’ensemble des tout jeunes enfants inhumés dans ce secteur où ils sont particulièrement nombreux, mais il est également possible qu’elle ait été associée, à l’origine, à un réceptacle céramique en particulier qui n’aurait pas été identifié au moment de la fouille13. Si le doute subsiste dans ce cas précis, d’autres dépôts de mobilier apparaissent néanmoins clairement isolés, indépendamment des aléas de la recherche archéologique : le dépôt Z100 comprenait ainsi trois lécythes attiques et trois petits skyphoi corinthiens dont le très mauvais état de conservation s’explique sans doute par l’absence d’une quelconque structure qui aurait pu les protéger.

11Comment interpréter ce genre de dépôts isolés ? Si de petits objets comme les fibules, les épingles ou les monnaies s’égarent facilement, ce n’est pas le cas des statuettes ou des vases à parfum dont il s’agit principalement ici, encore moins de certains objets tout à fait exceptionnels comme le couteau de fer du dépôt C171, associé à une petite coupelle à lèvre pendante percée de trous de suspension, dans laquelle était encore encastré le fond d’un petit vase sphérique. Les armes, les couteaux et les éléments tranchants de quelque genre que ce soit sont en effet rarissimes dans les nécropoles de Mégara Hyblaea, et cette association d’objets ne se retrouve, de fait, que dans une unique tombe de la nécropole Ouest, dans laquelle la coupelle contenait en outre des grains de céréales brûlés. La dimension symbolique de cette association, dans ou hors de la tombe, semble donc particulièrement forte – et intentionnelle. Sans vouloir céder à une facilité bien connue qui consiste à appliquer le qualificatif de « rituel » à tout ce qui n’est pas compris en archéologie, la dimension symbolique de ce dépôt semble ici doublement attestée par le soin particulier avec lequel il a été constitué et le caractère exceptionnel des objets qui le composent.

12Ces objets hors des tombes, mais dans les nécropoles, apparaissent donc comme les acteurs et les témoins d’une mise en scène à caractère funéraire, non pas à l’intérieur de la tombe mais autour de celle-ci. Il pourrait s’agir d’offrandes collectives, destinées à plusieurs sépultures et plusieurs défunts, peut-être même à l’ensemble de la nécropole, ou des indices de pratiques rituelles variées, réalisées pendant les funérailles ou dans le cadre du culte des morts. L’absence de régularité dans le type et la nature des dépôts isolés interdit cependant de tirer des conclusions générales qui permettent d’en préciser la valeur et la fonction symbolique.

2. 2. Les réceptacles funéraires

13Une deuxième catégorie d’objets découverts dans les nécropoles mégariennes joue un rôle important dans la mise en scène funéraire des sépultures sans être, à proprement parler, dans la tombe : il s’agit des innombrables réceptacles céramiques qui contenaient le plus souvent des inhumations d’enfants et plus rarement des crémations, ainsi que des vases plus petits utilisés parfois comme « bouchons » pour fermer ces réceptacles. Ces objets constituent en effet les premiers acteurs de la cérémonie et de la mise en scène funéraire puisqu’ils reçoivent le mort, mais ils se distinguent néanmoins clairement du simple mobilier d’accompagnement : ces vases ne constituent pas un à-côté, un « plus » de la sépulture, ils sont la sépulture eux-mêmes. Or, le statut et la valeur symbolique de ces réceptacles semblent varier selon qu’ils aient contenu des inhumations d’enfants ou des crémations, généralement d’adultes.

2. 2. 1. Les réceptacles d’inhumations et les vases « bouchons »

14Les inhumations d’enfants en vases se font principalement dans trois grands types de contenants : les amphores, qui constituent 273 des 359 enchytrismes recensés ; les hydries, qui ne sont connues que par 38 exemplaires, et les pithoi, au nombre de 25. Il y a donc un déséquilibre flagrant en faveur des amphores qui demande à être expliqué. Pourquoi l’amphore était-elle privilégiée et pourquoi, dans certains cas, n’y avait-on pas recours ? La réponse à la première question paraît simple : l’amphore est un récipient à la fois de grande contenance et de peu de valeur, dont les utilisations domestiques sont limitées. Vase de stockage, particulièrement bien adapté au transport maritime, il perd sa raison d’être dans la vie quotidienne du foyer : il s’agit donc d’un vase de peu de valeur et de peu d’emploi, qui gagnait à être recyclé, à trouver, si l’on peut dire, une seconde vie, en abritant les corps des plus jeunes défunts.

  • 14 Menée par H. Duday (CNRS).

15Comment expliquer alors les variations que constituent les enchytrismes en hydries et en pithoi ? En ce qui concerne les pithoi, l’étude anthropologique14 a permis de montrer que les enfants qu’ils contenaient appartenaient généralement à des classes d’âges supérieures à celles des enfants déposés dans les amphores et les hydries. Les dimensions, et surtout la contenance particulièrement grandes de ces vases, permettent d’expliquer aisément qu’ils aient été utilisés en priorité pour les sujets les plus âgés, déjà trop grands pour être déposés dans une amphore ou une hydrie.

  • 15 J. Boardman a en effet montré que, de la période Protogéométrique jusqu’au Géométrique récent, les (...)
  • 16 Réalisées par D. Castex et P. Sellier (CNRS).
  • 17 Il n’est malheureusement pas possible de proposer une étude similaire pour la nécropole Ouest mais (...)

16Le choix de l’hydrie par rapport à l’amphore, pour les sujets les plus jeunes, est en revanche plus difficile à expliquer. En effet, si l’exemple abondamment commenté des sépultures du Géométrique athénien aurait pu conduire à supposer une association spécifique des hydries aux petites filles et des amphores aux petits garçons15, cette hypothèse semble contrariée par le très fort déséquilibre numérique qui existe entre les deux catégories de vases. En effet, les études paléodémographiques en cours sur la nécropole Sud de Mégara16 tendent à montrer que la population de cet ensemble funéraire correspond de manière tout à fait remarquable à une population non sélectionnée des époques préindustrielles, c’est-à-dire que la population de la nécropole reflèterait fidèlement la population vivante de la cité : tous les individus auraient ainsi partagé les mêmes espaces funéraires après leur mort17. Filles et garçons devraient donc être représentés à parts sensiblement égales, de sorte que la distinction entre amphores et hydries dans un ratio si disproportionné ne peut s’expliquer par le sexe des petits défunts.

17En outre, il n’apparaît pas non plus de distinction de valeur commerciale évidente entre les deux types de contenants. En effet, si les amphores constituent le matériel de seconde main par excellence, J.‑C. Sourisseau (Université d’Aix-Marseille) a noté que plusieurs des hydries utilisées comme contenant funéraire présentaient des défauts de cuisson, des traces d’usure importante ou des indices de réparation. Il s’agit donc de vases de récupération choisis, au même titre que les amphores, précisément pour leur absence de valeur marchande. Les vases utilisés pour les inhumations d’enfants semblent donc avoir été sélectionnés sur des critères essentiellement pratiques, dénués de connotation symbolique forte. C’est pourquoi ces réceptacles céramiques doivent être considérés avant tout comme des objets fonctionnels et non comme des éléments à part entière du mobilier d’accompagnement qui sert à caractériser le défunt.

18Les mêmes conclusions sont valables en ce qui concerne les vases « bouchons », utilisés pour fermer les contenants funéraires : le choix de fragments de dalles, de tuiles, de pierres ou de petits vases pour remplir cette fonction semble avoir été parfaitement indifférent. Les vases bouchons sont en général de forme ouverte, de facture grossière, dépourvus de décor peint ou de tout autre élément décoratif, en somme rien qui permette d’en proposer un classement ou une hiérarchisation. S’il était important de protéger le corps des petits défunts des infiltrations de terre, l’objet choisi pour remplir cette fonction, vase, tuile, dalle ou pierre, importait visiblement peu.

2. 2. 2. Les réceptacles de crémations

19Le choix du réceptacle céramique utilisé pour recevoir les dépôts secondaires à crémation semble en revanche beaucoup plus chargé de sens que celui des réceptacles d’inhumations. On observe en effet un éventail beaucoup plus large des types de vases utilisés, depuis le simple stamnos de fabrication locale jusqu’au grand cratère laconien, de la petite amphore attique à figures noires au grand bassin de bronze à rebord perlé. La variété des types, des matériaux et des formes permet de distinguer clairement les différents réceptacles funéraires et d’établir, sinon une hiérarchie, du moins des catégories de valeur de ces vases qui pourraient être liées au statut social du défunt : les quelques crémations en bassin de bronze peuvent ainsi être interprétées comme l’affirmation ostentatoire d’un certain niveau de richesse, probablement réservée aux classes supérieures de la société. Contrairement aux réceptacles d’inhumations, les réceptacles de crémation semblent donc participer à la définition du statut des individus dont ils contenaient les dépouilles.

20Or, il n’est pas anodin de constater que, à la différence des enchytrismes, les contenants cinéraires ne sont pas tous des « objets-tombes », mais peuvent eux-mêmes être déposés à l’intérieur de structures construites, fosses couvertes ou sarcophages. Ils ne constituent pas systématiquement la tombe, mais peuvent s’inscrire parmi les éléments qui la composent. Bien que ce dépôt à l’intérieur d’une structure plus grande ne soit pas systématique, il contribue néanmoins à suggérer un statut particulier des contenants cinéraires, à mi-chemin entre la structure et l’offrande funéraire, entre le contenant et le mobilier d’accompagnement : objets strictement fonctionnels à l’origine, ils sont néanmoins porteurs d’un message symbolique qui contribue à définir l’identité du défunt. Ils doivent donc être pris en compte dans l’analyse générale du mobilier funéraire dont ils constituent, en quelque sorte, une catégorie à part.

2. 3. Les objets déposés à l’extérieur des tombes18

  • 18 La définition de « tombe » est ici problématique: la tombe se résume-t-elle au seul réceptacle funé (...)

21Une troisième catégorie d’objets découverts dans les nécropoles mégariennes hors des sépultures regroupe les dépôts souvent constitués d’un seul vase isolé mais parfois d’ensembles plus importants, placés aux abords immédiats d’une tombe à laquelle ils sont directement associés.

2. 3. 1. Les objets isolés

22Ce type de dépôts hors la tombe prend souvent la forme d’un unique objet isolé, placé sur la couverture d’un sarcophage ou contre la paroi d’un réceptacle céramique. C’est le cas par exemple de la tombe Z110, une amphore placée verticalement dans une fosse creusée dans la roche, qui contenait les restes d’un sujet de taille adulte incinéré. À l’intérieur de l’amphore était déposée une coupe subgéométrique, tandis qu’à l’extérieur du contenant, mais dans la même fosse, se trouvait un petit aryballe protocorinthien ovoïde. La distinction est nette entre les deux objets dont l’un se situe dans le réceptacle funéraire, au contact direct du mort, et l’autre dans la fosse, mais en dehors du réceptacle, mis à l’écart du défunt par la barrière matérielle que constitue la paroi du vase. Il est alors tentant d’interpréter la coupe comme une véritable offrande, unique pièce de mobilier d’accompagnement, tandis que le petit aryballe ne serait qu’un objet fonctionnel abandonné sur place après la cérémonie des funérailles. En effet la coupe, vase à boire symbole du banquet par excellence, pourrait faire allusion au statut aristocratique du défunt, redoublant ainsi le message symbolique véhiculé par le choix de la crémation : elle contribuerait de fait à la définition du statut de l’individu qu’elle accompagne. Le petit vase à parfum en revanche, laissé hors du réceptacle funéraire, a pu être simplement utilisé pour répandre des huiles parfumées dans une ultime onction ou libation après la mise en terre de l’amphore. C’est donc le contenu de ce vase, bien plus que le vase lui-même, qui aurait compté dans le déroulement de la mise en scène funéraire : l’objet ne vaut pas ici en soi, mais comme témoin de la réalisation d’un geste funéraire.

  • 19 Les objets portés par le défunt (bijoux, vêtements, éléments d’attache) ne constituent pas à propre (...)

23La même hypothèse peut être avancée pour les coupelles à lèvre pendante percée de deux trous de suspension, déjà identifiées dans certains dépôts isolés indépendants des sépultures. Elles se retrouvent également « en périphérie » de certaines tombes, comme la coupelle déposée contre la paroi du stamnos cinéraire C200, dont elle constituait l’unique pièce de dépôt funéraire. Matériellement séparée du défunt par la paroi du vase, elle ne semble pas faire partie du mobilier d’accompagnement à proprement parler mais pourrait indiquer la réalisation d’un rite, pratiqué après la mise en terre du stamnos. Une autre de ces coupelles était de même placée à l’angle de la petite tombe 7 du secteur Pontile, qui contenait seulement un petit anneau de bronze. Là encore, il pourrait être tentant d’interpréter la coupelle comme un élément fonctionnel, utilisé pour accomplir un rite après la fermeture de la tombe, tandis que l’anneau constituerait un élément de parure personnelle du défunt, déposé avec lui dans la tombe au titre de bien personnel, à mi-chemin entre l’objet fonctionnel et le mobilier d’accompagnement19. Mais l’anneau, découvert au niveau de la clavicule du sujet, ne semble pas avoir été porté au doigt par le défunt. En outre, les deux trous de suspension caractéristiques des petites coupelles à lèvre pendante suggèrent une utilisation nomade de ce type de vase, suspendu à un lacet et peut-être porté au cou ou au poignet par son possesseur – ce qui pourrait indiquer un lien personnel particulièrement fort entre un individu donné et sa coupelle, une idée qui cadre mal avec l’interprétation strictement fonctionnelle de cet objet qui serait ensuite « abandonné » au bord de la tombe. Si l’hypothèse d’une distinction entre offrandes et mobilier fonctionnel selon la localisation des objets par rapport à la tombe peut paraître séduisante, les raisons profondes qui justifiaient le dépôt d’un objet à l’intérieur ou à l’extérieur d’une sépulture sont donc particulièrement difficiles à établir.

2. 3. 2. Les ensembles de mobilier

24Elles le sont d’autant plus lorsqu’il ne s’agit plus d’un seul vase isolé, mais bien d’un véritable ensemble de mobilier déposé sur la couverture ou contre la paroi d’une tombe. C’est le cas de plusieurs sépultures d’enfants très riches de la nécropole Ouest, comme le petit sarcophage monolithique T004, sur la couverture duquel étaient déposés pas moins d’une cinquantaine de vases en tous genres, tandis que 25 vases « seulement » étaient placés à l’intérieur de la tombe. Certaines formes apparaissent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du sarcophage, notamment les skyphoi et divers types de vases miniatures : il n’est donc pas possible de distinguer les vases déposés dans et hors de la tombe par leur fonction, ni d’établir une distinction tranchée entre mobilier fonctionnel et mobilier d’accompagnement. Au contraire, les deux ensembles apparaissent tout à fait semblables, et correspondent tous les deux à ce que l’on peut considérer comme du mobilier d’accompagnement, des offrandes – l’un des ensembles étant pourtant physiquement séparé du défunt par la couverture de la tombe. Tout se passe comme si, après la descente du corps et la fermeture de la tombe, dans le dernier temps des funérailles, on avait déposé sur la couverture quelques ultimes offrandes, quelque chose comme un oubli ou un remords. Cela paraît d’autant plus surprenant que les objets déposés hors de la tombe étaient évidemment beaucoup plus exposés que les autres aux déprédations et au vol, mais surtout au bris et à la destruction sous le poids de la terre qui venait aussitôt les recouvrir : en plaçant ces objets hors du réceptacle protecteur du tombeau, on les condamnait de fait à une disparition rapide. Pourquoi réserver ce traitement à un ensemble de mobilier apparemment similaire à celui déposé à l’abri du tombeau ? L’explication réside en partie au moins dans l’analyse d’une des grandes spécificités des nécropoles mégariennes : la pratique des sépultures plurielles.

3. Sur les remaniements de la mise en scène funéraire dans les tombes mégariennes

  • 20 Ce terme désigne à la fois les sépultures multiples, dans lesquelles plusieurs individus ont été dé (...)

25Les sépultures contenant plusieurs individus, communément appelées sépultures plurielles20, sont particulièrement nombreuses à Mégara Hyblaea. Plus de la moitié des tombes ayant fait l’objet d’une étude anthropologique contenaient en effet plusieurs individus – le maximum observé étant de 9 dans un petit sarcophage d’enfant. Les sarcophages monolithiques constituent en effet le premier type de tombe concerné par cette pratique : structure pérenne, munie d’une couverture, ils étaient conçus pour être rouverts et permettre le dépôt successif de plusieurs corps.

26Or, de telles pratiques impliquent nécessairement des remaniements de la mise en scène funéraire originelle de la sépulture : même en supposant que la disposition interne de la tombe reste intacte, le dépôt d’un nouveau corps constitue en effet, en soi, un bouleversement majeur, lui-même à l’origine de modifications secondaires comme la chute ou le déplacement d’objets par le simple fait des processus taphonomiques. Or, les remaniements de la mise en scène funéraire à l’intérieur des sépultures plurielles mégariennes ont souvent été beaucoup plus profonds et lourds de conséquences pour l’analyse et l’interprétation des sépultures que le simple ajout des corps.

3. 1. Réductions et curages

27En effet, s’il peut être envisageable de superposer deux cadavres dans un même sarcophage, il est évident que le dépôt de 3, 4 ou 9 sujets dans une même tombe ne peut se faire sans quelques arrangements et réorganisations des vestiges mobiliers et osseux, et ce pour une raison très simple : il faut faire de la place. Deux solutions ont été exploitées par les Mégariens.

  • 21 Pour des raisons pratiques évidentes, la réduction implique en effet un délai suffisamment grand en (...)

28La plus fréquemment adoptée est la pratique de la réduction : lors de la réouverture, les vestiges relatifs au(x) premier(s) occupant(s) sont déplacés à l’intérieur de la tombe, le plus souvent regroupés à une extrémité de la cuve ou plus rarement repoussés sur les côtés, pour ménager un espace libre au nouveau dépôt. Ossements21 et objets des premiers dépôts viennent ainsi former un ou plusieurs amas périphériques, tandis que la place centrale est réservée au dernier inhumé.

29La deuxième solution possible consiste à vider intégralement le sarcophage de son contenu, à le « curer » afin de faire place à une nouvelle inhumation. Du devenir des vestiges retirés dépend la possibilité pour les archéologues d’appréhender cette pratique : si les os et les objets sont déplacés, réinhumés ailleurs, voire simplement abandonnés ou jetés, le curage du sarcophage est impossible à déceler. Deux sépultures mégariennes attestent pourtant l’existence de cette pratique car les vestiges osseux et matériels relatifs aux premières inhumations avaient été simplement placés entre la paroi du sarcophage tout juste vidé et la paroi de la fosse dans laquelle il était inséré. La nature des dépôts (os et objets mêlés) ainsi que leur localisation (contre la paroi du sarcophage) ont permis d’en supposer l’origine et de restituer le processus de vidange du sarcophage qui a conduit à une telle situation. L’absence de soin apporté au dépôt montre bien qu’il ne s’agit pas d’une sépulture secondaire indépendante, mais bien d’un rebut provenant du bouleversement d’une sépulture plus ancienne.

30Les raisons qui présidaient au choix entre curage et réduction ne sont pas claires. La réduction, plus simple et plus rapide, semble de fait avoir été l’option la plus fréquemment choisie tandis que le curage n’était pratiqué que de manière exceptionnelle, dans des conditions qui restent obscures. Il aurait été tentant de penser, en effet, que le curage constituait l’aboutissement logique d’une chaîne de réductions : après un certain nombre d’inhumations, les premiers corps, même réduits, auraient occupé trop de place pour pouvoir pratiquer un nouveau dépôt. Le curage aurait alors été nécessaire pour faire de la place et « réinitialiser » le sarcophage. Mais le nombre de défunts observé dans les deux exemples de curages connus est bien inférieur au nombre maximum atteint par ailleurs dans certaines réductions : ce n’est donc pas une raison strictement pratique, le manque de place, qui a conduit à vidanger les sarcophages dans ces deux cas. Un changement de propriétaire de la tombe ou une sanction juridique pourraient peut-être expliquer alors cette pratique exceptionnelle.

31Quoi qu’il en soit, ces deux solutions mises en œuvre par les Mégariens pour réutiliser leurs sarcophages impliquent des bouleversements massifs de la mise en scène funéraire d’une sépulture : alors que la notion de « mise en scène » concerne d’abord la position et la localisation des différents éléments de la sépulture par rapport au mort, ici tout est bougé, déplacé ; les os et les objets sont mêlés, superposés, repoussés. Le schéma originel de la tombe en devient illisible. Il est alors intéressant de se demander comment évolue le statut des objets déplacés et quelle valeur accorder aux objets déposés en dernier.

3. 2. Remaniements de la mise en scène funéraire et évolution du statut des objets

3. 2. 1. Déplacés : dévalorisés ?

32Dès lors que la topographie intérieure de la tombe est modifiée, que les os et les objets sont déplacés, on peut se demander s’il n’y a pas une forme de désacralisation de la tombe et de son contenu, dont l’intégrité n’est pas respectée. L’impression est particulièrement forte dans le cas des curages où les vestiges humains et matériels, mêlés sans ordre, sont déposés sans soin apparent contre la paroi du sarcophage : privés de l’abri de la tombe, ils se retrouvent exposés, abandonnés. Si l’on considère ces dépôts secondaires contre la paroi des tombes comme une solution de facilité, un moyen de se débarrasser des vestiges à peu de frais alors qu’il aurait été plus long et contraignant de les transporter ailleurs, l’impression d’ensemble est relativement défavorable : les curages apparaissent comme de simples rebuts, dans lesquels la sortie de la tombe reviendrait à neutraliser la valeur symbolique des objets.

  • 22 Principalement des amphores, des hydries, et des pithoi, c’est-à-dire les formes utilisées ailleurs (...)

33Pourtant, il est également possible d’interpréter le choix de ce lieu de dépôt secondaire, à proximité immédiate du lieu de dépôt primaire et au contact même de l’ancienne sépulture, comme un moyen de préserver indirectement une part de la charge symbolique des vestiges. Le respect des sépultures anciennes est en effet particulièrement frappant dans les nécropoles mégariennes où les cas de bouleversements de tombes par des structures plus récentes sont extrêmement rares. Même les sépultures les plus modestes – et les plus vulnérables, semblent avoir bénéficié de ce respect : plusieurs petites fosses rectangulaires creusées dans la roche, remplies de fragments de grands vases de différentes époques22 mais dépourvues de restes osseux, pourraient en effet être interprétées comme des dispositifs destinés à recevoir les restes des sépultures à enchytrisme involontairement détruites par l’implantation de nouvelles tombes. Le rassemblement des débris dans ces fosses pourrait alors être compris comme un signe de respect et d’une volonté de rassembler et conserver dans l’espace funéraire les vestiges des morts plus anciens, malgré le bouleversement accidentel de leur sépulture. Même déplacés, même sortis de la tombe, certains objets liés aux morts garderaient donc une charge symbolique forte.

34Dans cette optique, les objets déplacés au moment des réductions, mais conservés à l’intérieur du sarcophage, au contact immédiat du défunt qu’ils accompagnaient à l’origine, gardent plus probablement encore une valeur forte et leur statut d’offrande : la nature funéraire du dépôt compterait plus que la mise en scène de laquelle il participe. L’importance de l’agencement des objets par rapport au cadavre dans la tombe devrait donc être relativisée : sans doute significative au moment des funérailles, elle pourrait néanmoins être modifiée par la suite sans que cela ne soit considéré comme une atteinte à la sépulture en soi.

3. 2. 2. Des offrandes collectives ?

35Si les objets déplacés semblent donc conserver le statut qui était le leur au moment du premier dépôt, on peut s’interroger sur le statut des objets ajoutés a posteriori au fil des réouvertures : à partir du moment où il y a déjà un mort dans la tombe, les dépôts successifs pouvaient-ils lui être indirectement destinés ? Existait-il des offrandes spécifiques, destinées au(x) défunt(s) déjà présents dans la sépulture, des offrandes collectives ? Certains petits vases à libations ou à parfum peuvent-ils être interprétés comme les indices de rituels d’apaisement ou de purification pour accompagner un acte potentiellement perçu comme sacrilège, le bouleversement d’une sépulture ?

36La pratique des réductions pourrait de fait être convoquée pour expliquer la présence d’importants dépôts de mobilier sur la couverture de certaines tombes, comme le petit sarcophage T004 déjà mentionné plus haut. Deux cas de figure sont possibles : soit les vases déposés sur la couverture de la tombe correspondent à un curage partiel du sarcophage particulièrement riche en mobilier, afin de ne garder à l’intérieur que les vases les plus récents et les plus beaux ; soit le dépôt extérieur correspond à une autre forme d’offrande qui pourrait avoir pour destinataire non pas un seul des sujets de la tombe, mais peut-être la tombe elle-même comme un tout, voire les sujets qu’elle contenait dans leur ensemble.

37La validation de l’une ou l’autre hypothèse repose en réalité largement sur la datation des objets. Si le mobilier déposé à l’extérieur de la tombe est plus ancien que celui découvert à l’intérieur, l’hypothèse du curage partiel s’impose logiquement : un dépôt plus récent est venu remplir le sarcophage, reléguant les objets anciens à l’extérieur de la tombe. Dans le cas de la tombe T004 cependant, le mobilier extérieur à la cuve est contemporain du mobilier le plus récent découvert à l’intérieur du sarcophage : le dépôt extérieur est donc contemporain du dernier dépôt intérieur. Soit il s’agit d’un dépôt destiné au dernier inhumé – mais alors on en revient à la première question : pourquoi mettre une partie du mobilier dans la tombe et l’autre en dehors, alors même qu’il s’agit des mêmes catégories d’objets ? Soit il faut retenir l’hypothèse d’un dépôt global, destiné à l’ensemble des occupants de la tombe. Une sorte d’hommage et d’excuse pour le dérangement.

38Certes, il n’est guère possible de dépasser ici le stade de l’hypothèse. Il est cependant intéressant de noter que les vases déposés hors de la tombe ont été placés directement sur les dalles de couverture et non sur les côtés ou près des angles : faisant obstacle à la réouverture de la tombe, ils scellent symboliquement la fermeture du sarcophage. Les dépôts massifs de mobilier sur la couverture de certains sarcophages pluriels pourraient donc constituer les vestiges d’un rituel de fermeture de la tombe après la dernière déposition. Il n’est guère possible de savoir cependant si cette « fermeture » était considérée comme définitive ou seulement temporaire, jusqu’à une prochaine déposition qui n’a pas toujours eu lieu.

3. 3. Le casse-tête de l’attribution

39Les nombreux remaniements de la mise en scène funéraire constatés dans les sépultures plurielles rendent donc considérablement plus complexe l’interprétation symbolique du statut des objets autour de la tombe, mais l’accumulation et le déplacement des vestiges posent surtout de redoutables problèmes d’attribution : dès lors que les os et les objets ont été déplacés, souvent plusieurs fois, mélangés, oubliés, et parfois sortis de la tombe, réattribuer à chaque individu les objets qui ont accompagné ses funérailles et tenter de reconstituer les différentes étapes de la mise en scène funéraire peut apparaître comme une gageure.

3. 3. 1. Redde Caesari quae sunt Caesaris… si possible

40Le cas le plus facile d’attribution du mobilier dans les sépultures plurielles concerne généralement le dernier inhumé : placé au centre de la tombe, dans un espace relativement dégagé, le squelette en connexion anatomique plus ou moins stricte présente encore une certaine intégrité qui permet de restituer plus aisément la localisation des objets qui l’accompagnaient. Ainsi, dans la tombe 16 du secteur Cementeria, qui contenait deux femmes, dont une âgée, et un sujet très robuste, probablement de sexe masculin, le mobilier archéologique se résume à deux épingles découvertes en position fonctionnelle au niveau du torse du dernier inhumé : ces objets lui sont donc indéniablement associés. L’attribution aurait en revanche été beaucoup plus complexe si les épingles s’étaient trouvées dans l’amas d’ossements en réduction.

  • 23 À moins qu’il y ait eu un certain nombre de dépôts simultanés, ce qui fausse le décompte.

41La complexité de l’attribution croît ainsi de manière proportionnelle au nombre de pièces de mobilier et à celui des défunts – ce dernier permettant d’estimer le nombre minimal de remaniements de la mise en scène funéraire23. Mais la nature exacte de ces remaniements reste malheureusement imprécise : y a-t-il un nettoyage systématique et minutieux de la tombe avant chaque nouveau dépôt ? Ou la réduction peut-elle être partielle, les officiants repoussant sommairement les os et les objets pour faire une place au centre de la tombe sans se soucier outre mesure de l’agencement des anciens vestiges ? Les sépultures plurielles étudiées à Mégara Hyblaea montrent clairement que la pratique n’était pas uniforme, et qu’il existait différents degrés de minutie dans la mise en œuvre de la réduction : ainsi dans certaines sépultures, les os longs ont été rassemblés et triés, les blocs céphaliques isolés, les os courts ramassés avec soin ; dans d’autres au contraire, les os ont été sommairement repoussés sur les côtés de la tombe, sans égards ni rigueur, tout simplement comme si, penché au bord de la fosse, quelqu’un avait étendu le bras et balayé la cuve d’un revers de la main. Les pratiques sont si différentes qu’il est bien difficile de savoir, lorsque le mobilier abonde, si les objets situés au centre de la tombe étaient bien destinés au dernier défunt, ou s’il s’agit seulement d’oublis, de « ratés de réduction » lorsque la réorganisation de la tombe n’a pas été soigneusement faite.

42La tombe 3 du groupe fouillé par G. Vallet et F. Villard dans la nécropole Sud en 1953 (W003) présente un bon exemple des redoutables problèmes d’attribution posés par les sépultures plurielles. Ce sarcophage monolithique (Figure 2) contenait en effet les restes de quatre individus : deux adultes et un enfant, dont les ossements étaient réduits à une des extrémités de la cuve, près du crâne du dernier sujet inhumé qui se trouvait être une femme adulte en décubitus. Le sarcophage contenait également 8 pièces de mobilier : un lécythe attique, un alabastre de bucchero ionien, une coupe locale à fond plat, une petite olpè et une oinochoè locales, une coupelle à lèvre pendante, un skyphos de type corinthien et enfin un gros lécythe de type samien (Figure 3). La coupe locale à fond plat, brisée en deux fragments placés sur l’hémi-thorax gauche du dernier inhumé, lui était directement associée, tout comme le skyphos de type corinthien qui recouvrait partiellement son coude droit. L’attribution du mobilier déposé dans la région céphalique du dernier inhumé est cependant nettement plus problématique puisqu’il s’agit d’une zone de contact avec les ossements en réduction : ainsi si le lécythe attique, placé immédiatement au contact du crâne, semble plutôt appartenir au lot récent, il est difficile de se prononcer sur l’attribution de la petite oinochoè locale qui se trouvait à gauche du crâne du dernier sujet, au-dessus de l’épaule. La coupelle à lèvre pendante, l’alabastre et l’olpè sont pour leur part mal localisés dans la tombe : il n’est donc pas possible de se prononcer sur leur attribution. Le cas du gros lécythe de type samien, enfin, apparaît particulièrement problématique : basculé près du genou droit du sujet en décubitus, il semblait d’abord pouvoir lui être associé. Cependant, la disjonction du genou constatée par H. Duday, ainsi que le fort pendage du fémur droit visible dès l’ouverture de la tombe (suggérant une surélévation du genou au moment de la mise en terre) semblent indiquer que le lécythe samien était déjà en place, basculé sur le fond de la cuve, au moment de la dernière inhumation. Il était donc probablement associé à un des dépôts les plus anciens.

  • 24 Ici c’est, de loin, l’objet le plus volumineux de la tombe.

43La raison pour laquelle il aurait été laissé en place au moment de la réduction des corps et du ramassage des autres pièces de mobilier est cependant difficile à comprendre : il ne s’agit pas d’une simple épingle, ou d’un petit aryballe, d’un objet qui aurait pu en somme passer facilement inaperçu et échapper à l’attention des officiants au moment de la réduction. Il s’agit, au contraire, d’un vase volumineux24, d’une forme originale et relativement encombrante. Il est donc difficile d’imaginer qu’il ait été simplement oublié là au moment de la réduction et que les préposés à l’inhumation ne se soient pas aperçus, en déposant le cadavre, que quelque chose empêchait le membre inférieur droit de reposer à plat. D’un autre côté, les raisons pour lesquelles le lécythe aurait été volontairement laissé en place, basculé au fond de la fosse, paraissent au moins aussi difficiles à établir : si on avait voulu laisser un élément ancien associé au nouveau corps, il aurait paru logique au moins de le redresser pour ne pas gêner le dépôt du cadavre.

  • 25 S’il eût été plus facile de déplacer la petite dalle de couverture, l’ouverture ainsi pratiquée aur (...)

44L’hypothèse d’un oubli accidentel paraît donc la plus probable. Or, cet oubli s’explique d’autant mieux si l’on suppose que l’extrémité ouest de la cuve n’était pas aussi visible ni aussi accessible que l’extrémité est au moment de la réduction. Cette hypothèse s’appuie sur l’observation attentive de la couverture du sarcophage, composée de deux dalles de longueurs inégales : il est en effet possible que seule la dalle est, la plus longue (117 cm), ait été soulevée pour procéder à la dernière inhumation, tandis que la dalle ouest, plus courte (67 cm), aurait été laissée en place25. La réduction du ou des corps précédemment déposés dans la tombe aurait ainsi été réalisée dans ces conditions de visibilité limitée, dans lesquelles « l’oubli » du lécythe samien ne paraît plus invraisemblable. Le corps du dernier défunt, introduit par l’est les pieds devant, serait ainsi venu couvrir le vase sans que cela ne soit remarqué par les officiants puisque les membres inférieurs, à l’ouest de la cuve, se seraient trouvés cachés par la dalle laissée en place.

45Si un tel concours de circonstances peut être envisagé pour expliquer la situation observée dans la tombe W003, cet exemple montre surtout la complexité des situations engendrées par la pratique des réductions dans les sépultures plurielles. De manière générale, il semble que les objets relatifs aux dépôts anciens aient été déplacés en même temps que les ossements, mais dans certains cas particuliers, il a pu arriver qu’une partie au moins de la mise en scène funéraire soit conservée et que certains objets liés aux premières dépositions restent en place même après la réouverture de la tombe, pour des raisons strictement pratiques parfois, mais peut-être symboliques dans d’autres cas difficiles à appréhender.

3. 3. 2. Chronologie et travail sur les lots

46Dès lors que le constat de cette absence de règle et de cette imprévisibilité est fait, l’attribution des objets dans les sépultures plurielles peut sembler une mission impossible dans laquelle il serait inutile autant qu’imprudent de se lancer. Deux pistes permettent néanmoins de progresser pas à pas dans la réattribution des vases et, par conséquent, dans la restitution des différents états successifs de la mise en scène funéraire dans les sépultures plurielles.

  • 26 C’est-à-dire toutes les tombes pour lesquelles une étude anthropologique postérieure à la fouille a (...)

47La première piste consiste à s’efforcer de parvenir à une chronologie fine du mobilier funéraire pour tenter de définir des « lots » d’objets chronologiquement cohérents entre eux qui pourraient être associés et attribués à un même défunt. Certes, cela suppose de faire l’hypothèse d’une certaine homogénéité chronologique des dépôts funéraires associés à chaque individu, et d’écarter la possibilité qu’un même sujet ait pu recevoir des objets produits à plusieurs décennies d’intervalle. En réalité, l’étude des dépôts funéraires des sépultures strictement individuelles26 de Mégara Hyblaea a permis de montrer que l’écart chronologique entre les objets associés à un même défunt n’était jamais supérieur à un demi-siècle. Or, certaines sépultures plurielles contenaient des objets qui présentaient des écarts chronologiques pouvant aller jusqu’à près d’un siècle, indice probant de la juxtaposition de plusieurs « lots » de mobilier distincts. Ainsi, dans le sarcophage W003, l’attribution du lécythe attique au dernier inhumé, proposée d’abord d’après la localisation de l’objet dans la tombe, est confirmée par sa datation tardive, vers 530 av. J.‑C. : élément du mobilier le plus récent du sarcophage, il est logiquement associé au dernier individu qui y a été déposé. Le lécythe samien en revanche, daté du début du vie siècle av. J.‑C. environ, doit être attribué à un lot plus ancien - ce qui confirmerait l’hypothèse d’un oubli involontaire du vase au moment de la réduction pratiquée pour la mise en place du dernier défunt. L’objet devrait donc bien être attribué à l’un des sujets en réduction. Ainsi, plus la chronologie du mobilier est fine, plus facile il est de distinguer les lots d’objets et d’établir le nombre de phases de dépôts qui ont conduit à l’état de la tombe au moment de son ouverture par les archéologues – et donc de réattribuer à chaque individu les objets qui lui appartenaient à l’origine.

48Pourtant, l’attribution du mobilier par la méthode chronologique a ses limites, et non des moindres. La première concerne le type d’objets présents dans la tombe : si la chronotypologie des vases grecs d’importation est aujourd’hui précise et relativement consensuelle, les productions locales sont encore bien trop mal connues pour donner prise à ce type de réflexion. En l’absence de fossile datant fiable, il n’est donc pas possible de distinguer les lots d’objets sur des critères chronologiques. En outre, même pour les catégories d’objets les mieux connues, la fourchette de datation la plus précise que l’archéologue peut fournir couvre toujours une vingtaine d’années - dans le meilleur des cas. Or, un tel intervalle est largement suffisant pour procéder à plus d’une dizaine de dépôts et de réductions d’individus dont le mobilier d’accompagnement serait pourtant considéré comme contemporain du point de vue archéologique. La chronologie ne peut donc servir à l’attribution des objets que dans les sépultures plurielles utilisées pendant un très grand intervalle de temps – encore les phases intermédiaires des dépôts sont-elles, dans ces sépultures aussi, bien souvent gommées par ce type d’approche. L’attribution des objets placés au milieu des amas de réduction, pour une double raison de localisation et de chronologie, est ainsi beaucoup plus difficile à proposer. Établir une chronologie fine du mobilier dans les sépultures plurielles est donc une étape indispensable à la restitution des différentes phases de dépôts dans la tombe et à l’attribution du mobilier, mais elle est loin d’être suffisante.

49Une seconde piste de réflexion pour progresser dans la compréhension des sépultures plurielles consiste à travailler sur les catégories fonctionnelles des objets eux-mêmes, en se demandant si certains types d’objets étaient plus spécifiquement destinés aux hommes, aux femmes ou aux enfants, aux jeunes mariées ou aux nourrissons non sevrés. En d’autres termes il s’agit de savoir si certains types d’objets étaient réservés à certaines catégories d’individus définies, en partie au moins, par des caractéristiques biologiques. En croisant les données archéologiques et anthropologiques, il serait alors possible de reconstituer les lots et de les associer à un sujet de la tombe plutôt qu’un autre.

  • 27 L’enfant n’est cependant représenté que par un fragment de diaphyse tibiale, qui pourrait être erra (...)

50En procédant d’abord à l’étude des sépultures individuelles des nécropoles mégariennes, nous avons ainsi essayé d’établir des liens entre l’identité biologique des défunts et les caractéristiques archéologiques du mobilier qui les accompagnait. Contrairement à ce qui était attendu, le sexe des individus n’est pas apparu comme un critère fort de différenciation du mobilier et il a été difficile de mettre en évidence des catégories d’objets strictement féminins, ou d’autres strictement masculins. Les résultats ont en revanche été plus probants avec les enfants, auxquels certaines catégories de mobilier sont apparues de fait strictement réservées. En appliquant les grilles d’attribution obtenues dans les sépultures individuelles aux sépultures plurielles, il a donc été possible de progresser dans les attributions de mobilier. Ainsi pour le sarcophage W003, l’étude anthropologique avait montré la présence d’une femme adulte de plus de 30 ans, dernière inhumée, ainsi que d’un grand enfant âgé de 10 à 14 ans27 et de deux adultes, l’un probablement de sexe masculin, l’autre probablement de sexe féminin, tous trois en situation de réduction. Par leur localisation et leur chronologie, la coupe et le lécythe attique avaient déjà pu être associés à la femme adulte en décubitus, mais en combinant chronologie et grille d’attribution, il a été possible d’aller plus loin. L’alabastre de bucchero ionien, qui relève du lot de mobilier ancien par sa datation vers 600 av. J.‑C., et qui doit donc être associé à un des sujets en réduction, appartient ainsi aux catégories d’objets associés de manière privilégiée aux femmes : il a donc probablement été déposé avec le sujet réduit de sexe féminin probable. Ce genre d’attribution spécifique ne fonctionne pas bien sûr pour tous les types de mobilier et ces catégorisations doivent toujours être appréhendées avec la plus grande prudence : combinées à une étude chronologique du mobilier la plus fine possible, elles apportent néanmoins une pierre modeste à l’édifice de la compréhension des sépultures plurielles.

4. Conclusion

51L’analyse des pratiques funéraires observées dans les nécropoles de Mégara Hyblaea a permis de mettre en évidence deux grands problèmes méthodologiques pour la compréhension du statut des objets en contexte sépulcral. Le premier est l’absence de lien direct entre le statut symbolique des objets (offrandes, parures personnelles ou objets fonctionnels) et leur positionnement dans ou hors de la tombe, avec ou « tout contre » le mort. Le second, la possibilité d’une évolution du statut des objets au fil des remaniements de la mise en scène funéraire que constitue chaque nouvelle déposition dans les sépultures plurielles : si le déplacement détruit l’agencement et brise la cohérence du dépôt, il ne semble pas pour autant diminuer la portée symbolique de l’objet funéraire en soi, qui paraît respecté, dans ou hors de la tombe, à Mégara Hyblaea. L’usage des sépultures plurielles a cependant induit certains rites et certaines pratiques qui complexifient notablement la compréhension de la sépulture et l’attribution du mobilier qu’elle contenait. Offert, usé, placé et déplacé, partagé ou réattribué, l’objet en contexte sépulcral apparaît donc comme l’acteur, le témoin - et un peu la victime des mises en scène funéraires à l’intérieur et autour de la tombe à Mégara Hyblaea.

Fig. 1.

Fig. 1.

Carte de localisation des nécropoles de Mégara Hyblaea. Courtoisie de H. Tréziny.

Fig. 2.

Fig. 2.

La tombe W003. Archives de l’EFR, négatif MHO 593.

Fig. 3.

Fig. 3.

Le mobilier du sarcophage W003. Archives de l’EFR, négatif MH 960.

Haut de page

Bibliographie

Boardman, J., 1988, Sex Differentiation in Grave Vases, Annali Di Archeologia e Storia Antica. Dipartimenti Di Studi Del Mondo Classico e Del Mediterraneo, 10, p. 171 – 179.

Cavallari, F. S. et Orsi, P., 1892, Megara Hyblaea: storia, topografia, necropoli e anathemata, Monumenti Antichi dei Lincei, I, col. 689-950.

Duday, H., 2006, Lezioni di archeotanatologia, archeologia funeraria e antropologia di campo, Rome.

Duday, H., Bérard, R.-M. et Sourisseau, J.‑C., 2013, Les vases en céramique utilisés comme réceptacles funéraires : sépultures primaires à inhumation ou dépôts secondaires à crémation ? Quelques réflexions à propos de la nécropole méridionale de Mégara Hyblaea, dans S. Bouffier et H. Hemary (dir.), L’Occident grec de Marseille à Mégara Hyblaea. Hommage à Henri Tréziny, Paris, Aix-en-Provence, p. 215-228.

Gras, M., Tréziny, H. et Broise, H., 2004, Mégara Hyblaea. 5. La ville archaïque : l’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome.

Leclerc, J. et Tarrête, J., 1988, Sépulture, dans A. Leroi-Gourhan (éd.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, p. 963-964.

Haut de page

Notes

1 Qu’il s’agisse d’un seul individu ou de plusieurs déposés simultanément.

2 Sur les implications possibles des processus taphonomiques dans les différents types de tombes, voir: Duday, 2006, p. 27-34.

3 Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, VI, 4.

4 La ville hellénistique est cependant bien plus modeste que la ville archaïque: Gras et al, 2004, p. 8-9. En outre, si on a cru longtemps le site entièrement abandonné après la destruction gélonienne, les études récentes et encore inédites menées par l’équipe de recherche mégarienne sur la céramique découverte dans les contextes d’habitat indiqueraient néanmoins une présence ponctuelle à l’époque classique.

5 La date du premier rempart primitif de Mégara Hyblaea pourrait se situer, selon les hypothèses, dès 700 av. J.‑C. ou un peu plus tardivement, vers 640-630. Gras et al, 2004, p. 299-301.

6 Il s’agit néanmoins d’inhumations d’enfants en amphore, datées par le contenant. Or, l’intérêt pour ce type de vases est relativement récent et ils n’ont pas été étudiés - et rarement conservés, dans les fouilles du xixe siècle de P. Orsi. Il est donc particulièrement difficile de savoir si des enchytrismes du viiie siècle n’existaient pas également dans la nécropole Ouest.

7 Dont un peu plus de 300 seulement sont publiées à ce jour. Cavallari, Orsi, 1892.

8 Qu’il me soit permis de remercier une fois encore ici M. Gras et H. Duday qui m’ont donné un accès libre et entier à leur documentation et aux archives de fouilles, tout en m’apportant une aide et un soutien constants et précieux pour le développement de ces analyses.

9 Les nombres proposés reflètent l’état actuel de la recherche et sont susceptibles de varier modérément en fonction de l’avancement de ces travaux.

10 À propos de la distinction des réceptacles céramiques entre contenant d’inhumations et contenant de crémations en l’absence de vestiges anthropologiques, voir: Duday et al., 2013.

11 Qui ne sont, en réalité, ni dans, ni hors de la tombe puisqu’ils sont eux-mêmes, la tombe. Leur statut sera donc discuté en détail plus loin.

12 Du moins de celles repérées au moment de la fouille.

13 Les inhumations d’enfants en vase, simplement déposées dans des anfractuosités de la roche, constituent en effet des structures particulièrement vulnérables.

14 Menée par H. Duday (CNRS).

15 J. Boardman a en effet montré que, de la période Protogéométrique jusqu’au Géométrique récent, les crémations masculines étaient exclusivement placées dans des amphores à anses verticales, tandis que les crémations féminines étaient placées dans des amphores à anses horizontales, ancêtre de l’hydrie. Boardman, 1988.

16 Réalisées par D. Castex et P. Sellier (CNRS).

17 Il n’est malheureusement pas possible de proposer une étude similaire pour la nécropole Ouest mais le dépôt dans l’une ou l’autre nécropole ne semble pas avoir dépendu de critères d’âge, de sexe ou de statut social. L’hypothèse d’une chronologie différente des deux ensembles ou d’une distinction en fonction des quartiers d’habitation paraît plus probable.

18 La définition de « tombe » est ici problématique: la tombe se résume-t-elle au seul réceptacle funéraire lui-même (le sarcophage ou le grand vase par exemple), ou faut-il considérer qu’elle englobe l’ensemble du système funéraire (le réceptacle, la fosse dans laquelle il est déposé, éventuellement sa couverture et les éléments de sa signalisation)? Les objets donc il sera question ici se trouvaient souvent en dehors du réceptacle funéraire lui-même, mais dans la même fosse. Par opposition aux objets dans la tombe, ils ont été appelés objets hors la tombe, ainsi prise dans son acception restreinte.

19 Les objets portés par le défunt (bijoux, vêtements, éléments d’attache) ne constituent pas à proprement parler des offrandes funéraires, puisqu’ils appartiennent à un individu qui les portait de son vivant, mais ils ne sont pas non plus strictement fonctionnels dans la mesure où ils participent de la définition du statut de l’individu. Ils constituent donc une catégorie intermédiaire complexe.

20 Ce terme désigne à la fois les sépultures multiples, dans lesquelles plusieurs individus ont été déposés simultanément et les sépultures collectives, dans lesquelles les dépôts ont été successifs. À propos de cette distinction, voir: Leclerc, Tarrête, 1988.

21 Pour des raisons pratiques évidentes, la réduction implique en effet un délai suffisamment grand entre deux dépositions pour que les premiers corps soient déjà réduits à l’état de squelette au moment de la réouverture.

22 Principalement des amphores, des hydries, et des pithoi, c’est-à-dire les formes utilisées ailleurs dans les nécropoles pour les inhumations d’enfants.

23 À moins qu’il y ait eu un certain nombre de dépôts simultanés, ce qui fausse le décompte.

24 Ici c’est, de loin, l’objet le plus volumineux de la tombe.

25 S’il eût été plus facile de déplacer la petite dalle de couverture, l’ouverture ainsi pratiquée aurait néanmoins été insuffisante pour permettre de déposer aisément un nouveau corps dans la tombe.

26 C’est-à-dire toutes les tombes pour lesquelles une étude anthropologique postérieure à la fouille a pu prouver qu’elles étaient strictement individuelles, soit 97 sépultures.

27 L’enfant n’est cependant représenté que par un fragment de diaphyse tibiale, qui pourrait être erratique – auquel cas ce sujet ne devrait pas être pris en compte dans l’analyse. Il est également possible que cet unique fragment soit le seul vestige d’un état précédent de l’utilisation du sarcophage, qui aurait été vidangé avant une nouvelle utilisation pour le dépôt des trois sujets adultes bien mieux représentés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Carte de localisation des nécropoles de Mégara Hyblaea. Courtoisie de H. Tréziny.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1584/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 2.
Légende La tombe W003. Archives de l’EFR, négatif MHO 593.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1584/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 3.
Légende Le mobilier du sarcophage W003. Archives de l’EFR, négatif MH 960.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1584/img-3.png
Fichier image/png, 739k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reine-Marie Berard, « L’objet dans les nécropoles mégariennes : réflexion méthodologique autour de la notion de « dépôt funéraire » », Pallas, 94 | 2014, 103-122.

Référence électronique

Reine-Marie Berard, « L’objet dans les nécropoles mégariennes : réflexion méthodologique autour de la notion de « dépôt funéraire » », Pallas [En ligne], 94 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/1584 ; DOI : 10.4000/pallas.1584

Haut de page

Auteur

Reine-Marie Berard

Doctorante, Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne
rmberard@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org