Navigation – Plan du site
III. Delphes et le reste du monde antique

Quoi de neuf sur l’Amphictionie ?

What’s new about the Amphictiony?
François Lefèvre
p. 117-131

Résumés

Cet article propose un survol critique de la bibliographie relative à l’Amphictionie delphique (période 2000-2010).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lefèvre, 1998 et Sánchez, 2001.
  • 2 Lefèvre, 2002. Peu de choses se sont ajoutées depuis : je discuterai ailleurs de ces rares nouveaut (...)
  • 3 Hornblower, 2007, p. 52, n. 18, a jugé bon de souligner que dans le Post-scriptum que j’ai consacré (...)
  • 4 Cf. notamment Mulliez, 1999 ; Gauthier, 2002 ; Rousset, 2003 ; Zahrnt, 2003 ; Ma, 2005 ; Giovannini (...)
  • 5 Il arrive que les lecteurs se partagent, notamment sur l’idée, avancée par P. Sánchez, que le serme (...)
  • 6 Giovannini, 2007, p. 351.

1L’Amphictionie pyléo-delphique, association internationale chargée d’administrer les sanctuaires de Déméter aux Thermopyles et d’Apollon à Delphes, a fait l’objet voilà une dizaine d’années de deux synthèses, dues à P. Sánchez et à moi-même1 . Peu après a paru un indispensable complément, le quatrième fascicule du Corpus des inscriptions de Delphes (CID), réunissant l’ensemble des documents amphictioniques connus alors2. Ces deux études, conduites en totale indépendance, se sont avérées complémentaires et aboutissent, pour l’essentiel, à des conclusions très proches3. Elles ont fait l’objet de comptes rendus favorables4 et paraissent avoir emporté une assez large adhésion5. Aussi un excellent connaisseur du sujet, A. Giovannini, a-t-il pu écrire dans sa remarquable synthèse sur Les relations entre États dans la Grèce antique, que « ces deux monographies sont désormais et devraient rester pour longtemps les ouvrages de consultation de base pour l’histoire, l’organisation et le rôle politique et culturel de cette très importante institution »6. C’est précisément parce qu’elle tient une place si importante dans l’histoire antique et, surtout, dans l’historiographie moderne, que l’Amphictionie ne cesse de susciter les commentaires. Sans prétendre à l’exhaustivité, les quelques pages qui suivent ont pour objectif d’offrir un survol critique des dernières publications touchant le sujet, dans le but de guider le lecteur à travers un maquis bibliographique parfois difficilement pénétrable.

  • 7 Forrest, 2000.
  • 8 Lefèvre, 1998, p. 17-20.
  • 9 Morgan, 2003, p. 23, 125, 129-131 et 207.
  • 10 Hall, 2002, spécialement p. 7, 130-154 et 169.
  • 11 Cette rhétorique ne doit pas abuser : voir les étapes de son développement dans Lefèvre, 2002, comm (...)
  • 12 Howe, 2003. Sur la terre sacrée, consulter Rousset 2002 et, avec une approche plus générale, Horste (...)
  • 13 Les réserves que j’ai exprimées en 1998 sur l’utilisation qu’on peut faire de cette œuvre (Lefèvre, (...)
  • 14 Les deux maillons forts de cette chaîne documentaire très hétérogène sont les l. 15-16 de la loi am (...)
  • 15 Luce, 2008, notamment p. 98-115 et 350-440, donne un nouvel éclairage sur toutes ces données avec, (...)
  • 16 Picard, 2005.

2L’époque archaïque et la genèse de l’Amphictionie sont abordées par quatre études sérieuses et bien informées. Dans une sorte d’article-testament à la fois émouvant et stimulant, W. G. Forrest avait, peu avant le millénaire, replacé les groupements de type amphictionique dans le passage de l’ère des ethnè à celle des poleis7, perspective évolutionniste à laquelle il est difficile de se soustraire totalement, mais qui n’est pas exempte de risques8. C. Morgan en a bien conscience qui, dans son beau livre Early Greek States beyond the Polis, observe une prudence de bon aloi, rappelant que la prééminence thessalienne reste bien difficile à vérifier d’un point de vue archéologique et mettant en garde contre les dangers d’une projection rétrospective à partir de la composition de l’Association telle qu’on la connaît au ive s. et ensuite9. Le rôle des Thessaliens a au contraire été réaffirmé par J.-M. Hall, dans un essai sans doute contestable par certains aspects, mais ambitieux et brillant, consacré au concept d’hellénicité10. L’auteur y retrace la formation progressive de l’Amphictionie à partir des Thermopyles jusqu’à Delphes selon un schéma traditionnel, mais il souligne que ce processus s’accompagne de la promotion et de la diffusion des termes Hellas et (Pan)Hellènes, ce qui pourrait conférer sinon de la légitimité, du moins quelque profondeur chronologique à la rhétorique panhellénisante qu’affectent volontiers les documents d’époque hellénistique et romaine11. La perspective de T. Howe est plus modeste mais tout aussi intéressante, qui voit dans la recherche de pâturages pour les bêtes de sacrifice une cause de la « première guerre sacrée » et de la consécration de la terre d’Apollon, hypothèse attrayante quoique difficile à vérifier12. Chacun avec son propre dosage, ces divers travaux resservent l’inévitable cocktail Hymne homérique à Apollon13 / expansion thessalienne vers le sud et translation Thermopyles-Delphes / extrapolations diverses à partir des listes de hiéromnémons du ive s. / traditions relatives à la « première guerre sacrée » et à ses conséquences (terre sacrée, concours pythiques, etc.)14 / quête de vestiges archéologiques. C’est sûrement ce dernier aspect qui a bénéficié récemment des progrès les plus significatifs, grâce aux recherches de D. Skorda dans la vallée du Pleistos et à la publication de la remarquable fouille de J.-M. Luce dans le secteur du pilier des Rhodiens15. Signalons enfin la très intéressante contribution d’O. Picard sur l’histoire de la gestion des chrèmata d’Apollon, qui reconstitue avec grande vraisemblance l’origine et le développement des pratiques financières de la cité et de l’Amphictionie entre la fin du vie et le ive s. (inventaires, dépôts, débuts de la monnaie, adjudication du temple aux Alcméonides)16.

  • 17 M. Sordi est probablement la représentante la plus brillante de cette tendance, encore illustrée de (...)
  • 18 Encore faut-il s’entendre sur le sens à donner aux termes politique et religieux : Lefèvre, 1998, p (...)
  • 19 Cf., entre autres, Lefèvre, 1998, p. 137-138 (« on peut mettre en évidence l’importance de l’Amphic (...)
  • 20 Parfois en forçant un peu le trait, dans un souci pédagogique explicitement assumé (Lefèvre, 2002, (...)
  • 21 Bowden, 2003. Voilà déjà plus d’une quinzaine d’années, j’avais attiré l’attention sur le tournant (...)
  • 22 Cf. supra, n. 19, et Hornblower, 2007 (article reproduit dans Malkin et al., 2009, p. 39-56, et par (...)
  • 23 Le rôle des Thébains y est décisif mais donne parfois lieu à des spéculations disproportionnées par (...)
  • 24 Pas absolument exclue, mais décidément bien difficile à étayer et par là-même peu convaincante : Ma (...)
  • 25 L’appréciation de S. Hornblower sur la période étolienne (art. cit., p. 50) suscite aussi quelques (...)
  • 26 Lefèvre, 2002, p. 436-443, à propos d’un passage du monumental commentaire de Thucydide dû à S. Hor (...)
  • 27 Il subsiste encore une curieuse approximation qu’A. Jacquemin rectifiera dans un article à paraître
  • 28 Ce point est souligné à l’envi par tous les commentateurs. Il n’est donc nullement besoin d’insiste (...)
  • 29 Hornblower, 2007, p. 50, mais dans Hornblower, 1991, p. 182-183, consacré à la « deuxième guerre sa (...)
  • 30 Voir le kleos chanté par le chœur des Trachiniennes de Sophocle, à propos des pylatides agorai (v. (...)
  • 31 Celui des deux guerres du Péloponnèse.
  • 32 Lefèvre, 2005a, p. 105-110 et 126 ; 2005b, p. 32-33.
  • 33 Nous sommes en pleine « entente cordiale » dans le résumé liminaire de la p. 39, où il est question (...)
  • 34 Mari, 2006, spécialement la remarquable conclusion, p. 259-261 (cf. déjà Mari, 2002, p. 167, n. 3). (...)

3L’époque classique est largement dominée par la question du rôle politique joué par l’Amphictionie. Après des décennies de travaux qui, à quelques exceptions près, lui avaient attribué beaucoup trop d’importance en la matière, peut-être sous l’influence du contexte international de l’avant et après-guerre17, P. Sánchez et moi-même, au prix d’un examen critique de l’ensemble des sources, avons contribué à la remettre à sa place, qui est celle d’une association essentiellement régionale et religieuse18. Soulignons cependant avec force qu’il n’a jamais été question pour nous de nier que l’Amphictionie ait pu occasionnellement être au cœur d’enjeux politiques19 : nous avons nuancé son poids dans ce domaine, cherché à préciser les modalités de ses interventions, contestant surtout l’idée, fort répandue, selon laquelle elle aurait été un agent panhellénique de régulation des relations internationales, voire un instrument d’hégémonie20. Dans un article paru en 2003, H. Bowden a présenté nombre d’observations intéressantes, mais en prenant une position radicale, puisqu’il nie toute implication politique de l’Amphictionie avant l’entrée en scène de Philippe de Macédoine21. C’est sans doute aller trop loin et ce point de vue extrême justifie le titre d’un article récemment publié par S. Hornblower, Did the Delphic Amphiktiony Play a Political Role in the Classical Period ?, question en réalité toute rhétorique, comme nous venons de le rappeler22. La démarche qui y est suivie paraît dans une certaine mesure contestable, puisque l’auteur part des épisodes dramatiques du ive s., où il reprend à son compte la reconstitution la plus traditionnelle des prodromes de la « troisième guerre sacrée »23, pour appuyer son hypothèse d’une arrière-pensée amphictionique dans la fondation d’Héraclée par les Lacédémoniens en 42624. Or les heures tragiques du ive s. constituent apparemment des événements trop spécifiques pour qu’une projection rétrospective sur le siècle précédent soit totalement légitime25. Soulignons néanmoins que l’auteur prend acte de la mise au point méthodologique proposée dans les Compléments bibliographiques de CID IV26, répare quelques oublis documentaires27 et apporte des nuances à son propos de 1992, mettant maintenant en avant ce qu’il appelle « the soft sense of “ political ” », par exemple lorsqu’il s’agit de recevoir une part de la gloire qui s’attache aux concours pythiques28. Cet aspect est assurément important, comme le rappelle S. Hornblower29. On pourra même dire qu’il est fondamental car il tient à la raison d’être de l’Amphictionie : l’administration des sanctuaires de Delphes et d’Anthéla et, singulièrement, l’organisation des panégyries conféraient un prestige considérable30. Mais marginalisée ou neutralisée par le contexte international31, l’Amphictionie n’avait apparemment pas durant ces années une activité de nature à intéresser Thucydide, ni à justifier l’entreprise lacédémonienne à Héraclée, si ce n’est comme un à-côté très secondaire, d’autant que Sparte pouvait toujours agir par d’autres canaux (Doriens de Métropole et autres alliés, cité de Delphes que l’on néglige souvent dans ce genre d’analyse). Quoique pour des Amphictions jaloux de leurs privilèges à toutes les époques32, la routine même n’en conservât pas moins une certaine importance, celle-ci devait être notablement relativisée par la gravité des circonstances. Au total, tout en reconnaissant la validité générale de son propos33, on hésitera donc encore à suivre S. Hornblower dans tous ses développements. En tout cas, il faudra lire son article avec celui qu’a fait paraître M. Mari à peu près au même moment sur le même sujet : l’information y est parfaite et l’argumentation ferme et nuancée à souhait34.

  • 35 Mari, 2002, avec laquelle je n’ai que des divergences de détail, déjà relevées ici et là, notamment (...)
  • 36 Nielsen, 2008. Depuis CID IV, ce texte difficile a également été étudié par Gibson, 2001 et Harding (...)

4Les mêmes qualités caractérisaient déjà la très belle synthèse de M. Mari sur les relations entre les Macédoniens et les grands sanctuaires de la Grèce, spécialement dans les pages dédiées au ive s. qui font naturellement la part belle à notre Association35. Tout aussi pertinente est l’étude que Th. H. Nielsen, spécialiste reconnu des affaires arcadiennes, vient de consacrer à la requête d’admission de Mégalopolis, au lendemain de la guerre phocidienne (de concert avec Messène : CID IV, 7, décret transmis par Didyme)36. La démarche est interprétée du point de vue des impétrants, comme révélant principalement une volonté de reconnaissance internationale, afin de renforcer la position de la nouvelle cité hors et au sein de l’Arcadie. Si elle avait été entérinée, pareille promotion se serait en effet parfaitement conformée à ce que l’Amphictionie pouvait offrir : du prestige et, dans certaines circonstances, une forme de caution.

  • 37 Sur les trésoriers, mentionnons pour mémoire Sartori, 1999 ; sur les naopes, voir Hammond, 2003, av (...)
  • 38 Marchetti, 2004, suivi par Bouchon, 2007, p. 307. Dans le même sens mais dans des termes beaucoup p (...)
  • 39 Marchetti, 2004, p. 98.
  • 40 Psoma, 2008. Très timidement, j’avais moi-même avancé cette idée devant O. Picard en 1991, sans don (...)
  • 41 Lefèvre, 2002, p. 72-74.
  • 42 Marchetti, 2004, p. 99-100.
  • 43 Cf. entres autres Sánchez, 2001, p. 259 ; Lefèvre, 2002, p. 64-67 ; Mari, 2002, p. 118-122. Pour la (...)

5Mais la question du ive s. la plus débattue depuis quelque temps est celle de la monnaie amphictionique du milieu des années 33037. Le meilleur connaisseur actuel des comptes de reconstruction du temple, P. Marchetti, en propose une interprétation politique38 : initiée, comme la mise en place des trésoriers amphictioniques, peu après la constitution de la ligue de Corinthe (337/6), semblant coïncider avec l’arrêt de plusieurs numéraires de Grèce centrale et abandonnée après un an de frappe (336/5), au moment où Alexandre prenait peut-être déjà de nouvelles orientations pour son monnayage « impérial », cette initiative a dû procéder d’un programme arrêté par Philippe et revêt une portée « révolutionnaire », puisqu’elle a produit « la première monnaie “ grecque ” de l’histoire »39. À l’opposé, S. Psoma assimile, avec d’excellents arguments, le kainon amphiktionikon à une monnaie de panégyrie, le replaçant donc dans une perspective régionale beaucoup plus modeste vers laquelle, par tempérament et par expérience de la chose amphictionique, je pencherais plus volontiers40. Ce que l’on sait de l’essence même de l’Amphictionie et de ses prérogatives originelles, mais aussi l’étalon somme toute régional choisi pour cette monnaie, paraissent en effet aller dans le sens d’objectifs moins ambitieux que ceux que lui assigne P. Marchetti. Néanmoins, sans sortir des limites posées dans CID IV41, j’admets volontiers avec ce dernier que le contexte de l’époque et l’aspect novateur du kainon pourraient effectivement suggérer qu’il se passe alors « “quelque chose” qui dépasse Delphes »42, et qu’il convient de ne pas banaliser. Les deux positions pourraient d’ailleurs se rejoindre : ce très beau monnayage, affichant la sérénité retrouvée d’un des premiers sanctuaires de la Grèce et de ceux qui s’enorgueillissaient de l’administrer, sortait assurément de l’ordinaire ; il offrait un intérêt pratique avant tout local, mais revêtait également une dimension internationale, notamment dans le cadre des panégyries, au premier rang desquelles figuraient les Pythia dont Philippe avait tant convoité la présidence43. On est bien là à l’intersection des dimensions religieuse, politique, régionale et hellénique qui traversent l’histoire amphictionique. Laissons aux spécialistes de numismatique le soin de poursuivre ce débat, si représentatif des grandes problématiques inhérentes à notre Association et qui, de ce fait même, n’est pas près d’être clos.

  • 44 Thèse en préparation d’A. Perrier.
  • 45 Lefèvre, 2002, p. 15-30, à partir de Lefèvre, 1995. Les résultats obtenus par Scholten, 2000, sont (...)
  • 46 Cf. par exemple Scheberich, 2009, p. 20-48.
  • 47 Voir les communications de Chr. Habicht, St. V. Tracy et M. J. Osborne dans Palagia et Tracy, 2003, (...)
  • 48 Lefèvre, 2002, p. 23. La contribution de S. Anéziri annoncée ibid., n. 41, a paru peu après (Anezir (...)

6L’époque hellénistique a suscité une production aussi soutenue mais de nature assez différente, puisqu’elle s’est focalisée sur quelques questions de détail. On sait que le iiie s. est marqué par la domination étolienne, avec ses innovations, remarquables pour certaines, et ses abus, d’ampleur et de gravité variables. Or la Confédération étolienne fut très étudiée dans les années 90 et l’on attend à présent de nouveaux travaux sur le sujet44. Le maillon faible de cette période reste la chronologie. Le bilan à géométrie variable proposé dans CID IV45 est aujourd’hui très largement utilisé et il a dans l’ensemble été tenu compte des nombreux avertissements et appels à la prudence qui le jalonnent46. La principale (mais non la seule) difficulté tient à la datation de l’archonte Polyeuctos à Athènes. Or la tendance étant aujourd’hui à retenir la date haute pour ce dernier (250/49 et non 246/5)47, il faut privilégier la chronologie correspondante de CID IV, qui a pour conséquence probable de faire pencher la balance en faveur d’une périodicité annuelle des Sôtèria amphictioniques48.

  • 49 Boffo, 2003, p. 245-246. C’est ce dernier point, et non le seul statut de la cité, qui est visé par (...)
  • 50 Helly, 2001. Dans cet article comme dans d’autres (cf. Helly et al., 2006, p. 475, n° 4), Br. Helly (...)
  • 51 Sur les clauses de publicité, qui requièrent elles aussi des lectures circonstanciées, voir Lefèvre (...)

7Le iie s. a davantage inspiré les érudits. L’intrusion des Romains dans les affaires delphiques a permis à L. Boffo de souligner la cohérence des privilèges accordés à la cité, sans toutefois lever la perplexité suscitée par ceux qui touchent à l’articulation cité/divinité/Amphictionie49. Mentionnons surtout l’intéressante hypothèse de Br. Helly qui, rééditant IG IX 2, 103, identifié comme un décret fédéral thessalien de la seconde moitié du iie s., propose avec beaucoup de prudence d’y voir un document illustrant l’appartenance d’Héraclée et de Mélitaia à la ligue thessalienne, peut-être à l’occasion d’un arbitrage relatif à la répartition de la hiéromnèmosynè, comme il en existe plusieurs exemples à l’époque50. Mais pour cette période, c’est indiscutablement le décret sur le tétradrachme attique (CID IV, 127) qui tient le haut du pavé, bénéficiant d’une vogue particulièrement prononcée pour les approches économiques de l’Antiquité grecque. En effet, pas moins de quatre études y ont été consacrées en cinq ans. Il paraît acquis aujourd’hui que les efforts réalisés dans le commentaire de CID IV pour sérier le champ juridique d’application du décret, visant formellement « tous les Grecs », et pour lui assigner du même coup des objectifs raisonnables et réalistes, ont porté leurs fruits51. Mais pour les aspects proprement monétaires, l’historien de l’Amphictionie ne pouvait guère aller plus loin et tendait finalement aux numismates et autres spécialistes de l’économie une perche qu’ils n’ont pas manqué de saisir.

  • 52 Sosin, 2004, étude très bien informée et de lecture agréable.
  • 53 Bresson, 2006. La fin de l’article tente, avec lucidité, de trouver une relation entre notre décret (...)
  • 54 Les conséquences pour l’Amphictionie restèrent cependant limitées (Lefèvre, 1998, p. 135). Doit-on (...)
  • 55 Cf. CID IV, 114 et 117-120.
  • 56 Voir la conclusion partielle, art. cit., p. 61: « This of course was not stated in the decree ».
  • 57 Psoma, 2008.
  • 58 Picard, 2009.
  • 59 C’est O. Picard qui inspira en grande partie Lefèvre, 1998, p. 228-229,
  • 60 Même si la décision fut prise hors du calendrier normal des sessions.

8Le premier fut J. D. Sosin, qui a justement rappelé que rien dans le texte ne trahissait une intervention directe de Rome, privilégiant une explication technique puisque le décret, en établissant une équivalence stricte entre la valeur de quatre drachmes (poids théorique de 17, 2 gr.) et le tétradrachme (poids réel moyen de 16,8 gr.), aurait imposé une surévaluation de ce dernier (env. 2,5 %)52. Cette explication a été rejetée par A. Bresson qui, de son côté, explore une piste originale (les « Hellènes » du décret seraient au premier chef ceux du koinon de Platées) et propose une lecture particulièrement ambitieuse : les Athéniens auraient ici pour but, avec l’aide de Rome, de multiplier les profits monétaires, notamment dans le cadre du marché délien, en établissant une zone de change garanti et de quasi-exclusivité pour leur tétradrachme53. Le premier point est séduisant, même si on ne manquera pas d’observer qu’il constituerait un spectaculaire retournement de l’histoire, pour une Association dont les membres s’étaient jadis majoritairement rangés dans le camp des « médisants »54. Quant au second point, je doute que pareil programme ne se soit pas explicitement appuyé sur l’argument d’autorité et taise le nom de Rome, que les textes contemporains ne manquent pourtant pas de citer chaque fois que nécessaire55 ; surtout, les prétentions économiques qu’il afficherait paraissent quelque peu disproportionnées pour qui les apprécie à l’aune des attributions normales de l’Amphictionie. Si ingénieuse et stimulante que soit l’interprétation proposée par A. Bresson, d’ailleurs avec toute la prudence et l’objectivité requises56, je crois donc préférable de s’en tenir à des objectifs plus limités, tels ceux qu’envisage S. Psoma57. Selon cette dernière, le décret établit l’équivalence entre un tétradrachme attique et huit trioboles d’étalon éginétique réduit, monnaies utilisées par la majorité des membres de l’Amphictionie, dont les transactions se voyaient ainsi codifiées et facilitées. Tout aussi séduisante est la contribution dernièrement offerte par O. Picard58. Rejetant également l’explication métrologique proposée par J. D. Sosin, ce dernier renverse la perspective courante en posant que le décret n’envisage pas prioritairement la vente, mais l’achat de tétradrachmes, et qu’il ne vise donc pas particulièrement la protection des pèlerins, idées que l’auteur avait défendues dans un premier temps59. Mettant l’accent sur les panégyries60 et supposant, pour que les poursuites judiciaires envisagées soient applicables, l’existence d’un contrat, la mesure adoptée pourrait avant tout servir les intérêts des technites dionysiaques athéniens, omniprésents dans la documentation amphictionique de l’époque, sans qu’il soit nécessaire d’envisager une intervention directe des Romains. Cette hypothèse est très attrayante parce qu’elle replace le décret dans une perspective traditionnelle (agonothésie, etc.) et dans un ensemble cohérent. Mais notre texte reste désespérément laconique et l’on espère de nouveaux documents qui en éclaireraient le sens.

  • 61 Musti, 2001b, contre Lefèvre, 2002, p. 452-455 (à propos de Musti, 2001a). Rappelons que la questio (...)
  • 62 Cf. Knoepfler, 2006, p. 21, n. 58 (« exégèse très poussée – jusqu’à un excès de subtilité parfois » (...)
  • 63 Sánchez, 2001, p. 426.
  • 64 Weir, 2004.
  • 65 Voir les observations de D. Rousset, dans le Bulletin épigraphique de la REG 118 (2005), p. 486, n° (...)
  • 66 Knoepfler, 2006. Sur ce document exceptionnel, voir également Jones, 2006.
  • 67 Je signale que le lapsus corrigé p. 24, n. 70 (C. Curtius Proclos de Mégare et non d’Hypata) avait (...)
  • 68 Cf. notamment CID IV, 12-108, 117 et 119B.
  • 69 Voir par exemple Lefèvre, 1998, p. 19, n. 49 ; attitude semblable chez Sánchez, 2001, p. 395. Il ne (...)

9À ma connaissance, peu de nouveautés amphictioniques notables sont à signaler pour l’époque impériale. Le témoignage de Pausanias sur la composition de l’Amphictionie (X 8, 3-5) continue à faire couler l’encre. Dans la Rivista di Filologia e di Istruzione Classica de 2001, D. Musti a réagi aux observations que j’avais présentées en 2002 (joli problème de chronologie pour les bibliographes des siècles futurs…) sur une précédente étude de ce grand savant61. Sans doute y aurait-il beaucoup à redire du fond et, plus encore, du ton de cette trentaine de pages en petits caractères que l’auteur a jugé bon de consacrer à une reconstruction qu’il présente pourtant comme fondamentalement simple. Pour ne pas perdre davantage de temps à de vaines polémiques, contentons-nous de répéter qu’il n’est pas absolument impossible que D. Musti ait raison, mais qu’il peine à emporter l’adhésion62 et que la lecture la plus convaincante du texte de Pausanias, parce qu’elle est réellement la plus simple, demeure celle de G. Daux. Mieux vaut donc s’en tenir pour l’heure au sobre constat de P. Sánchez, peut-être un peu optimiste, mais essentiellement juste : « depuis la démonstration de G. Daux, l’interprétation de la réorganisation d’Auguste ne soulève plus de difficulté »63. R. Weir a pris le même parti dans son ouvrage sur les concours pythiques à l’époque impériale64, qui offre quelques bonnes remarques mais pêche par une information insuffisante et un usage souvent peu fiable de la documentation épigraphique65. Surtout, on lira avec le plus grand profit la publication par D. Knoepfler d’une stèle de bronze récemment acquise par le Louvre et qui porte une lettre de l’Empereur Hadrien à la cité locrienne de Naryka66. L’Amphictionie y est mentionnée, ce qui donne l’occasion à l’auteur de présenter nombre de remarques pénétrantes sur notre Association67. Il y exprime notamment sa conviction que les Amphictyons provenant de cités alors rattachées au koinon béotien continuaient de représenter leur ethnos d’origine (Locriens pour Naryka, Doriens du Péloponnèse pour Mégare) et non leur koinon de rattachement. Tout en étant un peu plus hésitant en raison des diverses manipulations dont l’époque hellénistique avait donné l’exemple (cas d’assimilation sous l’emprise étolienne ou thessalienne, certes de nature différente, aux iiie-iie s.68), je suis prêt à le suivre sur cette voie, sensible au fait que la géographie amphictionique et la géographie politique sont souvent en porte-à-faux69. On retrouve là l’un des fils conducteurs de ce bilan bibliographique, à savoir l’articulation entre contingences politiques ponctuelles et traditions amphictioniques séculaires.

  • 70 Doukellis, 2005 (dans le même volume, voir la contribution, rapide mais pertinente, de P. Siewert, (...)
  • 71 « Wich it decidedly was not », comme le déclare avec force et raison J. Buckler, à propos de la mêm (...)
  • 72 Cela n’a pas échappé à Chankowski, 2008, p. 24. Là encore, la comparaison avec une autre organisati (...)
  • 73 Giovannini, 2007, p. 301-302, 341-342, 351 et 369-373.
  • 74 Giovannini 2003.
  • 75 Laronde-Lefèvre 2009, spécialement p. 828-833.

10Signalons pour finir deux chapitres consacrés à notre Association dans des synthèses sur les institutions grecques. Bref et inévitablement généralisateur, celui de P. Doukellis70 a paru dans un volume sur le fédéralisme dans le monde gréco-romain ; il paraît procéder d’une lecture un peu rapide des sources, notamment Cicéron, Inv. 2, 69, qui percevait l’Amphictionie comme le commune Graeciae concilium71. Si l’on veut trouver des analogies entre le fédéralisme et l’Amphictionie, on les cherchera dans le subtil mélange de rigidité et de souplesse qui caractérise cette dernière, spécialement à travers la solidité de ses institutions72. D’une tout autre ampleur est la somme d’A. Giovannini déjà citée73, qui se recommande par sa compétence et son bon sens. L’auteur y reprend son interprétation originale de la convention financière Drymaia/Oita (ca 160 av. J.-C.), proposée quelques années auparavant, selon laquelle Apollon Pythien serait l’un des créanciers de la cité phocidienne, sous contrôle amphictionique74. Par certains de ses détails, l’hypothèse a paru contestable mais dans son principe, l’idée d’une implication amphictionique, peut-être à titre notarial, pourrait être féconde75.

  • 76 Kyriakidis, 2010 ; cf. Lefèvre, 2005a, p. 126, où est dénoncée une tendance fréquente à surestimer (...)

11Au terme de ce survol critique, on soulignera la récurrence de certains thèmes, comme le rapport entre identité hellénique et identité amphictionique, qui relie par exemple les remarquables travaux de J. M. Hall et d’A. Bresson, sur des périodes pourtant diamétralement opposées. Cette constante bibliographique n’a d’égales que les permanences et continuités lourdes caractérisant l’Amphictionie. Celle-ci ne cesse de fasciner et il y a fort à parier qu’un nouveau bilan sera nécessaire d’ici quelques années. Cela tient aux enjeux du sujet, que nos sensibilités modernes perçoivent avec acuité, pourvu qu’on utilise les sources avec lucidité, sans y chercher à toute force une image de notre Association telle qu’on aurait aimé qu’elle fût. Cela procède sans doute aussi de la documentation elle-même, parfois « tantalisante », comme se plaisait à le dire le regretté J. Bousquet. P. Sánchez et moi-même ne pouvons que nous féliciter de voir que nos travaux ont contribué à susciter ou à revivifier tant de débats. Il faut en tout cas saluer avec grande satisfaction la poursuite heureuse des études delphiques avec l’achèvement et, espérons-le, la publication prochaine de la thèse de N. Kyriakidis sur la cité des Delphiens qui, exauçant un vœu plusieurs fois exprimé, vient à point rectifier certaines perspectives76.

Haut de page

Bibliographie

Aneziri, S., 2003, Die Vereine der dionysischen Techniten im Kontext der hellenistischen Gesellschaft. Untersuchungen zur Geschichte, Organisation und Wirkung der hellenistischen Technitenvereine, Historia Einzelschriften 163.

Boffo, L., 2003, La « libertà » delle città greche sotto i Romani (in epoca repubblicana), Dike 6, p. 227-249.

Bouchon, R., 2007, Économie(s) et sociétés en Thessalie, 478-88 av. J.-C., dans M. Debidour (éd.), Questions d’histoire. Économies et sociétés dans la Grèce égéenne (478-88 av. J.-C.), p. 287-309.

Bowden, H., 2003, The Functions of the Delphic Amphictyony before 346 BCE, SCI 22, p. 67-83.

Brenk, F. E., 2007, School and Literature. The Gymnasia at Athens in the First Century A.D., dans J. A. Fernández Delgado, F. Pordomingo et A. Stramaglia (éd.), Escuela y Literatura en Grecia Antigua, p. 333-347.

Bresson, A., 2006, The Athenian Mint in the Second Century BC and the Amphictionic Decree, AIIN 52, p. 45-85.

Buckler, J., 1994, Philip II, the Greeks, and the King, 346-336 BC, ICS 19, p. 60-77.

Buckler, J. et Beck, H., 2008, Central Greece and the Politics of Power in the Fourth Century BC.

Chandezon, Chr., 2003, L’élevage en Grèce (fin ve-fin ier s. a.C.). L’apport des sources épigraphiques.

Chankowski, V., 2008, Athènes et Délos à l’époque classique. Recherches sur l’administration du sanctuaire d’Apollon délien, BEFAR 331.

Christesen, P., 2007, Olympic Victor Lists and Ancient Greek History.

CID : Corpus des inscriptions de Delphes.

Doukellis, P., 2005, Die pyläisch-delphische Amphiktionie, dans P. Siewert et L. Aigner-Foresti (éd.), Föderalismus in der griechischen und römischen Antike, p. 60-65.

FD : Fouilles de Delphes.

Fogazza, G., 1973, Per una storia della Lega Ionica, PP 28, p. 157-169.

Forrest, W. G., 2000, The Pre-polis Polis, dans R. Brock et St. Hodkinson (éd.), Alternatives to Athens. Varieties of Political Organization and Community in Ancient Greece, p. 280-292.

Gauthier, Ph., 2002, compte rendu de Lefèvre, 2002, REG 115, p. 663, n° 208.

Gibson, C. A., 2001, An Amphictyonic Decree, Aristotle and the Scythians: A Crux in Didymus’ Commentary on Demosthenes, GRBS 42, p. 43-56.

Giovannini, A., 2003, Un document amphictionique méconnu : la convention financière de Drymaia (IG IX, 1, 226-230), dans Th. Hantos (éd.), Laurea internationalis. Festschrift für Jochen Bleicken zum 75. Geburtstag, p. 287-297.

Giovannini, A., 2005, compte rendu de Lefèvre, 1998 et 2002, Gnomon 77, p. 468-470.

Giovannini, A., 2007, Les relations entre États dans la Grèce antique du temps d’Homère à l’intervention romaine (ca. 700-200 av. J.-C.), Historia Einzelschriften 193.

Giuliani, A., 2001, La città e l’oracolo. I rapporti tra Atene e Delfi in età arcaica e classica.

Habicht, Chr., 2006, Athènes hellénistique. Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine2 (trad. M. et D. Knoepfler).

Hall, J. M., 2002, Hellenicity. Between Ethnicity and Culture.

Hammond, N.G.L., 2003, The Meaning of οἱ ἀργυρολογέοντες and the Beginning of the Third Sacred War, Historia 52, p. 373-377.

Harding, Ph., 2006, Didymos: On Demosthenes, Translated with Introduction, Text and Commentary

Hatzilambrou, R., 2010, The Oxyrhynchus Papyri LXXV, 5025, p. 17-30.

Helly, Br., 2001, Un décret fédéral des Thessaliens méconnu dans une cité d’Achaïe Phthiotide (IG IX 2, 103), BCH 125, p. 239-287.

Helly, Br., García-Ramón, J. L. et Tziafalias, A., 2006, Décrets inédits de Larissa (2), BCH 130, p. 435-483.

Hornblower, S., 1991, A Commentary on Thucydides 1, Books I-III.

Hornblower, S., 2007, Did the Delphic Amphiktiony Play a Political Role in the Classical Period?, MHR 22, p. 39-56.

Hornblower, S., 2008, A Commentary on Thucydides 3, Books 5.25-8.109.

Hornblower, S., 2011, Thucydidean Themes.

Horster, M., 2004, Landbesitz griechischer Heiligtümer in archaischer und klassischer Zeit.

Howe, T., 2003, Pastoralism, the Delphic Amphiktyony and the First Sacred War: the Creation of Apollo’s Sacred Pastures, Historia 52, p. 129-146.

IG : Inscriptiones Graecae.

Jacquemin, A., 2005-2006, compte rendu de Lefèvre, 1998 et de Sánchez, 2001, Ploutarchos n.s. 3, p. 155-159.

Jones, Chr., 2006, A Letter of Hadrian to Naryka (Eastern Locris), JRA 19, p. 151-162.

Knoepfler, D., 2006, L’inscription de Naryka (Locride) au musée du Louvre : la dernière lettre publique de l’empereur Hadrien ? (première partie), REG 119, p. 1-34.

Kyriakidis, N., 2010, Δελφῶν πολιτεία. Étude d’une communauté politique (vie-ier siècle av. J.-C.), thèse soutenue à Strasbourg.

Laronde-Lefèvre, 2009, Autour de la « stèle des syla », CRAI, p. 808-840.

Lefèvre, F., 1995, La chronologie du iiie siècle à Delphes, d’après les Actes amphictioniques (280-200), BCH 119, p. 161-208. 

Lefèvre, F., 1996, L’Amphictionie pyléo-delphique au ive siècle, dans P. Carlier (éd.), Le ive siècle av. J.-C. Approches historiographiques, p. 121-126.

Lefèvre, F., 1998, L’Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, BEFAR 298.

Lefèvre, F., 2002, Corpus des inscriptions de Delphes IV. Documents amphictioniques.

Lefèvre, F., 2004, Contrôle d’identité aux frontières dans les cités grecques : le cas des entrepreneurs étrangers et assimilés, dans Cl. Moatti (éd.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Collection de l’École française de Rome 341, p. 99-125.

Lefèvre, F., 2005a, Diodore et la documentation épigraphique : notes de style et d’histoire, dans C. Bearzot et F. Landucci (éd.), Diodoro e l’altra Grecia. Macedonia, Occidente, Ellenismo nella biblioteca storica, p. 105-126.

Lefèvre, F., 2005b, Les hiéromnémons de l’Amphictionie pyléo-delphique : l’apport de la prosopographie à l’histoire religieuse et politique de la Grèce ancienne (ve siècle – ier siècle av. J.-C.), dans M.-F. Baslez et F. Prévot (éd.), Prosopographie et histoire religieuse, p. 9-34.

Lefèvre, F., 2010, Le contrôle des compétences dans les cités grecques, JS, p. 3-16.

Low, P., 2007, Interstate Relations in Classical Greece. Morality and Power.

Luce, J.-M., 2008, L’aire du pilier des Rhodiens (fouille 1990-1992). À la frontière du profane et du sacré I. Texte (FD II, 13).

Ma, J., 2005, compte rendu de Lefèvre, 1998 et 2002, et de Sánchez, 2001, Topoi 12-13, p. 661-676.

Malkin, I., Constantakopoulou, Chr. et Panagopoulou, K. (éd.), 2009, Greek and Roman Networks in the Mediterranean.

Marchetti, P., 2004, La fin des émissions de Larissa et le monnayage amphictionique, ʹΌβoλός 7, Coins in the Thessalian Region, p. 87-100. 

Mari, M., 2002, Al di là dell’Olimpo. Macedoni e grandi santuari della Grecia dall’età arcaica al primo ellenismo, Mélétèmata 34.

Mari, M., 2006, Tucidide e l’anfizionia di Delfi, BCH 130, p. 231-261.

Morgan, C., 2003, Early Greek States beyond the Polis.

Mulliez, D., 1999, compte rendu de Lefèvre, 1998, REG 112, p. 616, n° 254.

Musti, D., 2001a, L’« Ora » di Pausania. Sequenze cronologiche nella Guida della Grecia (sull’Anfizionia di Delfi e altri argomenti), dans D. Knoepfler et M. Piérart (éd.), Éditer, traduire, commenter Pausanias en l’an 2000, p. 43-78.

Musti, D., 2001b, Questioni pausaniane e delfiche. L’anfizionia in età romana, RFIC 129, p. 465-493.

Nielsen, Th. H., 2008, Why Did Megalopolis Apply for Membership in the Pylian Amphictyony? Some Speculative Answers, dans Ἰστορίες για την αρχαία Ἂρκαδία, Proceedings of the International Symposium in Honour of James Roy, p. 189-210.

Osborne, M. J., 2009, The Archons of Athens 300/299-228/7, ZPE 171, p. 83-99.

Palagia, O. et Tracy, St. V., 2003, The Macedonians in Athens 322-229 B.C.

Perrot, S, 2009, Les premiers concours des Pythia, Nikephoros 22, p. 7-13.

Picard, O., 2005, Les χρήματα d’Apollon et les débuts de la monnaie à Delphes, Topoi 12-13, p. 55-68.

Picard, O., 2009, le décret amphictionique sur le tétradrachme stéphanéphore et les technites, dans Κερμάτια Φιλίας, τιμητικός τόμος για τον Ιωάννη Τουράτσογλου, p. 33-43.

Psoma, S., 2007, À propos de drachmes d’argent du décret amphictyonique CID IV 127, ZPE 160, p. 79-88.

Psoma, S., 2008, Panegyris Coinages, AJN 20, p. 227-255.

Rigsby, K. J., 1996, Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World.

Robert, L. et J., 1989, Claros I. Décrets hellénistiques.

Rousset, D., 2002, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon, BEFAR 310. 

Rousset, D., 2003, compte rendu de Sánchez, 2001, REG 116, p. 620, n° 337 .

Ruozi, R., 2003, L’incerto successo di un’anomala emissione monetaria : il « nuovo anfizionico », dans G. Urso (éd.), Moneta mercanti banchieri. I precedenti greci e romani dell’Euro, p. 101-108.

Sánchez, P., 2001, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes. Recherches sur son rôle historique, des origines au iie siècle de notre ère, Historia Einzelschriften 148.

Sartori, C., 1999, I tamiai di Delfi, MEP 2, p. 157-175.

Scherberich, Kl., 2009, Koinè symmachía. Untersuchungen zum Hellenenbund Antigonos’III. Doson und Philipps V. (224-197 v. Chr.), Historia Einzelschriften 184.

Scholten, J. B., 2000, The Politics of Plunder: Aitolians and their Koinon in the Early Hellenistic Era, 279-217 B.C.

Sordi, M., 2003, Un tentativo di moneta unica nella Grecia del IV secolo a.C. : il « nuovo anfizionico », dans G. Urso (éd.), Moneta mercanti banchieri. I precedenti greci e romani dell’Euro, p. 93-100.

Sosin, J. D., 2004, Alexanders and stephanephoroi at delphi, CPh 99, p. 191-208.

Summa, D., 2010, Ein Amphiktioniedekret aus Ostlokris. Neues zu « le scandale de ca. 117 av. J.-C. », ZPE 172, p. 100-104.

Taplin, O., 1999, Spreading the Word Through Performance, dans S. Goldhill et R. Osborne (éd.), Performance Culture and Athenian Democracy, p. 33-57.

Tausend, Kl., 1992, Amphiktyonie und Symmachie. Formen zwischenstaatlicher Beziehungen im archaischen Griechenland, Historia Einzelschriften 73.

Tausend, Kl., 2005, compte rendu de Sánchez, 2001, Gnomon 77, p. 556-558.

Weir, R., 2004, Roman Delphi and its Pythian Games, BAR International Series 1306.

Zahrnt, M., 2003, compte rendu de Sánchez, 2001, Klio 85, p. 486-490.

Haut de page

Notes

1 Lefèvre, 1998 et Sánchez, 2001.

2 Lefèvre, 2002. Peu de choses se sont ajoutées depuis : je discuterai ailleurs de ces rares nouveautés (cf. Summa, 2010), ainsi que des améliorations de détail qui ont été proposées pour certains textes ou de celles qui peuvent encore y être apportées. Signalons aussi la publication récente d’un papyrus malheureusement très mutilé traitant d’affaires amphictioniques : Hatzilambrou, 2010, que l’on ajoutera à la liste des testimonia secondaires et peu exploitables, si ce n’est pour constater que notre Association resta à travers les siècles un sujet prisé des rhéteurs (cf. le passage de Libanios sur lequel Mari, 2006, p. 240, n. 23, a attiré l’attention, ou le discours de Théodecte de Phasélis, dont le titre, l’Amphictionique, est connu par un catalogue de bibliothèque rhodien : références réunies par Robert, 1989, p. 25, et Brenk, 2007, p. 342).

3 Hornblower, 2007, p. 52, n. 18, a jugé bon de souligner que dans le Post-scriptum que j’ai consacré au beau livre de P. Sánchez à la fin de CID IV (p. 459-468), les « points de vue divergents » tiennent plus de place que les « points de vue convergents » (cinq pages contre trois). Tout le monde aura compris que les désaccords – quoique le plus souvent superficiels - requièrent une argumentation parfois développée, alors que quelques mots suffisent à relever un consensus. Il eût donc été plus pertinent de noter que la première rubrique ne compte que quinze entrées, tandis que la seconde en accumule plus d’une quarantaine.

4 Cf. notamment Mulliez, 1999 ; Gauthier, 2002 ; Rousset, 2003 ; Zahrnt, 2003 ; Ma, 2005 ; Giovannini, 2005 ; Tausend, 2005.

5 Il arrive que les lecteurs se partagent, notamment sur l’idée, avancée par P. Sánchez, que le serment amphictionique transmis par Eschine fût un faux du ive s., idée sur laquelle j’ai exprimé des réserves tout en ayant moi-même apporté quelques éléments pouvant l’étayer (Lefèvre, 2002, p. 44, n. 39, et p. 459). Ainsi Low, 2007, p. 111, n. 117, est-elle convaincue par P. Sánchez, tandis que Mari, 2002, p. 164-166, et 2006, p. 244, récuse son argumentation. En l’état actuel, cette question demeure fondamentalement insoluble (Lefèvre, 1998, p. 147, n. 6). Par ailleurs, je me suis rallié à certaines positions de P. Sánchez, par exemple pour l’affaire du procès délien des années 340 (Lefèvre, 2010, p. 4, n. 6).

6 Giovannini, 2007, p. 351.

7 Forrest, 2000.

8 Lefèvre, 1998, p. 17-20.

9 Morgan, 2003, p. 23, 125, 129-131 et 207.

10 Hall, 2002, spécialement p. 7, 130-154 et 169.

11 Cette rhétorique ne doit pas abuser : voir les étapes de son développement dans Lefèvre, 2002, commentaires des textes n° 36, 40, 106, 127, 130, et peut-être jusqu’à la dédicace impériale évoquée p. 391 (R. Flacelière, FD III 4, 273 reproduite par Puech 2002, p. 376-377), ainsi que Lefèvre, 2005a, p. 124-126.

12 Howe, 2003. Sur la terre sacrée, consulter Rousset 2002 et, avec une approche plus générale, Horster, 2004. Chandezon, 2003, p. 286-293, a montré que l’élevage sacré n’a pas pour finalité essentielle la fourniture des victimes.

13 Les réserves que j’ai exprimées en 1998 sur l’utilisation qu’on peut faire de cette œuvre (Lefèvre, 1998, p. 349-350) sont partagées par Sánchez, 2001, p. 63-66, et par Rousset, 2002, p. 284, n. 1028.

14 Les deux maillons forts de cette chaîne documentaire très hétérogène sont les l. 15-16 de la loi amphictionique de 380 (CID IV, 1) et Isocrate, Plataïque (XIV) 31. Un esprit chagrin ou particulièrement sceptique (auquel je ne m’associerais pas) aurait toutefois beau jeu de relever que l’inscription, certes lacuneuse, n’évoque pas les circonstances de la consécration amphictionique, et qu’Isocrate dit seulement que la plaine de Krisa fut réduite à l’état de pâturage pour le petit bétail, sans préciser quand, par qui, ni pourquoi…

15 Luce, 2008, notamment p. 98-115 et 350-440, donne un nouvel éclairage sur toutes ces données avec, ici aussi, une attention particulière au terroir et à son exploitation. Rappelons qu’il existe une autre piste, également féconde mais quelque peu négligée : la confrontation des données amphictioniques avec celles que nous possédons sur d’autres structures comparables (Ioniens d’Asie, Confédération d’Athéna Ilias, etc. : Lefèvre, 1998, p. 181, n. 111). Ainsi l’épisode de la destruction de Krisa par suite de l’hybris de ses habitants trouve-t-il un équivalent ionien dans celle de Méli(t)è, due à l’adrogantia de ses citoyens si l’on en croit Vitruve IV 1, 4. Il s’en suit des supputations quant au processus de formation du koinon des Ioniens très semblables à celles que suscite notre Amphictionie (aperçu et bibliographie essentielle chez Tausend, 1992, p. 55-57, 70-74 et 90-95 ; Lefèvre, à paraître).

16 Picard, 2005.

17 M. Sordi est probablement la représentante la plus brillante de cette tendance, encore illustrée dernièrement par Giuliani, 2001 (cf. mes remarques dans Lefèvre, 2005a et 2005b).

18 Encore faut-il s’entendre sur le sens à donner aux termes politique et religieux : Lefèvre, 1998, p. 143, n. 1bis.

19 Cf., entre autres, Lefèvre, 1998, p. 137-138 (« on peut mettre en évidence l’importance de l’Amphictionie dans la politique internationale… Le synédrion est le cadre de manœuvres diplomatiques de haute volée… »), ou p. 272 (« même involontairement, elle a donné lieu à des épisodes d’une grande portée politique »), formules trouvant un parfait écho dans l’excellente Conclusion générale de Sánchez, 2001, p. 493-494. Ce sont apparemment ces épisodes qui eurent la faveur des rhéteurs (supra, n. 2).

20 Parfois en forçant un peu le trait, dans un souci pédagogique explicitement assumé (Lefèvre, 2002, p. 67, n. 83, et p. 452, n. 81). Parmi les nuances qui nous distinguent, il me semble que P. Sánchez est allé encore un peu plus loin que moi dans ce sens, notamment pour le ve s. (cf. Lefèvre, 2002, p. 463, § 3, et p. 460 ; Mari, 2006, p. 233, n. 4). De son côté, Hornblower, 2007, p. 50, a cru percevoir quelque bizarrerie dans le fait de défendre ce point de vue tout en acceptant le témoignage de Plutarque sur la tentative lacédémonienne de réformer le synédrion au lendemain des guerres médiques. Il n’y a pourtant pas de quoi être surpris : cet épisode ne fait que confirmer la validité de notre position, précisément parce que la démarche de Sparte, incongrue au regard des usages amphictioniques, se solda par un échec (Lefèvre, 1998, p. 134 et 164-165 ; Lefèvre, 2002, p. 447).

21 Bowden, 2003. Voilà déjà plus d’une quinzaine d’années, j’avais attiré l’attention sur le tournant historique et, surtout, historiographique, que représente le ive s. (Lefèvre, 1996), et P. Sánchez est arrivé de son côté à des conclusions très comparables (Sánchez, 2001, p. 16-30 et 267-268 notamment). On se gardera cependant de croire que la période 380-320 succède à une forme de néant amphictionique (Lefèvre, 2002, p. 58-59).

22 Cf. supra, n. 19, et Hornblower, 2007 (article reproduit dans Malkin et al., 2009, p. 39-56, et partiellement dans Hornblower, 2011, p. 54-58).

23 Le rôle des Thébains y est décisif mais donne parfois lieu à des spéculations disproportionnées par rapport à la documentation disponible (bilan chez Lefèvre, 2002, p. 444-448). Ainsi, je ne sais quelle lecture des inscriptions autorise cette assertion de S. Hornblower, art. cit., p. 39: « there is solid epigraphic evidence, from Athens as well as Delphi, for Theban use of the amphiktiony for transparently political purposes in the 360s and 350s ». L'auteur n'apporte aucune information nouvelle (la révision par A. Matthaiou du décret athénien en faveur du Delphien Astycratès ne modifie apparemment pas la donne) et la prudence recommandera donc de s'en tenir à Lefèvre, 2005a, p. 108 et n. 13.

24 Pas absolument exclue, mais décidément bien difficile à étayer et par là-même peu convaincante : Mari, 2006, p. 236, n. 13, et p. 253.

25 L’appréciation de S. Hornblower sur la période étolienne (art. cit., p. 50) suscite aussi quelques réserves (cf. ci-après).

26 Lefèvre, 2002, p. 436-443, à propos d’un passage du monumental commentaire de Thucydide dû à S. Hornblower (1991), et d’un article du même paru en 1992, mis en regard avec les développements de M. Sordi (pas plus qu’il n’avait alors pris en considération les travaux de cette dernière, S. Hornblower ne mentionne cette fois ceux d’A. Giuliani : sur un tel sujet, il est regrettable de ne pas faire plus grand cas de la production italienne, pourtant digne du plus haut intérêt).

27 Il subsiste encore une curieuse approximation qu’A. Jacquemin rectifiera dans un article à paraître.

28 Ce point est souligné à l’envi par tous les commentateurs. Il n’est donc nullement besoin d’insister plus aujourd’hui qu’il y a dix ans sur cette question déjà surabondamment étudiée (cf. encore Weir, 2004, Christesen, 2007, p. 179-202, et pour le comput originel, Perrot 2009). Pour la perspective qui est la nôtre ici, contentons-nous de renvoyer à Lefèvre, 1998, p. 237-238 ; Sánchez, 2001, p. 476 ; Lefèvre, 2002, p. 76-78.

29 Hornblower, 2007, p. 50, mais dans Hornblower, 1991, p. 182-183, consacré à la « deuxième guerre sacrée » (discuté dans Lefèvre, 2002, p. 438), il s’agissait clairement d’importance géopolitique, en tout cas fort peu « soft » et sans commune mesure avec la vénérable routine dont il est question à présent. Il est donc heureux que l’auteur ait précisé sa pensée en l’amendant quelque peu. Par ailleurs, je saisis mal, dans la même page, la citation et le commentaire par S. Hornblower d’une phrase, tronquée et sortie de son contexte, que j’avais écrite à propos d’un article de P. Londey (Lefèvre, 2002, p. 449).

30 Voir le kleos chanté par le chœur des Trachiniennes de Sophocle, à propos des pylatides agorai (v. 638-9), mais l’arrière-plan diplomatique de cette allusion, s’il y en a un, est pour le moins hypothétique, comme en avertit O. Taplin, qu’invoque S. Hornblower (art. cit., p. 50-51 ; cf. Hornblower, 2008, p. 136) à l’appui de son propos (Taplin, 1999, p. 43 : « this section inevitably contains a relatively high level of speculation, or at least of inverifiable reconstruction »). Il paraît risqué de s’avancer sur ces sables mouvants et tout au plus parlera-t-on, avec O. Taplin, de « propagande culturelle » (art. cit., p. 48), conforme à ce que l’on connaît par ailleurs de l’action d’Athènes à Delphes en général et à l’Amphictionie en particulier (Lefèvre, 1998, p. 63-69 ; 2002, p. 285-286 ; 2005b, p. 30-31).

31 Celui des deux guerres du Péloponnèse.

32 Lefèvre, 2005a, p. 105-110 et 126 ; 2005b, p. 32-33.

33 Nous sommes en pleine « entente cordiale » dans le résumé liminaire de la p. 39, où il est question de « re-assert the occasional political importance of the Delphic amphiktiony in the fifth and fourth centuries BC, without denying the primarily religious function of that organization ».

34 Mari, 2006, spécialement la remarquable conclusion, p. 259-261 (cf. déjà Mari, 2002, p. 167, n. 3). Il n’est pas inintéressant de comparer cette (petite) controverse avec celles qu’a fait naître la ligue des Ioniens d’Asie : voir par exemple Fogazza, 1973.

35 Mari, 2002, avec laquelle je n’ai que des divergences de détail, déjà relevées ici et là, notamment dans Lefèvre, 2005a.

36 Nielsen, 2008. Depuis CID IV, ce texte difficile a également été étudié par Gibson, 2001 et Harding, 2006, où l’on trouvera un solide commentaire, p. 117-123.

37 Sur les trésoriers, mentionnons pour mémoire Sartori, 1999 ; sur les naopes, voir Hammond, 2003, avec mes observations, Lefèvre, 2005a, p. 111, n. 19, et p. 119, n. 45.

38 Marchetti, 2004, suivi par Bouchon, 2007, p. 307. Dans le même sens mais dans des termes beaucoup plus généraux et avec une argumentation moins solide (chronologie erronée), Sordi, 2003 et Ruozi, 2003. En revanche, Mari, 2002, p. 156-157 et Picard, 2005, p. 64, n. 38 (à partir de Marchetti, 1999), ainsi que Psoma, 2008, p. 242, n. 51, ont exprimé des réserves. Voir encore Lefèvre, 2002, en haut de la p. 461, à propos de Sánchez, 2001, p. 147 et 264.

39 Marchetti, 2004, p. 98.

40 Psoma, 2008. Très timidement, j’avais moi-même avancé cette idée devant O. Picard en 1991, sans donner suite.

41 Lefèvre, 2002, p. 72-74.

42 Marchetti, 2004, p. 99-100.

43 Cf. entres autres Sánchez, 2001, p. 259 ; Lefèvre, 2002, p. 64-67 ; Mari, 2002, p. 118-122. Pour la création des trésoriers comme de la monnaie commune, peut-être Philippe avait-il largement délégué son autorité nouvelle à ses fidèles alliés thessaliens au synédrion. C’est en tout cas ce dernier qui dut prendre les décisions finales, que l’on imagine donc assez consensuelles, quelle que fût leur portée exacte.

44 Thèse en préparation d’A. Perrier.

45 Lefèvre, 2002, p. 15-30, à partir de Lefèvre, 1995. Les résultats obtenus par Scholten, 2000, sont très proches.

46 Cf. par exemple Scheberich, 2009, p. 20-48.

47 Voir les communications de Chr. Habicht, St. V. Tracy et M. J. Osborne dans Palagia et Tracy, 2003, la magnifique synthèse de Chr. Habicht sur l’Athènes hellénistique, dans la deuxième édition de sa traduction française par M. et D. Knoepfler (Habicht, 2006, p. 450, n. 36), ou encore Osborne, 2009.

48 Lefèvre, 2002, p. 23. La contribution de S. Anéziri annoncée ibid., n. 41, a paru peu après (Aneziri, 2003, p. 336-341) : l’attention y est notamment attirée sur le fait que le prêtre des technites se retrouve dans plusieurs (apparemment quatre) catalogues consécutifs et que des Sôtèria annuelles conviendraient mieux à la durée vraisemblable de son mandat (quatre ans plutôt que huit).

49 Boffo, 2003, p. 245-246. C’est ce dernier point, et non le seul statut de la cité, qui est visé par les remarques de Rigsby, 1996, p. 47, Lefèvre, 2002, p. 248, et Rousset, 2002, p. 259 et 270. Sur la stratégie des Delphiens durant ces années de transition, visant sans doute à entretenir une certaine confusion dans l’esprit des nouveaux maîtres du jeu qui, de leur côté, avaient pour l’heure d’autres chats à fouetter, voir la thèse de N. Kyriakidis évoquée ci-après.

50 Helly, 2001. Dans cet article comme dans d’autres (cf. Helly et al., 2006, p. 475, n° 4), Br. Helly a avantageusement complété les notices prosopographiques de plusieurs hiéromnémons venant de ces régions.

51 Sur les clauses de publicité, qui requièrent elles aussi des lectures circonstanciées, voir Lefèvre, 2004, p. 119, n. 73, et Lefèvre, 2005, p. 125, n. 63.

52 Sosin, 2004, étude très bien informée et de lecture agréable.

53 Bresson, 2006. La fin de l’article tente, avec lucidité, de trouver une relation entre notre décret, le contexte politico-économique international, et les variations observables dans la production des tétradrachmes.

54 Les conséquences pour l’Amphictionie restèrent cependant limitées (Lefèvre, 1998, p. 135). Doit-on invoquer ici la collaboration thessalo-athénienne à l’œuvre depuis les années 180 (cf. CID IV, 106, mais ce texte soulève des problèmes spécifiques : voir Lefèvre, 2002, p. 465, § 9, et Rousset, 2002, p. 272) ?

55 Cf. CID IV, 114 et 117-120.

56 Voir la conclusion partielle, art. cit., p. 61: « This of course was not stated in the decree ».

57 Psoma, 2008.

58 Picard, 2009.

59 C’est O. Picard qui inspira en grande partie Lefèvre, 1998, p. 228-229,

60 Même si la décision fut prise hors du calendrier normal des sessions.

61 Musti, 2001b, contre Lefèvre, 2002, p. 452-455 (à propos de Musti, 2001a). Rappelons que la question débattue est de savoir si le développement de Pausanias permet ou non d’attribuer à Auguste l’élargissement du synédrion à 30 membres (24 précédemment) connu du Périégète : oui selon D. Musti, contre F. Lefèvre et P. Sánchez.

62 Cf. Knoepfler, 2006, p. 21, n. 58 (« exégèse très poussée – jusqu’à un excès de subtilité parfois ») et Jacquemin, 2005-2006, p. 157, où l’on corrigera le lapsus « M. Moggi » en « D. Musti ». Si ingénieuses que soient les observations de D. Musti sur la « polarisation » interne à l’exposé de Pausanias, il paraît préférable, pour la question qui nous occupe, de donner la priorité à la confrontation avec les autres sources, notamment épigraphiques. Or les résultats de cette confrontation ne vont décidément pas dans le sens que voudrait D. Musti.

63 Sánchez, 2001, p. 426.

64 Weir, 2004.

65 Voir les observations de D. Rousset, dans le Bulletin épigraphique de la REG 118 (2005), p. 486, n° 239, et d’A. Chaniotis dans le SEG LIV, n° 529.

66 Knoepfler, 2006. Sur ce document exceptionnel, voir également Jones, 2006.

67 Je signale que le lapsus corrigé p. 24, n. 70 (C. Curtius Proclos de Mégare et non d’Hypata) avait déjà été rectifié dans Lefèvre, 2002, p. 349 et 433.

68 Cf. notamment CID IV, 12-108, 117 et 119B.

69 Voir par exemple Lefèvre, 1998, p. 19, n. 49 ; attitude semblable chez Sánchez, 2001, p. 395. Il ne fait aucun doute que les délégués représentent leur cité (qu’advenait-il en cas de citoyenneté multiple ?), mais l’hésitation porte sur la rubrique ethnique dans laquelle celle-ci pouvait être rangée.

70 Doukellis, 2005 (dans le même volume, voir la contribution, rapide mais pertinente, de P. Siewert, p. 21-23).

71 « Wich it decidedly was not », comme le déclare avec force et raison J. Buckler, à propos de la même formule chez Justin 8, 1, 4. (Buckler, 1994, repris dans Buckler et Beck, 2008, p. 233-253 [p. 246]). On sait ce qu’il faut penser de ces témoignages : Sánchez, 2001, p. 22-30.

72 Cela n’a pas échappé à Chankowski, 2008, p. 24. Là encore, la comparaison avec une autre organisation pluriséculaire, celle des Ioniens d’Asie, dont la longévité identique repose sur le même cocktail de traditions religieuses, de raideur dans la composition et d’élasticité dans le fonctionnement, s’avère fructueuse (Lefèvre, à paraître).

73 Giovannini, 2007, p. 301-302, 341-342, 351 et 369-373.

74 Giovannini 2003.

75 Laronde-Lefèvre 2009, spécialement p. 828-833.

76 Kyriakidis, 2010 ; cf. Lefèvre, 2005a, p. 126, où est dénoncée une tendance fréquente à surestimer l’Amphictionie, notamment aux dépens de la cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Lefèvre, « Quoi de neuf sur l’Amphictionie ? », Pallas, 87 | 2011, 117-131.

Référence électronique

François Lefèvre, « Quoi de neuf sur l’Amphictionie ? », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://pallas.revues.org/1968 ; DOI : 10.4000/pallas.1968

Haut de page

Auteur

François Lefèvre

Professeur d’histoire grecque à l’Université Paris IV
Francois.Lefevre@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org