Navigation – Plan du site
Conclusions

Rome et l’Occident : seize provinces en quête d’histoires

Patrick Le Roux
p. 389-398

Texte intégral

Je remercie les organisateurs de la marque de confiance qu’ils m’ont témoignée en me décernant le « munus » des conclusions du colloque.

  • 1 Les trois Espagnes, les quatre Gaules, les deux Germanies, la Bretagne, les provinces alpines, la R (...)

1Nous avons entendu quatorze communications portant sur un ensemble géographique et administratif hétérogène, composé de seize unités provinciales romaines au cours de quatre siècles1. La mer, périphérique, est un acteur important puisque l’Occident ainsi délimité est bordé par l’Océan extérieur, sur un arc qui s’étend du détroit de Gibraltar (les Colonnes d’Hercule) au nord de l’île de Bretagne, par la Manche et la Mer du Nord, par la Méditerranée occidentale. Les régions offrent des conditions physiques et climatiques sans unité et étrangères au milieu méditerranéen au fur et à mesure que l’on allait vers le nord, ce que confirme Tacite à propos de l’île de Britannia.

2La chronologie de l’expansion romaine fait apparaître des décalages non négligeables : si les îles méditerranéennes entrent dans l’orbite romaine dès la fin de la deuxième Guerre punique (entre 241 et 227 av. n. è.), ce n’est pas avant l’empereur Claude qu’existe une Bretagne romaine ni avant Domitien que sont créées les provinces des Germanies. Sans doute la guerre césarienne dans les Gaules a-t-elle ouvert la voie à ces évolutions, mais ce n’est qu’entre 58 et 50 que les Trois Gaules émergent et la péninsule Ibérique, pourtant provincialisée dès le début de la période, n’est entièrement contrôlée et organisée que sous Auguste entre 16 et 13.

3Sous ces différents angles, que peut signifier l’étude des relations entre Rome et l’Occident ? Sans doute l’interlocuteur romain est-il posté au premier rang et détient-il en quelque sorte la clé des scenarii. Tel un chef d’orchestre, la cité des bords du Tibre écrit la partition, impose un tempo, décide d’une orchestration et des mises en scène. Il n’en est pas moins vrai que les interlocuteurs ne sont jamais exactement les mêmes et que Rome elle-même, prise dans les mouvements incessants de sa propre histoire, n’est jamais tout à fait une autre ni tout à fait identique. La longue durée introduit des glissements, des recompositions, des langages nouveaux et les provinces augustéennes ne sont pas sur le plan de leur administration ni de leur gouvernement semblables aux premières entités précocement instituées. Le sujet, inspiré par l’existence d’un centre unique, est un défi permanent à une approche globale, à la recherche « obstinée » de concepts unifiants ou de réalités prétendument uniformes, on le verra.

4Présenter les provinces comme des cuves à contenir les vérités romaines ne fait pas non plus l’affaire. Elles ont été construites arbitrairement et artificiellement. Elles abritent des populations qui ne sont pas nées avec Rome, qui possédaient des sociétés dotées d’habitudes, ouvertes à diverses influences culturelles et attachées à des valeurs propres au moment où la rencontre avec le Romain s’opère puis acquiert de nouvelles formes. Il convient ainsi de laisser parler les faits et les événements avant de chercher des outils et des voies intellectuelles permettant de mieux saisir et donc de mieux comprendre le sens de toutes ces histoires croisées et multiples.

5Il me semble que jamais l’approche du thème par le biais des structures et des conjonctures n’a été aussi justifiée. À condition de placer les conjonctures au premier plan, de porter une attention fine à ce qui change avant de dessiner les constantes, les modèles, les modalités d’un pouvoir sans adversaire à sa mesure. On n’oubliera pas que préalablement à la réflexion et à l’organisation des matériaux, le thème implique un effort de prise en compte de définitions parfois délicates et disputées, comme l’ont montré ces journées : oppidum, ville, protoville, marché, territoire, typologies diverses, etc., en dehors même des instruments conceptuels destinés à charpenter la lecture des histoires proposées aux candidats à l’appui d’une documentation polymorphe et polyphonique.

1. Conjonctures et nouvelles lectures

6Il est permis ici de ne pas s’en tenir strictement à ce qui a pu être abordé et qui ne constitue pas l’ensemble de la matière, par la force des chose, bien que toutes les pistes aient été ouvertes, je crois. Il peut sembler étonnant que certains faits jugés établis soient discutés voire niés comme l’a indiqué P. Galliou à propos des « invasions » belges tardives. La circonspection est toujours une vertu !

  • 2 La romanisation à l’époque d’Auguste, Paris, Belles Lettres, trad. fr., 2003, p. 11 : « On n’a jama (...)

71. 1. Des périodisations. Schématiquement, le temps circonscrit par le programme impose des rythmes et des césures susceptibles d’offrir des liens et des comparaisons. Il est indispensable de s’attarder plus que par simple déférence sur les situations des populations et des sociétés antérieures à l’arrivée de Rome. Un deuxième temps est représenté par l’emprise de Rome et sa durée, localement façonnée en outre par les guerres civiles romaines à partir de l’époque de Marius et Sylla. Comme l’a rappelé R. Mac Mullen2, l’empreinte augustéenne a marqué de manière singulière les histoires provinciales, inaugurant une dynamique nouvelle au cours d’un long premier siècle suivi par ce qu’il est loisible de définir ici comme l’équilibre et la stabilité d’un iie s. non exempt, cependant, d’épisodes défavorables non toujours diagnostiqués par les contemporains.

8Dans ce cadre, les renouvellements des recherches et des questionnaires ont concerné, en premier lieu, les relations antérieures à la phase d’affrontement et la nature de ces rapports (voir Marseille), les sociétés préromaines, leur organisation politique, leur dynamisme ou au contraire leur repli sur elles-mêmes. Derrière ces questions se pose celle des « écarts » supposés entre Rome et les autres que soulignent à l’envi les textes grecs et latins au nom d’une opposition entre les « civilisés » et les « barbares ». Il est légitime sur ces points de reconnaître le rôle décisif des travaux archéologiques menés depuis quelques décennies grâce à l’influence des sciences humaines et sociales, mais également des sciences de la vie et de la physique : les aspects quotidiens éclairent sur les valeurs, les activités et les échanges des groupes humains « trahis » par la fouille. En revanche, les renouvellements sont moindres quand il s’agit des territoires, de l’administration, de la répartition des pouvoirs et de l’exercice de l’autorité, ce qui ne peut pas surprendre. L’obstacle peut être contourné par le recours à des modèles ethnographiques comme le signale le travail de S. Verger. Le modèle, différent des concepts, soulève des questions qui sont propres à son utilisation : le décalage dans le temps et dans l’espace, la comparaison, les langages. Quoi qu’il en soit, l’exemple des « chefferies du Rif » oblige à ne plus se contenter d’impressions, à penser différemment les sociétés gauloises et à mieux faire parler les objets funéraires et les tombes.

9Il est désormais assuré que les sociétés antérieures à Rome, en possession d’expériences sociales et culturelles déjà longues, étaient ouvertes et non fermées, n’ignoraient pas les mondes méditerranéens avec lesquels elles avaient des contacts et des échanges variés qui créaient les conditions d’évolutions endogènes de ces groupes ethniques « civilisés ». Il a été intéressant aussi de constater qu’au iiie-iie siècle des solidarités se sont renforcées entre les Gaules et les Espagnes par le commerce et la navigation. Que l’on accepte ou récuse la notion de « protoville », il est légitime de reconnaître des groupements agglomérés de type urbain chez plusieurs de ces peuples ; je proposerais de les désigner comme des « villes non méditerranéennes » sans connotation autre que la distance formelle avec les villes gréco-romaines de la même période.

  • 3 Voir récemment l’ouvrage de F. Cadiou, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de (...)

101. 2. Les guerres romaines3 appellent des analyses renouvelées qu’il s’agisse des conjonctures politiques à Rome même, des clientèles et de leur rôle selon les périodes, des lenteurs voulues ou des accélérations non moins volontaires des opérations, des violences, pillages et destructions dont les conséquences sur les opposants et leurs communautés sont mal évaluées encore. Victoires et défaites romaines ne doivent pas masquer les incertitudes et les difficultés rencontrées ni empêcher une appréciation mesurée et nuancée de la supériorité militaire de la res publica. La guerre comme moyen de domination et de contrôle a joué un rôle décisif dans toutes les phases de conquête mais elle ne fut jamais utilisée seule. La Sicile, théâtre de révoltes serviles dans la deuxième moitié du iie s. av. n.è., pose le problème des esclaves et de leur place sociale, de même que celui des guerres comme pourvoyeuses de cette forme de main-d’œuvre.

11L’accumulation des expériences, l’habitude des négociations, le poids des enjeux, les divisions des adversaires ou leur capacité à s’unir nombreux éclairent diversement les événements et permettent de reprendre des textes tels que ceux de Polybe, César ou Appien parmi d’autres. On retrouve ici à nouveau la question de l’importance d’Auguste et de ses choix en matière de politique militaire et de protection des populations de l’Empire. Les nouvelles formules provinciales adaptées à la recherche d’une nouvelle forme de pouvoir imposent une ample réflexion sur ce qu’il est permis d’appeler la « synthèse augustéenne », à condition de ne pas oublier les déformations et les pièges que l’expression contient. Une manière d’aborder les questions est de se demander en quoi les provinces occidentales reflètent et traduisent mieux que d’autres réalités les réflexions et les incertitudes de la monarchie sur les destins de l’Empire et sur la conservation de la puissance romaine.

  • 4 Selon la formulation bien connue du livre de P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea, Londres, 20 (...)

12Aux marges des provinces, avant comme après Teutobourg (9 de n.è.), les frontières et leurs migrations, les dispositions offensives et défensives rappellent que l’imperium Romanum n’était pas un état-nation moderne. Les légions de Germanie annoncent, à partir d’Auguste, les développements à venir des armées provinciales et de leurs tâches tout en symbolisant leur rôle au service de l’imperium, du pouvoir impérial, ce qui rend compte de leurs interventions et des luttes civiles qu’elles provoquèrent, ce qui n’a pas été vraiment abordé ici. Les « exercitus Germanici » d’Auguste à Domitien créèrent un système administratif inédit de « districts militaires » devenus finalement des provinces. Les mers et l’Océan entrent aussi dans ces réflexions sur les extérieurs et les périphéries sans oublier les « connectivités »4 qu’autorisait ou non la présence de l’élément liquide.

  • 5 Voir la communication d’A. Ruiz sur la péninsule Ibérique.

131. 3. Les conjonctures économiques, « déconnectées du politique » selon la formule de Y. Roman, posent précisément la question de ces « connexions » maritimes et terrestres, de ce qu’elles signifient, de la manière dont elles naquirent et s’établirent durablement ou non. Bien que peu abordé, cet aspect de la conquête de la Bretagne offre matière à ample recherche et réflexion. Plus classiquement, les courants d’échanges et les marqueurs archéologiques qui les attestent, l’expansion de l’économie monétaire, le poids des demandes de la ville de Rome « protégées » par le pouvoir5, dessinent les contours de relations changeantes et complexes dans des sphères régionales évolutives au fur et à mesure de la période. Le rôle des élites et leur dynamisme n’y sont pas étrangers. Le commerce a été privilégié pour des raisons documentaires et en raison de sa visibilité. Les réponses ne vont pas d’elles-mêmes et engagent une réflexion sur l’économie « romaine » dont on a souligné qu’elle est dépendante de l’agriculture et de l’économie des villae, partout présentes mais adaptées aux données écologiques et régionales. Les conteneurs eux-mêmes ne proposent plus une vue stable et pérenne des circuits et des productions exportées ou importées.

14Malgré les apparences, malgré certains traits partagés, les conjonctures n’autorisent pas à parler d’uniformisation ni d’unification. Un mot s’impose, à plus forte raison dans le contexte du programme : le « polycentrisme ». Les conjonctures, j’y insiste, sont donc les clés des lectures et interprétations des histoires à définir. Elles donnent leur pleine signification aux séries documentaires et à leur croisement. Elles mettent en évidence de nouvelles géographies qu’il convient de regarder non plus avec nos yeux de « modernes », mais avec les préjugés et les savoirs des anciens qui seuls expliquent les usages qui en étaient faits. Ce n’est pas la science géographique, mais ce sont les populations réelles qui faisaient l’objet de toute l’attention des pouvoirs. Peu à peu s’installent de nouvelles relations avec le centre politique, s’étendent des formes changeantes de contrôle, successivement, dans une même région, distincte d’une autre, pourtant voisine. La notion de « sécurité » revêt des sens différents selon les moments (Y. Le Bohec). Émerge une dernière trame, tout aussi mouvante : le recul des limites de l’Empire inventa progressivement de nouveaux « barbares » qui à leur tour manifestèrent un attachement instinctif à leur liberté.

15Les conjonctures défient la synthèse globale qui serait en accord avec une exigence d’universalité : elles rattrapent les structures, les enserrent dans les griffes du temps, les usent, les modifient et engendrent leur nouveau développement et leur consolidation. Elles récupèrent les remises en questions qui par le déplacement anodin d’un support peuvent compromettre l’équilibre de tout l’édifice.

2. Structures ou formes romaines de domination et de gouvernement

  • 6 Virgile, Énéide, VI, 851-83 : Tu regere imperio populos, Romane, memento ; hae tibi erunt artes, pa (...)

16J. Dubouloz a évoqué la phrase de Cicéron sur « la gloire de commander aux peuples étrangers », laquelle trouve un écho dans les vers fameux de Virgile : « Souviens-toi Romain que par ton empire tu gouvernes les peuples »6. Imperare, gerere, regere, paci imponere morem constituent le vocabulaire de ce que le poète de Mantoue désigne comme les artes propres aux Romains. On se situe ici au cœur du programme qui appelle une réflexion empruntée à la science politique sur ce qui est non pas la « supériorité » de Rome, mais la « modernité de Rome » par rapport aux « autres » contemporains. On peut parler de « techniques romaines de gouvernement ».

172. 1. Administrer. Il est évident que la province ou provincia est au centre. Mais qu’est-ce à dire ? Le problème posé et résolu négativement à propos de la Sicile ou de la péninsule Ibérique en 133/132 av. n.è. concernant la lex provinciae souligne l’originalité historique d’une forme d’administration sans équivalent antique et adaptée aux conjonctures locales. La province a pris consistance et a été consolidée par Auguste qui en a fixé les principes fondamentaux non par des règles édictées abstraitement, mais par la pratique. Dès l’origine, elle fut un cadre de relations bilatérales avec les communautés organisées et reconnues par l’autorité romaine. La Sicile est un point de départ essentiel sous cet angle.

  • Les armées et la guerre font partie du paysage provincial et l’organisent dès l’origine : ce qui a été signalé plus haut pour les Germanies le confirme. Il ne s’agit pas seulement de maintien de l’ordre ou de combats ou même, comme on verra, de construction des infrastructures routières. Le recrutement joue un rôle décisif pour les populations des provinces militaires, qu’il s’agisse de recrutement légionnaire ou auxiliaire.

  • Le gouvernement implique la désignation d’un magistrat délégué par Rome, doté d’un imperium et l’aide de divers personnels administratifs formant un « officium » dont les contours se sont progressivement dessinés pour se fixer de manière plus stable et mieux contrôlée avec les décisions d’Auguste. La justice et la juridiction sont une des tâches parmi les plus prenantes des gouverneurs avec la garantie de l’ordre public et le contrôle des communautés, alliés au fait de faciliter les activités des différents représentants de l’autorité impériale dans la province.

18Les impôts et prélèvements divers participent pleinement de l’organisation provinciale et la Sicile est ici encore un utile point de départ. Ces obligations vont de pair avec des recensements, des enregistrements, des procès, des recours qui attirent l’attention sur la place des documents administratifs écrits, sur les échanges d’informations et d’instructions entre Rome et les territoires éloignés. Les courriers et messagers, les transports par terre ou bateau des agents de la res publica sont les médiateurs qui, par leurs déplacements incessants, irriguent les circuits de décision. Comme l’a indiqué M. Molin, le service de la vehiculatio, objet de débats sur les définitions, s’organise surtout à partir de l’Empire, mais sur la base de précédents républicains. Les viae militares, ainsi désignées parce que construites par les soldats de Rome, formaient le réseau des axes autorisant une circulation rapide des armées et des « fonctionnaires ».

192. 2. La citoyenneté et les statuts représentent un troisième volet essentiel des manières romaines de gouverner. Le droit civil participant du droit privé est un instrument différent des institutions politiques, relevant du droit public. La diffusion de la citoyenneté romaine soulève beaucoup de questions relatives à la signification de son octroi, aux privilèges que sa possession supposait, indépendamment de la voie par laquelle elle fut obtenue. Devenir citoyen romain n’était pas « devenir romain » et les avantages, au regard des obligations et participations aux efforts collectifs, étaient nuancés et mitigés. Politiquement, la citoyenneté romaine consentait des protections et des droits à son titulaire. Le ius Latii, qui n’est pas une citoyenneté intermédiaire, permit l’accès à la civitas romana pour des notables ayant accompli consciencieusement leurs fonctions au service de leur cité. Il ne fut pas la machine à faire de nouveaux citoyens, ni des chevaliers ou sénateurs, que l’on met parfois en avant. La question rejoint celle des statuts des cités, des règlements (la lex), gravés dans le bronze, et des autonomies locales.

  • La ville et la civilisation peuvent être regroupées dans un nouvel ensemble visant à approcher le dispositif des gouvernements provinciaux de Rome et les buts fixés. « Y a-t-il une ville romaine ? » est une interrogation induite par les débats sur les protovilles. La notion même de ville est mouvante et évolue à toutes les époques. La ville par excellence, l’oppidum chef-lieu, la « ville-cité », a des fondements incontestablement politiques, mais elle doit vivre, se nourrir, être embellie et entretenue. Les villes sont elles-mêmes, jusqu’à un certain degré, rurales (P. van Ossel). La ville n’était pas séparée des campagnes et les ruraux n’étaient pas étrangers par définition au monde de la ville qui cristallisa ou concentra la « civilisation » : à condition de savoir ce que peut être une « civilisation romaine ». On a touché ici aux questions parmi les plus complexes et les plus nouvelles : comment s’est effectuée la latinisation, quel rôle culturel a joué le latin chez les provinciaux et qu’est-ce qui, au cas par cas, a pu favoriser sa domination linguistique ?

202. 3. La part des dieux, inséparable des questions de pouvoir et d’organisation sociale, a été moins traitée que d’autres aspects (il n’y eut que la contribution de W. van Andringa à s’en occuper directement). La notion de « tolérance » doit être soigneusement analysée avant d’être acceptée, d’autant qu’elle entre dans une réflexion générale sur domination, autonomie et liberté. Le culte impérial est une expression caractéristique des relations entre Rome et les subiecti. Les citoyens romains sont partie prenante en l’affaire. En Occident, le culte n’a pas été précédé, sauf exception toujours possible, par la divinisation de Roma. Il convient de réfléchir au rôle des concilia provinciaux, à la place municipale des manifestations du culte des empereurs divinisés. On sait bien aujourd’hui que les épithètes impériales accolées à un nom divin ne sont pas une manifestation du culte de l’Auguste. Il reste que certains tendent à ne pas limiter le culte aux empereurs morts et suggèrent que, par diverses manifestations, les honneurs religieux tendaient à diviniser le César en exercice chaque fois davantage.

21Les structures incluent les adaptations et les recompositions. Les héritages sont parfois invoqués aussi quand on parle des formes romaines de gouvernement. Les héritages ne durent qu’un temps et les traits dits « hérités » n’ont plus la même signification avec le temps. Il ne faut pas oublier, en revanche, les réactions, les interprétations, les adoptions et les refus rencontrés dans les communautés locales soumise à des forces endogènes autant qu’exogènes dans un contexte d’autonomie inséparable de l’organisation en cité et de la capacité des élites à négocier. Les structures ramènent ici aux conjonctures en un jeu plein de parfums historiquement agréables, là où les histoires « décalées » interrogent les modèles et les concepts.

3. Interprétations

22Faire vivre quatre siècles et seize relations provinciales comporte une gageure, celle d’une histoire qu’il faut priver désormais des références aux originalités, aux singularités et au modernisme (et non modernité) de Rome et de ses provinces. La sensibilité d’une puissance qui se pensait comme une cité aux traditions multiformes des adversaires ou concurrents rend compte des attitudes envers les populations, marquées par les cultures celtiques, par l’éclat et l’ancienneté des réalisations des Puniques, par l’hellénisme porteur des valeurs civiques et de la haute culture. Parce qu’il n’était pas si différent, l’autre pouvait choisir de s’allier et de coopérer avec Rome. Parce qu’il avait pour lui l’ancienneté de son histoire et de sa gloire, le vaincu méritait le respect et appelait une politique réfléchie, tenant compte de cette donnée fondamentale. La question n’est donc pas de réhabiliter les dominés, ni de substituer aux réalités complexes des concepts commodes et pouvant paraître évidents. Les outils et instruments de la chirurgie de l’historien sont à inventorier et à proposer sans être imposés, même par définition interposée.

  • 7 Voir Décadence romaine ou antiquité tardive ? iiie vie siècle, Paris, 1977, p. 22-23.

233. 1. La « romanisation ». Plusieurs auteurs ont utilisé le terme, souvent comme s’il ne posait pas de problème. Que serait alors la romanisation allant de soi ? S’il s’agit de signifier que Rome fut partout présente dans ces territoires et étendit son pouvoir inexorablement, on se situe à la limite de la paraphrase. S’il s’agit de magnifier en la louant l’œuvre civilisatrice de Rome dans ses provinces, on se lance dans un palmarès indéfini et épuisant voire « destructeur » de sens ! L’osmose, la fusion, la coexistence ne font pas non plus avancer la compréhension et, à tout prendre, le concept métaphorique de « pseudomorphose » emprunté à Spengler par H.-I. Marrou en dirait davantage en préservant la forme sous le changement chimique du minéral7. Mais s’agit-il de métaphore ou de compréhension ? Resterait l’idée d’« intervention de Rome » dont la portée, différente assurément de la « romanisation », semble devoir limiter les questions à des actions ponctuelles et déterminantes dont l’importance n’est pas réellement perceptible.

24Sur un plan un peu différent, la « romanisation » paraît induire la « provincialisation » et l’expansion régulière et généralisée de la citoyenneté romaine. Si le sens était celui-là, on ne voit pas pourquoi on se serait privé de la date de 212, de la Constitution antonine. La formule provinciale, comme la citoyenneté, suggère, en outre, l’utilisation d’outils particuliers permettant d’établir des régulations et des relations apaisées, sans négliger les intérêts des citoyens de toujours, venus d’Italie. Le pacavi, « j’ai pacifié », des Res gestae définirait alors la romanisation comme la pacification définitive des territoires de l’Empire et créditerait Auguste du titre de grand « romanisateur ». Il ressort ainsi que la « romanisation » ne serait rien d’autre que la mainmise sur des provinces qu’il s’agissait d’organiser et de contrôler, ce qui n’est pas le gage de l’émergence d’un État impérial. Quant à sacrifier au « Devenir romain ? » (Becoming Roman chez G. Woolf), plus subtil et mieux ciblé a priori, la formule encourt les mêmes reproches que la « romanisation culturelle », celui de la définition d’un « modèle » romain identifié et identifiable. Sans refaire ici l’inventaire des critiques adressées depuis longtemps à la « romanisation », sans insister sur le fait que celui qui croit à la « romanisation » est celui qui croit aussi à la « résistance » indigène, il est aisé de souligner que Rome fut multiple, changeante et parfois insouciante envers ses valeurs passées.

25La « romanisation » n’est pas ce que l’on en a fait. L’organisation romaine de circuits économiques unificateurs n’est pas non plus avérée et l’usage des mêmes monnaies permet de savoir partout qui gouverne, mais c’est là un fait particulier, indifférent à la « romanisation ». Elle ne peut pas servir de trait d’union, de concept unificateur. Il convient d’essayer de ne pas l’employer. Son usage procédait d’une impression qui ne saurait se limiter à une explication unique et qui ne résiste pas aux descriptions point par point des diverses réalités provinciales. R. Mac Mullen, tout en tendant à lui accorder un sens universaliste, propre à la période d’épanouissement augustéen, reconnaît la difficulté et affirme (p. 11) : « Je le dis bien haut, vive la différence ! En tout cas les Romains ne vinrent jamais à bout de la différence, ils ne parvinrent pas à une « civilisation romaine » unique et homogène… ». On conviendra que c’est un comble dissuasif dans un livre intitulé La Romanisation !

263. 2. D’autres concepts ? Les critiques formulées à l’encontre d’intégration, d’acculturation, d’assimilation montrent que ces notions ne sont pas beaucoup plus satisfaisantes, soit qu’elles manquent de pertinence, soit qu’elles collent à des modèles contemporains étrangers à Rome ou éloignés des réalités romaines. L’acculturation, malgré les précautions d’usage, privilégie des rapports dissymétriques. L’intégration suppose l’adoption non seulement d’une éducation, d’une langue, de valeurs civiques romaines mais aussi de réflexes et de comportements ou conduites correspondants à des attitudes définissables comme parfaitement romaines. Il serait vain de vouloir substituer le « Devenir romain » à un « se sentir romain » qui ne parle pas et échappe par la force des choses à l’analyse. La difficulté est évidemment que nos disciplines usent de concepts et en ont besoin pour transmettre les connaissances et les avancées des recherches. Il est donc déconcertant de lire que les tenants anglo-saxons d’une histoire post-coloniale de l’Empire romain poussent leur refus des concepts à vocation globale jusqu’à nier la réalité des représentations historiographiques à caractère « scientifique », c’est-à-dire fondées sur la lecture critique de toute la documentation disponible.

27Quelles pistes explorer ? L’expression de « transferts culturels », outil familier aujourd’hui dans les disciplines littéraires et sociologiques, ouvre des perspectives nouvelles, à condition de ne pas se contenter des « passeurs » privilégiés (marchands, intellectuels, artistes, soldats) et d’être attentif aux modalités de la réception des données et des faits culturels qui « retravaillent » en quelque sorte la matière reçue. La question des identités, non exemptes d’ambiguïtés, va dans le sens des hétérogénéités revendiquées et ont l’avantage de faire admettre une construction évolutive et rarement définitivement achevée. Il faut éviter en ce cas le piège des identités modernes, promues par le développement assez récent des états-nations et des régions-nations.

28On ne peut que constater une certaine méfiance conjoncturelle envers les reconstitutions permises par l’usage assumé de concepts englobants. C’est cela aussi que traduisent les débats : l’érosion de plus en plus rapide des significations des mots et l’instabilité des outils conceptuels et des modèles. Au fond, la fin de la « romanisation » ne doit pas être considérée comme la preuve qu’il n’y eut pas de « romanisation ». Cela veut seulement signifier que ce qui pourrait ressortir de la « romanisation » n’a pas la légitimité autrefois admise sans discussion pour décrire de manière privilégiée et universelle ce qui s’est passé entre Rome et ses provinces au cours des siècles de domination politique de la cité de Romulus.

293. 3. Des histoires provinciales des époques romaines. Au terme d’un tour d’horizon suggéré par les interventions des uns et des autres et leurs apports parfois contradictoires, je m’en tiendrai à cette proposition d’histoires provinciales courant sur diverses époques romaines. Ces histoires sont placées, par la force des choses, sous la « tutelle » de Rome et sont à ce titre des histoires « régulées », adaptées progressivement aux recompositions de pouvoirs et d’espaces qui cherchaient à se perpétuer. Ce pluriel ne doit pas faire croire à des histoires « isolées », comme prisonnières d’un cocon, au contraire. La dynamique du temps garde tout son sens et reprend le dessus. Ce qui s’est passé dans ces horizons occidentaux de l’Empire de Rome, durant quatre siècles, n’est autre que la poursuite de développements en germe, portés à une échelle de taille nouvelle et inédite qui appelle des mises en perspectives différentes et de contenus renouvelés. On devine que les espaces concernés sont dotés virtuellement d’histoires multipliées et passionnantes, jamais identiques, qu’il s’agisse de diachronie ou de synchronie. L’historiographie n’est pas l’essentiel, sauf à devoir se repérer dans le dédale des interprétations, qu’il serait naïf de considérer comme seulement objectives.

30Pour fermer provisoirement cette réflexion, on peut rappeler le rôle décisif dans certains domaines des données archéologiques en insistant sur le fait qu’elles ne parlent pas toutes seules et que le caractère « primaire » de ces sources n’engendre pas, sans la médiation de chacun, des « vérités » sur le passé. Il s’agit d’une histoire partant de Rome. Il faut éviter de l’inverser. Les faits romains ne doivent pas occulter les réactions et les réalités « indigènes » ou « locales », d’autant que Rome agit non seulement par son administration et sa force, mais aussi par l’intermédiaire des communautés et de leurs éléments dynamiques (l’histoire sociale ne peut pas être oubliée). Face à une diversité réjouissante, le fil conducteur est le document comparé à d’autres documents d’où peut jaillir l’imprévu, le fait important, quoique sans importance apparente, s’agissant de comprendre (non d’admirer) le rôle et l’impact exact de Rome à différents moments de son histoire. L’époque d’Auguste accumule, dans ce contexte, les données les plus fécondes et les plus explicites. Quoi que l’on pense, l’uniformisation et l’unification demeurent étrangères à des régions sans doute dépendantes de l’organisation adaptée par Rome, mais non « romaines » à proprement parler.

Haut de page

Notes

1 Les trois Espagnes, les quatre Gaules, les deux Germanies, la Bretagne, les provinces alpines, la Rhétie, la Sicile et la Corse Sardaigne entre 197 av. n.è. (date de la création des deux provinces des Espagnes) et 192 de n.è. (soit la mort de Commode qui ouvre sur une guerre civile et un âge nouveau pour Rome).

2 La romanisation à l’époque d’Auguste, Paris, Belles Lettres, trad. fr., 2003, p. 11 : « On n’a jamais vu, sauf du vivant d’Auguste, plus grand progrès accompli vers un mode de vie unique, ce que l’on peut bien appeler la civilisation romaine de l’Empire ». L’idée, partagée, d’une importance de la période augustéenne n’implique pas, on le verra, l’adhésion à cette idée d’un progrès uniforme et global.

3 Voir récemment l’ouvrage de F. Cadiou, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Casa de Velázquez - volume 38, Madrid, 2008.

4 Selon la formulation bien connue du livre de P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea, Londres, 2000. Le concept fait débat et il ne s’agit pas de préconiser son usage à tout prix.

5 Voir la communication d’A. Ruiz sur la péninsule Ibérique.

6 Virgile, Énéide, VI, 851-83 : Tu regere imperio populos, Romane, memento ; hae tibi erunt artes, pacique imponere morem, parcere subiectis et debellare superbos.

7 Voir Décadence romaine ou antiquité tardive ? iiie vie siècle, Paris, 1977, p. 22-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Le Roux, « Rome et l’Occident : seize provinces en quête d’histoires », Pallas, 80 | 2009, 389-398.

Référence électronique

Patrick Le Roux, « Rome et l’Occident : seize provinces en quête d’histoires », Pallas [En ligne], 80 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1897 ; DOI : 10.4000/pallas.1897

Haut de page

Auteur

Patrick Le Roux

Professeur émérite, Université de Paris XIII
leroux.patrick@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org