Navigation – Plan du site
III. Delphes et le reste du monde antique

Quelques aspects trop souvent négligés des comptes de Delphes : de l’amphictionique nouveau aux couronnes d’Olympias

A few too often neglected aspects of Delphi’s accounts: from the new amphictionic to Olympia’s crowns
Patrick Marchetti
p. 133-150

Résumés

Delphes a été, au ive siècle, le théâtre d’une réforme monétaire complexe, l’épikatallagè, qui altéra les rapports entre les étalons éginétique et attique. Elle était de portée considérable : les nouveaux équilibres ont, en effet, modifié de manière irréversible les modalités des changes monétaires et les rapports entre métaux puisqu’elle constitue la première modification substantielle du ratio bronze-argent depuis la création de la monnaie. La frappe parallèle d’un monnayage amphictionique et son remplacement par le monnayage impérial d’Alexandre le Grand révèlent que cette audacieuse réforme n’a pu s’élaborer qu’à Delphes, avant de recevoir, à partir de Delphes, une application universelle, attestant ainsi très concrètement le rôle « international » indiscutable joué alors par l’Amphictionie. Les numismates, égarés par de mauvaises habitudes, peinent à en prendre toute la mesure ; les épigraphistes, désorientés, en perçoivent mal l’impact, au point de ne pas saisir dans toute leur complexité les opérations de caisse relatives aux fameuses couronnes d’or d’Olympias, à la fabrication desquelles l’Amphictionie avait consacré un « capital » de 190 dariques qui ne furent jamais fondus. Après que ces dariques revinrent en caisse, on procéda sous l’archonte Théon à une révision des comptes qui fut l’occasion d’y gommer des sommes qui avaient été indûment inscrites en recettes. Ce dossier particulièrement complexe, objet d’hypothèses contradictoires depuis près d’un siècle, ne trouve sa solution qu’à la seule condition de l’inscrire dans le contexte très particulier de l’épikatallagè.

Haut de page

Note de la rédaction

Le présent mémoire prolonge Marchetti, 2007, p. 67-86, supposé connu du lecteur, dont il constitue en réalité le corollaire et le complément, ce qui nous permet de limiter les références à l’essentiel. Il restait encore, après cette étude du Liber Amicorum Tony Hackens et toutes celles qui figurent dans la bibliographie, à résoudre le problème du change des monnaies d’or sous l’archonte Théon (CID II 102), plus complexe qu’il n’y paraît et en grande partie escamoté dans le CID II. Nous nous excusons de devoir renvoyer systématiquement à ces précédents travaux dans la présente étude. Nous pensons toutefois en avoir ainsi terminé de notre révision des comptes de Delphes et donnerons un bilan partiel, mais définitif pour ce qui concerne les monnaies, dans le volume en préparation, à paraître à Louvain-La-Neuve, comme Études de métrologie grecque III, en prolongement de l’ouvrage de Van Driessche 2009 et de celui de Ch. Doyen qui suivra.

Texte intégral

  • 2 La manière désinvolte dont Psoma, 2009, p. 54-55, rend compte des travaux de fond sur ce sujet le d (...)

1La mine de renseignements que les comptes de Delphes livrent aux historiens de la Grèce antique est inversement proportionnelle à l’exploitation qu’ils en font. On doit, en effet, constater qu’ils sont très mal intégrés à la recherche sur le ive siècle, oubliés des numismates – parce que trop complexes2 – et de la plupart des historiens de l’économie, alors que les informations exceptionnelles qu’ils fournissent sont impressionnantes.

  • 3 Voir Marchetti, 1998, Marchetti, 2002, p. 61-66, Bommelaer, 2008, p. 226-227.
  • 4 Marchetti, 1999b, et Marchetti, 2002, p. 70-72.
  • 5 Marchetti, 2007, après Marchetti, 1988, p. 106-110.
  • 6 Comme en témoigne le mémoire de Bommelaer, 2008. On ne peut manquer de souligner les nombreuses réf (...)

2À quoi tient cet oubli obstiné ? Certainement, en premier lieu, au mode de fonctionnement de la recherche où, dans la masse des publications, les travaux de première main se font de plus en plus rares. Ensuite, il faut bien reconnaître que l’extrême complexité du dossier et les progrès en dents de scie dans l’intelligence des faits ont singulièrement compliqué le travail des chercheurs. Mais que pouvons-nous y faire ? L’histoire grecque est une discipline exigeante où les découvertes et les avancées sont lentes. Le fait que le nouveau Corpus est encore exposé à de nombreuses corrections, plus nombreuses qu’il n’y paraît, paralyse la tâche des historiens : après un siècle d’efforts, beaucoup attendaient un travail définitif. Las, le texte de ce Corpus, qui enregistre d’énormes progrès par rapport au précédent, ne peut encore être tenu pour tel. Plusieurs corrections majeures doivent y être apportées, au niveau de la chronologie des archontats d’abord3 (et sur ce plan les implications sont considérables pour la chronologie précise des deux guerres sacrées), dans la mise au point des textes ensuite (à l’exemple des comptes à apousia4), dans les analyses de détail enfin (l’épikatallagè5 est à cet égard un cas d’école), mais aussi dans l’exploitation des données pour l’histoire de l’architecture6.

  • 7 Il m’est très agréable, puisque j’évoque ici leurs travaux, de remercier chaleureusement pour leurs (...)
  • 8 Dont on peut suivre les étapes en lisant dans l’ordre chronologique les diverses études que j’ai pr (...)

3Tout ce qui concerne l’épikatallagè y est réellement important : les comptes de Delphes sont les seuls témoignages exploitables pour repérer et analyser ce qui apparaît de plus en plus comme l’une des plus importantes réformes connues du marché monétaire grec, de celles qui mettent en perspective le comportement antique des créateurs et des utilisateurs de monnaies. Ce que l’on peut en extraire est, en effet, fondamental pour comprendre une avalanche de détails qui relèvent de ce que nous pourrions appeler les habitudes comptables et le traitement de la métrologie monétaire dans le monde antique, dont les bribes sont dispersées dans quantité de textes disparates, fournis par l’épigraphie et la papyrologie, ou préservés par la tradition manuscrite. À plusieurs7 nous consacrons beaucoup de temps à exploiter cette mine, depuis quelques années et pour quelques années encore. Le présent colloque offre l’opportunité d’informer ceux qui étudient Delphes des éléments proprement delphiques de ce dossier en menant à son terme une enquête longue et difficile8, qui nous entraîne parfois sur les chemins de la grande histoire et nous place au cœur du vaste réseau d’influences qui, au ive siècle, se focalisent à Delphes, surtout depuis que les rois de Macédoine, en prenant la place des Phocidiens au Conseil amphictionique, ont fait de Delphes le lieu de convergences des appétits de domination sur la Grèce centrale : il n’est pas fortuit que la quatrième guerre sacrée ait Delphes pour épicentre, que Philippe à Chéronée fût nimbé d’une aura amphictionique, qu’Alexandre s’empressât de visiter le sanctuaire sur la route qui à son avènement et en quête de reconnaissance le mena de Dion à Corinthe.

  • 9 CID II, p. 210-211. Elles s’inscrivent dans ce qui avait été constaté à Neuchâtel (Marchetti, 1988) (...)
  • 10 CID II, p. 205-206.

4Au moment où il mettait la dernière main au Corpus le regretté J. Bousquet fut confronté à la fois au problème de l’épikatallagè et à celui des couronnes « d’Olympias ». Quelle était la portée de la première ? Que fit-on de l’or sorti de caisse, apparemment, sous l’archonte Caphis pour être investi dans des couronnes en l’honneur ( ?) de la reine ? Sur ces deux points le Corpus enregistre le dernier état d’une pensée encore en gestation : deux longues pages9, qu’on ne lit jamais, exposent les singularités qui résultent de l’application de l’épikatallagè au niveau des comptes de trésoriers, tandis que les couronnes d’Olympias font l’objet de remarques pertinentes, en commentaire au compte de Caphis10, mais incomplètes en ce qu’elles n’expliquent pas tout des particularités du compte de l’archonte Théon qui prolonge le précédent. Il faut en réalité parcourir un long chemin préalable pour comprendre les problèmes liés aux couronnes d’Olympias, saisir notamment les singularités de la comptabilité amphictionique, mesurer aussi les conséquences et la signification de l’arrêt du monnayage amphictionique.

1. Évolution de la comptabilité delphique autour de la frappe de l’amphictionique

1. 1. Particularités de la comptabilité des trésoriers amphictioniques

  • 11 Les comptes de la créance (CID II 31-32) ne sont pas significatifs, car leur gravure et la révision (...)

5Avant la création des trésoriers amphictioniques on comptait, dans les instances amphictioniques, en drachmes (ou statères) éginétiques et on ramenait l’attique à l’éginétique, comme dans les contributions enregistrées par les naopes jusqu’en 336 (CID II 1 à 30)11.

  • 12 L’acte de fondation est partiellement conservé (CID II, 74 = CID IV 9).
  • 13 Picard, 1988, p. 98-99, pour le sens de l’expression et de l’opération qu’elle implique. Il n’y eut (...)
  • 14 Le décompte descend jusqu’à l’obole, mais la somme est globalisée, indépendamment des dénominations (...)
  • 15 Que la somme inscrite sous Dion-printemps doive être identique à celle reportée dans le compte à ap (...)

6Sous Palaios, duquel date la décision de créer une nouvelle monnaie amphictionique à la fabrication de laquelle serait utilisé le stock métallique disponible en caisse, on créa un nouveau collège12, celui des trésoriers, que l’on chargea d’organiser la frappe. Ils vont ainsi passer au crible les fonds disponibles en monnaies diverses, les compter, les peser aussi pour évaluer d’abord les écarts de poids par rapport aux étalons théoriques – le document comptable qui nous instruit de cette vérification est le fameux compte à apousia13 – et calculer ensuite très précisément le nombre des statères amphictioniques14 qu’aurait à livrer Dexios, le maître de l’atelier (argyrokopos) chargé de fabriquer la nouvelle monnaie. Le total de la commande initiale s’élevait à plus de 105T : il est récapitulé à la fin du document (CID II 75, 50-51)15.

  • 16 CID II 75 I, 28-30 et II, l. 9-13, 19-21, notamment. Pour les corrections à apporter au Corpus voir (...)
  • 17 En ce compris dans le compte à apousia.
  • 18 CID II, 76 I, l. 1-10.
  • 19 Ibid., l. 1-2.
  • 20 Soit 36T, 38M, 32S, 2O, cf. CID II 76 I, 5-7.

7Parallèlement les trésoriers modifient les habitudes comptables en vigueur jusque-là et utilisent, dès leur création sous Palaios16, à l’exemple des prytanes, les décomptes à la manière attique, en introduisant talents et mines17, tout en distinguant, à partir de la session-printemps de Dion18, des encaisses en argent ancien et nouveau (Ἐλείπετο τοῖς ταμ]ίαι[ς]...[σύμπαν κεφάλαιον] σὺν [τῶ]ι καινῶι καὶ [τῶι] παλα[ι]ῶι19), car l’amphictionique ayant été mis en chantier au semestre précédent, ils réceptionnent au début de cette session le premier lot sorti de l’atelier de Dexios20. C’est dans l’encaisse en argent ancien que sont aussi comptées les monnaies d’or, pour leur valeur en argent donc, comme il ressort d’un passage explicite (CID II 76 II, 11-12, cité ci-dessous). Constatons aussi qu’il n’y a pas encore, au début du semestre-printemps de l’archontat de Dion, d’encaisse en attique, preuve que les monnaies d’étalon attique sont comptabilisées, elles aussi, dans l’argent ancien qui devait être progressivement transformé en « amphictionique nouveau » : la comptabilité en « ancien » – le mot même le dit – n’était pas destinée à se pérenniser, quelle que fût la nature des espèces qui la constituent.

1. 2. Les mouvements de caisse sous l’archontat de Dion (336/335) et la monnaie amphictionique

  • 21 On devait attendre la fin du premier contrat de Dexios avant de livrer le reste de l’encaisse à l’a (...)

8Au début du printemps (CID II 76 I, 1-12) le total de ce qui n’avait pas encore été soustrait au capital disponible21 pour être confié à l’atelier chargé de fabriquer la nouvelle monnaie amphictionique, augmenté d’un premier lot d’amphictionique, est ventilé en nouveau (kainon) et ancien (palaion), toujours sans mention d’attique, il importe de le relever. On ne manquera pas non plus de noter :

  1. que les espèces nouvelles (καινὰ ἀμφικτυονικά) sont comptées (ἀριθμῶι), c’est-à-dire intégrées à l’encaisse globale au même tarif que l’argent ancien, soit à raison de 70 drachmes (35 statères) à la mine. Autrement dit dans ce décompte ce n’est pas leur poids (σταθμῶι) qui importe, mais leur nombre ;

  2. que les recettes de la session, même si les montants n’en sont pas conservés étaient constituées exclusivement de palaion (l. 12 : πρόσοδος τοῦ παλαιοῦ) et à ce titre ajoutées à l’encaisse en palaion. Il ne peut, en effet, s’y trouver que du palaion nomisma puisque l’amphictionique n’a pas encore été mis en circulation ;

    • 22 Expression interchangeable avec celle qu’on lit dans le compte de Caphis, CID II 97, 6 : παρᾲ τῶμ π (...)
    • 23 À la fin de la session-printemps de Dion, ainsi que l’enseigne le récapitulatif final, donné CID II (...)
    • 24 Et confié à la garde des prytanes. Le rôle exact des prytanes, qui est assez limpide pour qui lit l (...)

    que le total donné col. II, 1-4, ne concerne que l’encaisse nouvelle (reliquat de l’exercice précédent + recettes) en argyrion palaion, laquelle est déposée παρὰ τῆι πόλει τῶν Δελφῶν22. Le nouvel amphictionique n’est pas repris dans ce total, pour une raison évidente : avant d’en inscrire le montant, tel qu’il sera déposé23 dans les caisses de la Ville24, il faut encore en vérifier le lot complet.

  • 25 Comme sous Palaios, cf. CID II 38 (reçu sous cet archonte : 30 talents), le prédécesseur immédiat d (...)
  • 26 Cf. CID II 39, où il faut, p. 75, corriger le commentaire de J. Bousquet : ce n’est pas Alexandre « (...)

9La différence entre le reliquat de l’automne (76 I, 8-10 : 24T, 45M, 22S, 2O, 7Ch) et l’encaisse nouvelle (76 II, 1-4 : 57T, 21M, 5O, 7Ch) est considérable (32T, 35M, 13S, 3O), mais s’explique sans peine par le versement d’une amende phocidienne au début du semestre de printemps. L’importance de la recette (plus de 32 talents) révèle que cette amende était encore de 30 talents25. Elle ne peut avoir été réduite à 10 talents que sous l’archonte suivant au plus tôt, lequel est peut-être Ornichidas26.

10Les dépenses de la session-printemps de Dion (76 II, 5-13) sont en tout cas prélevées sur le capital en argent ancien exclusivement, comme le soulignent les trésoriers (ὰνάλωμα τοῦ παλαιοῦʹ). Parmi ces dépenses on trouve 150 chrysoi de Philippe comptés à 7 statères, dont on précise qu’ils sont inscrits εἰς ἀργυρίου παλαιοῦ [□λ]όγον pour 30 mines (ibid., 9-12) :

9

[□ Τοῖς] ναοπ[οι]οῖς εἰς κυπάρ[ισ]σον φιλιππείους

□ χρυσοῦ[ς] ἑ[κατὸν πε]ντήκον[τα], ἕκαστον ἐν ἑπτὰ

□ στατῆρ[σιν □]. Τούτου έγένετο εἰς ἀργυρίου παλαιοῦ

12

[□ λ]όγον μναῖ τριάκοντα.

11Il en résulte donc que le « compte en argent ancien » enregistre les chrysoi à raison de 5 chrysoi à la mine, mais aussi, puisqu’ils sont comptés à 7 statères pièce, que la mine de l’argyrion palaion est bien comptée à 35 statères ou 70 drachmes. C’est la seule mine des prytanes et des trésoriers.

  • 27 C’est évidemment le chiffre qu’il faut restituer à la fin du compte à apousia, cf. supra n. 15.
  • 28 Les explications de J. Bousquet, CID II, p. 148, sont inutilement embrouillées, et surtout erronées (...)
  • 29 Voir pour un aperçu d’ensemble de cette comptabilité des trésoriers, CID II, p. 231.

12Puis on arrête brutalement la frappe de l’amphictionique, ce que rien ne laissait prévoir. Et c’est ainsi qu’à la fin de la session-printemps de Dion (76 III, 32ss.), s’il reste en palaion 52T, 50M, 26S, 1D et 7Ch (ll. 32-35), on y ajoute un montant nouveau, celui de l’amphictionique que devait livrer l’argyrokopos Dexios et qui avait été estimé à 105T, 49M, 5St, 9O27, comme cela est inscrit, en toutes lettres, aux ll. 36-38. Le compte, toutefois, précise ensuite que dans ce montant est compris un sous-total qui avait été compté – le mot ἀριθμῶι est ici très important – comme devant aboutir à 44T, 18M et 15 statères ἀμφικτυονικοῦ, mais qui se retrouve inscrit pour une valeur de 45T, 18M, 53D et 2O ἀττικοῦ. C’est ici la première mention d’attikou dans les comptes de trésoriers. Ce passage qui en a troublé plus d’un28 nous apprend que dans les 105 talents et plus d’amphictionique que devait livrer Dexios figuraient au final plus de 45 talents en monnaies d’étalon attique, qui seront versés tels quels dans une encaisse particulière en attique, qu’on va retrouver désormais dans la comptabilité des trésoriers à côté de l’amphictionique et de l’ancien29. Plusieurs conclusions d’importance majeure sont à tirer de ce que la comptabilité de l’archonte Dion nous apprend ici :

    • 30 Soit la différence entre le montant initial du contrat (105T…) et la masse de 44T… remise non en am (...)
    • 31 Comme envisagé par Kinns, 1983, p. 12-16, et qui sert désormais de base à l’évaluation des quantité (...)
    • 32 Les plus prudents s’en tiennent donc à une estimation des coins, comme de Callataÿ, 1997.

    il est certain que Dexios n’a pas frappé plus de 61T 30M 25S 9O30 de monnaies amphictioniques, toutes espèces confondues ; c’est donc ce chiffre-là – et non un montant compris entre 125 et 175 talents31 –, qui doit servir de base quand on évalue le nombre de monnaies produites en moyenne par un coin32 ;

  1. il n’y a pas que les espèces en étalon éginétique qui devaient être refondues pour fabriquer l’amphictionique ; toutes les monnaies d’argent qui figuraient dans l’encaisse en argent ancien, en ce compris les espèces d’étalon attique, étaient logiquement concernées par cette frappe : sous Dion l’encaisse en argent ancien était une encaisse provisoire destinée à être progressivement convertie par Dexios en amphictionique ;

  2. pour expliquer les 45 T 18M, 53D et 2O attikou qui constituent la part de l’encaisse nouvelle d’abord inscrite comme relevant de l’amphiktionikou et qui correspondent à une estimation initiale de 44T 18M et 15S amphiktionikou, nous avons le choix entre deux possibilités notamment :

      • 33 Comme envisagé dans Marchetti, 1999b, p. 420-422 et Marchetti, 1999a, p. 109-113. Voir aussi Marche (...)

      3a. y voir la part d’argent ancien en étalon attique remise à Dexios et non fondue par lui33, auquel cas on peut estimer que dans les versements de l’amende phocidienne plus de 40 % des espèces ramassées étaient constituées d’argent « attique » ;

    • 3b. ou plutôt envisager qu’en cours de frappe le contrat de Dexios a pu être modifié et qu’au lieu d’amphictionique on a pu soit lui demander de produire de l’attique, soit échanger le reliquat contre des espèces en étalon attique.

13Plus que jamais la monnaie amphictionique apparaît ainsi comme un essai avorté de créer une monnaie internationale, à vocation suprarégionale, qui n’a d’équivalent que dans le monnayage « international » aux types d’Alexandre le Grand, émis juste après et à grande échelle. Que l’on ait arrêté la fabrication de l’amphictionique au printemps de l’année 335 n’a de sens que si on lui a substitué dès cette année le monnayage « impérial » d’Alexandre le Grand dont nous pouvons, sans plus hésiter un instant, dater le lancement des frappes de 335, après qu’au printemps fut interrompue la frappe de la monnaie amphictionique, interruption qui condamnait irréversiblement l’étalon éginétique et instaurait définitivement l’étalon attique comme la norme internationale majeure.

  • 34 Le compte de l’archonte qui se place entre Dion et Damocharès n’a pas été retrouvé. Le nom de l’arc (...)
  • 35 Voir le tableau CID II, p. 231.

14Sans surprise, sous l’archontat de Damocharès, daté de 334/33334, le total général en système TMSO est désormais ventilé en trois sous-ensembles (CID II, 79 IIA, 18-28) : kainon, attikon et palaion. Il en sera ainsi jusqu’à Charixénos (326/5), c’est-à-dire aussi longtemps qu’il restera en caisse de l’attique et de l’amphictionique35. Le renoncement à la frappe de l’amphictionique aura d’importantes conséquences au niveau des parités monétaires, conséquences de deux ordres.

2. Conséquences de l’arrêt des frappes amphictioniques

  • 36 Cf. Kritzas, 2009, p. 15. L’auteur propose d’identifier les espèces correspondant à l’argolique ave (...)
  • 37 Lampropoulos, 1896. Poids vérifiés par nos soins au MN d’Athènes.
  • 38 Le Rider, 1977, p. 362-363 notamment.
  • 39 Voir par ex. Mørkholm, 1991, p. 8-9. L’usage en est très répandu et se révèle avoir été littéraleme (...)
  • 40 À partir de quoi on peut résolument dater de la troisième guerre sacrée au plus tard la réduction d (...)
  • 41 Comme nous l’avons signalé dans Marchetti, 2007, p. 76.
  • 42 Et le compte à apousia révèle que l’on avait soigneusement tout pesé pour évaluer le manque, cf. Pi (...)

15La frappe de l’amphictionique correspondait à une mesure d’assainissement du marché monétaire. L’étalon éginétique avait beaucoup souffert de sa concurrence avec l’étalon corinthien, comme le révèle, notamment, dans les tablettes comptables argiennes, l’apparition, à côté d’un étalon palaion, d’un autre appelé, à Argos, argolique36. Il suffit de tenir compte de la métrologie des « loups » d’Argos pour voir ce qui s’est produit : les émissions anciennes, souvent usées par la circulation, n’en restent pas moins systématiquement plus lourdes (plus de 3 g) que celles émises à partir du milieu du ive siècle et que l’on retrouve notamment thésaurisées en abondance dans le trésor de Mycènes37. L’étalon des loups plus récents s’aligne en réalité sur celui de la « drachme corinthienne », d’une masse théorique de 2,9 g, dont le large succès à l’époque est confirmé par la frappe de ce module particulier, qui correspondait aussi à un tétrobole attique, dans le monnayage en argent de Philippe II38. Et c’est ainsi que la masse de l’hémidrachme éginétique, qui devait peser env. 3,1 g, a fini par se réduire jusqu’à cet étalon de 2,9 g, ce qui n’a pas échappé aux numismates qui l’ont erronément baptisé « éginétique réduit »39. La réduction métrologique, si aisément vérifiable au niveau de l’hémidrachme, a aussi entraîné celle du statère et de la drachme. Quand pour payer leur amende les Phocidiens ramènent dans les caisses de Delphes ces monnaies de poids réduit40, il faut se rendre aux évidences : la drachme éginétique, qui était échangée contre la drachme attique à un taux de 7 pour 10, d’où le décompte à la mine de 70 drachmes éginétiques pour 100 drachmes attiques, ne valait plus son « pesant » d’argent, ce que la comptabilité des trésoriers, établie en talents et mines, ne pouvait que confirmer. Que faire alors ? Deux solutions s’offraient : entériner le fait et modifier en conséquence la parité attique-éginétique ou restaurer un bon poids éginétique. Dans un premier temps c’est la seconde solution qui fut retenue. L’amphictionique se caractérise, en effet, par un étalon précisément ajusté sur la norme ancienne : si l’on tient compte de la masse des exemplaires les mieux conservés41, il ne faut aucun doute que l’étalon du statère était ajusté à au moins 12,3 g, c’est-à-dire la norme ancienne. En refondant les espèces récoltées jusque là pour fabriquer leur nouveau monnayage42, les autorités de l’Amphictionie procédaient à un assainissement à grande échelle et largement concerté puisque les hiéromnémons représentaient tous les peuples qui avaient recouru à l’étalon éginétique pour leurs frappes « civiques ». Et si l’on avait aussi prévu que les espèces attiques soient converties en amphictionique, cela impliquait de la part d’Athènes un renoncement provisoire à son étalon.

  • 43 C’est donc une hérésie historique que d’utiliser les textes antérieurs à cette date, comme les list (...)
  • 44 Comme y avait attiré l’attention J. Bousquet, dans CID II, p. 210, sept lignes avant la fin de la p (...)
  • 45 Keil, 1902, p. 513-515 (on lui doit la restitution du nom de la reine).
  • 46 Bogaert, 1968, p. 48 et 111 notamment.
  • 47 Marchetti, 1988, p. 109, cf. CID II, p. 210.

16Toutefois, comme l’enseigne la comptabilité delphique, cette ambitieuse restauration monétaire fit rapidement long feu : programmée en 337, après un début d’exécution, l’entreprise avorta dès 335. En lieu et place on assiste à un retour en force de l’étalon attique. C’est que le réalisme a primé : d’une part, il y avait trop de monnaies réduites en circulation pour espérer un rétablissement efficace des normes anciennes ; d’autre part, il était très facile d’établir entre l’étalon corinthien (celui qu’on appelle erronément l’éginétique réduit) et l’étalon attique des parités fondées sur la masse réelle d’argent de part et d’autre : la drachme corinthienne (ou « argolique ») pèse théoriquement 2,90 g et se retrouve abondamment monnayée sous la forme d’un tridrachme (le fameux « statère » corinthien) de 8,70 g qui se trouve valoir exactement deux drachmes attiques. En équivalant cette drachme corinthienne à une ancienne hémidrachme éginétique, on pouvait très aisément établir entre les drachmes éginétiques « légères » et la drachme attique pleine une équivalence de 7,5 à 10 (une drachme attique de 4,35 g pèse, en effet, les ¾ d’une drachme de 5,8 g). Appliquer ce nouveau taux aux monnaies en circulation restaurait les équilibres du « marché » monétaire et permettait de recycler dans la circulation, aussi longtemps qu’il en survivrait, les drachmes éginétiques de poids allégé frappées au ive siècle. Et ce qui s’est passé à Delphes en 337-335 montre bien que la promulgation de ce nouveau tarif ne peut être antérieure à l’arrêt de la frappe du monnayage amphictionique, autrement dit antérieure à 33543, mais non plus postérieure à la fin de la session de printemps de la même année, car on en tient compte pour calculer la valeur de l’encaisse en attique44. Ce nouveau taux les textes l’appellent épikatallagè (ἐπικαταλλαγή), non point « bénéfice de change », comme avait cru l’établir déjà R. Keil45 et comme en a entretenu le mirage R. Bogaert46, que tant de « spécialistes » ont suivi et suivent encore aveuglément, mais bien « réévaluation »47.

3. L’épikatallagè

  • 48 Les témoignages sont étudiés dans Marchetti, 2007.

17Le mot, qu’il ne faut surtout pas confondre avec katallagè ou allagè, est peu attesté : il revient trois fois à Delphes, se retrouve à Épidaure et dans un texte de Théophraste48, c’est-à-dire dans des documents datés, en gros, de l’époque d’Alexandre le Grand, avant de disparaître définitivement du vocabulaire grec et … des usages comptables, non sans avoir provoqué une révolution définitive de la métrologie monétaire grecque.

  • 49 Mais un emploi « tardif » au iiie siècle ne devrait pas surprendre non plus.
  • 50 On n’avait aucune raison, toutefois, de refondre des hémidrachmes produites au ive siècle celles qu (...)

18Qu’il ne soit attesté qu’au ive siècle49 ne doit pas surprendre : la « réévaluation » qu’il implique était nécessaire aussi longtemps qu’il fallait appliquer les nouvelles normes aux espèces accumulées dans l’encaisse en « argent ancien » identifiées comme « éginétiques » (statères et drachmes surtout)50. Plus le temps passait et plus celles-ci seront refondues pour produire ou des tétradrachmes attiques ou cette nouvelle dévaluation à la mode qu’était devenue la drachme « corinthienne ». La lente disparition de l’étalon éginétique est un fait avéré, que seul un mauvais usage (le recours à l’appellation d’éginétique réduit) a laissé se prolonger au-delà de ce que les textes autorisent, car on se doit de constater que le tétradrachme attique et la drachme corinthienne sont bien au iiie siècle, dans le Péloponnèse et en Grèce centrale notamment, les dénominations monétaires désormais en usage, les statères anciens disparaissant progressivement et définitivement de l’horizon monétaire. Mais à côté de ces espèces à la mode d’autres aussi vont se populariser, telle la « drachme attique de poids réduit » qui pesait au plus haut 3,9 g et non plus 4,35 g. Cette drachme « attique réduite » peut surprendre a priori, elle n’en est pas moins une conséquence directe de l’épikatallagè décidée en 335.

  • 51 Ce qu’a amplement démontré Van Driessche, 2009, p. 101-112. Sur ce qui concerne la masse du chalque (...)
  • 52 Il est particulièrement important sur ce plan de ne pas confondre la masse (stathmos) et le décompt (...)
  • 53 Avant de passer finalement à 12 chalques, plus légers désormais, comme les comptes de Délos le révè (...)
  • 54 Nous renvoyons à la démonstration donnée dans Marchetti, 2007, p. 83-85. Ajoutons ici que l’obole e (...)
  • 55 Dont on est surpris que ne parlent pas Le Rider et de Callataÿ, 2006, p. 36. Voir e.a. Mørkholm, 19 (...)
  • 56 Nous avons d’abord envisagé, Ch. Doyen et moi-même, d’en exposer les résultats dans un volume commu (...)

19On a intérêt, pour évaluer correctement la portée de l’épikatallagè, d’introduire à l’équation qu’elle implique la monnaie de bronze, plus précisément le chalque qui jusqu’en 335 devait correspondre à un module théorique de 9,06 g51. Par suite de l’épikatallagè, dans l’hypothèse où les oboles éginétiques résiduelles sont restées fixées à 12 chalques d’une telle masse théorique (ce que l’on peut aisément vérifier à Épidaure autant qu’à Delphes), on doit en compter 5400 à la mine « attique » pleine de 435 g (dont la masse52 correspond désormais à 75 drachmes éginétiques de l’encaisse en argent « ancien », des drachmes de 5,8 g), soit le calcul suivant : 12 (chalques) × 6 (oboles) × 75 (drachmes) = 5400 chalques. Du coup l’obole attique (600 à la mine) doit compter, juste après l’épikatallagè, non plus huit chalques, mais bien neuf53 (5400 : 600), soit à la drachme 54 chalques (6 × 9). Il en résulte de facto que le ratio argent-bronze est alors fixé à 112,5, comme il ressort du calcul suivant : avec un chalque de 9,06 g, 5400 ch. pèsent 48924 g ou 48,924 kg ; la masse en argent correspondante étant de 435 g, le ratio qui en découle est de 48,924 : 435 = 112,5 (112,4689…). Ce ratio est indirectement confirmé par Théophraste puisque grâce à lui nous savons que l’épikatallagè a bien eu des conséquences de ce type sur la contrepartie en bronze des oboles54. Si l’on applique le nouveau ratio à une drachme « d’argent attique » qui resterait fixée à 8 chalques à l’obole, il faut alors nécessairement réduire son poids d’argent à : (4,35 × 100) : 112,5 = 3,86 g, ce qui est, ni plus ni moins, que l’étalon des drachmes dites « attiques réduites », un poids bien attesté après 336 en maints endroits, mais surtout en Égypte où une telle masse de la drachme a servi d’étalon pour le « statère » pros argyrion de 15,7 g, celui de la première réduction du monnayage ptolémaïque en argent55, dont nous ferons l’un des objets d’étude du troisième tome des Études de métrologie grecque56.

4. Problèmes comptables dérivant de l’épikatallagè

  • 57 Elle tombe alors, dans le décompte de l’éginétique ancien, à une masse théorique de 406 gr. env. (5 (...)
  • 58 Voir Marchetti, 2007, p. 71-72.
  • 59 Là-dessus CID II, p. 210-211.

20Après l’épikatallagè les décomptes attique et éginétique restent appliqués pendant quelques années encore, parce que la promulgation de l’épikatallagè n’a pas été suivie d’une péréquation générale des comptes : en lieu et place on a créé trois encaisses particulières (éginétique ancien, amphictionique et attique) additionnées dans un grand total. D’où une conséquence étonnante : bien que la mine en éginétique ancien soit comptée à 70 drachmes éginétiques et qu’elle ne pèse plus le même poids57 que la mine attique, de 435 gr., qui, elle, sert aussi de référence pour les encaisses en amphictionique et en attique, on les additionne néanmoins à parité58. Et cette pratique singulière est directement confirmée dans les comptes eux-mêmes puisqu’au niveau des calculs à la pièce, quand il faut convertir les drachmes attiques pour les intégrer au grand total, on leur applique le taux qui résulte de l’épikatallagè ; à ce niveau, et à ce niveau seulement, on les compte à leur valeur réelle de 10 drachmes attiques pour 7,5 éginétiques. Ainsi, pour prendre un exemple, à la fin de la session-printemps de l’archontat de Dion (CID II 76 III, 44), l’encaisse en attique de 53D et 2O est comptée comme équivalente à 20S ou 40D éginétiques, soit au taux de 7,5-10, et non à 37D 2O, comme cela résulterait de l’application du taux 7-10, comme l’a fort bien expliqué J. Bousquet59 avec lequel nous avions tout vérifié.

  • 60 Le statère de bronze attique pèse 870 g de bronze, cf. Van Drieesche, 2009, p. 73-74 et 93-94 ; sa (...)

21Quand après l’épikatallagè les trésoriers continuent d’additionner mines et talents, qu’ils soient attiques, amphictioniques ou éginétiques « anciens », ils empilent donc des talents et des mines de masses différentes, avec d’un côté des mines « anciennes » comptées (ἀριθμῶι) à 70 drachmes, intégrées à l’argyriou palaiou logos, et, de l’autre, des mines « amphictioniques » qui, en masse (σταθμῶι), correspondent à 75 drachmes « anciennes », ce qui va provoquer des complications inattendues au niveau des décomptes des monnaies d’or, suite à l’excès de zèle des trésoriers. Car le statère60 d’or, dont la valeur était fixée dans l’étalon attique (un chrysous = vingt drachmes), était intégré, comme nous l’apprend le compte de Dion, dans l’encaisse en argent ancien, où les mines étaient comptées pour 70 drachmes éginétiques. À la pièce toutefois les statères d’or qui, avant l’épikatallagè, valaient 20 drachmes attiques, donc 7 statères ou 14 drachmes, devaient s’échanger, après l’épikatallagè, à 15 drachmes éginétiques. Le double décompte de la mine (en argent ancien = 70 drachmes éginétiques, en argent attique = 100 drachmes attiques) a ainsi entraîné, nous allons le voir, de curieuses péripéties dans la comptabilité des trésoriers à l’époque des archontats de Caphis et de Théon.

5. Les mouvements de caisse en monnaies d’or et les couronnes d’Olympias61

  • 61 Nous n’encombrerons pas ici l’analyse en y intégrant la comptabilité des naopes comme a malencontre (...)

On lit dans le compte de l’archonte Caphis (CID II 97, 5-8) :

... καὶ τῶν δαρεικῶν [τῶ]ν εἰς τοὺς στεφά-
[νο]υς, οὗ έχρησάμεθα παρὰ τῶμ πρυτανίων, Ὀλυ[μπιά]δι, vac. 11 l.
[δα]ρεικῶν ἑκατὸν ἐνενήκοντα, ἐπικαταλλ[αγ]ὴ ἐγένετο στατῆρες
[ἐν]ενήκοντα πέντε.

  • 62 Sosin, 2000 (tout l’article, très brouillon, concerne ce problème). Au même moment, Vitiello, 2000, (...)
  • 63 Contentons-nous de renvoyer, exempli gratia, au chapitre de Le Rider, 2001, p. 260-266.

22Aucun texte ne pose autant de problèmes à la fois : s’agit-il d’un « emprunt » que font les trésoriers pour le remettre à la reine ? Keil et Bogaert l’interprétaient en ce sens et concluaient que l’épikatallagè inscrite par les trésoriers était le bénéfice qu’ils prenaient au passage : les 190 dariques valaient 7 statères mais ils auraient été « vendus » à 7,5, l’épikatallagè de 95 statères – qui correspond à la différence entre ces deux pseudo-cours (officiel et commercial) – ayant été inscrite comme recette. J. Sosin62 a, assez récemment, prolongé cette malheureuse interprétation qui fait ci et là l’objet d’enseignements magistraux63. Mais ils n’avaient pas vu ni compris que les 190 dariques revenaient en caisse, deux ans plus tard, sous l’archonte Théon, au tarif de 7 statères le darique, ce qui ruinait d’emblée leur analyse. Voici le passage du compte de Théon (CID II 102 II A, 5-15) :

5

[Δοκι]μεῖον ἀπὸ τοῦ κ[ρατῆρος ...

Δ[αρ]εικοὶ ἑκατὸν ἐνενή[κοντα ἐν ἑπτὰ στατῆρσι]

[ἠρι]θμημένοι.

8

[Ἄλ]λοι δαρεικοὶ τριάκοντα ἐν ἑ[πτὰ καὶ δραχμῆι]

[ἠρι]θμημένοι.

[Κ]αὶ δοκιμεῖον ἀπὸ τοῦ περιραντηρίου∙

[δ]αρεικός □ Ἀριθμεῖται δὲ ὁ δαρεικὸς ἐ[ν ἑπτὰ]

12

[κ]αὶ δραχμῆι. Τὸ δὲ ἄλλο πᾶν καλόν.

14

[Τ]ούτων ἀπέχεται∙ μναῖ ἐννέα, στατῆρε[ς]

τριάκοντα, ὀβολοὶ τρεῖς, χαλκοῖ τέσσαρ[ες]

23Les mêmes dariques se retrouvent encore, sous forme d’espèces réelles distinctes, dans l’encaisse de début de printemps du même archonte Théon, la brillante et incontestable restitution des lignes 34-46 de la col. IIA proposée dans CID II ne laissant aucun doute là-dessus, les deux passages devant se lire en miroir :

34

Ἐλείπετο [τοῖς τ]αμίαις ἐπ-

[ὶ] τῆς ὀπωρινῆς πυλαίας τῆς ἐπὶ Θ[έωνος∙ τ]άλαντα πε-

36

ντή[κ]οντα ὀκτώ, μναῖ πεντήκοντ[α τέτταρ]ες, στατῆρ<ε>-

ς δέκα ὀκτώ, δραχμή, χαλκοῖ πέν[τε∙ τούτου] χρυσοῖ δι-

ακόσιοι εἴκοσι εἷς ∙ τούτω.ν. [οἱ μὲν ἑκατὸ]ν ἐνενήκο-

[ντα ἐν ἑ]πτὰ στατῆρσι, λε[λογισμένοι ἦσα]ν, οἱ δὲ τρι-

40

[άκοντα] καὶ εἷς ἐν ἑπτὰ κ[αὶ δραχμῆι. Γίνετ]αι δὴ τούτ-

[ων ἀργυρίου] μναῖ τεττα[ράκοντα τέτταρ]ες, στατῆρ-

[ες εἴκοσι δύο, δραχμ]ή ∙ λ[ελόγισται οὗν το]ῦ μὲν ἀ[ργυ]-

[ρίου σύμπασα τιμή, ἀφαιρεθείσης τῆς τ]ιμῆς τ[οῦ χρ]-

44

[υσίου, τάλαντα πεντήκοντα ὀκτώ, ,ναῖ ἐ]ννέα, σ[τατῆ]-

[ρες τριάκοντα εἷς, χαλκοῖ πέντε∙ χρυσο]ῖ δὲ δι[ακόσ]-

[ιοι εἴκοσι εἷς ...]

24On relèvera, aux ll. 38 et 45-46, la mention des 221 dariques qui ne sont autres, bien sûr, que les 221 dariques du haut de la même colonne (passage cité précédemment).

  • 64 CID II, p. 205, et Bousquet, 1988, p. 131-132.

25Que s’est-il donc passé ? Le datif Olympiadi du compte de Caphis n’est pas simple à comprendre : la reine a-t-elle emprunté ces dariques pour faire fondre des couronnes en l’honneur de son fils, ou, ainsi que l’a proposé J. Bousquet64 sur une suggestion de Tréheux inspirée de circonstances comparables à Délos, serait-ce l’amphictionie qui aurait décidé de fondre des couronnes en l’honneur d’Olympias avant d’y renoncer en raison de circonstances devenues défavorables (nous sommes à la fin du règne d’Alexandre et la Grèce est effectivement en ébullition). Pour y voir clair procédons avec ordre, en tenant compte de ce qui a été établi jusqu’à présent.

  • 65 La « réévaluation » à la pièce étant considérée comme une plus-value sur la valeur du lot et dès lo (...)

26Il est aisé de comprendre que les dariques avaient été comptés, avant Caphis, à 14 statères parce qu’ils étaient inscrits pour ce montant dans l’encaisse en argent ancien, déposée à la ville de Delphes et confiée à la garde des prytanes, comme c’était le cas pour les philippeioi chrysoi remis aux naopes sous Dion (voir passage cité supra). C’est donc chez les prytanes qu’on les prélève pour la valeur qui est la leur dans le décompte en argent ancien, soit à 7 statères le darique. En les retirant les trésoriers réajustent leur cours, d’où l’inscription de l’épikatallagè, qui est d’abord et avant tout un réajustement de leur valeur comptable au moment où les trésoriers vont en faire usage sans en aliéner la propriété. Comme l’épikatallagè n’est en aucune manière un bénéfice de change, mais bien une réévaluation, c’est une lourde erreur d’interpréter la manipulation dont le compte Caphis fait état comme s’il s’agissait d’une « vente » avec bénéfice65. Il ne s’impose pas non plus d’interpréter echrèsametha dans le sens d’un « emprunt ». Il s’agit d’un prélèvement de tout l’or disponible à ce moment, puisque le partitif du pronom relatif montre bien que les 190 dariques ne constituent qu’une partie de l’or destiné aux couronnes.

27Les dariques étant restés en possession de l’amphictionie, il n’est pas a priori étonnant de les retrouver deux ans plus tard sous l’archonte Théon où ils sont, sans surprise, accompagnés de 30 autres dariques, ces derniers constituant le complément dont avaient besoin les trésoriers de Caphis pour les couronnes d’Olympias. Ces 30 dariques sont comptés à 7,5 statères parce qu’ils ont été achetés à la pièce à ce prix-là. Le seul problème à résoudre porte sur la valeur des 190 dariques que les trésoriers avaient prélevés dans leur caisse et qui, eux aussi, devraient valoir à la pièce 7,5 statères puisque leur valeur avait précisément été réajustée sous Caphis. Or ce n’est pas le cas. Pourquoi ?

  • 66 Bousquet, 1988, p. 179-188, et CID II, 100. La récolte a rapporté plus de 37 talents, comme nous le (...)

28L’année qui précède Théon l’encaisse avait considérablement fondu par suite de très lourdes dépenses, au point que l’amphictionie avait imposé une contribution exceptionnelle à ses membres dont l’inventaire est dressé dans le « compte en statères » de l’archonte Achaiménès66. La réduction drastique des fonds disponibles avait amené les trésoriers à vérifier leurs comptes et à dresser l’inventaire des monnaies réellement disponibles. C’est à cette occasion qu’ils durent s’aviser de ce que les plus values inscrites çà et là au titre de l’épikatallagè avaient généré de fausses recettes, comme celle inscrite sous Caphis : en réévaluant les encaisses d’or au fur et à mesure des prélèvements, et en inscrivant la différence en recette, comme nous le voyons faire sous Caphis, les trésoriers par excès de zèle avaient gonflé artificiellement l’encaisse argent, d’une drachme par chrysous (soit la différence entre 14 et 15 drachmes par philippe ou darique), en négligeant le fait que l’or était compté, « chez les prytanes », dans l’argyriou palaiou logos à raison de 5 chrysoi par mine. Ce décompte, avant comme après l’épikatallagè, était strictement correct : le chrysous, en mine attique, a toujours valu un cinquième de mine. Le compte de Dion (CID II 76 II, 9-13) l’enseigne de manière limpide : le chrysous y est évalué à 7 statères, mais la valeur finale de l’or eis argyriou palaiou logon est comptée en mines (30 mines pour 150 chrysoi).

  • 67 Nous mettons ainsi un point final à l’analyse (en partie inexacte, cf. Bousquet, 1988, p. 137) prop (...)

29Sous Caphis en ajustant la valeur du chrysous à la pièce, on avait artificiellement gonflé sa contrepartie en mines : 190 dariques à 5 dariques à la mine font 38 mines qui en valeur comptable valent 38 × 70 : 2660 drachmes. Mais calculées à la pièce en éginétique, 190 dariques font : 190 × 15 dr. = 2850 dr, autrement dit 40 mines et 50 drachmes, soit 38 mines et un supplément de 190 drachmes, 190 drachmes purement fictives puisque les mêmes 190 dariques ne pouvaient figurer dans le grand total que pour 38 mines, ni plus ni moins. C’est parce que sous Caphis ces 190 drachmes ont été, par excès de zèle, ajoutées comme « recette » de l’encaisse argent, une recette inexistante en réalité, qu’il a fallu rectifier sous Théon, quand on a apuré les comptes en vérifiant notamment la valeur réelle des dokimeia : lors de cette vérification les trésoriers ont dû constater que ces 190 drachmes n’existaient pas, tout simplement. Il leur fallait alors rendre compte de l’erreur. Nous allons voir comment ils l’ont signalée. Mais avant cela il convient encore de constater que le réajustement comptable opéré sous Théon concernait plus de postes que les seuls dokimeia du haut de la colonne IIA : ce qu’on y lit vient à la suite de plusieurs dizaines de lignes manquantes au bas de la colonne I où l’on peut encore arracher à la pierre d’autres mentions de chrysoi. On peut en conclure que dans le long passage perdu de la colonne I, ont dû être passés en revue tous les mouvements de caisse antérieurs, réalisés notamment en monnaies d’or depuis 336, pour corriger, chaque fois où cela s’est avéré nécessaire, les erreurs comptables commises par les prédécesseurs des trésoriers de l’archontat de Théon. La différence ne pouvait être qu’une correction à la baisse67 : elle a été précisément récapitulée globalement comme apousia aux lignes 14-15 de la colonne IIA, qu’il vaut la peine de reproduire à nouveau :

14

[Τ]ούτων ἀπέχεται ∙ μναῖ ἐννέα, στατῆρε[ς]

τριάκοντα, ὀβολοὶ τρεῖς, χαλκοῖ τέσσαρ[ες].

  • 68 Il eût assurément évité alors de trop spéculer sur les rôles respectifs des prytanes et des trésori (...)
  • 69 Remarquons toutefois que quatre chalques font 1/3 obole et que 3 oboles quatre chalques peuvent s’é (...)

30Ce passage, sur lequel J. Bousquet ne s’est pas attardé68, est pourtant décisif : la somme qu’on y lit peut se transcrire en 690 drachmes (9 mines, 30 statères), 3 oboles et 4 chalques. Si l’on néglige pour l’instant les 3 oboles et 4 chalques, 690 drachmes peuvent correspondre à l’excès comptable portant sur 690 chrysoi qui auraient été inscrits à raison de 5 chrysoi à la mine et indûment réévalués à raison de 15 drachmes éginétiques au lieu de 14. De ces 690 chrysoi potentiels nous en identifions clairement 190 : ce sont les 190 chrysoi du compte de Caphis (97, 4-9), qui se retrouvent sous Théon (CID II 102, col. IIA, 6-9). 500 autres chrysoi dépensés ont pu avoir été de la même manière indûment réévalués et signalés pour correction au bas de la colonne I du compte. L’apousia mentionnée ensuite est en tout cas à comprendre comme un « manque » à retrancher de l’encaisse globale : aux montants de cette apousia correspondent autant d’épikatallagai indues, dont celle des 190 dariques. Elle concerne certainement des évaluations incorrectes de monnaies, d’or essentiellement, inscrites dans l’encaisse en argent ancien, mais pas nécessairement d’évaluations inappropriées de monnaies d’or uniquement, car le calcul d’apousia s’achève par 3 oboles et 4 chalques. Un tel montant ne peut simplement s’expliquer par la différence qui sépare l’estimation de chrysoi, soit une drachme éginétique par pièce69.

  • 70 Nous retrouvons de tels objets dans les derniers comptes de trésoriers, d’après Alexandre (CID II 1 (...)

31Des opérations de correction comptable effectuées sous Théon, nous pouvons encore observer ceci : au printemps de l’archontat où l’on ventile, après la correction de l’apousia, les deux encaisses or et argent, il reste dans l’encaisse or les 221 chrysoi énumérés en haut de la colonne IIA, où ils sont identifiés sous la rubrique dokimeion, en deux ensembles, le premier de 190 + 30 dariques, le second affecté à un périrhantérion. Ces « dokimeia » ne peuvent être que des monnaies d’or réservées pour la fonte, dont le capital sous forme d’objet précieux restait la propriété du sanctuaire, des hièra chrèmata70. C’est ce que confirme le lien qui s’établit entre les 190 dariques du compte de Caphis et ceux du compte de Théon. Ils étaient, nous le savons par le compte de Caphis, destinés à être fondus pour faire des couronnes (passage cité supra). Le même texte nous apprenait que ce lot ne suffisait pas. Nous savons par Théon qu’on y avait ajouté 30 autres dariques, celles précisément achetées à 7,5 statères, soit pour 6 mines attiques réelles (600 drachmes attiques × 7,5/10 = 450 drachmes éginétiques ou 6 mines et 30 drachmes éginétiques, à raison de 70 drachmes éginétiques à la mine éginétique), c’est-à-dire à leur valeur marchande de 15 drachmes éginétiques. C’est ici que l’on saisit toute la différence entre la valeur comptable des chrysoi entrés dans les caisses de l’Amphictionie avant l’épikatallagè et la valeur vénale des mêmes chrysoi achetés après l’épikatallagè.

  • 71 Comme, en améliorant notamment Marchetti, 1977, p. 154, J. Bousquet a fini par le conclure, dans CI (...)
  • 72 Il en existe dans d’autres comptes, voir l’index de CID II.
  • 73 Ce qui est pour moi d’autant plus incompréhensible qu’il avait parfaitement compris le sens à donne (...)

32Comme les 221 chrysoi, inscrits au titre de dokimeia, se retrouvent dans la comptabilité de la session-printemps sous la forme de 221 chrysoi réels, une conclusion s’impose : bien que destinés à être fondus (dokimeion), ils ne l’ont pas été. Pourquoi sont-ils inscrits au nombre des dokimeia ? Un dokimeion, dans les comptes en général, est normalement attaché à un objet précieux et se présente habituellement sous la forme de monnaies résiduelles non fondues, conservées pour d’éventuelles réparations71 (ce qui semble bien être le cas pour le darique du périrrhantérion), plutôt que sous la forme des objets précieux eux-mêmes. En l’occurrence l’importance du dokimeion ici en cause (220 dariques) qui est clairement à rattacher aux couronnes d’Olympias, révèle tout simplement que les couronnes n’ont pas été fondues : le résidu d’une fonte qui n’a pas eu lieu est ici ni plus ni moins que le capital tout entier destiné originellement à la fonte. Il n’y a donc pas à hésiter sur le sens de l’expression à restituer à la ligne 1 de la colonne IIA où on lit dokimeion apo tou K…, pour introduire la mention des 220 dariques des couronnes. Il ne peut y être question que des couronnes – cette rubrique introduit la mention des dariques eis tous stephanous – et certainement pas d’un cratère d’argent72, qu’a malheureusement repris J. Bousquet73 !

  • 74 Sur ce point nous voilà enfin d’accord (voir Bousquet, 1988, p. 137, n. 56).

33Il apparaît en tout cas clairement que les couronnes programmées sous Caphis n’ont pas été réalisées, comme l’avait très justement pressenti J. Bousquet74, et les deux lots (190 + 30) ont réintégré la caisse amphictionique à leur juste valeur comptable. Celle-ci une fois réajustée définitivement, l’encaisse or et l’encaisse argent ont pu être distinguées définitivement, non plus sous forme comptable, mais sous leur forme réelle : les espèces en argent d’un côté, celles en or de l’autre, comme le révèle la comptabilité de la session de printemps, où 221 dariques se retrouvent bel et bien sous la forme de chrysoi, après avoir été correctement retirés de l’encaisse en argent (voir passage cité plus haut). Et cette remise en ordre générale explique aussi pourquoi à partir de Théon, l’encaisse argent est unique, à la différence de tout ce qui s’était produit précédemment : toutes les pièces qui la constituent désormais sont comptées à leur valeur réelle. Nous entrons dans une nouvelle période.

Haut de page

Bibliographie

Amandry, P. et Hansen, E, Le temple d’Apollon du ive siècle (Fouilles de Delphes II 14), Athènes.

Bogaert, R., 1968, Banques et banquiers dans les cités grecques, Leyde.

Bommelaer, J. F., 2008, Delphica 1, À nouveau les comptes de Delphes et la reconstruction du temple d’Apollon au ive siècle av. J.-C., BCH 132, p. 221-255.

Bousquet, J., 1988, Études sur les comptes de Delphes (BÉFAR, 267), Athènes-Paris.

CID = Corpus des Inscriptions de Delphes :

II : Bousquet, J., Les comptes du ive et du iiie siècle (Paris, 1989).

IV : Lefèvre, F., Documents amphictioniques (Paris, 2002).

Croissant, F., 2003, Les Frontons du temple du ive siècle (Fouilles de Delphes IV 7), Athènes.

de Callataÿ, F., 1997, Recueil quantitatif des émissions monétaires antiques hellénistiques, Wetteren.

Keil, B., 1902, Von delphischem Rechnungswesen, Hermes, 37, p. 511-529.

Kinns, Ph., 1983, The Amphictionic Coinage Reconsidered, NC, 143, p. 1-22.

Kritzas, K. B., 2009, Οβολοί Αργολικοί, dans S. Drougou et al. (éd.), Κερμάτια Φιλίας. Τιμητικός τόμος για τον Ιωάννη Τουράτσογλου, I, Athènes, p. 9-23.

Lampropoulos, A, 1896, Ἀρχαία ἑλληνικὰ νομίσματα εὑρέθεντα έν Μυκήναις, dans Ἐφήμερις Ἀρχαιλογική, περ. 3η (1896-1897), p. 137-199.

Lefèvre, Fr., 1998, L’amphic­tionie pyléo-delphique : histoire et institutions (BÉFAR, 298), Paris.

Le Rider, G., 1977, Le monnayage d’argent et d’or de Philippe II frappé en Macédoine de 359 à 294, Paris.

Le Rider, G., 2001, La naissance de la monnaie grecque. Pratiques monétaires de l’Orient ancien, Paris.

Le Rider, G. et de Callataÿ, Fr., 2006, Les Séleucides et les Ptolémées. L’héritage financier et moné­taire d’A­lex­andre le Grand, Paris.

Marchetti, P., 1977, À propos des comptes de Delphes sous les archontats de Théon (324/3) et de Caphis (327/6), BCH, 101, p. 133-164.

Marchetti, P., 1988, Les cours de l’attique et de l’éginétique et les rapports or-argent dans les comptes de Delphes, dans D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventaires dans la cité grecque. Actes du colloque de Neuchâtel en l’honneur de J. Tréheux, Genève, p. 103-110.

Marchetti, P., 1998, Note sur la date des archontes de Delphes de 346 à 336, Topoi, 8, p. 167-172.

Marchetti, P., 1999a, Autour de la frappe du nouvel amphictionique, RBN 145, p. 99-113.

Marchetti, P., 1999b, Révision des comptes à apousiai (CID II 75-78), BCH, 123, p. 406-407.

Marchetti, P., 2002, En relisant les comptes de Delphes autour de l’archonte Palaios, BCH 126, p. 59-72.

Marchetti, P., 2007, L’épikatallagè à Delphes, à Épidaure et chez Théophraste, dans Gh. Moucharte et al. (éd.), Liber Amicorum Tony Hackens (Numismatica Lovaniensia 20), Louvain-La-Neuve, p. 67-86.

Melville Jones, J. R., 1979, Darics at Delphi, RBN, 125, p. 25-36.

Mørkholm, O., 1991, Early Hellenistic Coinage. From the Accession of Alexander to the Peace of Apamea (336-188 B.C.), Cambridge-New York-Port Chester-Melbourne-Sydney.

Picard, O., 1988, Les comptes à apousia, dans D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventaires dans la cité grecque. Actes du colloque de Neuchâtel en l’honneur de J. Tréheux, Genève, p. 103-110.

Psoma, S. 2009, La Grèce et les Balkans, dans M. Amandry et D. Bateson (éd.), A Survey of Numismatic Research 2002-2007 (International Association of Professional Numismatists, Special Publication, 15), Glasgow, p. 46-64.

Psoma, S., 2001, Olynthe et les Chalcidiens de Thrace. Études de numismatique et d’Histoire, Stuttgart.

Roux, G., 1979, L’amphictionie, Delphes et le temple d’Apollon au ive siècle, Lyon.

Sosin, J. D., 2000, Agio at Delphi, NC, 160, p. 67-80.

Troxell, H. A., 1997, Studies in the Macedonian Coinage of Alexander the Great (Numismatic Studies 21), New York.

Van Driessche, V., 2009, Études de métrologie grecque, volume I. Des étalons pré-monétaires au monnayage en bronze, Louvain-La-Neuve.

Vitiello, M., 2000, Metrologia ed epigrafia a Delfi e Delo, AIIN, 47, p. 169-187.

Haut de page

Notes

2 La manière désinvolte dont Psoma, 2009, p. 54-55, rend compte des travaux de fond sur ce sujet le démontre sans ambages !

3 Voir Marchetti, 1998, Marchetti, 2002, p. 61-66, Bommelaer, 2008, p. 226-227.

4 Marchetti, 1999b, et Marchetti, 2002, p. 70-72.

5 Marchetti, 2007, après Marchetti, 1988, p. 106-110.

6 Comme en témoigne le mémoire de Bommelaer, 2008. On ne peut manquer de souligner les nombreuses références aux comptes que l’on relève dans Amandry et Hansen, 2010, mais aussi chez Croissant, 2003, p. 144-145 notamment. Le récent travail de Virginie Mathé sur le coût des constructions de Delphes, d’Épidaure et de Délos, à partir des comptes des ive et iiie siècles, et présenté, en 2010, comme thèse de troisième cycle à l’Université de Lyon (promoteur : J.-Ch. Moretti), est particulièrement ambitieux à cet égard. Nous en espérons une publication rapide.

7 Il m’est très agréable, puisque j’évoque ici leurs travaux, de remercier chaleureusement pour leurs critiques et leur relecture Ch. Doyen et Véronique Van Driessche.

8 Dont on peut suivre les étapes en lisant dans l’ordre chronologique les diverses études que j’ai proposées et qui sont ici reprises dans la bibliographie.

9 CID II, p. 210-211. Elles s’inscrivent dans ce qui avait été constaté à Neuchâtel (Marchetti, 1988) et sont prolongées par Marchetti, 2007.

10 CID II, p. 205-206.

11 Les comptes de la créance (CID II 31-32) ne sont pas significatifs, car leur gravure et la révision dont ils font état datent de la fin du ive siècle, c’est-à-dire d’une époque où la comptabilité des trésoriers a définitivement imposé le décompte TMSO. Sur cette manière d’écrire, voir Bousquet, 1988, p. 191. On relèvera toutefois que les prytanes delphiques recouraient au système TMSO avant la création des trésoriers et que ce sont donc les prytanes qui ont dû imposer ce système aux trésoriers, cf. Id., p. 194, 277-278, notamment.

12 L’acte de fondation est partiellement conservé (CID II, 74 = CID IV 9).

13 Picard, 1988, p. 98-99, pour le sens de l’expression et de l’opération qu’elle implique. Il n’y eut qu’un compte à apousia et non trois comme le laisse entendre le CID II, qu’il faut donc lourdement corriger sur ce point, cf. là-dessus Marchetti, 1999b, p. 408-419.

14 Le décompte descend jusqu’à l’obole, mais la somme est globalisée, indépendamment des dénominations frappées. Nous avons toutefois retrouvé des statères, des drachmes, des oboles …, cf. l’inventaire donné par Kinns 1983.

15 Que la somme inscrite sous Dion-printemps doive être identique à celle reportée dans le compte à apousia (CID II 75, 50-51) ne peut faire de doute (voir Marchetti, 1999b, p. 415-417), bien que des erreurs de lapicides - corrigées dès l’Antiquité - laissent planer quelque incertitude sur la manière dont il convient de rétablir les chiffres précis. D’intéressants développements sur cette question seront fournis par Ch. Doyen, qui reprendra l’analyse en détail.

16 CID II 75 I, 28-30 et II, l. 9-13, 19-21, notamment. Pour les corrections à apporter au Corpus voir Marchetti, 1999b.

17 En ce compris dans le compte à apousia.

18 CID II, 76 I, l. 1-10.

19 Ibid., l. 1-2.

20 Soit 36T, 38M, 32S, 2O, cf. CID II 76 I, 5-7.

21 On devait attendre la fin du premier contrat de Dexios avant de livrer le reste de l’encaisse à l’atelier après vérification de l’apousia pour ce second lot. Du moins peut-on penser qu’on avait dû le prévoir.

22 Expression interchangeable avec celle qu’on lit dans le compte de Caphis, CID II 97, 6 : παρᾲ τῶμ πρυτανίων, exception faite du génitif qui signale ici l’origine du prélèvement.

23 À la fin de la session-printemps de Dion, ainsi que l’enseigne le récapitulatif final, donné CID II 76 III, 32-47. À ce moment tout (συμπὰν κεφάλαιον) ce dont disposent les trésoriers (ἐλείφθη) est déposé παρὰ τῆι πόλει τῶν Δελφῶν.

24 Et confié à la garde des prytanes. Le rôle exact des prytanes, qui est assez limpide pour qui lit les comptes, a été passablement embrouillé par une controverse consécutive à une intervention inutilement polémique de G. Roux (Roux, 1979, p. 243-245, contre Marchetti, 1977, p. 160-164), à laquelle nous n’avons pas voulu répondre. J. Bousquet s’en est partiellement chargé dans BCH 109 [1985], p. 252-253 ( = Bousquet, 1988, p. 142-143), puis dans CID II, p. 147-148), en tenant le rôle de l’arbitre, mais en séparant malencontreusement les fonds gérés par les prytanes et ceux à disposition des trésoriers. Il est clair que les prytanes, quels que soient leur nombre (huit assurément) et leur fonction précise comme magistrats delphiques (nous attendons là-dessus le résultat des travaux de N. Kyriakidis), sont responsables des fonds amphictioniques déposés à la Ville de Delphes et, avant la création des trésoriers amphictioniques, jouaient – pour ce qui est de la mise à disposition des fonds amphictioniques – le rôle ensuite tenu par les trésoriers. Voir aussi Lefèvre, 1998, p. 260-263.

25 Comme sous Palaios, cf. CID II 38 (reçu sous cet archonte : 30 talents), le prédécesseur immédiat de Dion, cf. Marchetti, 1999b, p. 407-8, où nous signalons que le reste des recettes de cette session doit provenir d’eparchai.

26 Cf. CID II 39, où il faut, p. 75, corriger le commentaire de J. Bousquet : ce n’est pas Alexandre « qui a peut-être réduit l’amende à 10 talents », s’il faut entendre par là qu’il l’aurait fait dès son avènement, puisque sous l’archonte Dion qui succède tout juste à cet avènement l’amende est encore de 30 talents. Pour la date, probable, d’Ornichidas en 335/4, voir Bousquet, 1988, p. 57.

27 C’est évidemment le chiffre qu’il faut restituer à la fin du compte à apousia, cf. supra n. 15.

28 Les explications de J. Bousquet, CID II, p. 148, sont inutilement embrouillées, et surtout erronées en ce qu’elles reposent sur la conviction que l’amphictionique est la monnaie des trésoriers, tandis que l’argent ancien resterait dans la caisse des prytanes : « ils (les trésoriers) donnent T 44 M 18 S 15 ou 186 090 dr. ég. et reçoivent des prytanes en attique T 45 M 18 dr. 53 ob. 2. » Les comptes sont clairs : toute l’encaisse amphictionique (ancien, nouveau ou attique) est déposée παρὰ τῆι πόλει τῶν Δελφῶν, i.e. παρὰ τῶμ πρυτανίων, cf. n. 23.

29 Voir pour un aperçu d’ensemble de cette comptabilité des trésoriers, CID II, p. 231.

30 Soit la différence entre le montant initial du contrat (105T…) et la masse de 44T… remise non en amphictionique mais en attique, cf. Marchetti, 1999a, p. 109.

31 Comme envisagé par Kinns, 1983, p. 12-16, et qui sert désormais de base à l’évaluation des quantités frappées par coin monétaire.

32 Les plus prudents s’en tiennent donc à une estimation des coins, comme de Callataÿ, 1997.

33 Comme envisagé dans Marchetti, 1999b, p. 420-422 et Marchetti, 1999a, p. 109-113. Voir aussi Marchetti, 2007, p. 71 et n. 26.

34 Le compte de l’archonte qui se place entre Dion et Damocharès n’a pas été retrouvé. Le nom de l’archonte pourrait bien être Ornichidas sous lequel est attesté un versement phocidien, voir Bousquet, 1988, p. 57.

35 Voir le tableau CID II, p. 231.

36 Cf. Kritzas, 2009, p. 15. L’auteur propose d’identifier les espèces correspondant à l’argolique avec les statères au type d’Héra. Il est difficile de le suivre sur ce point : opposé à palaion, le mot argu(o)likon ne peut que renvoyer à un étalon, comme à Épidaure et à Délos. Nous reprendrons la question dans les Actes du Colloque d’Argos (26-29 mai 1911) consacré à La Monnaie dans le Péloponnèse (Obolos 10).

37 Lampropoulos, 1896. Poids vérifiés par nos soins au MN d’Athènes.

38 Le Rider, 1977, p. 362-363 notamment.

39 Voir par ex. Mørkholm, 1991, p. 8-9. L’usage en est très répandu et se révèle avoir été littéralement catastrophique pour une perception correcte des étalons monétaires antiques. Le prétendu didrachme en éginétique réduit (dit aussi « corcyréen ») se présente bien plutôt comme un tétradrachme « corinthien ».

40 À partir de quoi on peut résolument dater de la troisième guerre sacrée au plus tard la réduction des standards éginétiques.

41 Comme nous l’avons signalé dans Marchetti, 2007, p. 76.

42 Et le compte à apousia révèle que l’on avait soigneusement tout pesé pour évaluer le manque, cf. Picard, 1988.

43 C’est donc une hérésie historique que d’utiliser les textes antérieurs à cette date, comme les listes de contributions, pour y rechercher une application du taux de 7,5-10, comme on l’a pourtant fait, à la suite de R. Bogaert, jusqu’à J. Bousquet lui-même, par inadvertance assurément, cf. Bousquet, 1988, p. 108. Voir Marchetti, 2007, p. 76-78.

44 Comme y avait attiré l’attention J. Bousquet, dans CID II, p. 210, sept lignes avant la fin de la page, cf. infra, p. 143.

45 Keil, 1902, p. 513-515 (on lui doit la restitution du nom de la reine).

46 Bogaert, 1968, p. 48 et 111 notamment.

47 Marchetti, 1988, p. 109, cf. CID II, p. 210.

48 Les témoignages sont étudiés dans Marchetti, 2007.

49 Mais un emploi « tardif » au iiie siècle ne devrait pas surprendre non plus.

50 On n’avait aucune raison, toutefois, de refondre des hémidrachmes produites au ive siècle celles qui s’alignaient déjà sur la masse de la drachme corinthienne, comme les loups « légers » d’Argos ou les drachmes frappées par les Locriens d’Oponte. Pas davantage non plus les hémidrachmes anciennes que la circulation avait allégés.

51 Ce qu’a amplement démontré Van Driessche, 2009, p. 101-112. Sur ce qui concerne la masse du chalque de bronze, que d’erreurs propagées ! Notamment celle qui consiste à identifier comme chalque (et non comme division du chalque) la plus petite dénomination frappée dans un ensemble monétaire. En si grand nombre qu’elles freinent et freineront longtemps encore une plus juste perception des réalités monétaires. Nous ne nous y attarderons pas ici, en réservant l’analyse des conséquences de l’épikatallagè à ce niveau aux volumes qui succèderont prochainement à celui de Van Driessche, 2009, et qui sont déjà largement écrits.

52 Il est particulièrement important sur ce plan de ne pas confondre la masse (stathmos) et le décompte (arithmos), les comptes de Delphes prenant soin, quand c’est nécessaire, de préciser si talents et mines correspondent à la masse ou au nombre. Par ailleurs, il vaut la peine d’insister sur ceci : des décomptes de la mine à 70 drachmes ne signifient pas qu’au-delà du ive siècle, l’étalon éginétique survivrait. L’évolution de la métrologie grecque est moins statique qu’on le pense et bien des pièges s’y cachent. Pour riche qu’il soit, l’inventaire de sources dressé par Psoma 2001, p. 121-136, n’évite pas ces pièges. Pour passer des chalques du ive siècle aux dichalka et trichalka de Vitruve (III 1, 7), le chemin est beaucoup plus long et plus tortueux qu’il y paraît.

53 Avant de passer finalement à 12 chalques, plus légers désormais, comme les comptes de Délos le révèlent sans le moindre doute et auxquels on n’a pas accordé l’importance qu’ils méritaient (voir Psoma, 2001, p. 134). Nous nous contenterons ici de renvoyer au travail (encore inédit) de Véronique Chankowski, Παράσιτοι τοῦ θεοῦ. Pratiques financières et vie économique dans la Délos hellénistique (thèse d’habilitation), Paris, 2011, p. 162-168. Il est réellement catastrophique de ne pas intégrer comme il se doit la leçon des comptes de Délos et de continuer à propager l’idée que durant l’époque hellénistique le décompte à 12 chalques l’obole prolongerait la vie de l’étalon éginétique, tandis que les décomptes à 8 chalques seraient caractéristiques de l’étalon attique. Il est tout aussi malencontreux qu’on ait interprété un peu vite le compte en statères des Pythia (CID II 139) comme une preuve du maintien d’un statère éginétique et d’une obole éginétique à 12 chalques. En réalité les statères des Pythia delphiques ne sont pas nécessairement des statères éginétiques. Il est une autre espèce qui pourrait faire un candidat tout désigné pour prendre la place de ces anciens statères : le statère corinthien qui équivaut à un tridrachme de 6 oboles de 8 chalques réduits ; par lui pourrait s’établir, après la disparition de l’éginétique, une équation limpide entre l’attique et le « corinthien » : un tridrachme « argolico-corinthien » de 48 chalques implique 144 chalques au « statère », lequel se divise en trois drachmes « argolico-corinthiennes » de 48 chalques ou deux drachmes attiques de 72 chalques (12 chalques à l’obole). Le détail de la démonstration et ses prolongements feront évidemment l’objet de développements dans le volume annoncé supra.

54 Nous renvoyons à la démonstration donnée dans Marchetti, 2007, p. 83-85. Ajoutons ici que l’obole en Égypte étant maintenue à 8 chalques, la masse théorique de ce dernier ne peut être, au départ du système, que 9,06 g. J’entends sans peine les cris d’effroi que cette affirmation provoquera, mais je demande à mes lecteurs présents un peu de patience : la démonstration qui est longue ne peut être résumée ici, mais sera donnée dans le volume annoncé.

55 Dont on est surpris que ne parlent pas Le Rider et de Callataÿ, 2006, p. 36. Voir e.a. Mørkholm, 1991, p. 64.

56 Nous avons d’abord envisagé, Ch. Doyen et moi-même, d’en exposer les résultats dans un volume commun, mais la masse de la matière nous a amenés à diviser le travail, Ch. Doyen se réservant les textes épigraphiques, tandis que je traiterai les documents papyrologiques et par conséquent aussi les conditions du marché monétaire ptolémaïque.

57 Elle tombe alors, dans le décompte de l’éginétique ancien, à une masse théorique de 406 gr. env. (5,80 g × 70), qui correspond au nouveau ratio de 1 à 112,5 si l’on maintient le nombre de chalques à 5040 à la mine (12 × 6 × 70).

58 Voir Marchetti, 2007, p. 71-72.

59 Là-dessus CID II, p. 210-211.

60 Le statère de bronze attique pèse 870 g de bronze, cf. Van Drieesche, 2009, p. 73-74 et 93-94 ; sa contrepartie en argent (8,70 g) explique qu’à cette masse d’argent ait pu être appliqué le nom de « statère » ; puis ce poids ainsi figé a servi à désigner la monnaie d’or qui lui correspond (« statère » d’or), mais uniquement à l’époque où le ratio or-argent était de 1-10. Auparavant les monnaies en or d’une telle masse étaient appelées « philippes d’or » ou « dariques », bien que les authentiques dariques étaient légèrement plus légers.

61 Nous n’encombrerons pas ici l’analyse en y intégrant la comptabilité des naopes comme a malencontreusement proposé de le faire Bousquet, 1988, p. 115-120 ( = BCH 109 [1985], p. 225-230), et CID II, p. 116. L’achat de cyprès du compte CID II, p. 116, n’a pas été acquitté en or, mais en argent, comme le dit le compte lui-même.

62 Sosin, 2000 (tout l’article, très brouillon, concerne ce problème). Au même moment, Vitiello, 2000, p. 174-176 not., proposait des analyses nettement mieux articulées, même si elles ne sont pas en tous points satisfaisantes, ce qui illustre avant tout l’extrême complexité du dossier.

63 Contentons-nous de renvoyer, exempli gratia, au chapitre de Le Rider, 2001, p. 260-266.

64 CID II, p. 205, et Bousquet, 1988, p. 131-132.

65 La « réévaluation » à la pièce étant considérée comme une plus-value sur la valeur du lot et dès lors inscrite en « recette », elle s’ajoute à la valeur déjà estimée, soit 7 statères au chrysous ; il en résulte que les 190 dariques ne sont pas sortis de la caisse amphictionique, mais qu’ils sont restés propriété de l’amphictionie.

66 Bousquet, 1988, p. 179-188, et CID II, 100. La récolte a rapporté plus de 37 talents, comme nous le savons grâce au compte de Théon (CID II, 102, 19-22, voir pour la remise en ordre initiale qui a conduit à l’analyse correcte, Marchetti, 1977, p. 133-145).

67 Nous mettons ainsi un point final à l’analyse (en partie inexacte, cf. Bousquet, 1988, p. 137) proposée dans Marchetti, 2007, p. 72-74.

68 Il eût assurément évité alors de trop spéculer sur les rôles respectifs des prytanes et des trésoriers : ce qu’on lit not. dans Bousquet, 1988, p. 247 (« les 190 dariques, à cause de l’épikatallagè, ne pouvaient revenir chez les prytanes »), est, en effet, inepte : les fonds amphictioniques gérés par les trésoriers sont tous déposés « chez les prytanes », παρὰ τῆι πόλει τῶν Δελφῶν.

69 Remarquons toutefois que quatre chalques font 1/3 obole et que 3 oboles quatre chalques peuvent s’écrire sous la forme 10/3 oboles, ce qui correspond au quinzième (différence entre 14 et 15 drachmes éginétiques pour 10 drachmes attiques) de 50 oboles (8 drachmes et 2 oboles).

70 Nous retrouvons de tels objets dans les derniers comptes de trésoriers, d’après Alexandre (CID II 108, 20 et 26). Pour le sens du mot dokimeion, voir Marchetti, 1977, p. 145-160, où nous avions conclu, à tort, que les dokimeia du compte de Théon devaient être les résultats de fontes réelles. Si l’analyse du mot reste fondamentalement correcte, la conclusion à tirer du passage de Théon était plus subtile (Bousquet, 1988, p. 136-137 et CID II, p. 226, avait fait un pas supplémentaire vers la solution, mais sans l’atteindre tout entière encore). Nous sommes heureux, ici aussi, d’en avoir enfin terminé avec cet harassant problème ! Prudence et modestie sont décidément les maîtres mots de toute recherche d’histoire grecque !

71 Comme, en améliorant notamment Marchetti, 1977, p. 154, J. Bousquet a fini par le conclure, dans CID II, p. 226 (pour le dernier état).

72 Il en existe dans d’autres comptes, voir l’index de CID II.

73 Ce qui est pour moi d’autant plus incompréhensible qu’il avait parfaitement compris le sens à donner ici à dokimeion et que les monnaies d’or étaient correctement mises en rapport avec dokimeion ! Cette restitution indue l’a éloigné d’une juste perception de l’apousia signalée ensuite (je cite CID II, p. 226 : « comme les deux lignes II A 14-15 en écriture légèrement plus espacée … sont visiblement un ajout, je suppose que ce « manque » concerne, non les dariques qui précèdent, mais les manipulations de monnaies au bas de la première colonne. Le mystère restera entier tant qu’on n’aura pas mis la main sur le morceau qui manque »). De mystère il n’y a plus, et le morceau n’a pas pour autant été retrouvé.

74 Sur ce point nous voilà enfin d’accord (voir Bousquet, 1988, p. 137, n. 56).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Marchetti, « Quelques aspects trop souvent négligés des comptes de Delphes : de l’amphictionique nouveau aux couronnes d’Olympias », Pallas, 87 | 2011, 133-150.

Référence électronique

Patrick Marchetti, « Quelques aspects trop souvent négligés des comptes de Delphes : de l’amphictionique nouveau aux couronnes d’Olympias », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1978 ; DOI : 10.4000/pallas.1978

Haut de page

Auteur

Patrick Marchetti

Professeur ordinaire aux Facultés Universitaires de Namur et à l’Université Catholique de Louvain, Louvain-La-Neuve (Belgique)
patrick.marchetti@fundp.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org