Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Pierre Girault, La Fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum

Glux-en-Glenne, coll. Bibracte 23, 2013
Jean-Marie Pailler
p. 242-247
Référence(s) :

Jean-Pierre Girault, La Fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum, Glux-en-Glenne, coll. Bibracte 23, 2013 (préface de M. Reddé, relecture scientifique de M. Vaginay). 176 pages, 16 planches couleur, 85 illustrations.

Texte intégral

1Enfin ! auront pensé tous ceux qui savent que le manuscrit de Jean-Pierre Girault sur la Fontaine de Loulié et la bataille d’Uxellodunum (on persistera ici à utiliser les italiques pour les mots latins, ou « gallo-latins » comme celui-ci) était prêt, pour l’essentiel, et déposé en bonnes mains depuis une dizaine d’années, puis réactualisé jusqu’en 2010. Enfin ! se sont réjouis pour la science et pour l’auteur ceux qui connaissaient l’ardeur infatigable mise par lui, depuis si longtemps, à explorer et à faire connaître, au Puy d’Issolud et en maint autre site, les richesses archéologiques du Lot : en témoignent les notices diverses qu’il a données à la Carte Archéologique du Lot (CAG 46, A. Filippini dir., collab. J.-P. Girault et al., 2010), ouvrage curieusement absent de la bibliographie (sur Vayrac et le Puy d’Issolud, p. 224-238, cf. p. 50-51 sur « la querelle d’Uxellodunum »). Jean-Pierre Girault est sans aucun doute un des derniers grands bénévoles, de ceux qui ont tant apporté à l’archéologie française, et que l’évolution a placés progressivement, comme dit un langage technocratique assez sinistre, en voie d’extinction. Nous mesurons, mais un peu tard, ce que cette évolution peut-être inévitable nous a fait perdre. C’est un hommage mérité qui lui a été rendu d’abord sur ses terres, à Vayrac, puis à Toulouse, au musée Saint-Raymond, où la présentation de ce livre a été l’occasion pour lui de recevoir les insignes de chevalier des Arts et Lettres. Gageons encore que l’inscription du site à l’Inventaire des Monuments Historiques, en novembre 2010, avec les espoirs de mise en valeur qui l’accompagnent, a été pour l’auteur une vraie joie. Il est bon, également, que soient particulièrement mentionnés, dans les pages du livre qui font connaître la longue cohorte des collaborateurs de terrain et d’expertise, les noms de Michel Vidal qui, comme Conservateur Régional de l’Archéologie, fit bien plus que donner le feu vert au projet, et de Pierre Billiant, sans cesse aux côtés de l’auteur sur la fouille comme par la réflexion et le dessin. On reviendra plus loin sur quelques concours passés sous silence dans la version qui nous est proposée. Celle-ci est visiblement le fruit de l’énorme documentation rassemblée par J.-P. Girault, passée au filtre d’une « relecture scientifique » non autrement précisée, mais à coup sûr aussi diligente que sélective.

2Ce livre de 176 pages abondamment illustrées, plus un cahier de seize planches en couleurs, est tout à la fois un ouvrage d’archéologie, d’histoire et d’historiographie. Il se décompose logiquement en cinq parties : l’étude du cadre géographique et naturel, la présentation des recherches anciennes au Puy d’Issolud, celle des recherches anciennes (avec un catalogue considérable du mobilier, p. 49-90, soit le quart de l’ouvrage) puis des recherches récentes à la Fontaine de Loulié, enfin, en forme de (trop ?) brève synthèse, « le dossier archéologique de la Fontaine de Loulié face au texte césarien ». S’ensuivent une bibliographie malheureusement incomplète, comme on verra, et des annexes dont le texte de César-Hirtius (BG, VIII, 33-44), avec la traduction de L. Constans (Belles Lettres, CUF). On pourra regretter que ce passage soit fourni brut, dans une version française certes de qualité, mais datée, et surtout sans discussion ni renvois au « dossier » qui précède : comme telle, cette longue citation est peu utile, alors que des débats aussi inépuisables qu’épuisants ne cessent précisément d’être relancés, là comme à Alésia et à Gergovie, à partir de relectures orientées de la Guerre des Gaules. C’est dans la Préface de M. Reddé (p. 10-11) qu’on trouvera des compléments sur la poliorcétique ancienne appuyés sur la comparaison avec des batailles analogues de la même époque : Alésia, Gergovie, Kalkriese... En revanche, la lecture du manuscrit inédit de J.-B. Cessac (1869) est passionnante. Cette esquisse inaboutie de publication répondait à un mandat donné par Napoléon III dès 1865, permettant à l’Empereur, comme à Cessac, de finir par situer, très justement, Uxellodunum au Puy d’Issolud. Elle n’a visiblement pas quitté l’esprit de l’auteur au cours de ses propres investigations, souvent contraintes à « fouiller une fouille » (celle de Cessac, mais aussi, hélas, les éventrements dus à A. Laurent-Bruzy de 1920 à 1941) et à en récupérer, inventorier, interpréter inlassablement les découvertes.

3Etant donné la difficulté de la tâche, il faut saluer comme un modèle le premier chapitre sur le « cadre naturel », en particulier de la Fontaine de Loulié, où les remarques débordent largement, en fait, le cadre strict des données « naturelles ». Ces quelques pages très denses combinent en effet la compétence de géologues et hydrogéologues, la sûreté des plans et coupes (dans les limites imposées par l’état des lieux à la fin du xxe siècle…) et une première esquisse de réflexion de l’auteur, croisant ces données avec celles fournies par Cessac. Il s’agit bien, dès ce moment, de comprendre le contexte et les impacts du siège mis par Hirtius et de la bataille livrée par les assiégés, y compris les galeries de captage romaines et de contre-sape gauloises : tout a commencé lorsque César, arrivé sur le site, aqua prohibere hostem coepit (BG VIII, 40)... La partie historiographique de ce deuxième chapitre n’est pas moins indispensable. Deux exemples : - l’encadré qui présente (p. 12) « les acteurs de la recherche » est sobre, synthétique, efficace (il n’y est pas précisé toutefois si Stoffel, l’aide de camp-archéologue de Napoléon III, s’est intéressé au site, ce que nous apprenons plus loin, p. 41, avec sa visite comparative des oppida du Lot et la caution très provisoire accordée par lui à Luzech, suivie d’un ralliement décidé, et décisif, à la cause du Puy d’Issolud, p. 42) ; - J.‑P. Girault n’hésite pas à citer longuement Cessac (ainsi p. 29-31 ; cf. p. 171), nous donnant à entendre une voix singulière et attachante : dans un bel article du BSEL (120, 1999 p. 131‑145 : « Mémoire rédigé par Jean-Baptiste Cessac suite à sa révocation »), il avait fait connaître, non sans empathie, les démêlés et les dernières années amères de cet homme qui a lourdement payé, après 1870, d’avoir été comme la caution archéologique du monarque déchu. On peut regretter, simple détail, que la figure 10, p. 32 (plan des fortifications de l’oppidum restitué par E. Castagné en 1875), fasse double emploi avec une planche III où les couleurs n’ajoutent que bien peu, en conservant la saveur de l’ancien (la même figure, mieux mise en valeur, orne la 4e de couverture de la CAG 46, A. Filippini dir., déjà citée). Du point de vue de l’inventaire, c’est un bilan complet, mais un « maigre bilan » (p. 39) qui est présenté, démontrant que l’oppidum n’était guère habité et certainement pas fortifié à la fin de l’âge du Fer. Il reste le nom d’Uxellodunum, gaulois s’il en fut : le redoublement sémantique (« la hauteur suprême ») indique à tout le moins une réputation de refuge possible. Ce nom eût mérité plus qu’une simple mention (ibid.), avec une référence dans la bibliographie au Sprachschatz de Holder (1896-1913) : le Dictionnaire de la langue gauloise de Delamarre (Paris, Errance, 2e éd., 2003), entre autres, fournissait au moins des points de comparaison. D’une manière générale, il faut déplorer la timidité des archéologues de l’âge du Fer à tirer parti des recherches récentes de linguistique celtique.

4Le chapitre III se focalise sur l’apport des recherches anciennes à la fontaine de Loulié. Il se décompose en deux parties : l’histoire des recherches (p. 41-48), l’inventaire détaillé du matériel mentionné plus haut. Après avoir erré de Luzech en Capdenac, la recherche se fixe au Puy d’Issolud avec P. Bial (1858) et surtout J.-B. Cessac dans les années 1860. Ces pages sont à lire à deux ou même trois degrés : longue citation des découvertes décisives de Cessac (fontaine et « galeries romaines »), illustrations parlantes grâce aux repères ajoutés par J.-P. Girault, enfin commentaire nuancé de ce dernier : « A la suite de ces recherches, le Puy est reconnu comme Uxellodunum des guerres césariennes dans l’ouvrage de Napoléon III […] L’empereur achète le terrain des découvertes et y fait aménager un nouveau lavoir […] Le terrain est nivelé et planté de vignes. Au total, les premières fouilles auront fortement mis à mal les niveaux archéologiques stratifiés, leurs dégâts s’ajoutant à ceux des carrières de travertin plus anciennes mises en évidence lors de la reprise des fouilles en 1997 » (p. 44). L’oraison funèbre de Laurent-Bruzy sera plus sévère : [de 1920 à 1941] « il n’aura écrit aucun rapport et le seul plan de ses fouilles est dressé et publié par Armand Viré en 1936 avec un compte rendu synthétique des premières et plus importantes découvertes. Il laisse par ailleurs derrière lui un terrain bouleversé et inondé » (p. 48).

5On a déjà évoqué l’inventaire produit aux pages 49 à 87. Constitué patiemment par J.‑P. Girault et P. Billiant à partir de 1993 sur la base de recherches dans des collections publiques et privées de France et d’ailleurs, il est d’une extrême richesse, témoignant de la « très longue fréquentation de la fontaine de Loulié » (p. 49)… et plus encore de l’intensité de la bataille qui s’est livrée à proximité. Quelques chiffres approximatifs, limités ici aux vestiges de la fin de l’âge du Fer, en donneront une idée : 25 tessons de céramique ; une vingtaine de fragments d’amphores (étudiées, notons-le, comme celles trouvées récemment, par L. Benquet, elle aussi absente de la bibliographie) ; ce sont en majorité des amphores vinaires Dressel 1. Et tant d’armes… Une vingtaine de pointes de lance, javelot, épieu, pilum ; sur 700 pointes de flèche retrouvées, plus de 400 sont identifiables, bon nombre d’entre elles présentées et dessinées dans ce livre. Les p. 63 à 66 fournissent à la fois ces dessins et les principes de classification retenus. Si ces derniers peuvent, par nature, toujours être soumis à révision (un classement un peu différent est présenté par G. Renoux, voir ci-dessous), il est loisible en revanche d’anticiper dès ce passage en revue, plus nettement que l’auteur ne le fait, sur les conclusions qu’il fournit plus loin : ces flèches, toutes ces flèches ont été tirées lors de la bataille, du côté gaulois (surtout, d’après le texte) aussi bien que romain. Les traits de catapulte, en revanche, sont attribuables aux tirs de barrage de tormentum de l’armée romaine (cf. BG VIII, 40 : Caesar sagittariis funditoribusque dispositis, tormentis etiam […] collocatis…) : une quarantaine sont présentés (p. 68-70) ; ce sont des traits à douille à pointe pyramidale, longs de 0,70 à 1m et pesant de 25 à 75 grammes. C’est là une documentation unique sur l’armement des combattants de cette époque, et pour une catégorie d’armes dont on sait le rôle plusieurs fois décisif au cours de la guerre des Gaules. Insistons enfin sur l’importance du mobilier métallique, tout particulièrement en fer ; mais il est ici impossible, faute de la moindre donnée chronologique, de distinguer ceux de ces objets qui ont pu faire partie de l’équipement de l’une ou l’autre armée.

6Le chapitre 4, consacré aux recherches reprises à la Fontaine de Loulié en 1993 sous la responsabilité de l’auteur, n’est pas moins riche de documents et de réflexion. La difficulté de la tâche tenait à l’état dégradé d’un vaste terrain victime, comme on l’a vu, de Laurent-Bruzy, mais aussi de dégâts des eaux, d’une exploitation de travertin, de cultures en terrasses, enfin d’agressions délictueuses plus récentes, perpétrées au détecteur de métaux. Seules, pour ce qui concerne l’âge du Fer, « quelques dizaines de mètres carrés de couches archéologiques sont encore conservées » (p. 91 et carte p. 92). Ces couches appartiennent aux « buttes » BU 1, 4 et 10 ; elles représentent environ 30 m2 sur les 4000 m2 analysés. Si les deux premières sont riches en matériel, la plus intéressante pour l’histoire du siège est la BU 10 ; nous y reviendrons. L’autre élément fort du chapitre, outre un impressionnant « Catalogue général du mobilier antique » (p. 128-146), est l’actualisation minutieuse de l’étude des galeries (p. 115-127, cf. la bonne synthèse p. 148-149). A l’initiative de César, rappelons-le, et pour réduire les assiégés par la soif, cuniculos […] agunt ad caput fontis (BG VIII, 41). C’est ce réseau de cuniculi dirigés vers la source et, au bout du compte, ad postremum, cruellement efficaces (ad postremum cuniculis uenae fontis intercisae sunt atque auersae, ibid., 43 ; notons la précision « vécue » du vocabulaire d’Hirtius, qui distingue caput fontis et uenae fontis, auersae et intercisae) que les recherches de J.-P. Girault ont achevé de mettre au jour et de démêler. Les remarquables figures 59 à 62, avec leurs commentaires, en fournissent le témoignage. Elles révèlent deux réseaux, l’un « montant », l’autre « descendant » (sens confirmé par la disposition des impacts d’outils), l’un et l’autre subdivisés en deux branches. La galerie montante G6, notamment, a été découverte sur 55 m pour un dénivelé de 10 m. Les galeries descendantes G4 et G5, restées précédemment ignorées, sont une belle découverte : ainsi que l’indique l’auteur, elles ne peuvent s’expliquer que comme des « contre-sapes » percées – en vain – par les assiégés, ce qui invalide sur ce point le récit d’Hirtius. Le combat par l’eau et par le feu a donc bien opposé des adversaires conscients de part et d’autre des forces et des faiblesses de « ceux d’en face », et cherchant à y adapter leurs actions.

7Revenons précisément à la BU 10. Ici, l’étonnement concernant une béance bibliographique se mue chez le lecteur en perplexité. Est-il possible aujourd’hui, devant un tel dossier, de passer sous silence les recherches de paléométallurgie faites en laboratoire sur plusieurs aspects majeurs de l’armement retrouvé au Puy d’Issolud, précisément grâce à la minutie des inventaires de J.-P. Girault et à son souci de s’entourer de toutes les compétences ? Le regret est d’autant plus vif qu’à ce jour Uxellodunum demeure en ce domaine un cas unique : ni Gergovie, ni Alésia, ni aucun autre champ de bataille antique n’ont donné lieu à de telles recherches, appuyées et cautionnées par les meilleurs spécialistes. Cette réalité relativise - litote - l’affirmation avancée en conclusion concernant des « armes de tir déjà bien connues par les recherches effectuées aux abords de deux autres sites de siège de la guerre des Gaules, Gergovie et Alésia » (p. 148). Armes connues ailleurs, cela est certain, mais nettement mieux connues désormais, parce qu’étudiées plus à fond, plus à cœur, au Puy d’Issolud.

8Bataille du feu, avons-nous dit. La « BU 10 » en est le vestige capital, si bien fouillé et si bien décrit p. 97-101, avec photographie, plans et coupes, et des explications exceptionnellement précises. Un seul exemple, qui fait suite à la description d’un secteur profondément rubéfié (cf. le cliché en couleurs, CAG 46, fig. 192, p. 233 : notons la qualité remarquable des trois clichés de cette même page), vestiges d’incendie où ne se sont pas retrouvés moins de 39 pointes de flèche à douille et un fer de trait de catapulte : « quatre pointes de flèche sont fichées dans le sol. La première (710-BU 10-3193) a pour orientation 104° et pour inclinaison 23/24°. La deuxième a pour orientation 80° et pour inclinaison 53°/56°. La troisième (574-BU 10-3479) a pour orientation 84° et pour inclinaison 26°. La quatrième a pour inclinaison 8° avec une orientation 102°. Ces quatre flèches ont la douille abîmée et le fer légèrement déformé. Elles résultent de tirs venus de l’ouest » (p. 101). Ces constats sont d’importance. Ils tendent à accréditer, s’il en était besoin, l’identification du champ de bataille d’Uxellodunum. Hélas, les références de deux des quatre flèches sont manquantes. Ce sont précisément celles de BU10-484 et BU10-3220. Les analyses de G. Renoux, connues dès 2001, exploitées dans la thèse de 2006 et résumées en 2010 dans la CAG 46, p. 236, montrent qu’elles ont subi l’une et l’autre un phénomène de décarburation en milieu oxydant, qui ne peut s’expliquer que par l’exposition de ces objets, non au moment de la fabrication mais lors de leur usage, à une température durablement élevée. Leur structure a en effet perdu toute la dureté, donc le redoutable pouvoir de pénétration que conférait à toutes ces pointes de flèche, selon la même étude, un vigoureux forgeage à froid. Ce n’est plus du fer aciéré très dur, mais une structure ferritique recristallisée et amollie, où la coalescence de précipités de cémentite bien visibles témoigne d’une température comprise entre 400 et 600°. Le lecteur de César-Hirtius, familier du long et rude incendie infligé pendant le siège à la tour de dix étages (turris decem tabulatorum) élevée par César (magna repente in ipsis operibus flamma exstitit, BG VIII, 42 ), voit ici les indices se transformer en preuve : avec ces flèches décarburées, nous sommes au cœur même de la bataille, et en un lieu très précis. Cette preuve, que seule l’analyse chimique et métallographique pouvait fournir, est aussi parlante que celle tirée des galeries. Connue depuis des années, il est incompréhensible qu’elle ait été omise, après relecture scientifique, dans le livre de 2013. Il en va de même de l’analyse du fer de catapulte mentionné plus haut : sans doute resté plus à l’écart des flammes, il n’a pas été décarburé, mais, en ce qui concerne son mode de fabrication, la présence sur ses bords de bainite et de martensite atteste un refroidissement brutal, probablement dû à l’usage maîtrisé d’une trempe à l’eau après forgeage (G. Renoux, F. Dabosi). L’information ici perdue ne concerne plus directement le combat, mais l’histoire des techniques. Elle n’est pas moins intéressante.

9Les réticences et regrets de ce commentaire ne retirent rien à la très grande qualité des investigations et des conclusions de J.-P. Girault. Mais pour en savoir plus, et sur des points très importants concernant la « dernière bataille de César » en Gaule, il faudra donc, après avoir lu cet ouvrage capital, ou parallèlement à cette lecture, se reporter aux divers travaux de G. Renoux, seul ou en collaboration. Ces travaux (voir ci-après) ont été publiés depuis 2001 dans des revues diverses, ce qui témoigne de l’intérêt qu’ils ont suscité : Revue de Métallurgie 2001, Bulletin Instrumentum 2002, Revue d’Archéométrie 2004, Gladius 2009, la thèse soutenue en 2006 et publiée en 2010  par les Editions Universitaires Européennes ; enfin, cette même année 2010, la contribution du même auteur (p. 235-236) intégrée à la notice de J.-P. Girault sur Vayrac dans A. Filippini dir., CAG 46 – Lot (p. 224-238). Même cette notice est négligée dans la bibliographie du volume recensé, alors que cette dernière ne mentionne pas moins de huit publications de l’auteur consacrées au site, échelonnées de 1999 à 2013.

10En vue d’une réédition complétée de cet ouvrage, on signalera enfin les points suivants. Aux manques bibliographiques déjà relevés, il faut adjoindre pour l’historiographie E. Baux, Uxellodunum en Quercy, une énigme et un symbole, dans S. Caucanas, R. Cazals et P. Payen dir., Retrouver, imaginer, utiliser l’Antiquité, Toulouse, Privat, 2001, p. 280 et suiv. Le texte contient peu de fautes (« contreverse » pour « controverse », p. 153), ce qui n’est pas le cas de la bibliographie et des références. Ainsi, p. 154, il est peu orthodoxe de placer sous le nom du traducteur et une date d’édition moderne de César, Guerre des Gaules : « Constans 1926 ». Sous Dell’Amico 1986, il faut lire Bollettino d’Arte (deux l, deux t), Archeologia Subacquea ; p. 155, sous Duval 1994 : supprimer le doublet « l’exposition exposition » ; p. 156, « La guerre des Gaules 2001 », référencé sous l’improbable lettre L, se rapporte en réalité à Napoléon III (et non « napoléon III » - malgré Hugo et son « Napoléon le petit »…), Histoire de Jules César, 1866 (rééd. 2001), signalé dans le texte comme « Bonaparte 1866 » : la damnatio memoriae du bonapartisme ne s’est décidément pas arrêtée à Cessac. Enfin, quelques noms propres sont estropiés : p. 16, l. 17, il faut lire Billiant et non Billant. Quant à l’auteur nommé par approximations successives tantôt Pailher (p. 16, l. 11), tantôt Paillier (p. 158), il s’agit en fait, après vérification, de Jean-Marie Pailler.

Haut de page

Bibliographie

Dabosi, F. et Renoux, G., 2004, L’archéométrie et les matériaux du patrimoine. Le cas de l’armement découvert à Uxellodunum (Puy d’Issolud) », Patrimoine Midi-Pyrénées, n°5, p. 56-59. 

Renoux, G., 2000, Recherches sur les armes en fer découvertes au Puy d’Issolud (Lot) : contexte archéologique et étude paléométallurgique, D.E.A en Sciences de l’Antiquité, sous la direction de J.-M. Pailler, Université de Toulouse 2.

Renoux, G., 2002, Les armes retrouvées d’Uxellodunum (Puy d’Issolud, Lot). Etude métallographique de pointes de flèche et traits de catapulte du Ier s. av. J.-C., Bulletin Instrumentum, décembre, n°16, p. 11.

Renoux, G., 2010, Les Archers de César. Recherches historiques, archéologiques et paléométallurgiques sur les archers dans l’armée romaine et leur armement du ier s. av. J.-C. au ier s. ap. J.-C. De César à Trajan, Editions Universitaires Européennes, 2 vol.

Renoux, G., 2010, Puy d’Issolud : analyse paléométallurgique de pointes de flèche et traits de catapulte, dans A. Filippini (dir.) avec la collaboration de J.-P. Girault, J.-P. Pailler et D. Rigal, Carte Archéologique de la Gaule, Lot (46), Editions Académie des Inscriptions de des Belles-Lettres, p. 235-336.

Renoux, G., Dabosi, F. et Lavaud, P., 2009, Contribution à l’histoire des techniques et de l’armement : essai de restitution du forgeage de pointes de flèche à partir de barres de fer d’époque antique, Gladius, XXIX, p. 39-70.

Renoux, G., Dabosi, F. et Pailler, J.-M., 2004, Les armes en fer d’Uxellodunum (Puy d’Issolud, Lot), dernière bataille de César en Gaule : Etude paléométallurgique de pointes de flèche et de trait de catapulte, Actes du colloque d’Archéométrie, Bordeaux 2003, Revue d’Archéométrie, 28, p. 141-152.

Renoux, G., Pailler, J.-M. et Dabosi, F., 2001, Première étude paléométallurgique des armes en fer du Puy d’Issolud (Lot), Revue de Métallurgie-CIT/Sciences et Génie des Matériaux, 98-12 (décembre), p. 1147-1158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Jean-Pierre Girault, La Fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum », Pallas, 97 | 2015, 242-247.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Jean-Pierre Girault, La Fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum », Pallas [En ligne], 97 | 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/2404

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d’histoire romaine
Université Toulouse Jean Jaurès
TRACES, UMR 5608 CNRS
pailler.jean-marie@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org