Navigation – Plan du site
I. Le sanctuaire et la ville

Le portique dit « des Étoliens » à Delphes

Bilan et perspectives
The so-called portico “of the Etolians” at Delphi. Assessment and perspectives
Amélie Perrier
p. 39-56

Résumés

Le portique situé à l’Ouest du temple d’Apollon à Delphes fut attribué aux Étoliens par P. Amandry en 1978. Ce monument, qui est l’un des plus grands du site, fait-il effectivement partie des constructions étoliennes du iiie siècle ? Faut-il plutôt y voir l’hoplothèque des comptes du ive siècle ? La datation, l’attribution et la fonction du portique sont des questions loin d’être closes. Au seuil de l’étude architecturale commencée en 2010, nous présentons ici un bilan des recherches antérieures ouvrant sur de nouvelles perspectives.

Haut de page

Texte intégral

Qu’il me soit permis de remercier D. Laroche, J.-Ch. Moretti, O. Picard et G. Rougemont pour leurs conseils, ainsi que J.-J. Malmary, architecte D.P.L.G. et architecte du patrimoine, avec lequel j’ai effectué deux missions d’étude architecturale du portique, en octobre 2010 et en mai 2011, dont les résultats seront publiés ultérieurement.

  • 2 On ne connaît pas la date exacte de la mainmise des Étoliens sur le sanctuaire de Delphes : entre 3 (...)

1La période étolienne à Delphes couvre environ un siècle, au plus tard depuis la victoire des Étoliens sur les Galates en 278 jusqu’à leur exclusion de l’Amphictionie en tant que peuple en 191/190. Leur présence dans le sanctuaire pythique remonte vraisemblablement aux premières années du iiie siècle, avant 290, date à laquelle Démétrios Poliorcète fait célébrer les à Athènes2.

  • 3 Jacquemin, 1985, p. 27-35.
  • 4 Jacquemin, 1999, n° 288 à 302, avec la bibliographie.
  • 5 Longueur maximale entre les murs latéraux : 72,60 m ; longueur minimale entre les murs latéraux : 7 (...)

2Les vestiges archéologiques montrent qu’au cours de ce siècle, la Confédération étolienne qui fait de Delphes son deuxième centre après Thermos, s’efforce de donner au sanctuaire d’Apollon un faciès étolien. Comme l’a montré A. Jacquemin3, cette période est marquée par l’élévation de monuments commémoratifs de victoires et de monuments honorifiques. Ce changement est aussi marqué par l’apparition d’un nouveau type d’offrande, comme les piliers à entablement ou les monuments à deux colonnes, actuellement étudiés par A. Jacquemin et D. Laroche4. Tout l’aspect du sanctuaire en est modifié. Un monument reste isolé, tant par ses dimensions que par les nombreuses questions qu’il suscite : le portique dit « des Étoliens », situé sur une terrasse à l’Ouest de la terrasse du temple, en dehors du péribole d’origine (SD 437, fig. 1 et 2). Il s’agit d’un des plus grands édifices de Delphes. Orienté vers le Sud, construit sur une longueur5 de 72,60 m pour une profondeur de 11,60 m, il possédait une double colonnade (29 colonnes in antis en façade, 15 colonnes à l’intérieur). Seuls le mur de fond, les murs latéraux formant de courts retours en façade, le stylobate et huit fondations de la colonnade intérieure sont conservés (fig. 3).

1. État de la recherche

3L’histoire des fouilles et des études ponctuelles qui ont été menées sur ce monument depuis 1913, et dont une grande partie reste inédite, fait apparaître, en dehors des difficultés de restitution du bâtiment, deux problèmes intimement liés dont la résolution pourrait éclairer l’histoire du sanctuaire à la fin du ive et au début du iiie siècle : la datation et l’attribution du portique.

  • 6 G. Blum est tué le 27 septembre 1914 à Montauban, dans la Somme. Cf. Picard, 1920, p. iii.
  • 7 La Coste-Messelière, 1925, p. 75.
  • 8 La Coste-Messelière, 1923.
  • 9 Flacelière, 1929a.
  • 10 Amandry, 1940-1941, p. 264-266. À propos de l’escalier, p. 264 : « sa construction peu soignée ne r (...)

4Les premières fouilles du portique Ouest datent de 1912-1913. Elles sont effectuées dans sa partie Est par G. Blum, qui prévoyait de publier le portique Ouest avec le portique d’Attale, son pendant à l’Est. Mais l’archéologue décède prématurément en 19146 et son court mémoire, soumis en 1913 à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, reste inédit. En publiant certaines inscriptions provenant de la fouille, P. de la Coste-Messelière7, qui a repris le dégagement des vestiges en 1922-38, souligne l’abondance des bases de statues trouvées dans le portique et des fondations de monuments votifs situées sur la terrasse devant le portique. R. Flacelière poursuit en 1929 le déblaiement du portique : il dégage une partie du mur de fond, trois salles de thermes romains et d’autres murs indépendants. A 23,50 m de l’extrémité Ouest du portique, il découvre deux sépultures en terre cuite : celle d’un enfant et celle d’un adulte, datées de l’époque romaine. Il finit aussi de dégager le mur de soutènement Ouest9. En 1940-41, P. Amandry dégage des thermes romains à l’Ouest du portique et considère que l’escalier appuyé sur les contreforts du mur latéral du portique est postérieur au portique et qu’il devait permettre le passage, à l’époque romaine, « de la rue des thermes à la rue de la terrasse supérieure »10.

  • 11 Robert, 1951.
  • 12 Roux, Callot, 1987.

5En 1950, G. Roux consacre son mémoire de deuxième année en tant que membre de l’EfA au portique Ouest et au portique d’Attale Ier, sous le titre Portiques de Delphes11. Pour le portique Ouest, il propose de restituer un étage (à cause des encastrements pour des poutres sur le mur de fond et de l’escalier du mur Ouest), une double colonnade superposée, avec un ordre dorique pour la colonnade extérieure et un ordre ionique pour la colonnade intérieure et à l’étage. Une partie de son étude porte sur les fontaines qu’il a repérées (en remarquant les trois trous d’adduction d’eau pour chacune) sous le portique, une à l’Est et une à 10,47 m de l’angle Ouest, ainsi que sur les canalisations de la partie occidentale. L’auteur propose alors deux datations possibles pour ce monument : soit avant 373, date convenue de la destruction accidentelle du temple, soit à la fin du ive s., sous l’impulsion des Amphictions ou peut-être déjà des Étoliens. En tout cas, d’après ses observations, il refuse de dater ce monument du iiie s., comme on le faisait auparavant. Il prévoyait de publier ensemble les deux portiques, mais il ne publie que la terrasse d’Attale en 1987 avec O. Callot, dans les Fouilles de Delphes, après avoir cependant effectué deux sondages sur le portique Ouest en 1951 et en 195912.

  • 13 Amandry, 1978.
  • 14 Le relevé en élévation des assises inférieures de la partie occidentale du mur de fond, comportant (...)
  • 15 Amandry, 1978, p. 576 : « L’inscription gravée sur le mur de fond n’était pas, selon toute vraisemb (...)
  • 16 Amandry, 1978, p. 576 : « les Étoliens ne l’auraient pas utilisé pour y exposer les armes galates s (...)

6P. Amandry revient plus longuement dans un article de 197813 sur le portique Ouest, dont il souhaitait faire la publication ultérieurement. Il révèle l’existence d’une inscription sur le mur de fond, qui s’avère être une dédicace étolienne d’armes galates14. S’il ne fonde pas l’attribution du portique aux Étoliens sur cette inscription15, cette attribution ne fait cependant aucun doute à ses yeux, dans la mesure où les Étoliens se sont servis du bâtiment pour exposer les armes prises sur les Galates16. Il propose donc d’appeler le portique Ouest « portique des Étoliens ». Il interprète certaines cavités cubiques des murs du portique (en dehors de celles qui témoignent des réoccupations du bâtiment) comme indépendantes de la construction des murs, et il estime qu’elles sont destinées à recevoir un bâti de bois afin d’exposer et d’abriter des armes. Il date le portique du début du iiie s., avant ou après 278, qui marque la victoire sur les Galates.

  • 17 Amandry, 1981, p. 729-732.

7Dans une chronique de 1981, P. Amandry détaille les installations thermales situées dans la partie orientale du portique17, après un nettoyage effectué en 1980.

  • 18 Bousquet, 1985, p. 717-727 = Bousquet, 1988, p. 167-177.
  • 19 Rougemont, 1977, p. 90.
  • 20 Amandry, 1978, p. 571.

8En 1985, dans un article repris dans les Études sur les Comptes de Delphes, une tout autre hypothèse est avancée par J. Bousquet18 : il propose de reconnaître dans le portique l’hoplothèque connue par les comptes du ive s., construite à la suite du temple, entre 334 et 320. Il estime que les Étoliens se sont adjugés plus tard, après 278, l’espace laissé libre dans la partie occidentale du portique, d’où l’emplacement de leur dédicace. Il émet enfin l’hypothèse que la terrasse, avant la construction du portique, c’est-à-dire de 370 aux environs de 335, devait être occupée par les ateliers des artisans et ouvriers travaillant à la construction du temple. C’est au Sud du portique que J. Bousquet propose de reconnaître l’aula mentionnée dans la loi amphictionique de 38019. Ce faisant, il intègre complètement cette zone dans le domaine sacré, bien qu’elle se situe à l’extérieur du péribole d’origine. P. Amandry considérait déjà le portique comme une annexe du sanctuaire20, J. Bousquet y voit une véritable extension.

  • 21 Déroche, 1986.

9En 1986, V. Déroche consacre une partie de son mémoire inédit, intitulé Études sur Delphes paléochrétienne, aux vestiges tardifs en place dans le portique21, où il a effectué un nettoyage en 1983.

  • 22 Roux, 1989, p. 36-62.
  • 23 Flacelière, 1954, n° 136 ; Lerat, 1985, p. 261.

10G. Roux répond à J. Bousquet dans un article de 198922, en revenant sur des détails de la construction du portique et sur des questions lexicales. Il se demande d’abord si l’hoplothèque restaurée par un certain Akidôn dans le sanctuaire d’Athéna à la fin du iiie s.23 est la même que celle mentionnée dans les comptes du ive s. Selon lui, l’hoplothèque du sanctuaire d’Athéna Pronaia doit être cherchée sur une terrasse peu explorée, située entre les soutènements de la terrasse inférieure (où est situé le sanctuaire) et la route antique. Suivant la position d’É. Bourguet, il identifie l’hoplothèque du sanctuaire d’Athéna à l’hoplothèque des comptes. Il reprend l’examen de ces derniers pour montrer que l’hoplothèque mentionnée dans les comptes peut tout à fait se confondre avec l’hoplothèque du sanctuaire d’Athéna Pronaia, la seule qui soit vraiment attestée. Enfin, il revient plus précisément sur les problèmes chronologiques, topographiques et architecturaux soulevés par l’étude du portique Ouest. Il développe également le problème lexical posé par la définition d’«  hoplothèque », en se demandant si le portique Ouest y correspond.

  • 24 Giotopoulou-David, 1992.
  • 25 Bommelaer, 1993, p. 33-51. Voir aussi Bommelaer, Laroche, 1991, p. 218-220 ; Bommelaer, 2008, p. 20 (...)

11La dernière étude partielle sur le portique Ouest est due à A. Giotopoulou-David, dans un mémoire de thèse inédit soutenu en 1992 sur l’utilisation de la brèche, sous la direction de J.-Fr. Bommelaer24, où elle étudie les ordres et propose une restitution du portique avec une colonnade extérieure dorique, une colonnade intérieure ionique et pas d’étage. Enfin, en 1993, J.-Fr. Bommelaer écrit un article de synthèse sur l’ensemble des portiques de Delphes, appuyant les hypothèses de restitution d’A. Giotopoulou-David25.

2. L’hypothèse étolienne

  • 26 Amandry, 1978, p. 578.
  • 27 Amandry, 1981, p. 708.

12L’article de P. Amandry est un jalon important dans notre compréhension de la date, de l’attribution et de la fonction du portique. De son hypothétique attribution aux Étoliens, d’après la dédicace des armes galates, il déduit la datation du portique : sa construction « ne saurait remonter plus haut que le début du iiie siècle », car « ce n’est pas avant 300 que l’accroissement des Étoliens et l’affermissement de leur emprise sur le sanctuaire delphique pouvaient se manifester par la mise en chantier d’un monument de cette importance »26. La découverte de cette inscription semble confirmer une hypothèse qui circulait déjà dans les années 1930, bien que R. Flacelière, en 1935, écrivît qu’en dépit de la tentation de vouloir attribuer le portique aux Étoliens, il préférait l’attribuer aux Amphictions et le dater du ive siècle. Après l’enthousiasme provoqué par la découverte de cette inscription, dont le nettoyage fut quelque peu vigoureux, P. Amandry est très discrètement revenu sur son hypothèse en 1981 : « La construction du portique peut être antérieure à l’invasion galate, mais de peu, et le monument a sûrement été bâti par les Étoliens. »27 Aucune étude architecturale n’était alors venue étayer son hypothèse. Or, quels sont les éléments en faveur d’une construction étolienne ?

  • 28 28 Coulton, 1976, p. 81 et fig. 21, p. 194 ; fig. 22, p. 195.
  • 29 Roux, 1989, p. 54.

13Le plan du portique, avec les retours de mur, n’est pas, a priori, caractéristique des constructions étoliennes : même si on trouve ce type de plan dans les portiques étoliens de Molykreion, de Nea Pleuron, de deux des trois portiques du sanctuaire d’Apollon à Thermos (portique Est et portique central), c’est un plan courant en Grèce du Nord-Ouest en général, et on le retrouve jusqu’en Épire, à Kassopé28. Dans le cas du portique Ouest, les retours des murs s’expliquent aussi simplement par une particularité du plan. Le mur latéral Est du portique est parallèle au mur de péribole, mais pas au mur latéral Ouest. Il forme un angle obtus avec le mur de fond. Or le léger retour du mur en façade permet de corriger visuellement cette asymétrie29. L’implantation du portique dépend non seulement de cette volonté d’aligner son mur latéral sur le mur du péribole, mais aussi des contraintes topographiques qui rendent nécessaire l’orientation du mur de fond si l’on veut ménager un espace suffisant pour accéder à la terrasse par l’Ouest. Le plan du portique ne relève donc pas forcément d’une architecture régionale.

  • 30 Les monuments étoliens à deux colonnes à Delphes représentent un type d’offrande cohérent, mais ne (...)

14À ce stade de l’étude, les seuls critères architecturaux ne permettent pas d’attribuer la construction du portique aux Étoliens. On serait d’ailleurs bien en peine actuellement de définir une architecture spécifiquement étolienne aux époques classique et hellénistique30.

D’autres arguments en faveur de l’hypothèse de P. Amandry peuvent être avancés.

    • 31 A Thermos, deux portiques (portique du milieu et portique Est, qui comportent deux nefs avec retour (...)
    • 32 Polybe, V, 8, 9. Il s’agit du pillage et de la destruction du sanctuaire de Thermos par Philippe V (...)

    Les Étoliens utilisent les portiques dans leurs sanctuaires, le long des voies d’accès vers le temple à Thermos et à Calydon, vraisemblablement comme atelier pour la construction du temple à Molykreion31, ou comme hoplothèque à Thermos où ils entreposent des armes et des objets précieux, d’après Polybe32. L’argument n’est certes pas décisif.

    • 33 Cf. plan des offrandes étoliennes in Jacquemin, 1985, p. 28.

    Les recherches récentes d’A. Jacquemin et de D. Laroche font apparaître que la plupart des offrandes étoliennes se concentrent sur la terrasse du temple, notamment sur la place de l’opisthodome, et dans la région du portique Ouest, même si toutes ne sont pas encore situées avec assurance dans la topographie du sanctuaire. Les Étoliens ont donc réaménagé cette partie du sanctuaire au iiie s. et mis en scène leur image dans le paysage architectural du sanctuaire, notamment sur un axe précis allant du portique Ouest à l’entrée du temple33.

  • 34 D’après un sondage effectué en 1959, cf. Roux, 1989, p. 54 et fig. 11.
  • 35 Flacelière, 1929b, p. 503-505, lors de travaux de déblaiement. Cf. Syll3, 366. Sur la date du trait (...)
  • 36 Amandry, 1978, p. 580-1.

15Le matériel trouvé dans le portique ou à proximité immédiate n’est pas significatif, d’autant plus qu’après la destruction du monument, datée du ier siècle de notre ère34, le portique a été déblayé et réaménagé au ive siècle. Sur un peu plus d’une vingtaine d’inscriptions retrouvées, seules deux ont un rapport avec les Étoliens : l’une est un fragment de la base des stratèges étoliens, datant du premier tiers du iiie siècle, l’autre un fragment du traité entre les Béotiens et les Étoliens, daté vers 274-27235. Une inscription de quatre grandes lettres KAΛΛ-, que P. Amandry interprète comme « le début de la dédicace d’un monument important » peut aussi nous intéresser puisque P. Amandry propose de restituer le nom des habitants de Callion : Καλλ[ιεῖς] ou Καλλ[ιπολίται]36. Néanmoins, il est délicat d’aller aussi loin dans la restitution et dans l’interprétation.

16Il n’existe en fin de compte aucun argument architectural ou épigraphique obligeant à attribuer la construction du portique Ouest aux Étoliens. L’inscription découverte par P. Amandry ne concerne que les armes galates, et non l’édifice en lui-même, ou plutôt l’utilisation du portique et non sa construction.

3. Le dossier épigraphique de l’hoplothèque des comptes

  • 37 Lerat, 1985, considère prudemment que le portique est une hoplothèque dès l’origine et qu’il a été (...)
  • 38 Amandry, 1978 : le début du iiie s. constitue un terminus post quem. Cf. antérieurement La Coste-Me (...)

17Le problème de l’attribution du portique aux Étoliens est étroitement lié à la question de l’identification du portique à l’hoplothèque des comptes du ive siècle. Cette hypothèse, soutenue par J. Bousquet et par L. Lerat37, fut rejetée par P. Amandry38 et surtout par G. Roux, mais le problème reste entier.

  • 39 Bousquet, 1985, p. 717-727 = Bousquet, 1988, p. 167-177.

18Nous ignorons le nom antique du portique Ouest et, partant, nous sommes dans l’incapacité de savoir s’il est mentionné dans les inscriptions ou dans les sources littéraires. Les comptes du ive siècle parlent d’une hoplothèque, dont la chronologie est restituée par J. Bousquet en 198539 de la façon suivante : une pastas provisoire aurait précédé le portique Ouest afin d’abriter une partie des ateliers du temple (CID II 46 B II, 7 ; 56, 47-48 et 59 I, 26-27). Après l’achèvement du gros œuvre du temple en 334, il faut compter encore dix ans de travaux d’aménagement, qui concernent le péribole, l’hoplothèque, le gymnase, des travaux aux Pyles, ainsi que l’ameublement du temple (CID II 79). En 334/3, sous l’archontat de Damocharès, on fait venir six entrepreneurs d’Argos, d’Athènes et de Tégée pour le portique du xyste associé au gymnase et, vraisemblablement, pour l’hoplothèque, selon la restitution de J. Bousquet (CID II 79). Les travaux sont mis en adjudication sous l’archontat de Damocratès en 333/2. Une inscription datée de l’archontat suivant mentionne le salaire versé à l’architecte de l’hoplothèque : sans doute 2 drachmes par jour, c’est-à-dire autant que pour l’architecte du temple (CID II 83). En 332/1, le héraut qui est allé faire l’adjudication des travaux à Athènes (CID II 109), reçoit lui aussi le paiement de ses frais de mission. D’après le compte spécial (CID II 100) sous Achaiménès (325/4), il y eut au printemps 325 un appel de fonds auprès des villes de l’Amphictionie (environ 37 talents, comptabilisés avec les recettes du compte ordinaire de Théôn de l’automne 324). Au printemps 323, sous l’archontat de Théôn (324/3), 24 talents prélevés sur les recettes de la quête sont attribués aux naopes pour l’hoplothèque (CID II 102). La dernière mention du financement des travaux apparaît sous l’archontat de Dioclès en 322/1 (CID II 109), mais la construction de l’hoplothèque doit s’achever en 321/20, sous l’archontat d’Archétimos. C’est en tout cas la dernière mention connue de l’hoplothèque (CID II 110) pour laquelle, selon J. Bousquet, aurait été versé un supplément aux naopes.

19Les arguments principaux permettant d’identifier le portique à l’hoplothèque des comptes sont simples. Les travaux de l’hoplothèque ont duré plus de dix ans et ont coûté beaucoup d’argent : les 24 talents versés aux naopes représentent le versement le plus important qu’ils aient jamais reçu et cet argent n’était destiné qu’au financement d’une partie des travaux. Il s’agit donc d’un grand édifice et, pour J. Bousquet qui le cherche dans la région du temple, le seul candidat possible est le portique Ouest.

  • 40 Flacelière, 1954, n° 136, l. 7-11 : [Ἐπισκ]ε[αζέ ?]τω δὲ Ἀ.κίδων, καθώς α[ὐ]τὸς εὐδόκησε, τὰν δὲ ὁπ (...)
  • 41 Bourguet, 1932.
  • 42 Bousquet, 1988, p. 172.

20Dès lors, il n’est pas possible, toujours d’après J. Bousquet, d’identifier l’hoplothèque des comptes du ive siècle à l’hoplothèque du sanctuaire d’Athéna Pronaia dont la première mention épigraphique n’apparaît que vers la fin du iiie siècle40. D’après cette inscription, que lui avait soumise R. Flacelière, É. Bourguet avait identifié l’hoplothèque de Pronaia à l’hoplothèque des comptes, dans sa publication des comptes en 193241. Or cette même inscription mentionne aussi des travaux à la megalè pastas que J. Bousquet identifie à l’hoplothèque des comptes du ive s., c’est-à-dire au portique Ouest, devenu l’ « hoplothèque » des Étoliens42.

21Un dernier argument en faveur de l’identification proposée est que l’argent destiné à la construction de l’hoplothèque est, d’après l’interprétation de J. Bousquet, confié aux naopes (CID II 102 II B, l. 14-15 ; CID II 110), qui sont chargés des travaux du temple, puis des aménagements liés au temple. Or le portique Ouest est le seul monument susceptible d’être identifié à l’hoplothèque des comptes dans la région du temple. Il est, dès lors, raisonnable de penser qu’il n’est pas une simple annexe du sanctuaire, mais qu’il en fait partie intégrante.

22Dans trois cas cependant, J. Bousquet a complètement restitué le terme d’hoplothèque (CID II 79, 87 et 102), suivant là son hypothèse d’identification. Or, il n’est nullement assuré que le héraut des trésoriers, Xénodokos, ait effectué plusieurs voyages à Athènes pour l’adjudication de l’hoplothèque (CID II 87), ni que les 24 talents versés aux naopes aient été effectivement destinés à sa construction (CID II 102). Cette somme paraît exorbitante, d’autant plus si elle n’était destinée qu’à une partie des travaux. Il est certain, en revanche, que les trésoriers ont versé aux naopes sous l’archontat d’Archétimos (321/0) une somme concernant les travaux à l’hoplothèque (CID II 110, l. 34-36).

  • 43 Roux, 1989, p. 52 : « L’hoplothèque ne figure jamais dans leurs comptes (naopes), mais uniquement d (...)
  • 44 Roux, 1989, p. 50.
  • 45 Roux, 1989, p. 44.
  • 46 Roux, 1989, p. 53.
  • 47 Roux, 1989, p. 58-9.
  • 48 Roux, 1989, p. 60 et 62.

23G. Roux rejette l’hypothèse séduisante de J. Bousquet, notamment parce qu’il attribue aux trésoriers, et non aux naopes, la responsabilité de la construction de l’hoplothèque43. Et en effet, d’une part, l’annonce de la mise en adjudication de l’hoplothèque est faite en même temps que celle du portique au-dessus du gymnase, c’est-à-dire du xyste, par le héraut des trésoriers, d’autre part, ce sont vraisemblablement les trésoriers qui effectuent la liquidation du paiement de l’hoplothèque (CID II 109 A, l. 16-18.). G. Roux considère « que les deux édifices, adjugés en même temps, font partie d’un même programme et peut-être même intéressent une même zone de Delphes »44. Il rejette implicitement la possibilité de plusieurs adjudications pour l’hoplothèque45. G. Roux rappelle, d’après le décret en l’honneur d’Akidôn, à la fin du iiie s., que seule l’hoplothèque de Pronaia est réellement attestée dans les inscriptions. Nous ne saurions reprendre ici l’argumentation de G. Roux dans le détail. Retenons seulement son dernier point de désaccord avec J. Bousquet qui concerne le περισσὸν παντὸς τοῦ ἀναλώματος versé par les trésoriers aux naopes (CID II 61B, l. 14-15). Il refuse de l’interpréter comme une dépense excédentaire, mais il y voit, au contraire, un reliquat de recettes46. Ces arguments le conduisent finalement à dissocier la construction du portique de celle de l’hoplothèque des comptes, et il lui paraît peu vraisemblable que les 24 talents aient servi à financer le portique47. G. Roux ajoute un détail architectural : il considère qu’il n’existe sur le stylobate aucune trace de fermeture du portique, et il lui paraît étonnant qu’il ait pu faire office d’hoplothèque en restant ouvert ; d’une manière générale, il trouve son plan « inadapté » à cette fonction48.

24L’analyse proposée par G. Roux, pour être séduisante, n’en est pas moins tout aussi conjecturale que celle de J. Bousquet – et il reconnaît que l’identification de l’hoplothèque de Pronaia à celle des comptes est possible, sans être certaine.

  • 49 Syll.3, 479.
  • 50 Épitélès, fils de Soinomos, reçoit sous l’archontat de Caphis (327/6) un salaire de 35 drachmes pou (...)

25Retenons un argument en faveur de G. Roux. Il serait étonnant que le même monument ait reçu deux appellations distinctes puisque la μεγάλη παστάς mentionnée dans le décret en l’honneur d’Akidôn à côté de l’hoplothèque de Pronaia et dans le décret des synèdres étoliens en l’honneur d’Athaniôn49, pourrait bien désigner le portique Ouest, qu’il serait dès lors difficile d’identifier à l’hoplothèque des comptes du ive s. On ne comprend pas ce qui justifierait ce changement de dénomination, à moins que la fonction du monument n’ait changé. Le dossier épigraphique semble également désigner les trésoriers pour la construction de l’hoplothèque. En revanche, on ne voit pas pour quelle raison l’hoplothèque n’aurait pas fait l’objet de plusieurs adjudications, comme ce fut sans doute le cas pour le xyste50. Par ailleurs, l’observation des vestiges contredit l’idée d’une inadaptation du portique aux fonctions d’hoplothèque, ce que dément de toute façon l’inscription découverte par P. Amandry.

4. Le portique Ouest : éléments d’architecture

L’observation des vestiges du portique suggère une datation au ive siècle.

26Comme au xyste, construit dans les années 330-320, le mur de fond n’est pas doublé, mais sert également d’analemma, contrairement au portique d’Attale.

27Le portique Ouest et le xyste présentent d’autres similitudes. Ils possèdent en particulier tous les deux un grand caniveau de facture similaire qui court sur la terrasse supérieure, juste sous le toit et descend de chaque côté en longeant les murs latéraux. Or, le compte CID II 79 montre que les mêmes entrepreneurs avaient été appelés à la fois pour la construction de l’hoplothèque et pour celle du xyste.

  • 51 Bommelaer, 1993, cite d’autres exemples p. 44.

28Le mur de fond du portique possède une série de contreforts extérieurs, ainsi que le mur latéral Ouest. On trouve ce dispositif à Delphes uniquement au ive siècle, par exemple dans le mur de soutènement 9E, situé à l’Est du portique d’Attale51. Dans sa thèse de 1993 sur les murs à Delphes, E. Trouki date du ive siècle tous ceux qui possèdent ce type de contreforts. La seule exception qu’elle ait trouvée est le mur de fond du portique Ouest, puisqu’on datait alors le portique, suivant P. Amandry, des années 280.

29L’utilisation de la brèche rouge pour le mur de fond et les murs latéraux indique également une datation au ive siècle. La brèche est aussi utilisée au portique 108. A. Giotopoulou-David a bien montré dans sa thèse que ce matériau était majoritairement utilisé à Delphes au ive siècle, mais cette conclusion est faussée par la disproportion entre le nombre de monuments construits à Delphes au ive s. et celui des constructions du iiie s.

  • 52 Fincker, Moretti, 2007, p. 187-228, not. p. 214.

30On observe aussi que les dalles du grand caniveau longeant au Nord le portique sont rendues étanches par du plomb dans les joints verticaux (fig. 4). La même technique est utilisée au barrage de l’Inopos à Délos. D’après quelques exemples, M. Fincker et J.-Ch. Moretti52 concluent que ce mode de scellement assez rare était utilisé à l’époque classique, plutôt entre la deuxième moitié du ve s. et la première moitié du ive s., ce qui, là encore, oriente la datation du portique vers le ive siècle.

31Toutefois, ces caractéristiques techniques ne suffisent pas à infirmer l’hypothèse d’une construction du portique dans les années 280, le délai d’une cinquantaine d’années étant trop court pour que les indices architecturaux puissent dater avec certitude le portique. Par ailleurs, le hiatus constaté au iiie s. dans la construction à Delphes nous prive d’éléments de comparaison.

  • 53 Bommelaer, 2008, p. 202.
  • 54 Ainsi que la plupart des entrées du sanctuaire, à l’exception de la porte donnant accès à la terras (...)

32Un dernier argument plaide en faveur de l’hypothèse émise par J. Bousquet. Le mur latéral Ouest du portique, soutenu par des contreforts, est prolongé par un mur qui pourrait constituer une extension du péribole. Cette hypothétique extension n’est cependant observable ni en amont ni en aval de la terrasse du portique. Mais l’exemple du portique d’Attale à la fin du iiie siècle offre un argument en faveur de cette hypothèse puisque le péribole du ive fut détruit pour aménager la terrasse, et reporté à l’extrémité Est de celle-ci. Le mur qui prolonge le mur latéral Ouest du portique Ouest, en s’appuyant sur lui, se termine par la base d’un piédroit (fig. 5)53. Les dimensions de la base suggèrent que la porte devait avoir un aspect monumental. Rien n’indique que cette entrée ait été fermée54. Mais l’entrée dans le sanctuaire semble reportée à l’extrémité ouest de la terrasse du portique qui communique librement avec la terrasse du temple. Le passage entre les deux terrasses, aujourd’hui très perturbé, ne fut apparemment pas fermé après son probable élargissement pour permettre le passage des blocs destinés au temple et se faisait par une rampe ou peut-être un escalier, afin de compenser la différence de niveau entre les deux terrasses.

  • 55 Jacquemin, 1991, p. 256, considère que le tronçon du péribole à l’Est du temple a subi le même sort (...)
  • 56 Amandry, Hansen, 2010, p. 456 : E. Hansen suit J. Bousquet à propos de l’identification des atelier (...)
  • 57 Si la statue de l’Étolie occupait probablement une place centrale dans le sanctuaire étolien de The (...)

33Pour l’instant, il est donc vraisemblable que, pendant la période des travaux du temple, une large ouverture fut pratiquée dans le péribole d’origine55, que les blocs parvenaient sur le chantier par l’Ouest et que les différents ateliers étaient situés dans cette région, selon É. Bourguet, J. Bousquet, G. Roux, et E. Hansen56. À partir des années 334, après l’achèvement des gros travaux du temple, grâce au reste de l’amende phocidienne, on a pu aménager à cet endroit une entrée, en déplaçant la limite du péribole vers l’Ouest, là où se trouve l’entrée de la terrasse du portique, et en offrant ainsi au sanctuaire un grand espace qui lui faisait défaut. L’emplacement des offrandes étoliennes au iiie siècle, situées sur la terrasse du portique, dans le portique, sur la place de l’opisthodome, au Sud du temple et devant le temple, renforce l’idée que la terrasse du portique a constitué une voie d’accès majeure au sanctuaire et que le portique ne saurait être considéré comme une simple annexe du sanctuaire57.

  • 58 Rappelons seulement la courbure régulière de la crépis qui présente une flèche de 7 cm au centre. C (...)
  • 59 Ces portiques sont cependant situés à l’extérieur du sanctuaire, contrairement, croyons-nous, à la (...)

34Ce serait sans doute trop s’avancer que d’attribuer à ce portique imposant et très soigneusement construit58 le rôle d’une entrée monumentale. Pourtant, le fait de monumentaliser une entrée de sanctuaire par un portique n’est pas unique, quoique les exemples que nous connaissons soient plus tardifs, comme en témoignent le portique de Philippe et le portique Sud à l’entrée du sanctuaire d’Apollon à Délos59. L’aménagement d’une entrée serait parfaitement cohérente avec le programme de construction de la deuxième moitié du ive s. et la construction d’une hoplothèque justifiée sinon par le manque de place dans le sanctuaire, du moins par le récent conflit avec les Phocidiens.

  • 60 Amandry, 1978, p. 576 ; Roux, 1989, p. 57, fig. 12. Nous corrigeons légèrement sa restitution.
  • 61 Vs Roux, 1989, p. 60 : « Passons sur le fait qu'il est un édifice ouvert : sur le stylobate n'appar (...)

35Après la victoire sur les Galates, le portique Ouest sert sans doute d’hoplothèque, quoique l’exposition d’armes ne suffise pas forcément à définir ainsi la fonction d’un monument. La dédicace étolienne est située dans la moitié ouest du mur de fond, ce qui conduit à penser que les Étoliens ont accroché les armes seulement dans cette partie du portique. Peut-on imaginer qu’il ait déjà rempli auparavant cette fonction ? L’hypothèse est d’autant plus séduisante que le système d’accrochage des offrandes (fig. 6), découvert par P. Amandry et restitué par G. Roux60, est visible également à l’extrémité Est. Un seuil installé à peu près au centre du portique, alors que les colonnes étaient encore debout (les mortaises de crapaudine et de scellement des piédroits suivent la courbure de la colonne, fig. 7), semble contemporain de la phase d’utilisation du portique, même si sa mauvaise facture laisse penser qu’il n’est pas contemporain de la construction du monument. Il indique en tout cas que le portique a été fermé à un moment où il était utilisé61. Enfin, le retour des murs en façade facilite l’installation des aménagements intérieurs, si tant est que ceux-ci aient été prévus dès la conception du monument.

  • 62 Nous développerons cette hypothèse dans la publication du monument.

36On peut dès lors envisager un nouveau scénario – dont nous soulignons le caractère hypothétique – qui serait en mesure de lever les contradictions opposant J. Bousquet et G. Roux. Admettons, avec G. Roux, que la construction de l’hoplothèque ait été adjugée et financée par les trésoriers. La prise en charge de la construction de l’hoplothèque par les naopes eût été un argument favorable à l’identification du portique à l’hoplothèque des comptes, mais cette hypothèse n’est pas remise en cause si l’on préfère attribuer cette charge aux trésoriers. L’observation des vestiges du portique invite à émettre l’hypothèse d’au moins deux états62, ce qui permet d’envisager plusieurs adjudications et peut-être plusieurs étapes de construction. La fin des travaux a pu être financée grâce aux fonds récoltés sous Achaiménès et comptabilisés sous Théon. Les naopes reçoivent, pour leurs propres travaux, 24 talents, qu’il ne faut pas dès lors rapporter à la construction de l’hoplothèque. Les trésoriers financent la deuxième phase de construction avec l’autre partie des fonds, qui se révèle, après l’achèvement de l’hoplothèque, excédentaire ; ils versent donc le reliquat aux naopes. Cette conjecture ne s’oppose pas à l’identification du portique Ouest à l’hoplothèque des comptes.

37Cet article n’a d’autre ambition que de faire le bilan des problèmes que pose le portique Ouest et d’ouvrir des perspectives pour l’étude architecturale en cours. L’analyse des comptes du ive s. ne s’oppose pas à l’identification du portique à l’hoplothèque. En dépit des critiques de G. Roux, l’hypothèse de J. Bousquet garde toute sa légitimité, quoique ce dernier lui ait souvent donné la force d’une certitude. On ne saurait en tout cas attribuer la construction du portique aux Étoliens, ce que tend à prouver la dédicace des armes galates dont la gravure ne serait, dès lors, pas justifiée, et l’on doit renoncer à le désigner ainsi. Pour le moment, l’observation des vestiges oriente plutôt vers une datation du monument au ive siècle. Enfin, l’hypothèse d’une entrée aménagée de façon un peu plus majestueuse que les autres accès au sanctuaire est non seulement séduisante, mais fondée sur des indices architecturaux. Quoi qu’il en soit, on ne saurait voir dans la terrasse du portique Ouest un simple cul-de-sac ni lui accorder une importance secondaire dans la topographie générale du sanctuaire.

Fig. 1. Plan général du sanctuaire

Fig. 1. Plan général du sanctuaire

Restitution D. Laroche [2011].

Fig. 2. vue générale du portique depuis l’Ouest

Fig. 2. vue générale du portique depuis l’Ouest

Photographie A. Perrier.

Fig. 3. plan restitué du portique

Fig. 3. plan restitué du portique

J.-J. Malmary [2011].

Fig. 4. plomb du joint vertical entre deux dalles du caniveau

Fig. 4. plomb du joint vertical entre deux dalles du caniveau

Photographie A. Perrier.

Fig. 5. angle Sud-ouest du portique et prolongement du mur latéral

Fig. 5. angle Sud-ouest du portique et prolongement du mur latéral

Aquarelle J.-J. Malmary [2011].

Fig. 6. proposition de restitution du bâti de bois à l’angle Nord-Ouest du portique

Fig. 6. proposition de restitution du bâti de bois à l’angle Nord-Ouest du portique

J.-J. Malmary [2011].

Fig. 7. relevé du seuil sur le stylobate

Fig. 7. relevé du seuil sur le stylobate

J.-J. Malmary [2011].

Haut de page

Bibliographie

Amandry, P., 1940-1, Chronique des fouilles, Thermes romains à l’Ouest du sanctuaire d’Apollon, BCH, 64-65, p. 264-266.

Amandry, P., 1978, Consécration d’armes galates à Delphes, BCH, 102, p. 571-586.

Amandry, P., 1981, Chronique delphique : portique Ouest, stade, fontaines, BCH, 105, p. 708 et p. 729-732.

Amandry, P. et Hansen, E., 2010, Le Temple d’Apollon du ive siècle, FD, II 14.

Bommelaer, J.-Fr. et Laroche, D., 1991, Guide de Delphes. Le site, Athènes.

Bommelaer, J.-Fr., 1993, Les Portiques de Delphes, RA, p. 33-51.

Bommelaer, J.-Fr., 2008, Recherches récentes à Delphes, RA, p. 199-206.

Bourguet, É., 1932, Les Comptes du ive siècle, FD, III 5.

Bousquet, J., 1957, Les Aitoliens à Delphes au ive siècle, BCH, 81, p. 485-495.

Bousquet, J., 1985, L’Hoplothèque de Delphes, BCH, 109, p. 717-727 = ÉCD, p. 167-177.

Bousquet, J., 1988, Études sur les Comptes de Delphes, BEFAR, 267.

Bousquet, J., 1989, Les Comptes du ive et du iiie siècle, CID, II.

Coulton, J. J., 1976, The Architectural Development of the Greek Stoa, Oxford.

Déroche, V., 1986, Études sur Delphes paléochrétienne, Mémoire inédit (ÉfA).

Fincker, M. et Moretti, J.-Ch., 2007, Le barrage du réservoir de l’Inopos à Délos, BCH, 131, p. 187-228.

Flacelière, R., 1929a, Déblaiement du portique Ouest en 1929, archives manuscrites de l’ÉfA.

Flacelière, R., 1929b, Chronique des fouilles, BCH, 53, p. 503-505.

Flacelière, R., 1935, Inscriptions de Delphes du iiie siècle av. J.-C., BCH, 59, p. 7-22 = FD, III 4, n° 136.

Flacelière, R., 1954, Inscriptions de la terrasse du Temple et de la région Nord du sanctuaire, n° 87-275, FD, III 4, n° 136.

Giotopoulou-David, A., 1992, L’Architecture de conglomérat en Grèce propre (continentale et égéenne) au Ier millénaire av. J.-C., Thèse inédite sous la direction de J.-Fr. Bommelaer, Université de Strasbourg 2.

Jacquemin, A., 1985, Aitolia et Aristaineta. Offrandes monumentales étoliennes à Delphes au iiie s. av. J.-C., Ktèma, 10, p. 27-35.

Jacquemin, A., 1991, Les chantiers de Pankratès, d’Agathôn et d’Éuainétos au péribole du sanctuaire d’Apollon à Delphes, BCH, 115, p. 243-258.

Jacquemin, A. et Laroche, D., 1992, La Terrasse d’Attale Ier revisitée, BCH, 116, p. 229-258.

Jacquemin, A., 1999, Offrandes monumentales à Delphes, BEFAR, 304.

Jacquemin, A., Mulliez, D. et Rougemont, G. (à paraître), Choix d’inscriptions de Delphes, n° 64.

Jannoray, J., 1953, Le Gymnase, FD, II.

Knoepfler, D., 2009, De Delphes à Thermos : un témoignage épigraphique méconnu sur le trophée galate des Étoliens dans leur capitale (le traité étolo-béotien), CRAI, 2007, p. 1215-1253.

La Coste-Messelière, P. (de), 1923, Chronique des fouilles, BCH 47, p. 516-518.

La Coste-Messelière, P. (de), 1925, Inscriptions de Delphes, BCH, 49, p. 75-99.

Lefèvre, Fr., 1998, L’Amphictionie pyléo-delphique. Histoire et institutions, Athènes.

Lerat, L., 1985, Les « énigmes de Marmaria », BCH, 109, p. 255-264.

Picard, Ch., 1920, L’École française d’Athènes de 1914 à 1919, BCH, 44, p. iii.

Robert, L., 1951, Rapport sur les activités de l’École française d’Athènes, CRAI, p. 216-219.

Rougemont, G., 1977, Lois sacrées et règlements religieux, CID, I, p. 90.

Roux, G. et Callot, O., 1987, La terrasse d’Attale I, FD, II 11.

Roux, G., 1989, Problèmes delphiques d’architecture et d’épigraphie. II Hoplothèque. Tholos et portique Ouest, RA, p. 36-62.

Sánchez, P., 2001, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes : recherches sur son rôle historique, des origines au iie siècle de notre ère, Stuttgart.

Trouki, E., 1993, ΑΝΑΛΗΜΑΤΑ ΚΑΙ ΠΕΡΙΒΟΛΟΙ. Soutènements et périboles de Delphes construits en pierres travaillées, Thèse inédite sous la direction de J.-Fr. Bommelaer, Université de Strasbourg 2.

Haut de page

Notes

2 On ne connaît pas la date exacte de la mainmise des Étoliens sur le sanctuaire de Delphes : entre 301 et 298 pour Bousquet, 1957, p. 494-495 ; entre 300 et 290 pour Lefèvre, 1998, p. 107 ; dans les premières années du iiie s. (et plutôt 293-290 que 301-298) pour Sánchez, 2001, p. 276. Nous suivrons plutôt la prudence de Jacquemin et al., à paraître, n° 64 : seule la prépondérance étolienne au Conseil amphictionique est sûrement datée à la fin des années 270. Je remercie G. Rougemont de m’avoir transmis une copie de ces pages.

3 Jacquemin, 1985, p. 27-35.

4 Jacquemin, 1999, n° 288 à 302, avec la bibliographie.

5 Longueur maximale entre les murs latéraux : 72,60 m ; longueur minimale entre les murs latéraux : 71,45 m ; longueur hors tout : 74 m.

6 G. Blum est tué le 27 septembre 1914 à Montauban, dans la Somme. Cf. Picard, 1920, p. iii.

7 La Coste-Messelière, 1925, p. 75.

8 La Coste-Messelière, 1923.

9 Flacelière, 1929a.

10 Amandry, 1940-1941, p. 264-266. À propos de l’escalier, p. 264 : « sa construction peu soignée ne répond pas au bel appareil des murs du portique ».

11 Robert, 1951.

12 Roux, Callot, 1987.

13 Amandry, 1978.

14 Le relevé en élévation des assises inférieures de la partie occidentale du mur de fond, comportant l’inscription, a été fait en 1978 par P. Weber à l’échelle 1/20e.

15 Amandry, 1978, p. 576 : « L’inscription gravée sur le mur de fond n’était pas, selon toute vraisemblance, la dédicace du portique : celle-ci devait se lire de l’extérieur, à l’entablement de la façade ».

16 Amandry, 1978, p. 576 : « les Étoliens ne l’auraient pas utilisé pour y exposer les armes galates s’ils n’avaient eu sur ce monument des droits de propriété ».

17 Amandry, 1981, p. 729-732.

18 Bousquet, 1985, p. 717-727 = Bousquet, 1988, p. 167-177.

19 Rougemont, 1977, p. 90.

20 Amandry, 1978, p. 571.

21 Déroche, 1986.

22 Roux, 1989, p. 36-62.

23 Flacelière, 1954, n° 136 ; Lerat, 1985, p. 261.

24 Giotopoulou-David, 1992.

25 Bommelaer, 1993, p. 33-51. Voir aussi Bommelaer, Laroche, 1991, p. 218-220 ; Bommelaer, 2008, p. 202 ; Jacquemin, Laroche, 1992, p. 229-258.

26 Amandry, 1978, p. 578.

27 Amandry, 1981, p. 708.

28 28 Coulton, 1976, p. 81 et fig. 21, p. 194 ; fig. 22, p. 195.

29 Roux, 1989, p. 54.

30 Les monuments étoliens à deux colonnes à Delphes représentent un type d’offrande cohérent, mais ne sont pas forcément tous de même style. Pris dans leur ensemble, c’est l’architecture de tous les monuments étoliens du sanctuaire qui manque de caractères distinctifs. En effet, ces monuments présentent parfois des traits identifiés par G. Roux comme péloponnésiens (les colonnes de Charixénos sont en marbre, mais possèdent seulement vingt cannelures), parfois des traits attiques (G. Roux a vu dans le chapiteau ionique de Lykos-Dioklès le modèle ou la copie du chapiteau de la colonne votive du sanctuaire d’Épidaure), qu’on ne retrouve d’ailleurs pas forcément en Étolie : à Delphes, tous les entablements des monuments à deux colonnes (sauf celui de Charixénos. Cf. Jacquemin, 1985, p. 34) ont une frise profilée en doucine, comme dans le Péloponnèse. Or nous ne connaissons actuellement aucune frise profilée en Étolie. Bref, on peut parler pour le moment de l’architecture des monuments étoliens, d’un type même, en ce qui concerne les monuments à deux colonnes, mais pas encore d’un style ou d’une architecture étolienne à Delphes.

31 A Thermos, deux portiques (portique du milieu et portique Est, qui comportent deux nefs avec retour des murs et dont la date de construction se situe entre 275 et 216) forment une voie d’accès entre le temple d’Apollon et le bouleutérion, dans le prolongement du temple (Coulton, 1976, p. 290-291 et fig. 119, p. 293) ; à Calydon, le portique (comportant deux nefs et une exèdre à chaque extrémité et datant du iiie ou du iie s. Coulton, 1976, fig. 22, p. 195) souligne la voie d’accès au temple d’Artémis ; à Molykreion, le double portique (avec retour des murs à l’Est et à l’Ouest et datant de la deuxième moitié du ive s. Coulton, 1976, p. 261 et fig. 21, p. 194) est parallèle au temple.

32 Polybe, V, 8, 9. Il s’agit du pillage et de la destruction du sanctuaire de Thermos par Philippe V en 218 : les Macédoniens enlevèrent des portiques les plus précieuses des armes consacrées, dont le nombre s’élevait à plus de quinze mille.

33 Cf. plan des offrandes étoliennes in Jacquemin, 1985, p. 28.

34 D’après un sondage effectué en 1959, cf. Roux, 1989, p. 54 et fig. 11.

35 Flacelière, 1929b, p. 503-505, lors de travaux de déblaiement. Cf. Syll3, 366. Sur la date du traité étolo-béotien, voir Knoepfler, 2009.

36 Amandry, 1978, p. 580-1.

37 Lerat, 1985, considère prudemment que le portique est une hoplothèque dès l’origine et qu’il a été construit avant la consécration des armes galates par les Étoliens, mais p. 261-264, il propose d’identifier l’hoplothèque des comptes à la tholos de Pronaia. Hypothèse faite « en désespoir de cause », d’après Roux, 1989, p. 38, n. 53.

38 Amandry, 1978 : le début du iiie s. constitue un terminus post quem. Cf. antérieurement La Coste-Messelière, 1925, pour qui le milieu du iiie s. offre un terminus post quem, aucune inscription trouvée dans le portique n’étant, d’après lui, antérieure.

39 Bousquet, 1985, p. 717-727 = Bousquet, 1988, p. 167-177.

40 Flacelière, 1954, n° 136, l. 7-11 : [Ἐπισκ]ε[αζέ ?]τω δὲ Ἀ.κίδων, καθώς α[ὐ]τὸς εὐδόκησε, τὰν <δὲ> ὁπλοθήκαν τὰν ἐν Προνα[ίαι καὶ] τὸ γυμ[νά]σιον τὸ κ[ά]τω. καὶ τὰν παστάδα τὰν μεγάλαν. [κ]α.ὶ [τ]ὸ ναοποῖον καὶ τὰ ἐργαστήρια, παρεχούσας [τᾶς π]όλ[ιο]ς..πὶ τοῦ ἔργου τὸν κέρα[μ]ον·

41 Bourguet, 1932.

42 Bousquet, 1988, p. 172.

43 Roux, 1989, p. 52 : « L’hoplothèque ne figure jamais dans leurs comptes (naopes), mais uniquement dans ceux des trésoriers, parmi les dépenses dont le règlement leur incombe normalement. Ainsi sont clairement désignés les responsables de la construction : non pas les naopes, mais les trésoriers. »

44 Roux, 1989, p. 50.

45 Roux, 1989, p. 44.

46 Roux, 1989, p. 53.

47 Roux, 1989, p. 58-9.

48 Roux, 1989, p. 60 et 62.

49 Syll.3, 479.

50 Épitélès, fils de Soinomos, reçoit sous l’archontat de Caphis (327/6) un salaire de 35 drachmes pour l’« hydragogue » du gymnase – il remplit alors également la charge de naope ! – (CID II 97, l. 38-39), puis 60 drachmes pour les mêmes travaux sous Dioclès (322/1 ; CID II 109 A, l. 7-8). Jannoray, 1953, identifie cet « hydragogue » à la seule canalisation qui, venant de Castalie, traverse la terrasse du xyste vers le loutrôn, mais il n’est pas déraisonnable d’envisager qu’un même entrepreneur prenne en charge l’ensemble des travaux d’adduction d’eau d’un même programme de construction, dont les caniveaux du xyste. Le salaire versé en 327 à Xénodokos, héraut des trésoriers (CID II 58, l. 36), sans doute pour une mise en adjudication, est-il lié aux travaux entrepris par Épitélès ?

51 Bommelaer, 1993, cite d’autres exemples p. 44.

52 Fincker, Moretti, 2007, p. 187-228, not. p. 214.

53 Bommelaer, 2008, p. 202.

54 Ainsi que la plupart des entrées du sanctuaire, à l’exception de la porte donnant accès à la terrasse d’Attale. Cf. Pausanias, X 9, 1 et Jacquemin, 1991, p. 254.

55 Jacquemin, 1991, p. 256, considère que le tronçon du péribole à l’Est du temple a subi le même sort pour faciliter les opérations de chantier.

56 Amandry, Hansen, 2010, p. 456 : E. Hansen suit J. Bousquet à propos de l’identification des ateliers de Thyiai.

57 Si la statue de l’Étolie occupait probablement une place centrale dans le sanctuaire étolien de Thermos, il ne paraît pas justifié, comme le fait Knoepfler, 2009, p. 1252, de donner une place secondaire à la statue de l’Étolie à Delphes, par son hypothétique, mais vraisemblable situation devant ou à proximité du Portique Ouest. Par ailleurs, aucune des fondations en place sur la terrasse ne permet de supposer que la statue ait pu être adossée aux degrés du portique (vs Knoepfler, 2009, p. 1244).

58 Rappelons seulement la courbure régulière de la crépis qui présente une flèche de 7 cm au centre. Cf. Roux, 1989, p. 54, confirmé par le relevé topographique que nous avons effectué en octobre 2010. La question de l’étage est à reprendre. Bommelaer, 1993, p. 45, considère, contre Roux, 1989, p. 53, qu’il n’y en a pas, ce qui n’est pas assuré.

59 Ces portiques sont cependant situés à l’extérieur du sanctuaire, contrairement, croyons-nous, à la situation du portique Ouest.

60 Amandry, 1978, p. 576 ; Roux, 1989, p. 57, fig. 12. Nous corrigeons légèrement sa restitution.

61 Vs Roux, 1989, p. 60 : « Passons sur le fait qu'il est un édifice ouvert : sur le stylobate n'apparaît aucune trace de fermeture entre les colonnes du rez-de-chaussée. »

62 Nous développerons cette hypothèse dans la publication du monument.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan général du sanctuaire
Légende Restitution D. Laroche [2011].
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2. vue générale du portique depuis l’Ouest
Légende Photographie A. Perrier.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3. plan restitué du portique
Légende J.-J. Malmary [2011].
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4. plomb du joint vertical entre deux dalles du caniveau
Légende Photographie A. Perrier.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 5. angle Sud-ouest du portique et prolongement du mur latéral
Légende Aquarelle J.-J. Malmary [2011].
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6. proposition de restitution du bâti de bois à l’angle Nord-Ouest du portique
Légende J.-J. Malmary [2011].
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7. relevé du seuil sur le stylobate
Légende J.-J. Malmary [2011].
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1915/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Perrier, « Le portique dit « des Étoliens » à Delphes », Pallas, 87 | 2011, 39-56.

Référence électronique

Amélie Perrier, « Le portique dit « des Étoliens » à Delphes », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/1915 ; DOI : 10.4000/pallas.1915

Haut de page

Auteur

Amélie Perrier

Doctorante à l’université de Paris IV Sorbonne
Membre de l’École française d’Athènes
amelie.perrier@efa.gr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org