Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Hélène Vial (dir.), Les Sirènes ou le Savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle

Collection « interférences », Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2014, 352 pages
François Ripoll
p. 239-241
Référence(s) :

Hélène Vial (dir.), Les Sirènes  ou le Savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle, Collection « interférences », Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2014, 352 pages.

Texte intégral

1La vingtaine de communications qui composent ce recueil est issue d’un colloque international tenu à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand les 21 et 22 mars 2013, dans le cadre d’un projet du CELIS intitulé : «Mythologies des savoirs : de l’ivresse aux dangers ». Hélène Vial, organisatrice du colloque et éditrice du recueil, et par ailleurs spécialiste d’Ovide, a eu incontestablement une excellente idée : celle de croiser le principe d’un colloque centré sur une figure mythique et sa postérité de l’Antiquité à nos jours d’une part, et d’autre part, celui d’une véritable réflexion d’ensemble sur une problématique bien ciblée : les dangers du savoir. Cette façon de bien « cadrer » le sujet a évidemment pour intérêt d’éviter à ce type de colloque couvrant un large champ diachronique de partir dans tous les sens, comme aurait pu le faire une manifestation sur la figure des Sirènes en général, par exemple. Cela impliquait évidemment que les communicants « jouent le jeu », et centrent bien leur étude de la figure mythologique sur la problématique posée dans le sous-titre. Si tous les Antiquisants ont bien respecté le « cahier des charges », on ne peut en dire autant de tous les Modernistes et Contemporanéistes, et l’on pourrait faire remarquer que telle communication évoque bien l’image de la Sirène, mais aborde fort peu la problématique du Savoir périlleux, ou que telle autre, qui envisage bien les dangers du Savoir (ou d’un certain type de savoir…), ne se rattache que par un « tour de passe-passe » rhétorico-métaphorique un peu artificiel au mythe des Sirènes… Mais l’impression d’ensemble est tout de même celle d’un volume « bien ficelé », au propre comme au figuré, et qui fait réellement avancer la recherche sur la problématique considérée.

2Après une ample introduction de l’éditrice, l’ensemble se divise en deux grandes sections d’égale longueur (dix articles chacune) centrées respectivement sur l’Antiquité et sur la postérité de l’Antiquité du Moyen-Age à nos jours. Les trois premières contributions, centrées sur l’Odyssée, explorent essentiellement les possibles implications métalittéraires de l’épisode. Pietro Pucci (« Les Sirènes : lire et sa malédiction ») voit dans le chant des Sirènes une tentation illiadique illusoire et dangereuse pour le héros de l’Odyssée, qui doit s’en détourner pour rester lui-même. Sylvie Perceau (« La « pharmacie » d’Homère dans l’Odyssée : les Sirènes et l’ambivalence du chant poétique »), étudie, dans ce même chant, l’interaction de la poésie épique et du chœur mélique qui tendent à s’y brouiller. François Dingremont (« Les Sirènes d’Homère, retour sur un effet-miroir »), pour sa part, y voit plutôt le piège de l’oubli et du retour en arrière. On glisse progressivement vers la postérité antique d’Homère avec Isabella Nova (« La mort des Sirènes dans la littérature de l’époque classique »), qui pose le problème de l’interprétation du suicide des Sirènes après le passage d’Ulysse à travers certains textes (Sophocle, Euripide Platon) et la tradition figurée. Les Sirènes d’Apollonios de Rhodes entrent en jeu dans l’article d’Anne-Claire Soussan (« Trans-gessions du savoir et de l’espace »), centré sur le thème de la dimension transgressive du Savoir (liée à la liminarité géographique et à l’hybridité) et de son échec dans l’Odyssée et les Argonautiques. On ne quitte pas cette seconde œuvre avec Laury-Nuria André (« Les Sirènes d’Apollonios de Rhodes : du désenchantement homérique au sortilège paysager »), qui étudie la façon dont le poète hellénistique « désenchante » les Sirènes homériques pour en faire des figures du Savoir propre à son époque. La question du rapport entre les Sirènes et les Muses, qui affleure dans beaucoup de communications, est au centre de celle de Camille Semenzato (« Sirènes et Muses, quels dangers ? »), qui met bien en lumière la complexité respective de ces deux séries de figures, qui ont toutes un côté clair et une face obscure. C’est encore le principe de la mise en parallèle des mythes que l’on retrouve dans la contribution de Philippe Arnaud (« Le mythe de Narcisse en écho à celui des Sirènes »), qui met en relief des points communs entre Narcisse et les victimes des Sirènes. L’allégorhèse philosophique du mythe est prise en compte par l’article de Carlos Lévy (« Les Sirènes cicéroniennes et leur arrière-plan philosophique »), consacré à sa récupération positive dans le De finibus, sur fond d’émulation allégorétique entre Aristotéliciens et Stoïciens. Et c’est bien sûr à l’épisode ovidien des Métamorphoses V, 522-563 que s’intéresse Hélène Vial (« Savoir, Métamorphose et chant : les doctae Sirenes d’Ovide »), dans une perspective métalittéraire.

3La seconde partie du volume débute, à la frontière de l‘Antiquité tardive et du Moyen-Age, par l’étude d’Anna Angelini (« Les Sirènes du Physiologos et le savoir hérétique : les périls de l’hybridité entre Antiquité et Moyen-Age »), où l’on voit se mettre en place une véritable diabolisation des Sirènes en tant que figures de l’hypocrisie et du discours faux. Le parcours diachronique se poursuit avec Giampiero Scafoglio, (« les Sirènes et le savoir périlleux dans la Comédie de Dante »), qui nous montre une vision critique d’Ulysse comme figure de la soif insatiable de connaissances constitutive de la démesure humaine, par opposition à la voie de la foi suivie par le poète, qui lui assurera le salut. Les Sirènes retrouvent une valeur positive à travers l’étude d’une figure sirénique peu connue, la fondatrice mythique de Naples, à laquelle s’intéresse Hélène Casanova-Robin (« Parthénopé et autres sirènes dans l’œuvre de Giovanno Pontano (1429-1503) : figures du savoir et idéal d’harmonie dans l’univers napolitain ») : le savoir n’est désormais plus un péril dans ce contexte humaniste baigné de culture antiquisante. Un dernier parcours dans la Renaissance est offert par la communication de Nathalie Hervé (« Le Chant des trois seraines d’Etienne Forcadel ou la tentation du savoir épicurien »), qui nous permet de découvrir le processus de récriture entrelacée des textes antiques dans le contexte d’émergence d’une littérature en langue française. Après un grand bond par-dessus le xviie siècle (peu fécond en récritures du mythe des Sirènes ?), nous passons au xviiie, avec, sous la plume de Houda Landolsi (« « Qui suis-je ? », « Que sais-je ? » Suzanne Simonin ou la Sirène aux forces mortifères »), une relecture de la figure centrale de La Religieuse de Diderot à travers le prisme métaphorique du mythe de la Sirène. Le xixe siècle est représenté par Salah Oueslati (« La sirène et ses dangers dans la poétique de Mallarmé »), qui propose une exégèse d’un poème de Mallarmé où le mythe des Sirènes apparaît comme le support d’une réflexion sur le caractère déceptif de la relation entre le poète et ses lecteurs. C’est paradoxalement sous la forme d’un non-savoir fictionnel porteur de désenchantement qu’apparaissent les Sirènes de Robbe-Grillet à travers la communication de Guillaume Rousseau (« Les Sirènes d’Un régicide d’Alain Robbe-Grillet ou la séduction évanescente du savoir fictionnel »), qui illustre bien, au fond, une sorte de « désintellectualisation » de l’image de la Sirène à l’époque contemporaine. Cette tendance se retrouve dans une certain mesure dans l’étude d’Irena Trujic (« Le savoir de celles qui sont retournées à la mer : Anne Hébert ou la mort de la Petite Sirène »), où l’on voit le mythe de la Sirène servir notamment de support à une vision pathétique de la condition féminine ; on est plus près ici d’Andersen que d’Homère... On retrouve le principe de la mise en parallèle de figures mythiques dans le très intéressant article de Gilda Tentorio (« Ambivalences du logos : de la Sirène à la Gorgona, entre dangers charmants et questions-riddle »), qui examine l’interpénétration des figures respectives de la Sirène et de la Gorgone dans la littérature néo-hellénique, à travers notamment le motif de la poseuse d’énigmes. Le volume s’achève par l’essai « ouvert » de Luigi Spina (« Le savoir qui tue, ou de l’éternel, dangereux pouvoir des Sirènes ») sur les récupérations contemporaines du mythe.

4L’ouvrage s’achève par une bibliographie générale « fourre-tout » à l’anglo-saxonne, à laquelle on aurait été en droit de préférer une bibliographie sélective centrée sur le mythe de Sirènes et sa postérité (d’autant que les références complètes à tous les travaux cités dans les différents articles figurent par ailleurs dans les notes de ces derniers), suivie des notices bibliographiques des auteurs et du résumé des articles en langues française et anglaise (ce qui est en revanche une excellente chose). Redisons-le : ce recueil est une belle réalisation, dont la conception d’ensemble donne l’exemple d’une recherche pluridisciplinaire intelligemment problématisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « Hélène Vial (dir.), Les Sirènes ou le Savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle », Pallas, 97 | 2015, 239-241.

Référence électronique

François Ripoll, « Hélène Vial (dir.), Les Sirènes ou le Savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/2401

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Professeur de langue et littérature latines
Université Toulouse Jean Jaurès
PLH-CRATA (EA 4601)
francoisripoll@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org