Navigation – Plan du site
II. La ville de Delphes et sa région

Delphes et Médéon de Phocide à l’Âge du fer

Delphi and Medeon of Phocidia in the Iron Age
Jean-Marc Luce
p. 59-76

Résumés

Delphes et Médéon étaient des cités situées dans le sud de la Phocide dont on pourrait penser qu’elles étaient assez similaires. En fait, leur histoire fut très différente et les relations qu’elles entretenaient semblent avoir été pauvres. Delphes domine une vallée fortement occupée par de grands sites à l’Age du Bronze qui furent tous abandonnés ou en partie délaissés au profit de Delphes au moment des grandes destructions vers 1200. En revanche, Médéon subsista sans solution de continuité. Après cette période troublée, l’étude comparée de la céramique montre des relations différentes au cours des xe et ixe s., avec une ouverture plus grande de Médéon sur la mer et des relations avec la Locride occidentale et la Béotie, tandis que Delphes est orientée vers la Thessalie et l’Eubée. Les modes funéraires montrent également une rupture plus grande entre Médéon et le Nord que ce qu’on peut observer à Delphes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Luce, 2008.
  • 2 Luce, 2011.

1Dans la publication des fouilles de l’Aire du pilier des Rhodiens1, je m’étais largement interrogé sur les relations qu’entretenait Delphes avec le reste du monde méditerranéen à l’Âge du fer ancien et à l’époque archaïque. Je m’étais alors appuyé sur le témoignage des mythes, des rites, des offrandes, mais aussi du mobilier recueilli dans les maisons des Delphiens. J’avais quelque peu négligé la question de l’ancrage de Delphes dans sa région, que je n’avais envisagé qu’au travers de certaines importations de céramique et par l’analyse de l’économie delphienne à partir de l’étude du paysage. Le dossier de la céramique de l’Âge du fer à Médéon me conduit à reprendre la question. J’ai proposé en 2007 au colloque de Volos une étude de la Phocide, qui vient juste de paraître2, dont je reprends ici quelques éléments, en mettant l’accent sur la Phocide du Sud, au travers des exemples de Delphes et de Médéon. Il est possible d’interroger les relations internationales de Delphes à partir de son rôle régional. La cité choisie par Apollon jouait-elle déjà un rôle de puissance régionale avant le développement de l’oracle ?

2Dans un premier lieu, il me paraît nécessaire de jeter un œil sur la carte pour comparer la situation des deux communautés (fig. 1). Delphes et Médéon sont l’une et l’autre à proximité de la mer, mais Delphes en est éloigné de deux ou trois heures de marche, tandis que Médéon est un site côtier. La relation avec la mer est néanmoins aisée pour les deux sites. La relation avec le nord fait apparaître plus de différences. Tandis que la route qui traverse le Parnasse le plus aisément passe par le plateau de Gravia et continue vers Lamia, on peut, depuis Delphes, en suivant la route moderne, accéder en Béotie par Arachova, en passant par les sites antiques de Zéméno (près d’Arachova) et l’endroit où l’on situe la Schistè Odos, entre Distomo et Daulia. Dans le cas de Médéon, la route du nord conduit uniquement en Béotie. Les deux sites, si j’ose dire, n’ont donc pas le même nord et cela n’est pas sans incidence pour mon propos, comme on le verra.

  • 3 Luce, 2011, annexe, n° 17.
  • 4 Luce, 2011, annexe, n° 22.
  • 5 Müller, 1992, Luce, 2011.
  • 6 Müller, 1992, p. 455 et 488.

3Dans un premier temps, je voudrais m’interroger sur la relation entre ces deux sites et la mer au tout début de ma période, un peu plus haut même, au moment où sombre le système palatial du monde mycénien, tandis que sa culture matérielle se maintient encore pendant un bon siècle. On peut voir sur la carte (fig. 2) combien la plaine que domine Delphes était exploitée avant la destruction des palais, puisque quatre sites se la partageaient. La rupture qui apparaît au début du xiie s. est frappante : sur ces quatre sites, il n’en reste plus que deux, Chrysso3 et Delphes (fig. 3). Notons également une tombe à Moulki4. Encore faut-il nuancer. Une occupation est bien attestée à Chrysso durant l’HRIIIC, mais elle est résiduelle5. Delphes au contraire connaît à partir de la fin de l’HRIIIB un développement considérable, ce qui suggère un repli des habitants de la plaine vers ce site de montagne6. On n’a pas manqué de faire observer que Delphes est le premier site à n’être pas visible depuis la côte.

4La situation à Médéon contraste fortement avec celle que nous venons de décrire. L’occupation paraît ne connaître aucune défaillance. Le cimetière mycénien étudié par S. Müller montre en effet une occupation continue, et même une utilisation continue des mêmes tombes.

  • 7 Baumbach, 1983 ; et plus récemment Shelmerdine, 1999, p. 404-405.
  • 8 Nowicki, 2000 et 2011.

5Nous avons donc sur la côte sud de la Phocide à la fois la rupture et la continuité. La rupture peut s’expliquer aisément. On connaît la situation troublée du début du xiie s. dans toute la moitié orientale de la Méditerranée, avec la destruction de l’empire hittite, le déferlement des peuples de la mer en Egypte et sur les côtes du Levant, les nombreuses destructions en Grèce et l’évocation de navires ennemis croisant près de Pleuron dans les tablettes de Pylos, contemporaines des événements7. Rappelons les recherches de Nowicki qui en Crète a pu montrer l’importance du phénomène de fuite des côtes vers les montagnes où apparaissent subitement une quantité impressionnante de sites refuges dont certains ne peuvent avoir eu d’autre vocation que d’assurer la sécurité des habitants8. On peut penser qu’en Phocide, les mêmes craintes ont fait se replier les habitants vers l’intérieur, en sorte que Delphes paraît jouer le rôle de site refuge à ce moment de son histoire.

6Si la menace venait de la mer, on ne peut qu’être surpris de voir Médéon si bien épargné. Mais rappelons que les exactions des pirates sont généralement ponctuelles et opportunistes et ne suivent pas de plan systématique. Toutefois, on peut trouver dans la topographie du site une meilleure explication. Tandis que Kirrha, dans la vallée en dessous de Delphes, était un site de plaine, Médéon n’est pas dépourvu de défenses naturelles. L’établissement était installé sur une colline dominant la mer, avec ses pentes à pic (fig. 4-5). A l’époque classique, on y construira un rempart confirmant la valeur stratégique du lieu.

7Les deux sites commencent donc leur histoire, à l’aube de l’Âge du fer, de façon radicalement opposée, Delphes profitant d’un repli depuis la côte, tandis que Médéon demeurait un site côtier, ouvert aux routes maritimes. Nous avons d’un côté un site qui se tourne vers son économie régionale, vers la montagne et qui dispose d’une route conduisant vers la Malide et la Thessalie, de l’autre un site restant lié à la mer, mais bénéficiant d’une route conduisant vers la Béotie (fig. 1).

  • 9 Tombes à chambre : Lerat, 1937 ; tombes à fosse : Perdrizet, 1908, p. 133-134 à laquelle il faut aj (...)
  • 10 Pour la bibliographie de ces sites, voir Luce, 2011, n° 10 (Elatée), 4 (Amphikleia) et alii.

8Ces différences expliquent peut-être certaines caractéristiques observables dans les modes funéraires. Le cas de Delphes est malheureusement mal connu, puisque seules trois tombes datent de cette période. La première, et peut-être la seconde, sont des tombes à chambre, soit le type de tombe le plus représentatif de l’époque mycénienne9. La continuité s’observe donc au moins jusqu’au SM, sans doute au-delà, au PG. Nous retrouvons là les caractéristiques des modes funéraires que l’on connaît dans le nord de la Phocide, à Elatée, à Amphikleia et d’autres sites10, où les tombes à chambre du type de l’âge du bronze se maintiennent pendant tout l’Âge du fer. Dans toute cette région, la continuité est remarquable, alors qu’une grande partie du monde grec renonce, à partir du xie s., aux tombes collectives au profit des tombes à fosse individuelles (fig. 6).

  • 11 Pour Médéon, voir Luce, 2011, n° 20, Vatin, 1969 ; Hope Simpson – Dickinson, 1979, no. G51 ; Dasios (...)
  • 12 Pour la Béotie, voir Luce à paraître, séquence 3. Il s’agit d’une séquence assez composite, ouverte (...)

9A Médéon, les modes funéraires sont bien mieux connues11. Les fouilles franco-grecques ont mis au jour plus de deux cents tombes qui s’échelonnent de l’époque mycénienne à l’époque hellénistique. Parmi ces tombes, la moitié environ date de l’Âge du fer. Le Protogéométrique et surtout le Géométrique ancien sont bien représentés, le Géométrique récent l’est encore davantage. La séquence funéraire est donc connue intégralement. Elle rassemble les traits suivants : tombe à fosse, tombe à ciste, crémation primaire, inhumation primaire, position contractée dorsale, tombe individuelle, enchytrisme, peut-être limité aux enfants (fig. 7-9). On remarque donc l’abandon complet des tombes collectives, si bien attestées jusqu’à la fin de l’HRIIIC. La position contractée est un trait commun à tout le monde dorien, mais la crémation est rare sur le continent à l’intérieur de ces mêmes régions doriennes. Elle est toutefois bien attestée en Phocide. La séquence de Médéon est néanmoins assez éloignée des sites du nord de la Phocide où la tombe à chambre domine et où l’on pratique la crémation secondaire et non primaire. Elle se rapproche davantage des sites béotiens qui pratiquent la tombe individuelle, mais s’en distingue toutefois par l’adoption systématique de la position contractée dorsale, alors qu’en Béotie, la position allongée sur dos est bien représentée, et par l’usage beaucoup plus fréquent de la crémation, attestée, mais toujours minoritaire dans les sites béotiens12.

  • 13 Lerat, 1937.

10Sur le plan funéraire, il est difficile de comparer les deux sites en raison de la pauvreté des données delphiques, mais il semble que la cité où Apollon a choisi d’installer son oracle était, au début de l’Âge du fer13, plus proche de la Phocide du Nord que ne l’étaient Médéon et sa région, puisque la tombe à chambre s’est maintenue jusqu’au SM-PG.

  • 14 Luce, 2008, p. 129, voir le détail dans le chapitre 3 de la partie 2.
  • 15 Sur la « koinè de l’ouest », voir Coldstream, 1968, p. 220-232 et surtout Coulson, 1983, 1985, 1986 (...)
  • 16 Luce, 2008, p. 168.
  • 17 Gadolou, 2003.
  • 18 Luce, 2008, notamment les nos 200, 157, 158, pl. 87E, 88B et C. Cf. p. 174-179, surtout 195.

11Les destins fort distincts des deux cités du sud de la Phocide s’observent également dans l’histoire de la céramique. Rappelons quelques unes des caractéristiques du mobilier recueilli à Delphes. On note tout d’abord l’existence d’un atelier local actif pendant toute la période, et bien au-delà14. La production delphique satisfait presque entièrement les besoins de la communauté, pendant tout le début de l’Âge du fer. C’est à peine si l’on note quelques importations de Corinthe et un skyphos eubéo-thessalien. Mais la production de vases ouverts se rattache clairement à ce qu’on appelle parfois la koinè eubéo-thessalienne (15), comme le montre la présence de skyphos à demi-cercles suspendus (fig. 10). Au viiie s., on note la présence d’amphores que l’on peut rattacher, de façon provisoire, à la Phocide du Nord. On assiste surtout à l’invasion de la production de la classe de Thapsos. J’avais dans ma thèse16 suivi N. Coldstream et Bosana-Kourou qui attribuaient, analyses chimiques à l’appui, cette céramique à Corinthe. Mme Gadolou propose aujourd’hui de revoir cette attribution en faveur de l’Achaïe, notamment d’Aigion17. Le mobilier de Delphes, qu’elle a examiné en ma présence, lui paraît bien proche de celui qu’elle a étudié dans cette région. Cette nouvelle hypothèse doit encore être confirmée, mais elle a en sa faveur d’excellents arguments. Il se peut que l’on doive alors réviser ce que j’ai écrit sur les relations entre Corinthe et Delphes qui sont peut-être moins fortes que ce que l’on pouvait penser il y a 11 ans, quand j’ai remis le manuscrit. Quoi qu’il en soit, cette production est si abondamment représentée à Delphes qu’elle a donné lieu à des imitations locales à la fin du viiie s. (fig. 11-12)18.

  • 19 Plusieurs vases inédits de Stamna sont exposés au musée d’Agrinion. L’œnochoè inv. 1123 par exemple (...)
  • 20 Ithaque : Coldstream, 1968, pl. 47f ; Derveni : Coldstream, 1968, pl. 48j ; Pleuron : Dekoulakou, 1 (...)
  • 21 Voir celui de Pleuron qui est publié dans Dekoulakou, 1984, fig. 11, n° 1027.
  • 22 Lerat, 1952, p. 165-166, n° 9, pl. LII, 3a. Pour le détail des datations des différents vases, voir (...)

12L’éventail des céramiques à Médéon, conservée aujourd’hui au musée de Distomo, est bien différent. L’étude doit encore être poursuivie, mais en l’état actuel de l’analyse, je n’ai pas identifié d’atelier local. La dépendance de la communauté à l’égard des productions extérieures semble avoir été complète, du moins dans le mobilier funéraire qui peut différer du mobilier de l’habitat. Dès le protogéométrique et le Géométrique ancien, on note des relations suivies avec Corinthe. La particularité de Médéon est également d’avoir livré un lot d’une douzaine de vases PG-GA qui se rattachent à des productions du Nord Ouest de la Grèce. On peut distinguer dans ce lot des vases qui ont probablement été décorés par le même peintre que je nomme, en raison des franges ornant certains motifs, le « Peintre au décor frangé » (fig. 13). Les formes sont sphériques, s’inspirant parfois de modèles métalliques, et présentent un décor élaboré de motifs dont certains sont bordés de franges allongées. Ces vases ont probablement été produits en Etolie-Acarnanie, dans la région entre Kalydon et Stamna où ils sont les plus fréquents, et ont alimenté un marché qui s’étendait dans tout le golfe de Corinthe, à sauf à Corinthe même19. Mais on les retrouve ailleurs, comme on peut le voir sur carte de répartition (fig. 14)20. C’est à la même région qu’il faut attribuer une série de vases monochromes au corps biconique, avec parfois un ressaut à la transition entre l’épaule et le col (fig. 15-16, ex. : inv. 15366, 15290) dont le musée d’Agrinion21 offre des parallèles précis. Un exemplaire a également été découvert dans la nécropole de Moulki à Itéa, donc près de Delphes, mais pas à Delphes ni même en Phocide, et daté à tort par Lerat de l’HRIIIC/Submycénien22.

  • 23 Coldstream, 1968, p. 197, pl. 42c.
  • 24 Dakoronia, p. 51, fig. 28.
  • 25 Comparer 15470, 15473 et 15315, 16434 et 16435 aux amphores de Chéronée, Coldstream, 1968, pl. 43d (...)

13A partir du géométrique ancien, mais surtout au géométrique moyen, les Médéoniens ont également importé des vases de Béotie-Locride de l’Est. Deux lots se rattachent particulièrement à cette région. Le premier est une série de petits flacons à fond pointu, que l’on nomme tantôt pyxides, tantôt, et plus justement, alabastres (fig. 17). Cette production est très spécifique de la Béotie occidentale et de la Locride. Un de ces vases, exposé au musée de Chéronée, provient d’Orchomène (fig. 18)23, mais Coldstream mentionne des exemplaires similaires à Vranesi. Les fouilles d’Atalanti en ont livré plusieurs exemplaires24. L’autre lot est constitué d’amphores béotiennes GA-GM sont des œuvres plus ambitieuses. Il s’agit là aussi de pièces très spécifiques de la région, avec le profil légèrement incurvé à la base (fig. 19-20). On en peut suivre l’évolution dans le mobilier de Médéon pendant tout l’Âge du fer. Les parallèles se trouvent à Vranesi et à Chéronée (fig. 21)25. Notons également la présence de fibules béotiennes.

14Les tombes de Médéon ont également livré deux ou trois vases attiques. Le reste de la production vient de Corinthe, ou, pour le viiie s., du lieu où se trouvait implanté l’atelier de la classe dite de Thapsos, également bien représentée. Dans cet environnement assez différencié, l’absence totale de vase produit à Delphes ou dans ses environs immédiats constitue un fait frappant.

Conclusion

15Bien qu’elles ne soient éloignées que d’une vingtaine de kilomètres, les liens qu’entretenaient les deux communautés avec le reste de la Grèce étaient bien différents. C’est à Médéon et non à Delphes que l’on tisse des relations avec l’ensemble du golfe de Corinthe dès le xe ou ixe s., au point de satisfaire tous les besoins en céramique par des importations. Pendant toute la période qui précède l’apparition des premières offrandes, Delphes paraît au contraire connaître un repli continental qui s’explique sans doute par les événements du début du xiie s. Il semble donc que le rôle panhellénique, voire international joué par Delphes n’était pas préparé par des relations suivies avec les autres communautés maritimes.

16La pauvreté des liens entre des communautés aussi proches que Delphes et Médéon est également un fait frappant. L’absence de la céramique delphienne à Médéon montre qu’au moins sur ce plan, Delphes n’a pas joué le rôle de puissance régionale. La compartimentation du paysage avec ses percées entre les montagnes semble se refléter dans les réseaux d’échanges qui relient les deux communautés à un arrière pays, au Nord, qui n’est pas le même, à la Malide et la Thessalie et, par delà, à l’Eubée, pour Delphes, à la Béotie et la Locride orientale pour Médéon.

Au viiie s., les relations changent. Delphes se tourne davantage vers la mer. Mais entre temps, l’oracle a déjà conquis son prestige panhellénique.

Fig.1. La Phocide et ses routes

Fig.1. La Phocide et ses routes

Fig. 2. La Phocide à l’HRIIIB (xiiie s.)

Fig. 2. La Phocide à l’HRIIIB (xiiie s.)

Fig. 3. La Phocide à l’HRIIIC (xiie s.)

Fig. 3. La Phocide à l’HRIIIC (xiie s.)

Fig. 4. Médéon de Phocide vu d’Antikirrha

Fig. 4. Médéon de Phocide vu d’Antikirrha

Fig. 5. Le ravin de Médéon bordant mer

Fig. 5. Le ravin de Médéon bordant mer

Fig. 6. Carte funéraire de la Phocide et des régions environnantes

Fig. 6. Carte funéraire de la Phocide et des régions environnantes

Fig. 7. Médéon. Tombe à ciste

Fig. 7. Médéon. Tombe à ciste

Fig. 8. Médéon. Tombe à crémation primaire

Fig. 8. Médéon. Tombe à crémation primaire

Fig. 9. Médéon. Enchytrismes

Fig. 9. Médéon. Enchytrismes

Fig. 10. Delphes. Fouilles de l’Aire du pilier des Rhodiens.

Fig. 10. Delphes. Fouilles de l’Aire du pilier des Rhodiens.

Fragments des xe-début ixe s. (cf. FD II, 12, pl. 68I, n° 23)

Fig. 11. Delphes. Fragment de skyphos de la classe de Thapsos.

Fig. 11. Delphes. Fragment de skyphos de la classe de Thapsos.

Dernier tiers du viiie s. Maison noire. FD II, 12, pl. 86 n° 118.

Fig. 12. Delphes. Fragment de skyphos de fabrication locale imitant la classe de Thapsos.

Fig. 12. Delphes. Fragment de skyphos de fabrication locale imitant la classe de Thapsos.

Fin viiie s.-début viie s. Maison jaune, pl. 88B et D, nos 158 et 157 (de gauche à droite).

Fig. 13a-c. Le peintre au décor frangé.

Fig. 13a-c. Le peintre au décor frangé.

13a Médéon, 13b Ithaque, 13c Derveni. 13b et c d’après Snodgrass, 1971.
Derveni d’après Snodgrass, 1971.

Fig. 14. Répartition des vases du Peintre au décor frangé.

Fig. 14. Répartition des vases du Peintre au décor frangé.

Fig. 15. Œnochoè à panse biconique.

Fig. 15. Œnochoè à panse biconique.

Musée de Distomo, inv.15366.

Fig. 16. Œnochoè à panse biconique.

Fig. 16. Œnochoè à panse biconique.

Musée de Distomo, inv. 15290.

Fig. 17. Alabastres à fond pointus.

Fig. 17. Alabastres à fond pointus.

Musée de Distomo, inv. 16093 et 16110.

Fig. 18. Alabastre à fond pointu d’Orchomène.

Fig. 18. Alabastre à fond pointu d’Orchomène.

Musée de Chéronée. D’après Coldstream, 1968, fig. 42, inv. 149. GA.

Fig. 19. Amphore béotienne de Médéon.

Fig. 19. Amphore béotienne de Médéon.

Musée de Distomo, inv. 16334. GA.

Fig. 20. Amphore béotienne de Médéon.

Fig. 20. Amphore béotienne de Médéon.

Musée de Distomo, inv. 15470. GM.

Fig. 21. Amphore béotienne.

Fig. 21. Amphore béotienne.

Musée de Chéronée, inv. 164. D’après Coldstream, 1968, pl. 43d.

Haut de page

Bibliographie

Baumbach, L., 1983. An examination of the Evidence for a State of Emergency at Pylos c. 1200 from the Linear B Tablets, dans A. Heubeck et G. Neumann (éd.), Res Mycenaeae. Akten des VII. Internationale mykenologischen Colloquiums in Nurnberg vom 6-10. April 1981, Göttingen, p. 28-40.

Coldstream, N., 1968, Greek Geometric Pottery. A Survey of Ten Local Styles and Their Chronology, London 1968.

Coulson, W.D.E, 1983, dans W.A. McDonald, W.D.E Coulson et J. Rosser, Excavations at Nichoria in Southwest Greece III, Dark Age and Byzantine Occupation III, Minneapolis.

Coulson, W.D.E, 1986, The Dark Age Pottery of Messenia, SIMA Pocket-book 43, Göteborg.

Coulson, W.D.E, 1988, The Dark Age Pottery of Sparta, II: Vrondama, BSA 83, p. 22-24.

Coulson, W.D.E, 1985, The Dark Age Pottery of Sparta, BSA 80.

Coulson, W.D.E, 1991, The « Protogeometric » from Polis reconsidered, BSA 86, p. 43-64.

Dakoronia, Lokrida, Istoriva kai politismov.

Dekoulakou, I, 1984, Κεραμική 8ου καὶ 7ου αι. π.χ. ἀπό τάφους τῆς ,Ἀχαΐας και τῆς ,Ἀιτωλίας, ASAA 60 (nouvelle série 44, 1982).

Gadolou, A., 2003. Achaean Pottery of Late Geometric Period: impressed ware, BSA 98, p. 307-329.

Lerat, L., 1937, Tombes submycéniennes et géométriques à Delphes, BCH 61, 44-52.

Lerat, L., 1952, Les Locriens de l’ouest I Topographie et ruines, BEFAR 176.

Luce, J.-M., 2008, L’aire du pilier des Rhodiens (fouilles 1990-1992). A la frontière du profane et du sacre, Fouilles de Delphes II,13 Athènes.

Luce, J.-M., 2011, La Phocide à l’Âge du fer, dans A. Mazarakis-Ainian (éd.), The « Dark Ages » revisited. Acts of an International Symposium in Memory of William D.E. Coulson. University of Thessaly. Volos, 14-17 June 2007, vol. I, Volos, p. 305-330.

Luce, J.-M. (à paraître), Essai de cartographie funéraire du monde grec. Modes funéraires et identité ethnique, Nancy.

Nowicki, K., 2000, Defensible Sites in Crete c. 1200-800 B.C. (LM IIIB/IIIC through early Geometric), Liège.

Nowicki, K., 2011., Settlement in crisis : The end of the LM/LH IIIB and early IIIC in Crete and other south Aegean islands, dans A. Mazarakis-Ainian (éd.), The « Dark Ages » revisited. Acts of an International Symposium in Memory of William D.E. Coulson. University of Thessaly. Volos, 14-17 June 2007, vol. I, Volos, p. 391-407.

Perdrizet, P., 1908, Monuments figurés, petits bronzes, terres-cuites, antiquités. Fouilles de Delphes V.

Shelmerdine, W., 1999, Pylian Polemics ; the latest evidence on the Mitirary Matters, dans R. Laffineur (ed.), Polemos, le contexte guerrier en Egée à l’âge du bronze. Actes de la 7e rencontre égéenne internationale. Université de Liège, 14-17 avril 1998, Aegaeum 19, Liège, p. 403-410.

Haut de page

Notes

1 Luce, 2008.

2 Luce, 2011.

3 Luce, 2011, annexe, n° 17.

4 Luce, 2011, annexe, n° 22.

5 Müller, 1992, Luce, 2011.

6 Müller, 1992, p. 455 et 488.

7 Baumbach, 1983 ; et plus récemment Shelmerdine, 1999, p. 404-405.

8 Nowicki, 2000 et 2011.

9 Tombes à chambre : Lerat, 1937 ; tombes à fosse : Perdrizet, 1908, p. 133-134 à laquelle il faut ajouter une tombe à fosse ( ?) inédite contenant un canthare GR à Logari, la nécropole est de Delphes.

10 Pour la bibliographie de ces sites, voir Luce, 2011, n° 10 (Elatée), 4 (Amphikleia) et alii.

11 Pour Médéon, voir Luce, 2011, n° 20, Vatin, 1969 ; Hope Simpson – Dickinson, 1979, no. G51 ; Dasios, 1992, n° 90 ; Müller, 1992, p. 490, n° 15 et surtout Müller, 1999.

12 Pour la Béotie, voir Luce à paraître, séquence 3. Il s’agit d’une séquence assez composite, ouverte, mais néanmoins distincte de séquences voisines de l’Attique, de la Locride et de la Phocide qui sont plus fermées. Elle se caractérise par l’usage de la tombe à ciste et à fosse, de la tombe individuelle unique, par l’absence de l’enchytrisme des adultes, par l’usage dominant de l’inhumation, associée par endroits à la crémation et par l’usage de la position allongée sur le dos dominante, mais avec des occurrences de la position contractée. Enfin on note quelques tumuli.

13 Lerat, 1937.

14 Luce, 2008, p. 129, voir le détail dans le chapitre 3 de la partie 2.

15 Sur la « koinè de l’ouest », voir Coldstream, 1968, p. 220-232 et surtout Coulson, 1983, 1985, 1986, 1988, 1991.

16 Luce, 2008, p. 168.

17 Gadolou, 2003.

18 Luce, 2008, notamment les nos 200, 157, 158, pl. 87E, 88B et C. Cf. p. 174-179, surtout 195.

19 Plusieurs vases inédits de Stamna sont exposés au musée d’Agrinion. L’œnochoè inv. 1123 par exemple, est très similaire à Médéon inv.

20 Ithaque : Coldstream, 1968, pl. 47f ; Derveni : Coldstream, 1968, pl. 48j ; Pleuron : Dekoulakou, 1984, p. 221 et fig. 11, notamment le numéro 1028.

21 Voir celui de Pleuron qui est publié dans Dekoulakou, 1984, fig. 11, n° 1027.

22 Lerat, 1952, p. 165-166, n° 9, pl. LII, 3a. Pour le détail des datations des différents vases, voir Luce, 2011, annexe, n° 22.

23 Coldstream, 1968, p. 197, pl. 42c.

24 Dakoronia, p. 51, fig. 28.

25 Comparer 15470, 15473 et 15315, 16434 et 16435 aux amphores de Chéronée, Coldstream, 1968, pl. 43d et e.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1. La Phocide et ses routes
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2. La Phocide à l’HRIIIB (xiiie s.)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3. La Phocide à l’HRIIIC (xiie s.)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4. Médéon de Phocide vu d’Antikirrha
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5. Le ravin de Médéon bordant mer
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-5.png
Fichier image/png, 4,7M
Titre Fig. 6. Carte funéraire de la Phocide et des régions environnantes
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 7. Médéon. Tombe à ciste
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 8. Médéon. Tombe à crémation primaire
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-8.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 9. Médéon. Enchytrismes
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-9.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 10. Delphes. Fouilles de l’Aire du pilier des Rhodiens.
Légende Fragments des xe-début ixe s. (cf. FD II, 12, pl. 68I, n° 23)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-10.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 11. Delphes. Fragment de skyphos de la classe de Thapsos.
Légende Dernier tiers du viiie s. Maison noire. FD II, 12, pl. 86 n° 118.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-11.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 12. Delphes. Fragment de skyphos de fabrication locale imitant la classe de Thapsos.
Légende Fin viiie s.-début viie s. Maison jaune, pl. 88B et D, nos 158 et 157 (de gauche à droite).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-12.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 13a-c. Le peintre au décor frangé.
Légende 13a Médéon, 13b Ithaque, 13c Derveni. 13b et c d’après Snodgrass, 1971.Derveni d’après Snodgrass, 1971.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-13.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 14. Répartition des vases du Peintre au décor frangé.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 15. Œnochoè à panse biconique.
Légende Musée de Distomo, inv.15366.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-15.png
Fichier image/png, 443k
Titre Fig. 16. Œnochoè à panse biconique.
Légende Musée de Distomo, inv. 15290.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-16.png
Fichier image/png, 525k
Titre Fig. 17. Alabastres à fond pointus.
Légende Musée de Distomo, inv. 16093 et 16110.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-17.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 18. Alabastre à fond pointu d’Orchomène.
Légende Musée de Chéronée. D’après Coldstream, 1968, fig. 42, inv. 149. GA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-18.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 19. Amphore béotienne de Médéon.
Légende Musée de Distomo, inv. 16334. GA.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-19.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 20. Amphore béotienne de Médéon.
Légende Musée de Distomo, inv. 15470. GM.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-20.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 21. Amphore béotienne.
Légende Musée de Chéronée, inv. 164. D’après Coldstream, 1968, pl. 43d.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1927/img-21.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Luce, « Delphes et Médéon de Phocide à l’Âge du fer », Pallas, 87 | 2011, 59-76.

Référence électronique

Jean-Marc Luce, « Delphes et Médéon de Phocide à l’Âge du fer », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1927 ; DOI : 10.4000/pallas.1927

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Luce

Professeur d’archéologie grecque à l’Université de Toulouse 2-Le Mirail
Jean-Marc.luce@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org