Navigation – Plan du site
Circulations, échanges et économie

Les espaces économiques de la péninsule Ibérique à l’époque romaine (197 av. J.-C.- 192 apr. J.-C.)

Economic areas in the Iberian peninsula in Roman times (197 B.C.-192 A.D.)
Alicia Ruiz Gutiérrez
p. 223-243

Résumés

L’article a pour objet la géographie économique de l’Hispania romaine pendant la période comprise entre la date de création des deux premières provinces espagnoles et la fin de l’époque des Antonins. Après un bilan succinct des progrès de la recherche dans les dernières décennies, on procède à une analyse diachronique des transformations entraînées par Rome dans le paysage économique de la péninsule Ibérique, grâce à l’arrivée des capitaux italiques, au développement des marchés, à l’exploitation des mines, etc. Enfin, on retient quatre grands ensembles représentatifs des provinces hispano-romaines, en mettant l’accent sur leur diversité et leur dynamisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sillières, 2000-2001, p. 433-442.

1La péninsule Ibérique offre une grande diversité d’espaces économiques en raison de son étendue, des contrastes géographiques et de la durée de son inclusion dans le monde romain. Les conditions naturelles telles que l’existence de ressources minières, la fertilité du sol ou le climat influèrent sur le développement économique des différentes régions, mais le rôle des communications notamment fluviales ou maritimes, décisives pour les débouchés commerciaux à longue distance, ne fut pas moins important. Ce n’est donc pas par hasard que l’huile de la Bétique fut produite dans la vallée du Guadalquivir et le vin de l’Espagne citérieure dans les zones viticoles proches des côtes et ports méditerranéens1. Le poids de la tradition pré-romaine, soit indigène soit coloniale, se fit sentir également dans certains secteurs de l’activité économique, par exemple dans la fabrication des célèbres sauces de poisson et des salaisons, installées sur les côtes méridionales, perpétuant la tradition de celles qui avaient déjà existé durant la période punique.

2Il y eut certes continuité, mais aussi de grands changements. La présence romaine provoqua une importante transformation, parfois brusque, du paysage économique, à travers le développement de l’urbanisation, l’amélioration des communications, le changement des habitudes de consommation, les nouveaux marchés ou encore les nouvelles formes d’exploitation agricole. La colonisation italique d’époque républicaine, même si son importance quantitative est objet de discussions, laissa des traces importantes dans l’économie hispanique. Si, dans un premier temps, la colonisation encouragea l’importation de produits italiques – tout au moins de vin, d’huile et de céramiques –, elle provoqua à partir de la fin du ier siècle av. J.-C. l’extension des cultures méditerranéennes comme le vignoble et l’olivier, destinées à la consommation intérieure et à l’exportation.

3Dans d’autres secteurs, notamment celui des mines, l’État romain joua un rôle d’agent économique primordial. Une véritable volonté politique présida aussi bien au développement des exploitations minières déjà actives dans le passé pré-romain qu’à la mise en chantier de nouvelles, destinées à avoir un grand impact sur les communautés environnantes. Ce fut le cas, en particulier, et comme nous le verrons plus tard, des zones aurifères du Nord-Ouest à l’époque impériale. D’un autre côté, la contribution de l’huile de la Bétique à l’Annone s’accompagna d’un contrôle par l’État du trafic à destination de Rome. Les nombreux documents qui existent, relatifs à cet important chapitre de l’histoire économique de la péninsule Ibérique, en ont fait un centre d’intérêt et un laboratoire non seulement pour l’étude des aspects commerciaux d’un produit caractéristique de l’époque romaine mais aussi pour la compréhension du fonctionnement économique romain, et en particulier, de la relation entre l’interventionnisme de l’État et l’initiative privée dans le cadre de l’économie romaine.

  • 2 Voir à ce sujet l’intéressante étude de C. Rico, 2000, p. 177-192.

4La diversité économique qui caractérisa l’ensemble de la péninsule Ibérique est aussi observable dans chacun des secteurs de la production dans lesquels coexistèrent, au cours de l’évolution, de multiples activités complémentaires. L’élaboration de l’huile en Bétique fut liée à la culture de l’olivier et à la production de conteneurs pour le transport par bateau. De la même manière, la production de garum sur les côtes hispaniques ne devrait pas être dissociée de l’activité de pêche ou de l’extraction du sel. Souvent les ateliers où se fabriquaient des amphores produisaient des matériaux de construction et des récipients en céramique destinés à différents marchés, soit aux fundi dont ils relevaient, soit à d’autres centres de consommation ruraux ou urbains2. D’un autre côté, les cargaisons des épaves reflètent la complémentarité entre le trafic commercial à longue distance et la distribution régionale de marchandises de tout genre.

5Ces multiples interactions invitent à refuser une présentation du panorama économique de l’époque romaine fondée sur la distinction classique de secteurs appartenant à l’analyse de l’économie moderne : extraction des matières premières, agriculture, industrie et commerce. On privilégiera ainsi une approche géographique qui puisse montrer le dynamisme des principales régions économiques identifiables dans la péninsule Ibérique, sans ignorer les difficultés qu’entraîne leur étude et les défis de la recherche. Ce choix conditionne la synthèse qui suit.

1. Tendances et apports de la recherche : bilan succinct

  • 3 Rappelons-nous les premiers travaux pionniers de J.M. Blázquez qui abordait l’histoire économique d (...)

6Les progrès des recherches archéologiques et historiques pendant les deux ou trois dernières décennies ont modifié de manière importante la vision que l’on avait dans un passé relativement proche de l’économie de l’Hispania romaine. La synthèse que l’on peut proposer aujourd’hui va au-delà du simple répertoire des ressources économiques fondé sur les témoignages de la littérature gréco-latine, croisés avec des données archéologiques dispersées3. Un examen rapide des dernières recherches et découvertes laisse deviner dès l’abord une grande complexité. Celle-ci est due en partie aux problèmes qu’entraîne la combinaison de données aussi hétérogènes que souvent fragmentaires, mais à vrai dire reflet même de la réalité historique.

  • 4 Pensons aux récits d’Hérodote sur le royaume de Tartessos : la visite des Phocéens au généreux roi (...)
  • 5 Plin., NH, 37.203.
  • 6 Just., 44.1-10.

7De nouvelles perceptions et une approche différente des sources littéraires ont permis de dépasser les pesanteurs traditionnelles de l’historiographie, comme par exemple la tendance à vanter les richesses hispaniques – surtout en métaux –, en les considérant comme la raison ultime et le principal moteur de l’impérialisme romain dans la péninsule Ibérique. Cependant l’origine de cette idée se trouve dans les témoignages laissés par la littérature mythique grecque4 et les laudes Hispaniae que l’on trouve dans les œuvres de certains auteurs romains comme Pline l’Ancien5 ou Justin résumant Trogue Pompée6.

  • 7 Cruz Andreotti, 2007, p. 251-270.

8La relecture des sources littéraires, toujours précieuses en informations ponctuelles, mais d’interprétation incertaine quand il s’agit d’analyser globalement et à partir de nos propres conceptions l’histoire économique du monde romain, a permis aussi de dépasser la distinction trop simple, tributaire du géographe Strabon (3.4.16), entre régions riches de l’Hispania romaine, comme auraient pu l’être la Bétique et la région levantine, caractérisées par leurs produits destinés au commerce extérieur, et les régions de l’intérieur et du Nord-Ouest, à l’écart des circuits méditerranéens et, à ce titre, vouées à des économies de subsistance ou sans ouverture commerciale digne de ce nom. Cette vision simplifiée a évolué grâce aux nouvelles analyses des sources littéraires, et en particulier du livre III de la Géographie de Strabon7. Surtout, la multiplication des recherches archéologiques à l’échelle régionale, une meilleure connaissance de la culture matérielle romaine et l’évaluation des phénomènes de production et de distribution locales ont beaucoup contribué aussi à redessiner avec toujours plus de précision le paysage économique des provinces hispaniques.

  • 8 Colls et al., 1977.
  • 9 Nieto et al., 1989 ; Carreras et Aguilera (éd.), 2005.
  • 10 Rodríguez Almeida, 1984.
  • 11 Blázquez et Remesal, 2007 (quatrième volume d’une série d’ouvrages commencée en 1991). Voir aussi l (...)

9D’un point de vue méthodologique, les nouvelles études d’histoire économique ont pu profiter de l’application de nouvelles techniques et analyses telles que la prospection archéologique, la céramologie et l’archéologie sous-marine. Si l’épave Port-Vendres II8 de l’époque claudienne fut autrefois révélatrice, on a pu ajouter plus tard d’autres découvertes sous-marines, comme celles de Cala Culip9, pour ne citer qu’un exemple. Après les très importantes études pionnières de H. Dressel au xixe siècle, les étapes de la formation du Mont Testaccio sont aujourd’hui mieux connues grâce aux recherches réalisées par E. Rodríguez Almeida10 et aux fouilles dirigées ces dernières années par J.M. Blázquez et J. Remesal11.

  • 12 Parmi les dernières contributions sur l’élevage en Hispania et les problèmes de documentation qu’il (...)

10Il faut souligner encore l’augmentation des recherches archéologiques en direction des agglomérations rurales, villae et centres de production artisanale. Ces études ont porté leurs fruits dans certaines régions, mais il existe encore de grands vides dans la Péninsule Ibérique, et en particulier dans la Meseta, dont les économies essentiellement agro-pastorales sont souvent ignorées12.

  • 13 Ponsich, 1974-1991.
  • 14 Revilla, 1995b, p. 13-40.
  • 15 Voir récemment, entre autres, Teichner, 2008.

11La vallée du Guadalquivir a été traditionnellement l’une des zones privilégiées, en raison de l’intérêt que suscitent la production et la commercialisation de l’huile de Bétique13. On peut également souligner les progrès constatés en Catalogne, où l´on a trouvé des centres de production d’amphores vinaires14, et en Lusitanie, au sud du Portugal, où se concentraient des fabriques de conserves et de sauces de poisson15. La liste des apports, en tout cas, est trop longue pour être mentionnée en quelques lignes.

  • 16 Remesal, 2004, p. 127-148 ; Berni et Revilla, 2008, p. 95-111.
  • 17 “Centre pour l’étude de l’interdépendance provinciale dans l’Antiquité classique”, dirigé par J. Re (...)
  • 18 Liou et Tchernia, 1994, p. 133-156.
  • 19 Mayet, 1986, p. 285-305.

12Les études d’inscriptions sur instrumenta, en particulier sur des amphores, prennent une place prépondérante et ont donné lieu à une véritable éclosion de publications ces dernières années. Ces études, de plus en plus sensibles aux problèmes d’édition que l’épigraphie amphorique pose16, ne sont pas seulement le fruit de démarches individuelles, mais résultent de programmes collectifs et de projets de recherche coordonnés, comme ceux que le CEIPAC17 impulse. L’augmentation des exemplaires publiés ne fait pas pour autant disparaître certains désaccords à propos de l’interprétation de ces brèves inscriptions, notamment dans le cas des amphores Dressel 20 liées au commerce de l’huile de la Bétique. Les débats les plus importants ont concerné les marques imprimées et les éléments b et d des tituli picti, des textes qui font référence, respectivement, aux ateliers, aux commerçants et aux fundi d’où provenait l’huile18. L’organisation des figlinae et leur relation avec les exploitations agricoles constituent un autre terrain de recherche, confronté à des problèmes délicats de documentation19.

  • 20 Le Roux, 1986, p. 247-271.
  • 21 Chic et al., 2001, p. 353-374.
  • 22 Rico, 2003, p. 413-433.

13L’épigraphie lapidaire, de son côté, apporte des informations sur les agents impliqués dans le commerce et le transport de marchandises. Les textes concernant l’huile de la Bétique et l’Annone proposent une documentation particulièrement riche, plus sollicitée et mieux exploitée depuis quelque temps20. La définition de certains termes latins qui apparaissent dans les sources fait l’objet de longs débats, souvent avec des résultats incertains ou peu concluants. Les différences, probablement de degré, entre negotiator et mercator – commerçants dans les deux cas – ne semblent pas aujourd’hui aussi importantes que la définition des fonctions du diffusor olearius, d’autant plus que celui-ci représente une figure spécifique du commerce de l’huile de la Bétique. La récente découverte à Séville du témoignage épigraphique sur un diffusor olei ad annon[am] Urbis attesté par ailleurs21 est d’une grande importance car le document rend explicite la relation entre ces diffusores olearii et l’approvisionnement d’huile comme produit annonaire de Rome22.

  • 23 Haley, 2003, p. 4 sq.

14Finalement, les tentatives, toujours difficiles, pour identifier et caractériser socialement les protagonistes de l’activité économique, aussi bien propriétaires agricoles, maîtres de figlinae que commerçants ou d’autres agents économiques, ont donné lieu à différentes interprétations et synthèses comme celle de E.W. Haley, qui accorde un rôle décisif, dans la Bétique, à un groupe social intermédiaire (middle stratum) composé d’hommes libres et affranchis, bénéficiaires du développement économique de cette riche province, avec les sénateurs, les chevaliers et les membres de l’ordo décurional23.

  • 24 La trilogie de R. Étienne et F. Mayet sur le vin (2000), les conserves de poisson (2002) et l’huile (...)
  • 25 Revilla, 1995a, p. 307-308.

15L’essor de cette documentation ne doit pas nous faire oublier que toutes les activités économiques de l’époque romaine ne sont pas reflétées dans le domaine archéologique et qu’elles sont en grande partie absentes des auteurs classiques et de l’épigraphie. On sait bien que la conservation des amphores et la riche information qu’on y trouve ont placé au premier plan les études sur l’élaboration et la commercialisation des trois produits alimentaires : le vin, l’huile et les conserves de poisson. Avec l’exploitation minière, ces produits sont considérés comme les piliers de l’économie hispano-romaine et, au cours de ces dernières années, des synthèses soignées et des études monographiques y ont été consacrées24. Outre le blé, essentiel et transporté dans des sacs, la recherche moderne n’oublie pas le poids spécifique d’autres produits agricoles dans les échanges commerciaux, comme elle n’ignore pas que les sources littéraires et l’archéologie favorisent l’étude des productions destinées à l’exportation par rapport à d’autres activités économiques d’effet moindre sur les marchés. Pourtant, production et commercialisation n’allaient pas toujours ensemble. La disparition d’un certain type de conteneur ne présuppose pas nécessairement la fin de la marchandise pour laquelle il était destiné, pas même l’absence d’excédents, mais cela peut signifier le ralentissement du commerce ou bien seulement d’un certain type de distribution commerciale. Ce fut apparemment le cas de la viticulture dans la zone nord-est de l’Espagne citérieure : la diminution, depuis le milieu du ier siècle apr. J.-C., des amphores Pascual 1 et Dressel 2-4, principaux fossiles directeurs de l’exportation du vin de Tarraconaise en Méditerranée occidentale, ne reflète pas forcément la fin de la production viticole dans la région, mais son adaptation à un marché régional25.

  • 26 Étienne, Mayet, 2000, p. 21-58.

16Le vin de Lusitanie offre un autre exemple singulier, souligné par R. Étienne et Fr. Mayet26. Le silence des sources littéraires après Polybe et l’absence d’amphores, probablement à cause de l’inexistence d’un commerce à grande échelle, auraient pu condamner à l’invisibilité la production viticole de la Lusitanie méridionale, mais heureusement on la trouve reflétée dans des monuments funéraires en forme de cupa. Ces monuments épigraphiques, dont la forme est inspirée des barriques utilisées pour le stockage et le transport du vin, démontrent non seulement l’existence d’une zone viticole dans le Bas Alentejo portugais, mais aussi l’empreinte que cette activité économique laissa dans la culture de cette région à l’époque impériale romaine. Il faut alors se demander combien de situations comme celle-ci dissimulent nos sources.

2. Rome et la transformation du paysage économique de la péninsule Ibérique : de la Deuxième Guerre Punique à la fin du iie siècle

17En l’an 218 av. J.-C., au début de la Deuxième Guerre Punique, les légendes diffusées par les Grecs à propos des richesses proverbiales de l’Ibérie circulaient à Rome. On connaissait aussi le rendement extraordinaire de ses mines d’argent, au pouvoir de Carthage depuis le dernier tiers du iiie siècle av. J.-C. Il n’est donc pas étonnant que toute tentative de reconstruction de l’histoire économique de la péninsule Ibérique romaine commence par examiner les possibles motivations économiques qui ont conduit à son annexion à Rome et, en particulier, par se demander si le sénat romain, en lançant la guerre contre Hannibal ne cherchait pas seulement à arracher les exploitations minières de la Sierra Morena à l’État carthaginois. La réponse à cette question de l’historiographie récente est négative. Les sources littéraires indiquent que la guerre dirigée par les Scipions eut pour objectif de mettre un frein à l’expansion des Barcides en les privant de leurs principales sources d’approvisionnement sur le territoire hispanique, aussi bien en mercenaires qu’en argent pour payer l’armée. Bien que le silence des sources puisse cacher des motivations économiques de la part de l’aristocratie romaine, l’archéologie signale le contraire.

  • 27 Domergue, 1990, p. 179-189.
  • 28 Richardson, 1997, p. 67-68.
  • 29 Vers l’année 151 av. J.-C., quand l’historien Polybe a visité ces mines, y travaillaient environ 40 (...)

18Les recherches de Cl. Domergue révèlent que pendant toute la période républicaine la mise en activité des exploitations minières par les Romains n’épousa pas le même rythme que la progression de la conquête27. Les premières richesses hispaniques qui arrivèrent à Rome en grande quantité ne provenaient pas des mines mais des prélèvements militaires : pillages, confiscations et tributs28. Après la prise de Carthago Nova en 209 av. J.-C. et la reddition de Gades trois ans plus tard, le contrôle de toutes les mines, de Carthage passa aux mains des Romains. Cependant, quand le Sénat créa les deux provinces de Citérieure et d’Ultérieure (197 av. J.-C.), l’argent n’était extrait que dans la zone de Carthago Nova29 et peut-être aussi à Castulo (fig. 1). Plus tard, tout au long des iie et ier siècles av. J.-C., la production minière augmenta avec l’ouverture de nouvelles exploitations dans la région de la Sierra Morena, riche en plomb, argent et cuivre, et dans quelques secteurs du Sud-Ouest, tel le Riotinto, où l’on trouvait aussi du cuivre et de l’argent. L’augmentation de cette activité se fit de manière lente et en fonction des conditions de sécurité dans les zones minières sous contrôle romain, affectées en premier lieu par le conflit avec les Lusitaniens (154-138 av. J.-C.), puis par la guerre sertorienne (81-72 av. J.-C.) et, enfin, par les affrontements entre César et Pompée (49-44 av. J.-C.).

  • 30 Mateo, 2001, p. 62-65.

19Le régime juridique de ces mines à l’époque républicaine fait encore l’objet de débats. La tendance actuelle est de considérer qu’il y eut plusieurs systèmes d’utilisation publique, selon les caractéristiques physiques des exploitations. Certaines mines étaient propriété privée et d’autres avaient été attribuées à des villes – telle Carthago Nova –, mais celles possédées par l’État furent les plus nombreuses, et on y appliqua, depuis Caton, la locatio censoria. Contrairement à ce que l’on pensait, suivant A. Mateo, les locationes n’auraient pas porté sur l’activité minière, mais sur les impôts que les exploitants devaient payer. La situation juridique aurait donc été variée et aurait été ajustée aux divers contextes. Quand il s’agissait d’exploitations à ciel ouvert qui impliquaient une plus grande complexité technique ou de métaux rares, comme le cinabre, on aurait eu recours à la formule de location du travail d’extraction à des sociétés de publicains ; mais dans le cas ordinaire des puits d’extraction, l’activité minière aurait été libre et la location publique limitée à la perception des impôts sur le métal30. Cette interprétation permet de concilier les témoignages – en apparence discordants – des sources écrites et tient compte simultanément de la diversité géologique des gisements miniers exploités. Elle montre aussi comment, dans la mesure du possible, Rome décida de laisser ses ressources publiques entre des mains privées et d’en tirer profit par la fiscalité au lieu de les exploiter directement ou de les louer à des societates publicanorum.

  • 31 Le Roux, 1995, p. 90.
  • 32 AE 1995, 938 ; AE 1996, 926 ; HEp 6, 1996, 655.

20Les lingots trouvés sur le littoral de Carthagène et au Cabo de Palos fournissent les noms des exploitants privés de la galène argentifère de ce secteur, beaucoup d’entre eux de souche italique avérée, tels que les Atellii, les Aquinii et les Planii, parmi d’autres. L’épigraphie montre aussi que l’exploitation de metalla fut assumée parfois par des affranchis de ces mêmes familles italiques et que ceux-ci ou leurs descendants finirent par s’intégrer dans l’élite de Carthago Nova31. Un exemple de cet enracinement a été trouvé près de Carthagène, dans le petit temple de Iuppiter Stator reconstruit grâce à l’affranchi M. Aquinius Andro, selon une inscription de la fin du iie ou début du ier siècle av. J.-C.32.

  • 33 Dans une moindre mesure, on peut admettre, comme le suggère A.M. Poveda, une implantation de cette (...)

21À part les régions déjà citées, le plomb fut exploité dans les Îles Baléares. Un lingot estampillé soc(ietas) Baliar(ica), trouvé dans l’épave d’Escombreras III, repérée dans la baie de Carthagène, avec d’autres lingots de la région de Carthago Nova, révèle des contacts entre ce grand port romain et les Îles Baléares, ainsi que l’insertion du métal dans les mêmes circuits commerciaux que celui de la Sierra de Carthagène33.

  • 34 Diodore de Sicile (5.36) fait allusion à une multitude d’Italiques qui se précipitèrent dans la pén (...)

22Les mines constituèrent un secteur privilégié34, mais il n’est pas le seul à refléter le rôle joué par les Italiques dans la péninsule Ibérique à la fin de la République. L’agriculture l’atteste. L’investissement de grandes fortunes dans la terre et la création de nouvelles colonies par Rome, notamment après les guerres civiles, entraînèrent des changements dans l’orientation agricole de certaines régions hispaniques. La conquête des Îles Baléares par le consul Q. Caecilius Metellus en 123-122 av. J.-C. fut suivie de l’envoi de 3.000 colons romains à Majorque, dans les établissements de Palma et Pollentia. Cette colonisation coïncida dans le temps avec l’expansion des plantations de vignobles et d’oliviers dans l’île.

  • 35 Tac., Ann., 6.19 ; Suet., Tib., 49.
  • 36 Voir parmi les dernières études sur cet important document épigraphique, l’analyse de A. Mateo, ave (...)
  • 37 Cic., Phil., 2.19.48 ; Vitr., Arch., 7.9.4 ; Str., 3.144 ; Plin., NH, 33.118, 121 ; Just., 44.1.8.
  • 38 Zarzalejos et al., 1999, p. 253-272.

23Auguste et la fin de la conquête romaine de la péninsule Ibérique après les guerres contre les Cantabres et les Astures (29-19 av. J.-C.) inaugurèrent une nouvelle étape du gouvernement des provinces qui ne fut pas sans influence sur la sphère économique. Au début de l’époque impériale entrèrent en ligne de compte les importantes mines d’or du Nord-Ouest, probablement dès la fin du règne d’Auguste et assurément au début du règne de Tibère. Dans le sud, le secteur minier jouait encore un rôle remarquable dans l’économie, mais il subit ensuite quelques transformations. Si l’activité de la Sierra Morena, et surtout de la région de Carthagène, diminua, il y eut une augmentation de l’extraction de métaux dans le Sud-Ouest, où l’on trouve le district minier de Vipasca (Aljustrel). On sait aussi que d’anciennes mines passèrent de personnes privées au domaine public, comme par exemple les mines d’or et de cuivre de Sextus Marius de la Sierra Morena, confisquées par Tibère en l’an 33 apr. J.-C.35. En ce qui concerne les systèmes d’exploitation des mines administrées par le fisc, le règlement du metallum Vipascense propose un modèle détaillé, mais celui-ci ne fut pas le seul et son interprétation soulève quelques difficultés36. À Sisapo, par exemple, on sait que l’exploitation minière demeura entre les mains d’une société qui, depuis l’époque républicaine, exploitait dans des conditions particulières le cinabre destiné à l’approvisionnement du marché romain37. Des recherches récentes ont révélé des informations sur la vie économique de cette ville ancienne38, que l’on peut situer aujourd’hui à La Bienvenida (Almodóvar del Campo, Ciudad Real) et non à Almadén, comme on l’avait toujours pensé.

  • 39 Remesal, 1996, p. 195-221.

24Une autre nouveauté qui eut des conséquences sur l’économie hispanique depuis Auguste fut la création de la préfecture de l’Annone, destinée à contrôler et garantir l’approvisionnement de vivres à Rome, principalement du blé. Avec la création de cet organisme et pendant près de trois siècles se développa un intense trafic de l’huile de Bétique vers la capitale de l’Empire accompagné d’un contrôle de l’État sur cet approvisionnement, qui releva toujours de l’initiative privée – même si les empereurs y participèrent à la suite de l’héritage de Q. Valerius Vegetus d’Iliberris et des confiscations de Septime Sévère39. D’autres mesures ponctuelles, comme la concession de terres hispaniques à ses partisans de la part d’Auguste, eurent aussi des conséquences indirectes sur le secteur de l’agriculture en facilitant le développement de la viticulture tarraconaise. Le plus remarquable de tous les personnages qui bénéficièrent de ces terres de vignoble dans la Citérieure fut le riche Cn. Lentulus Augur, consul en l’an 14 av. J.-C. et proconsul d’Asie en 2-1 av. J.-C. Au binôme huile et vin il faut ajouter les conserves de poisson hispaniques, dont l’essor commercial se situa aussi au début de l’époque impériale.

25À partir de Vespasien, la création de municipes flaviens et le processus d’urbanisation qui en découla impliquèrent sans doute un dynamisme nouveau de l’économie hispanique. Les travaux publics entamés dans différentes villes révèlent un investissement important d’efforts et de ressources économiques. On créa aussi, probablement sous le règne de Vespasien, obsédé par l’amélioration des finances publiques dont il avait hérité, la procuratela ducenaria d’Asturia et Callaecia, à cause peut-être – mais pas seulement – de l’importance que les mines d’or du Nord-Ouest revêtaient pour le fisc. D’un autre côté, on observa un développement sensible des ports du nord de la province pendant toute la période flavienne, peut-être en rapport avec l’exploitation des gisements miniers qui existaient dans la zone, tels que ceux de la calamine à Reocín (Udías) ou de fer dans la Sierra de Cabarga (Cantabrie) et Arditurri (Pays Basque). Le développement de ces enclaves maritimes de la région cantabrique atteste la totale intégration économique de la péninsule Ibérique dans le monde romain, intégration qui, comme on le montrera plus tard, ne se fit pas sous le signe de l’unité.

  • 40 Domergue, 1990, p. 215-223.

26En général, le iie siècle se caractérisa par la continuité dans tous les secteurs de l’économie mis en marche dès le début de l’époque impériale, bien que la fin de ce siècle laissât entrevoir déjà quelques transformations à venir. L’activité des mines hispaniques toucha à sa fin. On a cherché à comprendre l’abandon de l’immense majorité des exploitations : on retient actuellement la concurrence d’autres régions minières de l’Empire, principalement de celles de la Gaule et des provinces danubiennes40. La fin du iie siècle coïncide également avec la fermeture de nombreuses usines de poisson sur le littoral de la Bétique et de la Lusitanie, mais cette industrie survécut avec des hauts et des bas jusqu’à la fin de l’Empire romain. On observe également une chute importante de la production d’huile dans la Bétique, devenue définitive vers le milieu du iiie siècle, en raison de la concurrence exercée par les régions du nord de l’Afrique. En ce qui concerne le vin de la Tarraconaise, cela faisait un certain temps qu’il n’était plus présent sur les marchés d’outre-mer.

27Le iie siècle s’achève avec des mesures politiques qui annoncent une nouvelle époque, comme par exemple les confiscations par lesquelles Septime Sévère punit les partisans de Clodius Albinus, après que ce dernier a été vaincu à Lyon en 197. Certaines propriétés confisquées en Hispania, et aussi en Gaule, furent vendues aux enchères et d’autres incluses dans la nouvelle res privata de l’empereur – ce qui provoqua dans les deux cas une concentration de propriétés. Cette mesure et les distributions gratuites d’aliments garanties par les empereurs à Rome eurent des effets directs sur le secteur de l’huile de la Bétique. À partir de ce moment-là et jusqu`à l’arrivée de Gallien, ce produit fut destiné, probablement dans une proportion encore plus importante que dans le passé, à la capitale de l’Empire, où les carcasses brisées des amphores Dressel 20 continuèrent à faire croître le Mont Testaccio.

3. Diversité et dynamisme des espaces économiques hispano-romains

28Les espaces économiques hispano-romains posent, en premier lieu, la question de leur définition et ensuite celle de leur délimitation. Il est important de ne pas se laisser influencer par l’usage moderne de l´expression « espace économique ». Dans le cas du monde romain, il ne convient pas d’adapter ce concept à la totalité de l’Empire, même si celui-ci devint vraiment un grand marché, et encore moins aux cadres provinciaux. Il ne convient pas non plus de l’appliquer à l’étude des stratégies économiques dont l’existence à Rome n’est pas démontrée. On entendra par « espace économique » une zone territoriale dans laquelle émergèrent, sans programme politique et sous l’influence de conditions différentes, une ou plusieurs activités productives caractéristiques de divers terroirs, laissant des traces importantes dans le paysage et dans les habitudes. La dimension géographique de ces espaces varie en fonction du type d’activité économique réalisée, de son caractère spéculatif ou non, de son rayonnement commercial et, surtout, de sa capacité à mobiliser des forces collectives, à interagir sur son milieu naturel et à influencer l’organisation de l’habitat.

  • 41 Bernárdez et Guisado, 2002, p. 273-298.
  • 42 Hernando, 2008, p. 385-424.

29On fait toujours référence aux grands espaces économiques, mais il ne faut pas oublier que ceux-ci inclurent d’autres espaces de dimensions moins importantes ou cohabitèrent avec eux, telles les cités, grâce à la symbiose entre les territoires ruraux et les espaces urbains. En effet, chaque ville constituait, avec son environnement, un territoire économique spécifique, de richesse variable, en fonction de la disponibilité des ressources, de sa composition sociale et – il faut le rappeler aussi – à cause de l’absence totale de politiques de compensation économique à Rome. Dans la province actuelle de Cuenca, l’extraction du lapis specularis (gypse translucide) peut être liée à la vitalité d’une ville comme Segobriga, qui bénéficiait aussi de sa situation sur un carrefour routier41, alors que l´élevage de transhumance sur le territoire vetton permit sans doute le développement de l’Avila antique42. Ces deux cas représentent seulement un échantillon du panorama très hétérogène que, d’un point de vue économique, propose l’ensemble des villes romaines de la péninsule Ibérique.

  • 43 Beltrán, 2000, p. 253-259.
  • 44 Rodríguez, 2001, p. 311-320.

30Il est possible aussi de distinguer des espaces économiques encore plus petits au sein même de chaque ville. Il faut rappeler que l’organisation des villae rurales reposa sur un idéal d’autarcie promu par les agronomes latins, alors que les centres urbains durent répondre avec leurs moyens propres à la nécessité d’activités artisanales et de services locaux, outre le commerce. Ces dernières années, l’archéologie a permis de découvrir des quartiers artisanaux dans différentes villes. On se contentera ici d´en donner deux exemples : Barcino, où l’on a découvert des restes intéressants de fullonicae et tintoria43, et Carmo, avec plusieurs ateliers de potiers à l’extérieur du centre urbain44.

31Enfin, selon le point de vue adopté, l’économie romaine peut apparaître très atomisée ou, au contraire, se révéler un système capable de créer des dynamiques très complexes et d’y faire participer de vastes régions. Le commerce est le principal vecteur de cette dimension économique que certaines zones, productrices d’excédents, atteignirent. Quatre grands espaces économiques sont ici délimités par commodité : ils n’occupent pas tout le territoire de la péninsule ni ne représentent la totalité des espaces identifiés, mais ils sont les plus représentatifs, car ils ont laissé des traces plus visibles ou, tout simplement, ils montrent le mieux la diversité économique des provinces hispano-romaines.

3. 1. La vallée du Guadalquivir et la production de l’huile de la Bétique

  • 45 Soixante amphores Haltern 70 au moins constituaient la cargaison principale du bateau Culip VIII co (...)

32Notre choix ne pouvait pas exclure la vallée du Guadalquivir, l’un des espaces économiques les plus révélateurs et les mieux définis de l’Hispania romaine. Son activité caractéristique était la production et le commerce de l’huile d’olive. Il s’agit des territoires des provinces andalouses de Jaén, Cordoue et Séville. Dans cette région, caractérisée par une urbanisation précoce et intense à l’époque romaine, on produisit non seulement de l’huile, mais également du blé – que l´on exportait, d´après Strabon (3.2.6) – et du vin, commercialisé au moins à l’époque julio-claudienne. Les fouilles récentes de l’épave Culip VIII ont apporté de nouvelles informations sur ce commerce du vin de la Bétique et sur les amphores Haltern 70 utilisées pour son transport par bateau45. L’importance du vin n’est pas, en tout cas, comparable à celle de l’huile, car la diffusion commerciale de celle-ci fut plus ample et plus longue dans le temps. Son étude pose d’ailleurs des problèmes plus complexes.

33Les raisons qui rendirent possible le développement de l’huile dans la vallée du Guadalquivir sont bien connues. Aux conditions édapho-climatiques favorables à la culture de l’olivier, il faut ajouter le caractère navigable du Baetis (Guadalquivir) et de son affluent, le Singilis (Genil), le premier jusqu’à la zone de Corduba et le deuxième jusqu’à Astigi. L’huile, pressée et préparée dans les nombreuses propriétés éparpillées le long de la riche vallée du Guadalquivir, était transportée jusqu’aux embarcadères situés en bordure de ces cours d’eau, versée dans des amphores et transportée par barques fluviales jusqu’au port d’Hispalis, actuellement Séville, où l’influence des marées atlantiques se faisait sentir et créait une rupture de charge pour le transport par bateaux maritimes. Ceux-ci partaient ensuite vers Cadix et d’autres destinations.

  • 46 Chic, 2001 ; Étienne et Mayet, 2004, p. 80-115.

34Tout ce processus révèle jusqu’à quel point la production d’huile en Bétique fut liée à celle de l’amphore Dressel 20 utilisée pour son transport. Au bord du Guadalquivir et du Genil, dans le célèbre triangle formé par les villes de Corduba, Hispalis et Astigi, on a trouvé une centaine environ de centres où l’on fabriquait ce type de récipient (fig. 2). L’étude des estampilles que ces amphores Dressel 20 portent fréquemment sur l’anse apporte avec régularité de nouvelles informations non seulement sur les propriétaires des figlinae, sur leur relation ou coïncidence avec ceux des fundi – des sénateurs dans certains cas - et même avec les commerçants en huile, mais aussi sur l’organisation de ces ateliers46. Les recherches doivent maintenant concilier l’information épigraphique que ces marques contiennent et la réalité archéologique des centres de fabrication d’amphores, où, dans la plupart des cas, on n’a pas encore fait de fouilles.

35On ne dit rien de nouveau en affirmant que la diffusion commerciale de l’huile de Bétique dans l’Empire romain fut très importante. Les données archéologiques en sont la preuve. Les gisements sous-marins et terrestres attestent que l’huile ne voyageait pas toute seule, mais en compagnie d’autres produits de la Bétique, notamment les conserves de poisson et, selon la période, le vin et les métaux aussi. Des céramiques de différentes origines complétaient souvent les cargaisons. La ville de Rome et les camps des frontières germanique et britannique furent des marchés importants, mais sur les routes qui y conduisaient beaucoup d’autres centres de consommation furent approvisionnés grâce aussi à des itinéraires particuliers. Plusieurs dizaines d’épaves en Méditerranée et des dépôts bien datés dans des villes comme Lyon et Ostie nous permettent de suivre les traces du commerce de l’huile de Bétique.

36L’une des routes principales parcourait le littoral méditerranéen hispanique en partant de Gades, avec des escales possibles à Malaca et Carthago Nova, pour ensuite se diriger vers les Îles Baléares, le détroit de Bonifacio entre la Corse et la Sardaigne et, enfin, accoster dans les ports italiques d’Ostie et Puteoli. Une autre grande route, et peut-être la plus représentative, était celle qui allait de Gades à Arelate, aux bouches du Rhône, et de là, par voie fluviale, au port commercial de Lugdunum, avant de se poursuivre vers le Rhin et la Bretagne. La combinaison de voies maritimes et fluviales permit aussi de gagner l’Atlantique depuis Narbonne, en profitant de l’axe Aude-Garonne jusqu’à Bordeaux.

  • 47 Chic, 2006, p. 273-299.

37Les commerçants qui rendirent possible tout ce commerce de l’huile hispanique provenaient non seulement de Bétique, mais aussi d’autres provinces romaines, telle que la Narbonnaise. Étant donné leur activité professionnelle, ils constituaient un groupe enclin aux déplacements et il n’est pas essentiel pour le propos ici que, dans beaucoup de cas, on ignore leur origine exacte. Le métier obligeait les marchands à voyager entre les différents centres de production, où ils achetaient des marchandises, et les grands ports ou marchés auxquels elles étaient destinées. Beaucoup d’entre eux étaient des affranchis de familles nobles, ce qui pose le problème de leur identification dans les sources, en combinant avec succès ou non l’épigraphie amphorique (titulus ß) et les inscriptions lapidaires47.

3. 2. Espaces maritimes de l’Hispania méridionale : la pêche et les industries du poisson

  • 48 Lagóstena, 2001, p. 31-202.
  • 49 Ponsich, 1988, p. 169-228.
  • 50 Étienne et Mayet, 2002, p. 58-73.

38La côte méridionale espagnole de l’un ou de l’autre côté du détroit de Gibraltar (d’Almería à Huelva) et celle de l’Algarve portugais constituèrent dans la péninsule Ibérique la principale zone productive de sauces et de salaisons de poisson. Après les études de L. Lagóstena48 et la révision à la baisse de l’inventaire de M. Ponsich49 par R. Étienne et Fr. Mayet50, il reste évident que la plus grande concentration d’usines et le développement commercial le plus important sont localisés sur le littoral de la Bétique et de la Lusitanie. Il s’agit d’un espace économique à vocation maritime exclusive qui inclut des villes côtières comme Sexi, Malaca, Carteia, Baelo et, surtout, Gades, le grand centre distributeur (fig. 3). Au-delà des limites signalées, il faut tenir compte de la présence d’usines sur la côte de la Maurétanie Tingitane, telle celle de Cotta, célèbre, et sur la côte sud-ouest du Portugal, du Cap Saint-Vincent jusqu’à Lisbonne. C’est justement dans cette région portugaise, et à l’embouchure du Sado en particulier, que l’on trouve les vestiges de la grande usine de Tróia, qui reste à l’heure actuelle celle de la plus grande capacité enregistrée dans la péninsule Ibérique. Sur la côte méditerranéenne de l’Espagne citérieure, la région de Carthago Nova, déjà loin du « circuit du Détroit », occupe aussi une place importante.

39Les raisons qui permettent d’expliquer l’essor de l’industrie du poisson sur les côtes de la péninsule méridionale sont aisées à déterminer. La migration annuelle des thons et d’autres thonidés vers la Méditerranée pour le frai facilita, selon la saison, leur capture massive en utilisant la méthode traditionnelle de la madrague. À part le poisson, une autre matière première indispensable était abondante : le sel. L’emplacement des usines près de la côte permit non seulement la réception du poisson, du sel ou de la saumure, mais aussi l’exportation des conserves une fois élaborées. Les marchandises pouvaient être transportées jusqu’à Gades, grand centre commercial, et continuer ensuite par les routes commerciales à longue distance déjà mentionnées pour le commerce de l’huile.

40Contrairement aux amphores à huile, celles qui transportaient les sauces et les conserves de poisson présentaient une grande variété de formes, d’inspiration punique ou italique, ce qui rend très complexe leur classification. Il y eut beaucoup d’ateliers locaux, mais aussi une fabrication massive autour de la baie de Cadix, qui était destinée à l’approvisionnement d’amphores aussi bien des usines de la zone que de celles qui étaient plus éloignées de la région gaditaine. Nous avons, par conséquent, une organisation complexe dans laquelle intervinrent différents producteurs et marchands responsables des échanges indispensables de récipients, de sel et de poisson.

  • 51 Plin., NH, 31.93.
  • 52 Plin., NH, 31.95.
  • 53 Ponsich, 1988, p. 53-55.

41Le produit phare de cette industrie fut le garum, bien connu par la littérature gréco-romaine51, mais les tituli picti des amphores citent aussi d’autres sauces, comme c’est le cas du liquamen, de la muria et de l’hallec, très populaire mais la moins appréciée de toutes52. Dans les mêmes usines on élabora également des salaisons (salsamenta) à base de thon, de maquereau, de sardine, d’anchois et d’autres poissons. L’élaboration de ces produits fut complétée peut-être par la fabrication de pourpre, à partir du murex, car les installations requises à cette fin étaient similaires53.

  • 54 Voir le bilan de L. Lagóstena, 2005, p. 77-88.
  • 55 Étienne et Mayet, 2002, p. 19-26, 104.

42Si beaucoup d’aspects de l’industrie du poisson sont bien connus, d’autres sont à découvrir54. À part quelques exceptions, il y a très peu de connaissances sur ces usines du point de vue archéologique, parce qu’il n’y a pas eu suffisamment de fouilles ou pour des raisons de conservation des témoins. Il y a des doutes sur la chronologie précise de beaucoup d’entre elles et, surtout, sur les estimations de leur capacité de production, qui fut d’ailleurs très variable. De grandes usines coexistèrent avec d’autres plus petites, mais toutes n’étaient pas probablement destinées au grand commerce. D’autres questions sont toujours sans réponse et celles-ci concernent surtout les propriétaires des installations, la gestion et le facteur humain dans les processus de la production. La relation entre ce type d’exploitation et les centres urbains ou encore avec les villae agricoles fait aussi l’objet d’autres débats, ainsi que le rôle de l’administration romaine. Le contrôle public sur les salines et sur les pêcheries héritées des Puniques à l’époque républicaine permet de conclure pour certains auteurs, dans ce cas aussi, à un possible « dirigisme » économique de la part de l’État, difficile à soutenir, mais invoqué à partir de l’exemple des royaumes hellénistiques55.

3. 3. Les régions viticoles du nord-est de l’Espagne citérieure

43L’archéologie et plusieurs extraits textuels signalent le Nord-Est de la péninsule Ibérique comme une zone de production viticole. L’espace économique que ces documents nous permettent de définir englobe les côtes de la Catalogne et de la région de Valence, ainsi que les Îles Baléares, qui dépendaient également de l’Espagne citérieure. Le vignoble fut aussi cultivé dans d’autres régions hispaniques, mais l’information dont on dispose n’est pas aussi abondante ni précise que dans celle-ci, où la viticulture Tarraconaise atteignit une dimension commerciale seulement comparable, de loin, à celle de la Bétique.

  • 56 Plin., NH, 14.71.
  • 57 Sil. It., Pun., 3.369, 15.178.
  • 58 Mart., Epig., 13.118.
  • 59 Mart., Epig., 1.26.9.
  • 60 Plin., Epist, 9.28.2.
  • 61 Juv., Sat., 5.30.

44Étant donné qu’il s’agit d’un produit représentatif de la fertilité de la terre et de la culture romaine, il faut interpréter avec une certaine précaution les différentes sources littéraires qui font allusion à la réputation du vin dans les zones où il fut produit. Les auteurs de l’époque frôlaient parfois le stéréotype littéraire, mais leurs témoignages ne peuvent pas être dédaignés pour autant, car ils contiennent des informations précises – on ne sait pas non plus jusqu’à quel point ils sont fiables ou non – sur les qualités de ces zones viticoles. Les sources révèlent une longue série de catégories et de prix du vin. Il va de soi que la qualité de ce produit est subjective et qu’elle est liée aussi bien à la terre dont il procède qu’au savoir-faire des viticulteurs. En outre, étant donné que le vin était un produit de consommation de masse à l’époque romaine, son marché s’intéressait non seulement à la qualité, mais aussi à la quantité proposée à bon prix. La littérature témoigne de l’existence de ces deux caractéristiques dans les différentes zones viticoles de l’Espagne citérieure, mais jamais ensemble puisque l’une excluait l’autre. Pour Pline l’Ancien, les vins de Léétanie étaient réputés pour leur abondance alors que ceux de Tarraco et Lauro se distinguaient par leur bonne qualité ; il affirme aussi que ceux des Baléares étaient comparables aux meilleurs vins d’Italie56. Silius Italicus57 fait des éloges également sur le vin de Tarraco de même que Martial58, mais celui-ci méprise celui de Léétanie59. Enfin, le vin produit à Saguntum, où Voconius Romanus possédait des vignobles60, était de très mauvaise qualité selon le poète Juvénal61.

  • 62 Étienne et Mayet, 2000, p. 254-255.

45Le prestige du vin et sa valeur commerciale furent liés, peut-être plus que pour d’autres produits, au type de récipient utilisé pour son transport, ce qui ouvre de nouvelles voies intéressantes de recherche. Actuellement, les phénomènes d’imitation et, même, de falsification d’amphores sont évalués par des recherches qui ne se contentent pas d’établir des typologies et qui essaient de connaître tous les détails de l’industrie et du commerce viticole en Espagne citérieure62. Les documents dont on dispose, en revanche, nous permettent difficilement d’aller au-delà des hypothèses. D’un autre côté, il faut tenir compte du transport dans des dolia et dans des barriques, de grande capacité aussi, mais de conservation difficile, les amphores étant destinées principalement aux vins les plus fins.

46À la fin du ier siècle av. J.-C., les amphores Pascual 1, Léétanienne 1 et Dressel 1B Tarraconaise suivaient le modèle italique Dressel 1B. L’imitation était particulièrement fidèle dans le troisième cas. L’amphore Tarraconaise Dressel 2-4 commença à être fabriquée à la fin du règne d’Auguste ou à l’époque de Tibère et finit par remplacer celles qui imitaient la Dressel 1B. D’autres amphores à fond plat, Oberdaden 74 et Gauloise 2 faisaient partie de cette liste. Le commerce que ces amphores vinaires illustrent arriva en Gaule et dans les régions de Germanie, ainsi qu’en Bretagne, en Italie et dans quelques zones du nord de l’Afrique. Le vin était transporté depuis les zones viticoles vers différents ports proches : Barcino, Baetulo et Iluro entre autres. On utilisa aussi les routes fluviales, surtout celle de l’isthme gaulois, ce que montre clairement le cas des amphores Pascual 1 à l’époque d’Auguste. La distribution vers l’intérieur de la péninsule Ibérique se réalisa principalement par l’Èbre.

  • 63 Revilla, 1995a, p. 310-315.

47Ce développement commercial de la viticulture tarraconaise eut pour moteur, en grande partie, la colonisation qui, depuis César, atteignit le Nord-Est de l’Espagne citérieure. Quelques marques d’amphores nous renvoient à de grands propriétaires venant d’Italie, tels C. Mussidius Nepos et M. Porcius, et de Narbonnaise, comme par exemple P. Usulenus Veiento. Le cas du grand propriétaire et sénateur Cn. Lentulus Augur, favorisé par les donations d’Auguste à ses partisans fidèles, a déjà été cité plus haut. L’épigraphie amphorique reflète à partir des premières décennies du ier siècle apr. J.-C. un processus de diversification des exploitations viticoles, ainsi qu’une augmentation des ateliers d’amphores et une séparation de plus en plus importante de leur gestion par rapport aux producteurs de vin. La recherche archéologique moderne a permis la découverte de près de soixante-dix centres de production d’amphores, situés surtout dans la province de Barcelone, mais aussi dans celles de Gérone, Tarragone et Valence (fig. 4). Cependant, il faudra désormais approfondir l’organisation interne de ces centres de production, très hétérogènes, ainsi que leur relation avec les villae et avec d’autres établissements ruraux63.

3. 4. La région minière du Nord-Ouest péninsulaire : l’exploitation de l’or

  • 64 Sánchez-Palencia (éd.), 2000.

48Loin de la Méditerranée, au nord-ouest de la péninsule Ibérique, l’exploitation des mines à l’époque romaine entraîna des bouleversements importants du milieu naturel, de l’habitat et de l’organisation sociale des communautés locales. Ce territoire de l’Espagne citérieure, fortement influencé par l’activité des mines, comprend les provinces espagnoles actuelles de León et des Asturies, la Galice et la zone du Portugal au nord du Duero (fig. 1). On y chercha d’autres métaux comme l’étain, mais c’est l’or qui accapara toute l’attention. On exploita aussi bien les gisements d’or primaires que les gisements secondaires en utilisant différentes techniques, dont les traces sont encore visibles aujourd’hui sur le terrain. Le système d’extraction de plus grand impact sur le paysage fut le ruina montium, qui consistait à provoquer l’effondrement de grandes masses de terre alluviales grâce à des galeries où l’on introduisait de l’eau transportée de loin au moyen d’aqueducs. Ce procédé explique le paysage artificiel spectaculaire que l’on peut voir à Las Médulas (León)64.

49Il n’y a pas de nouveauté importante concernant le régime juridique que Rome appliqua dans ces mines du Nord-Ouest. On pense toujours que l’exploitation des gisements d’or se fit suivant une régie directe. Le choix de ce système, différent de celui qui était appliqué dans d’autres districts miniers de la péninsule Ibérique comme Vipasca, s’explique par les caractéristiques singulières des gisements miniers du Nord-Ouest et, en particulier, par l’envergure des techniques d’extraction utilisées. La construction et l’entretien nécessaires de ces grands travaux hydrauliques n’auraient probablement pas pu être assurés par des exploitants privés, de même que le contrôle d’une main-d’œuvre aussi abondante. D’autre part, il faut ajouter l’importance de l’or pour l’État romain, surtout après la réforme du système monétaire d’Auguste et l’instauration de l’aureus comme monnaie étalon.

  • 65 Orejas, 2005, p. 309-319.

50Les recherches récentes ont tenté d’illustrer tout particulièrement les transformations subies par la population du Nord-Ouest à partir de la mise en activité des mines65. La dispersion géographique des gisements et le besoin de réunir d’importants efforts humains et techniques pour leur exploitation entraînèrent le développement de nouveaux centres d’habitat dans des zones auparavant dépeuplées. Les prospections et les fouilles archéologiques montrent qu’il n’y eut pas de continuité de la culture des castros d’origine pré-romaine, mais plutôt une adaptation de celle-ci à la nouvelle situation politique et économique imposée par Rome. Il est important de mentionner les « coronas » ou villages intégrés dans les réserves minières, situés parfois à grande altitude. Leur existence fut souvent éphémère, car elle était conditionnée par la demande de main-d’œuvre pour les exploitations minières. La Corona de Quintanilla, dans la vallée de la Duerna, est un bon exemple de ce type d’habitat fortement lié aux travaux miniers. Dans le cas des castros d’origine pré-romaine comme celui de Chao Sanmartín, du côté occidental des Asturies, des vestiges attestent les transformations réalisées dans l’organisation interne du village en raison du travail de ses habitants dans les mines.

  • 66 Mangas et Orejas, 1999, p. 291-313.
  • 67 Domergue, 1990, p. 348-351.

51La question des limites entre les territoires publics occupés par les metalla et ceux qui étaient attribués aux villes constitue un autre point important, ainsi que la condition juridique de la main-d’œuvre employée dans les mines66. Les documents, aussi bien littéraires qu’épigraphiques, ne lèvent pas les doutes. Il existe très peu de références aux esclaves et on tend à écarter la participation de l’armée aux travaux d’extraction ; sa présence s’explique plutôt par une collaboration technique67. Tout semble indiquer, par conséquent, que les travaux furent réalisés, au moins dans un premier temps, par des pérégrins installés dans la région, probablement à titre d’obligation tributaire imposée par Rome. Le problème de cette interprétation reste toujours celui de déterminer comment évolua la situation avec le temps, et en particulier, comment le processus d’intégration de ces pérégrins dans la citoyenneté romaine eut une influence, surtout à partir de la période flavienne. Une autre question à résoudre est de savoir si le changement prévisible de type de main-d’œuvre fit diminuer la rentabilité des exploitations minières et, si c’était le cas, dans quelle mesure ce changement contribua à l’abandon définitif des mines à la fin du iie ou au début du iiie siècle.

52En conclusion, même si beaucoup de questions restent en suspens, la péninsule Ibérique offre des documents abondants et variés sur la vie économique des provinces romaines. Les contrastes géographiques et la précoce inclusion des territoires dans l’Empire romain permettent d’apprécier les changements introduits par Rome dans la sphère économique dans une perspective large. Les recherches récentes permettent d’analyser en détail les aspects concrets du fonctionnement économique ; l’élément humain et les implications sociales sont l’objet d’une attention croissante. La Bétique continue à être très étudiée, en raison de la richesse et de l’intérêt suscité par les mines et la production d’huile, mais d’autres régions sont aussi mieux mises en valeur. La production de blé et l’élevage, bien qu’importants, sont les secteurs économiques les moins connus, étant donné le manque de documents. Enfin, les recherches en cours permettent une connaissance plus complète et renouvelée de la géographie économique de la péninsule Ibérique, dont l’histoire ne peut pas se limiter seulement à celle d’une riche terre de conquête soumise à l’exploitation romaine.

Fig. 1. Les mines romaines de la péninsule Ibérique

Fig. 1. Les mines romaines de la péninsule Ibérique

D’après Sánchez-Palencia, éd., 2000, p. 24-25.

Fig. 2. Centres de production d’amphores Dressel 20

Fig. 2. Centres de production d’amphores Dressel 20

D’après Remesal, 2004, p. 134.

Fig. 3. Usines de sauces et salaisons de poisson dans la Bétique

Fig. 3. Usines de sauces et salaisons de poisson dans la Bétique

D’après Lagóstena, 2001, p. 165.

Fig. 4. Centres de production d’amphores dans le Nord-Est de l’Espagne citérieure

Fig. 4. Centres de production d’amphores dans le Nord-Est de l’Espagne citérieure

D’après Revilla, 1995b, p. 14-15.

Haut de page

Bibliographie

Aguilera Martín, A., 2002, El monte Testaccio y la llanura subaventina. Topografía extra portam Trigeminam, Rome.

Alfaro Giner, C., 2001, Vías pecuarias y romanización en la Península Ibérica, dans J. Gómez-Pantoja (éd.), Los rebaños de Gerión. Pastores y trahumancia en Iberia antigua y medieval, Collection de la Casa de Velázquez, 73, Madrid, p. 215-231.

Beltrán de Heredia Bercero, J., 2000, Los restos arqueológicos de una fullonica y de una tinctoria en la colonia romana de Barcino (Barcelona), Complutum, 11, p. 253-259.

Bernárdez Gómez, M.J. et Guisado di Monti, J.C., 2002, Las explotaciones mineras de “lapis specularis” en Hispania, dans Artifex. Ingeniería Romana en España, Madrid, p. 273-298

Berni Millet, P. et Revilla Calvo, V., 2008, Los sellos de las ánforas de producción tarraconense : representaciones y significado, dans A. López et X. Aquilué (coord.), La producció i el comerç de les àmfores de la Provincia Hispania Tarraconensis. Homenatge a Ricard Pascual i Guasch. Monografies 8, MAC, Barcelone, p. 95-111.

Blázquez, J.M., 1978, Economía de la Hispania romana, Bilbao.

Blázquez Martínez, J.M. et Remesal Rodríguez, J. (éd.), 2007, Estudios sobre el Monte Testaccio (Roma) IV. Instrumenta, 24, Barcelone.

Carreras, C. et Aguilera, A. (éd.), 2005, Culip VIII i les Amfores Haltern 70. Monografies del CASC, 5, Gérone.

Carreras, C. et Funari, P.P.A., 1998, Britannia y el Mediterráneo. Estudios sobre el abastecimiento de aceite bético y africano en Britannia. Instrumenta, 5, Barcelone.

Chic García, G., 2001, Datos para un estudio socioeconómico de la Bética. Marcas de alfar sobre ánforas olearias, 2 vos., Écija.

Chic García, G., 2006, Movimiento de personas en relación con el aceite bético, dans A. Caballos Rufino et S. Demougin (éd.), Migrare. La formation des élites dans l’Hispanie Romaine, Bordeaux, p. 273-299.

Chic García, G., Garcia Vargas, E., Romo salas, A.S. et Tabales rodríguez, M.A., 2001, Una nueva inscripción annonaria de Sevilla : M. Iulius Hermesianus, diffusor olei ad annonam Urbis, Habis, 32, p. 353-374.

Colls, D., Étienne, R., Lequément, R., Liou, B. et Mayet, F., 1977, L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude. Archaeonautica, 1, Paris.

Cruz Andreotti, G., 2007, Acerca de Estrabón y la Turdetania-Bética, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica. 2, La época imperial, Madrid, p. 251-270.

Domergue, C., 1990, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, Rome.

Étienne, R. et Mayet, F., 2000, Le vin hispanique. Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, 1, Paris.

Étienne, R. et Mayet, F., 2002, Les salaisons et sauces de poisson hispaniques. Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, 2, Paris.

Étienne, R. et Mayet, F., 2004, L’huile hispanique. Trois clés de l’économie de l’Hispanie romaine, 3, Paris.

Haley, E.W., 2003, Baetica Felix. People and Prosperity in Southern Spain from Caesar to Septimius Severus, Austin.

Hernando, M.R., 2008, Ávila : una ciudad con vocación ganadera, dans J. Mangas et M.A. Novillo (éd.), El territorio de las ciudades romanas, Madrid, p. 385-424.

Lagóstena Barrios, L., 2001, La producción de salsas y conservas de pescado en la Hispania romana (II a. C.-VI d. C.). Instrumenta, 11, Barcelona.

Lagóstena Barrios, L., 2005, Pesquerías en la Hispania altoimperial. Reflexiones y perspectivas para su estudio, dans J. Molina Vidal et M.J. Sánchez Fernández (éd.), III Congreso Internacional de Estudios Históricos. El Mediterráneo : la cultura del mar y la sal, Santa Pola, p. 77-88.

Le Roux, P., 1986, L’huile de Bétique et le Prince. Sur un itinéraire annonaire, REA, 88, 1-4, p. 247-271.

Le Roux, P., 1995, L’émigration italique en Citérieure et en Lusitanie jusqu’à la mort de Néron, dans F. Beltrán Lloris (éd.), Roma y las primeras culturas epigráficas del occidente mediterráneo (Zaragoza, 1992), Saragosse, p. 85-95.

Liou, B. et Tchernia, A., 1994, L’interprétation des inscriptions sur les amphores Dressel 20, dans Epigrafia della produzione e della distribuzione, CEFR, 193, Rome, p. 133-156.

Mangas, J. et Orejas, A., 1999, El trabajo en las minas en la Hispania Romana, dans Rodríguez Neila, J.F., González Román, C., Mangas, J. et Orejas, A., 1999, El trabajo en la Hispania romana, Madrid, p. 207-337.

Mateo, A., 2001, Observaciones sobre el régimen jurídico de la minería en tierras públicas de época romana, Saint-Jacques-de-Compostelle.

Mayet, F., 1986, Les figlinae dans les marques d’amphores Dressel 20 de Bétique, REA, 88, 1-4, p. 285-305.

Nieto, J., Kover, A., Izquierdo, P., Puig, A., Alaminos, A., Martín, A. et Pujol, M., 1989, Excavacions arqueològiques subaquàtiques a Cala Culip, I. CIAG Sèrie Monogràfica, 9, Gérone.

Orejas Saco del valle, A., 2005, El poblamiento romano en los distritos mineros del Noroeste, dans C. Fernández Ochoa et P. García Díaz (éd.), Unidad y diversidad en el Arco Atlántico en época romana. III Coloquio Internacional de Arqueología en Gijón (2002), BAR S1371, Oxford, p. 309-319.

Ponsich, M., 1974-1991, Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir, Paris (I, 1974; II, 1979; III, 1987; IV, 1991).

Ponsich, M., 1988, Aceite de oliva y salazones de pescado. Factores geo-económicos de Bética y Tingitana, Madrid.

Poveda Navarro, A.M., 2000, Societas Baliarica. Una nueva compañía minera romana de Hispania, Gerión, 18, p. 293-313.

Remesal Rodríguez, J., 1996, Mummius Secundinus. El Kalendarium Vegetianum y las confiscaciones de Severo en la Bética (HA, Severus 12-13), Gerión, 14, p. 195-221.

Remesal Rodríguez, J., 2004, Las ánforas Dressel 20 y su sistema epigráfico, dans J. Remesal Rodríguez (éd.), Epigrafía anfórica. Proyecto Amphorae, Instrumenta, 17, Barcelona, p. 127-148.

Revilla Calvo, V., 1995a, Producción artesanal, viticultura y propiedad rural en la Hispania Tarraconense, Gerión, 13, p. 305-337.

Revilla Calvo, V., 1995b, Producción cerámica, viticultura y propiedad rural en Hispania Tarraconensis (siglos I a.C. - III d.C.), Cuadernos de Arqueología, 8, Barcelone.

Richardson, J., 1997, Una tierra de promisión, dans J. Arce, S. Ensoli et E. La Rocca (éd.), Hispania Romana. Desde tierra de conquista a provincia del Imperio, Madrid, p. 66-72.

Rico, C., 2000, La production de briques et de tuiles en Bétique, dans P. Boucheron, H. Broise et Y. Thébert (éd.), Actes du colloque international: La brique antique et médiévale. Production et commercialisation d’un matériau (Saint-Cloud, 1995), CEFR, 272, Rome, p. 177-192.

Rico, C., 2003, Mercatores, negotiatores et diffusores olearii et le commerce de l’huile de Bétique à destination de Rome aux ier et iie siècles de notre ère, REA, 105.2, p. 413-433.

Rodríguez Almeida, E., 1984, Il Monte Testaccio. Ambiente, storia, materiali, Rome.

Rodríguez Rodríguez, I., 2001, Las áreas artesanales : los alfares, dans A. Caballos Rufino (éd.), Carmona Romana, Carmona, p. 311-320.

Sánchez-Palencia, F.J. (éd.), 2000, Las Médulas (León). Un paisaje cultural en la Asturia Augustana, León.

Sillières, P., 2000-2001, Vías marítimas, fluviales y desarrollo económico de Hispania, Zephyrus, 53-54, p. 433-442.

Teichner, F., 2008, Zwischen Land und Meer. Architektur und Wirtschaftsweise ländlicher Siedlungsplätze im Süden der römischen Provinz Lusitanien (Portugal), Mérida.

Zarzalejos Prieto, M., Arévalo González, A. et Fernández Ochoa, C., 1999, Tránsito, comercio y actividad económica en la Sisapo altoimperial, ETF (hist), 12, p. 253-272.

Haut de page

Notes

1 Sillières, 2000-2001, p. 433-442.

2 Voir à ce sujet l’intéressante étude de C. Rico, 2000, p. 177-192.

3 Rappelons-nous les premiers travaux pionniers de J.M. Blázquez qui abordait l’histoire économique de l’Hispania romaine à partir d’un recueil exhaustif des sources littéraires, bien qu’ouvrant aussi le chemin à la recherche archéologique (Blázquez, 1978, ouvrage de compilation d’études précédentes).

4 Pensons aux récits d’Hérodote sur le royaume de Tartessos : la visite des Phocéens au généreux roi Arganthonios (Hdt., 1.163.3) ou l’enrichissement du samien Kolaios après avoir visité Tartessos (Hdt., 4.152) et, des siècles après, la version de Posidonius transmise par Strabon, selon laquelle, en Ibérie, lorsque brûlait une forêt, l’or et l’argent du sous-sol remontaient à la surface (Str., 3.2.9).

5 Plin., NH, 37.203.

6 Just., 44.1-10.

7 Cruz Andreotti, 2007, p. 251-270.

8 Colls et al., 1977.

9 Nieto et al., 1989 ; Carreras et Aguilera (éd.), 2005.

10 Rodríguez Almeida, 1984.

11 Blázquez et Remesal, 2007 (quatrième volume d’une série d’ouvrages commencée en 1991). Voir aussi l’étude générale sur le Mont Testaccio de A. Aguilera, 2002.

12 Parmi les dernières contributions sur l’élevage en Hispania et les problèmes de documentation qu’il soulève, cf. Alfaro, 2001, p. 215-231.

13 Ponsich, 1974-1991.

14 Revilla, 1995b, p. 13-40.

15 Voir récemment, entre autres, Teichner, 2008.

16 Remesal, 2004, p. 127-148 ; Berni et Revilla, 2008, p. 95-111.

17 “Centre pour l’étude de l’interdépendance provinciale dans l’Antiquité classique”, dirigé par J. Remesal depuis l’Université de Barcelone. Ce centre offre sur Internet une très importante base de données sur l’épigraphie amphorique dans l’Occident Romain.

18 Liou et Tchernia, 1994, p. 133-156.

19 Mayet, 1986, p. 285-305.

20 Le Roux, 1986, p. 247-271.

21 Chic et al., 2001, p. 353-374.

22 Rico, 2003, p. 413-433.

23 Haley, 2003, p. 4 sq.

24 La trilogie de R. Étienne et F. Mayet sur le vin (2000), les conserves de poisson (2002) et l’huile (2004) fournit le meilleur exemple.

25 Revilla, 1995a, p. 307-308.

26 Étienne, Mayet, 2000, p. 21-58.

27 Domergue, 1990, p. 179-189.

28 Richardson, 1997, p. 67-68.

29 Vers l’année 151 av. J.-C., quand l’historien Polybe a visité ces mines, y travaillaient environ 40.000 mineurs rapportant 25.000 drachmes par jour à Rome, selon Strabon (3.2.10).

30 Mateo, 2001, p. 62-65.

31 Le Roux, 1995, p. 90.

32 AE 1995, 938 ; AE 1996, 926 ; HEp 6, 1996, 655.

33 Dans une moindre mesure, on peut admettre, comme le suggère A.M. Poveda, une implantation de cette societas Baliarica dans les zones minières du sud-est péninsulaire (Poveda, 2000, p. 293-313 ; AE 2000, 784).

34 Diodore de Sicile (5.36) fait allusion à une multitude d’Italiques qui se précipitèrent dans la péninsule et s’enrichirent par l’activité minière et le commerce des métaux, en utilisant de la main-d’œuvre servile.

35 Tac., Ann., 6.19 ; Suet., Tib., 49.

36 Voir parmi les dernières études sur cet important document épigraphique, l’analyse de A. Mateo, avec des commentaires sur la bibliographie antérieure. Cet auteur critique la théorie d’un régime partiaire à Vipasca semblable à celui des saltus nord-africains et défend le système fondé sur la vente de la moitié des puits miniers par le fisc, une fois vérifiée leur productivité (Mateo, 2001, p. 85-166).

37 Cic., Phil., 2.19.48 ; Vitr., Arch., 7.9.4 ; Str., 3.144 ; Plin., NH, 33.118, 121 ; Just., 44.1.8.

38 Zarzalejos et al., 1999, p. 253-272.

39 Remesal, 1996, p. 195-221.

40 Domergue, 1990, p. 215-223.

41 Bernárdez et Guisado, 2002, p. 273-298.

42 Hernando, 2008, p. 385-424.

43 Beltrán, 2000, p. 253-259.

44 Rodríguez, 2001, p. 311-320.

45 Soixante amphores Haltern 70 au moins constituaient la cargaison principale du bateau Culip VIII coulé près du cap de Creus, à Cala Culip (Gérone) : Carreras et Aguilera (éd.), 2005.

46 Chic, 2001 ; Étienne et Mayet, 2004, p. 80-115.

47 Chic, 2006, p. 273-299.

48 Lagóstena, 2001, p. 31-202.

49 Ponsich, 1988, p. 169-228.

50 Étienne et Mayet, 2002, p. 58-73.

51 Plin., NH, 31.93.

52 Plin., NH, 31.95.

53 Ponsich, 1988, p. 53-55.

54 Voir le bilan de L. Lagóstena, 2005, p. 77-88.

55 Étienne et Mayet, 2002, p. 19-26, 104.

56 Plin., NH, 14.71.

57 Sil. It., Pun., 3.369, 15.178.

58 Mart., Epig., 13.118.

59 Mart., Epig., 1.26.9.

60 Plin., Epist, 9.28.2.

61 Juv., Sat., 5.30.

62 Étienne et Mayet, 2000, p. 254-255.

63 Revilla, 1995a, p. 310-315.

64 Sánchez-Palencia (éd.), 2000.

65 Orejas, 2005, p. 309-319.

66 Mangas et Orejas, 1999, p. 291-313.

67 Domergue, 1990, p. 348-351.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les mines romaines de la péninsule Ibérique
Légende D’après Sánchez-Palencia, éd., 2000, p. 24-25.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1834/img-1.png
Fichier image/png, 329k
Titre Fig. 2. Centres de production d’amphores Dressel 20
Légende D’après Remesal, 2004, p. 134.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1834/img-2.png
Fichier image/png, 257k
Titre Fig. 3. Usines de sauces et salaisons de poisson dans la Bétique
Légende D’après Lagóstena, 2001, p. 165.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1834/img-3.png
Fichier image/png, 225k
Titre Fig. 4. Centres de production d’amphores dans le Nord-Est de l’Espagne citérieure
Légende D’après Revilla, 1995b, p. 14-15.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1834/img-4.png
Fichier image/png, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alicia Ruiz Gutiérrez, « Les espaces économiques de la péninsule Ibérique à l’époque romaine (197 av. J.-C.- 192 apr. J.-C.) », Pallas, 80 | 2009, 223-243.

Référence électronique

Alicia Ruiz Gutiérrez, « Les espaces économiques de la péninsule Ibérique à l’époque romaine (197 av. J.-C.- 192 apr. J.-C.) », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1834 ; DOI : 10.4000/pallas.1834

Haut de page

Auteur

Alicia Ruiz Gutiérrez

Profesora Titular de Historia Antigua
Departamento de Ciencias Históricas
Facultad de Filosofía y Letras, Universidad de Cantabria
alicia.ruiz@unican.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org