Navigation – Plan du site
Prémices : la Gaule avant Rome

Société, politique et religion en Gaule avant la Conquête

Éléments pour une étude anthropologique
Society, politics and religion before the Conquest. Datas for an anthropologic study
Stéphane Verger
p. 61-82

Résumés

Les informations fournies par César dans ses Commentaires, combinées avec les données toujours plus pertinentes livrées par l’archéologie, permettent de dresser un tableau global du fonctionnement de la société gauloise d’avant la Conquête, susceptible d’être confronté aux études anthropologiques actuelles sur les sociétés tribales modernes. On perçoit notamment la complexité du système segmentaire, qui est documenté depuis le vie siècle avant J.-C., la place déterminante des factiones rivales, la prépondérance d’une culture aristocratique de l’honneur, qui détermine l’ensemble des pratiques sociales, et enfin le rôle de médiateurs religieux joué par les druides dans une société dominée par l’exacerbation des rivalités entre grands personnages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les présentations les plus complètes de la documentation archéologique dans ce domaine se trouvent, (...)
  • 2 Sur l’emploi que l’on peut faire du texte de César dans le cadre de l’étude de la société gauloise, (...)
  • 3 Et aussi par d’autres sources anciennes, pour la plupart recensées, rééditées et traduites dans Per (...)

1Il est aujourd’hui encore bien difficile, pour tenter une reconstitution du fonctionnement de la société gauloise à la fin de l’Âge du Fer, de combiner les informations éparses données par César dans ses Commentaires et la documentation toujours plus riche, multiforme et précise qui provient des fouilles archéologiques programmées et préventives1. Nous tenterons ici de proposer un cadre général dont l’ossature sera le texte de César2, complétée par quelques dossiers archéologiques significatifs3.

2Les Commentaires livrent deux types de renseignements sur le fonctionnement politique de la société gauloise : d’une part ceux qui sont tirés de l’exposition de quelques règles générales présentées de manière concise, concentrées essentiellement dans le livre VI ; d’autre part ceux que donnent les nombreux récits d’épisodes singuliers, dont la dynamique complexe est souvent très précisément analysée. Cette double présentation des faits nous donne une opportunité rare de disposer d’une caractérisation anthropologique d’une société protohistorique récente, celle de la Gaule d’avant la Conquête. C’est en effet de la même manière, en combinant récits singuliers et modèles interprétatifs, que procèdent les anthropologues actuels qui travaillent sur des sociétés modernes comparables.

Le premier passage à commenter, qui provient du livre VI, est bien connu :

  • 4 Perrin et Decourt, 2002, n° 80.

3En Gaule, non seulement toutes les cités [civitatibus], tous les cantons et fractions de cantons [pagis partibusque], mais même, peut-on dire, toutes les familles [singulis domibus] sont divisés en partis rivaux [factiones] ; à la tête de ces partis sont les hommes à qui l’on accorde le plus de crédit (BG VI, 11, 2-3)4.

On y apprend trois choses :

  • d’une part la société gauloise est composée d’unités de différents niveaux, de la domus à la civitas, qui présentent entre elles des homologies structurales quant à leur comportement collectif, ce qui est le propre d’une société segmentaire ;

  • d’autre part, la structure segmentaire ainsi définie est traversée par des conflits transversaux, définis comme affrontements entre factiones, des partis pour les traducteurs de César, des ligues pour reprendre la dénomination retenue par certains anthropologues sociaux ; c’est le conflit entre ces deux principes, celui de la segmentarité d’un côté et celui de l’opposition entre ligues traversant tous les niveaux de la société, de l’autre, qui permet de rendre compte de la complexité des comportements politiques au cours de la guerre des Gaules ;

  • enfin, les grands personnages qui sont à la tête des ligues et, par conséquent, dominent aussi les institutions de la structure segmentaire, sont définis par une qualité que César appelle l’auctoritas. L’auctoritas, que les traducteurs des commentaires rendent par « crédit », et que les archéologues actuels appelleraient sans doute le prestige, a sans doute plutôt à voir, dans ce contexte précis, avec la notion d’honneur telle qu’elle est définie maintenant par les anthropologues sociaux.

  • 5 Les trois ouvrages fondamentaux dans ce domaine sont : Gellner, 1969 ; Bourdieu, 1972 ; Jamous, 198 (...)

4Segmentarité, opposition transversale entre ligues rivales, honneur individuel et collectif : ce sont là, transcrits dans des termes anthropologiques modernes, les traits saillants que César retient de la société gauloise. Cette description concise mais efficace nous permet aujourd’hui de la rattacher à un type de société qui est particulièrement représenté dans les cultures traditionnelles de l’Afrique du nord et du domaine musulman en général, et qui a fait l’objet de nombreuses études et de débats entre anthropologues sociaux depuis la parution du livre d’Ernest Gellner, Saints of the Atlas, en 1969, puis d’Esquisse d’une théorie de la pratique de Pierre Bourdieu en 1972, jusqu’aux contributions présentées en 2004 dans l’ouvrage collectif Tribus et pouvoirs en terre d’Islam sous la direction d’Hosham Dawod. Mais le livre le plus instructif pour replacer les descriptions « ethnologiques » de César dans des cadres anthropologiques actuels est sans aucun doute celui de Raymond Jamous, Honneur et baraka. Les structures sociales traditionnelles dans le Rif, paru en 1981, qui décrit le fonctionnement de la société des Iqar’iyen du Maroc. Cette étude apparaîtra en toile de fond dans toute la suite de cette contribution5.

1. Les institutions de la société segmentaire

  • 6 Cordie, 2004.

5Les niveaux segmentaires mis en avant par César sont présentés du plus grand au plus petit : la civitas, le pagus, la fraction de pagus et la domus. Les nécropoles de La Tène finale donnent des indications précises, quoique souvent difficiles à interpréter, sur la composition des niveaux segmentaires les plus petits. Ainsi par exemple, Rosemarie Cordie a montré comment, dans la nécropole de Wederath en pays Trévire6, on peut distinguer divers degrés de regroupement des sépultures (figure 1). Les tombes importantes se trouvent dans des enclos qui forment des groupes de monuments autour desquels s’organise le cimetière. Chacun des groupes a sa propre histoire et son propre développement dans le temps. Certains s’organisent autour d’anciens tertres du ve siècle avant J.-C., qui étaient peut-être considérés, à tort ou à raison, comme les monuments funéraires d’ancêtres fondateurs d’un lignage. La nécropole est constituée de cinq de ces groupes de monuments funéraires, qui pourraient constituer autant d’unités segmentaires constituant la communauté locale.

  • 7 Lambot et Méniel, 2000, p. 111-121 ; Lambot, 2007-2008.

6De la même manière, autour du grand village d’Acy-Romance dans les Ardennes, on distingue deux rangées de monuments funéraires au nord-ouest et au sud-est de l’agglomération7 (figure 2, a). Chaque secteur comprend un petit nombre de quartiers de tombes en enclos – quatre au nord-ouest et deux au sud-est. Chacun de ces quartiers a sa propre organisation (figure 2, b). Certains sont constitués d’un simple enclos quadrangulaire plus ou moins allongé, qui peut contenir une sépulture principale (à La Croizette par exemple) ou plusieurs tombes importantes (à La Noue Mauroy sud), autour desquelles sont disposées ultérieurement des groupes de tombes. D’autres, comme celui de La Noue Mauroy nord, sont formés de plusieurs enclos agglomérés à l’intérieur de chacun desquels on trouve une tombe importante entourée de sépultures plus modestes.

7On serait tenté de voir dans ces enclos uniques ou multiples les quartiers réservés aux différents grands lignages qui composent la population de l’agglomération, divisée elle-même en deux fractions dont l’existence se manifeste, dans le domaine funéraire, par la division en deux secteurs nord-ouest et sud-est. Les différences d’organisation interne que l’on observe d’un quartier funéraire à l’autre pourraient quant à elles manifester des degrés divers d’intégration de chacun des lignages, les uns se reconnaissant dans un seul ancêtre fondateur (à La Croizette), les autres restant divisés en plusieurs fractions familiales identifiées par des ancêtres différents quoique apparentés entre eux. Le cas d’Acy-Romance, qui demanderait une analyse beaucoup plus approfondie, montre au moins quelle peut être la complexité de l’organisation segmentaire gauloise, même à l’intérieur d’une agglomération d’étendue relativement limitée.

  • 8 Perrin et Decourt, 2002, n° 181.

8Les institutions qui régissent chacune des unités segmentaires mentionnées par César ne sont pas toutes connues. Les décisions semblent se prendre, de manière générale, dans le cadre de conseils dont la composition n’est pas précisément donnée. Ces conseils plus ou moins formalisés devaient toutefois exister à tous les niveaux segmentaires. Ainsi, une histoire transmise par Parthénios (Erotika, VIII, 4)8, à partir d’un texte d’Aristodème de Nysa, raconte comment un certain Cavaros, un Galate installé en Gaule peut-être au iiie ou au iie siècle avant J.-C., qui veut recevoir comme son hôte le Milésien Xanthos, réunit ceux qui lui étaient les plus proches pour officialiser le nouveau lien d’hospitalité. Il est difficile de préciser dans ce cas à quel niveau se situe la réunion – la famille, le patrilignage, la communauté territoriale restreinte – mais l’épisode montre toutefois que certaines décisions d’ordre privé sont entérinées par un conseil, réuni de manière plus ou moins formelle, représentant l’unité segmentaire concernée. Dans ce cas, l’occasion qui permet d’entériner la décision peut aussi bien être une réunion de dignitaires qu’une célébration festive réunissant les principaux membres de l’unité segmentaire concernée.

  • 9 Sur les problèmes de définition des pagi pré-romains en Gaule, voir Tarpin, 2002.
  • 10 Perrin et Decourt, 2002, n° 62.

9Rien n’est dit sur le niveau de la fraction et du pagus9 et l’on ne connaît pas exactement la composition des sénats (senatus) de civitas, lorsqu’ils sont mentionnés par César. Un célèbre passage du livre VII (32, 3)10, qui a donné lieu à de nombreux débats, précise que chez les Eduens les lois interdisaient que deux membres d’une même famille (familia) fussent, l’un du vivant de l’autre, (…) admis au sénat. Cela pourrait indiquer au moins que ce que César appelle senatus est en fait un conseil tribal qui réunit un représentant (à vie) de chaque famille – ou de chaque patrilignage pourrait-on peut-être dire.

  • 11 Sur la question du vergobret, on préfèrera à la contribution de Lewuillon, 2002, celle, plus rigour (...)

10Le même passage indique – mais ce n’est en fait qu’un cas particulier de la prescription précédente – que deux membres d’une même famille ne peuvent être summus magistratus l’un du vivant de l’autre, ce qui implique une rotation de la charge au sein des principaux patrilignages de la civitas11. Ce principe pourrait d’ailleurs régir le choix des représentants de la communauté aux niveaux segmentaires inférieurs du pagus ou de la fraction.

  • 12 Lambot et Méniel, 2000, p. 114-120.

11C’est ce que pourrait montrer là encore la documentation exceptionnelle provenant des fouilles des nécropoles d’Acy-Romance dans les Ardennes. Bernard Lambot a ainsi mis en évidence un groupe de cinq tombes dont le mobilier comprend une petite hache à emmanchement transversal (figure 3, a) ou un couteau à large lame, identifiés comme des instruments sacrificiels12. Ces tombes se succèdent régulièrement de 130 à 60 avant J.‑C. environ (figure 3, b) ; elles se répartissent dans trois des grands quartiers funéraires du secteur nord-ouest (figure 2, b), dans lesquels on peut reconnaître, comme on l’a vu, les monuments funéraires de trois grands lignages de l’agglomération. On aurait ainsi le témoignage, archéologiquement unique, de la rotation d’une charge communautaire au sein des principales familles qui composent l’unité segmentaire que constitue l’agglomération (ou plus précisément la fraction de l’agglomération dont les quartiers funéraires se trouvent dans le secteur nord-ouest).

12Au niveau de la civitas au moins, la réunion du senatus suit une procédure précise : elle se déroule dans un lieu et à un moment fixés ; la désignation du magistrat suprême (summus magistratus) se fait, au moins dans certains cas, sous le contrôle des prêtres (per sacerdotes more civitatis). C’est sans doute ce caractère rituellement formalisé des réunions qui caractérise le fonctionnement des institutions des différents niveaux segmentaires de la société, du patrilignage à la civitas. On le rencontre également dans les réunions exceptionnelles de représentants de plusieurs civitates. Ainsi, en 52 (BG VII, 1-2), la décision du soulèvement de la Gaule devient effective lorsque l’on s’engage par des serments solennels, autour des étendards réunis en faisceau – cérémonie qui noue, chez eux, le plus sacré des liens. La réunion au cours de laquelle cet accord est scellé se déroule dans le territoire des Carnutes, qui est considéré comme le centre sacré de la Gaule, où chaque année se réunit l’assemblée des druides.

  • 13 Pour la période immédiatement antérieure à celle qui nous intéresse ici, voir notamment Peyre, 1992
  • 14 Verger, 2006.
  • 15 Krausse, 2006.

13L’élaboration des mécanismes complexes de fonctionnement de la société segmentaire celtique a sans doute été le fruit d’un long processus13, dont on peut reconnaître une étape importante dès le vie siècle avant J.-C. en Allemagne du sud. L’examen attentif du mobilier de la grande tombe de Hochdorf en Baden-Württemberg, qui est une des plus riches des sépultures dites à tort « princières » du Hallstatt final, permet de montrer comment le défunt est mis en scène tour à tour dans ses fonctions de chef de lignage, de chef d’une des huit fractions de la tribu, plus précisément d’une des trois fractions ayant un statut spécial permettant à son représentant d’accéder à la charge de chef de la tribu entière, de chef de tribu enfin14. On a tenté de montrer aussi comment, dans le cas de Hochdorf, la désignation du chef de la tribu se faisait selon une procédure cérémonielle précise et complexe, au cœur de laquelle se plaçait la présentation des trois prétendants sur un trône multiple en bronze importé d’Italie du nord, qui est l’objet le plus singulier déposé dans la tombe. Ce cas, certes anachronique ici, montre combien les institutions des tribus « celtiques », bien définies à la fin de l’indépendance gauloise, sont le produit d’une longue histoire qui prend son origine dans les expérimentations politiques dont on peut maintenant déceler les traces dans les sociétés très hiérarchisées de l’Allemagne du sud au vie siècle avant J.-C.15

  • 16 Perrin et Decourt, 2002, n° 60.

14Comme dans les cas connus pour l’époque moderne, les unités segmentaires qui composent la société gauloise ne sont pas immuables. Elles se transforment dans leur composition, leur nombre, leur dénomination, en fonction de l’histoire des différentes communautés concernées. Le caractère instable de la composition des entités politiques se marque par les incertitudes dont témoignent les informateurs quant à l’organisation précise de celles-ci. Strabon (Géographie III, 4, 1916) nous informe que, chez les Celtibères, certains disent que le pays se divise en quatre parties, tandis que d’autres en comptent cinq. En l’affaire, il est impossible de prétendre à l’exactitude, à cause des changements intervenus et du mépris dans lequel ces contrées sont tenues.

  • 17 Ce mécanisme est étudié par Jamous, 1981, p. 45-51, pour le pays Iqar’iyen.

15Certaines unités segmentaires peuvent se déplacer et demander leur intégration dans une nouvelle communauté territoriale, selon des modalités variables. C’est bien sûr le cas des Helvètes qui, si leur migration négociée avait eu lieu en 58, auraient profondément transformé la structure des territoires où ils se seraient installés. C’est aussi le cas de groupes plus réduits et surtout plus fragiles. Ainsi, après la défaite d’Ambiorix, en 53, certains groupes d’Éburons quittèrent leur pays pour aller se confier, eux et tout ce qu’ils possédaient, à des peuples qu’ils ne connaissaient aucunement (BG VI, 31). Il est clair dans ce cas que les migrants ne s’installent qu’au prix d’une dépendance vis-à-vis de leurs hôtes17.

  • 18 Verger, 2003.

16Ces déplacements de population, qui peuvent avoir lieu à tous les niveaux de la société segmentaire, de la famille au regroupement de civitates, et à différentes échelles géographiques, du déplacement local limité à la migration à très longue distance, émaillent sans doute toute l’histoire du monde celtique, même si leur étude est particulièrement délicate : comment les mettre en évidence par l’archéologie ? Comment ne pas se focaliser sur les quelques cas spectaculaires mentionnés par les auteurs grecs et latins ? Quel rôle leur donner, dans ces conditions, dans les mécanismes de transformation de la société et des territoires celtiques ? Ces questions sont très débattues. On peut noter tout de même que les déplacements de populations tiennent sans doute une place centrale dans l’imaginaire politique gaulois à la fin de l’indépendance. Nous avons ainsi proposé de voir dans l’épisode de la première migration de groupes de populations du centre de la Gaule vers l’Italie du nord et la forêt Hercynienne, sous la conduite de Bellovèse et Ségovèse, au moment de la fondation de Massalia et du règne de Tarquin l’Ancien, rapportée par Tite-Live (V, 34), une version éduenne d’un mythe celtique ancien, réactivé et reformulé dans le contexte de l’affrontement entre Éduens et Séquanes des années 60 avant J.-C. et dans le cadre des contacts diplomatiques entre Éduens et Romains à la suite de la défaite d’Admagétobrige18.

2. De grands personnages pour une société de l’honneur

  • 19 Perrin et Decourt, 2002, n° 58.

17À tous les niveaux de l’échelle tribale, de la domus à la civitas voire au regroupement occasionnel de civitates, les charges étaient confiées à de grands personnages qui répondaient aux exigences de l’honneur. C’est Polybe (Histoires XXII, 21, 119) qui décrit le mieux cette combinaison subtile de qualités à propos d’un chef galate d’Asie Mineure qui aspirait à la suprématie sur tout le peuple :

18Ortiagon le Galate (…) avait beaucoup de ressources, qu’il devait et à sa nature et à sa longue expérience. Il était en effet bienfaisant [euergetikos], magnanime [mégalopsukos], affable et avisé dans la conversation [kata tas enteuxeis eucharis kai sunetos] et, ce qui est le principal chez les Galates, courageux et efficace dans l’art de la guerre [androdès kai dunamikos pros tas polemikas chreias].

Ces qualités peuvent se diviser en trois grandes catégories :

  • l’éloquence, l’art de parler à propos, le bon conseil, qui permettaient de prendre l’ascendant sur une assemblée ou un conseil ;

  • la générosité, qui bénéficiait aux dépendants et clients, dont elle permettait de s’assurer le soutien ;

  • l’art de la guerre et des armes, qui permettait de défendre son domaine et ses dépendants et le cas échéant d’en accroître l’importance et le nombre.

  • 20 Ratti, 1996.

19L’honneur personnel d’Artiagon est augmenté par celui qu’il retire de la conduite vertueuse, courageuse et également pleine d’honneur dont fait preuve son épouse Chiomara, dont les exploits avaient donné lieu à un récit circonstancié rapporté entre autres par Tite-Live (XXXVIII, 24)20.

20Les Commentaires de César sont pleins de ces personnages qui suivent une conduite dictée par la préservation et l’accroissement de leur honneur et de celui de leur communauté.

  • 21 Jamous, 1981, p. 67-75.

21Mais l’histoire des Gaules aux iie-ier siècles avant J.-C. est aussi marquée par la multiplication des formes exacerbées de ces comportements d’honneur, qui se traduisent par la prolifération de joutes, défis et contre-défis, dont on peut donner quelques exemples tirés de la littérature antique et aussi quelques illustrations archéologiques. Comme dans le cas de la société iqar’iyen décrite par Raymond Jamous21, on peut les classer en trois catégories principales, relevant des diverses qualités individuelles mentionnées précédemment : les joutes oratoires, les compétitions de dépenses ostentatoires et les meurtres.

22Dans la première catégorie, on peut ranger, au livre VII (BG VII, 20), l’épisode au cours duquel, au sein d’une assemblée réunissant semble-t-il l’ensemble de l’armée, Vercingétorix se voit accuser de trahison et répond par un discours où il met en avant ses propres qualités de clairvoyance et d’habileté. L’issue du duel oratoire est déterminée par le jugement unanime de l’assemblée qui, comme il est de coutume dans le type de réunion, en Gaule comme en Germanie, pousse des clameurs et agite bruyamment ses armes.

23Pour qu’elle soit susceptible d’être efficace, la violence du défi verbal doit être proportionnée aux qualités reconnues du personnage qui en est l’auteur. Ainsi, lors de leur seconde ambassade auprès de César, les Helvètes envoient comme représentant Divico, qui avait commandé aux Helvètes dans la guerre contre Crassus (BG I, 13), pour que le discours belliqueux qu’il est chargé de tenir soit en accord avec sa gloire acquise aux dépens de ceux qu’il va défier.

  • 22 FGrH 87, F18. Perrin et Decourt, 2002, n° 97.

24Dans la seconde catégorie, celle des dépenses ostentatoires – que l’on compare habituellement, et souvent abusivement, à la pratique du potlach – on place l’épisode célèbre, raconté par Poséidonios et transmis par Athénée (Deipnosophistes IV, 152d-f)22, au cours duquel Luern, pour gagner la faveur de la foule, parcourait sur son char les campagnes et y semait de l’or et de l’argent aux myriades de Celtes qui le suivaient. Il fit aménager un enclos carré de 12 stades de côté à l’intérieur duquel il fit remplir des cuves d’une boisson de prix et préparer une telle quantité de nourriture que pendant plusieurs jours il était possible à qui voulait de profiter de ce qui avait été préparé en se faisant servir sans interruption.

  • 23 FGrH 81, F2 (2). Perrin et Decourt, 2002, n° 143.

25Phylarque, toujours d’après Athénée (Deipnosophistes IV, 34, 150d-f23), raconte quant à lui en détail comment Ariamnès, un Galate très riche, avait annoncé qu’il nourrirait tous les Galates pendant un an. Voici comment il mena à bien ce projet. En certains points du pays, il marqua de distance en distance par des stations les routes les plus appropriées à son projet ; il y installa des cabanes de pieux de bois, de roseaux et de tiges d’osier, faites pour quatre cents hommes ou même plus, espaces suffisants pour recevoir la foule qui allait affluer des villes et villages. Là il fit installer de grands chaudrons qu’il avait fait forger l’année précédant celle de son projet en envoyant chercher des artisans dans d’autres villes. On abattit de nombreuses victimes – bœufs, porcs, moutons et autres bétails –, on mit à disposition des jarres de vin, on pétrit une grande quantité de farine. Et, dit-il, non seulement ceux des Gaulois des villes et villages environnants en profitaient, mais encore les esclaves préposés au service ne laissaient pas partir les étrangers qui se trouvaient là avant qu’ils n’aient pris leur part de ce qui avait été préparé.

  • 24 Poux, 2004, notamment, pour ce qui nous concerne ici, p. 351-355 et p. 374-380. Un dossier funérair (...)
  • 25 Poux et Feugère, 2002, fig. 5.

26Matthieu Poux a mis en évidence et étudié les vestiges archéologiques susceptibles de documenter de telles manifestations ostentatoires de la générosité des grands personnages, tant dans les espaces privés des demeures et des tombes aristocratiques que dans les lieux publics ou consacrés24. Les plus riches des mobiliers funéraires de la fin de l’Indépendance donnent de nombreux exemples d’accumulations des ustensiles de la préparation des viandes et de la consommation du vin en énormes quantités25 (figure 4).

  • 26 Lambot et Méniel, 2000, p. 89-101.

27Cette générosité dans la distribution de nourriture à l’occasion de grands banquets, comme dans les sociétés traditionnelles modernes, est évaluée notamment en fonction de la quantité de viande distribuée, qui doit non seulement suffire pour le groupe des convives rassemblés, mais aussi produire des restes non consommés dont l’ensemble du groupe peut mesurer l’importance. Cet usage spécifique, qui prévoit un gaspillage de ressources alimentaires, trouve une illustration archéologique dans une série de quatre fosses remplies de restes de dizaines de brebis mises au jour dans le village d’Acy-Romance dans les Ardennes26 (figure 5). L’étude, réalisée par Patrice Méniel, a montré qu’elles correspondaient aux vestiges de grands banquets où la viande était distribuée et consommée, mais aussi partiellement gaspillée, compte tenu du nombre relativement important de quartiers d’animaux non consommés jetés parmi les déchets de boucherie.

  • 27 Jamous, 1981, p. 75-81.

28Dans la troisième catégorie, celle du meurtre, on peut ranger celui du Carnute Tasgétios, que César avait placé à la tête du pays (V, 25). Il est frappant de voir, encore une fois, à quel point la dynamique de l’assassinat évoque précisément les récits recueillis à propos des meurtres d’honneur en pays iqar’iyen27 : Il était, cette année-là, dans la troisième année de son règne, quand ses ennemis secrètement l’assassinèrent ; plusieurs de leurs concitoyens les avaient d’ailleurs encouragés publiquement.

On peut décomposer ainsi la séquence :

  • l’offense (l’accession au trône contre l’avis de ses concitoyens) ;

  • le défi public lancé par les rivaux à la suite de l’offense ;

  • l’attente du moment le plus propice pour commettre le meurtre (ici différé pendant plus de deux ans) ;

  • l’emploi de personnes qui commettent l’acte par procuration ;

  • l’usage de la ruse ou d’un stratagème secret.

29La même observation s’applique au meurtre par vengeance perpétré par Chiomara sur la personne du centurion qui l’avait violée. On y retrouve en effet l’alliance de ruse, lorsqu’il s’agit de frapper, et de fière ostentation, lorsqu’il s’agit de rendre le meurtre public, qui caractérise le crime d’honneur.

  • 28 Gaeng et Metzler, 2007-2008, p. 167-168, fig. 11-18 ; Metzler, Gaeng et Méniel, 2008, p. 109-110 ; (...)

30Il serait d’ailleurs intéressant à ce propos d’étudier plus en détail ce que l’on pourrait appeler l’honneur au féminin dans la société gauloise. Dans ce contexte, il faudrait prendre en compte notamment la tombe 14 de la nécropole de Goeblange Nospelt au Luxembourg, fouillée par Jeannot Metzler28. Il s’agit, au sein du monument funéraire d’une grande famille trévire, de la riche sépulture d’une femme morte à la fin du ier siècle avant J.-C., qui a donné lieu à des actes répétés de dévotion pendant plus de 150 ans : dépôts de monnaies et rite de clôture avec dépôt de statuettes féminines en terre cuite (figure 10).

  • 29 Lambot et Méniel, 2000, p. 89, fig. 53-54.
  • 30 Brunaux, 2000 ; Brunaux, 2004 ; Goudineau, 2006 ; Poux, 2008.

31Depuis quelques années, les témoignages archéologiques de violences individuelles ou collectives datant de la fin de l’Âge du Fer se sont multipliés, attestant, quelle que soit l’interprétation précise qu’on en donne, l’usage généralisé du meurtre (dans le cas d’un inhumé caché d’Acy-Romance29 : figure 6), du massacre, de l’exposition des trophées de victoires également individuelles (les crânes d’ennemis exposés au cou des montures – figure 7 – ou dans les maisons) ou collectives (les trophées des sanctuaires de La Tène moyenne)30. Ces manifestations apparemment anormales (figures 8 et 9) peuvent prendre place dans ce phénomène général d’exacerbation des luttes d’honneur, au même titre que les restes massifs de dépenses ostentatoires.

  • 31 FGrH 87, F15. Perrin et Decourt, 2002, n° 183.
  • 32 FGrH 87, F16. Perrin et Decourt, 2002, n° 165.

32La société gauloise telle que la décrivait Poséidonios ou telle qu’elle transparaît au travers des Commentaires est caractérisée par une redéfinition constante des rangs relatifs des grands personnages qui sont à sa tête : nul n’est à l’abri d’un revers irrémédiable dans une assemblée, d’un défi, d’un meurtre par ruse, qui remettent en question sa place dans le jeu complexe de l’honneur et du prestige. C’est cette image que donne le banquet gaulois tel qu’il est présenté par Poséidonios, d’après Athénée (Deipnosophistes IV, 152b-c)31. D’un côté, les convives y sont placés selon un ordre de préséance très précis, en fonction de leurs qualités héritées ou acquises : Lorsqu’ils dînent en assez grand nombre, ils s’asseyent en cercle, le plus important au milieu, comme un chef de chœur, qui l’emporte sur les autres par son habileté guerrière, sa naissance ou sa richesse. L’hôte se met à côté de lui, puis de chaque côté les autres selon leur rang. Mais d’un autre côté, cet ordre précis est également instable et susceptible à tout moment de donner lieu à une renégociation : Autrefois, dit-il, lorsqu’on servait un arrière-train, le plus important prenait le gigot ; si quelqu’un s’y opposait, ils se levaient et se battaient en duel à mort (Athénée, Deipnosophistes IV, 154a-c)32.

  • 33 Verger, 2006, p. 12-22.

33Là encore, l’étude de la composition et de la disposition du service de consommation de la viande déposé dans la grande tombe hallstattienne de Hochdorf illustre, pour une période plus ancienne, l’importance et la subtilité du système de préséance qui régissait l’organisation des banquets celtiques33.

34La surenchère dans les luttes de prestige auxquelles doivent se livrer les plus grands personnages de la société gauloise, à tous les niveaux du système segmentaire, entraîne pour eux de grandes dépenses :

  • pour le maintien d’une troupe armée susceptible d’en protéger les intérêts ;

  • pour la poursuite à un niveau élevé des actes ostentatoires de générosité ;

  • pour le développement de réseaux d’alliance qui passe entre autres par une politique matrimoniale coûteuse pour les membres du patrilignage.

35Tenir son rang et accroître son honneur dans ce contexte social précis nécessite la mobilisation de richesses considérables et toujours renouvelées. C’est exactement le discours que tiennent, à propos de Dumnorix, les grands personnages éduens que César interroge au tout début de la guerre des Gaules, en 58 (BG I, 18) : Depuis de longues années, il avait à vil prix la ferme des douanes et de tous les autres impôts des Éduens, parce que, lorsqu’il enchérissait, personne n’osait enchérir contre lui. Cela lui avait permis d’amasser, tout en enrichissant sa maison, de quoi pourvoir abondamment à ses largesses ; il entretenait, à ses frais, une nombreuse cavalerie qui lui servait de garde du corps, et son influence ne se limitait pas à son pays, mais s’étendait largement sur les nations voisines. Il avait même, pour développer son influence, marié sa mère chez les Bituriges, à un personnage de haute noblesse et de grand pouvoir ; lui-même avait épousé une Helvète ; sa sœur du côté maternel et des parentes avaient été mariées par ses soins dans d’autres cités.

36On peut sans doute voir là un des moteurs du développement économique qui est manifeste en Gaule et dans le reste du monde celtique à partir du iie siècle avant J.-C., qui se traduit par un développement considérable des domaines agricoles, des activités extractives et industrielles et du commerce des « biens de prestige ».

3. Les factions rivales

  • 34 Perrin et Decourt, 2002, n° 37.
  • 35 Perrin et Decourt, 2002, n° 111.

37L’influence d’un grand personnage se mesure à sa capacité de mobilisation : parmi les equites, écrit César (VI, 15, 1-234), chacun, selon sa naissance et sa fortune, a autour de soi un plus ou moins grand nombre d’ambacts et de clients. Ils ne connaissent pas d’autre signe du crédit et de la puissance. Il faut sans doute distinguer plusieurs cercles à l’intérieur de ces groupes qui entourent les grands personnages. Les uns leur sont attachés individuellement, à la vie à la mort, comme les quatre fidèles d’Ambiorix, à qui seuls il osait confier sa vie (VI, 43), ou peut-être comme les soldures qui sont liés à Adiatuanos (BG III, 22, 1-335) : ils partagent avec celui à qui ils ont voué tous les biens de la vie ; s’il périt de mort violente, ils doivent subir en même temps que lui le même sort ou se tuer eux-mêmes. Les autres, sans doute les plus nombreux, lui sont attachés au titre de la domus ou du patrilignage qu’il domine : ainsi, lorsqu’en 52 Vercingétorix veut mobiliser ses propres clients pour organiser le soulèvement, il en est empêché par son oncle Gobannitio – probablement le chef en charge de son patrilignage – allié aux autres chefs. Il ne dispose pas personnellement des clients de la famille, qui obéissent au chef du lignage, et il doit par conséquent former une armée de marginaux, extérieurs au jeu des alliances familiales.

  • 36 Perrin et Decourt, 2002, n° 186.

38Les forces mobilisées par un grand personnage peuvent être considérables : ainsi en 58, Orgétorix l’Helvète comparaît devant le tribunal de la civitas accompagné de dix mille hommes et de tous ses clients et débiteurs (BG I, 4, 236). Dans un autre contexte (BG I, 16), il est rappelé, à propos de Dumnorix, que certains personnages, simples particuliers, ont plus d’influence que les magistrats.

  • 37 Perrin et Decourt, 2002, n° 80.

39Les cas de Vercingétorix et d’Orgétorix montrent comment, aux divers niveaux de l’organisation segmentaire, du patrilignage à la civitas et même au-delà dans certains cas (en 58 en particulier), la mobilisation d’un groupe autour d’un personnage entraîne immédiatement celle d’un groupe rival. Gobannitio, pour régler un problème d’autorité à l’intérieur de son propre patrilignage, fait appel aux autres chefs avec qui il est allié. De même, à la mobilisation des clients d’Orgétorix répond la levée d’une armée par les magistrats de la civitas qui entraîne la mort du grand personnage, par suicide ou par meurtre (c’est-à-dire à la suite d’une réaction d’honneur de la part de l’intéressé ou de ses opposants). On pourrait multiplier les exemples de ce type d’affrontements entre deux réseaux opposés, ce que César (BG VI, 1137) décrit, comme on l’a rappelé, comme un vrai système de factions rivales qui parcourt transversalement la structure segmentaire de la société : Il y a là une institution très ancienne qui semble avoir pour but d’assurer à tout homme du peuple une protection contre plus puissant que lui : car le chef de faction défend ses gens contre les entreprises de violence ou de ruse, et s’il lui arrive d’agir autrement, il perd tout crédit. Là encore, le mécanisme de fonctionnement de ces ligues répond aux règles de l’honneur, qui régissent l’ensemble du fonctionnement de la société gauloise.

  • 38 Perrin et Decourt, 2002, n° 62.

40L’épisode le plus utile pour comprendre le fonctionnement de ces ligues est celui de l’élection du vergobret chez les Éduens en 52 (BG VII, 3238). Les deux prétendants, Convictolitavis et Cotos bénéficient d’un degré équivalent d’auctoritas et mobilisent deux ligues de puissance semblable, qui divisent l’ensemble du pays éduen en deux forces opposées : Tout le pays est en armes ; le sénat est divisé, le peuple est divisé, les clients des deux rivaux forment deux partis ennemis. Même si les stratégies employées par les deux prétendants à la magistrature suprême sont différentes, on ne peut pas faire de l’un le champion des sénatoriaux et de l’autre celui des aristocrates, comme cela a parfois été dit. La preuve en est simplement que Cotos, le champion des « aristocrates » est soutenu par son frère Valétiacos, le vergobret de 53, qui avait donc peu de temps auparavant la confiance des « sénatoriaux ». L’épisode reflète au contraire un mode habituel, quoiqu’exacerbé, de rivalité politique entre deux chefs de ligue qui adaptent leur stratégie de conquête du pouvoir aux circonstances : c’est-à-dire, dans le cas présent, au fait que le vergobret ne peut faire partie de la même famille que son prédécesseur, ce qui conduit les partisans de Convictolitavis à se conformer aux règles de la civitas et ceux de Cotos à les contourner par la mobilisation d’un réseau de clients.

41La mobilisation du réseau des clients et dépendants peut s’effectuer à tous les niveaux de la structure segmentaire, selon des stratégies qui varient en fonction de la position précise du grand personnage qui en prend l’initiative. Il serait intéressant de décrire en détail les diverses stratégies de mobilisation des ligues en fonction des formes d’intervention des différents niveaux segmentaires, de l’individu au regroupement de civitates. On peut ici mentionner rapidement quelques cas de figure à partir des seuls événements de 52, au cours desquels la mobilisation d’une ligue intervient :

  • en opposition contre le patrilignage représenté par son chef, comme dans le cas du début de l’intervention de Vercingétorix ;

  • en accord avec une mobilisation plus large du patrilignage ou des alliés au sein d’unités segmentaires plus importantes, comme dans le cas de l’Éduen Cotos, allié à son frère Valétiacos ;

  • en opposition contre les institutions de la civitas, et donc par une mobilisation d’une ligue à ce niveau, comme dans le cas de Cotos ;

  • en s’appuyant sur la légitimité des institutions de la civitas, comme dans le cas de la mobilisation défensive menée par Convictolitavis contre Cotos ;

  • en faisant appel à des fractions alliées des peuples voisins, comme César le craint à propos de la ligue qui sortira vaincue de l’affrontement entre Cotos et Convictolitavis.

42Le cas de Vercingétorix est particulièrement instructif et demanderait une analyse précise : répondant à un appel lancé officiellement par un regroupement de chefs de civitates dans le territoire des Carnutes, il croit pouvoir mobiliser à son profit les clients de son patrilignage, avant d’être obligé, à la suite de l’opposition du chef de ce dernier, de s’appuyer sur une armée qui lui est individuellement attachée et sur une faction composée de grands personnages de civitates marginales ou de personnages marginaux d’autres civitates. Ce n’est que dans un second temps, en raison de la réussite de son opération, que de grandes civitates, représentées par leurs chefs officiels, se rallient à lui dans une grande faction couvrant l’ensemble de la Gaule centrale. La complexité des opérations de 52 s’explique par le caractère aventureux, mais efficace, d’une stratégie de mobilisation qui se place en marge à la fois des structures segmentaires de la civitas et des grandes factions existant en Gaule à cette époque.

4. La médiation religieuse des druides

43Quoi qu’il en soit, dans le cas de la désignation du vergobret de 52 par les Éduens, l’affrontement des deux ligues, qui partage la civitas en deux forces équivalentes, ne trouve aucune solution dans le cadre du fonctionnement normal des institutions. C’est précisément ce phénomène de blocage qui est au cœur de l’analyse que mène Raymond Jamous dans Honneur et baraka. Il montre comment, pour résoudre les conflits les plus violents et sans issue et pour modérer les méfaits de la surenchère dans les conflits d’honneur, à tous les niveaux de la société segmentaire, l’intervention de personnages dont l’autorité ne repose pas sur l’honneur est indispensable. Dans le cas de la société iqar’iyen, et plus généralement dans les sociétés traditionnelles d’Afrique du nord, ces médiateurs sont les chorfa, qui tirent leur légitimité d’une autorité religieuse reconnue de tous et se placent au-dessus des affrontements qui traversent par ailleurs l’ensemble de la société.

  • 39 Sur les druides en Gaule au moment de la Conquête, on consultera surtout Pailler, 2008, qui, pour c (...)
  • 40 Perrin et Decourt, 2002, n° 42.

44En Gaule, à la fin de l’Âge du Fer, il existe bien une catégorie de personnages qui semblent remplir cette fonction de médiation religieuse39. Dans un passage célèbre de sa description de la société gauloise (BG VI, 1340), César distingue deux classes qui comptent et sont considérées : d’un côté les equites, qui sont ces grands personnages dont on a décrit le comportement social et politique ; de l’autre les druides qui, d’un côté s’occupent des choses de la religion, président aux sacrifices publics et privés, règlent les pratiques religieuses, et de l’autre tranchent presque tous les conflits entre États ou entre particuliers. (…) Si quelque crime a été commis, s’il y a eu meurtre, si un différend s’est élevé à propos d’héritage ou de délimitation, ce sont eux qui jugent, qui fixent les satisfactions à recevoir et à donner.

45La différence existant entre les deux « classes » des equites et des druides tient au fondement de leur légitimité, qui est l’honneur individuel et de la domus, pour les premiers, et l’autorité religieuse, pour les seconds. Même si l’ensemble du fonctionnement de la société gauloise repose sur l’honneur, comme on l’a vu, celui-ci est en quelque sorte subordonné à l’autorité religieuse, sur la base de laquelle sont réglés, en dernier ressort, les conflits d’honneur qui se révèlent insolubles aussi bien dans le cadre des institutions normales de la société segmentaire que dans celui de la mobilisation de ligues opposées. Ceux qui ne se conforment pas aux décisions des druides sont définitivement exclus de la vie sociale, ce qui se traduit notamment par l’interdiction du sacrifice, qui les empêche de diriger un quelconque groupe. Ils ne sont pas admis à demander justice, ni à prendre leur part d’aucun honneur, bref ils perdent leur raison de vivre en société.

  • 41 L’affrontement entre ces deux personnages a été étudié par Christian Peyre et demanderait un commen (...)
  • 42 Les parallèles proposés par les Anciens entre les druides et les Pythagoriciens sont étudiés par Br (...)

46Comme on le sait, César ne mentionne explicitement aucun druide dans ses Commentaires. Toutefois, il existe bien un personnage, l’Éduen Diviciac, que Cicéron (De divinatione I, 90) présente comme un druide, qui remplit exactement ces fonctions de médiation et se place constamment en dehors des factions qui divisent son pays. Sans entrer dans le détail de l’analyse du comportement de ce personnage, on notera seulement qu’à un moment qui n’est pas précisé, antérieur à 52, il conseille César de telle sorte que celui-ci tire parti de l’affrontement entre deux jeunes Éduens puissants, Eporedorix et Viridomaros, qui se disputent le premier rang41 et militent dans les ligues rivales qui soutiennent les deux prétendants à la charge de vergobret pour 52, Convictolitavis et Cotos. Preuve ici que le souci du druide éduen est bien de maintenir l’équilibre fragile entre les deux forces, qui permet le maintien de la cohésion de la civitas. Il faudrait d’ailleurs réfléchir aux théories politiques et philosophiques qui sous-tendent ce comportement, en se souvenant que plusieurs auteurs grecs et latins effectuaient un parallèle explicite entre l’enseignement des druides gaulois et celui des Pythagoriciens42.

  • 43 Comme cela est observé justement dans Pailler, 2008.

47Un autre indice de ce rôle de médiation joué par Diviciac tient justement au fait qu’en 52 il a disparu de la scène politique éduenne, pour une raison que l’on ignore, et ne peut donc pas intervenir pour apporter une solution à l’affrontement insoluble entre les deux partis rivaux. C’est finalement César qui joue le rôle que le druide gaulois aurait peut-être rempli lui-même quelques années auparavant43.

48Il existe toutefois de grandes différences entre les chorfa d’Afrique du nord et les druides. D’abord, les premiers forment un lignage au sein duquel ils sont recrutés, génération après génération, alors que les seconds proviennent des différents patrilignages puissants qui constituent la civitas et tirent leur légitimité d’une longue période de formation qui les tient durablement à l’écart de la société. Ensuite, le fonctionnement du groupe des druides, qui est lui-même hiérarchisé, répond en un certain sens aux codes de l’honneur que l’on a vus dans le reste de la société gauloise. Ainsi, comme les grands personnages au banquet qui peuvent s’entretuer pour un gigot, deux prétendants à la charge de chef des druides peuvent s’affronter en combat singulier.

49Le fonctionnement de la société gauloise de la fin de l’Âge du Fer est d’une très grande complexité, mais en même temps les sources disponibles permettent d’y reconnaître un type de formation sociale bien étudié par les anthropologues actuels. La compréhension précise des phénomènes politiques, économiques et religieux toujours plus étonnants dont l’archéologie nous livre les traces spectaculaires passe sans doute par leur description anthropologique minutieuse, appuyée certes sur un examen précis des sources antiques disponibles, mais aussi sur un travail systématique de sociologie comparée.

50Bien des points débattus n’ont pas pu être abordés ici, comme la question délicate de la royauté, celle de l’intervention du peuple dans la vie politique ou celles du statut des agglomérations urbaines et de la territorialisation des structures segmentaires dans une Gaule en cours d’urbanisation. D’autres devront sans doute faire l’objet de nouvelles études, dans la suite de celles qui ont par exemple été menées récemment par Matthieu Poux et Laurent Lamoine, entre autres. L’étude anthropologique de la société gauloise et celtique de l’Âge du Fer, qui n’a été que grossièrement esquissée ici, a sans doute encore de beaux et longs jours devant elle.

Fig. 1a. Wederath (Rhénanie-Palatinat, Kr. Bernkastel-Wittlich) : l’organisation de la nécropole à l’époque laténienne

Fig. 1a. Wederath (Rhénanie-Palatinat, Kr. Bernkastel-Wittlich) : l’organisation de la nécropole à l’époque laténienne

D’après Cordie, 2004.

Fig. 1b. Wederath (Rhénanie-Palatinat, Kr. Bernkastel-Wittlich) : l’organisation de la nécropole à l’époque laténienne

Fig. 1b. Wederath (Rhénanie-Palatinat, Kr. Bernkastel-Wittlich) : l’organisation de la nécropole à l’époque laténienne

D’après Cordie, 2004.

Fig. 2a. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 2a. Acy-Romance (Ardennes)

La disposition des nécropoles autour du village 

Fig. 2b. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 2b. Acy-Romance (Ardennes)

La position des tombes à ustensiles du sacrifice dans trois des quartiers du secteur nord-ouest de la nécropole (d’après Lambot et Méniel, 2000).

Fig. 3a. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 3a. Acy-Romance (Ardennes)

Mobilier de la tombe I.103 de l’enclos E de La Noue Mauroy, avec une petite hache à emmanchement transversal du sacrifice (humain ?) ou de l’exécution ;

Fig. 3b. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 3b. Acy-Romance (Ardennes)

Tableau synthétique de la succession des tombes à ustensiles du sacrifice, par rapport à l’évolution globale de l’agglomération (d’après Lambot et Méniel, 2000).

Fig. 4. Modèle de service de préparation, de service et de consommation pour le banquet dans une tombe très riche de La Tène finale

Fig. 4. Modèle de service de préparation, de service et de consommation pour le banquet dans une tombe très riche de La Tène finale

Catégorie d’« organisateur de banquet », d’après Poux, 2004.

Fig. 5a. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 5a. Acy-Romance (Ardennes)

Vue générale d’une fosse à restes de brebis.

Fig. 5b. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 5b. Acy-Romance (Ardennes)

Détail.

Fig. 5c. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 5c. Acy-Romance (Ardennes)

Schéma des parties représentées (d’après Lambot et Méniel, 2000).

Fig. 6a. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 6a. Acy-Romance (Ardennes)

Plan de la tombe contenant le squelette d’un homme abattu d’un coup de hache.

Fig. 6b. Acy-Romance (Ardennes)

Fig. 6b. Acy-Romance (Ardennes)

Détail de son crâne (d’après Lambot et Méniel, 2000).

Fig. 7. Aulnat (Puy-de-Dôme)

Fig. 7. Aulnat (Puy-de-Dôme)

Dessin d’un vase peint orné d’une composition narrative incisée ; on distingue en bas un cavalier dont la monture porte, suspendue à son cou, une tête coupée (d’après R. Périchon).

Fig. 8. Nanteuil-sur-Aisne (Ardennes)

Fig. 8. Nanteuil-sur-Aisne (Ardennes)

Un silo à la périphérie du sanctuaire laténien avec deux squelettes humains décapités et un squelette de cheval (d’après Lambot et Méniel, 2000).

Fig. 9. Gondole (Puy-de-Dôme)

Fig. 9. Gondole (Puy-de-Dôme)

Fosse contenant des squelettes d’hommes et de chevaux (photographie U. Cabezuelo).

Fig. 10a. Goeblange Nospelt (Luxembourg)

Fig. 10a. Goeblange Nospelt (Luxembourg)

Tombe féminine 14 : coupe du tumulus après les funérailles et après l’abandon du monument.

Fig. 10b. Goeblange Nospelt (Luxembourg)

Fig. 10b. Goeblange Nospelt (Luxembourg)

Tombe féminine 14 : la cuvette centrale avec les deux statuettes féminines en terre cuite déposées au fond (d’après Metzler et Gaeng, 2008).

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris.

Brunaux, J.-L., 2000, Les religions gauloises. Nouvelles approches sur les rituels celtiques de la Gaule indépendante, Paris.

Brunaux, J.-L., 2004, Guerre et religion en Gaule. Essai d’anthropologie celtique, Paris.

Brunaux, J.-L., 2006, Les druides. Des philosophes chez les barbares, Paris.

Cordie, R., 2004, Zu den latènezeitlichen Grabgärten von Wederath/Belginum, dans Studien zur Lebenswelt der Eisenzeit. Festschrift für Rosemarie Müller, Berlin-New York, p. 199-208.

Dawod, H. (dir.), 2004, Tribus et pouvoirs en terre d’Islam, Paris.

Dunham, S.B., 1995, Caesar’s Perception of Gallic Social Structures, dans B. Arnold et D.B. Gibson (éd.), Celtic Chiefdom, Celtic State. The Evolution of Complex Social Systems in Prehistoric Europe, Cambridge, p. 110-115.

Duval, A., 1983, J., 2008, Autour de Vercingétorix: de l’archéologie à l’histoire économique et sociale, dans J. Collis, A. Duval et R. Périchon (éd.), Le deuxième Âge du Fer en Auvergne et en Forez et ses relations avec les régions voisines, Scheffield, p. 298-335.

Gaeng, C. et Metzler, Observer les abords des sépultures pour comprendre le rituel funéraire, dans J. Scheid (éd.), Pour une archéologie du rite. Nouvelles approches de l’archéologie funéraire, Rome, p. 161-170.

Gellner, E., 1969, Saints of the Atlas, Londres.

Goudineau, Chr., 1990, César et la Gaule, Paris.

Goudineau, Chr., 1998, Regards sur la Gaule, Paris.

Goudineau, Chr. (dir.), 2006, Religion et société en Gaule, Paris.

Guichard, V. et Perrin, Fr. (éd.), 2002, L’aristocratie celte à la fin de l’Âge du Fer (iie s. avant J.-C. – ier s. après J.-C.), Glux-en-Glenne.

Haselgrove, C. (éd.), 2006, Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire. 4. Les mutations de la fin de l’âge du Fer, Glux-en-Glenne.

Jamous, R., 1981, Honneur et baraka. Les structures sociales traditionnelles dans le Rif, Paris.

Krausse, D., 2006, The Prehistory of the Celts in South-West Germany. Centralisation processes and Celtic ethnogenesis in the heart of Europe, dans D. Vitali (éd.), Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire. 2. La préhistoire des Celtes, Glux-en-Glenne.

Lambot, B. et Méniel, P., 2000, Le centre communautaire et cultuel du village gaulois d’Acy-Romance dans son contexte régional, dans St. Verger (éd.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen. Étude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance, Rome, p. 7-139.

Lambot, B., 2007-2008, Les morts du village gaulois d’Acy-Romance (Ardennes-France), dans G. Bartoloni et G. Benedettini (éd.), Atti del convegno internazionale Sepolti tra i vivi – Buried among the Living. Evidenza ed interpretazione di contesti funerari in abitato. Roma, 26-29 aprile 2006, Scienze dell’Antichità, 14/2, p. 959-974.

Lamoine, L., 2006, La pratique du vergobret: le témoignage de César confronté aux inscriptions, Cahiers Glotz, 17, p. 81-104.

Lewuillon, S., 2002, Le syndrome du Vergobret: à propos de quelques magistratures gauloises, dans Guichard et Perrin, 2002, p. 243-258.

Metzler, J. et Gaeng, C., 2009, Goeblange-Nospelt: une nécropole aristocratique trévire, Luxembourg.

Metzler, J., Gaeng, C. et Méniel, P., 2008, Les funérailles chez les Trévires de la fin de l’Indépendance gauloise au début de l’époque romaine, dans Rome et ses morts, Les dossiers d’archéologie, 330, p. 104-111.

Metzler, J., Waringo, R., Bis, R. et Metzler-Zens, N., 1991, Clémency et les tombes de l’aristocratie en Gaule Belgique, Luxembourg.

Monsutti, A., 2004, Guerres et migrations. Réseaux sociaux et stratégies économiques des Hazaras d’Afghanistan, Paris.

Pailler, J.-M., 2008, Les druides de César: digression ethnographique et neutralisation historique, Études celtiques, 36, p. 35-58.

Perrin, Fr. et Decourt, J.-Cl., 2002, L’aristocratie celte dans les sources littéraires. Recueil de textes commentés, dans Guichard et Perrin, 2002, p. 337-412.

Peyre, Chr, 1992, L’Historiographie gréco-romaine et la celtisation de Bologne étrusque, dans D. Vitali et Chr. Peyre, Tombe e necropoli galliche di Bologna e del territorio, Bologne, p. 7-45.

Poux, M. et Feugère, M., 2002, Le festin, miroir privilégié des élites politiques de la Gaule indépendante, dans Guichard et Perrin, 2002, p. 199-222.

Poux, M., 2004, L’Âge du vin. Rites de boisson, festin et libations en Gaule indépendante, Montagnac.

Poux, M., 2008, Du nord au sud: définition et fonction de l’espace consacré en Gaule indépendante, dans X. Dupré Raventós, S. Ribichini et St. Verger (éd.), Saturnia Tellus. Definizioni dello spazio consacrato in ambiente etrusco, italico, fenicio-punico, iberico e celtico, Rome, p. 171-200.

Ratti, S., 1996, Le viol de Chiomara. Sur la signification de Tite-Live 38, 24, DHA, 22/1, p. 95-131.

Ruffier, A., 2007, Samarcande. Identités et espaces festifs en Ouzbékistan, Montreuil.

Verger, St., 2003, Le bouclier de Diviciac. A propos de Liv. V, 34, dans D. Vitali (éd.), L’immagine tra mondo celtico e mondo etrusco-italico. Aspetti della cultura figurativa nell’antichità, Bologne, p. 333-369.

Verger, St., 2006, La grande tombe de Hochdorf, mise en scène funéraire d’un « cursus honorum » tribal hors pair, SIRIS, 7, p. 5-44.

Haut de page

Notes

1 Les présentations les plus complètes de la documentation archéologique dans ce domaine se trouvent, entre autres, dans : Guichard et Perrin, 2002 ; Haselgrove, 2006 ; Goudineau, 2006.

2 Sur l’emploi que l’on peut faire du texte de César dans le cadre de l’étude de la société gauloise, voir par exemple : Duval, 1983, notamment p. 318-320 ; Goudineau, 1990 ; Dunham, 1995 ; Goudineau, 1998.

3 Et aussi par d’autres sources anciennes, pour la plupart recensées, rééditées et traduites dans Perrin et Decourt, 2002, auquel il sera systématiquement fait référence.

4 Perrin et Decourt, 2002, n° 80.

5 Les trois ouvrages fondamentaux dans ce domaine sont : Gellner, 1969 ; Bourdieu, 1972 ; Jamous, 1981. Leurs perspectives ont été reprises et partiellement modifiées dans une série d’ouvrages récents, parmi lesquels on peut retenir entre autres : Dawod, 2004 ; Monsutti, 2004 ; Ruffier, 2007.

6 Cordie, 2004.

7 Lambot et Méniel, 2000, p. 111-121 ; Lambot, 2007-2008.

8 Perrin et Decourt, 2002, n° 181.

9 Sur les problèmes de définition des pagi pré-romains en Gaule, voir Tarpin, 2002.

10 Perrin et Decourt, 2002, n° 62.

11 Sur la question du vergobret, on préfèrera à la contribution de Lewuillon, 2002, celle, plus rigoureuse, de Lamoine, 2006.

12 Lambot et Méniel, 2000, p. 114-120.

13 Pour la période immédiatement antérieure à celle qui nous intéresse ici, voir notamment Peyre, 1992.

14 Verger, 2006.

15 Krausse, 2006.

16 Perrin et Decourt, 2002, n° 60.

17 Ce mécanisme est étudié par Jamous, 1981, p. 45-51, pour le pays Iqar’iyen.

18 Verger, 2003.

19 Perrin et Decourt, 2002, n° 58.

20 Ratti, 1996.

21 Jamous, 1981, p. 67-75.

22 FGrH 87, F18. Perrin et Decourt, 2002, n° 97.

23 FGrH 81, F2 (2). Perrin et Decourt, 2002, n° 143.

24 Poux, 2004, notamment, pour ce qui nous concerne ici, p. 351-355 et p. 374-380. Un dossier funéraire particulièrement clair est celui de la grande tombe de Clémency au Luxembourg : Metzler, Waringo, Bis et Metzler-Zens, 1991.

25 Poux et Feugère, 2002, fig. 5.

26 Lambot et Méniel, 2000, p. 89-101.

27 Jamous, 1981, p. 75-81.

28 Gaeng et Metzler, 2007-2008, p. 167-168, fig. 11-18 ; Metzler, Gaeng et Méniel, 2008, p. 109-110 ; Metzler et Gaeng, 2009.

29 Lambot et Méniel, 2000, p. 89, fig. 53-54.

30 Brunaux, 2000 ; Brunaux, 2004 ; Goudineau, 2006 ; Poux, 2008.

31 FGrH 87, F15. Perrin et Decourt, 2002, n° 183.

32 FGrH 87, F16. Perrin et Decourt, 2002, n° 165.

33 Verger, 2006, p. 12-22.

34 Perrin et Decourt, 2002, n° 37.

35 Perrin et Decourt, 2002, n° 111.

36 Perrin et Decourt, 2002, n° 186.

37 Perrin et Decourt, 2002, n° 80.

38 Perrin et Decourt, 2002, n° 62.

39 Sur les druides en Gaule au moment de la Conquête, on consultera surtout Pailler, 2008, qui, pour ce qui nous concerne ici, est plus éclairant que Brunaux, 2006, qui donne toutefois un tableau général complet.

40 Perrin et Decourt, 2002, n° 42.

41 L’affrontement entre ces deux personnages a été étudié par Christian Peyre et demanderait un commentaire qui dépasserait largement le cadre de la présente contribution.

42 Les parallèles proposés par les Anciens entre les druides et les Pythagoriciens sont étudiés par Brunaux, 2006, notamment p. 167-196, qui mériterait un examen critique précis.

43 Comme cela est observé justement dans Pailler, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a. Wederath (Rhénanie-Palatinat, Kr. Bernkastel-Wittlich) : l’organisation de la nécropole à l’époque laténienne
Légende D’après Cordie, 2004.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-1.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Fig. 1b. Wederath (Rhénanie-Palatinat, Kr. Bernkastel-Wittlich) : l’organisation de la nécropole à l’époque laténienne
Légende D’après Cordie, 2004.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-2.png
Fichier image/png, 131k
Titre Fig. 2a. Acy-Romance (Ardennes)
Légende La disposition des nécropoles autour du village 
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-3.png
Fichier image/png, 839k
Titre Fig. 2b. Acy-Romance (Ardennes)
Légende La position des tombes à ustensiles du sacrifice dans trois des quartiers du secteur nord-ouest de la nécropole (d’après Lambot et Méniel, 2000).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-4.png
Fichier image/png, 738k
Titre Fig. 3a. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Mobilier de la tombe I.103 de l’enclos E de La Noue Mauroy, avec une petite hache à emmanchement transversal du sacrifice (humain ?) ou de l’exécution ;
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-5.png
Fichier image/png, 909k
Titre Fig. 3b. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Tableau synthétique de la succession des tombes à ustensiles du sacrifice, par rapport à l’évolution globale de l’agglomération (d’après Lambot et Méniel, 2000).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-6.png
Fichier image/png, 5,5M
Titre Fig. 4. Modèle de service de préparation, de service et de consommation pour le banquet dans une tombe très riche de La Tène finale
Légende Catégorie d’« organisateur de banquet », d’après Poux, 2004.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-7.png
Fichier image/png, 739k
Titre Fig. 5a. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Vue générale d’une fosse à restes de brebis.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-8.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Fig. 5b. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Détail.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-9.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Fig. 5c. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Schéma des parties représentées (d’après Lambot et Méniel, 2000).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-10.png
Fichier image/png, 622k
Titre Fig. 6a. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Plan de la tombe contenant le squelette d’un homme abattu d’un coup de hache.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-11.png
Fichier image/png, 513k
Titre Fig. 6b. Acy-Romance (Ardennes)
Légende Détail de son crâne (d’après Lambot et Méniel, 2000).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-12.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 7. Aulnat (Puy-de-Dôme)
Légende Dessin d’un vase peint orné d’une composition narrative incisée ; on distingue en bas un cavalier dont la monture porte, suspendue à son cou, une tête coupée (d’après R. Périchon).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-13.png
Fichier image/png, 440k
Titre Fig. 8. Nanteuil-sur-Aisne (Ardennes)
Légende Un silo à la périphérie du sanctuaire laténien avec deux squelettes humains décapités et un squelette de cheval (d’après Lambot et Méniel, 2000).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-14.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Fig. 9. Gondole (Puy-de-Dôme)
Légende Fosse contenant des squelettes d’hommes et de chevaux (photographie U. Cabezuelo).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-15.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 10a. Goeblange Nospelt (Luxembourg)
Légende Tombe féminine 14 : coupe du tumulus après les funérailles et après l’abandon du monument.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-16.png
Fichier image/png, 9,1M
Titre Fig. 10b. Goeblange Nospelt (Luxembourg)
Légende Tombe féminine 14 : la cuvette centrale avec les deux statuettes féminines en terre cuite déposées au fond (d’après Metzler et Gaeng, 2008).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1760/img-17.png
Fichier image/png, 4,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Verger, « Société, politique et religion en Gaule avant la Conquête », Pallas, 80 | 2009, 61-82.

Référence électronique

Stéphane Verger, « Société, politique et religion en Gaule avant la Conquête », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/1760 ; DOI : 10.4000/pallas.1760

Haut de page

Auteur

Stéphane Verger

Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études
EA 4115 HISTARA-UMR 8546 AOROC
Stephane.verger@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org