Navigation – Plan du site
I. Le sanctuaire et la ville

Delphica 2

Les périboles de Delphes
Delphica 2. Delphi’s périboloi
Jean-François Bommelaer
p. 13-38

Résumés

Au sanctuaire d’Athéna comme à celui d’Apollon, deux périboles se sont succédé. Le plus ancien, fait en « petit polygonal », date d’après la première guerre sacrée. Le deuxième, qui embrasse une aire plus grande, a été construit après l’incendie de 548, en « grand polygonal » à joints courbes. Mais plus de la moitié de celui d’Apollon a été refait ultérieurement tronçon par tronçon. L’étendue et les dates de ces réfections méritaient d’être revues. En raisonnant à la fois sur les deux périboles on aboutit à une restitution nouvelle du secteur Sud-Est du sanctuaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Hansen, 1960 ; Trouki, 1993.

1Cet exposé doit beaucoup aux observations publiées par E. Hansen en 1960 et à celles qu’E. Trouki a rassemblées en 1993 dans une remarquable thèse1. Ces travaux n’ont pas eu le retentissement qu’ils méritaient, le premier parce qu’il a été mal compris et caricaturé, le second parce qu’il est resté inédit. Cependant, la typologie des périboles de Delphes est à peu près connue depuis longtemps, de sorte que je me contenterai, dans cette introduction, de quelques rappels sommaires accompagnés d’images en nombre limité. Les discussions nécessaires viendront ensuite.

  • 2 Le système a été étudié par E. Trouki (1993) aussi dans les autres murs, comme ceux du Gymnase ou d (...)

2Dans les deux sanctuaires, on a repéré deux enceintes successives, l’une et l’autre en calcaire pour la plus grande part, la seconde englobant une surface plus étendue que la première. Comme le terrain est en pente, ces murs sont pour partie des analemmas. En aval ou sur les côtés, ils ont d’habitude été construits à deux parements, même si le remblai attendu derrière dispensait d’achever le parement intérieur, sauf aux assises supérieures ; en amont, un parement suffisait mais il pouvait y avoir un deuxième cours de blocs ou encore, au ive siècle, des éperons qui ancraient le mur dans la colline2. C’est par l’appareil du parement visible qu’on les classe. Sauf pour « l’ancien péribole », on restitue dans tous les cas un couronnement fait de deux assises plates.

3Mes exemples, choisis là où j’ai rencontré des problèmes, proviennent tous du sanctuaire d’Apollon et sont répertoriés sur la figure 1. Le plus ancien péribole connu était fait de blocs petits ou moyens qu’on avait retaillés le moins possible, de sorte que l’appareil est en « petit polygonal » et que le mur ne comporte pas d’assises proprement dites : figure 2. Les façades sont à peine ravalées mais les joints sont plus travaillés dans tel tronçon que dans tel autre. Les trois tronçons que nous connaissons sont désignés sur la figure 1 par le sigle VI a, mais le n° 305 doit être prolongé sous la fondation 406, et le n° 109 a été redressé à l’époque romaine. La disposition de ces trois tronçons permet de restituer à peu près le tracé de « l’ancien péribole » construit autour de 575 (sans doute en plusieurs décennies).

  • 3 Il existe un plus grand polygonal à joints courbes dans un mur de terrasse inachevé, n° 510 (sous l (...)

4Le « deuxième péribole » (VI b) avait le tracé que nous voyons maintenant. Il a été construit en « grand polygonal » à joints courbes dans les années de 540-530 à 510-5003. Les figures 3, 4 et 6 montrent à dessein des tronçons de cet appareil qui subsistent à côté de réfections plus récentes, lesquelles ont respecté le tracé de ce qu’elles remplaçaient. Ainsi, derrière la future leschè 605 (fig. 3), on a refait en appareil trapézoïdal, dans les années 480-460, le tronçon 615. Quant au péribole Sud, près de son extrémité Est (fig. 4), il a été refait en deux fois : à droite, appareil presque isodome en 404 ou au début du ive s. ; à gauche, appareil trapézoïdal probablement dans la deuxième moitié de ce siècle (IV b). Réfection dans ce même appareil trapézoïdal et à la même époque en aval du trésor sicyonien 121 (fig. 6). La figure 5 montre la qualité que l’appareil isodome atteint juste au-delà de l’angle Sud-Est, en aval de la porte 103. On a presque la même chose, mais sans les stries décoratives, sous la porte symétrique, n° 232. Mais, sous le trésor thébain 124, c’est en tuf que les restes du péribole avaient été renforcés et doublés à une date évidemment proche de 371 (IV a).

5Enfin, la figure 7 montre un tronçon du mur 300, refait en 333/2 (discussion ci-après). Des blocs polygonaux ont été trouvés couchés en fondation de ce mur. L’appareil est moins régulier qu’en aval de la porte 103 mais peut-être un peu plus qu’à l’Helléniko, qui semble pourtant contemporain. Curieusement, nous n’avons plus grand-chose ensuite, à part les extensions que le Portique Ouest et la Terrasse d’Attale ont représentées de part et d’autre du sanctuaire vers 330 et à la fin du iiie s. Je laisse de côté volontairement le secteur du Théâtre, entièrement remanié dans les années 160-150.

1. L’ancien péribole

1. 1. Généralités

  • 4 Luce, 1992, p. 690, après un premier exposé public au colloque du centenaire de la grande fouille q (...)
  • 5 Cela me convenait particulièrement bien, parce que je venais juste de publier que le temple détruit (...)

6La date de l’ancien péribole a été déterminée par J.-M. Luce en 1991, à l’occasion de sa fouille du secteur du pilier des Rhodiens4 : env. 575 à cet endroit-là, peut-être un peu avant ou un peu après en d’autres points, mais en tout cas après la « première guerre sacrée », donc pas au viie siècle comme on le croyait jusque là5. Sur le tracé du mur, 12 m en-deçà du péribole actuellement visible à l’Est, au Sud et à l’Ouest, la suite montrera qu’il n’y a que de petites retouches à apporter aux observations déjà anciennes d’A. D. Kéramopoullos, de W. B. Dinsmoor et d’E. Hansen.

  • 6 Kéramopoullos, 1909, p. 28 (l’éd. grecque était parue en1908).
  • 7 Hansen, 1960, p. 422 et fig. 67.
  • 8 La Coste-Messelière, 1969, p. 753, fig. 8. Cet article a été présenté comme une somme. Il contenait (...)
  • 9 Bommelaer, 1973, p. 506-510.

7Lorsque le sanctuaire eut été agrandi, l’ancien péribole Sud ne disparut pas parce qu’il conservait son utilité d’analemma en amont de la voie qui le longeait au Sud. Il en subsiste un tronçon, long de 10,40 m, qu’A. D. Kéramopoullos avait repéré dès le début du xxe siècle6 : c’est notre numéro 119, tout le reste ayant été remplacé au fil du temps, essentiellement par des niches. E. Hansen a bien montré en 1960 que ce tronçon, après avoir versé, avait été remonté sur place avec des compléments faits de petits moellons, de briques et de ciment, donc probablement à l’époque impériale7. Je dis bien « sur place », car la face des blocs du bas du mur est penchée vers l’aval dans leur partie inférieure parce qu’ils ont versé, alors qu’elle est verticale dans leur partie supérieure parce que celle-ci a été retaillée. Neuf ans plus tard, P. de La Coste-Messelière, auquel chacun se référait alors pour ces questions, publiait deux croquis comparant deux hypothèses : celle du maintien du mur à sa place et celle d’un déplacement (fig. 8 A et B)8 ; on voit que seul le premier croquis méritait d’être retenu. Enfin, la fouille que j’ai faite en 1972 nous a appris que, derrière la façade polygonale redressée, une maçonnerie cimentée a donné au mur une épaisseur de plus de deux mètres9.

  • 10 Kéramopoullos, 1909, p. 28 ; Dinsmoor, 1912, p. 489.
  • 11 Hansen, 1960, p. 424 et fig. 68 en vis-à-vis.

8La distance entre ce tronçon et le nouveau péribole est la même au Sud qu’à l’Est et à l’Ouest, comme l’avaient dit A. D. Kéramopoullos et W. B. Dinsmoor10. Ces savants l’estimaient à 12 m parce qu’ils parlaient de l’intervalle entre les deux murs. E. Hansen, lui, a compté de 13,20 à 13,30 m, parce qu’il a pris la mesure entre les nus extérieurs, donc en incluant l’épaisseur du mur le plus récent11, mais il s’agit bien de la même réalité : sur trois côtés au moins, Est, Sud et Ouest, l’ancien sanctuaire a été augmenté d’une bande qui avait cette même largeur.

  • 12 Karo, 1909, p. 232.

9A propos de ce tronçon 119, G. Karo avait écrit dès 1908 ou 1909 : « Démoli en grande partie par les niches qu’on creusa dans le roc lorsque le côté gauche (i. e. de la voie) n’offrit plus une place suffisante, ce mur mutilé … ne subsiste plus qu’à l’Est du « Trésor de Mégare » sur quelques mètres de longueur »12. Ces niches portent maintenant les numéros 108, 113, 115, 116, 117, 118 et 120. Comme elles ont été construites de manière successive, il est évident que le front de chacune d’entre elles a été substitué à celui du mur d’une manière qui était exacte, en tout cas de 113 à 120 (je reviendrai plus loin sur le cas de 108). Le tracé du mur ancien est donc connu sur une bonne partie de sa longueur. On remarque que le nouveau péribole est bien parallèle à ce tracé, et notamment qu’il comporte un coude en face de celui qu’on voit entre les niches 115 et 116, au point où un gros rocher a été incorporé dans les deux systèmes successifs (mur ancien et niches). Mais nous avons un problème à chaque extrémité.

1. 2. . L’extrémité Ouest de l’ancien péribole Sud

10L’extrémité Ouest est actuellement constituée par une sorte de bastion complexe qu’on appelle soit le « mur mégarien » (n° 217) soit le « trésor de Mégare » (n° 216). Le nom de Mégare est fourni par la majorité des décrets honorifiques qui ont été gravés sur le mur à partir du dernier quart du ive siècle av. J.-C. Ce mur en calcaire, très bien construit avec un retour à chaque bout et scellé par de multiples crampons en T, peut dater de ce siècle ou de la seconde moitié du précédent. Il est certain qu’il remplace notre péribole ancien par son long côté qui longe la voie. Le remplace-t-il sur le même tracé exactement ? Nous allons voir que c’est probable. Portait-il un trésor ou un bâtiment de type trésor ? C’est vraisemblable au vu de sa solidité, de son exacte relation avec la fondation 216 placée derrière lui, et des traces qui subsistent d’une petite terrasse accolée à l’extrémité Ouest, mais autonome, et qui a tout l’air d’une terrasse d’entrée, comme celle qu’on voit juste en face devant le trésor siphnien 122.

  • 13 La Coste-Messelière, 1936, pl. L ; et 1969, p. 753 , fig. 8, et p. 757, fig. 9.
  • 14 Hansen, 1960, p. 425, fig. 38.

11Ce trésor mégarien présumé avait eu au moins un prédécesseur. Située derrière le mur 217, la fondation 216, qui est faite de tuf et comporte des cuvettes pour crampons de trois types, est trop complexe pour qu’on l’analyse ici. Mais il est assuré qu’elle a porté le côté Nord d’un bâtiment archaïque avec mur de refend, de type trésor, qui s’ouvrait à l’Ouest. P. de La Coste-Messelière avait restitué ce bâtiment très étroit, avec son mur Sud fondé dans la terrasse : non pas sur l’ancien péribole qui était l’analemma de cette terrasse, mais parallèlement à lui(fig. 8, A et B)13. Cette étroitesse surprend. E. Hansen a proposé un plan plus large, en fondant son mur Sud sur l’ancien péribole14. Dans une hypothèse comme dans l’autre, l’ancien péribole avait le tracé de l’actuel « mur des Mégariens » ou peu s’en faut ; sa chute et celle du trésor archaïque sont allées de pair. Le mur de calcaire qui l’a remplacé semble avoir eu la même fonction que lui.

  • 15 Bommelaer, 1973, p. 509-510.
  • 16 Hansen, 1987, p. 50-51, fig. 36-37.
  • 17 Dinsmoor, 1912, Pl. VIII.

12Ce qui précède ressemble à ce qu’on peut lire dans la première édition du Guide du site. Simplement, j’y avais mis en doute qu’un trésor ait pu être fondé sur le mur des Mégariens sans y être scellé, alors que la chose me semble normale maintenant. Or voici le point qui n’avait pas été vu du tout. Au retour Est du « mur des Mégariens » correspond, à l’Est, un élargissement de la voie, ou une sorte de niche, qui contient la base des Etoliennes, n° 215 et, plus à l’Est, le bassin 215b15 (v. fig. 1). La base, bien qu’elle ait été mal remontée, n’est pas éloignée de sa position antique. Le bassin, découvert en 1972, a été rebouché pour des raisons de sécurité ; remanié, sans doute plus d’une fois, il est en partie recouvert par l’actuel mur de fond de la niche, qui est une reconstruction tardive et maladroite. A droite, on trouve la paroi gauche de la petite exèdre n° 120, qui semble avoir été le dernier monument substitué à l’ancien péribole (seconde moitié du iie s. sans doute). Mais l’existence d’une niche remonte beaucoup plus haut dans le temps : non seulement les parois du bassin paraissent anciennes, mais on a repéré à son angle Sud-Est un canal d’évacuation dont la suite se retrouve dans la barbacane qui traverse le péribole Sud juste à l’Ouest du trésor des Sicyoniens. L’adduction, elle, a été coupée par le mur de fond tardif de la niche, mais le revers de ce mur reste souvent humide de nos jours encore. Il est clair qu’il y a eu pendant longtemps une fontaine à cet endroit situé en droite ligne sous le Temple. Donc le tracé du mur ancien qu’E. Hansen a représenté comme affecté d’un angle très ouvert ou d’une courbe, mais sans discontinuité depuis le prédécesseur de 217 jusqu’à 11916, comportait au contraire un redans qui encadrait une fontaine (fig. 9). Ainsi l’existence d’un vrai bastion à l’Ouest de ce redans apparaît comme ancienne elle aussi. La construction du bastion siphnien juste en face, vers 525, n’est donc pas due au hasard, mais à un souci de mise en perspective et de symétrie. Ce qui me semble moins certain, ce sont les conclusions qu’on pourrait vouloir tirer de là sur la circulation à l’époque de l’ancien péribole, sur la présence, ou non, d’une porte au-delà du bastion « mégarien », comme le pensait W. B. Dinsmoor17, et sur la situation de l’angle Sud-Ouest du sanctuaire de cette époque.

1. 3. L’extrémité Est de l’ancien péribole Sud

1. 3. 1. Les trouvailles de 1967

  • 18 Bommelaer, 1968.
  • 19 Roux, 1963, p. 21-22.

13Si nous dessinons les deux périboles en respectant leur écartement, les traits qui représentent le mur Est du plus ancien traversent le plan de la future niche 108 à proximité de son extrémité Est, mais à l’intérieur (fig. 8). Il se peut que j’en aie vu des vestiges lorsque j’ai nettoyé l’intérieur de la niche au début de l’année 196718. Comme G. Roux l’avait écrit19, la face antérieure de la niche est constituée non par une krèpis, mais par un mur vertical et peu épais qui lui donne l’aspect d’un front de podium, tout à fait inattendu sous une colonnade de la Grèce classique. Mais le nettoyage a montré que tout porte-à-faux des dalles du stylobate était évité par la présence, contre le revers de ce mur et dans ses anfractuosités, d’un blocage de petites pierres stratifié et extrêmement dense (fig. 10). Dans la partie Est du monument, ce blocage se fondait sur deux rangées de pierres plus grosses, disposées parallèlement dans le sens Sud-Nord, dont certaines provenaient d’un appareil polygonal (fig. 11). Le sol de part et d’autre était celui de la construction de cette partie de la niche mais pouvait avoir existé antérieurement. Comme il n’y avait pas de deuxième assise, il se peut que ces blocs polygonaux aient été des réemplois déplacés. Mais, déplacés ou non, ils doivent avoir appartenu à l’ancien péribole.

14Autre surprise, le mur de fond de la niche est fondé sur une terrasse dont l’analemma « A », fait de blocs non parés, est à peu près parallèle à lui et se poursuit à l’Est du mur oriental (fig. 12). Cela suggère l’existence d’un état antérieur à l’ancien péribole, ainsi que l’existence d’une circulation Est-Ouest, en amont ou en aval du mur « A », avant et après l’installation de cet ancien péribole, donc peut-être aussi la présence d’une porte à proximité de son angle Sud-Est.

1. 3. 2. Pour une restitution du plan de l’angle Sud-Est de l’ancien péribole

  • 20 Dinsmoor, 1912, Pl. VIII.
  • 21 Hansen, 1960, p. 425, fig. 68.
  • 22 Roux, 1963, fig. 34 H. T.
  • 23 La Coste-Messelière, 1969, p. 753, fig. 8a.

15On peut achever le dessin des deux périboles au Sud-Est de trois façons : v. fig. 13. Solution A : la direction de l’ancien péribole Sud se serait infléchie comme celle de son homologue plus récent à partir de la jonction entre les façades des niches 108 et 113 ; les sections 1B et 2B seraient alors de longueurs différentes. Solution B : la section 1B, devenue égale à 2B, serait placée un petit peu plus au Sud qu’en A ; mais la différence serait faible. Solution C : pas d’infléchissement du tracé, pas de section 1B, de sorte que l’angle entre les murs Est et Sud serait aigu et placé plus au Sud encore. W. B. Dinsmoor a choisi la solution A20 ; E. Hansen, A ou B21 (dessin incomplet) ; G. Roux, une variante de B22 ; P. de La Coste-Messelière, la solution C (fig. 8)23.

  • 24 Roux, 1963, fig. 34. Ayant jadis critiqué la restitution de G. Roux pour ses bases trop nombreuses, (...)

16Commençons par évacuer la solution de G. Roux24, parce qu’elle contient une erreur matérielle restée inaperçue jusqu’à maintenant (fig. 14) : le mur Est de la niche 108 est censé avoir repris le tracé de l’ancien péribole, dont la distance au nouveau péribole se trouverait ainsi réduite de 2 m environ. Le motif de ce changement inexpliqué est probable. G. Roux estimait avoir démontré que la base arcadienne 105 a été construite non pas après la niche 108 comme on le dit en général, mais avant : la base aurait donc été adossée initialement au mur Sud de l’ancien péribole. Alors, chose difficile à admettre, elle aurait dépassé de 2 m environ l’angle Sud-Est si G. Roux n’avait pas déporté d’autant le mur Est du même péribole vers la droite de son dessin pour donner au mur Sud la longueur dont sa thèse avait besoin.

17La solution B n’est pas discréditée pour autant. Les solutions A et B (fig. 16 et 15), proches l’une de l’autre, ont de prime abord un aspect attrayant à cause de l’orientation donnée, à partir de la fin du ve s., aux principaux monuments de ce secteur : la base des Navarques 109 avait probablement cette orientation, qui est celle de la niche-portique 108 et de la base arcadienne105. Ces figures montrent que, dans ces solutions, la niche-portique 108 peut indifféremment être tenue pour plus récente que la base 109 ou pour aussi ancienne. Cette orientation, différente de celle des monuments plus anciens qui, plus à l’Ouest, étaient alignés sur la voie, aurait été tirée de celle de la section 1B supposée. Mais le raisonnement se retourne dès qu’on regarde la solution C (fig. 17) parce que c’est alors de la section 2B que les nouvelles constructions tirent la même orientation. Cela signifie simplement que, sur cette place qui se dessinait près de l’entrée, il aurait été bizarre dans les trois cas cités de conserver l’orientation des monuments situés plus à l’Ouest. Autrement dit, comme la nouvelle orientation des monuments ne prouve pas que la section 1B ait existé, elle ne fournit aucune indication sur le tracé de l’ancien péribole : les solutions A et B restent possibles mais ont perdu de leur attrait.

  • 25 La Coste-Messelière, 1969, p. 753, fig. 8a.
  • 26 Karo, 1909, p. 234-236.
  • 27 G. Roux, dont nous verrons qu’il a mis en évidence le démontage de la base du Taureau 104, aurait é (...)
  • 28 Bommelaer, 2011, à paraître.

18Je renvoie au dessin que P. de La Coste-Messelière avait donné à l’appui de la solution C25 (fig. 8), en faisant remarquer qu’il ne fait pas apparaître la principale conséquence de ce choix. On se reportera à notre fig. 17 : avant que l’angle Sud-Est de l’ancien péribole n’eût été détruit pour construction de la niche 108 (ou de la base 105 si on la croit antérieure à 108), la porte 103 du nouveau sanctuaire devait être placée plus au Sud que l’actuelle. À ma connaissance, seul G. Karo avait évoqué une telle solution, en 190926, mais sans éveiller aucun écho, même chez G. Roux27. J’ai personnellement adopté cette solution en 201128 : c’était sans me rappeler que j’avais lu G. Karo et pour des raisons qu’on trouvera plus bas.

2. Le « deuxième péribole »

  • 29 La Coste-Messelière, 1946. D’après cette étude, le « temple des Alcméonides » n’a été construit que (...)
  • 30 Trouki ,1993 ; Hansen, 1960 ; Karo, 1909.

19Je laisse de côté la question du secteur Nord-Ouest, occupé par le théâtre qui date de l’époque hellénistique. Ailleurs, le tracé du « deuxième péribole » (péribole actuel) est bien visible malgré plusieurs lacunes et personne ne doute qu’il date de la période « alcméonidienne » : l’expression est de P. de La Coste-Messelière évoquant les grands travaux consécutifs à l’incendie qui détruisit le vieux temple en 54829. L’accord existe sur le tracé, non sur la réalisation. En outre, certaines parties de ce mur ayant été refaites, il y a discussion sur l’étendue de ces réfections et sur leur datation. Les meilleurs guides sont à mon avis la thèse inédite d’E. Trouki, l’article
d’E. Hansen et celui de G. Karo30, mais il y a encore à dire, comme on va le voir.

2. 1. Dans le deuxième péribole, l’appareil polygonal a été employé partout (fig. 1)

20Nous tournerons dans le sens inverse de celui des aiguilles d’une montre. A l’Ouest, l’omniprésence de l’appareil polygonal est évidente en amont de la porte 232 malgré l’état très délabré du mur. En aval de la porte, le tronçon et l’angle font pratiquement partie du mur Sud (ci-après).

  • 31 La Coste-Messelière, 1936, p. 460-464 : entre fin vie s. et premier quart du ve ; idem 1946, p. 284 (...)

21Les auteurs qui ont traité du mur Sud, souvent en l’appelant l’Helléniko, sont trop nombreux pour que je les énumère ici. En général, ils n’ont parlé que des assises en appareil trapézoïdal, parfois dit pseudo-isodome, et du couronnement. Le mur devait, disaient-ils, être plus récent que l’époque où on avait utilisé le polygonal, mais plus ancien que certains des monuments fondés juste en amont : non pas les trésors de Siphnos et de Sicyone, manifestement construits avant lui, mais les bases qui s’échelonnent à partir des trésors vers l’Est (dans l’ordre chronologique et topographique, celle des Tarentins 114, celle des Argiens 112 et celle des Athéniens 110). D’où une datation souvent admise mais fautive de cet appareil entre l’extrême fin du vie s. et 460 av. J.-C. En France, on avait pour caution l’autorité de P. de La Coste-Messelière, renforcée par les observations de C. Vatin31.

  • 32 Homolle, 1897, p. 263.
  • 33 Hansen, 1960, p. 423-433 ; v. notamment la fig. 61 A et B, près de la p. 431.
  • 34 Hansen, 1987, p. 53, légende de la fig. 39 (entre 1960 et 1987, la date du trésor des Sicyoniens a (...)
  • 35 Trouki, 1993.

22Pourtant, Th. Homolle, dans la présentation générale du sanctuaire qu’il a faite avant la fin de la fouille, avait cursivement noté la présence de quelques blocs polygonaux dans ce mur32. Et surtout, E. Hansen a signalé de façon expresse en 1960 la présence de deux petits tronçons proprement polygonaux compris dans les assises inférieures de l’Helléniko, l’un au-dessous du trésor siphnien, l’autre à quelques mètres de l’angle Sud-Est (v. fig. 4 et 6)33. Le relevé qu’il en a fait est on ne peut plus clair. D’où deux conclusions : 1) la construction du mur Sud a suivi de près celle des trésors vers 500 (version de 1967) et même « avant la fin du vie s. » (version de 1987)34. 2) L’Helléniko est une partie reconstruite sur le même tracé. Ce n’est d’ailleurs pas la seule : l’angle Sud-Ouest, avec le retour jusqu’à la porte 232, a lui aussi été refait dans une technique semblable à celle du tronçon symétrique (sous la porte 103) dont nous parlerons plus bas. Sous le trésor des Thébains et plus largement, une reconstruction en pôros a été en partie placée sur les fondations de calcaire, et en partie plaquée devant. Enfin, l’angle Sud-Est et le retour jusqu’à la porte 103 ont été refaits dans un appareil plus régulier que celui de l’Helléniko proprement dit et à une date antérieure ; le traitement de la face Est, piquetée de petits traits obliques, est particulier. Malgré la résistance de C. Vatin et de P. de La Coste-Messelière, ces conclusions s’imposent. L’étude d’E. Trouki les a confirmées35. J’ajoute seulement que l’angle Sud-Est et le retour vers la porte comportent un doublage fait d’un calcaire presque noir qui me paraît être le même que celui du polygonal en amont de la porte 103 : récupération, à mon avis, dans le mur original qu’on remplaçait. Nous examinerons dans un instant la date de certaines de ces réfections.

  • 36 Bousquet, 1952, p. 27-28.

23Dans le mur Est, le tronçon 200, placé juste au Nord de la porte 103, est en appareil polygonal. J. Bousquet a signalé dès 1952 que les assises plus ou moins isodomes du tronçon suivant, n° 300, reposaient sur des blocs polygonaux couchés. Il en déduisait légitimement qu’un mur polygonal avait précédé le mur isodome36. Sa conclusion s’étend naturellement au tronçon 400 et à celui qui a été recouvert par la terrasse d’Attale. Au Nord de cette terrasse, le polygonal est conservé jusqu’à l’angle Nord-Est.

24Dans la partie Nord, le tronçon adjacent à l’angle est polygonal. Mais ensuite, derrière la leschè des Cnidiens, l’appareil polygonal a été remplacé par un appareil trapézoïdal dans le tronçon 615 dont nous avons parlé. Nous n’irons pas plus loin vers l’Ouest aujourd’hui.

2. 2. Datation de certaines réfections du deuxième péribole

  • 37 Bourguet, 1932, p. 245. Nomenclature et datation actualisées : à l’époque, on écrivait FD, III 5, 6 (...)
  • 38 La Coste-Messelière, 1969, p 750 (illustration p. 749, fig. 7).

25Nous repartons dans l’autre sens. Dans le tronçon 615 situé derrière la leschè, E. Bourguet avait cru reconnaître un des chantiers cités dans le compte CID II, 81A à la date de 333/237. Quatre entrepreneurs avaient reçu de l’argent pour le péribole, le quatrième pour son couronnement, les trois autres pour la construction du corps même, payée « au plèthre », longueur de 100 pieds, soit une trentaine de mètres : Pankratès pour le chantier « du haut » (terme restitué), Agathon pour celui qui était près du prytanée, et Euainétos pour le chantier « du bas ». Ce dernier mot, bien conservé, justifie la restitution « du haut ». E. Bourguet attribuait le tronçon 615 à Pankratès, les tronçons du mur Est à Agathon et l’Helléniko à Euainétos. L’attribution de 615 à Pankratès me semble avoir été admise jusqu’à la fin des années 1980 par tout le monde, y compris par J. Bousquet en 1952 ; seul P. de La Coste-Messelière faisait peut-être exception : on peut comprendre dans ce sens ce qu’il écrivait en 196938, et nous savons qu’il n’admettait pas l’attribution de l’Helléniko à Euainétos, puisqu’il le datait de la première moitié du ve s., mais sans jamais critiquer E. Bourguet qui avait été son maître.

  • 39 Bousquet, 1989, p. 181-182.

26Cependant, à l’époque où A. Jacquemin et D. Laroche, s’occupant de la région Nord-Est, remettaient en question un certain nombre de traditions, tandis qu’E. Trouki examinait tous les murs de Delphes pour la thèse qu’elle préparait, J. Bousquet a publié plus vite qu’eux que l’appareil trapézoïdal de 615 paraissait contemporain de la construction de la leschè (deuxième quart du ve s.) et que, par conséquent, l’expression « travail du haut » désignait un des tronçons du mur Est, dans la partie isodome39. Je donne à cette proposition une formulation qui correspond à ce que chacun a aussitôt accepté. Au contraire, le reste de la nouvelle thèse de J. Bousquet était critiquable et n’a pas manqué d’être critiqué.

  • 40 Jacquemin, 1991, p. 245-254. Lors de mon exposé à Toulouse, j’ai fait une confusion et attribué à A (...)
  • 41 Trouki, 1993.

27Avec cette proposition, nous sommes passés au péribole Est. Ce qu’E. Bourguet avait attribué au seul Agathon, J. Bousquet proposait de le partager en deux : à Pankratès le tronçon 400, à Agathon le tronçon 300 (donc le prytanée voisin se serait trouvé à l’emplacement de la maison 299) ; Euainétos, lui, aurait fait le tronçon situé en aval de la porte 103. A. Jacquemin a réagi en reprochant l’oubli du tronçon que la terrasse d’Attale devait ensuite recouvrir40 : ce tronçon équivalait bien à ¾ de plèthre, ce qui correspond à la somme reçue par Pankratès ; à Agathon le tronçon 400 (donc le prytanée venait à l’emplacement des thermes de l’Est 399) ; à Euainétos le tronçon 300. E. Trouki est intervenue à son tour41 : J. Bousquet a eu tort de faire remonter l’Helléniko à la première moitié du ve s. comme P. de La Coste-Messelière et de prêter à E. Hansen l’opinion selon laquelle ce mur est plus ancien que l’angle Sud-Est et le tronçon en aval de la porte 103. E. Hansen a eu raison d’écrire le contraire (ce qui était plus ancien, c’est le polygonal aujourd’hui détruit). Donc, si le tronçon en aval de la porte était d’Euainétos, l’Helléniko serait postérieur à 333/2 (nous y reviendrons). Par ailleurs, grâce à l’analyse des assises, E. Trouki a distingué le travail de deux équipes différentes à l’intérieur d’un même tronçon isodome du mur Est : dans ces conditions, il serait peut-être trop hardi d’attribuer la totalité du tronçon à un seul entrepreneur (v. fig. 7).

  • 42 Bommelaer, 2008, p. 234.

28Je rebondis sur cette suggestion en revenant au dossier établi par J. Bousquet pour son corpus. Pankratès ayant reçu la valeur de ¾ de plèthre, il est tentant d’accepter dans son cas la proposition d’A. Jacquemin (tronçon sous la terrasse d’Attale). Alors, on admet que le paiement était intégral et sans retenue (versé d’avance, selon J. Bousquet). Donc les deux autres entrepreneurs n’avaient qu’un demi-plèthre chacun à construire en cette occasion. Ce serait conforme à ce que j’ai écrit ailleurs sur le partage du travail entre les entrepreneurs et la multiplicité des petits lots qui leur étaient attribués42, mais j’ai quatre remarques à formuler :

  1. À eux trois, ces lots ont totalisé en une seule session 1¾ plèthre, c’est-à-dire plus de la moitié de ce qu’il fallait reconstruire dans le mur Est : il suffisait donc d’une autre session pour que le travail fût complet, soit seulement une année ou un semestre.

  2. Au passage, je remarque que la longueur totale du tronçon situé en aval de la porte et de l’angle représente, en développé, au moins 16 m, et qu’il est particulièrement élevé : il aurait donc été insuffisant de le compter pour un demi plèthre ; mais en même temps il était quasi impossible de le partager en deux lots. Cela rend improbable la thèse qui en fait le lot d’Euainétos.

    • 43 Bousquet, 1989, p. 182.
    • 44 Karo, 1909, p. 235.

    J. Bousquet nous avertit que ce dossier s’est étalé sur cinq ans au moins43. Cela incite à y mettre autre chose que les trois tronçons isodomes du mur Est. Alors, pourquoi pas l’Helléniko ? Nous le savons plus récent que le tronçon situé en aval de la porte. De celui-ci, nous ignorons la date mais, d’après sa décoration qui ressemble à celle de la porte d’Arcadie à Messène, il peut dater de la première moitié du ive s. ou d’un peu plus tôt, comme l’avait déjà noté G. Karo44. Je ne vois donc aucune difficulté à dater de 333-328 l’Helléniko que tant de savants ont voulu placer dans la première moitié du ve s. et il me semble impossible d’exclure qu’Euainétos y ait travaillé.

  3. Il s’ensuit, à mon avis, que nous ignorons si le mur d’Agathon est le tronçon 300, le tronçon 400, la somme des deux ou une partie seulement, et par conséquent que la localisation du prytanée nous échappe encore.

3. L’angle Sud-Est des deux périboles et la porte 103

  • 45 Roux, 1963, p. 8-16. J’ai ajouté un bloc inscrit (dédicace refaite) mais j’ai eu tort de récuser l’ (...)

29Je termine par le secteur de l’entrée Sud-Est, où il y a lieu de parler à la fois des deux périboles et des monuments qui étaient compris entre eux. Conformément à une bonne remarque de G. Roux, la base 104 (taureau de Corcyre) contient des crampons du ive s. (ou de la fin du ve) alors qu’elle date de la première moitié du ve s.45. Elle aurait donc été démontée et remontée, voire déplacée. Elle est pourtant faite pour être raccordée au péribole par sa seule façade (plus longue que le reste) et la situation qui s’impose alors est juste à droite en entrant, comme à présent. Mais je suis frappé depuis longtemps par l’aspect actuel de la porte 103. D’une part, les deux murs qui l’encadrent sont de techniques différentes, polygonale au Nord et presque isodome au Sud, ce qui implique une différence de date, donc au moins une modification lors de la construction du mur le plus récent. Nous avons vu plus haut que ce dernier était doublé par des blocs de calcaire noir qui paraissent provenir du polygonal qui l’avait précédé, mais nous ne pouvons pas savoir comment était la porte de l’état primitif.

Concernant la porte du deuxième état, voici trois observations :

  1. 1° La tranche du mur polygonal qui subsiste du côté Nord donne l’impression que ce mur a été coupé.

  2. 2° Elle me paraît appeler, par la présence de bandes de contact (sinon d’anathyroses caractérisées), la présence d’un montant de porte.

  3. 3° Des saillies respectivement de la fondation de ce mur et de celle du mur situé au Sud semblent avoir servi à fonder de tels montants, directement ou par l’intermédiaire d’un seuil.

Ces observations entraînent deux conséquences :

  1. 1° La porte originelle doit avoir été située plus au Sud (du moins son montant Nord, car nous ne pouvons rien dire de sa largeur).

  2. 2° Depuis quelques années, nous restituons la porte du deuxième état comme monumentale.

30À ces indices de changement (qui concernent la base 104, le mur en aval de la porte 103, la constitution de cette porte et peut-être son emplacement) s’ajoute celui que j’ai évoqué plus haut au sujet de l’orientation des monuments qui change à proximité de la porte. L’implantation de la niche 108 et de la base arcadienne 105 relève d’une logique différente de celle des monuments antérieurs. Il est probable que la base 109 (Navarques) obéissait à la même orientation, parallèle à la section 2B de la figure 13. Parmi nos nombreux essais de restitution de cette base, nous avons choisi le plus court possible mais, même ainsi, la place manquerait pour la mettre bout à bout avec le monument de Marathon 110. Or, pour des raisons historiques, elle devait le masquer plutôt qu’être masquée par lui et, de fait, la figure 17,1b montre que, dans le cas contraire, l’ordre suivi par Pausanias aurait été surprenant : nous exclurons donc l’hypothèse C1 et toutes celles qui masqueraient Lysandre.

  • 46 Bommelaer, 2006.
  • 47 Je dois l’observation initiale au contremaître Ch. Kaltsis. Tous les architectes ont confirmé. La f (...)

31J’ai parlé ailleurs des monuments qui « se répondent » et supposé que cela pouvait avoir été le cas ici46 : d’où les trois figures 15, 16 et17 ; mais comme c’est une supposition, il reste théoriquement possible de rapprocher 109 de la porte. La comparaison entre ces figures fait voir plusieurs choses. Dans les hypothèses A et B, la niche 108 peut indifféremment avoir été plus ancienne, plus récente ou de même date que la base des Navarques 109 (404 av. J.-C.). Dans l’hypothèse C2, la destruction de l’angle Sud-Est de l’ancien péribole doit avoir précédé la construction de la base 109 : alors la niche ne peut pas être tenue pour plus récente que la base… Regardons maintenant la plate-forme Ouest du portique : elle était plus large avant la construction de l’hémicycle argien 113 juxtaposé (fig. 15 et 16) qu’elle ne l’était après (fig. 17). C’est que les constructeurs argiens l’ont rognée, comme on le voit bien sur la ruine47 : s’ils ne l’avaient pas fait, ils auraient dû renoncer soit à une grande largeur, soit à une implantation sur le même axe que la base 112 en vis-à-vis. Enfin, cette antériorité de la niche 108 sur l’hémicycle 113 explique la mauvaise correspondance entre leurs façades, qui aurait été choquante si l’hémicycle avait préexisté (fig. 18). Tout cela confirme que la niche est ancienne. Je n’ai pas écrit ici « niche-portique » parce que le problème, récemment aperçu, de savoir si la colonnade est aussi ancienne que la niche, n’est pas encore tranché.

  • 48 Après être arrivé à cette conclusion, je me suis aperçu qu’on en trouve déjà les grands traits (la (...)

32Concluons. Entre les hypothèses A, B et C2, la dernière semble bien préférable (fig. 17,2) parce que c’est la seule qui intègre tous les changements évoqués ci-avant, y compris un déplacement de la porte 103. Si on l’adopte, on attribuera sans doute à un même programme tous les phénomènes évoqués : reconstruction de la partie Sud du péribole Est, déplacement de la porte 103 (monumentalisée ?) et de la base du taureau 104, construction de la niche 108 et aussi de la base des Navarques 109. Cette dernière permettrait d’attribuer le tout à l’architecte de Lysandre48.

Fig. 1. Delphes, sanctuaire d’Apollon, plan restitué : datation des périboles, tronçon par tronçon.

Fig. 1. Delphes, sanctuaire d’Apollon, plan restitué : datation des périboles, tronçon par tronçon.

Ancien péribole plus étroit vers 575 (VI a) ; mais remontage du tronçon 119 à l’époque romaine. Deuxième péribole tout autour, ou presque, vers 530-510 (VI b) ; mais réfections : vers 480-460 (V a, 615) ; fin du ve s. ou premier tiers du ive (sous les portes S.-O. et S.-E.) ; vers 371 (IV a, 102) ; seconde moitié du ive (IV b, 300, 400, 500 et probablement 101 Sud). Dessin J.-F. B (2011).

Fig. 2. Ancien péribole en petit polygonal.

Fig. 2. Ancien péribole en petit polygonal.

Tronçon 305 Nord (fouille de 1991 sous la fondation 406) ; VI a, vers 575. Cliché J.-F. B.

Fig. 3. Nouveau péribole en grand polygonal à joints courbes

Fig. 3. Nouveau péribole en grand polygonal à joints courbes

VI a, vers 530-510 (à g.) refait en appareil trapézoïdal en amont de la leschè des Cnidiens 605, V a, vers 480-460 (à dr.). © Cliché EfA.

Fig. 4. Extrémité Est du mur 101 (Helléniko)

Fig. 4. Extrémité Est du mur 101 (Helléniko)

Portion du grand polygonal VI b recouverte à dr. par une réfection en appareil presque isodome (404 ou début ive, voir fig. 5), puis, à g., par une deuxième réfection en appareil moins régulier (2e moitié ive ? voir fig. 6). © Cliché EfA.

Fig. 5. Retour Est du mur 101 en aval de la porte 103.

Fig. 5. Retour Est du mur 101 en aval de la porte 103.

Réfection en appareil presque isodome ; parement décoré de petits traits obliques (404 ou début ives.). En partie haute, la présentation actuelle mélange les blocs de plusieurs assises. © Cliché EfA.

Fig. 6. Le mur 101 en aval du trésor des Sicyoniens

Fig. 6. Le mur 101 en aval du trésor des Sicyoniens

Portion du grand polygonal VI b qui a été construit juste après l’achèvement du trésor, vers 510. Après une destruction partielle, la portion subsistante a été recouverte par un appareil trapézoïdal plutôt qu’isodome, probablement dans la 2e moitié du ive s. (IV b). © Cliché EfA.

Fig. 7. Le mur 300, refait en 333/2

Fig. 7. Le mur 300, refait en 333/2

Raccord entre les chantiers de deux équipes.

Fig. 8. Sanctuaire d’Apollon

Fig. 8. Sanctuaire d’Apollon

Deux hypothèses de P. de La Coste-Messelière (1969) sur l’ancien péribole Sud, avec la numérotation actuelle.

Fig. 9. Sanctuaire d’Apollon

Fig. 9. Sanctuaire d’Apollon

L’ancien péribole Sud, partie occidentale.

© J.-F. B. et O. Rollin (2011).

Fig. 10. Niche-portique 108

Fig. 10. Niche-portique 108

Blocage stratifié de petites pierres à l’intérieur de l’angle S.-E.

© Cliché J.-F. B., EfA.

Fig. 11. Niche-portique 108

Fig. 11. Niche-portique 108

Les blocs polygonaux en réemploi sous le blocage.

© Cliché J.-F. B., EfA.

Fig. 12. Niche-portique 108

Fig. 12. Niche-portique 108

L’analemma A, en aval du mur Nord.

© Cliché J.-F. B., EfA.

Fig. 13. Sanctuaire d’Apollon à Delphes.

Fig. 13. Sanctuaire d’Apollon à Delphes.

La succession des deux périboles dans le secteur Sud-Est : trois solutions hypothétiques sur le plan de l’ancien péribole.

© Dessin J.-F. B.-J. Laragné, EfA.

Fig. 14. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Fig. 14. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Plan en 369 selon G. Roux (redessiné par J. Laragné, qui a introduit la numérotation actuelle).

Fig. 15. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Fig. 15. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Succession des deux périboles : solution B. Chronologie relative de 108 et 109 incertaine.

Dessin J. Laragné. © EfA.

Fig. 16. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Fig. 16. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Succession des deux périboles : solution A. Chronologie relative de 108 et 109 incertaine

Dessin J. Laragné, © EfA.

Fig. 17. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Fig. 17. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.

Le parcours de Pausanias et la succession des deux périboles : solutions C1 (écartée) et C2 (retenue).

Dessin J. Laragné, © EfA.

Fig. 18. La discordance entre les façades de l’hémicycle 113 et de la niche-portique 108.

Fig. 18. La discordance entre les façades de l’hémicycle 113 et de la niche-portique 108.

Cliché J.-F. B., © EfA.

Haut de page

Bibliographie

Bommelaer, J.-F., 1968, Travaux de l’Ecole Française en 1967, Delphes, BCH, 92, p. 1047-1059.

Bommelaer, J.-F., 1973, Travaux de l’Ecole Française en 1972, Delphes, Premier secteur de la voie sacrée, BCH, 97, p. 501-512.

Bommelaer, J.-F., 1991, Guide de Delphes, le site, 1e éd., Athènes-Paris.

Bommelaer, J.-F., 1992, Monuments argiens de Delphes et d’Argos, dans M. Piérart éd., Polydipsion, BCH, Suppl. 22, Athènes –Fribourg, p. 266-293.

Bommelaer, J.-F., 2006, Dialogues entre monuments, dans N. Kreutz et B. Schweizer éd., Beiträge für W. Gauer, Tekmeria, Scriptorium, Tübingen, p. 41-52.

Bommelaer, J.-F., 2008, Delphica I, À nouveau sur les comptes de Delphes et sur la reconstruction du temple d’Apollon au ive s. av. J.-C., BCH, 132, p. 221-255.

Bommelaer, J.-F., Guide de Delphes, le site, 2e éd., 2012.

Bourguet, E., 1911, FD, III 1, Inscriptions de l’entrée du sanctuaire au trésor des Athéniens, premier fascicule.

Bourguet, E., 1914, Les ruines de Delphes, Paris.

Bourguet, E., 1932, FD, III 5, Les comptes du ive siècle.

Bousquet, J., 1952, FD II, Le trésor de Cyrène.

Bousquet, J., 1989, CID II, Les comptes du ive et du iiie siècle.

Daux, G., 1936, Pausanias à Delphes, Paris.

Demangel, R., 1926, FD II, Le sanctuaire d’Athéna, Marmaria, topographie.

Dinsmoor, W. B., 1912, Studies of the Delphic Treasuries, BCH, 36, p. 439-493.

Hansen, E., 1960, Les abords du trésor de Siphnos à Delphes, BCH, 84, p. 387-433.

Hansen, E., 1987, FD II, Le trésor de Siphnos.

Homolle, T., 1897, Topographie de Delphes, BCH, 21, p. 256-264.

Jacquemin, A., 1991, Les chantiers de Pankratès, d’Agathon et d’Euainétos au péribole du sanctuaire d’Apollon à Delphes, BCH, 115, p. 243-258.

Jacquemin, A., 1999, Offrandes monumentales à Delphes, Athènes-Paris.

Karo, G., 1909, En marge de quelques textes delphiques, BCH, 33, p. 201-237

Kéramopoullos, A. D., 1909, Guide de Delphes, Athènes.

La Coste-Messelière, P. de, 1936, Au Musée de Delphes, Paris.

La Coste-Messelière, P. de, 1946, Les Alcméonides à Delphes, BCH, 70, 1946, p. 271-287.

La Coste-Messelière, P. de, 1969, Topographie delphique, BCH, 93, p. 730-758.

Luce, J.-M., 1992, Travaux de l’Ecole Française en 1991, Delphes, l’aire du char des Rhodiens, BCH, 116, p. 686-704.

Pomtow, H., 1889, Beiträge zur Topographie von Delphi, Berlin.

Roux, G., 1963, dans J. Pouilloux et G. Roux, Enigmes à Delphes, Paris.

Vatin, C., 1965, Travaux à Delphes en 1964, BCH, 89, p. 901.

Haut de page

Notes

1 Hansen, 1960 ; Trouki, 1993.

2 Le système a été étudié par E. Trouki (1993) aussi dans les autres murs, comme ceux du Gymnase ou du Portique Ouest.

3 Il existe un plus grand polygonal à joints courbes dans un mur de terrasse inachevé, n° 510 (sous le monument de Daochos) : v. par ex. Bommelaer, 1991, p. 199, fig. 84. Son inachèvement témoigne probablement d’un comblement accidentel et précoce du petit vallon situé au Nord-Est de la terrasse du temple.

4 Luce, 1992, p. 690, après un premier exposé public au colloque du centenaire de la grande fouille qui s’est tenu à Strasbourg en novembre 1991. Voir maintenant Luce, 2008, p. 97-98.

5 Cela me convenait particulièrement bien, parce que je venais juste de publier que le temple détruit en 548 pouvait avoir été construit après la « guerre sacrée », et non au viie s. comme on me l’avait enseigné : Bommelaer, 1991, p. 183. Cette proposition a été rapidement répétée avec ou sans mention de la source.

6 Kéramopoullos, 1909, p. 28 (l’éd. grecque était parue en1908).

7 Hansen, 1960, p. 422 et fig. 67.

8 La Coste-Messelière, 1969, p. 753, fig. 8. Cet article a été présenté comme une somme. Il contenait, sans commentaire, mes premiers résultats encore inédits : existence de la colonnade de la niche-portique 108 (en dépit de G. Roux) et nombre de ses colonnes (12 comme chez H.Pomtow et non 8 comme chez E. Bourguet).

9 Bommelaer, 1973, p. 506-510.

10 Kéramopoullos, 1909, p. 28 ; Dinsmoor, 1912, p. 489.

11 Hansen, 1960, p. 424 et fig. 68 en vis-à-vis.

12 Karo, 1909, p. 232.

13 La Coste-Messelière, 1936, pl. L ; et 1969, p. 753 , fig. 8, et p. 757, fig. 9.

14 Hansen, 1960, p. 425, fig. 38.

15 Bommelaer, 1973, p. 509-510.

16 Hansen, 1987, p. 50-51, fig. 36-37.

17 Dinsmoor, 1912, Pl. VIII.

18 Bommelaer, 1968.

19 Roux, 1963, p. 21-22.

20 Dinsmoor, 1912, Pl. VIII.

21 Hansen, 1960, p. 425, fig. 68.

22 Roux, 1963, fig. 34 H. T.

23 La Coste-Messelière, 1969, p. 753, fig. 8a.

24 Roux, 1963, fig. 34. Ayant jadis critiqué la restitution de G. Roux pour ses bases trop nombreuses, trop courtes et mal disposées (v. Bommelaer, 1992), je tiens ces critiques pour acquises. Je complète le dernier de ces points en signalant que, dans cette restitution, l’absence de parallélisme entre les monuments 109 + 110 d’une part et 105 (+ 108) d’autre part est simplement due à l’utilisation d’une euthyntéria partielle crue en place sur la foi d’une affirmation de H . Pomtow, 1908, p. 76 ; cette affirmation imprudente est démentie par la photo même de cet auteur, ibid., Pl. II, fig. 4. Les auteurs de FD II, Atlas ont enregistré cette euthyntéria sous le numéro 109, et j’en ai tenu compte dans mes restitutions jusqu’à ce jour de 1993 où D. Laroche m’a prouvé, par les plans de l’époque, que ces pierres ne se trouvaient pas là au lendemain de la fouille du secteur.

25 La Coste-Messelière, 1969, p. 753, fig. 8a.

26 Karo, 1909, p. 234-236.

27 G. Roux, dont nous verrons qu’il a mis en évidence le démontage de la base du Taureau 104, aurait été particulièrement bien placé pour adopter la proposition de G. Karo.

28 Bommelaer, 2011, à paraître.

29 La Coste-Messelière, 1946. D’après cette étude, le « temple des Alcméonides » n’a été construit que vers 514-506, tant il y avait d’autres travaux à faire auparavant. Donc le péribole en appareil polygonal daterait pour l’essentiel de 530-520 environ, ce qui est vraisemblable à mes yeux. Mais l’auteur exclut de ces travaux la réalisation du mur Sud du péribole ; position réaffirmée en 1969, mais que je combattrai ci-après.

30 Trouki ,1993 ; Hansen, 1960 ; Karo, 1909.

31 La Coste-Messelière, 1936, p. 460-464 : entre fin vie s. et premier quart du ve ; idem 1946, p. 284,
n. 5 : même chose ; idem 1969, p. 747-751, se fondant sur les « résultats » de C. Vatin : plutôt 460 que 500 ; Vatin, 1965, p. 901 : pas du vie s., mais avant les bases athénienne et argienne ( = avant 460 à peu près).

32 Homolle, 1897, p. 263.

33 Hansen, 1960, p. 423-433 ; v. notamment la fig. 61 A et B, près de la p. 431.

34 Hansen, 1987, p. 53, légende de la fig. 39 (entre 1960 et 1987, la date du trésor des Sicyoniens a été remontée légèrement).

35 Trouki, 1993.

36 Bousquet, 1952, p. 27-28.

37 Bourguet, 1932, p. 245. Nomenclature et datation actualisées : à l’époque, on écrivait FD, III 5, 62 (et 334/3).

38 La Coste-Messelière, 1969, p 750 (illustration p. 749, fig. 7).

39 Bousquet, 1989, p. 181-182.

40 Jacquemin, 1991, p. 245-254. Lors de mon exposé à Toulouse, j’ai fait une confusion et attribué à A. Jacquemin une thèse d’A. D. Kéramopoullos (porte sous la terrasse d’Attale) qu’elle avait au contraire récusée ; je rendais sa proposition incohérente. Ce que j’aurais dû critiquer, ce sont deux suggestions trouvées dans le même article et que je crois non fondées : l’idée que les blocs du temple soient arrivés au sanctuaire par le côté Est, alors que les recherches actuelles de G. Ussing confortent la thèse opposée, qui est traditionnelle ; et l’idée qu’on ait détruit un mur sur 90 m de longueur pour faire entrer des matériaux à des niveaux peu intéressants pour les constructeurs (Jacquemin 1991,
p. 255-258).

41 Trouki, 1993.

42 Bommelaer, 2008, p. 234.

43 Bousquet, 1989, p. 182.

44 Karo, 1909, p. 235.

45 Roux, 1963, p. 8-16. J’ai ajouté un bloc inscrit (dédicace refaite) mais j’ai eu tort de récuser l’idée du déplacement de la base : Bommelaer, 1991, p. 104.

46 Bommelaer, 2006.

47 Je dois l’observation initiale au contremaître Ch. Kaltsis. Tous les architectes ont confirmé. La fouille aussi. Je ne comprends pas l’affirmation contraire de Jacquemin, 1999, p. 152-153 et surtout 257.

48 Après être arrivé à cette conclusion, je me suis aperçu qu’on en trouve déjà les grands traits (la base des Navarques construite au Sud, le mur reconstruit et la porte déplacée à cette occasion) dans un article vieux de plus d’un siècle : Karo, 1909, p. 234-236. Un autre savant attribuait la reconstruction du mur aux Argiens, constructeurs du Cheval dourien (notre 111) qu’il plaçait à tort dans l’angle S.-E. du péribole : Dinsmoor, 1912, p. 490.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Delphes, sanctuaire d’Apollon, plan restitué : datation des périboles, tronçon par tronçon.
Légende Ancien péribole plus étroit vers 575 (VI a) ; mais remontage du tronçon 119 à l’époque romaine. Deuxième péribole tout autour, ou presque, vers 530-510 (VI b) ; mais réfections : vers 480-460 (V a, 615) ; fin du ve s. ou premier tiers du ive (sous les portes S.-O. et S.-E.) ; vers 371 (IV a, 102) ; seconde moitié du ive (IV b, 300, 400, 500 et probablement 101 Sud). Dessin J.-F. B (2011).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-1.png
Fichier image/png, 774k
Titre Fig. 2. Ancien péribole en petit polygonal.
Légende Tronçon 305 Nord (fouille de 1991 sous la fondation 406) ; VI a, vers 575. Cliché J.-F. B.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 3. Nouveau péribole en grand polygonal à joints courbes
Légende VI a, vers 530-510 (à g.) refait en appareil trapézoïdal en amont de la leschè des Cnidiens 605, V a, vers 480-460 (à dr.). © Cliché EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 4. Extrémité Est du mur 101 (Helléniko)
Légende Portion du grand polygonal VI b recouverte à dr. par une réfection en appareil presque isodome (404 ou début ive, voir fig. 5), puis, à g., par une deuxième réfection en appareil moins régulier (2e moitié ive ? voir fig. 6). © Cliché EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-4.png
Fichier image/png, 552k
Titre Fig. 5. Retour Est du mur 101 en aval de la porte 103.
Légende Réfection en appareil presque isodome ; parement décoré de petits traits obliques (404 ou début ives.). En partie haute, la présentation actuelle mélange les blocs de plusieurs assises. © Cliché EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-5.png
Fichier image/png, 877k
Titre Fig. 6. Le mur 101 en aval du trésor des Sicyoniens
Légende Portion du grand polygonal VI b qui a été construit juste après l’achèvement du trésor, vers 510. Après une destruction partielle, la portion subsistante a été recouverte par un appareil trapézoïdal plutôt qu’isodome, probablement dans la 2e moitié du ive s. (IV b). © Cliché EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-6.png
Fichier image/png, 518k
Titre Fig. 7. Le mur 300, refait en 333/2
Légende Raccord entre les chantiers de deux équipes.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 8. Sanctuaire d’Apollon
Légende Deux hypothèses de P. de La Coste-Messelière (1969) sur l’ancien péribole Sud, avec la numérotation actuelle.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-8.png
Fichier image/png, 757k
Titre Fig. 9. Sanctuaire d’Apollon
Légende L’ancien péribole Sud, partie occidentale.
Crédits © J.-F. B. et O. Rollin (2011).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-9.png
Fichier image/png, 58k
Titre Fig. 10. Niche-portique 108
Légende Blocage stratifié de petites pierres à l’intérieur de l’angle S.-E.
Crédits © Cliché J.-F. B., EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-10.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 11. Niche-portique 108
Légende Les blocs polygonaux en réemploi sous le blocage.
Crédits © Cliché J.-F. B., EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-11.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 12. Niche-portique 108
Légende L’analemma A, en aval du mur Nord.
Crédits © Cliché J.-F. B., EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-12.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 13. Sanctuaire d’Apollon à Delphes.
Légende La succession des deux périboles dans le secteur Sud-Est : trois solutions hypothétiques sur le plan de l’ancien péribole.
Crédits © Dessin J.-F. B.-J. Laragné, EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 14. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.
Légende Plan en 369 selon G. Roux (redessiné par J. Laragné, qui a introduit la numérotation actuelle).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 15. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.
Légende Succession des deux périboles : solution B. Chronologie relative de 108 et 109 incertaine.
Crédits Dessin J. Laragné. © EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 16. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.
Légende Succession des deux périboles : solution A. Chronologie relative de 108 et 109 incertaine
Crédits Dessin J. Laragné, © EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 17. Sanctuaire d’Apollon à Delphes, secteur S.-E.
Légende Le parcours de Pausanias et la succession des deux périboles : solutions C1 (écartée) et C2 (retenue).
Crédits Dessin J. Laragné, © EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 18. La discordance entre les façades de l’hémicycle 113 et de la niche-portique 108.
Crédits Cliché J.-F. B., © EfA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1905/img-18.png
Fichier image/png, 1016k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Bommelaer, « Delphica 2 », Pallas, 87 | 2011, 13-38.

Référence électronique

Jean-François Bommelaer, « Delphica 2 », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://pallas.revues.org/1905 ; DOI : 10.4000/pallas.1905

Haut de page

Auteur

Jean-François Bommelaer

Professeur émérite à l’Université de Strasbourg
bommelaer.antiqcl@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org