Navigation – Plan du site

Petites filles ou petits garçons ? Discours et interprétations du mobilier funéraire des tombes d’enfants en bas âge dans les nécropoles grecques classiques

Girls or Boys? Meanings and Interpretations of the Grave Goods in Greek Infant Burials
Céline Dubois
p. 97-120

Résumés

Par leur jeune âge et l’état de forte dépendance qui en découle, les enfants en bas âge constituent une catégorie d’individus particulièrement intéressante pour l’archéologie funéraire. À partir de l’exemple du matériel retrouvé dans les tombes infantiles et plus spécifiquement des parures – artefacts fréquemment utilisés comme « sex-indicating » – cet article propose de s’interroger sur la pluralité des discours (sexué, social, économique, culturel …) que peut révéler un même objet ou ensemble d’objets. L’étude des sépultures d’enfants en bas âge est ainsi utilisée comme un moyen d’aborder les différentes logiques que pouvaient exprimer le choix des dépôts funéraires, reflétant les nombreuses composantes de l’identité des défunts (enfants et adultes), mais également de leurs proches.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la construction culturelle de la définition de l’enfance appliquée à l’archéologie, le lecteur (...)
  • 2 L’association de ces deux pratiques aux Anthestéries fait aujourd’hui l’objet de nouvelles discussi (...)
  • 3 La limite des trois ans est également mentionnée en dehors du contexte des Anthestéries. Platon dis (...)
  • 4 Buchet, Séguy, 2008.
  • 5 Selon les nécropoles, on a ainsi pu constater une tendance à inhumer les enfants jusqu’à l’âge d’en (...)

1Petites filles ou petits garçons ? Cette distinction nécessite dès son intitulé de préciser les termes employés, car la catégorie des « petits » appliquée aux enfants en bas âge ne dessine pas un groupe social aux limites claires et reconnues par l’ensemble des sociétés grecques1. D’une cité à l’autre, d’une famille à l’autre, la toute petite enfance pouvait recouvrir une réalité plurielle tant dans les âges que dans la conception que s’en faisaient les individus adultes. À Athènes, le couronnement des enfants de trois ans et la remise de choes (petites cruches à vin) lors de la fête des Anthestéries2 sont communément interprétées comme une étape marquant le passage à un nouvel âge de l’enfance3. Si l’anthropologie physique fonde généralement ses analyses sur les classes d’âges 0-1 an et 1-4 ans, une telle division technique ne correspond pas nécessairement à la réalité antique4. L’expression « enfants en bas âge » est donc ici employée pour désigner les individus entre 0 et 3 ans avec une marge de plus ou moins 12 mois, afin de pouvoir inclure des enfants dont l’âge aurait été estimé entre 3 et 4 ans. Cette limite permettra de prendre en compte les témoignages fournis par les auteurs anciens et régulièrement confirmés par l’archéologie5.

  • 6 Golden, 1990, p. 12-22 ; Agne, 2007, p. 204-206.
  • 7 P. ex. Aristote, Histoire des animaux, 585b et Platon, Lois, 788a. Ce dernier utilise aussi les ter (...)
  • 8 Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, II, 5, 1-5. Soranos ne donne malheureusement aucune descript (...)
  • 9 Hésychius, s. v. στέφανον ἐκφέρειν.
  • 10 Pour G. L. Ham, la remise des choes était un rite de passage masculin, pourtant si la majorité de c (...)
  • 11 Posidippe, fr. 11. Pour un résumé des différentes interprétations de la surexposition des fillettes (...)
  • 12 Platon fixe cette limite à 6 ans qui correspond à l’âge où, selon lui, il faut séparer les garçons (...)

2Tout comme la question de la classe d’âge, la catégorisation filles/garçons appliquée à des enfants, particulièrement aussi jeunes, invite à s’interroger tant sur son bien-fondé que sur les questions méthodologiques qu’implique son étude. Comme aujourd’hui, les Grecs désignaient généralement les jeunes enfants, surtout les nouveau-nés et les nourrissons, par des termes génériques : brephos, nèpios, teknon ou encore neogenès6. Le sexe était rarement spécifié, cette précision n’intervenant que pour exprimer l’opposition biologique, ou au contraire pour souligner l’analogie des deux sexes, en ajoutant les qualificatifs de féminin et de masculin (θλυς et ρρην)7. Pour autant, la naissance, et particulièrement le moment où le sexe biologique de l’enfant était révélé, semble accompagnée de gestes particuliers selon que ce dernier fût une fille ou un garçon. Ces gestes ou pratiques nous sont parvenus uniquement par des auteurs tardifs. Soranos d’Éphèse au iie s. de n. è. rapporte ainsi qu’au moment de la venue au monde de l’enfant, la sage-femme indiquait le sexe du nouveau-né par des signes8. Il est suivi au vie s. de n. è. par Hésychius, lexicographe, qui évoque l’usage en Attique d’accrocher une couronne d’olivier à la porte de la maison pour la naissance d’un garçon et un brin de laine à filer pour celle d’une fille9. Ces deux témoignages renvoient à la même action, mais à une échelle différente : la première est l’annonce du sexe de l’enfant à la famille proche (père, mère), la seconde l’annonce de la naissance et du sexe de l’enfant au reste de la cité. Toutefois, aucun autre texte ne confirme ces usages pour les périodes classique et hellénistique. Pour l’après-naissance, les auteurs classiques ne mentionnent pas de traitements différenciés lors des cérémonies qui rythmaient l’intégration progressive du tout-petit dans la société. Les Amphidromies, la dekatê, comme la remise des choes ne paraissent pas avoir été exclusivement réservées aux garçons10 ; si distinction il y avait, celle-ci se faisait principalement lors de la naissance, au moment où le sexe de l’enfant était connu et où se prenait la décision d’élever ou non le nouveau-né. Ce choix est traditionnellement présenté par les textes en défaveur des filles, dont l’abandon est même conseillé chez certains auteurs11. Mais quelle que soit la réalité de la surexposition des fillettes, une fois passée cette première sélection, le sexe ne paraît plus être un critère déterminant dans la définition du statut des jeunes enfants jusqu’à l’âge de 6-7 ans12.

  • 13 La méthode d’évaluation morphoscopique de l’os coxal établie par J. Bruzek présente un taux de fiab (...)
  • 14 Les taux de fiabilité vont de 40 à 70 % en moyenne (Ferembach et al., 1979 ; Coqueugniot et al., 20 (...)
  • 15 F. de Polignac a déjà bien démontré la polysémie des objets funéraires et la difficulté à leur asso (...)
  • 16 Selon l’expression employée par A. Strömberg (Strömberg, 1998).

3Si la distinction filles/garçons est rarement précisée dans les textes anciens, son attestation dans les realia archéologiques funéraires n’est pas non plus aisée du fait de l’impossibilité d’établir des concordances (ou non) entre le sexe biologique et la connotation sexuée ou genrée que peut fournir le matériel. En effet le dimorphisme sexuel marque surtout l’os coxal en raison de son implication dans la reproduction. Or ce dimorphisme n’apparaît qu’au moment de la puberté et ne peut être distingué que lorsque l’os coxal est entièrement ossifié (soit vers l’âge de 15 ans). Si la détermination du sexe chez les adultes présente aujourd’hui une faible marge d’erreur13, les différentes méthodes expérimentées pour tenter d’estimer le sexe des enfants offrent toujours une fiabilité trop variable et souvent incertaine14. Pour pallier l’absence de diagnose sexuelle des jeunes défunts, le matériel archéologique est régulièrement sollicité pour qualifier les enfants de « petites filles » ou de « petits garçons ». Cette démarche s’appuie sur l’hypothèse que les objets découverts dans la tombe sont liés aux défunts et qu’ils composent toujours un même discours, bien souvent établi à partir d’oppositions assujetties à notre lecture contemporaine de ce qui peut être considéré comme masculin et féminin15. À partir de l’exemple des sépultures infantiles, ce travail propose de questionner à nouveau le lien entre matériel funéraire et sexe (social et biologique), en analysant plus particulièrement la catégorie des parures, objets régulièrement utilisés comme « sex-indicating »16. En interrogeant la distinction garçon/fille, il s’agira de reprendre l’ensemble des informations que le matériel peut fournir sur les multiples composantes qui forment l’identité des très jeunes défunts et, de manière plus générale, de réfléchir aux différentes logiques qui s’expriment dans le choix des objets déposés dans les tombes.

1. Une détermination du sexe par le mobilier funéraire ?

  • 17 Dedet, 2012, p. 156-158 (les 5 % restants correspondent aux tombes contenant des objets présumés ma (...)

4Dans un récent article sur le mobilier funéraire retrouvé dans les tombes d’enfants protohistoriques du Sud de la France, B. Dedet a proposé d’établir une répartition des objets à connotation sexuée en fonction de l’âge des défunts. En reprenant les types d’objets habituellement présumés féminins ou masculins comme les bijoux, les fusaïoles ou les armes, il a démontré que pour un échantillon de plus de 540 sépultures d’enfants, 31 % des tombes d’enfants de moins de 7 ans contenaient des objets à « connotations sexuelles » : 5 % des objets « présumés masculins » contre 90 % des objets « présumés féminins »17. L’auteur propose deux explications à ce phénomène. Soit le mobilier signale le sexe du défunt, ce qui impliquerait que les petites filles seraient privilégiées dans la représentation funéraire ou qu’une partie des petits garçons aurait été inhumée en dehors des ensembles funéraires, soit le dépôt d’objets habituellement considérés comme féminin est ici lié, non au sexe de l’enfant, mais à son jeune âge. C’est cette dernière hypothèse que l’auteur choisit de suivre, et qui semble être confortée par d’autres observations liées à l’organisation des nécropoles (association des sépultures d’enfants et de femmes, en particulier). Pour le monde grec, le nombre encore limité de publications complètes d’ensembles funéraires ne permet pas d’envisager une analyse régionale de ce type. Pour autant, les nécropoles qui ont fait l’objet d’une détermination ostéologique de l’âge et du sexe biologique des défunts peuvent offrir la possibilité de s’interroger à l’échelle locale sur une répartition par catégorie d’âge d’un mobilier présumé féminin ou masculin dans les tombes des tout-petits.

  • 18 Certains objets ont été retrouvés exclusivement dans des tombes de femmes (chytrai, bouteilles, cho (...)
  • 19 Carter, 1998, p. 582-586.
  • 20 Expression employée par B. Dedet (Dedet, 2012).
  • 21 Le graphique proposé reprend la démarche et la terminologie employées par B. Dedet (Dedet, 2012).
  • 22 Carter, 1998, t. 87. L’hydrie a été retrouvée dans la tombe à fosse d’un enfant de 2-4 ans et était (...)
  • 23 Blegen et al., 1964, p. 70 ; Shepherd, 2013, p. 548.
  • 24 Amore, 2010, p. 341.

5Les ensembles funéraires de la chôra de Métaponte, colonie achéenne du sud de l’Italie, étudiés et publiés par l’équipe de J. C. Carter de l’Université du Texas, ont ainsi fourni suffisamment de données pour permettre une distribution du mobilier présumé sexué par classe d’âge. Un échantillon de 362 sépultures classiques a ainsi été mis au jour par J.-C. Carter avec un nombre minimum de 368 individus dont 58 enfants de 0 à 3 ans (soit environ 15 % des défunts). Parmi ces sépultures, il n’est pas possible d’affirmer qu’un objet ait été exclusivement associé aux hommes ou aux femmes, mais certaines catégories apparaissent plus fréquemment dans les tombes féminines ou masculines18. Ainsi les fibules, les bijoux, les miroirs, les pyxides, les lécythes et les lébetès gamikoi ont surtout été retrouvés auprès de femmes, alors que les strigiles et les vases à boire, principalement les skyphoi et les kylikes, étaient plus souvent associés aux hommes19. Dans le cadre des ensembles funéraires de Métaponte, ces objets peuvent donc être considérés comme « connotés sexuellement »20 et être confrontés aux assemblages déposés auprès des enfants en bas âge. Ainsi, sans tenir compte des sépultures doubles avec adultes/enfants plus âgés pour lesquelles il n’est pas possible de déterminer à quel individu le mobilier retrouvé dans la tombe était associé, un échantillon de 56 sépultures d’enfants de 0-3 ans peut être envisagé dont 46 étaient dotées d’au moins un objet (vase ou autre). Sur ces 46 sépultures, 80 % contenaient des objets à connotation sexuée dont 66 % des objets présumés féminins et environ 10 % des objets présumés masculins (fig. 1)21. L’écart constaté à Métaponte est donc inférieur à celui que note B. Dedet pour les nécropoles protohistoriques du sud de la France. Néanmoins si le dépôt d’objets considérés comme masculins n’est pas exceptionnel, il reste relativement rare, alors que les objets présumés féminins semblent être déposés de manière privilégiée auprès des enfants en bas âge. L’iconographie des vases utilisés comme matériel funéraire pour cette catégorie de défunts tend à confirmer elle aussi cette tendance. Ainsi, à l’exception d’une hydrie lucanienne qui représentait un athlète nu tenant un strigile et entouré de deux femmes22, l’ensemble des scènes figurées sur les vases retrouvés dans les tombes des enfants en bas âge est lié à la sphère féminine (visages de femmes parées, cortège féminin dionysiaque…). Ce constat n’est pas particulier aux nécropoles rurales de Métaponte, d’autres ensembles funéraires témoignent de la forte présence d’objets présumés féminins dans les tombes des enfants en bas âge. À Corinthe, par exemple, la majorité des pyxides, céramiques habituellement liées à la cosmétique et aux femmes, ont été découvertes dans des sarcophages contenant de très jeunes défunts23. Cette pratique est également attestée dans les tumuli de la nécropole classique d’Apollonia d’Illyrie, colonie de Corcyre et de Corinthe, où seules les sépultures en vase d’enfants en bas âge avaient reçu une pyxis24. Dans le contexte de ces deux sites, les pyxides apparaissent être directement associées au jeune âge des défunts, plutôt qu’à leur identité sexuelle.

Fig. 1. Distribution du matériel funéraire dans les tombes d’enfants de 0-3 ans au sein des nécropoles de la chôra de Métaponte (vie-ive s.).

Fig. 1. Distribution du matériel funéraire dans les tombes d’enfants de 0-3 ans au sein des nécropoles de la chôra de Métaponte (vie-ive s.).
  • 25 Carter, 1998, t. 116, 191, 195, 210, 1A (nécropole de Saldone).
  • 26 Le plus jeune défunt associé à un homme a été découvert à Naxos par P. Zaphiropoulou. Il s’agissait (...)
  • 27 Vokotopoulou, 1986, p. 103-105.

6À Métaponte, l’association enfant-sphère féminine n’est d’ailleurs pas circonscrite au matériel funéraire mais se retrouve également dans les regroupements de défunts, en particulier dans les sépultures plurielles. Dans les nécropoles rurales publiées par J.-C. Carter, à l’exception de la tombe 36 qui contenait les restes osseux de deux femmes et d’un homme, les sépultures plurielles sont toujours doubles. Elles peuvent associer des adultes (deux hommes ou une femme et un homme), des enfants (la tombe 116 contenait un enfant de 3-4 ans et un nouveau-né), ainsi qu’un enfant et un adulte. Représentant près de la moitié des sépultures doubles, ce dernier type de regroupement implique toujours à Métaponte un individu de sexe féminin et un enfant dont l’âge varie de 0 à 6-7 ans25. Malheureusement, il n’a pas été possible de déterminer la simultanéité ou la successivité du dépôt des deux corps pour ces sépultures. En outre, s’il est tentant de les interpréter au regard de la maternité, voire d’une mort en couches lorsque la femme est associée à un nouveau-né, les données anthropologiques et archéologiques disponibles ne permettent pas de confirmer ce type d’hypothèse. Les inhumations doubles privilégiant le regroupement d’une femme et d’un jeune enfant ne sont d’ailleurs pas une tendance particulière à Métaponte, mais se retrouvent dans l’ensemble du monde grec. Les sépultures plurielles associant un enfant et un individu de sexe masculin sont rares et concernent surtout des enfants ayant dépassé l’âge de 3 ans26. Comme pour Métaponte, il est souvent impossible de qualifier avec certitude ces regroupements de familiaux, et encore moins d’affirmer un rapport parent-enfant. Toutefois, il arrive que l’organisation de la sépulture, particulièrement la disposition des corps, puisse suggérer un lien maternel. À Vitsa, dans la région actuelle des Zagories, une femme de 35-40 ans avait été inhumée avec un enfant de 18-24 mois déposé entre ses jambes, tête bêche, les pieds au niveau du pelvis de la femme et la tête vers les pieds de cette dernière, position rappelant, à dessein ou non, l’accouchement27. Mais que nous soyons ou non en présence d’une mise en scène de la maternité et du lien mère-enfant, la fréquence du regroupement femme-enfant dans les sépultures plurielles témoigne d’un rapport étroit qui pouvait être perpétué volontairement jusque dans la tombe.

  • 28 Carter, 1998, p. 331.
  • 29 Hermary, 2010, pl. 9.
  • 30 Par opposition, l’axe du dêmosion sêma se caractérise par une quasi absence de sépultures infantile (...)
  • 31 Pour S. Houby-Nielsen, cette localisation est choisie par les mères et doit être comprise comme une (...)

7L’agencement des sépultures au sein de la nécropole peut aussi fournir des informations sur de possibles associations entre défunts. Dans les nécropoles de Métaponte, selon les nuclei (groupes) identifiés par J. C. Carter, des regroupements d’individus par âge et par sexe apparaissent sans constituer la règle. Ainsi à l’exception du nucleus 17 qui regroupait des femmes et des enfants28, ces derniers pouvaient être inhumés près d’adultes de sexe féminin ou masculin, même si une tendance à inhumer à proximité les femmes et les plus jeunes enfants a pu être observée dans de nombreux nuclei (2, 5, 8 et 16). La même observation peut être faite pour d’autres nécropoles du monde grec, mais là encore sans règle stricte. Ainsi, dans le secteur de la nécropole de Kalfata à Apollonia du Pont fouillé sous la direction d’A. Hermary et K. Panayotova, l’organisation des sépultures de la phase 3 (deuxième quart du ive s. av. n. è.) présente des enfants inhumés près d’individus de sexe féminin, mais les autres phases ne confirment pas ce type de pratique29. À Athènes, la disposition des tombes n’offre pas non plus d’association marquée entre les enfants en bas âge et les femmes. Cependant S. Houby-Nielsen a démontré que la localisation des sépultures d’enfants de l’époque classique répondait souvent à des logiques liées à la sphère féminine. Elle a ainsi remarqué que les ensembles funéraires regroupant les plus jeunes enfants étaient régulièrement installés à proximité ou le long des routes menant à des sanctuaires en relation avec la courotrophie et la fertilité, tels que la grotte sacrée de Déméter à Eleusis ou le sanctuaire d’Artémis à Brauron (fig. 2)30. S’il est difficile d’affirmer que cette localisation dépend d’un choix maternel, le lien entre les femmes athéniennes et ces sanctuaires lui confère une dimension féminine évidente31.

Fig. 2. Répartition des tombes d’enfants et d’adultes en relation avec les murs de la cité d’Athènes au ve s. av. n. è. (Houby-Nielsen, 2000, fig. 12.4)

Fig. 2. Répartition des tombes d’enfants et d’adultes en relation avec les murs de la cité d’Athènes au ve s. av. n. è. (Houby-Nielsen, 2000, fig. 12.4)
  • 32 Sur les liens père/mère-enfant se reporter à Golden, 1990, p. 123.
  • 33 Platon, Lois VII, 7, 794c.
  • 34 Ce constat a été bien résumé pour Athènes par S. Houby-Nielsen : Houby-Nielsen, 2000, p. 152 repris (...)

8Les nécropoles semblent ainsi refléter des logiques de fonctionnement et d’organisation où la distinction masculin/féminin ne correspond pas forcément au sexe biologique des défunts, mais peut être liée à d’autres critères comme l’âge. Le mobilier funéraire, les regroupements au sein des sépultures collectives ou, pour certaines cités, la localisation des tombes infantiles, témoignent d’un rapport étroit entre les plus jeunes enfants et la sphère féminine. Cette relation est confirmée par les auteurs anciens qui mettent en scène les enfants dans le giron de leur mère ou de leur nourrice32. Dans la description de sa cité idéale, Platon présente ainsi les enfants jusqu’à l’âge de six ans élevés par des nourrices et jouant entre eux sans distinction de sexe particulière, mais « passé six ans, la séparation des sexes s’impose ; désormais, les garçons seront élevés avec les garçons, et, de la même manière, les filles uniquement entre elles »33. Bien que le texte de Platon ne reflète pas un modèle sociétal réel, cette affirmation concorde avec la prédominance d’objets liés au monde des femmes dans les sépultures des plus jeunes enfants. De surcroît, les femmes apparaissant dans l’iconographie, comme dans les textes, en charge des funérailles, l’interprétation des dépôts funéraires en termes de sexe doit être maniée avec d’autant plus de prudence pour cette catégorie de défunt34.

2. Les parures : un marqueur de sexe infaillible ?

  • 35 Carter, 1998, t. 292 (510-500) et t. 350 (440-400). À Olynthe, quelques sépultures d’hommes contena (...)
  • 36 Une troisième sépulture pourrait également être prise en compte. Il s’agit de la tombe 231 dont le (...)
  • 37 Cette réflexion a déjà été menée en particulier pour les miroirs et strigiles par S. Houby-Nielsen (...)
  • 38 T. 15 : Carter, 1998, objet n° J2 (15-2), p. 816.
  • 39 T. 271 : Carter, 1998, objet n°J6 (271-3), p. 816.
  • 40 Par ex. T. 190
  • 41 L’anneau pouvait également avoir servi de pendentif (Dasen, 2003, p. 281).
  • 42 Il mentionne en particulier la découverte d’une bague en bronze de 1,8 cm de diamètre trouvée autou (...)

9Parmi les objets identifiés comme « sex-indicating » dans la littérature archéologique, les éléments de parure, particulièrement les bijoux, sont régulièrement utilisés pour déterminer le sexe féminin d’un défunt. Pour les enfants, il s’agit souvent de boucles d’oreilles, de bracelets, de bagues et de diverses perles et pendeloques. Dans les nécropoles rurales de Métaponte, si la majorité des bijoux a été découverte dans les tombes de femmes, cette association n’était pourtant pas systématique. La tombe 350 d’une jeune femme de 25-30 ans et la tombe 292 d’un jeune homme de 18-25 ans constituent à ce titre deux exemples particulièrement emblématiques35. Dans la première sépulture la défunte a été inhumée avec un riche assemblage de vases dont des lébètès gamikoi et des vases à parfum ainsi que quelques éléments de parure : quatre perles en verre retrouvées au niveau du thorax et un objet en os perforé (amulette ?) découvert près de l’épaule gauche de la défunte et qui représentait une tête de guerrier casqué. S’il peut paraître étonnant de déposer un objet rappelant une figure masculine en arme dans une tombe de femme, la seconde sépulture est encore plus éloignée des schémas d’interprétation habituels36. Le défunt avait été déposé dans un sarcophage accompagné d’une péliké attique à figures noires mettant en scène Dionysos et Ariane, d’un lécythe figurant une procession de trois hommes menant un bœuf au sacrifice, d’une pince à épiler en bronze, de six épingles en fer, d’un miroir en bronze et d’une perle en verre bleue décorée de bandes jaunes37. À l’exception du lécythe dont la représentation pourrait être qualifiée de masculine, le reste du matériel déposé dans la tombe est traditionnellement associé à la sphère féminine. Difficiles à interpréter, ces deux sépultures, surtout la tombe 292 du jeune homme, montrent qu’un objet ou un assemblage d’objets peut refléter différentes réalités qui varient selon les contextes collectifs (cité, familles) et/ou individuels (statut du défunt). Quant aux bijoux, leur interprétation est, en outre, conditionnée par la possibilité d’affirmer si ces derniers étaient portés ou non par le défunt, s’il s’agissait d’objets personnels ou seulement déposés dans la tombe par un vivant. L’enregistrement de la localisation précise du matériel par rapport au squelette est donc une donnée essentielle pour appréhender ce type d’objet. À Métaponte, seuls deux jeunes enfants ont été inhumés avec des éléments de parure. Le premier, un enfant dont l’âge a été estimé entre 12 et 24 mois, a été découvert accompagné d’un anneau de bronze de 1,8 cm de diamètre qui se trouvait au niveau de son épaule droite38. Le second était un nouveau-né de 0 à 3 mois inhumé avec un anneau en bronze de 2 cm de diamètre dont la localisation précise dans la tombe n’a pas été enregistrée39. Des anneaux du même type avec un diamètre équivalent ont également été retrouvés dans des tombes d’adultes de la nécropole de Pantanello, leurs positions indiquent qu’ils pouvaient, dans ce contexte, être utilisés comme bagues40. Or le diamètre des anneaux déposés dans les sépultures des deux tout-petits et la localisation du premier témoignent que ces objets, s’ils étaient utilisés comme bagues41, n’étaient pas portés par les enfants de leur vivant ni au moment de leur inhumation. À Olynthe, D. M. Robinson constate également la présence de bijoux (bagues et bracelets) d’adultes dans les tombes d’enfants42. Ce type de dépôt suggère deux hypothèses : soit il s’agit d’un ensemble réunissant par anticipation des bijoux que l’enfant aurait dû porter à l’âge adulte, soit les bijoux appartenaient à un individu adulte qui les a déposés auprès du jeune mort comme marque d’affection, de statut et/ou de protection. En conséquence, dans ce type de contexte, le matériel peut parfois fournir autant, voire plus d’informations sur l’individu ou le groupe qui a fait le dépôt, que sur le défunt lui-même.

  • 43 Vassallo 1993-1994, p. 1249. Un anneau a également été retrouvé près de la scapula droite du jeune (...)
  • 44 Les petites filles sont la plupart du temps figurées nues ou vêtues d’un long chiton, coiffées d’un (...)
  • 45 Pour une étude générale sur la représentation des hommes parés de boucles d’oreilles à Chypre et en (...)
  • 46 Une statuette en terre cuite d’un temple-boy chypriote du iiie s. conservée au Metropolitan Museum (...)

10Des parures pouvaient aussi être portées par des enfants, même très jeunes. Des boucles d’oreilles sont ainsi régulièrement retrouvées dans une position laissant suggérer qu’elles ont été portées par le défunt au moment de l’inhumation. À Himère, la fouille récente de la nécropole de Pestavecchia par S. Vassallo a mis au jour une sépulture en vase d’un jeune enfant identifié comme « una bambina di pochi mesi di vita » accompagné de deux boucles d’oreilles formées de demi-lunes en bronze retrouvées de chaque côté du crâne43. Ce type de parure pour de si jeunes enfants est confirmé par l’iconographie des choes. Deux choes du musée national de Copenhague figurent ainsi deux enfants nus potelés dans une composition similaire (les deux levant un bras vers l’arrière et rampant vers un chous). Toutefois la fillette se distingue par les deux colliers d’amulettes, sa coiffure et les boucles d’oreilles qu’elle porte (fig. 3). Si le doublement du collier d’amulettes n’est pas spécifique aux petites filles dans l’iconographie, la représentation du chignon ainsi que, plus rarement, des boucles d’oreilles était utilisée par les peintres des choes pour souligner le sexe féminin des fillettes44. Ce schéma iconographique attique ne doit cependant pas être généralisé à l’ensemble des périodes, ni des régions du monde grec. En Grèce de l’Est, particulièrement dans les îles de Rhodes, Chios et Samos, la petite plastique en terre cuite, la statuaire comme l’iconographie ont fourni de nombreux exemples de représentations de garçons parés de boucles d’oreilles à l’époque archaïque45. Les temple-boys chypriotes sont également régulièrement représentés portant des parures d’oreilles jusqu’à l’époque hellénistique46.

Fig. 3. Choes attiques à figures rouges (430-440) musée national de Copenhague, inv. 10120 et 10121 (Van Hoorn, 1951, fig. 538 et 539).

Fig. 3. Choes attiques à figures rouges (430-440) musée national de Copenhague, inv. 10120 et 10121 (Van Hoorn, 1951, fig. 538 et 539).

Fig. 4. Temple boy chypriote de la fin du ve s. av. n. è., musée du Louvre, AM 2927+2828 (Montage d’après Beer, 1994, pl. 45-46).

Fig. 4. Temple boy chypriote de la fin du ve s. av. n. è., musée du Louvre, AM 2927+2828 (Montage d’après Beer, 1994, pl. 45-46).
  • 47 Hermary, Markou, 2003, p. 223. Ils sont à distinguer des temple-boys grecs retrouvés également dans (...)
  • 48 Ibid., 2003, p. 226-227 ; Laffineur, 1994.
  • 49 Cette pratique est d’ailleurs identifiée aux non-Grecs, même si des témoignages attestent qu’elle é (...)
  • 50 La question de la thésaurisation improductive du matériel funéraire a été récemment reprise pour le (...)
  • 51 Lippolis, 2009, p. 39-40.
  • 52 De nombreux travaux récents montrent que les bijoux dans le monde grec et non-grec servaient avant (...)

11Il s’agit généralement de petits garçons nus portant des colliers d’amulettes et parés d’anneaux circulaires ou ovales pendants aux oreilles (fig. 4)47. Ces statuettes proviennent de sanctuaires et sont d’ordinaire interprétées comme figurant de très jeunes garçonnets appartenant à des familles aisées, placés sous la protection d’une divinité au moment d’un rite de passage particulier48. Dans des régions qui se caractérisent par de nombreux échanges culturels, en particulier avec l’Egypte, l’Asie Mineure et la Phénicie, la présence de parures d’oreilles dans des tombes d’enfants ne peut donc pas être utilisée de manière systématique pour déterminer une identité féminine, contrairement à ce qui est généralement admis pour le monde grec49. En contexte chypriote et de Méditerranée orientale, les bijoux semblent en effet surtout constituer des éléments de distinction sociale, plutôt que des « sex-indicating ». Dans le reste du monde grec, les boucles d’oreilles et les bijoux en général ne se limitent pas à une fonction esthétique, car seule une minorité de sépultures d’adultes, comme d’enfants, contenaient des objets de parure. Déposés dans une tombe, les bijoux constituaient en effet un patrimoine perdu, une thésaurisation improductive que ne pouvaient probablement pas se permettre toutes les familles50. L’inhumation d’un enfant en bas âge avec des éléments de parure dans une société qui expose les corps avant de les mettre en terre n’est donc pas anodine, mais peut participer d’une mise en scène dépassant la fonction ornementale des objets, pour devenir un marqueur de valeurs collectives du ou des groupes d’appartenance51. Ainsi, au-delà de leur connotation sexuée, les boucles d’oreilles, comme les autres bijoux, doivent être intégrées dans un discours plus général où se mêlent le statut socio-économique de la famille et du défunt, même très jeune, et les pratiques en cours dans la cité52.

  • 53 T. 22, 296, 389 : Hermary, 2010, p. 98 et Venedikov et al., 1963, p. 20 et 43. Ce type de bracelet (...)
  • 54 Robinson, 1942, t. 69, 248, 266, 576. La tombe 248 constitue à ce titre un bon exemple car elle con (...)
  • 55 Une sépulture d’enfant à Apollonia du Pont contenait différents vases dont deux gutti, des figurine (...)
  • 56 Dasen 2003, p. 281. Euripide, Ion, 24-26.
  • 57 Euripide, Ion, 27-28 ; 1429-1431.
  • 58 Euripide, Ion, 1385-1436.

12D’autres éléments de parure pouvaient aussi être associés aux sépultures de très jeunes enfants, en particulier les bracelets dont certains, surtout dans les régions du Nord (Thrace, Macédoine, Mer Noire…) présentent des motifs récurrents. Dans la nécropole de Kalfata à Apollonia du Pont, trois sépultures de jeunes enfants contenaient ainsi chacune un bracelet dont les extrémités se terminaient par des têtes de serpents, l’un ayant été découvert au niveau de la cheville du défunt53. Ce type de bracelet, régulièrement retrouvé dans des sépultures de femmes, est aussi figuré dans l’iconographie ornant le bras et parfois la cuisse de femmes, ce qui suggère une association claire à la sphère féminine. Pourtant, dans le contexte des sépultures de jeunes enfants, ces bracelets doivent-ils être considérés avec certitude comme des marqueurs de sexe ? Dans certaines nécropoles, la présence de bracelets parmi le mobilier funéraire ne relève pas toujours d’un discours sexué univoque. Ainsi à Olynthe, quatorze sépultures d’enfants contenaient un ou deux bracelets, dont quatre étaient associés à des strigiles, objets généralement interprétés comme marqueur masculin54. L’iconographie, comme la statuaire, fournissent également des schémas de représentations plus mesurés quant à une interprétation sexuée systématique et catégorique de ce type de parure. Les enfants en bas âge figurés sur les choes attiques sont ainsi parés de bracelets aux chevilles et aux poignets, sans distinction de sexe (fig. 5). À la même période, les temple-boys chypriotes utilisent un modèle iconographique similaire : les petits garçons sont également figurés portant des bracelets aux membres supérieurs et inférieurs (fig. 4). Si ces derniers sont parfois rendus sur les scènes de vases figurés comme de simples cordons ou ficelles, l’épaisseur des traits, ainsi que les découvertes archéologiques, suggèrent plutôt l’usage de véritables bracelets dont certains ont pu être en bronze ou plus rarement en argent55. V. Dasen a également proposé de voir dans l’utilisation de bracelets à tête de serpent pour de jeunes enfants un écho d’un passage du Ion d’Euripide : « La fille de Zeus, autrefois, avait mis, comme gardes du corps deux serpents aux côtés de ce fils de la terre, et l’avait confié aux vierges Aglaurides. De là vient la coutume, au peuple d’Érechthée de faire, à ses enfants (τέκνοις), porter des serpents d’or »56. L’utilisation de ces bracelets pour des enfants proviendrait ainsi du souvenir des deux serpents qu’Athéna aurait déposés dans la corbeille d’Érichthonios pour le protéger, conférant à ces bijoux une valeur conjuratoire. Dans la suite du texte, Euripide met en scène la mère d’Ion, Créuse, qui pare son fils d’un collier d’or à tête de serpent au moment où elle l’expose57. Une fois adulte, ce dernier utilise cet objet, ainsi que la couronne d’olivier et le tissu frangé à tête de gorgone que Créuse avait également déposé dans sa corbeille, pour identifier sa mère58. Dans ce récit, la signification du dépôt du collier, de la couronne d’olivier et du tissu frangé auprès de l’enfant abandonné dépasse la valeur prophylactique de ces objets qui deviennent aussi, et avant tout, des éléments de reconnaissance de l’identité du petit garçon. Ainsi parures protectrices ou non, les bracelets de poignets et de chevilles, comme les colliers, ne peuvent pas être interprétés uniquement et systématiquement à travers le prisme d’une identité sexuée particulière. Associés à de très jeunes enfants, ils peuvent devenir marqueurs d’une catégorie d’âge, mais aussi servir d’instruments de distinction sociale ou, dans le cas du jeune Ion, d’identification.

Fig. 5. Chous attique à figures rouges, Hambourg coll. privée (Hamilton, 1992, fig. 14).

Fig. 5. Chous attique à figures rouges, Hambourg coll. privée (Hamilton, 1992, fig. 14).

3. Les amulettes : entre iconographie et découvertes funéraires

  • 59 Dasen, 2003, 2014 (avec bibliographie antérieure), Seifert, 2011, p. 125-135.
  • 60 À partir de milieu du ve s, Erichthonios est ainsi régulièrement figuré au moment de sa naissance p (...)
  • 61 Par ex. : une hydrie attique à figures rouges conservée à l’Harvard University Art Museum (inv. 196 (...)
  • 62 La céramique italiote reprend l’iconographie de l’enfant aux amulettes, mais avec une production et (...)
  • 63 Ammerman, 2007, p. 142-143, fig. 7.13-14 ; Dasen, 2014. Une copie romaine d’une statue hellénistiqu (...)
  • 64 À Chypre les amulettes, la plupart du temps de type égyptien, se retrouvent dans les sépultures d’e (...)
  • 65 Dusenberry, 1998, p. 444-446 ; Dubois, 2012, p. 339, fig. 12. Sur l’association hache bipenne et en (...)
  • 66 Acquaro, 1988.
  • 67 Des coquillages perforés ont notamment été retrouvés dans des sépultures en vase de très jeunes enf (...)
  • 68 Des perles en ambre ont été par exemple retrouvées dans des tombes d’enfants de moins de 3 ans à Lo (...)

13À côté des boucles d’oreilles et des bracelets, l’iconographie des choes fournit aussi un riche corpus de représentations d’enfants nus, petits garçons et plus rarement petites filles, portant des colliers en bandoulière composés d’un cordon ornés de nœuds et de pendeloques dont la forme est souvent difficile à distinguer59. Ces parures sont utilisées par les peintres comme attribut de la petite enfance à partir du deuxième quart du ve s. où ce type de figuration se diffuse à d’autres contextes iconographiques : naissances divines ou héroïques60, représentations de scènes familiales61… Durant le ive s., ces représentations tendent à disparaître de l’iconographie attique et à l’époque hellénistique les enfants ne sont plus représentés sur les vases parés de colliers d’amulettes62. L’image de l’enfant à amulettes perdure toutefois dans la statuaire chypriote jusqu’au iie s. et sur des statuettes d’enfants emmaillotés découvertes à Poséidonia fabriquées de la fin du ve s. à l’époque romaine, soit pendant la période lucanienne de la cité63. Mais si ces colliers d’amulettes ont pu être des attributs de la petite enfance dans l’iconographie, les sépultures ont révélé peu de traces de leur usage64. Au hasard des fouilles, quelques pendentifs identifiés à des amulettes ont parfois été retrouvés dans des tombes infantiles. À Samothrace, un jeune enfant avait ainsi été inhumé dans un pithos accompagné de vases à parfum, d’une fibule et d’un assemblage d’éléments de parure composé d’un anneau et d’un petit disque en bronze, de deux perles en verre décorées de quatre yeux bleus et blancs et d’une double hache miniature (fin du ve s.)65. Toutefois ce type d’assemblage reste exceptionnel, les sépultures d’enfants en bas âge d’époque classique sont rarement dotées de plus d’un ou deux pendentifs, généralement des scarabées66, parfois des coquillages ou des dents d’animaux percés67 et d’une ou deux perles en verre, plomb ou occasionnellement en ambre68. Une certaine discordance apparaît donc entre les schémas de représentation du ve s. et le matériel funéraire retrouvé dans les tombes d’enfants, car les assemblages de pendeloques identifiables aux colliers d’amulettes figurés sur les choes sont absents des sépultures. Trois explications, non contradictoires, peuvent être proposées à cette absence : soit ces petits pendentifs étaient en matière périssable comme le bois, le tissu ou le cuir, soit selon les pratiques funéraires les amulettes n’étaient pas déposées dans les tombes, soit les codes iconographiques sont à rattacher à un discours symbolique qui dépasserait l’usage apotropaïque.

  • 69 Les changements iconographiques au ive s. et à l’époque hellénistique ne concernent pas que les enf (...)
  • 70 Kallintzi, 2007, p. 263.
  • 71 Papaikonomou, 2008, p. 697-698 et bibliographie antérieure.
  • 72 Kallintzi, 2007, p. 269, fig. 9.
  • 73 Ibid., p. 263, se reporter également à Papaikonomou, 2008.
  • 74 Sgourou, 2001, p. 342-344, 354-355.
  • 75 Kalashnik, 2007, p. 57-58, fig. 7.1.
  • 76 Ziva, 2011. L’auteur propose notamment une brève interprétation des motifs figurés qu’elle associe (...)
  • 77 Cratère : Musée de Kurashiki Ninagawa (v. 350-340) ; calice : Musée du Louvre inv. L 215 (MNB 1145) (...)
  • 78 Sur les découvertes de la péninsule de Kertch : Deppert-Lippitz, 1985, p. 210-213, 218, fig. 149 et (...)

14Quelques assemblages significatifs ont toutefois été découverts dans le Nord de la Grèce, mais ils étaient pour la grande majorité datés de la fin du ive s. et du iiie s., période où les enfants aux amulettes ne sont plus figurés dans l’iconographie attique69. La nécropole tumulaire d’Abdère a ainsi fourni une dizaine de sépultures d’enfants dotés de pendentifs dont deux qui présentaient une véritable composition70. La tombe IX du tumulus Touzla Giol d’un enfant de 2,5-3,5 ans contenait un très riche matériel composé d’une figurine articulée ou « poupée », de figurines en terre cuite de femmes et d’animaux, de vases à parfum, de différents éléments de parure en terre cuite et en bronze doré ainsi que de 21 pendentifs en os de 1-2 cm de hauteur figurant des animaux et différents objets dont un coquillage et une hache bipenne (fig. 6)71. Quatre pendentifs similaires en os ont également été découverts dans la tombe X, une sépulture en vase d’un enfant du lieu-dit Môlos sur le terrain Lakkioti, et représentaient une cigale, une hache bipenne, un personnage et un dauphin. Ils étaient associés à une pyxis et à des perles en verre et en terre cuite72. En se fondant sur le matériel associé à ces sépultures, le fouilleur a attribué ces dernières à des fillettes73. À Thasos, cité proche d’Abdère, 17 pendentifs-amulettes, cette fois-ci en argent, ont également été retrouvés dans un bûcher à offrandes du ive s. associé à deux sépultures plurielles regroupant hommes, femmes et enfants. Le fouilleur identifie les amulettes comme appartenant à une jeune fille sans autre précision74. La hache bipenne est toujours présente, ici en deux exemplaires, accompagnée d’un astragale en ambre, de figurines animales (abeilles, tortues et grenouilles), de représentations de silènes et de têtes de lion, etc. Deux bracelets en argent miniature à têtes de serpents, ainsi qu’un temple-boy sans collier d’amulettes ont également été retrouvés à l’intérieur du bûcher. Pour les trois sépultures, les fouilleurs ont toujours interprété les pendentifs comme un marqueur féminin. Un moule à bijoux découvert à Olbia, sur les bords de la mer Noire, semble indiquer que les haches bipennes et les lunules pouvaient être fabriquées, et probablement vendues, dans les mêmes ateliers et avec les mêmes moules que les bijoux ou les fibules (fig. 7)75. L’attribution à la sphère féminine que cela suggère serait par ailleurs confirmée par la récente publication d’une pyxis du type West Slope conservée au musée Bénaki, figurant sur une face un collier en or généralement associé aux femmes mariées, et sur l’autre face un collier avec divers pendentifs : double-hache, insectes, lunule, trèfle, dauphin…, les deux étant séparés de chaque côté par des boucles d’oreilles76. Ce modèle iconographique n’est d’ailleurs pas si rare et est attesté sur d’autres formes de vases : au moins un cratère en calice et un calice découvert en Crète étaient décorés d’un collier à gouttes et d’un collier à pendeloques (fig. 8)77. De fabrication attique, ces vases de la fin du ive s. et du début du iiie s. renvoient à des éléments de parure absents des sépultures athéniennes, mais présents à la même époque dans les tombes de Thrace et de Macédoine, mais également des bords de la mer Noire jusqu’à la péninsule de Kertch en Crimée (fig. 9)78. Le sens de ces représentations, associées directement à la sphère féminine, semble différer de celui des colliers d’amulettes des choes du ve s. ou des temple-boys chypriotes, qui étaient réservés aux jeunes enfants, particulièrement aux petits garçons, même si des fillettes pouvaient en être parées.

Fig. 6.Pendeloques en os découvertes dans la tombe IX du tumulus Touzla Giol, musée archéologique d’Abdère (Papaikonomou, 2006, pl. 36.2).

Fig. 6.Pendeloques en os découvertes dans la tombe IX du tumulus Touzla Giol, musée archéologique d’Abdère (Papaikonomou, 2006, pl. 36.2).

Fig. 7. Moule à bijoux en pierre du ve-ive s. av. n. è. (L. 12 cm), musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg, inv. OL. 56 (d’après Kalashnik, 2007, fig. 7.1).

Fig. 7. Moule à bijoux en pierre du ve-ive s. av. n. è. (L. 12 cm), musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg, inv. OL. 56 (d’après Kalashnik, 2007, fig. 7.1).

Fig. 8. Cratère à calice attique et détails des deux faces (v. 350-340), musée de Kurashi Ninagawa (montage d’après Deppert-Lippitz, 1985, figs. 118-119).

Fig. 8. Cratère à calice attique et détails des deux faces (v. 350-340), musée de Kurashi Ninagawa (montage d’après Deppert-Lippitz, 1985, figs. 118-119).

Fig. 9. Dessin d’une parure en or de la fin du iiie s. av. n. è. découverte dans une tombe à Kertch, musée de l’Hermitage, St Péterbourg (Deppert-Lippitz, 1985, fig. 155).

Fig. 9. Dessin d’une parure en or de la fin du iiie s. av. n. è. découverte dans une tombe à Kertch, musée de l’Hermitage, St Péterbourg (Deppert-Lippitz, 1985, fig. 155).
  • 79 L’auteur suggère que ces colliers auraient été offerts aux enfants pendant la fête des Apatouries a (...)
  • 80 L. A. Beaumont a déjà établi un parallèle entre la diffusion des scènes familiales dans l’iconograp (...)

15Masculin ou féminin, la mise en scène iconographique et statuaire tend donc à dépasser cette dichotomie pour montrer une image plus complexe à l’époque classique, où ces pendeloques servent avant tout à définir le jeune âge des enfants, mais pas seulement. M. Seifert a ainsi proposé d’interpréter les colliers d’amulettes des choes comme indicateurs du statut légitime des enfants. Leur port constituerait un type iconographique marquant et officialisant l’entrée des enfants dans la communauté civique79. Cette interprétation semble confirmée par le succès de la représentation de l’enfant aux amulettes qui est contemporain de profondes modifications de la société athénienne, en particulier du durcissement des conditions d’accès à la citoyenneté80. Dans une cité où le corps des citoyens tend à se refermer, des éléments de parure ont donc pu être valorisés comme marqueurs de légitimité dans l’iconographie. Les colliers d’amulettes illustrent ainsi comment un même objet ou ensemble d’objets peut véhiculer des discours différents, parfois sexués et parfois non sexués, selon les contextes iconographiques ou funéraires, les périodes et les lieux.

Conclusion

  • 81 Polignac, 2007, p. 356.
  • 82 Pour L. Foxhall, de ce constat il faut garder à l’esprit que « this is material cultural representa (...)

16« La distinction par genre peut à l’occasion n’être que la transcription d’autres formes de distinction (par statut, par âge) et n’être donc pas le déterminant essentiel »81. Cette réflexion de F. de Polignac exprime bien les logiques qui ont parfois pu être à l’œuvre dans le choix des objets laissés dans les tombes d’enfants. Pour cette catégorie de défunts dont le sexe biologique ne peut pas être déterminé, la connotation sexuée du mobilier funéraire qui leur est associé ne semble donc pas toujours devoir être appréhendée en termes d’opposition garçon/fille. Le caractère féminin ou masculin d’une sépulture peut ainsi dépasser l’interprétation genrée pour devenir, comme le souligne F. de Polignac, un marqueur de statut et pour les enfants un marqueur d’âge, comme c’est le cas pour les pyxides déposées dans les tombes infantiles de la nécropole tumulaire d’Apollonia d’Illyrie. L’exemple des parures et amulettes d’enfants illustre également cette polysémie du matériel en signifiant, selon les contextes et les époques, des discours parfois opposés sur une identité sexuée prédéfinie. Cette variabilité des discours est d’autant plus importante qu’elle concerne des individus inscrits dans un processus biologique, mais également de socialisation, encore non achevé, qui les place dans un rapport de dépendance étroite avec les autres membres de la société (famille et cité). Ainsi le matériel retrouvé dans les tombes d’enfants, particulièrement d’enfants en bas âge, ne traduit qu’une partie de l’identité du jeune défunt, mais il doit surtout être compris comme le reflet d’une identité choisie par les vivants, parents ou autres82.

  • 83 Lemonnier, 2009.
  • 84 Sur l’impossibilité d’une « interprétation globale » des rites funéraires se reporter à Polignac, 2 (...)

17En reprenant une catégorie, l’enfance, qui est elle-même soumise à des représentations culturelles et sociales très variables, l’étude des sépultures infantiles dans le monde grec permet aussi d’évoquer la complexité de l’interprétation des dépôts funéraires. Ces derniers apparaissent en effet comme le résultat d’une combinaison de facteurs multiples interagissant entre eux, certains pouvant dominer selon les contextes : l’âge, le sexe, la position socio-économique du ou des groupes auxquels appartenait le défunt, le plus souvent la famille, et les pratiques culturelles, religieuses, etc. en cours dans la cité (voir le schéma ci-joint). Ces pratiques intègrent également des gestions différentes de la mort, moment de déstabilisation des groupes même pour des décès précoces, incluant des stratégies individuelles et/ou collectives liées aux statuts des individus (vivants et défunts), au maintien et à l’affirmation de l’équilibre social de la cité…83. À cette liste non exhaustive, il faut ajouter des facteurs que l’on peut qualifier d’intrinsèques. Difficiles à appréhender, ces derniers regroupent ce qui est lié à l’histoire personnelle du défunt, à sa vie et à sa mort, et constituent une variable non négligeable, appelant à la prudence quant à une volonté d’interprétation univoque des dépôts funéraires84. Ainsi, si les objets retrouvés dans les sépultures nous informent bien sur la dimension sexuée de ces dernières, en lien ou non avec le sexe biologique du défunt, leur interprétation doit veiller à dépasser le seul prisme du genre pour intégrer l’ensemble des éléments qui font des dépôts funéraires dans les tombes un geste complexe et toujours polysémique.

Schéma d’interaction entre les différents modes d’identification du défunt et le choix du matériel funéraire.

Schéma d’interaction entre les différents modes d’identification du défunt et le choix du matériel funéraire.
Haut de page

Bibliographie

Acquaro, E., 1988, Gli scarabei e gli amuleti, dans S. Moscati (éd.) I Fenici, Milan, p. 394-403.

Agne, D., 2007, Le παίς du Livre VII des Lois de Platon : une nouvelle pédagogie de l’enfance, dans S. David et E. Gény (éd.), Troïka : parcours antiques, Mélanges offerts à Michel Woronoff, Besançon, p. 203-218.

Ammerman, R.M., 2007, Children at Risk : Votive Terracottas and the Welfare of Infants at Paestum, dans A. Cohen et J. B. Rutter (éd.), Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy, Princeton, p. 131-151.

Amore, M.G., 2010, The complex of Tumuli 9, 10 and 11 in the Necropolis of Apollonia (Albania), Oxford.

Andreiomenou, A.K., 1994, Το νεκροταφείον της Ακραιφίας. Αγρός Ιω. Κόλλια. Μέρος Ι., AE, 133, p. 155-254.

Baxter, J. E., 2005, The Archaeology of Childhood. Children, Gender, and Material Culture. Walnut Creek.

Beaumont, L. A., 2003, The Changing Face of Childhood, dans J. Neils et J. H. Oakley (éd.), Coming of Age in Ancient Greece : Images of Childhood from the Classical Past, New Haven, London, 59-83.

Beaumont, L. A., 2012, Childhood in Ancient Athens : Iconography and Social History, Londres-New York.

Blandin, B., 2007, Les pratiques funéraires d’époque géométrique à Érétrie : espace des vivants, demeures des morts, Gollion.

Blegen, C.W., Palmer, H. et Young, R. S., 1964, Corinth : results of excavations. Vol. 13 : The North cemetery. Princeton.

Bonnard, J.-B., 2005, Les pères meurtriers de leurs fils, dans J.-M. Bertrand (éd.), La Violence dans les mondes grec et romain, Paris, p. 287-305.

Bruzek, J., 2002, A method for visual determination of sex, using the human hip bone, American journal of physical Anthropology, 117, p. 157-168.

Bruzek, J., Schmitt, A. et Murail, P., 2005, Identification biologique individuelle en paléoanthropologie. Détermination du sexe et estimation de l’âge au décès à partir du squelette, dans O. Dutour et al. (éd.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, p. 217-246.

Buchet, L. et Séguy, I., 2008, L’âge au décès des enfants : âge civil, âge biologique, âge social ?, dans F. Gusi et al.d.), Nasciturus, infans, puerulus vobis mater terra : la muerta en la infancia, Castelló, p. 25-40.

Carter, J. C., 1998, The Chora of Metaponto : the Necropoleis, Austin.

Cohen, A., Introduction : Childhood between Past and Present, dans A. Cohen et J. Rutter (éd.), Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy (Hesperia Suppl. 41), Princeton, 2007, p. 1-22.

Coldstream, J.N. et Catling, H. W., 1996, Knossos North Cemetery. Early Greek Tombs, Londres.

Coqueugniot, H., Giacobini, G. et Malerba, G., 2002, L’utilisation de caractères morphologiques dans la diagnose sexuelle des mandibules d’enfants, BMSAP, 14 (1-2), p. 131-139.

Damet, A., 2012, La part du féminin et du masculin dans l’infanticide : des realia aux représentations tragiques (Athènes, époque classique), dans S. Dubel et A. Montandon (éd.), Mythes sacrificiels et ragoûts d’enfants, Clermont-Ferrand, p. 315-327.

Dasen, V., 2003, Les amulettes d’enfants dans le monde gréco-latin, Latomus, 62, p. 275-289.

Dasen V., Cherchez l’enfant ! La question de l’identité à partir du matériel funéraire, dans A. Hermary et C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort III. Le mobilier funéraire des sépultures d’enfants dans le monde gréco-romain, Aix-en-Provence, p. 9-22.

Dasen, V., 2014, Probaskania : Amulets and magic in Antiquity, dans D. Boschung et I. Bremmer (éd.), The Materiality of Magic, Munich, (sous presse).

Dedet, B., 2012, Mobilier funéraire et statut des enfants dans le monde indigène protohistorique du Sud de la France, dans A. Hermary et C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort III. Le mobilier funéraire des sépultures d’enfants dans le monde gréco-romain, Aix-en-Provence, p. 149-169.

Delamard, J. et Mariaud, O., 2007, Le silence des tombes ? Masculin et féminin en Grèce géométrique et archaïque d’après la documentation archéologique funéraire, dans N. Ernoult, V. Sébillotte Cuchet (éd.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, p. 65-82.

Deppert-Lippitz, B., 1985, Griechischer Goldschmuck, Mainz am Rhein.

Dubois, C., 2012, Des objets pour les bébés ? Le dépôt de mobilier dans les sépultures d’enfants en bas âge du monde grec archaïque et classique, dans A. Hermary et C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort III. Le mobilier funéraire des sépultures d’enfants dans le monde gréco-romain, Aix-en-Provence, p. 329-342.

Dusenberry, E. B., 1998, Samothrace Vol. 11 : The Nekropoleis, Princeton.

Ferembach, D., Schwidetzky, I. et Stloukal, M., 1979, Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette. BMSAP, 6, p. 7-45.

Foxhall, L., 2013, Studying Gender in Classical Antiquity, New York.

Golden, M., 1990, Children and Childhood in Classical Athens, Baltimore-Londres.

Ham, G. L., 1999, The choes and Anthesteria reconsidered : male maturation rites and the Peloponnesian wars, dans M. W. Padilla (éd.), Rites of Passage in Ancient Greece, Lewisburg, p. 201-218.

Hermary, A. et Markou, E., 2003, Les boucles d’oreilles, bijoux masculins à Chypre et en Méditerranée orientale (VIIe-IVe siècles avant J.-C.), Cahier du Centre d’Études Chypriotes, 33, p. 211-236.

Hermary, A. (éd.), 2010, Apollonia du Pont (Sozopol) : la nécropole de Kalfata, ve-iiie s. av. J.-C. : fouilles franco-bulgares, 2002-2004, Paris.

Houby-Nielsen, S., 1996, Women and the formation of the athenian City-State, Métis. Anthropologie des mondes grecs anciens, p. 233-260.

Houby-Nielsen, S., 1997, Grave Gifts, Women, and Conventional Values in Hellenistic Athens, dans P. Bilde et al. (éd.), Conventional Values of the Hellenistic Greeks, Aarhus, p. 220-262.

Houby-Nielsen, S., 2000, Child burials in ancient Athens, dans J. S. Derevinsky (éd.), Children and Material Culture, New York, p. 151-166.

Kalashnik, Y. P., 2007, Gold from Ancient Monuments of the Northern Black Sea Coast, dans A. A. Trofimova (éd.), Greeks on the Black Sea. Ancient art from the Hermitage, Los Angeles, p. 56-61.

Kallintzi, K., 2007, Κοσμήματα από το νεκροταφείο των αρχαίων Αβδήρων, dans Thrace in the graeco-roman world. Proceedings of the 10th international congress of thracology, Athènes, p. 255-272.

Kanta, A., 2011, Διπλοί πέλεκεις, dans A. Kanta et K. Davaras (éd.), ΕΛΟΥΘΙΑ ΧΑΡΙΣΤΗΙΟΝ. Το ιερό σπήλαιο της Ειλειθυίας στον Τσούτσουρο, p. 149-167.

Lagarce, E., 1976, Remarques sur l’utilisation des scarabées, scaraboïdes, amulettes et figurines de type égyptien à Chypre, dans V. Karageorghis et al. (éd.), Fouilles de Kition II. Objets égyptiens et égyptisants : scarabées, amulettes et figurines en pâte de verre et en faïence, Nicosie, p. 167-182.

Laffineur, R., 1994, A propos des « temple boys », dans R. Laffineur et F. Vandenabeele (éd.), Cypriote Stone Sculpture : Proceedings of the Second International Conference of Cypriote Studies, Bruxelles-Liège, p. 141-148.

Lemonnier, P., 2009, Postface : la mort, le mort, les morts et les autres : remarques d’anthropologue, Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 02 décembre 2013. URL : http://pm.revues.org/368.

Lippolis, E., 2009, Oreficeria e società nel mondo greco, dans I. Baldini Lippolis et M. T. Guaitoli (éd.), Oreficeria antica e medievale. Tecniche, produzione, società, Bologne 2009, p. 35-70.

Majó, T., 1996, Réflexions méthodologiques liées à la diagnose sexuelle des squelettes non-adultes. BMSAP, 8, p. 481-490.

Nevett, L. C., 2013, Towards a Female Topography of the Ancient Greek City : Case Studies from Late Archaic and Early Classical Athens (c.520-400 BCE). dans L. Foxhall, L. et G. Neher (éd.), Gender and the City before Modernity, Chichester/Malden, p. 87-124.

Ondřejová, I., 2011, The Role of Jewellery in Ancient Societies, dans G. R. Tsetskhladze (éd.) The Black Sea, Greece, Anatolia and Europe in the First Millennium BC, Louvain, p. 369-386.

Orsi, P., 1913, Scavi di Calabria nel 1913 (relazione preliminare). NSc, p. 3-54.

Papaikonomou, I.-D., 2008, Enfance et identité sexuée dans les cités grecques, dans F. Gusi, et al. (éd.), Nasciturus, infans, puerulus vobis mater terra : la muerta en la infancia, Castelló, p. 673-700.

Péré-Noguès, S., 2011, Le genre au prisme de l’archéologie : quelques réflexions autour de la « dame de Vix », Les cahiers de Framespa [en ligne], 7, mis en ligne le 04 avril 2011, consulté le 05 mars 2013. URL : http://framespa.revues.org/660.

Polignac, F., 2007, Sexe et genre dans les rites funéraires grecs : quelques aperçus, dans L. Barray et A. Testart (éd.), Pratiques funéraires et sociétés, Dijon, p. 349-356.

Robinson, D. M., 1942, Excavations at Olynthus part XI : Necrolynthia : a study in Greek burial customs and anthropology, Baltimore-Londres.

Seifert, M., 2008, Choes, Anthesteria und die Sozialisationsstufen der Phratrien, dans M. Seifert (éd.), Komplexe Bilder, Berlin, p. 85-100.

Seifert, M., 2011, Dazugehören : Kinder in Kulten und Festen von Oikos und Phratrie : Bildanalysen zu attischen Sozialisationsstufen des 6. bis 4. Jahrhunderts v. Chr., Stuttgart.

Sgourou, M., 2001, Jewellery from Thasian Graves, BSA, 96, p. 327-364.

Shepherd, G., 2013, Ancient Identities : Age, Gender, and Ethnicity in Ancient Greek Burials, dans Stutz Nilsson L. et Tarlow S. (éd.), The Oxford Handbook of the Archaeology of Death and Burial, Oxford, p. 543-557.

Strömberg, A., 1998, Sex-indicating grave-gifts in the Athenian Iron Age, dans L. Larsson Lovén et A. Strömberg (éd.), Aspects of women in antiquity : proceedings of the first Nordic Symposium on Women’s Lives in Antiquity, Jonsered, p. 11-28.

Vassallo, S., 1993-1994, Ricerche nella necropoli orientale di Himera in località Pestavecchia (1990-1993), Kokalos, 39-40, II. 2, p. 1243-1255.

Venedikov, I. et al., 1963, Apollonia : les fouilles dans la nécropole d’Apollonia en 1947-1949, Sofia.

Vokotopoulou, I., 1986, Βίτσα: Τα νεκροταφεία μίας μολοσσικής κόμης, Athènes.

Zaphiropoulou, P., 2010, Tombes d’enfants dans les Cyclades : les cas de Naxos et de Paros, dans A.-M. Guimier-Sorbets et Y. Morizot (éd.), L’enfant et la mort I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes, Paris-Athènes, p. 243-250.

Ziva, A., 2011, Άωρος θάνατος: η συμβολική του απεικόνιση σε μια μελαμβαφή πυξίδα από τις συλλογές του Μουσείου Μπενάκη, Μουσείο Μπενάκη 9, p. 21-43.

Haut de page

Notes

1 Sur la construction culturelle de la définition de l’enfance appliquée à l’archéologie, le lecteur se reportera à l’ouvrage de J. E. Baxter : Baxter, 2005, p. 17-21 (et références bibliographiques) et plus spécifiquement pour l’Antiquité à Cohen, 2007, p. 3-5 et 8.

2 L’association de ces deux pratiques aux Anthestéries fait aujourd’hui l’objet de nouvelles discussions cf. Seifert, 2008, p. 87-88 et 2011, p. 131-133 et 138-143.

3 La limite des trois ans est également mentionnée en dehors du contexte des Anthestéries. Platon distingue ainsi la période des 0-3 ans, qui correspond à l’apprentissage de la langue et de la mobilité (Platon, Lois, 789e et 791e-792a). Pour l’iconographie, L. A. Beaumont dissocie la petite enfance en deux phases : le nourrisson de 0-1 an représenté emmailloté et l’enfant de 1-3 ans figuré le plus souvent nu rampant ou assis (Beaumont, 2012, p. 103).

4 Buchet, Séguy, 2008.

5 Selon les nécropoles, on a ainsi pu constater une tendance à inhumer les enfants jusqu’à l’âge d’environ 3 ans dans des vases, le traitement des jeunes défunts ne différant souvent pas de celui des adultes passé cet âge. Cette pratique est analysée dans ma thèse de doctorat intitulée Du fœtus à l’enfant dans le monde grec archaïque et classique : pratiques rituelles et gestes funéraires réalisée sous la direction de V. Dasen (Université de Fribourg) et A. Hermary (Aix-Marseille Université).

6 Golden, 1990, p. 12-22 ; Agne, 2007, p. 204-206.

7 P. ex. Aristote, Histoire des animaux, 585b et Platon, Lois, 788a. Ce dernier utilise aussi les termes de κόρος et κόρη pour insister sur l’association à cet âge des deux sexes (ibid., 793a).

8 Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes, II, 5, 1-5. Soranos ne donne malheureusement aucune description de ces signes, soit qu’il y accorde peu d’intérêt, soit qu’il ne l’a pas jugé nécessaire tant ses signes étaient connus de tous.

9 Hésychius, s. v. στέφανον ἐκφέρειν.

10 Pour G. L. Ham, la remise des choes était un rite de passage masculin, pourtant si la majorité de ces petits vases figuraient des garçonnets, des fillettes pouvaient aussi être représentées – environ 5 % des choes miniatures, si l’on s’en tient aux chiffres que mentionne d’ailleurs l’auteur (Ham, 1999, p. 205). Aristophane également associe une fillette aux petits vases dans sa pièce les Thesmophories (733-746).

11 Posidippe, fr. 11. Pour un résumé des différentes interprétations de la surexposition des fillettes : Bonnard, 2005, p. 298-299 et récemment Damet, 2012, p. 317.

12 Platon fixe cette limite à 6 ans qui correspond à l’âge où, selon lui, il faut séparer les garçons et les filles (voir supra). C’est d’ailleurs à partir de cet âge que l’auteur précise le sexe des enfants en utilisant des articles féminins ou masculins, p. ex : Platon, Lois, 813b (Agne 2007, p. 207).

13 La méthode d’évaluation morphoscopique de l’os coxal établie par J. Bruzek présente un taux de fiabilité à plus de 95 % (Bruzek, 2002).

14 Les taux de fiabilité vont de 40 à 70 % en moyenne (Ferembach et al., 1979 ; Coqueugniot et al., 2002 ; Bruzek et al., 2005). En outre, l’utilisation de l’ADN pour déterminer le sexe des individus présente encore de nombreux inconvénients pour des résultats qui ne sont pas toujours satisfaisants, en particulier pour les enfants (Majó, 1996, p. 481-482 ; Coqueugniot et al., 2002, p. 132).

15 F. de Polignac a déjà bien démontré la polysémie des objets funéraires et la difficulté à leur associer un genre féminin ou masculin : Polignac, 2007, p. 352. Sur ce sujet se reporter également à Delamard, Mariaud, 2007, Shepherd 2013, p. 546-549 et plus spécifiquement sur la question des objets liés à l’enfance à Dasen 2012, p. 12-20.

16 Selon l’expression employée par A. Strömberg (Strömberg, 1998).

17 Dedet, 2012, p. 156-158 (les 5 % restants correspondent aux tombes contenant des objets présumés masculins et féminins).

18 Certains objets ont été retrouvés exclusivement dans des tombes de femmes (chytrai, bouteilles, choes et figurines) et d’hommes (aryballe en un exemplaire), mais leur dépôt dans les ensembles funéraire de Métaponte est trop occasionnel pour pouvoir être considéré comme significatif.

19 Carter, 1998, p. 582-586.

20 Expression employée par B. Dedet (Dedet, 2012).

21 Le graphique proposé reprend la démarche et la terminologie employées par B. Dedet (Dedet, 2012).

22 Carter, 1998, t. 87. L’hydrie a été retrouvée dans la tombe à fosse d’un enfant de 2-4 ans et était associée à une coupe à figures rouges dite « à la chouette ».

23 Blegen et al., 1964, p. 70 ; Shepherd, 2013, p. 548.

24 Amore, 2010, p. 341.

25 Carter, 1998, t. 116, 191, 195, 210, 1A (nécropole de Saldone).

26 Le plus jeune défunt associé à un homme a été découvert à Naxos par P. Zaphiropoulou. Il s’agissait d’une tombe en fosse d’époque géométrique d’un homme âgé de 25 ans dont la tête avait été couverte d’un vase contenant les restes d’un fœtus de 6 mois (Zaphiropoulou, 2010, p. 243). Toutefois, la forme du dépôt et son caractère exceptionnel suggère plus un geste rituel, qu’une association de type familiale.

27 Vokotopoulou, 1986, p. 103-105.

28 Carter, 1998, p. 331.

29 Hermary, 2010, pl. 9.

30 Par opposition, l’axe du dêmosion sêma se caractérise par une quasi absence de sépultures infantiles. Houby-Nielsen, 2000, p. 156-161 et bibliographie antérieure. Voir également Delamard, Mariaud, 2007, p. 74-75 et Beaumont, 2012, p. 89.

31 Pour S. Houby-Nielsen, cette localisation est choisie par les mères et doit être comprise comme une manifestation des rôles hommes/femmes au sein de la cité (Houby-Nielsen, 1996, p. 250-254).

32 Sur les liens père/mère-enfant se reporter à Golden, 1990, p. 123.

33 Platon, Lois VII, 7, 794c.

34 Ce constat a été bien résumé pour Athènes par S. Houby-Nielsen : Houby-Nielsen, 2000, p. 152 repris récemment par L. C. Nevett : Nevett, 2013, p. 95-97.

35 Carter, 1998, t. 292 (510-500) et t. 350 (440-400). À Olynthe, quelques sépultures d’hommes contenaient des bijoux (Robinson 1942, p. 182).

36 Une troisième sépulture pourrait également être prise en compte. Il s’agit de la tombe 231 dont le squelette a été identifié à celui d’un homme et qui contenait une fibule habituellement associée aux femmes. Une réflexion générale sur les tombes 231 et 292 a été récemment menée par G. Shepherd : Shepherd, 2013, p. 548.

37 Cette réflexion a déjà été menée en particulier pour les miroirs et strigiles par S. Houby-Nielsen qui a démontré qu’à la fin du ve s. à Athènes, ces objets ne peuvent plus être considérés comme des marqueurs de sexe pertinents (Houby-Nielsen, 1997, p. 241-247). Pourtant dès 1942, pour la nécropole d’Olynthe, D. M. Robinson constate que des strigiles sont présents dans des tombes d’hommes, mais également de femmes (Robinson, 1942, p. 182). Des strigiles ont aussi été retrouvés dans des sépultures de femmes à Métaponte aux vie-ve s. (Carter, 1998, p. 583).

38 T. 15 : Carter, 1998, objet n° J2 (15-2), p. 816.

39 T. 271 : Carter, 1998, objet n°J6 (271-3), p. 816.

40 Par ex. T. 190

41 L’anneau pouvait également avoir servi de pendentif (Dasen, 2003, p. 281).

42 Il mentionne en particulier la découverte d’une bague en bronze de 1,8 cm de diamètre trouvée autour d’une phalange d’enfant (t. 380) (Robinson, 1942, p. 181).

43 Vassallo 1993-1994, p. 1249. Un anneau a également été retrouvé près de la scapula droite du jeune défunt.

44 Les petites filles sont la plupart du temps figurées nues ou vêtues d’un long chiton, coiffées d’un chignon et parfois parées de boucles d’oreilles en forme d’anneau. Par ex : Van Hoorn, 1951, n° 291, pl. 495 (Musée national d’Athènes, BS 51).

45 Pour une étude générale sur la représentation des hommes parés de boucles d’oreilles à Chypre et en Méditerranée orientale se référer à Hermary, Markou, 2003.

46 Une statuette en terre cuite d’un temple-boy chypriote du iiie s. conservée au Metropolitan Museum (inv. 74.51.1607) peut ainsi être ajoutée à la liste établie par A. Hermary et E. Markou et témoigne que cette pratique a pu perdurer au-delà du ive s.

47 Hermary, Markou, 2003, p. 223. Ils sont à distinguer des temple-boys grecs retrouvés également dans de nombreux sanctuaires aux mêmes périodes et qui sont dépourvus de bijoux et de colliers d’amulettes.

48 Ibid., 2003, p. 226-227 ; Laffineur, 1994.

49 Cette pratique est d’ailleurs identifiée aux non-Grecs, même si des témoignages attestent qu’elle était bien connue des Grecs. Cf. Dion Chrysostome, Discours, 32, 3 au sujet du port de boucles d’oreilles par des petits garçons qui rappelle que « cet usage ne convient qu’aux filles, ou chez les Lydiens et les Phrygiens, aux enfants mâles ».

50 La question de la thésaurisation improductive du matériel funéraire a été récemment reprise pour le monde grec par E. Lippolis (Lippolis, 2009, p. 36). Sur la notion du patrimoine perdu, rappelons également les réflexions de S. Péré-Noguès sur la sépulture de la « dame de Vix » : Péré-Noguès, 2011.

51 Lippolis, 2009, p. 39-40.

52 De nombreux travaux récents montrent que les bijoux dans le monde grec et non-grec servaient avant tout de marqueurs de statut social et dépassaient leur usage de parure (p. ex. Ondřejová, 2011 et Lippolis, 2009).

53 T. 22, 296, 389 : Hermary, 2010, p. 98 et Venedikov et al., 1963, p. 20 et 43. Ce type de bracelet a également été retrouvé dans des tombes de très jeunes enfants à Abdère, Acanthe et Olynthe en particulier.

54 Robinson, 1942, t. 69, 248, 266, 576. La tombe 248 constitue à ce titre un bon exemple car elle contenait un bracelet en bronze aux extrémités en tête de serpent accompagné d’un strigile et d’un lécythe. De même la t. 266 contenait un bracelet en bronze, trois figurines d’Éros, trois vases à parfum et un strigile avec une inscription gravée : Σωσίου. L’interprétation des strigiles comme marqueur masculin est toutefois aujourd’hui discuté voir infra.

55 Une sépulture d’enfant à Apollonia du Pont contenait différents vases dont deux gutti, des figurines d’animaux et deux bracelets en argent : Venedikov, et al. 1963, p. 43 (t.389). Des bracelets à tête de serpent en argent ont également été découverts dans une tombe d’enfant à Akraiphia (Andreiomenou, 1994, p. 116).

56 Dasen 2003, p. 281. Euripide, Ion, 24-26.

57 Euripide, Ion, 27-28 ; 1429-1431.

58 Euripide, Ion, 1385-1436.

59 Dasen, 2003, 2014 (avec bibliographie antérieure), Seifert, 2011, p. 125-135.

60 À partir de milieu du ve s, Erichthonios est ainsi régulièrement figuré au moment de sa naissance paré d’un collier d’amulettes (par ex. : un cratère attique à figures rouges du Virginia Museum of Fine Arts (inv. n° 81.70) (v. 410), une hydrie attique à figures rouges conservée au British Museum (inv. 1837.6-9.54) (v. 470-450) et une coupe attique à figures rouges du Berlin Antikenmuseum (inv. 2537)
(v. 470-450)). Des dieux comme Dionysos sont également parés de colliers d’amulettes à partir du milieu du ve s. (cf. Stark, 2012, p. 83-85 et spécialement n. 251).

61 Par ex. : une hydrie attique à figures rouges conservée à l’Harvard University Art Museum (inv. 1960.342) qui figure un jeune couple avec son enfant, un petit garçon, paré d’un collier d’amulettes
(v. 440-430).

62 La céramique italiote reprend l’iconographie de l’enfant aux amulettes, mais avec une production et une diffusion moindre que les choes attiques.

63 Ammerman, 2007, p. 142-143, fig. 7.13-14 ; Dasen, 2014. Une copie romaine d’une statue hellénistique représente également un garçonnet le torse entouré d’un collier d’amulettes, portant deux torches dans les mains (Dasen, 2003, p. 279, fig. 3a et b).

64 À Chypre les amulettes, la plupart du temps de type égyptien, se retrouvent dans les sépultures d’enfants comme d’adultes (Lagarce, 1976).

65 Dusenberry, 1998, p. 444-446 ; Dubois, 2012, p. 339, fig. 12. Sur l’association hache bipenne et enfant, se référer à la récente publication de la grotte d’Eileithyia à Tsoutsouros qui a fourni un nombre important de doubles haches miniatures (Kanta, 2011).

66 Acquaro, 1988.

67 Des coquillages perforés ont notamment été retrouvés dans des sépultures en vase de très jeunes enfants sur l’île de Rhodes (Dubois, 2012, p. 339-340). Des dents, parfois perforées, pouvaient également être déposées auprès de jeunes enfants. À Locres Epizéphyrienne, la sépulture 567 d’un enfant contenait ainsi un riche matériel dont cinq dents d’animaux (Orsi, 1913, p. 8). À Apollonia du Pont, une tombe à fosse d’un enfant de 1-2 ans avait également fait l’objet d’un dépôt de trois éléments de parure : une boucle d’oreille en bronze, une perle en verre et une canine d’animal (Panayotova à paraître).

68 Des perles en ambre ont été par exemple retrouvées dans des tombes d’enfants de moins de 3 ans à Locres (Orsi, 1913, t. 942, p. 47) à Cnossos (Coldstream, Catling, 1996, t. 78, p. 123-124) et à Erétrie (Blandin, 2007, t. 11, p. 49-51). Dans le cas des perles, il est néanmoins impossible de déterminer s’il s’agit bien d’éléments de parure à fonction apotropaïque.

69 Les changements iconographiques au ive s. et à l’époque hellénistique ne concernent pas que les enfants aux amulettes. Leur disparition progressive de la peinture attique doit être replacée dans l’évolution globale des thèmes et des représentations (Beaumont, 2003, p. 77-81).

70 Kallintzi, 2007, p. 263.

71 Papaikonomou, 2008, p. 697-698 et bibliographie antérieure.

72 Kallintzi, 2007, p. 269, fig. 9.

73 Ibid., p. 263, se reporter également à Papaikonomou, 2008.

74 Sgourou, 2001, p. 342-344, 354-355.

75 Kalashnik, 2007, p. 57-58, fig. 7.1.

76 Ziva, 2011. L’auteur propose notamment une brève interprétation des motifs figurés qu’elle associe soit à la période de transition entre la jeune fille nubile et la femme mariée, soit au passage de la vie à la mort. Pour une récente réinterprétation des pendentifs : Dasen, 2014. Une autre pyxis conservée au Musée du Céramique (inv. 2327) était également décorée de deux colliers dont un d’amulettes.

77 Cratère : Musée de Kurashiki Ninagawa (v. 350-340) ; calice : Musée du Louvre inv. L 215 (MNB 1145) (300-270).

78 Sur les découvertes de la péninsule de Kertch : Deppert-Lippitz, 1985, p. 210-213, 218, fig. 149 et 155.

79 L’auteur suggère que ces colliers auraient été offerts aux enfants pendant la fête des Apatouries au moment où les enfants, filles et garçons, étaient inscrits dans les registres de la phratrie ou lors de la Dékatè, la nomination de l’enfant (Seifert, 2011, p. 129-133). En s’appuyant sur les représentations des naissances d’Érichthonios et de Dionysos, ainsi que sur les terres cuites de Poséidonia, V. Dasen estime de son côté que ces colliers devaient être offerts avant les Apatouries, probablement peu de temps après la naissance (Dasen, 2014).

80 L. A. Beaumont a déjà établi un parallèle entre la diffusion des scènes familiales dans l’iconographie attique et les lois de 451/450 qui réduise le corps des citoyens aux hommes nés de père et de mère de famille citoyenne (Beaumont, 2003, p. 72 ; 2012, p. 210). Ce parallèle doit être élargi à mon avis au modèle de représentation, en particulier le collier d’amulettes, mais peut-être aussi à l’usage même du chous.

81 Polignac, 2007, p. 356.

82 Pour L. Foxhall, de ce constat il faut garder à l’esprit que « this is material cultural representation that certainly cannot ‘read’at face value » (Foxhall, 2013, p. 21).

83 Lemonnier, 2009.

84 Sur l’impossibilité d’une « interprétation globale » des rites funéraires se reporter à Polignac, 2007, p. 357. La question de facteurs intrinsèques doit beaucoup aux échanges avec Richard Bouchon, que je remercie ici pour ses conseils.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Distribution du matériel funéraire dans les tombes d’enfants de 0-3 ans au sein des nécropoles de la chôra de Métaponte (vie-ive s.).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2. Répartition des tombes d’enfants et d’adultes en relation avec les murs de la cité d’Athènes au ve s. av. n. è. (Houby-Nielsen, 2000, fig. 12.4)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. Choes attiques à figures rouges (430-440) musée national de Copenhague, inv. 10120 et 10121 (Van Hoorn, 1951, fig. 538 et 539).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 4. Temple boy chypriote de la fin du ve s. av. n. è., musée du Louvre, AM 2927+2828 (Montage d’après Beer, 1994, pl. 45-46).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 5. Chous attique à figures rouges, Hambourg coll. privée (Hamilton, 1992, fig. 14).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6.Pendeloques en os découvertes dans la tombe IX du tumulus Touzla Giol, musée archéologique d’Abdère (Papaikonomou, 2006, pl. 36.2).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 7. Moule à bijoux en pierre du ve-ive s. av. n. è. (L. 12 cm), musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg, inv. OL. 56 (d’après Kalashnik, 2007, fig. 7.1).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 8. Cratère à calice attique et détails des deux faces (v. 350-340), musée de Kurashi Ninagawa (montage d’après Deppert-Lippitz, 1985, figs. 118-119).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 9. Dessin d’une parure en or de la fin du iiie s. av. n. è. découverte dans une tombe à Kertch, musée de l’Hermitage, St Péterbourg (Deppert-Lippitz, 1985, fig. 155).
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Schéma d’interaction entre les différents modes d’identification du défunt et le choix du matériel funéraire.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2285/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Dubois, « Petites filles ou petits garçons ? Discours et interprétations du mobilier funéraire des tombes d’enfants en bas âge dans les nécropoles grecques classiques », Pallas, 97 | 2015, 97-120.

Référence électronique

Céline Dubois, « Petites filles ou petits garçons ? Discours et interprétations du mobilier funéraire des tombes d’enfants en bas âge dans les nécropoles grecques classiques », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/2285 ; DOI : 10.4000/pallas.2285

Haut de page

Auteur

Céline Dubois

Doctorante en histoire grecque, CCJ, UMR 7299
Aix-Marseille Université
Université de Fribourg
celine.dubois@unifr.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org