Navigation – Plan du site
II. La ville de Delphes et sa région

Les influences extérieures sur les usages linguistiques de la cité de Delphes et de l’Amphictionie

External influences on the linguistic usages of the city of Delphi and the Amphictiony
Mathilde Douthe
p. 107-113

Résumés

Dans les documents publics de la cité de Delphes comme dans les documents amphictioniques, deux variétés de langue sont en concurrence : un parler local dorien et la koinè ionienne-attique. Les choix faits entre ces deux variétés par les différents rédacteurs des documents donnent des indications de nature historique sur leurs relations extérieures. Alors que la cité ne varie guère dans ses usages linguistiques, ceux de l’Amphictionie révèlent, au contraire, une sensibilité aux mouvements politiques de l’époque, en particulier, à l’influence des Étoliens qui la contrôlent au iiie s. av. J.-C.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : la situation linguistique à Delphes

1. 1. Le « dialecte » de Delphes

  • 1 Cf. Bubeník, 1989, p. 175-255.
  • 2 Je me permets de renvoyer ici aux conclusions de ma thèse, Douthe, 2010, p. 361-374 et à ma communi (...)
  • 3 Les textes publics antérieurs au ive s. av. J.-C. sont peu nombreux. La plupart sont des règlements (...)
  • 4 Dubois, 1986, I p. 13-14.
  • 5 Minon, 2007, p. 601.
  • 6 Vottéro, 1996, p. 55.
  • 7 Hodot, 1990, p. 19-20.

1Une précision est d’emblée nécessaire sur l’emploi qui est fait du terme « dialecte » dans cet article. La langue des inscriptions publiques de Delphes est touchée, dès le début de la période considérée, par le mouvement, général à cette époque dans le monde grec, d’uniformisation linguistique qui donne naissance, d’une part, à la koinè, d’autre part, à diverses autres langues communes qui peuvent avoir un caractère dorien1. L’une de ces langues communes est connue sous le nom de « koina du Nord-Ouest » et est attestée en Grèce du Nord-Ouest, en Grèce centrale et jusque dans le Péloponnèse. Elle se constitue petit à petit dans différents centres politiques, dont Delphes, par effacement des traits linguistiques trop originaux. Le terme « dialecte » désignera donc une variété de langue dorienne, que l’on trouve à Delphes dans de nombreuses inscriptions du ive et du iiie s., qui apparaît à l’écrit, et qui s’oppose à la koinè ionienne-attique, sans que de différence soit faite ici entre avatars du dialecte local et koina du Nord-Ouest. Nous ne débattrons pas ici de la nature et l’origine de ce parler2. Il est cependant nécessaire d’indiquer que la date des textes delphiques est déjà basse pour une étude d’un dialecte3 : par exemple, au début du ive s. av. J.-C., la koinè est attestée sporadiquement en Arcadie4 ; elle est déjà perceptible, depuis la seconde moitié du ve s., en Élide5 ; en Béotie, elle se manifeste dès la première moitié du ive s.6 ; elle est utilisée dans les documents publics à Mytilène au début du ive s.7.

1. 2. Statut sociolinguistique de la koinè

2Les mécanismes de passage à la koinè dans les cités grecques ne sont pas univoques. Plusieurs facteurs entrent en jeu. Il y a assurément une introduction que l’on peut dire « par le haut » au sens où la koinè est souvent utilisée dans les échanges entre cités et entre donc dans les compétences linguistiques des élites politiques ou sociales. De plus, c’est la langue de chancellerie des rois de Macédoine dès le début de leurs relations avec les cités grecques. Enfin, l’importance culturelle et littéraire de l’attique et de l’ionien, dialectes de base dans la formation de la koinè, ne sont pas à négliger non plus.

3Cependant, ces « élites » conservent, dans de nombreuses régions du monde grec, une compétence dans leur dialecte local d’origine. On se trouve donc pendant un temps dans une situation de diglossie avec une spécialisation des usages.

  • 8 Par exemple pour le génitif des thèmes masculins en *-ā, qui est en -α dans la koinè, mais en -ου e (...)

4Il faut également prendre en compte le fait que la koinè n’est une donnée stable, introduite de l’extérieur sous une forme unique et figée. Elle connaît, comme toute langue, des évolutions dans le temps et présente des divergences avec l’attique et l’ionien8.

  • 9 Cf. Lefèvre, p. 96-101.

5D’un point de vue symbolique enfin, l’usage de la koinè ne représente pas seulement l’influence d’Athènes contre une tradition locale dorienne, mais aussi celle des rois de Macédoine, dont la place au sein de l’Amphictionie et les relations avec Delphes sont sujettes à de notables variations9. La koinè peut donc être considérée comme le symbole linguistique d’influences extérieures non doriennes.

  • 10 La liste détaillée de ces traits a été dressée par Douthe, 2010, p. 364-367.

6On trouve donc principalement dans les documents publics de Delphes deux parlers : l’un dorien, le « dialecte », et l’autre ionien-attique, la koinè, qui s’opposent par un certain nombre de traits linguistiques récurrents10. Nous allons maintenant étudier les facteurs qui peuvent influencer le choix de l’un ou de l’autre, et voir quelles conclusions on peut en tirer sur l’insertion de la cité de Delphes et de l’Amphictionie sur le plan régional et international.

2. Les choix de code linguistique

  • 11 Le terme « auteurs » regroupe, de manière commode et sans distinction ici, rédacteurs, graveurs et (...)

7Les auteurs des documents gravés sur les pierres de Delphes font des choix de code linguistique en choisissant telle ou telle variété de langue, dialecte ou koinè11. Ces choix linguistiques ne sont pas nécessairement conscients ou motivés. Cependant, dans certains cas, une tendance suffisamment nette se dégage pour qu’ils aient quelque valeur, sociolinguistique, politique ou historique.

8Dans un corpus composé principalement de décrets de proxénie, il est intéressant de déterminer si la nationalité et le dialecte du bénéficiaire des honneurs influent sur ces choix linguistiques. Par l’étude de groupes de textes cohérents et potentiellement significatifs, nous essaierons de dégager des usages linguistiques, en commençant par des décrets de la cité avant d’étudier des documents amphictioniques.

2. 1. Décrets de la cité pour des Macédoniens au ive s. av. J.-C.

9Dans le formulaire des textes courts, au-delà de la première moitié du ive s. av. J.-C., les marques possibles de dialecte ou de koinè sont peu nombreuses : ce sont principalement le maintien du /a :/ hérité ou le passage à /e :/ ouvert, les formes de génitif singulier et de datif pluriel.

  • 12 FD III 4, 405 et Syll268 H.
  • 13 FD III 4, 391 et BCH 70, 1946, p. 38.

10Les proxènes macédoniens sont assez peu nombreux, quatre sont honorés dans la seconde moitié du ive s. Deux décrets sont rédigés en dialecte, avec des formes comme τύχαν ἀγαθάν, « bonne fortune », προδικίαν ποὶ Δελφούς, « priorité en justice devant les tribunaux delphiques », ou ἀγαθᾶι τύχαι, « à la bonne fortune »12. Deux autres décrets utilisent au contraire des formes de koinè, mais qui sont sans parallèle dans les autres décrets de la cité : ἐξ Ἀμφιπόλεως, « d’Amphipolis », et εὐεργέτηι, « bienfaiteur »13. Ces deux derniers exemples montrent selon nous une volonté de s’adapter au destinataire du décret en utilisant la même variété de langue que lui, la koinè, dans la mesure où les formes ne font partie du formulaire habituel. Mais les deux décrets précédents montrent que si cette attention portée au destinataire est parfois perceptible, elle est loin d’être systématique.

2. 2. Décrets de la cité pour des Athéniens au ive et au iiie s.

  • 14 Par exemple dans le décret FD III 2, 206, daté du dernier quart du ive s. , avec une forme Τεισιάδο (...)
  • 15 Il est cependant impossible ici de donner une valeur linguistique précise à cette forme, qui peut ê (...)

11Les décrets de la cité pour des citoyens d’Athènes présentent une certaine régularité. Dans presque tous les décrets courts, on trouve des formes d’attique ou de koinè dans la désignation du proxène, avec des formes comme δήμου ou φυλῆς et des formes attiques de génitif pour le patronyme14. Seul le décret FD III 4, 141, daté du tournant du ive au iiie s. présente, pour un nom en -ας / -ης, une forme locale de génitif en -α, Πολυκρατίδα et non la forme attique en -ου15. Il est notable que ce décret ait pour autre particularité de ne pas donner le dème et la tribu d’origine du personnage honoré, contrairement à la plupart des décrets.

  • 16 l. 2-3 : Κλεοχάρης Βίωνος Ἀθηναῖος, φυλῆς Ἀκαμαντίδος, δήμου Κικυνέως, ποιητής μελών : noter le pas (...)
  • 17 Une forme comme γινομένον n’a pas de valeur dialectale, mais reflète plutôt les évolutions communes (...)

12Ce contraste entre usage du dialecte dans le formulaire et usage de l’attique pour nommer les Athéniens se retrouve également dans les décrets développés. Ainsi dans le décret FD III 2, 78, daté de la seconde moitié du iiie s., les traits de koinè ou d’attique se trouvent seulement dans le nom du proxène16, tandis que le corps du texte contient des caractéristiques dialectales comme le maintien du /a :/ hérité pour la phonétique, et les formes πόλιος, εἶμεν, et ἄιδωντι pour la morphologie17.

13Pour les Athéniens, l’attention portée au proxène par l’usage de son dialecte est presque systématique pour ce qui est la dénomination du personnage honoré, sans cependant que le formulaire même du décret delphique soit touché.

2. 3. Décrets de l’Amphictionie pour les hiéromnémons de Chios

  • 18 CID IV 86 à 93 et 102, datés de la toute fin du iiie s.
  • 19 Cette forme n’est jamais conservée entièrement, mais peut être légitimement restituée en CID IV 86, (...)
  • 20 CID IV 86, l. 57.

14Parmi les décrets amphictioniques, on peut étudier les décrets pour les hiéromnémons de Chios, qui forment un groupe homogène, tant pour le contenu que pour la date18. Dans tous les textes on observe un mélange de formes de koinè, par exemple des contractions, l’emploi de la préposition πρός, et de formes locales comme le maintien du /a :/ hérité, les formes de génitif en-ιος de noms en -ις ou des datifs pluriels athématiques en -οις. De plus, on peut relever des formes hybrides comme στεφανοῦντι avec une désinence dorienne, mais une contraction de koinè19, ou εὐεργετούντοις avec contraction et datif pluriel en -οις20. Il s’agit donc d’une langue composite qui ne représente qu’avec peu de vraisemblance une réalité orale de communication intra-dialectale au sein de l’Amphictionie, mais plutôt une version locale du formulaire habituel des décrets hellénistiques dans une situation de polyglossie.

15On observe, au total, dans les documents de la cité une permanence dans l’usage du dialecte dans le cadre formulaire des décrets. L’usage de la koinè ou d’autres dialectes est réservé aux formules qui n’entrent pas dans ce cadre, comme le nom des bénéficiaires, qui, en particulier pour les Athéniens, prend la forme que ces derniers auraient pu dicter.

16Dans les documents amphictioniques, la situation révèle plutôt le caractère composite de l’écriture des décrets, qu’il soit dû au mélange des dialectes des membres de l’Amphictionie ou à la situation de diglossie présente à Delphes même.

3. L’influence des Étoliens au iiie s.

17Au iiie s., la situation linguistique à Delphes est compliquée par la présence, dans les instances de l’Amphictionie, mais aussi de la cité, d’une puissance extérieure, les Étoliens. Il faut déterminer si ces derniers ont influencé dans un sens ou dans un autre, par imitation ou par polarisation inverse, les choix linguistiques de la cité de Delphes ou de l’Amphictionie.

3. 1. La langue des Étoliens au iiie s.

18Une étude de la langue employée dans actes publics de la confédération étolienne au iiie s. permet d’observer une évolution assez nette dans les usages linguistiques des Étoliens au cours de ce siècle.

  • 21 IG IX 1, 1², 15.
  • 22 IG IX 1, 1², 6, 8, 9, 14, 16, 17, 18, 20, 22, 23.
  • 23 IG IX 1, 1², 5, 7, 10, 11, 12, 13, 19.
  • 24 IG IX 1, 1², 4, 25, 28, 29, 30, 31 f, i, k, m, n, s, t. Ces décrets, comme ceux de la période précé (...)

19Dans la première moitié du iiie s., sur dix-huit textes qui présentent des traits linguistiques qui permettent de faire une distinction entre dialecte et koinè, un seul est « pur » de toute trace de koinè21, dix sont uniquement en koinè22, et sept présentent différents mélanges entre les deux variétés23. Au contraire, dans les douze textes de la seconde moitié du iiie s., et plus précisément du dernier tiers du siècle, aucune trace de koinè n’a pu être décelée24.

20Nous proposons de voir dans le recul de la koinè, au moment où, à la fin du siècle, les Étoliens sont en difficulté à l’extérieur, une sorte de repli qui pousse les instances du koinon à préférer une langue sentie comme locale au détriment de la koinè, langue que l’on peut dire internationale, qui est également la langue des autres puissances du temps.

21Une fois ainsi établis les usages linguistiques des Étoliens, nous pouvons étudier si ces derniers ont eu une influence sur les usages linguistiques de la cité de Delphes et de l’Amphictionie.

3. 2. L’influence des pratiques étoliennes sur la langue des documents de la cité

22Alors que le dialecte se maintient bien dans les documents civiques au ive s., on note un infléchissement de cet usage dans la première moitié du iiie s. La koinè ne devient pas majoritaire dans les documents de la cité, mais apparaissent alors des formes de koinè qui ne sont attestées que durant cette période :

  • les génitifs en -ους de thèmes sigmatiques se concentrent dans cette période ;

  • les aoristes en -σα de verbes en gutturale qui peuvent avoir aussi un aoriste en -ξα dans un usage dorien ne sont attestés que durant cette période.

La variation est légère, mais elle contraste avec la période suivante où les formes locales sont très présentes.

  • 25 IG IX 1², 174.
  • 26 Flacelière, 1937, p. 224-226.
  • 27 Roussel, 1926, p. 124-134.

23Il s’agit là, de manière moins fortement caractérisée, de la même rupture que celle que nous avons observée dans les documents étoliens et on peut y voir un signe de l’influence des Étoliens. Il est en effet connu, par un décret étolien des années 240 qui garantit le paiement des taxes à la cité25, que les Étoliens se sont introduits dans les affaires internes de la cité, et pas seulement dans celles du sanctuaire et de l’Amphictionie26. La présence d’épimélètes étoliens à la toute fin du iiie s. le montre également27.

3. 3. L’influence des pratiques étoliennes sur la langue des documents amphictioniques

24Au sein de l’Amphictionie, l’influence linguistique des Étoliens est également caractérisée par un retour du dialecte. La rupture se produit, selon les traits linguistiques, dans le dernier tiers ou les dernières années du iiie s. Et, comme dans les documents de la ligue étolienne, elle a lieu après une période où la koinè est majoritaire, dans les documents amphictioniques. On observe les traits suivants :

  • le maintien majoritaire du /a :/ ;

  • l’effacement de l’iota en hiatus dans πλέον « plus nombreux » ;

  • l’absence d’assibilation dans les verbes ;

  • un datif pluriel en -εσσι dans Ἀμφικτυόνεσσι « aux Amphictions » ;

  • la forme ἐν de la préposition est aussi fréquente que εἰς ;

  • ποτί est nettement majoritaire par rapport à πρός ;

  • pour les infinitifs athématiques, on trouve autant la désinence -μεν que la désinence -ναι, et dans plus de textes différents ;

  • on ne trouve que des aoristes en -ξα pour les verbes en gutturale.

  • 28 Flacelière, 1937, p. 326-340 et Lefèvre, 1998, p. 112-115 et graphiques p. 120-121.

25Du point de vue historique, ce revirement s’observe à une époque où les Étoliens, bien qu’en difficulté à l’extérieur, sont au sommet de leur représentation au conseil amphictionique28. La reprise du dialecte à cette période est sans doute la marque de l’influence linguistique des Étoliens dans les inscriptions de l’Amphictionie.

  • 29 Méndez Dosuna, 1985, p. 509. Voir aussi ci-dessus, § 1.3, p. 373.

26L’influence des Étoliens, tant sur la cité que sur l’Amphictionie, ne s’exerce donc pas par l’introduction de telle ou telle forme, contrairement à ce qui est parfois dit, mais, comme l’a aussi montré J. Méndez Dosuna, par l’usage de telle variété linguistique de préférence à une autre dans des documents publics29.

4. Conclusions

  • 30 Douthe, 2010, p. 372-374.

27L’étude des usages linguistiques permet de faire une distinction entre le comportement de la cité et celui de l’Amphictionie. La cité apparaît bien intégrée sur le plan régional, en utilisant une variété dialectale proche de celles qui sont employées de l’Étolie à la Locride Occidentale30, mais est peu sensible aux courants plus larges ou internationaux.

28L’Amphictionie, de son côté, est plus affectée par les différences dialectales et les jeux d’influence politiques. Ses choix linguistiques sont marqués et suivent notamment ceux des Étoliens au iiie s. lorsque ceux-ci, dans le dernier tiers du siècle, rejettent l’usage de la koinè pour ne plus utiliser qu’une langue dorienne qui s’oppose trait à trait à la koinè ionienne-attique.

Haut de page

Bibliographie

Bubeník, V., 1989, Hellenistic and Roman Greece as a Sociolinguistic Area, Amsterdam-Philadelphie.

CID = Corpus des Inscriptions de Delphes : Rougemont, G., I. Lois sacrées et règlements religieux, 1977 ; Bousquet, J., II. Les comptes du quatrième et du troisième siècle, 1989 ; Lefèvre, Fr., IV. Documents amphictioniques, 2002, Athènes-Paris.

Douthe, M., 2010, Le dialecte de Delphes au ive et au iiie s. av. J.-C., thèse inédite soutenue à l’ÉPHÉ le 27 mars 2010.

Douthe, M., 2011, La koina du Nord-Ouest, nature et développement, communication à la journée de dialectologie grecque organisée à Nanterre par Sophie Minon le 18 mars 2011 (à paraître dans les collections de l’ÉPHÉ ).

Dubois, L., 1986, Recherches sur le dialecte arcadien, Louvain-la -Neuve.

FD = Fouilles de Delphes. Tome III. Épigraphie, 1909-1985, Athènes-Paris.

Flacelière, R., 1937, Les Aitoliens à Delphes : contribution à l’histoire de la Grèce centrale au iiie siècle avant J.-C., Paris.

Hodot, R., 1990, Le dialecte éolien d’Asie. La langue des inscriptions viie a. C.-ive p. C., Paris.

IG = Inscriptiones Graecae, 1903-, Berlin.

Lefèvre, Fr., 1998, L’Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes.

Lejeune, M., 1972, Phonétique historique du grec ancien et du mycénien, Paris.

Méndez Dosuna, J., 1985, Los dialectos del noroeste. Gramática y estudio dialectal, Salamanque.

Minon, S., 2007, Les inscriptions éléennes dialectales (vie-iie siècle av. J.-C.), Genève.

Roussel, P., 1926, Les épimélètes aitoliens à Delphes, BCH 50, p. 124-134.

Syll3 = Dittenberger, W., Sylloge Inscriptionum Graecarum, 3e éd., Leipzig, 1915-1924.

Threatte, L.,1996, The Grammar of Attic Inscriptions II. Morphology, Berlin-New York.

Vottéro, G., 1996, Koinès et koinas en Béotie à l’époque dialectale (7e - 2e s. av. J.-C.), dans Cl. Brixhe (dir.), La koinè grecque antique II. La concurrence, Nancy, p. 43-92.

Haut de page

Notes

1 Cf. Bubeník, 1989, p. 175-255.

2 Je me permets de renvoyer ici aux conclusions de ma thèse, Douthe, 2010, p. 361-374 et à ma communication à la journée de dialectologie grecque organisée à Nanterre par Sophie Minon le 18 mars 2011, Douthe 2011.

3 Les textes publics antérieurs au ive s. av. J.-C. sont peu nombreux. La plupart sont des règlements religieux rassemblés par G. Rougemont dans le CID I.

4 Dubois, 1986, I p. 13-14.

5 Minon, 2007, p. 601.

6 Vottéro, 1996, p. 55.

7 Hodot, 1990, p. 19-20.

8 Par exemple pour le génitif des thèmes masculins en *-ā, qui est en -α dans la koinè, mais en -ου en attique. Cf. Threatte, 1996, p. 83 et infra, n. 15.

9 Cf. Lefèvre, p. 96-101.

10 La liste détaillée de ces traits a été dressée par Douthe, 2010, p. 364-367.

11 Le terme « auteurs » regroupe, de manière commode et sans distinction ici, rédacteurs, graveurs et éventuellement relecteurs des textes et des inscriptions.

12 FD III 4, 405 et Syll268 H.

13 FD III 4, 391 et BCH 70, 1946, p. 38.

14 Par exemple dans le décret FD III 2, 206, daté du dernier quart du ive s. , avec une forme Τεισιάδου pour le patronyme du proxène ou le décret FD III 2, 196, du iiie s., où le patronyme du proxène est Φιλ[οκρ]άτους.

15 Il est cependant impossible ici de donner une valeur linguistique précise à cette forme, qui peut être aussi bien la forme locale que la forme de koinè. Sur cette différence entre attique et koinè, voir Threatte, 1996, p. 83.

16 l. 2-3 : Κλεοχάρης Βίωνος Ἀθηναῖος, φυλῆς Ἀκαμαντίδος, δήμου Κικυνέως, ποιητής μελών : noter le passage à /e :/ dans φυλῆς, δήμου, ποιητής ; la forme Κικυνέως de génitif singulier et la contraction μελών. L. 7, le proxène est à nouveau nommé à l’accusatif avec une contraction Κλεοχάρη, là où on attendrait localement le maintien de l’hiatus.

17 Une forme comme γινομένον n’a pas de valeur dialectale, mais reflète plutôt les évolutions communes de la langue grecque, perceptibles dans l’ensemble du monde grec. Voir aussi Lejeune, 1972, p. 78.

18 CID IV 86 à 93 et 102, datés de la toute fin du iiie s.

19 Cette forme n’est jamais conservée entièrement, mais peut être légitimement restituée en CID IV 86, l. 46 où les dernières lettres conservées sur la pierre sont -ΥΝΤΙ, ce qui garantit la nature hybride de la forme verbale.

20 CID IV 86, l. 57.

21 IG IX 1, 1², 15.

22 IG IX 1, 1², 6, 8, 9, 14, 16, 17, 18, 20, 22, 23.

23 IG IX 1, 1², 5, 7, 10, 11, 12, 13, 19.

24 IG IX 1, 1², 4, 25, 28, 29, 30, 31 f, i, k, m, n, s, t. Ces décrets, comme ceux de la période précédente, ont été pris pour des proxènes de toute origine dialectale, y compris notamment des Athéniens, e. g. IG IX 1, 1², 25.

25 IG IX 1², 174.

26 Flacelière, 1937, p. 224-226.

27 Roussel, 1926, p. 124-134.

28 Flacelière, 1937, p. 326-340 et Lefèvre, 1998, p. 112-115 et graphiques p. 120-121.

29 Méndez Dosuna, 1985, p. 509. Voir aussi ci-dessus, § 1.3, p. 373.

30 Douthe, 2010, p. 372-374.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Douthe, « Les influences extérieures sur les usages linguistiques de la cité de Delphes et de l’Amphictionie », Pallas, 87 | 2011, 107-113.

Référence électronique

Mathilde Douthe, « Les influences extérieures sur les usages linguistiques de la cité de Delphes et de l’Amphictionie », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1956 ; DOI : 10.4000/pallas.1956

Haut de page

Auteur

Mathilde Douthe

Ancien membre de l’École française d’Athènes
Équipe THEMAM du laboratoire ArScAn (UMR 7041)
mathilde.douthe@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org