Navigation – Plan du site
III. Le cas de la Grande-Grèce et du monde gréco-romain

Objet peint et objet déposé auprès du défunt, même fonction ?

Le cas des tombes paestanes à l’époque classique
The painted object and the object in the tomb. A same function? The case of Paestum tombs in the Classical era
Laura Angot
p. 159-170

Résumés

Au ivsiècle avant J.‑C. à Paestum, Grecs et Lucaniens cohabitent pacifiquement. La cité connaît alors un rayonnement culturel grâce à l’important essor des ateliers de poterie et à la multiplication des tombes peintes, autant d’éléments qui viennent asseoir l’affirmation de l’aristocratie lucanienne. Au travers de ces peintures pariétales funéraires sont développées diverses scènes reflétant les pratiques quotidiennes, sportives ou encore culturelles des habitants de la cité. Mais y sont aussi figurées de simples représentations d’objets dont l’intérêt est de justement déterminer leur valeur propre et/ou complémentaire à celles des autres fresques, du mobilier funéraire déposé ou encore du genre de l’individu inhumé.

Haut de page

Texte intégral

1La découverte d’une nécropole antique offre aux archéologues et historiens de l’art des potentialités de recherches riches et variées concernant la vie des Anciens et plus particulièrement le rapport qu’ils entretenaient avec la mort. C’est pourquoi, dans le cadre de la journée d’étude « L’objet dans la tombe : acteur et témoin d’une mise en scène funéraire. Grèce et Grande Grèce de l’âge du Fer à l’époque classique », j’ai choisi d’analyser la fonction de l’objet figuré sur les peintures pariétales funéraires de nécropoles paestanes datant du ive siècle avant J.‑C. Celui-ci semble a priori complémentaire à ceux déposés auprès du défunt, mais révèle pourtant des différences entre l’utilisation matérielle et le sens iconographique qu’il peut apporter à la fresque.

  • 1 Halm-Tisserant, 2004, p. 33.

2En effet, comme le souligne Monique Halm-Tisserant, dans les arts figurés, la condition des objets est plus complexe que celle induite par la simple définition que fournirait un dictionnaire1. Ainsi, étudier l’objet peint en tant que sujet iconographique nécessite quelques réflexions sur le statut qu’il pouvait lui être attribué, par exemple sur les peintures pariétales retrouvées en milieu funéraire.

  • 2 Strabon, Géographie, V, 4, 13.
  • 3 Sur le cadre géographique de Paestum, sur son phénomène de colonisation, et sur l’organisation de s (...)
  • 4 La tombe du Plongeur, datée d’environ 480 - 470 avant J.‑C. et issue de la nécropole de Tempa del P (...)

3Mon corpus iconographique a été réalisé à partir de fresques provenant des parois de tombes de Paestum. Cette cité grecque d’Italie du Sud fut, selon Strabon, fondée à cinquante stades au sud du fleuve Sele, sur la côte de la Mer Tyrrhénienne, par des Hellènes venus de Sybaris et originaires d’Achaïe2. Les données archéologiques permettent de fixer sa date de fondation vers 600 avant J.‑C. Elle est alors nommée Poséidonia en l’honneur du dieu de la mer à qui la ville était dédiée. Par la suite, entre 400 et 273 avant J.‑C. elle fut occupée par la population italique des Lucaniens, avant de devenir une colonie romaine sous le nom usuel de Paestum3. Or, certaines nécropoles du site, qui sont définies par des tombes datant toutes du ive siècle avant J.‑C.4, ont la particularité de présenter des peintures pariétales. Au même titre que le mobilier déposé auprès du défunt, elles accompagnent le mort dans l’au-delà. Ces fresques prennent différents aspects comme ceux de scènes de prothésis, de lutte, de duel, de gynécée, de lamentation, de cortège (parfois funéraire), de voyage dans l’au-delà ou encore de combat d’animaux. Mais dans quelques rares cas, aucun personnage n’est figuré et seuls des objets sont représentés.

  • 5 On compte environ une quinzaine de nécropoles majeures dans la région paestane: Agropoli, Andriuolo (...)

4Ce dernier type de peintures pariétales funéraires a uniquement été retrouvé dans trois nécropoles différentes, alors qu’on en dénombre environ une quinzaine à Paestum5. Il s’agit de celles d’Andriuolo, de Capaccio Scalo et d’Arcioni. Au nombre de cinq, ces fresques définissent deux types de composition. D’abord, deux scènes présentent des éléments de la tenue d’un guerrier. Puis, trois autres sont constituées d’offrandes vasculaires, éventuellement associées à des grappes de raisins ou des volatiles.

5On peut ainsi se demander si ces éléments peints ont la même fonction que ceux déposés dans la sépulture, s’ils ont une valeur particulière, une valeur qui leur serait propre, ou bien au contraire une valeur complémentaire à celle du trousseau funéraire ? Pour répondre à cette question, il va d’abord être nécessaire d’étudier ces scènes individuellement. Puis, il faudra les replacer dans leur contexte en examinant les autres peintures pariétales de la tombe, mais aussi les décors apparaissant sur les céramiques. La typologie des vases est également un point non négligeable à prendre en compte. Enfin, les divers autres objets (lances, pièces de monnaie, miroir…) peuvent également renseigner sur les thématiques véhiculées au sein de la tombe.

  • 6 Cf. Rouveret, 1975, p. 598.

6Sur deux fresques provenant des tombes 28 et 61 de la nécropole d’Andriuolo, apparaissent un casque de type grec avec une crinière, une paire de jambières et une cuirasse. Sur une paroi de la tombe 28, on note la présence d’un bouclier possédant un épisème, alors que sur la peinture de la tombe 61 c’est, en revanche, un cavalier qui est figuré. L’homme, barbu et aux cheveux noirs, monte un cheval blanc. Il est vêtu d’une courte tunique rouge décorée de motifs noirs, et resserrée à la taille par une ceinture blanche. De sa main gauche, il tient deux lances d’où pendent un bouclier et une tunique blanche avec des motifs rouges. Ces objets constituent un trophée de guerre. Il s’agit donc là d’une scène de retour du guerrier à côté d’éléments constituant sa panoplie. Cette représentation, bien qu’absente de la première fresque, se retrouve toutefois sur la paroi Est qui lui est adjacente. Ici, le retour du guerrier est toutefois accompagné d’une libation réalisée par une femme tenant un skyphos, et il a lieu sous le regard de deux enfants qui marchent derrière le cheval. Il peut s’agir de deux esclaves constituant le butin de guerre. Mais le mauvais état de conservation de la paroi empêche de définir si les mains de ces deux derniers personnages sont ligotées, ce qui aurait pourtant été une caractéristique déterminante pour cette précision. Cependant, on note donc une complémentarité entre les différentes parois de la tombe 28. De plus, sur les parois Sud et Ouest apparaissent respectivement un quadrige en course et un combat entre duellistes. Le programme iconographique de ces peintures tend donc à exalter les valeurs masculines définissant l’homme dans l’Antiquité, l’homme qui s’accomplit dans le sport et dans le combat en vue de protéger sa cité. Toutefois, comme bien souvent, on ne saurait dire avec certitude s’il s’agit d’une tombe grecque ou non, bien que généralement elles soient toutes plutôt regroupées sous l’appellation de « tombes lucaniennes6 ». De même, aucune attribution sexuelle n’a pu être déterminée pour la sépulture. D’ailleurs, l’ensemble des éléments constitutifs du dépôt funéraire ne permet pas de soumettre une hypothèse dans un sens ou dans l’autre. En effet, on relève tout d’abord la présence d’un plat à poissons. Puis, une amphore à figures rouges montre, sur une face, une femme tenant un plat d’offrandes et une couronne, ainsi qu’un homme avec une couronne et le thyrse. Sur l’autre face, Éros est représenté avec une ciste et une couronne. Il s’agit donc ici de deux céramiques utilisées en milieu domestique. Mais il a également été retrouvé une coupe à figures rouges sur laquelle est peint un homme nu. Ce type de vase était utilisé dans la consommation du vin dans le cadre de banquet, comme on le verra par la suite. Il a également été mis au jour un lécythe aryballisque à figures rouges. Sur ce vase, utilisé dans le cadre de la toilette, une femme tient une branche de laurier. Enfin, un guttus, trois phiales à vernis noir et une pièce de monnaie en bronze au décor désormais illisible, viennent compléter ce trousseau funéraire.

  • 7 De plus, il est intéressant de souligner qu’aucun trésor n’a été mis au jour dans la cité. Une tell (...)

7De même, l’examen des trois autres fresques de la tombe 61 montre tout d’abord que sur la paroi Est apparait un combat entre duellistes. Sur la paroi Ouest a lieu une scène de salutation entre deux hommes sous le regard d’un troisième. Enfin, la paroi Nord dévoile un cortège constitué d’un homme, d’un vieillard conduisant un mulet, et d’un homme tenant deux lances. L’ensemble de ces peintures pariétales développent donc une iconographie purement masculine. Pourtant, il s’agit ici de la sépulture d’un individu de sexe féminin. Par conséquent, on comprend mieux la présence dans la tombe de trois lébètes gamikoi à figures rouges, vases utilisés lors des rituels matrimoniaux des futures épouses. D’ailleurs, ces trois vases exaltent une iconographie où des femmes tiennent divers objets. Dans un cas, l’action se déroule aux côtés d’Éros, dans un autre, elle se développe près d’un loutérion au cours d’une scène de toilette. Mais y ont également été figurées des scènes dionysiaques puisque sur chacune des faces du troisième vase est représentée une ménade tenant un tambourin et le thyrse. Enfin, il a également été découvert une hydrie, un skyphos, une lékanis, un lécythe, un miroir en bronze, des fragments d’une tige et dix fibules en fer, et enfin quatre pièces de monnaies en bronze. Celles-ci montrent toutes, du côté pile un portrait d’Héraclès, et du côté face une chouette. Dans la mythologie grecque, cet oiseau était l’animal sacré de la déesse Athéna et symbolisait la sagesse et l’intelligence. On peut établir un rapprochement entre la valeur héroïque et civilisatrice d’Héraclès, et celle qu’incarne la déesse de la guerre. Cependant, il n’a pu être défini si ces monnaies ont été, ou non, frappées à Paestum7.

8En définitive, la fonction des objets de l’armure de nos deux fresques est de glorifier les valeurs masculines. Pourtant, cette thématique ne se retrouve pas sur l’ensemble des peintures, ni même sur l’ensemble du dépôt funéraire.

9Sur une fresque de la tombe 1 de Capaccio Scalo et de la tombe 30 d’Andriuolo n’apparaissent que des vases utilisés dans le cadre du symposium. Dans le premier cas, sont figurées une oenochoé et une kylix. Dans le second, deux kylix sont associées à deux grappes de raisins. Or, il s’agit là du fruit indispensable pour la production vinicole qui constitue l’élément de premier ordre lors des banquets.

  • 8 On rappelle que, dans l’Antiquité, le vin n’était pas consommé pur, mais était coupé avec de l’eau. (...)
  • 9 Bron, 2003, p. 17-23.
  • 10 Exemple : oenochoé attique à figures rouges ; vers 430 - 425 avant J.‑C. ; Paris, musée du Louvre, (...)
  • 11 Exemple : cratère à colonnettes attique à figures noires, Peintre de Lydos, vers 550 avant J.‑C. ; (...)
  • 12 Exemple : canthare attique à figures noires, vers 500 avant J.‑C. ; New-York, Metropolitan Museum o (...)

10L’oenochoé est, quant à elle, un des vases destinés à servir le vin une fois celui-ci mélangé à l’eau8. La kylix, au contraire, est un type de coupe servant à le consommer. Comme le rappelle Christiane Bron dans son article, « Verser à boire »9, ce breuvage était omniprésent en Grèce antique, et ce dans divers domaines. Tout d’abord, dans le cadre des libations qui étaient généralement centrées autour d’autels ou d’éléments du culte10 ; puis lors des processions qui étaient représentées dans l’iconographie par des personnages en file se dirigeant vers un point extérieur de l’image11 ; enfin, durant les symposia qui se déroulaient dans un espace interne identifiable, dans l’imagerie antique, par la matérialisation d’objets « suspendus » ou plutôt, serait-il plus juste de dire, d’objets placés dans le champ de la composition12.

11La présence des trois autres peintures pariétales des tombes, ainsi que le trousseau funéraire également déposé auprès du défunt, vont alors peut-être pouvoir nous aider à déterminer la fonction que les artistes ont voulu ici donner à ces deux types de vases.

12Dans le cas de la tombe d’Andriuolo, qui est une tombe féminine, les trois autres fresques font référence à une iconographie funéraire, aux rites grecs suivant la mort d’un individu. En effet, sur la paroi Sud, apparaît la prothésis d’une femme. Sur la paroi Ouest, qui lui est attenante, figure une scène de lamentation où une femme pleure le décès de sa compagne représentée précédemment. Enfin, à l’Est, une femme voilée tient une couronne et une bandelette. La présence de ce tissu distinctif, maintenu depuis le haut de sa tête et retombant le long de ses cheveux, fait d’elle une femme mariée, une épouse. Deux hypothèses semblent alors probables pour l’interprétation de cette composition. D’abord, il pourrait s’agir d’offrandes destinées à la morte. Mais on pourrait aussi envisager que cette femme voilée représente la défunte elle-même. Elle serait donc décédée alors qu’elle était mariée, c’est-à-dire dans le plein épanouissement de son rôle de femme, maîtresse de l’oikos recevant ainsi les différents hommages funèbres.

13Concernant le contenu du trousseau funéraire, on relève tout d’abord un skyphos. Sur une de ses faces, une femme tient une phiale d’œufs face à un cygne. Sur l’autre, Éros a dans les mains une bandelette. Puis, on recense une oenochoé dévoilant une femme avec un coffret, poursuivie par un homme brandissant une torche. Enfin, sur la lékanis, on observe successivement une femme avec une phiale, un homme avec une branche, une femme avec une branche également, ainsi qu’un homme avec une brochette de fruits et une couronne. En d’autres termes, il a été déposé auprès du défunt deux autres vases liés à la consommation du vin, le skyphos et l’oenochoé. En revanche, le lécythe était lui plutôt lié à la toilette en servant de vase pour le stockage des onguents. D’ailleurs, ces huiles parfumées étaient aussi utilisées lors de la toilette des morts afin de purifier leur corps. De plus, on peut noter que sur chacune de ces céramiques au moins une femme est représentée.

14On pourrait alors penser que l’ensemble de ces caractéristiques tendent à nous renvoyer à l’idée d’un banquet funéraire, à la fois sommairement figuré et physiquement suggéré. Toutefois, et bien qu’il faille rester prudent sur toute conclusion trop hâtive, l’absence de cratère et la présence de seulement deux vases, le skyphos et l’oenochoé, renvoient certainement davantage au simple fait qu’il s’agirait plutôt de céramiques que les vivants ont choisi de déposer pour accompagner la défunte.

15En revanche, dans le cas de la tombe de Capaccio Scalo, où aucune attribution sexuelle n’a pu être possible, la mise en relation des différents éléments est plus délicate. En effet, deux des autres fresques proposent des scènes de combats animaliers : un lion et un sanglier pour une part, deux coqs d’autre part. Quant à la dernière, elle présente un pygmée chassant une grue. Concernant le mobilier funéraire, il n’est composé que d’un lécythe à figures rouges sur lequel apparaît un portrait féminin. En d’autres termes, autant de particularités difficiles à mettre en relation.

  • 13 Cf. Lissarrague, 1991, p. 174.

16Enfin, sur une fresque de la tombe 271 de la nécropole d’Arcioni, plusieurs vases aux différentes fonctions sont présentés : une amphore et une hydrie, une phiale remplie d’œufs, ainsi qu’un lébès gamikos. Se mêlent donc ici à la fois des céramiques utilisées en milieu domestique et des vases rituels, le lébès étant, comme on l’a vu, un objet spécifique aux préparatifs féminins nuptiaux et dont on connaît peu d’autres utilisations en dehors de ce contexte13. En parallèle, on observe également la présence de deux volatiles.

17Concernant les autres peintures, sur la paroi Sud figurent une danseuse et deux pugilistes s’affrontant sous le regard d’un aulétride et d’un homme. La paroi Ouest est, quant à elle, partagée en deux registres. Au niveau du fronton, un sphinx et un griffon sont en lutte. Sur le registre inférieur, un homme chasse un cerf. Sur la paroi Nord, des duellistes combattent aux côtés d’un cavalier. Enfin, au niveau du fronton surplombant les objets de la paroi Est, deux animaux combattent.

18Au niveau des vases constitutifs du trousseau funéraire, là aussi on observe différentes céramiques aux multiples fonctions. D’abord, une hydrie à figures rouges présente Éros aux côtés de deux femmes tenant une couronne, des bandelettes et une ciste. Puis, sur une pélikè à figures rouges également, apparaît, sur une face, une femme avec une ciste et une bandelette et, sur l’autre, une femme avec un coffret et ciste. Ainsi, sur ces deux vases, dont la fonction est pourtant domestique, on note la répétition iconographique de la corbeille utilisée dans le cadre rituel. Toutefois, on dénombre aussi trois lécythes, dont un à vernis noir et deux à figures rouges. Alors qu’ils renvoient, de par leur typologie à la thématique de la toilette, ces deux derniers exaltent pourtant une iconographie toute autre. Dans un cas, une femme tient une phiale, deux bandelettes et un miroir, dans l’autre, Éros se tient aux côtés d’un individu féminin, les deux personnages tenant une phiale. Là aussi, on remarque donc le renvoi au contexte rituel par la présence récurrente de la phiale. On inventorie aussi deux phiales à vernis noir et un lébès gamikos à figures rouges. Sur une des faces du lébès, une femme tient une phiale d’œufs et un tambourin, alors que sur l’autre, un homme a dans les mains une branche. Cette fois-ci, ce n’est donc plus le décor iconographique des vases mais leur typologie même qui renvoie au contexte rituel. Sur une oenochoé à figures rouges, une femme, à côté d’un autel, tient une phiale et deux couronnes. Enfin, un skyphos à figures rouges présente sur chacune de ses faces une femme tenant une bandelette dans ses mains. Ces deux dernières céramiques sont à rapprocher de par leur typologie à la consommation du vin et au symposium. Ainsi, on retrouve certains des vases figurés sur la peinture pariétale, d’autres ne sont pas présents, d’autres encore sont apparus. Quant aux scènes vasculaires, elles proposent pour la plupart une iconographie rituelle. Concernant les autres fresques, on relève une certaine symétrie entre les scènes de lutte d’animaux, et celles de combats humains. Mais finalement, là aussi, il est difficile et délicat d’aller plus loin dans l’exploitation et la mise en corrélation des différents éléments.

19Ainsi, tous ces objets que nous venons de rencontrer, composants de l’armure du guerrier et vases, font référence à la vie quotidienne des Grecs et des Lucaniens de l’Antiquité. Les artistes ont inséré ces éléments dans leur répertoire iconographique avant de les transférer sur des peintures pariétales funéraires. Ils renvoient individuellement à des thématiques reflétant la vie socio-culturelle du défunt telles qu’ici la guerre, le banquet et/ou les rituels. Réunis sur une même fresque, ils constituent chacun un détail qui, ensemble, apportent une signification à une composition. Dans une scène où ils apparaitraient tenus ou portés par un personnage, ils seraient réduits au simple rôle d’accessoires. Ici, en revanche, ils deviennent de véritables symboles. Chacun détient ainsi une place dans l’image et renvoie au contexte plus général de la composition.

20La prise en compte des autres scènes pariétales funéraires, mais aussi le mobilier déposé auprès du défunt, viennent d’ailleurs parfois fournir l’explication manquante à certains schémas incomplets, et inversement. Mais dans d’autres cas, tout ceci peut aussi remettre en cause cette interprétation puisque par l’intermédiaire du matériel archéologique (céramiques et objets) apparaissent des thématiques qui ne sont pas forcément développées dans l’iconographie pariétale. Dans un tel cas, on observe alors une complémentarité entre l’objet peint et celui déposé.

  • 14 Cette hypothèse a déjà été régulièrement avancée pour des cas d’époque antérieure. On pense par exe (...)

21Enfin, on peut souligner que certains éléments à valeur masculine figurent dans des tombes féminines. Dans le cas du mobilier funéraire, il est souvent avancé qu’il s’agit d’éléments appartenant à un mari, à un père, c’est-à-dire à un proche défunt de sexe masculin, mort précédemment. La défunte l’aurait donc conservé en souvenir, puis l’aurait emporté avec elle dans sa dernière demeure14. Mais comment comprendre en revanche le cas des objets peints ? D’abord, on peut envisager, ne s’agissant pas ici de sépultures communes, que la femme aurait été enterrée dans une tombe qui était initialement destinée à un homme. Mais cela peut aussi être une volonté de marquer un environnement masculin - celui du mari - complémentaire à celui de la femme. L’ensemble de ces éléments archéologiques - défunte, objets et peintures pariétales - reconstitueraient alors l’image du couple, du couple brisé à cause de la mort. Mais là aussi, il faut rester prudent quant à toute hypothèse trop hâtive.

  • 15 M. Halm-Tisserant parle, quant à elle, de «  rôle signalétique  » (2004, p. 34).

22En définitive, l’objet figuré peut tout à la fois faire référence au statut et à l’univers dans lequel le défunt évoluait de son vivant. Mais il peut aussi renvoyer au cadre spatial dans lequel il se situe dans la composition, par rapport aux autres scènes et par rapport au trousseau funéraire. L’objet peint n’est donc plus un simple accessoire, mais se voit conférer une véritable fonction signalétique15.

Fig. 1.

Fig. 1.

Andriuolo, T. 28, 1969, paroi nord. Paestum, Museo Archeologico Nazionale, inv. 21392 (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).

Fig. 2.

Fig. 2.

Andriuolo, T. 61, 1969, paroi sud. Paestum, Museo Archeologico Nazionale, inv. 21613 (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).

Fig. 3.

Fig. 3.

Capaccio Scalo, T. 1, 1964, paroi longue. Paestum, Museo Archeologico Nazionale 31772. (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).

Fig. 4.

Fig. 4.

Andriuolo, T. 30, 1969, paroi nord. Paestum, Museo Archeologico Nazionale, inv. 21414 (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).

Fig. 5.

Fig. 5.

Arcioni, T. 271, 1976-77, paroi est. Paestum, Museo Archeologico Nazionale (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).

Haut de page

Bibliographie

Bernard, N., 2003, Femmes et société dans la Grèce classique, Paris.

Brizzi, G., 2004, Le guerrier de l’Antiquité Classique : De l’hoplite au légionnaire, Monaco.

Bron, C., 2003, Verser à boire, choés et oenochoés sur les vases attiques, Pallas, 63, 2003, p. 17‑23.

Cassimatis, H., 2008, Éros en Italie méridionale. Approche iconographique à travers les représentations italiotes, Pallas, 76, p. 51-65.

Decker, W., 2004, Grèce, dans W. Decker et J.-P. Thuillier (dir.), Le Sport dans l’Antiquité : Egypte, Grèce, Rome, Paris, p. 63-141.

Denoyelle, M. et Iozzo, M., 2009, La céramique grecque d’Italie méridionale et de Sicile : Productions coloniales et apparentées du viiie au iiie siècle avant J.‑C., Paris.

Dewailly, M., 1982, Les femmes des guerriers indigènes dans les scènes de libation représentées sur les vases à figures rouges d’Italie du Sud au ive siècle, MEFRA, 94-2, p. 581-623.

Étienne, R., Müller, C. et Prost, F., 2006, Archéologie historique de la Grèce antique, 2e édition mise à jour, Paris.

Ginouvès, R., 1962, Balaneutiké : Recherches sur le bain dans l’antiquité grecque, Paris.

Greco, E., 1979, Poséidonia entre le vie et le ive siècle avant J.‑C. : quelques problèmes de topographie historiques, RA, 2, p. 219-234.

Halm-Tisserant, M., 2004, Keimenon : de l’objet réifié à l’objet « sujet » dans la peinture de vases grecque, Pallas, 65, p. 33-48.

Huet-Brichard, M.-C., 2007, Dionysos et les bacchantes, Monaco.

Jacquet-Rimassa, P., 2004, L’éducation dans l’imagerie grecque. Du sport au vin comme principes éducatifs (fin vie-ive siècle avant J.‑C.), dans J.-M. Pailler et P. Payen (dir.), Que reste-t-il de l’éducation classique ? : relire le « Marrou », Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Toulouse, p. 241-255.

Legras, B., 1998, Éducation et culture dans le monde grec, viiie-ier siècle avant J.‑C., Paris.

Lévêque, P., 1993, L’imaginaire des tombes de Paestum, DHA, 19-2, p. 179-186.

Lissarrague, F., 1991, Femmes au figuré, dans P. Schmitt Pantel (dir.), Histoire des femmes en Occident. Tome i : l’Antiquité, Paris, p. 159-251.

Lissarrague, F., 2003, Histoire sociale et image : guerre et guerriers dans l’imagerie grecque, Arqueologia e Iconografia : Indagar en las imagenes, Rome, p. 183-189.

Lissarrague, F., 2008, Corps et armes : figures grecques du guerrier, dans V. Dasen et J. Wilgaux (dir.), Langages et Métaphores du Corps dans le Monde Antique, Rennes, p. 15‑27.

Lissarrague, F. et Durand, J.-L., 1980, Un lieu d’image ? L’espace du loutérion, Héphaïstos, 2, Lüneburg, p. 89-106.

Montel, S. et Pollini, A., 2006, La céramique figurée paestane : un exemple de peinture italiote à figures rouges, Histoire Antique, 26, Dijon, p. 38-43.

Noël, D., 1999, Centaures en société autour d’une jarre de vin, DHA, 25-2, p. 55‑82.

Poliakoff, M. B., 1995, Combat Sports in the Ancient World: Competition, Violence, and Culture, New-Haven.

Pontrandolfo, A. et Rouveret, A., 1992, Le tombe dipinte di Paestum, Modène.

Pontrandolfo, A., Rouveret, A. et Cipriani, M., 2004, Les tombes peintes de Paestum, Pandemos.

Poursat, J.‑C., 1995, La Grèce préclassique, Paris.

Pritchett, W. K., 1974, The battlefield trophy, dans W. K. Pritchett (dir.), The Greek State at War, Part II, Berkeley, p. 246-275.

Rouveret, A., 1962, Les différents décors peints dans les tombes de Paestum, MEFRA, p. 482‑485.

Rouveret, A., 1975, L’organisation spatiale des tombes de Paestum, MEFRA, 87-2, p. 595‑652.

Trendall, A. D., 1936, Paestan Pottery, a study of the red-figured vases of Paestum, Londres.

Trendall, A. D., 1987, The Red-figured vases of Paestum, Londres.

Haut de page

Notes

1 Halm-Tisserant, 2004, p. 33.

2 Strabon, Géographie, V, 4, 13.

3 Sur le cadre géographique de Paestum, sur son phénomène de colonisation, et sur l’organisation de son territoire, cf. Greco, 1979, pp. 219-234.

4 La tombe du Plongeur, datée d’environ 480 - 470 avant J.‑C. et issue de la nécropole de Tempa del Prete, constitue à ma connaissance la seule exception.

5 On compte environ une quinzaine de nécropoles majeures dans la région paestane: Agropoli, Andriuolo, Arcioni, Capaccio Scalo, Gaudo, Laghetto, Licinella, Porta Aurea, Santa Venera, Sequestro Finanza, Spina, Spinazzo, Tempa Rossa di Fonte, Tempa del Prete et Vannullo.

6 Cf. Rouveret, 1975, p. 598.

7 De plus, il est intéressant de souligner qu’aucun trésor n’a été mis au jour dans la cité. Une telle découverte se serait pourtant révélée d’une importance fondamentale, et bien au-delà du point de vue numismatique. En effet, comme le souligne L’Archéologie historique de la Grèce antique, l’intérêt d’un trésor, en plus de renseigner sur les échanges monétaires d’une cité au moment du dépôt, permet de mettre en évidence les différents ateliers frappant monnaie au sein d’une même cité. Une telle absence peut s’expliquer par le fait que la monnaie ne constituait pas un matériau de premier ordre par rapport à la production vasculaire notamment. – Cf. Étienne et al., 2006, p. 201.

8 On rappelle que, dans l’Antiquité, le vin n’était pas consommé pur, mais était coupé avec de l’eau. Le boire pur était considéré comme un élément de barbarie. – Cf. Noël, 1999, p. 64.

9 Bron, 2003, p. 17-23.

10 Exemple : oenochoé attique à figures rouges ; vers 430 - 425 avant J.‑C. ; Paris, musée du Louvre, inv. MNB 1705.

11 Exemple : cratère à colonnettes attique à figures noires, Peintre de Lydos, vers 550 avant J.‑C. ; New‑York, Metropolitan Museum of Art, inv. 31.11.11.

12 Exemple : canthare attique à figures noires, vers 500 avant J.‑C. ; New-York, Metropolitan Museum of Art, inv. 63.11.4.

13 Cf. Lissarrague, 1991, p. 174.

14 Cette hypothèse a déjà été régulièrement avancée pour des cas d’époque antérieure. On pense par exemple à la double sépulture de la Toumba de Lefkandi, en Eubée. Pour cet hérôon daté de la première moitié du xe siècle avant J.‑C., il est communément attesté que la femme a été enterrée plus tardivement que l’homme. Elle a ainsi emporté dans sa tombe non seulement les armes de son époux (épée, lances en fer, arc et casque à grand cimier), mais aussi l’urne funéraire de ce dernier, ainsi que le sacrifice des chevaux tirant l’attelage du prince-guerrier. – Cf. Poursat, 1995, p. 88-89

15 M. Halm-Tisserant parle, quant à elle, de «  rôle signalétique  » (2004, p. 34).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Andriuolo, T. 28, 1969, paroi nord. Paestum, Museo Archeologico Nazionale, inv. 21392 (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1617/img-1.png
Fichier image/png, 139k
Titre Fig. 2.
Légende Andriuolo, T. 61, 1969, paroi sud. Paestum, Museo Archeologico Nazionale, inv. 21613 (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1617/img-2.png
Fichier image/png, 253k
Titre Fig. 3.
Légende Capaccio Scalo, T. 1, 1964, paroi longue. Paestum, Museo Archeologico Nazionale 31772. (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1617/img-3.png
Fichier image/png, 164k
Titre Fig. 4.
Légende Andriuolo, T. 30, 1969, paroi nord. Paestum, Museo Archeologico Nazionale, inv. 21414 (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1617/img-4.png
Fichier image/png, 355k
Titre Fig. 5.
Légende Arcioni, T. 271, 1976-77, paroi est. Paestum, Museo Archeologico Nazionale (d’après Pontrandolfo et Rouveret, 1992).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1617/img-5.png
Fichier image/png, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Angot, « Objet peint et objet déposé auprès du défunt, même fonction ? », Pallas, 94 | 2014, 159-170.

Référence électronique

Laura Angot, « Objet peint et objet déposé auprès du défunt, même fonction ? », Pallas [En ligne], 94 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/1617 ; DOI : 10.4000/pallas.1617

Haut de page

Auteur

Laura Angot

Doctorante, Université de Toulouse II-Le Mirail
PLH-CRATA
angot.laura@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org