Navigation – Plan du site
Introduction générale

Rome et l’Occident : considérations liminaires

Bernadette Cabouret-Laurioux, Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman
p. 11-32

Texte intégral

1Au seuil de ce volume issu d’un colloque organisé en mai 2009, sous l’égide de la SOPHAU, dans le cadre de l’Université de Lyon, et « adossé » à la question d’histoire romaine mise au programme des concours de recrutement de l’enseignement (CAPES et agrégation), ces quelques pages, à défaut de développer dans le détail l’ensemble des enjeux liés au thème de cette rencontre scientifique, visent à expliciter les principes qui ont présidé à son organisation.

1. Rome et l’Occident : questions de libellé

  • 1 Cunliffe, (1988) 1993.
  • 2 Cunliffe, 2008. Pour des considérations de même nature, les choses étant vues depuis l’Orient : Ber (...)
  • 3 Le Goff, 2003.
  • 4 Telo, 2007, p. 26 : « Avec sagesse, Rome a créé un monde européen de la communication interne et de (...)
  • 5 Un seul exemple : les bijoux d’or des trésors de Lasgraisses, dans le Toulousain, sont quasiment id (...)
  • 6 Histoire longuement racontée par Moschos, Idylliis II, Bucolicorum graecorum Theocriti Bionis Mosch (...)
  • 7 Au dire d’Hésiode, Théogonie, 357, Europe était l’une des trois mille Océanides, filles d’Océan.
  • 8 Incrédulité d’Hérodote, IV, 45 face à cette situation : Quant à l’Europe, il ne paraît pas que l’on (...)
  • 9 La façon de combattre des Barbares, qui tenait dans une large mesure de celle des bêtes sauvages ou (...)
  • 10 César, BG, VI, 13, 1-3 ; Diodore de Sicile, V, 31 ; Dion Chrysostome, Discours, 32 (49). Le Roux, G (...)
  • 11 Les Bretons sont plus grands et mieux proportionnés que les Celtes. Ils ont les cheveux moins blond (...)
  • 12 Le mécanisme est bien décrit par Duval, 1957, p. 65.

2Il y a quelques années, La Gaule et ses voisins, titre de l’ouvrage du grand savant qu’est Sir Barry Cunliffe1, aurait pu servir d’intitulé, mais l’on aurait pu alors, malgré cette référence britannique, craindre un repli franco-français. D’ailleurs, l’approche adoptée dans le tout dernier livre du même auteur, l’Europe entre les Océans, invite à « reproblématiser », d’un tout autre point de vue, les rapports entre géographie et culture, entre environnement et groupements humains, afin de cerner les effets, positifs ou négatifs, des façades maritimes sur la « niche géographique » européenne, en termes de réseaux de communication ou d’échanges et d’interactions entre les peuples. L’ampleur de vue post-braudélienne est alors telle que les siècles de domination romaine semblent un simple intermède, qu’il faut cependant et surtout créditer d’avoir institutionnalisé, avec ses routes, ses ports et ses marchés, des réseaux antérieurs2. En effet, bien que l’Afrique se trouve exclue du champ d’investigation pour des raisons tenant essentiellement à un précédent programme, du seul point de vue spatial, on aurait pu aussi choisir comme libellé, plus en phase avec l’actualité, en termes de bilan et d’héritage, et avec plus d’audace, Les Romains et l’Europe. Mais il ne manquerait pas en France de plumes historiennes, et non des moindres, pour dire, d’une manière indirecte, qu’un tel sujet n’existe pas ! Pour Jacques Le Goff, par exemple, l’Europe est certainement née au Moyen Âge, ce qui précède relevant d’un autre monde3. Tout au contraire, le catalogue d’une récente exposition Vivre en Europe romaine ne manque pas de mettre en exergue « l’héritage fécond de l’Europe romaine », dégagé du poids encombrant de la rhétorique et de l’idéologie de l’époque fasciste, en opérant un « tri dans l’héritage romain »4. On pourrait ajouter : après avoir décrypté et évacué bien des mythes forgés par les États européens au fil des siècles. Tel pourrait donc être l’une des approches sous-jacentes à l’étude d’un vaste espace qui s’étend, à la fin du « siècle des Antonins », de la Sicile à la Bretagne, de la Bétique à la Rhétie. Mais formuler les choses ainsi, n’est-ce pas déjà sous-entendre que la Méditerranée doit l’emporter, au moins dans le point de vue adopté ? Si l’on reprend une démarche géographique qui fit fureur il y a un quart de siècle et que l’on s’oriente non vers le nord, mais vers le sud, on voit la même réalité, mais d’une manière bien différente. On voit immédiatement qu’il y eut trois Europe, une du nord, peu bavarde au regard des textes du passé, ce qui ne signifie pas forcément inexistante, une Europe moyenne, largement celtisée, marquée par une unité de culture prodigieuse5, et bien entendu celle des Grecs, dont héritèrent les Romains, qu’elle porte dans l’imaginaire de l’époque le nom d’une princesse syrienne6 ou d’une fille d’Océan7, selon les versions8. Il y a bien un domaine celtique au cœur des territoires à étudier, ce qui ne manquera pas de poser des questions d’identité – qui se poseront tout autant pour les mondes ibérique, germanique ou grec. Pour les Anciens, cette Europe moyenne, dont la Bohême constituait le centre, était largement peuplée de grands géants blonds, farouches à la guerre, mais crédules comme des enfants. Ne combattaient-ils pas dans un immense désordre9 ? Ne refusaient-ils pas de mettre par écrit, quel que fût l’alphabet proposé, le corps de leurs croyances, lesquelles étaient conservées par ces coffres-forts vivants qu’étaient les druides10 ? Quand, à un horizon incertain, eut disparu le dernier de ceux-ci, il ne resta que des textes méprisants, écrits souvent en grec11 et des discours contradictoires rédigés en latin, langue que nous connaissons, mais que nous sommes presque incapables de décrypter totalement quand s’applique cette interpretatio Romana, qui voyait tout par rapport aux dieux et aux pratiques de la Ville12. Une tout autre approche s’appliquait aux régions depuis longtemps intégrées aux mondes grecs, comme la Sicile : non que des stéréotypes n’aient point existé à leur sujet, mais ce n’étaient clairement pas les mêmes.

  • 13 Martin, 1990, p. 8-9.

3Pour mieux cerner les contours de la question mise au programme des concours, on peut, dans un premier temps, avec un minimum de recul historiographique, la comparer à celle choisie il y a désormais vingt ans (1989-1990 et 1990-1991), qui s’intitulait : Les provinces romaines d’Europe centrale et occidentale de 31 avant J.-C. à 235 apr. J.-C. (Norique, Rhétie, provinces alpestres, Gaules, Germanies, Bretagne, péninsule Ibérique). Le libellé, qui, notons-le, s’appuyait sciemment sur la référence européenne, soulignait que l’accent était mis sur les différents espaces territoriaux placés sous la domination de Rome et invitait à une description de ces ensembles inscrits, et plus ou moins profondément intégrés, dans le grand ensemble que constituait l’Empire romain. Comme le rappelait alors l’auteur d’un des manuels édités à cette occasion, qui proposait comme sous-titre Évolution et administration : « l’intérêt de la question est placé dans l’étude des provinces et de la vie provinciale ». Et de souligner que l’un des aspects « les plus importants [était] de tenter de comprendre comment avec de si faibles moyens en hommes et en ressources Rome a pu contrôler et faire siens des territoires aussi immenses, a pu continuer à agrandir son espace géographique »13. La problématique ainsi posée pouvait se décliner en trois axes : les moyens de la domination romaine, les rythmes et les étapes de la romanisation, les limites de la romanisation.

4La question proposée en 2009 invite, elle, à réfléchir sur Rome et l’Occident (les îles de la Méditerranée occidentale : Sicile, Sardaigne, Corse ; la péninsule Ibérique ; la Gaule, Cisalpine exclue ; la Germanie ; les Alpes : provinces alpestres et Rhétie ; la Bretagne) entre 197 avant J.‑C et 192 après J.-C (fig. 1). Elle privilégie donc le rapport créé, puis entretenu, entre le centre du pouvoir, Rome, et les espaces conquis/gérés par cette dernière, entre le centre et les périphéries, entre la matrice de la civilisation (ou qui se pense telle) et les cultures autres. La perspective est donc différente, et, en s’inscrivant dans un temps long, valorise les notions de passage, de progression, de mutation, de métamorphose. Cela permet aussi de remettre en cause le concept d’uniformisation, qui est en fait une image que l’on projette sur la mise en œuvre de la domination de Rome, comme si l’impact de Rome était unique (et, tel un coin monétaire, imprimait partout la même empreinte). De même que les Romains se sont adaptés dans la conquête, de même ils se sont adaptés dans l’organisation : la notion de flexibilité est certainement aussi importante que celle d’évolution et de mutation.

2. De l’exploitation des sources aux orientations de la recherche : les tendances récentes

5Pour étudier la problématique des relations entre Rome et l’Occident, les outils disponibles sont extrêmement variés, riches, parfois touffus. Mais ils sont aussi inégaux, difficiles à manier et à interpréter, souvent trompeurs ; ils ne se complètent pas toujours et des pans entiers de cette histoire restent dans l’ombre. La documentation a en tout état de cause beaucoup évolué depuis deux décennies et suffirait à justifier que l’on repose un sujet apparenté à celui que l’on a évoqué.

  • 14 Voir le récent colloque Freyburger, Meyer (dir.), 2007.
  • 15 Sur l’œuvre de Cicéron, voir Prag (dir.), 2007 ; Dubouloz, Pittia (dir.), 2007 (ainsi que leur arti (...)
  • 16 Voir ci-après la communication d’Y. Roman.
  • 17 Voir ses intéressantes remarques, à base fiscale et financière, sur la « non conquête » de la Breta (...)
  • 18 Cruz Andreotti et al., 2006-2007.

6Il ne saurait être question de dresser ici un inventaire complet des sources qui nous permettent d’étudier cette lente adaptation au modèle romain, lui-même adaptable et flexible, avec toutes les résistances et limites dont il faut aussi tenir compte. Il s’agit seulement d’en rappeler la variété. Les textes littéraires restent un point de départ obligé, mais ils ne nous donnent que le point de vue des Romains (César, Cicéron, Pline l’Ancien ou Tacite…) ou de Grecs dévoués à la cause de Rome (Polybe, Strabon, Appien, Dion Cassius…14). Néanmoins leur exploitation, toujours réactualisée15, reste fondamentale. Ils révèlent notamment la perception et les représentations de l’Occident et, partant, l’outillage intellectuel de l’expansion romaine. Il suffit de jeter un coup d’œil à une carte de l’Occident élaborée à partir de l’œuvre de Strabon, pour y relever l’orientation méridienne des Pyrénées et le positionnement est-ouest de l’Espagne, qui devaient engendrer des conclusions intellectuelles étonnantes et des interventions militaires en Gaule16, ainsi que des parallélismes fluviaux tout à fait exceptionnels, ou la forme triangulaire, conformément à la tradition pythagoricienne, de l’île Britannique17… (fig. 2). C’est tout l’intérêt d’une question qui fait remonter jusqu’au iie s. avant J.-C. Alors, peuples et civilisations coexistent et se confrontent autour de la Méditerranée occidentale, dans leurs spécificités et leurs particularismes, avec leurs degrés divers de développement. Les appréhender comme tels (Grecs de Sicile, peuples hispaniques, ethnies et populations celtiques, peuplades des bords du Rhin et du Danube…), c’est rechercher comment Rome est entrée en contact avec eux, ce qu’elle en connaissait et comment cette connaissance, qui s’est enrichie au fur et à mesure, a déterminé les modes d’organisation. « L’expansion romaine a contribué à mieux faire connaître peuples et territoires et a débouché sur de nouvelles formes d’organisation des espaces conquis » comme le soulignent les éditeurs de l’Invention d’une géographie de la péninsule Ibérique18.

  • 19 Ainsi, parmi les toutes récentes publications, un nouveau fragment de loi municipale, certainement (...)

7Une grande partie de la richesse documentaire vient, en histoire ancienne, de l’épigraphie : inscriptions honorifiques qui nous montrent l’adoption des modes romains de fonctionnement communautaire, ou ses limites ; inscriptions funéraires aussi, innombrables, particulièrement éclairantes sur les croyances et les cultes et de plus en plus exploitées dans leur dimension sociale. On doit ainsi consulter, dans les volumes récents de l’Année Épigraphique, les inscriptions de Bétique19 ou de Citérieure, si nombreuses ; on doit songer aussi aux inscriptions de Lyon, rassemblées sous la direction de Fr. Bérard ou à la reprise, par un groupe de travail aixois, des Inscriptions latines de Narbonnaise… On découvre chaque année de nouvelles dédicaces, de nouveaux duumvirs, des sévirs augustaux, on précise la carrière de tel ou tel gouverneur ou administrateur et on éclaire toujours mieux la politique édilitaire à l’œuvre dans les communautés provinciales.

  • 20 N’oublions pas en particulier que le monde de l’Europe moyenne était celui de l’adobe, construction (...)
  • 21 Ainsi Reddé, 2006 (introduction) : « Ce livre permettra de montrer combien l’histoire de la Gaule l (...)

8C’est cependant de l’archéologie qu’il faut attendre un véritable renouvellement des perspectives et des informations, même si les données qu’elle fournit posent parfois plus de questions qu’elles n’en résolvent. Fouilles de villae qui permettent de mieux comprendre les modes de peuplement, d’organisation et d’exploitation des zones rurales, fouilles des camps ou structures militaires qui informent sur les exigences et les moyens de la défense, repérages d’agglomérations de tailles très disparates, ou encore trésors monétaires, fouille des épaves maritimes ou fluviales qui sont des marqueurs économiques particulièrement instructifs… On pourrait poursuivre la liste, mais elle s’enrichira d’elle-même avec les communications rassemblées ici, qui s’appuient sur de multiples dossiers archéologiques. Les angles d’analyse se diversifient ainsi que les méthodes : on peut lancer des enquêtes très techniques, des fouilles très précises (appuyées sur l’archéobotanique, la palynologie, l’archéozoologie…) comme on peut brosser de vastes synthèses. Il serait donc tout à fait irréaliste de prétendre esquisser une improbable fresque de tout ce que la documentation archéologique20, épigraphique ou numismatique, proliférante, d’une incroyable dispersion, sans doute même d’un éparpillement croissant, dans la publication comme dans l’interprétation, peut offrir aux tentatives de synthèse. L’exemple de la seule Bretagne, présenté ci-après par P. Galliou, suffira à s’en convaincre : non seulement la masse des découvertes est considérable, mais elle conduit à réinterroger le texte de l’Agricola de Tacite. Plusieurs synthèses récentes montrent avec brio toute l’exploitation historique qu’induisent ces enquêtes archéologiques21.

  • 22 Pour une bibliographie complète, nous nous permettons de renvoyer à celle qui est dressée par Fr. C (...)
  • 23 Burnand, 2005-2009.
  • 24 Andreau et al., 2004 ; Andreau, Chankowski (éd.), 2007.
  • 25 Tran, 2006.
  • 26 Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, 2003 ; Cébeillac-Gervasoni et al., 2004.
  • 27 Elle se consacre traditionnellement aux statuts des cités et des citoyens, à la vie municipale, à l (...)
  • 28 Parmi les sommes récentes, voir, par exemple, De Ligt et al., 2004 ; Berrendonner et al., 2008 ; La (...)
  • 29 Leveau, Rémy, 2005-2006. Voir aussi, sur les questions de vocabulaire, la contribution de B. Pichon (...)

9Si l’on essaie, tout aussi globalement et au risque d’un certain schématisme, de dessiner les directions dominantes de la bibliographie récente22, on peut tout d’abord relever, dans le droit fil de l’exploitation des sources, de multiples études précises et spécialisées. Pour s’en tenir au cadre français, elles prennent la forme de monographies (ainsi les remarquables Guides archéologiques de la France, publiés par l’Imprimerie nationale), voire d’enquêtes systématiques, comme la Carte Archéologique de la Gaule, l’Atlas topographique (Aix-en-Provence ; Fréjus ; celui de Lyon est en préparation, sous la coordination de M. Lenoble) ou le Nouvel Espérandieu (recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule, sous la direction de H. Lavagne). La prosopographie n’est pas en reste, avec, toujours pour la Gaule, les travaux d’Y. Burnand, dont un nouveau volume vient de paraître23. Certains thèmes ont donné lieu à des mises en perspective intéressantes, soulignant que les problématiques évoluent et se penchent sur les documents avec toujours plus d’acribie et de nuances, ainsi dans le domaine économique24 ou social25, en particulier au sujet des élites26. L’étude de la municipalisation, ou plutôt poliadisation, sur le temps long, car elle nécessita plusieurs siècles, reste privilégiée27 ; au-delà des structures juridiques ou institutionnelles et des nomenclatures parfois rébarbatives, elle s’attache désormais à reconstituer les choses en train de se faire, de se vivre, de s’aménager, en d’autres termes au « quotidien municipal »28. Mais elle n’est plus nécessairement dominante : grâce aux prospections archéologiques ou à la publication des milliaires, on s’intéresse aussi aux structures communautaires plus petites, aux subdivisions qui permettent de toucher de plus près encore la vie des habitants et donc de mesurer l’impact de l’intégration au monde romain29.

  • 30 Ferdière, 2005 (avec une importante bibliographie) ; Gros, 2008b ; Le Bohec, 2008.
  • 31 Ouzoulias, Tranoy (éd.), s.p.
  • 32 Rosso, 2006 et, par exemple, Tranoy, 2008 ; Laubry, 2009 (voir sa contribution à ce volume).
  • 33 Van Andringa (dir.), 2000; Van Andringa, 2002.
  • 34 Navarro Caballero, Demougin, 2001 ; Des Boscs-Plateaux, 2005 ; Caballos Rufino, Demougin, 2006.
  • 35 González, 1999 ; Ozcáriz, 2006.
  • 36 Cruz Andreotti et al., 2006-2007.
  • 37 André (dir.), 2004.
  • 38 Galliou, 2004.
  • 39 Eck, 2007, reprise et résumé de la très importante étude du même auteur sur Cologne (Eck, 2004) ; à (...)

10En second lieu, il faut saluer la parution de synthèses qui proposent des aperçus généraux sur des espaces ou des thématiques importantes, synthèses en espagnol, en allemand, en anglais, mais aussi en français – ce qui n’a pas toujours été le propre de l’historiographie française. Pour s’en tenir à quelques exemples, sur les Gaules, on dispose désormais d’un manuel généraliste, de deux monographies provinciales sur la Narbonnaise et la Lyonnaise30, en attendant la parution du colloque Comment les Gaules devinrent romaines31. Mais il faut mentionner aussi des synthèses importantes qui traitent tout un pan de la problématique : ainsi l’étude d’E. Rosso sur l’image de l’empereur en Gaule romaine, les analyses procurées par L. Tranoy et N. Laubry32 sur les monuments funéraires et celles de W. Van Andringa, portant sur la vie religieuse33, permettent d’éclairer des aspects essentiels de la vie de ces sociétés romano-provinciales. Pour les Espagnes, si les élites ont été, encore et toujours, à l’honneur34, ainsi que certains aspects administratifs35, des études particulièrement stimulantes, déjà mentionnées, ont été rassemblées sur la géographie ibérique vue par les Anciens36. Un colloque publié en 2004, Hispanité et romanité37, rappelait déjà l’importance des problématiques et des interactions culturelles, qui, sans être au premier plan d’une réflexion qui adopte le point de vue de Rome, sont néanmoins nécessaires à une compréhension globale des relations entre l’Urbs et les populations de l’Occident. Sur la Bretagne, sans entrer dans le détail d’une bibliographie britannique très dynamique, P. Galliou a publié en français une synthèse commode d’accès38. Enfin sur les Germanies, parmi une pléthore d’études, vient à point nommé le texte de conférences données par W. Eck, publié en français sous le titre La romanisation de la Germanie39.

  • 40 Le Roux, 1995, p. 17.

11On l’aura compris, l’heure n’est plus au récit pur et simple des événements ni à la description juxtaposée des espaces et sociétés considérés. Il ne s’agit pas, en effet, dans la perspective ici retenue, de produire des études d’histoire totale des différentes provinces sous domination romaine, mais d’étudier les relations de Rome et de ces régions variées qui entrent dans son domaine, par la force d’abord, puis par d’autres moyens de pression, plus subtils, et s’y intègrent avec leur potentiel, leur histoire, leur identité : « la communication et les relations entre gouvernants et gouvernés en constituent l’intrigue »40.

12Par rapport à un programme ambitieux et à visée synthétique, les actes de ce colloque recèlent inévitablement des lacunes, que le lecteur repèrera aisément. Mais les communications présentées dans les pages qui suivent abordent, par un biais ou par un autre, des problématiques convergentes, explicites ou sous-jacentes, dont il faut dire quelques mots.

3. L’arrière-plan : pouvoir, impérialisme, romanisation

13La question est sans doute moins de savoir pourquoi Rome conquiert et s’étend que comment elle conquiert : selon quels rythmes, avec quels moyens (militaires, logistiques, administratifs, politiques…), avec quelle connaissance des espaces et des peuples qu’elle rencontre, et au prix de quelles difficultés et adaptations aux conjonctures. Vient ensuite le temps, une fois la pacification quasiment réalisée, de l’organisation, c’est-à-dire de la mise en place d’un système d’administration de type romain qui passe par la provincialisation et par la poliadisation, c’est-à-dire la constitution des populations en cité ou polis. Il s’agira donc d’une réflexion centrée sur le pouvoir et sur les moyens du pouvoir. La prise en compte des systèmes de gouvernement qu’a connus la cité de Rome est donc indispensable, puisque l’on passe de la République à un régime monarchique avec le principat augustéen, ce qui induit diverses « politiques » de Rome. La mutation ne peut qu’être jugée pour ce qu’elle est, considérable. Mais le pouvoir (délégué, concédé par Rome) est aussi inscrit au cœur de chacune des res publicae que sont les cités, aux mains des élites locales de provinciaux « romanisés », qui succèdent aux élites indigènes antérieures, parfois dans une belle continuité – on vient de rappeler la place prééminente qu’occupent les élites dans l’historiographie. Il y a donc dialogue entre les différents centres de pouvoir – et dialogue incessant et fructueux – dans un empire qui est à la fois extrêmement centralisé et multipolaire. La réflexion sur les effets à long terme de cette adaptation au système romain d’organisation et de gestion passe par une étude de ses traductions urbanistiques, sociales et culturelles, bref par tout ce que l’on regroupe sous le vocable galvaudé, mais commode, de « romanisation » – nous y reviendrons, car le terme ne peut être utilisé naïvement et sans précaution. L’éclosion de sociétés romano-provinciales, dont il s’agit d’étudier les spécificités et les expressions locales à partir de documents originaux, est à la clé. C’est en tenant compte de l’infinie variété des situations, mais sans oublier les dénominateurs communs que constituent les modèles romains, que l’on peut esquisser un tableau des « conjonctures provinciales romaines » (P. Le Roux). Cette histoire de patientes adaptations réciproques, entre Rome et les provinces, entre les Romains et les provinciaux, s’élabore jusqu’à ce qu’on qualifie d’apogée de l’Empire, exalté par la Pax Romana, le « siècle des Antonins ». C’est une histoire qui suppose aussi un va-et-vient permanent entre l’approche strictement chronologique et l’étude thématique.

  • 41 Polybe, I, préface, 1. Bonne historiographie de la question, débattue durant une bonne partie du xx(...)
  • 42 La querelle entre R. Dion et J. Carcopino, à propos du commerce en Gaule préromaine et romaine, est (...)
  • 43 Sous une plume pourtant modérée, on peut lire ceci : « Historiens de l’Antiquité, du Moyen Âge et e (...)

14Cette réflexion sur le pouvoir, inscrite dans le temps long, conduit à poser la question de « l’impérialisme ». Comme chacun sait, pendant des décennies, le sujet a suscité un vif débat : certains historiens refusèrent purement et simplement de parler d’impérialisme romain, considérant que la conquête du monde avait relevé d’un pur hasard41. On se souvient aussi des formules de « l’impérialisme renversé », chères notamment à Carcopino, et il ne s’agit pas d’y revenir, non plus qu’à un usage mécanique et simplificateur du concept d’impérialisme, élaboré, au sens strict, dans un tout autre contexte économique, politique et international. Il faut cependant cerner les modalités et les spécificités de la domination romaine, des rapports dominés / dominants au sein de l’imperium populi Romani, puis de l’imperium Romanum, car il est clair que la conception que les Romains eurent d’eux-mêmes ne pouvait que les amener à s’attribuer moralement l’empire du monde. Même s’il ne fut pas strictement économique, comme nombre d’historiens du xxe siècle, trop attachés sans doute au primat de l’économie, furent souvent tentés de le concevoir42, il est possible de réfléchir à l’articulation entre conquête romaine et échanges économiques, en se demandant, à propos de la Gaule, comment les seconds ont précédé la première (Y. Roman). On sera alors confronté à une autre réflexion, car il ne manque pas aujourd’hui d’économistes éminemment distingués pour dire qu’il n’y a pas d’économie de marché avant le xviiie siècle, ce qui précède relevant d’une préhistoire nébuleuse43. L’analyse des espaces économiques à l’échelle de la péninsule Ibérique offre ici un second cadre d’étude de ces réalités (A. Ruiz Gutiérrez). L’accent sera donc mis sur ce que l’on a parfois appelé la « romanisation économique ».

  • 44 Pour s’en tenir à la bibliographie française, voir les Annales Histoire, Sciences Sociales, 59, 2, (...)
  • 45 Le Roux, 2004 et 2006 (avec références bibliographiques).
  • 46 MacMullen, (2000) 2003 et Inglebert (dir.), 2005 fournissent de précieux éléments de réflexion. Sur (...)

15On aurait pu songer d’ailleurs à une introduction théorique, à l’anglo-saxonne, sur la romanisation, notion faussement évidente, parfois dotée de guillemets qui ne suffisent pas, à eux seuls, à évacuer les problèmes, catégorie aux usages hétérogènes pour ne pas dire ambigus dans la bibliographie, parfois remise « en question » ou menacée de disparition pure et simple, mais aussi concept qui fait de la résistance. Sans renoncer évidemment à toute réflexion théorique, objet de plusieurs dossiers récents44, nous préférons ne pas anticiper ici sur les conclusions de P. Le Roux, qui a déjà eu l’occasion d’intervenir dans ce débat45, et y renvoyer pour les mises au point qui s’imposent46. Sans réduire pour autant la dimension administrative et politique à la portion congrue, c’est à partir d’une pratique, le funéraire, à travers ses textes et ses monuments (N. Laubry), et d’un espace d’observation, les campagnes septentrionales de la Gaule, en se dotant du précieux recul historique offert par le prolongement de l’enquête jusqu’à l’Antiquité tardive (P. Van Ossel) que l’on pourra raisonner sur pièces et approfondir les problématiques.

  • 47 Sur les princes, les élites des peuples celtiques, qui acceptèrent cette acculturation, voir, par e (...)
  • 48 Piso, 2003, p. 295, à propos des provinces danubiennes, reprenant des formules antérieures.
  • 49 Un exemple parmi bien d’autres : « Comment comprendre enfin, qu’après Trajan, plus jamais les mots (...)
  • 50 L’Hispanie s’était rapprochée de Rome pour reprendre la formule de P. Le Roux, 1995, p. 22, lequel (...)
  • 51 Galliou, 2004, p. 147-153, pose évidemment la question : « Assimilation ou résistance ? ».
  • 52 On en vint même à priser notre costume et souvent à porter la toge ; peu à peu, on se laissa séduir (...)
  • 53 « En fait, si nous comparons l’histoire de la Gaule romaine à celle de l’Afrique romaine, nous ne s (...)
  • 54 Grimal, 1985, p. 213. J.-J. Hatt avait, quant à lui, parlé d’une « entreprise coloniale réussie » ( (...)
  • 55 Barruol, 1976, p. 405. Pour l’Afrique, voir Benabou, 1976, dont le point de vue fut discuté : voir, (...)

16Chemin faisant, on retrouvera, au cœur de la réflexion, des interrogations essentielles, déjà évoquées, comme celles des facteurs de développement des sociétés provinciales, du rôle des élites locales47, de l’impact de l’intégration au monde romain. L’objectif sera alors d’écrire une histoire romaine qui n’aille pas exclusivement de Rome vers les provinces, mais aussi des provinces vers Rome48 et d’éviter le piège de l’excès de romanocentrisme. Mais il reste là des questions qui ont hanté le xixe et le xxe siècles49, de celles dont on ne se débarrasse pas aisément : le mystère de la romanisation des Gaules, mais aussi des Espagnes50, ou de la Bretagne51, si l’on veut bien se souvenir une nouvelle fois du texte, célèbre mais si diversement interprété, où l’on voit Tacite ne pas comprendre pourquoi, sous un ciel très différent de celui de l’Italie, les Bretons allaient aux thermes52. Mieux encore : la romanité s’effondra en Afrique, mais perdura en Gaule, ne serait-ce qu’à travers les Mérovingiens53. Pourquoi ? L’époque coloniale contemporaine voulut parler de « mariage réussi »54 et la suivante, notamment en Afrique, mais pas seulement, de « résistance » à la romanisation55. Comment tourner la page de cette controverse ou tenter d’y apporter des réponses renouvelées ?

4. Les thématiques privilégiées : territoires, échanges, religions

17Restituer la diversité des modèles, des enjeux et des pratiques de conquête, d’administration, de gestion, d’exploitation et d’intégration, dans leurs contrastes géographiques et dans leur durée, sur les quatre siècles qui courent de la réduction des Espagnes en provinces à la fin de la dynastie des Antonins, relève de la gageure. On imagine aisément qu’il fallut faire des choix, sélectionner quelques éclairages, et, le plus souvent bien sûr, croiser le thématique, la géographie et la chronologie, en renonçant à un inaccessible tableau d’ensemble.

  • 56 Sur le modèle socio-politique apporté par Rome, Lepelley, 1993. Quant à son transfert, il reposait (...)
  • 57 Sur les structures celtiques, fondées sur des peuples, même si les pagi devaient ultérieurement rep (...)
  • 58 Sur le développement du système municipal, voir, notamment, Salway, 1981 ; Le Roux, 1995 ; Chastagn (...)
  • 59 La province, au départ, était une mission confiée par le Sénat, une mission qui, à l’époque qui nou (...)
  • 60 L’affirmation n’est pas neuve : voir Harmand, 1969, p. 291. Elle devait cependant prendre un sens n (...)
  • 61 Pinol, 2003 ; voir aussi Fitchl, 2000, à confronter à Gros (dir.), 1998 ; Gros, 2008a. Galliou, 199 (...)

18Les structures territoriales56 requièrent l’attention à plusieurs échelles et donnent lieu ici à trois éclairages différents et complémentaires : les rapports entre peuples57 et cités58 dans la péninsule Ibérique (P. Le Roux) ; à l’échelon provincial59, le laboratoire sicilien, aussi significatif qu’exceptionnel et non transposable, à l’époque républicaine (S. Pittia et J. Dubouloz) ; dans la diversité de ses structures, l’organisation politique et administrative de l’espace gaulois, avec tant d’héritages historiographiques et de problèmes méthodologiques à affronter (M. Tarpin). Il est à noter que, pour des raisons purement contingentes, la ville elle-même, antérieure en bien des lieux à la domination romaine, mais également composante essentielle de la romanité60, ne se verra pas consacrer ici de développements spécifiques. Il est vrai que plusieurs synthèses récentes, au-delà des monographies et des études à l’échelon régional ou national, permettent d’avoir une assez bonne idée de l’état de la recherche61.

  • 62 Le renouveau de l’histoire militaire romaine a permis de multiplier les études non seulement sur le (...)

19Sans sombrer dans le cliché simplificateur de la route et du légionnaire, qui trop souvent résume la domination de Rome dans l’esprit du grand public, la question de la circulation, des hommes, des produits, de l’information ou de la décision, est fondamentale (M. Molin) et la nécessaire réflexion sur la stratégie romaine, son outil militaire, sa gestion de la « frontière » sera appuyée sur le dossier de l’armée de Germanie à l’époque impériale (Y. Le Bohec)62.

20Enfin, on saura gré à W. Van Andringa de proposer, au sujet des formes d’intégration que permet et promeut la sphère religieuse, une mise en perspective synthétique et comparatiste, qui fait prendre toute la mesure de l’ampleur de la tâche, dès que l’on se situe à l’échelle d’un Occident qui est loin de constituer un bloc homogène.

5. Disparités, comparatisme, intégration

  • 63 Intervention en 181 av. J.-C. contre les Ingauni, et 154 av. J.-C. avec le règlement, momentané d’a (...)
  • 64 Kruta, 2000.
  • 65 Quant aux gens du peuple (plebes), ils ne sont guère traités autrement que des esclaves, ne pouvant (...)
  • 66 « Maintenant, sans avoir changé d’armement, les fantassins ne constituent plus que des cohues, sort (...)

21Ne serait-ce que du seul point de vue de l’intervention romaine, les disparités chronologiques sont grandes. Ainsi, en laissant pour l’instant de côté la provincialisation de la Bretagne ou les changements opérés en Germanie à la fin du ier siècle pour s’en tenir à un exemple sur lequel on reviendra, l’Espagne était déjà réduite en provinces romaines, alors que les Romains n’avaient pas encore commencé en Gaule du sud leurs expéditions punitives contre les Ligures, expéditions momentanément sans suites, sauf massaliotes63. Les différences de rythme, les nuances régionales, devront donc être toujours soigneusement prises en compte. La part à accorder aux substrats et aux réalités préromaines suscitera tout autant la discussion. Faute de pouvoir les présenter pour l’ensemble de l’espace occidental, c’est « la Gaule avant Rome » qui a été privilégiée, grâce à une mise au point sur Marseille et la Gaule méditerranéenne (S. Collin-Bouffier) et à un tableau socio-politique de la Gaule indépendante (St. Verger). Les clés fournies par l’anthropologie permettent de saisir les ressorts des sociétés auxquelles les Romains se sont trouvés confrontés. Sans oublier les disparités du monde soumis à notre examen, il faut relever la grande unité d’une bonne partie de l’Europe moyenne sous la houlette celtique, même si cette unité commençait largement à s’effriter quand débute notre programme. Mais cela nous l’avons déjà dit. Il faut aussi insister sur les éléments d’unité subsistant à l’époque de César. Car ce monde que l’on a longtemps cru en pleine décadence quand ce dernier daigna le conquérir, n’était certes plus en expansion quand les Romains intervinrent mais pas forcément non plus en déclin ; pour le dire en un mot, il était parfaitement auto-centré, vertébré si l’on veut64. Que la société celtique ait été alors profondément inégalitaire65, que cela ait eu des répercussions en matière militaire66, est un constat fort probable, mais que cette situation ait engendré une déliquescence qui n’attendait qu’un conquérant, en est un autre, et cette étape, on ne peut plus la franchir, et il faut chercher à comprendre autrement l’effondrement de ce monde.

  • 67 Sur la fiscalité, qui donnera lieu à des aperçus, mais ne sera pas abordée en tant que telle dans c (...)
  • 68 Leveau, (2003) 2007.

22L’un des enjeux de la réflexion sera, en effet, d’analyser les disparités spatiales, non seulement en interrogeant la cohérence de l’ensemble étudié, mais aussi en essayant de déterminer s’il n’existe pas des sous-ensembles, non conformes sans doute aux découpages provinciaux, qui permettent d’éclairer le fonctionnement de l’empire, de tenter d’évaluer la diversité des formes d’exploitation des territoires soumis67, voire, comme cela a été parfois suggéré, essayer de repérer des écarts de niveau de développement et leur évolution sur les quatre siècles envisagés68, sans jamais oublier l’apport exceptionnel procuré ces dernières décennies par l’archéologie. Car il paraît clair aujourd’hui que l’unité politique et militaire romaine fut grandement facilitée par des contacts commerciaux qui eurent un rôle culturel manifeste, même s’ils sont antérieurs à bien des opérations militaires.

  • 69 Qui ne penserait, vu les communications ouvertes entre les parties du monde, vu la grandeur majestu (...)
  • 70 Hésiode a dit, à propos des limites de l’Océan, qu’il y a un endroit où tout est relié à un même dé (...)

23Pour rendre compte des disparités régionales du monde romain, analysées ici par exemple pour la partie occidentale de la Gaule Belgique (B. Pichon), il ne faudra sans doute pas se contenter de la schématisation procurée par certains modèles économiques contemporains, qui mettent essentiellement en lumière les rapports entre des périphéries et un centre qui voit converger des sommes considérables d’impôts, de produits et de richesses de toutes sortes. On pense notamment au croquis, devenu classique, proposé naguère par B. Cunliffe (fig. 3). L’illustration canonique pourrait être le texte de Pline l’Ancien69 ou l’éloge d’Aelius Aristide, affirmant qu’à Rome on trouvait absolument tout ce que la terre pouvait offrir70.

  • 71 Voir Pallas, 55, 2001.
  • 72 Faut-il rappeler ici la politique qui fut celle de Claude, « Claude de Lyon » précisément ? Voir di (...)

24Faut-il alors envisager l’existence d’un centre privilégié et parasitaire, vivant au-dessus de ses moyens, grâce à une rente politique ? Nous ne ferons qu’entrouvrir ce chapitre, qui fut l’un des aspects d’une question d’agrégation précédente71. Il faudrait ainsi se demander quel genre d’évolution pouvait connaître la construction impériale romaine, par réduction des inégalités entre dominants et dominés, par intégration dans un seul ensemble, un seul empire. La question est immense et a suscité des flots de commentaires, sur Rome qui n’était pas franchement une cité grecque, puisqu’elle était largement et civiquement ouverte, cité qui pouvait évoluer vers un monde plus ou moins unifié72 dont le caput n’aurait plus été seulement un parasite, mais une avant-garde culturelle.

25Mais l’on encourrait, de nouveau et d’une autre façon, le reproche de romanocentrisme si l’on négligeait les relations interprovinciales et les interdépendances régionales, si l’on minimisait l’hétérogénéité de l’empire. En effet, si les relations entre centre du pouvoir et provinces ont toujours été bien documentées (mais enrichies encore récemment par des analyses nuancées sur les rapports entre gouverneurs et empereur, notamment sur la marge de manœuvre des premiers), les relations interprovinciales ont été moins approfondies, de même que la question des équilibres entre les provinces. L’étude de plus en plus fine des réalités et modalités de la fiscalité, de l’adaptation du droit romain (voire « des » droits romains), des trafics commerciaux, du ravitaillement des centres urbains et de la mobilité des personnes sont autant d’angles d’attaque pour cette thématique…

  • 73 Pline, NH, XXVII, 3 (immensa romanae pacis maiestate…).
  • 74 Sur l’Empire romain, « modèle historiographique à l’épreuve », voir Hurlet (dir.), 2008, p. 81-104.
  • 75 Fishwick, 1978 et 1986. Voir l’illustration de couverture.
  • 76 Au terme de cette introduction, il nous reste à remercier les institutions qui ont permis l’organis (...)

26Au-delà des différences régionales, des disparités au sein de l’Occident romain, c’est bien le modèle romain de domination, dans toutes ses composantes et toutes ses dimensions – l’immense majesté de la paix romaine pour parler comme Pline l’Ancien73 –, que nous avons été invités à repenser74, à quelques milles à peine du lieu où, autrefois, se retrouvaient les délégués des cités des Trois Gaules75, au confluent du Rhône et de la Saône76.

Fig. 1. L’empire romain en 192 de notre ère

Fig. 1. L’empire romain en 192 de notre ère

D’après B. Rémy et Fr. Bertrandy, L’Empire romain de Pertinax à Constantin (192-337 après J.-C.), Paris, Ellipses, 1997, p. 24.

Fig. 2. L’Europe de Strabon

Fig. 2. L’Europe de Strabon

D’après Fr. Lasserre, édition-traduction de Strabon, Géographie, t. II, CUF, Belles-Lettres, repris de Roman, Roman, 2007, p. 227.

Fig. 3. Relations entre les principales zones économiques du monde romain

Fig. 3. Relations entre les principales zones économiques du monde romain

D’après Cunliffe, (1988) 1993, p. 11.

Haut de page

Bibliographie

Ando, C., 2000, Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley.

André, J.-M. (dir.), 2004, Hispanité et romanité, Madrid.

Andreau, J. et Chankowski, V. (dir.), 2007, Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Bordeaux.

Andreau, J., France, J. et Pittia, S. (dir.), 2004, Mentalités et choix économiques des Romains, Bordeaux.

Barruol, G., 1976, La résistance des substrats préromains en Gaule méridionale, dans Assimilation et résistance à la culture gréco-romaine dans le monde ancien, Travaux du vie Congrès international d’Études classiques (Madrid, septembre 1974), Bucarest-Paris, p. 389-405.

Benabou, M., 1976, La résistance africaine à la romanisation, Paris.

Berl, E., (1946) 1973, Histoire de l’Europe I. D’Attila à Tamerlan, Paris.

Berrendonner, Cl., Cébeillac-Gervasoni, M. et Lamoine, L. (éd.), 2008, Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand.

Bertrand, J.-M., 1989, À propos du mot provincia : étude sur les modes d’élaboration du langage politique, JS, juillet-décembre, p. 191-215.

Bruhns, H., 1985, De Werner Sombart à Max Weber et Moses I. Finley : la typologie de la ville antique et la question de la ville de consommation », dans Ph. Leveau (dir.), L’origine des richesses dépensées dans la ville antique. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’U.E.R. d’Histoire les 11 et 12 mai 1984, Aix-en-Provence, p. 255-273.

Brun, J.-P., 2003, Le vin et l’huile dans la Méditerranée antique. Viticulture, oléiculture et procédés de fabrication, Paris.

Brunaux J.-L., 1986, Les Gaulois. Sanctuaires et rites, Paris.

Burnand, Y., 2005-2009, Primores Galliarum : sénateurs et chevaliers romains originaires de Gaule de la fin de la République au iiie s., I. Méthodologie ; II. Prosopographie ; III. Étude sociale. 1. Les racines, 2. Les horizons de la vie, Bruxelles.

Caballos Rufino, A. et Demougin, S. (éd.), 2006, Migrare. La formation des élites dans l’Hispanie romaine, Bordeaux.

Cadiou, Fr., 2008, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Madrid.

Carandini, A., 1979, L’anatomia della scimmia. La formazione economica della società prima del capitale, Turin.

Carcopino, J., 1957, Promenades historiques au pays de la Dame de Vix, Paris.

Carcopino, J., (1958) 1970, Alésia et les ruses de César, Paris, 2e édition.

Cébeillac-Gervasoni, M. et Lamoine, L. (dir.), 2003, Les Élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome/Clermont-Ferrand.

Cébeillac-Gervasoni, M., Lamoine, L. et Trément, Fr. (dir.), 2004, Autocélébration des élites locales dans le monde romain : contextes, images, textes (iie s. av. J.-C./iiie s. apr. J.-C.), Clermont-Ferrand.

Champion, C. B. (éd.), 2004, Roman Imperialism: readings and sources, Oxford.

Chastagnol, A., Demougin, S. et Lepelley, Cl. (dir.), 1997, Splendidissima ciuitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris.

Chevallier, R., 1972, Les voies romaines, Paris.

Clavel-Levêque, M., 1977, Marseille grecque. La dynamique d’un impérialisme marchand, Marseille.

Clerc, M., (1927-1929) 1971, Massalia, histoire de Marseille dans l’Antiquité, des origines à la fin de l’Empire romain d’Occident (476 après J.-C.), Marseille, réimp. de l’édition de 1927-29.

Cooley, A. E. (éd.), 2002, Becoming Roman, writing Latin? Literacy and Epigraphy in the Roman West, JRA Suppl. 4, 8.

Cruz Andreotti, G., Le Roux, P. et Moret, P. (éd.), 2006-2007, La invención de una geografía de la Península Ibérica. I. La época republicana. II. La época imperial, Madrid.

Cunliffe, B., (1988) 1993, La Gaule et ses voisins. Le grand commerce dans l’Antiquité, Londres, 1988, trad. fr., Paris.

Cunliffe, B., 2008, Europe Between the Oceans. Themes and Variations: 9000 BC to AD 1000, New Haven.

De Ligt, L. Hemelrijk, E.A. et Singor, H.W. (éd.), 2004, Roman rule and civic life: local and regional perspectives (first to fourth c. AD), Amsterdam.

Delaplace, Chr. et France, J., 1995, Histoire des Gaules (vie av. J.-C./vie apr. J.-C.), Paris.

Des boscs-plateaux, Fr., 2005, Un parti hispanique à Rome ? Ascension des élites hispaniques et pouvoir politique d’Auguste à Hadrien (27 av. J.-C. – 138 apr. J.-C.), Madrid.

Dion, R., 1952, Les routes de l’étain. L’isthme gaulois et le carrefour de Paris, Hommes et Mondes, VII, avril, p. 547-557.

Dondin-Payre, M. et Raepsaet-Charlier, M.-Th. (dir.), 1999, Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris.

Drinkwater, J.F., (1983) 1984, Roman Gaul, Londres, 1983, paperback, 1984.

Dubouloz, J. et Pittia, S. (dir.), 2007, La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines, Besançon.

Duby, G. (dir.), 1980, Histoire de la France urbaine, t. I. La ville antique des origines au ixe siècle, par P.-A. Février, M. Fixot, Chr. Goudineau, V. Kruta, Paris.

Duval, A. et Heude, D., 1983-1984, L’art celtique en Gaule, coll. des musées de province, Marseille-Paris-Bordeaux-Dijon.

Duval, A. et Lyon-Caen Chr., 1994, Vercingétorix et Alésia, Paris, Réunion des musées nationaux.

Duval, P.-M., 1957, Les dieux de la Gaule, Paris.

Eck, W., 2004, Köln in römischer Zeit. Geschichte einer Stadt im Rahmen des Imperium Romanum, Cologne.

Eck, W., 2007, La romanisation de la Germanie, Paris.

Erdkamp, P. (dir.), 2002, The Roman army and the Economy, Amsterdam.

Ferdière, A., 2005, Les Gaules (iie s. av. J.-C.-ve s. apr. J.-C.), Paris.

Février, P.-A., 1985, Introduction, dans Ph. Leveau (dir.), L’origine des richesses dépensées dans la ville antique. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’U. E. R. d’Histoire les 11 et 12 mai 1984, Aix-en-Provence, p. 9-17.

Fichtl, St., 2000, La ville celtique. Les oppida de 150 av. J.-C. à 15 apr. J.-C., Paris.

Fincker, M. et Tassaux, F., 1992, Les grands sanctuaires “ruraux” d’Aquitaine et le culte impérial, MEFRA, 104, 1, p. 41-76.

Fishwick, D., 1978, The Development of Provincial Ruler Worship in the Western Roman Empire, ANRW, II, 16, 2, Berlin, New York, p. 1201-1210.

Fishwick, D., 1986, L’autel des Trois Gaules : le témoignage des monnaies, BSNAF, p. 90-111.

France, J., 2007, Fiscalité et société politique romaine, dans Rome et l’État moderne européen. Études réunies par Jean-Philippe Genêt, Rome, p. 365-380.

Freyburger, M.-L. et Meyer, D. (dir.), 2007, Visions grecques de Rome = Griechische Blicke auf Rom (Collections de l’Université Marc-Bloch-Strasbourg. Études d’archéologie et d’histoire ancienne), Paris.

Frézouls, Éd., 1983, Sur l’historiographie de l’impérialisme romain, Ktèma, 8, p. 141-162.

Galliou, P., 1994, Le monde celtique, Paris.

Galliou, P., 2004, Britannia. Histoire et civilisation de la Bretagne romaine ier-ve siècles apr. J.-C., Paris.

González, J. (éd.), 1999, Ciudades privilegiadas en el Occidente romano, Séville.

Goudineau, Chr., Réponse de Chr. Goudineau [à Leveau, 1983], Études rurales, 89-91, p. 283-287.

Grenier, A., 1985, Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 2, 1, Les routes, Paris, 1934, Paris, réimp.

Grimal, P., 1985, Ce que l’Empire de Rome apportait aux Gaulois, BAGB, 2, juin, p. 202-213.

Gros, P. (dir.), 1998, Villes et campagnes en Gaule romaine, Paris.

Gros, P., 1996, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. I. Les monuments publics, Paris.

Gros, P., 2001, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. II. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris.

Gros, P., 2008a, La cité et l’organisation du territoire impérial, dans J.-J. Aillagon (éd.), Rome et les Barbares. La naissance d’un nouveau monde, Venise, p. 63-67.

Gros, P., 2008b, La Gaule narbonnaise. De la conquête romaine au iiie s., Paris.

Guichard, V. et Perrin, Fr., 2000, Les druides, L’archéologue, h. s. n° 2.

Guillaumet, J.-P., 1996, L’artisanat chez les Gaulois, Paris.

Gutsfeld, A., 1989, Römische Herrschaft und einheimischer Widerstand in Nordafrika. Militärische Auseinandersetzungen Roms mit den Nomaden, Stuttgart.

Harmand, L., 1969, L’Occident romain. Gaule, Espagne, Bretagne, Afrique du Nord (31 av. J-C. à 235 apr. J.-C.), Paris.

Hatt, J.-J., 1959, Histoire de la Gaule romaine (120 avant J.-C. - 451 après J.-C.). Colonisation ou colonialisme ?, Paris.

Hatt, J.-J., 1965, Les mythes celtiques d’après le vase de Gundestrup, BSNAF, p. 42-44.

Hatt, J.-J., 1989, Mythes et dieux de la Gaule. I. Les grandes divinités masculines, Paris.

Hurlet, Fr. (dir.), 2008, Les Empires, Antiquité et Moyen Âge, Analyse comparée, Rennes.

Inglebert, H. (dir.), 2005, Histoire de la civilisation romaine, Paris.

Jullian, C., (1901) 1977, Vercingétorix, édition mise à jour et préfacée par P.-M. Duval, Paris.

Jullian, C., (1908-1926) 1964, Histoire de la Gaule, t. I-VIII, Paris, 1908-1926, réimp., Bruxelles, 1964.

Kruta, V., 2000, Les Celtes. Histoire et dictionnaire, des origines à la romanisation et au christianisme, Paris.

Lamoine, L., 2009, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand.

Lasfargues, J. (dir.), 1985, Architecture de terre et de bois, l’habitat privé des provinces occidentales du monde romain…, Actes du 2e congrès de Gaule méridionale, Paris.

Laubry, N., 2009, Tombeaux et épitaphes de Lyonnaise. Contribution à l’étude de la romanisation des pratiques funéraires dans les provinces gauloises sous le Haut Empire, thèse en « Lettres et civilisations antiques », soutenue le 7 mars 2009 à l’Université Lyon III.

Le Bohec, Y., 2008, La province romaine de Gaule lyonnaise (Gallia Lugdunensis), du Lyonnais au Finistère, Dijon.

Le bois en Gaule et dans les provinces voisines, 1985, Caesarodunum XXI, Paris.

Le Goff, J., 2003, L’Europe est-elle née au Moyen Âge ? Paris.

Le Roux, F. et Guyonvarc’h, Chr., 1986, Les druides, Rennes.

Le Roux, F. et Guyonvarc’h, Chr., 1991, La société celtique, Rennes.

Le Roux, P., 1995, Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces, iie siècle av. J.-C. – iiie siècle apr. J.-C., Paris.

Le Roux, P., 2004, La romanisation en question, AHSS, 59, p. 287-311.

Le Roux, P., 2006, Regarder vers Rome aujourd’hui, MEFRA, 118, p. 159-166.

Lepelley, Cl., 1993, Universalité et permanence du modèle de la cité dans le monde romain, dans Ciudad y comunidad cívica en Hispania : siglos II y III d. C. = Cité et communauté civique en Hispania, Actes du colloque organisé par la Casa de Velázquez et par le Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Madrid, 25-27 janvier 1990 (coll. de la Casa de Velázquez, 40), Madrid, p. 13-23.

Leveau, Ph., 1983, La ville antique, “ville de consommation” ? Parasitisme social et économie antique, Études rurales, 89-91, p. 275-283.

Leveau, Ph., (2003) 2007, Inégalités régionales et développement économique dans l’Occident romain (Gaules, Afrique et Hispanie), Itinéraire de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux, p. 327-353/The Western Provinces, dans The Cambridge Economic history of the Greco-Roman World, Cambridge / New York, 2007, p. 651-670.

Leveau, Ph. et Rémy, B., 2005-2006, Présentation du dossier : les agglomérations urbaines de la cité antique de Vienne. Les éléments d’une problématique, RAN, 38-39.

Lewuillon, S., 1999, Vercingétorix ou le mirage d’Alésia, Paris.

MacMullen, R., (2000) 2003, La romanisation à l’époque d’Auguste, New Haven, trad. fr., Paris.

Martin, J.-P, 1990, Les provinces romaines d’Europe centrale et occidentale. 31 avant J.-C.-235 après J.-C., Paris.

Martin, P.-M., 2000, Vercingétorix, le politique, le stratège, Paris.

Megaw, R. et V., (1989) 2001, Art de la Celtique, viie siècle av. J.-C. – viiie siècle apr. J.-C., Londres, 1989, Paris, 2001.

Mesqui, J., 1982, Le pont en France avant le temps des ingénieurs, Paris.

Mommsen, Th., (1857) 1908, Die Rechtsfrage zwischen Caesar und dem Senat, Ab. der hist.-phil. Gesellschaft in Breslau, I, 1857, p. 1-58, repris dans Historische Schriften, I, Berlin, 1908, p. 92-145.

Mommsen, Th., (1863-1872) 1985, Histoire romaine, livres V et VI., Paris, (Cl. Nicolet éditeur).

Moscati, S., Hermann Frey, O., Kruta, V., Raftery, B. et Szabó, M., 1997, Les Celtes, Milan, 1991, trad. fr., Paris.

Müller, M. (éd.), 2008, Colonia Ulpia Traiana: Xanten und sein Umland in römischer Zeit, Mayence.

Navaro Caballero, M. et Demougin, S. (éd.), 2001, Élites hispaniques, Bordeaux.

Ozcáriz, P., 2006, Los conventus de la Hispania citerior, Madrid.

Ouzoulias, P. et Tranoy, L. (éd.), s.p., Comment les Gaules devinrent romaines, Actes du colloque international organisé par l’INRAP au Louvre 14-15/9/2007.

Pailler, J.-M., 2008, Les druides de César : digression ethnographique et neutralisation historique, Études celtiques, 36, p. 35-58.

Pallotino, M., (1984) 1993, Histoire de la première Italie, Milan, 1984, Strasbourg, trad. fr. d’Éd. Frézouls, 1993.

Paunier, D. (éd.), 2005, La romanisation et la question de l’héritage celtique, Table ronde de Lausanne, Bibracte 12/5.

Petit, J.-P. et Santoro, S. (dir.), 2007, Vivre en Europe romaine. De Pompéi à Bliesbruck-Reinheim, Paris.

Pinol, J.-L. (dir.), 2003, Histoire de l’Europe urbaine. 1. De l’Antiquité au xviiie siècle, Paris.

Piso, I., 2003, L’urbanisation des provinces danubiennes, dans M. Reddé, L. Dubois, D. Briquel, H. Lavagne et Fr. Queyrel (dir.), La naissance de la ville dans l’Antiquité, Paris, p. 285-298.

Prag, J. R. W. (dir.), 2007, Sicilia Nutrix Plebis Romanae. Rhetoric, Law et Taxation in Cicero’s Verrines, BICS supp. 97, Londres.

Py, M., 1993, Les Gaulois du Midi. De la fin de l’Âge du Bronze à la conquête romaine, Paris.

Rambaud, M., 1953, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris.

Reddé, M. et alii, 2006, L’architecture de la Gaule romaine, Les fortifications militaires, Paris-Bordeaux.

Richardson, J., 2008, The Language of Empire. Rome and the Idea of Empire from the Third Century BC to the Second Century AD, Cambridge.

Roman, D. et Y., 1997, Histoire de la Gaule (vie s. av. J.-C. - ier s. apr. J.-C.). Une confrontation culturelle, Paris.

Roman, D. et Y., 2005, Rome et l’hellénisme (iiie-ier siècle av. J.-C.), Paris.

Roman, D. et Y., 2007, Aux miroirs de la Ville. Images et discours identitaires romain (iiie s. av. J.-C. – iiie s. apr. J.‑C.), Bruxelles.

Roman, D., 1993, M. Fulvius Flaccus et la frontière de la Gaule transalpine, dans La frontière, TMO n° 21, Lyon, p. 57-66.

Roman, Y., 1991, L’intervention de Q. Opimius en Gaule transalpine : essai d’explication, RAN, 24, p. 35-38.

Rosso, E., 2006, L’image de l’empereur en Gaule romaine : portraits et inscriptions, Paris.

Salway, P., 1981, Roman Britain, Oxford.

Saquete Chamizo, J. C. et Iñesta Mena, J., 2009, Un fragmento de ley municipal hallado en la Baeturia Turdulorum (conventus Cordubensis, provincia Baetica), ZPE, 168, p. 293-297.

Schiavone, A., (2005) 2008, Ius. L’invention du droit en Occident, Turin, 2005, Paris, 2008.

Telo, M., 2007, L’identité de l’Union européenne au xxie siècle et l’héritage fécond de l’Europe romaine, dans Petit, Santoro, 2007, p. 23-27.

Tran, N., 2006, Les membres des associations romaines : le rang social des collegiati en Italie et en Gaule sous le Haut Empire, Rome.

Tranoy, L., 2008, La mort en Gaule romaine, dans A. Ferdière (éd.), Archéologie funéraire, 2e éd., Paris, p. 115-176.

Tsirkin, Ju. B., 1992, Romanization of Spain: socio-political aspects, Gerión, 10, p. 205-242.

Tsirkin, Ju. B., 1993, Romanization of Spain: socio-political aspects II. Romanization in the period of the Republic, Gerión, 11, 1993, p. 271-312.

Tsirkin, Ju. B., 1994, Romanization of Spain: socio-political aspects III. Romanization during the Early Empire, Gerión, 12, 1994, p. 217-253.

Van Andringa, W. (dir.), 2000, Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine, Saint-Étienne.

Van Andringa, W., 2002, La religion en Gaule romaine : piété et politique, Paris.

Veyne, P., (1989) 1992, Humanitas : Les Romains et les autres, dans A. Giardina (éd.), L’homme romain, Rome-Bari, 1989, trad. fr. Paris, 1992, p. 421-459.

Werner, K.-F., 1984, Les origines, dans J. Favier (dir.), Histoire de France, t. I, Paris.

Haut de page

Notes

1 Cunliffe, (1988) 1993.

2 Cunliffe, 2008. Pour des considérations de même nature, les choses étant vues depuis l’Orient : Berl, (1946) 1973.

3 Le Goff, 2003.

4 Telo, 2007, p. 26 : « Avec sagesse, Rome a créé un monde européen de la communication interne et de communication avec l’autre que soi, passé et présent ». Sur la vision romaine du droit : Schiavone (2005) 2008.

5 Un seul exemple : les bijoux d’or des trésors de Lasgraisses, dans le Toulousain, sont quasiment identiques à d’autres trouvés en Bohême et dans le cœur même du monde celtique. Voir le commentaire du catalogue L’art celtique en Gaule, Duval, Heude, 1983-1984, p. 122 : « l’auteur (du bijou) a copié l’organisation des bracelets d’Europe centrale, avec grosses oves jalonnant une tige de fortes dimensions ». Sur l’art celtique voir aussi Megaw, (1989) 2001.

6 Histoire longuement racontée par Moschos, Idylliis II, Bucolicorum graecorum Theocriti Bionis Moschi reliquiae accedentibus incertorum idylliis, edidit H. L. Ahrens, t. I, Leipzig, 1855, p. 197-205.

7 Au dire d’Hésiode, Théogonie, 357, Europe était l’une des trois mille Océanides, filles d’Océan.

8 Incrédulité d’Hérodote, IV, 45 face à cette situation : Quant à l’Europe, il ne paraît pas que l’on sache ni d’où elle a tiré ce nom ni qui le lui a donné, à moins de dire que le pays reçut ce nom de la Tyrienne Europe.

9 La façon de combattre des Barbares, qui tenait dans une large mesure de celle des bêtes sauvages ou des fous, avait un caractère désordonné et dépourvu de science guerrière : tantôt, levant très haut leurs lames, ils frappaient sauvagement : en accompagnant le coup de tout leur corps, comme le font les bûcherons ou les piocheurs, tantôt, ils portaient des coups au hasard, en oblique, afin de fendre le corps de leur adversaire, cuirasse comprise ; ensuite, ils ramenaient la pointe de leur fer : Denys d’Halicarnasse, XIV, K, trad. S. Pittia et al., Les Belles Lettres.

10 César, BG, VI, 13, 1-3 ; Diodore de Sicile, V, 31 ; Dion Chrysostome, Discours, 32 (49). Le Roux, Guyonvarc’h, 1986 ; Guichard, Perrin (dir.), 2000 ; Pailler, 2008.

11 Les Bretons sont plus grands et mieux proportionnés que les Celtes. Ils ont les cheveux moins blonds, mais le corps beaucoup plus spongieux… Leurs mœurs sont pour une part semblables à celles des Celtes, pour une autre part plus frustes encore et plus barbares. Ainsi, bien que certains d’entre eux disposent de beaucoup de lait, ils ne savent pas en faire du fromage. Ils ne connaissent rien non plus du jardinage, ni de l’agriculture en général : Strabon, IV, 5, 2.

12 Le mécanisme est bien décrit par Duval, 1957, p. 65.

13 Martin, 1990, p. 8-9.

14 Voir le récent colloque Freyburger, Meyer (dir.), 2007.

15 Sur l’œuvre de Cicéron, voir Prag (dir.), 2007 ; Dubouloz, Pittia (dir.), 2007 (ainsi que leur article dans ce volume).

16 Voir ci-après la communication d’Y. Roman.

17 Voir ses intéressantes remarques, à base fiscale et financière, sur la « non conquête » de la Bretagne à l’époque où il écrit : Géographie, II, 5, 8.

18 Cruz Andreotti et al., 2006-2007.

19 Ainsi, parmi les toutes récentes publications, un nouveau fragment de loi municipale, certainement d’époque flavienne, permet d’éclairer les subdivisions du corps électoral (curia libertinorum) et les procédures de vote (comitia) : Saquete Chamizo, Iñesta Mena, 2009.

20 N’oublions pas en particulier que le monde de l’Europe moyenne était celui de l’adobe, construction de terre et de bois, que des générations d’archéologues ne surent pas fouiller, ni même parfois voir avant la fin du xxe siècle : Lasfargues, 1985 ; Le bois en Gaule…, 1985 ; sur les constructions en pierre du Midi de la Gaule : Py, 1993, p. 151sq.

21 Ainsi Reddé, 2006 (introduction) : « Ce livre permettra de montrer combien l’histoire de la Gaule latine a été liée aux nécessités de sa défense, à l’influence politique, économique, sociale de ses lointaines marches germaniques, au sein d’un monde où l’armée constituait à la fois le premier facteur de romanisation et le principal agent du pouvoir ». Ou encore Cadiou, 2008, qui propose « la mise en scène totale d’une armée en action », grâce à l’utilisation conjointe des textes littéraires et de l’archéologie, qui permet de se démarquer de certains préjugés.

22 Pour une bibliographie complète, nous nous permettons de renvoyer à celle qui est dressée par Fr. Cadiou et Ph. Faure pour Historiens et Géographes.

23 Burnand, 2005-2009.

24 Andreau et al., 2004 ; Andreau, Chankowski (éd.), 2007.

25 Tran, 2006.

26 Cébeillac-Gervasoni, Lamoine, 2003 ; Cébeillac-Gervasoni et al., 2004.

27 Elle se consacre traditionnellement aux statuts des cités et des citoyens, à la vie municipale, à la romanisation juridique et sociale. Voir, par exemple, Dondin-Payre et Raepsaet-Charlier, 1999.

28 Parmi les sommes récentes, voir, par exemple, De Ligt et al., 2004 ; Berrendonner et al., 2008 ; Lamoine, 2009.

29 Leveau, Rémy, 2005-2006. Voir aussi, sur les questions de vocabulaire, la contribution de B. Pichon dans ce volume.

30 Ferdière, 2005 (avec une importante bibliographie) ; Gros, 2008b ; Le Bohec, 2008.

31 Ouzoulias, Tranoy (éd.), s.p.

32 Rosso, 2006 et, par exemple, Tranoy, 2008 ; Laubry, 2009 (voir sa contribution à ce volume).

33 Van Andringa (dir.), 2000; Van Andringa, 2002.

34 Navarro Caballero, Demougin, 2001 ; Des Boscs-Plateaux, 2005 ; Caballos Rufino, Demougin, 2006.

35 González, 1999 ; Ozcáriz, 2006.

36 Cruz Andreotti et al., 2006-2007.

37 André (dir.), 2004.

38 Galliou, 2004.

39 Eck, 2007, reprise et résumé de la très importante étude du même auteur sur Cologne (Eck, 2004) ; à noter également, sur Xanten, Müller, 2008.

40 Le Roux, 1995, p. 17.

41 Polybe, I, préface, 1. Bonne historiographie de la question, débattue durant une bonne partie du xxe siècle, dans Frézouls, 1983, à compléter par Champion (éd.), 2004. Voir aussi les réflexions de Ando, 2000 ; Hurlet (dir.), 2008, et, sur l’idée d’empire à Rome, le tout récent livre d’un spécialiste de l’Espagne romaine, J. Richardson (Richardson, 2008).

42 La querelle entre R. Dion et J. Carcopino, à propos du commerce en Gaule préromaine et romaine, est significative. Pour l’un, la conquête césarienne, seule, permit l’ouverture des routes commerciales en Gaule interne, notamment pour le commerce de l’étain (Dion, 1952, p. 547sq.). Pour l’autre, au contraire, la conquête césarienne « a asphyxié le négoce des Massaliotes au lieu de le promouvoir » : Carcopino, 1957, p. 67. Aujourd’hui il est loisible de penser que les deux n’avaient pas tort. César ouvrit la route de nouveaux mondes, mais ceux-ci évinçaient les Massaliotes.

43 Sous une plume pourtant modérée, on peut lire ceci : « Historiens de l’Antiquité, du Moyen Âge et ethnologues ont pu s’efforcer de prouver l’existence de marchés, clairement distincts des économies du don ou du troc, il n’en reste pas moins que des marchés sans coordination ne forment pas une économie de marché, notion qui implique un système général et cohérent de marchés coordonnés, régulé par un système de prix, permettant l’ajustement quantitatif de toutes les variables économiques et la circulation de l’information au travers des “signaux” que sont les prix, réalisant une adéquation qualitative entre produits et services offerts et besoins sociaux. » (P. Verley, Économie de marché, Encyclopaedia universalis, édition électronique). Lequel, ibid., concède cependant : « La notion d’“économie de marché”, bien que d’un usage fréquent à la fin du xxe siècle où elle tend à remplacer celle de “capitalisme”, n’a une signification ni clairement définie ni universellement acceptée par les historiens : il n’existe pas d’“histoire de l’économie de marché” ».

44 Pour s’en tenir à la bibliographie française, voir les Annales Histoire, Sciences Sociales, 59, 2, 2004 ou les Mélanges de l’École Française de Rome, 118, 1, de 2006. Sur romanisation et romanité, voir aussi l’article à paraître de Y. Le Bohec dans la REL.

45 Le Roux, 2004 et 2006 (avec références bibliographiques).

46 MacMullen, (2000) 2003 et Inglebert (dir.), 2005 fournissent de précieux éléments de réflexion. Sur la Gaule, Paunier (éd.), 2005 et plusieurs numéros de la revue Bibracte ; Petit, Santoro (dir.), 2007 ; sur l’Espagne, Tsirkin, 1992, 1993 et 1994 ; sur la dimension culturelle, Cooley (éd.), 2002.

47 Sur les princes, les élites des peuples celtiques, qui acceptèrent cette acculturation, voir, par exemple, Roman, Roman, 1997, p. 637, avec l’évocation du rôle de la ville, de l’attrait de la culture romaine, et de celui de l’élargissement du droit de cité. Les Gaulois acceptèrent l’acculturation et ses signes urbains, mais les transplantèrent parfois où ils avaient l’habitude de se rencontrer, sur des sites ruraux. L’étude des sanctuaires « ruraux » d’Aquitaine, conduite par M. Fincker et F. Tassaux, qui préfèrent parler de uici plutôt que de conciliabula, permet de comprendre la situation (Fincker, Tassaux, 1992, p. 47). Un monde n’a pas brutalement remplacé l’autre.

48 Piso, 2003, p. 295, à propos des provinces danubiennes, reprenant des formules antérieures.

49 Un exemple parmi bien d’autres : « Comment comprendre enfin, qu’après Trajan, plus jamais les mots d’indépendance et de liberté n’aient été prononcés ? » (Hatt, 1959, p. 14).

50 L’Hispanie s’était rapprochée de Rome pour reprendre la formule de P. Le Roux, 1995, p. 22, lequel cite cette phrase remarquable de Florus, I, 33 : elle fut investie par les Romains avant que d’avoir pu se connaître elle-même et, seule de toutes les provinces, elle a compris sa force après qu’elle a été vaincue.

51 Galliou, 2004, p. 147-153, pose évidemment la question : « Assimilation ou résistance ? ».

52 On en vint même à priser notre costume et souvent à porter la toge ; peu à peu, on se laissa séduire par nos vices, par le goût des portiques, des bains et des festins raffinés ; dans leur inexpérience, ils appelaient civilisation (humanitas) ce qui contribuait à leur asservissement : Tacite, Vie d’Agricola, XXI, 3, trad. d’E. de Saint-Denis. Humanitas recouvre un concept majeur dans la civilisation romaine (113 entrées dans l’édition électronique de L’Année philologique !) ; « Humanitas veut dire culture littéraire, vertu d’humanité, civilisation » : Veyne, (1989) 1992, p. 421.

53 « En fait, si nous comparons l’histoire de la Gaule romaine à celle de l’Afrique romaine, nous ne saurions manquer d’être frappés du contraste entre les deux. Si l’Afrique a connu, au cours des quatre siècles de l’Empire, une longue série de soulèvements internes, souvent de la plus grande gravité (une vingtaine en tout), la Gaule n’a vu que des révoltes assez rares, et en général seulement partielles. À partir du iie siècle, il n’y eut plus, en Gaule, de véritable nationalisme, et il n’y eut jamais, au nord des Alpes, de guerres civiles causées par le fanatisme religieux » (Hatt, 1959, p. 13). « La Gaule devint finalement au ve siècle un laboratoire d’expérimentation de la fusion des peuples et des cultures » (Delaplace, France, 1995, p. 6). Sur les Mérovingiens : pour K.-F. Werner, il y eut maintien des idéaux de la romanité dans la noblesse médiévale et moderne (Werner, 1984, p. 34-35, 40, 46).

54 Grimal, 1985, p. 213. J.-J. Hatt avait, quant à lui, parlé d’une « entreprise coloniale réussie » (Hatt, 1959, p. 13).

55 Barruol, 1976, p. 405. Pour l’Afrique, voir Benabou, 1976, dont le point de vue fut discuté : voir, par exemple, Gutsfeld, 1989. Remarques du même ordre sur la résistance en Bretagne de Salway, 1981, p. 100 sq.

56 Sur le modèle socio-politique apporté par Rome, Lepelley, 1993. Quant à son transfert, il reposait sur la force, comme le montre l’exemple italien : « le principe de l’expérience romaine, virtuelle ou actualisée, consiste dans la tendance à imposer un système unitaire par la force des armes et l’habile pragmatisme de la politique » (Pallotino, (1984) 1993, p. 132).

57 Sur les structures celtiques, fondées sur des peuples, même si les pagi devaient ultérieurement reprendre des restes institutionnels celtiques : Drinkwater, (1983) 1984, p. 141sq. ; Kruta, 2000. Voir aussi les analyses de St. Verger et M. Tarpin dans ce volume.

58 Sur le développement du système municipal, voir, notamment, Salway, 1981 ; Le Roux, 1995 ; Chastagnol et al. (dir.), 1997 ; Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999.

59 La province, au départ, était une mission confiée par le Sénat, une mission qui, à l’époque qui nous intéresse, s’était enracinée dans l’espace. L’opinion suivie ici est celle de Mommsen, (1857) 1908, p. 92-100 (une traduction abrégée se trouve dans l’édition donnée par Cl. Nicolet de Mommsen, (1863-1872) 1985, t. 2, p. 965-969). En 1857, le savant allemand proposa de considérer que le mot signifiait la compétence impératoriale d’un magistrat ou promagistrat, celle-ci ayant par la suite glissé vers le concept d’un espace bien défini, gouverné, et de territoire transmarin ; contra Bertrand, 1989, qui inverse le sens de l’évolution et croit que l’idée de mission confiée à un magistrat ou promagistrat de Rome, transmarine ou non (comme le montre l’expression provincia urbana, province urbaine), dériva, sans doute dès le iiie siècle avant J.-C., d’une conception spatiale, qu’il s’agisse d’une « province-espace-projet » ou d’une « province-espace-construit ».

60 L’affirmation n’est pas neuve : voir Harmand, 1969, p. 291. Elle devait cependant prendre un sens nouveau avec le concept de « ville-vitrine », qui fit glisser la réflexion de l’urbanistique à l’économique. Car la ville a parfois été vue comme une simple vitrine de la romanité, dépourvue de fonction économique, en tout cas de fonction productrice. « Villes de consommation », a-t-on dit alors, pour signifier clairement le côté parasitaire de la ville, développé autrefois par W. Sombart ou M. Weber et repris par M. Finley. Voir la discussion, vive, entre Leveau, 1983, p. 275-283, et Goudineau, 1983, p. 283-287 ; voir également Carandini, 1979, p. 219-221 et 236-237. Le rôle de la ville, disons plutôt d’une manière plus générale du phénomène urbain, a parfois (de manière outrancière ?) été uniquement vu comme parasitaire et concentré dans la partie est de la Gaule : Chr. Goudineau, dans G. Duby (dir.), 1980, p. 381 et 388-390. Or H. Bruhns a bien montré depuis que le rôle de la « ville de consommation » avait été surévalué, du moins pour l’Antiquité, à partir d’une lecture abusive des théories de W. Sombart et M. Weber et à travers le filtre des propres positions de M. Finley. En un mot, la notion de « ville de consommation » n’a jamais eu chez W. Sombart ou M. Weber l’importance que lui donnèrent certains historiens français, à la suite de M. Finley (Bruhns, 1985, p. 260). Alors que dès 1984, certains croyaient ce concept dépassé (ainsi P.-A. Février, 1985, p. 9), on notera qu’il est encore utilisé pour la Bretagne par Galliou, 2004, p. 88.

61 Pinol, 2003 ; voir aussi Fitchl, 2000, à confronter à Gros (dir.), 1998 ; Gros, 2008a. Galliou, 1994, p. 83, parle d’un proto-urbanisme. La notion de proto-urbanisation est l’objet de vives discussions ; l’emploi d’« agglomérations secondaires » est aussi contesté : voir un écho de ces débats, réactivés lors des sessions du colloque, dans les communications de M. Tarpin et B. Pichon.

62 Le renouveau de l’histoire militaire romaine a permis de multiplier les études non seulement sur le rôle des armées en temps de guerre, mais encore sur les hommes qui, en temps de paix, vivent dans un pays, s’y entraînent, consomment… Voir, par exemple, Erdkamp (dir.), 2002.

63 Intervention en 181 av. J.-C. contre les Ingauni, et 154 av. J.-C. avec le règlement, momentané d’ailleurs, du problème des Oxybii et des Dekiates : C. Jullian, (1908-1926) 1964, t. I, p. 519-520 ; Clerc, (1927-29) 1971, t. II, p. 31-35 ; Roman, 1991.

64 Kruta, 2000.

65 Quant aux gens du peuple (plebes), ils ne sont guère traités autrement que des esclaves, ne pouvant se permettre aucune initiative, n’étant consultés sur rien. La plupart, quand ils se voient accablés de dettes, ou écrasés par l’impôt… : César, BG, VI, 13, 1-3. Se fondant sur les documents irlandais médiévaux, F. Le Roux et J. Guyonvarc’h font un rapprochement intéressant. Dans l’île occidentale, à l’époque médiévale, n’était réellement libre que celui qui ne devait rien à autrui, la richesse étant le bétail et non la terre : Le Roux, Guyonvarc’h, 1991, p. 79.

66 « Maintenant, sans avoir changé d’armement, les fantassins ne constituent plus que des cohues, sorte de garde nationale de peu de valeur » (Harmand, 1984, p. 32). À confronter à Rambaud, 1953 ; Lewuillon, 1999 ; Martin, 2000. Et, pour l’historiographie, Jullian, (1901) 1977, sans oublier Carcopino, (1958) 1970, Duval, Lyon-Caen, 1994.

67 Sur la fiscalité, qui donnera lieu à des aperçus, mais ne sera pas abordée en tant que telle dans ce volume, voir notamment les travaux de Jérôme France : en dernier lieu, avec bibliographie antérieure, France, 2007.

68 Leveau, (2003) 2007.

69 Qui ne penserait, vu les communications ouvertes entre les parties du monde, vu la grandeur majestueuse de l’empire romain, que la civilisation a fait des progrès, grâce à la multiplication des échanges et à la jouissance commune d’une paix fortunée et qu’une foule d’objets qui jadis étaient demeurés cachés sont devenus d’un usage vulgaire ? : Pline l’Ancien, NH, XIV, 2.

70 Hésiode a dit, à propos des limites de l’Océan, qu’il y a un endroit où tout est relié à un même début et à une même fin : cette formule se relie parfaitement à la cité, et tout converge ici, activités de commerce, de navigation, d’agriculture, d’extraction minière, tous les arts qui existent ou ont existé, tout ce qui est engendré et tout ce qui naît du sol : Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 13 (trad. L. Pernot, Les Belles lettres, coll. La Roue à livres).

71 Voir Pallas, 55, 2001.

72 Faut-il rappeler ici la politique qui fut celle de Claude, « Claude de Lyon » précisément ? Voir discussion et renvois bibliographiques dans Roman, Roman, 1997, p. 526-531.

73 Pline, NH, XXVII, 3 (immensa romanae pacis maiestate…).

74 Sur l’Empire romain, « modèle historiographique à l’épreuve », voir Hurlet (dir.), 2008, p. 81-104.

75 Fishwick, 1978 et 1986. Voir l’illustration de couverture.

76 Au terme de cette introduction, il nous reste à remercier les institutions qui ont permis l’organisation et la bonne tenue du colloque : les Universités Lumière-Lyon 2 et Jean Moulin-Lyon 3, l’ENS LSH, la Ville de Lyon, le Département du Rhône et la Région Rhône-Alpes, les laboratoires HiSoMA UMR 5189, et CEROR EA 664. Le comité d’organisation, qui comprenait aussi M. Debidour, J.-L. Lamboley, J. Dalaison, C. Wolff, Cl. Chillet et C. Courrier, a joué un rôle fort actif et très efficace, de même que Mmes A. Poulet (Lyon 3) et B. Digon (ENS LSH). Disons aussi in fine que, bien au-delà des collaborations institutionnelles, la préparation, la réalisation et la publication de ce colloque offrirent l’occasion d’un authentique travail d’équipe, aussi fructueux qu’amical.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’empire romain en 192 de notre ère
Légende D’après B. Rémy et Fr. Bertrandy, L’Empire romain de Pertinax à Constantin (192-337 après J.-C.), Paris, Ellipses, 1997, p. 24.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1747/img-1.png
Fichier image/png, 332k
Titre Fig. 2. L’Europe de Strabon
Légende D’après Fr. Lasserre, édition-traduction de Strabon, Géographie, t. II, CUF, Belles-Lettres, repris de Roman, Roman, 2007, p. 227.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3. Relations entre les principales zones économiques du monde romain
Légende D’après Cunliffe, (1988) 1993, p. 11.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Cabouret-Laurioux, Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman, « Rome et l’Occident : considérations liminaires », Pallas, 80 | 2009, 11-32.

Référence électronique

Bernadette Cabouret-Laurioux, Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman, « Rome et l’Occident : considérations liminaires », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://pallas.revues.org/1747 ; DOI : 10.4000/pallas.1747

Haut de page

Auteurs

Bernadette Cabouret-Laurioux

Professeur d’histoire romaine, Université Jean Moulin-Lyon 3
CEROR EA 664
bcabouret@gmail.com

Jean-Pierre Guilhembet

Maître de conférences d’histoire ancienne, ENS-LSH, Lyon
CNRS L’année Épigraphique, USR710
jguilhem@ens-lsh.fr

Yves Roman

Professeur d’histoire romaine, Université Lumière-Lyon 2
yvesroman@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org