Navigation – Plan du site
‎3. Voir et décrire le monde environnant

Regards sur la nature : place de l’observation dans les textes astronomiques latins

Looking at nature: role of observation in Latin astronomical texts
Émilie-Jade Poliquin
p. 163-182

Résumés

Dans l’Antiquité, le savoir astronomique découlait principalement de la philosophie, des mathématiques et de la logique. On peut dès lors s’interroger sur la place qui était accordée à l’observation des phénomènes. Pour répondre à cette question, nous avons choisi d’analyser quelques-unes des démonstrations présentes dans les textes astronomiques latins parvenus jusqu’à nous : le livre II de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, les Astronomiques de Manilius, le Commentaire au Timée de Platon de Calcidius, le Commentaire au Songe de Scipion de Macrobe et le livre VIII des Noces de Philologie et Mercure de Martianus Capella.

Haut de page

Texte intégral

1Quel est l’objet d’étude de l’astronomie ? Les astres, certes, mais surtout les phénomènes, comme le dit l’expression consacrée décrivant la tâche des astronomes antiques, σῴζειν τὰ φαινόμενα, « sauver les apparences ». Cette formule proviendrait de Platon, d’après ce témoignage de Simplicius dans son commentaire au traité Du ciel d’Aristote :

  • 1 « Platon admet en principe que les corps célestes se meuvent d’un mouvement circulaire, uniforme et (...)

II, 13 : Ὁ Πλάτων ταῖς οὐρανίαις κινήσεσι τὸ ἐγκύκλιον καὶ ὁμαλὲς καὶ τεταγμένον ἀνενδοιάστως ἀποδιδοὺς πρόβλημα τοῖς μαθηματικοῖς προὔτεινε, τίνων ὑποτεθέντων δι’ὁμαλῶν καὶ ἑγκυκλίων καὶ τεταγμένων κινήσεως δυνέσεται διασωθῆναι τὰ περὶ τοὺς πλανωμένους φαινόμενα1.

  • 2 Le mouvement apparemment erratique des planètes leur valut d’ailleurs leur nom : le mot « planète » (...)

2Dès l’époque de Platon, les connaissances astronomiques tendaient en effet à contredire le postulat des orbites planétaires circulaires : les Anciens avaient noté depuis déjà longtemps le mouvement particulier des planètes2. Citons, entre autres, Vénus qui, ne s’éloignant jamais du Soleil par plus de quarante-six degrés, alterne entre course directe et rétrogradation. Le rôle des astronomes mathématiciens était dès lors de trouver un système conciliant les phénomènes et les postulats physiques posés par les philosophes – dans cet exemple, les orbites circulaires.

3Face à cette définition, une question peut alors se poser : dans une telle discipline, où le savoir découlait principalement de la philosophie, des mathématiques et de la logique, quelle était la place accordée à l’observation des phénomènes ? Pour y répondre, nous prendrons comme exemples quelques-uns des textes astronomiques latins parvenus jusqu’à nous : le livre II de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, les Astronomiques de Manilius, le Commentaire au Timée de Platon de Calcidius, le Commentaire au Songe de Scipion de Macrobe et le livre VIII des Noces de Philologie et Mercure de Martianus Capella. Mais avant, interrogeons-nous sur ce qu’était la science dans l’Antiquité.

1. Méthode scientifique et astronomie

  • 3 Traditionnellement, le rationaliste est, dans une conception dualiste simpliste, directement opposé (...)
  • 4 L’induction, de manière très schématique, est le passage du particulier au général ou du fait à la (...)
  • 5 Idem, p. 168 ; pour une méthodologie appliquée aux mathématiques, cf. Cowling, 1977, p. 199-200.

4Pour de nombreux historiens, l’avènement de la science proprement dite survient avec la mise en pratique de la méthode expérimentale. Cette méthode est un amalgame entre empirisme et rationalisme3 dans lequel la rigueur est atteinte par l’équilibre des procédés d’induction4 et de déduction. R. Blanché, dans son ouvrage sur le raisonnement, énumère les diverses étapes qui la composent : « 1. observation des faits ; 2. conception d’une loi, formulée à titre de conjecture, susceptible de régir ces faits ; 3. déduction, à partir de cette conjecture posée comme hypothèse, de conséquences contrôlables par l’expérience ; 4. contrôle expérimental de ces conséquences ; à quoi on ajoute quelquefois une cinquième étape : généralisation du résultat obtenu5. »

  • 6 Feibleman, 1967, p. 201-206.

5Cette méthode accorde une large place à l’expérimentation, qui fut quasi absente à l’époque gréco-romaine. En effet, malgré les progrès fulgurants de la théorie, des mathématiques et de l’ingénierie qui eurent lieu notamment à l’époque hellénistique, la méthode expérimentale ne s’est pas véritablement développée : elle fut le fait de quelques grands hommes (Archimède et Ptolémée, entre autres), mais non de leur société. J. K. Feibleman, dans son article sur les origines de l’empirisme scientifique, explique ce fait par un certain mépris des savants pour la technique, réservée aux esclaves, et par un rejet fréquent des implications pratiques qui pouvaient être associées à la science6.

  • 7 Comme le fait remarquer J. Norton, dans l’introduction de son volume sur l’histoire de la cosmologi (...)

6Bien qu’on ne puisse nier l’absence d’une méthode expérimentale rigoureuse et systématique dans l’Antiquité, cela ne peut affecter la discipline astronomique. En effet, encore aujourd’hui, l’astronomie est l’une des rares sciences pour laquelle aucune expérimentation n’est possible : on ne peut recréer en laboratoire ni système solaire, ni big bang pour vérifier l’efficacité de nos théories7.

7À défaut de cette méthode, on peut toutefois noter l’existence d’une phase qui lui est peut-être préalable : l’enchaînement de ces étapes où s’entrecroisent induction et déduction et où l’observation préfigure l’expérimentation – entendue comme observation non seulement contrôlée, mais aussi provoquée – est bien visible dans de nombreux textes antiques.

  • 8 Notons que, pour les médecins hippocratiques, l’observation scientifique n’est pas accessible à tou (...)

8Ce dialogue entre sens et raison s’illustre notamment chez Aristote et les médecins hippocratiques. Chez eux, le fait observé n’est rien sans le concours de la raison : celle-ci non seulement apporte à l’observateur la rigueur nécessaire pour approfondir ses connaissances et ainsi quitter l’appréhension immédiate et superficielle des sens8, mais lui fournit également les principes qui peuvent lui donner une signification. De l’autre côté, les principes que la raison élabore ne peuvent naître arbitrairement ; ils doivent se fonder sur l’expérience. Les phénomènes se trouvent alors tant au point de départ que d’arrivée du raisonnement scientifique. La réciprocité entre eux et la raison est totale comme on peut le voir dans cet extrait d’Aristote :

  • 9 « La raison semble confirmer les phénomènes et les phénomènes, la raison » (traduction légèrement m (...)

Du Ciel 270b5 : Ἔιοκε δ’ὅ τε λόγος τοῖς φαινομένοις μαρτυρεῖν καὶ τὰ φαινόμενα τῷ λόγῳ9.

9Cet équilibre entre procédés d’induction et de déduction peut facilement s’employer en astronomie : en effet, la perception intuitive des phénomènes sensibles permet tout d’abord d’émettre des hypothèses qui seront ensuite confirmées par l’observation.

2. L’observation face à la question des mouvements planétaires

10Pour étudier ce genre de raisonnement mixte où l’observation joue un rôle essentiel, nous analyserons trois démonstrations présentes dans notre corpus, relatives aux mouvements des planètes : la démonstration du sens des mouvements planétaires chez Macrobe (I, 18, 4-9), celle de l’excentricité de la Terre chez Martianus Capella (§ 846-849) et enfin, celle de l’inégalité des saisons de Calcidius (§ 78-82).

2. 1. Macrobe

11La démonstration, par le syllogisme démonstratif, prend une large place dans le Commentaire au Songe de Scipion de Macrobe, particulièrement au cours de la discussion finale sur l’immortalité de l’âme. On retrouve néanmoins cette manière d’organiser la pensée tout au long de l’exposé. C’est le cas, entre autres, dans le passage où Macrobe tente de connaître le sens du mouvement des planètes.

  • 10 Cf. note 2.
  • 11 Le double mouvement des planètes sur des orbites circulaires est chez les Anciens non pas une hypot (...)

12Les planètes tirent leur nom de leurs mouvements apparemment erratiques10. À partir de cette donnée empirique, les Anciens ont émis l’« hypothèse »11 qu’elles avaient un mouvement propre, contraire à la rotation diurne du monde. Pour en faire la preuve, Macrobe énonce premièrement l’ensemble des hypothèses possibles :

1re question :

soit

les planètes sont fixes

(aut infixas caelo)

soit

les planètes sont en mouvement

(aut moueri)

2e question :

soit

les planètes se meuvent d’est en ouest

(aut caeli uiam sequuntur ab ortu in occasum)

soit

les planètes se meuvent d’ouest en est

(aut contrario recessu in orientem ab occidentis parte uersantur)

  • 12 Macrobe, I, 18, 4 : Praeter haec, ut opinor, nihil potest uel esse uel fingi. Nunc uideamus quid ex (...)
  • 13 Berti, 1991, p. 58.
  • 14 Au sujet de la sphéricité de la Terre, cf. Cléomède I, 5, 20-29 : Ἑτέρου τοίνυν σχήματος παρὰ τὰ πρ (...)

13Comme il le dit lui-même, « en dehors de ces possibilités, rien, je crois, ne peut exister ni être imaginé. Voyons maintenant laquelle pourra être démontrée12 ». E. Berti, dans un article sur les modes de démonstration dans la Physique d’Aristote, décrit ce type d’argumentation : « Nous sommes en présence d’une parfaite division par dichotomie qui ne néglige aucune possibilité et les embrasse toutes. Son origine dialectique, et plus précisément platonicienne (voir par exemple le Parménide), ne fait pas de doute. Mais ce que généralement on ne remarque pas, c’est que si l’on réussit à réfuter toutes ces possibilités à l’exception d’une, cette dernière se trouve démontrée d’une manière incontestable : voilà donc un cas où un procédé typiquement dialectique peut donner lieu à une véritable démonstration13. » C’est également le moyen qu’employa Cléomède pour démontrer tout d’abord la sphéricité de la Terre, puis sa centralité dans l’univers14.

14Macrobe, en effet, consacre les paragraphes suivants à cette réfutation progressive, par l’observation, des diverses hypothèses :

I, 18, 5-6 :

hypothèse

si

les planètes sont fixes

(Si infixae essent)

déduction

alors

elles seront toujours près des mêmes étoiles fixes

(numquam ab eadem statione discederent, sed in isdem locis semper, ut aliae, uiderentur)

réfutation par l’observation

elles ne sont pas fixées au ciel

(Ex hoc eas non esse caelo infixas oculis quoque approbantibus constat)

I, 18, 8-9 :

hypothèse

si

les planètes se meuvent d’est en ouest

(Si istae ergo in occidentem ab oriente procederent)

déduction

alors

il y aura mouvement du Taureau vers le Bélier

(a Geminis in Taurum, et a Tauro in Arietem recta et mundanae uolubilitatis consona accessione prodirent)

réfutation par l’observation

ces astres ne se meuvent pas avec le ciel

(sine dubio constat has stellas non cum caelo [moueri])

I, 18, 9 :

conclusion

donc

elles se meuvent en sens inverse du ciel

(sine dubio constat has stellas non cum caelo, sed contra caelum moueri)

  • 15 I, 18, 9 : Hoc ut plene liqueat, astruamus de lunae cursu, quia et claritate sui et uelocitate nota (...)
  • 16 Cette généralisation, bien évidemment fautive aux yeux des Modernes, doit toutefois être comprise d (...)

15D’un point de vue strictement logique, infirmer les deux premières hypothèses constitue en soi une démonstration complète. Malgré tout, Macrobe vient appuyer celle-ci avec les exemples de la Lune15 (I, 18, 9-11) et du Soleil (I, 18, 12-18). Cette preuve est ensuite généralisée16 à l’ensemble des planètes :

  • 17 I, 18, 19 : « Ce que nous venons de dire du Soleil et de la Lune suffira à prouver aussi le mouveme (...)

I, 18, 19 : Haec autem quae de sole ac luna diximus, etiam quinque stellarum recessum adsignare sufficient. Pari enim ratione in posteriora signa migrando semper mundanae uolubilitati contraria recessione uersantur17.

16On trouve ainsi exprimé dans ce raisonnement l’ensemble des étapes que nous avons déjà attribuées à la méthode expérimentale.

2. 2. Martianus Capella

17La démonstration qui conduit Martianus Capella à affirmer l’excentricité de la Terre par rapport à l’orbite solaire montre, quant à elle, l’importance de bien choisir ses prémisses. En effet, l’auteur rapporte tout d’abord une incongruité de l’observation : puisque la Terre est située au centre de l’univers, il y a toujours simultanément six signes du Zodiaque situés au-dessus et au-dessous de l’horizon. Le jour et la nuit devraient être alors égaux. S’ensuit le raisonnement suivant :

§ 846 :

hypothèse

si

les signes du Zodiaque sont tous égaux et qu’il y en a bien six en tout temps dans le ciel

(si spatiis aequalibus signa omnia percensentur ac necesse est diebus noctibusque cunctis sena signa supra terras esse

déduction

alors

les jours et les nuits devraient être d’égale durée

(omnes dies noctesque pares esse debuerunt)

réfutation par l’observation

les jours et les nuits ne sont pas égaux

(Sena autem signa superstare non dubium est totidemque delitescere, dies quoque noctesque uariari diuersitatibus spatiorum)

conclusion

donc

les signes ne sont pas égaux

(signa aequalia non habenda)

18Une expérience réalisée à l’aide de clepsydres vient cependant infirmer cette première conclusion : bien que chacun des signes ait un temps de lever et de coucher différent, la somme reste égale. Les signes du Zodiaque parcourent donc chacun une distance égale en un temps égal. Malgré ce fait, nul ne peut nier l’inégalité du jour et de la nuit. Il faut donc reposer le problème autrement. Si les signes sont égaux, ce sont nos connaissances au sujet du Soleil qu’il faut revoir :

§ 848 :

hypothèse

si

les signes sont égaux

(si spatia signorum aequalia sunt)

déduction

alors

soit

le Soleil les traverse parfois plus lentement

(aut Sol tardiore cursu quaedam signa transcurrit)

soit

il y a une erreur de calcul

(aut in dierum ratio diuersitate mentitur)

réfutation par l’observation

il est reconnu qu’il n’y a pas d’erreur de calcul

(Sed constat Solem Geminorum signum XXX et duobus diebus excurrere […])

autre réfutation

le Soleil a toujours la même vitesse

(Sol autem eadem ac perpetua celeritate festinat)

conclusion

donc

les signes ne sont pas égaux

(Relinquitur, ut signis spatiorum aequalitas denegatur)

19Martianus se retrouve pour une deuxième fois dans une aporie. Ses deux hypothèses sont infirmées, l’une par l’observation – l’inégalité des temps passés par le Soleil dans chacun des signes –, l’autre par un principe physique fondamental en astronomie antique – la régularité des vitesses planétaires.

  • 18 Blanché, p. 155 ; l’auteur y distingue la démonstration par le faux – où la conclusion en contredit (...)

20Les deux premières parties de cette démonstration, puisqu’elles sont fondées sur la prémisse explicite de la centralité de la Terre, en arrivent ainsi à la même conclusion, fautive : les signes du Zodiaque ne sont pas tous égaux entre eux, ce qu’infirme l’expérience. Il s’agit en fait d’une preuve par le faux – plus que d’une preuve par l’absurde18 : le lecteur, voyant que toutes les conclusions tirées de la prémisse sont fausses, doit nier cette dernière. Pouvant ainsi abandonner légitimement l’idée commune que toutes les sphères célestes sont concentriques, Martianus Capella arrive enfin à une conclusion plus satisfaisante, à savoir celle de l’excentricité de la Terre :

  • 19 « Mais voici encore une erreur qu’une opinion invétérée a entretenue et qui jusqu’à ce jour a recue (...)

§ 849 : Sed hanc quaestionem opinio inueterata composuit, quoniam omnes hactenus credidere, quemadmodum ipsi mundo sphaeraeque postremae centron est terra, ita et solaris circuli eandem centron esse. Quod omnino falsum esse non dubium est ; nam ut diuersa spatia sunt caelestis ambitus circulique medialis, ita et diuersis centrorum signis punctisque torquentur, quo fit, ut terra solaris circuli centron non sit, sed eccentros habeatur19.

21Cette théorie a l’avantage d’expliquer à elle seule les deux phénomènes observables qui étaient dits contradictoires au début de la démonstration, soit l’égalité des signes et l’inégalité des jours.

2. 3. Calcidius

22Calcidius, dans son Commentaire au Timée de Platon, emploie une méthode semblable à celle de Macrobe pour montrer, quant à lui, ce que l’inégalité des saisons nous apprend sur l’orbite solaire. Reprenons ici le fil de son argumentation.

23Pour faciliter la compréhension du lecteur, Calcidius appuie tout d’abord son exposé par un schéma. Celui-ci représente le cercle du Zodiaque où se trouvent les repères A-B-C-D et la Terre qui est placée au centre. Lorsque le Soleil, dans sa course, parvient au repère A, c’est l’équinoxe de printemps ; au repère B, c’est le solstice d’été ; en C, c’est l’équinoxe d’automne et en D, le solstice d’hiver. Or, l’observation nous apprend que, même si les arcs AB, BC, CD et DA sont égaux, le Soleil les traverse tour à tour en des temps différents : AB en 94 jours et demi, BC en 92 jours et demi, CD en 88 jours et un huitième et, enfin, DA en 90 jours et un huitième. Le total, 365 jours et un quart, est égal à la durée de l’année solaire (voir figure 1).

Fig. 1. L’inégalité des saisons.

Fig. 1. L’inégalité des saisons.

24Le Soleil semble donc plus rapide en automne et plus lent au printemps, ce qui contrevient au principe physique d’uniformité et de régularité des vitesses planétaires que nous avons déjà mentionné. De cette impossibilité physique, Calcidius conclut que le Soleil ne peut pas partager le même cercle que le Zodiaque.

25L’auteur enchaîne alors avec le syllogisme suivant :

§ 79 :

hypothèse

si

le Soleil ne se meut pas sur le cercle zodiacal, mais qu’il a toujours la Terre comme centre,

(Quia igitur non per hunc zodiacum circulum sol sed per alium solstitialem qui est eius proprius incedit, siquidem utriusque circuli punctum unum et idem esset in Θ eadem ratione diuisus solstitialis qua zodiacus)

déduction

alors

ce cercle héliaque serait divisé de la même façon que le Zodiaque et les mêmes inégalités seraient observées.

(in isdem uitiis et iniquitatibus, inueniretur eodemque modo ABΓΔ circuli partes aequales quattuor pluribus has, paucioribus alias obiret diebus.)

remarque

la raison a montré que les hommes ont tort de perpétuer ces idées.

(si haec contra naturam siderum falso putare homines ratio monstrauerit)

conclusion

donc

le centre de l’orbite solaire n’est pas la Terre.

(certe perspicuum erit illius globi per quem sol mouetur punctum in Θ non esse)

26Ayant conclu ainsi, Calcidius fait ensuite l’énumération des hypothèses s’accordant avec cette nouvelle prémisse : en effet, si le centre de l’orbite du Soleil n’est pas la Terre, seules trois hypothèses sont possibles :

§ 79 :

soit

1) l’orbite solaire contiendra T [la Terre], mais non comme centre

(circulus solis uel intra se continebit Θ sed non ut punctum uel medietatem)

soit

2) l’orbite solaire passera par T

(uel per idem Θ transiet)

soit

3) l’orbite solaire exclura T

(uel excludet omnino a gremio suo)

27Comme nous l’avons vu précédemment, il suffit de réfuter deux des trois hypothèses pour prouver la troisième. Calcidius passe donc à l’examen de chacune d’elles.

  • 20 § 79 : utrumque enim assumptum rationem habere monstrabitur.

28La deuxième hypothèse est la plus facile à infirmer. En effet, si l’orbite du Soleil passait par le point T, c’est-à-dire traversait la Terre, celle-ci serait consumée. Les deux autres méritent toutefois plus d’attention, puisque, comme Calcidius l’annonce déjà, « ces deux hypothèses se justifient20 ».

  • 21 Selon la théorie des excentriques, certaines planètes parcourent une orbite, toujours circulaire, d (...)
  • 22 Le Zodiaque agit en quelque sorte tel un écran où sont projetées les courses planétaires.

29Examinons maintenant la première option. Si l’orbite solaire contient la Terre, mais que celle-ci n’en est pas le centre, elle lui sera alors excentrique21 (voir figure 2). Puisque son centre est légèrement décalé, il est dès lors normal que le Soleil parcoure l’arc EZ – correspondant à AB – en un temps plus long qu’en HK – correspondant à CD – puisque ces arcs ont des longueurs différentes. Notons toutefois que, pour l’homme qui l’observe de la Terre, le Soleil paraît toujours parcourir les mêmes sections du Zodiaque22. Ce raisonnement géométrique est également confirmé par l’observation. La théorie des excentriques implique effectivement une variation de distance que l’on peut déceler au fil de l’année : le Soleil semble plus petit lorsqu’il traverse les Gémeaux – puisqu’il est plus loin – et plus grand dans le Sagittaire – où il est plus près de la Terre.

Fig. 2. L’excentrique du Soleil.

Fig. 2. L’excentrique du Soleil.

30La deuxième hypothèse prend, quant à elle, la forme de l’épicycle : l’orbite du Soleil est ainsi placée sur un petit cercle mobile dont le centre est, lui, fixé sur un autre cercle appelé déférent (voir figure 3). En variant la vitesse de l’épicycle, le Soleil peut parcourir les quatre parties du Zodiaque dans les mêmes temps qu’avec un excentrique. L’épicycle implique également une variation de distance au fil des saisons.

Fig. 3. L’épicycle du Soleil.

Fig. 3. L’épicycle du Soleil.
  • 23 § 84 : Idemque et eccentrorum et epicyclorum tollit opinionem propterea quod circulis, hoc est line (...)
  • 24 § 84 : Ac de stellarum quidem errantium inconstanti discursione dictum satis.

31Les deux hypothèses sont donc équivalentes. Ni le raisonnement géométrique ni l’observation des phénomènes ne peuvent les départager. Or, Aristote « écarte la théorie des excentriques et des épicycles parce, dit-il, les corps réels et solides des astres ne sauraient être emportés sur des cercles, c’est-à-dire sur des lignes dessinées et immatérielles23 ». Ne pouvant concilier les solutions mathématiques avec les exigences philosophiques, Calcidius fait le choix de ne privilégier aucune des hypothèses dont il a fait la démonstration et conclut, au grand dam du lecteur, par cette phrase laconique : « Mais assez parlé des parcours variables des astres errants24. »

32Macrobe, Martianus Capella et Calcidius auraient pu simplement énoncer ces théories astronomiques de manière dogmatique comme d’autres l’ont fait. Ils ont néanmoins voulu mettre de l’avant leur habileté logique sur un sujet qu’ils pouvaient maîtriser. En procédant ainsi, ils ont également montré comment des données tirées de l’observation peuvent tantôt confirmer une hypothèse, tantôt l’infirmer. L’exemple de Calcidius prouve toutefois que l’observation s’avérait parfois insuffisante pour résoudre certains problèmes posés par l’astronomie antique.

3. L’observation face à la question de la sphéricité de la Terre

33Dans l’Antiquité, la philosophie était traditionnellement divisée en trois grandes disciplines : l’éthique, la physique et la logique. Dans ce cadre, des questions telles que « quelle est la forme de la Terre ? », « quelle est celle de l’univers ? » ou « quelle est la place de la Terre dans l’univers ? » étaient du ressort premier non pas de l’astronome (mathématicien), mais plutôt du philosophe. Les raisonnements élaborés par ces derniers pour répondre à ces questions étaient ainsi différents de ceux que nous venons d’étudier : comme leurs démonstrations étaient principalement fondées sur la déduction, les auteurs avaient ainsi recours encore aux données tirées de l’observation, mais d’une autre manière. Mais avant d’en analyser quelques exemples, il convient de rappeler ce qu’est une déduction.

34Dans un syllogisme déductif, le principe est posé comme prémisse ; sa conséquence devient alors la conclusion. On l’associe généralement à un raisonnement rigoureux pour la raison suivante : si la prémisse – comme règle – est vraie et que le cas que nous subsumons sous cette règle lui est véritablement rattaché, la conclusion le sera aussi nécessairement. Pour l’illustrer, reprenons l’exemple d’Aristote :

tous les animaux sans fiel vivent longtemps (A) ;
or l’homme, le cheval et le mulet sont des animaux sans fiel (B) ;
donc l’homme, le cheval et le mulet vivent longtemps (Γ).

  • 25 Cf. Blanché, p. 152.

35La déduction peut toutefois se diviser en deux grandes catégories, selon le rapport que nous entretenons avec la prémisse. Si la relation est causale (puisque les prémisses sont vraies, alors la conclusion qui en résulte comme conséquence est vraie), on appelle ce raisonnement catégorico-déductif ; si elle est, au contraire, conditionnelle (si les prémisses sont vraies, alors la conclusion qui en résulte comme conséquence est vraie), on le qualifie d’hypothético-déductif25.

36Notons également que, pour Aristote, l’objectif premier du raisonnement est la vérité absolue : pour y arriver, seuls les syllogismes aux prémisses vraies peuvent être utilisés. Dans le cas de la physique – issue du rationalisme –, cela ne crée pas de problème puisque ses principes, sur lesquels peuvent être construits des raisonnements déductifs, sont justement posés comme certitude.

37Pour illustrer ce fait, nous analyserons les démonstrations de la sphéricité terrestre exposées par Manilius, Pline l’Ancien et Calcidius.

3. 1. Manilius

38S’il est étonnant pour un lecteur moderne de voir dans un texte poétique sur l’astrologie une démonstration de la sphéricité terrestre, il n’en allait pas de même dans l’Antiquité. En effet, Manilius, l’auteur d’un poème didactique intitulé les Astronomiques, indépendamment de la forme de son œuvre, se devait de suivre les grands jalons de la tradition cosmologique. Or les ouvrages d’astronomie, tant grecs que latins, commençaient volontiers par l’exposé des principes généraux de cette discipline : nature de l’univers, place et forme de la Terre, entre autres. Manilius se prête ainsi lui aussi, mais cette fois en vers, à cet exercice. Puisque les démonstrations de la centralité et de la sphéricité de la Terre sont chez cet auteur non seulement intimement liées – comme chez beaucoup d’Anciens –, mais aussi construites en parallèle, nous en ferons l’analyse des deux.

39Pour prouver la centralité de la Terre, Manilius élabore, en deux temps, le raisonnement suivant :

  • 26 Nous utilisons ici la traduction française réalisée par J.-H. Abry, dans Abry, 2005.

173 :

hypothèse

si

la Terre n’était pas suspendue en une masse bien équilibrée26,

(Quod nisi librato penderet pondere tellus)

174-178 :

déduction

alors

1) Phébus ne dirigerait pas sa couche vers le couchant tandis que les astres du ciel glissent dessous et jamais il ne reparaîtrait au levant,

2) la Lune ne guiderait pas son char en dessous, à travers le vide,

3) Lucifer ne brillerait pas aux heures du matin lui, qui, sous les traits de Vesper, avait jeté ses feux au terme de son parcours dans l’Olympe.

(non ageret currus, mundi subeuntibus astris,| Phoebus ad occasum et numquam remearet ad ortus,| lunaue summersos regeret per inania cursus,| nec matutinis fulgeret Lucifer horis,| Hesperos emenso dederat qui lumen Olympo)

179-180 :

cause

parce que

la Terre n’est pas reléguée au plus bas, dans les profondeurs, mais parce qu’elle reste suspendue au milieu,

(nunc, quia non imo tellus deiecta profundo| sed medio suspensa manet)

180-181 :

conséquence

alors

tout offre un passage par où le ciel descend, glisse dessous et reparaît ensuite.

(sunt peruia cuncta,| qua cadat et subeat caelum rursusque resurgat)

40La démonstration de la sphéricité de la Terre, suivant le même canevas, s’inscrit, quant à elle, dans une adresse poétique faite à la Lune :

228 :

hypothèse

si

Si la Terre était plate,

(quod si plana foret tellus)

228-229 :

déduction

alors

après avoir effectué un seul lever pour l’ensemble, tu disparaîtrais au même instant, dans l’affliction de la Terre entière.

(semel orta per omnem | deficeres pariter toti miserabilis orbi)

230 :

cause

parce que

la Terre est façonnée en forme de boule arrondie,

(sed quia per teretem deducta est terra tumorem)

231-232 :

conséquence

alors

la déesse de Délos apparaît d’abord à telles régions puis à telles autres, se levant à mesure qu’elle se couche

(his modo, post illis apparet Delia terris | exoriens simul atque cadens)

  • 27 Abry, 2005, p. 255 ; les soulignements étaient déjà dans le texte.

41Ces démonstrations ont fait l’objet en 2005 d’un article de J.-H. Abry qui en critiquait les maladresses : « Que la logique ne soit pas la qualité essentielle de Manilius, le texte nous en fournit une bonne démonstration, avec les vers 173-178 et 228-234. Dans les deux cas on a un système hypothétique qui se développe en quatre temps, une protase à l’irréel, suivie d’une principale à l’irréel aussi pour souligner la fausseté de la conséquence ; une adversative (nunc quia, 179, sed quia 230) marque le retour à la réalité des choses et prépare la conclusion. Or, dans les deux cas, Manilius intervertit ce qui semblerait l’ordre logique du raisonnement ; en résumé : si la terre n’était pas suspendue au sein de l’univers (prémisse hypothétique, 173), les astres ne pourraient tourner tout autour (174-178) ; mais parce qu’elle est au milieu (179-180), la circulation peut s’opérer (180-181) : en bonne logique on attendrait l’ordre inverse : parce que la circulation des corps célestes s’effectue, (conclusion) la terre est au milieu. Même logique étrange entre la causale et la conclusion dans l’argument tiré des éclipses : si la terre était plate (228), l’éclipse se produirait en même temps pour l’ensemble de la terre (228-229) ; mais parce que la terre est ronde, la Lune paraît successivement27… »

42Dans ce passage de Manilius, y a-t-il vraiment erreur comme J.-H. Abry vise à le démontrer ? À nos yeux de modernes, façonnés par la méthode scientifique qui favorise l’induction, il est vrai que ce raisonnement est fautif. Mais était-ce le cas pour un Ancien ? Selon nous, il y a plutôt, dans ces passages, chevauchement de deux systèmes logiques différents.

  • 28 Rappelons que pour Aristote, les prémisses doivent être vraies.

43Le premier système est hypothético-déductif : si ses prémisses sont vraies, alors la conclusion qui en résulte comme conséquence est vraie. On peut ainsi reformuler le premier exemple cité par J.-H. Abry : si la Terre est suspendue au sein de l’univers, alors les astres peuvent circuler tout autour d’elle. Puisque les Anciens semblent avoir eu des réserves envers ce type de raisonnement hypothétique28, l’argument se trouve plutôt chez Manilius à la négative : si la terre n’était pas suspendue au sein de l’univers, les astres ne pourraient tourner tout autour. Or, nous voyons les astres tourner dans le ciel ; la prémisse doit donc être jugée fausse et, par extension, son contraire jugé vrai.

  • 29 La « bonne logique », pour reprendre l’expression de J.-H. Abry, conclut la cause de la conséquence (...)

44Le second système est, quant à lui, non pas inductif comme la science moderne le voudrait29, mais catégorico-déductif : puisque ses prémisses sont vraies, alors la conclusion qui en résulte comme conséquence est vraie. Parce que la Terre est au milieu de l’univers, la circulation des astres peut s’opérer. La centralité de la Terre n’est donc pas la conclusion de ce raisonnement. Il s’agit plutôt d’un principe physique posé de manière catégorique. L’adhésion du lecteur vient alors de son rapport à la conséquence : puisqu’il peut juger lui-même qu’elle est vraie et puisqu’elle découle nécessairement de la prémisse, celle-ci doit être vraie. Cette méthode de démonstration est d’ailleurs mentionnée explicitement par Cléomède dans un passage consacré à la mesure de la circonférence terrestre :

  • 30 « L’un [Ératosthène] et l’autre [Posidonius] cependant certains présupposés, puis passent aux démon (...)

I, 7, 4-6 : Ἑκάτερος δὲ αὐτῶν ὑποθέσεις τινὰς λαμβάνων, διὰ τῶν ἀκολούθων ταῖς ὑποθέσεσιν ἐπὶ τὰς ἀποδείξεις παραγίνεται30.

45Un survol des autres textes astronomiques latins nous montre que cette pratique était largement utilisée par leurs auteurs.

3. 2. Pline l’Ancien

46Chez Pline l’Ancien, la présence de ce type de système catégorico-déductif est visible par l’insistance qu’il accorde à la recherche des causes. En effet, il construit son argumentation liée à la sphéricité terrestre par l’énumération des phénomènes visibles découlant de cette cause « cachée ». Dans ce but, il commence son exposé par démontrer que la surface des mers est elle aussi ronde par les analogies et les observations suivantes :

II, 163

analogies

1) gouttes d’eau arrondies

namque et dependentes ubique guttae paruis globantur orbibus et pulueri inlatae frondiumque lanugini inpositae absoluta rotunditate cernuntur

2) coupe pleine de liquide

in poculis repletis media maxime tument

II, 164

observations

La même cause explique pourquoi

1) terre invisible du pont d’un navire, mais visible du mât

Eadem est causa, propter quam e nauibus terra non cernatur, e nauium malis conspicua

2) mât qui disparaît progressivement sous l’horizon avec l’éloignement du navire

ac procul recedente nauigio, si quid quod fulgeat religetur in mali cacumine, paulatim descendere uideatur et postremo occultetur

  • 31 Ces arguments ne sont pas originaux. Ils sont repris par de nombreux auteurs anciens, tant grecs qu (...)
  • 32 II, 164 : Denique oceanus, quem fatemur ultimum, quanam alia figura cohaereret atque non decideret (...)

47À ces arguments31, Pline ajoute une preuve par l’absurde – si l’océan avait des extrémités, rien ne l’empêcherait de tomber32 – et un raisonnement géométrique décrivant les propriétés de la sphère (II, 164-165).

48Après quelques paragraphes dédiés à l’océan, l’auteur revient à sa démonstration principale en énumération cette fois les conséquences observables dans le ciel de la sphéricité terrestre :

  • 33 L’emplacement du cercle arctique céleste, défini comme la ligne qui délimite la zone perpétuellemen (...)
  • 34 L’exemple de l’étoile Canopus, cité par de nombreux auteurs pour illustrer ce phénomène, est en réa (...)

II, 177

introduction

Les autres phénomènes qui nous étonnent ont leur cause dans la forme de la Terre elle-même, dont la sphéricité, y compris celle des eaux, est prouvée par les mêmes arguments.

(Reliquorum quae miramur causa in ipsius terrae figura est, quam globo similem et cum ea aquas isdem intellegitur argumentis)

observations

1) variation de l’emplacement du cercle arctique et antarctique33 :

nobis septentrionalis plagae sidera numquam occidant, contra meridianae numquam oriantur rursusque haec illis non cernantur, attollente se contra medios visus terranum globo

II, 178

2) variation de la zone de visibilité des constellations :

Septentriones non cernit Trogodytice et confinis Aegyptus, nec Canopum Italia et quem uocant Berenices Crinem, item quem sub Diuo Augusto cognominauere Caesaris Thronon, insignes ibi stellas

3) variation de l’élévation maximale de certaines constellations34 :

Adeoque manifesto adsurgens fastigium curuatur, ut Canopus quartam fere partem signi unius supra terram eminere Alexandriae intuentibus uideatur, eadem a Rhodo terram quodammodo ipsam stringere, in Ponto omnino non cernatur, ubi maxime sublimis Septentrio

II, 179

preuve

astres apparaissent progressivement aux marins

Nauigantium haec maxime cursus deprehendunt, in alia aduerso, in alia prono mari, subitoque conspicuis atque ut e freto emergentibus, quae in anfractu pilae latuere, sideribus

II, 180

autre observation

4) variation des lieux et des moments où sont perçues les éclipses :

Ideo defectus solis ac lunae uespertinos orientis incolae non sentiunt nec matutinos ad occasum habitantes, meridianos uero serius nobis illi

preuves

liste annalistique des éclipses perçues à divers moments dans divers lieux

II, 181

observation

5) variation des heures de la nuit et du jour :

Ideo nec nox diesque, quamuis eadem, toto orbe simul est, oppositu globi noctem aut ambitu diem adferente

preuves

liste annalistique des moments où ce phénomène fut observé

49Le rappel de la causalité se fait ainsi ponctuellement par l’emploi de termes tels que causa et ideo et d’une subordonnée consécutive (adeo ut). Pour résumer le raisonnement de Pline à ce sujet, on pourrait dès lors dire : « parce que la Terre est ronde, tous ces phénomènes sont observables ».

50Ce sont les mêmes arguments que l’on peut retrouver dans le commentaire de Calcidius.

3. 3. Calcidius

51Au paragraphe 59 de son Commentaire au Timée de Platon, Calcidius rappelle les éléments fondamentaux de la cosmologie de Platon : la Terre est sphérique, elle est placée au centre du monde et elle est un point en comparaison du reste de l’univers. Cette exposition dogmatique de l’astronomie platonicienne ne doit toutefois pas rester à ce niveau. En effet, il introduit sa démonstration par la réflexion suivante :

sed, opinor, dixisse hoc eum non sufficit, nisi hoc ita esse euidentibus ostendatur rationibus.

52Pour répondre la question relative à la forme terrestre, l’auteur enchaîne les propositions causales :

§ 60

1) variation des moments de visibilité des étoiles :

uel quod non isdem momentis temporum dies ubique illucescit noxque succedens umbras facit, sed tam ortus quam occasus in eois quidem citius fiunt, in occiduis uero regionibus tardius, ut perspicuum sit esse aliquam elatiorem eminentiam inter utramque caeli plagam quae obiecta, priusquam sol fiat excelsior, teneat noctis umbras

2) variation des moments de visibilité des éclipses lunaires :

uel quod lunae defectus idem ubique eodemque momento accidens diuersis temporibus notatur, orienti quidem uicinis regionibus tardius, ceteris uero pro locorum diuersitate propter anfractus metasque et naturales eminentias terrae non isdem ubique curriculis illustrante sole terrae plagas, ideoque luci eius e diuerso terrenis umbris etiamnunc obstantibus et a lunae illustratione prohibentibus, cum lunae labor nocturna tempestate fiat.

3) variation des étoiles observées par les marins en voyage :

Quid quod globositas terrae liquido apparet inter aquiloni septentrionique et item austro meridieique subiecta, cum ex utraque regione huc atque illuc nocturnis itineribus commeantes incognitas sibi stellas spectant cum admiratione nouitatis, cum sit euidens non regionum stellas esse proprias, sed homines impediri quo minus omnes uideant sciantque terrae molibus atque exaggerationibus uisui obiectis.

53Tous ces éléments – auxquels il ajoute l’explication de la théorie des graves – lui confirment son affirmation de départ : la Terre est ronde, bien que certains puissent encore soulever quelques objections. La plus commune d’entre elles est que les montagnes viennent annuler l’uniformité du relief terrestre. Calcidius répond à cette objection en spécifiant que le fondement de cette théorie ne doit pas provenir des yeux, mais de la raison :

  • 35 « Quand nous concevons en pensée et rationnellement la grandeur de la Terre entière, nous ne recher (...)

63 : Certe totius terrae magnitudinem animo rationabiliter concipientes ueritatem non uisu et sensibus inuestigamus, sed ad rationis intellegentiaeque remedia potius examinationemque deducimus35.

54Le raisonnement ne découle pas d’un procédé inductif, mais déductif.

55Dans ces systèmes déductifs, l’observation des phénomènes reste tout de même primordiale. Elle est surtout essentielle pour susciter l’adhésion du lecteur, en lui rappelant ses expériences et ses propres observations. C’est notamment pourquoi les auteurs font parfois directement appel à celui-ci. L’emploi de verbes à la première personne du pluriel, non pas auctoriale, mais associative (uidemus, suspicimus, etc.) ou à la deuxième personne du singulier à l’impératif (suspice, aspice, etc.) ou au futur (uises, uidebis, cernes, etc.) est un moyen rhétorique de le faire. En effet, la vaste majorité des occurrences repérées dans le corpus des textes astronomiques latins sont associées à un type d’expérience que nous qualifions de commune. Elles introduisent une observation de niveau primaire accessible à tous : le mouvement diurne des étoiles, celui de la Lune et du Soleil (les deux astres les plus facilement observables), la position des constellations zodiacales ou l’inégalité des jours selon les saisons. En interpellant le lecteur, l’auteur vient ainsi rappeler que tous possèdent ou posséderont la connaissance nécessaire pour approuver le raisonnement.

56Dans les textes astronomiques – tant grecs que latins, même si, aux fins de cet article, nous n’avons concentré notre attention que sur ces derniers –, deux types de démonstrations ont été ainsi repérés : le raisonnement mixte où induction et déduction se complètent et le raisonnement essentiellement déductif. Dans chacun des cas, l’observation des phénomènes joue un rôle de premier plan. En effet, qu’elle soit ou non à la base de ces démonstrations, c’est toujours l’observation qui vient confirmer les hypothèses des astronomes ou les postulats des philosophes. C’est également par la mention d’observations communes que l’auteur peut aller chercher l’adhésion du lecteur.

57L’observation ne peut toutefois pas tout confirmer. Tant que l’homme ne se détachera pas du principe de la circularité des orbites planétaires posé par Platon, nul ne pourra rendre compte des phénomènes par le biais d’une théorie simple : ainsi, si la combinaison de centaines de cercles imaginée par Ptomélée n’est qu’une abstraction mathématique permettant de prédire à merveille les phénomènes, les systèmes héliocentriques bien plus simples de Corpernic et de Galilée ne peuvent pas quant à eux atteindre ce même niveau de précision et d’exactitude. Il faudra attendre Képler et l’ellipse pour y arriver.

58En regard de la science moderne, les analyses des textes que nous avons pris en considération dans cet article peuvent être bien critiques : si, d’une part, la pensée catégorico-déductive n’engendre pas de réelles démonstrations – du moins au sens où Aristote ou les modernes entendent ce terme –, de l’autre, les raisonnements mixtes combinant induction et déduction n’ont pas atteint le niveau ni de rigueur, ni de systématisation qui serait requis pour qu’on puisse les qualifier de « scientifiques ». Mais ce dont nous devons aussi avoir conscience, c’est que ces textes existent non comme témoignages d’une science en développement qui viserait à procurer de nouvelles connaissances, mais comme ouvrages de vulgarisation. L’objectif de leurs auteurs doit donc être cherché ailleurs : en effet, ces derniers s’attachent moins à démontrer rigoureusement les contenus de leur science, qu’à persuader le lecteur de leur véracité.

Haut de page

Bibliographie

Auteurs anciens

Aristote, Du ciel, texte établi et traduit par P. Moraux, Paris, 1965.

Calcidius, Commentaire au Timée de Platon, tome I, texte établi, traduit et commenté par B. Bakhouche, Paris, 2011.

Cléomède, Théorie élémentaire, texte présenté, traduit et commenté par R. Goulet, Paris, 1980.

Cléomède, Caelestia, texte édité par R. Todd, Leipzig, 1990.

Macrobe, Commentaire au songe de Scipion, texte établi, traduit et commenté par M. Armisen-Marchetti, Paris, 2001.

Manilius, Astronomica, texte traduit par G. P. Goold, Cambridge-Londres, 1977 (4e éd. 2006).

Martianus Capella, Astronomie : un précurseur de Copernic et Galilée, texte traduit et commenté par A. Le Bœuffle, Vannes, 1998.

Martianus Capella, De nuptiis Philologiae et Mercurii, texte établi par J. Willis, Leipzig, 1983.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre II, texte établi, traduit et commenté par J. Beaujeu, Paris, 1950.

Simplicius, In Aristotelis De Caelo commentaria, texte édité par J. L. Heiberg, Berlin, 1894.

Vitruve, De l’architecture, livre IX, texte établi, traduit et commenté par J. Soubiran, Paris, 1969.

Auteurs modernes

Abry, J.-H., 2005, La sphéricité de la terre, un poète aux prises avec la démonstration (Manilius, Astronomiques I, 173-235), dans M. Armisen-Marchetti (éd.), Demonstrare. Voir et faire voir : forme de la démonstration à Rome, Actes du colloque international de Toulouse, Toulouse, p. 247‑260.

Armisen-Marchetti, M., 2005, Le niveau des démonstrations scientifiques et philosophiques dans le Commentaire de Macrobe, dans M. Armisen-Marchetti (éd.), Demonstrare. Voir et faire voir : forme de la démonstration à Rome, Actes du colloque international de Toulouse, Toulouse, p. 207-218.

Berti, E., 1991, Les méthodes d’argumentation et de démonstration dans la Physique (apories, phénomènes, principes), dans F. De Gandt et P. Souffrin (éd.), La Physique d’Aristote et les conditions d’une science de la nature, Paris, p. 53-72.

Blanché, R., 1973, Le raisonnement, Paris.

Bourgey, L., 1953, Observation et expérience chez les médecins de la collection hippocratique, Paris.

Duhem, P., 1983, Σῴζειν τὰ φαινόμενα. Essai sur la notion de théorie physique, Paris (2e éd. 1994).

Cowling, T. G., 1977, Mathematicians, Astrology and Cosmogony, QJRAS, 18, p. 199-212.

Feibleman, J. K., 1967, Les origines de l’empirisme scientifique, RS, 88, p. 201-225.

North, J., 1995, The Norton History of Astronomy and Cosmology, New York.

Haut de page

Notes

1 « Platon admet en principe que les corps célestes se meuvent d’un mouvement circulaire, uniforme et constamment régulier ; il pose alors aux mathématiciens ce problème : quels sont les mouvements circulaires, uniformes et parfaitement réguliers qu’il convient de prendre pour hypothèses, afin que l’on puisse sauver les apparences présentées par les planètes ? » (traduction de Duhem, 1994, p. 3).

2 Le mouvement apparemment erratique des planètes leur valut d’ailleurs leur nom : le mot « planète » vient de l’expression grecque ἄστρα πλανητά, « astres errants ».

3 Traditionnellement, le rationaliste est, dans une conception dualiste simpliste, directement opposé à l’empiriste : alors que ce dernier tire sa connaissance de la sensation, le premier s’en détache complètement pour s’en tenir à l’intellect seul. En fait, ce jugement peut être nuancé : rationalisme et empirisme n’ont pas le même objet d’étude. L’empiriste s’attache, par le biais de ses sens, au monde sensible, c’est-à-dire au monde perceptible, régi par le changement ; le rationaliste, quant à lui, souhaite plutôt atteindre les vérités immuables et éternelles situées au-delà.

4 L’induction, de manière très schématique, est le passage du particulier au général ou du fait à la loi. Si la logique moderne tend à distinguer ces deux définitions, ce n’était pas encore le cas dans l’Antiquité. Voir Blanché, 1973, p. 161.

5 Idem, p. 168 ; pour une méthodologie appliquée aux mathématiques, cf. Cowling, 1977, p. 199-200.

6 Feibleman, 1967, p. 201-206.

7 Comme le fait remarquer J. Norton, dans l’introduction de son volume sur l’histoire de la cosmologie, « [astronomy] differs from most other sciences in at least one important respect. It studies objects that cannot for the most part be manipulated for purposes of experiment. The astronomer observes, analyses what is seen, and devises principles to explain what has been seen, and what will be seen tomorrow » (Norton, 1995, p. xxiii).

8 Notons que, pour les médecins hippocratiques, l’observation scientifique n’est pas accessible à tous : il faut apprendre à voir. Cf. Bourgey, 1953, p. 231-235.

9 « La raison semble confirmer les phénomènes et les phénomènes, la raison » (traduction légèrement modifiée).

10 Cf. note 2.

11 Le double mouvement des planètes sur des orbites circulaires est chez les Anciens non pas une hypothèse, mais un principe physique.

12 Macrobe, I, 18, 4 : Praeter haec, ut opinor, nihil potest uel esse uel fingi. Nunc uideamus quid ex his poterit uerum probari.

13 Berti, 1991, p. 58.

14 Au sujet de la sphéricité de la Terre, cf. Cléomède I, 5, 20-29 : Ἑτέρου τοίνυν σχήματος παρὰ τὰ προειρημένα οὐκ ἂν εὐφυῶς προσαφθέντος αὐτῇ, ἀναγκαίως ἂν τὸ τοιοῦτον διεζευγμένον ἀληθὲς γένοιτο· ἤτοι πλατεῖα καὶ ἐπίπεδός ἐστιν γῆ, κοίλη καὶ βαθεῖα, τετράγωνος, πυραμοειδὴς, σφαιρικὴ τῷ σχήματι. Θέντες οὖν ὡς ἀληθὲς τοῦτο τὸ διεζευγμένον, κατὰ τὸν καλούμενον παρὰ τοῖς διαλεκτικοῖς διὰ πλειόνων πέμπτον ἀναπόδεικτον προϊόντες δείξομεν ὅτι σφαιρικὸν ἔχει τὸ σχῆμα ἡ γῆ. Φήσομεν γἁρ ὅτι ‘ἀλλὰ μὴν οὔτε πλατεῖά ἐστιν οὔτε κοίλη οὔτε τετράγωνος οὔτε πυραμοειδής’, ὡς δείξομεν ταῦτα. ῎πειτα ἐποίσομεν ὡς σφαιρικὴν εἶναι αὐτὴν ἀναγκαιότατόν ἐστιν (« Maintenant, si aucune forme, hormis celles que nous avons mentionnées, ne peut lui être convenablement attribuée, la disjonctive suivante sera nécessairement vraie : la forme de la Terre est ou bien large et plate, ou creuse et profonde, ou carrée, ou pyramidale, ou sphérique. Après avoir posé la vérité de cette disjonctive, nous montrerons donc, en procédant selon la figure que les dialecticiens appellent le cinquième indémontrable à termes multiples, que la Terre a une forme sphérique. Nous dirons en effet : « Or elle n’est ni large, ni creuse, ni carrée, ni pyramidale » et nous le démontrerons ; puis nous conclurons qu’il est des plus nécessaire qu’elle soit sphérique »). Au sujet de sa centralité, cf. I, 6, 1-8 : Ὅτι δ’ ἡ γῆ ὑπὸ τοῦ κόσμου περιεχομένη αὐτὸ τὸ μεσαίτατον ἐπέχει αὐτοῦ, πάλιν ἀπὸ τῆς ἐφόδου τῆς κατὰ τὸν διὰ πλειόνων πέμπτον ἀναπόδεικτον ὁρμώμενοι παραστήσομεν. Τὸ γὰρ τοιοῦτον διεζευγμένον καὶ ἀληθὲς καὶ ἀναγκαῖον· γῆ ἐμπεριεχομένη τῷ κόσμῳ ἤτοι πρὸς ἀνατολῇ ἐστιν ἢ πρὸς δύσει ἢ πρὸς ἄρκτῳ ἢ πρὸς μεσημβρίᾳ, ἢ ὑψηλοτέρα ἢ ταπεινοτέρα τοῦ μέσου, ἢ αὐτὸ τὸ μεσαίτατον ἐπέχει αὐτοῦ. Οὐδὲν δὲ τῶν πρώτων τοῦ τελευταίου ἀληθές ἐστιν, ὡς δείξομεν. ᾽ναγκαῖον ἄρα τὸ μέσον τοῦ κόσμου ἐπέχειν αὐτήν (« Que la Terre qui est contenue par le monde en occupe le point le plus central, nous le prouverons en nous fondant à nouveau sur la méthode qui suit le cinquième indémontrable à termes multiples. Car la disjonctive suivante est vraie et nécessaire : la Terre qui est contenue dans le monde est ou à l’est, ou à l’ouest, ou au nord, ou au sud, ou plus haut ou plus bas que le centre, ou bien elle occupe le point le plus central du monde lui-même. Or aucune des possibilités qui précèdent la dernière n’est vraie, ainsi que nous le montrerons. Il est donc nécessaire que la Terre occupe le centre du monde »).

15 I, 18, 9 : Hoc ut plene liqueat, astruamus de lunae cursu, quia et claritate sui et uelocitate notabilior est (« Pour rendre le fait absolument évident, démontrons-le à partir du déplacement de la Lune, parce qu’elle est plus facile à observer à cause de sa luminosité et de sa vitesse »).

16 Cette généralisation, bien évidemment fautive aux yeux des Modernes, doit toutefois être comprise dans un système géocentrique où la Lune et le Soleil sont semblables aux autres planètes.

17 I, 18, 19 : « Ce que nous venons de dire du Soleil et de la Lune suffira à prouver aussi le mouvement rétrograde des cinq planètes. C’est par un processus semblable qu’en passant dans les signes qui suivent elles accomplissent toujours leur révolution à rebours de la rotation cosmique. »

18 Blanché, p. 155 ; l’auteur y distingue la démonstration par le faux – où la conclusion en contredit une autre reconnue comme vraie auparavant – de la démonstration par l’absurde – où la conclusion est en elle-même contradictoire.

19 « Mais voici encore une erreur qu’une opinion invétérée a entretenue et qui jusqu’à ce jour a recueilli l’assentiment général : de même que le monde lui-même et la sphère la plus lointaine ont pour centre la Terre, de même croit-on, elle est aussi le centre de l’orbite solaire, ce qui est complètement faux sans aucun doute. Car si la voûte céleste et le cercle central possèdent des espaces différents, de même aussi des points de repère différents sont les centres de leurs révolutions ; il en résulte que la Terre n’est pas le centre de l’orbite solaire, mais qu’elle est tenue pour excentrique. »

20 § 79 : utrumque enim assumptum rationem habere monstrabitur.

21 Selon la théorie des excentriques, certaines planètes parcourent une orbite, toujours circulaire, dont le centre n’est pas la Terre, mais un point abstrait aux environs de celle-ci. Ce système, ainsi que celui des épicycles, fut tout d’abord développé par le Grec, Apollonios de Pergé.

22 Le Zodiaque agit en quelque sorte tel un écran où sont projetées les courses planétaires.

23 § 84 : Idemque et eccentrorum et epicyclorum tollit opinionem propterea quod circulis, hoc est lineis picturatis et carentibus corpore, uehi stellarum uera et solida corpora non posse dicat.

24 § 84 : Ac de stellarum quidem errantium inconstanti discursione dictum satis.

25 Cf. Blanché, p. 152.

26 Nous utilisons ici la traduction française réalisée par J.-H. Abry, dans Abry, 2005.

27 Abry, 2005, p. 255 ; les soulignements étaient déjà dans le texte.

28 Rappelons que pour Aristote, les prémisses doivent être vraies.

29 La « bonne logique », pour reprendre l’expression de J.-H. Abry, conclut la cause de la conséquence en une inférence inductive : parce que la circulation des corps célestes s’effectue, la terre est au milieu.

30 « L’un [Ératosthène] et l’autre [Posidonius] cependant certains présupposés, puis passent aux démonstrations au moyen des conséquents de ces présupposés ».

31 Ces arguments ne sont pas originaux. Ils sont repris par de nombreux auteurs anciens, tant grecs que latins. Cf. note de J. Beaujeu à sa traduction de Pline, p. 224-226.

32 II, 164 : Denique oceanus, quem fatemur ultimum, quanam alia figura cohaereret atque non decideret nullo ultra margine includente ? ; « Enfin l’océan qui de notre propre aveu est à l’extrémité des terres, quelle autre forme pourrait assurer sa cohésion et l’empêcher de tomber, puisqu’aucun bord ne le retient au-delà ? ».

33 L’emplacement du cercle arctique céleste, défini comme la ligne qui délimite la zone perpétuellement située au-dessus de l’horizon – et ainsi des constellations constamment visibles –, varie selon notre latitude. Il en va de même pour le cercle antarctique.

34 L’exemple de l’étoile Canopus, cité par de nombreux auteurs pour illustrer ce phénomène, est en réalité un topos de la littérature astronomique : deuxième étoile la plus brillante du ciel après Sirius, elle n’est pas visible de la rive nord de la Méditerranée. Elle rasait (1°) l’horizon à Rhodes (36°N, latitude de référence habituelle depuis Eudoxe) et ne pouvait atteindre plus de 6° à Alexandrie. Cf. note de J. Soubiran au texte de Vitruve, p. 199.

35 « Quand nous concevons en pensée et rationnellement la grandeur de la Terre entière, nous ne recherchons pas la vérité par la vue ou les sens, mais nous la déduisons plutôt d’après le raisonnement et l’aide de la raison et de l’intelligence ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’inégalité des saisons.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/199/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Fig. 2. L’excentrique du Soleil.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/199/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 3. L’épicycle du Soleil.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/199/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie-Jade Poliquin, « Regards sur la nature : place de l’observation dans les textes astronomiques latins », Pallas, 92 | 2013, 163-182.

Référence électronique

Émilie-Jade Poliquin, « Regards sur la nature : place de l’observation dans les textes astronomiques latins », Pallas [En ligne], 92 | 2013, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/199 ; DOI : 10.4000/pallas.199

Haut de page

Auteur

Émilie-Jade Poliquin

Toulouse II-Le Mirail,
Université Laval

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org