Navigation – Plan du site
III. Le cas de la Grande-Grèce et du monde gréco-romain

La Tombe Strada de Francavilla Marittima et les modes de représentations funéraires de femmes éminentes dans une communauté indigène de la Calabre au viiie s. av. J.–C.

The Strada tomb of Francavilla Marittima and modes of burial representations of rich women in an indigenous community of Calabria in the eighth century BC
Rossella Pace
p. 123-137

Résumés

La nécropole de l’âge du Fer de Macchiabate a Francavilla Marittima (Calabre, Italie) a livré une série de tombes féminines adultes riches du viiie siècle avant J.–C. A côté d’un standard funéraire dans lequel les défuntes sont vêtues d’un costume orné d’objets de bronze représentatifs de leur statut familial (tombe 67), on distingue d’autres formes de représentation. Dans certains cas, il s’agit de variantes du modèle précédent (tombe 60) ; dans d’autres de types originaux qui se marquent par la présence d’ustensiles cérémoniels particuliers, comme l’amphore de transport du vin et le grand couteau (tombe 8) ou la phiale importée de Méditerranée orientale (tombe Strada). Les nouvelles découvertes soulignent la diversité de ces manifestations funéraires, qui prennent place dans différents secteurs de la nécropole.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Zancani Montuoro, 1970-1971, p. 9-33 ; Formigli, 1970-1971, p. 34-36 ; Pace, 2008, p. 81-90.

1La tombe Strada de Francavilla Marittima est une riche sépulture de l’âge du Fer de la Calabre, qui a livré l’un des vases en bronze originaires de Méditerranée orientale les plus anciens connus en Italie du Sud1. Elle a été mise au jour dans la grande nécropole du centre indigène de Francavilla Marittima en Calabre ionienne, à la limite de ce qui deviendra à la fin du viiie siècle avant J.‑C. le territoire de la colonie achéenne de Sybaris.

  • 2 Foti, Zancani Montuoro, 1965-1966 ; Zancani Montuoro, 1970-1971 ; Zancani Montuoro, 1974‑1976 ; Zan (...)

2La nécropole, qui est située au lieu-dit Macchiabate, est connue principalement par les fouilles qu’y a menées la célèbre archéologue italienne Paola Zancani Montuoro de 1963 à 1969. Plus de 150 sépultures ont été mises au jour2.

  • 3 Zancani Montuoro, 1980-1982, p. 7-129 ; Zancani Montuoro, 1983-1984, p. 7-109.

3L’ensemble le plus important est celui de Temparella, un tumulus collectif qui n’a été fouillé qu’à moitié, mais qui a tout de même livré 93 tombes3. C’est cette zone de Temparella qui permet le mieux de définir les modèles funéraires en usage à l’âge du Fer, c’est-à-dire ici tout au long du viiie siècle avant J.‑C. On considérera ici trois tombes représentatives qui nous permettront de comprendre la particularité de la tombe Strada.

  • 4 Zancani Montuoro, 1983-1984, p. 41-47, pl. 26-29.

4La première, la tombe 67 (fig. 1), est une tombe de femme adulte qui présente toutes les caractéristiques de cette catégorie très bien représentée à Temparella4. Elle date de la première moitié du viiie siècle. La défunte devait porter un vêtement composé de deux pièces superposées : d’une part une tunique maintenue sur la poitrine par une ou plusieurs petites fibules à plaquette d’os, que l’on trouve dans les tombes féminines depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte ; d’autre part un manteau accroché sur les épaules par deux paires de fibules en bronze à quatre spirales, qui est caractéristique des tombes de femmes adultes.

  • 5 Sur ce type particulier de parure, voir Zancani Montuoro, 1974-1976, p. 83-92 ; Pace, 2012, sous pr (...)

5Un élément important, également caractéristique des tombes de femmes adultes, peut-être à partir du mariage ou de la maternité, est le disque composite en bronze, porté à la ceinture, qui est constitué de deux pièces assemblées, déposées systématiquement démontées5. Le vêtement comprend par ailleurs deux autres ensembles d’objets. Les uns se trouvent dans les tombes d’enfants et de jeunes adultes (torque, bagues, bracelets, pendentifs). Les autres sont caractéristiques des femmes adultes, jusqu’à la vieillesse : groupes d’anneaux enchaînés, pendentif en rouelle, spirales de tresses.

  • 6 Torelli, 1997 ; Bartoloni, 2003, p. 117-123.
  • 7 On en connaît onze au total, trouvées dans des tombes de femmes adultes : T8 ; T62 (sépulture multi (...)
  • 8 Sur les orientalia trouvées à Francavilla Marittima, voir Pace, 2008.

6Deux fusaïoles évoquent le travail textile, qui tient une place si importante dans la définition du statut des femmes adultes de l’âge du Fer italien6. Elles sont relativement rares à Francavilla dans la nécropole7. Aux pieds de la défunte se trouve une grande olla indigène en terre cuite, qui est le vase rituel traditionnel des tombes de l’âge du Fer en Italie du sud. Un seul objet est importé : c’est un scarabée en faïence égyptien de la fin du ixe ou début du viiie siècle8, qui était une amulette, peut-être héritée.

7La tombe 67 livre un exemple parfait de la manière habituelle de représenter une femme adulte éminente dans la tombe, par la multiplication des éléments de vêtement et de parure locale, qui chacun donne une précision supplémentaire sur l’appartenance à une classe d’âge, à un statut familial ou social. Dans ce modèle, l’objet étranger est discret et a la valeur magique attachée aux bijoux exotiques.

  • 9 Zancani Montuoro, 1974-1976, p. 13-50, pl. 1-18.

8Le deuxième ensemble intéressant est celui de la tombe 60 (fig. 2). C’est la plus riche des tombes féminines de Temparella et de toute la nécropole9. Elle présente certaines des caractéristiques de la précédente comme la présence d’un torque et des perles d’ambre, du disque composite démonté porté à la ceinture et des deux paires de fibules à spirales du manteau.

9Mais c’est là que l’on note des différences dans la « mise en scène » des objets dans la sépulture : les quatre fibules ne sont pas sur les épaules, mais déplacées au-dessus de la zone où reposait le crâne, où devait aussi se trouver le manteau, plié près de la tête de la défunte. Le tout est recouvert par un bassin en bronze de type villanovien importé de l’Etrurie méridionale tyrrhénienne, qui est le seul objet étranger du mobilier. Ce vase métallique ne se substitue pas, mais s’ajoute, aux vases indigènes rituels déposés près des pieds, comme l’olla et la jatte à une anse.

10S’ajoute aussi au vêtement un autre ensemble d’objets métalliques indigènes qui est déposé près de la ceinture, peut-être à côté du corps : un chalcophone, un ensemble de tubes, un disque à anneaux concentriques mobiles, un cylindre en fil hélicoïdal.

  • 10 Zancani Montuoro, 1974-1976, p. 50 ; Kleibrink, 2010, p. 42-45.

11On note ainsi dans cette tombe plusieurs particularités : la présence du vêtement habituel de la femme adulte qui n’est pas porté ; une autre série d’ornements personnels rares qui ne sont pas non plus portés ; la présence d’un vase en bronze importé associé au manteau de femme adulte. Tous ces détails indiquent sans doute une situation particulière de la défunte au moment de sa mort : un passage de classe d’âge ou de statut, un statut mixte dans la communauté, peut-être à cause d’une origine étrangère ou bien un rôle particulier, comme cela a parfois été proposé : princesse, musicienne, prêtresse, etc10.

12Les tombes 67 et 60 ont une position centrale dans le tableau synthétique des types de tombes féminines de la Temparella, entre les tombes d’enfant et de jeunes filles et celles des femmes âgées. C’est sans doute ce qui explique la précision dans le choix et la disposition des éléments les plus significatifs du vêtement.

  • 11 Zancani Montuoro, 1980-1982, p. 29-40, pl. 11-16 ; Pace, 2011a, p. 180-183.
  • 12 Lo Schiavo, 1977-1979, p. 107- 109 ; Lo Schiavo, 2010, p. 358-392, n. 2467-2866, pl. 183-208.

13La tombe 8 (fig. 3), également féminine, présente elle aussi des caractéristiques spécifiques11. Elle est sans doute plus récente que les précédentes. Elle date du troisième quart du viiie siècle. Le vêtement comporte les deux pièces traditionnelles, la tunique maintenue par une petite fibule sur la poitrine et le manteau accroché par deux paires de fibules sur les côtés. Les fibules sont ici bien à leur place, mais il ne s’agit plus du type indigène à spirales, mais de fibules à arc revêtu d’un type originaire de l’Italie centrale tyrrhénienne12. Comme dans la tombe 60, on trouve un scarabée oriental porté en amulette au cou. Il y a bien une parure de ceinture, mais il ne s’agit plus du disque composite, mais d’un ornement constitué d’une série de perles d’ambre et surtout de pendentifs en verre en forme de fleur, d’origine probablement orientale.

14Le vêtement de la défunte est donc mixte : il conserve dans ses grandes lignes la composition du vêtement indigène traditionnel de la femme adulte, mais il intègre des innovations morphologiques issues de régions plus ou moins lointaines, comme la Campanie et la Méditerranée orientale.

15On retrouve ce même mélange dans le mobilier, qui comporte : une fusaïole locale ; un grand vase fermé qui rappelle l’olla rituelle, mais qui est en fait une amphore de transport importée, peut-être de l’Egée, placée près de la tête ; des vases nouveaux, tous importés, qui sont une pyxide grecque (vase d’usage spécifiquement féminin), près de la tête, et un bassin en bronze, originaire de la Méditerranée orientale, associé à une kotylè grecque (vase de la consommation de la boisson alcoolisée), près des pieds.

16On constate dans cette association une certaine indétermination du genre, qui se traduit par l’association des vases féminins (comme la pyxide), plutôt masculins (comme les vases du transport et de la consommation du vin) ou neutres (comme le bassin, peut-être pour les ablutions). Cette impression d’indétermination du genre est renforcée par la présence d’un grand couteau placé près de la tête et de la pyxide. C’est un type d’objet lié à la pratique du sacrifice sanglant associé plutôt au monde masculin.

17L’intrusion massive d’objets importés dans la tombe vient modifier assez profondément les modes de représentation funéraire du genre et du statut, même si pour l’essentiel l’apparence du personnage, marquée par la superposition de la tunique et du manteau traditionnels, reste inchangée.

  • 13 Voir la bibliographie à la note 1.
  • 14 Zancani Montuoro, 1966 ; Frasca 1992 ; Kleibrink Maaskant, 2003, p. 67, fig. 18,9 ; Kleibrink, 2008 (...)
  • 15 Les fouilles récentes dans le secteur de la tombe Strada ont permis de mettre au jour une tombe d’e (...)

18La dernière tombe examinée est la tombe Strada (fig. 4), qui présente elle aussi de nombreuses particularités13. La première tient à son mobilier, qui peut être daté de la première moitié du viiie siècle, comme celui de la tombe 67. La sépulture est partiellement bouleversée mais les éléments du vêtement, quoique fragmentaires, ne semblent pas avoir été touchés. Il ne comporte aucune des pièces essentielles que l’on a vues jusqu’à présent, mais un certain nombre de petites pièces que l’on trouve habituellement dans les tombes de femmes âgées. C’est notamment le cas de deux pendentifs en bronze en forme de couple14, dont on connaît de rares exemplaires dans les tombes féminines de la nécropole15 ainsi que dans le sanctuaire du Timpone Motta, au sommet de la colline de l’habitat.

19La série de vases associée à la défunte est très intéressante. Elle est composée du groupe traditionnel de l’olla et du vase à puiser (attingitoio) déposé aux pieds, auquel s’ajoute un plat (scodella) en bronze qui sert de couvercle à l’olla. Elle est complétée par une jarre et par un vase en céramique d’origine tyrrhénienne situé près de la tête. On peut noter la ressemblance assez précise entre le service déposé dans la tombe 8 et la tombe Strada, avec une proportion différente de vases locaux et importés. On retrouve ainsi dans la tombe Strada, mais au moins un demi-siècle auparavant, les caractéristiques de la tombe 8, notamment dans une certaine indétermination du genre qui provient peut-être ici de l’âge avancé de la défunte.

20Il est donc intéressant d’examiner plus en détail les caractéristiques du vase qui a fait la renommée de la tombe Strada. Il s’agit d’un plat qui servait de couvercle à l’olla rituelle placée aux pieds de la défunte.

21La décoration incisée, avec défilé de divinités égyptisantes (fig. 5a, à gauche), comme la forme, permettent d’y reconnaître une phiale décorée, originaire de la zone syro-phénicienne, très semblable aux séries que l’on trouve jusqu’à Nimrud, que l’on peut dater à la fin du ixe ou au début du viiie siècle avant J.‑C.

22A cette phiale importée a été ajoutée une anse à deux appendices sphériques, qui ressemble aux anses des bassins orientaux, chypriotes en particulier, mais qui s’insère plus précisément dans une petite série occidentale caractéristique de la Sardaigne ou de l’Etrurie tyrrhénienne (fig. 5b).

23Le détail le plus intéressant pour nous est que l’anse a été fixée par des rivets, avec des rondelles en tôle de bronze taillés dans une grande plaque de ceinture féminine indigène de l’Italie du Sud. D’autres réparations du bord interne ont été faites avec des tôles retaillées dans la même ceinture (fig. 5a, à droite). La figure 5c résume les étapes de la longue histoire du vase, avant le dépôt dans la tombe.

Quelles sont donc les caractéristiques du dépôt de ce vase exceptionnel dans la sépulture ?

  1. Il se trouve dans une tombe relativement riche, mais qui ne comporte pas les éléments spécifiques du statut éminent des femmes adultes de Francavilla à cette époque. Il est associé à une défunte dont le genre n’est pas très clairement défini.

  2. Il a suivi une série de transformations qui l’ont adaptée à un usage rituel local : l’ajout d’une anse le rend semblable aux jattes à une anse en céramique ; il est étroitement associé à l’olla rituelle.

  3. Dans son histoire, il a été associé plusieurs fois à l’univers féminin : d’abord quand il a été réparé avec une ceinture féminine, d’un type par ailleurs inconnu à Francavilla, même s’il est présent dans le site voisin de Torre Mordillo ; ensuite quand il a été déposé dans la tombe.

  • 16 Pacciarelli, 1999.

24C’est le cas de la plupart des premiers vases métalliques importés de Méditerranée orientale en Italie du sud, comme à Torre Galli16, qui se trouvent dans des tombes féminines. C’est donc finalement le vase lui-même, compte tenu de son histoire, qui désigne le mieux la tombe comme une tombe de femme éminente.

  • 17 Voir Guggisberg et al., 2010 ; Guggisberg et al., 2011 ; Guggisberg et al., 2012 ; Guggisberg et al(...)
  • 18 En fait, dans les dernières années, plusieurs sépultures étaient visibles sur le terrain dans les e (...)
  • 19 Numérotées de Strada 2 à Strada 9.

25Le dernier point à aborder est celui du contexte dans lequel se trouve la sépulture. Longtemps considérée comme une tombe isolée, les nouvelles fouilles menées depuis 2009 par l’université de Bâle17 confirment des observations effectuées précédemment18 qui suggéraient qu’elle faisait partie d’un groupe de sépultures importantes. Huit sépultures de l’âge du Fer ont été fouillées jusqu’à présent19 (fig. 6) :

  • Une tombe masculine (Strada 5) à armes qui contient la seule pointe de lance en bronze de la nécropole ;

  • Une tombe de femme (Strada 2) qui portait un vêtement recouvert de 600 appliques en bronze avec entre autre un cratère en céramique d’un type original car de technique indigène matt- painted et de forme grecque ;

  • Une tombe de femme adulte (Strada 6) avec disque composite ventral, torque et fibule, du type de la tombe 67 ;

  • Une autre tombe féminine (Strada 4) avec une robe recouverte de 475 appliques en bronze, une centaine de perles en ambre, des pendentifs, trois fusaïoles et deux poids de métier à tisser, dont un décoré avec le motif du labyrinthe, connu parmi les offrandes dans le sanctuaire, ainsi que les restes très fragmentaires d’une feuille d’argent doré provenant peut-être d’une coupe ;

  • Une sépulture d’enfant (Strada 8) qui contenait, en dehors de l’askos habituel, un petit couteau en fer et une parure composée de divers pendentifs de formes variées, parmi lesquels un exemplaire en forme de couple, qui étaient suspendus à deux colliers différents.

26Enfin, trois tombes en partie endommagées par la végétation qui recouvre le secteur, qui présentent des mobiliers funéraires beaucoup plus modestes : la tombe Strada 3, probablement celle d’un enfant ; la tombe Strada 7, qui appartient à un homme adulte ; la tombe Strada 9, pour laquelle il n’a été possible d’identifier ni le genre ni l’âge de l’inhumé.

27Sur la base des dernières fouilles, la tombe Strada serait à l’origine d’un groupe de dépositions de la seconde moitié du viiie siècle, qui s’étendait vers le nord-ouest, mais on peut supposer qu’il y avait d’autres sépultures tout autour, vers le nord, le nord-est, dans une zone encore recouverte de végétation, et au sud, dans une zone qui a longtemps fait l’objet de travaux agricoles qui ont dû détruire d’éventuelles tombes. La tombe Strada sort donc de son isolement, mais la proximité de sépultures qui obéissent plus précisément au modèle funéraire habituel à Francavilla Marittima met encore plus en relief le caractère anormal de la composition de son vêtement et de son mobilier.

28La tombe Strada reste une sépulture singulière, qu’elle soit ou non la plus ancienne du groupe duquel elle fait partie. Le fait qu’elle ne rentre pas dans les schémas d’autoreprésentation que l’on peut identifier à partir des autres tombes féminines de la nécropole de Macchiabate, particulièrement dans le secteur de Temparella, peut s’expliquer de manières distinctes :

  • Soit l’inhumée avait un statut ou une fonction particulière dans l’ensemble de la communauté œnôtre de Francavilla Marittima, qui rendait sa tombe unique dans le groupe des sépultures de femmes adultes riches ;

    • 20 Longtemps, on a cru que ces deux secteurs avaient été explorés de manière exhaustive. Pour le secte (...)

    Soit chaque secteur de la nécropole, qui pouvait être lié à un groupe lignager homogène, développait sa propre manière de représenter par le mobilier funéraire le statut éminent des femmes adultes. Alors que celui qui caractérise le secteur de Temparella est relativement bien connu (même s’il n’a été fouillé que pour moitié), il n’en va pas de même pour ceux de Cerchio Reale et Strada, qui ont livré jusqu’à présent un nombre plus réduit de sépultures20. Il n’est pas impossible que la tombe Strada réponde à un standard funéraire qui, sans être représenté à Temparella, correspondait à un type caractéristique d’autres quartiers de la nécropole.

Fig. 1.

Fig. 1.

Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur de la Temparella, tombe 67 (d’après Zancani Montuoro, 1983-1984).

Fig. 2.

Fig. 2.

Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur de la Temparella, tombe 60 (d’après Zancani Montuoro, 1974-1976).

Fig. 3.

Fig. 3.

Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur de la Temparella, tombe 8 (d’après Zancani Montuoro, 1980-1982). Echelles variées.

Fig. 4.

Fig. 4.

Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur Strada (d’après Zancani Montuoro, 1970-1971). Echelles variées.

Fig. 5a.

Fig. 5a.

La coupe en bronze de la tombe Strada et ses réparations, avec un exemple de ceinture à décoration géométrique de Sala Consilina (d’après Pace, 2011a). Echelles variées.

Fig. 5b.

Fig. 5b.

La coupe en bronze de la tombe Strada (5) et d’autres exemplaires avec des anses de même type : 1. Castel di Decima, tombe 132 ; 2. Bologna, San Vitale, tombe 759 ; 3. Populonia, Piano delle Granate, tombe X ; 4. Vetulonia, tombe del Tridente ; 6. Veio, Casale del Fosso, tombe 1032 (d’après Pace, 2011a). Echelles variées.

Fig. 5c.

Fig. 5c.

La coupe en bronze de la tombe Strada et les étapes de sa transformation (d’après Pace, 2008).

Fig. 6.

Fig. 6.

Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur Strada, nouvelles tombes (d’après Guggisberg et al., 2013).

Haut de page

Bibliographie

Bartoloni, G., 2003, Le società dell’Italia primitiva. Lo studio delle necropoli e la nascita delle aristocrazie, Rome.

Formigli, E., 1970-1971, Appendice, ASMG, n.s. 11-12, p. 34-36.

Foti, G. et Zancani Montuoro, P., 1965-1966, Scavi a Francavilla Marittima. Le premesse di un intervento sistematico e i primi risultati, ASMG, n.s. 6-7, p. 7-13.

Frasca, M., 1992, Tra Magna Grecia e Sicilia : origine e sopravvivenza delle coppie-amuleto a figura umana, BdA, 76, p. 19-24.

Guggisberg, M., Colombi, C. et Spichtig, N., 2010, Basler Ausgrabungen in Francavilla Marittima (Kalabrien). Bericht über die Kampagne 2009, AntK, 53, p. 101-113.

Guggisberg, M., Colombi, C. et Spichtig, N., 2011, Basler Ausgrabungen in Francavilla Marittima (Kalabrien). Bericht über die Kampagne 2010, AntK, 54, p. 62-70.

Guggisberg, M., Colombi, C. et Spichtig, N., 2012, Basler Ausgrabungen in Francavilla Marittima (Kalabrien). Bericht über die Kampagne 2011, AntK, 55, p. 100-111.

Guggisberg, M., Colombi, C. et Spichtig, N., 2013, Basler Ausgrabungen in Francavilla Marittima (Kalabrien). Bericht über die Kampagne 2012, AntK, 56, p. 62-71.

Kleibrink Maaskant, M., 2003, Dalla lana all’acqua. Culto e identità nell’Athenaion di Lagaria, Francavilla Marittima, Rossano.

Kleibrink, M., 2008, La Dea e L’eroe. Culti sull’acropoli del Timpone della Motta, a Francavilla Marittima, presso l’antica Sybaris, dans VII Giornata Archeologica Francavillese, Francavilla Marittima, p. 1-22.

Kleibrink, M., 2010, Parco archeologico « LAGARIA » a Francavilla Marittima presso Sibari. Guida, Rossano.

Lo Schiavo, F., 1977-1979, Alcune osservazioni sulle fibule in bronzo da Francavilla Marittima, ASMG, n.s. 18-20, p. 103-109.

Lo Schiavo, F., 2010, Le fibule dell’Italia meridionale e della Sicilia dall’età del bronzo recente al VI secolo a.C., Prähistorische Bronzefunde XIV, 14, Stuttgart.

Pacciarelli, M., Torre Galli : la necropoli della prima età del Ferro (Scavi P. Orsi 1922-1923), Soveria Mannelli.

Pace, R., 2006, La necropoli di Macchiabate : progetto di valorizzazione e fruizione, dans V Giornata Archeologica Francavillese, Francavilla Marittima, p. 38-42.

Pace, R., 2007, La ‘riscoperta’della necropoli di Macchiabate : primi risultati, dans VI Giornata Archeologica Francavillese, Francavilla Marittima, p. 6-16.

Pace, R., 2008, Orientalia a Francavilla Marittima, RStFen, 36, 1-2, p. 81-107.

Pace, R., 2011a, Le donne a Francavilla Marittima (Cosenza) tra mondo indigeno e città greca, Medicina nei Secoli Arte e Scienza, 23, 1, p. 177-204.

Pace, R., 2011b, La dea di Francavilla Marittima e le sue rappresentazioni, dans F. Quantin (éd.), Archéologie des religions antiques. Contributions à l’étude des sanctuaires et de la piété en Méditerranée (Grèce, Italie, Sicile, Espagne), Pau, p. 103-125.

Pace, R., 2012, Simboli di maternità dalle necropoli enotrie della Sibaritide, dans G.J. Burgers, G. Saltini Semerari N. Sojc (éd.), Investigating Gender in Mediterranean Archaeology, Rome, sous presse.

Torelli, M., 1997, Domiseda, lanifica, univira. Il trono di Verucchio e il ruolo della donna tra arcaismo e repubblica, dans M. Torelli (éd.), Il rango, il rito e l’immagine. Alle origini della rappresentazione storica romana, Milan, p. 52-86.

Zancani Montuoro, P., 1966, Coppie dell’età del Ferro in Calabria, Klearchos, 29-32, p. 167-224.

Zancani Montuoro, P., 1970-1971, Francavilla Marittima : Varia. A) Necropoli di Macchiabate. Coppa di bronzo sbalzata, ASMG, n.s. 11-12, p. 9-33.

Zancani Montuoro, P., 1974-1976, Francavilla Marittima : A) Necropoli. I. Tre notabili enotri dell’VIII sec. a.C., ASMG, n.s. 15-17, p. 9-106.

Zancani Montuoro, P., 1977-1979, Francavilla Marittima : A) Necropoli di Macchiabate. Saggi e scoperte in zone varie, ASMG, n.s. 18-20, p. 7-91.

Zancani Montuoro, P., 1980-1982, Francavilla Marittima : A) Necropoli e ceramico a Macchiabate. Zona T (Temparella), ASMG, n.s. 21-23, p. 7-129.

Zancani Montuoro, P., 1983-1984, Francavilla Marittima : A) Necropoli e ceramico a Macchiabate. Zona T (Temparella, continuazione), ASMG, n.s. 24-25, p. 7-110.

Haut de page

Notes

1 Zancani Montuoro, 1970-1971, p. 9-33 ; Formigli, 1970-1971, p. 34-36 ; Pace, 2008, p. 81-90.

2 Foti, Zancani Montuoro, 1965-1966 ; Zancani Montuoro, 1970-1971 ; Zancani Montuoro, 1974‑1976 ; Zancani Montuoro, 1977‑1979 ; Zancani Montuoro, 1980-1982 ; Zancani Montuoro, 1983‑1984.

3 Zancani Montuoro, 1980-1982, p. 7-129 ; Zancani Montuoro, 1983-1984, p. 7-109.

4 Zancani Montuoro, 1983-1984, p. 41-47, pl. 26-29.

5 Sur ce type particulier de parure, voir Zancani Montuoro, 1974-1976, p. 83-92 ; Pace, 2012, sous presse.

6 Torelli, 1997 ; Bartoloni, 2003, p. 117-123.

7 On en connaît onze au total, trouvées dans des tombes de femmes adultes : T8 ; T62 (sépulture multiple associée à celle d’un homme adulte, T61, et à une sépulture d’enfant qui n’a pas de numéro propre dans la publication) ; T67 ; T76 (sépulture double contenant les corps de deux femmes) ; T86 ; T88 ; V3 ; S2 et S4 dans laquelle il y en a trois (c’est la seule tombe qui en contient plus de deux et c’est aussi la seule dans laquelle ont été mis au jour deux poids de métier à tisser).

8 Sur les orientalia trouvées à Francavilla Marittima, voir Pace, 2008.

9 Zancani Montuoro, 1974-1976, p. 13-50, pl. 1-18.

10 Zancani Montuoro, 1974-1976, p. 50 ; Kleibrink, 2010, p. 42-45.

11 Zancani Montuoro, 1980-1982, p. 29-40, pl. 11-16 ; Pace, 2011a, p. 180-183.

12 Lo Schiavo, 1977-1979, p. 107- 109 ; Lo Schiavo, 2010, p. 358-392, n. 2467-2866, pl. 183-208.

13 Voir la bibliographie à la note 1.

14 Zancani Montuoro, 1966 ; Frasca 1992 ; Kleibrink Maaskant, 2003, p. 67, fig. 18,9 ; Kleibrink, 2008, p. 7-13 ; Pace, 2011b, p. 116-118.

15 Les fouilles récentes dans le secteur de la tombe Strada ont permis de mettre au jour une tombe d’enfant (Strada 8) qui contenait un pendentif de ce type : Guggisberg et al. 2013, p. 62-66, fig. 6.

16 Pacciarelli, 1999.

17 Voir Guggisberg et al., 2010 ; Guggisberg et al., 2011 ; Guggisberg et al., 2012 ; Guggisberg et al., 2013.

18 En fait, dans les dernières années, plusieurs sépultures étaient visibles sur le terrain dans les environs de la tombe Strada. Elles ne l’étaient peut-être pas encore à l’époque des fouilles des années 1960. Abandonnée pendant environ quarante ans par les archéologues, la zone de Macchiabate a fait l’objet d’un programme triennal d’études, de reconnaissance sur le terrain et de remise au jour des vestiges fouillés par Paola Zancani Montuoro, sous la direction de M. Kleibrink et moi-même (de 2006 à 2008 ; voir Pace, 2006 et Pace, 2007), donnant ainsi l’impulsion à un regain d’intérêt pour les recherches sur la nécropole.

19 Numérotées de Strada 2 à Strada 9.

20 Longtemps, on a cru que ces deux secteurs avaient été explorés de manière exhaustive. Pour le secteur Strada, les fouilles de l’Université de Bâle ont montré qu’il n’en était rien. Pour Cerchio Reale, nous sommes persuadée que cela pourrait être la même chose.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur de la Temparella, tombe 67 (d’après Zancani Montuoro, 1983-1984).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-1.png
Fichier image/png, 162k
Titre Fig. 2.
Légende Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur de la Temparella, tombe 60 (d’après Zancani Montuoro, 1974-1976).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-2.png
Fichier image/png, 238k
Titre Fig. 3.
Légende Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur de la Temparella, tombe 8 (d’après Zancani Montuoro, 1980-1982). Echelles variées.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-3.png
Fichier image/png, 890k
Titre Fig. 4.
Légende Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur Strada (d’après Zancani Montuoro, 1970-1971). Echelles variées.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5a.
Légende La coupe en bronze de la tombe Strada et ses réparations, avec un exemple de ceinture à décoration géométrique de Sala Consilina (d’après Pace, 2011a). Echelles variées.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-5.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 5b.
Légende La coupe en bronze de la tombe Strada (5) et d’autres exemplaires avec des anses de même type : 1. Castel di Decima, tombe 132 ; 2. Bologna, San Vitale, tombe 759 ; 3. Populonia, Piano delle Granate, tombe X ; 4. Vetulonia, tombe del Tridente ; 6. Veio, Casale del Fosso, tombe 1032 (d’après Pace, 2011a). Echelles variées.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-6.png
Fichier image/png, 277k
Titre Fig. 5c.
Légende La coupe en bronze de la tombe Strada et les étapes de sa transformation (d’après Pace, 2008).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-7.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 6.
Légende Francavilla Marittima, nécropole de Macchiabate, secteur Strada, nouvelles tombes (d’après Guggisberg et al., 2013).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1596/img-8.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rossella Pace, « La Tombe Strada de Francavilla Marittima et les modes de représentations funéraires de femmes éminentes dans une communauté indigène de la Calabre au viiie s. av. J.–C. », Pallas, 94 | 2014, 123-137.

Référence électronique

Rossella Pace, « La Tombe Strada de Francavilla Marittima et les modes de représentations funéraires de femmes éminentes dans une communauté indigène de la Calabre au viiie s. av. J.–C. », Pallas [En ligne], 94 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/1596 ; DOI : 10.4000/pallas.1596

Haut de page

Auteur

Rossella Pace

Chercheuse contractuelle
Università della Calabria, Dipartimento di Studi Umanistici et UMR 8546 (CNRS-ENS, EPHE), Laboratoire
AOROC
rossella.pace@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org