Navigation – Plan du site
Les voies de l’intégration

Histoire militaire des Germanies d’Auguste à Commode

Military history of the Germanies from Augustus to Commodus
Yann Le Bohec
p. 175-201

Résumés

Les Germanies étaient défendues, depuis le désastre de Varus, par deux armées qui ressemblaient aux autres dans leur composition et dans leur hiérarchie, les effectifs diminuant de huit à quatre légions. Elles durent organiser deux systèmes défensifs, l’un pour la Germanie Supérieure et l’autre pour la Germanie Inférieure. Elles prirent parti dans les troubles de 21 et de 68. Plus important, elles jouèrent un rôle dans tous les domaines de l’histoire de la province. L’étude du recrutement montre une évolution lente, marquée par une participation croissante des habitants des provinces. Les soldats développèrent la prospérité, en dépensant des salaires, en se procurant des approvisionnements. Ils contribuèrent aussi à diffuser la romanité.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire militaire, qui a été longtemps négligée en France, est actuellement bien intégrée au reste de nos études. Néanmoins, il ne nous paraît pas inutile de commencer, très brièvement, en rappelant quatre points de méthodologie.

1/Il est dangereux d’abandonner cette discipline à des personnages qui ne sont pas des historiens de métier.

2/Au sens étroit, « l’art de la guerre » comprend trois éléments, l’exercice, la tactique et la stratégie. Il faut l’admettre.

3/Dans un sens large, ces activités sont liées à la politique, à l’économie, à la société, à la culture et aux religions. L’histoire militaire ne se comprend pas sans l’histoire générale, et réciproquement ; des échanges fructueux ont été établis entre elles.

4/L’histoire militaire ne peut plus être réduite à une étude des rapports de puissance économiques, comme on le faisait au xxe siècle. En cas de conflit, l’État le plus riche n’est jamais sûr de gagner la guerre.

  • 1 On nous pardonnera de renvoyer, pour une présentation de l’armée romaine, à Le Bohec, 2002, b ; sur (...)
  • 2 Schmidt, 2004.

2L’armée romaine de Germanie (il vaudrait mieux dire : « les armées »)1 s’était acquis une exceptionnelle réputation d’efficacité que les Anciens expliquaient déjà par la confrontation permanente qu’elle aurait entretenue avec les peuples transrhénans, ce qui est partiellement inexact, comme on le verra. Son histoire, au cours des deux siècles du Principat, peut être étudiée à propos de plusieurs conflits2.

  • 3 Johne, 2006, p. 191.

3Une première partie de cette histoire dura de 16 avant J.-C à 16 après J.-C. Le détail et la chronologie précise des opérations peuvent être discutés ; pour les grandes lignes, il nous paraît raisonnable de suivre les dernières propositions de K. P. Johne3.

4Germains et Romains avaient été en contact de 113 à 101, lors des invasions des Cimbres et des Teutons, épisode marqué par un désastre romain à Orange en 105, et par l’anéantissement des envahisseurs à Aix en 102 et à Verceil en 101. Les uns et les autres se sont de nouveau rencontrés à l’époque de César qui a guerroyé notamment contre Arioviste et ses Suèves en 58, et mené au-delà du Rhin deux raids de peu d’importance, quoi qu’il en ait dit, en 55 et 53. Le proconsul a plusieurs fois accusé ces peuples d’aider les Gaulois, ce qui est manifestement faux ; il les a aussi utilisés comme auxiliaires, voire comme mercenaires.

  • 4 Johne, 2006, p. 191.

5Une nouvelle confrontation commença en 16 avant J.-C. Cette année-là, les Sicambres, les Usipètes et les Tenctères menèrent un raid en Gaule (il faut distinguer raid et invasion) ; ils vainquirent le gouverneur Marcus Lollius qui y perdit la vie et la ve légion qui y perdit son aigle, c’est-à-dire son honneur. En réaction, l’État romain, c’est-à-dire Auguste, décida de créer une nouvelle province qui serait appelée la Germanie et qui s’étendrait entre le Rhin et l’Elbe4.

  • 5 Fellmann, 1992, p. 18-20.

6Dans le même temps, l’armée romaine était engagée dans la conquête des Alpes5, qui appuieraient le dispositif rhénan sur son flanc sud. Terentius Varro l’avait entreprise dès 25. En 15, Tibère et Drusus la reprirent. Elle était achevée sans doute en 12, quand les Romains s’attaquèrent au problème germanique, et au plus tard en 7/6 avant J.-C., quand fut consacré le trophée de La Turbie.

7Les motifs de conflit étaient multiples. Parmi ces causes, l’économie joua peu dans cette affaire : même s’ils fournissaient des esclaves assez recherchés, les Germains étaient pauvres et rapportaient donc peu de butin. La justification, il faut d’abord la chercher du côté de la politique : Auguste développait une idéologie en partie fondée sur la victoire, et une victoire sur les Germains n’aurait pas été de celles qui auraient pu être négligées. Les questions militaires sont aussi intervenues : d’une part, cette Germanie aurait protégé le flanc de la Gaule (on dira qu’il aurait ensuite fallu protéger la Germanie contre ses voisins de l’Est, mais c’est une autre histoire) ; d’autre part, les Romains avaient créé une tradition de conquêtes. Enfin, la psychologie collective ne saurait être négligée : depuis la bataille d’Orange, les Germains étaient devenus des « ennemis héréditaires » et le metus germanicus, la crainte des Germains, incitait à régler le problème.

  • 6 Sur le personnage : Johne, 2006, p. 88-90 et 100-101.
  • 7 Johne, 2006, p. 84 et 90.
  • 8 Forni, 1960, p. 1154.

8L’importance accordée par Auguste à cette entreprise peut se mesurer au choix du général qu’il désigna pour diriger les opérations, son beau-fils Drusus6, qui fit faire d’énormes travaux entre 16 et 12. Les deux premiers camps légionnaires se trouvaient à Bonn et Neuß (ou : Neuss). Par la suite, on en construisit trois autres, à Nimègue, Xanten et Mayence7. Drusus fit ériger cinquante fortins ou castella, et il fit creuser un canal, la fossa Drusiana, qui correspond sans doute à l’actuel Vliet8. De 12 à 9, il mena quatre campagnes au-delà du Rhin avec six légions.

    • 9 Johne, 2006, p. 83 et 91.

    En 129, d’une part, il attaqua les Sicambres, les Usipètes et les Tenctères, suivant l’axe de la Lippe ; d’autre part, il mena un raid par mer, depuis Vechten, contre les Frisons, au nord des Pays-Bas actuels, et contre les Chauques, à l’embouchure de la Weser.

    • 10 Johne, 2006, p. 99.

    En 11, il attaqua de nouveau les Sicambres et les Usipètes, puis il gagna le pays des Chérusques, sur le cours de la Weser10.

  • En 10, il prit un trajet plus méridional, depuis Dorlar ou Waldgirmes sur la Lahn, à travers le domaine des Chattes, puis celui des Marcomans.

    • 11 Johne, 2006, p. 96-97.

    En 9, il repartit contre les Chattes et les Chérusques, se dirigea vers l’Elbe ; mais, sur le chemin du retour, il mourut par accident, d’une chute de cheval11. Il avait vaincu les Sicambres, les Tenctères, les Chattes, les Chérusques, les Suèves et les Marcomans.

  • 12 Sur le personnage à cette époque : Johne, 2006, p. 115-116.
  • 13 Johne, 2006, p. 115.
  • 14 Johne, 2006, p. 120-121.

9Tibère12, autre beau-fils d’Auguste, reprit ce commandement en 8/7. Tous les Germains étaient agités13, à la fois irrités par les raids de Drusus et encouragés par sa mort. Il sut les calmer. Vers 3 avant J.-C., Domitius Ahenobarbus partit de Rétie et il alla jusqu’à l’Elbe, chez les Marcomans14, ce qui prouve à la fois que les Romains avaient d’autres soucis importants et que les Marcomans n’avaient pas été complètement vaincus. Au début de l’ère chrétienne, le gouverneur Marcus Vinicius eut des difficultés dans un conflit qui ne connut pas une issue très heureuse. Après des difficultés, Tibère accepta de revenir et il resta en Germanie de 4 à 6 de notre ère.

  • En 4, il attaqua les Canninéfates, les Bructères et d’autres peuples mal identifiés. Puis une expédition maritime, à placer sans doute à ce moment, le mena jusqu’au Danemark actuel.

    • 15 Kühlborn, 1989; Johne, 2006, p. 94, 119 et 129-130.
    • 16 Forni, 1960, p. 1152-1153 ; Reddé et al., 2006, p. 220-224 et 285-290.

    En 4/5, pour la première fois dans l’histoire de cette guerre, les grands camps furent installés au-delà du Rhin, surtout dans la vallée de la Lippe et peut-être à l’embouchure de l’Ems. Les archéologues allemands ont repéré sur le territoire de leur pays un grand nombre de forts augustéens, construits entre 16 avant J.-C. et 9 après J.-C.15. Les plus célèbres se trouvaient sur la Lippe, à Haltern et Oberaden16, mais ils ne furent pas les seuls. Il est très difficile de dire lesquels étaient provisoires, lesquels avaient été construits avec l’espoir de la durée.

  • En 5, Tibère installa ses camps d’hiver chez les Chauques, et il attaqua les Lombards à la fois par le fleuve (donc avec la flotte, depuis la mer) et par voie de terre.

  • En 6, une opération combinée fut organisée : Tibère partit de Pannonie et le légat Sentius Saturninus de la vallée du Main ; ils visaient Marbod, roi des Marcomans, un peuple apparemment toujours vigoureux.

  • 17 Le Bohec, 2008, petit ouvrage non érudit ; Schlüter, 1993 ; Schlüter, Wiegels, 1999 ; Wiegels, 2000 (...)

10Appelé par un conflit en Dalmatie et Pannonie, Tibère céda la place à Varus17. Le nouveau légat s’organisa : il chercha à séduire quelques Germains, et crut avoir réussi avec un certain Arminius ; il opprima et humilia les autres, la majorité. En 9, au retour d’une expédition qui l’avait mené jusqu’à l’Elbe, il tomba dans une embuscade (ce ne fut pas une vraie bataille) organisée par un Arminius qui avait réussi à unir tous les Germains ou presque. La rencontre eut lieu au Teutoburg, un site qui a été retrouvé et qu’il faut identifier avec Kalkriese, en dépit des réserves de quelques chercheurs. Varus périt avec trois légions, les auxiliaires et les civils qui les accompagnaient, soit quelque 20000 militaires. Le principal résultat de cette défaite fut de provoquer à Rome une peur immense : Auguste voyait les Germains unis envahir la Gaule puis l’Italie, et, - pourquoi pas ?­ - piller Rome. Militairement, il fallait réagir.

    • 18 Johne, 2006, p. 181.
    • 19 Sur le personnage : Johne, 2006, p. 182-183.
    • 20 Johne, 2006, p. 92, 102 et surtout 185-188.

    En 11 et 12, Tibère et Germanicus, un autre prince de la famille impérial, personnage au nom prédestiné, montèrent quelques raids vers l’est18. Puis Germanicus19, seul, et tout-à-fait seul après l’arrivée au pouvoir de Tibère, prit ses quartiers sur la rive gauche du Rhin en 13 et mena, de 14 à 17, de nouvelles campagnes sur la rive droite20.

  • En 14, il guerroya contre les Marses, les Usipètes et les Bructères.

    • 21 Clementoni, 1990.

    En 15, ce fut contre les Chattes et les Chérusques ; il retrouva les restes des morts du Teutoburg et il leur fit donner une sépulture décente21.

  • En 16, il attaqua de nouveau les Chattes et les Chérusques avec la plus grande armée jamais vue dans cette région : huit légions. Dans le même temps, la flotte (mille navires) passa dans la mer du Nord pour prendre à revers les Chattes.

  • Germanicus partit en 17, appelé vers d’autres fonctions en Orient.

11Cette histoire agitée pose des problèmes de tactique et de stratégie ; avant de les aborder, rappelons l’aspect institutionnel.

  • 22 Konen, 2000.

12L’armée de Germanie comprenait des légions, des auxiliaires et des éléments de la marine22 (la garnison de Rome n’a jamais été impliquée dans les affaires de cette région, pas plus que les deux grandes flottes italiennes). On sait que la légion était une unité d’infanterie lourde de 5000 hommes, utilisant les services de 120 cavaliers et d’auxiliaires. Ces auxiliaires étaient divisés en cohortes d’infanterie, en ailes de cavalerie, et en cohortes mixtes, appelées equitatae. Ces unités étaient quingénaires ou milliaires (de 500 ou 1000 hommes). Les numeri firent leur apparition sans doute au temps de Trajan.

1. L’armée romaine : les types d’unités

13On compte environ 10 000 hommes dans la garnison de Rome, 250 000 pour l’armée des provinces et 40 000 dans la marine.

Armée

Unités

Effectifs par unité

Nombre d’unités

Caractéristiques

C : cavalerie

I : infanterie

Garnison de Rome

cohortes prétoriennes

500

9

I

cohortes urbaines

500

3

I

cohortes de vigiles

1000

7

I

equites singulares Augusti

1000

1

C

divers

-

-

-

Armée des frontières

légions

5000

25

I

cohortes auxiliaires

500 ou 1000

 ?

I

ailes auxiliaires

500 ou 1000

 ?

C

cohortes mixtes

500 ou 1000

 ?

I + C

numeri

variables

 ?

I ou C

Marine

navires

 ?

 ?

-

  • 23 Alföldy, 1968 et 1987 ; Eck, Paunov, 1997 ; Eck et al., 2002 ; Eck, Pangerl, 2004.

14En ce qui concerne les effectifs, le détail des chiffres et des dates est toujours sujet à discussion23. Mais on peut proposer des estimations, au moins approximatives. Pour la conquête, donc jusqu’au désastre de Varus, les Romains alignèrent six légions et des auxiliaires en nombre inconnu ; sur une armée qui comptait en tout quelque vingt-cinq légions, c’était donc un quart des effectifs qui était engagé. L’embuscade de 9 après J.-C. eut une conséquence importante : pour prévenir l’invasion redoutée, à tort, comme nous le savons, les effectifs furent portés à huit légions, soit un petit tiers de l’armée impériale. Puis, comme il s’avéra que les Germains ne songeaient pas à une invasion et, comme des besoins se manifestèrent dans d’autres secteurs, les effectifs furent réduits à quatre légions pendant tout le iie siècle.

2. Les légions de Germanie sous le Principat24

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 25 Ritterling, 1925, col. 1376-1380.

    legio I Germanica25 : à Bonn, des environs de 35 aux environs de 70/71.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 26 Ritterling, 1925, col. 1380-1404.

    legio I Adiutrix26 : à Mayence, de 71 à 86.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 27 Ritterling, 1925, col. 1420-1434; Eck, 2000; Le Bohec, 2000a, p. 83-85.

    legio I Mineruia27 : à Bonn, de 83 au début du ive siècle.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 28 Ritterling, 1925, col. 1437-1456.

    legio II Adiutrix28 : à Nimègue, en 70/71.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 29 Ritterling, 1925, col. 1457-1466.

    legio II Augusta29 : à Mayence ( ?), de 9 à 17 ; à Strasbourg, de 17 à 43.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 30 Ritterling, 1925, col. 1549-1556.

    legio IV Macedonica30 : à Mayence, de 43 à 71.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 31 Ritterling, 1925, col. 1564-1571; Franke, 2000, p. 40-44.

    legio V Alaudae31 : à Xanten, de 9 après J.-C. à 69.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 32 Ritterling, 1925, col. 1598-1614.

    legio VI Victrix32 : à Neuss, de 71 à 93 ; à Xanten, de 93 à 120.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 33 Ritterling, 1925, col. 1642-1664 ; Goguey, Reddé, 1995 ; Février, Le Bohec, 1999 ; Le Bohec, 2000, (...)

    legio VIII Augusta33 : à Mirebeau, sous les Flaviens ; à Strasbourg, de la fin des Flaviens au début du ive siècle.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 34 Ritterling, 1925, col. 1678-1690.

    legio X Gemina34 : à Nimègue, de 71 à 104.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 35 Ritterling, 1925, col. 1690-1705; Fellmann, 2000, p. 127-131.

    legio XI Claudia35 : à Windisch, de 71 à 101.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 36 Ritterling, 1925, col. 1710-1727.

    legio XIII Gemina36 : à Mayence, de 9 à 17 ; à Windisch, de 17 à 45/46.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 37 Ritterling, 1925, col. 1727-1747; Franke, 2000, p. 191-202.

    legio XIV Gemina37 : à Mayence, de 13 à 43 et de 71 à 92.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 38 Ritterling, 1925, col. 1758-1760; Le Bohec, 2000a, p. 69.

    legio XV Primigenia38 : à Xanten, de 42 à 70.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 39 Ritterling, 1925, col. 1761-1765.

    legio XVI Gallica39 : à Neuss, de 43 à 70/71.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 40 Ritterling, 1925, col. 1767-1768; Wiegels, 2000.

    legio XVII40 : à Neuss ou à Cologne, de 12 avant J.-C. à 9 après J.-C.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 41 Voir legio XVII.

    legiones XVIII et XIX41 : à Xanten, de 12 avant J.-C. à 9 après J.-C.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 42 Ritterling, 1925, col. 1769-1781.

    legio XX Valeria Victrix42 : à Cologne, de 9 à 35 ; à Neuss, de 35 à 43.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 43 Ritterling, 1925, col. 1781-1791; Bérard, 2000.

    legio XXI Rapax43 : à Xanten, de 9/10 à 43/45 apr. J.-C. ; à Strasbourg, en 43/45 ; à Windisch, de 45/46 à 70/71 ; à Bonn, de 70/71 à 83 ; à Mayence ( ?), de 83 à 89.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 44 Ritterling, 1925, col. 1797-1820; Franke, 2000, p. 95-104.

    legio XXII Primigenia44 : à Mayence, de 43 à 71 ; à Xanten, de 71 à 92 ; à Mayence, de 92 au début du ive siècle.

    • 24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; égal (...)
    • 45 Ritterling, 1925, col. 1821-1829; Le Bohec, 2000a, p. 71-74.

    legio XXX Vlpia45 : à Xanten, de 117 au début du ive siècle.

15Cette armée de Germanie était soumise à une hiérarchie connue. Ici, l’histoire militaire recoupe l’histoire générale, parce que la société militaire offrait une image déformée de la société civile : on y trouvait, mais dans des proportions différentes, des sénateurs, des chevaliers, des notables municipaux, des citoyens romains et des pérégrins, mais pas d’esclaves, même si les légions et les légionnaires pouvaient en posséder.

  • 46 Wesch-Klein, 2008, p. 248.
  • 47 Wesch-Klein, 2008, p. 248.

16Au sommet, l’empereur. Il pouvait se faire aider par le ou les préfets du prétoire ; ces derniers ne jouèrent pas un rôle militaire important au début de l’Empire, et ils ne furent étroitement associés aux grandes décisions que peu à peu. Mais ni les uns ni les autres ne vinrent en Germanie au début de l’Empire et, s’ils s’y rendirent par la suite, ce ne fut jamais pour de longs séjours. Sur le terrain, au début de la période, le commandement appartenait à un prince impérial, Drusus, Tibère, puis Germanicus, ou un légat impérial, général de l’ensemble de l’armée46, le plus connu de ces personnages étant le tristement célèbre Varus. Après le départ de Germanicus, on distingua deux armées, l’armée supérieure et l’armée inférieure47 ; chacune était commandée par un légat impérial propréteur, un ancien consul.

  • 48 Wesch-Klein, 2008, p. 249.
  • 49 Fellmann, 1992, p. 54; Wesch-Klein, 2008, p. 249-250.

17Au cours du ier siècle de notre ère, une Germanie se créa peu à peu sur la rive gauche du Rhin ; les grands légats y exerçaient tous les pouvoirs des gouverneurs et aucun légat de Belgique n’aurait osé pénétrer dans leur domaine. C’était une province de fait, et non de droit, que les modernes appellent souvent un « district militaire »48. Sous Domitien, à la fin du ier siècle, à une date qui n’est pas connue avec précision (sans doute vers 83/84 ou 84/85), furent créées simultanément deux provinces49, Germanie supérieure et Germanie inférieure, calquées sur le modèle des armées : le légat d’armée fut en même temps légat de province. Dans le même temps, la région comprise entre les cours supérieurs du Rhin et du Danube fut annexée ; elle est connue sous le nom de Champs Décumates, et cette extension de la conquête se traduisit dans le paysage par la construction d’une nouvelle ligne de fortins.

18Les légats impériaux propréteurs de province, deux anciens consuls, avaient sous leurs ordres des personnages portant le même titre, légats impériaux propréteurs, mais plus modestement anciens préteurs, à raison d’un par légion. Le reste de la hiérarchie ne présente aucune originalité.

3. L’armée romaine : la hiérarchie

S : membre de l’ordre sénatorial
C : chevalier, membre de l’ordre équestre
∞ : unité milliaire
D : unité quingénaire

  • 50 Franke, 1991.
  • 51 Richier, 2004.

19On connaît un immunis à triple solde (triplicarius), mais il est unique..5051

Légions

Auxiliaires

Rang social

empereur

préfet du prétoire

légat d’armée (2)

legatus Augusti propraetore consularis exercitus (ou : provinciae) Germaniae Inferioris ou Superioris

S (ancien consul)

légat de légion
(de 8 à 4)50

legatus Augusti propraetore légionis N…

S (ancien préteur)

tribun laticlave

tribunus laticlauius

Futur questeur

préfet du camp

praefectus castrorum

C

tribun angusticlave

tribunus angusticlavius (5)

tribun (unités ∞)

tribunus

C

préfet (unité D)

praefectus

C

décurion

decurio

Notable municipal ou issu du rang

centurion51

centurio

centurion (10 ou 6)

centurio

Notable municipal ou issu du rang

dispensé de corvées

(~ sous-officier)

immunis

dispensé de corvées

(~ sous-officier)

immunis

Citoyen romain (auxiliaire : rarement pérégrin)

double solde

duplicarius

double solde

duplicarius

idem

une solde et 1/2

sesquiplicarius

une solde et 1/2

sesquiplicarius

idem

solde de base

simplaris

solde de base

simplaris

idem

simple soldat

miles, gregarius

simple soldat

miles

Citoyen romain ou pérégrin (auxiliaires)

recrue

tiro

recrue

tiro

idem

Ces tableaux nous permettent d’aborder la question des activités proprement militaires des armées de Germanie.

  • 52 Horsmann, 1991.

20Même s’il présente une grande importance pour comprendre l’efficacité de l’armée romaine en Germanie, l’exercice ne nous retiendra pas longtemps, parce qu’il n’y présentait aucune originalité. On relèvera toutefois que, dans le monde des Anciens, deux États seulement imposaient un entraînement à leurs soldats, la Chine et Rome. Rappelons donc que les hommes pratiquaient du sport, s’adonnaient à des exercices militaires individuels (maniement d’armes) et collectifs (manœuvres en unités constituées)52.

La tactique mérite davantage de commentaires.

  • 53 Speidel, 2004.
  • 54 Brizzi, 2004, p. 18-19.

21Ici, il faut parler des Germains, redoutés, et pourtant pas redoutables aux ier et iie siècles53. Les Romains les craignaient pour deux raisons. D’une part, ils avaient de mauvais souvenirs : l’invasion des Cimbres et des Teutons à la fin du iie siècle avant notre ère et la bataille d’Orange en 105 avant J.-C. étaient restées présentes dans toutes les mémoires. Et, bien évidemment, le désastre du Teutoburg en 9 après J.-C. ajouta à la crainte. D’autre part, les Germains avaient une façon de combattre qui déroutait les Romains. Giovanni Brizzi a bien montré que, chez eux, « la folie mystique du guerrier (devenait) alors, en elle-même, la mesure de la faveur céleste »54. Bref, les Germains au combat se conduisaient comme des déments. Leur apparence, déjà, effrayait les Romains qui redoutaient ces grands hommes très forts, blonds aux yeux bleus (ces remarques se trouvent chez César comme chez Tacite). Ajoutez un comportement bizarre. Ils se laissaient pousser la barbe et la moustache (dans l’iconographie, le barbu c’est le barbare). Parfois, ils se peignaient le corps en blanc, pour mieux faire ressortir le sang des blessures ou pour ressembler à des fantômes ou, à notre avis, pour des raisons relevant de la magie. Avant le combat, ils dansaient et ils chantaient. Au cours de l’engagement, ils pouvaient abandonner leur cuirasse, quand ils en avaient une, car ils devaient prouver leur courage, cette valeur fondant en partie leur société.

22En réalité, ils n’auraient jamais dû susciter la crainte et, des deux grands désastres subis par les Romains, l’un au moins, le Teutoburg, s’explique par une grave faute du commandement : Varus n’aurait jamais dû accorder sa confiance à Arminius et il aurait dû envoyer des éclaireurs avant de s’engager dans la passe de Kalkriese. De fait, les Germains avaient un armement médiocre en qualité. Ils ne savaient pas organiser l’ordre de marche, ne savaient pas faire de camp, ils étaient souvent obligés de fuir, et ils se battaient en phalange contre la triplex acies des Romains. Ajoutons, pour faire oublier une erreur très répandue, qu’ils servaient normalement comme fantassins. Ils possédaient peu de cavalerie, certains peuples ignorant même les chevaux. Enfin, ils étaient assurément incapables de concevoir une quelconque stratégie, chacun n’ayant pour pire ennemi que son voisin.

  • 55 Rinaldi Tufi, 1988.

23Les Romains, eux, possédaient l’avantage dans les différents domaines. Ils utilisaient des armes plus efficaces, le gladius et le pilum55. Ils se battaient avec sang-froid, donc de manière plus rationnelle. Ils préféraient le siège, qui économise le sang, et pour lequel ils avaient mis au point de nombreuses machines et ils savaient faire des travaux pour passer sous le rempart de la ville ennemie, à travers ce mur ou encore par-dessus suivant les circonstances. Quand il fallait se battre en rase campagne, ils pouvaient recourir à divers dispositifs, le plus célèbre étant la triplex acies qui donnait une grande souplesse aux légions, qui leur permettait de s’écarter ou de se rapprocher suivant le terrain. Au besoin, ils pouvaient se ranger en phalange ou en coin. Ils connaissaient toutes les façons de se battre, bataille en milieu urbain, guérilla, également appelée de nos jours « petite guerre » ou « guerre asymétrique », bataille navale, etc.

  • 56 Keegan, 1976.
  • 57 Le Bohec dans Rivista Storica dell’ Antichità, 37, 2007, p. 153-166, et dans L’armée romaine dans l (...)

24Des recherches récentes ont été consacrées à ce qu’on appelle le « visage de la bataille » depuis les travaux d’un Britannique, John Keegan, qui avait voulu attirer l’attention sur les simples soldats, sur ce qu’ils ressentent quand ils sont face à l’ennemi56. Moi-même j’ai récemment cherché à approfondir ces réflexions qui étaient trop centrées sur des périodes plus proches de la nôtre, et seulement sur les soldats, car il a caricaturé l’Antiquité et il a oublié ce que devaient endurer les civils57. Les soldats ressentaient un mélange de sentiments qui les poussaient, les uns à aller vers l’arrière, à fuir, les autres à aller de l’avant ; peur surtout, mais aussi attrait du butin, sens de l’honneur, de la solidarité avec les camarades, désir de plaire au chef, haine de l’ennemi. Les civils étaient aussi concernés. Après une rencontre, tous les biens des vaincus, y compris leurs personnes, devenaient la propriété des vainqueurs. Une sinistre tétralogie se mettait en place : vols, viols, meurtres et incendies.

  • 58 Bogaers, Rüger, 1974; Horn, 1987; Planck, Beck, 1987; Okun, 1989; Heiligmann, 1990; Willems, Becher (...)

Quoi qu’il en soit, la tactique, art de remporter une bataille, n’a pour fonction que de servir une stratégie, art de remporter une guerre58.

  • 59 Forni, 1960, p. 1178-1181, 1184 et 1199.

25De 16 avant J.-C. à 9 après J.-C., l’armée romaine de Germanie était tout entière engagée dans l’offensive ; à partir du Teutoburg, elle fut totalement sur la défensive, ce qui ne l’empêchait pas de mener des opérations et des raids en territoire ennemi. Ce deuxième choix se traduisit sur le terrain par des travaux considérables, comprenant trois éléments, des défenses linéaires, des défenses ponctuelles et des routes59.

26Comme défenses linéaires, les Romains utilisèrent le cours inférieur du Rhin pour la Germanie Inférieure. Pour la Germanie Supérieure, afin de protéger les Champs Décumates, ils construisirent de longs murs. Ils étaient constitués par la trilogie traditionnelle (fig. 1, 2 et 4) : un profond fossé en V (fossa) avait été creusé en avant d’un talus de terre (agger), lui-même surmonté par une palissade en bois (vallum) ; de loin en loin, des tours devaient faciliter l’observation des mouvements d’ennemis potentiels. Peu à peu, le bois fut remplacé par la pierre. Un premier axe, d’époque flavienne, suivait la ligne Taunus-Wetterau-Main-Odenwald-Neckar ; un deuxième axe, plus oriental, est daté d’Antonin le Pieux. Les Allemands du Moyen Âge étaient tellement étonnés par l’immensité du travail qu’avaient dû demander ces constructions qu’ils ne pensaient pas qu’elles fussent de la main de l’homme et ils appelèrent cet ensemble « le mur du Diable ».

  • 60 Von Petrikovits, 1975 ; Reddé et al., 2006.
  • 61 Pour les références, voir, plus haut, le tableau « les légions de Germanie ».
  • 62 Des fouilles récentes ont révélé la présence de femmes et d’enfants dans un camp, à partir de trace (...)

27Les défenses ponctuelles60 étaient réparties entre des grands camps, prévus pour une ou plusieurs légions, et des petits camps conçus pour des détachements ou des unités auxiliaires. Si l’on peut mentionner brièvement les grands camps61, il est impossible, vu leur nombre, d’énumérer les petits camps ; nous renvoyons aux ouvrages généraux et aux cartes. Comme exemple de grand camp, nous pouvons présenter Neuss (fig. 3). Au centre se trouvaient les principia, cœur du camp (1), appelés parfois à tort praetorium ; ils étaient constitués par deux cours, une grande cour pour les rassemblements, une petite cour réservée aux affaires plus officielles et une série de salles (le cœur du cœur, la chapelle aux enseignes, au centre, et les bureaux de l’administration, des dépôts d’armes…). Les officiers étaient logés dans de vraies villas, du type domus (21, 23) ; on appelait praetorium celle qui était réservée au légat de légion (13). Les soldats et les centurions dormaient dans des chambrées (4, 8, 10, 11, 14, 16, 20, 22). Le camp, qui abritait 5000 hommes, était une vraie ville, mais une ville sans femmes, sans enfants, sans vieillards62. On y trouvait donc un atelier où les soldats réparaient leurs armes, la fabrica (2), des entrepôts ou horrea (3, 5, 6, 12, 15, 17), un hôpital ou valetudinarium (18) et des thermes (7, 19).

28Ce n’est pas le lieu ici de décrire le réseau viaire qui, en outre, ne présentait aucune particularité : il était constitué par une route parallèle à la frontière, par des axes reliant les postes, principaux et secondaires, à l’arrière, pour faciliter la logistique, l’approvisionnement, tandis que d’autres pénétraient en territoire ennemi pour renforcer la surveillance.

4. Les camps de légions

4. 1. Germanie Inférieure

    • 63 Forni, 1960, p. 1155-1156 ; Hanel, 1995 ; Reddé et al., 2006, p. 427-432.

    Xanten (Vetera)63 : XVIIIe et XIXe, de 12 avant J.-C. à 9 après J.-C. ; XXIeRapax, de 9/10 à 43/45 ; veAlaudae, de 9 à 69 ; XVePrimigenia, de 42 à 70 ; XXePrimigenia, de 71 à 92 ; vieVictrix, de 93 à 120 ; XXXeVlpia, de 117 au début du ive siècle.

    • 64 Forni, 1960, p. 1156 ; Haalebos, 2000 ; Reddé et al., 2006, p. 349-358.

    Nimègue (Noviomagus)64 : iie Adiutrix, en 70/71 ; XeGemina, de 71 à 104.

    • 65 Forni, 1960, p. 1157 ; Chantraine, 1984 ; Reddé et al., 2006, p. 340-344.

    Neuß ou Neuss (Novaesium)65 : XVIIe ( ?), de 12 avant J.-C. à 9 après J.-C. ; XXeValeria Victrix, de 35 à 43 ; XVIeGallica, de 43 à 70/71 ; vieVictrix, de 71 à 93.

    • 66 Forni, 1960, p. 1157-1158 ; Gregarek, 2001 ; Reddé et al., 2006, p. 251-254.

    Cologne (Colonia Agrippinensium)66 : XVIIe ( ?), de 12 avant J.-C. à 9 après J.-C. ; XXeValeria Victrix, de 9 à 35.

    • 67 Forni, 1960, p. 1156 ; Reddé et al., 2006, p. 234-236.

    Bonn (Bonna)67 : Ie (Germanica), des environs de 35 aux environs de 70/71.

4. 2. Germanie Supérieure

    • 68 Forni, 1960, p. 1172-1173; Büsing, 1982; Reddé et al., 2006, p. 324-329.

    Mayence (Mogontiacum)68 : iie Auguste et XIIIeGemina ( ?), de 9 à 17 ; XIVeGemina, 13 à 43 ; iveMacedonica et XXIIePrimigenia, de 43 à 71 ; IeAdiutrix, de 71 à 86 ; XIVeGemina, de 71 à 92 ; XXIeRapax, de 83 à 89 ( ?) ; XXIIePrimigenia, de 92 au début du ive siècle.

    • 69 Forni, 1960, p. 1173-1174 ; Baudoux et al., 2002 ; Reddé et al., 2006, p. 386-391.

    Strasbourg (Argentorate)69 : iie Auguste, de 17 à 43 ; XXIeRapax, de 43 à 45/46 ; viiie Auguste, de la fin du règne de Domitien au début du ive siècle.

    • 70 Forni, 1960, p. 1174-1176 ; Meyer-Freuler, 1989 ; Speidel, 1996 ; Reddé et al., 2006, p. 422-426.

    Windsich (Vindonissa)70 : XIIIeGemina, de 16/17 à 45/46 ; XXIeRapax, de 45/46 à 71 ; XIeClaudia, de 71 à 101.

    • 71 Goguey, Reddé, 1995 ; Reddé et al., 2006, p. 331-335.

    Mirebeau71 (ce site n’était peut-être pas en Germanie ; nom ancien inconnu) : viiie Auguste, sous les Flaviens, jusqu’à la fin du règne de Domitien

  • 72 Luttwak, 2009.
  • 73 Isaac, 1989.
  • 74 Loreto, 2006.

29Nous avons employé sans précautions le mot « stratégie ». Mais un débat a partagé les spécialistes. Un Américain, Edward Luttwak, avait consacré un livre à La grande stratégie de l’empire romain72. Il a été très attaqué, pour des raisons qui ne sont pas toutes scientifiques, et l’on est allé jusqu’à dénier aux Romains la possibilité d’une quelconque stratégie ; l’expression la plus radicale de ces critiques se trouve dans un article de l’Israélien Benjamin Isaac73. Pour des raisons strictement opposées, Edward Luttwak a été très défendu, notamment par Luigi Loreto, dans un ouvrage qui n’est pas sans humour74. Il est amusant de voir que beaucoup des partisans et des adversaires ne se sont pas demandé ce que signifiait l’expression « grande stratégie ». Elle a été inventée par Sir Basil Liddell Hart pour désigner une stratégie qui prend en considération les facteurs économiques et démographiques. Il est évident, d’une part, qu’aucun empereur romain ne disposait des instruments d’information que peuvent utiliser les états-majors modernes ; d’autre part, que n’importe quel prince possédait assez de culture et un assez bon service de renseignements pour ne pas lancer ses troupes complètement à l’aveuglette. C’est pourquoi nous avons proposé de parler d’une « petite stratégie ».

30Grande ou petite, cette stratégie pose encore deux problèmes, et d’abord dans le domaine du vocabulaire. Les modernes désignent la trilogie défenses linéaires-défenses ponctuelles-routes par le terme de « limes ». Tous les quatre ans se tient un congrès « du limes », et l’on ne compte plus les travaux consacrés au « limes ». Pourtant, si vous aviez parlé à Auguste ou à Trajan du « limes », ils ne vous auraient pas compris. En effet, ce mot désignait un sentier à travers la forêt. Il ne prit un sens militaire que dans des textes tardifs et peu nombreux, dans lesquels il a été appliqué à des secteurs défensifs, mais d’ampleur très limitée : on peut, par exemple, trouver une mention du limes de Rétie, mais jamais du « limes » tout court.

31La question de la frontière est le deuxième point qui a cristallisé l’attention des historiens, et, comme on sait, beaucoup de livres lui ont été consacrés. On a fait remarquer que le Rhin ne fut pas une limite infranchissable pour les peuples, les marchandises, les idées et les religions : des Germains s’étaient installés sur la rive gauche et des Gaulois étaient restés sur la rive droite. Certes et ce n’est pas le lieu, ici, de reprendre un ample dossier. Nous ferons simplement remarquer que, du point de vue militaire, un fleuve, surtout large, profond et rapide, était, est et sera toujours un solide obstacle, dont le franchissement est périlleux. Le Rhin a donc joué le rôle de frontière militaire.

Ce système défensif - cette frontière militaire - servit aussi bien contre les ennemis du dehors que contre les ennemis de l’intérieur. C’est ce que montre son histoire après le drame du Teutoburg.

  • 75 Le Bohec, 2007, p. 139-165 et 504.
  • 76 Tassaux et al., 1983 et 1994 ; Tronche, 1994 ; Reddé et al., 2006, p. 205-207 et 369-370 ; Le Bohec (...)

32En 21, poussés par un endettement exceptionnel et grave, par le désir de libertas et par l’irrésolution de Tibère, quatre peuples de Gaule entrèrent en rébellion75. Il ne faut pas prendre libertas au sens de liberté : ce mot désigne avant tout le bon fonctionnement des institutions et les révoltés demandaient surtout une plus grande courtoisie de la part des gouverneurs ; ils ne pensaient pas à une quelconque indépendance « à la Vercingétorix « . L’histoire militaire permet de mesurer l’ampleur de la révolte et, peut-être, l’importance des peuples concernés. En effet, il ne fallut pas plus de 500 hommes à chaque fois pour réduire les Andes et les Turons (une cohorte), et autant pour les Trévires de Florus (une aile). En revanche, contre les 40 000 hommes qu’avait rassemblés l’Éduen Sacrovir il fallut aligner près de 20 000 soldats. La bataille d’Autun montra la supériorité des légionnaires de la Germanie sur les civils de la Gaule. Une conséquence de cette insurrection, qui a échappé à beaucoup d’observateurs, fut l’installation de troupes en arrière de la frontière militaire pour surveiller les vaincus et les punir, car ils devaient assurer l’entretien de leurs geôliers. Une partie des camps anciens repérés en Gaule devaient appartenir à ce système ; ils se trouvaient à Aulnay en Saintonge, Arlaines, Chalon-sur-Saône et Eysses76 (en revanche, il n’y a jamais eu de camp à Néris, sauf d’après des écrits mal informés).

33La période qui va de 21 à la fin du ier siècle vit les Romains conduire plusieurs raids contre des peuples de Germanie. En 28, ils attaquèrent les Frisons. Au temps de Caligula, ils reprirent aux Chauques la dernière aigle de Varus qui restait entre leurs mains. Les années 42/43 virent de grandes transformations : pour mener à bonne fin la conquête de la Bretagne, les légions rhénanes furent sérieusement mises à contribution, ce qui se manifeste dans les mouvements de légions qui sont mentionnés dans les tableaux proposés ci-dessus. Les Chattes furent agressés par les Romains en 41 et 50 (ils furent aussi en conflit avec les Hermondures qui leur firent une vraie guerre en 58). Entre temps, en 47, Corbulon avait organisé une expédition contre les Frisons et contre les Chauques.

  • 77 Le Bohec, 2007, p. 166-180 et 504.

34Dans les années 68-70 se plaça un épisode très connu et très important, non seulement pour les Germanies, mais pour l’Empire77. Il montre une fois de plus que l’histoire militaire rejoint parfois l’histoire générale, l’histoire politique dans le cas présent. L’armée de Germanie pouvait intervenir comme soutien du prince ou comme agent de coups d’État ; elle révéla « le secret de l’Empire » : on pouvait faire un prince ailleurs qu’à Rome.

35Les sénateurs, excédés par la politique de Néron, qui leur était hostile, complotèrent et le gouverneur de Lyonnaise, Vindex, se révolta le premier. Mais il fut vaincu par les légions de Germanie et tué. Galba prit pourtant le pouvoir à Rome avec l’accord de l’illustre assemblée. Or le parti néronien était encore puissant, tellement puissant qu’il pouvait proposer deux candidats, Othon, soutenu par les prétoriens et Vitellius, par l’armée de Germanie Inférieure. Celle-ci l’emporta à la bataille de Bédriac (14 avril 69). Plusieurs peuples de Gaule et de Germanie se révoltèrent alors. Le Batave Civilis, en réalité un chevalier qui voulait prendre parti dans la guerre civile, s’allia aux Trévires Tutor et Classicus, qui appartenaient au même milieu que lui ; dans le même temps, le Lingon Sabinus, autre riche Gaulois, se soulevait lui aussi (il prétendait descendre de César par la main gauche, ce qui prouve bien qu’il ne se dressait pas contre Rome). Ces personnages, pas plus que les insurgés de 21, ne recherchaient une quelconque indépendance. Ils voulaient simplement profiter des circonstances pour obtenir plus d’autonomie, plus de pouvoir : Civilis, après avoir affirmé qu’il soutenait Galba, se conduisit en partisan de Vespasien. Mais les Germains profitèrent de la circonstance, constituèrent une ligue et pillèrent Mayence. Les Séquanes, sans attendre l’arrivée des légions, écrasèrent les Lingons, ce qui dut leur rappeler le bon vieux temps de l’indépendance, celui où les Gaulois s’entretuaient avec beaucoup de plaisir. Cerialis, depuis Vindonissa, et le célèbre Frontin marchèrent sur les insurgés et l’ordre fut rétabli, surtout après une victoire de Cerialis. Le camp de Mirebeau, à quelque 25 kilomètres de Dijon, abrita pendant environ 25 ans la viiie légion Auguste, sans doute à la fois pour punir et surveiller les Lingons.

  • 78 Fellmann, 1992, p. 53.

36De 83 à 85, un autre grand conflit opposa les Romains aux Chattes78 ; c’est vers cette époque, peu après sans doute, que les deux provinces de Germanie furent créées, succédant aux pseudo « districts militaires » des historiens. La mutinerie du légat Saturninus à Mayence, en 88/89, ne perturba pas profondément le bon fonctionnement des armées et, en 92/93, les Quades et les Marcomans, proches du Danube, furent à leur tour attaqués.

  • 79 Kerneis, 1998, p. 56-105.

37Le siècle des Antonins (96-192), le siècle de « la paix romaine », s’ouvre sur deux événements : la présence de Trajan comme gouverneur de Germanie Supérieure et la parution de La Germanie de Tacite. Trajan reçut d’ailleurs en 97 le titre de « Germanique », vainqueur des Germains, pour une entreprise qui n’eut sans doute pas une bien grande ampleur. Le reste de cette période ne vit pratiquement aucun désordre ; les Romains en profitèrent pour renforcer discrètement et sans interruption leur dispositif stratégique ; ils aménageaient leurs constructions et installaient de nouvelles troupes, notamment des numeri de Bretons à l’est de la frontière79.

  • 80 Le Bohec, 2007, p. 181-188 et 504.

38Sous Commode, la Germanie et plus encore la Gaule furent troublées par une conséquence indirecte des guerres danubiennes de Marc Aurèle80. Des déserteurs, des vétérans appauvris, des chômeurs, des paysans ruinés et des criminels se regroupèrent sous l’autorité d’un certain Maternus. Ils menèrent une entreprise connue sous le nom de « guerre des déserteurs » et ils osèrent assiéger Strasbourg, que défendait la viiie légion Auguste. Puis ils se dirigèrent vers le sud, et Maternus conçut le projet fou de s’emparer de Rome en 185/186 (ou 185/188). Leur troupe fut alors anéantie. Nous avons mis en rapport avec cette entreprise une inscription de Saint-Rémy-de-Provence (Glanum) qui n’est pas datée et avait été indûment attribuée à l’époque de César.

39L’histoire militaire stricto sensu ne peut pas être comprise si l’on fait abstraction de l’histoire militaire lato sensu ; elle enrichit l’étude de l’économie, de la société, de l’urbanisation, de la culture et des religions. La place manquant pour tout dire, nous nous bornerons à l’essentiel.

  • 81 Kissel, 1995 ; livre écrit pour l’Orient, mais également valable pour l’Occident.
  • 82 Remesal Rodríguez, 1997 ; sur le vin : Remesal Rodríguez, Revilla-Calvo, 1991 ; à ne pas manquer : (...)

40Du point de vue de l’économie, il faut prendre en compte plusieurs éléments et d’abord la logistique81. Toute armée a besoin d’un équipement, de bois, de fer, de cuir, de textile.… Elle doit aussi se nourrir (une légion consommait 180 hl de blé pour six jours, du vin, bon ou mauvais comme la célèbre posca) et l’on sait que l’huile de Bétique a largement arrosé les plaines des Germanies82. Par ailleurs, les soldats reçoivent des salaires, élément essentiel d’un moteur qui meut un système monétaire : les civils, producteurs, deviennent des contribuables ; ils paient des impôts qui sont transformés en soldes ; les soldats, salariés, se transforment en acheteurs auprès des mêmes civils. Cette manne attire des civils, femmes en quête de maris, paysans soucieux de protection, artisans et commerçants à la recherche de débouchés, organisateurs de loisirs divers et en général peu raffinés. Ainsi se crée une zone militaire.

  • 83 Haalebos, 1997; Somer, 1997; Kern, 1998.
  • 84 Haensch, 1997; Bedon, 1999, ch. II.

41En ce qui concerne l’urbanisme, on sait bien que chaque camp, attirant des civils, provoquait la naissance d’une agglomération, d’abord sans statut, puis appelée par les autorités vicus ou canabae83, et qui pouvait devenir municipe, voire colonie (fig. 3)84.

  • 85 Garcia y Bellido, 1996 et 2004.

42La hiérarchie, évoquée plus haut, et ces agglomérations nous conduisent à parler d’un autre aspect de l’histoire militaire intéressant la société, il s’agit du recrutement. Du point de vue juridique, on sait que seuls les citoyens romains pouvaient servir comme légionnaires ; beaucoup d’entre eux sont entrés dans les auxiliaires qui ont toutefois toujours recruté des pérégrins. La question des origines géographiques, source de brassage de populations, a aussi retenu l’attention. On voit que les Italiens ont été nombreux au ier siècle et que leur nombre a lentement décliné au profit des Gaulois et, surtout, des Germains. La présence d’Ibères85 s’explique par des transferts d’unités et celle d’Orientaux sans doute par des renforts destinés à combler des pertes, à la suite de campagnes menées dans cette partie de l’empire.

5. Le recrutement

5. 1. Par légions86

  • 86 Forni, 1992, p. 116-141 ; Bruun, 1993.

43N’ont été pris en compte que les séjours dans l’une ou l’autre des Germanies ; pour certaines légions, aucune information n’est disponible. Il faut aussi tenir compte du hasard des découvertes et de l’inégale durée des périodes.

  • 87 En réalité, les données sont très rares pour la période qui s’ouvre avec le règne de Caracalla (211 (...)
  • 88 Forni, 1992, p. 135 : XIII Gemina, par erreur.

It : Italiens
Gaul : Gaulois (y compris ceux des provinces des Alpes)
Ger : Germains
Oc : autres Occidentaux
Or : Orientaux8788

Unités

Auguste-Caligula

Claude-Néron

Vespasien-Trajan

Hadrien-fin iiie siècle87

I (Germanica)

5 It + 7 Gaul

1 Gaul

I Adiutrix

3 It + 1 Oc + 1 Or

I Mineruia

2 It + 2 Gaul
+ 1 Ger + 1 Oc

6 Gaul + 9 Ger
+ 2 Oc + 5 Or

II Adiutrix

9 It + 3 Gaul + 1 Ger + 7 Oc + 1 Or

II Augusta

2 Gaul

IV Macedonica

9 It + 17 Gaul
+ 13 Oc

V Alaudae

2 It + 1 Or

1 It + 1 Gaul

VI Victrix

1 It + 1 Gaul + 1 Oc

VIII Augusta

3 It + 2 Gaul
+ 1 Or

3 Gaul + 4 Ger
+ 2 Oc + 1 Or

X Gemina

6 It + 4 Gaul + 1 Ger + 6 Oc + 1 Or

XI Claudia

14 It + 4 Gaul
+ 1 Oc + 4 Or

XIII Gemina

7 It + 1 Gaul
+ 4 Oc

XIV Gemina 88

30 It + 7 Gaul

14 It + 11 Gaul +

5 Ger + 5 Oc + 1 Or

XV Primigenia

6 It + 5 Gaul

XVI Gallica

XX Valeria Vic.

17 It

XXI Rapax

9 It + 4 Gaul

4 It + 2 Gaul
+ 1 Oc

1 Gaul + 1 Oc

XXII Primigenia

21 I + 9 Gaul 1 Oc

1 It + 1 Gaul
+ 1 Ger + 3 Oc

12 Gaul + 19 Ger
+ 5 Oc + 10 Or

XXX Vlpia

9 It + 9 Gaul + 10 Ger
+ 3 Oc + 7 Or

5. 2. Le recrutement : tableau général

Auguste-Caligula

Claude-Néron

Vespasien-Trajan

Hadrien-fin iiie siècle

Totaux

Italiens

63

48

53

1

165

Gaulois

18

38

29

30

115

Germains

9

42

51

autres Occidentaux

19

26

12

57

Orientaux

1

10

23

34

Totaux

82

105

127

108

422

  • 89 Eck, 2007 ; notre article sur ce débat à paraître dans la REL, 2009.

44Les mouvements de populations avaient cependant peu d’impact culturel sur les soldats : les légionnaires, citoyens romains, fiers de l’être, servaient de modèle dominant aux auxiliaires pérégrins. Le statut juridique individuel s’accompagnait d’un fort attachement à la romanité, toutefois sous ses aspects les plus vulgaires : près des camps, on a trouvé plus d’amphithéâtres que de bibliothèques (nous préférons parler de romanité que de romanisation)89. Mais ces hommes parlaient latin, faisaient la cuisine à l’huile, recouraient au droit romain…

45Le domaine des religions pratiquées par les militaires devrait être mieux connu sous peu, après la parution des actes du 4e congrès de Lyon sur l’armée romaine, L’armée romaine et la religion sous le Haut-Empire, sous presse. Les soldats honoraient les dieux locaux parce que ces dieux étaient les maîtres du pays dans lequel ils vivaient. En tant que citoyens romains, ils attachaient une grande importance aux protecteurs traditionnels de leur patrie, en particulier à la triade capitoline. S’ils n’ont pas laissé beaucoup de preuves de leur attachement au culte impérial, c’est parce qu’ils étaient saturés de ses rites au cours de cérémonies officielles. Quant aux cultes orientaux, ils les choisissaient avec soin, préférant de beaucoup Mithra à Isis qu’ils n’ont jamais aimée. Enfin, les soldats, surtout en Occident, n’ont pas été très séduits par le christianisme, et ils se rangeaient plus volontiers dans le camp des persécuteurs que dans celui des persécutés.

46On comprendra que la prospérité et la romanité des Germanies devaient beaucoup à l’armée. On peut se demander si, s’agissant de la Rhénanie actuelle, l’originalité de la culture de ces régions n’est pas un héritage du temps des légions.

Haut de page

Bibliographie

Il est évidemment impossible d’écrire l’histoire militaire des Germanies sans recourir aux travaux rédigés en langue allemande. À l’intention de nos étudiants, nous avons ajouté le plus possible de titres en français ; plusieurs, hélas, sont dépassés.

Alföldy, G., 1968, Die Hilfstruppen der römischen Provinz Germania Inferior, Epigraphische Studien, 6, 238 p.

Alföldy, G., 1987, Römische Heeresgeschichte, Beiträge 1962-1985, Coll. Mavors, 3, Amsterdam, XII-575 p.

Alföldy, G., 2004, Marcus Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus, REMA, 1, p. 45-62.

Baatz, D., (1975) 2000, Der römische Limes. Archäologische Ausflüge zwischen Rhein und Donau, 4e édit., Berlin, 364 p.

Baudoux, J. et al., 2002, Strasbourg, Carte archéologique de la Gaule, 67, 2, Paris, 586 p.

Becker, Th. et al., édit., 2006, Die Niederrhein zwischen Xanten und Nijmegen, Führer zu archäologischen Denkmälern in Deutschland, 47, Stuttgart, 320 p.

Bedon, R., 1999, Les villes des trois Gaules de César à Néron dans leur contexte historique, territorial et politique, 393 p.

Bérard, F., 2000, La légion XXIe Rapax, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 49-67.

Bogaers, J. E. et Rüger, C. B., 1974, Der Niedergermanische Limes. Materialen zu seiner Geschichte, Kunst und Altertum am Rhein, 50, Cologne, 251 p. -107 fig.

Brizzi, G., 2004, Le guerrier de l’Antiquité classique, de l’hoplite au légionnaire, trad. fr., Paris-Monaco, 258 p.

Bruun, C., 1993, Berichtigungsliste to G. Forni’s posthumous new List of the provenance of Roman Legionaries, Arctos, 27, p. 11-18.

Büsing, H., 1982, Römische Militärarchitektur in Mainz, Röm.-Germ. Forsch., 40, Mayence, VIII - 497 p. - 36 fig.

Carroll-Spillecke, M., 2001, Romans, Celts and Germans. The German Provinces of Rome, Stroud, 160 p.

Chantraine, H. (éd.), 1984, Das Römische Neuss, Stuttgart, 192 p.

Clementoni, G., 1990, Germanico e i caduti di Teutoburgo, Dulce et decorum est pro patria mori. La morte in combattimento nell’antichità, dans M. Sordi (éd.), CISA, 16, p. 197-206.

Colin, J., 1927, Les antiquités romaines de la Rhénanie, Paris, VI-296 p.

Cüppers, H. (éd.), 1983, Die Römer am Mosel und Saar, Zeugnisse der Römerzeit in Lothringen, in Luxemburg, im Raum Trier und im Raum Saarland, Mayence, 360 p. - 346 pl.

Doppelfeld, O. (éd.), 1967, Die Römer am Rhein, Katalog der Ausstellung des röm.-germ. Museums Köln, Cologne, 371 p. -128 -16 pl.

Eck, W., 2000, Die Legio I Minervia. Militärische und zivile Aspekte ihrer Geschichte im 3. Jh. n. Chr., dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 87-93.

Eck, W., 2007, La romanisation de la Germanie, trad. fr., Paris, 104 p.

Eck, W. et Pangerl, A., 2004, Neue diplome für die Heere von Germania superior und Germania inferior, ZPE, 148, p. 259-268.

Eck, W. et Paunov, E. I., 1997, Ein neues Militärdiplom für die Auxiliartruppen von Germania inferior aus dem Jahr 127, Chiron, 27, p. 335-354.

Eck, W., MacDonald, D. et Pangerl, A., 2002, Militärdiplome zur Geschichte der Provinz Germania Inferior, KJ, 35, p. 227-236.

Farnum, J. H., 2006, The Positioning of the Roman Legions, BAR, 1458, Oxford, 121 p.

Fellmann, R., 1992, La Suisse gallo-romaine, Lausanne, 470 p.

Fellmann, R., 2000, Die 11. Legion Claudia Pia Fidelis, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 127-131.

Février, S. et Le Bohec, Y., 1999, La viiie légion Auguste et Langres (Haute-Marne, France), AKB, 29, 2, p. 257-259.

Filtzinger, P., Planck, D. et Caemmerer, B., 1986, Die Römer in Baden-Württemburg, 3e édit., Stuttgart-Aalen, 732 p.-76 pl.

Forni, G., 1960, s. v. Limes, dans E. De Ruggiero, Dizionario epigrafico, 4, fasc. 36-38, p. 1151-1199.

Forni, G., 1992, Esercito e marina di Roma antica, Coll. Mavors, 5, Stuttgart, 480 p.

Franke, Th., 1991, Die Legionslegaten der römischen Armee in der Zeit von Augustus bis Traian, Bochum, 2 vol. , 692 p.

Franke, Th., 2000, Legio V Alaudae, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 39-48 ; Legio XIV Gemina, ibidem, p. 191-202 ; Legio XXII Primigenia, ibidem, p. 95-104.

García y Bellido, M. P., 1996, Las monedas hispanicas de los campamentos del Lippe. Legio Prima (antes Augusta) en Oberaden ? Boreas, 19, p. 247-260.

García y Bellido, M. P., 2004, Las legiones hispánicas en Germania. Moneda y ejército, Anejos de Gladius, 6, Madrid, 354 p.

Goguey, R. et Reddé, M. (éd.), 1995, Mirebeau, RGZM, M, 36, Mayence, 380 p.-48-XVI pl.

Gregarek, H., 2001, Denkmäler aus dem Militärareal der germanischen Flotte in Köln-Marienburg, KJ, 34, p. 539-612.

Grünewald, Th. (éd.), 2001, Germania Inferior. Besiedlung, Gesellschaft und Wirtschaft an der Grenze der römisch-germanischen Welt, Berlin-New York, IX-572 p.

Grünewald, Th. et Seibel, O. (éd.), 2003, Kontinuität und Diskontinuität. Germania inferior am Beginn und am Ende der römischen Herrschaft, Berlin-New York, XVI-435 p.

Haalebos, J. K., 1997, Die Canabae der Legio X Gemina in Nijmegen, Pro Vindonissa, p. 33-40.

Haalebos, J. K., 2000, Römische Truppen in Nijmegen, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 465-489.

Haensch, R., 1997, Capita provinciarum: Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit, Kölner Forschungen, 7, Mainz, 863 p.

Hanel, N. (éd.), 1995, Vetera. 1, Die Funde aus den römischen Lagern auf dem Fürstenberg bei Xanten, Rheinische Ausgrabungen, 35, Cologne-Bonn, 2 vol. , VII-763, IX-352 p.-169 pl.

Heiligmann, J., 1990, Der Alb-Limes: ein Beitrag zur römischen Besetzungsgeschichte Südwestdeutschlands, Forsch. & Ber. zur Vor- & Frühgesch. in Baden-Württemberg, 35, Stuttgart, 330 p.-159 pl.-233 ill.

Höckmann, O., 1998, Das Lager Alteburg, die germanische Flotte und die römische Rheinschiffahrt, KJ, 31, p. 317-350.

Horn, H. G., 1987, Die Römer in Nordrhein -Westfalen, 720 p. – 559 pl. - 24 pl. coul.

Horsmann, G., 1991, Untersuchungen zur militärischen Ausbildung im republikanischen und kaiserzeitlichen Rom, Wehr-wiss. Forsch., Abt. militärgesch. Stud., 35, Boppard, XI-260 p.

Isaac, B., 1989, Luttwak Grand Strategy and the Eastern Frontier of the Roman empire, dans Eastern frontier of the Roman Empire, p. 231-234.

Johne, K.-P., 2006, Die Römer an der Elbe, Berlin, 347 p.

Keegan, J., 1976, The Face of Battle, Londres, 354 p., titre mal traduit par Anatomie de la bataille, 1993, Paris, 324 p.

Kern, E., 1998, Le uicus des canabae : la problématique du faubourg de Strasbourg-Koenigshoffen, Caesarodunum, 32, p. 201-215.

Kerneis, S., 1998, Les Celtiques, Clermont-Ferrand, 356 p.

Kissel, Th., 1995, Untersuchungen zur Logistik des römischen Heeres in den Provinzen des griechischen Ostens, 27 v. Chr.-235 n. Chr., St Katharinen, XI-405 p.

Koepp, F. et Drexel, F., 1924-1928, Germania romana, Bamberg, 2e édit., 240 p.-909 fig.-209 pl.

Konen, H. Cl., 2000, Classis Germanica: die römische Rheinflotte im 1.-3. Jahrhundert n. Chr., Pharos, 15, St. Katharinen, V-578 p.-ill.

Kühlborn, J., 1989, Zur Geschichte der augusteischen Militärlager in Westfalen, 2000 Jahre Römer in Westfalen, édit. Trier, B., Mayence, p. 9-17.

Le Bohec, Y., 1999a, L’armée romaine en Gaule à l’époque de Tibère, repris dans Mavors, 14, 2007, p. 139-165 et 504.

Le Bohec, Y., 1999b, Les milites glanici : possibilités et probabilités, repris dans Mavors, 14, 2007, p. 181-188 et 504.

Le Bohec, Y., 2000a, Legio XV Primigenia, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 69 ; Legio XXX Vlpia, ibidem, p. 71-74 ; Legio I Mineruia (ier-iie siècles), ibidem, p. 83-85.

Le Bohec, Y., 2000b, Les estampilles sur briques et tuiles et l’histoire de la viiie Légion Auguste, dans La brique antique et médiévale, Colloque de l’ÉNS-Saint-Cloud, Coll. de l’ÉFR, 272, Paris-Rome, p. 273-284.

Le Bohec, Y., 2002a, L’armée romaine et le maintien de l’ordre en Gaule (68-70), repris dans Mavors, 14, 2007, p. 166-180.

Le Bohec, Y., 2002b, L’armée romaine sous le Haut-Empire, 3e édit., Paris, 292 p.

Le Bohec, Y., 2007, L’armée romaine en Afrique et en Gaule, Coll. Mavors, 14, Stuttgart, 514 p.

Le Bohec, Y., 2008, La « bataille » du Teutoburg, 9 après J.-C., Nantes, 61 p.-XIV pl.

Le Bohec, Y. et Wolff, C. (éd.), 2000, Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , 754 p. ; voir Wolff, C., 2003.

Loreto, L., 2006, Per la storia militare del mondo antico, Naples, 257 p.

Luttwak, E., 2009, La grande stratégie de l’empire romain, trad. fr. Pagès B. et J., 2e édit., Paris, 468 p.

Meyer-Freuler, C., 1989, Das Praetorium und die Basilika von Vindonissa. Die Ausgrabungen im südöstlichen Teil des Legionslagers, Pro Vindonissa, 9, 222 p.

Okun, M. L., 1989, The early Roman Frontier in the Upper Rhine Area. Assimilation and acculturation on a Roman Frontier, BAR, 547, Oxford, 297 p.

Planck, D. et Beck, W., 1987, Der Limes in Südwestdeutschland. Limeswanderweg Main-Rems-Wörmitz, 2e édit., Stuttgart, 156 p.-134 fig.

Planck, D. (éd.), 2005, Die Römer in Baden-Württemberg, 400 p.-450 ill.

Rabold, B., Schallmayer, E. et Thiel, A., 2000, Der Limes. Die deutsche Limes-Strasse vom Rhein bis zur Donau, Stuttgart, 160 p.-200 ill.

Reddé, M., 2000, Legio VIII Augusta, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 119-126.

Reddé, M. et alii (éd.), 2006, L’architecture de la Gaule romaine, Les fortifications militaires, Paris-Bordeaux, 477 p.

Reddé, M. et von Schnurbein, S. (éd.), 2008, Alésia et la bataille du Teutoburg, Beihefte der Francia, 66, Paris-Ostfildern, 347 p.

Remesal Rodríguez, J., 1997, Heeresversorgung und die wirtschaftlichen Beziehungen zwischen der Baetica und Germanien. Materialen zu einem Corpus der in Deutschland veröffentlichten Stempel auf Amphorem der Form Dressel 20, Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 42, Stuttgart, 271 p.

Remesal Rodríguez, J. et Revilla-Calvo, V., 1991, Weinamphoren aus Hispania Citerior und Gallia Narbonensis in Deutschland und Holland, FBW, 16, p. 389-439.

Richier, O., 2004, Centuriones ad Rhenum [en français], Gallia romana, 6, Paris-Nancy, 773 p.

Rinaldi Tufi, S., 1988, Militari romani sul Reno. L’iconografia degli « Stehende Soldaten » nelle stele funerarie del I secolo d.C., Archaeologica, 92, Rome, 93 p. - 27 pl.

Ritterling, E., 1925, s.v. Legio, RE, 12, 2, col. 1211-1829.

Schlüter, W., 1993, Kalkriese. Römer in Osnabrücker Land, Osnabrück, 322 p.

Schlüter, W. et Wiegels, R. (éd.), 1999, Rom, Germanien und die Ausgrabungen von Kalkriese, Osnabrück, 740 p.

Schmidt, M., 2004, Germanien und Rom, vom Ende des gallischen Krieges bis zum Ende des weströmischen Kaiserreiches, Francfort, X-757 p.

Schmidt, M., 2006, Der Donau- und raetische Limes in Süddeutschland, Francfort, III-692 p.

Somer, C. S., 1997, Kastellvicus und Kastell: Modell für die Canabae legionis? Pro Vindonissa, p. 41-52.

Speidel, M. A. (éd.), 1996, Die Römischen Schreibtafeln von Vindonissa. Lateinische Texte des militärischen Alltags und ihre geschichtliche Bedeutung, Pro Vindonissa, 12, Brugg, 271 p.-ill.

Speidel, M. P., 2004, Ancient Germanic Warriors, Londres, XIV-313 p.

Tassaux, D. et al., 1983 et 1994, Aulnay-de-Saintonge : un camp augusto-tibérien en Aquitaine, I, Aquitania, 1, p. 49-95, et II, Aquitania, 2, p. 105-157.

Tchernia, A., 2002, L’arrivée de l’huile de Bétique sur le limes de Germanie : Wierschowski contre Remesal, dans Vivre, produire et échanger. Reflets méditerranéens, Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac, p. 319-324.

Ternes, Ch.-M., 1972, La vie quotidienne en Rhénanie à l’époque romaine (ier au ive siècle), Paris, 339 p.

Tronche, P., 1994, Un camp militaire romain à Aulnay-de-Saintonge (Charente-Maritime), Aulnay, 62 p.

von Elbe, J., 1977, Roman Germany. A Guide to Sites and Museums, 2e édit., Mayence, 575 p.

von Petrikovits, H., 1960, Das römische Rheinland, Cologne.

von Petrikovits, H., 1975, Die Innenbauten römischer Legionslager während der Prinzipatszeit, Opladen, 227 p.-11 pl.

von Schnurbein, S., 1993, Les recherches archéologiques et les guerres germaniques d’Auguste, RA, p. 176-178.

Wesch-Klein, G., 2008, Provincia. Okkupation und Verwaltung der Provinzen des Imperium Romanum von der Inbesitznahme Siziliens bis auf Diokletian, Antike Kultur und Geschichte, 10, Zurich-Munster, 353 p.

Wiegels, R., 2000, Legiones XVII, XVIII, XIX, dans Y. Le Bohec et C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, Lyon, 2 vol. , p. 75-81.

Wiegels, R. (éd.), 2000, Die Fundmünzen von Kalkriese und die frühkaiserzeitliche Münzprägung, Osnabrücker Forschungen zur Altertum und Antike-rezeption, 3, Möhnesee, 258 p.-7 pl.

Willems, W. J. H. et Bechert, T., édit., 1995, Die Römische Reichsgrenze zwischen Mosel und Nordseeküste, Stuttgart, 120 p. – 119 ill.

Wolff, C., 2003, Les légions de Rome sous le Haut-Empire, 3, Index, Lyon, 193 p.

Haut de page

Annexe

Principales abréviations

(autres : voir Année Philologique)

AKB: Archäologisches Korrespondenzblatt

AW: Antike Welt

BAR: British Archaeological Reports

BRGK: Bericht der römisch-germanischen Kommission (des deutschen archäologischen Instituts)

CISA : Contributi dell’Istituto di storia antica dell’università del Sacro Cuore (Milan)

ÉFR : École française de Rome

FBW: Fundberichte aus Baden-Württemberg

KJ: Kölner Jahrbuch

RE: Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft

REL : Revue des Études latines

REMA : Revue des Études Militaires Anciennes

RGZM: Römisch-germanisches Zentralmuseum

ZPE: Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik

Haut de page

Notes

1 On nous pardonnera de renvoyer, pour une présentation de l’armée romaine, à Le Bohec, 2002, b ; sur les Germanies, on verra Koepp, Drexel, 1924-1928 ; Colin, 1927 (dépassé, mais en français) ; Doppelfeld, 1967 ; Ternes, 1972 (dépassé, mais en français) ; von Elbe, 1977 (en anglais, et utile pour commenter les sites) ; Cüppers, 1983 ; Filtzinger et al., 1986 ; Carroll-Spillecke, 2001 ; Grünewald, 2001 ; Grünewald, Seibel, 2003 ; Planck, 2005.

2 Schmidt, 2004.

3 Johne, 2006, p. 191.

4 Johne, 2006, p. 191.

5 Fellmann, 1992, p. 18-20.

6 Sur le personnage : Johne, 2006, p. 88-90 et 100-101.

7 Johne, 2006, p. 84 et 90.

8 Forni, 1960, p. 1154.

9 Johne, 2006, p. 83 et 91.

10 Johne, 2006, p. 99.

11 Johne, 2006, p. 96-97.

12 Sur le personnage à cette époque : Johne, 2006, p. 115-116.

13 Johne, 2006, p. 115.

14 Johne, 2006, p. 120-121.

15 Kühlborn, 1989; Johne, 2006, p. 94, 119 et 129-130.

16 Forni, 1960, p. 1152-1153 ; Reddé et al., 2006, p. 220-224 et 285-290.

17 Le Bohec, 2008, petit ouvrage non érudit ; Schlüter, 1993 ; Schlüter, Wiegels, 1999 ; Wiegels, 2000 ; Reddé, von Schnurbein, 2008.

18 Johne, 2006, p. 181.

19 Sur le personnage : Johne, 2006, p. 182-183.

20 Johne, 2006, p. 92, 102 et surtout 185-188.

21 Clementoni, 1990.

22 Konen, 2000.

23 Alföldy, 1968 et 1987 ; Eck, Paunov, 1997 ; Eck et al., 2002 ; Eck, Pangerl, 2004.

24 Pour l’ensemble, voir Ritterling, 1925, col. 1376-1829 ; Le Bohec, Wolff, 2000 ; Wolff, 2003 ; également Farnum, 2006.

25 Ritterling, 1925, col. 1376-1380.

26 Ritterling, 1925, col. 1380-1404.

27 Ritterling, 1925, col. 1420-1434; Eck, 2000; Le Bohec, 2000a, p. 83-85.

28 Ritterling, 1925, col. 1437-1456.

29 Ritterling, 1925, col. 1457-1466.

30 Ritterling, 1925, col. 1549-1556.

31 Ritterling, 1925, col. 1564-1571; Franke, 2000, p. 40-44.

32 Ritterling, 1925, col. 1598-1614.

33 Ritterling, 1925, col. 1642-1664 ; Goguey, Reddé, 1995 ; Février, Le Bohec, 1999 ; Le Bohec, 2000, b ; Reddé, 2000, p. 119-126 ; Alföldy, 2004.

34 Ritterling, 1925, col. 1678-1690.

35 Ritterling, 1925, col. 1690-1705; Fellmann, 2000, p. 127-131.

36 Ritterling, 1925, col. 1710-1727.

37 Ritterling, 1925, col. 1727-1747; Franke, 2000, p. 191-202.

38 Ritterling, 1925, col. 1758-1760; Le Bohec, 2000a, p. 69.

39 Ritterling, 1925, col. 1761-1765.

40 Ritterling, 1925, col. 1767-1768; Wiegels, 2000.

41 Voir legio XVII.

42 Ritterling, 1925, col. 1769-1781.

43 Ritterling, 1925, col. 1781-1791; Bérard, 2000.

44 Ritterling, 1925, col. 1797-1820; Franke, 2000, p. 95-104.

45 Ritterling, 1925, col. 1821-1829; Le Bohec, 2000a, p. 71-74.

46 Wesch-Klein, 2008, p. 248.

47 Wesch-Klein, 2008, p. 248.

48 Wesch-Klein, 2008, p. 249.

49 Fellmann, 1992, p. 54; Wesch-Klein, 2008, p. 249-250.

50 Franke, 1991.

51 Richier, 2004.

52 Horsmann, 1991.

53 Speidel, 2004.

54 Brizzi, 2004, p. 18-19.

55 Rinaldi Tufi, 1988.

56 Keegan, 1976.

57 Le Bohec dans Rivista Storica dell’ Antichità, 37, 2007, p. 153-166, et dans L’armée romaine dans la tourmente, 2009 (Paris), p. 55-56, mais pour des périodes ultérieures.

58 Bogaers, Rüger, 1974; Horn, 1987; Planck, Beck, 1987; Okun, 1989; Heiligmann, 1990; Willems, Bechert, 1995; Baatz, 2000; Rabold et al., 2000; Becker et al., 2006; Schmidt, 2006.

59 Forni, 1960, p. 1178-1181, 1184 et 1199.

60 Von Petrikovits, 1975 ; Reddé et al., 2006.

61 Pour les références, voir, plus haut, le tableau « les légions de Germanie ».

62 Des fouilles récentes ont révélé la présence de femmes et d’enfants dans un camp, à partir de traces ; il faudrait pouvoir expliquer la signification de cette découverte.

63 Forni, 1960, p. 1155-1156 ; Hanel, 1995 ; Reddé et al., 2006, p. 427-432.

64 Forni, 1960, p. 1156 ; Haalebos, 2000 ; Reddé et al., 2006, p. 349-358.

65 Forni, 1960, p. 1157 ; Chantraine, 1984 ; Reddé et al., 2006, p. 340-344.

66 Forni, 1960, p. 1157-1158 ; Gregarek, 2001 ; Reddé et al., 2006, p. 251-254.

67 Forni, 1960, p. 1156 ; Reddé et al., 2006, p. 234-236.

68 Forni, 1960, p. 1172-1173; Büsing, 1982; Reddé et al., 2006, p. 324-329.

69 Forni, 1960, p. 1173-1174 ; Baudoux et al., 2002 ; Reddé et al., 2006, p. 386-391.

70 Forni, 1960, p. 1174-1176 ; Meyer-Freuler, 1989 ; Speidel, 1996 ; Reddé et al., 2006, p. 422-426.

71 Goguey, Reddé, 1995 ; Reddé et al., 2006, p. 331-335.

72 Luttwak, 2009.

73 Isaac, 1989.

74 Loreto, 2006.

75 Le Bohec, 2007, p. 139-165 et 504.

76 Tassaux et al., 1983 et 1994 ; Tronche, 1994 ; Reddé et al., 2006, p. 205-207 et 369-370 ; Le Bohec, 2007, cité.

77 Le Bohec, 2007, p. 166-180 et 504.

78 Fellmann, 1992, p. 53.

79 Kerneis, 1998, p. 56-105.

80 Le Bohec, 2007, p. 181-188 et 504.

81 Kissel, 1995 ; livre écrit pour l’Orient, mais également valable pour l’Occident.

82 Remesal Rodríguez, 1997 ; sur le vin : Remesal Rodríguez, Revilla-Calvo, 1991 ; à ne pas manquer : Tchernia, 2002.

83 Haalebos, 1997; Somer, 1997; Kern, 1998.

84 Haensch, 1997; Bedon, 1999, ch. II.

85 Garcia y Bellido, 1996 et 2004.

86 Forni, 1992, p. 116-141 ; Bruun, 1993.

87 En réalité, les données sont très rares pour la période qui s’ouvre avec le règne de Caracalla (211-217).

88 Forni, 1992, p. 135 : XIII Gemina, par erreur.

89 Eck, 2007 ; notre article sur ce débat à paraître dans la REL, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Le Bohec, « Histoire militaire des Germanies d’Auguste à Commode », Pallas, 80 | 2009, 175-201.

Référence électronique

Yann Le Bohec, « Histoire militaire des Germanies d’Auguste à Commode », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1796 ; DOI : 10.4000/pallas.1796

Haut de page

Auteur

Yann Le Bohec

Professeur d’histoire romaine, Université de Paris IV-Sorbonne
yann.lebohec@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org