Navigation – Plan du site
I. Approches de la médecine antique

Les voix de la douleur entre médecins et malades : le témoignage de l’Antiquité

Voices of pain. The doctors and the sick: a testimony from the Antiquity
Philippe Mudry
p. 15-26

Résumés

La douleur est omniprésente dans les traités médicaux antiques dans la mesure où elle constitue un des symptômes majeurs, parfois le symptôme unique, sur quoi le médecin peut fonder diagnostic et indication thérapeutique. Mais, autrefois comme aujourd’hui, le médecin ne peut, pour l’essentiel, accéder à la douleur du malade qu’à travers la parole de ce dernier. Se pose alors la question de savoir dans quelle mesure la formulation du médecin recouvre la parole du malade. Transcription ? Interprétation ? Reformulation ? En d’autres termes, peut-on derrière la parole du médecin distinguer la voix du malade, souvent métaphorique et maladroite tant l’expression de la douleur est difficile ? Tel est l’objet de la recherche que nous conduirons à travers les trois grandes sommes de la médecine antique, Hippocrate, Galien et Celse.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Rappelons pour mémoire que la diététique antique concerne aussi bien l’hygiène, c’est-à-dire l’art (...)

1Le traité de la Médecine de Celse (1er s. ap. J.-C., époque de Tibère) comporte trois grandes divisions consacrées respectivement à la diététique1, à la pharmaceutique et à la chirurgie. Chacune de ces trois grandes divisions s’ouvre sur un historique, plus développé en ce qui concerne la diététique, plus restreint pour les deux autres parties. L’aperçu historique de la chirurgie se termine sur le célèbre portrait du chirurgien dont nous citons le passage suivant en rapport avec le sujet de notre réflexion d’aujourd’hui, à savoir l’expression de la douleur dans la littérature médicale de l’Antiquité :

  • 2 Cels., 7 praef. 4 (Esse autem chirurgus debet) misericors sic ut sanari uelit eum quem accepit non (...)

« Le chirurgien doit être assez compatissant pour vouloir la guérison du patient qu’il a pris en charge. Mais il ne doit toutefois pas, en se laissant apitoyer par ses cris, se hâter plus qu’il n’est souhaitable ni couper moins qu’il n’est nécessaire2. »

2Nous n’entrerons pas ici dans des considérations sur les conditions, et pour le médecin et pour le patient, de la pratique de la chirurgie telle que pourrait la suggérer ce charmant tableau. Remarquons simplement que nous sommes ici en présence d’un des rares témoignages dans la littérature médicale antique qui nous fasse entendre directement la voix du patient, en l’occurrence ses cris de douleur.

  • 3 Cic., Tusc. 2, 45 qui complures annos doloribus podagrae crucientur maximis : «  (des gens) qui son (...)
  • 4 Sen., epist. 67, 3. à la question que pose Lucilius de savoir si la souffrance est un bien, Sénèque (...)

3En dehors de la littérature médicale, nombreux sont les témoignages de la douleur physique exprimée par ceux-là mêmes qui l’éprouvent, malades ou blessés. Nous songeons en particulier aux gémissements du Philoctète de Sophocle que tourmente son pied blessé, aux déclarations de Cicéron qui cite comme exemple de souffrance extrême la douleur qu’inflige la goutte3, une souffrance telle que Sénèque la met au même niveau que les supplices les plus atroces comme la flagellation ou le chevalet de torture4. Mais les Discours sacrés d’Aelius Aristide restent à nos yeux le témoignage le plus riche et le plus circonstancié de l’expression de la douleur physique dans les littératures antiques. Rappelons-nous que le rhéteur de Pergame nous narre par le détail ses dix ans de maladies et de souffrances, souvent à ses yeux quasiment indicibles, dix ans partagés entre les consultations en rêves du dieu dans le temple d’Asclépios et celles des médecins établis alentours. Souffrances, espoirs et désespoirs sont décrits minutieusement, avec une extraordinaire acuité et dans un style éblouissant.

4Ce ne sont pourtant pas ces voix de la douleur, quelque riches d’enseignements qu’elles soient, qui retiendront notre attention dans la perspective de cette étude. Nous voudrions nous intéresser à l’expression de la douleur dans la littérature médicale antique, mais en tentant de retrouver la voix du patient sous la formulation du médecin.

2. Présence de la douleur

  • 5 Dans le cas de la douleur «  mordante  », mais cela vaut également pour les autres qualificatifs, l (...)

5La douleur est omniprésente dans les traités médicaux de l’Antiquité pour la simple raison qu’elle constitue le symptôme majeur, parfois même unique, qui va guider le médecin vers l’établissement du diagnostic et l’indication de la thérapie. Index et concordances nous permettent, quand ils existent, de parcourir la longue liste des mentions de la douleur chez un auteur ou dans un traité. Mais il faut garder à l’esprit que la mention de la douleur peut s’exprimer par une métaphore dans laquelle le terme de « douleur » est absent. Prenons un exemple : le substantif δῆξις (du verbe δάκνω, mordre). Il peut apparaître seul pour désigner une douleur « mordante », donnant la sensation d’une morsure. Son repérage par index ou concordance demande qu’on soit averti au préalable de son emploi métaphorique5.

6On a souvent dit que le malade est le grand muet de la littérature médicale à quelque époque que ce soit. La parole est le monopole du médecin. C’est que, dans la relation malade – médecin, le malade est en quelque sorte dépossédé de sa maladie au profit du médecin, dépositaire du savoir. La seule chose qui reste inaccessible au médecin et demeure la propriété exclusive du malade est la douleur, sa douleur. Malgré l’extraordinaire progrès des connaissances et des moyens techniques à sa disposition, aujourd’hui comme autrefois le médecin ne peut accéder directement à la douleur de son patient. Seul ce dernier, à l’exclusion de toute autre personne, peut localiser sa douleur, tenter de la décrire et de la mesurer. La parole de son patient est pour le médecin la seule porte d’accès à sa douleur. Il revient ensuite au médecin la tâche difficile d’interpréter cette parole pour identifier la douleur et l’intégrer dans son appréhension du cas particulier. Et c’est sous la forme que lui donne l’interprétation du médecin que la voix du patient apparaît dans la littérature médicale. Nous voudrions donc à travers et au-delà de la voix du médecin tenter de discerner celle du malade.

7Nous avons tous l’expérience de la difficulté, parfois insurmontable, qu’il y a à exprimer la douleur que l’on ressent. Comme telle, la douleur est indicible. Elle ne peut se dire qu’à l’aide de comparaisons ou de métaphores plus ou moins pertinentes. C’est « quelque chose » ou « comme quelque chose » qui nous « vrille la tête », nous « brûle l’estomac », nous « tord le ventre ». Ce sont des « coups de marteau qu’on nous assène », des « tenailles qui nous déchirent ». Tout médecin pourrait nous énumérer une très longue liste du lexique imagé de la douleur auquel recourent les patients.

  • 6 Gal., loc. aff. 8, 81 K δύνη ώς τρυπάν δοκεν διατιτρσθαι κατ τ βάθος τς κοιλίας.

8Galien nous donne d’ailleurs lui-même un exemple caractéristique du recours quasi nécessaire du malade à la métaphore pour décrire sa souffrance. En proie à de violentes douleurs à l’abdomen, c’est en tant que malade et non plus en tant que médecin qu’il tente de décrire la douleur qui le torture : « c’était une douleur au fond du ventre comme si on me perforait avec un trépan6 ».

  • 7 Jules Romains, Knock ou le Triomphe de la médecine, acte 2, scène 1.

9C’est cette difficulté à décrire la douleur autrement que sur un mode métaphorique qu’illustre sur le ton de la parodie comique la fameuse réplique du Dr Knock : « est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous grattouille ?7 ». Et c’est cette même difficulté que les médecins aujourd’hui essaient de contourner en demandant au malade non pas de décrire sa douleur mais de la situer sur une échelle d’intensité qui remplace la formulation verbale par des chiffres. La parole est évincée : elle se réduit à l’indication d’un chiffre, laquelle d’ailleurs peut être muette et se borner à un geste du malade sur une tabelle.

3. Témoignages grecs : Hippocrate, Galien, Soran

  • 8 Hipp. , epid. 3, 17, 6 πυρετός… ὀξύς μετὰ πόνου.

10Mais revenons à nos traités médicaux et pour commencer à la Collection hippocratique. Dans la grande majorité des cas, l’auteur hippocratique mentionne simplement la présence de la douleur qu’il n’accompagne d’aucune qualification particulière. Ce sont des formules comme « il survient une douleur », « l’homme éprouva une douleur », ou encore « il fut pris d’une fièvre aiguë accompagnée de douleur8 ». Quand il arrive que cette mention de la douleur soit accompagnée d’une caractérisation, il s’agit d’ordinaire uniquement d’une indication de son intensité (par exemple une douleur forte ἰσχυρός, aiguë ὀξύς, extrême ἔσχατος) ou de sa durée (par exemple une douleur continue συνεχής ou intermittente διαλείπων). Cela ne signifie assurément pas que le malade n’a rien dit d’autre de sa douleur à son médecin, qu’il n’a pas tenté de la décrire avec les seuls moyens à sa disposition, comparaisons ou métaphores. Mais le médecin n’a pas jugé bon de les retenir, probablement parce qu’il jugeait ces formulations, peut-être maladroites ou hésitantes, ni pertinentes ni significatives dans son appréhension de la maladie et son effort de détermination du diagnostic. Seule l’intéressait dans son optique la présence de la douleur, éventuellement son intensité, non pas ses diverses modalités.

  • 9 Gal., loc. aff. 8, 1-377 K.
  • 10 Ibid. 8, 86 K τοῦτο (i.e. τὰ τῶν ἀλγημάτων εἴδη) γὰρ μάλιστα προὐθέμην ἐν τῷδε τῷ γράμματι διασκέψα (...)

11Bien plus variée nous apparaît l’expression de la douleur dans l’œuvre de Galien, l’autre grand monument de la littérature médicale antique. Quelque six cents ans après Hippocrate, Galien, rappelons-le, est l’auteur d’une œuvre immense qui, dans la seule édition complète à ce jour, celle de Kühn (1821-1833), édition bilingue avec traduction en latin, comprend vingt volumes de presque mille pages chacun. Dans cette œuvre énorme et foisonnante, nous nous sommes limité dans notre propos d’aujourd’hui au traité De locis affectis (Περὶ πεπονθότων τόπων)9 pour la raison que la douleur dans ses diverses manifestations y constitue un des principaux centres d’intérêt de l’auteur : « j’en reviens maintenant aux différents types de douleur dont l’étude a représenté pour moi le projet majeur de ce livre10 ».

12Dès les premières pages, on découvre l’extraordinaire palette de qualificatifs déployée par Galien pour évoquer, décrire et identifier la douleur du patient. Nous en citons ci-après quelques-uns accompagnés de la traduction latine de Kühn. La douleur peut être : ναρκώδης stupidus, torpidus, δακνώδης mordax, διαβρώτικος erodens, αὐστηρός austerus, στύφων adstringens, σφυγματώδης pulsatorius, διαίσσων emicans, τονώδης tensiuus, νυγματωδής punctorius. Et la liste n’est pas exhaustive.

13Il est vrai que certains de ces termes ne sont pas inconnus des auteurs hippocratiques. Mais ils apparaissent rarement sous leur plume et quand on les rencontre, c’est quasiment toujours, à notre connaissance, dans d’autres emplois que celui de qualifier une douleur. Chez Galien en revanche, il s’agit d’un usage systématique reflétant un effort permanent dans la recherche de la précision descriptive. Cela ne va d’ailleurs pas sans poser de difficiles problèmes au traducteur. En voici quelques exemples :

14Qu’est-ce qu’une douleur ναρκώδης ? La traduction latine (torpidus ou stupidus) est un calque sémantique rendant la notion d’« engourdi » exprimée par le terme grec. Mais qu’est-ce qu’une douleur engourdie ? Nous traduirions volontiers par « une douleur sourde », en nous référant à la définition de Littré : « qui ne se fait pas sentir de façon aiguë ».

  • 11 8, 88 K.

15Autre exemple : qu’est-ce qu’une douleur αὐστηρός ? στύφων καὶ αὐτηρός dit le texte de Galien11, adstringens et austerus selon la traduction latine de Kühn. Même si le premier qualificatif στύφων présente un sens assez évident, « qui resserre, qui contracte », sa traduction n’est pas si aisée. Peut-on parler de douleur « astringente » ? Ou faut-il recourir à une périphrase comme « qui donne une sensation de serrement, d’oppression » ? à propos du second qualificatif αὐστηρός, pour lequel le calque latin de Kühn austerus n’est guère utile au traducteur, la question se pose de savoir si ce terme se réfère à l’intensité de la douleur ou plutôt à sa qualité ? Dans le premier cas, nous pourrions traduire par « une douleur sévère ». Mais dans cette occurrence précise, son association avec le qualificatif descriptif στύφων nous ferait plutôt pencher vers une interprétation qualitative. Nous proposerions donc volontiers de traduire par « une douleur âpre », par quoi il faut comprendre une douleur pénible à supporter.

  • 12 Gal., 8, 94 K δ διαίσσων πόνος ἐστὶν ὅταν ὥσπερ ἀπὸ ῥίζης ἀρχόμενος τοῦ πρωτοπαθοῦντος μορίου φέ (...)

16Galien pressent la difficulté qu’aura son lecteur (ou son auditeur) à saisir précisément le sens du qualificatif qu’il emploie. Aussi s’efforce-t-il souvent d’en donner une définition. C’est le cas du terme διαίσσων (emicans Kühn) qu’il explicite ainsi : « douleur partant comme d’une racine de la partie du corps affectée en premier et s’étendant rapidement aux régions voisines12 ». Au vu de cette définition, nous proposerions volontiers de traduire ce terme par « irradiant » (une douleur irradiante), c’est-à-dire « partant d’un centre » (Larousse).

  • 13 Gal., 8, 86 K τῆς μὲν οἷον ῥίζης τοῦ πάθους κατὰ τὸ νύττεσθαι δοκοῦν ἐρηρεισμένης, ἐκτεινομένης δ᾽ἐ (...)
  • 14 Le terme de pleuritis est utilisé chez les médecins anciens dans une acception qui ne recouvre que (...)

17C’est aussi le cas du qualificatif νυγματώδης (punctorius Kühn) dont Galien s’emploie, quelque peu laborieusement il est vrai, à éclaircir le sens13. Selon sa définition, cette douleur se manifeste sous deux aspects : d’une part la sensation d’être transpercé par une pointe sur un point précis qui est, dit Galien, « comme la racine » du mal, d’autre part la diffusion de la douleur en un large cercle autour de ce point. C’est, ajoute Galien, de l’avis unanime des médecins la douleur typique de la pleuritis14.

  • 15 Soran, Maladies des femmes 3, 7 (t. 3, p. 33, l. 13 CUF) πόνοι νυγματώδεις. Cf. aussi 3, 11 (t. 3, (...)

18Ce qualificatif νυγματώδης apparaît déjà à plusieurs reprises avant Galien dans le traité des Maladies des femmes de Soran (1er s. ap. J.-C.) pour qualifier un certain type de douleur. Dans son édition de la CUF (Belles Lettres), Danielle Gourevitch s’inspire du sens du substantif νύγµη (la piqûre, le fait de percer avec une pointe) dont dérive l’adjectif pour oser à son tour une jolie traduction métaphorique : une douleur « en coup de poignard15 ». On pourrait aussi dire une douleur « lancinante ».

  • 16 Cels., 5, 26, 10 une blessure au foie provoque «  des élancements douloureux jusqu’à la clavicule   (...)

19Toujours à propos de cette douleur qualifiée de νυγματώδης « en coup de poignard », notons que le médecin latin Celse utilise la même métaphore, certainement sur le modèle du grec, en recourant au substantif punctio (du verbe pungere percer, piquer) pour décrire ce type de douleur. Ce peut être à propos d’une blessure au foie, d’un abcès interne, d’une fistule ou encore d’une fracture (bras, cuisse, vertèbre)16.

  • 17 Gal., loc. aff. 8, 75 K φλεγμονῆς μεγάλης γενομένης ἢ ἐρυσιπέλατος ἢ ἀποστήματος αἰσθανόμεθα σὺν ὀδ (...)

20Si νυγματώδης décrit la douleur typique de la pleuritis, le qualificatif σφυγματώδης (pulsatorius Kühn) décrit, toujours selon Galien, le type de douleur caractéristique de l’inflammation et de quelques autres affections. La métaphore est fondée sur les battements du pouls (σφυγμός), battements qui, selon Galien, « sont ressentis douloureusement quand l’inflammation, l’érysipèle ou l’abcès se sont développés17 ».

  • 18 Gal., loc. aff. 8, 716 K.
  • 19 Soran, Maladies des femmes 3, 4 (t. 3, p. 18, l. 14 CUF) πόνος τε τοῦ πάσχοντος μέρους καὶ παλμός. (...)

21À en croire Galien18, il règne une certaine confusion dans la tradition médicale sur la dénomination du pouls entre σφυγμός et παλμός, certains médecins réservant le terme σφυγμός aux manifestations douloureuses en rapport avec l’inflammation. Sans entrer dans une discussion à ce sujet, bornons-nous en ce qui nous concerne à constater que la même ambiguïté concerne la dénomination de la douleur qui se manifeste dans le cas de l’inflammation. Si Galien, à notre connaissance, semble privilégier le terme σφυγμός et l’adjectif dérivé σφυγματώδης, Soran utilise également le substantif παλμός pour désigner, dans le cas de l’inflammation, ce qui nous paraît être sinon le même type de douleur, du moins une douleur analogue dans la mesure où par sa dénomination même elle est en relation avec le pouls, le battement des artères19.

  • 20 Cf. 8, 82 K οἲ ἰατροὶ σχέδον ἅπαντες. Cf. aussi 8, 86 K ; 8, 93 K et passim.

22Il serait particulièrement intéressant de poursuivre cette recherche lexicologique sur les différents termes destinés à définir les divers types de douleurs chez les médecins anciens, une étude systématique sur ce sujet n’ayant, à notre connaissance, pas encore été menée. Selon Galien20, il semble bien que, pour certains termes au moins, il existe un consensus, un usage commun parmi les médecins. Mais outre le fait qu’une telle investigation dépasserait de loin le cadre de la présente étude, notre propos, comme nous l’avons précisé plus haut, consiste plutôt à tenter de retrouver, à partir de ces quelques exemples, la voix du malade sous celle du médecin.

23Les termes auxquels recourent Galien et Soran, puisque ce sont les médecins que nous avons cités, pour définir les différents types de douleur constituent de toute évidence des formulations techniques par lesquelles le médecin s’efforce de transcrire « scientifiquement » la parole du malade. Elles appartiennent à cette nomenclature de la douleur que les médecins, et Galien en premier lieu, s’efforcent d’élaborer pour mettre à disposition de leur art un système de référence clair et objectif et une sorte de classification de la douleur.

  • 21 Gal., loc. aff. 8, 83 K τ μν δ τοιατα τν λγημάτων ς π τρυπάνου φαίνεται γινόμενα, τν καμν (...)

24Galien nous donne lui-même un exemple du langage imagé et métaphorique du malade à propos d’une violente douleur au ventre qu’il a lui-même éprouvée avec une sensation semblable à une perforation par un trépan, ce qui lui a fait croire d’abord à tort à la présence d’un calcul dans un des uretères. C’est exactement ainsi, dit Galien, par cette comparaison avec un trépan qui vous perfore le ventre, que les malades eux-mêmes décrivent ce type de douleur, alors que d’autres la comparent à la sensation d’un pieu fiché dans le ventre21. Il est tout à fait révélateur de constater que lorsque Galien cesse d’être médecin pour devenir le malade, il adopte naturellement le langage du malade. La formulation de Galien montre d’ailleurs qu’il reprend les paroles mêmes du malade : cela « paraît comme (φαίνεται ὡς) sous l’effet d’un trépan », « cela paraît comme un pieu fiché dans le ventre ». Le malade ne peut exprimer sa douleur qu’à l’aide d’une comparaison concrète sur laquelle le médecin se fondera pour la définir et l’identifier par un terme technique. Ici nous entendons – et cela est émouvant – la voix même du malade qui nous parvient de façon étonnamment proche, car si semblable à ce qu’un médecin peut entendre aujourd’hui encore dans son cabinet. Il est vraisemblable que dans bien des cas lorsque la douleur du patient est formulée explicitement sous la forme d’une comparaison, le médecin rapporte la parole même du patient, ou plutôt des patients, car il y a fort à parier que les patients usent de comparaisons dont la variété n’est pas infinie, qui doivent donc être toujours plus ou moins les mêmes. C’est d’ailleurs ce que dit Galien quand il remarque, à propos du trépan qui perfore les chairs, que c’est ainsi que les malades s’expriment.

  • 22 Cels., 5, 28, 2 A circa locum aliqua quasi puncta sentiuntur. Sur l’affection appelée carcinoma, vo (...)

25La constatation est la même en latin dans le traité de Celse. Dans l’affection appelée carcinoma, le patient ressent « comme des points » autour de la partie affectée22. Le terme punctum – dont c’est d’ailleurs la seule occurrence dans tout le traité – n’appartient de toute évidence pas au lexique technique de la médecine, contrairement à punctio qui chez Celse n’est jamais accompagné d’un terme marquant qu’il s’agit d’une comparaison. Punctum représente la parole du malade qui essaie d’exprimer au mieux sa douleur par une comparaison. Punctio en revanche est devenu le terme technique par lequel le médecin désigne ce type de douleur.

  • 23 Cels., 8, 70, 7 I fractura quibusdam uelut aculeis carnem uexat.

26Autre exemple tiré du traité De la médecine dans lequel on entend directement la voix du malade, en l’occurrence du blessé. Quelquefois, dit Celse, « une fracture tourmente les chairs comme avec des sortes d’aiguillons23 ». La voix du patient est encore plus perceptible ici dans son effort pathétique pour tenter de trouver l’image concrète qui corresponde le mieux à ce qu’il ressent, un effort que révèle l’accumulation des marqueurs de la comparaison « comme avec des sortes de » quibusdam uelut. C’est le blessé qu’on entend ici, non pas le médecin.

  • 24 Gal., loc. aff. 8, 103 K.

27Cette intrusion du malade ou du blessé dans le traité médical ne constitue pas la règle. Dans la grande majorité des cas, il faut chercher la voix du patient derrière la transcription qu’en a faite le médecin. Il est évident, par exemple, que lorsque Galien parle d’une « douleur pulsatile » πόνος σφυγματώδης, ce n’est pas là le terme qu’a dû employer le malade pour décrire sa douleur. Mais on imagine facilement qu’il a pu chercher à exprimer ce battement douloureux par une expression métaphorique comme nous dirions aujourd’hui « ça tape », et que, pour prendre encore un autre exemple, derrière le qualificatif τονώδης (tensiuus Kühn)24, on devine que le malade a pu dire à son médecin quelque chose comme « ça tire ».

4. La parole du malade

  • 25 Gal., loc. aff. 8, 41 K ώς δὲ καὶ πυνθανομένῳ μοι καὶ περὶ τῆς κατὰ τὴν ὀδύνην ἰδέας ἔφη δακνώδη τι (...)

28On voit par là l’importance primordiale du dialogue médecin – malade, seul moyen pour le médecin, comme nous l’avons dit plus haut, d’appréhender la douleur de son patient. Rappelons à ce propos que la douleur représente un indicateur essentiel, parfois unique, dans la détermination du diagnostic. Aussi n’est-il pas étonnant de voir Galien s’enquérir avec beaucoup d’attention auprès de son patient des douleurs qu’il ressent en lui demandant de les préciser le mieux possible. Tel est le cas, pour prendre un exemple parmi d’autres, de ce malade dont Galien voyait l’état s’aggraver ou s’améliorer en fonction de changements apportés à son régime. C’est en demandant à son patient de décrire « le genre de douleur » qu’il ressentait que Galien nous dit être parvenu à formuler un diagnostic exact et à prescrire la médication salutaire. Telle que nous la rapporte Galien, la réponse du malade qui dans ce cas précis qualifie sa douleur de δακνώδης, une douleur « mordante », ne représente pas forcément la parole exacte du malade, mais son interprétation technique par le praticien qui l’insère sous la rubrique δακνώδης dans son système de référence25.

  • 26 Sur l’école méthodique, voir notamment Pigeaud, 1991 et Gourevitch, 1991. L’École méthodique ne peu (...)
  • 27 Mudry, 2003.
  • 28 Cels., préf. 65 qui pecoribus et iumentis medentur cum propria cuiusque ex mutis animalibus nosse n (...)
  • 29 Cels., préf. 65 quia singulis summa cura consulere non sustinent.
  • 30 L’hôpital, comme lieu où l’on dispense des soins, est une institution chrétienne fondée sur un idéa (...)

29Cette attention à la parole du malade, quelque maladroit, hésitant ou approximatif que puisse être l’effort de ce dernier pour exprimer au mieux une douleur parfois tellement indicible, postule nécessairement la présence assidue du médecin auprès du malade, une présence qui s’inscrit dans la tradition médicale grecque depuis Hippocrate, quelle que soit l’école dont peut se réclamer le médecin. Il y a pourtant une exception à cette médecine de la parole partagée entre médecin et malade : celle de l’École méthodique, qui fleurit au ier siècle ap. J.-C., avec des représentants comme Thémison ou Thessalos26. Les médecins méthodiques, du moins les plus fondamentalistes d’entre eux, sont indifférents à la parole du malade qu’ils ne sollicitent même pas. Seuls comptent pour l’indication du traitement les caractères communs de l’affection, relâchée ou resserrée, qui sont appréhendés par le regard. C’est ce que nous avons appelé « le regard souverain ou la médecine de l’évidence27 ». La parole en est totalement évincée. Aussi n’est-il pas étonnant que dans sa présentation des écoles médicales, Celse, par ailleurs très critique envers cette doctrine, qualifie cette médecine de bonne pour les animaux puisque ces derniers sont privés de la parole28. Celse ajoute, et la remarque est instructive sur la société romaine, que ce type de médecine convient également aux grands hôpitaux (ampla ualetudinaria) dans lesquels le médecin n’a pas le loisir d’accorder toute son attention à chaque malade en particulier29. Si les animaux sont muets, les malades des grands hôpitaux, en l’occurrence essentiellement les esclaves à qui ces hôpitaux sont destinés, le sont aussi. Les priver de l’écoute du médecin revient ipso facto à les priver de la parole30. Ce ne sont pas eux qui peuvent exposer au médecin le détail de leurs douleurs !

5. Témoignage latin : Celse

  • 31 Cels., 5, 28, 11 A.
  • 32 Cels., 5, 28, 10. Celse semble apprécier la forme de l’hendiadys pour désigner une modalité particu (...)

30Cette référence à la préface de Celse nous amène, comme dernier volet de notre enquête, à nous interroger sur les voix de la douleur dans son traité De la médecine qui constitue, avec Hippocrate et Galien, une des trois sommes de la médecine antique. S’agissant, comme pour le De locis affectis de Galien, d’un traité à visée essentiellement thérapeutique, il n’est pas surprenant que la douleur, dans la mesure où elle constitue un élément essentiel du diagnostic et donc de l’indication thérapeutique, y soit particulièrement présente. On y relève, en effet, près de deux cents mentions du terme dolor, sans compter, comme nous le verrons, les autres formulations de la douleur. Mais pour l’évoquer, Celse ne déploie pas, et de loin, une palette descriptive aussi variée que celle que nous avons pu voir, même si ce n’était qu’un échantillon, chez Galien ou chez Soran. Comme nous l’avons constaté à propos d’Hippocrate, Celse retient essentiellement l’intensité de la douleur et, à l’inverse de Galien, dit très peu de chose de ses diverses modalités. Tout au plus évoque-t-il épisodiquement des douleurs lancinantes en « coups de poignard », punctiones31, ou comme dans le cas d’un abcès, « une douleur et une tension très fortes », dolor distentioque uehemens32, des notations qui correspondent très vraisemblablement aux qualificatifs νυγματώδης et τονώδης qui devaient se trouver dans la source de Celse.

  • 33 Cels., 4, 13, 1-2.

31Les raisons de cet apparent non-intérêt envers les aspects de la douleur nous paraissent être de différents ordres. Cela tient en premier lieu, nous semble-t-il, au fait que le traité de Celse est à caractère encyclopédique : présentant sous ses trois divisions (diététique, pharmaceutique, chirurgie) l’ensemble des doctrines thérapeutiques depuis Hippocrate jusqu’à son époque en passant par les médecins alexandrins, Celse est contraint à une certaine concision. De longs développements sur les types de douleur propres à chaque affection ne peuvent vraisemblablement trouver place dans l’économie de l’ouvrage. Une échelle d’intensité lui suffit. Typique est à cet égard le développement que Celse réserve à la pleuritis par rapport à celui de Galien dans le traité De locis affectis (voir supra note 13). Nulle trace chez Celse d’une volonté de décrire précisément la douleur que ressent le malade, contrairement à Galien qui parle d’une douleur en coup de poignard νυγματώδης, caractéristique, dit-il, de cette affection. Celse parle simplement d’« une douleur de côté » (dolor lateris) accompagnée de toux. Cette douleur parfois peut être forte (magnus dolor)33. En dehors de ces deux notations, rien d’autre chez Celse sur la douleur de la pleuritis.

32Une autre raison tient au fait que ce traité n’est pas destiné spécifiquement à un public de médecins. Rappelons-nous que le projet encyclopédique de Celse, unitaire dans sa conception, englobait plusieurs disciplines en une sorte de modèle idéal d’éducation : en plus de la médecine, la rhétorique, le droit, l’art militaire, l’agriculture et peut-être la philosophie. Seule la partie consacrée à la médecine nous est parvenue. La disparition des autres disciplines en focalisant le regard de la tradition sur ce seul ouvrage a pu faire croire que Celse était médecin, cela d’autant plus que la qualité de l’information dont témoigne ce traité s’ajoutant au fait qu’à plusieurs reprises Celse dit « je » en semblant se référer à une expérience personnelle, pouvait constituer un argument supplémentaire en faveur de cette hypothèse. Mais cela signifierait que Celse exerçait également les professions d’agriculteur, de stratège militaire, de juriste, de rhéteur et peut-être de philosophe, car il n’y a pas de raison de penser que les autres parties de l’encyclopédie étaient d’une qualité inférieure à celle qui nous a été conservée. N’étant donc vraisemblablement pas médecin et n’écrivant pas pour les médecins – ce que confirme le fait que ce traité est resté tout à fait ignoré des médecins – Celse dans la description des symptômes des diverses affections retient simplement la présence plus ou moins intense de la douleur en laissant délibérément de côté, à quelques exceptions près, les subtilités d’une classification technique qu’il pouvait éventuellement trouver dans ses sources et qu’il jugeait plus propres à intéresser les médecins que les profanes.

  • 34 On rencontre bien sûr dans le traité de Celse des exceptions comme les deux que nous avons citées p (...)

33Celse ne dispose donc vraisemblablement pas de l’expérience pratique directe de la consultation médicale. Est-ce à dire que ces voix croisées du malade et du médecin dans l’expression de la douleur, qu’on perçoit si proches chez un Galien ou un Soran, sont absentes dans le traité de Celse ? Au vu de ce qui précède, on serait tenté de répondre par l’affirmative, du moins en ce qui concerne le domaine médical proprement dit. On n’y perçoit généralement pas dans l’expression de la douleur ce dialogue direct malade – médecin si explicite chez Galien ou Soran, pour ne citer qu’eux34. Il y a pourtant dans le traité de Celse une proximité entre l’auteur et le malade, notamment à propos de la douleur, qui prend des formes nouvelles par rapport à la tradition médicale grecque.

34Nous pensons en particulier au lexique émotionnellement très marqué auquel Celse recourt dans le cas de certaines affections pour marquer l’intensité, parfois insupportable, de la douleur qu’elles entraînent.

  • 35 Cels., 6, 9, 1 In dentium autem dolore qui ipse quoque maximis tormentis adnumerari potest.

35Prenons, comme premier exemple, le cas apparemment banal d’une rage de dents. Avant de passer aux diverses médications possibles, Celse la définit simplement comme « douleur dentaire » dentium dolor, qui est à la fois la désignation et le symptôme du mal. Mais il ajoute aussitôt à propos de cette douleur « qu’elle peut être comptée au nombre des plus grands supplices35 ». Si la première notation représente le constat médical que nous dirions volontiers technique et neutre, la seconde résonne comme une sorte de commentaire off dans lequel l’auteur médical – nous ne disons pas le médecin – est impliqué affectivement. Le substantif tormentum désigne au sens propre l’instrument de torture dont l’étymologie (torquere, tordre) laisse clairement entendre et le mode d’emploi et les redoutables effets.

  • 36 Cels., 5, 27, 2 C miserrimum genus morbi in quo simul aeger et siti et aquae metu cruciatur.
  • 37 Voir supra note 3.

36Le second exemple concerne aussi la rage. Mais cette fois-ci il ne s’agit plus des dents, mais de l’affection provoquée par la morsure d’un animal enragé que les médecins anciens appelaient aussi hydrophobie. Celse la considère comme « une maladie particulièrement digne de pitié dans laquelle le malade est crucifié à la fois par la soif et par la terreur de l’eau36 ». Comme dans le cas précédent, l’indication des symptômes spectaculaires du mal, soif et impossibilité de boire, s’accompagne d’un commentaire à la coloration affective très forte : d’abord le superlatif miserrimum « particulièrement digne de pitié, de compassion », qui marque comme une participation de l’auteur au malheur qu’il décrit, puis la violence expressive du verbe cruciare, « crucifier », pour représenter l’intolérable douleur qu’inflige cette affection. Il ne nous paraîtrait pas juste de banaliser le sens de cruciare pour en faire une sorte de synonyme de dolere relevant du jeu de la variation rhétorique. Même si dans d’autres contextes le sens premier de cruciare a pu s’estomper dans ses emplois métaphoriques, la présence de ce terme dans la description de la douleur qu’inflige la rage nous paraît à la fois faire écho aux plaintes et aux gémissements pitoyables (cf. miserrimum) de la malheureuse victime et exprimer la profonde émotion, quasiment l’horreur que le spectacle de ce véritable supplice, semblable à une mise en croix, éveille chez Celse. En somme, aux voix croisées du médecin et du malade, telles que nous les avons perçues chez Galien et Soran, s’ajoute ici – et c’est une nouveauté par rapport à la tradition des textes médicaux grecs – la voix du public, celle du profane beaucoup plus accessible à l’émotion que provoque le spectacle de la souffrance que ne l’est le médecin dont c’est là le lot quotidien. Souvenons-nous du véritable cri du cœur de Cicéron qui recourt lui aussi à la métaphore de la crucifixion pour exprimer les terribles douleurs qu’inflige la goutte (podagre)37.

  • 38 Sur cette présence de l’émotion dans le traité de Celse, voir Mudry, 2005.

37Aussi n’est-il pas étonnant que le lexique émotionnel dont nous trouvons de nombreux autres exemples dans le traité de Celse38 soit absent, à notre connaissance, de la littérature médicale grecque dans la mesure où celle-ci, contrairement à l’ouvrage de Celse, est l’œuvre de praticiens professionnels. Révélateur à cet égard est le portrait du chirurgien que nous avons cité en tête de cette étude. La mention si pathétique des cris du patient sous le scalpel du chirurgien est unique dans la littérature médicale de l’Antiquité. Elle ne pouvait être que le fait d’un profane à la fois effrayé et bouleversé par la douleur qu’entraîne le geste chirurgical. Cela ne signifie pas que le médecin est fermé à toute émotion devant le spectacle de la souffrance. Mais cette émotion doit être sinon ignorée du moins dominée, comme le dit si bien Celse, pour ne pas contrarier le bon déroulement de l’intervention et son efficacité.

6. Conclusion

  • 39 Cette étude est l’amorce d’une recherche sur l’expression de la douleur que nous voudrions étendre (...)

38En conclusion de ce trop bref itinéraire39 à travers la littérature médicale antique, grecque et latine, à la recherche de la parole de tous ces malades et blessés anonymes qui ont tenté de décrire leur souffrance au médecin, nous dirons que leur voix n’est ni absente ni perdue. Même fondue dans celle du médecin, même masquée sous la formulation technique, elle n’en demeure pas moins perceptible. A condition de tendre l’oreille.

Haut de page

Bibliographie

Agrimi, J. et Crisciani, C., 1995, Charité et assistance dans la civilisation chrétienne médiévale, dans M. D. Grmek et B. Fantini (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 1, Antiquité et Moyen Age, Paris, p. 151-174, en part. p. 161-170.

Gourevitch, D., 1991, La pratique méthodique. Définition de la maladie, indication et traitement, dans Ph. Mudry et J. Pigeaud, Les écoles médicales à Rome, Genève-Nantes, p. 51-81.

Grimaudo, S., 2008, Difendere la salute. Igiene e disciplina del soggetto nel « De sanitate tuenda » di Galeno, Napoli.

Grmek, M. D., 1983, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris.

Mudry, Ph., 2003, Le regard souverain ou la médecine de l’évidence, dans I. Boehm et P. Luccioni (dir.), Les cinq sens dans la médecine de l’époque impériale : sources et développements, Lyon, p. 31-38.

Mudry, Ph., 2005, Pour une rhétorique de la description des maladies. L’exemple de « La médecine » de Celse, dans M. Armisen (dir.), « Demonstrare ». Voir et faire voir : formes de la démonstration à Rome, Pallas 69, p. 321-330.

Pigeaud, J., 1991, Les fondements du méthodisme, dans Ph. Mudry et J. Pigeaud (dir.), Les écoles médicales à Rome, Genève-Nantes, p. 7-50.

Romains, J., 1923, Knock ou le Triomphe de la médecine, Paris

Wöhrle, G., 1990, Studien zur Theorie der antiken Gesundheitslehre, Stuttgart.

éditions de référence (textes médicaux anciens)

Celse, De medicina, éd. F. Marx, Corpus Medicorum Latinorum 1, Leipzig, 1915.

Galien, De locis affectis, éd. K. G. Kühn, Galeni opera omnia, 1821-1833, t. 8, p. 1-452.

Soran d’éphèse, Maladies des femmes, Livre III, éd. P. Burguière, D. Gourevitch et Y. Malinas, Paris, Belles Lettres, CUF, 1994.

Haut de page

Notes

1 Rappelons pour mémoire que la diététique antique concerne aussi bien l’hygiène, c’est-à-dire l’art de préserver la santé, que la thérapeutique des maladies. Elle agit sur le régime alimentaire mais aussi sur l’ensemble du mode de vie par des moyens comme l’exercice physique, les bains, la saignée, la purgation, les massages, etc. Sur l’hygiène, voir Wöhrle, 1990 et l’étude récente de Grimaudo, 2008. Pour une vue d’ensemble des maladies et de leurs traitements, Grmek, 1983 et Deroux (éd.), 1998.

2 Cels., 7 praef. 4 (Esse autem chirurgus debet) misericors sic ut sanari uelit eum quem accepit non ut clamore eius motus uel magis quam res desiderat properet uel minus quam necesse est secet. Nous citons Celse d’après la dernière édition critique complète qui remonte désormais à près d’un siècle, Marx, 1915.

3 Cic., Tusc. 2, 45 qui complures annos doloribus podagrae crucientur maximis : «  (des gens) qui sont crucifiés pendant de nombreuses années par les énormes douleurs de la goutte  ».

4 Sen., epist. 67, 3. à la question que pose Lucilius de savoir si la souffrance est un bien, Sénèque répond qu’on n’a jamais vu quelqu’un manifester de la reconnaissance pour «  avoir été déchiré par les fouets, tordu par la goutte, écartelé sur le chevalet  », quod flagellis caesus esset, aut podagra distortus aut eculeo longior factus.

5 Dans le cas de la douleur «  mordante  », mais cela vaut également pour les autres qualificatifs, les médecins peuvent exprimer ce type de douleur de trois façons : soit par le seul substantif δξις (par ex. Galien, loc. aff. 8, 42 K τν τε δήξεων παύσατο «  apaisa les douleurs mordantes  »), soit en adjoignant à δξις sous forme d’hendiadys un substantif signifiant la douleur (p. ex. Soran, Maladies des femmes 3, 13 (t. 3, p. 47, l. 18 CUF) ἀνεὺ δήξεως καὶ ἀλγήματος «  sans douleur mordante  », litt. «  sans morsure ni douleur  »), soit enfin par l’adjectif δακνώδης qualifiant un des nombreux substantifs désignant la douleur (ἄλγος, ἄλγημα, πόνος, ὀδύνη, etc.), ce qui représente la formulation la plus courante (p. ex. Galien, loc. aff. 8, 41 K δ λγήματα δακνώδη «  à cause de douleurs mordantes  »).

6 Gal., loc. aff. 8, 81 K δύνη ώς τρυπάν δοκεν διατιτρσθαι κατ τ βάθος τς κοιλίας.

7 Jules Romains, Knock ou le Triomphe de la médecine, acte 2, scène 1.

8 Hipp. , epid. 3, 17, 6 πυρετός… ὀξύς μετὰ πόνου.

9 Gal., loc. aff. 8, 1-377 K.

10 Ibid. 8, 86 K τοῦτο (i.e. τὰ τῶν ἀλγημάτων εἴδη) γὰρ μάλιστα προὐθέμην ἐν τῷδε τῷ γράμματι διασκέψασθαι.

11 8, 88 K.

12 Gal., 8, 94 K δ διαίσσων πόνος ἐστὶν ὅταν ὥσπερ ἀπὸ ῥίζης ἀρχόμενος τοῦ πρωτοπαθοῦντος μορίου φέρηται ταχέως εἰς τὰ παρακείμενα.

13 Gal., 8, 86 K τῆς μὲν οἷον ῥίζης τοῦ πάθους κατὰ τὸ νύττεσθαι δοκοῦν ἐρηρεισμένης, ἐκτεινομένης δ᾽ἐτὶ πλέον ἐν κυκλῳ περὶ τοῦτο τῆς ὀδύνης. Cf. également supra note 6.

14 Le terme de pleuritis est utilisé chez les médecins anciens dans une acception qui ne recouvre que partiellement le sens moderne et qui, par certains aspects, s’en distingue profondément. Cf. Grmek, 1983, p. 20 et 197.

15 Soran, Maladies des femmes 3, 7 (t. 3, p. 33, l. 13 CUF) πόνοι νυγματώδεις. Cf. aussi 3, 11 (t. 3, p. 40, l. 19 CUF) νυγματώδη ἀλγήματα, ou encore 3, 4 (t. 3, p. 18, l. 17 CUF) l’expression δισδρομὴ νυγματώδης «  des douleurs vagabondes en coups de poignard  » (Gourevitch).

16 Cels., 5, 26, 10 une blessure au foie provoque «  des élancements douloureux jusqu’à la clavicule  » punctiones doloresque usque ad iugulum. Cf. aussi 5, 28, 11 A (abcès) ; 6, 18, 2 H (fistule) ; 8, 10, 1 B (fracture d’un membre) ou encore 8, 9, 2 (fracture d’une vertèbre).

17 Gal., loc. aff. 8, 75 K φλεγμονῆς μεγάλης γενομένης ἢ ἐρυσιπέλατος ἢ ἀποστήματος αἰσθανόμεθα σὺν ὀδύνῃ τοῦ σφυγμοῦ τῶν ἀρτηρίων. Sur le type de dermatose appelée érysipèle dans la médecine antique, voir Grmek, 1983, p. 193-194.

18 Gal., loc. aff. 8, 716 K.

19 Soran, Maladies des femmes 3, 4 (t. 3, p. 18, l. 14 CUF) πόνος τε τοῦ πάσχοντος μέρους καὶ παλμός. D. Gourevitch traduit par «  douleur pulsatile  » marquant ainsi, nous semble-t-il, une différence avec σφυγμός (σφυγματώδης) que dans ce même traité de Soran elle traduit par «  élancement  » : 3, 2 (t. 3, p. 9, l. 106 CUF) τὸ σφυγματῶδες τοῦ ἀλγήματος, «  les élancements de la douleur  ».

20 Cf. 8, 82 K οἲ ἰατροὶ σχέδον ἅπαντες. Cf. aussi 8, 86 K ; 8, 93 K et passim.

21 Gal., loc. aff. 8, 83 K τ μν δ τοιατα τν λγημάτων ς π τρυπάνου φαίνεται γινόμενα, τν καμνόντων ατν οτως ρμηνευόντων· ἕτερα δ῝ὡς σκόλοπος ἐμπεπαρμένου φαίνεται…

22 Cels., 5, 28, 2 A circa locum aliqua quasi puncta sentiuntur. Sur l’affection appelée carcinoma, voir Grmek, 1983, p. 19.

23 Cels., 8, 70, 7 I fractura quibusdam uelut aculeis carnem uexat.

24 Gal., loc. aff. 8, 103 K.

25 Gal., loc. aff. 8, 41 K ώς δὲ καὶ πυνθανομένῳ μοι καὶ περὶ τῆς κατὰ τὴν ὀδύνην ἰδέας ἔφη δακνώδη τινὰ ὑπάρχειν αὐτὴν…

26 Sur l’école méthodique, voir notamment Pigeaud, 1991 et Gourevitch, 1991. L’École méthodique ne peut se résumer à la présentation sommaire et presque caricaturale qu’en donne Celse. Au point de vue de l’attention à l’individualité du patient à travers le dialogue médecin-malade, certains médecins méthodiques, comme Soran (Ier s. ap. J.-C.) que nous avons cité plusieurs fois dans cette étude à propos de l’expression de la douleur, s’inscrivent tout à fait dans la tradition hippocratique.

27 Mudry, 2003.

28 Cels., préf. 65 qui pecoribus et iumentis medentur cum propria cuiusque ex mutis animalibus nosse non possint

29 Cels., préf. 65 quia singulis summa cura consulere non sustinent.

30 L’hôpital, comme lieu où l’on dispense des soins, est une institution chrétienne fondée sur un idéal de charité dont on a des témoignages dès les derniers siècles de l’Antiquité, mais qui se développera essentiellement au Moyen-Âge. Voir Agrimi et Crisciani, 1993.

31 Cels., 5, 28, 11 A.

32 Cels., 5, 28, 10. Celse semble apprécier la forme de l’hendiadys pour désigner une modalité particulière de la douleur. Cf. entre autres exemples 5, 26, 10 punctiones doloresque, des douleurs lancinantes, en coups de poignard.

33 Cels., 4, 13, 1-2.

34 On rencontre bien sûr dans le traité de Celse des exceptions comme les deux que nous avons citées plus haut (p. 21) dans lesquelles la formulation de la douleur reprend manifestement les paroles du malade. Mais elles peuvent très bien soit avoir été reprises de la source de Celse soit plus probablement représenter les propos d’un malade ou d’un blessé que Celse a pu entendre dans son entourage et qui, pour une raison ou une autre, l’ont particulièrement frappé. Autrefois comme aujourd’hui il n’est pas nécessaire d’être médecin pour entendre un malade tenter de décrire ses souffrances.

35 Cels., 6, 9, 1 In dentium autem dolore qui ipse quoque maximis tormentis adnumerari potest.

36 Cels., 5, 27, 2 C miserrimum genus morbi in quo simul aeger et siti et aquae metu cruciatur.

37 Voir supra note 3.

38 Sur cette présence de l’émotion dans le traité de Celse, voir Mudry, 2005.

39 Cette étude est l’amorce d’une recherche sur l’expression de la douleur que nous voudrions étendre de façon plus systématique à l’ensemble des auteurs médicaux antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Mudry, « Les voix de la douleur entre médecins et malades : le témoignage de l’Antiquité », Pallas, 88 | 2012, 15-26.

Référence électronique

Philippe Mudry, « Les voix de la douleur entre médecins et malades : le témoignage de l’Antiquité », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 08 juin 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2411 ; DOI : 10.4000/pallas.2411

Haut de page

Auteur

Philippe Mudry

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org