Navigation – Plan du site
III. Delphes et le reste du monde antique

Le sanctuaire de Delphes et ses relations extérieures au viie siècle av J.-C. : le témoignage des offrandes

The shrine of Delphi and its outward relations in the VIIth century B.C.: the testimony of the offerings
Hélène Aurigny
p. 151-168

Résumés

L’apparition d’objets venus de régions éloignées de Delphes, du bassin méditerranéen oriental et occidental, est le phénomène qui caractérise les offrandes delphiques dans le dernier tiers du viiie siècle et tout au long du viie siècle. En l’absence de sources littéraires ou épigraphiques contemporaines, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles ces objets sont parvenus dans le sanctuaire : qui Delphes attire-t-il à cette date ancienne ? Des visiteurs des cités grecques, en possession d’objets exotiques, ou des étrangers attirés par la renommée du sanctuaire ? A cause de l’impossibilité de déduire de l’origine d’un objet l’origine de son donateur, c’est en s’intéressant aux catégories de documents et à l’assemblage votif que l’on pourra tenter d’esquisser la fréquentation du sanctuaire d’Apollon. On pourra notamment s’interroger sur le rôle de l’oracle à cette époque et sur l’originalité du développement de Delphes pendant le haut archaïsme.

Haut de page

Texte intégral

Je voudrais remercier les organisateurs de cette table ronde, Jean-Marc Luce et l’université de Toulouse, Dominique Mulliez et l’école française d’Athènes, de me donner l’occasion de présenter les résultats d’une partie des recherches que j’ai menées dans le cadre de ma thèse de doctorat, soutenue à l’université Paris I en novembre 2009, et dont je prépare la publication dans la BEFAR.

  • 2 Strabon IX, 3, 7.

1Strabon, mettant l’accent sur l’important développement du sanctuaire de Delphes, affirmait que les dédicants étaient venus au fur et à mesure de régions de plus en plus éloignées, et il donnait l’exemple des Mermnades de Lydie et de l’Italie du Sud et de la Sicile2. Lorsque l’on s’intéresse au sanctuaire de Delphes au viisiècle av. J-C, on constate la présence d’offrandes variées, d’objets fabriqués dans diverses régions du bassin méditerranéen oriental et occidental. On serait donc tenté de conclure à la coïncidence entre le texte et la documentation archéologique, qui concourent à former une image de la fréquentation du sanctuaire par des pèlerins venant de plus en plus loin, à mesure que le sanctuaire devenait plus renommé.

  • 3 Sur l’historicité de cet événement, voir en dernier lieu Luce, 2009, p. 104 et suivantes.

2La situation au viisiècle, de la fin du viiie siècle à la « première guerre sacrée »3, pour prendre un terminus ante quem delphique, ne semble pas renvoyer l’image de ce développement du sanctuaire, dont la fréquentation s’élargirait progressivement au monde grec et méditerranéen. Au contraire, poser la question des relations extérieures du sanctuaire – je n’ose dire encore « internationales » – permet de mettre en évidence un ensemble de relations complexes, changeantes au cours de l’époque archaïque, qui n’ont rien à voir avec un essor continu et régulier de ce qu’on appelle trop rapidement le « rayonnement » du sanctuaire de Delphes. Ainsi la nature même de ces relations mérite discussion.

  • 4 Kilian-Dirlmeier, 1985. L’emploi du terme « fremd » y est pourtant problématique, car il a un sens (...)
  • 5 Des flèches partant des régions représentées vers le sanctuaire suggéraient ainsi des déplacements (...)

3L’absence de sources textuelles pour cette époque oblige à recourir à la documentation archéologique et aux offrandes faites à Apollon et Athéna, pour apprécier de la façon la plus exacte possible le développement de Delphes. Cette période est caractérisée par la présence d’objets de fabrication étrangère, orientaux et occidentaux, à Delphes comme dans d’autres sanctuaires grecs. Ce domaine de recherche a été exploré notamment par Imma Kilian il y a vingt-cinq ans, malheureusement pas pour Delphes : comparant entre eux les sanctuaires d’Olympie, Samos, Pérachora et Phères du point de vue des objets « étrangers » qu’ils avaient livrés4, elle en tirait des cartes montrant pour chaque sanctuaire l’origine des objets5.

4Mais l’adoption d’une logique purement comptable, dont les principes sont de toute façon bien difficiles à définir, peut-elle réussir à connaître la fréquentation du sanctuaire ? Il faut tenir compte aussi de la spécificité de la documentation archéologique, à travers les associations particulières d’offrandes, les catégories représentées et les particularités de l’assemblage votif delphique. On pourra ainsi dégager quelques grands traits de la fréquentation de Delphes. Les offrandes permettent-elles notamment de conforter le rôle de l’oracle de Delphes à date haute, en particulier dans la colonisation ? On examinera d’abord les relations de Delphes avec l’Orient et l’Occident, avant d’envisager les particularités du modèle de développement du sanctuaire de Delphes.

1. Delphes et l’Orient

  • 6 Sur la question du « phénomène orientalisant », voir Croissant, 2010, p. 312-344.
  • 7 L’expression « offrande orientale » ne va pas sans soulever des questions : on regroupe ici objets (...)

5Il est naturel de s’interroger sur les relations de Delphes avec l’Orient. A cette époque que l’on appelle par commodité « orientalisante »6, on associe naturellement les offrandes dites « orientales », que l’on rencontre dans les sanctuaires grecs7. Deux cas se présentent : les objets orientaux sont offerts par des Orientaux qui montrent ainsi leur intérêt pour le sanctuaire grec. Mais bien plus fréquemment, des objets de facture orientale sont offerts par des Grecs, pour qui c’était l’occasion de montrer la possession d’un objet rare et qui supposait des relations outre-mer.

1. 1. Un Orient lointain et rêvé

  • 8 On pense souvent aux objets en matériaux périssables (bois, ivoire) ou aux tissus qui auraient four (...)

6La fin du viiie siècle av. J.-C. correspond à l’arrivée de motifs nouveaux et inconnus du répertoire grec, qui les emprunte à l’Orient à travers les objets venus de la partie orientale de la Méditerranée8. Delphes témoigne aussi d’une certaine fascination pour une iconographie presque inconnue jusque-là : les monstres tels que les griffons, les êtres hybrides comme les « sirènes », bustes humains ailés, se retrouvent en grand nombre pour orner les chaudrons de bronze qui restent l’offrande la plus prestigieuse dans les grands sanctuaires. Il n’y a pourtant que peu d’objets radicalement extérieurs aux catégories connues : les coquilles de tridacne polies et décorées, représentées par trois fragments à Delphes, illustrent peut-être cette diversification des formes (fig. 1). La typologie générale des consécrations n’est pas bouleversée pour autant.

  • 9 C’est le cas du trône de Midas, des cratères offerts par Gygès, ou encore du support consacré par A (...)
  • 10 Schiering, 2003, p. 57-63 : l’analyse stylistique de l’applique en ivoire représentant un homme fla (...)

7Les chercheurs ont été d’autant plus enclins à chercher le mystérieux et l’exceptionnel que les sources littéraires anciennes nous y invitent. C’est surtout Hérodote qui a contribué à nourrir cet imaginaire sur les offrandes orientales de Delphes, qui mêlent ancienneté, somptuosité et originalité9. Les textes ont jusqu’à aujourd’hui poussé à reconnaitre dans les documents archéologiques des éléments de ces merveilles, à tel point qu’on a cru avoir retrouvé un fragment du décor du trône que le roi Midas aurait offert10. Rois phrygien et lydiens ont grandement contribué au renom de Delphes, mais surtout dans la légende qui s’était construite à l’époque d’Hérodote.

1. 2. Un Orient réel circonscrit

  • 11 Du point de vue des catégories représentées, et non des quantités conservées : il est vrai que les (...)
  • 12 Pour ces discussions, on pourra se reporter aux chroniques de Cl. Rolley dans la Revue Archéologiqu (...)
  • 13 Martinez, 1995.

8On doit bien constater qu’on n’a jamais trouvé à Delphes les merveilles consacrées par les rois orientaux et mentionnées par Hérodote. On y a en revanche trouvé des objets de fabrication orientale, comparables à ce que l’on a découvert à Olympie ou Samos11. La recherche menée sur les objets orientaux dans les sanctuaires grecs est issue d’une longue tradition d’expertise et l’accord est loin d’être fait sur l’ensemble des attributions12. D’après ce que l’on peut dire aujourd’hui, Delphes a reçu des objets issus de quelques régions orientales qui restent limitées essentiellement au Levant méditerranéen et à l’Anatolie13.

  • 14 Voir en dernier lieu Rolley, 2005.
  • 15 Les « sirènes » inv. 23972, 2623, 1347 et 8397, ainsi que les sirènes 7725 et 7726.
  • 16 Inv. 2928.
  • 17 Inv. 25109 et exemplaire sans n° d’inventaire (Perdrizet, 1908, p. 26, fig. 101).
  • 18 Luce, 2009 ; Gunter, 2009 : Delphes partage cette particularité avec Olympie.
  • 19 Amandry, 1991, p. 106, fig. 8. Ces appliques, peut-être utilisées comme décor de meubles, peuvent a (...)

9La Syrie du Nord et la côte levantine, sans qu’on puisse toujours distinguer les objets qui en proviennent, sont bien représentées dans le matériel oriental de Delphes (20 % des objets orientaux). En proviennent en particulier les protomes de griffon martelées remplies d’un mélange au bitume14, certaines sirènes orientales15 et des appliques décorées de tête de taureau (fig. 2). Seules les coquilles de tridacne et un sceau16 doivent provenir de Phénicie. Deux sceaux en pierre, plus « phénicisants » qu’égyptisants, peuvent être rapprochés de ce groupe17 ; l’Egypte est quasi absente à Delphes18, où seules les appliques en pâte de verre provenant des fosses de l’Aire peuvent être une production égyptienne19.

  • 20 Sur les bronzes phrygiens, Aurigny, à paraître.
  • 21 Young, 1981. Les protomes de taureau servant d’appliques à des chaudrons de bronze peuvent être con (...)
  • 22 Mais il n’est pas toujours facile de distinguer entre la vaisselle phrygienne et les adaptations gr (...)
  • 23 Comme cela a été proposé par exemple par I. Strøm pour l’Héraion d’Argos : Strøm, 1998, p. 55.

10L’Anatolie est surtout représentée par les objets phrygiens20 : des protomes de taureau que l’on peut rapprocher directement d’exemples phrygiens, notamment de Gordion21, des fragments de coupes phrygiennes22 et trois fragments de ceintures phrygiennes. Les objets phrygiens retrouvés à Delphes sont les mêmes que dans la plupart des sanctuaires grecs : vaisselle et objets de parure ; et si les liens entre Delphes et la Phrygie ont quelque chose de spécifique à cause du texte d’Hérodote et la mention de l’offrande du trône de Midas à Delphes, il paraît toutefois difficile d’en déduire des liens politiques entre le sanctuaire et l’élite phrygienne23.

  • 24 Inv. 1717: Masson, Rolley, 1971; Rolley, 1991, 152-153, n° 14, fig. 14.
  • 25 En particulier à Rhodes, à Cnide, à Samos.
  • 26 Inv. 7226 : Lerat, 1980, 93-103, fig. 1-3. Autres fragments : inv. 3642, inv. 3175, inv. 24787, inv (...)
  • 27 En dehors d’Olympie et de Kalapodi, aucun site continental n’en a conservé.
  • 28 Inv. R92 B080.1 ; Luce, 2009, n° 267 p. 231, pl. 66 H.
  • 29 On situe à Chypre l’invention de coupes ou de bassins à anses horizontales dressées En particulier (...)
  • 30 Il ne semble pas y avoir à Delphes de document oriental ancien, tels que les frontaux du roi Hazael (...)

11Enfin, le cas de Chypre mérite d’être commenté : les 46 objets chypriotes représentent 33 % des objets étrangers à Delphes à la fin du viiie et au viie siècles (et 12 % du total). Les catégories sont différentes des objets de Syrie du Nord, car parmi les trépieds, seul un fragment de trépied à baguettes consacré par un Chypriote, le fils d’Hermaios, a été retrouvé24. Parmi les statuettes, une statuette de taureau en bronze au moins est de facture chypriote ; mais Delphes n’a reçu aucune des statuettes de faïence ou de calcaire que Chypre a produites et exportées en si grand nombre25. En revanche, certains objets chypriotes trouvés à Delphes suggèrent des relations particulières entre l’île et le sanctuaire de Phocide : un grand bouclier du type de Herzsprung très restauré26, et quatre autres fragments du même type (fig. 3) forment un groupe exceptionnel en Grèce27. À ces boucliers s’ajoute un casque chypriote dont un des protège-joue a été retrouvé sous le char des Rhodiens28. On trouve aussi des coupes aux anses décorées de fleurs de lotus : bien que le modèle ait sans aucun doute été imité en Grèce, une douzaine d’exemplaires doit être de fabrication chypriote (fig. 4)29. De même que les boucliers, ces récipients sont peu répandus : en dehors de Chypre et du Proche-Orient, la Crète en a livré, ainsi que quelques autres sites : Emporio de Chios, l’Héraion d’Argos, Olympie et Ithaque. Au total, l’Orient représenté à Delphes par une centaine d’objets est relativement limité dans l’espace et dans le temps30.

1. 3. Un Orient hellénisé

12Toutes les difficultés à identifier un matériel clairement oriental qui se font jour à Delphes peut-être encore plus que dans d’autres sanctuaires, comme Samos, montrent combien les cultures matérielles du bassin méditerranéen oriental sont liées entre elles.

  • 31 En effet, Hérodote précise que l’artiste Glaucos de Chios, qui fabriqua le support de fer du cratèr (...)
  • 32 Croissant, 2010, p. 314-316.

13Les sources littéraires nous ont conservé le souvenir de ce mélange : les offrandes d’Alyattes et de Crésus à Delphes ne sont pas particulièrement orientales dans leur forme31 et les différents cas de figure rendent complexe le tableau des offrandes orientales, puisqu’un objet oriental peut avoir été offert par un oriental (le trône de Midas par exemple) ou par un Grec, de même qu’un objet grec peut avoir été offert par un souverain oriental comme Alyattes ou Crésus. Par ailleurs, l’étude du matériel archéologique montre que certains objets orientaux sont fabriqués dans une ambiance grecque, peut-être en Grèce ou en tout cas pour des commanditaires grecs32. C’est le cas notamment des protomes de griffon martelées, même quand elles comportent du bitume, qu’on ne retrouve pas en Orient. Il semble que ce soient des objets uniquement destinés au monde grec.

  • 33 I. Strøm avait suggéré, en interprétant le matériel métallique trouvé dans le sanctuaire d’Héra à A (...)

14Les relations de Delphes avec l’Orient passent par des intermédiaires, et les documents archéologiques orientaux forment finalement une image recomposée, acceptable pour les Grecs. Ils ne permettent pas de supposer des relations politiques directes entre Delphes et l’Orient33.

2. Delphes et l’Occident

  • 34 Problème posé de façon très claire dans Briquel, 1998.

15Les relations du sanctuaire de Delphes avec la partie occidentale du monde méditerranéen sont également bien attestées par la documentation archéologique ; mais d’autres questions que pour l’Orient se posent, évidemment à cause du phénomène de la colonisation. Il est particulièrement difficile d’interpréter les objets des viiie et viie siècles en l’absence de sources littéraires34 et le risque est grand de plaquer des réalités postérieures mieux connues. Les objets occidentaux déposés à Delphes au viie siècle sont non seulement des objets rapportés par des Grecs des cités de métropole, comme à la période précédente par les explorateurs et les premiers colons, mais témoignent aussi de la piété des Italiques et des membres des cités nouvellement fondées. Il est ardu de déduire d’un objet l’identité de son donateur, Grec de Métropole, Grec de Grande-Grèce, indigène de la péninsule italique ou de Sicile.

2. 1. Des offrandes des explorateurs grecs ?

  • 35 Kilian, 1977.

16Comme Olympie, Delphes a reçu depuis longtemps (fin ixe- viiies.) des objets italiques qui ont été étudié par Kl. Kilian35 : un fragment de casque à bossettes (fig. 5), une pendeloque de bouclier ou encore des pointes de lance.

  • 36 Sur ces différentes possibilités, Naso, 2006, p. 326-327.

17Ces catégories d’objets, uniquement des armes, ont nourri l’idée que c’étaient des prises de guerre faites sur les Étrusques et les Italiques à une période antérieure à la colonisation ; on y voit dans certains cas des armes réellement utilisées dans les combats, et non des objets de parade. Mais ces objets peuvent avoir été acquis par les Grecs de façon pacifique, dans le cadre de dons faits entre les chefs ; et en effet toutes les armes peuvent ne pas être des prises de guerre36. Il serait tentant de conclure qu’il s’agit d’offrandes consacrées à Delphes par des Grecs. L’intérêt de ces objets, en particulier le casque à bossettes de tradition étrusque, montre alors que les Grecs ont cherché à s’implanter beaucoup plus au Nord que ne le suggèrent les fondations de colonies en Italie du sud et en Sicile. Enfin, la présence de ce type d’objets également à Olympie montre qu’il n’y a pas de spécialisation du sanctuaire delphique dans les rapports avec l’Occident à date haute.

2. 2. Des offrandes occidentales ?

18Malgré les remarques faites pour certains objets du viiie s., il ne faudrait pas conclure qu’il n’y a pas d’offrandes faites par les Italiques et notamment les Étrusques au viie siècle. Dans le cas des documents villanoviens et étrusques, il faut tenir compte du fait qu’on les retrouve en Égée, mais aussi en Sardaigne et en Sicile ; donc leur présence en Grèce ne s’explique pas uniquement par le rôle joué par les Grecs revenus d’Occident.

19Pausanias rapporte que le roi des Tyrrhéniens, Arimnestos, fut le premier barbare à consacrer des objets dans le sanctuaire d’Olympie. À Delphes, on trouve des fragments de boucliers italiques, des éléments de parure et un fragment de manchon exceptionnel qui appartenait au décor d’un char étrusque (fig. 6). Les fragments de bouclier et de char pourraient donc être des offrandes de prestige de l’aristocratie étrusque pour qui Delphes est un lieu de référence.

  • 37 (GD 342) voir Luce, 2009, p. 425.
  • 38 Naso, 2006, p. 342 ; A. Naso a étudié la présence d’objets italiques dans les sanctuaires grecs du (...)

20Mais il y a peut-être une spécificité des offrandes étrusques du viie siècle, si on les compare à ce qu’elles seront au vie siècle : armes, char, parure témoignent peut-être davantage d’une fréquentation individuelle que collective du sanctuaire, même très prestigieuse, par les membres d’une aristocratie. Les Tyrrhéniens d’Étrurie consacrent au vie s. un trésor dont l’identification reste difficile37 et on a interprété des fragments de revêtement de bronze comme des éléments appartenant aux pieds d’une chaise curule38 : ces offrandes sont au vie s. de nature publique. L’ensemble formé par les objets de parure n’apporte pas de lumière sur l’identité des donateurs. Les fibules de type italique devraient permettre de prouver l’existence d’une piété personnelle des pèlerins venus d’Occident ; mais d’après les analyses des spécialistes, il est possible que tous ces objets soient de fabrication grecque, car les modèles circulent depuis le viiie siècle entre le monde égéen et la partie occidentale du bassin méditerranéen.

  • 39 Des chaudrons et des pointes de lances comparables sont connus à Olympie ; notamment Albanese Proce (...)

21À Delphes, un ensemble d’objets siciliens se distingue : il est composé de deux anses de chaudron de bronze (fig. 7), de pointes de lance d’apparat et de fibules. Un tel assemblage ne doit sans doute rien au hasard des offrandes apportées par les Grecs. Cet ensemble bien marqué et ancien montre vraisemblablement l’intérêt des Siciliotes pour le sanctuaire39.

2. 3. La colonisation invisible dans les témoignages matériels ?

  • 40 G. Rougemont a fait le point récemment sur la question des rapports entre l’oracle et l’archéologie (...)

22Le rôle de l’oracle de Delphes à date haute, c’est-à-dire au viiie et au viie siècles, dans le phénomène dit de la colonisation, est bien difficile à préciser et a fait l’objet d’études particulières40 ; l’accord se fait aujourd’hui sur le rôle de Delphes comme un centre commun et un lieu de passage pour les voyageurs, mais sans pour autant lui reconnaitre un rôle moteur dans la colonisation. Y a-t-il à Delphes une relation entre les offrandes et les fondations de cités nouvelles ?

  • 41 Les céramiques les plus caractéristiques de la production eubéenne ne sont pas connues à Delphes au (...)
  • 42 Voir pourtant Forrest, 1990, p. 308.

23Tout d’abord, les premiers témoignages du culte d’Apollon à Delphes peuvent être datés de la fin du ixe siècle av. J.-C., ce qui s’accorde avec les premières expéditions effectuées dans la seconde moitié du viiie siècle. On peut donc se demander quelle est la corrélation entre les cités responsables des premières fondations et les offrandes déposées à partir du viiie siècle. S’il est vrai que les offrandes ne sont pas nécessairement liées à la consultation, on peut en revanche supposer que la consultation de l’oracle par une communauté ou un futur fondateur a accompagné une fréquentation déjà bien établie dans le sanctuaire et les a conduits à déposer quelque chose en guise de remerciement. Mais la réalité archéologique se prêtre bien mal à ces hypothèses. Le matériel eubéen est antérieur à la période active de fondation des colonies41, et les fragments de céramique de Chalcis trouvés à Delphes ne permettent pas d’en tirer une vision géopolitique des partenaires du sanctuaire de Delphes42. À l’inverse, l’abondance de céramique corinthienne à Delphes à partir de la seconde moitié du viiie s. n’est pas le signe de la présence massive des Corinthiens, puisque c’est la céramique qui s’exporte majoritairement. La documentation archéologique n’est pas d’un grand secours pour attester le rôle de l’oracle de Delphes au tout début du phénomène de la colonisation.

  • 43 Rougemont, 1992, p. 177.
  • 44 Stibbe, 2000, p. 83-85.

24De la même façon, on pourrait s’attendre à trouver à Delphes des témoignages de la piété des citoyens des cités nouvellement fondées. Mais la documentation archéologique montre aussi ses limites quand il s’agit d’évaluer les liens religieux, mythologiques ou idéologiques entre Delphes et la Grande-Grèce43. Il y a très peu de documents attribuables à des cités de Grande-Grèce avant le vie siècle : seuls deux éléments de trépied à baguettes, un arceau avec un arrière-train de félin (fig. 8) et une tête de serpent, peuvent en provenir. Le fragment d’arceau rappelle notamment le trépied de Métaponte44, qui présente aussi des têtes de serpent qu’on peut rapprocher de l’exemplaire delphique.

25La mise en relation du matériel archéologique avec le rôle de l’oracle dans la colonisation ne permet pas de conclure au rôle déterminant de l’oracle d’Apollon, qui semble bien cantonné au rôle de témoin, de garant. Cela s’explique surtout par le fait que la consultation de l’oracle et le phénomène de la colonisation ne donnent pas lieu à un type particulier d’offrandes. Il faut sans doute renoncer à chercher la preuve archéologique de ces liens, tout en continuant d’examiner comment les relations avec Delphes ont pu être exploitées.

3. La place de Delphes dans le monde grec

26S’il n’est pas possible de parler de relations internationales précises et structurées, Delphes est au cœur de courants de circulation et de voies que maîtrisent ou que fréquentent certaines cités. Il convient de considérer à quelle échelle - régionale, égéenne ou méditerranéenne - peuvent le mieux se comprendre les relations extérieures de Delphes pendant le haut-archaïsme.

3. 1. Delphes au cœur du Golfe de Corinthe

  • 45 Sur les liens entre Delphes et la Phocide, on lira dans ce volume la contribution de Jeremy McInern (...)
  • 46 La liste des quelques objets étrangers de Kalapodi a été établie dans Felsch, 1998, p. 223 ; n. 21  (...)

27Le cas de la colonisation permet de supposer que Delphes a bénéficié de la proximité avec les cités les plus dynamiques du golfe de Corinthe et de la Grèce centrale : ce serait donc avant tout le sanctuaire régional des métropoles de Grèce centrale. Delphes a pourtant très tôt une ouverture internationale, qui différencie le sanctuaire d’autres sanctuaires proches, comme Kalapodi par exemple45 : il n’y a pour ainsi dire aucun objet oriental dans ce sanctuaire46. Cette ouverture de Delphes au-delà d’un contexte régional est-elle la conséquence du rôle de Corinthe ?

  • 47 Morgan, 1990, p. 106 et suivantes.
  • 48 En particulier l’aryballe piriforme inv. 3433 : Perdrizet, 1908, p. 92, n° 436, fig. 314.
  • 49 Hérodote I, 14.

28Depuis la seconde moitié du viiie s., les intérêts corinthiens semblent se tourner de plus en plus vers Delphes. La présence corinthienne à Delphes est importante et a été clairement mise en évidence par C. Morgan pour la seconde moitié du viiie siècle47. Elle est plus difficile à percevoir dans le matériel archéologique de bronze du viie siècle, mais des sirènes de chaudrons (fig. 9) et quelques vases en métal sont vraisemblablement corinthiens48. Il faut tenir compte aussi du fait que Corinthe avait offert dans le sanctuaire de Delphes un trésor49 qui est traditionnellement daté de la seconde moitié du viie s. Corinthe est la première cité qui prend place dans le sanctuaire non plus avec des offrandes mobiles, mais avec un bâtiment. Les Corinthiens peuvent aussi avoir offert des objets orientaux, mais aussi des documents occidentaux : ils seraient ainsi à la fois les acteurs des importations sur le sol grec et les responsables des offrandes dans le sanctuaire de Delphes.

3. 2. Delphes et les circulations est-ouest en Méditerranée

  • 50 Morgan, 1990, p. 143-144.
  • 51 Jones, 2000.
  • 52 Boardman, 1995, p. 72 et suivantes.

29C. Morgan avait interprété certains objets crétois comme des offrandes faites également par l’élite corinthienne (les trépieds à cuve clouée et les boucliers), à la recherche d’objets de bronze raffinés et précieux50. Mais les supports ajourés à quatre faces et les boucliers à protomes animales (fig. 10) semblent être des catégories à part : en effet ils ne sont presque pas connus ailleurs qu’en Crète et à Delphes, et on les trouve précisément associés à Delphes et dans la grotte de l’Ida. Cette relation particulière permet de supposer une fréquentation directe des Crétois, fréquentation qui rejoint les relations entre Delphes et la Crète mentionnées dans l’Hymne homérique à Apollon. Même si la fin du viiie et le début du viie semblent la période la plus riche, les objets crétois remarquables sont offerts encore dans le courant du viie siècle, comme le petit kouros à ceinture (fig. 11) et le casque décoré d’une femme sur un taureau le montrent. Enfin, comme l’île est le réceptacle d’objets venus de nombreuses régions orientales51, qu’ils soient parvenus grâce à des intermédiaires ou en raison de la présence d’artisans orientaux52, comme à Cnossos, c’est une voie qu’ont pu suivre des objets orientaux pour arriver jusqu’à Delphes.

  • 53 Le matériel du cippe d’Ialysos présente des similitudes avec les offrandes de Delphes : Martelli, 1 (...)

30Delphes est donc depuis la fin du viiie s. situé sur un courant méridional de circulations d’objets et d’hommes, qui relie la côte levantine, Chypre, Rhodes53, la Crète puis la Sicile et l’Italie du sud. C’est aussi ce que montre le groupe d’objets siciliens assez remarquable que l’on trouve à Delphes.

3. 3. L’originalité delphique ?

31Les exemples donnés par Strabon, qui parle des dédicants de Lydie et d’Italie du sud et de Sicile, ont donc une réalité archéologique. En revanche, l’idée d’un développement progressif du « rayonnement » du sanctuaire est peu convaincante ; dès le dernier tiers du viiie siècle, Delphes attire des objets lointains, exotiques et variés qui montrent son ouverture « internationale ». L’originalité du modèle delphique réside dans l’association entre ces documents phrygiens, chypriotes, crétois et de la Sicile indigène, dont la présence s’explique bien par des réseaux de circulation d’objets en méditerranée méridionale.

  • 54 Luce, 2009, p. 194-195.
  • 55 Pour l’assemblage des objets grecs, voir Aurigny, 2010.

32Ensuite, quelques provenances se distinguent plus nettement, qui montrent que Delphes est un enjeu pour certaines cités en particulier : les cités du Nord-Est du Péloponnèse tout particulièrement, Corinthe mais aussi Argos, ainsi que la cité d’Athènes. Le viie siècle prolonge bien le mouvement amorcé au siècle précédent, où le sanctuaire de Delphes s’est tourné vers la Grèce méridionale54. Il ne faudrait pas en conclure pour autant que les relations n’existent plus avec la Grèce centrale et la Thessalie, voire la Macédoine, même si le matériel est bien moins abondant55.

  • 56 Il y a en effet des objets phrygiens en Crète, comme des coupes semblables à celles de Gordion par (...)
  • 57 Il s’agit en particulier des protomes de griffon fondues, de fragments de trépied à baguettes et de (...)
  • 58 Quel que soit l’isolement de cette statuette, elle a été analysée comme un produit de l’art gréco-l (...)

33Mais on ne doit pas négliger pour le viisiècle une ouverture vers l’Ionie et l’Anatolie, qui rejoint peut-être aussi la route du sud56. On trouve à Delphes des objets ioniens de bonne qualité technique, en particulier les documents samiens57. Une grande part de la vaisselle métallique, exportée ou inspirée de la toreutique de Phrygie, participe aussi de ce goût ionien ; la présence d’une applique en ivoire représentant un homme flanqué d’un lion (fig. 12) n’est donc pas particulièrement étonnante, dans un sanctuaire où les documents venus des côtes d’Asie Mineure mêlent les éléments ioniens et plus largement anatoliens58. Ces contacts se poursuivent au visiècle avec le taureau en argent ou les statues chryséléphantines dont deux semblent ioniennes. Cette ouverture vers les zones orientales de la mer Égée est un marqueur de la spécificité de Delphes.

Fig. 1. fragment de coquille de tridacne inv. 851, 10 cm

Fig. 1. fragment de coquille de tridacne inv. 851, 10 cm

Cliché EFA nég. 37745.

Fig. 2. applique de chaudron en forme de tête de taureau inv. 4139, 7,5 cm

Fig. 2. applique de chaudron en forme de tête de taureau inv. 4139, 7,5 cm

Nég. Efa 30930.

Fig. 3. fragment de bouclier du type de Herzsprung inv. 3642, 31 cm

Fig. 3. fragment de bouclier du type de Herzsprung inv. 3642, 31 cm

Nég. Efa. N 476-124, cliché Ph. Collet.

Fig. 4. fleur de lotus fragmentaire inv. 2626, 10 cm

Fig. 4. fleur de lotus fragmentaire inv. 2626, 10 cm

Cliché H. Aurigny.

Fig. 5. fragment de casque à bossettes inv. 24904, 8 cm

Fig. 5. fragment de casque à bossettes inv. 24904, 8 cm

Nég. Efa 62078.

Fig. 6. manchon en bronze, provenant du décor de la caisse d’un char, inv. 23958, 15 cm

Fig. 6. manchon en bronze, provenant du décor de la caisse d’un char, inv. 23958, 15 cm

Cliché H. Aurigny.

Fig. 7. anse de chaudron de bronze inv. 2657, 26 cm

Fig. 7. anse de chaudron de bronze inv. 2657, 26 cm

Nég. Efa 62086.

Fig. 8. fragment d’arceau inv. 23960, 11 cm

Fig. 8. fragment d’arceau inv. 23960, 11 cm

Nég. Efa 62096.

Fig. 9. applique de chaudron en forme de « sirène », inv. 8398, 20 cm

Fig. 9. applique de chaudron en forme de « sirène », inv. 8398, 20 cm

Nég. Efa 31262.

Fig. 10. bouclier à protome animale inv. 7177, 50 cm

Fig. 10. bouclier à protome animale inv. 7177, 50 cm

Nég. Efa 16418.

Fig. 11. kouros en bronze inv. 2527, 20 cm

Fig. 11. kouros en bronze inv. 2527, 20 cm

Nég. Efa 32588.

Fig. 12. applique en ivoire représentant un homme flanqué d’un lion inv. 9912, 22,5 cm

Fig. 12. applique en ivoire représentant un homme flanqué d’un lion inv. 9912, 22,5 cm

Nég. Efa 14460.

Conclusion

34L’étude des offrandes métalliques permet donc d’apporter un éclairage bien différent de ce que nous apprennent les sources littéraires et de renouveler nos connaissances.

35Les offrandes ne permettent pas toujours de confirmer les hypothèses que l’on peut formuler à partir d’autres sources, en particulier dans le cas de la colonisation. Elles offrent toutefois la possibilité d’approcher d’une autre façon la fréquentation du sanctuaire, si l’on ne s’en tient pas aux lieux de provenance des objets pour comprendre l’origine des dédicants. En revanche, la comparaison de l’assemblage votif de Delphes avec des ensembles que l’on trouve ailleurs et l’attention aux catégories de matériel représentées permettent de faire quelques suggestions quant aux relations extérieures de Delphes et aux étapes de développement du sanctuaire.

Haut de page

Bibliographie

Albanese Procelli, R.M., 1993, Ripostigli di bronzi della Sicilia nel Museo archeologico di Siracusa, Palerme.

Amandry, P., 1991, Les fosses de l’Aire, Guide de Delphes, le musée, Athènes, p. 191-226.

Aurigny, H., 2010, Delphes au viie siècle, dans R. Étienne (éd.), La Méditerranée au viie siècle, Travaux de la maison René Ginouvès, 7, p. 234-249 et 267-269.

Aurigny, H., à paraître, Anatolian bronzes from Delphi in the archaic period, dans The Art of Bronzes in Anatolia and the Eastern Mediterranean from Protogeometric to Early Byzantine Periods (10th century B.C. to 7th century A.D.), XVIIth International Congress of Ancient Bronze, 21-25 mai 2011, Izmir, à paraître en 2013.

Boardman, J., 1995, Les Grecs Outre-mer, Colonisation et commerce archaïques, trad. Michel Bats, centre J. Bérard.

Briquel, D., 1998, Le città etrusche e Delfi. Dati d’archeologia delfica, dans Annali Claudio Faina V, p. 143-169.

Croissant, Fr., 2010, Pour une relecture archéologique du « phénomène orientalisant », dans R. Étienne (éd.), La Méditerranée au viie siècle av J.-C., Travaux de la maison René Ginouvès, 7, p. 311-344.

Defradas, J., 1954, Les Thèmes de la propagande delphique, Paris, Klincksieck.

Felsch, R. C. S., 1998, Delphi und Kalapodi. Zur Frühzeit des Apollonkultes in Mittelgriechenland, dans R. Rolle et K. Schmidt (éd.), Archäologische Studien in Kontaktzonen der antiken Welt, Göttingen, p. 219-236.

Forrest, V.G.G., 1990, Central Greece and Thessaly, CAH III3, p. 286-320.

Gras, M., 1985, Trafics tyrrhéniens archaïques, Paris, BEFAR 258.

Gunter, A., 2009, Greek Art and the Orient, Cambridge, New York.

Jones, D.W., 2000, External relations of Early Iron Age Crete, 1100-600 B.C., Philadelphia, The University Museum.

Kilian-Dirlmeier, I., 1985, Fremde Weihungen im griechischen Heiligtürmen von 8 bis zum begin des 7 Jahrhunderts, JRGZM 32, p. 215-254.

Kilian, Kl., 1977, Zwei italische Kammhelme aus Griechenland, BCH suppl. IV, p. 429-442.

Lerat, L., 1980, Trois boucliers archaïques de Delphes, BCH 104, p. 93-114.

Luce, J.-M., 2009, Fouilles de Delphes II, Topographie et architecture. 13, L’aire du Pilier des Rhodiens (fouille 1990-1992) à la frontière du profane et du sacré, Athènes, Paris, de Boccard.

Martelli, M., 1988, La stipe votiva dell’Athenaion di Jalysos : un primo bilancio, dans S. Dietz et I. Papachristodoulou (éd.), Archaeology in the Dodecanese, Copenhague, p. 104-120.

Martinez, J.-L., 1995, L’Orient delphique. L’image de l’Orient à Delphes aux viiie et viie siècles avant Jésus-Christ, Orient-Occident, Cultures et échanges, Phénomènes d’acculturation en Méditerranée dans l’Antiquité, Sources, Travaux Historiques 36-37, p. 61-70.

Masson, O. et Rolley, Cl., 1971, Un Bronze de Delphes à inscription chypriote syllabique, BCH, 95-1, p. 295-304.

Matthäus, H., 1985, Metallgefässe und Gefässuntersätze der Bronzezeit, der geometrischen und archaischen Periode auf Cypern, München, Beck.

Matthäus, H., 2001, Studies on the Interrelations of Cyprus and Italy during the 11th to 9th Centuries BC, dans L. Bonfante et V. Karageorghis (éd.), Italy and Cyprus in Antiquity: 1500-450 BC (international symposium held at the Italian Academy for Advanced Studies in America at Columbia University, November 16-18, 2000), Nicosia, p. 153-214.

Morgan, C., 1990, Athletes and oracles: the transformation of Olympia and Delphi in the eighth century BC, Cambridge University Press.

Muscarella, O.W., 1992, Greek and Oriental Cauldron Attachements: A review, dans Kopcke, Tokumaru, Greece between East and West, 10th-8th centuries BC: papers of the meeting at the Institute of fine arts (New York University, march 15-16th 1990), p. 16-45.

Naso, A., 2006, Etruschi (e Italici) nei santuari greci, dans A. Naso (éd.) Stranieri e non cittadini nei santuari greci, atti del convegno internazionale, Firenze, Le Monnier università, p. 325-358.

Niemeyer, H.G., 2009, Jahresbericht des Deutschen archäologischen instituts, Abteilung Athen, Archäologische Anzeiger, 2009, 1, p. 109, fig. 4.

Perdrizet, P., 1908, Fouilles de Delphes. Tome V. Monuments figurés : petits bronzes, terres-cuites, antiquités diverses, Paris, A. Fontemoing.

Rolley, Cl., 2005, Du bitume à la résine : à propos du remplissage d’une oreille de griffon de Delphes, BCH 128-129, p. 55-65.

Rougemont, G., 1992, Delphes et les cités grecques d’Italie du sud et de Sicile, La Magna Grecia e i grandi santuari della madrepatria, Atti Taranto 31, p. 157-192.

Rougemont, G., 2008, L’oracle de Delphes et l’archéologie, Arkeoloji Dergisi, 2, p. 173-177.

Schiering, W., 2003, Löwenbändiger und Midas-Thron in Delphi, Epitymbion Gerhard Neumann, Μουσείο Μπενάκη, 2 Παράρτημα, Αθήνα, p 57- 63.

Stampolidis N. et Karetsou A., 1998, Eastern Mediterranean: Cyprus, Dodecanese, Crete: 16th-6th cent. B.C. (Archaeological Museum of Heraklion, March-August 1998), Heraklion,University of Crete.

Stibbe, C.M., 2000, The Sons of Hephaistos, Aspects of the Archaic Greek Bronze Industry, « l’Erma » di Bretschneider, Roma.

Strøm, I., 1998, The Early sanctuary of the Argive Heraion and its external relations (8th – Early 6th cent. B.C.), PDIA, p. 37-125.

Young, R.S., 1981, The Gordion excavations final reports. 1: three Great Early tumuli, Philadelphia, the University Museum.

Haut de page

Notes

2 Strabon IX, 3, 7.

3 Sur l’historicité de cet événement, voir en dernier lieu Luce, 2009, p. 104 et suivantes.

4 Kilian-Dirlmeier, 1985. L’emploi du terme « fremd » y est pourtant problématique, car il a un sens régional assez vague : des objets étrangers des cités proches de chaque sanctuaire ne sont pas comptés, même s’ils appartiennent à une tradition artisanale différente. En outre, tous les objets ne sont pas comptés, l’auteur ne prenant en compte que ceux qui ont une attribution à peu près assurée ; cela fausse quelque peu les proportions.

5 Des flèches partant des régions représentées vers le sanctuaire suggéraient ainsi des déplacements directs d’objets et des flux dont la réalité est difficile à admettre à partir d’une poignée d’objets.

6 Sur la question du « phénomène orientalisant », voir Croissant, 2010, p. 312-344.

7 L’expression « offrande orientale » ne va pas sans soulever des questions : on regroupe ici objets fabriqués en Orient et objets offerts par des Orientaux.

8 On pense souvent aux objets en matériaux périssables (bois, ivoire) ou aux tissus qui auraient fourni un répertoire de formes nouvelles aux artisans Grecs. A. Gunter a montré que cette vision est en grande partie fondée sur le modèle du japonisme de la fin du xixe siècle : Gunter, 2009, p. 74 et suivantes. Mais il est difficile de réfléchir à partir de ce qui a disparu et plus intéressant d’imaginer une démarche active des Grecs recherchant et sélectionnant des motifs originaux : Croissant, 2010.

9 C’est le cas du trône de Midas, des cratères offerts par Gygès, ou encore du support consacré par Alyattes (Hérodote I, 14 et 25).

10 Schiering, 2003, p. 57-63 : l’analyse stylistique de l’applique en ivoire représentant un homme flanqué d’un lion (inv. 9912) ne permet pas pourtant d’y voir à coup sûr un document phrygien.

11 Du point de vue des catégories représentées, et non des quantités conservées : il est vrai que les conditions de conservation du bronze à Delphes sont bien pires que dans les deux sanctuaires de Zeus à Olympie et d’Héra à Samos.

12 Pour ces discussions, on pourra se reporter aux chroniques de Cl. Rolley dans la Revue Archéologique, en particulier celles des années 1984, 1992, 1995, 2002 ; un autre bilan avait été dressé par O.W. Muscarella : Muscarella, 1992.

13 Martinez, 1995.

14 Voir en dernier lieu Rolley, 2005.

15 Les « sirènes » inv. 23972, 2623, 1347 et 8397, ainsi que les sirènes 7725 et 7726.

16 Inv. 2928.

17 Inv. 25109 et exemplaire sans n° d’inventaire (Perdrizet, 1908, p. 26, fig. 101).

18 Luce, 2009 ; Gunter, 2009 : Delphes partage cette particularité avec Olympie.

19 Amandry, 1991, p. 106, fig. 8. Ces appliques, peut-être utilisées comme décor de meubles, peuvent aussi être de fabrication phénicienne.

20 Sur les bronzes phrygiens, Aurigny, à paraître.

21 Young, 1981. Les protomes de taureau servant d’appliques à des chaudrons de bronze peuvent être considérées comme une spécificité de Delphes : malgré les nombreux chaudrons à appliques découverts dans les tumuli de Gordion, la plupart sont des pièces d’importation de la Syrie du Nord. Seules quelques protomes de taureau ont pu être attribuées à une production phrygienne.

22 Mais il n’est pas toujours facile de distinguer entre la vaisselle phrygienne et les adaptations grecques qu’elle a suscitées.

23 Comme cela a été proposé par exemple par I. Strøm pour l’Héraion d’Argos : Strøm, 1998, p. 55.

24 Inv. 1717: Masson, Rolley, 1971; Rolley, 1991, 152-153, n° 14, fig. 14.

25 En particulier à Rhodes, à Cnide, à Samos.

26 Inv. 7226 : Lerat, 1980, 93-103, fig. 1-3. Autres fragments : inv. 3642, inv. 3175, inv. 24787, inv. 24804 et fragment sans n° d’inv.

27 En dehors d’Olympie et de Kalapodi, aucun site continental n’en a conservé.

28 Inv. R92 B080.1 ; Luce, 2009, n° 267 p. 231, pl. 66 H.

29 On situe à Chypre l’invention de coupes ou de bassins à anses horizontales dressées En particulier les anses portant des fleurs de lotus de grande taille remplies de plomb : Matthäus, 1985 et Matthäus, 2001.

30 Il ne semble pas y avoir à Delphes de document oriental ancien, tels que les frontaux du roi Hazael de Samos ou d’Erétrie.

31 En effet, Hérodote précise que l’artiste Glaucos de Chios, qui fabriqua le support de fer du cratère d’Alyattes, et Théodoros de Samos, qui fit le cratère d’argent offert par Crésus, étaient ioniens. Ces offrandes, qui marquent pourtant le sanctuaire de la présence lydienne, sont l’œuvre d’artistes ioniens, si bien qu’on ne peut pas déduire de la fabrication de l’objet l’origine du dédicant ; ce point est corroboré par les sources littéraires.

32 Croissant, 2010, p. 314-316.

33 I. Strøm avait suggéré, en interprétant le matériel métallique trouvé dans le sanctuaire d’Héra à Argos, des liens personnels entre les membres de la cour phrygienne et les prêtres du temple. Une telle interprétation ne semble pas possible pour Delphes : Strøm, 1998.

34 Problème posé de façon très claire dans Briquel, 1998.

35 Kilian, 1977.

36 Sur ces différentes possibilités, Naso, 2006, p. 326-327.

37 (GD 342) voir Luce, 2009, p. 425.

38 Naso, 2006, p. 342 ; A. Naso a étudié la présence d’objets italiques dans les sanctuaires grecs du viiie au ve siècle. Sur la présence tyrrhénienne à Delphes, voir Gras, 1985, p. 694.

39 Des chaudrons et des pointes de lances comparables sont connus à Olympie ; notamment Albanese Procelli, 1993, p. 181 et 188.

40 G. Rougemont a fait le point récemment sur la question des rapports entre l’oracle et l’archéologie (Rougemont, 2008) ; sur la reconstruction du rôle de l’oracle à une époque plus récente Defradas, 1954.

41 Les céramiques les plus caractéristiques de la production eubéenne ne sont pas connues à Delphes au-delà du ixe siècle : Luce, 2009, p. 158-159.

42 Voir pourtant Forrest, 1990, p. 308.

43 Rougemont, 1992, p. 177.

44 Stibbe, 2000, p. 83-85.

45 Sur les liens entre Delphes et la Phocide, on lira dans ce volume la contribution de Jeremy McInerney.

46 La liste des quelques objets étrangers de Kalapodi a été établie dans Felsch, 1998, p. 223 ; n. 21 ; on y ajoutera la coupe assyrienne en bronze travaillée au repoussé découverte en 2008 dans le temple : Niemeyer, 2009.

47 Morgan, 1990, p. 106 et suivantes.

48 En particulier l’aryballe piriforme inv. 3433 : Perdrizet, 1908, p. 92, n° 436, fig. 314.

49 Hérodote I, 14.

50 Morgan, 1990, p. 143-144.

51 Jones, 2000.

52 Boardman, 1995, p. 72 et suivantes.

53 Le matériel du cippe d’Ialysos présente des similitudes avec les offrandes de Delphes : Martelli, 1988.

54 Luce, 2009, p. 194-195.

55 Pour l’assemblage des objets grecs, voir Aurigny, 2010.

56 Il y a en effet des objets phrygiens en Crète, comme des coupes semblables à celles de Gordion par exemple : Stampolidis, Karetsou 1998, p. 241, n° 292 (Eleutherna) et 293 (Inatos).

57 Il s’agit en particulier des protomes de griffon fondues, de fragments de trépied à baguettes et de fragments de ceintures ioniennes.

58 Quel que soit l’isolement de cette statuette, elle a été analysée comme un produit de l’art gréco-lydien des ateliers ioniens et peut-être plus précisément d’Ephèse : Amandry, 1991, p. 199-202, fig. 9-10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. fragment de coquille de tridacne inv. 851, 10 cm
Légende Cliché EFA nég. 37745.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-1.png
Fichier image/png, 560k
Titre Fig. 2. applique de chaudron en forme de tête de taureau inv. 4139, 7,5 cm
Légende Nég. Efa 30930.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-2.png
Fichier image/png, 886k
Titre Fig. 3. fragment de bouclier du type de Herzsprung inv. 3642, 31 cm
Légende Nég. Efa. N 476-124, cliché Ph. Collet.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-3.png
Fichier image/png, 805k
Titre Fig. 4. fleur de lotus fragmentaire inv. 2626, 10 cm
Légende Cliché H. Aurigny.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-4.png
Fichier image/png, 173k
Titre Fig. 5. fragment de casque à bossettes inv. 24904, 8 cm
Légende Nég. Efa 62078.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-5.png
Fichier image/png, 157k
Titre Fig. 6. manchon en bronze, provenant du décor de la caisse d’un char, inv. 23958, 15 cm
Légende Cliché H. Aurigny.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-6.png
Fichier image/png, 451k
Titre Fig. 7. anse de chaudron de bronze inv. 2657, 26 cm
Légende Nég. Efa 62086.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-7.png
Fichier image/png, 224k
Titre Fig. 8. fragment d’arceau inv. 23960, 11 cm
Légende Nég. Efa 62096.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-8.png
Fichier image/png, 505k
Titre Fig. 9. applique de chaudron en forme de « sirène », inv. 8398, 20 cm
Légende Nég. Efa 31262.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-9.png
Fichier image/png, 454k
Titre Fig. 10. bouclier à protome animale inv. 7177, 50 cm
Légende Nég. Efa 16418.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-10.png
Fichier image/png, 986k
Titre Fig. 11. kouros en bronze inv. 2527, 20 cm
Légende Nég. Efa 32588.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-11.png
Fichier image/png, 453k
Titre Fig. 12. applique en ivoire représentant un homme flanqué d’un lion inv. 9912, 22,5 cm
Légende Nég. Efa 14460.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/1997/img-12.png
Fichier image/png, 527k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Aurigny, « Le sanctuaire de Delphes et ses relations extérieures au viie siècle av J.-C. : le témoignage des offrandes », Pallas, 87 | 2011, 151-168.

Référence électronique

Hélène Aurigny, « Le sanctuaire de Delphes et ses relations extérieures au viie siècle av J.-C. : le témoignage des offrandes », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://pallas.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/pallas.1997

Haut de page

Auteur

Hélène Aurigny

Maître de conférences en histoire grecque à l’université d’Aix-Marseille
Centre Camille Jullian, UMR 6573
Aurigny@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org