Navigation – Plan du site
III. Delphes et le reste du monde antique

Découvertes récentes et installation du culte d’Apollon pythien à Claros

Recent discoveries and settling in of the cult of Apollo pythian at Claros
Nuran Şahin et Pierre Debord
p. 169-204

Résumés

Les fouilles de ces dix dernières années permettent de renouveler les connaissances concernant le sanctuaire de Claros. Le site est occupé dès l’époque mycénienne et une déesse féminine y est probablement présente auprès de la source avant Apollon. Un culte formalisé se met en place autour d’un autel rond dès l’époque protogéométrique ; il connaît un fort développement au viie s., de nombreux contacts sont alors établis avec le monde extérieur. Le vie s. est une période particulièrement faste : le sanctuaire est désormais complètement structuré et délimité ; le culte d’Apollon, jusque là à forte connotation vernaculaire, se renouvelle sous l’influence de Delphes. La révolte de l’Ionie entraîne un brutal coup d’arrêt et des destructions importantes : les effets s’en feront sentir jusqu’au ive s.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les fouilles antérieures avaient été menées en 1913 par Théodore Macridy et Ch. Picard (Macridy, Pi (...)
  • 2 Cette contribution doit être lue en parallèle avec celle présentée au colloque de Hiérapolis : The (...)

1Depuis quelques années, la problématique concernant les sanctuaires s’est considérablement renouvelée. Cela vaut tout particulièrement pour ceux qui sont dédiés à Apollon, dont celui de Claros1. Un certain nombre de questions peuvent être posées : l’apparition du culte est-elle liée à la présence du premier habitat, à quand remonte l’établissement d’un organisation structurée, y a-t-il évolution du ou des cultes tutélaires, en d’autres termes Apollon est-il le premier –et le seul– maître des lieux, enfin quelle est la relation avec les groupes humains et les pouvoirs temporels ? De nouvelles données apportent une lumière neuve et amènent à lire autrement les informations que l’on possédait antérieurement2.

1. La présence mycénienne

  • 3 Selon La Genière 1998, p. 237, l’activité du sanctuaire démarre au protogéométrique. Cf. cependant (...)
  • 4 Cf. Furumark, 1992, pl. 143, 259, Rhodo-Mycenaean type III: 259, 2 British M. A866, LHIII A2; Mount (...)
  • 5 Koppenhöfer, 1997, p. 320, Abb. 18, 1-5; Mountjoy, 2001, p. 92, fig. 232.

2C’est là un des apports les plus importants à la connaissance du sanctuaire où rien d’antérieur au début du premier millénaire n’avait été repéré ou identifié avec certitude3. La strate 13 (la plus profonde) a fourni beaucoup de matériel. Un kylix de l’Helladique Récent III B/C ancien (fig. 1, pl. I.1)4 met en évidence la présence de céramique mycénienne sur le site. Ce vase est associé à d’autres d’origine plus locale, par exemple un vase de style « barbare » semblable à ceux de Troie VIIb1 (fig. 2, pl. I.2)5.

  • 6 Weickert, 1957, p. 120, Taf. 32, 4 ; Mountjoy, 1986, p. 200, fig. 268, 3 « FS 217 cup », Submycenae (...)
  • 7 Hägg, 1981, p. 38, fig. 2.
  • 8 Cf. Furumark, 1992, pl. 160, n° 291. London British Mus. inv. A 950, bol, avec des figures féminine (...)
  • 9 Demakopoulou, Divari-Valakou, 2001, Pl. LIII, h.
  • 10 French, 2006, 263, n° : 65 (LH III C 1b), pl. 75, 65 ; Deshayes, 1966, Pl. XLVIII, 7.
  • 11 La Genière, 1993, p. 394, fig. 4.
  • 12 On notera ce type de position de la langue sur une tête de taureau en forme de rhyton (BM A971), He (...)

3Beaucoup de céramiques sont submycéniennes (fig. 3, pl. II.1)6. On observe également la présence de nombreuses figurines anthropomorphes en terre cuite faites à la main (fig. 4, pl. II.27 ; fig. 5, pl. II.38) et en psi au diadème (fig. 6, pl. III.1)9. Parmi les figurines zoomorphes, de petits taureaux en terre cuite faits à la main10 , d’autres faits au tour11 dont un qui a la langue saillante (fig. 7., pl. III.2)12.

  • 13 Ersoy, 1988, p. 59, fig. 3,3 ; Akyurt, 1998, p. 132, fig. 21a ; Borgna, 2004, p. 253, fig. 10-11 ; (...)
  • 14 Ersoy, 1988, p. 58, fig. 3.7; Koppenhöfer, 1997, p. 313, Abb. 6, 5 (IIIC 1); Michailidou, 2008, p.  (...)
  • 15 Cf. Deshayes, 1966, p. 207-8, pl. LXXXVII, 6.

4Parmi les objets en bronze, il convient de noter la présence de couteaux (fig. 8, pl. III.3)13, de flèches (pl. IV.1)14 qui doivent être datés de l’Helladique Récent IIIC ; d’une fibule submycénienne en archet de violon (pl. IV.2)15.

  • 16 En ce sens Müller, 1992, p. 481-486 à propos de Marmaria.
  • 17 Luce, 2008.

5Le matériel décrit ci-dessus démontre que les abords de la source ont été fréquentés sans solution de continuité depuis l’Helladique IIIB/C au moins. La nature de l’occupation ne souffre aucune ambiguïté : on observera que des objets comme les fibules, les idoles en psi16 et même les couteaux peuvent se rencontrer aussi dans des tombes ou des zones d’habitat. Il en va tout autrement des taureaux que l’on considère généralement comme des marqueurs de la présence d’un sanctuaire, s’ils sont faits en céramique tournée et non modelée17. L’absence (à ce jour) de structures contemporaines de ce matériel invite plutôt à penser à un lieu de culte encore peu formalisé.

2. Protogéométrique - géométrique

  • 18 La Genière, Jolivet, 2003, p. 182.

6Il faut noter que plusieurs fragments de cratères, de grands vases fermés, des vases ouverts subprotogéométriques et des bovins avaient été recueillis dans l’emplecton de l’autel semi circulaire en 1992. J. de La Genière les considérait comme appartenant au mobilier de culte avant la construction de l’autel18. Pourtant lors des campagnes 2004 et 2007 est apparue la fondation d’un autel rond plus ancien à la base de l’autel semi circulaire d’un diamètre de 3,70 m. (fig. 9-10-11). Il a été détruit lors de la construction du nouvel autel.

  • 19 Weickert, 1957, Taf. 36, 4 ; Büyükkolancı, 2005, p. 65-77, res. 1-9 ; Tsakos, 2007, Taf. 23, 1.
  • 20 Graeve, 1973/74, Taf. 20; Kerschner et al., 2008, p. 58, Taf. 10 u. 23, GrK 1; Özgünel, 2003, Taf. (...)
  • 21 Özgünel, 2003, Taf. 17, Abb. 1a; Id., 2006, p. 154, lev. XLIII, a-b.; Coldstream, 20032, p. 259, fi (...)
  • 22 Graeve, 1973/74, Taf. 23-24.; Id., 1975, Taf. 10,50; Akurgal et al., 2002, p. 101-102, Taf. 2, 36-3 (...)
  • 23 Le postulat que cette figurine représente une déesse et non une simple parturiente est évidemment q (...)
  • 24 Son sanctuaire a été fouillé dans les années 20 par une équipe américaine. Il sert simultanément av (...)
  • 25 Büyükkolancı, 1996, p. 371-381. cf. sp. p. 373, à l’Est du temple d’Athéna, dans le pronaos d’un no (...)
  • 26 Alamandağ, le Gallèsion dans l’Antiquité : Strabon 14, 1, 27. Cf. IEphesos 3401= LSAM 29. Meriç, 20 (...)
  • 27 La Genière 1992, p. 15-16 et fig. 2, après Macridy, 1912, p. 57, fig. 26 ; Macridy et Picard, 1915, (...)
  • 28 Schuchhardt, 1886, p. 430-432.
  • 29 Luce, 2008, p. 437 ; à noter que l’une des traditions concernant l’origine de l’oracle à Delphes (A (...)
  • 30 St. Georgoudi soutient l’idée qu’à l’origine les oracles étaient ceux de la Terre-mère : Georgoudi, (...)

7La couche qui lui est associée a fourni beaucoup de matériel, le plus précoce étant constitué par des céramiques protogéométriques anciennes (pl. V.1)19. On ajoutera des céramiques géométriques. Le répertoire des formes de vases est caractérisé par une prédominance de formes ouvertes : bols à boire, cotyle à méandre (fig. 12)20, cotyle à losanges21. On notera aussi la présence de vases à oiseaux assez nombreux22, d’un vase dont le col a la forme d’une tête d’homme, d’une tête de figurine et deux chevaux. Les figurines les plus récentes représentent presque uniquement des animaux, surtout de grands bovidés en terre cuite, brûlés ou non brûlés, creux à l’intérieur, faits au tour (pl. V.2). La pièce la plus remarquable est une figurine en terre cuite représentant une déesse mère23 accouchant (pl. VI.1). Désormais l’existence primordiale d’un culte féminin n’est plus l’expression d’un point de vue tout théorique. La Meter était déjà bien attestée dans l’environnement clarien : on rappellera que la Meter Antaia est la principale divinité poliade de Colophon24. On pensera aussi au culte de Cybèle à Notion25, à la Meter Gallèsia sur le mont Gallèsion26, ensemble de collines qui sépare les territoires de Colophon et de Métropolis. A Claros même, deux figurines hellénistiques représentant Cybèle ont été découvertes au nord de l’autel d’Apollon. Enfin et surtout, tout près de la grotte située au nord-est du sanctuaire (supra), se trouvait un relief représentant une déesse accostée d’animaux sauvages27. L’inventeur de cet antre28 avait conclu qu’il s’agissait de l’emplacement primitif de l’oracle. Si l’on attribue les premières manifestations de l’activité oraculaire à Apollon, il faut renoncer à ce point de vue. Celui-ci redeviendrait recevable si l’on admet que l’oracle clarien des origines était celui de la Terre-Mère. Notons qu’à Delphes J.-M. Luce29 présente une proposition tout à fait comparable avec l’idée que le premier oracle pourrait avoir fonctionné non pas dans le futur enclos apollinien mais auprès de la fontaine Castalie et qu’il était alors dédié à un couple Gè/Poseidon30.

3. L’archaïsme

3. 1. Matériel archaïque

  • 31 La Genière, 2003, p. 200-213 et pl. XXVI, 1K.
  • 32 Şahin, 2009, p. 113-118.

8En 1992, J. de La Genière avait découvert quelques blocs appartenant à un autel qu’elle pensait être circulaire (diamètre estimé d’environ 6, 20/6, 30 m)31. Pour en vérifier le plan le reste du parement nord et la totalité de celui du sud ont été dégagés à partir de 2002. Il a aussi été constaté que la partie est avait été détruite au moment de la construction de l’autel rectangulaire qui lui succède. Une question importante restait posée, celle de la limite ouest : pour y répondre, il a été vérifié en 2008-201032 que sous les assises de l’autel rectangulaire on pouvait repérer les départs nord et sud d’un mur rectiligne, l’autel n’était pas rond mais semi-circulaire (fig. 13).

  • 33 Şahin, 2009, p. 115, 124, fig. 1.
  • 34 Boardman, 1967, pl. 51, 593 (période IV).
  • 35 Schattner, 2007, Abb. 90, 42, 49.

9 J. de La Genière datait la construction de cet autel de la deuxième moitié du viie s. Mais elle soulignait l’absence de mobilier allant de la fin du viie à la première moitié du vie s. lié à l’utilisation de l’autel. Celle-ci a été démontrée jusqu’au vers le milieu du vie s. par la présence de céramiques orientalisantes (fig. 14)33 et de différents types de vases (skyphos34, vase fermé35, etc .) provenant de l’intérieur de l’emplecton coté sud.

Parmi les pièces découvertes dans ce niveau, les plus remarquables sont :

    • 36 Boardman, 1990, p. 1, situe l’essentiel de la production entre 740 et 720.
    • 37 Buchner, Boardman, 1966, p. 1-62 ; Boardman, 1990, p. 1-17 ; Huber, 1998, p. 109-133 (p. 118, viiie(...)
    • 38 Un assez strict parallèle (seule différence importante le personnage assis est tourné vers la droit (...)

    Un sceau scaraboïde (serpentine gris-vert) qui est la trouvaille la plus ancienne et fournit un terminus post quem. En effet on propose généralement une fourchette viiie-début viie s. pour cette série36 (pl. VI.2) du « Lyre-Player Group »37 qui se caractérise par un traitement très stylisé et linéaire des formes, des remplissages avec des hachures et des têtes globulaires. Il représente un personnage assis jouant de la phorminx avec face à lui une femme debout38. Cette découverte est tout à fait importante pour la chronologie de l’implantation d’Apollon à Claros car, même si tel n’était pas à l’origine le choix du graveur, qui peut s’expliquer tout différemment dans un contexte levantin, il paraît très probable qu’en revanche le choix de ce thème par le dédicant est bien lié au lieu de la consécration et que le personnage principal a été lu comme un Apollon musicien.

    • 39 Blinkenberg, 1931, p. 370-391, pl. 60-62 ; James, 1962, p. 478-511 (le plus proche parallèle du not (...)

    Un autre sceau scaraboïde en faïence grise daté du viie s. porte des caractères hiéroglyphiques39. L’origine en est probablement égéenne (Rhodes ?) ;

    • 40 Chavanne, 1990, pl. XV, 492-3, 495 ; Tsakos, 2007, Taf. 27/1.
    • 41 Cf. Güngör, 2006, fig. 4, Tombe 80, 80-15-06, daté de 550-525. Une autre rape avait été découverte (...)
    • 42 Derin, Muscarella, 2001, fig. 6, n°: 71-73, 76-77, 81.

    une fibule phrygienne semi-circulaire ayant trois renflements décoratifs40, un fragment d’une rape de bronze doré41, des flèches en bronze doré42 ;

    • 43 BMC Ionia, p. 3, 9 ; SNG von Aulock 1769 ; SNG Kayhan, 680. Nous remercions Fabrice Delrieux pour l (...)

    une hecte en électrum de poids lydo-milésien, appartenant à un atelier indéterminé d’Ionie43, datant de 600-550 av. J.-C. (pl. VI.3a et 3b).

  • 44 Sur les rapports entre le royaume lydien et l’Ionie, Kerschner, 2010, p. 247-265.

10En bref un mobilier très abondant qui couvre une période allant de la fin du viie à la première moitié du vie s. La date proposée pour les matériels amène à dater la construction de l’autel de la période postérieure à l’attaque de Gygès contre Colophon et même plutôt après sa mort donc après 64444.

3. 2. La voie sacrée ancienne 

  • 45 Şahin, 2008, p. 213.

11Les fouilles effectuées sur la voie sacrée font apparaître deux états. La voie la plus ancienne a une largeur de 4,07m., elle est constituée de blocs de calcaire (fig. 15)45.

  • 46 Gabrici, 1927, p. 320, pl. 87, 8; Lo Porto, 1959-60, kat. n° 20574, fig. 37c; Dehl Kaenel, 1995, p. (...)
  • 47 Payne, 1971, p. 211; Amyx, 1988, vol. III, pl. 19, 2a.
  • 48 Yılmaz, 2008, p. 250-253, fig. 17-23.
  • 49 Parke, 1985, p. 112-124. Contra La Genière, 1998, p. 253.
  • 50 La Genière, 1992b, p. 195-208.

12Le mobilier le plus précoce découvert sous les blocs est constitué par des aryballes46 et alabastres corinthiens anciens (fig. 16)47, ce qui fournit un terminus post quem dans le dernier quart du viie siècle. Dans la state qui lui est immédiatement superposée ont été mis au jour des vases datant de la fin du vie s.48 Cela signifie que cet état de la voie était en fonction entre le dernier tiers du viie et le milieu du vie siècle. Le fait qu’elle soit tournée vers Sud met en évidence que Claros était orientée vers Notion (Colophon-sur-Mer) depuis du dernier tiers du viie jusqu’à la première moitié du ive siècle comme le suggérait H. W. Parke49. Nous retenons l’hypothèse de J. de La Genière50 selon laquelle il est très probable qu’existait déjà aussi un petit temple ou naïskos. Celui-ci correspondait à l’autel semi-circulaire et l’état le plus ancien de la voie sacrée : on doit considérer que désormais le sanctuaire de Claros est complètement structuré. Comme celui de Didymes, ce temple pourrait avoir été construit autour du puits dans lequel la source sacrée existe encore.

4. Le vie s.

13Le sanctuaire connaît un évident premier « âge d’or » à partir du milieu du vie s. C’est ce que nous disent tout un ensemble d’informations concordantes.

4. 1. Le domaine d’Apollon

4. 1. 1. Le temple

  • 51 Cf. déjà La Genière, Jolivet, 2003, pl. XXXVI, 1.

14Les substructions du temple archaïque avaient été aperçues lors de la fouille de L. Robert et R. Martin puis dans un sondage effectué par J. de La Genière. Elles ont été à nouveau mises au jour par des nettoyages réalisés en 2010 et supervisés par J.-Ch. Moretti. Le monument est en marbre blanc, il est fondé sur deux assises de grès et de brèche. Sont apparus deux blocs de la plinthe du mur sud (fig. 17)51 ainsi qu’une assez longue section de la plinthe du mur ouest. Vers l’ouest la construction était prolongée par un dallage de marbre blanc. Le naos archaïque a probablement été arasé au moment de la construction du temple hellénistique mais il lui a donné son orientation et a déterminé les dimensions de l’adyton. La largeur de l’édifice : 8,30 m, retenue par J. de La Genière, n’a pas pu être vérifiée en raison du danger suscité par la masse des pierres en surplomb du sondage.

  • 52 La Genière, Rougetet, 2003, p. 169-171 ; mobilier, pl. XXXVI, 2.

15Tout le matériel récupéré au cours de l’opération de consolidation en 1990 est datable du milieu du vie s.52, ce qui fournit la date approximative de construction de l’édifice. Entre 2007 et 2010 différents sondages effectués immédiatement au sud-est du temple ont mis au jour un tambour de colonne d’un diamètre de 0,46 m (fig. 18) et de nombreux éléments de couverture : tuiles peintes, fragments de kalyptères, d’une longueur de 45 cm, comme à Didymes, strotères, antéfixe intact dont le décor rappelle les chapiteaux éoliens (Pl. VII.1), fragment d’acrotère. Ils ont de bonnes chances d’avoir appartenu au temple archaïque.

  • 53 Vitruve 4, 1, 3-6 ; Hésychius s.v. Voir Gros, 1993, p. 59-67.

16La très belle qualité du matériau et du travail amènera à reposer la question de l’identification de ce monument au fameux temple dorique d’Apollon Panionios mentionné par Vitruve et Hésychius53.

4. 1. 2. L’autel d’Apollon

17L’autel rectangulaire (dimensions : 14,8 x 6 m, hauteur conservée 3 m, fondation de 0,80 m incluse) est le plus spectaculaire des trois superposés. Ses orthostates ont été réalisés en grès de couleurs variées. Ce monument ne peut guère être associé qu’à Apollon. Il stérilise l’autel semi-circulaire précédent qui est désormais inclus dans son remplissage (pl. VII.2).

18Parfaitement nette sur trois côtés (N S W) la première assise de l’élévation du mur du podium supportant l’autel a disparu à l’E. Elle est en revanche parfaitement lisible en négatif sur l’assise inférieure orientale qui appartient à la circulation périphérique, l’empreinte est davantage creusée au NE (probablement pour rétablir un niveau exact par rapport au sud). Les côtés Nord et sud sont dotés d’orthostates. Vers l’avant, côté ouest, apparaît un appareillage très différent : la face antérieure des blocs est rectiligne, l’intérieur travaillé en quasi demi-cercle. Le niveau d’arasement de l’autel précédent ainsi que la hauteur du massif de remplissage implique la présence d’une file supplémentaire de blocs, d’une hauteur minimale de 0,30 cm avant le niveau des dalles qui supportaient l’autel proprement dit, dont il ne subsiste aucune trace. De nombreux fragments d’enduit stuqué (rouge et blanc) étaient encore en place au moment de la fouille sur les orthostates du sud. La fondation de cet autel est recouverte par une strate très mince composée d’éclats de marbre (maximum 5 cm d’épaisseur) destinée au nivellement de l’ensemble.

19Les sources littéraires tendent à accréditer l’idée que le maître des lieux est Apollon mais le reste de la documentation montre qu’à ce moment nous sommes encore en présence d’un véritable sanctuaire double pour Artémis et Apollon.

4. 2. Le domaine d’Artémis

  • 54 Sezgin, 2008, p. 192-195.
  • 55 La Genière, 1998, p. 244.

20Au nord du secteur consacré à Apollon se trouve le domaine d’Artémis sur lequel pour l’instant on ne possède pas beaucoup d’information publiée54. Un premier problème est posé par l’identification des monuments, en particulier en ce qui concerne « l’édifice archaïque d’Artémis », construction de plan carré dotée de quatre piliers internes55. Vers l’est, un autel de petite taille est raisonnablement attribué à la déesse. Il est associé au niveau du sol qui caractérise l’occupation du vie s. av. J.-C. Un écoulement composé de tuiles peintes a été placé sur le côté Est de cet autel pour recevoir le sang des animaux sacrifiés. Ce canal est contemporain du premier état du bâtiment archaïque d’Artémis.

  • 56 Jacquemin, Morant, 1999, p. 287-288. A Xanthos les Nymphes sont associées au culte de Léto, Frei, 1 (...)

21Au cours de la campagne 2009 a été mis au jour un troisième autel au sud de l’autel rectangulaire (fig. 19) ; ses dimensions sont modestes :1,90 x 1,00 m, hauteur totale 1,22 m (fondation de 0,26 m incluse). Il est construit au même niveau que les deux autres autels et il est leur contemporain. Tout le secteur est relié par un niveau de sol dont le substrat est nettement lisible (fig. 20). A quelle divinité attribuer cet autel ? Nous sommes alors en terrain complètement hypothétique : aurions nous enfin une trace palpable de la présence de Léto ? On a depuis longtemps observé que Léto est en relation avec le milieu liquide et cela convient parfaitement à Claros56. On doit aussi rapprocher des figurines représentant une « déesse portant deux enfants » datées de l’époque archaïque tout en notant cependant qu’elles ont été découvertes dans le secteur dit « d’Artémis ».

4. 3. La voie sacrée (2e état)

  • 57 Şahin, 2008, p. 213.
  • 58 Yilmaz, 2008/2, p. 247-250, fig. 4-27.

22Elle est constituée de blocs de dalles en brèche ; sa largeur totale est de 4,50 m, la longueur dégagée à l’heure actuelle est de 38 m (pl. VIII.1)57. Les céramiques découvertes sous les blocs sont de style orientalisant, d’autres décorées par des bandes ou à figures noires appartiennent clairement au vie siècle alors que celles trouvées au dessus de cette voie sont bien datées de la première moitié du ive siècle. Cela donne une fourchette de fonctionnement entre le milieu du vie et la première moitié du ive siècle58.

  • 59 Whitley, 2001, p. 213-223 (carte p. 221).

23Cette voie était bordée de kouroi sur ses deux côtés (fig. 21). Certains chercheurs ont souligné que l’implantation de kouroi /korai est une pratique qui appartient pour l’essentiel à la Grèce centrale, nous sommes donc ici à l’extrémité Est de la diffusion de ce modèle59.

4. 4. Apollon Pythios

  • 60 LIMC I, W. Lambrinundakis, s.v. « Apollon », p. 228, n° 351, intérieur de coupe attique à figures r (...)
  • 61 Cf. les parallèles dans Jeffery, 1961.

24Une découverte exceptionnelle a été faite en 2008. Il s’agit d’un fragment de marbre gris formant un arc de cercle trouvé immédiatement à l’ouest de l’autel rectangulaire archaïque dédié à Apollon dans une couche d’incendie contenant du matériel disparate. Il a le même diamètre (0,46 m) que le tambour de colonne précité et il est donc tentant de penser qu’il appartient au même ensemble. Un graffiti y est incisé à la pointe sèche (fig. 22). Le dessin est l’œuvre de quelqu’un qui a une bonne maîtrise de son art. Le décor est assez complexe mais l’élément principal est un personnage nu debout, représenté de profil à gauche dont n’est conservée que la partie basse de la tête. En fonction du lieu de la découverte il est évidemment très tentant de reconnaître Apollon (fig. 23) et, parmi les représentations du dieu, une coupe attique à figures rouges du ve s. fournit le parallèle le plus étroit. Ce rapprochement pourrait faire question pour la date qu’il convient d’attribuer au dessin mais il doit être tout aussitôt noté que les éditeurs de ce vase ont depuis longtemps émis l’hypothèse que l’image reproduisait un agalma plus ancien60. Le dieu semble descendre d’un navire dont la proue est en forme de protomé de sanglier. L’hypothèse apollinienne est confirmée par le fait que en bas à droite du personnage ont été gravées les lettres ΠΥΘ. La cassure de la pierre ne permet pas de préciser s’il existait d’autres lettres mais, dans cette hypothèse, on ne peut envisager d’autre restitution que πύθ[ιος]. La forme du upsilon sans haste verticale et le theta recoupé d’une croix invitent à placer l’écriture dans la 2e moitié du vie s.61 et cela ne contredit pas ce qui a été noté plus haut concernant la facture du dessin.

  • 62 Conservé à Paris au Cabinet des Médailles sous le n° 428 (LIMC « Artémis » 1097a) ; Ridder, 1901, p (...)
  • 63 Sur la frise du temple, Van Bremen, 2010, p. 483-503.
  • 64 Laumonier, 1958, p. 351 et note 3.

25Un trait intéressant mais qui reste énigmatique est ce qu’Apollon porte dans sa main droite (il tient un arc de la gauche, le dessin est assez maladroit) : on attendrait une flèche, une phiale, un corbeau (comme sur la coupe attique) … et c’est un lièvre. Un seul parallèle peut être allégué : sur un cratère en cloche apulien datant des environs de 370 a.C.62 Apollon est assis à droite tenant d’une main une branche de laurier et de l’autre un lièvre ou un lapin. Il est associé à une Artémis aux vêtements de facture orientale (certains y voient Bendis) et à Hermès. A notre connaissance aucun autre rapprochement pertinent avec l’iconographie apollinienne ne peut être effectué. Certes on notera la présence du lièvre en relation avec le monde divin à Lagina en Carie (et les Cariens sont les premiers habitants du pays de Colophon…) mais on doit tout aussitôt présenter plusieurs constats : les thèmes mythiques de Lagina concernent d’autres divinités63 et le lièvre a pour principale fonction de trouver une étymologie grecque au toponyme du sanctuaire64, bien que ce dernier soit beaucoup plus vraisemblablement d’origine vernaculaire, enfin et surtout il serait contradictoire d’insister sur une spécificité carienne alors que l’on veut au contraire mettre en avant le rôle de Delphes.

  • 65 Sur le détail de ces questions, cf. notre contribution au colloque de Hiérapolis.

26A cette époque Artémis et Apollon sont placés sur un même plan. C’est ce que démontre l’exacte symétrie des dédicaces à ces deux divinités par leur « premier prêtre », Timonax sur deux des statues retrouvées. Pour aller à l’essentiel, nous pensons que cela signifie qu’est mis en place un nouvel ordre politico-religieux sous la tutelle de Colophon, dont l’initiateur et premier prêtre est Timonax65.

4. 5. Le temenos

  • 66 Bergquist, 1967.
  • 67 La Genière, 1998, p. 243, Plan. 1 n° 18.

27C’est probablement une section de son mur méridional qui a été repérée dans un sondage effectué à environ 30 m au Sud-Est du temple hellénistique (fig. 24). Ce mur d’une largeur de 0,60 m est associé à du matériel du e s. Il est de même orientation que le dernier autel archaïque66. Il doit être aussi observé que le sol dont on constate la présence dans tout le sanctuaire au vie s. arrive au contact de ce mur au nord de celui-ci mais n’existe pas au sud, où l’on note en revanche la présence d’un habitat dont les états successifs s’étagent du vie s. au début de l’époque hellénistique (fig. 25) et dont les niveaux les plus récents témoignent d’une activité artisanale. Cet habitat se trouvait alors à l’extérieur du temenos. Cette hypothèse est renforcée par la présence d’un atelier découvert dans un sondage effectué en 1997 au sud du mur67.

5. La lente renaissance du ve s.

28L’un des résultats importants des nouveaux sondages sur l’autel rectangulaire est la découverte de trois blocs à anneaux de marbre blanc placés côte à côte provenant de l’ouest de l’autel dont deux de grandes dimensions et bien taillés (fig. 26). Celui du Sud portait deux anneaux de fer alors que les blocs à anneaux hellénistiques n’en ont qu’un seul. Il parait difficile de lier deux taureaux en même temps sur le même bloc. Cette disposition conviendrait plutôt pour des béliers et d’autres petits animaux. Et en effet, les analyses des ossement des animaux sacrifiés provenant de l’autel rectangulaire ont montré que le pourcentage des os de béliers était de 60 % et seulement de 40 % pour les bovins.

29Les trois blocs sont fondés sur une couche brûlée, épaisse d’une vingtaine de cm, qui contenait du charbon de bois et aussi de nombreux fragments de stuc blanc et rouge. Cette strate a fourni des céramiques de la fin du vie et du début du ve siècle, des tuiles peintes et des centaines de statuettes entières ou fragmentaires, brûlées ou non. La majorité d’entre elles représentaient Apollon debout, vêtu d’un chiton et d’un himation tenant une lyre, une cithare ou un barbiton. Les plus récentes, de style sévère, sont datées du premier quart du ve siècle (pl. VIII.2). Il semble que l’on peut en déduire que le sanctuaire a été brûlé comme celui de Didymes après la révolte des Ioniens et après la prise de Notion par les Perses. L’oracle est ensuite resté silencieux jusqu’à la conquête par Alexandre. 

6. Conclusion

30Il existe désormais à Claros d’incontestables preuves d’une occupation à l’époque mycénienne. Pour autant, sommes nous en présence d’un sanctuaire et, si oui, de quel type ? Le lieu (une source d’eau douce près de la mer) et la nature des objets découverts plaident en ce sens. Cependant, pas plus ici que sur des sites comparables, il n’est possible de démontrer l’existence d’un sanctuaire organisé. Il est par conséquent plus tentant de considérer qu’il y avait à proximité de la source un culte peu formalisé qui n’a pas laissé de traces architecturales. La tradition littéraire fait des Cariens les premiers occupants du pays de Colophon.

31Les choses changent, peut-être dès le xe s., avec la présence d’un autel désormais clairement délimité par un cercle de pierres ; ce dernier est associé à des offrandes de belle qualité. Il est très difficile de penser qu’à ce moment le lieu est consacré à Apollon. On pensera parmi d’autres arguments à la présence de la figurine illustrant un accouchement.

32Une autre étape importante se traduit sur le terrain par des aménagements très significatifs : un premier état d’une « voie sacrée », l’autel semi-circulaire déjà très élaboré. Cela suppose l’organisation d’un sanctuaire ayant atteint un niveau de notoriété au moins au niveau régional. A ce moment l’hôte principal du sanctuaire est déjà certainement Apollon. Mais quel Apollon ? Il s’agit très probablement à ce moment d’une divinité épichorique au racines anatoliennes.

33Un dernier avatar décisif se produit peu avant le milieu du vie s. c’est-à-dire le moment où Crésus règne en maître sur l’Anatolie occidentale et où il entretient des liens privilégiés avec Delphes. Les changements concernent divers domaines :

  • d’abord dans l’ordre architectural, le sanctuaire voit se multiplier les constructions remarquables et en particulier le temple que l’on commence à connaître un peu moins mal. Un véritable plan d’ensemble du sanctuaire est l’objet d’une réflexion globale. Un édifice consacré à Artémis, trois autels rectangulaires dédiés à Apollon, à Artémis et à une divinité inconnue, ainsi qu’un nouvel état de la voie sacrée sont construits.

  • La décoration (essentiellement kouroi et korai) prend pour modèle des exemples de la Grèce centrale.

  • Un document à la fois épigraphique et figuré montre que désormais la référence est Delphes

  • Enfin, ce renouveau paraît être l’œuvre d’un certain Timonax, à coup sûr un Colophonien, il concrétise la mainmise de la cité sur ce sanctuaire extra-urbain. Nous sommes ici incontestablement en présence d’un des moments privilégiés de l’existence du sanctuaire.

34La fin du royaume des Mermnades ne paraît pas avoir eu de conséquences fâcheuses pour Claros et plus généralement pour les sanctuaires d’Anatolie occidentale : Cyrus et ses successeurs firent preuve de tolérance à l’égard des cultes des Grecs. Cette période faste connaît un coup d’arrêt brutal avec la répression de la révolte de l’Ionie.

Fig. 1. Kylix mycénien

Fig. 1. Kylix mycénien

Fig. 2. Céramique « barbare »

Fig. 2. Céramique « barbare »

Fig. 3. Céramique submycénienne

Fig. 3. Céramique submycénienne

Fig. 4. Figurine faite à la main

Fig. 4. Figurine faite à la main

Fig. 5. Figurine en Psi

Fig. 5. Figurine en Psi

Fig. 6. Figurine en psi au diadème

Fig. 6. Figurine en psi au diadème

Fig. 7. Taureau à la langue saillante

Fig. 7. Taureau à la langue saillante

Fig. 8. Couteau en bronze

Fig. 8. Couteau en bronze

Fig. 9. Autel rond et la superposition des trois autels

Fig. 9. Autel rond et la superposition des trois autels

Fig. 10. L’autel rond recouvert par le semi-circulaire, côté nord

Fig. 10. L’autel rond recouvert par le semi-circulaire, côté nord

Fig. 11. L’autel rond, côté sud

Fig. 11. L’autel rond, côté sud

Fig. 12. Cotyle à méandre

Fig. 12. Cotyle à méandre

Fig. 13. Autel semi circulaire

Fig. 13. Autel semi circulaire

Fig. 14. Cotyle orientalisant

Fig. 14. Cotyle orientalisant

Fig. 15. Voie sacrée archaïque ancienne

Fig. 15. Voie sacrée archaïque ancienne

Fig. 16. Alabastre corinthien

Fig. 16. Alabastre corinthien

Fig. 17. Deux blocs de la plinthe du mur sud du temple archaïque

Fig. 17. Deux blocs de la plinthe du mur sud du temple archaïque

Fig. 18. Tambour de colonne

Fig. 18. Tambour de colonne

Fig. 19. Le troisième autel du vie s.

Fig. 19. Le troisième autel du vie s.

Fig. 20. Substrat du sol du vie s.

Fig. 20. Substrat du sol du vie s.

Fig. 21. Kouros 2003

Fig. 21. Kouros 2003

Fig. 22. Apollon Pythios

Fig. 22. Apollon Pythios

Fig. 23. Apollon Pythios

Fig. 23. Apollon Pythios

Fig. 24. Le mur méridional du temenos

Fig. 24. Le mur méridional du temenos

Fig. 25. Habitat au sud du temenos

Fig. 25. Habitat au sud du temenos

Fig. 26. Blocs à anneaux

Fig. 26. Blocs à anneaux
Haut de page

Bibliographie

Akurgal, M. et al., 2002, Töpferzentren der Ostägäis. Archäometrische und archäologische Untersuchungen zur mykenischen, geometrischen und archäischen Keramik aus Fundorten in Westkleinasien, Wien.

Akyurt, M. İ., 1998, M.Ö. 2. Binde Anadolu’da Ölü Gömme Adetleri, Ankara.

Amyx, D. A., 1988, Corinthian Vase Painting of the Archaic Period, vol. I-III, Berkeley.

Bats, M. et D’Agostino, B., 1998, Euboica: L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente: atti del convegno internazionale di Napoli, 13-16 Novembre 1996, Napoli.

Bergquist, B. 1967, The Archaic Greek Temenos, Lund.

Blegen, C. W., 1921, Korakou: A Prehistoric Settlement near Corinth, Boston-New York.

Blinkenberg, Chr., 1931, Lindos. Fouilles de l’Acropole 1902-1914, I : Les petits objets, Berlin.

Boardman, J., 1967, Excavations in Chios 1952-1955 Greek Emporio, The British School at Athens, Oxford.

Boardman, J., 1990, The Lyre-Player Group. An Encore, AA, p. 1-17.

Borgna, E., 2004, Aegean Feasting: A Minoan Perspective, Hesperia, 73, p. 247-279.

Buchner, G. et Boardman, 1966, J., Seals from Ischia and the Lyre-Player Group, JdI, 81, p. 1-62.

Büyükkolancı, M., 1996, 1994 Yılı Notion Kazıları , VI. Müze Kurtarma Kazıları Semineri, p. 371-381.

Büyükkolancı, M., 2005, Eski Efes-Ayasuluk Tepesi, Ramazan Özgan’a Armağan, İstanbul, p. 65-77, res. 1-9.

Cahill, N. D., 2010, The Lydians and Their World, İstanbul.

Cambitoglu, Al. et Trendall, Ar. D., 1961, Apulian red- figured vases painters of the plain style, New York.

Chavanne, M.-J., 1990, La nécropole d’Amathonte. Tombes 110-385. IV. Les petits objets. Etudes chypriotes, 12.

Cobet, J. et al., 2007, Frühes Ionien eine Bestandsaufnahme. Panionion –Symposion Güzelçamlı 1999, Mainz am Rhein.

Coldstream, J. N., 20032, Geometric Greece 900-700 B.C., London-New York.

Colombo, I.C. et Sepelli T. (éd.), 1998, Sibille e linguaggi oracoleri, Mito, Storia, Tradizione. Convegno Macerata 1994.

Courtils, J. des et Moretti, J.-Ch., 1993, Les grands ateliers d’architecture dans le monde égéen du vie siècle av. J.-C. Actes du colloque d’Istanbul, 23-25 mai 1991, İstanbul.

Çilingiroğlu, A.A. et Salvini, M. (éd.), 2001, Ayanis I. Ten Years Excavations at Rusahinili Eiduru-Kai 1989-1998.

D’Agata, A.L., 2007, Evolutionary Paradigms and Late Minoan III. On a Definition of LMIII C Middle, dans S. Deger-Jalkotzy et M. Zavadil, 2007, p. 89-118.

Deger-Jalkotzy, S. et Zavadil, M., 2007, LH III C Chronology and Synchronisms II LH III C Middle (Proceeding of the International Workshop, Vienna 2004).

Dehl-von Kaenel, Chr., 1995, Die archaische Keramik aus dem Malophoros – Heiligtum in Selinunt, Berlin.

Demakopoulou, K. et Divari-Valakou N., 2001, Evidence for Cult Practice at Midea:Figures, Figurines and Ritual Objects, dans R. Laffineur et R. Hägg, 2001, p. 181-190.

De Ridder, A., 1901, Catalogue des vases peints de la Bibliothèque Nationale, Paris.

Derin, Z., et Muscarella, O. W., 2001, Iron and Bronze Arrows, dans A.A Çilingiroğlu, 2001, p. 189-217.

Deshayes, J., 1966, Argos, les fouilles de la Deiras, Paris.

Dunbabin, T.J. (éd.), 1962, Perachora II. The sanctuaries of Hera Akraia and Limenia, II, Oxford.

Ekin Meriç, A., 2007, Metropolis Ana Tanrıça Kült Mağarası, (Thèse de Doctorat. non publiée), İzmir.

Ersoy, Y., 1988, Finds from Menemen/Panaztepe in the Manisa Museum, ABSA, 83, p. 55-82.

Evely, D., 2006, The Small finds dans D. Evely, 2006, p. 265-302.

Evely, D. (éd.), 2006, Lefkandi IV. The Bronze Age The Late Helladic IIIC Settlement at Xeropolis, Athens.

Frei, P., 1990, Die Götterkult Lykiens in der Keiserzeit, ANRW 18.3, p. 1816-1820.

French, E., 2006, The terracotta figurines, dans Evely, D., 2006, p. 257-263.

Furumark, A., 1992, Mycenaean Pottery III, Plates, Stockholm.

Graeve, V. von, 1973/74, Milet. Bericht über die Arbeiten im Südschnitt an der hellenistischen Stadtmauer 1963, MDAI(I) 23/24, p. 63-115.

Graeve, V. von, 1975, Milet. Vorläufiger Bericht über die Grabung im Südschnitt an der hellenistischen Stadtmauer 1966, MDAI(I) 25, p. 35-59.

Gabrici, E., 1927, Il Santuario della Malophoros a Selinunte, MonAnt, 32, p. 1-44.

Georgoudi, St., 1998, Les porte-parole des dieux : réflexions sur le personnel des oracles grecs, dans I.C. Colombo, T. Sepelli (éd.), 1998, p. 315-365.

Gros, P., 1993, Apollon, la ligue ionienne et les origines de l’ordre dorique, selon Vitruve, IV, 1, 3-6 dans J. des Courtils et J.-Ch. Moretti, 1993, p. 59-67.

Hägg, R., 1981, Official and Popular Cults in Mycenaean Greece, dans R. Hägg et N. Marinatos, 1981, p. 35-40.

Hägg, R. et Marinatos, N., 1981, Sanctuaries and Cults in the Aegean Bronze Age, Stockholm.

Güngör, Ü., 2006, Klazomenai Yıldıztepe Nekropolisi, İzmir, (Basılmamış Doktora Tezi).

Head, B. V., 1892, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum-Ionia, London.

Hölbl, G., 1979, Beziehungen des ägyptischen Kulturgutes zu Altitalien I, Leiden.

Hölbl, G., 1999, Funde aus Milet, VIII: Die Aegyptiaca vom Aphroditetempel auf dem Zeytintepe, AA, p. 345-371.

Hölbl, G., 2008, Ägyptisches Kulturgut im archaischen Artemision, dans U. Muss, 2008, p. 119-161.

Hölbl, G., 2007, Ionien und Ägypten in archaischer Zei, dans J. Cobet et al., 2007, p. 447-461.

Huber, S., 1998, Erétrie et la Méditerranée à la lumière des trouvailles provenant d‘une aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros, dans M. Bats et B. D’Agostino (éd.), 1998, p. 109-133.

Huber, S., 2003, L’aire sacrificielle au nord du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros, Athènes.

Işık, F., 2007, Protogeometrik Yontucuklar Işığında Ege Göçlerinin Niceliği ve Ionia Kültür Kimliği Üzerine, dans E. Öztepe et M. Kadıoğlu, 2007, p. 205-216.

James, T.H.G., 1962, The Egyptian-Type objects, dans T.J. Dunbabin (éd.), 1962, p. 478-511.

Jacquemin, A. et Morant, M.-J., 1999, Inscriptions de Kadyanda, Ktema, 24, p. 283-288.

Jeffery, L. H., 1961, The Local Scripts of Archaic Greece, Oxford (19902).

Karageorghis, V., 1991, A Middle Bronze Age Scenic Composition: Copper-Leaching or pot-making?, Chypriote Terracottas. Proceeding of the First International Conference of Chypriote Studies, Brusell-Liège-Amsterdam, 29th May - 1st June 1989, p. 33-38.

Karantzali, E. et Ponting, M. J., 2000, ICP-AES Analysis of Some Mycenaean Vases from the Cemetery at Pylona, Rhodes, ABSA, 95, p. 219-238.

Kerschner, M., 2010, The Lydians and their Ionian and Aiolian Neighbours, dans N. Cahill (éd.), 2010, p. 247-265.

Kerschner, M. et al., 2008, Archäologische Forschungen zur Siedlungsgeschichte von Ephesos in geometricher, archaischer und klassischer Zeit, Wien.

Konuk, K., 2002, SNG Kayhan Collection, Bordeaux.

Koppenhöfer, D., 1997, Troia VII. Versuch einer Zusammenschau… einschliesslich der Ergebnisse des Jahres 1995, Studia Troica 7, p. 295-353.

Laffineur, R. et Hägg, R. (éd.), 2001, Potnia. Deities and Religion in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the 8th International Aegean Conference Göteborg, Göteborg University, 12-15 April 2000, Austin.

La Genière, J. de (éd.), 1992a, Cahiers de Claros I, Paris.

La Genière, J. de, 1992b, Le sanctuaire d’Apollon à Claros, découvertes récentes, CRAI, p. 195-210.

La Genière, J. de, 1993, Claros 1992. Bilan provisoire des fouilles dans le sanctuaire d’Apollon, REA, 95, p. 383-397.

La Genière, J. de, 1998, Claros bilan provisoire de dix campagnes de fouilles, REA, 100, p. 235-256.

La Genière, J. de, 2007, Sanctuaire d’Apollon à Claros. État de la question, dans J. Cobet et al., 2007, p. 179-185.

La Genière, J. de et Jolivet, V., 2003, Cahiers de Claros II. L’aire des sacrifices, Paris.

La Genière, J. de et Rougetet, J., 2003, Le temple archaique d’Apollon, dans J. La Genière et V. Jolivet, 2003, 169-171.

Lo Porto, F.G., 1959-1960, Ceramica arcaica della necropoli di Taranto, ASAA, 37-38, p. 7-230.

Laumonier, A., 1958, Les Cultes indigènes en Carie, Paris.

Le Roy, Chr. , 1993, Aspects grecs et anatoliens des divinités vénérées au Létoon de Xanthos, Atken des II. Lykien-Symposions, Vienne, p. 241-246.

Luce, J.-M., 2008, Fouilles de Delphes II, Topographie et architecture 13. L’aire du Pilier des Rhodiens, fouille 1990-1992, à la frontière du profane et du sacré, Athènes.

Macridy, Th. et Picard, Ch., 1915, Fouilles du hiéron d’Apollon Clarios à Colophon, BCH, 39, p. 33-52.

Mellaart, J., 1969, Villes primitives d’Asie Mineure, Paris.

Meritt, B.D., 1935, Inscriptions of Colophon, AJPh, 56, p. 358-397.

Michailidou, A. Late bronze Age Economy: Copper/Bronze in Linear B Script and Materiel Evidence, Colloquium Romanum. Atti del XII Colloquio Internazionale di Micenologia, Roma 20-25 Febbraio 2006, dans A. Sacconi, M. Del Freo, L. Godart et M. Negri, Pasiphae. Rivista di Filologia e Antichità Egee, II. , Roma , 2008, p. 521-540.

Mountjoy, P.A., 1986, Mycenaean Decorated Pottery. A Guide to Identification, Göteborg.

Mountjoy, P. A., 2001, Mycenaean Pottery. An Introduction, Oxford.

Mountjoy, P. A., 2004, Miletos: A Note, ABSA, 99, p. 189-200.

Müller, S., 1992, Delphes et sa région à l’époque mycénienne, BCH, 116, p. 445-496.

Muss, U. (éd.), 2008, Die Archäologie der ephesischen Artemis. Gestalt und Ritual eines Heiligtums, Wien.

Osborne, R., 1996, Greece in the Making 1200-479, Londres-New York.

Özgünel, C., 1979, Anadoluda Myken Seramiği, Ankara.

Özgünel, C., 1996, Mykenische Keramik in Anatolien, Asia Minor Studien 23, Bonn.

Özgünel, C. 2003, Geometrische Keramik von Alt-Smyrna aus der Akurgal Grabung dans B. Rückert et Fr. Kolb, 2003, p. 69-89.

Özgünel, C., 2006, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul.

Öztepe, E. et Kadıoğlu, M., 2007, Patronus. Çoşkun Özgünel’e 65. Yaş Armağanı, İstanbul.

Parke, H. W., 1985, The Oracles of Apollo in Asia Minor, London.

Payne, H., 1931, Necrocorinthia. A Study of Corinthian Art in the Archaic Period, Oxford (19712).

Picard, Ch., 1922, Éphèse et Claros. Recherches sur les sanctuaires et les cultes de l’Ionie du Nord, Paris.

Popham, M., 1994, Precolonization: early Greek contact with the East, dans G.R. Tsetskhladze et Fr. De Angelis (éd.), 1994, p. 11-34.

Popham, M., Evely, D. et Sackett, H., 2006, The Main Excavation: Stratigraphy and finds, Lefkandi IV, The Bronze Age. The Late Helladic III C Settlement at Xeropolis, Supp. vol. 39, Oxford.

Porada, E., 1956, A Lyre-Player from Tarsus and its relations, dans The Aegean and the Near East. Studies presented to H. Goldman, p. 185-211.

Robert, L., 1954, Les Fouilles de Claros, Paris.

Robert, L., 1973, Sur des inscriptions de Délos, dans Études Déliennes, BCH, supplément 1, Paris, p. 435-489.

Robert, L., 1987, Documents d’Asie Mineure, Paris.

Robert, L. et J. , 1989, Claros I. Décrets hellénistiques, Paris.

Roller, L.E., 1999, In Search of God the Mother, Berkeley.

Rückert, Br. et Kolb, Fr., 2003, Probleme der Keramikchronologie des südlichen und westlichen Kleinasiens in geometrischer und archaischer Zeit, Bonn.

Schattner, Th.G., 2007, Didyma. Die Fundkeramik vom 8. bis zum 4. Jahrhundert v. Chr., Mainz am Rhein.

Schuchhardt, C., Kolophon, Notion und Klaros , MDAI(A), 1886, p. 398-434.

Sezgin, Y., 2008, Apollon Klarios Kutsal Alanı Artemis Sektörü 2003-2004 Yılı Çalışmaları, Arkeoloji Dergisi, p. 191-200.

SNG von Aulock 1957-1981, Berlin.

Styrenius, C. G., 1967, Submycenaean Studies, Lund.

Şahin, N., 2008, A la lumière de découvertes récentes : Relations de Claros avec Notion et Oracles de Manto, Arkeoloji Dergisi, p. 213-226.

Şahin, N. et al., 2009, Klaros 2007, 30.KST, p. 113-123.

Şahin, N. et al., 2010, Klaros 2008, 31.KST, p. 247-260.

Tsakos, K., 2007, Die Stadt Samos in der geometrischen und archaischen Epoche, dans J. Cobet et al., 2007, p. 189-199.

Tsetskhladze, G. R. et De Angelis, Fr. (éd.), 1994, The Archaeology of Greek Colonisation, Essays dedicated to Sir John Boardman, Oxford.

Van Bremen, R., 2010, The inscribed documents of the temple of Hecate at Lagina and the date and meaning of the temple frieze, dans R. Van Bremen et J.-M. Carbon (éd.), Hellenistic Karia, Bordeaux, p. 483-503.

Vermaseren, M.J., 1987, Corpus Cultus Cybelae Attidisque I Asia Minor (CCCA), Leyde.

Yılmaz, F., 2008, Apollon Klarios Kutsal Alanındaki Kutsal Yol’un Seramik Buluntulara Göre Tarihlendirilmesi, Arkeoloji Dergisi, p. 247-268.

Weickert, C., 1957, Die Ausgrabung beim Athena-Tempel in Milet 1955, MDAI(I), 7, p. 102-132.

Whitley, J., 2001, The Archaeology of Ancient Greece, Cambridge.

Haut de page

Notes

1 Les fouilles antérieures avaient été menées en 1913 par Théodore Macridy et Ch. Picard (Macridy, Picard, 1915, p. 32-52 ; puis par L. Robert et R. Martin de 1950 à 1961 (Robert 1954) et par J. de La Genière de 1988 à 1997 (La Genière 1992a ; ead., Jolivet, 2003). L’exploration du site se poursuit depuis 2001 sous la direction de N. Şahin. Rappelons que Claros est située entre les deux Colophon, à 13 km de Colophon l’Ancienne et à 1600 m de Notion - Colophon-sur-Mer.

2 Cette contribution doit être lue en parallèle avec celle présentée au colloque de Hiérapolis : The Archaeology of Religion. Sanctuaries of Apollo in Anatolia. Int. Colloquium 21st-22nd 2010, Denizli.

3 Selon La Genière 1998, p. 237, l’activité du sanctuaire démarre au protogéométrique. Cf. cependant St. Verger dans La Genière, Jolivet 2003, p. 173-174. On consultera maintenant sa contribution au colloque de Hiérapolis. Toutes les illustrations de cet article proviennent des archives de Nuran Şahin et de la fouille de Claros 2001-2010.

4 Cf. Furumark, 1992, pl. 143, 259, Rhodo-Mycenaean type III: 259, 2 British M. A866, LHIII A2; Mountjoy, 1986, p. 89 fig. 107, FS 257, 1-2, 13-14 LHIII A2; Id., 2001, p. 94, 245; Id., 2004, p. 190-191, fig. 1, 4, kylix FS 274; Deshayes, 1966, Pl. XLVIII, 2 ; LIV, 6 ; Özgünel, 1979, p. 189-190, Lev. 53 c, e, inv. 687-688, Myken III A2 ; Karantzali, Ponting, 2000, pl. 44b ; cf. pour des vases similaires mais plus récents, Blegen, 1921, figs. 24-17, 24-20 (LH III C).

5 Koppenhöfer, 1997, p. 320, Abb. 18, 1-5; Mountjoy, 2001, p. 92, fig. 232.

6 Weickert, 1957, p. 120, Taf. 32, 4 ; Mountjoy, 1986, p. 200, fig. 268, 3 « FS 217 cup », Submycenaean ; Deshayes, 1966, pl. XLVII, 5 ; Styrenius, 1967, fig. 39, Transitional Submycenean/Protogeometric ; D’Agata, 2007, p. 100, fig. 12, 3-4, LM IIIC –SM II.

7 Hägg, 1981, p. 38, fig. 2.

8 Cf. Furumark, 1992, pl. 160, n° 291. London British Mus. inv. A 950, bol, avec des figures féminines, provenant de Ialysos. Date : III C :1. Cf. aussi Işık, 2007, p. 211, res. 3 (Olympie 176) ; Demakopoulou, Divari-Valakou, 2001 pl. LIII, h.

9 Demakopoulou, Divari-Valakou, 2001, Pl. LIII, h.

10 French, 2006, 263, n° : 65 (LH III C 1b), pl. 75, 65 ; Deshayes, 1966, Pl. XLVIII, 7.

11 La Genière, 1993, p. 394, fig. 4.

12 On notera ce type de position de la langue sur une tête de taureau en forme de rhyton (BM A971), Helladique Récent IIIB.

13 Ersoy, 1988, p. 59, fig. 3,3 ; Akyurt, 1998, p. 132, fig. 21a ; Borgna, 2004, p. 253, fig. 10-11 ; Evely, 2006, p. 287, fig. 5.10, 2-3, pl. 89, 1 (LH III C) ; cf. la communication de Stéphane Verger au colloque de Hiérapolis.

14 Ersoy, 1988, p. 58, fig. 3.7; Koppenhöfer, 1997, p. 313, Abb. 6, 5 (IIIC 1); Michailidou, 2008, p. 539, fig. 12.

15 Cf. Deshayes, 1966, p. 207-8, pl. LXXXVII, 6.

16 En ce sens Müller, 1992, p. 481-486 à propos de Marmaria.

17 Luce, 2008.

18 La Genière, Jolivet, 2003, p. 182.

19 Weickert, 1957, Taf. 36, 4 ; Büyükkolancı, 2005, p. 65-77, res. 1-9 ; Tsakos, 2007, Taf. 23, 1.

20 Graeve, 1973/74, Taf. 20; Kerschner et al., 2008, p. 58, Taf. 10 u. 23, GrK 1; Özgünel, 2003, Taf. 11, Abb. 1a-c, Taf. 12, Abb. 3a, Taf. 13 Abb. 1a; Güngör, 2006, fig. 12, D-1, D-2.

21 Özgünel, 2003, Taf. 17, Abb. 1a; Id., 2006, p. 154, lev. XLIII, a-b.; Coldstream, 20032, p. 259, fig. 84 b. ; Akurgal et al., 2002, Taf. 1, 18 « Ephesos Artemision », 22, « Bayraklı », 97, Abb.11-16 Miletos Kalabaktepe ; Abb.17 (Taf.1) ; Güngör, 2006, fig.12, D-4; Kerschner et al., 2008, p. 58, Taf. 10 u. 23, GrK 2; p. 59 Taf. 10 u. 24, GrK 7.

22 Graeve, 1973/74, Taf. 23-24.; Id., 1975, Taf. 10,50; Akurgal et al., 2002, p. 101-102, Taf. 2, 36-38; Özgünel, 2006, p. 154, Lev. XLII, a-c, XLIV, a-b ; Kerschner et al., 2008, Taf. 41, 1 ; Güngör, 2006, fig.13, D-6- D-10.

23 Le postulat que cette figurine représente une déesse et non une simple parturiente est évidemment questionnable mais nous assumons ce point de vue. On pensera pour une période beaucoup plus ancienne au débat autour de l’identification de la célèbre figurine de Çatalhöyük comme une déesse-mère. Cf. les conclusions de l’inventeur du site, Mellaart, 1969, p. 94-96, suivi par Vermaseren, 1987, p. 233 n° 773, pl. 168 ; mais des points de vue critiques ont été soutenus, e.g. Roller, 1999, p. 30-32.

24 Son sanctuaire a été fouillé dans les années 20 par une équipe américaine. Il sert simultanément avec le Klarion de lieu d’affichage des décrets colophoniens (Meritt, 1935, n° I, l. 18 ; VIII, 10).

25 Büyükkolancı, 1996, p. 371-381. cf. sp. p. 373, à l’Est du temple d’Athéna, dans le pronaos d’un nouveau temple, deux orthostates inscrits provenant du pronaos mentionnent des prêtresses d’Aphrodite et de Cybèle. Cf. Ragone, 2008, p. 46 n. 72.

26 Alamandağ, le Gallèsion dans l’Antiquité : Strabon 14, 1, 27. Cf. IEphesos 3401= LSAM 29. Meriç, 2007, p. 5-50. Sur le Gallèsion et Métropolis, Robert et Robert, Bull. Ep. 1982, 293 et 308 ; cf. Robert, 1973, p. 474-476 ; 1987, p. 503 n. 99 ; 1989, p. 89-90. La Meter Gallesia sur les monnaies d’époque impériale (avec typanon et un ou deux lions : e.g. SNG von Aulock Ionien, 2069 et 2071).

27 La Genière 1992, p. 15-16 et fig. 2, après Macridy, 1912, p. 57, fig. 26 ; Macridy et Picard, 1915, p. 39-41 et Picard, 1922, p. 66-68. Les animaux ont été diversement identifiés, pour J. de La Genière, op. cit., il s’agirait de sangliers ; ne pourrait-on pas penser à des ours qui sont mentionnés dans la vie de Lazare le Gallésiote, moine-ermite du xie s. (Robert, 1987, p. 87 n. 99).

28 Schuchhardt, 1886, p. 430-432.

29 Luce, 2008, p. 437 ; à noter que l’une des traditions concernant l’origine de l’oracle à Delphes (A. Jaquemin, « Delphes », Dictionnaire de l’Antiquité, 2005, p. 644) indique que primitivement il s’agissait d’un oracle de la Terre transmis à Apollon après une succession de divinités féminines.

30 St. Georgoudi soutient l’idée qu’à l’origine les oracles étaient ceux de la Terre-mère : Georgoudi, 1998, p. 315-365.

31 La Genière, 2003, p. 200-213 et pl. XXVI, 1K.

32 Şahin, 2009, p. 113-118.

33 Şahin, 2009, p. 115, 124, fig. 1.

34 Boardman, 1967, pl. 51, 593 (période IV).

35 Schattner, 2007, Abb. 90, 42, 49.

36 Boardman, 1990, p. 1, situe l’essentiel de la production entre 740 et 720.

37 Buchner, Boardman, 1966, p. 1-62 ; Boardman, 1990, p. 1-17 ; Huber, 1998, p. 109-133 (p. 118, viiie-début viie) ; voir aussi Huber, 2003 : datés de la période géométrique récente. Selon Osborne, 1996, p. 106-107 et fig. 27-28, une relation serait à établir avec l’aire de diffusion des skyphoi eubéens à demi cercles pendants (cf. Popham, 1994, p. 11-34, sp. p. 26 et fig. 2.12) et les diffuseurs de ces sceaux seraient des Grecs ayant établi des contacts avec la Syrie du Nord en particulier à travers le comptoir de Al Mina. C’est l’origine -très vraisemblable- que retient Boardman, 1990, p. 10. (Rhodes pour Porada, 1956, p. 185-211).

38 Un assez strict parallèle (seule différence importante le personnage assis est tourné vers la droite) est fourni par Boardman, 1990, p. 7, fig. 13 (provenance indiquée : près de Gaziantep) qui à ce propos discute de la nature divine et de l’identité ( ?) du personnage assis.

39 Blinkenberg, 1931, p. 370-391, pl. 60-62 ; James, 1962, p. 478-511 (le plus proche parallèle du notre : 509, fig. 37, n° 634) ; Hölbl, 1979, p. 184-187, 202-215 ; Id., 1999, p. 345-371 avec les n. 61-73 ; Id., 2007 p. 453sq., 456, Taf. 56-58 ; Id., 2008, p. 213. Nous remercions G. Hölbl pour les informations qu’il a eu l’obligeance de nous communiquer.

40 Chavanne, 1990, pl. XV, 492-3, 495 ; Tsakos, 2007, Taf. 27/1.

41 Cf. Güngör, 2006, fig. 4, Tombe 80, 80-15-06, daté de 550-525. Une autre rape avait été découverte au cours des campagnes de fouille des années 90 (voir la communication de St. Verger au colloque de Hiérapolis).

42 Derin, Muscarella, 2001, fig. 6, n°: 71-73, 76-77, 81.

43 BMC Ionia, p. 3, 9 ; SNG von Aulock 1769 ; SNG Kayhan, 680. Nous remercions Fabrice Delrieux pour l’identification de cette monnaie ; il publiera ultérieurement le corpus des monnaies provenant de la fouille du sanctuaire.

44 Sur les rapports entre le royaume lydien et l’Ionie, Kerschner, 2010, p. 247-265.

45 Şahin, 2008, p. 213.

46 Gabrici, 1927, p. 320, pl. 87, 8; Lo Porto, 1959-60, kat. n° 20574, fig. 37c; Dehl Kaenel, 1995, p. 74 n° 275A.

47 Payne, 1971, p. 211; Amyx, 1988, vol. III, pl. 19, 2a.

48 Yılmaz, 2008, p. 250-253, fig. 17-23.

49 Parke, 1985, p. 112-124. Contra La Genière, 1998, p. 253.

50 La Genière, 1992b, p. 195-208.

51 Cf. déjà La Genière, Jolivet, 2003, pl. XXXVI, 1.

52 La Genière, Rougetet, 2003, p. 169-171 ; mobilier, pl. XXXVI, 2.

53 Vitruve 4, 1, 3-6 ; Hésychius s.v. Voir Gros, 1993, p. 59-67.

54 Sezgin, 2008, p. 192-195.

55 La Genière, 1998, p. 244.

56 Jacquemin, Morant, 1999, p. 287-288. A Xanthos les Nymphes sont associées au culte de Léto, Frei, 1990, 1816-1820. Pour Le Roy, 1993, sp. p. 244-246, la déesse anatolienne est une maîtresse des eaux.

57 Şahin, 2008, p. 213.

58 Yilmaz, 2008/2, p. 247-250, fig. 4-27.

59 Whitley, 2001, p. 213-223 (carte p. 221).

60 LIMC I, W. Lambrinundakis, s.v. « Apollon », p. 228, n° 351, intérieur de coupe attique à figures rouges, datable de la 2e moitié du ve s.

61 Cf. les parallèles dans Jeffery, 1961.

62 Conservé à Paris au Cabinet des Médailles sous le n° 428 (LIMC « Artémis » 1097a) ; Ridder, 1901, p. 319-321, fig. 72 ; Cambitoglu, Trendall, 1961, I, 89, n° 176.

63 Sur la frise du temple, Van Bremen, 2010, p. 483-503.

64 Laumonier, 1958, p. 351 et note 3.

65 Sur le détail de ces questions, cf. notre contribution au colloque de Hiérapolis.

66 Bergquist, 1967.

67 La Genière, 1998, p. 243, Plan. 1 n° 18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Kylix mycénien
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-1.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 2. Céramique « barbare »
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-2.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 3. Céramique submycénienne
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 4. Figurine faite à la main
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 5. Figurine en Psi
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 6. Figurine en psi au diadème
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 7. Taureau à la langue saillante
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 8. Couteau en bronze
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 9. Autel rond et la superposition des trois autels
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 10. L’autel rond recouvert par le semi-circulaire, côté nord
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-10.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 11. L’autel rond, côté sud
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-11.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 12. Cotyle à méandre
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-12.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fig. 13. Autel semi circulaire
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-13.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Fig. 14. Cotyle orientalisant
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-14.png
Fichier image/png, 229k
Titre Fig. 15. Voie sacrée archaïque ancienne
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-15.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 16. Alabastre corinthien
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-16.png
Fichier image/png, 337k
Titre Fig. 17. Deux blocs de la plinthe du mur sud du temple archaïque
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-17.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig. 18. Tambour de colonne
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-18.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Fig. 19. Le troisième autel du vie s.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 20. Substrat du sol du vie s.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 21. Kouros 2003
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 22. Apollon Pythios
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 23. Apollon Pythios
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 24. Le mur méridional du temenos
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 25. Habitat au sud du temenos
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 26. Blocs à anneaux
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2005/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nuran Şahin et Pierre Debord, « Découvertes récentes et installation du culte d’Apollon pythien à Claros », Pallas, 87 | 2011, 169-204.

Référence électronique

Nuran Şahin et Pierre Debord, « Découvertes récentes et installation du culte d’Apollon pythien à Claros », Pallas [En ligne], 87 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://pallas.revues.org/2005 ; DOI : 10.4000/pallas.2005

Haut de page

Auteurs

Nuran Şahin

Professeur à l’université de l’Egée, Smyrne, Turquie
nurans2005@msn.com

Pierre Debord

Professeur émérite à l’Université de Bordeaux 3-Montaigne
deb1942@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org