Navigation – Plan du site
Les voies de l’intégration

Peuples et cités de la péninsule Ibérique du iie a. C. au iie p. C.

Peoples and cities of the Iberian peninsula from the IInd c. B.C. to the IInd c. A.D.
Patrick Le Roux
p. 147-173

Résumés

Le contrôle romain des territoires provinciaux dans la péninsule Ibérique s’est traduit par l’évolution progressive des peuples préromains en cités de statuts différenciés. L’uniformisation ne fut jamais totale, même après l’octroi du droit latin généralisé sous Vespasien et la diffusion de la formule municipale. Devenue la communauté de référence des provinciaux, la civitas associa le passé et le présent sous l’égide des élites locales. L’histoire de quatre siècles n’oppose pas, mais conjugue sur des registres différents les groupes ethniques et les institutions civiques fondées sur l’autonomie. Rome traitait avec chaque petite cité, non avec des provinces.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Romains ont une vue concrète des autres et d’eux-mêmes : ils contrôlent des populations, non de (...)

1Les époques romaines entre la fin de la deuxième Guerre punique et la fin du iie s. de n.è. peuvent être assimilées à une phase de mise en place et de développement, dans l’ensemble de la péninsule Ibérique, des communautés locales autonomes appelées civitates (fig. 1). Au départ, le paysage dominant y était constitué par les groupes ethniques de dimension et d’origine variées, considérés à Rome et chez les élites culturelles comme étrangers au modèle civilisé. La période concerne donc en priorité les modalités et les transformations de l’organisation et du contrôle des populations ibériques, devenues hispaniques, par le biais d’institutions politiques et territoriales inspirées de l’organisation civique romaine1. L’aspect administratif qui joue pleinement son rôle n’est pas seul en cause. Le temps fut un auxiliaire efficace dans les territoires péninsulaires en raison de la précocité des guerres et des créations provinciales, associée aux lenteurs assumées de l’expansion romaine, achevée seulement avec Auguste. Les histoires précédentes influèrent également sur l’apprentissage de la cité comme pesèrent les immigrants et parmi eux les citoyens romains. Face aux incitations et sollicitations de Rome, les réponses apportées localement ne furent pas uniformes parce qu’il n’y eut pas une politique programmée de « romanisation ».

2Rien ne fut écrit à l’avance et le cheminement des innovations et des procédures obéit à des logiques différentes suivant les circonstances et les périodes. Auguste et les Flaviens, par leurs initiatives et leurs décisions, tinrent une place de choix dans le contexte de réorganisations postérieures à des guerres civiles. Autant que les décisions romaines, les capacités d’adaptation ou de refus des communautés, les habitudes et les traditions culturelles, l’environnement socio-économique participèrent à la reconstruction politique des différentes « ethnies » et rendent compte de nuances parfois très sensibles autour de traits communs, susceptibles d’ordonner le sens d’un « apprentissage politique » et de permettre de prendre la mesure des changements. L’historiographie se modifie peu à peu. Ni le concept d’unité ni la nation ne sont désormais des critères jugés satisfaisants lorsqu’il s’agit de modélisation. L’attention portée aux diversités régionales ne doit pas laisser croire à une concession aux développements récents des autonomies que n’a de toute façon pas connus au même titre le Portugal. Rome se pensait comme une cité et c’est la civitas qui a assurément constitué le fondement d’une organisation administrative renouvelée des terres ibériques sous l’égide de Rome.

3Les sources, malgré les difficiles questions qu’elles soulèvent, permettent de dessiner des tableaux provisoires et de suivre les mutations : aux sources à caractère géographique et historique s’ajoutent les inscriptions juridiques confiées au bronze et particulièrement présentes en Hispania méridionale. D’une manière plus générale, les textes et monuments épigraphiques fournissent de nombreuses informations sur les noms, les institutions, les territoires, complétant les données déjà disponibles, avec l’aide croissante des apports des travaux archéologiques. Le temps est ici l’artisan d’évolutions rythmées par la rencontre des conjonctures romaines et des conjonctures provinciales.

1. Des peuples aux cités : une construction provinciale

4Une étude idéale de l’expansion du modèle de la cité devrait pouvoir disposer au départ d’un tableau raisonné et complet des unités politiques de la péninsule, ce qui n’est pas le cas. Face aux insuffisances des textes, l’apport archéologique permet d’aborder avec profit les différents faciès culturels, au sens large, des populations à l’échelon local et régional, mais ne comble en rien les lacunes concernant les limites et les regroupements politiques des peuples que suggèrent parfois et à certaines époques les monnaies et l’épigraphie. Les inscriptions et les émissions monétaires locales ne deviennent plus nombreuses et utiles pour le propos qu’à partir de la fin de la République et plus encore d’Auguste. Elles recoupent surtout les préoccupations de Pline l’Ancien qui est le seul à autoriser un essai d’évaluation chiffrée des communautés entre Auguste et les Flaviens, à l’aboutissement d’un processus de « poliadisation » diversifiée de la péninsule.

1. 1. De Polybe à Ptolémée : les limites des inventaires politiques

  • 2 Moret, 2004, p. 44-47, essentiellement à propos du livre III des Histoires.
  • 3 Polybe, III, 76, 7, qui suit les bonnes règles établies en la matière. C’est sans doute au cours de (...)
  • 4 Moret, 2004, p. 48.
  • 5 Jacob, 1991, p. 105-131 ; Counillon, 2007, p. 65-76, à la suite de travaux de Patrick Thollard de 1 (...)

5L’attention nouvelle prêtée depuis une vingtaine d’années à la géographie antique et à ses singularités, comparée à nos conceptions modernes, atteste que la connaissance de l’Ibérie reposait toujours presque exclusivement au début du iie s. av. n.è. sur les descriptions grecques et sur une approche externe, maritime, des territoires. Des pans entiers restaient ignorés ou incertains, dès qu’il s’agissait du Centre, de l’Ouest et des zones septentrionales voisines des rives de l’Océan extérieur. L’identification des populations et groupes humains manquait de précision et d’unité et ne laissait émerger que quelques noms moins obscurs ou issus de communautés auxquelles avaient eu affaire les Phéniciens, les Grecs et les Carthaginois. Le témoignage de Polybe est éloquent. Comme l’a montré P. Moret à propos des Ibères, l’historien de Mégalopolis ne prend la peine d’énumérer des populations indigènes qu’en fonction de circonstances exceptionnelles, telle l’expédition d’Hannibal. Tout ce qui concernait l’organisation politique et culturelle était réduit à quelques généralités soulignant particulièrement le caractère barbare de ceux qui vivaient dans ces terres reculées. Les nomenclatures étaient tributaires des lectures hétérogènes de l’auteur et n’ont pas eu de postérité. Il n’y a donc pas de hiérarchisation des données. Seuls émergent les Ibères, les Celtes, les Lusitaniens, les Turdétans alors que le secteur nord-ouest n’est toujours pas doté d’une appellation commune2. Il serait impossible de savoir si les Ilergètes étaient particulièrement puissants et l’emportaient sur les Bargousioi sans la mention d’Andobalès présenté comme « le roi des régions de l’intérieur »3. Il peut paraître plus déconcertant encore que Tite-Live soit dénué de tout souci d’exactitude géographique4. Il écrit sous Auguste, mais demeure tributaire de ses informateurs, souvent peu explicites. La géographie s’intéressait en priorité à la théorie et au cosmos. La chorographie issue de la tradition d’Hérodote ne fut illustrée que tardivement par Strabon dont les déformations et erreurs géographiques ne doivent pas conduire à ignorer un témoignage sans équivalent et toujours indispensable5.

  • 6 Cadiou, 2006, p. 138-139 et 2008, p. 463-472 ; Le Roux, 2006, p. 118-122.
  • 7 Ce que ne reflétèrent pas les sources (Salinas, 2006, p. 166-168) : il ne faut pas s’en étonner car (...)
  • 8 Arnaud, 2007, p. 27. Le point de vue global ne signifie pas que les paramètres propres à la discipl (...)

6Les Romains ont mis le pied en Ibérie pour combattre Carthage dont l’installation et les positions récemment consolidées constituaient une menace nouvelle aux yeux des sénateurs. Par ce biais et les prolongements qui s’ensuivirent, Rome a ouvert notablement le livre des connaissances géographiques, mais en toute indifférence envers cette discipline, grecque en priorité, tournée vers les divisions de la terre, les classifications des espaces et la représentation cartographique recourant aux mathématiques. Les impératifs militaires n’ont pas non plus entraîné un intérêt nouveau ni ciblé pour le milieu physique et les articulations des espaces locaux et régionaux dans la perspective d’une stratégie de conquête à grande échelle6. Sans cartes adaptées et au mieux rédigées sous la forme d’itinéraires, sans vue d’ensemble du territoire péninsulaire, sans inventaire à jour et détaillé des peuples répartis dans toute l’Hispania, les magistrats et les généraux romains ont progressé empiriquement avec l’aide des autochtones. L’organisation de provinciae durables facilita la confection de données, enrichies aussi par les triomphes et les rapports au Sénat qui supposaient l’inclusion d’informations à caractère administratif. C’est par accumulation que furent construits les espaces péninsulaires romains : le but n’était pas géographique, mais militaire et administratif. Par l’élargissement empirique du périmètre provincial, les magistrats dépêchés dans les Espagnes cherchèrent à protéger au gré des événements les secteurs pacifiés ou en train de l’être, apprirent par le jeu des alliances, qui incluaient la livraison au cas par cas de cavaliers et de fantassins, à mieux identifier telle ou telle communauté. Après la guerre sociale, le recrutement accru de soldats auxiliaires, amplifié par l’équipée de Sertorius (81-72 av. n.è.), marqua une nouvelle étape dans l’appréhension concrète de la géographie péninsulaire7. Il fallut attendre Auguste et Agrippa pour qu’une vision géographique d’ensemble fût possible bien que non exempte d’erreurs et n’excluant pas d’autres sources que la fameuse carte8.

  • 9 Pour une lecture plus « géographique » de Strabon au livre III : Prontera, 2007, p. 49-52 sur l’esp (...)
  • 10 García Quintela, 2007, p. 103-105. Le témoignage de Strabon est rejoint par l’Iberikè d’Appien qui (...)

7Strabon, malgré les faiblesses dont on le crédite parfois avec plus ou moins de raison, offre au livre III de sa « Chorographie » une description de la péninsule Ibérique qui juxtapose le passé et le présent suivant un découpage qui ignore l’administration romaine mise en place par Auguste. Ce ne sont pas les provinces qui servent de cadre, mais un découpage régional organisé à partir d’un point remarquable, le Promontoire sacré, considéré comme la pointe occidentale de la terre habitée, et développé suivant la méthode du périple et l’utilisation des systèmes orographiques et hydrographiques pour délimiter les peuples de l’intérieur. L’essentiel reste un discours ethnographique lui-même tributaire de l’histoire. Strabon ne cherche pas à définir des identités ethniques ni à décrire les caractères de ceux qui s’en réclament : face aux fluctuations des populations, insaisissables, il articule sur la géographie et l’ethnographie un discours rhétorique opposant civilisés et barbares9. Malgré ce qui est dit parfois, Strabon illustre les résultats des archéologues frappés par la multiplicité des aires culturelles et l’hétérogénéité des traditions. Son ethnographie est fondée sur le passé et sur des sources parfois très antérieures à son époque. Il opère une synthèse souvent personnelle et n’hésite pas à montrer les effets destructeurs des guerres et de la politique romaines tout en s’interrogeant sur la notion de « ville », comparée au « village », concernant des peuples hostiles et barbares10.

  • 11 Pline l’Ancien, N. H., III, 2 : Quare sic accipi velim, ut si vidua fama sua nomina, qualia fuere p (...)
  • 12 Toutefois, ce sont les sources fondées sur des périples qui expliquent la division entre la Bétique (...)
  • 13 Voir le CIL, II2, 5 consacré au conventus d’Astigi : dans les nouvelles limites, modifiées, là où E (...)

8C’est au livre III, 6-30 et au livre IV, 117-118 de Pline l’Ancien que la péninsule Ibérique apparaît entièrement, ou presque, couverte de cités volontairement réduites par l’auteur à leur nomenclature11. Les provinces sont ici prises en compte, signe d’un changement administratif incontestable12. À l’intérieur de chacune d’elles, les conventus énumèrent successivement les différentes circonscriptions judiciaires dont dépendent les cités, irrégulièrement pour la Bétique, systématiquement pour l’Espagne citérieure. La Lusitanie est censée compter 45 civitates dont 36 stipendiaires, mais il en manque huit qui ne sont jamais mentionnées. Un calcul global aboutit à un total de 513 unités dont 175 pour la Bétique et 293 pour l’Espagne citérieure. Par la suite, les inscriptions permettent de retrouver ces communautés et les nouveaux volumes du CIL II2 montrent que certaines demeurent soit non identifiées soit non incluses dans les listes antiques13. Les approches quantitatives sont décevantes et complexes. Même pour l’époque impériale, on ne parvient pas à un taux d’identifications satisfaisant.

  • 14 Arnaud, 2007, p. 36-37, qui souligne le problème de la datation des sources de Ptolémée.
  • 15 Voir Marcotte, 2007, p. 162-166 en particulier. Plus d’une quarantaine de noms de peuples sont énum (...)

9Le « Guide géographique » (Hyphêgesis geographikê) de Ptolémée, daté du iie s. de n.è., ne doit pour ainsi dire rien aux documents romains officiels produits par les administrations : sa carte et ses coordonnées résultent d’itinéraires et de périples, beaucoup plus précis qu’auparavant, d’informations fournies par des voyageurs, mais les toponymes qu’il cite sont énumérés sans les critères ordinaires propres à la tradition géographique, d’où une nomenclature parfois ignorée par ailleurs, sans correspondance véritable et qu’il est difficile d’identifier comme agglomération urbaine ou non14. La carte régionale de la péninsule Ibérique, au livre II, répertorie, outre les fleuves et leurs embouchures, les caps et les montagnes. Les toponymes mêlent cités ou villes et autres lieux indéterminés. Les contours choisis pour distribuer les données réunies sont les trois ensembles provinciaux appelés Bétique, Lusitanie et Tarraconaise, mais à l’intérieur, ce sont des divisions ethniques qui les dessinent15. Le recensement de plus de quatre cents noms de lieu rend compte des progrès des connaissances locales. Il est impossible, sans la confrontation à d’autres listes, de repérer, sauf exception, l’ensemble des poleis et oppida inclus dans les listes.

10Les sources géographiques disponibles soit n’accordent pas d’importance aux communautés locales comme unités politiques soit cumulent des informations disparates qui soulignent une fois de plus l’absence de lien étroit et nécessaire entre la discipline et le gouvernement des populations et territoires. L’histoire des communautés locales, ethniques ou civiques, doit prendre appui sur des indices incomplets, combinés à ceux que proposent Pline l’Ancien ou d’autres. L’enjeu est évidemment d’essayer de ne pas déformer la signification d’une mutation politique non programmée au départ.

1. 2. De Scipion à Auguste : l’apprentissage de la cité

  • 16 Comme le suggère le fragment des Origines, 7, de Caton l’Ancien, c’est comme région de naissance de (...)
  • 17 Pour ce qui serait la continuité d’une péninsule duale : par exemple González, 2000, p. 103.
  • 18 Les Celtibères, les Lusitaniens, les Turdétans et les Ibères par exemple.

11En 197 av. n.è., au moment de la division en deux provinces, l’unité politique dominante était constituée par des groupes ethniques ou gentes de taille variable qui, on l’a vu, ne sont pas tous recensés dans les témoignages, certains n’étant identifiés que progressivement, voire tardivement comme les Cantabres16, ce qui ne signifie pas qu’ils n’étaient pas identifiables comme tels auparavant. Les récits des Guerres puniques et des épisodes postérieurs attirent l’attention sur la présence d’agglomérations ibériques ou autres, qui rappellent que l’organisation territoriale des ethnies ne peut pas se réduire à des groupes mal organisés, instables et repliés sur eux-mêmes au départ. Si les Turdétans apparaissent d’après les sources tant textuelles qu’archéologiques adaptés précocement aux modèles méditerranéens et « civilisés », il en va de même pour divers peuples des régions du littoral oriental, où l’influence des Grecs occidentaux fut plus indirecte que directe jusqu’au iiie s. av. n.è. Les Celtibères, les Lusitaniens et aussi les Vettons ou les Callaeci s’avèrent, au regard des enquêtes archéologiques, perméables aux échanges, aux innovations et aux influences de l’extérieur, ce qui contraste avec les descriptions tendant à les définir comme de rudes barbares. Il n’est pas contestable non plus que les armées des Celtibères et des Lusitaniens, équipées et commandées comme elles le furent, aient été le reflet d’organisations politiques et sociales déjà complexes, moins unifiées que ne le laisserait croire une présentation de la péninsule en deux aires traditionnelles, ibérique et indo-européenne17. Les faciès culturels, la variété des régimes politiques, l’inégale puissance des communautés composaient partout une mosaïque dans laquelle Rome opéra des redécoupages et imposa des nomenclatures en partie renouvelées et affinées, là où la science grecque tendait à imposer quelques grandes unités18.

  • 19 Voir Keay, 2003, p. 157-160.

12Dans la phase de transition entre l’Hispania des ethnies et l’Hispania romaine des cités, qui court sur un long iie s. av. n.è., la guerre, les mesures administratives, les pratiques gouvernementales dans le cadre de la provincia contribuèrent à bousculer les lignes. La création de nouveaux établissements à vocation urbaine, telles Italica, Carthago Nova prenant la suite de la ville barcide, Tarragone (Tarraco) choisie comme lieu de débarquement et d’embarquement, Gracchuris due au père des Gracques, Carteia, née comme cité latine, Cordoue (Corduba) ou Valence (Valentia), ne doivent pas laisser croire à l’installation immédiate et globale d’agglomérations et de cités qui mirent du temps avant de s’affirmer. Les explorations archéologiques signalent souvent que les éléments monumentaux, reflet d’une organisation de type civique, n’apparaissent qu’à la fin du iie s. av. n.è., même à Carteia. Italica est un praesidium et le resta sans doute un certain temps19. Il faut probablement attendre la fin de la résistance de Numance (133 av. n.è.) et la commission des dix sénateurs chargée de rétablir les affaires provinciales pour que les statuts politiques affirmés, peu nombreux, aient été consolidés et renforcés administrativement, sachant que cette instance ne couvrit pas la totalité de la péninsule et ne promulga pas une lex générale de la province. Cordoue et Valence attestent que des créations coloniales servirent à installer en les récompensant des soldats italiques et alliés ou Romains, comme ce fut ausi le cas dans les îles Baléares avec Metellus, fondateur, en 123-122 av. n.è., de Palma et Pollentia. Avant la création de Carthage par C. Gracchus et la colonie de Narbonne, sans doute en 118 av. n.è., il n’y eut pas de colonies romaines dans les provinces.

  • 20 Par exemple García y Bellido, 1999, p. 82. Ces données ne font pas l’unanimité et les points de vue (...)
  • 21 Keay, 2003, p. 160-161.
  • 22 Par exemple Cadiou, 2008, p. 534-536. Le denier ibérique est particulièrement présent au nord de l’ (...)
  • 23 L’usage de l’alphabet et de la langue locale n’est pas incompatible avec des comportements politiqu (...)
  • 24 Keay, 2003, p. 161.
  • 25 Voir Barrandon, 2005, p. 453-455 (je la remercie de m’avoir communiqué son manuscrit encore inédit)

13Les évolutions politiques précoces des sociétés locales posent la question du recours à la numismatique comme trace éventuelle des changements territoriaux. Méthodologiquement, les questions préalables qu’il faut résoudre sont nombreuses. Outre les débats autour de la place de Rome dans l’essor des monnayages ibériques (évalués à plus de 200 en tout) et de la chronologie qu’il faudrait aujourd’hui remonter aux débuts de l’intervention romaine ou presque20, l’existence de magistrats monétaires est source d’interprétations divergentes. La diffusion de monnayages était une réalité avant le temps de la présence romaine : des traditions antérieures ont joué, notamment dans le secteur oriental de la péninsule où furent longtemps en usage des monnaies d’origine étrangère21. En Espagne ultérieure, il semble que l’on ne recense que des émissions de bronze et aucune de deniers ibériques22. La mention tardive de magistrats monétaires est sans doute un indice d’autonomie avancée, mais le pouvoir de produire de la monnaie fait aussi appel au registre symbolique et aux besoins locaux et le maintien des légendes en écriture ibérique reste une donnée ambiguë23. Il demeure vraisemblable qu’une partie de la circulation trouve une raison d’être dans les dépenses sur place des soldats, quelle qu’ait été leur origine. Il est difficile de demander, pour le moment, aux monnaies de contribuer à l’histoire des statuts et de l’administration des peuples et cités avant César ou même Auguste. Il n’est pas davantage assuré que la présence de trésors datés entre 200 av. n.è. et l’époque augustéenne traduise avec certitude la crise des communautés indigènes provoquée par la politique de Rome24. Il est, en revanche, admis que la guerre de Sertorius a marqué un tournant et une forme de déclin des monnayages dits « péninsulaires », en particulier des frappes en argent25, inaugurant une phase de transition marquée par des légendes bilingues ou en latin.

  • 26 Appien, Iber., XL-XLI.
  • 27 Strabon, III, 4, 13.
  • 28 Appien, Iber., XCVII.
  • 29 CIL, I2, 614= ILLRP, 514.
  • 30 HEp, 1, 151 ; AE, 1986, 304 = 1987, 474 = 1991, 965 ; Nörr, 1989, p. 19-23.
  • 31 Cadiou, 2008, p. 687-688, pour quelques remarques sur ce thème.
  • 32 Voir Florus, I, 33 ; Le Roux, 1995a et 2006, p. 23 et p. 41-42.
  • 33 AE, 2001, 1237 ; 2003, 970.
  • 34 AE, 1979, 377.

14Les épisodes belliqueux donnèrent lieu à des destructions et à des déplacements de populations comme le signalent les campagnes de Caton l’Ancien en 195-194 av. n.è. Châtiments exemplaires, démantèlement des murs d’enceinte, versement d’indemnités pesèrent sur le destin de nombreuses communautés26. L’épisode rapporté par Strabon à propos d’une affirmation de Polybe indiquant que Tiberius Gracchus le père avait détruit chez les Celtibères trois cents villes, là où il ne s’agissait que de petits établissements fortifiés ou de villages27, s’il relève d’une volonté d’accroître la gloire d’un général, ne traduit pas moins les violences de campagnes militaires qui furent accompagnées par des suicides et des réductions en esclavage. Numance en est un symbole qu’il faut certes se garder de généraliser28. La ville renaquit sous l’Empire. Le décret de Paul-Émile instituant l’établissement, doté de terres, de Turris Lascutana pour les esclaves affranchis des habitants de Hasta29, la Table d’Alcantara30 rétablissant dans ses droits la communauté des Seanoci ( ?) après deditio, l’essor postérieur de sites indigènes déjà notables au iie s. av. n.è., tels Pallantia, Intercatia, Salmantica, Obila ou Toletum illustrent, au même titre que la fondation de Carteia, l’absence de décisions uniformes et l’adaptation aux circonstances et aux situations locales. D’une manière plus générale, il semble que la discussion engagée pour savoir si ce qui l’emporta, en l’occurrence, furent des impératifs stratégiques de Rome, dont l’existence reste à démontrer31, ou la pression des élites soucieuses d’affirmer leur prééminence est une question sans réponse. Rome ne développa à aucun moment, au cours des guerres contre Celtibères et Lusitaniens ou plus tard, une stratégie globale à l’échelle de la péninsule, qui ne représentait pas un pouvoir unique ni unifié32. Les élites désireuses de briller étaient-elles d’origine indigène ou d’origine italique ? Ce n’est de toute façon pas avant le ier s. av. n.è. que des institutions de type civique apparaissent dans ces communautés, ce dont témoignent le pavement de La Cabañeta (Burgo de Ebro)33 ou le bronze de Contrebia Belaisca portant la sententia de l’imperator C. Valerius Flaccus sur une affaire d’adduction d’eau opposant des communautés locales34. Il est remarquable qu’en Bétique il ne semble pas y avoir eu, jusqu’à présent, de transformations comparables à celles observées dans le secteur celtibérique.

  • 35 Le Roux, 1995b, p. 88-90 ; Navarro, 2006, p. 90-93.
  • 36 Sur l’hospitium, en dernier lieu Balbín Chamorro, 2006, avec la bibliographie récente.

15Les mutations passèrent aussi par l’immigration d’origine italique autant que proprement romaine, réservoir de citoyens romains prêts à s’installer. Il est devenu habituel de distinguer une première phase, durant laquelle les soldats et les commerçants ou hommes d’affaires constituèrent les principaux candidats à l’émigration, et une phase d’ouverture, voire de déferlement, à partir de Sertorius et jusqu’à Auguste. Tout cela repose sur des impressions en l’absence de faits avérés ou de statistiques de référence dans les sources, étant entendu aussi que les trafiquants de toute sorte ne restaient pas tous, loin de là, dans la péninsule après l’avoir sillonnée pour tenter de s’enrichir. L’obtention ou la possession par un individu de la citoyenneté romaine n’est pas l’indice obligatoire d’une immigration. Les inscriptions manquent pour identifier ces émigrés qui avaient parfois fui un climat devenu dangereux en Italie. Le seul point d’ancrage solide reste les colonies, qui s’étendent entre la fondation de Carteia en 171 av. n.è. et la vague de colonisation césaro-augustéenne au moins jusqu’en 16-13 av. n.è. Il ne paraît pas douteux que l’armée ait été le principal vecteur d’une immigration fondée sur la possession d’un lot de terre et sur les privilèges que consentait à son titulaire dans les provinces la citoyenneté romaine. Les secteurs bénéficiaires, s’il faut s’exprimer ainsi, furent ceux du sud, y compris la Lusitanie méridionale, les côtes orientales et les vallées de l’Èbre et du Guadalquivir. Dans ces régions mêmes, il n’est pas toujours aisé de séparer les faits culturels dus directement aux nouveaux habitants et ceux qui résultèrent d’une ouverture aux influences romaines et italiques, indirectes35. Dans les zones bien étudiées d’Ibérie ou de Celtibérie, l’accent est mis désormais sur des procédures de mutation qui ne reflètent ni résistance ni acculturation mais signalent des adaptations locales choisies, qu’il s’agisse de pactes d’hospitium, d’inscriptions en langue ibérique reproduisant des modèles importés ou de villes tournées vers les formes méditerranéennes d’urbanisme, au total assez peu nombreuses36. Les terres de Bétique surprennent une fois encore : ce n’est pas avant les guerres civiles entre César et Pompée que les inscriptions latines y essaimèrent. En Celtibérie et sur le littoral oriental, les textes latins ont une dimension surtout officielle.

16Un bilan succinct met en exergue les renouvellements des lectures historiographiques en cours. L’empreinte de Rome laissée peu à peu, sans uniformité ni effets immédiats, fut le résultat de processus locaux complexes. Sans nier les destructions et les volontés de punir les résistances jugées trop coûteuses pour les Romains, sans nier les pratiques qui consistaient à favoriser les amis et à négliger ou châtier les ennemis, il convient de ne pas oublier l’absence de politique globale et arrêtée de la part du sénat qui se coula dans le moule des événements et des conjonctures locales. La pratique administrative répétée, induite par la mise en place très tôt de contrôles des populations, fit sans doute beaucoup pour la recomposition des territoires et l’émergence de dénominations officielles de peuples et de communautés, devenues stables avec le temps et repérables en grande majorité encore sous l’Empire. Rome a reconstruit les nomenclatures en s’appuyant sur le passé géographique, sur les observations nouvelles faites au cours de la soumission de nouveaux territoires, sur les nécessités d’une administration efficace et simplificatrice des communautés existantes ou en devenir à partir de noyaux locaux, favorisés par les circonstances et les enjeux du moment. Il est probable qu’entre l’Hispania des peuples ou ethnies et celle des cités, il faille ménager une Hispania des oppida préciviques ne répondant que de très loin à un centre politique au départ, mais largement héritière des agglomérations qui ne manquaient pas dans la péninsule dès la fin du iiie s. av. n.è. Ce n’est que par accumulation et au bout d’une longue histoire que des centres agglomérés furent aptes à servir de point d’ancrage à de nouvelles communautés assimilables à des civitates. L’épanouissement de la cité doit être situé pour sa première phase entre César et Auguste. Ce n’est qu’à la faveur de la réouverture d’ateliers durant les guerres civiles que les communautés inscrivirent les noms des magistrats chargés de la monnaie, signe cette fois de la reconnaissance d’un statut politique renouvelé.

2. Cités, oppida et urbanisation : vers l’Hispania en toge

17Auguste, dans la péninsule Ibérique redéfinie, institua à l’intérieur des trois provinces, substituées aux deux unités antérieures, un cadre commun, la civitas, qui à partir de la fin du ier s. de n.è. donna naissance à la res publica locale.

2. 1. Une lente accumulation sans unification

  • 37 Pline l’Ancien, N. H., III, 20.
  • 38 N. H., III, 24.

18La cité d’époque romaine dans la péninsule Ibérique a pris appui sur des réalités différentes selon les régions et les histoires passées des communautés. Les toponymes républicains qui se retrouvent dans la nomenclature des cités impériales suggèrent une continuité entre un oppidum local et la ville postérieure, que le site ait été identique ou voisin : c’est vrai de Sagonte, mais non de Sucro que Pline dit « quondam oppidum », signalant sa disparition37. Les Numantini, les Caucenses ou les Bilbilitani furent peu ou prou les continuateurs des agglomérations préexistantes, ce que furent aussi Gades, Carmo, Astapa ou Malaca sans oublier Salduvie/Salluvie prolongée par Caesaraugusta, Termantia/Termes, les Ilerdenses ou Ercavica. Ces permanences ne recouvrent pas toutes des évolutions semblables. Ilerda est l’exemple d’un site très ancien qui a survécu en s’adaptant et a été finalement ménagé par Rome qui lui concéda le rang de ville de droit romain38. D’autres agglomérations ont dû leur essor à des protections et des faveurs à l’époque républicaine, ce qui est le cas de nombreux sites de Bétique aux toponymes ibériques (Baelo, Obulco, Ossigi ou Sosontigi) ou de la Celtibérie occidentale et des Vettons. Ce sont les événements et les conjonctures qui ont en quelque sorte décidé de l’avenir des communautés. Il est également banal de rappeler que les sites protégés naturellement furent abandonnés parfois pour des emplacements plus ouverts et permettant une extension des agglomérations, mais les oppida rapprochés de la région du Guadalquivir montrent que la hauteur devint aussi un symbole de visibilité et d’honorabilité.

19Les promotions progressives par le biais d’une sélection laissée aux concurrences locales furent sans doute les plus nombreuses, mais la sanction politique romaine, reflétée par un statut officiel inclus dans le nom même, scella définitivement l’évolution. On l’a dit, l’autorité romaine, par des créations ou promotions anciennes et répétées, établit la cité locale comme le modèle proposé aux élites quelles qu’elles fussent. L’accélération sous César et Auguste, compréhensible en raison des événements politiques, des progrès et de l’achèvement de la pacification, sans omettre l’élan donné par le renouveau augustéen de la puissance romaine est traduite dans des dénominations, qui, par le biais de Iulius, de Iulius Augustus ou d’Augustus, suggèrent des décisions officielles concernant les cités dotées de ces surnoms. Gracchuris, Brutobriga, Pompaelo, création de Pompée, reproduisant dans leur nomenclature une formulation calquée sur le nom du fondateur annoncèrent les Augustobriga, Caesarobriga Bracara Augusta ou Nova Augusta nommées d’après Auguste. Ces appellations accolées ou non à un toponyme à caractère local n’impliquent pas systématiquement une nouvelle création ni une refondation. Il en va de même pour les villes coloniales dont la nomenclature conserve un trait d’origine indigène (Barcino, Tarraco, Hispalis, Astigi ou Acci) : celui-ci n’est pas la preuve d’une continuité, de même que Caesaraugusta n’exclut pas que la colonie ait pris la suite d’une agglomération préromaine, Salduvie.

  • 39 N. H., III, 3, 7 (traduction H. Zehnacker).

20Un bilan raisonné dépend des statuts juridico-politiques connus ou supposés des diverses agglomérations et ne peut s’attarder ici sur chaque cas. Il est bien connu qu’un lien existe entre la forme du nom officiel et le contenu politique des cités. Il est évident aussi, malgré le vœu pieux qu’il pourrait en être autrement, que les tableaux de Pline l’Ancien sont primordiaux et fondamentaux sur tous ces points. Attardons-nous sur la présentation de la Bétique qui servira de point de départ39 :

21La Bétique doit son nom au fleuve qui la traverse en son milieu ; elle surpasse toutes les autres provinces par les richesses de ses cultures et un certain éclat de fertilité qui lui est propre. Elle a quatre juridictions (conventus) : celles de Gadès, de Cordoue, d’Astigi et d’Hispalis. Les villes (oppida) y sont au total au nombre de 175, dont 9 colonies, 10 municipes de citoyens romains, 27 villes anciennement pourvues du droit latin, 6 villes libres, 3 fédérées et 120 stipendiaires. Voici celles qui méritent mention ou qu’il est facile de nommer en latin…

  • 40 La chronologie des conventus est aujourd’hui admise comme augustéenne et non claudienne ou flavienn (...)
  • 41 Chez Pline, colonia indique une colonie romaine. La colonie « latine » est comme les municipes roma (...)
  • 42 Ce passage est l’un des rares où la formule « municipe de citoyens romains » est utilisée, ce qui i (...)
  • 43 Le droit latin anciennement accordé est ici le droit latin coloniaire dérivant de celui des vieille (...)
  • 44 Les villes libres paraissent plus « dignes » que les cités fédérées (dont le rang semble indiquer l (...)
  • 45 Obulco : CIL, II2, 7, 100 ; Epora : CIL, II2, 7, 139 ; Sacili : CIL, II2, 7, 196.
  • 46 N. H., III, 23.
  • 47 Voir IRC, III, 1 à 7.
  • 48 N. H., III, 20.

22Les provinces sont distribuées entre des circonscriptions judiciaires appelées conventus dès Auguste40. Les oppida sont rattachés à l’un ou l’autre de ces conventus dont la capitale mentionnée accueillait les assises du gouverneur ou d’un légat au cours de l’année, ce qui souligne l’importance de la justice et de l’édit du magistrat provincial dans l’administration annuelle de la provincia. Chaque ville entre dans une hiérarchie de statuts : les colonies romaines41, les municipes de citoyens romains42, les villes de droit latin ancien43 puis les villes pérégrines soit libres, soit fédérées, soit stipendiaires44. Comme le montre la fin de l’extrait cité, Pline ne retranscrit pas ensuite systématiquement le statut des villes et se contente de rappeler leurs noms complets, sauf pour le conventus d’Astigi où il établit une énumération, partielle, en fonction de ce critère. On sait par l’épigraphie que la cité d’Iliberris Florentinorum (Grenade) était déjà un municipe romain sous Auguste et les inscriptions révèlent que, dans le conventus Cordubensis, Obulco Pontificense, Epora fœderatorum et Sacili Martialium, inscrits dans la tribu Galeria, possédaient précocement le rang de municipium45. Aucune des cités latines n’est clairement identifiée ensuite ce qui rend difficile toute conclusion à partir des seuls surnoms. Si l’on se tourne vers l’Espagne citérieure, Gérone, donnée comme ville latine46, ne précise pas dans les inscriptions publiques parvenues jusqu’à nous un quelconque statut47. Lucentum, ville latine également dans les sources pliniennes48, n’offre aucun appui épigraphique.

  • 49 N. H., III, 26-28 relatif aux conventus de Clunia, Asturica, Lucus et Bracara.
  • 50 Tranoy, 2005, p. 119-122.
  • 51 N. H., III, 27 le confirme : les Arévaques, répertoriés parmi d’autres peuples de la région, identi (...)
  • 52 On aura noté que je n’ai pas parlé de l’édit du Bierzo (voir AE, 1999, 915 ; 2000, 760 ; 2001, 1214 (...)

23Concernant les régions occidentales de l’Espagne citérieure dont la mise en ordre administrative fut surtout l’œuvre d’Auguste prolongeant la tâche de César, Pline parle le plus souvent de populi et de civitates sans faire directement référence à des oppida49. Sur le plan archéologique et épigraphique, on observe la présence durable à l’époque julio-claudienne de structures villageoises appelées castella et de structures de parenté (gentilités, cognationes) reflétant une organisation apparemment différente de celle d’autres régions. Il est frappant que les ethniques l’emportent très majoritairement dans la liste sur les toponymes urbains, comme si la communauté ne pouvait pas être désignée par un centre unique urbanisé. Il est évident en tout cas que, par le biais de recensements et des méthodes administratives éprouvées que révèle le texte de Pline, le pouvoir romain avait ordonné ces territoires aussi, sans les laisser à l’écart ni les ignorer. On est donc confronté à un dilemme que chacun résout suivant une logique historiographique propre : ou la documentation supporte l’idée d’un retard de l’urbanisation et de l’organisation civique, au point que le castellum serait la référence essentielle50. Le castellum serait ainsi une construction romaine visant à contrôler des populations rurales habituées auparavant à d’autres formes de relations sociales. Ou bien la civitas se mit en place dès l’époque augustéenne par le biais d’une recomposition des communautés qui ne correspondait pas nécessairement, ni exactement, à l’ethnie qui les nommait. Le vocabulaire plinien et l’esprit de la partie géographique de son ouvrage offrent la meilleure piste en la matière, semble-t-il : populus s’applique toujours, à la différence de gens, à une collectivité organisée en cité. L’absence des toponymes tient, chez Pline, à la fois à leur caractère obscur et au fait que c’est encore l’ethnonyme qui l’emporte dans sa documentation, à l’image de ce qui se passait en Gaule51. Il n’est pas douteux que, dans les régions plus récemment soumises et intégrées tardivement aux pratiques romaines de recensement et d’administration, l’urbanisation était encore naissante sous Auguste et ne concurrençait que difficilement les castella, nombreux sans être pléthoriques52.

  • 53 On ne retient guère que la promotion du municipe Claudien de Baelo, certainement liée à l’histoire (...)
  • 54 C’est la forme épigraphique qui tend à s’imposer au iie s. lorsque la collectivité agit ou honore u (...)
  • 55 L’origine de la famille de l’empereur et la personnalité d’Hadrien ont ici créé des conditions part (...)

24La période de Tibère à l’avènement de Vespasien souffre des lacunes d’une documentation que tentent de combler peu à peu les stratigraphies des sites fouillés en nombre important. Il faut admettre que l’initiative flavienne et ses conséquences ont longtemps détourné de la phase julio-claudienne moins riche53 et prise comme en étau entre Auguste et l’éclosion municipale inaugurée par Vespasien. Pline et les lois municipales attestent l’existence d’une phase flavienne d’expansion urbaine et municipale impulsée en apparence par l’octroi du ius Latii à toutes les communautés de la péninsule qui n’en jouissaient pas encore. L’universalité du phénomène est aujourd’hui reconnue et admise, ce qui signifie qu’il n’y eut pas de zones « sacrifiées » ou oubliées. Dans des contextes sur lesquels il faut s’attarder, les cités péninsulaires dotées d’un statut politique et d’un chef-lieu urbanisé acclimatèrent l’autonomie politique locale comme point nodal de l’organisation du territoire et se transformèrent en res publicae54. La promotion d’Italica (Santiponce, Séville) de municipe à colonia, sous Hadrien, est une péripétie sans portée générale55 en dehors du fait que ces statuts enviés créaient toujours des rivalités que des érudits tels qu’Aulu-Gelle cherchaient à railler, en se moquant de la volonté de distinguer ce qui ne pouvait pas l’être, à tort sans doute et en exagérant.

2. 2. Droit latin et municipes

  • 56 L’existence de débats dus aux sources et aux différences de point de vue selon les spécialités des (...)

25L’attention est attirée dès l’abord sur le développement municipal (terme générique) partout présent à la fin du ier s. de n.è. Le modèle du municipium associé au ius Latii a suscité d’importants débats qui ne sont pas entièrement clos et qu’il convient d’évaluer correctement56. Dans la perspective qui est celle de l’administration des territoires provinciaux, il faut essayer de définir le fonctionnement politique des cités, avant de poser la question de la nature même des cités provinciales au regard de leur liberté et de leur action comme entité individuelle autonome dans le cadre d’une provincia.

  • 57 Voir Kremer, 2006, p. 1.
  • 58 AE, 1986, 333.

26Il est parfois difficile de reconnaître, dans les questions posées, les enjeux d’arguments complexes qui ne sont obscurs que parce que les sources manquent de clarté et font appel à un vocabulaire technique dont les contenus peuvent fluctuer selon que l’accent est mis sur le droit public ou sur les aspects politiques et provinciaux des problèmes. En effet, aucun document parvenu jusqu’à nous ne définit vraiment le ius Latii57. La péninsule Ibérique est au centre des discussions dans la mesure où elle fut dotée, on l’a vu, du droit latin par Vespasien et connut peu après une floraison de municipes dits de « droit latin », l’expression municipium latinum étant textuellement présente dans la rubrique 30 de la lex Irnitana, pour la première et unique fois dans l’ensemble de la documentation existante. Ces tables de bronze ont complété et éclairé le dossier des copies fragmentaires déjà connues, qui placent aussi la péninsule au centre de la documentation primaire et des solutions possibles58.

  • 59 Voir Kremer 2006, p. 3 : « Le ius Latii devient progressivement une formule d’organisation territor (...)
  • 60 L’adaptation progressive n’est pas obligatoirement la souplesse. Cinq ou six siècles l’ont transfor (...)
  • 61 Voir Alföldy, 1986, p. 187-220 et Le Roux, 1998, p. 317, n. 10, bien qu’il n’ait pas constitué une (...)
  • 62 M. Humbert, préface à Kremer, 2006, p. IX.
  • 63 Kremer, 2006, p. 3.
  • 64 Cette idée, dominante dans la littérature, est illustrée par les nouveaux volumes du CIL, II2.
  • 65 Les motivations mêmes de Vespasien font encore l’objet de discussions et les choix individuels des (...)

27Le questionnaire est lié à la manière dont Rome a soumis et contrôlé les provinces et le ius Latii est présenté souvent, non sans raison, comme l’illustration d’une politique romaine d’intégration, mesurée et efficace envers les étrangers ou pérégrins59. On devine donc que la discussion tourne autour de la politique impériale de Rome, de la nature politique et institutionnelle de l’Empire romain, avec, à l’arrière-plan, la question des réactions locales et des sollicitations romaines. Sous l’angle juridique, il est aujourd’hui de mise de souligner la souplesse exceptionnelle d’un instrument de gouvernement qui s’adapta à toutes les situations60, au point qu’il aurait été concédé à titre personnel dans certaines circonstances61, ce qui rendrait compte aussi des incohérences et contradictions apparentes d’un terme « polysémique62 » qui aurait, au contraire, conservé toute sa logique et sa cohérence. Dans cette perspective, le ius Latii ne serait pas seulement un ensemble de droits privés relevant du droit civil romain (ius civile), mais comporterait aussi « l’adoption d’un schéma communal romain abolissant les institutions indigènes antérieures.63 » Le lien entre ius Latii et municipium ne poserait pas de problème : déjà Auguste avait ouvert la voie à la municipalisation par le droit latin64 et c’est avec la généralisation de ce droit par Vespasien que le municipium latinum connut en quelque sorte un épanouissement préparé de longue date65.

  • 66 Question que se pose aussi Kremer, 2006, p. 191-192.
  • 67 Galsterer, 1988, p. 89, Mentxaka, 1993, p. 52-55, parmi d’autres, sur l’absence d’une loi générale (...)
  • 68 Cette lecture, Lati avec I long et non Latii, parfois encore mise en doute, est absolument certaine (...)

28Les interrogations ne sont pas toutes dissipées par ces conclusions. L’histoire du droit romain, enrichi au cours des siècles, suggère que sur le plan du droit privé et du droit civil il a pris une consistance nouvelle. En outre, le ius Latii supposait seulement l’existence d’une communauté identifiée comme autonome, une civitas, susceptible d’entretenir des relations quotidiennes et constantes avec Rome, conçue elle-même comme une cité : en aucun cas, le municipium n’apparaissait comme la formule indispensable à l’exercice du droit latin qui avait eu partie liée au départ avec la colonia. Si le municipium avait englobé toutes les villes latines non désignées comme colonies, pourquoi les Trois Gaules n’ont-elles pas de municipia malgré l’octroi du ius Latii66 ? Si la mesure flavienne avait induit in fine la promotion municipale de toutes les communautés, pourquoi n’y a-t-il pas trace d’une lex municipalis, mais au contraire d’une lex Lati devenue secondaire ? Il est vrai que la notion même de municipium n’est pas exempte d’obscurités, d’autant qu’elle a évolué aussi, et que la mention hæc lex dans le texte d’Irni et de Salpensa et Malaca pourrait être le résultat d’une lex Flavia visant à adapter les institutions des cités de la péninsule aux effets de la concession du ius Latii67. Il faut sans doute renoncer à une vision continue et cohérente de l’histoire du droit latin et retrouver les singularités de contextes qui ne sont pas généralisables et ne sont pas seulement d’ordre juridique. En ce sens, la notion de municipium Flavium est la plus pertinente et doit être confrontée en priorité à la question de la lex Lati de Vespasien68 et de l’évolution des cités des provinces ibériques. Sinon, il n’est pas compréhensible qu’aucune autre province n’ait suivi un chemin comparable à celui des cités péninsulaires en ce domaine, notamment l’Afrique du iie s. de n.è. On voit que le problème tient en grande partie aux conceptions successives du droit public et du droit privé à Rome, lesquelles doivent être sans aucun doute dissociées des modes de raisonnement modernes.

  • 69 Malgré Kremer, 2006, p. 2, dont la substitution de la traduction « règlement » par lex ne s’expliqu (...)
  • 70 CIL, II2, 5, 308.

29Il est conforme à la documentation, en ce qui concerne les procédures légales, que les municipes flaviens soient issus d’un règlement propre appelé lex qui a été reproduit en l’adaptant sans qu’un texte général et fondateur ait proposé un modèle législatif universalisable69. Il est majoritairement admis aussi que la lex Lati a été à l’origine de la promotion municipale de nombreuses cités, mais il n’y a pas eu, là encore, d’automatisme ni d’uniformisation : certaines cités ont, semble-t-il, reçu le bénéfice municipal dès Vespasien (Igabrum70) et d’autres plus tard (Irni sous Domitien), d’autres jamais apparemment. Il y aurait donc un lien entre l’edictum et la lex Lati, malgré les réserves émises par certains spécialistes. Pline l’Ancien mérite d’être lu simplement : lorsqu’il classe les statuts des cités qu’il appelle, en dehors des colonies, oppidum, c’est-à-dire agglomération urbaine au sens géographique, la hiérarchie sous-jacente obéit à l’accession à la citoyenneté romaine dans le cadre d’une civitas, quelle qu’elle fût. Les coloniae sont les villes romaines par excellence, les municipia de citoyens romains, présents essentiellement dans la description de la péninsule Ibérique pour les distinguer sans doute des nouveaux municipes, viennent ensuite, suivis des villes latines et enfin des villes pérégrines classées par ordre inverse de dignité, comme on l’a vu. Dans ce contexte, le ius Latii est un ensemble de droits civils destinés à favoriser l’entrée de pérégrins dans la citoyenneté romaine, dans le cadre d’une civitas quelconque sans définition préalable. Il serait contradictoire de penser que le municipe latin aurait existé dès Auguste sans concession collective du droit latin à l’une ou l’autre des provinces et que par ailleurs la latinité ne s’appliquait qu’à des ensembles provinciaux, ce qui est avéré par l’histoire du droit latin provincial à partir de César.

  • 71 Nuits Attiques, XVI, 13, 1 et 3.

30Sans chercher à répondre à toutes les objections possibles et sans les négliger, il convient de dresser le bilan interprétatif d’un fait historique d’une portée indéniable sans le réduire ni l’amplifier, ce à quoi conduit parfois la discussion technique, certes nécessaire, mais insuffisante. La question principale est bien la place de la cité dans l’organisation politique et territoriale des provinces. Or, les règlements d’Vrso, d’Irni, de Salpensa et de Malaca mettent en lumière la distance qui existait entre les dispositions arrêtées dans ces « leges » et une « constitution » au sens du droit public. Il s’agit d’une juxtaposition sans logique juridique apparente de dispositions et d’injonctions relatives au fonctionnement et aux règles de droit qu’il conviendrait d’observer dans ces communautés. Il ressort d’une lecture attentive des textes que les compétences des magistrats et des décurions ne sont pas strictement délimitées, comme il est clair que le droit civil romain est posé comme la norme pour les questions traitées dans la lex. Celle-ci ne recouvre pas tous les aspects de la vie de la communauté. Le modèle civique est calqué littéralement sur le municipium dont la diffusion en Italie avait fait suite à la guerre sociale et avait reçu une sanction propre par la lex Iulia municipalis. Comme le signale Aulu Gelle, le municipium avait perdu de son sens étymologique71 et définissait principalement une cité organisée selon des règles institutionnelles romaines prises en charge par les populations locales, là où la colonie impliquait surtout une forme de refondation difficile à préciser et sans doute parée de plus de prestige (dignitas). Le municeps était assimilé, dans le cadre juridique de la cité, à un citoyen romain quand bien même il ne possédait pas à titre personnel cette civitas optimo iure et était de fait un pérégrin avant d’être désigné comme civis latinus.

  • 72 Voir Thomas, 2002, p. 190-192.
  • 73 Voir ILS, 6090 (Tymandus, Pisidie) et 6091 (Orcistus, Phrygie) et AE, 2002, 1293 = 2004, 1331 (Hera (...)
  • 74 L’agglomération jouait le rôle de chef-lieu d’une civitas avant d’être abaissée au rang de vicus.

31Deux préalables à toute réflexion de portée globale s’imposent. Une cité quelle qu’elle soit n’est pas une unité organique et abstraite aux yeux des juristes romains et se définit comme l’ensemble de ses habitants réunis sur son territoire72 : on parle de la cité des Barcinonenses, des Baelonenses ou des Cordubenses plutôt que de la cité de Barcino, de Baelo ou de Tarraco. Dans un contexte certes tardif, mais confirmé par des textes plus anciens, il est question des iura et de la dignitas des cités73. L’inscription de Tymandus développe le contenu qu’il convient de donner aux iura : une curia, des magistrats, des decreta et des gerenda iure permissa, ce qui indique les institutions essentielles d’une cité et le droit d’administrer les affaires locales (gerenda). On note, en outre, à Orcistus que les habitants rappellent qu’en une période antérieure ils ont eu le statut d’oppidum74 :

32Les habitants… ont affirmé que leur vicus avait brillé de l’éclat d’un oppidum au cours d’une époque précédente, de sorte qu’il s’ornait des faisceaux annuels des magistrats, regorgeait de curiales et était rempli d’un peuple de citoyens…

33Dans la définition des cités, la dignitas s’ajoute aux iura, la politique au droit. Le rang de municipe en Occident constituait un privilège statutaire, induisait un rang prestigieux, supérieur à celui de simple civitas, accordé par l’autorité impériale.

  • 75 Kremer, 2006, p. 176-179.

34La question des municipes de droit latin ne trouve un plein éclairage que dans les évolutions politiques des communautés de la péninsule Ibérique, pour lesquelles la solution choisie, dans l’ensemble des trois provinces, a un caractère conjoncturel et circonstanciel : l’octroi du droit latin et la promotion au rang de municipium, pour les civitates qui étaient désireuses d’y accéder, sont étroitement associés au contexte postérieur à la guerre civile et à l’interprétation flavienne de la place qu’y ont tenue les cités des provinces ibériques et de leurs attentes. Par l’octroi du droit latin, Vespasien ouvrait aux notables volontaires l’accès à la citoyenneté romaine et à ses avantages sans négliger les intérêts des populations locales de statut pérégrin75 ; par la formule du municipium, il assimilait les élites les plus dynamiques et les plus riches à des Italiques qui avaient gagné le droit de prendre part à la politique impériale et de fournir de nouveaux appuis à la puissance de Rome. On peut suggérer que, si la municipalisation appuyée sur le droit latin, ou mieux « flavienne », de la péninsule Ibérique a reproduit à un siècle de distance la colonisation dans le cadre du droit latin de la Narbonnaise, les politiques impériales furent l’occasion de répondre aux attentes des éléments les plus dynamiques des cités provinciales, qui prirent le relais en contribuant à un épanouissement urbain inégalé sans équivalent depuis Auguste. Ce n’est pas par simple hypothèse qu’il convient de souligner que la différence possible entre les cités devenues municipes et celles qui n’endossèrent pas ce statut aura tenu à des choix ou à des situations locales. En particulier, il n’est pas extravagant de penser que certaines communautés préféraient conserver aussi leur droit local et leurs coutumes, en l’absence d’un droit pérégrin constitué par Rome, ce que n’autorisait probablement pas la promotion au rang de municipium. Le contexte culturel éclaire ici les diversités régionales sachant qu’il n’y eut pas d’exclusive et que toutes les régions furent concernées par la municipalisation.

3. L’époque des républiques municipales

35La phase flavienne, inaugurée par Vespasien et prolongée par Domitien, a achevé d’acclimater en Hispania, sans uniformisation ni contrainte, la civitas comme lieu d’administration locale et comme auxiliaire de l’autorité provinciale. Dans des territoires hétérogènes, sans pouvoir politique capable de fédérer, même partiellement, une large population avant Rome, la cité et la latinisation ont, avec le temps, ouvert la voie à de nouvelles relations politiques et sociales.

3. 1. L’autonomie locale ou le pouvoir des notables

  • 76 Le Roux, 1994, p. 37-52.
  • 77 À titre d’exemple on peut citer : Baelo (municipium Claudium), Irni (municipium Flavium), Mérida (c (...)
  • 78 AE, 2006, 676 : il s’agit de ce que l’on appelle la lex rivi Hiberiensis.

36La civitas, à la différence des peuples antérieurs, possédait des limites définies, matérialisées par des bornages et repères, qui circonscrivaient aussi le pouvoir de contrôle de la communauté76. Unité autonome identifiée de l’extérieur par des noms empruntés au statut et au toponyme et servant à désigner les habitants77, la cité, comme le souligne le cas d’Orcistus, était reconnaissable en premier lieu à son oppidum, siège des institutions et des pouvoirs et lieu par excellence d’expression de la supériorité des notables, responsables des monuments et du prestige de la ville chef-lieu sous la garantie des empereurs successifs jugés dignes. L’oppidum concentrait le prestige et la fierté d’être une cité, tout en symbolisant le consensus des habitants quels qu’ils fussent. L’ager ou le territorium, plus ou moins étendu, servait de juridiction locale, de réservoir de propriétés et de ressources propres et pouvait ou non, selon les dimensions vraisemblablement (il n’en est pas attesté à Irni), donner lieu à une subdivision en pagi, ce que suggère à nouveau le document sur bronze le plus récent portant sur le canal de l’Èbre et l’irrigation78.

  • 79 Sur ces questions, la bibliographie a peu évolué récemment : voir Galsterer, 1971, Mackie, 1983, Al (...)
  • 80 Par exemple Curchin, 1990, p. 4-5.
  • 81 Stylow, 1993, p. 41-45 en particulier.
  • 82 CIL, II, 1423.
  • 83 Carteia : Galsterer, 1971, p. 9 ; Valeria (province de Cuenca) : AE, 1996, 906.

37Concernant la fin de la République et les premiers développements des cités, et pour les débuts de l’Empire, il n’y a pas de sources équivalentes à la documentation épigraphique augustéenne et postérieure pour nous renseigner sur les institutions locales79. On connaît quelques sufètes puniques à l’époque de la guerre d’Hannibal, et tout indique que les pouvoirs locaux en place ont perduré dans les communautés ibériques et autres qui en possédaient80. Les premières cités d’origine romaine dans la province suivirent des modèles italiques, non encore uniformisés. L’exemple de décemvirs à La Rambla (Sabetum ?) ou à Ostipo et même à Regina, la mention de préteurs, d’octovirs ou de quattuorvirs dans quelques cités81 montrent la lenteur de la mise en place d’un schéma impérial des communautés, ordonné autour des duovirs, édiles et questeurs comme à Vrso et à Irni, ce qui montre que le canevas retenu était en grande partie indifférent au statut politique (colonia ou municipium Flavium, voire cité pérégrine). Les quattuorvirs, lorsqu’il ne s’agit pas, comme à Sabora82, des duovirs et des édiles, posent cependant la question du statut exact de la cité et n’excluent pas un passage précoce par le droit latin (par exemple Valeria ou Carteia)83.

  • 84 Thomas, 2002, p. 200-205.

38Le pouvoir municipal et les compétences locales délimitaient la sphère de l’autonomie communale et en éclairaient la signification. Pour une année, le municipe ou la cité était représenté par un couple de duovirs, qui détenaient, à l’image des consuls romains, la juridiction, c’est-à-dire la possibilité de dire le droit et de désigner le jury, sans être juges eux-mêmes, avec toutes les conséquences que cela impliquait en matière d’ordre public, de dépenses, de réunions et de contrôle du territoire. Ils étaient épaulés par des édiles en charge des espaces et monuments publics, civils et religieux, et possédaient un pouvoir de contrainte et de punition. Les questeurs coordonnaient les dépenses et les recettes et veillaient à la caisse du trésor (au sens propre, la res publica). Les activités étaient contrôlées par l’ordo decurionum, comportant vraisemblablement entre 50 et 100 membres en moyenne, selon les cas. Ce sénat local prenait des décisions engageant la collectivité sous forme de decreta, ou décisions votées à la majorité absolue ou à la majorité des deux tiers. Le peuple était convié annuellement aux élections et pouvait, par des acclamations ou des pressions, chercher à obtenir des avantages ou des honneurs pour les citoyens ou pour des citoyens remarquables. La justice municipale était limitée à des amendes d’un montant faible (500 ou 1000 sesterces, la plupart du temps), les affaires importantes relevant du gouverneur. La cité, rassemblement de sujets de droit individualisés, pouvait se faire « représenter » par un patronus chargé de plaider la cause des citoyens locaux. Elle était aussi reconnue comme capable en matière de propriétés, d’affranchissement des esclaves publics, de legs ou de transmission de biens84. Toutefois les cités n’étaient pas des unités de sujet au regard du droit privé. Il a fallu un long cheminement juridique pour que les cités de l’Empire romain, et pas seulement celles de la péninsule Ibérique, accèdent à une individualité dotée de droits personnels, sans suppression de la règle fondamentale de l’individu comme référence indiscutable. Dans les échanges et les actions subjectives, il a fallu trouver des solutions progressives pour qu’une multiplicité d’interlocuteurs potentiels puissent apparaître comme un sujet unique aux yeux de l’autre partie.

  • 85 On suit ici Thomas, 2002, p. 190-205 plus particulièrement.

39Les cités n’avaient pas d’ordre interne qui aurait pu servir de point d’appui à la notion de singularité85. Il n’y avait pas d’entité abstraite supérieure aux habitants concrets additionnés les uns aux autres. Il convient, dans cette logique, de modifier le vocabulaire utilisé habituellement pour définir les cités, car il s’agit, pour parler comme P. Veyne, de « rationalisations » modernes, alors que l’idée de personnalité juridique ou de personne morale est demeurée étrangère à l’Antiquité romaine. Il ne peut donc pas être question d’organicité de la cité (pas plus qu’il n’y avait de « constitution ») ni à proprement parler de « corps civique » ni de « cité-état ». Les magistrats, les décurions, le peuple n’étaient jamais, en droit, les représentants de la totalité municipale. C’est du côté des fonctionnalités, et non dans la substance même de la cité, que le droit romain a pu chercher à faire émerger une unité sans que soit créé un « corps civique ». La cité fut une unité nominale au même titre que le pécule, le patrimoine, une succession, la res publica ou caisse publique.

  • 86 Goffaux, 2003, p. 153-154.

40Ces res publicae étaient autonomes et devaient beaucoup aux initiatives des notables et à leur générosité, susceptible de leur valoir des hommages publics en retour, sous la forme de statues ou de tables de patronat : entretien, embellissement, construction d’édifices publics allaient de pair avec l’organisation de spectacles, de jeux et de fêtes au cours de l’année. Ces symboles de civilisation contribuaient à la notoriété des villes et des cités. La ville et le paysage urbain introduisaient une rupture avec le passé dans la mesure où les villes préromaines ignoraient les éléments caractéristiques des agglomérations municipales, tels que le forum, la basilique, la curie, le théâtre, les thermes, le macellum et, bien sûr, les architectures religieuses constituées par les temples des dieux citoyens installés officiellement. Il convient cependant d’introduire des nuances variées sur la question du lien entre nouvel « urbanisme » et promotion politique des villes86. Outre le décalage chronologique réel entre monumentalisation étalée sur plusieurs décennies et accès au privilège juridique, il faut tenir compte d’un contexte politique global favorable à tel ou tel choix (par exemple les remparts augustéens). Enfin, les réactions des élites aux sollicitations circonstanciées donnaient lieu à des négociations variées, plus ou moins longues et efficaces, entre les élites elles-mêmes, et entre les élites et les autorités provinciales, voire impériales. Il n’en reste pas moins que, souvent, à l’image de Sabora, l’adaptation au nouveau statut, comme dans le cas d’une fondation, implique un projet de développement urbain dont le financement et les réalisations n’étaient pas programmés selon un calendrier strict. Être une cité, comme le rappellent les documents du ive s. de n.è., mentionnés plus haut, supposait de faire face à des obligations conformes à la « dignitas » de la communauté, expression de la puissance de Rome et de l’empereur.

  • 87 ILS, 212.
  • 88 Voir les tableaux de des Boscs-Plateaux, 2005, p. 386-419.

41L’autonomie, le « privilège de liberté » était la meilleure garantie pour le pouvoir romain d’un contrôle efficace. La dimension administrative n’effaçait pas les enjeux politiques plus prestigieux et profitables. Le statut conditionnait les possibilités d’accès pour les élites aux ordres supérieurs de la société romaine, l’ordre équestre et l’ordre sénatorial, comme l’exprime clairement le discours célèbre de Claude affiché à Lyon87. La péninsule Ibérique illustre sur ce plan les rapports complexes tissés entre l’empereur et les provinciaux en fonction des privilèges obtenus. Les élites julio-claudiennes des provinces, notamment de Bétique, ont joué un rôle dans la prise de décision de l’octroi du droit latin puis de la municipalisation. Toutefois, le dynamisme s’est alors surtout concentré sur les cités locales et les municipes flaviens n’ont produit ensuite des chevaliers qu’en petit nombre88, et moins encore de sénateurs. L’autonomie locale suffisait souvent à ceux qui n’étaient pas désireux d’affronter les embûches des intrigues au Palatin ou au Sénat. Les cités de droit latin des régions occidentales suggèrent qu’il ne suffisait pas d’obtenir des privilèges juridiques et politiques pour transformer les ambitions des notables. Il fallait un environnement politique et culturel qu’offrait la Bétique. Là même, les nouvelles élites locales eurent parfois du mal ou ne cherchèrent pas à se frayer à tout prix un chemin vers les cercles romains du pouvoir.

  • 89 Par exemple Galsterer, 1988, p. 82-88 ; voir aussi Le Roux, 1991, p. 113.

42Il est, pour certains, exagéré de conférer à ces petites cellules communales de type Irni les qualités d’une organisation fondée sur une culture juridique très élaborée et sur des enjeux de pouvoir très complexes89. Il paraît néanmoins évident, à la lecture des règlements, que, sans être des « états de droit » au sens le plus immédiat, les cités municipales intégraient droit public, droit privé et droit civil, exprimés dans la langue des Romains, ce qui supposait un apprentissage et une culture minimale, sans lesquels une ascension ou une promotion sociale n’était de toute manière pas envisageable en Occident. Sans doute peut-on imaginer que le magistrat pérégrin, en attente de citoyenneté romaine per honorem, devait manifester sa maîtrise de la langue et de la discipline juridique. Il serait peu pertinent de considérer les règlements municipaux comme uniquement maladroits et sommaires, au vu des procédures et des dispositions de la loi calquée sur celle de Rome, ce qui ne préjuge pas d’une modernité de ces textes. L’affichage des plaques de bronze dans un lieu fréquenté de l’oppidum n’est certes pas la preuve que le texte était lu, ni que les gens savaient tous le lire. L’autorité de la chose gravée dans le bronze suffisait à rappeler que des règles avaient été fixées et devaient être observées. La lex indiquait aussi la possibilité d’une protection et de recours en cas de difficulté tout en attestant le lien étroit qui réunissait les citoyens.

3. 2. Cités, peuples et identités

  • 90 Entre autres, Le Roux, 1995a, p. 40-45.

43Sans disparaître, servant toujours d’armature à diverses communautés et de référence nominale aux géographes tels que Ptolémée, les peuples ou ethnies furent, pour les plus modestes, soit absorbés dans des ensembles plus larges soit définis comme le support officiel du populus d’une cité pérégrine dont le chef-lieu recevait son statut et sa valeur des populations autant que de son contrôle sur elles90. Dans un grand nombre de cas, la mémoire du passé joua en faveur de la conservation de noms et d’entités, parées d’une réputation positive ou négative (les Turdétans, les Celtibères). La strate ethnique ne fut pas gommée par l’avènement de cités qui n’avaient pas de raisons de perdre leur mémoire, ce qui ne leur était pas demandé.

  • 91 Pline l’Ancien, N. H., III, 13.
  • 92 Voir le mot de fraternitas, par exemple chez Tacite, Ann., XI, 25, 1 : (à la conclusion du discours (...)

44Pline l’Ancien traitant des Celtes de Bétique écrit : Celticos a Celtiberis ex Lusitania advenisse manifestum est sacris, lingua, oppidorum vocabulis, quae cognominibus in Baetica distinguntur91. Les sacra, ou rites religieux, et la langue révélée aussi dans les toponymes urbains apparaissent comme des signes d’identification essentiels. La notion de parenté est centrale, d’où le recours aux relations de confraternité92, qui permettent d’élargir et de renforcer le groupe sur la base de liens naturels. Les communautés, quelles qu’elles soient, sont des groupements créés par gonflement du nombre des individus, fondement de l’idée même de « peuple » ou « ethnie ». Cependant, ces catégories traditionnelles paraissent appelées à s’estomper au profit des identités nouvelles que sont les cités et les villes qu’elles engendrent, signe d’une évolution décisive vers un genre de vie civilisée.

  • 93 CIL, II2, 7, 221.

45Une mensula inscrite portant à l’origine une statue de la colonia Patricia, datée de l’époque sévérienne93, témoigne du patriotisme local des élites, marqué par l’attachement à la communauté et à sa dignitas, ici une colonia. Ce sentiment est d’abord issu d’une reconnaissance envers la communauté qui a permis le succès d’une carrière prestigieuse. La patria, sous-jacente, est honorée comme la cité des ancêtres, comme le berceau de la famille devenue illustre à travers les générations, et suscite un attachement affectif de la part des citoyens. Cette dimension familiale et affective de la cité montre que la rupture avec les ethnies, telles que Pline l’Ancien les présente, n’est pas avérée. Il n’y a pas d’incompatibilité ni de conflit grave entre les deux. Selon la conception romaine de la civitas, l’idée de societas l’emporte, sous la forme d’une association de familles qui en sont la charpente. Les gentes, ou peuple, résultaient aussi de la reconnaissance réciproque d’un lien de parenté qu’il ait été effectif ou supposé. Pline met la langue au nombre des éléments distinctifs. Sur ce plan, la poliadisation de la péninsule a favorisé et imposé la latinisation des relations politiques et le latin comme instrument de transmission culturelle. Reste à savoir si cette réalité incontestable a engendré l’oubli ou la négation d’un passé autre.

46Le poète Martial n’éprouve pas de gêne, malgré la mauvaise réputation « historique » des Celtibères, à rappeler, à la fin du ier s. de n.è., que sa chère patria, Bilbilis, appartient à cette ethnie :

  • 94 Martial, Epig., IV, 55, 8-15 : Nos Celtis genitos et ex Hiberis et nostrae nomina duriora terrae gr (...)

Nous, issus des Celtes et des Ibères, ne rougissons pas de rapporter dans nos vers reconnaissants les noms plus rugueux de notre terre : Bilbilis qui excelle en métal cruel…94

  • 95 Apologie, 24, 1-3.
  • 96 Voir AE, 1998, 709.
  • 97 Le Roux, 1989, p. 340-344.

47Bilbilis est un municipe augustéen et Martial (M. Valerius Martialis) un bon citoyen romain surtout soucieux de sa fama, « renommée », à Rome. L’ambiguïté du propos indique, semble-t-il, que l’origo de Martial est double et combine le passé et le présent romain, ce qui évoque aussi Apulée fier d’être un notable de la colonie de Madaure tout en se disant mi-numide, mi-gétule95. C’est dans le même esprit sans doute que la mère de L. Antonius Vegetus, enterré à Mérida, indique que son fils disparu est Turdulus, peuple chez lequel Strabon situe Mérida96. On peut évoquer aussi, malgré une datation placée probablement au début du iiie s. de n.è., le piédestal d’Asadur (province d’Orense), élevé à un notable par la res publica Interamicorum, qui associe le vocable civique latin par excellence (res publica), une des dénominations de la cité elle-même, et l’ethnique Interamicus dont la cité a pris la suite97.

  • 98 Tacite, Ann., IV, 5 : voce magna sermone patrio frustra se interrogari clamitavit.
  • 99 Strabon, III, 2, 15.

48Ces indices appellent une réflexion globale sur ce qui a été longtemps présenté comme une résurgence des traits indigènes. La perte probable des langues vernaculaires, pas exclusivement chez les élites et les municipes, même si elle fut progressive, comme le suggère le paysan de Termes, assassin en 25 de n. è. du légat juridique L. Piso et refusant de s’exprimer en latin au profit de sa langue ancestrale98, n’a pas été suivie, autant qu’on le sache, d’un renouveau linguistique. En Bétique, les Turdétans, à lire Strabon, avaient aussi désappris leur langue qu’ils ne savaient déjà plus parler sous Auguste99. Ce sont les régions occidentales, plus lentement et difficilement pacifiées et urbanisées, qui offrent les exemples les plus nets de transition sans heurt apparent, et progressive. Les inscriptions latines du iie s. de n. è. font toujours une place aux identités ethniques dans des contextes urbains et non religieux : les Cobelci, les Copori, les Zoelae, malgré l’octroi du ius Latii, constituent toujours des références qui n’ont plus la même visibilité dans les régions méridionales et orientales. Le poids des traditions locales et rurales est une explication fréquemment invoquée, sans doute en partie avec raison, si l’on admet qu’il ne s’agit pas d’opposition entre ceux de la ville et ceux de la campagne. Le dynamisme moindre des élites, aux horizons politiques plus limités que dans les zones fortement municipalisées, constituent un facteur autrement puissant, semble-t-il, sans pour autant favoriser à tout prix la conservation des traditions « indigènes ».

  • 100 Alföldy, 1973, p. 61-97;
  • 101 CIL, II, 6093= RIT, 256.
  • 102 CIL, II, 4233 = ILS, 6940.

49La complexité des différentes situations exprimées par la documentation épigraphique aussi, en fonction des contextes variés et donc des interlocuteurs auxquels s’adresse le message, est bien traduite par le dossier des flamines provinciaux à Tarragone100. Le cas de L. Antonius Paterni filius Quir. Modestus est exemplaire : le personnage se dit Intercatiensis ex gente Vaccaeorum Cluniensis101 et son épouse, flaminique, est identifiée comme Amocensis, Cluniensis ex gente Cantabrorum102. La ville, le conventus, le peuple sont rappelés et réunis dans une même histoire personnelle par des personnages qui s’expriment à Tarragone, caput provinciae, dans le cadre de fonctions, dignes d’appeler des hommages publics, au service du culte impérial. La conclusion semble évidente. Les élites des régions plus récemment urbanisées conjuguaient passé et présent sans conflit aucun et l’expression d’une identité qui ne négligeait pas la tradition ethnique soulignait que ces références avaient une valeur pour les Romains également. Il n’est pas aisé de trouver une dénomination à ces attitudes, car il s’agit de mémoire autant que de culture. Quoi qu’il en soit, ce furent souvent les familles dirigeantes, détentrices d’une certaine culture, qui exprimèrent volontiers leur attachement à leur histoire familiale passée. Les exemples que l’on peut rencontrer dans des catégories plus modestes ont une valeur administrative et sont empruntées aux recensements, probablement. On pense aux mentions des cognations ou des castella qui, à leur manière, se coulent dans les évolutions vers la cité.

50Là où la densité municipale était forte, dans les territoires de l’actuelle province de Séville à l’est du Baetis, où les oppida, comme dans un face à face d’un site à l’autre, jouaient sur cette visibilité pour concurrencer les voisins, la compétition politique entre cités a tendu à faire disparaître les autres références identitaires sans les abolir totalement. Des situations opposées existaient à l’échelle de la péninsule : d’un côté, celle définie par les ambitions des notables tournés exclusivement vers Rome et de l’autre, celle des petites communautés sans horizon autre que local dont les populations s’adaptaient sans hâte ni réticence particulière. Partout, les évolutions favorisèrent le système de type civitas, et les notables locaux détenaient la clé des transformations et de leurs rythmes. Il y avait des pressions, des incitations, mais rien n’indique des politiques suivies et voulues à partir du moment où le temps jouait dans le sens de la pacification et de l’organisation en cités. Les brassages, non négligeables dans des provinces ouvertes et propices à la circulation des personnes et des biens, ont certainement aussi contribué à nuancer les éventails politiques de la péninsule au cours des quatre siècles.

51S’il n’a pas été question plus particulièrement du cadre provincial ni du conventus, c’est parce qu’ils n’eurent pas de rôle identitaire autre qu’externe et administratif. La provincia fut surtout un instrument de contrôle apaisé, et d’efficacité administrative, en même temps qu’un repère spatial dans un empire trop vaste pour être géré comme une totalité. Il est frappant de noter que l’organisation romaine des territoires a fait progressivement son œuvre au diapason d’une redéfinition ethnique de la péninsule, qui intégra sans obstacle majeur les peuples préromains les plus acharnés à se battre lors des guerres. Il est tout aussi frappant d’observer que la diffusion de règles de droit identiques n’a pas conduit à une uniformisation politique, ni juridique, des communautés. La cité était un cadre commode, adaptable, et prenait en compte toutes les composantes essentielles des sociétés locales, les conflits occasionnels et les divisions toujours possibles, qui ont assurément existé à lire certaines inscriptions.

52L’un des résultats importants des analyses présentées est de permettre de comprendre comment, dans des conjonctures particulières, se sont imposées des solutions propres à tel ou tel ensemble provincial, sans que cela veuille dire que le gouvernement romain entendît mettre les originalités en exergue. C’est ainsi que la péninsule Ibérique est devenue terre municipale de droit latin, et que cette orientation a eu pour effet de diversifier les horizons politiques et culturels de contrées sans unité ni identité au départ et à l’arrivée.

53La cité autonome fut principalement un auxiliaire du contrôle des populations et des territoires. Elle joua le rôle de référence identitaire (patria) des habitants, qui n’étaient jamais tenus à l’écart de la vie locale, même dans les campagnes, parce que tous étaient censés contribuer à la puissance de Rome et de l’Empire qui prenait officiellement en charge l’histoire et la mémoire des différentes communautés.

Fig. 1. Peuples et cités de la péninsule Ibérique

Fig. 1. Peuples et cités de la péninsule Ibérique

D’après P. Le Roux, Romains d’Espagne, Paris, 1995, p. 140.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie103

Alföldy, G., 1973, Flamines provinciae Hispaniae citerioris, Anejos de ArchEspArq, 6, Madrid.

Alföldy, G., 1986, Latinische Bürger in Brigantium und in Imperium romanum, Bayerische Vorgeschichtsblätter, 51, p. 197-215.

Alföldy, G., 1987, Römischen Städtewesen auf der Neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, Heidelberg.

Andreu Pintado, J., 2004, Edictum, Municipium y Lex: Hispania en época Flavia (69-96 d. C.), BAR International Series 1293, Oxford.

Arnaud, P., 2007, Introduction : la géographie romaine impériale, entre tradition et innovation, dans La invención de una geografía de la Península Ibérica, II, La época imperial. Actas del coloquio Internacional celebrado en la Casa de Velázquez de Madrid entre el 3 y el 4 de abril de 2006, Málaga-Madrid, p. 13-46.

Balbín Chamorro, P., 2006, Hospitalidad y patronato en la península ibérica durante la Antigüedad, Junta de Castilla y León.

Barrandon, N., 2005, De la conquête à la pacification. Les mutations des sociétés indigènes et les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale, de la chute de Numance aux guerres asturo-cantabres (133-26 av. J.-C.), 2 vol. dactylographiés, Bordeaux 3.

Beltrán Lloris, F. (éd.), 1995, Roma y el nacimiento de la cultura epigráfica en Occidente, Institución « Fernando el Católico », Saragosse.

Cadiou, F., 2006, Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines : vers une géographie militaire de la péninsule Ibérique à l’époque de la conquête, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, I, La época republicana. Málaga-Madrid, p. 135-152.

Cadiou, F., 2008, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Casa de Velázquez - volume 38, Madrid.

Chastagnol, A., 1987 [1990], A propos du droit latin provincial, Iura, 38, p. 1-24.

Counillon, P., 2007, La représentation de l’espace et la description géographique dans le livre III de la Géographie de Strabon, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, II, La época imperial, Málaga-Madrid, p. 65-76.

Cruz Andreotti, G., Le Roux, P. et Moret, P. (éd.), 2006, La invención de una geografía de la Península Ibérica, I, La época republicana. Actas del coloquio Internacional celebrado en la Casa de Velázquez de Madrid entre el 3 y el 4 de marzo de 2005, Málaga-Madrid.

Cruz Andreotti, G., Le Roux, P. et Moret, P. (éd.), 2007, La invención de una geografía de la Península Ibérica, II, La época imperial. Actas del coloquio Internacional celebrado en la Casa de Velázquez de Madrid entre el 3 y el 4 de abril de 2006, Málaga-Madrid.

Curchin, L. A., 1990, The Local Magistrates of Roman Spain, Toronto-Buffalo-Londres.

Dardaine, S., 1993, Une image des cités de Bétique aux iie et iiie siècles après J.-C. : l’emploi du terme respublica dans les inscriptions de la province, dans La ciudad y la comunidad cívica en Hispania (siglos II-III d.C.), Actes du Colloque international (Casa de Velázquez Madrid 25-27 janv. 1990), Madrid.

des Boscs-Plateaux, F., 2005, Un parti hispanique à Rome ? Ascension des élites hispaniques et pouvoir politique d’Auguste à Hadrien (27 av. J.-C. - 138 apr. J.-C.), CV-32, Madrid.

Galsterer, H., 1971, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel, Madrider Forschungen. Band 8, Madrid.

Galsterer, H., 1988, Municipium Flavium Irnitanum: a Latin Town in Spain, JRS, 78, p. 78-90.

García Fernández, E., 2001, El municipio latino. Origen y desarrollo constitucional, Gerión-Anejo V, Madrid.

García Quintela, M. V., 2007, Estrabón y la etnografía de Iberia, dans Estrabón, Geografía de Iberia, traducción de J. Gómez Espelosín, presentaciones, notas y comentarios de G. Cruz Andreotti, M. V. García Quintela y J. Gómez Espelosín, Madrid, p. 67-112.

García y Bellido, M. P., 1999, Dinero y moneda indígena en la península ibérica, dans En el año de Trajano. Hispania, el legado de Roma, Museo Nacional de Arte Romano, Febrero – Abril de 1999, Saragosse, p. 77-87.

Goffaux, B., 2003, Promotions juridiques et monumentalisation des cités hispano-romaines, Salduie, 3, p. 143-161.

González, J. L. M., 2000, Celtes et Ibères dans la péninsule Ibérique, EDM, série Histoire, Tunis-Aix-en-Provence, Casablanca.

Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain, hommage à Claude Lepelley, Textes réunis par H. Inglebert, Paris, 2002.

Jacob, C., 1991, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris.

Keay, S., 2003, Recent Archaeological Work in Roman Iberia (1990-2002), JRS, 93, p. 146-211.

Kremer, D., 2006, Ius Latinum. Le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Paris.

L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux, Colloque Aquitania, Saintes, 11-13 septembre 2003, Aquitania Supplément 13, Bordeaux, 2005.

La ciudad y la comunidad cívica en Hispania (siglos II-III d.C.), Actes du Colloque international (Casa de Velázquez, Madrid, 25-27 janv. 1990), Madrid, 1993.

Le Roux, P., 1989, Aux frontières de l’épigraphie juridique : l’inscription d’Asadur, Orense (AE, 1973, 317 = 1974, 394), Epigrafía jurídica romana en el último decenio, Pampelune, p. 339-354.

Le Roux, P., 1991, Le juge et le citoyen dans le municipe d’Irni, CCG, 2, 1991, p. 99-124.

Le Roux, P., 1994, L’épigraphie des limites : les termini Augustales de la péninsule Ibérique, MCV, 30, p. 37-52.

Le Roux, P., 1995a, Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces iie siècle av. J.-C. – iiie siècle apr. J.-C., Paris. Id., 2006, Romanos de España. Ciudades y política en las provincias (siglo II a. C – siglo III d. C.), Barcelone (édition en espagnol revue avec une bibliographie complémentaire 1995-2006).

Le Roux, P., 1995b, L’émigration italique en Citérieure et Lusitanie jusqu’à la mort de Néron, Roma y el nacimiento de la cultura epigráfica en Occidente, F. Beltrán Lloris éd., Saragosse, p. 85-95.

Le Roux, P., 1998, Rome et le droit latin, RHD, 76, 3, p. 315-341.

Le Roux, P., 2006, L’invention de la province romaine d’Espagne citérieure de 197 a.C. à Agrippa, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, I. La época republicana. Málaga-Madrid, p. 117-134.

Mackie, N., 1983, The Local Administration in Roman Spain, A. D. 14-212, BAR International Series 172, Oxford.

Marcotte, D., 2007, Ptolémée et la constitution d’une cartographie régionale, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, II, La época imperial, Málaga-Madrid, p. 161-172.

Mentxaka, R., 1993, El senado municipal en la Bética hispana a la luz de la lex Irnitana, Vitoria-Gasteiz.

Moret, P., 2004, Ethnos ou ethnie ? Avatars anciens et modernes des noms des peuples ibères, dans G. Cruz Andreotti et B. Mora Serrano (éd.), Identidades étnicas-identidades políticas en el mundo prerromano hispano, Universidad de Málaga, p. 31-62.

Navarro Caballero, M., 2006, L’émigration italique dans la Lusitanie côtière : une approche onomastique, dans Migrare. La formation des élites dans l’Hispanie romaine, textes réunis par A. Caballos Rufino et S. Demougin, Ausonius, Études 11, Bordeaux, p. 69-100.

Nörr, D., 1989, Aspekte des römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, Vorgetragen am 4. Juli 1986 Bayerische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-Historische Klasse, Abhandlungen Neue Folge, Heft 101, Munich.

Ortiz de Urbina, E., 2000, Las comunidades hispanas y el derecho latino. Observaciones sobre los procesos de integración local en la práctica politico-administrativa al modo romano, Vitoria-Gasteiz.

Prontera, F., 2007, Strabone e la tradizione della geografía ellenistica, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, II, La época imperial. Málaga-Madrid, p. 49-63.

Salinas de Frías, M., 2006, Geografía real y ficticia de la epopeya sertoriana, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux, P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, I. La época republicana. Málaga-Madrid, p. 153-174.

Stylow, A. U., 1993, Decemviri. Ein Beitrag zur Verwaltung peregriner Gemeinden in der Hispania Ulterior, Ciudad y comunidad cívica en Hispania (siglos II y III d.C.), Actes du Colloque international (Casa de Velázquez, Madrid, 25-27 janv. 1990), Madrid, p. 37-46.

Thomas, Y., 2002, Les juristes et l’empire des cités, dans H. Inglebert (éd.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain, hommage à Claude Lepelley, Paris, p. 189-214.

Tranoy, A., 2005, Religion et organisation du territoire en Galice au ier siècle de l’Empire romain, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux, Colloque Aquitania, Saintes, 11-13 septembre 2003, Aquitania Supplément 13, Bordeaux, p. 118-124.

Haut de page

Notes

1 Les Romains ont une vue concrète des autres et d’eux-mêmes : ils contrôlent des populations, non des territoires, ce que savent bien les militaires. Le territoire, en revanche, est une notion abstraite qui n’est pas déterminante, mais contribue à l’administration.

2 Moret, 2004, p. 44-47, essentiellement à propos du livre III des Histoires.

3 Polybe, III, 76, 7, qui suit les bonnes règles établies en la matière. C’est sans doute au cours des guerres que les Ilergètes ont acquis par leur rôle et leur résistance cette réputation de supériorité sur leurs voisins.

4 Moret, 2004, p. 48.

5 Jacob, 1991, p. 105-131 ; Counillon, 2007, p. 65-76, à la suite de travaux de Patrick Thollard de 1987 et 2003, insiste surtout sur les lacunes et déformations au nom d’une lecture de l’ouvrage comme morceau de rhétorique et non de géographie, ce qui ne doit pas détourner d’un texte qui s’occupe d’autre chose que de l’espace et de son organisation. Voir aussi Marcotte, 2007, p. 162.

6 Cadiou, 2006, p. 138-139 et 2008, p. 463-472 ; Le Roux, 2006, p. 118-122.

7 Ce que ne reflétèrent pas les sources (Salinas, 2006, p. 166-168) : il ne faut pas s’en étonner car Sertorius, vaincu et dénigré, ne pouvait pas être tenu pour un témoin positif ayant contribué à augmenter la puissance de Rome.

8 Arnaud, 2007, p. 27. Le point de vue global ne signifie pas que les paramètres propres à la discipline géographique avaient changé ni que l’organisation territoriale était étroitement conditionnée par elle.

9 Pour une lecture plus « géographique » de Strabon au livre III : Prontera, 2007, p. 49-52 sur l’esprit de sa « carte », influencé par la politique et les campagnes militaires ; Counillon, 2007, p. 75-76, montre la place étroite et formelle qu’occupe l’« espace géographique » dans l’ouvrage.

10 García Quintela, 2007, p. 103-105. Le témoignage de Strabon est rejoint par l’Iberikè d’Appien qui s’appuie sur des informations différentes de celles rapportées par les autres ouvrages parvenus jusqu’à nous. Malgré des erreurs, il est un témoin riche et indispensable de la géographie politique péninsulaire.

11 Pline l’Ancien, N. H., III, 2 : Quare sic accipi velim, ut si vidua fama sua nomina, qualia fuere primordio ante ullas res gestas… ( Je voudrais donc que l’on considère cela comme une liste de noms privés de renommée, tels qu’ils furent au commencement avant toute action mémorable… )

12 Toutefois, ce sont les sources fondées sur des périples qui expliquent la division entre la Bétique et la Citérieure au livre III et la Lusitanie au livre IV.

13 Voir le CIL, II2, 5 consacré au conventus d’Astigi : dans les nouvelles limites, modifiées, là où E. Hübner avait comptabilisé 31 cités, les éditeurs en recensent 55 parmi lesquelles on n’en retrouve qu’une vingtaine chez Pline.

14 Arnaud, 2007, p. 36-37, qui souligne le problème de la datation des sources de Ptolémée.

15 Voir Marcotte, 2007, p. 162-166 en particulier. Plus d’une quarantaine de noms de peuples sont énumérés, certains pour la première fois, mais on y rencontre la vingtaine de ceux qui formaient les grandes divisions ethniques traditionnelles.

16 Comme le suggère le fragment des Origines, 7, de Caton l’Ancien, c’est comme région de naissance de l’Èbre que le pays des Cantabres est évoqué pendant longtemps, sans que cela implique une connaissance exacte et directe des Cantabres et de la Cantabrie. Ce n’est que sous l’Empire que Tite-Live, Per., 48, les cite à propos des événements de 151 av. n.è. et qu’Appien, Iber., 80, leur attribue une participation aux secours envoyés à Numance en 137 av. n.è., en même temps que les Vaccéens auxquels ils sont associés dans ces sources. Les premières mentions des Astures sont plus tardives encore puisqu’il faut attendre la Rhétorique ad Herennium, IV, 50, 63, attribuée à Cicéron, pour que soient évoqués leurs chevaux (asturcones).

17 Pour ce qui serait la continuité d’une péninsule duale : par exemple González, 2000, p. 103.

18 Les Celtibères, les Lusitaniens, les Turdétans et les Ibères par exemple.

19 Voir Keay, 2003, p. 157-160.

20 Par exemple García y Bellido, 1999, p. 82. Ces données ne font pas l’unanimité et les points de vue tiennent à l’influence que l’on accorde ou non à Rome en la matière. En revanche certains peuples n’ont jamais frappé monnaie : les Cantabres, les Vaccéens ou les Vettons (p. 82).

21 Keay, 2003, p. 160-161.

22 Par exemple Cadiou, 2008, p. 534-536. Le denier ibérique est particulièrement présent au nord de l’Èbre et est illustré par les frappes de Cesse (Tarraco) et de Segeda (ville des Celtibères).

23 L’usage de l’alphabet et de la langue locale n’est pas incompatible avec des comportements politiques de type civique dans des communautés qui sont pérégrines aux yeux de l’autorité romaine.

24 Keay, 2003, p. 161.

25 Voir Barrandon, 2005, p. 453-455 (je la remercie de m’avoir communiqué son manuscrit encore inédit).

26 Appien, Iber., XL-XLI.

27 Strabon, III, 4, 13.

28 Appien, Iber., XCVII.

29 CIL, I2, 614= ILLRP, 514.

30 HEp, 1, 151 ; AE, 1986, 304 = 1987, 474 = 1991, 965 ; Nörr, 1989, p. 19-23.

31 Cadiou, 2008, p. 687-688, pour quelques remarques sur ce thème.

32 Voir Florus, I, 33 ; Le Roux, 1995a et 2006, p. 23 et p. 41-42.

33 AE, 2001, 1237 ; 2003, 970.

34 AE, 1979, 377.

35 Le Roux, 1995b, p. 88-90 ; Navarro, 2006, p. 90-93.

36 Sur l’hospitium, en dernier lieu Balbín Chamorro, 2006, avec la bibliographie récente.

37 Pline l’Ancien, N. H., III, 20.

38 N. H., III, 24.

39 N. H., III, 3, 7 (traduction H. Zehnacker).

40 La chronologie des conventus est aujourd’hui admise comme augustéenne et non claudienne ou flavienne.

41 Chez Pline, colonia indique une colonie romaine. La colonie « latine » est comme les municipes romains classée parmi les oppida.

42 Ce passage est l’un des rares où la formule « municipe de citoyens romains » est utilisée, ce qui intrigue et continue à faire problème.

43 Le droit latin anciennement accordé est ici le droit latin coloniaire dérivant de celui des vieilles colonies latines d’Italie.

44 Les villes libres paraissent plus « dignes » que les cités fédérées (dont le rang semble indiquer l’existence d’un accord mutuel entre elles et Rome) parce qu’elles sont censées accorder de leur plein gré ce que Rome leur demande et parce qu’elles échappent à la juridiction du gouverneur, ce qui n’est pas un mince privilège. Sous l’Empire, la liberté est octroyée à certaines cités, mais le statut n’est conservé, comme celui de fédérée, que par les villes déjà en sa possession depuis quelque temps auparavant. Les cités stipendiaires sont ici nommées d’après un vocabulaire, préaugustéen à l’origine, qui aurait tendu à le concurrencer par « tributaire » pour mieux susciter l’adhésion à la fiscalité impériale : voir AE, 2005, 111.

45 Obulco : CIL, II2, 7, 100 ; Epora : CIL, II2, 7, 139 ; Sacili : CIL, II2, 7, 196.

46 N. H., III, 23.

47 Voir IRC, III, 1 à 7.

48 N. H., III, 20.

49 N. H., III, 26-28 relatif aux conventus de Clunia, Asturica, Lucus et Bracara.

50 Tranoy, 2005, p. 119-122.

51 N. H., III, 27 le confirme : les Arévaques, répertoriés parmi d’autres peuples de la région, identifiés dès le temps des guerres celtibériques, donnent lieu à l’énumération de leurs six oppida.

52 On aura noté que je n’ai pas parlé de l’édit du Bierzo (voir AE, 1999, 915 ; 2000, 760 ; 2001, 1214. HEp, 7, 378 ; 8, 325). Le document soulève trop de questions et en résout trop pour que son contenu ne soit pas suspecté jusqu’à plus ample informé : il décrirait un processus d’organisation des peuples du Nord-Ouest dans une période d’incertitude et de transition administrative qui conférerait aux castella un rôle important chez des gentes dépourvues de centres civiques autres.

53 On ne retient guère que la promotion du municipe Claudien de Baelo, certainement liée à l’histoire de la Maurétanie Tingitane sous Claude : AE, 1971, 172.

54 C’est la forme épigraphique qui tend à s’imposer au iie s. lorsque la collectivité agit ou honore un des siens : Dardaine, 1993, p. 48-49.

55 L’origine de la famille de l’empereur et la personnalité d’Hadrien ont ici créé des conditions particulières qui expliquent que la promotion ait suscité un écho dans nos sources.

56 L’existence de débats dus aux sources et aux différences de point de vue selon les spécialités des uns et des autres ne doit pas conduire à exagérer la portée du problème et du thème. Parmi d’innombrables contributions, on peut retenir sur les questions essentielles et les divers raisonnements : Chastagnol, 1987 ; Mentxaka, 1993 ; Le Roux, 1995 et 1998 ; Ortiz de Urbina, 2000 ; García Fernández, 2001 ; Andreu Pintado, 2004 ; Kremer, 2006.

57 Voir Kremer, 2006, p. 1.

58 AE, 1986, 333.

59 Voir Kremer 2006, p. 3 : « Le ius Latii devient progressivement une formule d’organisation territoriale dont la finalité est l’intégration souple et efficace des populations soumises. »

60 L’adaptation progressive n’est pas obligatoirement la souplesse. Cinq ou six siècles l’ont transformé et le ius Latii des cités de la péninsule n’avait guère que le nom en commun avec celui que mit en place le fœdus Cassianum.

61 Voir Alföldy, 1986, p. 187-220 et Le Roux, 1998, p. 317, n. 10, bien qu’il n’ait pas constitué une citoyenneté à proprement parler.

62 M. Humbert, préface à Kremer, 2006, p. IX.

63 Kremer, 2006, p. 3.

64 Cette idée, dominante dans la littérature, est illustrée par les nouveaux volumes du CIL, II2.

65 Les motivations mêmes de Vespasien font encore l’objet de discussions et les choix individuels des historiens rendent compte de la date retenue pour l’édit : 70 ou la censure de 73-74 de n.è. Andreu Pintado, 2004, p. 14-21, pense à une décision personnelle et imposée par Vespasien imitant Auguste, mais le texte de Pline parle bien d’antécédents et le rôle des élites locales et provinciales au lendemain de la guerre civile ne peut pas être ignoré.

66 Question que se pose aussi Kremer, 2006, p. 191-192.

67 Galsterer, 1988, p. 89, Mentxaka, 1993, p. 52-55, parmi d’autres, sur l’absence d’une loi générale d’Auguste ou autre valable pour tout l’Empire.

68 Cette lecture, Lati avec I long et non Latii, parfois encore mise en doute, est absolument certaine (AE, 1993, 25).

69 Malgré Kremer, 2006, p. 2, dont la substitution de la traduction « règlement » par lex ne s’explique pas autrement que par l’idée, empruntée à W. D. Lebek, que la lex Lati fut l’élément fondateur de l’institution municipale, ce qui revient à dire que la citoyenneté romaine contenait en elle-même la création du municipe sine suffragio.

70 CIL, II2, 5, 308.

71 Nuits Attiques, XVI, 13, 1 et 3.

72 Voir Thomas, 2002, p. 190-192.

73 Voir ILS, 6090 (Tymandus, Pisidie) et 6091 (Orcistus, Phrygie) et AE, 2002, 1293 = 2004, 1331 (Heraclea Sintica, Macédoine) où les ornamenta remplacent la dignitas.

74 L’agglomération jouait le rôle de chef-lieu d’une civitas avant d’être abaissée au rang de vicus.

75 Kremer, 2006, p. 176-179.

76 Le Roux, 1994, p. 37-52.

77 À titre d’exemple on peut citer : Baelo (municipium Claudium), Irni (municipium Flavium), Mérida (colonia Iulia Augusta), Corduba (colonia Patricia), Dertosa (municipium Hibera Iulia Ilercavonia), Ebora (municipium Liberalitas Iulia).

78 AE, 2006, 676 : il s’agit de ce que l’on appelle la lex rivi Hiberiensis.

79 Sur ces questions, la bibliographie a peu évolué récemment : voir Galsterer, 1971, Mackie, 1983, Alföldy, 1987, Curchin, 1990, Le Roux, 1995a, parmi beaucoup d’autres.

80 Par exemple Curchin, 1990, p. 4-5.

81 Stylow, 1993, p. 41-45 en particulier.

82 CIL, II, 1423.

83 Carteia : Galsterer, 1971, p. 9 ; Valeria (province de Cuenca) : AE, 1996, 906.

84 Thomas, 2002, p. 200-205.

85 On suit ici Thomas, 2002, p. 190-205 plus particulièrement.

86 Goffaux, 2003, p. 153-154.

87 ILS, 212.

88 Voir les tableaux de des Boscs-Plateaux, 2005, p. 386-419.

89 Par exemple Galsterer, 1988, p. 82-88 ; voir aussi Le Roux, 1991, p. 113.

90 Entre autres, Le Roux, 1995a, p. 40-45.

91 Pline l’Ancien, N. H., III, 13.

92 Voir le mot de fraternitas, par exemple chez Tacite, Ann., XI, 25, 1 : (à la conclusion du discours de Claude en faveur de l’entrée de Gaulois au sénat) quia soli (les Éduens) Gallorum fraternitatis nomen cum populo Romano usurpant. Les Romains se disaient, sous la République, les frères consanguins des Italiques.

93 CIL, II2, 7, 221.

94 Martial, Epig., IV, 55, 8-15 : Nos Celtis genitos et ex Hiberis et nostrae nomina duriora terrae grato non pudeat referre versu : saevo Bilbilin optimam metallo…

95 Apologie, 24, 1-3.

96 Voir AE, 1998, 709.

97 Le Roux, 1989, p. 340-344.

98 Tacite, Ann., IV, 5 : voce magna sermone patrio frustra se interrogari clamitavit.

99 Strabon, III, 2, 15.

100 Alföldy, 1973, p. 61-97;

101 CIL, II, 6093= RIT, 256.

102 CIL, II, 4233 = ILS, 6940.

103 Elle devrait être beaucoup plus fournie. Je ne cite ici que les ouvrages dont la référence est mentionnée dans les notes infrapaginales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Peuples et cités de la péninsule Ibérique
Légende D’après P. Le Roux, Romains d’Espagne, Paris, 1995, p. 140.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1789/img-1.png
Fichier image/png, 618k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Le Roux, « Peuples et cités de la péninsule Ibérique du iie a. C. au iie p. C. », Pallas, 80 | 2009, 147-173.

Référence électronique

Patrick Le Roux, « Peuples et cités de la péninsule Ibérique du iie a. C. au iie p. C. », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1789 ; DOI : 10.4000/pallas.1789

Haut de page

Auteur

Patrick Le Roux

Professeur émérite, Université de Paris XIII
leroux.patrick@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org