Navigation – Plan du site

Lugnez : Un Lugdunum oublié dans le Jura Tabulaire suisse

Lugnez, a forgotten Lugdunum in the Swiss Tabular Jura
Valéry Raydon
p. 97-120

Résumés

L’auteur s’intéresse à l’étymologie du village de Lugnez dans le canton suisse du Jura. La forme la plus ancienne du nom est rapportée dans une source hagiographique carolingienne qui retrace la chronique des actes d’un saint ajoulot, l’hermite Himier : ce dernier est déclaré être né in uico Lugduniaco. Ce nom pourrait correspondre à une forme tardo-antique ou mérovingienne de l’ancien toponyme panceltique *Lugudūnon dont le sens reste débattu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jurot, 2006, p. 179-182.
  • 2 Pour le détail sur la tradition manuscrite, on renverra à Walzer, 1990, p. 41-44.
  • 3 L’essor jurassien du culte semble relativement tardif, si on prend en compte la date de rédaction d (...)
  • 4 Walzer, 1990, p. 76.

1Les évêchés de Bâle et de Lausanne en Suisse célèbrent au 12 novembre l’ermite Himier, saint jurassien de l’époque mérovingienne († c. 615) et éponyme de la commune de Saint-Imier dans le canton helvète de Berne. La chronique de ses actes nous est retracée dans une vie en prose d’un auteur anonyme intitulée Vita S. Ymerii Eremitae saeculi VII in monte Jura, compilée sur les feuillets 107v-110v du Ms. L306 du fond de la bibliothèque cantonale de Fribourg, en provenance de l’ancienne bibliothèque du couvent cistercien d’Hauterive (=Ms. 62). Ce codex in-folio sur vélin date de la seconde moitié du xiie siècle1, mais le texte semble remonter plus tôt, au viiie ou ixe siècle. Plusieurs bréviaires de Lausanne, Berne, Bâle et Interlaken reprennent, entre le xive et le début du xviie siècle, sous forme de péricopes synthétiques les épisodes de la légende hagiographique carolingienne tels que posés dans la version du manuscrit altaripien qui peut donc être considéré comme une copie de la Vulgate de référence2. Ces différents bréviaires offrent un bon témoignage de l’essor pris par le culte de ce saint régional au cours du Moyen Âge3 et de sa vitalité et diffusion à la période moderne. Un culte qui a du reste connu une expansion au-delà des limites de la Suisse puisque son nom est porté aujourd’hui par plusieurs communes françaises (Saint-Hymer dans le Calvados et Saint-Ismier en Isère) et églises d’Alsace (localités de Battenheim, Berentzwiller et Gunsbach)4.

  • 5 Kohler, 1861, p. 6.
  • 6 Les autres se contentent de citer sa région d’origine, Ymerius ex provincia Alseaugiae oriundus, co (...)
  • 7 Ibid., p. 35 n. 4.
  • 8 Trouillat, 1852, p. 35 n. 4 ; Walzer, 1990, p. 42 ; Jaccard, 1906, p. 244, avait voulu identifier c (...)
  • 9 Le document fait notamment mention du pèlerinage de la reine Berthe (qui régna sur la Bourgogne tra (...)
  • 10 Mabillon, 1739, p. 698.

2Le rigoureux ascétisme et les édifiants exploits du premier apôtre et défricheur de la vallée de la Suze au temps des Burgondes ne nous intéressent pas directement. C’est le détail relatif au lieu de naissance du saint homme qui retiendra ici notre attention. La Vita S. Ymerii ex manuscripto Altaripensi livre l’information suivante sur Himier : il est dit originaire d’une noble famille de la province d’Ajoie et du uicus Lugduniacus/Lugduniacum (liberiori namque genere ex prouincia Augaugie et uico Lugduniaco oriundus)5. Himier appartiendrait à la noble famille d’un uicus jurassien du regnum Burgundiæ inconnu par ailleurs des sources antiques et médiévales ; rappelons qu’un uicus constituait dans l’Antiquité une agglomération d’ordre secondaire regroupant des hommes libres. Seuls deux des digestes hagiographiques ont cru bon de nommer l’obscur bourg qui vit naître le bienheureux ermite6. D’une part, le Proprium Sanctorum du diocèse de Bâle qui propose en 1623 une forme évoluée plus tardive du nom du village : Himier est né de parents nobles, dans le uicus Lugne (Himerius nobili genere natus, apud uicum Lugne)7. D’autre part, l’incipit d’une notice que la plupart des chercheurs se contentent d’exploiter à partir de la citation qu’en a proposé le savant Claude-Joseph Perreciot dans l’Almanach de Franche-Comté de 1788, art. Porrentruy : Himier est né de parents nobles à la frontière entre Séquanes et Rauraques, dans le uicus Lugdanicus/Lugdanicum, non loin du Pont de Ragentrude (Himerius, medio inter Sequanos et Rauracos loco, in uico Lugdanico, non longe a Ponte Ragentrudis, nobilibus parentibus natus est)8. C’est là chose regrettable car Perreciot a retranscrit une lecture erronée du nom du village natif. La source qu’il reproduit fautivement est un abrégé de la vie du saint de la fin du xviie ou du début du xviiie siècle9 qui porte le titre de Vita S. Himerii Anachoretæ Basileensis et qui avait été publié une cinquantaine d’années plus tôt. Cette Vita S. Himerii utilise une leçon identique à celle du Ms. d’Hauterive : in uico Lugduniaco10.

  • 11 Jaccard, 1906, p. 244

3L’identification du village, d’après les détails de localisation dispensés – l’agglomération est dite située dans les environs immédiats de Pons Ragentrudis (act. commune de Porrentruy) et ex prouincia Alsgaugiae (act. pays d’Ajoie) -, ne pose pas de problème et a été élucidée de longue date par Perreciot : il correspond au village moderne de Lugnez, compris dans le district de Porrentruy dans le canton du Jura. Cette Vita carolingienne nous fournit la forme la plus ancienne connue de son nom (lat. ablat. sg. uico Lugduniaco), dont on peut suivre les évolutions par différentes attestions postérieures : Lunigie, 1181 ; Lugney, six mentions entre 1316 et 1332 ; Leugney au xve s. ; Lugne, 162311.

4La forme la plus antique du nom du lieu, uico Lugduniaco, se présente en un cas indirect qui empêche de déterminer si le genre est masculin ou neutre. Nous sommes en présence soit d’un adjectif *Lugduniacus qui sert à caractériser le uicus, soit d’un substantif *Lugduniacum désignant la localité et mis en apposition avec la terminologie territoriale et urbanistique uicus. Cette forme adjectivale ou substantive est déterminante car elle rend sa lecture étymologique claire. Celle-ci peut s’expliquer de deux manières :

    • 12 Proche de cet anthroponyme *Lugdunus, on citera le surnom gallo-romain Lugudunolus porté par un sol (...)

    1) Le terme peut se décomposer en *Lugdun-i-acus (ou -cum). Il serait composé autour d’un gentilice latin en -ius bâti sur un cognomen gallo-romain *Lugdunus ‘celui originaire de Lugdunum’12 – le i de Lugdun-i- rendant le suffixe caractéristique du gentilice romain – auquel est associé le suffixe gaulois -âko- > lat. -âcus déterminant un lieu ou une propriété : *Lugduniacus/*Lugduniacum renverrait alors à un fundus appelé ‘domaine de Lugdunius’.

    • 13 Sur ce suffixe toponymique, d’Arbois de Jubainville, 1886, p. 633-636, estimait qu’il était exclusi (...)

    2) Il peut se séquencer également en *Lugdun-iacus (ou -cum). Il correspondrait alors à un dérivé de l’ancien toponyme gaulois *Lugudūnon > lat. LugudunumLugdunum, auquel on a accolé le suffixe ‘gallo-romain’à caractère localisant -iacus, -iacum. Ce type de suffixe topique, formé analogiquement sur l’ancien suffixe -i-acus mais dénué désormais de toute valeur gentilicienne, accompagne pour l’essentiel des anthroponymes mais s’accommode aussi de choronymes et de noms communs13.

5La seconde solution étymologique semble préférable ici car notre cas soutient facilement la comparaison avec deux types d’usages toponymiques incluant l’emploi de ce suffixe qui émergent dans la toponomastique tardo-antique et alto-médiévale :

    • 14 Ledain et Dupond, 1902, p. 288.
    • 15 Arcere, 1757, p. 700.
    • 16 Mabille, 1864, p. 249 n. 4
    • 17 Brunterc’h, 1983, p. 50.
    • 18 Liénard, 1872, p. 74.

    3) Divers toponymes répandus faisant appel à dūnon dans leur composition se sont parfois vus compléter du suffixe -iacus aux temps mérovingiens ou carolingiens comme en témoignent les chartes et les cartulaires. C’est le cas pour Verodunum qui figure sous la forme Verduniacum dans les départements des Deux-Sèvres (act. La Verdonnière)14 et de la Vendée (près de Fonteney-le-Comte)15. Autre illustration, la transformation du nom simple de lieu Dūnon en Duniacum dans l’Indre-et-Loire (act. La Douai, commune de Courçay)16, dans le Maine-et-Loire (act. Duigné, commune de Mazé)17, ou encore dans la Meuse (act. Dugny-sur-Meuse)18.

    • 19 Longnon, 1977, p. 102.
    • 20 Roblin, 1968, p. 243.

    4) Il est attesté que les adjectifs toponymiques finissant en -ensis connaissent des variantes où le suffixe gallo-latin -iacus remplace le suffixe latin -ensis : ainsi les alternances entre pagus Vongensis et pagus Vonciacus chez les Rèmes, entre pagus Parisiacus et pagus Pariensis, entre urbs Parisiaca et urbs Parisiensis chez les Parisii19. Il n’est pas à exclure que les substantifs tardifs évoqués plus haut de Verduniacum ou Duniacum dérivent de tels emplois adjectifs associés à des terminologies urbano-territoriales : ainsi le Verduniacum des Deux-Sèvres est attesté anciennement dans le cartulaire de Saint-Cyprien de Poitiers en 936 ou 937 sous la forme de uilla Verduniacus (uilla ayant pris ici le sens de uicus comme souvent dans les textes mérovingiens et carolingiens où les termes sont interchangeables)20. Le uicus *Lugduniacus pourrait donc bien être une banale substitution d’un uicus Lugduniensis ‘village du pays de Lugdunum’.

  • 21 Cette survivance évoluée du suffixe suffit à démontrer que la forme archaïque *Lugduniacus/*Lugduni (...)

6L’évolution historique du nom du bourg témoigne de la conservation du suffixe -iacus, -iacum dans ses formes tardives Lugney, Leugney, Lugnez, dont les désinences finales en -ey, ou -ez sont une des évolutions phonétiques typiques de ce suffixe dans certains dialectes, que l’on peut observer par exemple dans l’évolution de Duniacum dans la Meuse (act. Dugny-sur-Meuse) : Dugney, 1257, Dugnez, 148321. Lugnez descend vraisemblablement d’un substantif *Lugduniacum qui a pu s’élaborer à partir d’une forme adjectivale.

  • 22 Le fanum de Porrentruy a été découvert par l’archéologie aérienne en 1983 au nord-est de la commune (...)
  • 23 Demarez, 2001, p. 39. De nombreuses trouvailles (notamment un trésor monétaire du iiie s.) faites a (...)

7Le uicus natal de notre cénobite ajoulot doit donc être considéré comme un toponyme gallo-romain tardif, voire mérovingien. Il participe des bouleversements de nomenclatures intervenus dans la toponymie locale au temps des invasions germaniques qui touchèrent la province de la Maxima Sequanorum à partir du ive siècle ou de l’installation durable des Burgondes avec l’autorisation de Rome au tournant de la seconde moitié du ve siècle. La Vita S. Ymerii nous donne une bonne illustration de cette phase de renouvellement toponymique de l’arc jurassien après les strates gauloises et gallo-romaines, lorsqu’elle mentionne le nom germano-latin du uicus de Pons Ragentrudis dans le voisinage immédiat de Lugnez (à moins de 9 km au sud) : cette appellation, qui fait référence à un pont enjambant la rivière Allaine, affluent du Doubs, et porteur du prénom de Ragentrude, l’épouse du roi Dagobert Ier, servit à rebaptiser le site d’un ancien fanum des iie-iiie siècles22 et d’un très probable uicus23, un site qui, déserté ou pas, avait dû néanmoins laissé quelques traces toponymiques.

  • 24 Une première liste avait été dressée par Holder, 1904, col. 308-344, s.v. Lugudūnon ; elle a été ré (...)

8Ce toponyme tardo-antique de *Lugduniacus/*Lugduniacum réfère à un Lugdunum préexistant du Jura tabulaire qui doit être mis au crédit d’une population celtique. Il rejoint donc les nombreux cas de noms de lieu Lugdunum répertoriés tant dans l’aire géographique de la Celtique continentale que dans la Celtique insulaire des Gaëls et des Brittons24. On en connaît à ce jour une trentaine recensés qui consistent majoritairement en des choronymes portés par des centres urbains de première importance (tels ciuitas Segusiavorum et caput Galliarum = Lyon, dép. Rhône ; ciuitas Convenarum = Saint-Bertrand-de-Comminges, dép. Hte-Garonne), ou par des municipes secondaires (Laons, dép. Eure-et-Loir ; Laudun, dép. Gard), voire par des chefs-lieux de pagus ou de modestes uicus (Laon, dép. Aisne). Quelques cas, sur lesquels nous ne disposons pas à ce jour d’informations quant à d’éventuelles traces d’occupation humaine, pourraient renvoyer à de simples lieux-dits ou oronymes (Monlezun, dép. Gers), mais des investigations archéologiques futures sont susceptibles d’infirmer ou de confirmer ce statut.

  • 25 Contra le savant allemand Maier, 1996, p. 130, qui reprend une hypothèse de Maver, 1914, p. 83 sq., (...)

9Cette large distribution sur les anciennes zones de peuplement celtique, tant celles de langue gallo-brittonique que celles de langue gaélique, rend compte d’une diffusion panceltique de ce toponyme, lequel recouvrait de toute évidence un concept géo-culturel d’importance avec d’éventuelles implications théologiques. La création et la diffusion de ce toponyme remontent vraisemblablement aux temps préromains25.

  • 26 En dernier lieu, le point chez García Quintela, González García, 2014, p. 161-163.
  • 27 Vendryes, 1912, p. 465-466 ; 1914, p. 384-385 ; 1925, p. 235-236 ; Guyonvarc’h, 1963a, p. 363-368 ; (...)
  • 28 D’Arbois de Jubainville, 1884, p. 139 ; Holder, 1904, col. 308, s.v. Lugudūnon ; Loth, 1914, p. 205 (...)
  • 29 Jullian, 1908, p. 252 ; Reinach, 1916, p. 349 ; Blanchet, 1940, p. 57-58 ; Flobert, 1968, p. 271-27 (...)
  • 30 Sur la question : Hily, 2012a, p. 5.
  • 31 Delamarre, 2003, p. 210, s.v. lugus.
  • 32 Éd. Delattre, 2011, p. 110.
  • 33 Jullian, 1908, p. 252 n. 2.
  • 34 Dottin, 1918, p. 213 texte n° 62.
  • 35 Mabinogi de Math (Livre blanc de Rhydderch), éd. Williams, 1930, p. 81, ll. 9-12 ; trad. fr. Lamber (...)
  • 36 Curtin, 1894, p. 293.

10La signification de ce toponyme est âprement discutée et divise depuis longtemps les chercheurs quant à savoir s’il s’agit ou non d’un nom de lieu théophore26. La controverse prend corps sur le premier terme de ce nom composé Lugu-dunum, le sens du second, gaul. *-dūnon > lat. -dunum ‘endroit clos’et par extension ‘ville forte, forteresse’et ‘hauteur’ (colline, mont), ne posant pas de problème particulier27. Un courant historiographique, qui rassemble entre autres dans ses rangs plusieurs générations de linguistes de la langue gauloise, veut reconnaître dans le terme Lugu- un théonyme panceltique d’une divinité que les sources celtiques insulaires nous présentent comme le maître du panthéon ; le toponyme Lugdunum renverrait donc, selon eux, à ‘la forteresse du dieu Lugus’28. Un second courant historiographique29 n’admet pas que le thème *lugu- renvoie à une divinité dont la présence en Gaule est de leur point de vue mal attestée et préfère voir l’usage d’un nom commun, celui-là même qui sert de racine au théonyme Lugus, et privilégie telle ou telle acception connue du terme, en lien soit avec son possible sens étymologique (gaul. lugu- < i.-e. *leuk- ‘lumière, briller’30), soit avec des valeurs d’usage (irl. ‘lynx’et ‘guerrier’; gaul. corbeau’, etc.)31. Cette lecture naturaliste s’appuie notamment sur trois gloses interprétatives du toponyme renvoyant à des traditions exégétiques populaires, une qui avait cours dans l’Antiquité (Lugdunum désignerait le ‘Mont du corbeau’dans la langue gauloise selon Pseudo-Plutarque, De fluviis, 6,4 : Λοῦγον γὰρ τῇ σφῶν διαλέκτῳ τὸν κόρακα καλοῦσιν, δοῦνον δὲ τόπον ἐξέχοντα)32, deux autres au Haut Moyen-Âge (Heiric d’Auxerre, Vita sancti Germani Autissiodorensis, IV, vv.297-298 : Lugdunum Mons Lucidus ‘Colline de Lumière’33; le Glossaire de Vienne qui explique : Lugduno desiderato monte34). Aucun des chercheurs des deux camps n’a pris en compte jusqu’ici dans sa réflexion les éléments que fournissent sur le dossier Lugdunum les mythologies celtiques insulaires telles qu’elles nous sont rapportées dans les littératures médiévales et les folklores modernes tant goïdéliques que brittoniques. Ils accréditent pourtant de manière décisive la référence au dieu Lugus et à sa théologie dans le toponyme Lugdunum. Le récit du Mabinogi de Math fils de Mathonwy, dernière des Quatre branches du Mabinogi – une compilation de romans chevaleresques rédigée en moyen-gallois et connue par deux manuscrits, l’un du milieu du xive siècle (Livre Blanc de Rhydderch), l’autre de la fin du même siècle ou du début du xve siècle (Livre Rouge de Hergest) -, associe précisément la version galloise de ce même toponyme (m. gall. Dinllev < v. gall. *Dinlleu (composé à partir de din *dūno- et lleu < *lugu-) ; ce toponyme survit de nos jours sous la forme évoluée de Dinas Dinlle dans le comté du Gwynedd) à une forteresse où séjourna le dieu Lleu et raccorde cette résidence à un épisode particulier de la mythologie du dieu, celui concernant son éducation guerrière et équestre par son oncle Gwydion35. De la même façon, le folklore irlandais dispose d’une légende sur la jeunesse du dieu Lug mise par écrit dans le comté du Donnegal à la fin du xixe siècle qui retient le souvenir du même toponyme en gaélique (act. Dún Lúiche, anglicisé en Dun Lewy) à proximité du Mont Errigal et qui raccorde ce site à un événement mythologique : ce serait là où le dieu, encore jeune garçon, aurait décapité son grand-père Balor qui le pourchassait36.

  • 37 M. Colney, 2008, p. 18.
  • 38 L’archéologue Quiquerez, 1864, p. 332-333, avait émis l’hypothèse que cette montagne ait pu être le (...)
  • 39 García Quintela et Santos Estévez, 2004, p. 66-67 ; G. Hily, 2012a, p. 283 ; 2012b, p. 24.

11Si on connaissait déjà des Lugdunum dans les aires géographiques des Trois Gaules, de la Gallia Bracata/Narbonnaise, ou encore en Germanie Inférieure qui avait accueilli des installations celtiques durables sous l’Empire, Lugnez constitue le premier cas référencé pour les zones de peuplement celtique de la Germanie Supérieure (voir carte). La désignation de *Lugduniacus/*Lugduniacum en tant que uicus dans la Vita S. Ymerii atteste du rattachement du toponyme à la présence d’une petite agglomération rurale, installée aux marges des principales voies de circulation gallo-romaines mentionnées sur les itinéraires du Bas-Empire. Par l’emploi du terme uicus, l’hagiographie carolingienne nous informe sur l’histoire de l’occupation du sol local et supplée de manière appréciable l’archéologie du peuplement qui n’a rendu à ce jour que les maigres traces d’une uilla de la période gallo-romaine – à proximité d’une chapelle de Saint-Imier – et quelques sarcophages mérovingiens en rapport avec la même chapelle37. Il n’est pas impensable, mais cela n’est pas vérifiable, que le site gallo-romain ait récupéré son nom de la montagne qui surplombe le village moderne situé en vallée38. L’abrégé Vita S. Himerii Anachoretæ Basileensis apporte un détail d’importance concernant la situation géographique du village : il fait état de la caractéristique frontalière du site en signalant qu’il occupait une position centrale entre Séquanes et Rauraques (medio inter Sequanos et Rauracos loco, in uico Lugduniaco). Une telle mention, référant à la fois aux deux principaux peuples gaulois installés dans ce secteur sous l’empire, et au nom gallo-latin tardif du uicus, n’a assurément pas été inventée par le compilateur moderne de la péricope et recycle une notice géographique empruntée à un itinéraire du Bas-Empire ou à quelque cartulaire médiéval, ce que confirme la précision de la localisation du site par rapport à sa plus proche voisine évoquée sous son nom mérovingien de Pons Ragundis. Ce Lugdunum occupait un espace de confins, un espace intermédiaire marquant la limite entre d’un côté à l’Ouest le territoire du puissant peuple des Séquanes (capitale Vesontio (act. Besançon, dép. Doubs)) et à l’Est celui de l’ethnie des Rauraques (capitale Augusta Rauracum (act. Augst, Suisse)) venus s’installer dans la région de Bâle au début du ie siècle avant notre ère et contraints d’y rester après l’échec de la migration des Helvètes vers le pays des Santons à laquelle ils participèrent en 58 av. J.-C. et qui nous est rapportée par Jules César au début du premier livre de la Guerre des Gaules. Il est impossible de savoir si le site puisait son origine de la mise en place de la frontière ségusiavo-rauraque. D’autres Lugdunum partagent en tout cas cette caractéristique frontalière, tels Lyon installé à la frontière des Ségusiaves, des Allobroges et des Ambarres, ou Lion-en-Sullias (dép. Loiret) placé à la limite territoriale des Carnutes et des Sénons39. Peut-être faut-il envisager que cette localisation ait pu avoir d’éventuelles implications cultuelles d’ordre fédéral.

  • 40 Lajoye, 2000, p. 6 ; 2005, p. 56, 115 ; Delavigne, 2002, p. 53-60 ; Sergent, 2004, p. 161 ; Hily, 2 (...)

12Il convient pour terminer de faire une observation sur le nom latin de l’ermite de la Suze à qui l’on doit le souvenir tardif de ce Lugdunum. Cet anthroponyme latin dérive d’une étymologie grecque : Himerius – qui est la leçon correcte attestée dans la charte de Charles III le Gros en 884 qui mentionne la cella Sancti Himerii, avant les formes corrompues Ymerius ou Imerius qui émergent de documents postérieurs – est la latinisation du prénom grec Ἱμέριος qui dérive, comme le substantif ἵμερος ‘désir’et l’adjectif ἱμερόεις ‘désirable’, du verbe ἱμείρω ‘je désire’. Le correspondant français serait donc approximativement le prénom Désiré. Or nous l’avons dit, une des explications étymologiques populaires des sites Lugdunum était desideratus mons d’après le grammairien mérovingien ou carolingien qui rédigea le Glossaire de Vienne, et un courant historiographique40 a défendu l’idée que les nombreux oronymes Montdésir(é) ou Mont Saint-Désiré ou Montdidier, formes contractées de mons desideratus, de la toponymie française pourraient recouvrir d’anciens toponymes Lugdunum ayant fait l’objet d’une transcription latine érudite recyclant la tradition populaire interprétative. Le choix heureux d’un tel anthroponyme pour un saint originaire d’un village Lugdunum dont il est l’unique représentant sorti de l’anonymat ne manque pas de questionner sur les processus de composition mis en œuvre par l’hagiographe dans l’élaboration de la Vita, ainsi que sur l’historicité du saint en question. Il interroge doublement quand on constate que l’histoire des actes de saint Himier reproduit très exactement un modèle de Vita qu’on peut voir à l’œuvre dans la biographie d’un autre sanctus de la Gaule mérovingienne, le Breton Paul Aurélien de Léon († 594) dont la plus ancienne version, conservée sur un manuscrit du xe siècle, a été rédigée en 884 par un moine de Landévennec nommé Gurmunoc.

Haut de page

Bibliographie

Arcere, L.-E., 1757, Histoire de la Rochelle et du pays d’Aulnis, La Rochelle.

Blanchet, A., 1940, La question de Photin, premier évêque de Lyon, CRAI, 84-1, p. 55-58.

Brunterc’h, J.-P., 1983, Géographie, histoire et hagiographie : la vie de saint Hervé, dans Mélanges EFR. Moyen-Age, Temps modernes, 95-1, 1983, p. 7-63.

Cingria, Ch.-A., 1992, La Reine Berthe, Lausanne.

Colney, M., 2008, La présence gallo-romaine dans le sud du territoire de Belfort, Bulletin annuel de la Cœuvatte Suarcine Vendeline, 2, p. 9-26.

Curtin, J., 1894, Hero-Tales of Ireland, Boston.

D’arbois De Jubainville, H., 1884, Le Cycle mythologique irlandais et la mythologie celtique (Cours de littérature celtique, II), Paris.

D’Arbois De Jubainville, H., 1886, Le suffixe ‘-iacus, -iaca’, Bibliothèque de l’école des chartes, 47, p. 633-636.

Delamarre, X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris (2nde édition augmentée).

Delamarre, X., 2012, Noms de lieux celtiques de l’Europe ancienne, Paris.

Delattre Ch., 2011, Pseudo-Plutarque, Nommer le monde : origine des noms de fleuves, de montagnes et de ce qui s’y trouve, Lille.

Delavigne, R., 2002, Montdidier (Somme), un Lugdunum qui s’ignore, BSMF, 209, p. 53-60.

Demarez, J.-D., 2001, Répertoire archéologique du canton du Jura, Porrentruy.

De Vries, 1954, La toponymie et l’histoire des religions, RHR, 145-2, p. 207-230.

De Vries, 1977, La religion des Celtes, Paris, 1977 (1re édition 1963).

Dottin, G., 1918, La Langue gauloise, Paris.

Flobert, P., 1968, Lugdunum : une étymologie gauloise de l’empereur Claude, REL, 46, p. 264-280.

García Quintela, M. V. et González García, A. C., 2014, Le 1er août à Lugdunum et l’astronomie dans la culture, RAE, 63, p. 57-77.

García Quintela, M. V. et Santos Estévez, M., 2004, Alineación arqueoastronómica en A Ferradura (Amoeiro-Ourense), Complutum, 15, p. 66-67.

Guyonvarc’h, Chr.-J., 1963a, Notes de toponymie gauloise. 1. Le toponyme gaulois DVNVM, Celticum, 6, p. 363-368.

Guyonvarc’h, Chr.-J., 1963b, Notes de toponymie gauloise. 2. Répertoire des toponymes en LVGDVNVM, Celticum, 6, p. 368-376.

Goudineau, Chr., 2007, Les textes antiques sur la fondation de Lugdunum, dans Regard sur la Gaule2, Paris (1re édition 1998), p. 440-471 (= Les textes antiques sur la fondation de Lugdunum, dans Chr. Goudineau (dir.), Aux origines de Lyon, Documents d’Archéologie de Rhône-Alpes, 2, 1989, p. 23-36).

Hily, G., 2012a, Le dieu celtique Lugus, Rennes.

Hily, G., 2012b, Mercure, l’inventeur des arts, Histoire antique & médiévale, 64, p. 18-25.

Holder, A., 1904, Alt-celtischer Sprachschatz, II, Leipzig.

Hottinger, J.-J., 1698, Helvetische Kirchengeschichten, I, Zurich.

Jaccard, H., 1906, Essai de Toponymie. Origine des noms de lieux habités et des lieux dits de la Suisse romande, Lausanne.

Jullian, C., 1908, Histoire de la Gaule, II, Paris.

Jurot, R., 2006, Catalogue des manuscrits médiévaux de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg, Dietikon-Zurich.

Kohler, X., 1861, La légende de St-Imier d’après le manuscrit d’Hauterive, Actes de la Société jurassienne d’émulation, p. 3-12.

Kruta, V., 1985, Les Celtes en Occident, Paris.

Lajoye, P., 2000, Le culte de Mercure dans la cité des Lexouii, Bulletin de la Société historique de Lisieux, 46, p. 5-11.

Lajoye, P., 2005, Lug, Caradoc, Budoc. Une histoire de désir, Ollodagos, 19-1, p. 51-116.

Lambert, P.-Y. (trad.), 1993, Les Quatre Branches du Mabinogi, Paris.

Lambert, P.-Y., 2003 (2nde édition), La langue gauloise, Paris.

Ledain, B. et Dupond, A., 1902, Dictionnaire topographique du département des Deux-Sèvres, Poitiers.

Le Roux, F. et Guyonvarc’h, Chr.-J., 1986, Les druides, Rennes.

Liénard, F., 1872, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, Paris.

Longnon, A., 1977, Études sur les Pagi de la Gaule, Paris.

Loth, J., 1914, Le dieu Lug, la Terre-Mère et les Lugoves, RA, 24, p. 205-230.

Mabille, É., 1864, Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l’ancienne province de Touraine, Bibliothèque de l’école des chartres, 25, p. 232-258.

Mabillon, J., 1739, Annales ordinis S. Benedicti occidentalium monachorum patriarchae, Paris.

Maier, B., 1996, Is Lug to be identified with Mercury (Bell. Gall. VI 17, 1) ? New suggestions on an old problem, Ériu, 47, p. 127-135.

Malsy, J.-Cl., 1973, Recherches sur l’occupation du sol et les origines du peuplement dans la région septentrionale de la Civitas des Suessions, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1972-1973, p. 811-821.

Martin, J. et Brézillac, J.-F., 1754, Histoire des Gaules et des conquêtes des Gaulois, Paris.

Maver, H., 1914, Einfluß der vorchristlichen Kulte auf die Toponomastik Frankreichs, Vienne.

Moyse, G., 1973, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (ve-xe siècles), Bibliothèque de l’école des chartes, 131, 2, p. 369-485.

Müller, W., 2002, Occupation du sol et toponymie vers l’an mille, dans J.-Cl. Rebetez (dir.), La donation de 999 et l’histoire médiévale de l’ancien Evêché de Bâle, Porrentruy, p. 349-374.

Muret, E., 1897, La légende de la reine Berthe, Archives Suisses des Traditions populaires, I4, p. 3-36.

Quiquerez, A., 1864, Monuments de l’ancien Evêché de Bâle. Topographie d’une partie du Jura oriental et en particulier du Jura bernois. Epoque celtique et romaine. Porrentruy.

Rees, A. et B., 1979, Celtic Heritage, Londres (1re édition, 1961).

Reinach, S., 1916, Une étymologie ancienne du nom de Lyon (séance du 11 août 1916), CRAI, 60-4, p. 349.

Roblin, M., 1968, Histoire du peuplement et de l’habitat en France aux époques anciennes, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1967-1968, 1968, p. 239-248.

Roblin, M., 1977, Histoire du peuplement et de l’habitat en France aux époques anciennes, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1976-1977, p. 365-372.

Schifferdecker, F., 1987, Le fanum de Porrentruy, Archäeologie der Schweiz, 10-2, p. 70-73.

Sergent, B., 2004, Le livre des dieux, Paris.

Sims-Williams, P., 2006, Ancient Celtic Place-Names in Europe and Asia Minor, Oxford.

Sindou, R., 2001, Les origines de la toponymie européenne, Nouvelle Revue d’Onomastique, 37-38, p. 526.

Trouillat, J., 1852, Monuments de l’histoire de l’Evëché de Bâle, I, Porrentruy.

Vendryes, J., 1912, L’étymologie du gaulois dumias, RevCelt, 33, p. 463-466.

Vendryes, J., 1914, Chroniques I : L’étymologie du nom de Lyon, RevCelt, 35, p. 384-387.

Vendryes, J., 1925, c. r. art. W. Kaspers dans ZfVS, XLIX, RevCelt, 42, p. 235-236.

Walzer, P.-O., 1990, Vie des Saints du Jura, Lausanne.

Williams, I., 1930, Pedeir keinc y Mabinogi, Cardiff, 1930.

Haut de page

Notes

1 Jurot, 2006, p. 179-182.

2 Pour le détail sur la tradition manuscrite, on renverra à Walzer, 1990, p. 41-44.

3 L’essor jurassien du culte semble relativement tardif, si on prend en compte la date de rédaction de la Vita carolingienne et la première mention de la cella Sancti Himerii – le monastère de Saint-Imier construit autour du tombeau de l’anachorète à l’emplacement d’une ancienne église Saint-Martin – qui est faite en 884 dans une donation du souverain carolingien Charles III le Gros à l’abbaye de Moutier-Grandval. Voir Moyse, 1973, p. 379-380.

4 Walzer, 1990, p. 76.

5 Kohler, 1861, p. 6.

6 Les autres se contentent de citer sa région d’origine, Ymerius ex provincia Alseaugiae oriundus, comme la notice De Sancto Ymerio d’un bréviaire bernois de 1446 (Ms. de Théologie n° 524 b de la bibliothèque de Berne), voir Trouillat, 1852, p. 35.

7 Ibid., p. 35 n. 4.

8 Trouillat, 1852, p. 35 n. 4 ; Walzer, 1990, p. 42 ; Jaccard, 1906, p. 244, avait voulu identifier ce uicus *Lugdanicus/*Lugdanicum avec le Luguniacum in pago Alsinsi mentionné dans le second testament de l’abbé Waré en 745 (Holder, 1904, col. 344, s.v. Lŭguni-ācum), proposant de reconnaître la province d’Alsgau dans le pagus Alsinsis ‘pays d’Alisia’. Le testament en question réfère cependant bien au pays auxois des Mandubiens (Plancher, 1739, texte n° II (preuves de l’histoire, p. IV)).

9 Le document fait notamment mention du pèlerinage de la reine Berthe (qui régna sur la Bourgogne transjurane auprès de son mari Rodolphe II de 922 à 937) au tombeau du saint, une anecdote qui réfère à une tradition recueillie à la fin du xviie siècle par Hottinger, 1698, p. 491 (cf. Basil. Sacr., p. 45) ; voir aussi Muret, 1897, p. 15 ; Cingria, 1992, p. 195. Sa compilation doit donc être plus ou moins contemporaine.

10 Mabillon, 1739, p. 698.

11 Jaccard, 1906, p. 244

12 Proche de cet anthroponyme *Lugdunus, on citera le surnom gallo-romain Lugudunolus porté par un soldat éduen de la Legio IIIa Augusta à l’époque flavienne (CIL, VIII, 27850 = IlAlg, I, 3116).

13 Sur ce suffixe toponymique, d’Arbois de Jubainville, 1886, p. 633-636, estimait qu’il était exclusivement accolé à un anthroponyme pour désigner le propriétaire du lieu. La situation était en réalité plus complexe, voir Roblin, 1973, p. 242 ; 1977, p. 368-369 ; Malsy, 1973, p. 814-815 ; Lambert, 2003, p. 39-40, s.v. - (i)āko-.

14 Ledain et Dupond, 1902, p. 288.

15 Arcere, 1757, p. 700.

16 Mabille, 1864, p. 249 n. 4

17 Brunterc’h, 1983, p. 50.

18 Liénard, 1872, p. 74.

19 Longnon, 1977, p. 102.

20 Roblin, 1968, p. 243.

21 Cette survivance évoluée du suffixe suffit à démontrer que la forme archaïque *Lugduniacus/*Lugduniacum n’était pas une simple invention de l’hagiographe carolingien auteur de la Vita Ymerii, qui aurait été motivée par un désir d’anoblir le modeste village du saint en l’affublant du nom latin de la ville de Lyon. Elle contredit l’hypothèse posée par le toponymiste Müller, 2002, p. 358.

22 Le fanum de Porrentruy a été découvert par l’archéologie aérienne en 1983 au nord-est de la commune, près du cimetière actuel ‘En Soulier’et fut partiellement fouillé en 1986. Voir Schifferdecker, 1987, p. 70-73.

23 Demarez, 2001, p. 39. De nombreuses trouvailles (notamment un trésor monétaire du iiie s.) faites au cours des xviiie et xixe siècles dans le bas de la vieille ville, près du château et près de l’église Saint-Germain, fournissent de bons indices de la présence d’une agglomération gallo-romaine, au carrefour de trois vallées et de plusieurs voies de communication.

24 Une première liste avait été dressée par Holder, 1904, col. 308-344, s.v. Lugudūnon ; elle a été révisée et complétée par Guyonvarc’h, 1963b, p. 368-376, dont l’étude fait autorité depuis lors, même si elle s’est limitée à inventorier les Lugdunum continentaux. Voir en dernier lieu X. Delamarre, 2003, p. 210, s.v. lugus ; 2012, p. 133134, s.v. lugu-dûnon ; B. Sergent, 2004, p. 621 n. 756 ; Hily, 2012a, p. 150-152, 477-479.

25 Contra le savant allemand Maier, 1996, p. 130, qui reprend une hypothèse de Maver, 1914, p. 83 sq., et envisage qu’un grand nombre des Lugdunum pourraient être en réalité des créations postérieures à l’indépendance des Gaules, et devraient leur nom non à l’application d’une antique conception toponymique celtique mais à une volonté de reprendre le nom prestigieux de la colonie romaine installée en territoire ségusiave après qu’elle soit devenue la capitale des trois Gaules.

26 En dernier lieu, le point chez García Quintela, González García, 2014, p. 161-163.

27 Vendryes, 1912, p. 465-466 ; 1914, p. 384-385 ; 1925, p. 235-236 ; Guyonvarc’h, 1963a, p. 363-368 ; Delamarre, 2003, p. 154-155, s.v. dunon ; Sims-Williams, 2006, p. 12-13 et n. 57 p. 13.

28 D’Arbois de Jubainville, 1884, p. 139 ; Holder, 1904, col. 308, s.v. Lugudūnon ; Loth, 1914, p. 205-206 ; Vendryes, 1914, p. 384-387 ; Guyonvarc’h, 1963b, p. 376 ; Le Roux et Guyonvarc’h, Les druides, 1986, p. 403, s.v. Lugdunum ; de Vries, 1954, p. 207 ; 1977, p. 58 ; Rees, 1979, p. 31 ; Kruta, 1985, p. 105 ; Lambert, 2003, p. 38 ; Delamarre, 2003, p. 210, s.v. lugus ; Sergent, 2004, p. 59, 182, 603 n.285.

29 Jullian, 1908, p. 252 ; Reinach, 1916, p. 349 ; Blanchet, 1940, p. 57-58 ; Flobert, 1968, p. 271-274 ; Goudineau, 2007, p. 467-468 ; Maier, 1996, p. 128-130 ; Sindou, 2001, p. 20.

30 Sur la question : Hily, 2012a, p. 5.

31 Delamarre, 2003, p. 210, s.v. lugus.

32 Éd. Delattre, 2011, p. 110.

33 Jullian, 1908, p. 252 n. 2.

34 Dottin, 1918, p. 213 texte n° 62.

35 Mabinogi de Math (Livre blanc de Rhydderch), éd. Williams, 1930, p. 81, ll. 9-12 ; trad. fr. Lambert, 1993, p. 110.

36 Curtin, 1894, p. 293.

37 M. Colney, 2008, p. 18.

38 L’archéologue Quiquerez, 1864, p. 332-333, avait émis l’hypothèse que cette montagne ait pu être le lieu d’implantation d’un poste militaire romain sur lequel s’était formé plus tard le castrum de la noble famille d’Himier.

39 García Quintela et Santos Estévez, 2004, p. 66-67 ; G. Hily, 2012a, p. 283 ; 2012b, p. 24.

40 Lajoye, 2000, p. 6 ; 2005, p. 56, 115 ; Delavigne, 2002, p. 53-60 ; Sergent, 2004, p. 161 ; Hily, 2012a, p. 151.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valéry Raydon, « Lugnez : Un Lugdunum oublié dans le Jura Tabulaire suisse », Pallas, 97 | 2015, 97-120.

Référence électronique

Valéry Raydon, « Lugnez : Un Lugdunum oublié dans le Jura Tabulaire suisse », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/2296 ; DOI : 10.4000/pallas.2296

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org