Navigation – Plan du site
III. Le cas de la Grande-Grèce et du monde gréco-romain

Grenouilles et crapauds en contexte funéraire dans le monde gréco-romain : possibles fonctions et symbolique

Frogs and Toads in Graeco-Roman Funerary Context: Uses and Meanings
Jennifer Kerner
p. 171-189

Résumés

Cet article propose de dresser un bref inventaire des trouvailles archéologiques représentant des grenouilles en contexte sépulcral, ou en contexte rituel ayant un lien avec le monde des morts. Une analyse des contextes de dépôt (recrutement funéraire, relation entre le mort et l’objet dans l’espace de la sépulture,...) permet de poser un nouveau regard sur les interprétations couramment exposées concernant la présence du batracien dans les tombes gréco-romaines. La confrontation avec les sources antiques permet également d’apporter de nouvelles propositions interprétatives.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’après Pline : Vere novo remeat sub brumam rana sepulta Mortuus invitam sic redit alter homo. Trad (...)

« Au retour du printemps
revient après l’hiver la grenouille ensevelie,
tel un homme nouveau le mort revient à la vie »1

  • 2 Leclant, 1978.

1La place des représentations de grenouilles en contexte funéraire n’a pas fait l’objet de recherche spécifique et le rôle général de cet animal dans les civilisations antiques n’a été le sujet que d’un court article de J. Leclant2. Pourtant, on pressent rapidement que la représentation de ce batracien, particulièrement lorsqu’il est retrouvé en contexte sépulcral, est signifiante.

  • 3 Lévèque, 1999, p. 120.

2Le champ symbolique qui est associé à cet animal est particulièrement large : sa relation avec le monde des morts est apparue évidente à de nombreux chercheurs, mais cette corrélation est encore mal perçue dans ses détails. La grenouille est effectivement un animal à la charge symbolique complexe. Elle est si étrange, et représente tellement de forces apparemment antinomiques au premier abord (la mort et la vie, la fécondité et la morbidité, l’obscurité et la lumière), que certains auteurs parlent à son propos de polydémonisme3.

3La présence de cet animal en contexte funéraire a donc de quoi nous interroger : avec l’introduction de la grenouille dans la scénographie sépulcrale, sommes-nous face à une projection visuelle du monde souterrain qui attend le mort ? Y a-t-il volonté de mettre en scène le mort dans une représentation de l’Hadès ? Ou bien la grenouille possède-t-elle simplement des qualités apotropaïques qui rendent propice son emploi auprès d’un individu en transition entre deux mondes pour l’aider lors de son dernier et périlleux rite de passage ? L’animal peut-il avoir eu une fonction psychopompe ? Son utilisation est-elle plus particulièrement préconisée pour certains morts, sa présence répond-elle à une logique particulière en matière de recrutement funéraire ? Au-delà d’une étude strictement centrée sur l’objet, une approche archéologique de la question (en replaçant le vestige dans son contexte de trouvaille) pourrait nous permettre d’éclaircir le rôle (ou les rôles) que ces objets ont pu tenir au sein des structures funéraires. Nous nous attacherons donc principalement à cerner l’identité des défunts concernés par l’association avec les grenouilles, et la place que ces objets occupent dans l’espace de la tombe. L’étude des sources antiques permet également d’apporter de nouvelles propositions interprétatives sur la présence du batracien dans les sépultures du monde gréco-romain.

1. Inventaire des trouvailles archéologiques en contexte sépulcral

  • 4 Picard, 1935, p. 97.
  • 5 Papadimitrou, 1949, p. 378, fig. 10, 1.

4Pour le monde grec, les objets représentant des grenouilles ne se retrouvent pas seulement en contexte funéraire mais constituent également des ex-voto associés aux divinités Apollon ou Hera4. On peut citer en exemple, parmi de nombreux artefacts connus, la fameuse statuette de grenouille en train de nager, retrouvée dans le sanctuaire d’Apollon à Epidaure5. Ainsi, en l’absence de contextualisation rigoureuse, une grande majorité du corpus d’objets représentant le batracien ne peut être prise en considération dans notre étude, ce type de vestiges n’étant pas systématiquement voué à une utilisation strictement sépulcrale. Nous travaillons à partir d’un échantillon restreint, dont le potentiel informatif demeure parfois lacunaire en raison d’un enregistrement partiel des données sur le terrain, et en l’absence d’étude portant sur l’identification des défunts associés. Cependant un retour sur le sujet ne nous paraît pas vain, d’abord parce qu’aucune étude synthétique n’a encore été élaborée autour de la question, que la littérature véhicule encore des idées basées sur quelques exemples archéologiques exceptionnels ou des fragments de textes antiques dont la portée générale est à nuancer.

1. 1. Les amulettes

  • 6 Leclant, 1978, p. 563.
  • 7 Ristow, 1967 p. 250 n° C224.

5Dans des sites archéologiques du pourtour méditerranéen6, on trouve de nombreuses amulettes représentant des grenouilles, mais on manque généralement de renseignements concernant leur datation et leur contexte de découverte. On peut citer toutefois une occurrence trouvée en contexte funéraire : celle de l’amulette en bronze retrouvée dans une sépulture d’époque romaine de Cologne7.

  • 8 De Rachewiltz, 1963, p. 39.
  • 9 De Rachewiltz, 1963, p. 41.
  • 10 Leclant, 1978, p. 564.

6Les grenouilles sont également présentes sur les représentations ithyphalliques de pygmées que l’on retrouve parfois dans les tombes de l’Égypte greco-romaine : une poignée en bronze d’un poignard de ce type est actuellement conservée au British Museum et associée à une sépulture dont l’origine ne nous est pas parvenue8. La grenouille est représentée reposant à l’extrémité du phallus, et tourne son regard vers le personnage9. Traditionnellement, on considère que ces représentations étaient utilisées comme amulette protectrice dans les tombes, le symbole de fertilité s’associant ainsi à une valeur apotropaique10.

1. 2. Les lampes à huile

  • 11 Van den Kerchove, 2012, p. 174.
  • 12 Georges, 2003, p. 411.
  • 13 Empereur, 2003, p. 312.

7On trouve de très nombreuses lampes à huile sur lesquelles des grenouilles sont représentées, notamment en Égypte romaine. L’apparition de cette forme semble remonter au iiie s. ap. J.‑C. en Haute-Égypte11, et connaît une diffusion géographique limitée mais un beau succès à l’intérieur du territoire. Comme pour les amulettes, ces objets sont très présents dans les catalogues d’exposition et les collections privées, mais ils ne sont pas toujours très bien renseignés sur leur contexte de trouvaille. Effectivement, ces objets sont régulièrement qualifiés comme provenant d’un contexte funéraire sur la seule base qu’ils ont été retrouvés dans un ensemble funéraire. Le contexte funéraire est bien synonyme pour nous de lien intentionnel avec un défunt ayant reçu un traitement funéraire, la présence d’un objet dans un ensemble funéraire ne suffit pas, pour nous, à rendre ce vestige « funéraire ». L’exemple de la lampe-grenouille retrouvée en bas d’un escalier de la tombe B3412 est en ce sens parlant : élément mis lors du comblement, interprété par les fouilleurs comme le reste d’un dépotoir13, cet élément ne peut être pour nous intégré à notre réflexion.

1. 2. 1. Les lampes de nécropole de Moustafa Pacha

8Le territoire de Mustafa Pacha, situé à quelques kilomètres à l’est d’Alexandrie, a livré un camp légionnaire romain et sept tombeaux.

  • 14 Adrinani, 1936, p. 152.

9Une lampe portant la représentation d’un crapaud a été retrouvée dans l’angle Sud de la tombe 3, une autre a été déposée dans la tombe 414. Dans la tombe 4, la lampe était déposée près d’un corps mais il n’y a pas eu d’étude anthropologique du défunt. On ne peut donc rien dire de plus, si ce n’est que ce vestige a bien été déposé comme objet d’accompagnement d’un mort ayant reçu un traitement funéraire.

1. 2. 2. Les lampes de la nécropole de Gabarri

  • 15 Empereur, 2001, p. 11.
  • 16 Delaporte, 2003, p. 54.
  • 17 Georges, 2003, p. 57.

10La nécropole de Gabarri se situe dans la partie occidentale de la ville d’Alexandrie et se compose de tombes à plusieurs salles dont certaines comportent des loculii. Onze lampes à huile ornées de grenouilles ont été retrouvées en contexte sépulcral dans les hypogées B2, B3 et B8 de cette nécropole. La majorité de ces éléments était issue des niveaux de comblement des pièces. Ces lampes ont pu constituer un dépôt lié directement aux défunts, ou avoir eu une fonction d’éclairage des voies de circulation. Seules quelques lampes peuvent être considérées comme faisant strictement partie du mobilier funéraire. La lampe-grenouille associée au niveau B2.3 peut être considérée comme associée à l’enchytrismos LR4 qui se trouvait sur le sol de la salle B215. Une autre lampe-grenouille a été retrouvée dans le loculus B20.2.B.1, accompagnée de beaucoup d’autres éléments de mobilier (éléments céramiques dont quelques lampes ornées du ier siècle ap. J.‑C.)16. Il est difficile d’établir le lien entre un défunt particulier et un élément de mobilier dans le cas de loculi comme ceux de Gabbari, tout d’abord parce que dans ces structures la population est importante, mais aussi parce que des manipulations secondaires entrent en jeu dans le processus funéraire suivi pour la majorité des défunts de cette nécropole. Une lampe-grenouille a été par exemple retrouvée dans un loculus vide de restes humains dans la tombe 20. Cette chambre était d’ailleurs majoritairement dépourvue de matériel ostéologique ; l’endroit semble avoir été curé17.

  • 18 Georges, 2001, p. 248.
  • 19 Georges, 2001, p. 250.
  • 20 Georges, 2001, p. 252.

11En matière de recrutement funéraire on peut constater l’absence de lampes-grenouille dans les loculi de faible dimension, ces derniers étant a priori destinés à recevoir des immatures en position primaire18. En revanche sur onze lampes, deux ont été déposées dans des loculi où des immatures ont séjourné (B3.319 et B2.320). Il est impossible de tirer une conclusion d’association stricte entre immature et grenouille dans ce contexte. La population est hétérogène dans ces structures, et il n’est pas non plus possible d’établir un éventuel lien entre le genre du défunt et le dépôt d’un objet où une grenouille est représentée. Étant donné le caractère relativement courant de cet objet dans ce contexte historique et géographique, nous ne nous étonnerons pas que les représentations de grenouilles aient été associées à des défunts de tous âges et de tous genres. En revanche, la présence de cet objet, dans certaines unités sépulcrales, montre son caractère funéraire.

  • 21 Deonna, 1950, p. 4.
  • 22 Georges, 2001, p. 424 fig 149 : croix incisée sous la base de la lampe et Hombert 1946, p. 257.
  • 23 Lepetz et Van Andringa, 2006, p. 1132-1133.

12La présence des grenouilles sur les lampes, mais parfois également sur d’autres supports d’éclairage comme des candélabres et des thymiateria, n’est pas rare. Certains auteurs voient dans cette association une résurgence liée à la longue parenté entre les grenouilles et le soleil, exprimée à travers la mythologie égyptienne21. Malgré sa symbolique plutôt liée à l’humide et au sombre, on ne s’étonnera donc pas que la grenouille soit associée à des symboles complémentaires (chaleur et lumière). Certains iront jusqu’à voir, dans cet objet entretenant une flamme, la représentation de la survivance de l’âme et l’espoir d’une renaissance prochaine. C’est peut-être dans cette optique que le motif est conservé sur des lampes à huile chrétiennes, également déposées dans les tombes22. Certains voient plutôt dans ces lampes un rappel au contexte des funérailles, en permettant « d’évoquer le contexte de la nuit et de situer ainsi les funérailles en opposition avec le jour et les activités des vivants. »23.

1. 3. Les représentations sur stèles funéraires

  • 24 Également cité par Leclant, 1978, p. 566.

13Une stèle en calcaire chrétienne d’époque romaine, provenant de la vallée du Nil, représente une grenouille à côté d’une petite défunte qui tient dans sa main une grappe de raisin (Abegg-Stiftung à Berne)24. L’objet n’a pas pu être replacé dans son contexte sépulcral global originel et cette représentation d’une grenouille accompagnant un enfant fait figure d’exception.

  • 25 Sur la base d’un inventaire non exhaustif de stèles hellénistiques et romaines publié, échantillonn (...)

14Cet exemple est effectivement le seul qui ne soit pas douteux : de nombreux quadrupèdes méconnaissables ont pu être associés à des défunts sur des stèles funéraires, mais l’identification claire de la grenouille n’a pas pu être effectuée sur ces exemples25.

1. 4. Les statuettes

15Des représentations de grenouille en ronde-bosse ont été retrouvées en contexte sépulcral sur l’ensemble du territoire colonisé par les Grecs et les Romains. Tous types de matériaux sont alors employés : métaux, argile et différents types de pierres (parfois précieuses).

1. 4. 1. Époque hellénistique

  • 26 Lullies, 1960, p. 139, fig. 1-3.
  • 27 Lullies 1960, p. 144-145.
  • 28 Lullies 1960, p. 145.

16La grenouille de la sépulture d’Hermione est exceptionnelle. Il s’agit d’une représentation en bronze d’une grenouille posée sur une petite branche de rosier. L’œuvre a été déposée près d’un défunt à Hermione en Argolide26. Une grenouille en terre cuite fait partie du matériel funéraire d’une tombe du ve siècle av. J.‑C. à Rhitsona en Béotie27. Enfin des grenouilles émaillées et des grenouilles en améthyste ont été exhumées dans des sépultures de Russie méridionale28.

1. 4. 2. Époque romaine

  • 29 Grimm, 1969, p. 11.

17G. Grimm cite la présence d’une grenouille présentant un texte cunéiforme gravé sur son dos. Celle-ci a été retrouvée dans une tombe de Cologne datée de 300 ap. J.‑C.29.

1. 5. Les corps de grenouilles entières

I. 5. 1. Ville-sur-Retourne

  • 30 Stead et al., 2006, p. 129.

18Les dépôts de grenouilles entières sont très inégalement renseignés pour la période hellénistique et romaine. Nous pourrons citer néanmoins, pour le territoire gallo-romain, l’exemple de la niche V154 dans la nécropole de Ville-sur-Retourne. Parmi les os des défunts les fouilleurs ont trouvé les os de grenouilles et d’un campagnol, ainsi que le squelette d’un serpent30.

1. 5. 2. Poggio Gramignanon

  • 31 Soren, Soren, 1999, p. 477.
  • 32 Soren, Soren, 1999, p. 488.
  • 33 Soren, Soren, 1999, p. 478.
  • 34 Un corps acéphale, une tête isolée et un arrière-train ; Soren, Soren, 1999, p. 489.
  • 35 Baills Talbi, Dasen, 2008, pp. 595-618.

19Le cas des dépôts de la nécropole de Poggio Gramignanon mérite particulièrement l’attention. Cet ensemble funéraire du ve siècle a été aménagé dans une villa désaffectée, près de la ville de Lugnano en Teverina, à 112 km au nord de Rome31. Les modes d’inhumation sont multiples puisque l’ensemble funéraire comporte à la fois des inhumations en pleine terre, et des enchytrismos. La nécropole accueille 47 individus au total (32 fœtus, 18 nouveaux nés, 6 individus âgés entre 4 et 6 mois, et 1 enfant de 2 à 3 ans32). Le contexte des dépôts semble correspondre à un épisode de crise de mortalité infantile. L’ensemble a été installé de manière opportuniste dans une ruine de villa abandonnée, et les inhumations se sont concentrées sur une courte période, que les fouilleurs estiment à « quelques jours ou quelques semaines »33. La nécropole présente des dépôts animaliers visiblement intentionnels, dont deux crapauds directement placés dans les tombes de deux enfants. La présence de 6 chiots, dont 3 étaient complets et les 3 autres uniquement représentés par des tronçons34, a également été largement commentée35.

1. 5. 2. 1. Le dépôt IB33

  • 36 Soren, Soren, 1999, p. 492.
  • 37 Soren, Soren, 1999, p. 507.
  • 38 « It was difficult to determine if this was a sacrified pet, ritual offesring or accidental inclusi (...)

20La sépulture IB33 se trouve dans la chambre 11, dans laquelle ont été inhumés les chiots démembrés36. Le sujet de la sépulture IB33 était un enfant de 10 mois et 2 semaines, inhumé en position fœtale, le crâne vers l’est37. Parmi le mobilier, on trouve un astragale de mouton et un crapaud entier situé « à proximité » du corps du défunt. Nous ne disposons malheureusement pas de plus de précision concernant la localisation de l’animal au sein de la fosse sépulcrale. Malgré la bonne conservation de l’animal, qui a été retrouvé dans son intégrité, les fouilleurs se montrent d’abord réservés quant à l’interprétation à donner à cette trouvaille38.

21L’hypothèse selon laquelle le crapaud pourrait être considéré comme un animal de compagnie ne peut tenir que si l’on envisage sa fonction comme compagnon post-mortem. Il est en effet très douteux de considérer la présence de cet animal comme étant le résultat du sacrifice d’un animal proche du défunt de son vivant. En revanche, on peut concéder aux auteurs que le crapaud a pu constituer un mort d’accompagnement destiné à tenir compagnie au défunt dans l’au-delà.

  • 39 Soren, Soren, 1999, p. 507.
  • 40 Soren, Soren, 1999, p. 550.

22La théorie de l’inclusion accidentelle ne peut être écartée même si de nombreux éléments viennent appuyer la thèse d’un dépôt volontaire et signifiant. En plus de la proximité de la structure avec les dépôts de chiots démembrés, la présence de l’astragale de mouton oriente les fouilleurs vers un dépôt rituel. En effet, l’astragale était retravaillé pour être portée par le défunt39 : elle a été, à ce titre, comptée par les auteurs comme faisant partie des éléments favorisant la conclusion d’un dépôt « magique »40.

1. 5. 2. 2. Le dépôt B19

  • 41 Soren, Soren, 1999, p. 492.
  • 42 Soren, Soren, 1999, p. 497.

23Cette sépulture se situe dans la chambre 12, en bordure du dépôt des chiots de la chambre 1141. Le sujet de la sépulture IB19 était un enfant de 4-5 mois, inhumé en amphore. Des fragments de textile ont été retrouvés autour du corps. Qualifié de « vêtement » par les auteurs il nous est en réalité impossible de savoir si le tissu était littéralement porté, ou si le défunt a été emmailloté dans un linceul42. On trouve des ossements de faune à l’intérieur même de l’amphore qui renferme le nourrisson : les restes d’un cochon domestique immature et des passereaux entiers. Dans la fosse, autour de l’amphore se trouvaient également les restes d’un crapaud et d’autres os de passereaux.

1. 5. 2. 3. L’intentionnalité des dépôts et l’association avec les chiots démembrés

  • 43 Soren, Soren, 1999, p. 493.

24La proximité entre les tombes B33 et B19 a pu être soulignée afin de consolider l’hypothèse d’un dépôt « magique » au sein de ces deux sépultures. Il semble tout de même opportun de souligner que les chambres 11 et 12 sont celles qui totalisent le plus de sépultures43 : on peut aisément imaginer que le dépôt des chiots ait revêtu un caractère collectif et la proximité de B19 et B33 avec les chiots démembrés n’indique pas forcément que les dépôts animaliers de ces deux tombes aient été pensés comme des compléments des corps de chiots.

25Toutefois, avec ce dépôt de chiots démembrés mais également avec d’autres éléments fauniques comme une griffe de corbeau, il apparaît clairement que les pratiques autour de ces sépultures de crise constituent des particularités.

  • 44 Soren, Soren, 1999, p. 518.
  • 45 Pline, Hist. Nat., XXIX, 58.
  • 46 Pline, Hist. Nat., 32.114, préconise l’application de grenouille en amulette contre la malaria. Mai (...)
  • 47 Cette interprétation est appuyée par le fait qu’une épidémie de malaria est renseignée pour le ve s (...)
  • 48 Voir infra le développement 4.1.1.

26Les auteurs ont du coup évoqué des pratiques magiques destinées à limiter l’endémie pour expliquer les dépôts particuliers associés aux morts de cet ensemble. Les chiots auraient pu être utilisés lors l’un possible rite de purification44, selon les principes exprimés par Pline45. Quant aux crapauds, ils auraient pu constituer des amulettes contre la fièvre46, principal symptôme de la malaria. Les auteurs partent donc du principe implicite que ces amulettes ont été déposées post-mortem, pour enrailler l’épidémie47, et non pour soigner le mort. Or, il est également possible que ces crapauds-talismans aient été portés par les enfants de leur vivant, dans l’espoir de les guérir, avant de les accompagner dans la tombe48.

2. Les grenouilles en contexte rituel

2. 1. Les grenouilles et la fête des marmites

  • 49 Lévèque, 1999, p. 28.
  • 50 « Humides enfants des marécages… Répétons ces chants que nous chantons en l’honneur de Dionysos Nys (...)

27Les grenouilles sont représentées dans certaines festivités du monde grec. Elles sont ainsi traditionnellement décrites comme étant associées à la fête des marmites, qui a lieu pendant les Anthestéries. Lors de cette journée, on offre aux morts de la bouillie d’eau et de graines dans des marmites49. La nature de l’association entre les grenouilles et ce festival reste vague et les sources antiques très lacunaires. Le témoignage le plus couramment cité par les auteurs ayant déjà souligné le lien entre les grenouilles et ce jour des Morts est le vers d’Aristophane extrait de la pièce « Les Grenouilles »50. Cependant, les grenouilles représentant les âmes des morts dans l’oeuvre du dramaturge, on peut parfaitement voir dans cette occurrence une simple métaphore littéraire. On peut alors s’interroger sur la réelle association concrète entre le batracien et la fête des marmites dans les faits. Nos recherches n’ont pas abouti à plus de précision malgré la consultation d’autres textes antiques ne constituant pas des œuvres dramatiques.

2. 2. Les grenouilles dans les visions pythiques

  • 51 Deonna, 1951a ; Deonna, 1951b.

28On trouve des représentations de grenouilles dans des images cultuelles liées aux divinations pythiques. L’exemple le plus commenté est l’ex-voto offert par Cypsélos, tyran de Corinthe, au trésor pythique de Delphes, qui a été décrit par Plutarque puis longuement analysé par W. Deonna51. Nous ne nous étendrons pas sur cet exemple qui n’est pas directement lié à un contexte funéraire. Cependant, les contextes divinatoires et funéraires partagent une iconographie chtonienne commune.

  • 52 Ovid., Am., I, 45, 36 ; Hor. Od., III, IV, 61 ; Virg. Georg., III, 293.

29Ce registre commun tient peut-être au fait que l’activité divinatoire pythique est particulièrement liée au monde des Morts. L’eau du Styx était traditionnellement donnée à boire à la pythie de Delphes avant qu’elle n’officie, par le biais de la fontaine Castalie52. La représentation des grenouilles sur un objet déposé en contexte de trésor pythique a donc pu être liée à la représentation symbolique du Styx, si importante dans le processus de divination.

3. Contexte de dépôts

3. 1. Les origines : syncrétisme, diffusionnisme ou apparition simultanée d’un symbole collectif ?

  • 53 Leclant, 1978, p. 563.
  • 54 Le Blant, 1879, p. 175.
  • 55 Keimer, 1954.
  • 56 Leclant, 1978, p. 563.

30On ne peut évidemment que constater l’importance des influences égyptiennes dans la diffusion du modèle de la grenouille dans le monde romain, notamment en contexte funéraire. L’adoption des grenouilles dans les tombes romaines a effectivement pu être liée à la charge symbolique que l’animal revêtait pour les Égyptiens. J. Leclant affirme qu’à la Basse Epoque, « la grenouille est un symbole constant de la résurrection »53 par sa filiation avec Héqet, la déesse des naissances. À la fin du texte des Ramessides, la grenouille prendrait même le sens de « rajeunir », « renouveler la vie », « ressusciter »54. Cependant, le rôle des batraciens est peut-être encore sous estimé dans les conceptions religieuses de l’Égypte ancienne, et L. Keimer souligne qu’une étude détaillée sur la grenouille et le crapaud manque aux égyptologues55 qui cernent encore mal la place de cet animal dans la religion et la symbolique égyptienne56.

  • 57 Leclant, 1978, p. 566.
  • 58 Daux, 1964, p. 760, fig. 2.

31Toutefois, comme J. Leclant l’a souligné, « On ne peut voir une influence égyptienne dans toutes les représentations de batraciens trouvées dans les pays grec et romain »57. Le motif de la grenouille est antérieur aux contacts entre les Grecs et les Égyptiens, et le Néolithique ancien de Macédoine nous a déjà fourni des représentations de grenouilles : celles en pierre vertes polies des niveaux néolithiques du site de Nea Nicomedia en sont un exemple58.

  • 59 Sciegienny-Duda, 1974, p. 4.
  • 60 Joffroy, Bretz-Mahler, 1959, p. 29.
  • 61 Soren, Soren, 1999, p. 489.

32Au-delà de l’appropriation d’un symbole par syncrétisme, par adaptation, on peut se poser la question de l’émergence d’une image forte qui s’impose à l’homme de manière relativement large, à travers les âges et les sociétés. Le lien puissant entre la grenouille et le monde des morts se retrouve par exemple à Meröe où la grenouille « avait une valeur religieuse liée à la renaissance et à la résurrection. »59. Dans une tombe à Char de la Tène à Châlons-Lemoine, les os d’une centaine de grenouilles ont été retrouvés dans un vase de 0,12 m de haut. Pour les fouilleurs, une telle quantité de restes dans un espace si restreint est forcément le signe d’une préparation antérieure au dépôt qui rend celui-ci clairement volontaire60. Dans cette sépulture, la grenouille est déposée aux côtés de restes d’œufs. Il est intéressant de constater que l’on retrouve cette association entre grenouille et œufs également dans 3 sépultures de la nécropole de Poggio. Ce corpus est évidemment trop restreint pour dégager une hypothèse solide, mais la possibilité d’une valeur symbolique similaire de ces deux éléments n’est pas à exclure. D. et N. Soren proposent de voir les œufs comme un symbole chtonien qui serait lié, tout comme les grenouilles, à l’idée de renaissance61.

  • 62 Deonna, 1952.
  • 63 Lévèque, 1999, p. 48.
  • 64 Goosens 1950, p. 6, 14.

33Ce rôle funéraire récurrent de l’animal tient peut-être à l’image mentale universelle à laquelle la grenouille semble reliée. Elle est, ainsi, souvent associée aux déesses-mères, à l’humide et à la création. Selon l’expression de W. Deonna, la grenouille est le « symbole de la matière primitive, humide, informe »62. Cette vision est une constante que l’auteur présente comme quasi universelle, et en tout cas parfaitement claire pour la Grèce et le Proche Orient ancien63. R. Goosens rapproche l’hymne des grenouilles du Rig-Véda à celui des grenouilles d’Aristophane. Il conclut donc que, puisque les Indiens pensaient également que la grenouille pouvait renaître après sa mort, l’image de la grenouille comme symbole de résurrection et d’immortalité était commune aux Indo-Européens64.

  • 65 Mon. ant., VI, 1897, 300, n° nX, Paris, Bibl. Nationale, réf.
  • 66 Fox, 1982, p. 283 ; Cayron, 2004, p. 284 ; Kian-Chow, 1991, p. 172-178.
  • 67 Site de la région de Thanh-Hoa, objet daté de la période Han. Pour plus d’informations sur le sujet (...)
  • 68 Cayron, 2004, p. 284.

34W. Deonna a souligné que pour certaines représentations de l’époque hellénistique, les tortues semblent parfois avoir un rôle équivalent à celui des grenouilles65. Cette question est particulièrement intéressante si l’on considère que dans les régions du monde où les grenouilles font moins partie du quotidien, les tortues peuvent être particulièrement présentes dans les sépultures (c’est le cas dans le Pacifique et certaines régions d’Asie)66. On pourrait citer, entre autres exemples, l’encrier en bronze en forme de tortue retrouvé dans une sépulture du iiie siècle avant notre ère à Bim-’s on67, ou le récipient en terre cuite de la grotte de Sinalakan qui a été retrouvé en association avec des restes humains68.

  • 69 La tortue qui s’introduit dans une maison annonce la mort pour les Tagbanwa (Fox, 1982, p. 189 et 2 (...)

Comme pour la grenouille, la tortue semble s’inscrire dans un registre symbolique commun à des cultures très différentes et son rôle se superpose parfois parfaitement avec celui du batracien69.

3. 2. La question du recrutement funéraire

35Il nous a semblé important de savoir si l’utilisation des grenouilles était plus particulièrement préconisée pour certains morts, si la présence de cet animal répondait à une logique particulière en matière de recrutement funéraire. Cette question n’est pas uniquement une affaire de curiosité mais permet plus largement d’éclaircir le(s) rôle(s) que ces objets pouvaient avoir au sein des structures funéraires.

  • 70 Nenna, 2010, p. 347-360.
  • 71 Hirsch-Dyczek, 1983, passereau et pigeon : fig 34, 54,16 ; coq : fig 9.
  • 72 Hirsch-Dyczek, 1983, oies et cygnes : fig 14, 20, 43, sur la présence des oies et des cygnes voir a (...)

36Dans la tradition hellénistique et romaine, les enfants sont régulièrement accompagnés dans la mort par des animaux familiers. M. D. Nenna a souligné par exemple la récurrence des motifs animaliers, plus particulièrement les oiseaux et les chiens, sur les stèles de tombes d’enfants de l’Égypte gréco-romaine70. Cependant, comme nous l’avons vu, la représentation d’une grenouille constitue sinon une exception, tout au moins un motif peu commun. Les enfants sont préférentiellement représentés avec des chiens ou des volatiles, passereaux ou pigeons71, mais également avec des oies ou des cygnes72.

  • 73 Hampartumian, 1978.

37Pour les objets du mobilier, des lacunes dans l’enregistrement des données nous empêchent régulièrement de pouvoir mettre en relation les représentations de grenouille avec le profil anthropologique de l’individu inhumé. Les données sont trop rares pour pouvoir affirmer que la grenouille a été, de manière préférentielle, associée à des morts vulnérables (immatures entre autres). Il n’y a pas statistiquement d’association démontrable entre enfant et grenouille, contrairement à d’autres objets comme les biberons ou les statuettes du type « Der Lachende Knabe »73.

38Dans les quelques exemples de notre développement où la grenouille est clairement associée à des individus immatures, il convient de prendre en compte les autres facteurs qui pourraient expliquer la présence de l’animal. Pour le cas de la nécropole de Poggio, la cause de la mort peut être un élément déterminant dans le choix des dépôts associés : il nous est impossible de savoir si cette association est davantage liée au caractère immature des défunts ou bien à la cause probable de leur décès prématuré.

De plus, les amulettes en forme de grenouille sont également retrouvées sur des individus matures dans des nécropoles de Russie méridionale.

3. 3. Emplacement des objets au sein des sépultures

3. 3. 1. La grenouille visible pour les vivants

39Les représentations de grenouilles peuvent s’offrir au regard des vivants lorsqu’elles ornent les éléments de signalisation des tombes. Cependant, comme nous l’avons vu, cette configuration n’est pas la plus courante et les grenouilles s’insinuent le plus souvent dans l’espace même de la sépulture, dans la fosse sépulcrale. Cette préférence pour une proximité avec le mort, plutôt qu’une exposition au regard des vivants, peut être significative quant à la vision que les Anciens avaient de sa fonction au sein de l’espace funéraire.

3. 3. 2. La grenouille à proximité des morts

  • 74 Lévèque, 1999 ; Boll, 2000.
  • 75 Voir infra notre développement 4.1.

40Dans certains exemples que nous avons développés, la grenouille est placée immédiatement à proximité du mort, parfois à son contact direct. Cette récurrence dans l’organisation de l’espace sépulcral a amené certains auteurs à voir la grenouille comme un protecteur du mort, un animal à valeur apotropaïque ou psychopompe74 : cette interprétation est raisonnable mais peut-être incomplète75.

3. 3. 3. La grenouille isolée

  • 76 Barbera et al., 1989, p. 161-172.

41Contrairement à d’autres espèces animalières, parfois retrouvées dans les nécropoles dans des zones où aucun mort n’a été inhumé (chiots de Poggio mais aussi jeunes ovidés et gallinacés de Turó de Can Olivé76), la grenouille ne semble pas avoir été déposée de manière isolée dans les nécropoles. Elle semble intimement liée au destin du défunt et ne paraît pas avoir été placée « pour elle-même » dans des lieux où aucune sépulture n’est implantée. Toutefois, cette impression peut être liée aux méthodes d’observation sur les sites archéologiques, ou bien à l’interprétation de chercheurs qui semblent peu enclins à considérer l’animal comme signifiant. Si les chiots démembrés de Poggio ne sont pas passés inaperçus pour les fouilleurs malgré leur localisation dans les zones de circulation, la présence de corps de batraciens, à moins qu’elle n’eut été massive, aurait certainement été vue comme la preuve de la présence de la grenouille dans la faune ambiante mais non comme un dépôt intentionnel et significatif.

  • 77 Comme dans le cimetière de Shablul, voir Sciegienny-Duda, 1974, p. 3.

42Les seuls objets cultuels présents dans les nécropoles, en dehors des tombes et représentant des grenouilles, sont antérieurs à la période hellénistique. Il s’agit de quelques exemples de tables à offrandes, probablement conçues pour effectuer des libations sur des sites méroïtiques77.

4. Interprétations

4. 1. La grenouille : animal apotropaïque, magique ou psychopompe

4. 1. 1. Les amulettes : fonction magique pour le mort ou le vivant ?

43Selon les croyances populaires reléguées par Pline, la grenouille sert à guérir certaines maladies ou au moins à contrer certains symptômes de maladies comme la fièvre. Lorsqu’elle est utilisée sur les vivants, la grenouille se fait donc guérisseuse. Mais alors, que dire de la présence de ces amulettes sur les défunts ? La présence de l’amulette répond-elle à un besoin du mort ou bien est-elle tout simplement le vestige d’un traitement magique réalisé lors du vivant de l’individu ? Doit-on voir ces dépôts comme intentionnels ou au contraire fortuits, comme de simples restes de la panoplie du vivant ?

  • 78 Comme protection par exemple contre une maladie, que celle-ci ait été chronique ou ait provoqué le (...)

44Il est effectivement possible qu’une amulette, utilisée lors du vivant de l’individu78, soit conservée sur lui lors de son ensevelissement, comme certaines parures individuelles peuvent être laissées sur le mort et l’accompagner dans sa tombe. L’amulette doit donc être considérée comme un potentiel vestige de la panoplie du vivant : sa présence ne signifie pas automatiquement qu’elle était considérée, par les opérateurs de l’inhumation, comme un objet prophylactique utile au mort dans son voyage.

  • 79 C’est dans ce sens que vont de nombreuses interprétations comme celle de Lévèque qui attribue à la (...)
  • 80 Évolution des mentalités visible notamment à travers l’étude de l’épigraphie funéraire, Kerner, 201 (...)

45Mais pour la majorité des chercheurs, les amulettes sont régulièrement considérées comme des éléments indispensables à l’avenir du mort, dans l’autre monde. Effectivement, avec les premières croyances dans la survivance végétative du mort, les amulettes ont pu tenir un rôle dans le bien-être des défunts79. Les grenouilles ont pu conserver leur rôle médicinal dans l’existence post-mortem du défunt, et être considérées comme efficaces dans l’au-delà. Ces croyances sont très rapidement dissipées dès le début de l’époque romaine80, mais l’évolution des mentalités est parfois plus rapide que celle des pratiques, et un geste peut être conservé même si la conviction de sa réelle utilité est déjà vacillante.

46En revanche, certains dépôts en contexte sépulcral semblent avoir été prodigués pour l’usage des vivants et non celui des morts. Sur le site de Poggio, les auteurs voient dans la grenouille un dépôt capable d’enrailler l’épidémie. Ils supposent que le rôle de protection contre la maladie se prolonge après la mort du défunt pour « retenir » la fièvre, circonscrire la maladie dans la tombe, et éviter sa propagation chez les vivants. Dans le cas d’une pareille interprétation, l’amulette protectrice ne se présente pas comme une offrande au mort mais plutôt comme un talisman, destiné à la protection des vivants placés en contexte funéraire. La grenouille devient donc un apotropaion dont la visée protectrice dépasse le cadre de la sépulture, et vient en aide aux survivants plus qu’aux trépassés.

  • 81 Annequin, 1973, p. 64.
  • 82 katadesmoi en grec, defixiones en latin.
  • 83 Soren, Soren, 1999, p. 508.
  • 84 La fonction de clous en contexte sépulcral pour le monde romain est également sujette à cette doubl (...)

47Dans cette optique de protection de la population vivante, on peut également envisager l’hypothèse que la grenouille ait été un moyen de conserver le mort dans un état inoffensif pour les survivants de manière plus générale, en dehors d’une préoccupation de contamination. De nombreux éléments censés empêcher les morts de nuire aux vivants ont été retrouvés dans les tombes dès le ve siècle av. J.‑C.. Mais c’est pendant la période impériale81qu’on les retrouve très largement usités, notamment sous la forme de tablettes cursives82. Ces vestiges prouvent que tous les objets en contexte sépulcral ne sont pas forcément utiles au mort mais parfois davantage à ceux qui lui survivent. Les grenouilles pourraient avoir eu un but similaire. Sur le site de Poggio, certains corps semblent avoir été immobilisés par des lests de pierres ou de tuiles posées directement sur les corps83 . Il n’est pas impossible que la grenouille ait eu, comme sa caractéristique première l’indique, la capacité de garder le mort « froid », en d’autres termes de le conserver dans son état de dépouille inoffensive. La grenouille a donc pu être un animal protecteur des vivants et avoir eu une fonction similaire aux lests, ou à certains dépôts de clous84, pour les prémunir contre un éventuel retour du mort.

4. 1. 2. Animal psychopompe ou projection de l’image du mort ?

48La grenouille peut être vue comme un animal psychopompe, un « passeur » qui accompagne le mort dans son voyage mais on peut également se demander si la grenouille dans les tombes ne représenterait pas une image du mort lui-même, comme le symbole d’un individu en mutation.

49La grenouille est effectivement symbole universel de mouvance, de mutation, de changement qui se font dans l’intimité des eaux, dans le secret, loin du regard des hommes qui restent à la surface. En ce sens, la métaphore funéraire leur convient parfaitement ; elles sont la représentation parfaite pour le mort qui entame son voyage certes, mais aussi et surtout sa transformation : de défunt physique putrescible à celui d’âme dans le monde des morts.

4. 1. 3. Animal gardien de la tombe ?

50Que la grenouille soit un animal psychopompe, une représentation symbolique du défunt au cours de son voyage ou simplement un animal de compagnie original, sa présence sur les stèles funéraires semble se justifier de bien des manières. Une dernière possibilité est à envisager : la grenouille est dotée, nous l’avons vu, de divers pouvoirs qui en font un animal puissant, possiblement redoutable.

  • 85 Grimal et al., 1998.

51Ainsi, sa représentation sur les stèles funéraires pourrait avoir une fonction prophylactique empêchant les profanateurs d’attenter à l’intégrité du locus religiosus que constitue la sépulture. La présence de l’animal a pu constituer un avertissement et servir de protection comme cela semble être le cas pour les représentations de sirènes sur les monuments funéraires hellénistiques et romains85.

4. 2. La grenouille : élément d’une scénographie funéraire ?

52À la lecture des sources antiques nous nous sommes interrogés sur la portée évocatrice de la grenouille en tant que symbole d’un paysage infernal. La grenouille a-t-elle pu être l’élément d’une scénographie qui offre une projection imaginaire du monde des morts ?

4. 2. 1. L’évocation de l’Ile des Bienheureux ?

53La destination ultime des morts prestigieux dans la littérature classique demeure l’Ile des Bienheureux et ce lieu est étroitement associé à la présence des grenouilles par le Mythe d’Euphorion.

  • 86 Voir entre autres, le commentaire de Lévèque, 1999, p. 37.

54On trouve quelques exemples de transformations punitives en grenouilles dans la mythopoïétique mais c’est bien celle de ce mythe, dans lequel Zeus change les Nymphes de l’Ile en batraciens, qui a été la plus commentée. Les nymphes sont transformées en grenouilles pour avoir rendu les honneurs funéraires à Euphorion, que Zeus venait juste de foudroyer86. Par ce mythe, la grenouille peut se trouver indirectement liée à la représentation de l’Ile des Bienheureux. Mais elle devient surtout particulièrement évocatrice de l’action de prodiguer un rite funéraire, ce qui peut davantage justifier sa présence au sein des tombes.

4. 2. 2. La matérialisation du Styx dans une représentation des Enfers ?

  • 87 Arist., Les grenouilles, 206-207.
  • 88 Juv., Satyre, II, 150 : qu’il y ait quelque part des mânes et un royaume souterrain et la gaffe de (...)

55Le Styx, instrument de l’ultime voyage des morts, est souvent associé à la présence des grenouilles comme chez Aristophane87et Juvenal88. Avec l’introduction de la grenouille dans l’espace de la tombe, sommes-nous face à une projection visuelle du monde souterrain qui attend le mort ? Y a-t-il volonté de mettre en scène le mort dans une représentation de l’Hadès ? La grenouille pourrait-elle être la partie qui évoque le tout, et représenter à elle seule le Styx dans une scénographie sépulcrale ? Si la grenouille peut avoir été le symbole du monde souterrain, il nous est difficile de répondre de façon affirmative à ces interrogations sans tomber dans la sur-interprétation. Aucun indice dans les sépultures étudiées ne peut nous permettre de percevoir dans les sépultures gréco-romaines des scénographies complexes. La grenouille a pu évoquer symboliquement un paysage souterrain, mais l’occupation de l’espace de la tombe par cet animal est souvent limitée, bien que sa présence ne soit visiblement pas anecdotique.

4. 2. 3. La représentation de divinités infernales

  • 89 « φρούνη », littéralement « crapaud femelle ». Orphei hymni ; Miller, 1868, p. 442 et 460.

56Les grenouilles sont également associées à des déesses chtoniennes comme Hécate qui est qualifiée de « crapaudine » dans les hymnes orphiques89.

  • 90 Hatzopoulos, 1987.
  • 91 Lévèque, 1999, p. 13.
  • 92 Hatzopoulos, communication personnelle.

57Artémis est également parfois associée aux grenouilles. Près du site de Métochi, on trouve 14 inscriptions mentionnant une Artémis Digaia Blaganeitis90.P. Levêque traduit cette épithète par « Artémis Juste Grenouille »91 mais M. Hatzopoulos y voit la filiation de cette « Artémis Juste » au village Blaganoï, appelé ainsi à cause de sa proximité avec les marécages92.

58Placer une grenouille dans une sépulture a pu donc également être une façon de placer symboliquement le mort sous la protection d’une de ces divinités, auxquelles les grenouilles sont liées.

4. 3. La projection d’une croyance dans la renaissance

  • 93 Lévèque, 1999, p. 33.

59Pour P. Levêque la grenouille a une valeur de « vivification »93 qui rend donc propice son emploi auprès d’un individu en transition entre deux mondes, par définition dans une phase délicate pendant laquelle il a besoin d’un soutien « magique ».

  • 94 Boll, 2000, p. 25 ; Lévèque, 1999, p. 119.
  • 95 Saint Jean, II, 25.
  • 96 Van den Kerchove, 2012, p. 174.

60Dans la croyance populaire comme pour les auteurs antiques, c’est la disparition des grenouilles et crapauds au fond des eaux pendant l’hiver, puis leur réapparition au printemps, qui a engendré leur assimilation à la renaissance et à la résurrection. Cette interprétation est couramment privilégiée par les auteurs souhaitant expliquer la présence des grenouilles en contexte sépulcral94. L’association de la grenouille à l’idée de résurrection est d’ailleurs concrètement exprimée par l’intermédiaire de l’inscription grecque έΥώ έίμι άνάστασις95 trouvée sur plusieurs lampes exhumées en contexte funéraire, et actuellement conservées au musée de Turin96.

  • 97 Platon, Rep., 10.614a-621d.

61La symbolique générale de la grenouille en fait un animal idéal pour symboliser le mort en transformation qui va vers un renouveau. C’est une idée positive de la mort qui se dessine alors, puisque la grenouille est liée aussi au triomphe de la vie, de la survie et de la sexualité. Elle est donc une hôtesse d’accueil idéale pour le défunt à son arrivée au Styx, au début de son processus qui le mènera peut-être, comme Er le Pamphilien dans le mythe de Platon97, vers une nouvelle vie.

4. 4. Au-delà de l’interprétation symbolique : La grenouille exogène

62Dans les premiers temps de la recherche archéologique les observateurs n’ont pas toujours eu le recul nécessaire pour analyser le caractère exogène de certains éléments présents dans les sépultures, et notamment en ce qui concerne les restes d’animaux. Les interprétations de « scénographies » funéraires dans lesquelles les grenouilles tiennent un rôle central en tant qu’animal chtonien ne sont pas étrangères à ce manque de recul.

  • 98 Soren, Soren, 1999, p. 508.

63Les chercheurs se montrent désormais plus prudents et citent régulièrement, quoiqu’encore de manière non systématique, la possibilité d’intrusion de la grenouille en tant qu’animal fouisseur. Dans le cas de la nécropole de Poggio Gramignano, Soren D. et Soren N. auront prudemment évoqué la possibilité du caractère fortuit de la présence du crapaud98, même si, comme nous l’avons vu précédemment, cet exemple précis évoquait plutôt un dépôt intentionnel.

64On ne doit effectivement pas négliger l’aspect intrusif de cet animal, même si l’hypothèse nous entraîne vers une interprétation un peu triviale des vestiges. On ne doit pas perdre de vue qu’une sépulture constitue un environnement favorable à l’installation des grenouilles et crapauds au régime alimentaire essentiellement insectivore. Les lépidoptères nécrophages, attirés par les corps en décomposition, constituent un apport nutritionnel potentiel. Au-delà de toute considération mystico-symbolique, il est donc logique que les grenouilles viennent trouver refuge près de ces sources de nourriture abondante. Parfois, comme à Ville-sur-Retourne, la présence du batracien attire également les serpents, chainon supérieur de cette jolie chaîne alimentaire. La présence naturelle de ces animaux dans des contextes sépulcraux se superpose par un heureux hasard ( ?) à la symbolique chtonienne des populations inhumantes. Les grenouilles sont naturellement attirées par la profusion de mouches qui accompagne la putréfaction d’un corps, puis, à son tour, le serpent est attiré par la présence des batraciens ; et ce qui aurait pu être un spectaculaire exemple de scénographie funéraire devient une illustration triviale du cycle alimentaire.

Conclusion

65Si les fonctions que remplissent les grenouilles en contexte funéraire nous semblent plurielles et parfois difficilement appréhendables dans des contextes archéologiques étudiés de manière partielle, l’évidence d’un lien fort entre le batracien et les défunts se confirme. En tant qu’animal ambivalent il nous semble évident que la grenouille a pu être utilisée dans des optiques multiples, et l’erreur serait certainement de ne vouloir isoler qu’une seule et unique fonction pour les objets la représentant.

  • 99 Boll, 2000, p. 94-100.

66La formidable puissance symbolique de la grenouille est par ailleurs visible à travers la pérennité de son utilisation en tant qu’évocatrice du monde des Morts, jusque dans les périodes médiévale et moderne, au cœur des cathédrales et des memento mori99, et pour de nombreuses cultures.

Haut de page

Bibliographie

Liste des abréviations des périodiques

Bi. Or. : Bibliotheca Orientalis
BCH : Bulletin de Correspondances Hellénistiques
ChrE : Chronique d’Égypte, Bulletin périodique de la Fondation égyptologique Reine Élisabeth
CPAC : Cuadernos de Prehistoria y Arqueología Castellonenses
CRAI : Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
GBA : Gazette des beaux-arts
Mer. New. : Meroitic Newsletter
RCHL : Revue Critique d’Histoire et de Littérature
REG : Revue des Études Grecques

Adriani, A., 1936, Annuaire du musée gréco-romain, La nécropole de Moustafa Pacha, Alexandrie.

Annequin, J., 1973, Recherches sur l’action magique et ses représentations, Paris, 1973.

Baills Talbi N. & Dasen V., Rites funéraires et pratiques magiques, Nasciturus : Infans, Puerulus. Vobis Mater Terra. La Muerte en la Infancia, Serie de Prehistoria Arqueologia, p. 595-618.

Barbera, J., Campillo, D., Miro, C. et Molist, N., 1989, La inhumaciones infantiles y otros ritos en el poblado ibérico de la Penya del Moro de Sant Just Desver (Barcelona), CPAC, 14, p. 161-171.

Boll, V., 2000. Autour du couple ambigu crapaud-grenouille : Recherches ethnozoologiques, Paris.

Biehorst, J., 1976, The red swan: Myths and tales of the American Indians, New York.

Cayron, J. G., 2004, The Sinalakan Turtle-Shaped Artefact, dans V. Paz et C. Solheim (éd.), Southeast Asian archaeology, Quezon, p. 276-291.

Daux, G., 1964, Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1963, BCH, 88, p. 681-915.

Delaporte, S., 2003, La fouille du secteur 2 Pont Gabarri, dans J.-Y. Empereur (dir.), Necropolis 2, vol 2, p. 33-83.

Deonna, W., 1952, La femme et la grenouille, Gazette des beaux-arts, XL, p. 229-240.

De Rachewiltz, B., 1963, Eros noir, Milan.

Firatli, N. et Robert, L., 1964, Les stèles funéraires de Byzance gréco-romaine, Paris.

Georges, C., 2001, Les lampes, dans J.-Y. Empereur et M.-D. Nemma (dir.), Necropolis 1, Le Caire, p. 423-504.

Georges, P., 2001, Etude anthropologique des tombes B1, B2, B3 et B8, dans J.-Y. Empereur et M.-D. Nemma (dir.), Necropolis 1, Le Caire, p. 423-504.

Necropolis 1, Le Caire, p. 253-271.

Georges, C., 2003, Les lampes du secteur 5 de la fouille du Pont Gabbari, dans J.-Y. Empereur (dir.), Necropolis 2, vol. 2, p. 491-509.

Georges, C., 2003, Les lampes du secteur 2 de la fouille du Pont Gabbari, dans dans J.-Y. Empereur (dir.), Necropolis 2, vol. 2, p. 261-277.

Goosens, R., 1950, La nouvelle Clio, I, vol. 4.

Grimal, N., Briant, P. et Chauveau, M., 1998, La gloire d’Alexandrie, Paris.

Grimm, G., 1969, Die Zeugnisse ägyptischer Religion und Kunstelemente im römischen Deutschland, Leiden.

Hampartumian, N., 1978, Child-burials and Superstition in the Roman Cemetery of Sucidava (Dacia), dans M. B. Boer et T. A. Edridge (éd.), Hommages Maarten J. Vermaseren, Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain 68, Leyden, p. 473-477.

Hatzopoulos, M., 1987, Artemis Digaia Blaganitis en Macédoine, BCH, 111, p. 397-412.

Hermary, A. et Dubois, C., 2012, L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfant, Paris.

Hermary, A., 2010, Apollonia du Pont (Sozopol) La nécropole de Kalfata (ve-iiie av. J.C.), fouilles franco-bulgares 2002-2004, Paris.

Hirsch-Dyczek, O., 1983, De liberis in stelis Atticis depictis, Nakladem.

Hombert, P., 1946, Description sommaire d’une collection d’antiquités gréco-romaine, CE, 21, p. 245-166.

Houby-Nielsen, S., 1997, Grave gift, women, and conventional values in Hellenistic Athens, dans P. Bilde, T. Engberg-Pederson et L. Hannestad (éd.), Conventional values of the hellenistic Greeks, Aarhus, p. 220-262.

Joffroy, R. et Bretz-Mahler, D., 1959, Les tombes à char de La Tène dans l’Est de la France, Gallia, p. 5-36.

Keimer, L., 1954, Bibliotheca Orientalis XI, p. 165-166.

Kerner, J., 2013, L’eau dans les pratiques funéraires et la symbolique mortuaire du monde hellénistique et romain, Actes des 6e journées universitaires de Hérisson. (à paraître)

Kian-Chow K., 1991, Quadrilateral patterning in the tomb of fu hao Indo-Pacific Prehistory Association Bulletin 11, p. 172-178.

Le Blant, M., 1879, Communication à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en séance du 21 février 1879, intitulée « Notes sur quelques lampes égyptiennes en forme de grenouille », Revue Critique d’Histoire et de Littérature, 7, p. 175.

Leclant, J., 1978, La grenouille d’éternité des pays du Nil au monde méditerranéen, dans M. B. Boer et T. A. Edridge (dir.), Hommages Maarten J. Vermaseren, Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain 68, Leyden, p. 561-572.

Le Quellec, J. L., 1996, Petit dictionnaire de zoologie mythique, Paris.

Lévèque, P., 1999, Les grenouilles dans l’Antiquité, Cultes et mythes de grenouilles en Grèce et ailleurs, Paris.

Lepetz, S. et Van Andringa, W., 2006, Pour une archéologie de la mort à l’époque romaine : Fouille de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi, CRAI, p. 1131-1161.

Loridant, F., 2009, Pratiques et rites funéraires, dans F. Loridant et X. Deru (dir.), Bavay : nécropole gallo-romaine de la « Fache des près Aulnoys », Lille, p. 97-120.

Lullies, R., 1960, Θεωρία: Festschrift W.- H. Schuchhardt, Baden.

Miller, E., 1868, Mélange de littérature grecque, Paris.

Nenna, M.-D., 2010, Les marqueurs de tombes d’enfants dans l’Égypte gréco-romaine : premières recherches, dans A.-M. Guimier-Sorbets et Y. Morizot (dir.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité volume i, Paris, p. 347-360.

Papadimitrou, J., 1949, Le sanctuaire d’Apollon Maldatis à Épidaure, BCH, LXXIII, p. 361383.

Picard, C., 1935, Remarque sur les sculptures monumentales du sanctuaire d’Aléa Athéna à Tégée, REG, 48, p. 475-504.

Reuster, N., 1599, Emblematum Liber singularis, Strasbourg.

Ristow, G., 1967, Romer am Rhein: Ausstellung des Römisch-Germanischen Museums Köln, Kunsthalle Köln 15. April bis 30. Juni 1967, Cologne-Braunsfeld.

Sautel, J., 1926, Vaison dans l’antiquité, II, Catalogue des objets romains trouvés à Vaison et dans son territoire, Avignon.

Stead, L. M., Flouest, J. L. et Rigby, V., 2006, Iron Age and Roman burials in Champagne, Oxford.

Sciegienny-Duda, J., 1974, La symbolique de la Grenouille à Meroe, Meroitic Newsletter, 15, p. 25.

Soren, D. et Soren, N., 1999, A roman villa and a late roman infant cemetery: excavation at Poggio Gramignanon, Lugnano in Teverina, Rome.

Spiegelberg, W., 1903, Das Na der Ortsbezeichnung, Sphinx, VII, p. 86-88.

Van Doorselaer, M., 2001, Les tombes à incinération de l’époque gallo-romaine en Gaule septentrionale : introduction générale, dans J.-F. Geoffroy et H. Barbé (éd.), Les nécropoles à incinération en Gaule belgique. Synthèses régionales et méthodologie, Lille, p. 9-14.

Van Den Kerchove, A., 2012, La voie d’Hermès : pratiques rituelles et traités hermétiques, Leiden, Boston.

Wooley, L., 1910, Karanóg, the Romano Nubian Cemetery IV, Philadelphie.

Haut de page

Notes

1 D’après Pline : Vere novo remeat sub brumam rana sepulta Mortuus invitam sic redit alter homo. Traduction de Reuster, Les Belles Lettres, 1599.

2 Leclant, 1978.

3 Lévèque, 1999, p. 120.

4 Picard, 1935, p. 97.

5 Papadimitrou, 1949, p. 378, fig. 10, 1.

6 Leclant, 1978, p. 563.

7 Ristow, 1967 p. 250 n° C224.

8 De Rachewiltz, 1963, p. 39.

9 De Rachewiltz, 1963, p. 41.

10 Leclant, 1978, p. 564.

11 Van den Kerchove, 2012, p. 174.

12 Georges, 2003, p. 411.

13 Empereur, 2003, p. 312.

14 Adrinani, 1936, p. 152.

15 Empereur, 2001, p. 11.

16 Delaporte, 2003, p. 54.

17 Georges, 2003, p. 57.

18 Georges, 2001, p. 248.

19 Georges, 2001, p. 250.

20 Georges, 2001, p. 252.

21 Deonna, 1950, p. 4.

22 Georges, 2001, p. 424 fig 149 : croix incisée sous la base de la lampe et Hombert 1946, p. 257.

23 Lepetz et Van Andringa, 2006, p. 1132-1133.

24 Également cité par Leclant, 1978, p. 566.

25 Sur la base d’un inventaire non exhaustif de stèles hellénistiques et romaines publié, échantillonnées sur un contexte géographique et chronologique étendu (Claimont C. W., Classical Attic Tombstones, Akanthus, 1993 ; Firatli N. & Robert L., Les stèles funéraires de Byzance gréco-romaine, Paris, 1964 ; Julia D., Étude épigraphique et iconographique des stèles funéraires de Vigo, Heidelberg, 1971 ; Conrad S., Die Grabstelen aus Moesia Inferior : Untersuchungen zu Chronologie, Typologie und Ikonographie, Leipzig, 2004 ; Posamentir R., Carter J. C., The polychrome grave stelai from the early hellenistic necropolis, 2011 ; Woysch-Meautis D., La représentation des animaux et des êtres fabuleux sur les monuments funéraires grecs : de l’époque archaïque à la fin du ive siècle av. J.‑C., Lausanne, 1982 ; Hirsch-Dyczek O., De liberis in stelis Atticis depictis, Kraków, 1983).

26 Lullies, 1960, p. 139, fig. 1-3.

27 Lullies 1960, p. 144-145.

28 Lullies 1960, p. 145.

29 Grimm, 1969, p. 11.

30 Stead et al., 2006, p. 129.

31 Soren, Soren, 1999, p. 477.

32 Soren, Soren, 1999, p. 488.

33 Soren, Soren, 1999, p. 478.

34 Un corps acéphale, une tête isolée et un arrière-train ; Soren, Soren, 1999, p. 489.

35 Baills Talbi, Dasen, 2008, pp. 595-618.

36 Soren, Soren, 1999, p. 492.

37 Soren, Soren, 1999, p. 507.

38 « It was difficult to determine if this was a sacrified pet, ritual offesring or accidental inclusion » : Soren et Soren p. 507.

39 Soren, Soren, 1999, p. 507.

40 Soren, Soren, 1999, p. 550.

41 Soren, Soren, 1999, p. 492.

42 Soren, Soren, 1999, p. 497.

43 Soren, Soren, 1999, p. 493.

44 Soren, Soren, 1999, p. 518.

45 Pline, Hist. Nat., XXIX, 58.

46 Pline, Hist. Nat., 32.114, préconise l’application de grenouille en amulette contre la malaria. Mais également Horace Sat. I.8, 17-24.

47 Cette interprétation est appuyée par le fait qu’une épidémie de malaria est renseignée pour le ve siècle par les sources littéraires. Voir Soren, Soren, 1999, p. 517.

48 Voir infra le développement 4.1.1.

49 Lévèque, 1999, p. 28.

50 « Humides enfants des marécages… Répétons ces chants que nous chantons en l’honneur de Dionysos Nysien, le jour de la fête des marmites, quand la foule ivre se porte vers notre Temple du marais » Arist. Les grenouilles, v. 210 et suivants, Les Belles Lettres.

51 Deonna, 1951a ; Deonna, 1951b.

52 Ovid., Am., I, 45, 36 ; Hor. Od., III, IV, 61 ; Virg. Georg., III, 293.

53 Leclant, 1978, p. 563.

54 Le Blant, 1879, p. 175.

55 Keimer, 1954.

56 Leclant, 1978, p. 563.

57 Leclant, 1978, p. 566.

58 Daux, 1964, p. 760, fig. 2.

59 Sciegienny-Duda, 1974, p. 4.

60 Joffroy, Bretz-Mahler, 1959, p. 29.

61 Soren, Soren, 1999, p. 489.

62 Deonna, 1952.

63 Lévèque, 1999, p. 48.

64 Goosens 1950, p. 6, 14.

65 Mon. ant., VI, 1897, 300, n° nX, Paris, Bibl. Nationale, réf.

66 Fox, 1982, p. 283 ; Cayron, 2004, p. 284 ; Kian-Chow, 1991, p. 172-178.

67 Site de la région de Thanh-Hoa, objet daté de la période Han. Pour plus d’informations sur le sujet, se référer à Janse 1972, p. 203, fig 9.

68 Cayron, 2004, p. 284.

69 La tortue qui s’introduit dans une maison annonce la mort pour les Tagbanwa (Fox, 1982, p. 189 et 206.) comme c’est le cas pour la grenouille dans les croyances populaires de Saxe (Boll, 2000, p. 94.) En Chine, la tortue est associée à l’immortalité et est l’animal-passeur qui aide les âmes sur le chemin du Nirvana (Cayron, 2004, p. 286.).La tortue est associée, tout comme la grenouille, à l’image d’une mère créatrice (pour certaines tribus d’Indiens d’Amérique qui pensent qu’elle a fait la terre à base de boue (Biehorst, 1976.) ; ou pour les habitants de Bohol (Eugenio, 1993, p. 208.) ou de Bali (Cayron, 2004, p. 286.) qui croient qu’une immense tortue porte la terre sur son dos et que les tremblements de terre sont dûs à ses mouvements. Ce télescopage entre grenouille et tortue, dont les pouvoirs semblent parfois identiques, pourrait constituer un travail bien plus important mais qui n’est pas notre propos ici.

70 Nenna, 2010, p. 347-360.

71 Hirsch-Dyczek, 1983, passereau et pigeon : fig 34, 54,16 ; coq : fig 9.

72 Hirsch-Dyczek, 1983, oies et cygnes : fig 14, 20, 43, sur la présence des oies et des cygnes voir aussi Robert & Firatli, 1964, p. 38.

73 Hampartumian, 1978.

74 Lévèque, 1999 ; Boll, 2000.

75 Voir infra notre développement 4.1.

76 Barbera et al., 1989, p. 161-172.

77 Comme dans le cimetière de Shablul, voir Sciegienny-Duda, 1974, p. 3.

78 Comme protection par exemple contre une maladie, que celle-ci ait été chronique ou ait provoqué le décès de l’individu.

79 C’est dans ce sens que vont de nombreuses interprétations comme celle de Lévèque qui attribue à la grenouille une valeur de « vivification ». Lévèque, 1999, p. 33.

80 Évolution des mentalités visible notamment à travers l’étude de l’épigraphie funéraire, Kerner, 2013.

81 Annequin, 1973, p. 64.

82 katadesmoi en grec, defixiones en latin.

83 Soren, Soren, 1999, p. 508.

84 La fonction de clous en contexte sépulcral pour le monde romain est également sujette à cette double interprétation : protection du mort ou moyen de conserver celui-ci inoffensif. On remarquera que ces éléments semblent particulièrement liés aux morts immatures mais également aux femmes. Des approches symboliques ou pratiques peuvent être évoquées pour répondre à cette constatation factuelle. Voir sur le sujet Loridant, 2009, p. 115 ; Van Doorselaer, 2001, p. 10 ; Houby-Nielsen, 1997, p. 233 et Hermary, 2010.

85 Grimal et al., 1998.

86 Voir entre autres, le commentaire de Lévèque, 1999, p. 37.

87 Arist., Les grenouilles, 206-207.

88 Juv., Satyre, II, 150 : qu’il y ait quelque part des mânes et un royaume souterrain et la gaffe de Charon et des grenouilles noires dans le gouffre du Styx, et qu’une seule barque puisse suffire pour faire passer l’eau à tant de milliers de morts, les enfants même ne le croient pas, excepté ceux qui n’ont pas encore payé leur bain.

89 « φρούνη », littéralement « crapaud femelle ». Orphei hymni ; Miller, 1868, p. 442 et 460.

90 Hatzopoulos, 1987.

91 Lévèque, 1999, p. 13.

92 Hatzopoulos, communication personnelle.

93 Lévèque, 1999, p. 33.

94 Boll, 2000, p. 25 ; Lévèque, 1999, p. 119.

95 Saint Jean, II, 25.

96 Van den Kerchove, 2012, p. 174.

97 Platon, Rep., 10.614a-621d.

98 Soren, Soren, 1999, p. 508.

99 Boll, 2000, p. 94-100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jennifer Kerner, « Grenouilles et crapauds en contexte funéraire dans le monde gréco-romain : possibles fonctions et symbolique », Pallas, 94 | 2014, 171-189.

Référence électronique

Jennifer Kerner, « Grenouilles et crapauds en contexte funéraire dans le monde gréco-romain : possibles fonctions et symbolique », Pallas [En ligne], 94 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://pallas.revues.org/1628 ; DOI : 10.4000/pallas.1628

Haut de page

Auteur

Jennifer Kerner

Doctorante, Université de Paris 10 Nanterre-La Défense
UMR 7055, Préhistoire et Technologie
kerner.jennifer@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org