Navigation – Plan du site

Dire la mesure en Gaule, iie s. av. J.-C.- ier s. apr. J.-C. Le -dannos/dannus, garant public des poids, mesures et qualités

Telling the measure. The -dannos/-dannus, a public warrant of weights, measures and qualities
Jean-Marie Pailler
p. 159-179

Résumés

Pour assurer la garantie publique de la loyauté de certaines transactions commerciales importantes, les sociétés antiques ont eu recours à des magistrats spécialisés dont les plus connus sont les agoranomes athéniens. On examine ici l’évolution, du iie s. av. J.-C. au ier s. ap. J.-C., de la fonction du dannos/dannus en Gaule. Exemple privilégié, l’argantodannos fut d’abord en charge des échanges portant sur l’or comme métal. Par la suite, il eut dans plusieurs cités de la Gaule en voie d’être conquise le contrôle d’émissions monétaires. Enfin, l’argantodannos, conjointement avec le cassidannos, eut la responsabilité de la régulation en quantité et en qualité de l’énorme production de sigillée de Millau-La Graufesenque. Cette étude a recours aux données de l’archéologie, de l’épigraphie (Pachten, Verceil, La Graufesenque) et de la linguistique comparative indo-européenne concernant le mot dannos. Elle met à profit des recherches récentes sur les magistratures des cités de la Gaule, avant de mettre en relief les connotations religieuses de cette activité, souvent en relation avec le culte de Mercure.

Haut de page

Texte intégral

« Voici ce que j’ai trouvé dans la mer aujourd’hui. Que contient cette valise, je ne sais. Mais c’est lourd ; je crois bien que c’est de l’or » (Plaute, Rudens, 925-926)

  • 1 Constitution d’Athènes, 51, 1-2 : « Les dix agoranomes sont également tirés au sort, cinq pour le P (...)
  • 2 Cf. en particulier Lemerle 1934, précisant et rectifiant Michon D.A., IV, 1, s. v pondus, p. 558.
  • 3 « Dans beaucoup d’inscriptions [grecques] d’époque romaine, agoranomos traduit aedilis » (Lemerle, (...)

1On connaît bien dans le monde grec, de l’époque classique jusqu’à la période hellénistique et à l’Empire romain, le rôle des agoranomes, mot à mot des « régulateurs de la place ». Ces magistrats veillaient à la régularité et à la loyauté des transactions opérées sur les marchés. Cela pouvait concerner la nature et la qualité des produits, les poids et mesures indiquant leur quantité, mais également leur prix. Comme le mentionne Aristote1, ils étaient accompagnés à Athènes et au Pirée de spécialistes des mesures, les « métronomes » (metronomoi). Un certain nombre de poids, notamment en provenance d’Asie Mineure (Smyrne…), portent la mention du nom de l’agoranome et de sa fonction2. Dans le monde romain occidental, les choses sont moins nettes et sans doute plus diversifiées. Avant que le système monarchique ne rapporte tout à l’empereur, ce sont à Rome les édiles3, parfois aussi les prêtres ou dévots de quelque dieu concerné par le lieu ou par l’échange, qui apportaient à ce dernier une garantie publique. Qu’en était-il dans le monde gaulois bientôt « gallo-romain » ? C’est ce que nous voudrions examiner, pour les années qui précèdent la conquête et pour celles qui la suivent immédiatement, disons, approximativement, du iie siècle av. J.-C. au ier siècle de notre ère.

2La question sera abordée dans l’ordre suivant. Une inscription latine, presque gallo-latine en fait, découverte à Pachten (Sarre) mettra en présence le dieu Mercure et le dannus qui lui rend hommage au nom d’une communauté locale (1). L’examen de documents attestant le lien très vraisemblable entre des « marchés du métal », respectivement or et bronze/étain (Argantomagos, Cassinomagos) et des « magistrats du métal » (argantodanos, cassidanos) projettera un premier éclairage sur la nature première de ce personnage public, le dan(n)os/dan(n)us, en contexte pré-romain (2). Un détour par la linguistique comparative indo-européenne, sous la conduite d’Emile Benveniste, précisera le sens probable du mot et de la fonction (3). On procédera ensuite, à la lumière de travaux récents, à un inventaire sommaire des vestiges de cet héritage gaulois, focalisé sur le métal avant d’être élargi à un autre domaine du commerce dans la Gaule en cours de romanisation (4). Il sera alors possible de revenir (5) sur l’inscription de Pachten, son dannus et les relations privilégiées qu’il entretient avec Mercure, en évoquant pour finir quelques illustrations matérielles de mesures de poids qui portent en Gaule témoignage de leur relation avec ce même dieu.

1. Le dannus de Contiomagus/Pachten

Fig. 1. L’inscription de Pachten (CIL XIII, 4228 ; musée de Pachten, cliché Creative Commons)

Fig. 1. L’inscription de Pachten (CIL XIII, 4228 ; musée de Pachten, cliché Creative Commons)

3L’inscription reproduite fig. 1 (CIL XIII, 4228) a été trouvée à Pachten (Sarre) en 1847. Le champ épigraphique est de 39 x 23 cm, l’épaisseur de la plaque de grès blanc jaunâtre atteint 10 cm.

DEOMERCURIOC
OLONICRVTISIO
NESFERVNTDE
SVOPERDANN
VMGIAMILLVM

4En restituant [fe(ce)runt] à la ligne 3, on obtient le développement :

deo Mercurio c/oloni Crutisio/nes fe(ce)runt de/suo per dann/um Giamillum

« Au dieu Mercure les colons Crutisiones ont fait élever ce monument (cette statue ?) financé(e) par leurs soins, par l’entremise de leur dannus Giamillus ».

  • 4 Franchissement placé sous la protection de la déesse Pritona ou Ritona, qui était honorée également (...)
  • 5 Sur l’archéologie et l’histoire de ce site, cf. Schmidt 1986. Strasbourg était alors Argantorate, l (...)
  • 6 Sans être exceptionnelle dans un tel contexte (un rite romain peut être exécuté per flaminem, per u (...)

5Le vicus des Contiomagienses (cf. AE 1959, 76) faisait partie de la cite des Trévires. Il était situé à Pachten, sur le territoire de la ville actuelle de Dillingen (Sarre), près d’un franchissement important de la rivière Sarre4, sur la route romaine Diuodurum-Mogontiacum (Metz-Mayence), qui y croisait aussi la voie Trèves-Strasbourg5. Il s’agit d’une importante place de commerce, où l’on ne peut s’étonner du rôle reconnu à un dieu comme Mercure. Le nom celtique du vicus, Contiomagus, pourrait se rendre par « le marché des cent », dont la signification nous échappe : manière imagée d’évoquer une place fréquentée ? Allusion plus précise, mais à quoi ? Le rapprochement paraît probable avec le nom du peuple des Voconces (Vo-contii : « les deux cents » ? Cf. Delamarre 2003 p. 124-125, s.v. conto, et p. 325, s.v. uoconti- : indications contradictoires), mais il n’autorise guère de conclusion. Si, comme on peut le penser, l’appellation des « colons » dévots de Mercure est également de souche gauloise, il faut rattacher ce nom au thème croudio-, « dur », « cruel », voire « sanglant » (Delamarre 2003, s.v., p. 130). A la même famille linguistique appartiennent aussi bien le nom de la déesse (P)ritona (cf. riton, « gué », « franchissement ») que celui du dannus : Giamillus est un nom celtique dérivé d’un thème qui évoque l’hiver (Delamarre 2003, s.v. giamos, p. 177-178 : Giamillus est un anthroponyme « très fréquent »). Dannus, enfin, en gaulois dannos, désigne un personnage jouant un rôle important dans une communauté6. On considérera en premier lieu la relation très probable de cette fonction, à l’époque gauloise, avec des sites de marché des métaux, avant d’envisager la valeur propre du mot dans la langue gauloise, telle que l’éclaire la comparaison, puis de s’interroger sur ce que deviennent le mot et le rôle à l’époque romaine.

2. Argantodanos, Cassidanos ; Argantomagos, Cassinomagos ; arcatocomaterecos

  • 7 « The institutional vocabulary », dans Lambert-Pineau, 2007, p 190-214 (p. 193).
  • 8 En témoignent les points d’interrogation qui jalonnent le texte de De Hoz et que nous avons reprodu (...)

6Pour étudier et tenter de classer un ensemble de données fort complexe, il est commode de se référer à l’inventaire dressé par J. De Hoz des emplois de dannos et surtout de ses composés7. Ce qui frappe d’emblée est la diversité régionale de ces attestations et un apparent manque de repères chronologiques, sorte de double dispersion dont l’importance s’atténuera dans un instant. Je reproduis la liste du savant espagnol, avec les traductions anglaises qu’il avance prudemment8 (à la suite des propositions formulées par ses prédécesseurs les plus autorisés), en renvoyant, sauf exception, à la bibliographie (exhaustive pour l’essentiel) qu’il fournit pour chaque vocable.

Dannus (celui de Pachten) est rendu par « magistrate ? ».

Arcantodan-, qui figure sur des monnaies énumérées ici des Lexoviens et des Meldes, est traduit par « moneyer ? ».

Les cassidan(ni), sur les graffiti de La Graufesenque, pourraient être des « overseers of pottery » ou des « overseers of metal ».

  • 9 J. De Hoz suit pour cette seconde proposition, comme j’ai eu tort de le faire moi-même (Pailler, 20 (...)

Les platiodanni de l’inscription de Mayence (CIL XIII, 6776) seraient des « overseers of streets ? » ou « of metal ? »9.

Enfin l’arkatoko[k]materekos (argantocomarecus) de Verceil et ses pareils seraient « some magistrates related to silver or coinage ».

  • 10 Cf. Pailler, 2007, Mairecolas-Pailler, 2010.
  • 11 Cf. Prosper, 2010-2011, p. 58-59, 62 et surtout 63, malgré une curieuse réticence de l’auteur à adm (...)
  • 12 J’introduirais cependant aujourd’hui la nuance suivante. Autant, lorsque l’on traduit, selon la tra (...)

7Cette publication de 2007 ne se réfère naturellement pas à l’équivalence arganton-or (et cassi- = étain, bronze) proposée en 2006 et étayée à plusieurs reprises par la suite10. Je considère pour mon compte cette équivalence comme acquise, avec les confirmations qu’elle vient de recevoir de deux publications indépendantes11, sans omettre de nouvelles découvertes comme celle fournie par les données irlandaises et par la considération du nom de rivière aurifère thrace Arzos (Delamarre 2003, s.v. argio-, p. 54)12. Entre autres corollaires, cette identification incite à « périodiser » les divers emplois des mots dérivés de argant-, faisant ainsi éclater l’impression de simultanéité un peu confuse que pouvait produire l’inventaire cité et démarqué plus haut. La reconnaissance d’une évolution dans le temps donne la clef, comme souvent, de l’apparente incohérence des traductions suivantes, mises en français et bout à bout : « magistrat », « monnayeur », « superviseur (contrôleur) de la céramique » ou « du métal », « contrôleur des places » ou « du métal », « magistrat en relation avec l’argent ou la frappe monétaire ».

  • 13 Cauuet, 1999.
  • 14 Pour s’en tenir à un exemple, la fabrication des torques d’or du second Age du Fer semble avoir sou (...)
  • 15 Cf. Linckenheld, 1936 ; Pailler, 2006, p. 217 et 228.
  • 16 Peut-on se passer de l’hypothèse d’un « premier état de l’arcantodan » ? Tout bien considéré, il ne (...)

8On peut intituler ces étapes « les trois temps de l’arcantodan- ». Le plus clairement établi est le deuxième, symbolisé par le titre qui figure sur des monnaies émises dans le nord de la Gaule au milieu du ier siècle av. J.-C., vers l’époque de la guerre des Gaules. Nous ignorons si le mot arc/gant(on) continuait à évoquer l’or pour les populations concernées, ou s’il s’était déjà assimilé à l’argentum latin, « l’argent » (métal et/ou valeur monétaire). Ce qui est certain en revanche, c’est d’abord que les régions de frappe de ces monnaies ne correspondent pas à des « marchés du métal précieux », or ou argent ; c’est, en second lieu, qu’elles ont été frappées nettement après la fin de l’exploitation massive de l’or gaulois, particulièrement chez les Lémovices, comme l’ont montré les travaux de B. Cauuet13. Il faut en déduire, en bonne logique, que le sens du terme était devenu assez vague et assez large : sans doute, en effet, celui d’une sorte de « magistrat du métal et de la monnaie », avec une implication particulièrement honorifique liée à un rôle de garantie et de certification. Deuxième conséquence hautement plausible : le titre d’argantodanos, comme celui de cassidanos, est l’héritage d’une époque plus ancienne, celle de la grande activité des marchés de l’or (Argantomagos pour l’or en roche, Argantorate pour l’or en alluvions) ou de l’étain/bronze : Cassinomagos. Dans cette logique, il faut reconstituer sur ces lieux de débouchés et d’échanges la présence de « régulateurs », de contrôleurs publics des poids, mesures, comptes et qualités14. Ce fut là, dirons-nous, le premier temps de l’arcantodan. Ce rôle était d’autant plus important que ces marchés (magos, « marché de plaine », cf. Lambert 2003, p. 37) étaient bien souvent implantés en contrebas des zones de production en roche et tout près de la frontière entre les peuples de la Gaule15. La fin de l’indépendance a donc été marquée à la fois par la transmission, l’élargissement et l’affadissement de ces noms celtiques et des fonctions qu’ils désignent16.

  • 17 Sur les travaux du secteur de La Bessa, cf. Domergue, 1998, Sánchez Palencia, 2009.
  • 18 Meid, 1989, p. 12.
  • 19 Cf. Meid, loc. cit. Voir toutefois Lejeune, 1977 (« devinettes incertaines », p. 602) ; contra mais (...)
  • 20 Chez Diodore de Sicile, V, 13, c’est apparemment à un véritable calibrage que fait allusion l’expre (...)

9Un témoignage connexe de l’existence de tels garants est sans doute fourni, pour cette première période, par la « bilingue de Verceil », qui met en valeur la place éminente occupée chez les Libici, exploitants majeurs de l’or alpin d’Italie du Nord au iie et au ier s. av. J.-C.17, par un personnage public appelé arkatokomaterekos (mot transposé dans la partie latine de l’inscription en argantocomaterecus). Des diverses hypothèses proposées, celle de W. Meid18, qui fait appel à une racine indo-européenne *ma-t/mē-t, « mesurer » (la racine même du grec metron), nous semble être la plus plausible19. Avec le préfixe co(m)-, elle indique une opération qui évalue le mesurable, lequel est par définition le com-mensurable : co-materecos peut ainsi apparaître comme un équivalent assez exact du grec sum-metros, ou plutôt sum-metreô, « mesurer par comparaison », d’où « mesurer selon de justes proportions », tout en renvoyant au rôle des metronomoi de l’agora grecque20. Un autre rapprochement, propre au gaulois, conduirait à examiner sous cet angle le nom d’un peuple, les Médiomatriques, qui reste discuté. J’y reviendrai ci-dessous.

  • 21 Lambert, 2002, p. 111-113. Ces pages importantes semblent représenter le dernier mot publié de l’au (...)

10Le « troisième temps de l’arcantodan- » est représenté par les graffites ou comptes d’enfournement gravés après cuisson sur des tessons de céramique de Millau – La Graufesenque. Datés de la période de Néron ou de Vespasien, plus largement de la seconde moitié du ier siècle de notre ère, certains d’entre eux signalent la fonction occupée par un personnage qualifié de -dan(n)os : plusieurs fois il s’agit d’un cassidanos, tantôt désigné comme tel (et dans ce cas assimilé à un flamen en langue latinisée), tantôt évoqué par la mention de sa fonction et de la date à laquelle il l’a occupée : le « cassidanat », comme on dit le consulat (cassidanaíone, au locatif). Selon les cas, il apparaît seul ou aux côtés d’un ou de deux collègues portant le même titre. Il faut probablement comprendre ainsi les argant[odan]- que P.-Y. Lambert débusque à juste titre derrière la mention argant[….]ebi d’un autre compte de potiers [Marichal, 1988, 30]21 (fig. 2). Ce faisant, le linguiste se rallie au parallèle établi par P. De Bernardo Stempel entre argantodannos et cassidannos : « en Mar. 30, on est amené à se demander s’il ne s’agit pas d’un équivalent du cassidanos, nom de magistrat […] [Il faut] supposer alors argant[odann]ebi, sans doute suivi des noms propres, l’indication de date étant constituée du nom des magistrats à l’instrumental, sur le modèle de l’ablatif absolu latin N., N. consulibus » (p. 113). Sans nier que la mention du titre soit porteuse « par surcroît » d’une date, je serais enclin, également du fait de l’ordre des mots (la fonction précédant le nom propre, à l’inverse de l’ablatif absolu latin), à conserver à l’instrumental pluriel en -ebi sa valeur particulière en gaulois : « grâce à », « par l’intermédiaire de ». C’est par l’entremise des argantodann-, comme probablement des cassidan-, qu’était estampillé, reconnu valable officiellement le compte reproduit par le graffite. Par là, la tournure se rapproche du per dannum Giamillum de Pachten, qui n’en est peut-être que le démarquage latinisé. Plaident en ce sens à la fois l’ordre de ces deux mots et un emploi de per sur lequel on a déjà attiré l’attention.

Fig. 2. Argantodanat à La Graufesenque (d’après Marichal, 1988, p. 30)

Fig. 2. Argantodanat à La Graufesenque (d’après Marichal, 1988, p. 30)
  • 22 Au double sens de la restriction « ne… que » : ni plus, ni moins. Pas plus, parce que nous ne possé (...)

11Reste sinon à expliquer, du moins à expliciter la transmission très probable des mêmes vocables argantodannos, cassidannos, au moins du iie siècle av. J.-C. au ier siècle de notre ère. Visiblement, le sens de ces mots n’a cessé d’évoluer, tout en conservant à chaque étape une part de la signification héritée. Dans un premier temps, où nous ne pouvons que22 postuler leur existence, ils ont désigné un régulateur du marché des métaux précieux (or, étain-bronze) sur les principaux lieux de débouché et d’échange, fréquemment caractérisés par le terme -magos ou, pour l’or obtenu par orpaillage, -rate. Dans le courant du ier siècle av. J.-C., les mêmes mots ne sont plus attestés, mais cette fois concrètement, que sur des monnaies de quelques peuples du Nord de la Gaule, d’ouest en est Lexoviens, Meldes et probablement Médiomatriques. Ils désignent donc quelque magistrat monétaire garantissant la valeur de la monnaie considérée. Le troisième temps est illustré, en l’état actuel de nos sources, en un seul lieu de la Gaule, mais combien symbolique, La Graufesenque. Nous avons vu que l’argantodanos comme le cassidanos y sont des contrôleurs non plus du métal ni des monnaies, mais des comptes de poterie. Par conséquent l’idée centrale, celle de la mesure (incluant celle du poids, du nombre et de la valeur des objets) et, plus encore, de la certification de la mesure et de la qualité demeure le fil conducteur de cette tradition en voie permanente de modification.

  • 23 Cf. Wheeler, 1954. La transmission de mots doublée d’un glissement de sens s’explique si l’on consi (...)

12En un mot, de la première étape à la deuxième, s’est perdue la notion globale de « marché du métal » ; il y a eu simultanément rétrécissement du domaine mais précision du sens ; inversement, de la deuxième à la troisième étape, le transfert ou l’élargissement de domaine – du métal à la céramique – s’accompagne de la réaffirmation d’une fonction de régulation. Celle-ci est exercée, à la source même de la production, sur l’ensemble d’un marché, le plus vaste qui soit puisqu’il est tourné vers l’ensemble de l’Empire et même, pour parodier un titre célèbre de Mortimer Wheeler, beyond the frontiers of it23.

  • 24 Benveniste, 1969 I, p. 77. L’analyse mentionnée est aux p. 72-77.

13Faut-il s’étonner de tels déplacements sémantiques ? Tel n’est assurément pas le cas, en général, pour les langues anciennes, pas plus, au demeurant, que pour des idiomes plus récents. E. Benveniste, qui a si largement exploré ce champ d’étude, conclut ainsi un développement sur la « guilde » (gotique gild) germanique et sur le *dap- gréco-latin : « à côté des termes où la notion ancienne a survécu, il y a des innovations qui créent un nouveau concept, de sorte que nous avons en même temps deux aspects fort contrastés d’une représentation ancienne »24.

3. Danos. Le sens d’un mot et d’une fonction à la lumière de la comparaison indo-européenne

  • 25 Ainsi Delamarre, 2003, s.v. p. 135.
  • 26 « Mais cette glose semble venir plutôt du traité de saint Jérôme sur l’interprétation des noms hébr (...)

14Le mot danos ou dannos, surtout connu en composition, comme on vient de le voir, et par un bon nombre d’anthroponymes (Dannus, Dannia, Dannicus, Dannonus, Dannonia, Dannomaros, Dannotalos, Dannorix…), est généralement rendu en français par « magistrat, curateur »25. L’expression per dannum Giamillum sur l’inscription de Pachten confirme que dannus est d’abord un titre fonctionnel. Notre seule source lexicologique ancienne, le glossaire de Vienne, traduit dan par « iudicem », celui qui « dit ce qui est juste »26, d’où « le juge ». L’équivalence (cassi)dannos-flamen attestée, comme on l’a vu, par un bordereau de La Graufesenque donne au terme une couleur religieuse et de représentation d’une communauté, dans le contexte de contrôle et de certification que nous avons examiné. Ce qui fait problème pour parvenir à une solution plus précise, c’est l’étymologie. X. Delamarre, sans choisir, rappelle les deux solutions proposées : soit on recourt à la racine indo-européenne *dāi-, « partager », « couper », « faire des parts » (cf. grec daiô, daiomai, datéomai) ; le -dan(n)os est alors un « Répartiteur » (Pokorny 1959-1969, 176) ; soit on fait appel à *dhē-, avec la valeur de « poser », « établir », « fonder » (cf. grec tithèmi, thémis) : l’insistance, dans ce cas, est plutôt mise sur un personnage qui est source de droit (Delamarre 2003, s.v. danos, dannos, p. 135). Une étude d’E Benveniste consacrée à un tout autre sujet nous ouvre une voie d’investigation peut-être plus féconde (Benveniste 1969, I, p. 187-195).

  • 27 Ce suffixe a été étudié par Meillet, 1908-1909.

15La recherche porte ici sur l’expression du « prêt » et de la « dette » en germanique. Elle met en valeur, dans ces langues comme en indo-iranien et en latin, une série de mots en -nes/-nas recouvrant le vocabulaire de l’héritage, des biens, de la fortune, du prêt27. Ainsi le sanscrit reknas, l’avestique raex-nah désignent l’héritage, en tant que « propriété laissée vacante par la disparition de son possesseur » : mots formés sur une racine *l/reikw-, « laisser », « faire défaut », manquer ». On compare d’un côté sanscrit rik-, « être manquant, vide, démuni » et grec (de leipô, « laisser ») leloipa, « je suis en état de manque, leloipôs, « qui manque », et, de l’autre, latin linquo, « laisser », mais aussi all. leihen, got. leijan : « laisser » à quelqu’un, au sens de lui prêter à intérêt. L’étude de A. Meillet rattache à la série des noms suffixés le skr apnas, « bien, fortune » (cf. pour la racine le latin ops) et les vocables latins mu-nus et surtout fe-nus, « prêt à intérêt », avec fe- comme dans fecundus, felix, femina (cf. grec thè de thèlus, « femelle ») : « fécondité, prospérité ».

  • 28 Cf. l’éblouissante comparaison (p. 192-195) entre les versions grecque et gotique de la parabole de (...)

16C’est dans cette perspective que Benveniste envisage le grec danos, qui est lui aussi un terme technique en -nes valant « argent prêté à intérêt » et le verbe daneizô/omai, « prêter/emprunter » selon que ce verbe est mis à l’actif ou au moyen (cf. aussi daneistès, « débiteur »). Il précise en effet (p. 190) : « il n’y a pas encore d’étymologie satisfaisante pour danos. Si l’on en croit la gnose danas : meridas, le sens ancien serait « part » : il faudrait alors tenir danos pour un dérivé en -nes (neutre) de la racine de datéomai, « partager », comparable à l’adjectif verbal sanscrit dina, « réparti ». Plus loin (p. 195) : « Le terme grec est glosé méros « la part » ; danos est un neutre en -nes du type de fenus, pignus qui relèvent du vocabulaire des transactions sociales. Mais quel lien avec « partager » ? « Ce pourrait être en grec la même relation qu’en gotique avec daila, dails qui traduisent [les mots grecs des Evangiles] méros, meris, metokhè, etc. On aura désigné par danos la « participation » ou la « part » que rapporte aux professionnels l’opération de change ou de prêt »28.

  • 29 Par exemple Millett, 2002 [1991], p. 28-29, qui insiste sur la valeur de « don » (avec danosdidô (...)
  • 30 Benveniste, 1948, p. 79.
  • 31 Cf. Aristote, Constitution d’Athènes, cit. supra n. 1.

17C’est pour cet ensemble de raisons, et malgré des avis contraires29, qu’il nous semble devoir opter, en gaulois comme en germanique ancien, pour une racine *dai-, partager, qui donne son sens plénier au mot gaulois dannos. Le dan(n)os est un personnage public en charge du contrôle des « parts », donc en priorité des poids et mesures, sur le magos gaulois, comme l’agoranomos sur l’agora grecque. Nomos, nemô : Benveniste30, suivi par Chantraine (DELG, s.v. nemô), rapproche en passant datéomai de nemô, avec cette nuance : « le sens originel [du verbe nemô] est « attribuer, répartir selon l’usage ou la convenance, faire une attribution régulière […] [Ce verbe] se distingue de datéomai par le fait que la notion de convenance ou de règle se trouve impliquée [dans nemô] ». Après avoir rangé sous un même registre de significations nomos (« règle, usage, lois générales »), nomizô (croire, penser, c’est-à-dire « reconnaître conforme à la vérité reconnue de tous »), nomisma (« monnaie » d’usage certifié commun), la même notice du DELG énumère « les composés de dépendance où le deuxième terme [nomos] exprime l’idée de « diriger comme il faut, régler » et souligne qu’une partie de ces composés désigne des magistrats, au premier rang desquels, à Athènes et au Pirée, l’agoranomos et le metronomos31. Négligeant la nuance mentionnée plus haut, on peut appliquer la même observation aux personnages publics de la Gaule qui portent le titre de -dannos : non pas des techniciens de la mesure ou de la pesée, mais des magistrats de haut rang qui supervisent ces opérations et en garantissent la loyauté, au nom du groupe (peuple, cité…) qu’ils représentent. Sans doute même, si l’on poursuit le parallèle, le cas du nomisma grec peut-il aider à comprendre que le titre d’arcantodan- ait été revêtu par des magistrats monétaires de peuples gaulois vers le milieu du ie siècle av. J.-C. : la monnaie, symbole public de l’identité collective et instrument d’échange en métal précieux, connaît le même traitement que ces métaux eux-mêmes.

4. De l’arcantodanat à la questure. Quand Verceil vaut son pesant d’or

18Les résultats obtenus par cette enquête, si hypothétiques qu’ils puissent paraître sur quelques points, appellent une confrontation avec des recherches publiées depuis une quinzaine d’années : celle de L. Lamoine sur les pouvoirs municipaux dans les cités de la Gaule, celle de Ch. Peyre sur l’organisation du site de Villeneuve confrontée à ce que nous révèle la « bilingue de Verceil », celles de S. Lewuillon sur le « pesant d’or » de la tradition celtique.

19S’appuyant pour l’essentiel sur l’épigraphie latine du début de l’Empire, L. Lamoine établit la place éminente de la questure dans certaines de ces cités, particulièrement Vienne, Nîmes et Toulouse, non sans mentionner le cas, géographiquement marginal, de Verceil. Il voit dans ces réalités à la fois un reflet de la tradition romaine et un héritage, transposé en latin, du « substrat institutionnel gaulois », substrat qu’il place symboliquement sous le signe de l’arcantodan. Il intitule en effet son chapitre IV (p. 169-225) « La Questure comme moyen de retrouver les Arcantodan ». Nous ne sommes pas éloignés, on le voit, des préoccupations qui viennent d’être exprimées.

20Comme d’autres, cependant, L. Lamoine n’étend guère sa recherche des « arcantodan » au-delà des titres occupant les légendes monétaires, et s’intéresse peu au sens précis des appellations celtiques. Son travail laisse de côté à la fois la problématique des argantomagos et celle de l’évolution des fonctions dans le registre proprement gaulois. La présente contribution peut donc prétendre à enrichir le tableau qu’il présente, en empruntant en quelque sorte la même voie, mais à rebours, c’est-à-dire selon l’ordre chronologique. Si les « questeurs » des cités de la Gaule sous l’Empire sont bien les héritiers des arcantodan-, ce n’est pas seulement parce que les uns et les autres sont les responsables publics des affaires financières ; c’est également parce que, certainement avec des variantes dans le temps et dans l’espace, ces magistrats gaulois, puis « gallo-romains », ont occupé dans le cursus des honneurs une place qui déborde largement ce domaine déjà essentiel. Cette place et ce titre furent même parfois conférés à un même individu après l’exercice de la magistrature en principe suprême, si ce n’est en même temps qu’elle. Ce constat me semble rendre encore plus vraisemblable l’hypothèse majeure qui se dégage des pages qui précèdent : l’origine commune de ces titres et de ces fonctions est à chercher dans le rôle capital sur le plan politico-économique – pour le dire avec nos mots d’aujourd’hui – de leurs ascendants, garants des poids, des mesures et des comptes dans le cadre de la production et des échanges de l’argantomagos.

  • 32 Peyre, 2000, p. 185-202.

21Sans vouloir solliciter à l’excès les considérations de Ch. Peyre32, orientées dans une perspective différente, quelques points de son analyse méritent à leur tour d’être relevés. Offert à la cité des Libici de Verceil par le puissant évergète Akisios, le campus « commun aux dieux et aux hommes » qu’évoque l’inscription bilingue était délimité (finis) par quatre bornes sans doute identiques. Cette Viereckschanze constituait un « centre sacré », un enclos rectangulaire extérieur au noyau urbain. Selon Ch. Peyre, devaient s’y mêler étroitement substrat gaulois préservé et tradition romaine restée vivace, comme en atteste un passage de Tite-Live (II, 37) analysé ibid., p 189-190. L’auteur situe cette réalisation syncrétique au cours de la seconde moitié du ie siècle av. J.-C., en y restituant des jeux athlétiques, compétitions à caractère rituel bien connues dans l’Italie républicaine.

  • 33 Epoque dont la datation évolue, selon les auteurs, de la fin du iie s. av. J.-C. (Lejeune, 1977) à (...)

22Même si, en l’absence de données de terrain, les preuves manquent pour corroborer cette dernière hypothèse, l’ensemble du tableau paraît, là encore, tout à fait compatible avec les remarques faites précédemment. Le « Mesureur de l’or », quelle qu’ait été la réalité de ses fonctions à l’époque de la dédicace33, a fait don à sa communauté d’un campus rituellement consacré et orienté, en un mot « mesuré » (mediolanum ?), qui pouvait accueillir à la fois des ludi, des activités de marché (magos ?) et des cérémonies religieuses (nemeton ?).

  • 34 Parmi les dépôts plus ou moins homogènes de torques d’or et de bracelets gaulois découverts en Ital (...)

23En ce qui concerne l’arkatokomaterecos, Ch. Peyre verrait volontiers en lui le titulaire d’une « magistrature locale : un trésorier, celui qui compte ou pèse l’argent, une sorte de questeur, ou bien un magistrat monétaire, Verceil appartenant à l’une des aires d’émission de la drachme padane » (p. 187). On voit en quel sens cette interprétation demanderait à être infléchie, à commencer par la substitution du mot « or » au mot « argent », avec tout ce qu’implique la maîtrise par les Libici de la grande exploitation régionale du métal le plus précieux. Le propos qui suit (ibid.) appelle, quant à lui, un plein accord : « le nom du donateur témoigne de la vigueur du substrat indigène, gaulois, de la persistance de sa langue et de ses traditions d’origine, alors même que la place du latin comme langue officielle implique un statut soit de colonie latine soit de municipe romain »34.

  • 35 Lambert, 2003, p. 34 et surtout 80 ; Delamarre, 2003, s.v. mediolanon et medios, p. 220-221.
  • 36 Ou « aurait jadis détenu », s’il est vrai qu’il s’agit ici aussi d’un titre hérité, l’inscription s (...)

24Aventurons-nous un peu plus loin, en revenant en Gaule propre. Les Médiomatriques, qui paraissent bien avoir possédé des arcantodan- monétaires (fig. 3), méritent une attention plus précise, à la lumière de la bilingue de Verceil – et réciproquement. Si matricos était, comme il nous est apparu probable, l’équivalent de -materecos, il faudrait en induire que ce peuple du Nord-Est s’est désigné d’un titre honorifique autant que sacré : celui qui prend la « juste mesure du centre », avec la valeur fondamentalement religieuse de medio- en gaulois35. Dès lors, ne faudrait-il pas restituer à la figure d’Akisios, l’arkatokomaterecos de Verceil, une unité et une cohérence encore plus fortes qu’on ne l’a cru ? Ne serait-ce pas le même et très haut personnage qui détiendrait36 le pouvoir de « fixer la mesure » de l’or produit sur les terres de la communauté et en même temps du local sacré délimité par ses soins ? En un mot, l’argantocomaterecus ne serait-il pas, lui aussi, un « médio-matrique » ?

Fig. 3. Monnaie à l’arcantodan- (d’après RIG IV)

Fig. 3. Monnaie à l’arcantodan- (d’après RIG IV)

25Si les travaux de L. Lamoine et de Ch. Peyre jettent, chacun pour son compte, une lumière non négligeable sur notre objet d’étude, ceux patiemment tissés par S. Lewuillon autour du passage du stade prémonétaire au stade monétaire en milieu celte, mais aussi étrusque et romain, fournissent un étai et un contrepoint à la thèse présentée ici, au moins sur cinq aspects que j’énumère schématiquement.

  1. Cette recherche incite à se faire une notion plus harmonieuse, plus linéaire et continue, en quelque sorte plus naturelle de l’évolution de l’arcantodan 1 à l’arcantodan 2, du magistrat « mesureur-peseur » consacré par la tradition au magistrat monétaire des temps nouveaux : un moment fort de cette évolution pourrait bien se marquer entre la fin du iiie siècle et le début du iie siècle av. J.-C.

    • 37 Lewuillon, 1999, puis 2004.

    Le concept même de « pesant d’or », tel que l’auteur en définit et approfondit peu à peu l’argument37, revêt un caractère englobant qui permet de prendre en compte les formes les plus diverses de l’échange au cours de l’évolution.

    • 38 Lewuillon, 2004, p. 15.

    L’étude gagne à brasser les données concernant plusieurs séries de peuples d’Occident. « Dans un contexte historique où Gaulois, Etrusques et Romains sont intimement mêlés, il existe des pratiques de pillage, de comptes, de partage et de consécration des richesses métalliques ; à Rome, la répartition de cette praeda reste aux mains de familles prestigieuses, historiquement liées aux richesses métalliques (comme l’or de Véies) ; elle est accomplie par une pesée officielle qui en détermine les différentes parts, dont la dîme, bien connue des Celtes aussi… »38. Le danos, au sens que nous avons reconnu à ce terme, était en vérité tout désigné, ou plutôt cette désignation même convenait au mieux à celui qui était à la fois Répartiteur et Peseur de ces richesses stratégiques.

  2. S. Lewuillon met en valeur, très justement, « l’importance des magistrats chargés de l’aestimatio par la pesée, officielle et sacrée, des métaux précieux » (ibid., p. 19) : un prestige qui allait nécessairement se transmettre aux magistrats monétaires de la deuxième époque.

    • 39 Cf. Detienne, 1967.
    • 40 On se reportera à Detienne, 1967, p. 37-39, pour le rôle de la balance, en particulier dans les roy (...)

    Enfin, l’épisode emblématique de Brennus (Tite-Live, V, 48), chef senon jetant, pour faire bon poids, son épée dans la balance du Capitole et s’exclamant Vae victis ! met en relief, plus qu’on ne l’a remarqué, la valeur de vérité et d’autorité accordée en régime archaïque39 à la parole des puissants comme à celle des héros ou des dieux dont ils se réclamaient40. Il est ici vraisemblable que l’insupportable (pour un Romain) « Malheur aux vaincus » démarquait en la dévoyant quelque formule juridico-rituelle (on pense à l’ita ius esto de la Loi des XII Tables) valant normalement certification officielle de la pesée. Nous retrouvons dans cette expression performative la tâche normale dévolue en milieu celtique au -danos, quelle qu’en fût la spécialité. Et non moins qu’à ce dernier, au (co-)materecos.

5. De Brennus au comaterecos et à Mercure. Une parole performative et lestée de sacré

  • 41 « Ces iura […] sont des formules qui énoncent une décision d’autorité […] formules établies dont la (...)
  • 42 En grec, l’auteur ne trouve à citer que medimnos (p. 127) pour exprimer une mesure à partir de la m (...)

26Relisons encore Benveniste. Les chapitres 3 et 4 du second volume du Vocabulaire déjà cité (Benveniste 1969, 2, « ius et le serment à Rome », p. 111-122, et « *med- et la notion de mesure », p. 123-132) viennent étoffer les remarques précédentes, principalement autour du titre du magistrat suprême en pays osque, le meddiss, latinisé sous la forme meddix : mot à mot, en première approximation, « celui qui dit le droit ». Le med-dix est ainsi l’équivalent du iu-dex à Rome (ius dicere : indiquer le droit par la parole)41. Le point qui nous intéresse est le premier terme du composé osque, med-. Faisant jouer les harmoniques et les dissemblances sémantiques indo-européennes autour de cette racine commune, l’auteur montre que la signification première, centrale, est celle de « mesure », mais, comme dans le latin modus, « non une mesure qui soit une dimension propre [i.e. simplement et objectivement constatée] des choses […] Par modus, on exprime une mesure imposée aux choses, une mesure dont on est maître, qui suppose réflexion et choix, qui suppose aussi décision » (ibid., p. 127). Le rapprochement avec le grec medôn, qualificatif appliqué ordinairement à Zeus, confirme qu’il s’agit là, par excellence, d’un attribut de la souveraineté : « le rôle du magistrat suprême sera donc de montrer la « mesure » qui s’impose dans tel ou tel litige » (p. 131)42. S’il est un terme moderne qui subsume à la fois la maîtrise technique de l’évaluation des poids et mesures et l’autorité qui s’attache à leur énonciation, c’est bien celui, déjà mentionné, de Régulateur. Et si, comme il le paraît, danos et materecos sont à peu près synonymes, on conviendra que l’équivalence danos : iudex du Glossaire de Vienne n’est pas tout à fait sans fondement.

27Relevons ici, au passage, le parallèle qui s’est établi au cours des années 1960 entre des travaux indépendants au départ : ceux du philosophe britannique J. L. Austin, explorateur du mode verbal « performatif » (Austin 1970 : Quand dire, c’est faire, titre français de l’ouvrage paru en 1962 sous le titre « How to do things with words »), les recherches d’histoire archaïque grecque de M. Detienne, cité plus haut (1967), et les réflexions de linguistique comparée de Benveniste (1969). Dans son recueil de travaux intitulé Problèmes de linguistique générale, I (Benveniste 1966, p. 267-276 : « La philosophie analytique et le langage »), le linguiste français avalisait en les précisant, et non sans formuler des réserves, la terminologie et l’idée générale d’Austin. Retenons comme particulièrement pertinente pour le présent propos cette réflexion : « un énoncé performatif n’a de réalité que s’il est authentifié comme acte. Hors des circonstances qui le rendent performatif, un tel énoncé n’est plus rien […]. Il n’a d’existence que comme acte d’autorité. Or, les actes d’autorité sont d’abord et toujours des énonciations proférées par ceux à qui appartient le droit de les énoncer » (p. 273).

  • 43 Cf. Wuilleumier, 1943, p. 140-141 (CIL XII, 2440) ; M. Gschaid, 1994, p. 171 et fig. 6. L’emplaceme (...)

28C’est sur cet arrière-fond d’actes à l’autorité juridique reconnue qu’apparaît la dimension religieuse du personnage qui nous occupe, sous ses divers avatars gaulois, gallo-romains, romains. Outre l’équivalence cassidanos-flamen relevée à La Graufesenque, a déjà été mise en relief la relation, explicite à Pachten, entre le danus et Mercure. Or il se trouve qu’en domaine latin le nom de Mercure apparaît plusieurs fois sur des poids, ainsi à la station routière d’Etanna (Savoie)43, ou que le dieu se trouve directement ou indirectement associé à des opérations publiques de pesée, comme à Pompéi et à Lugdunum Conuenarum, Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne).

  • 44 Ou lingots de plomb ? C. Domergue, que je remercie de sa relecture, observe que « 100 livres, c’est (...)

29Le premier document est un poids de pierre découvert à Lucey (Etanna), près de la frontière suisse (fig. 4). Il pèse 100 livres romaines (32,5 kg), devait donc servir à équilibrer sur le plateau de la balance des éléments pondéreux (fer ? briques ou tuiles ?44) et porte une inscription gravée pour le compte d’un certain Propitius en hommage deo Merqurio, « au dieu Mercure ». Mercure, pour les Romains compagnon de Fides, est dieu de la juste pesée : en l’espèce, l’appellatif deus le qualifie comme « gallo-romain ». En Gaule encore a été retrouvée une série de pesons de balance de nature assez diverse qui ont comme point commun d’être à l’effigie de Mercure.

Fig. 4. Le poids d’Etanna (d’après Gschaid, 1994)

Fig. 4. Le poids d’Etanna (d’après Gschaid, 1994)

30A Rome, ce dieu était arrivé de Cumes le 15 mai 495 av. J.-C., avec une cargaison de blé qui mit fin à une terrible famine. Tite-Live, II, 21 : « Le temple de Mercure fut consacré aux ides de Mai ». Plus loin (II, 27) : « Les consuls se disputaient l’honneur de consacrer le temple de Mercure. Le sénat se dessaisit de la question en faveur du peuple : celui qui serait chargé de la consécration par décision du peuple serait également préposé aux approvisionnements (annonae), formerait un collège de marchands (mercuriales) et aurait les pouvoirs d’un pontife pour la célébration du culte ».

31La référence à un « pontife » donne à voir dans ces mercuriales les desservants d’un sacerdoce attaché à la personne et aux domaines d’activité de Mercure. Ce dernier, passé l’épisode primordial et salutaire de « l’annone de Cumes », est devenu peu à peu celui qui assure la réussite, donc les gains des marchands. Il est en même temps garant de la régularité et de la sincérité de ces échanges. Ce qui est à nos yeux ambivalence, pour ne pas dire, avec La Rochefoucauld, « hommage rendu par le vice à la vertu », inspire le ton facétieux sur lequel le dieu lui-même présente ses services au public romain à l’ouverture de l’Amphitryon de Plaute (vers 1-9) :

  • 45 Ut vos in vostris voltis mercimoniis/emundis vendundisque me laetum lucris/adficere, atque adiuvare (...)

« Vous voulez, n’est-ce pas, que je vous favorise dans votre commerce, soit pour les ventes, soit pour les achats, et que mon secours vous assure tous les gains possibles ; que, grâce à moi, les affaires de toute votre famille s’arrangent bien chez vous et au dehors, que d’amples profits couronnent toujours vos entreprises présentes et futures : vous voulez encore que je ne cesse de vous réjouir vous et les vôtres par d’heureuses nouvelles, et que je vous apporte et vous annonce les plus beaux succès pour la république […]
C’est Jupiter qui m’envoie. Je m’appelle Mercure. »45

32Plaute joue ici sur la double fonction de Mercure, porte-parole des dieux qui lui ont accordé, en sus, d’être le maître des gains marchands (vers 10-11 : nam vos quidem id iam scitis concessum et datum mi esse ab dis aliis, nuntiis praesim et lucro) : « vous le savez, les autres dieux m’ont confié la mission de veiller à l’annonce des nouvelles et aux gains du commerce ». Dans la ligne du constat dressé ci-dessus sur la parole d’autorité authentifiant la pesée et la mesure, on peut se demander si cette capacité de praeesse nuntiis et lucro ne qualifiait pas spécialement Mercure pour cette tâche. Toute pesée, pour être valide, avait besoin d’un nuntius agréé de tous.

33Sans nul doute, la présentation malicieuse de Plaute se greffe sur ce qui devait être, dans la lignée de la tradition grecque, une perception indulgente, amusée et largement reçue de Mercure-Hermès comme dieu « des marchands et des voleurs ». Le poids de pierre d’Etanna, comme l’inscription de Pachten, nous ont déjà fait connaître certains des documents qui incitent pour le moins à nuancer cette interprétation radicalement amorale aimantée par le seul profit personnel.

  • 46 Cf. Mangin (dir.), 2004, p. 211.
  • 47 Cf. Delamarre, 2003, s. v. isarnon, p. 191-192.

34Considérons, deux bons siècles plus tard, le « marchand de fer » d’Augst (Augusta Raurica, en Suisse). Sur cette stèle funéraire du ier siècle de notre ère, le défunt tient un volumen qui fait penser à un registre. Au-dessous d’un espace réservé à une inscription disparue, une balance représente la pesée de barres de fer à l’aide de poids de plomb ou de pierre (fig. 5). Emblème et exhibition de « l’honnêteté d’un marchand », comme on le dit en général ?46 Ou encore mise en scène de la fonction régulatrice d’un dannos qu’on nommerait volontiers *isarnodannos, en transposant sur ce métal (*isarnon en gaulois)47 les appellatifs argantodannos, cassidannos ? Quoi qu’il en soit, le fléau représenté sous l’inscription, les barres – sorte de « lingots » destinés à des forgerons qui les transformeront en objets – aussi soigneusement rangées que celles, bien réelles, des épaves des Saintes-Maries-de-la-Mer (fig. 6), ainsi que la mise en valeur des poids, cet ensemble plaide en faveur d’un patronage attribué à Mercure.

Fig. 5. Le « marchand de fer » d’Augst (d’après Mangin, 2004)

Fig. 5. Le « marchand de fer » d’Augst (d’après Mangin, 2004)

Fig. 6. Embarquement et pesée du blé sur une peinture de tombe d’Ostie (d’après D. Abulafia (éd.), The Mediterranean in History, Londres, Thames & Hudson, 2003, p. 137)

Fig. 6. Embarquement et pesée du blé sur une peinture de tombe d’Ostie (d’après D. Abulafia (éd.), The Mediterranean in History, Londres, Thames & Hudson, 2003, p. 137)

35De ce patronage, la dimension religieuse n’est pas absente. Le passage essentiel d’Ovide, Fastes, V, 671 et s., est le seul texte antique qui décrive, avec un humour quasi plautinien, le principal rite en l’honneur de Mercure. Aux ides de mai (le 15 de ce mois, donc) est commémorée la dédicace de 495, celle du temple voisin du Grand Cirque :

« Tous ceux qui font profession de vendre des marchandises/t’offrent de l’encens, te demandant des bénéfices en retour. / Il existe, près de la porte Capène, une fontaine de Mercure (aqua Mercurii) ;/si vous croyez ceux qui l’ont essayée, elle a un pouvoir divin (numen habet)./Le marchand s’y rend, la tunique retroussée, et, après s’être purifié,/à l’aide d’une urne exposée à des fumigations, il puise l’eau qu’il emportera./Il y trempe du laurier ; de ce laurier mouillé il asperge toutes les marchandises destinées à de nouveaux propriétaires (lauro sparguntur ab uda/omnia quae dominos sunt habitura nouos)./Il asperge ses propres cheveux avec le laurier dégoulinant,/et de sa voix habituée à tromper, il poursuit par une prière : /»Lave-moi de mes impostures du temps passé,/lave-moi de mes mensonges d’hier !… ».

36Et pour conclure, plus explicitement encore, et sur le même ton de moquerie (689-692) :

« Mais accorde-moi des gains et donne-moi la joie d’en jouir,/et rends profitables mes boniments aux acheteurs./Mercure, d’en haut, sourit à celui qui l’invoque ainsi (Talia Mercurius poscenti ridet ab alto),/se souvenant d’avoir subtilisé les bœufs d’Ortygie. »

  • 48 Combet-Farnoux, 1980, dont l’intuition sur ce point reste séduisante malgré la critique au karcher (...)

37A l’issue du rituel, le mercator emporte donc avec lui l’eau consacrée, qui resservira lors de ses ventes. Selon le commentaire donné par B. Combet-Farnoux de cette phase décisive du processus marchand48, il faut voir là, dans le contrat d’emptio/uenditio, la traditio de la merx, en d’autres termes sa transmission, son passage au « pouvoir » d’un autre. Cela n’a été possible que parce que Mercure a libéré cette res de l’obligation contraignante qu’elle recèle. Cet acte de « désacralisation » assumé par le dieu, fondateur de la forme contractuelle de l’échange, était pratiqué par le mercator-médiateur. Sous la garantie de Fides, et en prenant comme témoin et comme garant le caducée du héraut (symbole de sa « parole » véridique), les Mercuriales créés au ve siècle av. J.-C. sauvegardaient la pax deorum. Ils calquaient ainsi l’action des Fetiales, les très anciens prêtres féciaux de Rome, lorsqu’ils revendiquaient par une interpellation ritualisée telle ou telle portion de territoire usurpée à leurs yeux par un peuple voisin.

  • 49 Cf. Fabre-Paillet, 2009.

38Selon ces vues, il faudrait donc moins parler, à propos de Mercure, de « protection particulière de la profession marchande » que de « prise en charge du processus mercantile » dans son ensemble (B. Combet-Farnoux). Le macellum (marché public) de Saint-Bertrand-de-Comminges, daté du règne de Tibère, est le plus beau qui soit conservé en Gaule. Au centre du bâtiment, un bassin probablement destiné à la purification voisine avec des aménagements qu’on pense conçus pour abriter le « poids public », dont un équivalent se trouve, non loin de là, à Valcabrère, sous la forme d’une table de mesure du grain (tabula mensoria).49

39A travers le temps, Mercure a pu partager cette prise en charge avec d’autres. Au livre XI de ses Métamorphoses, Apulée décrit ainsi, dans la seconde moitié du iie siècle de notre ère, les cérémonies présidant au départ du vaisseau amiral de la flotte marchande de Cenchrées, port de Corinthe :

« Les ministres du culte portaient les attributs des dieux tout-puissants […] Le troisième, en marchant, élevait une palme faite d’une feuille d’or délicatement travaillée, ainsi que le caducée de Mercure. Le quatrième montrait, emblème de la justice, une main gauche figurée la paume ouverte […] Un navire était là […] Le grand-prêtre, après avoir, de ses chastes lèvres, prononcé les prières les plus solennelles et l’avoir saintement purifié avec une torche ardente, un œuf et du soufre, le mit sous l’invocation de la déesse et le lui consacra » (Métamorphoses, XI, 10 et 16).

40Cette déesse est l’Egyptienne Isis, devenue sous l’Empire patronne des navigations en Méditerranée : la « dame des flots », selon l’expression de L. Bricault. Son association avec Mercure est ici symbolisée par le caducée ; quant à la main, « emblème de la justice », elle rappelle singulièrement celle de Fides. La même association Mercure-Isis se trouve sur une fresque décorant une tombe d’Ostie (fig. 6). On y voit un navire de faible tonnage prêt à appareiller, vraisemblablement sur le Tibre en direction de Rome. Deux hommes y déchargent dans un grand récipient des sacs de blé (de l’annone, en provenance d’Afrique ou plutôt d’Egypte ?). Ce produit, ici justement dénommé res, un employé ou marin nommé Abascantus en vérifie la quantité et peut-être la qualité sous le regard d’un officiel, sorte de dannus tenant à la main un rameau. Le patron du bateau (magister) porte le nom gréco-égyptien de Farnaus (Pharnaos), et le navire lui-même le double nom de porte-bonheur d’Isis Giminiana. Comme Isis, les Gemini, les Dioscures jumeaux Castor et Pollux, sont protecteurs de la navigation. Mais précisément, pensera-t-on, il manque à cette scène Mercure. Il figurait bel et bien sur la paroi de la tombe, à gauche, hors de la scène, et veillant visiblement à son bon déroulement ; mais l’image, décrite par ses découvreurs, a été détruite peu après la mise au jour de l’ensemble, à la fin du xixe siècle, avant que n’en soit prise une photographie.

41Quelques mots de saint Augustin peuvent nous acheminer à une conclusion. A travers une étymologie de fantaisie à laquelle, comme souvent, il ne croyait pas lui-même, il énonce une vérité profonde, qui concerne ici la place de la parole médiatrice au cœur de l’activité commerçante :

  • 50 Cité de Dieu, VII, 14 : Ideo et mercibus praeesse, quia inter uendentes et ementes sermo fit medius (...)

« [Certains veulent] identifier Mercure avec la parole – comme font ceux [Varron] qui dérivent Mercure de medius currens [medicurrius selon Arnobe, Contra Gent., III, p. 112, 113, et Servius, ad Georg., III, V, 302] parce que la parole court au milieu [des hommes] ; et c’est pourquoi, selon eux, Mercure s’appelle en grec [H]ermès, parce que la parole ou l’interprétation de la pensée se dit hermeneia, d’où s’ensuit encore que si Mercure préside au commerce, c’est que, entre les vendeurs et les acheteurs, la parole se fait médiatrice… »50.

42Du monde gaulois au monde romain, nous avons tenté d’évaluer continuités et discontinuités, à travers la persistance du titre et de la partie la plus symbolique des fonctions du dannos-dannus. Ce qui frappe chez ce personnage, c’est l’autorité à la fois politique, juridique et religieuse d’une parole qui « dit la mesure ». à l’époque romaine, cette autorité est placée sous le patronage divin de Mercure, succédant à un prédécesseur gaulois dont le nom nous échappe. Ce que nous apprend au fond l’expérience ancienne, une expérience à la fois attachée à l’idéal et lucide sur les réalités, c’est que la parole médiatrice dont Mercure est l’emblème – une parole qui accompagne, selon le moment, la pesée commerciale ou la purification rituelle du vendeur – constitue le seul moyen d’assurer une régulation véritable des échanges. A condition que cette parole performative elle-même n’emprunte pas la voie de tromperie ou de violence, mais celle de Fides, la voix du dannos était préférée à celle de tous les Brennus.

Haut de page

Bibliographie

Aubin, G., 2012, Le dépôt monétaire des Sablons, Le Mans (Sarthe) : statères gaulois en or allié, dans Trésors monétaires, XXIV, p. 1-90.

Benveniste, E., 1948, Noms d’agent et noms d’action en indo-européen, Paris, Maisonneuve.

Benveniste, E., 1966, Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard.

Benveniste, E., 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes I et II, Paris, Minuit.

Bernardo Stempel, P. de, 1998, Minima Celtica zwischen Sprach- und Kulturgeschichte, dans P. Anreiter, L. Bartosiewicz, E. Jerem et W. Meid (dir.), Man and the animal world : Studies in memoriam Sandor Bökönyi, Budapest, Archeolingua, p. 601-610.

Bertrandy, F., 2005, Les stations routières dans la cité de Vienne : l’exemple d’Etanna et de Labisco, RAN, 38, p. 27-36.

Cauuet, B., 1999, L’exploitation de l’or en Gaule à l’Age du Fer, dans B. Cauuet (dir.), L’or dans l’Antiquité de la mine à l’objet, Bordeaux, Aquitania, Suppl., p. 31-70.

Combet-Farnoux, B., 1980, Mercure romain. Le culte public de Mercure et la fonction mercantile à Rome de l’époque archaïque à l’époque augustéenne, Paris, BEFAR 238.

De Hoz, J., 2007, The institutional vocabulary, dans P.-Y. Lambert et G.-J. Pineau, Gaulois et Celtique continental, Genève, Droz, p. 190-214.

Delamarre, X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Errance, 2e éd., 2003.

Detienne, M., 1967, Les maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, Maspéro.

Domergue, P. 1998, Le miniere d’oro della Bessa nella storia delle miniere antiche, Archeologia in Piemonte, II. Età romana, Turin, L. Mercando, p. 207-222.

Fabre, G. et Paillet, J.-L., 2009, Saint-Bertrand-deComminges IV : le macellum, Pessac, Fédération Aquitania (Etudes d’Archéologie Urbaine).

Gschaid, M., 1994, Inscriptions religieuses des cités des Séquanes et des Ambarres : nouvelles interprétations, DHA, 20, 2, p. 155-188.

Lambert, P.-Y., 2003, La langue gauloise, Paris, Errance, 2e éd.

Lamoine, L., 2009, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal.

Lejeune, M., 1977, Une bilingue gauloise à Verceil, CRAI, p. 582-610.

Lemerle, P., 1934, Un poids inédit de la collection Kambanis, BCH, 58, p. 506-511.

Lewuillon, S., 1999a, Le pesant d’or. Dépôts fastueux et trafics barbares, dans Les Fastes des Celtes, Mémoires de la Société archéologique de Champagne, 15, Reims (coll. Suppl. au Bulletin, 4), p. 427-446.

Lewuillon, S., 1999b, En attendant la monnaie. Torques d’or en Gaule, dans B. Cauuet (dir.), L’or dans l’Antiquité de la mine à l’objet, Bordeaux, Aquitania, Suppl., p. 357-398.

Lewuillon, S., 2004, L’arcantodan du Capitole. Brennus en Italie et les traditions monétaires, Latomus, 63/1, p. 3-21.

Linckenheld, E., 1936, La cité des Triboques, Annuaire de la Société historique, littéraire et scientifique du Club vosgien, 4, p. 9-80.

Mairecolas, M. et Pailler, J.-M., 2010, Sur les voies de l’étain dans l’ancien Occident. Quelques jalons, dans Ab Aquitania ad Hispaniam. Mélanges P. Sillières, Pallas, 82, p. 139-167.

Mangin, M., dir., 2004, Le fer, Paris, Errance.

Marichal, R., 1988, Les graffites de La Graufesenque, 47e Suppl. à Gallia, Paris, éd. du CNRS.

Meid, W., 1989, Münzmeister oder Geldwechsler, Zur Lesung und Deutung gallischer Inschriften, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft, Vorträge und kleinere Schriften, 40, Innsbruck.

Meillet, A., 1908-1909, Sur le suffixe indo-européen *-nes-, Mémoires de la Société de linguistique de Paris, XV, p. 254-264.

Michon, E., article Pondus, dans Ch. Daremberg et E. Saglio (éd.), Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, Paris.

Milcent, P.-Y., 2006, notice 182 – Fenouillet, lieu-dit Les Maouris, dans J. Massendari, La Haute-Garonne (hormis le Comminges et Toulouse), CAG 31/1, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres p. 172-176.

Millett, P., 2002, Lending and borrowing in Ancient Athens, Cambridge University Press, paperback ed. (éd. originale 1991).

Pailler, J.-M., 2004, Platea, le « fer forgé » des Celtibères ? Un clin d’œil de Martial, Pallas, 63, p. 365-376.

Pailler, J.-M., 2006, Quand l’argent était d’or. Paroles de Gaulois, Gallia, 63, p. 211-241.

Pailler, J.-M., 2007, L’argant-, suite. Encore le lexique gaulois du métal, Pallas, 75, p. 37-48.

Pailler J.-M., 2011, Etapes et conséquences de l’exploitation minière et métallurgique. Monnaies gauloises, monnaies romaines. Le cas Zmaragdus, dans Ph. Gruat, J.-M. Pailler et D. Schaad (éd.), Les Rutènes. Du peuple à la cité, Bordeaux, Aquitania, Supplément 25 p. 209-228.

Peyre, Ch., 2000, Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la bilingue de Verceil, dans St. Verger (dir.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen. Etude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance (Ardennes, France), Rome, Collection de l’Ecole française de Rome 27, p. 156-206.

Pokorny, J., 1959-1969, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, Berne et Munich, Francke Verlag.

Prosper, B. M., 2011, The Hispano-Celtic divinity ILVRBEDA, gold mining in Western Hispania and the syntactic context of Celtiberian arkatobezom ‚Silver Mine‘, Die Sprache, 49, 1, p. 53-83.

Schmidt, G., 1986, Das Römische Pachten – Katalog zu der Ausstellung in der Römerhalle Dillingen/Pachten, Krüger Druck/Verlag, Dillingen/Saar.

Sànchez Palencia, F. J. et al., 2009, La zona minera de La Bessa (Biella, Italia) como precedente republicano de la minería de oro de Hispania, Madrid, CSIC.

Turcan, R., Compte rendu de Combet-Farnoux, 1980, RHR, 199, 1982, p. 320-323.

Vitali, D., 2000, Luoghi di culto e culti dei Celti d’Italia, dans St. Verger (dir.), Rites et espaces en pays celte et méditerranéen. Etude comparée à partir du sanctuaire d’Acy-Romance (Ardennes, France), Rome, Collection de l’Ecole française de Rome 27, p. 207-222.

Wheeler, M., 1954, Rome beyond the Imperial frontiers, Londres, George Bel.

Wuilleumier, P., 1943, Etanna, Gallia, 1, p. 139-151.

Haut de page

Notes

1 Constitution d’Athènes, 51, 1-2 : « Les dix agoranomes sont également tirés au sort, cinq pour le Pirée, cinq pour la ville. La loi leur enjoint de veiller à ce que toutes les denrées soient nettes et soient vendues sans fraude. Le sort désigne encore les dix métronomes, cinq pour la ville, cinq pour le Pirée. Ils veillent à ce que tous les poids et mesures dont se servent les vendeurs soient justes (tôn metrôn kai tôn stathmôn epimelountai pantôn hopôs hoi polountes khrèsontai dikaiois »).

2 Cf. en particulier Lemerle 1934, précisant et rectifiant Michon D.A., IV, 1, s. v pondus, p. 558.

3 « Dans beaucoup d’inscriptions [grecques] d’époque romaine, agoranomos traduit aedilis » (Lemerle, 1934, p. 507, n. 1).

4 Franchissement placé sous la protection de la déesse Pritona ou Ritona, qui était honorée également à Trèves. Les Trévires, Tre-uiri, comme l’indique leur nom celtique, sont des « passeurs » ; cf. Delamarre, 2003, s.v. treuero-, p. 300 et Mairecolas-Pailler, 2010.

5 Sur l’archéologie et l’histoire de ce site, cf. Schmidt 1986. Strasbourg était alors Argantorate, la place, enclos ou « relais de l’or » retiré du Rhin par orpaillage : de « l’or du Rhin ». Au -rate, comme au -magos, le contrôle des poids et mesures occupait naturellement une place décisive.

6 Sans être exceptionnelle dans un tel contexte (un rite romain peut être exécuté per flaminem, per uirgines Vestae), la tournure per dannum : « par l’entremise de… » retient l’attention. Elle semblerait indiquer que l’action du dannus a en quelque sorte répondu à une « commande » des colons, lui-même n’ayant été que leur agent, leur « instrument ». Il peut s’agir d’une transposition en latin d’un complément gaulois à l’instrumental-sociatif. Cf. Lambert, 2003, p. 51, 58-59, 63-64, 101-102 (gobedbi, L-13, à Alise-Sainte-Reine) 107 (suiorebe, L-6, à Néris-les-Bains et probablement
argant[…]ebi pour *argantodannebi à La Graufesenque, cf. Lambert, 2002, p. 111-113).

7 « The institutional vocabulary », dans Lambert-Pineau, 2007, p 190-214 (p. 193).

8 En témoignent les points d’interrogation qui jalonnent le texte de De Hoz et que nous avons reproduits.

9 J. De Hoz suit pour cette seconde proposition, comme j’ai eu tort de le faire moi-même (Pailler, 2004), une extrapolation de P. De Bernardo Stempel (Bernardo Stempel, 1998, p. 605-606 ; article par ailleurs très suggestif quant aux noms gaulois des métaux). En réalité, l’ensemble des inscriptions de Mayence appartenant au même contexte que CIL XIII, 6776, montre que les plateae qui y sont plusieurs fois mentionnées sont des « places », lieux de commerce et d’échange ; rien ne fait spécialement référence à un métal. L’équivalence platiodannus-agoranomos en ressort confirmée.

10 Cf. Pailler, 2007, Mairecolas-Pailler, 2010.

11 Cf. Prosper, 2010-2011, p. 58-59, 62 et surtout 63, malgré une curieuse réticence de l’auteur à admettre pour l’Espagne ce qu’elle accepte pour la Gaule ; voir aussi Aubin, 2012 (et entretien avec l’auteur).

12 J’introduirais cependant aujourd’hui la nuance suivante. Autant, lorsque l’on traduit, selon la tradition, arganton par « argent », on est dépourvu de tout mot gaulois pour désigner l’or, pourtant exploité en Gaule et beaucoup plus et beaucoup plus tôt que l’argent (Pailler, 2006, p. 212, 217-218, 225-227), autant, avec arganton « or », une désignation celtique de l’argent au moment de la conquête et après celle-ci, mais avant le relais pris par le couple latin argentum/aurum, nous fait défaut. N’aurait-il pas pu prendre le nom d’« or blanc », uindon arganton, un peu comme l’étain en latin : plumbum album (cf. aussi le vieil irlandais Magh Findargat : « plaine [marché ?] d’argent [d’or ?] blanc »). En l’absence de toute attestation directe, nous en sommes réduits à l’hypothèse. Celle-ci suppose que durant la période de transition, le même mot arganton a désigné les deux métaux.

13 Cauuet, 1999.

14 Pour s’en tenir à un exemple, la fabrication des torques d’or du second Age du Fer semble avoir souvent obéi à des exigences de calibrage homogène en dimensions et surtout en poids : démonstration de P.-Y. Milcent dans Massendari, 2006, p. 175, où l’auteur retrouve sur les torques de Fenouillet (Haute-Garonne) un étalon pondéral proche de 84,5 g, comparable à ceux de Montans et de Lasgraïsses (Tarn) et de Civray de Touraine (Indre et Loire).

15 Cf. Linckenheld, 1936 ; Pailler, 2006, p. 217 et 228.

16 Peut-on se passer de l’hypothèse d’un « premier état de l’arcantodan » ? Tout bien considéré, il ne semble pas. Non seulement à cause du parallèle argantomagosargantodannos, comme CassinomagosCassidannos, mais pour trois autres raisons : les sites en -magos ne sont pas des lieux anciens d’émission de monnaies ; le sens premier de -dannos ne peut guère s’être appliqué que secondairement à la frappe monétaire ; l’évolution du mot gaulois, puis « gallo-romain » arganton plaide dans le même sens.

17 Sur les travaux du secteur de La Bessa, cf. Domergue, 1998, Sánchez Palencia, 2009.

18 Meid, 1989, p. 12.

19 Cf. Meid, loc. cit. Voir toutefois Lejeune, 1977 (« devinettes incertaines », p. 602) ; contra mais en des sens divers Lambert 2003, p. 80, Delamarre, 2003, s.v. comaterecos, p. 121-122.

20 Chez Diodore de Sicile, V, 13, c’est apparemment à un véritable calibrage que fait allusion l’expression eis megethè summetra appliquée aux loupes (?) de fer envoyées de l’île d’Elbe aux forgerons de Dicearchia-Pouzzoles. Loupes spongieuses de même taille, parce qu’elles sortent de fonds de fours identiques, ou barres de taille standard, si l’expression de l’auteur comporte une ellipse.

21 Lambert, 2002, p. 111-113. Ces pages importantes semblent représenter le dernier mot publié de l’auteur sur le sujet, plus que les allusions contenues dans Lambert, 2003 : hasard des ISBN, l’ordre chronologique de publication est l’inverse de celui des pensées. Le cliché de la fig. 2 montre clairement qu’il faut en fait restituer [nebi] à la fin de la première ligne.

22 Au double sens de la restriction « ne… que » : ni plus, ni moins. Pas plus, parce que nous ne possédons aucun témoin direct ; pas moins, parce que, si l’on ne postule ce premier état, rien ne s’explique.

23 Cf. Wheeler, 1954. La transmission de mots doublée d’un glissement de sens s’explique si l’on considère, certes schématiquement, les Rutènes de l’époque gauloise comme un « peuple des métaux » (cf. Pailler, 2011) devenu un peuple de la céramique.

24 Benveniste, 1969 I, p. 77. L’analyse mentionnée est aux p. 72-77.

25 Ainsi Delamarre, 2003, s.v. p. 135.

26 « Mais cette glose semble venir plutôt du traité de saint Jérôme sur l’interprétation des noms hébreux » ( ?) (Lambert, 2002, p. 111).

27 Ce suffixe a été étudié par Meillet, 1908-1909.

28 Cf. l’éblouissante comparaison (p. 192-195) entre les versions grecque et gotique de la parabole des talents dans l’évangile de Luc, Lc 19, 12-26, spécialement 19, 13. L’argent est en gotique tantôt silubr, tantôt faihu (latin pecus) ; la mine ou le talent se dit skatts (unité monétaire, cf. all. Schatz, « trésor ») ou daila (dailos), « part » : taihun dailos « il leur donna dix mines ». Daila, ajoute Benveniste, est du germanique commun, cf. all. Teil : en gotique dailjan, all. teilen, avec des préverbes af-, dis-, ga- : « distribuer, partager, répartir ». Ailleurs (cf. p. 194), daila traduit le grec metokhè, « participation ». On a ainsi dailos, daila (« parts ») au début et à la fin du passage, quand il est question de répartition entre les cultivateurs de la parabole ; entre les deux, skatts désigne l’unité monétaire. Cf. encore, ibid. p. 72, le commentaire de Lc, 19,8 : « je donne, ga-dailja (didômi [dans le texte grec]) aux pauvres (littéralement « je partage mon bien entre les pauvres »)… »

29 Par exemple Millett, 2002 [1991], p. 28-29, qui insiste sur la valeur de « don » (avec danosdidômi ?), en s’appuyant notamment sur les travaux de Chantraine.

30 Benveniste, 1948, p. 79.

31 Cf. Aristote, Constitution d’Athènes, cit. supra n. 1.

32 Peyre, 2000, p. 185-202.

33 Epoque dont la datation évolue, selon les auteurs, de la fin du iie s. av. J.-C. (Lejeune, 1977) à la fin du siècle suivant (Peyre, 2000).

34 Parmi les dépôts plus ou moins homogènes de torques d’or et de bracelets gaulois découverts en Italie du Nord pour les trois derniers siècles av. notre ère, D. Vitali en répertorie trois (sur six) dans le Vercellese (Vitali, 2000, p. 220).

35 Lambert, 2003, p. 34 et surtout 80 ; Delamarre, 2003, s.v. mediolanon et medios, p. 220-221.

36 Ou « aurait jadis détenu », s’il est vrai qu’il s’agit ici aussi d’un titre hérité, l’inscription semblant à peu près contemporaine des monnaies gauloises aux arcantodan, donc d’une époque où, comme en Gaule Centrale, l’exploitation massive de l’or avait cessé. L’essentiel, nous le voyons encore dans ce cas, réside dans le prestige et les aptitudes (en latin : l’auctoritas…) que le titre, avec ses résonances, confère au magistrat.

37 Lewuillon, 1999, puis 2004.

38 Lewuillon, 2004, p. 15.

39 Cf. Detienne, 1967.

40 On se reportera à Detienne, 1967, p. 37-39, pour le rôle de la balance, en particulier dans les royautés archaïques, comme témoin de Justice et de Vérité : « l’usage de la balance dans des procédures politico-religieuses renvoie au plus ancien passé de la Grèce, à la civilisation mycénienne où – nous le savons par les tablettes – tout se pesait, où l’intendant et sa balance étaient l’œil du roi, sa justice » (p. 37-38).

41 « Ces iura […] sont des formules qui énoncent une décision d’autorité […] formules établies dont la possession est le privilège de certains individus, de certaines corporations […] Ici est l’empire de la parole, manifesté par des termes dont le sens concorde, en latin iu-dex, en osque med-diss, en grec dikas-polos (et dikas eipeîn) et en germanique eo-sago, « celui qui dit la règle, le juge ». Ce n’est pas le « faire », mais toujours le « prononcer », qui est constitutif du droit » (Benveniste, 1969, 2, p. 114).

42 En grec, l’auteur ne trouve à citer que medimnos (p. 127) pour exprimer une mesure à partir de la même racine verbale ; il faut naturellement ajouter metron et ses dérivés et composés. On retiendra aussi got. mitan, all. messen et Mass, « mesurer », « mesure » (p. 125) ; en celtique, l’irlandais midiur signifie « je juge » et le composé con-midathar « il exerce l’autorité, il a le pouvoir » (p. 124).

43 Cf. Wuilleumier, 1943, p. 140-141 (CIL XII, 2440) ; M. Gschaid, 1994, p. 171 et fig. 6. L’emplacement exact de la station est discuté : Bertrandy, 2005, p. 28-31.

44 Ou lingots de plomb ? C. Domergue, que je remercie de sa relecture, observe que « 100 livres, c’est le poids « normalisé » des lingots de plomb des mines de Carthago Noua au ier s. av. J.-C. ».

45 Ut vos in vostris voltis mercimoniis/emundis vendundisque me laetum lucris/adficere, atque adiuvare in rebus omnibus,/ et ut res rationesque vostrorum omnium/bene expedire voltis peregrique et domi,/ bonoque atque amplo auctare perpetuo lucro,/quasque incepistis res, quasque inceptabitis ;/et uti bonis vos vostrosque omneis nuntiis/me adficere voltis, ea adferam, ea uti nuntiem,/quae maxume in rem vostram communem sient

46 Cf. Mangin (dir.), 2004, p. 211.

47 Cf. Delamarre, 2003, s. v. isarnon, p. 191-192.

48 Combet-Farnoux, 1980, dont l’intuition sur ce point reste séduisante malgré la critique au karcher de Turcan 1982.

49 Cf. Fabre-Paillet, 2009.

50 Cité de Dieu, VII, 14 : Ideo et mercibus praeesse, quia inter uendentes et ementes sermo fit medius…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’inscription de Pachten (CIL XIII, 4228 ; musée de Pachten, cliché Creative Commons)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 2. Argantodanat à La Graufesenque (d’après Marichal, 1988, p. 30)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3. Monnaie à l’arcantodan- (d’après RIG IV)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4. Le poids d’Etanna (d’après Gschaid, 1994)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5. Le « marchand de fer » d’Augst (d’après Mangin, 2004)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2324/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 6. Embarquement et pesée du blé sur une peinture de tombe d’Ostie (d’après D. Abulafia (éd.), The Mediterranean in History, Londres, Thames & Hudson, 2003, p. 137)
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2324/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Dire la mesure en Gaule, iie s. av. J.-C.- ier s. apr. J.-C. Le -dannos/dannus, garant public des poids, mesures et qualités », Pallas, 97 | 2015, 159-179.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Dire la mesure en Gaule, iie s. av. J.-C.- ier s. apr. J.-C. Le -dannos/dannus, garant public des poids, mesures et qualités », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/2324 ; DOI : 10.4000/pallas.2324

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d’histoire romaine
Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES, UMR 5608 CNRS
pailler.jean-marie@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org