Navigation – Plan du site

Avant-propos

Jean-Pierre Aygon
p. 9-10

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années les tragédies de Sénèque ont suscité un intérêt croissant, ont été de plus en plus souvent mises en scène, et les études qui leur sont consacrées se sont multipliées. Toutefois, les désaccords des critiques à leur sujet restent importants et plusieurs questions en particulier – non sans rapport les unes avec les autres – font encore l’objet de vives discussions : ces pièces sont-elles de véritables œuvres de théâtre, écrites pour être éventuellement représentées et obéissant aux règles du genre dramatique ? Si certains le pensent, d’autres considèrent qu’elles étaient plutôt destinées à la seule recitatio et que l’influence de l’épopée les avait dénaturées. Leur composition est par ailleurs souvent jugée avec sévérité, car elle ne serait ni rigoureuse ni cohérente, si bien que l’on a pu parler à leur propos de membra disiecta. Leur interprétation enfin est loin de faire l’unanimité. Sont-elles compatibles avec le stoïcisme de leur auteur, et convient-il même de chercher à les mettre en relation avec la philosophie du Portique ?

2Avec l’objectif de confronter les points de vue de commentateurs français et étrangers ayant adopté des positions divergentes dans des synthèses récentes sur le théâtre de Sénèque, j’ai organisé, avec l’aide de Mme Brigitte Le Guen, directrice du GDR 3279 THEATHRE (CNRS), une Table ronde, dans le cadre de ce GDR, avec le soutien de l’Université Paris VIII – Saint Denis (EA 1571), de l’UMR 8546 (ENS Ulm) et de l’Université Toulouse II – Le Mirail (PLH/CRATA, EA 4601). Cette Table ronde s’est tenue à Paris les 30 et 31 mars 2012 (au Musée d’histoire de Saint Denis et à l’ENS de la rue d’Ulm), et je suis heureux d’en publier aujourd’hui les actes.

3Mes remerciements les plus chaleureux vont d’abord à Mme Brigitte Le Guen, qui a immédiatement approuvé ce projet et s’est dépensée sans compter pour que cette manifestation puisse se réaliser avec succès, puis à Jean-Marc Luce, directeur du Crata-Plh, qui l’a soutenue sans réserve, ainsi qu’à Christian Rico, éditeur attentif de la revue Pallas.

4Je remercie aussi tous les spécialistes de Sénèque qui ont accepté de participer à cette Table ronde et ont nourri les échanges dans un climat de grande liberté de parole et de franche cordialité. Christoph Kugelmeier et Gottfried Mader n’ont malheureusement pu être présents, mais ont envoyé leurs communications, qui sont publiées avec les autres. Marie-Hélène Garelli résume dans sa synthèse finale les apports des différentes contributions. C’est donc très rapidement que je vais présenter ici le thème de chacune d’entre elles. Comme le nombre d’intervenants était relativement réduit, et que l’éditeur disposait de suffisamment d’espace, j’ai incité ceux qui le souhaitaient à étoffer leur exposé, au-delà du format restreint imposé pour la communication orale. C’est pourquoi certains textes sont nettement plus développés que d’autres.

5J’ai ouvert les débats en reprenant l’analyse d’un passage emblématique d’Agamemnon, où l’enchaînement de deux scènes, considéré comme illogique par la quasi unanimité des critiques, se comprend mieux si l’on imagine une mise en scène. Puis, en privilégiant l’approche stylistique et en associant rhétorique et poétique, Pascale Paré-Rey (Université de Lyon 3) a démontré que la « spectacularité » des tragédies, inscrite dans leur écriture même, en assure la théâtralité et la cohérence. Quant à Christoph Kugelmeier (Université de Saarbrück), il a rappelé, en s’appuyant aussi bien sur des arguments archéologiques que sur l’existence de contradictions internes concernant le lieu scénique, qu’il aurait été très difficile de représenter ces pièces sur un pulpitum romain. En complément, Christian Klees (doctorant de l’Université de Saarbrück) a fourni ultérieurement un compte rendu de sa récente mise en scène de la Phaedra de Sénèque.

6De leur côté, Giancarlo Mazzoli (Université de Pavie), Gregory Staley (Université du Maryland) et Gottfried Mader (Birkbeck College, University of London) ont mis en lumière le rapport profond entre la philosophie du Portique et l’univers théâtral construit par le dramaturge, le premier en dégageant le système d’oppositions fondamental qui confronte les deux faces, positive vs négative, d’une même vision du monde, le second en soulignant les liens étroits entre l’esthétique des tragédies et la pensée stoïcienne, le troisième en scrutant le fonctionnement de scènes dans lesquelles les personnages se trouvent à la croisée des chemins, sans volonté ferme, et où leur choix dépend de l’identité en laquelle ils se reconnaissent en dernier ressort.

7Enfin, Oriana Mignacca (docteur des Universités de Trente et de Lille 3) a mis au jour le rôle essentiel des antithèses dans la structure de Phaedra, tandis qu’Alessandro Schiesaro (Université Roma 1 – La Sapienza), approfondissant à partir du cas d’Agamemnon la réflexion sur le sens de l’ordre et du désordre dans les tragédies de Sénèque, a mis en relief le contraste significatif, voulu par le dramaturge, entre les représentations tragique et épique des mythes.

8Cette Table ronde a eu le mérite de clarifier les prises de position, de faire apparaître des convergences et d’ouvrir de nouvelles perspectives, comme le montre Marie-Hélène Garelli (Université de Toulouse 2) dans le bilan final. Chaque participant est allé au bout de sa démarche et de ses hypothèses, en explicitant la méthode exégétique qui les sous-tend, ce qui permettra au lecteur de se forger sa propre opinion et ouvrira la voie, nous l’espérons, à de futures recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Aygon, « Avant-propos », Pallas, 95 | 2014, 9-10.

Référence électronique

Jean-Pierre Aygon, « Avant-propos », Pallas [En ligne], 95 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/1646

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org