Navigation – Plan du site
La romanisation des provinces occidentales

La romanisation des campagnes de la Gaule septentrionale (Lyonnaise, Belgique, Germanies)

Retour sur le sens d’une mutation
The romanisation of Northern Gaul’s countrysides (Lugdunese, Belgica, Germanies). A hindsight on the meaning of a mutation
Paul Van Ossel
p. 373-385

Résumés

La romanisation de la Gaule a déjà fait l’objet de nombreuses études. Pourtant, certains aspects de la question n’ont guère été abordés à ce jour. L’évolution des campagnes durant l’Antiquité tardive apporte ainsi un éclairage singulier sur l’ampleur du processus d’acculturation consécutif à la conquête et permet de replacer ses développements dans la perspective plus générale de la mise en place de la cité et de la municipalisation en tant que vecteur de romanité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jusque dans les années 1960, la perspective était assez univoque et assimilait la romanisation à la (...)
  • 2 Parmi les contributions les plus récentes : Le Roux, 2004 ; Janniard, Traina, 2006.
  • 3 En particulier, les contributions de Jean-Pierre Brun (Brun, 2006) et d’Alain Ferdière sur les camp (...)

1La romanisation de la Gaule n’est sans doute pas un thème nouveau, encore que le mot ait considérablement changé de sens depuis les travaux fondateurs de l’historiographie du xixe siècle1. Ces dernières années, il a constitué un motif de discussion récurrent et il a été abordé à plusieurs reprises2. Ainsi, en 2005, lors du colloque « Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire » consacré tout entier à « La romanisation et la question de l’héritage celtique ». Ce colloque, un des plus récents et des plus complets sur le sujet, s’était donné pour tâche d’explorer à partir de la documentation archéologique les multiples facettes des relations complexes entre héritage celtique et romain dans l’histoire des Gaules3.

2On pourrait croire que tout a été dit sur un processus étudié depuis si longtemps. Il paraît pourtant souhaitable de revenir sur cette question car les réponses apportées aux interrogations sur la nature de la romanisation, son ampleur ainsi que ses conséquences sociales et économiques, restent incomplètes. En effet, elles ne prennent pas en considération l’évolution du monde rural à partir de la seconde moitié du iiie siècle. Or, cette évolution éclaire à sa façon le passé et plus particulièrement le degré d’acculturation dans les campagnes du Diocèse des Gaules. Considérer leur devenir à la fin de l’Antiquité permet de replacer leur romanisation dans la perspective plus générale de la mise en place de la Cité et de la municipalisation en tant que vecteur de romanité, tout comme elle permet de lier leurs développements respectifs.

1. Mutations tardives

3Étudiant les campagnes du nord de la Gaule, j’ai souvent été amené à observer une tendance lourde de l’évolution de l’habitat rural, qui s’inscrit à partir du milieu du iiie siècle dans une perspective d’effacement des signes de romanité résultant de près de trois siècles d’acculturation. Le phénomène ne concerne pas tous les habitats, mais une part croissante d’entre eux.

4Les signes sont aisément reconnaissables. La mutation se marque d’abord par une transformation morphologique de nombreux établissements ruraux, dans le contexte général d’une profonde évolution des formes de l’habitat. Le décor architectural (colonnades, peintures, stucs, mosaïques…) est souvent abandonné, tout comme certaines installations parmi les plus emblématiques de la culture ou de la technique antique : les installations de bains et les systèmes de chauffage par hypocauste. Parallèlement, on constate une utilisation accrue du bois dans la construction des nouveaux bâtiments, au détriment d’une architecture en pierre jusqu’alors prédominante, même quand la fonction des édifices ne change pas.

Cette mutation est accompagnée par une réorganisation spatiale de plusieurs établissements, caractérisée par :

  • une réduction des surfaces occupées. Les grandes cours agricoles largement ouvertes sont souvent abandonnées au profit d’un regroupement des infrastructures sur un espace plus réduit ;

  • une plus grande irrégularité des plans qui ne tiennent plus guère compte du bel ordonnancement originel ;

  • une disparition de la spécialisation des espaces. Habitat et activités agricoles ou artisanales ne sont plus dissociés, ni réservés à des espaces ou des bâtiments distincts.

5Toutes ces transformations révèlent une évolution sensible des conditions d’existence et dessinent un contraste clairement perceptible par rapport à la situation antérieure des établissements concernés.

6Cette mutation est progressive car elle ne se manifeste pas partout au même moment. Elle s’échelonne dans le temps. En revanche, elle est généralement brusque, marquant une étape (voire une rupture) dans l’évolution de l’habitat. Si cette mutation accompagne souvent un déclin et un appauvrissement de l’occupation (elle est alors subie), elle jalonne aussi une continuité, un développement ou même une occupation nouvelle. Dans ces cas, elle peut être le résultat d’un choix délibéré, traduisant un changement dans les investissements des propriétaires, privilégiant par exemple des modes de construction moins onéreux ou plus rapides. Il est remarquable aussi de noter que le phénomène se déroule dans un contexte économique général caractérisé par le maintien d’une bonne productivité économique, malgré les changements en cours. Les données archéologiques disponibles montrent en effet que les campagnes de la Gaule tardive s’inscrivaient toujours dans une économie d’échanges active, même si leur niveau peut être discuté.

Cet abandon des marques les plus ostensibles de la culture antique suscite inévitablement quelques questions.

  • 4 Van Ossel, 2003 et 2006, avec bibliographie antérieure.

7La première porte sur ses raisons et le contexte dans lequel il se manifeste. Le phénomène a d’abord été regardé comme une conséquence des invasions barbares et des implantations germaniques dans les territoires d’Empire, reproduisant en cela un schéma d’opposition entre barbare et civilisé considéré alors comme inhérent au concept même de romanisation. Cette explication est très insuffisante. En fait, un examen plus approfondi de la documentation archéologique montre que les changements dans les campagnes à la fin de l’Antiquité étaient avant tout le résultat d’une mutation interne du monde gallo-romain4. Sans revenir sur la démonstration, retenons seulement qu’un nombre croissant d’établissements ruraux des ive et ve siècles présentent une morphologie renouvelée, empruntant de nombreux traits à une tradition vernaculaire qui n’a jamais disparu ni jamais cessé d’évoluer parallèlement aux formes plus classiques de l’habitat et de la construction.

  • 5 Plusieurs exemples de ce type d’abandon sont attestés, soit à l’échelle de terroirs comme la Brie s (...)

8La seconde question porte sur la profondeur de la romanisation des campagnes des Gaules. En effet, si ses témoins les plus visibles disparaissent aussi brusquement, on peut s’interroger sur la solidité de son enracinement. Une première explication réside sans doute dans une hiérarchisation quasi instinctive des priorités. Quand une société affronte une crise, celle-ci doit en effet nécessairement s’adapter. Cela implique souvent de renoncer en priorité au superflu, de délaisser ce qui est moins productif. Ainsi en est-il, au Bas-Empire, de l’abandon des terres : il est désormais acquis que la déprise, lorsqu’elle peut être mise en évidence, se fait d’abord au détriment des zones agricoles les moins fertiles, les plus difficiles à mettre en valeur5. Une autre explication est sans doute économique et tient aux choix d’investissements, imposés ou volontaires, des propriétaires. Mais cela n’explique pas tout.

2. Le modèle traditionnel en question

9D’autres ressorts doivent être explorés, qui justifient de revenir sur la romanisation des campagnes et des réalités qu’elle recouvre.

  • 6 Le Glay, 1975, p. 200. Les citations entre guillemets sont extraites de cet ouvrage.
  • 7 Et d’abord les salles d’apparat et de réception, souvent monumentalisées, destinées à solenniser le (...)
  • 8 Le Glay, 1975, p. 209.

102.1. Longtemps, celle-ci a été perçue à travers l’introduction d’un système domanial spéculatif, de type « colonial », « économiquement et socialement oppressif »6, pratiquant une économie en faire-valoir indirect grâce à une main-d’œuvre servile et à des liens de subordination de type clientéliste. Dans ce modèle, la villa était considérée comme la marque visible de l’« œuvre civilisatrice » de la culture romaine dans les campagnes. Vaste ensemble architectural construit en dur comprenant une résidence souvent luxueuse et présentant divers aménagements indispensables à l’otium et au negotium7, mais aussi de nombreux bâtiments agricoles organisés de façon rationnelle, séparant clairement les fonctions, ce « pur monument d’importation »8 était présenté comme le reflet de la culture et de la civilisation romaines dans les campagnes. Comme tel, il s’opposait au village, au hameau agricole et à la ferme indigènes qui auraient abrité les populations dominées placées dans la dépendance sociale et économique des propriétaires de villae. Seuls centres régisseurs des domaines, les villae structuraient l’exploitation du territoire.

  • 9 Agache, 1978 et 1983.
  • 10 Le Glay, 1975, p. 233.
  • 11 Le Glay, 1975, p. 235.

11La romanisation des campagnes gauloises apparaissait aussi dans l’adoption du modèle de la villa par les élites gauloises, désormais acculturées. Il est symptomatique de constater que dans les fermes indigènes repérées par photographie aérienne9, ce sont les éléments marquant leur progressive transformation architecturale en villae, c’est-à-dire leur romanisation, qui ont longtemps attiré l’attention au détriment de leur évolution et de leur place dans le réseau des exploitations agricoles d’un terroir donné. Ces fermes indigènes étaient considérées comme les témoins d’un mode d’exploitation abandonné avec la mise en place de la nouvelle culture dominante, entraînant dès lors une « rupture » dans le système économique10. Dans cette perspective, les centuriations et les cadastres antiques, étroitement liés à une fiscalité « savante »11, apparaissaient dans l’organisation du paysage comme le pendant de la villa et le symbole de l’introduction de nouvelles méthodes de gestion et d’exploitation des terres, ainsi que de nouvelles pratiques culturales rendues possibles par l’adoption de nombreuses innovations techniques dans le domaine de l’outillage agricole comme des modes de production.

  • 12 Lire à ce sujet les remarques de Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999, p. II.
  • 13 Maurin, Pailler (éd.), 1996 ; Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. V.

122.2. Si l’utilisation anachronique du terme colonial a généralement disparu du langage12, il n’en reste pas moins que cette présentation a profondément et durablement influencé les conceptions de nombreux archéologues et historiens travaillant sur la Gaule romaine. Il est vrai que certains de ses aspects paraissent rejoindre l’image de la romanisation que dégagent les études sur la civilisation urbaine13.

  • 14 Pion, 1996 ; voir aussi, Ferdière, 2006, p. 110-111.

13Depuis plusieurs années, des corrections significatives ont été apportées à ce tableau qui apparaît du coup bien réducteur et surtout périmé en de nombreux points. Tout cela a déjà abondamment été exposé et seules les critiques les plus significatives peuvent être rappelées ici. Ainsi, l’opposition tranchée entre un habitat dispersé gallo-romain et un habitat groupé de l’âge du Fer a été balayée par les progrès de l’archéologie. Plusieurs travaux récents14 ont clairement montré que, dès la seconde moitié du iie siècle avant notre ère, l’habitat rural gaulois s’était déjà constitué en fermes isolées largement dispersées dans les campagnes où elles formaient un semis de points de peuplement dont la densité n’a cessé de croître jusqu’à l’époque romaine. Avec les témoignages de continuité entre l’âge du Fer et l’époque romaine, ainsi qu’une hiérarchie plus complexe des implantations humaines, c’est une tout autre vision de l’évolution des campagnes gauloises qui est apparue.

  • 15 En dernier lieu, Sablayrolles, 2009.

14Dans le même ordre d’idées, l’opposition tranchée entre villae romaines construites en dur et fermes indigènes construites en matériaux légers est devenue, elle aussi, totalement obsolète. La villa et sa définition ont été revisitées à la lumière des auteurs antiques et des récents travaux archéologiques15. Ceux-ci ont montré que la typologie de l’habitat rural ne se résumait pas à l’opposition caricaturale de deux formes antagonistes. L’incroyable diversité révélée par l’archéologie a montré au contraire une multitude de formes intermédiaires qui changent selon une variété de critères régionaux et le poids des traditions locales, quelle que soit l’époque considérée. Entre la petite ferme et la grande villa de type palatial, la complexité est telle qu’on peut parfois se demander à partir de quand il faut parler de villa romaine et, a contrario, jusqu’à quand il convient de parler de ferme. Inversement, il est aussi établi que des formes vernaculaires, reprenant des schémas remontant à l’âge du Fer, persistent durant toute l’époque romaine y compris durant l’Antiquité tardive. Mais il ne faudrait pas en déduire que toutes les fermes sont dans ce cas.

  • 16 Et cela quel que soit le modèle de villa concernée : villa de création (fondation ex nihilo, d’un b (...)
  • 17 Ferdière, 2006, p. 111.

15Un autre point qui a été revu est la date d’apparition de la villa en Gaule. Les fouilles archéologiques ont montré que, sauf exception, celle-ci était apparue assez tardivement, à partir du début du ier siècle de notre ère, y compris dans la province de Narbonnaise pourtant rattachée à l’Empire depuis plusieurs décennies16. Certains en ont tiré la conclusion que le développement de la villa n’était pas, dès lors, à proprement parler l’agent privilégié de la romanisation des campagnes de la Gaule17.

  • 18 Lire à ce sujet, Ouzoulias, Van Ossel, 2009.
  • 19 Lire, sur ce point, Raynaud, 2003, p. 281-298.
  • 20 Même en Picardie où les photographies de Roger Agache avaient amené à penser qu’elles formaient le (...)

16Dans cette même veine, plusieurs opérations archéologiques18 ont montré que le modèle économique de la villa dominante, développant au sein de son terroir une production spéculative destinée aux échanges à grande distance grâce au contrôle d’un réseau de fermes aux activités productrices plus limitées, pouvait effectivement être remis en question, ou du moins nuancé19. Pour être tout à fait honnête, le point est encore l’objet de débats, mais il est incontestable que les villae, grandes ou modestes, ne constituent qu’un pourcentage relativement restreint des établissements ruraux dans une région20 et que les fermes de type indigène ou partiellement romanisées participaient à l’exploitation agricole des terroirs à des degrés variables en fonction de leur nombre et de leurs capacités productives. Les relations de subordination entre tous ces établissements de taille et de fonction différentes ne sont pas toujours évidentes à mettre en évidence et l’on peut s’interroger sur la pertinence des arguments archéologiques avancés pour leur démonstration.

  • 21 Chouquer, Favory, 1991 ; Favory, 2003.

17Les centuriations enfin. Dans ce cas encore, la multiplication des fouilles a montré que si l’existence de divisions centuriées ne pouvait être remise en question dans les territoires des fondations coloniales voire de simples municipes, leur généralisation à travers la Gaule était beaucoup plus discutable. D’où l’élaboration du vocable de parcellaire romano-indigène utilisé un temps pour désigner des formes de subdivision du territoire mises en œuvre par des arpenteurs qui s’étaient en fait beaucoup adaptés aux situations locales21.

  • 22 Le Glay, 1975.
  • 23 Cf. Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. V-VI.
  • 24 Le Roux, 2004 ; Leveau, 2005.
  • 25 Ouzoulias, 2007.
  • 26 Ferdière, 2006, p. 113.
  • 27 Comme le propose Ferdière, 2006, p. 115. À titre d’exemple, voir la villa de Champion (Van Ossel, D (...)

182.3. On peut comprendre que devant tant de révisions, les interrogations n’aient cessé de se multiplier sur le sens à donner à la romanisation des campagnes. Elles ne se posent plus guère, aujourd’hui, dans les termes du premier volume de l’« Histoire de la France rurale »22 rappelés plus haut. Les débats ne sont pas éteints pour autant et des avis divergents s’expriment encore. En schématisant, les positions des uns et des autres se cristallisent autour de deux tendances principales. L’impact de la romanisation a été récusé par les uns, surtout chez les Anglo-saxons qui ont développé un courant historiographique insistant sur le caractère artificiel et superficiel du phénomène, d’autant plus rapidement balayé qu’il avait été imposé par une administration romaine éminemment contraignante23. Dans le fil de cette vision, certains se sont demandés s’il ne fallait pas « déromaniser » la Gaule24 et ses campagnes25. La démarche est stimulante car elle permet de dépasser un modèle de développement unidirectionnel qui enfermait les débats dans une approche stérile consistant à opposer de façon caricaturale Romains et indigènes. Elle n’en demeure pas moins une position extrême, qui risque de dénier toute valeur aux témoignages des changements culturels qui se sont opérés depuis la conquête et, sauf à y prendre garde, de proposer une vision non moins extrême que ceux qui soutiennent que la conquête romaine avait effacé tout substrat indigène. D’autres ont préféré nuancer ou relativiser les effets de la romanisation en insistant sur l’importance de la tradition vernaculaire dans la physionomie des campagnes et sur l’antériorité de nombreux éléments structurels de la Gaule romaine26. D’où, par exemple, la définition de formes hybrides d’habitat, empruntant une partie de leurs traditions architecturales au fonds préromain et une autre partie aux apports romains27. L’accent mis sur l’acculturation, en tant que processus d’échange réciproque, est ici patent.

  • 28 Voir, par exemple, Séguier, 2001.

19Dans ces opinions, c’est clairement le concept même de romanisation qui est aujourd’hui reconsidéré. Son acception traditionnelle, remontant au xixe siècle, est battue en brèche par une vision plus réaliste de l’évolution des sites ruraux et de la transformation progressive, inégale et bien souvent partielle, d’établissements de la fin de l’âge du Fer en villae édifiées à la mode romaine ou, du moins, intégrant un certain nombre de marques de romanitas inconnues ou inusitées jusqu’alors. Mais, là encore, il faut garder la mesure et ne pas oublier que tous les sites ruraux n’ont pas évolué de façon linéaire de la protohistoire au Bas-Empire (et même au-delà). Il faut garder une image dynamique du développement des campagnes de la Gaule. Durant toute cette période, il y a des créations et des abandons. La romanisation vient souvent se greffer sur une évolution commencée avant la conquête de la Gaule et perdurant dans bien des cas après le ive siècle. Cette longue continuité s’accompagne parfois d’une mobilité au sein du finage, moyennant le faible déplacement d’un même habitat28. La romanisation apparaît dans ce cas comme un moment, comme une étape, dans la longue vie d’un établissement dont la pérennité dépasse les clivages chronologiques.

3. Considérer la romanisation dans son ensemble

20De toute évidence, il faut donc mieux définir la romanisation en appréciant plus finement ses réalisations, son intensité et son rôle dans le développement de la société, à chacun de ses niveaux. En effet, le phénomène n’a pas été uniforme, ni dans l’espace ni dans le temps.

  • 29 Ainsi, à travers le classement des villes de Gaule romaine proposé par Goudineau, 1980, p. 396-390.
  • 30 Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999, p. III-IV. La romanisation étant un processus d’acculturatio (...)
  • 31 Leveau, 2003, p. 328.
  • 32 Lepelley (dir.), 1998, aborde ce type d’approche en mettant en avant le caractère éclaté de l’histo (...)

21L’idée de différenciations sociales marquant des niveaux d’adéquation variés en Gaule, pressentie dès les années 197029, est désormais acceptée, certains insistant davantage sur ce qui rapproche que sur ce qui distingue30. Elle repose sur le constat d’une « hétérogénéité du substrat protohistorique » que la romanisation n’efface pas et d’une « hétérogénéité du développement consécutif aux différences d’intégration dans le système impérial »31. Plusieurs études dessinent aujourd’hui les contours de ces développements différenciés dans de grandes provinces32. Toutefois, ces approches restent générales et même timides quand il s’agit de descendre à l’échelle d’entités territoriales plus petites, comme les cités. Dans le domaine de l’archéologie rurale, où le poids des traditions locales, la compartimentation des terroirs et le poids des traditions locales fournissent pourtant de bons marqueurs, ce type d’approche est à peine esquissé.

  • 33 Vanderhoeven, 1996 ; Vanderhoeven, Vynckier, Vynckier, 1991 ; Vanderhoeven, Vynckier, Vynckier, 199 (...)
  • 34 Vers 10 av. J.-C. au Kielenstraat (phase I) : Vanderhoeven, Vynckier, Ervynck, Cooremans, 1992, p.  (...)
  • 35 C’est le modèle que l’on observe par exemple à Lyon, au début de son urbanisation dans la seconde m (...)
  • 36 La révolte de Civilis et les destructions par incendie qui touchent la ville dans les années 69-70 (...)

22Des pistes existent donc, mais dans ces approches il ne faudrait pas dissocier les villes et les campagnes, comme cela a été parfois le cas. La romanisation de ces dernières n’est pas déconnectée de l’ensemble du processus de transformation des Gaules. L’évolution des villes et de leurs territoires est non seulement liée, mais aussi largement synchrone, et cela même quand un décalage chronologique peut être observé dans les phases respectives de développement. En fait, ce décalage tient souvent davantage au caractère public ou privé des sites et des édifices. L’émergence des formes romanisées de l’habitat rural suit les rythmes de l’évolution dans les villes. Cela apparaît clairement quand on possède des données archéologiques précises, issues de fouilles fiables. C’est le cas, par exemple, de la cité de Tongres en Germanie seconde, dont la romanisation fut une des plus tardives (ou peut-être faudrait-il dire une des plus lentes ?)33. Si l’organisation générale de la ville de Tongres et de sa trame viaire apparaît dès la dernière décennie avant notre ère34, les habitations ont gardé longtemps un caractère vernaculaire avec des maisons-étables dont les occupants pratiquaient l’élevage du bétail au sein de l’espace urbain. À partir de l’époque Claude-Néron, les constructions présentent les premiers indices d’une adaptation des modes romaines, signalée par des parois à fondations sur sablières basses (pas attestées dans l’architecture vernaculaire à cette époque), l’utilisation d’enduits peints et une nouvelle organisation de l’espace interne des habitats, qui traduisent des changements significatifs dans les modes de vie des habitants35. Ce n’est qu’à partir de l’époque flavienne36 que des maisons urbaines de type romain sont apparues. Les établissements ruraux fouillés sur le territoire de la civitas Tungrorum montrent un schéma d’évolution comparable. Si les occupations ont débuté souvent dès l’époque augustéenne ou claudienne (parfois un peu plus tôt), c’est à partir du milieu du ier siècle, de l’époque flavienne ou même de la fin du ier siècle, que les premières constructions « à la romaine » ont progressivement été édifiées, sans pour autant concerner tous les édifices de l’établissement. On pourrait multiplier de tels exemples en considérant d’autres cités de Lyonnaise et de Belgique, mais les dossiers archéologiques ne permettent pas toujours de dérouler une analyse comparative aussi bien documentée, encore que la tendance générale soit la même.

  • 37 Ferdière, 2006, p. 110 et 113.
  • 38 Leveau, 2001 ; Béal, 2006-2007 ; Graen, 2008. Voir aussi, plus spécialement pour la Narbonnaise : B (...)
  • 39 Ammien Marcellin, R. G., XVII, 1, 7.
  • 40 Une évolution similaire a été observée pour les sanctuaires en Gaule romaine dont les différentes p (...)
  • 41 Bessac, Sablayrolles, 2002, p. 8-9.

23Le parallélisme dans l’évolution des habitats urbains et ruraux, qui d’ailleurs ne se limite pas aux phases initiales, implique-t-il pour autant une corrélation plus systématique ? Certains en doutent et invitent à ne pas exagérer le rôle romanisateur des villes envers les campagnes, arguant d’un développement spécifique du phénomène urbain à la période romaine et donc d’une différenciation culturelle et sociale plus poussée entre les villes et les campagnes37. L’argument ne tient toutefois pas suffisamment compte de la sociologie des populations rurales. Il est vrai que la question est encore peu étudiée en Gaule. Les liens entre ordo de la cité et propriété du sol sont pourtant démontrés par des textes juridiques comme par l’épigraphie. Les propriétaires des villae étaient souvent des notables, membres (et parfois membres éminents) des élites municipales, qui tiraient de leurs domaines et de leurs activités commerciales les ressources naturelles et financières nécessaires au développement de leurs domaines, mais aussi de leur cité, ne fût-ce qu’à travers la pratique de l’évergétisme liée aux charges qui leur incombaient38. C’est pourquoi il me semble indéniable que le développement des domaines ruraux et la construction de villae ritu romano constructae – pour reprendre une expression d’Ammien Marcellin39 – étaient liés à l’instauration du système impérial et à la municipalisation des ier et iie siècles40. C’est ce phénomène qui a permis l’épanouissement d’une culture originale avec ses nouveaux cadres idéologiques, perceptibles dans tous les domaines de la société. Dans le domaine matériel, c’est l’époque de l’essor de cette « culture de la pierre » évoquée par Jean-Claude Bessac et Robert Sablayrolles41, qui ont souligné le lien étroit entre l’ouverture et l’exploitation de carrières, la mise en place des réseaux de communication, la construction des villes, la transformation de la pierre sous toutes ses formes et donc aussi la pratique épigraphique, la sculpture, l’architecture publique, privée et religieuse.

24Tant que le système mis en place sous le règne d’Auguste s’est maintenu, ses effets se sont fait sentir aussi dans les campagnes. Quand ce ne fut plus le cas, les villes et les villae ont suivi une évolution concomitante. Que, dans un tel environnement, les signes de la romanité aient progressivement disparu, n’est pas surprenant. Ils ont perdu en quelque sorte leur raison d’être. Cela n’empêche pas les villes et les établissements ruraux de poursuivre leur évolution tout en se transformant. La romanisation apparaît ainsi comme un épisode d’un développement des campagnes qui s’est étalé sur près d’un millénaire, entre le iie siècle avant notre ère et la fin du haut Moyen Âge. Dans ce processus, il n’est même pas sûr que la romanisation ait constitué le facteur déterminant. Le passage de l’habitat dispersé à l’habitat groupé, avec ce qu’il implique en termes d’organisation de la société et des activités économiques, constitue un élément également important. Mais ceci est une autre histoire.

Haut de page

Bibliographie

Agache, R., 1978, La Somme pré-romaine et romaine d’après les prospections aériennes à basse altitude, Amiens, 515 p. (Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, 24).

Agache, R., 1983, Typologie et devenir des villae antiques dans les grandes plaines de la Gaule Septentrionale, dans W. Janssen et D. Lohrmann, Villa - Curtis - Grangia. économie rurale entre Loire et Rhin de l’époque gallo-romaine au xiie-xiiie siècle, 16. Deutsch-französisches Historikerkolloquium des Deutschen Historischen Institut Paris, Xanten, 28.9. - 1.10 - 1980, München (Beihefte der Francia 11), p. 17-29.

Béal, J.-C., 2006-2007, Transporteurs et propriétaires terriens en Gaule romaine: un bilan, Revue archéologique du Centre de la France, 45-46, p. 9-21.

Bessac, J.-C. et Sablayrolles, R., 2002, Problématique archéologique des carrières antiques en Gaule, dans J.-C. Bessac et R. Sablayrolles (dir.), Carrières antiques de la Gaule. Une recherche polymorphe, Gallia, 59, p. 3-9.

Brun, J.-P., 2006, La diffusion des technologies méditerranéennes de transformation des produits agricoles dans le monde celtique durant l’Empire romain, dans D. Paunier (dir.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire, 5. La romanisation et la question de l’héritage celtique, Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005, Glux-en-Glenne, p. 93-108 (Bibracte 12/5).

Buisson, A., 1991, Le mausolée de Marcus Rufius Catullus, curateur des Nautes du Rhône à Gélignieux (Ain) - CIL XIII 2494, Revue archéologique de Narbonnaise, 24, p. 141-159.

Chouquer, G. et Favory F., 1991, Les Paysages de l’Antiquité. Terres et cadastres de l’Occident romain (ive s. avant J.-C./iiie s. après J.-C.), Paris.

Christol, M. et Fédière, G., 1999, La présence italienne dans l’arrière-pays de Narbonne: le dossier des Usuleni. Épigraphie de l’instrumentum domesticum et épigraphie lapidaire, DHA, 25/1, p. 82-99.

Delmaire, R., 2004, Permanences et changements des chefs-lieux de cité au Bas-Empire: l’exemple de la Belgique du nord-ouest, dans A. Ferdière (éd.), Capitales éphémères. Des capitales de cités perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, Actes du Colloque organisé par le laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES). Tours, 6-8 mars 2003, Tours (Revue archéologique du Centre, Supplément 23), p. 39-50.

Desbat, A. (dir.), 2005, Lugdunum, naissance d’une capitale, Gollion, Infolio éditions.

Dondin-Payre, M. et Raepsaet-Charlier, M.-Th. (éd.), 1999, Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris (Histoire ancienne et médiévale – 53).

Dondin-Payre, M. et Raepsaet-Charlier, M.-Th. (éd.), 2006, Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles.

Eck, W., 2007, La romanisation de la Germanie, Paris, Errance (collection des Hespérides).

Favory, F., 2003, La part de l’indigène et du vernaculaire dans les textes des arpenteurs romains, Études rurales, 3-4, n° 167-168, p. 33-54.

Ferdière, A., 2006, Les transformations des campagnes et de l’économie rurale en Gaule romaine, dans D. Paunier (dir.), Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire, 5. La romanisation et la question de l’héritage celtique, Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005, Glux-en-Glenne, p. 109-130 (Bibracte 12/5).

Goudineau, Chr., 1980, Les villes de la paix romaine, dans P.-A. Février, M. Fixot, Chr. Goudineau et V. Kruta, La ville antique des origines au ixe siècle, Paris, p. 233-391.

Graen, D., 2008, « Sepultus in villa » - die Grabbauten römischer Villenbesitzer: Studien zu Ursprung und Entwicklung von den Anfängen bis zum Ende des 4. Jahrhunderts nach Christus, Hamburg, (Schriftenreihe Antiquitates; 46).

Gros, P., 2008, La Gaule narbonnaise. De la conquête romaine au iiie siècle après J.-C., Paris.

Janniard, S. et Traina, G. (dir.), 2006, Sur le concept de romanisation. Paradigmes historiographiques et perspectives de recherche, MEFRA, 118, p. 71-166.

Le Bohec Y., 2008, La Gaule lyonnaise. Gallia Lugdunensis, Dijon.

Le Glay, M., 1975, La Gaule romanisée, dans G. Duby et A. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, I, des origines à 1340, Paris, p. 191-285.

Lepelley, C. (dir.), 1998, Rome et l’intégration de l’Empire. 44 av. J.-C. - 260 apr. J.-C., Tome 2. Approches régionales du Haut-Empire romain, Paris, PUF, Coll. Nouvelle Clio.

Le Roux, P., 2004, La romanisation en question, Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 2, p. 287-311.

Leveau, Ph., 2001, Mausolées au bord de fleuves, aristocratie commerçante et travaux de correction du Rhône, dans R. Bedon et A. Malissard (éd.), La Loire et les fleuves de la Gaule romaine et des régions voisines, Caesarodunum XXXIII-XXXIV, Limoges, p. 201-215.

Leveau, Ph., 2003, Inégalités régionales et développement économique dans l’Occident romain (Gaules, Afrique et Hispanie), dans J.-P. Bost, J.-M. Roddaz et F. Tassaux (éd.), Itinéraire de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux, (Ausonius - Publications, Mémoires 9), p. 327-353.

Leveau, Ph., 2005, À propos de l’huile et du vin en Afrique romaine ou pourquoi “déromaniser” l’archéologie des campagnes, Pallas, 68, p. 77-89.

Maurin, L. et Pailler, J.-M. (éd.), 1996, La civilisation urbaine de l’Antiquité tardive dans le Sud-Ouest de la Gaule. Actes du iiie colloque Aquitania et des 16e Journées d’Archéologie mérovingienne, Toulouse, 23-24 juin 1995, Aquitania, 14.

Ouzoulias, P., 2007, Faut-il « déromaniser » l’archéologie des campagnes gallo-romaines?, Archéopages, 18, Migrations, p. 22-25.

Ouzoulias, P. et Van Ossel, P., 2001, Dynamiques du peuplement et formes de l’habitat tardif: le cas de l’Île-de-France, dans P. Ouzoulias, Chr. Pellecuer, Cl. Raynaud, P. Van Ossel, P. Garmy (éd.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du ive Colloque de l’association AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, Antibes, p. 147-172.

Ouzoulias, P. et Van Ossel, P., 2009, Petites et grandes exploitations agricoles: le cas de la Plaine de France, dans R. Sablayrolles (éd.), Les formes de l’habitat rural gallo-romain: typologies à l’épreuve des réalités archéologiques. Actes du colloque AGER VIII tenu à l’université Toulouse II-Le Mirail (22-24 mars 2007), Supplément 16 à Aquitania, (sous presse).

Paunier, D. (dir.), 2006, Celtes et Gaulois. L’archéologie face à l’histoire, 5. La romanisation et la question de l’héritage celtique, Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005, Glux-en-Glenne, (Bibracte 12/5).

Pion, P., 1996, Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne, de la fin du second âge du fer au début du Haut-Empire romain (iie siècle av. J.-C./ier siècle apr. J.-C.): bilan provisoire des données et esquisse de synthèse, dans D. Bayard et J.-L. Collart (éd.), De la ferme indigène à la villa romaine. Actes du deuxième colloque de l’association Ager, Amiens, septembre 1993, Amiens, p. 55-107.

Raynaud, C., 2003, Les systèmes agraires antiques: quelle approche archéologique?, dans S. Lepetz et V. Matterne (éd.), Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine: matières premières et produits transformés, Actes du vie colloque de l’association AGER tenu à Compiègne (Oise) du 5 au 7 juin 2002, Revue archéologique de Picardie, N° 1/2, p. 281-298.

Sablayrolles, R. (éd.), 2009, Les formes de l’habitat rural gallo-romain: typologies à l’épreuve des réalités archéologiques. Actes du colloque AGER VIII tenu à l’université Toulouse II-Le Mirail (22-24 mars 2007), Bordeaux (Supplément 16 à Aquitania) (sous presse).

Séguier J.-M., 2001, L’habitat rural du secteur de confluence entre Seine et Yonne aux ive et ve siècles, dans P. Ouzoulias, Chr. Pellecuer, Cl. Raynaud, P. Van Ossel et P. Garmy (éd.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du ive Colloque de l’association AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, Antibes, p. 405-432.

Van Andringa, W., 2008, Sanctuaires et genèse urbaine en Gaule romaine, dans D. Castella et M.-F. Meylan Krause (dir.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes, actes du colloque international d’Avenches, 2-4 novembre 2006, Bâle, 2008 (Antiqua 43), p. 121-136.

Van Ossel, P., 1992, établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris (Gallia Supplément 51).

Van Ossel, P., 2003, De la « villa » au village: les prémices d’une mutation, dans J.-M. Yante et A.-M. Bultot-Verleysen (éd.), Autour du « village ». Etablissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (ive-xiiie siècles). Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Louvain-la-Neuve. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00090599

Van Ossel, P., 2006, Rural impoverishment in northern Gaul at the End of Antiquity: the Contribution of Archaeology, dans W. Bowden, A. Gutteridge et C. Machado (éd.), Social and Political Life in Late Antiquity, Leiden, p. 533-563.

Van Ossel, P. et Defgnée, A., 2001, Champion-Hamois, une villa romaine chez les Condruses. Archéologie, environnement et économie d’une exploitation agricole antique de la Moyenne Belgique, Namur, (Collection Études et Documents. Archéologie, n° 7).

Vanderhoeven, A., 1996, The earliest urbanisation in Northern Gaul. Some implications of recent research in Tongres, dans N. Roymans (éd.), 1996, From the Sword to the Plough, Amsterdam (Amsterdam Archaeological Studies, 1), p. 189-260.

Vanderhoeven, A., 2001, Das vorflavische Tongeren: die früheste Entwicklung der Stadt anhand von Funden und Befunden, dans G. Precht (Hrsg.), Genese, Struktur und Entwicklung römischer Städte im 1. Jahrhundert n. Chr. in Nieder- und Obergermanien, Xantener Berichte, 9, Mayence, p, 157-176.

Vanderhoeven, A., 2003, Aspekte der frühesten Romanisierung Tongerens und des zentralen Teiles der civitas Tungrorum, dans Th. Grünewald et S. Seibel (Hrsg.), Kontinuität und Diskontinuität. Germania inferior am Beginn und am Ende der römischen Herrschaft. Beitrage des deutsch-niederlandischen Kolloquiums in der Katholieke Universiteit Nijmegen (27. bis 30.06.2007), Ergänzungsband zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde 35, Berlin-New York, p. 119-144.

Vanderhoeven, A., Vynckier, G. et Vynckier, P., 1991, Het oudheidkundig bodemonderzoek aan de Kielenstraat te Tongeren. Interimverslag 1987, Archeologie in Vlaanderen, 1, p. 107-124.

Vanderhoeven, A., Vynckier, G. et Vynckier, P., 1992, Het oudheidkundig bodemonderzoek aan de Hondstraat te Tongeren (prov. Limburg). Interimverslag 1989, Archeologie in Vlaanderen, 2, p. 65-88.

Vanderhoeven, A., Vynckier, G., Ervynck, P. et Cooremans, B., 1992, Het oudheidkundig bodemonderzoek aan de Kielenstraat te Tongeren (prov. Limburg). Interimverslag 1990-1993. Deel 1. De voor-Flavische bewoning, Archeologie in Vlaanderen, 2, p. 89-146.

Haut de page

Notes

1 Jusque dans les années 1960, la perspective était assez univoque et assimilait la romanisation à la propagation de la civilisation chez les barbares. Depuis, le sens d’acculturation, progressivement étendu dans sa dimension réciproque, est venu enrichir le concept, ce qui en fait aujourd’hui un outil méthodologique jugé utile sinon indispensable pour étudier des processus culturels évolutifs complexes et diversifiés, et pour expliquer les changements politiques, sociaux et économiques des Gaules tout au long de son histoire (Le Roux, 2004, p. 310-311 ; Paunier [dir.], 2006, p. 9).

2 Parmi les contributions les plus récentes : Le Roux, 2004 ; Janniard, Traina, 2006.

3 En particulier, les contributions de Jean-Pierre Brun (Brun, 2006) et d’Alain Ferdière sur les campagnes (Ferdière, 2006).

4 Van Ossel, 2003 et 2006, avec bibliographie antérieure.

5 Plusieurs exemples de ce type d’abandon sont attestés, soit à l’échelle de terroirs comme la Brie septentrionale autour de Marne-la-Vallée (Ouzoulias, Van Ossel, 2001) ou les campagnes de l’Avesnois, autour de Bavay (Delmaire, 2004), soit à une échelle macrorégionale, comme le recul de l’occupation dans l’Eifel ou dans les zones sableuses du nord de la Germanie inférieure (Van Ossel, 1992, p. 113-120).

6 Le Glay, 1975, p. 200. Les citations entre guillemets sont extraites de cet ouvrage.

7 Et d’abord les salles d’apparat et de réception, souvent monumentalisées, destinées à solenniser les relations sociales entre propriétaires et obligés.

8 Le Glay, 1975, p. 209.

9 Agache, 1978 et 1983.

10 Le Glay, 1975, p. 233.

11 Le Glay, 1975, p. 235.

12 Lire à ce sujet les remarques de Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999, p. II.

13 Maurin, Pailler (éd.), 1996 ; Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. V.

14 Pion, 1996 ; voir aussi, Ferdière, 2006, p. 110-111.

15 En dernier lieu, Sablayrolles, 2009.

16 Et cela quel que soit le modèle de villa concernée : villa de création (fondation ex nihilo, d’un bloc et homogène) ou villa d’accumulation (transformation d’un établissement rural en villa au terme d’une évolution architecturale), cf. Raynaud, 2003, p. 281-298 et remarques personnelles de Christophe Pellecuer.

17 Ferdière, 2006, p. 111.

18 Lire à ce sujet, Ouzoulias, Van Ossel, 2009.

19 Lire, sur ce point, Raynaud, 2003, p. 281-298.

20 Même en Picardie où les photographies de Roger Agache avaient amené à penser qu’elles formaient le mode principal de l’occupation du paysage.

21 Chouquer, Favory, 1991 ; Favory, 2003.

22 Le Glay, 1975.

23 Cf. Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. V-VI.

24 Le Roux, 2004 ; Leveau, 2005.

25 Ouzoulias, 2007.

26 Ferdière, 2006, p. 113.

27 Comme le propose Ferdière, 2006, p. 115. À titre d’exemple, voir la villa de Champion (Van Ossel, Defgnée, 2001). Cet établissement rural dans la civitas Tungrorum présente la particularité de posséder une résidence construite à la mode romaine, avec une installation de bains imposante, surdimensionnée même à la taille de l’établissement. En revanche et à l’exception de la grange, tous les bâtiments agricoles sont édifiés en bois. Dans leur premier état, ces bâtiments se rattachent directement à des modèles architecturaux préromains attestés dans l’habitat de la partie septentrionale de la cité des Tongres. Ces modèles ont continué à évoluer durant l’époque romaine. Leur état plus récent, datant du iie siècle, marque une étape dans un long processus visant à libérer l’espace intérieur des supports de la toiture. Parallèlement, dans la zone résidentielle, les bains connaissent un développement significatif, transformant le modeste bain primitif en une vaste installation à double circulation.

28 Voir, par exemple, Séguier, 2001.

29 Ainsi, à travers le classement des villes de Gaule romaine proposé par Goudineau, 1980, p. 396-390.

30 Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 1999, p. III-IV. La romanisation étant un processus d’acculturation, on peut discuter infiniment des apports mutuels des uns et des autres. Il n’est qu’à voir la distribution très inégale de l’épigraphie et, plus encore, de ses formes privées et funéraires dans les provinces de la Gaule.

31 Leveau, 2003, p. 328.

32 Lepelley (dir.), 1998, aborde ce type d’approche en mettant en avant le caractère éclaté de l’histoire des provinces dans l’Empire. Voir aussi Eck, 2007 ; Gros, 2008 ; Le Bohec, 2008…

33 Vanderhoeven, 1996 ; Vanderhoeven, Vynckier, Vynckier, 1991 ; Vanderhoeven, Vynckier, Vynckier, 1992 ; Vanderhoeven, Vynckier, Ervynck, Cooremans, 1992 ; Vanderhoeven, 2001 ; Vanderhoeven, 2003.

34 Vers 10 av. J.-C. au Kielenstraat (phase I) : Vanderhoeven, Vynckier, Ervynck, Cooremans, 1992, p. 124-125. On ne possède malheureusement aucune donnée fiable pour la datation des monuments publics.

35 C’est le modèle que l’on observe par exemple à Lyon, au début de son urbanisation dans la seconde moitié du ier siècle avant notre ère (Desbat, 2005).

36 La révolte de Civilis et les destructions par incendie qui touchent la ville dans les années 69-70 constituent une étape marquante pour Tongres.

37 Ferdière, 2006, p. 110 et 113.

38 Leveau, 2001 ; Béal, 2006-2007 ; Graen, 2008. Voir aussi, plus spécialement pour la Narbonnaise : Buisson, 1991 ou encore Christol, Fédière, 1999.

39 Ammien Marcellin, R. G., XVII, 1, 7.

40 Une évolution similaire a été observée pour les sanctuaires en Gaule romaine dont les différentes phases de développement s’inscrivent dans le contexte historique de la « formation des chefs-lieux urbains en Gaule à l’époque romaine » (Van Andringa, 2008).

41 Bessac, Sablayrolles, 2002, p. 8-9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Van Ossel, « La romanisation des campagnes de la Gaule septentrionale (Lyonnaise, Belgique, Germanies) », Pallas, 80 | 2009, 373-385.

Référence électronique

Paul Van Ossel, « La romanisation des campagnes de la Gaule septentrionale (Lyonnaise, Belgique, Germanies) », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1889 ; DOI : 10.4000/pallas.1889

Haut de page

Auteur

Paul Van Ossel

Professeur d’archéologie romaine, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris X)
UMR ArScAn, Maison René Ginouvès
paul.vanossel@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org