Navigation – Plan du site
I. Approches de la médecine antique

Souffrir pour être beau ?

Sport et douleur dans les traités de Galien
Suffering to be beautiful ? Sport and pain in Galen’s threaties
Édouard Felsenheld
p. 27-44

Résumés

Cet article étudie dans une perspective esthétique les rapports établis par Galien entre le sport et la douleur physique : il tente d’évaluer la pertinence de l’impératif selon lequel il faudrait, pour être beau, mettre son corps à l’épreuve de la souffrance sportive. Après une mise au point lexicale et théorique sur les notions de sport, de douleur et de beauté chez Galien, l’analyse montre que l’effort physique est plus ou moins douloureux, et plus ou moins utile à la santé comme à la beauté des corps, selon qu’il s’incarne dans des figures légendaires, dans des professionnels du sport ou bien dans des amateurs.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1. 1. Le corps sportif : vers une problématisation esthétique de l’effort physique

  • 1 Dans cet article, les textes cités correspondent à l’édition de Kühn (notée K.) ou, dès que possibl (...)
  • 2 La notion de sport est certes anachronique, mais, à condition qu’on en précise le sens, elle peut ê (...)

1Le vaste corpus de Galien1, médecin et philosophe grec du iie siècle de notre ère, est peuplé de nombreux corps souffrants qui donnent lieu à des théories et à des représentations variées. L’objectif de cet article est d’étudier les rapports établis par Galien entre le sport2 et la douleur physique pour en montrer les enjeux esthétiques : il s’agit d’évaluer la pertinence de l’impératif selon lequel il faudrait, pour être beau, mettre son corps à l’épreuve de la souffrance sportive. Le point d’interrogation qui figure dans la première partie du titre invite à mettre en doute la légitimité que ce commandement pourrait avoir au sein de la pensée galénique. Cependant, il n’est pas invraisemblable d’imaginer que Galien ait pu s’approprier la formule « souffrir pour être beau » à condition de préciser la façon dont on comprend le verbe « souffrir ».

1. 2. Sport, douleur et beauté chez Galien : mise au point lexicale et théorique

2Dans les traités de Galien, les rapports entre sport, douleur et beauté ne vont pas de soi. Avant de justifier cette affirmation, il est nécessaire de faire une mise au point lexicale et théorique sur ces trois notions.

1. 2. 1. Le sport, son champ lexical et ses relations étymologiques avec la souffrance ou la beauté

3Le champ lexical utilisé par Galien qui correspond à la notion moderne de sport est d’une grande variété et entretient avec le motif de la souffrance physique des relations étymologiques complexes.

1. 2. 1. 1. Γυμνσιον3

  • 3 Chantraine, 1968, s. v. γυμνός p. 241.
  • 4 De sanitate tuenda II, 2 et 8 (K. VI, 85, 3 - 86, 8 et 133, 12 - 135, 3 = CMG 5.4.2) ; In Hippocrat (...)
  • 5 Sur le γυμναστής, voir Englert, 1929 ; Nieto Ibañez, 2003 ; Felsenheld, 2009.
  • 6 Sur la question de la nudité dans le sport, voir Decker, Thuillier, 2004, p. 225-227.

4Pour désigner l’exercice physique, Galien emploie généralement le neutre τὸ γυμνάσιον. Ce mot s’adapte en priorité à l’évocation des sports pratiqués dans le gymnase, la palestre ou le stade, mais il désigne aussi tout mouvement capable d’altérer la respiration d’un individu4. Galien utilise aussi le neutre τὸ γύμνασμα et le féminin ἡ γυμνασία « pratique des exercices », qui sont cependant plus rares que τὸ γυμνάσιον, et il se sert beaucoup des verbes γυμνάζω « exercer », γυμνάζομαι « s’exercer » et de l’adjectif γυμναστικός « relatif aux exercices, spécialiste des exercices », notamment dans l’expression ἡ γυμναστική, qui désigne la partie de la médecine exercée par le γυμναστής consistant à connaître l’effet de tout exercice sur le corps5. Or cet ensemble lexical, très usité dans le contexte sportif, n’entretient pas a priori de relation particulière avec la souffrance. En revanche, puisqu’il évoque l’image d’un corps dénudé au moins partiellement (γυμνός6), il laisse entendre que l’éventuelle beauté des sportifs pourrait être observée avec netteté. Naturellement, les passages où ces mots évoquent des exercices intellectuels doivent être exclus de notre analyse.

1. 2. 1. 2. σκησις et σκημα7

  • 7 Chantraine, 1968, s. v. ἀσκέω p. 124.
  • 8 Sur la persévérance chez Galien, voir Debru, 2003.
  • 9 Protreptique XIII, 9 (K. I, 36 = Boudon, p. 114).

5Il en va de même pour la famille lexical d’ἀσκέω-ῶ, dont le sens originel est « façonner, travailler à », d’où « orner, arranger », qui, dès l’époque classique, perd cette connotation esthétique pour signifier essentiellement « exercer ou s’exercer » en parlant du corps ou de l’âme ; les dérivés ἡ ἄσκησις et τὸ ἄσκημα désignent un exercice tantôt physique, tantôt moral. Or ces mots ne présupposent pas la perception d’une douleur et restent tout au plus liés au motif de la persévérance8. Quant au nom d’agent ἀσκητής « personne exercée », équivalent d’ἀθλητής, il n’apparaît qu’une seule fois dans le corpus galénique, au pluriel, sous la forme poétique ἀσκήτορες9.

1. 2. 1. 3. Ἄθλον10

  • 10 Chantraine, 1968, s. v. ἄεθλος p. 21.
  • 11 Protr. XI, 11 (Boudon, p. 110 = K. I, 31) : «  Il est donc visible, quand il s’agit de santé physiq (...)

6Le mot ἀθλητής lui-même désigne le sportif professionnel, dont le métier consiste à remporter le prix (τὸ ἆθλον) dans l’épreuve où il concourt. On rencontre aussi chez Galien le dénominatif ἀθλέω-ῶ, les dérivés ἄθλημα, ἄθλησις, et surtout l’adjectif ἀθλητικός, parfois substantivé au masculin. Quant à l’adjectif dérivé ἄθλιος, « qui lutte, misérable », Galien lui-même le rapproche explicitement du nom ἀθλητής pour montrer à quel point la misère (ἡ ἀθλιότης) est consubstantielle au métier d’athlète11. Enfin, le masculin ἆθλος, originellement « lutte, épreuve », qui peut désigner les concours, n’apparaît jamais dans le corpus galénique, où il est concurrencé dans ce sens par ἀγών.

1. 2. 1. 4. γν12

  • 12 Chantraine, 1968, s. v. ἄγω p. 17.
  • 13 San. tu. III, 2 (K. VI, 168, 2 - 169, 3 = CMG 5.4.2) ; De alimentorum facultatibus I, 2 (K. VI, 487 (...)
  • 14 De praenotione ad Posthumum 7 (K. XIV, 635, 10 - 641, 4).

7Le masculin ὁ ἀγών sert donc à désigner les compétitions sportives, mais aussi tout type d’affrontement, notamment judiciaire. On lui associe le dénominatif ἀγωνίζω, « chercher à gagner dans les jeux, combattre », et le nom ἀγωνία, qui signifie originellement « lutte, exercice », mais qui, dans le corpus galénique, est toujours employé dans le sens classique d’« angoisse ». Galien renonce manifestement à jouer sur l’ambiguïté sémantique du nom ἀγωνία pour critiquer les compétitions, bien qu’il présente souvent ces dernières comme un moment éprouvant13, précédé par une période d’appréhension14.

1. 2. 1. 5. Πνος15

  • 15 Chantraine, 1968, s. v. πένομαι p. 881.
  • 16 San. tu. II, 2 (K. VI, 85, 6 - 86, 8 = CMG 5.4.2) ; In Hippocratis librum VI epidemiarum commentari (...)

8Galien emploie encore d’autres mots qu’il présente comme des synonymes de γυμνάσιον et qui tissent, quant à eux, des liens étroits avec la notion de douleur physique. Il y a tout d’abord la famille lexicale de πόνος, dérivé du verbe πένομαι, qui, avec le vocalisme o, donne des termes signifiant « travail, effort, souffrance » ; c’est le cas du verbe πονέω-ῶ « se donner du mal, travailler à » et du substantif ὁ πόνος « peine, labeur, lutte, souffrance », que Galien réserve plutôt aux activités physiques dont la finalité est de produire un résultat qui outrepasse le seul entretien du corps16.

1. 2. 1. 6. ργον17

  • 17 Chantraine, 1968, s. v. ἔργον, p. 364.
  • 18 San. tu. II, 8 (K. VI, 133-135 = CMG 5.4.2).

9Il en va de même pour le neutre τὸ ἔργον, originellement « travail, œuvre, occupation », qui est attesté dans divers emplois particuliers, notamment agricoles, et qui signifie aussi « difficulté ». Ce nom est considéré par Galien comme un équivalent possible de γυμνάσιον, mais auquel il convient de donner plus précisément le sens de « travail », notamment physique. Du mot ἔργον dérive le verbe ἐργάζομαι, « travailler », qui se dit de toute activité manuelle ou artistique. L’usage galénique des mots πόνος et ἔργον traduit un certain pragmatisme : selon les circonstances, une même activité productive – par exemple couper du bois ou broyer des céréales – peut être pratiquée soit comme un travail, soit comme un entraînement, soit comme une simple occasion de se dépenser18.

1. 2. 1. 7. Kματος19

  • 19 Chantraine, 1968, s. v. κάμνω p. 490.

10Il faut également noter l’emploi du masculin ὁ κάματος, « effort, travail, peine, fatigue », mais qui, comme chez Hippocrate, signifie aussi « souffrance, maladie ». Rattaché à la famille de κάμνω, « se fatiguer, être fatigué » d’où « souffrir, être malade », le mot κάματος peut être rapproché du substantif τὸ πάθος, mais il s’en distingue par sa connotation active, alors que la famille lexicale de πάσχω exprime surtout l’idée d’une affection subie, qui d’ailleurs n’est pas nécessairement douloureuse.

1. 2. 1. 8. Ταλαιπωρα20

  • 20 Ibid., s. v. ταλαίπωρος p. 1088.
  • 21 In Hippocratis de natura hominis librum commentarius II, XVI (K. XV, 158, 10-11 = CMG 5.9.1).

11Comme Hippocrate, Galien utilise encore le féminin ἡ ταλαιπωρία, « effort, souffrance », et le verbe ταλαιπωρέω-ῶ, « faire des efforts, souffrir », tous deux dérivés de l’adjectif ταλαίπωρος « qui endure des épreuves, des souffrances, misérable ». Galien est même, semble-t-il, l’inventeur et le seul utilisateur de l’adjectif ταλαιπωρικός, qu’il emploie une seule fois pour qualifier une « vie éprouvante » (ταλαιπωρικοῦ… βίου21). Dans cette famille lexicale, le terme ταλαι- se rattache au radical τλα-/τλη-, qui, à l’origine, signifie l’endurance ; quant au terme -πωρ-, il peut être associé au substantif πῆμα « souffrance, malheur » et à l’adjectif πηρός/πῆρος « infirme », qui se dit notamment des membres paralysés chez Hippocrate. La famille lexicale de ταλαιπωρία entretient donc un rapport complexe avec la notion de douleur, dont elle se rapproche grâce au terme ταλαι- et grâce à la piste étymologique de πῆμα, mais dont elle se sépare si l’on privilégie le rattachement à πηρός/πῆρος, qui évoque plutôt une perte de la sensation et donc une insensibilité à la douleur.

1. 2. 2. La souffrance, sa fonction sémiotique et ses relations antagoniques avec la santé

  • 22 Sur la douleur chez Galien, voir Boudon, 2003a ; Rey, 1993, p. 41-46 ; Moreno Rodríguez, García Bal (...)

12Le thème de la souffrance physique chez Galien fait l’objet d’une certaine fortune critique22, dont il est utile de résumer les principaux aspects.

1. 2. 2. 1. Lexique de la douleur

  • 23 Chantraine, 1968, s. v. ἄλγος p. 55 et ὀδύνη p. 775.
  • 24 Ibid., s. v. ἀνία p. 91 et λύπη p. 651.
  • 25 Ibid., s. v. κόπτω p. 563.

13Dans le corpus galénique, la douleur est exprimée par les champs lexicaux associés aux noms suivants : ἡ ὀδύνη et τό ἄλγημα23, qui sont synonymes ; ἡ ἀνία et ἡ λύπη24, qui sont plus rares et qui désignent le chagrin plutôt que la sensation de souffrance ; enfin, ὁ κόπος25, qui à l’origine signifie « coup », mais qui évoque le plus souvent une fatigue douloureuse issue d’un effort physique.

1. 2. 2. 2. Nature et fonction de la douleur

  • 26 Rey, 1993, p. 40-42 ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982, p. 11-17.

14Pour Galien, la naissance de la souffrance physique s’explique en plusieurs étapes : une impression est d’abord reçue par les organes sensibles du corps, puis véhiculée par les nerfs sensitifs, avant d’être transformée en perception consciente par la partie antérieure de l’encéphale26.

  • 27 Boudon, 2003a, p. 24 ; Rey, 1993, p. 43.
  • 28 Boudon, 2003a, p. 24-25 ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982, p. 17-24.

15La douleur se définit alors comme une sensation de nature tactile, qui est provoquée soit par une agression extérieure, soit par une altération du mélange interne entre le chaud, le froid, le sec et l’humide, soit par un déséquilibre des quatre humeurs27. Elle peut donc être liée à un problème pathologique et disparaître une fois que le patient est guéri. Elle se trouve dès lors assimilée à la maladie, pensée comme la « lésion sensible » (αἰσθητὴ βλαβή28) d’une fonction.

  • 29 Boudon, 2003a ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982, p 4-10.
  • 30 De symptomatum differentiis 1 (K. VII, 47, 11-12 et 50, 4-5). Voir Boudon, 2003a, p. 24-29.

16Cependant, dans la lignée d’Hippocrate, Galien définit aussi la douleur comme un processus sensitif en constante variation, provoqué par le passage d’un état à un autre29. Par conséquent, l’absence de douleur peut aussi signifier non plus la santé du corps, mais la présence d’une maladie peu agressive, qui se déclare insensiblement, ou bien une détérioration partielle de l’organisme devenu incapable de détecter les perturbations qui l’affectent. La souffrance physique entretient ainsi un rapport complexe avec la maladie, qu’il est alors préférable de définir comme la « disposition invalidante d’une fonction » (διάθεσις ἐνεργείας ἐμποδιστική30). Par voie de conséquence, la douleur entretient également une relation variable avec la santé, mais aussi avec la beauté, puisque les propriétés esthétiques d’un corps découlent de son état sanitaire.

1. 2. 3. La beauté, enjeu médical et esthétique

  • 31 Boudon, 2006, 2003b ; Pigeaud, 1995 ; Gourevitch, 1987.
  • 32 Ps.-Gal., Definitiones medicae 129 (K. XIX, 382, 12). Voir Boudon, 2003b, p. 84 ; Gourevitch, 1987, (...)
  • 33 Thrasybule 15-16 (K. V, 830, 1 - 833, 11 ; 833, 12 - 834, 17 = SM III). Voir Boudon, 2003b, p. 84-8 (...)
  • 34 Boudon, 2008, p. 25 ; 2006, p. 135-139 ; Gourevitch, 1987, p. 271 et p. 283-289.
  • 35 Ps.-Gal., Def. med. 129 (K. XIX, 382-283). Voir Boudon, 2006, p. 139 ; 2003b, p. 82-91 ; Gourevitch (...)
  • 36 Boudon, 2003b, p. 78 ; Pigeaud 1995, p. 135 et p. 150 ; Gourevitch, 1987, p. 270.

17De fait, pour Galien, la beauté est très étroitement liée à la bonne santé, dont elle est un critère distinctif31. En effet, un individu sain affichera toujours trois qualités, « la beauté, le bon état de corps, l’intégrité » (κάλλος, εὐεξία, ἀρτιότης32), triade que la santé précède en théorie, mais dont elle est nécessairement accompagnée dans les faits. L’objectif du médecin est donc de viser la santé, d’où naîtra aussi immanquablement la beauté, qui n’est en principe qu’indirectement convoitée33. Dans ces conditions, face à l’art du maquillage (κωμμωτική) qui ne produit que des illusions34, il faut valoriser la beauté authentique et véritable, qui s’accompagne de trois signes : « le bon teint, la bonne proportion et l’harmonie des membres » (εὔχροια καὶ μελῶν ἀναλογία τε καὶ εὐρυθμία35). Il existe un lien étroit entre la notion de beauté et le préfixe εὐ-, présent dans les mots εὐεξία, εὔχροια et εὐρυθμία : il se peut que, chez Galien, toutes ces notions aient une connotation esthétique et que, réciproquement, l’adjectif καλός ou l’adverbe καλῶς recouvrent sensiblement la même réalité que l’adverbe εὖ36.

1. 3. Bilan, problématique, plan

18On pourrait s’étonner de voir que le champ lexical du sport est si diversement ancré dans celui de la douleur, a priori peu compatible avec la santé, qui, elle, ne comporte que des volets connotés positivement, notamment sur le plan esthétique. Sans doute ne faut-il pas en déduire trop vite que les exercices physiques ne sont pas un outil capable de produire la beauté. Il arrive en effet que l’étymologie soit contredite par la diversité des pratiques sportives qui, dans certaines conditions, peuvent avoir une utilité sanitaire, corollairement mise au service de la beauté. De fait, selon que l’effort physique s’incarne dans des figures légendaires, dans des professionnels du sport ou bien dans des amateurs, il s’avère plus ou moins douloureux et plus ou moins utile à la santé comme à la beauté des corps.

2. Les figures légendaires

19Le corpus galénique associe au sport plusieurs figures légendaires qui entretiennent un rapport particulier avec la douleur ou la beauté.

2. 1. Héraclès

  • 37 Protr. XIII, 9 (K. I, 36 = Boudon, p. 115) ; De compositione medicamentorum secundum locos IX, 4 (K (...)
  • 38 Protr. XIII, 3 (Boudon, p. 112 = K. I, 33) ; De simplicium medicamentorum facultatibus V, 4 (K. XI, (...)

20Il y a tout d’abord Héraclès, héros populaire devenu dieu des athlètes, symbole de force et de résistance physique : Galien, qui se montre fidèle à cette image traditionnelle, rappelle incidemment qu’Héraclès était capable de vaincre les bêtes37 et qu’il pouvait vivre dans des conditions matérielles très rudimentaires sans éprouver la moindre gêne38, contrairement aux athlètes qui pourtant se revendiquent de lui.

  • 39 In Platonis Timaeum commentarii fragmenta (CMG I, fr. 19, 20) ; De elementis II, 5 (K. I, 508, 1 = (...)
  • 40 Dans les traités pharmacologiques de Galien, l’adjectif Ἡράκλειος est utilisé pour désigner plusieu (...)
  • 41 In Hippocratis librum VI epidemiarum commentarium VI, 7 (K. XVII B, 341, 4-10 = CMG 5.10.2.2).
  • 42 De compositione medicamentorum per genera V, 15 (K. XIII, 857-858).

21La figure d’Héraclès occasionne, par ailleurs, une importante prolixité onomastique, dont le corpus galénique se fait le témoin. De fait, le nom du héros et l’adjectif qui en dérive servent à désigner divers objets, naturels ou fabriqués, aux vertus très puissantes : en raison de leur force, l’aimant39, certaines plantes40 et même la maladie épileptique41 reçoivent comme épithète l’adjectif Ἡράκλειος ; il existe même un médicament contre les hémorragies baptisé Ἡρακλῆς42, sans doute en écho à la robustesse du demi-dieu, dont la force est offensive, mais aussi défensive, comme le remède en question.

  • 43 De propriorum animi cuiuslibet affectuum dignotione et curatione 4, (K. V, 15, 2-11 = CMG 5.4.1.1)  (...)

22Dans la lignée de cette présentation, Héraclès se voit aussi célébré par Galien pour la grandeur non plus de sa puissance, mais de son état de santé43 ; mais alors ce privilège ne lui est pas réservé : en effet, d’autres athlètes légendaires accèdent aussi au rang de modèle sanitaire.

2. 2. Milon et Polydamas44

  • 44 Sur Milon, voir Visa-Ondarçuhu, 1997.
  • 45 De bono habitu (K. IV, 751, 13-15 = Helmreich, 1901, p. 16-20) ; San. tu. I, 5 (Κ. VI, 20, 3 = CMG (...)

23Il s’agit principalement de Milon de Crotone, lutteur grec du vie s. de notre ère, qui remporta de nombreuses victoires aux Jeux Olympiques et Pythiques. Ce dernier est cité à plusieurs reprises par Galien comme une référence en matière de bon état de santé (εὐεξία), de grandeur ou de force. Il est parfois associé à son confrère pancratiaste Polydamas de Skotoussa, qui vécut au ve siècle de notre ère45.

  • 46 Felsenheld, 2010, p. 313.
  • 47 Protr. XIII, 5 (K. I, 34 = Boudon, p. 112). Voir Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 52.

24Cependant, dans son Protreptique, Galien subvertit l’image idéale de Milon en présentant sa force comme une ressource inutile et même néfaste46 : il affirme que le jour où ce lutteur réalisa l’exploit de soulever un taureau sacrificiel sur ses épaules pour le promener à travers le stade, il se donna beaucoup de peine pour accomplir un acte que, quelques heures avant, l’âme de la bête, pourtant méprisable, parvenait elle aussi à effectuer, et ce « avec bien moins de fatigue » (πολλῷ γ’ ἀκοπώτερον)47.

  • 48 Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 55-58.
  • 49 Protr. XIII, 6 (K. I, 34-35 = Boudon, p. 113).
  • 50 Ni l’expression κακῶς ἔχεται, ni le mot κακεξία ne sont présents dans l’anecdote du Protreptique ; (...)
  • 51 Le verbe ἐμποδίζεσθαι n’est pas employé par Galien, mais le blocage que ce mot désigne est sous-ent (...)
  • 52 Sur l’ironie du mangeur de viande dévoré par des bêtes carnivores, voir Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 55 (...)

25La mort de Milon, racontée dans le même Protreptique, est du même acabit : alors que le lutteur essayait de fendre un arbre à la force de ses bras, les deux parties du tronc se resserrèrent sur ses mains, et, retenu prisonnier, il finit dévoré par des animaux sauvages48. Cette « fin pitoyable » (θανάτου… οἰκτροῦ49) symbolise la punition de l’orgueil athlétique, qui, par un régime immodéré, outrepasse les lois de la nature : ici, la suprématie de la φύσις est consacrée grâce à l’alliance de l’ordre végétal et de l’ordre animal. Cette mort est en outre d’une grande ironie : tout d’abord, Milon, qui pour son malheur est retenu dans une souche (κακῶς χεται), voit son état de santé se transformer en κακεξία50 ; de plus, l’empêchement dont il est victime (ἐμποδίζεσθαι) rappelle que le corps des athlètes a tendance à pointer vers la maladie, que Galien définit comme la disposition invalidante (ἐμποδιστική) d’une fonction51 ; enfin, Milon, connu pour être un gros consommateur de viande, se fait lui-même manger par des bêtes carnivores52.

26Galien renonce pourtant à raconter tous les détails de cette mort, probablement très douloureuse. Sans doute préfère-t-il ne pas trop aviver la compassion de ses lecteurs et déporter leur attention vers d’autres modèles plus estimables, qu’il convient d’admirer non pas pour leur force physique, mais pour leur grandeur morale.

2. 3. Achille

  • 53 De propriorum animi cuiuslibet affectuum dignotione et curatione 4 (K. V, 14, 9 - 16, 3 = CMG 5.4.1 (...)
  • 54 De bono habitu (K. IV, 751, 15 - 752, 2 = Helmreich, 1901, p. 16-20). Gourevitch, 1987, p. 273.
  • 55 Art médical XIV, 5 (K. I, 343 = Boudon, p. 317). Boudon, 2003b, p. 86.

27À Milon, dont il démystifie la puissance, Galien semble en effet préférer la figure plus glorieuse d’Achille, qui, à ses yeux, occupe le second rang sur l’échelle de la santé, derrière l’inégalable Héraclès, mais devant les autres héros de la guerre de Troie53. Privé de la force surhumaine qui immunise Héraclès contre la douleur, Achille peut en revanche se vanter d’incarner un idéal de beauté absolue, à quoi Héraclès ne saurait prétendre bien qu’il ne fût pas laid. Galien se plaît ainsi à rappeler la beauté physique d’Achille, venant se surajouter à son bon état de santé54. Dans l’esprit de Galien, le héros achéen souscrit sans doute aux trois critères de la beauté : « la couleur du teint fondu de rouge et de blanc, les cheveux blonds et moyennement frisés, et une chair dont la production est justement équilibrée en quantité comme en qualité » (ἡ χροιὰ μὲν ἐξ ἐρυθροῦ καὶ λευκοῦ συμμιγής· αἱ τρίχες δὲ ξανθαὶ καὶ μετρίως οὖλαι τὰ πολλά· συμμετρία δὲ σαρκώσεως ἐν ποσότητι καὶ ποιότητι55).

  • 56 De propriorum animi cuiuslibet affectuum dignotione et curatione 4 (K. V, 15, 6 = CMG V.4.1.1) : πά (...)
  • 57 Iliade II, 216-219 ; 265-269.

28À l’opposé d’Achille, Galien place la figure de Thersite : ce personnage incarne la faiblesse physique et morale56, à laquelle Homère a associé la laideur et la douloureuse flétrissure d’un châtiment corporel imposé par Ulysse57. Or, si l’on en croit Galien, les corps produits par le sport professionnel seraient plus souvent à l’image de Thersite que des autres figures légendaires que nous venons d’évoquer.

3. Les professionnels du sport

3. 1. La souffrance hideuse des athlètes

  • 58 Protr. XI, 9-10 (K. I, 30, 5 - 31, 13 = Boudon, p. 109-110), XII, 2-3 (K. I, 32, 4-12 = Boudon, p.  (...)
  • 59 De paruae pilae exercitio 5 (K. V, 910, 2-6 = Wenkebach, 1938).
  • 60 Decker, Thuillier, 2004, p. 224 et p. 234-241.
  • 61 In Hippocratis De uictu acutorum commentarius IV, 110 (K. XV, 900, 10 - 904, 2 = CMG 5.9.1).

29Certains athlètes du corpus galénique portent sur leur corps les stigmates de coups violents qui donnent à penser que le sport professionnel occasionne de façon régulière douleur et laideur. Galien évoque surtout les traumatismes du visage et des articulations58. Les corps concernés appartiennent essentiellement à des athlètes spécialisés dans les sports de combat, mais certains membres boiteux suggèrent aussi la brutalité de chutes pouvant avoir lieu lors des courses hippiques59. En tout cas, il est avéré que la violence des sports de combat d’origine grecque s’accentue sous l’Empire romain : ainsi, à la lutte, l’affrontement se poursuit désormais sur le sol jusqu’à l’immobilisation ou l’abandon ; au pugilat, l’existence de gants de boxe renforcés d’armatures métalliques semble même attestée60. Les oreilles et les yeux endommagés observés par Galien sur les sportifs de combat paraissent apporter la preuve que ces athlètes privilégient les coups portés au visage. Quant aux maux de tête qui provoquent une douleur irradiante, ils sont peut-être favorisés par ce genre de pratique, bien que Galien les identifie comme la conséquence possible de tout type d’exercices61.

  • 62 De compositione medicamentorum secundum locos IV, 8 (K. XII, 753, 3-6). On pourra aussi simplement (...)
  • 63 De compositione medicamentorum secundum locos V, 2 (K. XII, 844, 18 - 845, 4).
  • 64 Protr. XII, 2 (K. I, 32, 4-12 = Boudon, p. 110).

30En outre, dans l’un de ses traités pharmaceutiques, Galien donne la recette de deux médicaments dont le nom semble prouver que le visage des sportifs était exposé à des pathologies spécifiques. Le premier produit est un « collyre gris, baptisé remède du champion olympique » (φαιὸν τὸ τοῦ Ὀλυμπιονίκου ἐπιγραφόμενον), qui permet de guérir les plus vives douleurs oculaires, et notamment les affections de la cornée62 ; peut-être faut-il en conclure que les sportifs professionnels étaient souvent exposés à ce genre de pathologies, sans doute liées aux chocs et au contact avec des matières pulvérulentes. Le second produit est la « pommade délicate dite des pancratiastes » (ἡ τῶν παγκρατιαστῶν λεγομένη τρυφερὰ), qui soigne des problèmes dermatologiques liés au développement de démangeaisons et d’inflammations dartreuses63 ; ce type de maladies serait ainsi un mal assez répandu chez les adeptes du pancrace, mais sans doute aussi chez d’autres sportifs suralimentés qui exposent leur face à la poussière des palestres. Si l’on en croit le Protreptique, les visages endoloris des sportifs, « complètement difformes et hideux à voir » (παντάπασι ἄμορφα καὶ δυσειδῆ64) inspireraient donc le dégoût plutôt que la pitié.

  • 65 De compositione medicamentorum per genera Ι, 13 (K. XIII 418, 6 - 419, 14) ; voir notamment K. XIII (...)

31Galien rapporte aussi le cas d’un pancratiaste, victime d’une morsure au doigt, qui s’est exposé à un pourrissement pénible, finalement résorbé ; or la dégénérescence de son doigt aurait pu priver sa main de son intégrité et donc de sa beauté naturelle65. Peut-être d’autres athlètes victimes de morsure ont-ils été moins chanceux, puisque la chaleur et l’humidité caractéristiques des sportifs professionnels favorisent généralement le pourrissement des plaies.

  • 66 De bono habitu (K. IV, 754, 6 - 756, 4 = Helmreich, 1901, p. 16-20) ; In Hippocratis aphorismos com (...)

32De fait, les douleurs auxquelles s’exposent les athlètes sont souvent la conséquence du dérèglement de leur régime. Plus grave encore que la démesure des chairs, gonflées de muscles et de graisse, la pléthore du sang risque à terme de provoquer la mort brutale de ces individus : il est possible que, sous l’effet de la pression sanguine, leur chaleur innée s’éteigne ou que leurs vaisseaux vitaux éclatent66.

  • 67 San. tu. III, 7 (K. VI, 201, 10 - 202, 2 = CMG 5.4.2). Tandis que le mot ξηρότης désigne l’état de (...)
  • 68 In Hippocratis uel Polybi opus de salubri uictus ratione priuatorum commentarius 27, 29 et 32 = Gal (...)

33En outre, une « faiblesse accompagnée de sécheresse » (ἰσχνότητα… ἅμα ξηρότητι67) peut se manifester chez les sportifs qui, à l’issue d’efforts particulièrement immodérés, n’ont pas bénéficié d’un bon traitement apothérapeutique, incluant principalement des massages. Le plus souvent, les corps d’athlètes éprouvent aussi des diarrhées, des nausées et, s’ils mangent avant de s’exercer, des « douleurs aux entrailles et surtout au foie » (ὀδύναι… κατὰ τὰ σπλάγχνα καὶ μάλιστα κατὰ τὸ ἧπαρ), qui provoquent un effondrement de leur état de santé d’autant plus rapide que leur chair est serrée et dépourvue de poil68 : en effet, une peau dense et glabre ralentit la sudation, ce qui favorise les pléthores propres à la suralimentation et au surentraînement.

3. 2. Retraites insensibles et reconversions insensées

  • 69 Felsenheld, 2010, p. 315 ; 2009, p. 142.
  • 70 Protr. XI, 9-10 (K. I, 30-31 = Boudon, p. 109).
  • 71 Ibid. XIV, 1 (K. I, 37 = Boudon, p. 116).
  • 72 Thras. 37 (K. V, 877, 5 = SM III).
  • 73 Ibid.
  • 74 In Hippocratis aphorismos commentarius Ι, 15 (K. XVII B, 418, 8-9). Felsenheld, 2010, p. 318. Dans (...)

34On aurait tort de penser que les athlètes qui se sont retirés des compétitions bénéficient d’une situation plus clémente. Les séquelles de leur carrière, associées à la décrépitude de la vieillesse, les exposent au contraire à une véritable ruine physique69, comparable au délabrement de murailles ébranlées par des machines de guerre. « Prédisposés à souffrir aux premières causes venues » (ἕτοιμα πρὸς τὸ πάσχειν ἐστὶ ἐπὶ ταῖς τυχούσαις προφάσεσιν), les corps d’athlètes retraités ne pourront même pas donner le spectacle inédit de leurs larmes, puisque leurs yeux, mis à mal durant leur carrière, sont déjà remplis d’écoulements70. Et si jamais leur souffrance doit cesser, ce n’est pas parce qu’ils recouvrent une forme de santé, mais bien plutôt à cause de la paralysie où ils se trouvent une fois qu’ils sont « estropiés de la majorité de leurs membres » (ἀνάπηροι τὰ πλεῖστα μέρη71), voire « parfaitement hébétés » (τελέως ἀπόπληκτοι72) : « insensibles et inertes » (ἀναίσθητοι καὶ ἀκίνητοι73), les anciens sportifs refroidis par l’âge présentent alors les mêmes caractéristiques que les bêtes engourdies par l’hibernation74, à ceci près que les anciens sportifs n’ont plus de printemps à attendre. Ils paraissent ainsi végéter dans un état qui n’est ni tout à fait la vie, ni tout à fait la mort, avec pour seul horizon la certitude d’une extinction définitive.

  • 75 Felsenheld, 2009, p. 142
  • 76 Thras. 37 et 45 (K. V, 878, 8-9 et 892-893 = SM III) ; San. tu. II, 3 et 4 (K. VI, 94, 2 et 116, 7  (...)
  • 77 Thras. 45 (K. V, 893, 12-20 = SM III).
  • 78 Le mot κακά n’est pas dans le texte du Thrasybule : c’est la répétition de la syllabe κα- qui le re (...)

35Si l’insensibilité semble être le lot des athlètes en fin de vie, elle se manifeste aussi dans le comportement insensé d’athlètes plus jeunes qui, lassés de perdre les compétitions, se reconvertissent en maîtres de gymnastique sans en avoir les capacités75. De fait, alors que le métier de γυμναστής suppose une véritable formation médicale, de nombreux sportifs devenus entraîneurs s’octroient abusivement ce titre et refusent de se plier aux ordres des vrais médecins hygiénistes. Galien dit alors de ces imposteurs qu’ils sont dans un état d’« inconscience » (ἀναισθησίας) et d’« hébétude » (ἐμπληξία) comparable à celui d’un serviteur qui se rebellerait contre son maître, ou d’un soldat qui mépriserait le commandement de son stratège76. Il stigmatise ainsi l’« art frauduleux… qui se donne le nom de gymnastique, mais qu’on ferait mieux d’appeler art de renverser » (τῇ κακοτεχνίᾳ… τῇ καλούσῃ μὲν ἑαυτὴν γυμναστικήν, κάλλιον δ’ ἂν ὀνομασθείη καταβλητική77). Dans cette phrase, Galien crée un effet de paronomase en κα- qui souligne sa réprobation à l’égard de vilenies (κακά78) qu’il entend rebaptiser de façon plus seyante. Plus encore que les athlètes, ce sont donc les entraîneurs qui, semble-t-il, dictent les lois du monde sportif.

3. 3. Éloge et blâme des entraîneurs

  • 79 Dans le corpus galénique, la famille lexicale de καλός sert parfois à qualifier l’action du bon ent (...)
  • 80 San. tu. II, 4 et III, 3 (K. VI, 119, 6-7 et 181, 1 - 182, 13 = CMG 5.4.2).

36Galien ne veut pas nier l’importance des entraîneurs ou pédotribes, mais il entend limiter leur sphère de compétences à l’enseignement des exercices, qu’ils doivent être en mesure d’accomplir correctement, voire avec élégance79. Le plus célèbre d’entre eux est Théon, ancien athlète, auteur de traités consacrés aux exercices physiques, que Galien, non sans ironie, loue pour la beauté inégalée de son travail (τῶν ἄλλων κάλλιον, κάλλιστα80).

  • 81 Thras. 43 et 45 (K. V, 888, 12-19 et 891, 15 - 892, 2 = SM III) ; San. tu. ΙΙ, 7, 10 et 11 (K. VI, (...)
  • 82 Thras. 45 (Κ. V, 891, 18-19 = SM III).
  • 83 De naturalibus facultatibus II, 3 (K. II, 79, 17 - 80, 6 = SM III) ; An in arteriis natura sanguis (...)

37Pour le médecin de Pergame, les pédotribes devraient donc se limiter à inventer et à enseigner des prises de lutte et des mouvements81. On dit de ces figures qu’elles sont « dépourvues de peine » (ἄπονοι) et « bien exécutées » (εὐσχήμονες) dès lors qu’elles permettent à celui qui les réalise de ne pas se faire mal et de tomber, sinon avec grâce, du moins avec décence82. L’enseignement des pédotribes n’est pas inutile, car les lutteurs qui s’en privent font des chutes à la fois douloureuses et disgracieuses et refusent même généralement de reconnaître leur défaite, par un manque de fair-play qui trahit leur laideur morale83.

  • 84 En De consuetudinis 1 (Dietz, p. 106, 3-4), Galien s’en prend aux «  individus qui font subir de ma (...)
  • 85 Protr. XI, 2-9 et XII, 1 (K. I, 27-30 et 31-32 = Boudon, p. 106-109 et p. 110).
  • 86 Ibid. XI, 10 - XII, 3 ; XIV, 1 (K. I, 31-32, 37 = Boudon, p. 110-111, 115-116) ; De paruae pilae ex (...)
  • 87 De humero iis modis prolapso quos Hippocrates non uidit 41 (K. XVIIIA, 401, 16 - 402, 16). Outre le (...)

38Mais, le plus souvent, Galien reproche aux mauvais entraîneurs d’enlaidir les corps qu’ils prennent en charge84, et surtout de les maintenir dans une fatigue permanente due aux excès de leur comportement alimentaire et de leur pratique sportive85. Ce régime, imposé par la longueur des compétitions, justifie à lui seul le mépris haineux de la lutte. Galien affirme également que les mauvais entraîneurs sont responsables de nombreuses luxations et de réductions mal conduites86 : en témoigne par exemple le récit de sa propre blessure à l’épaule, où il donne beaucoup de détails sur les sensations douloureuses qu’il a ressenties à cause des mauvaises manipulations d’un pédotribe87. C’est ainsi que l’influence des entraîneurs nuit même aux sportifs amateurs comme Galien, qui s’exposent eux aussi à de multiples douleurs, rendant problématique leur aspiration à la santé et à la beauté.

4. Les sportifs amateurs

4. 1. La douleur des fatigues ulcéreuse, tensive et inflammatoire

39Galien identifie trois types de fatigues douloureuses ou courbatures (κόποι) qui peuvent affecter les sportifs amateurs. Il en décrit les caractéristiques tactiles, grâce à de nombreux adjectifs ou participes, et grâce à des formules exprimant la perception interne, comme αἰσθάνομαι, αἴσθησις ou δοκεῖ εἶναι. Dans tous les cas, il faut naturellement que la partie touchée soit douée de sensibilité. Le caractère approximatif de la description sensitive est parfois souligné par les adverbes οἷον, ὥσπερ ou καθάπερ. Le verbe νομίζειν traduit le point de vue de patients qui parfois ressentent des impressions non avérées dans les faits. Quant au verbe φαίνομαι, il paraît plutôt réservé à l’évocation des symptômes sans doute sensibles de l’intérieur, mais aussi visibles de l’extérieur.

  • 88 San. tu. III, 5 et 6 (K. VI, 192, 5-17 et 195, 6-15 = CMG 5.4.2) ; De locis affectis II, 8 (K. VIII (...)
  • 89 «  La peau et les chairs piquent et sont comme blessées » (κεντᾶσθαί τε καὶ οἷον τιτρώσκεσθαι τὸ δέ (...)
  • 90 « Il se produit parfois un frémissement et même un peu de frisson  » (φρίκην ἐνίοτε γίνεσθαι καί τι (...)
  • 91 « Les patients s’accordent à dire que, dans le mouvement, ils souffrent comme d’un ulcère  » (ὁμολο (...)
  • 92 Galien reproche à Archigène d’avoir utilisé l’adjectif «  plus douce  » (γλυκύτερον) à propos de ce (...)

40La fatigue ulcéreuse (ἑλκώδης κόπος88), bien connue des médecins et des maîtres de gymnastique, apparaît principalement après un effort physique trop intense parfois suivi d’une indigestion : tout mouvement ou contact extérieur procure aux sujets concernés une douleur pongitive comparable à celle des blessures89 ; la sensation s’accompagne d’un resserrement ou d’un frissonnement au niveau de la peau et parfois dans les chairs90. Le verbe ὁμολογοῦσιν permet de restituer le point de vue unanime que les patients ont sur cette douleur, ressentie toutefois de façon plus ou moins profonde91.Selon Galien, Archigène, médecin syrien contemporain de Trajan, a décrit fort maladroitement la fatigue ulcéreuse, qu’il associe à tort à la sensation de démangeaison92.

  • 93 San. tu. III, 5 et 6 (K. VI, 192, 18 - 193, 11 et 198, 5-8 ; 12 ; 199, 4-10 = CMG 5.4.2) ; De locis (...)
  • 94 «  Les parties semblent être tendues  » (τείνεσθαι δοκεῖ τὰ μορία) ; «  [les fibres des muscles] pa (...)
  • 95 «  [Cette fatigue] rend terriblement hésitants et difficiles à courber les individus qui en sont af (...)
  • 96 « Cependant les individus concernés ne semblent pas serrés et frémissants comme l’étaient ceux dont (...)
  • 97 « On voit qu’ils ne sont en rien moins ratatinés et rabougris que ces individus » (προσεσταλμένοι δ (...)
  • 98 « À ceux qui les touchent, ils semblent être plus chauds non seulement que les patients établis dan (...)
  • 99 Archigène emploie l’adjectif «  turgescents  » (σφριγῶντες) pour qualifier l’état de tension des mu (...)

41La fatigue tensive (τονώδης κόπος93) se manifeste chez les individus sains qui ont pratiqué des exercices vigoureux plutôt que rapides. Ces symptômes sont décrits à travers le point de vue du patient, du médecin ou des deux. Le sujet ressent une impression de tension (τείνεσθαι) le long de ses membranes musculaires et de ses tendons, qui pourtant ont cessé leur activité94. La lenteur hésitante et la difficulté à se courber qui accompagne cette douleur sont évoquées à travers le point de vue des sportifs, dont la souffrance est exprimée par l’adverbe δεινῶς et par le préfixe δυσ-95. L’absence de resserrement et de frémissement de la chair, exprimée au moyen du verbe φαίνονται, peut être une impression interne ou externe96 ; en revanche, la description des corps ratatinés et rabougris, faite grâce au passif ὁρῶνται, rend compte de symptômes visibles de l’extérieur97. Quant à la chaleur des membres tendus, perceptible de l’intérieur sans être nécessairement douloureuse, elle aussi est diagnostiquée de l’extérieur grâce au contact98. Une fois encore, Galien reproche à Archigène d’avoir décrit cette fatigue en des termes peu appropriés, notamment en employant l’adjectif « turgescents » (σφριγῶντες)99.

  • 100 San. tu. III, 5 et 7 (K. VI, 193, 12 - 194, 7 ; 199, 12 - 201, 9 = CMG 5.4.2) ; De locis affectis I (...)
  • 101 «  Nous percevons que nos parties comme contusionnées ou enflammées » (ὥσπερ τεθλασμένων ἢ φλεγμαιν (...)
  • 102 « La profondeur de la sensation perçue sur les parties qui se trouvent en profondeur  » (τῷ βάθει τ (...)

42La fatigue inflammatoire (φλεγμονώδης κόπος100), due à l’épaisseur du sang, apparaît surtout chez les individus non habitués à l’effort après un entraînement très violent, et plus rarement chez les sportifs confirmés dont les exercices violents ont été trop prolongés. Elle est décrite d’un point de vue à la fois interne et externe. Elle s’accompagne surtout d’une importante production de chaleur, sensible de l’intérieur et de l’extérieur, mais aussi visible grâce à la rougeur de la peau101. Dans le mouvement ou le contact, les patients éprouvent une douleur au niveau de la zone de l’inflammation, parfois jusque dans les os ; mais l’impression de tension et de contusion qu’ils croient ressentir reste inobservable pour le médecin102. Seule la rougeur associée à la chaleur est une donnée objective. Galien remarque ainsi, sans trop le déplorer, que le nom d’inflammation (φλεγμονή) est donné à cette fatigue qui, en fait, n’est pas une inflammation au sens strict du terme.

4. 2. Les souffrances a priori réservées aux amateurs

43Les trois fatigues évoquées précédemment concernent en priorité les sportifs non professionnels, mais rien n’interdit de penser qu’elles touchent aussi les athlètes. Ces derniers restent en tout cas à l’abri d’autres souffrances, qui semblent a priori réservées aux amateurs.

  • 103 De placitis Hippocratis et Platonis II, 8, 13-17 (CMG 5.4.1.2).

44C’est le cas des douleurs à l’estomac (καρδιαλγία) qui se déclarent après une séance d’exercices violents suivie d’un jeûne103. Ces dernières proviennent d’une irritation mordante due à la présence de bile jaune sécrétée pendant l’effort. Ce cas ne doit pas souvent concerner les sportifs professionnels, qui, bien loin de jeûner après l’effort, ont plutôt tendance à trop s’alimenter.

  • 104 San. tu. III, 11 (K. VI, 222, 4-10 = CMG 5.4.2).
  • 105 Vendries, 2006, p. 251-252.
  • 106 De locis affectis VI, 6 (K. VIII, 451, 4-13).
  • 107 San. tu. VI, 14 (K. VI, 443, 15 - 449, 5 = CMG 5.4.2).
  • 108 In Hippocratis librum III epidemiarum commentarius I, 4 (K. XVII A, 521, 1 - 523, 10 = CMG 5.10.2.1 (...)

45Galien évoque aussi le problème de la fatigue et du dessèchement qui suivent les relations sexuelles104. Là encore, les athlètes ne sont sans doute pas des cibles privilégiées puisqu’ils semblent plutôt avoir pour habitude de pratiquer l’abstinence105 : Galien observe que les athlètes qui se privent de sexualité ont le pénis ridé, flasque et grêle, image peu conforme à l’idée qu’il se fait de la beauté106. Par ailleurs, il juge peu délicate la méthode qui consiste à refroidir leurs ardeurs en leur attachant des lames de plomb dans le bas du dos, ce qui peut s’avérer très inconfortable notamment pour dormir107. Il déplore enfin que l’abstinence sexuelle provoque des spasmes et des délires108. Au fond, toute privation systématique est contraire aux principes de l’hygiène galénique, qui, dans la lignée d’Hippocrate, se caractérise par sa modération.

4. 3. L’idéal de modération hygiénique

  • 109 Protr. XI, 3 (K. I, 27 = Boudon, p. 106) qui cite Hippocrate, Épidémies VI, 4, 18 (Manetti-Roselli (...)

46Le régime prôné par Galien s’inscrit bel et bien dans la continuité de l’idéal hippocratique de la juste mesure109 : une bonne hygiène sportive et nutritive repose sur la modération quantitative et qualitative, mais aussi sur la prise en compte des cas particuliers, qui dépend de la nature des individus et des circonstances.

  • 110 Grimaudo, 2008, p. 189-190.
  • 111 De uenae sectione aduersus Erasistratum 5 (K. XI, 164, 5).
  • 112 In Hippocratis librum primum epidemiarium commentarius I, 12 (K. XVII A, 53, 13 = CMG 5.10.1)
  • 113 Gourevitch, 1984, p. 63-64, 67, 233-254.
  • 114 San. tu. I, 9 (K. VI, 45-47 = CMG 5.4.2).
  • 115 Boudon, 2008, 2003b ; Gourevitch, 1987.
  • 116 San. tu. I, 7-8 et 10 (K. VI, 31-37 et 47-54 = CMG 5.4.2). Voir Byl 1991.
  • 117 San. tu. V, 3 (K. VI, 325, 8 - 326, 2 = CMG 5.4.2). Voir Byl, 1988.

47Le discours galénique vaut en théorie pour tous les sujets sans distinction d’âge ni de sexe, bien qu’il prenne essentiellement en compte l’hygiène masculine110. Mais, comme Hippocrate, Galien ne peut ignorer le cas des femmes esclaves, ni celui des femmes libres, « dont le régime au foyer n’est pas fait de violents labeurs » (οἴκοι… οὔτ’ ἐν ἰσχυροῖς πόνοις διαιτώμενον111), mais qui pour autant « ne mènent pas une vie totalement oisive » (μὴ πάνυ τι βίον ἀργον ἐζηκυίαις112). La gent féminine nécessite un traitement particulier, dont les exercices physiques ne sont pas exclus113 : Galien prend essentiellement en compte les difficultés liées à la maternité en recommandant des exercices modérés favorisant la grossesse et garantissant la bonne qualité du lait114. En revanche, il affiche un certain mépris à l’égard des préoccupations esthétiques des femmes, bien qu’il se voie contraint d’y répondre pour satisfaire à la commande des princesses, et parfois des princes115. Il estime en outre que les nouveau-nés doivent eux aussi exécuter des exercices modérés, faits de mouvements, de massages ou de bains ; c’est pourquoi il condamne la brutalité de certains peuples barbares qui, pour fortifier les bébés, les plongent dans des rivières glacées116. De même, l’hygiène des vieillards se doit de respecter un impératif de pondération, voire de douceur, adaptée à chaque partie du corps117.

  • 118 In Hippocratis uel Polybi opus de salubri uictus ratione priuatorum commentarius, 25-26 = Galeni in (...)
  • 119 In Hippocratis librum primum epidemiarum commentarius III, 2 (K. XVII A, 266 = CMG 5.10.1).
  • 120 De differentia pulsuum II, 9 (K. VIII, 624, 4-19).
  • 121 Pro puero epileptico consilium 3 (K. XI, 362, 1 et 365, 13 = Keil, 1959).
  • 122 San. tu. III, 2 et 3 (K. VI, 167, 7 - 169, 14 et 180, 1-15 = CMG 5.4.2).
  • 123 Boudon, 2003b, p. 86. Voir l’exploitation érotique de ce motif dans la littérature grecque, par exe (...)

48Chez le reste des hommes, le choix du sport dépend des dispositions particulières de chacun et, pour un même individu, varie selon les saisons118. L’essentiel est de limiter la sécrétion de bile jaune et d’éviter les problèmes de coction, qui causent les douleurs les plus vives119. L’importance des massages préparatoires et apothérapeutiques est fortement soulignée120. Galien rappelle d’ailleurs que la friction constitue en elle-même un exercice physique, qui, dans certains cas difficiles comme celui des enfants épileptiques, peut suffire à lui seul121. Idéalement, un bel entraînement comporte une préparation physique et prévoit, au milieu et à l’issue de l’effort, des exercices apothérapeutiques : l’objectif est d’éviter les problèmes d’évacuation et de fatigue, qui peuvent occasionner des douleurs importantes122. Si ces préceptes sont respectés, le corps des sportifs affichera, en même temps qu’une excellente santé, une beauté éclatante, rehaussée par la rougeur modérée des exercices et par l’éclat des huiles de massage123.

5. Conclusion

49L’impératif qui consiste à dire qu’il faut souffrir pour être beau n’est donc valable que si l’on définit l’effort physique comme une souffrance. Or Galien s’évertue précisément à limiter la place de la douleur dans la pratique du sport. Pour ce faire, il prend ses distances par rapport au modèle des colosses légendaires et il condamne les excès du régime athlétique, qui débouchent sur une laideur paralytique, plus effrayante encore que la douleur perpétuelle des carrières sportives, à laquelle, semble-t-il, on s’accoutume.

  • 124 San. tu. I, 8 (K. VI, 41-42 = CMG 5.4.2).
  • 125 De paruae pilae exercitio 1 et 3 (K. V, 899-900et 904-905 = Wenkebach, 1938).

50À l’inverse, il appelle de ses vœux une hygiène idéalement indolore, qui garantit la santé et la beauté de ses adeptes. Le sport pourrait même devenir un plaisir dès lors qu’on en fait une activité non seulement conforme à la nature, mais aussi ludique124. La chasse et les jeux de ballon seraient, paraît-il, capables de remplir cette double mission125 ; mais encore faut-il, dans un cas, être riche et, dans l’autre, ne pas être sot, ce qui n’est plus garanti quand on vit dans les villes et qu’on veut faire le beau.

Haut de page

Bibliographie

Boudon, V., 2003a, Le rôle de la sensation dans la définition galénique de la maladie, dans I. Boehm et P. Luccioni (éd.), Les cinq sens dans la médecine de l’époque impériale : sources et développements, Actes de la table ronde du 14 juin 2001, Lyon-Paris, p. 21-30.

Boudon, V., 2003b, Médecine et esthétique : nature de la beauté et beauté de la nature chez Galien, BAGB 2003-2, p. 77-91.

Boudon, V., 2006, Galien de Pergame face au mirage de la beauté parfaite, BAGB 2006-1, p. 127-141.

Boudon, V., 2008, Le médecin et la courtisane : la Phrynè de Galien, dans V. Boudon-Millot, V. Dasen et B. Maire (éd.), Femmes en médecine, en l’honneur de D. Gourevitch, Paris, p. 13-27.

Byl, S., 1988, La gérontologie de Galien, dans HPLS 10-1, p. 73-92.

Byl, S., 1991, L’enfant chez Galien, dans J.A. López Ferez (éd.), Galeno : Obra, pensamiento e influencia. Coloquio internacional celebrado en Madrid (22-25 marzo 1991), Madrid, p. 107-117.

Chantraine, P., 1968, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris (nouvelle éd. 2009).

Debru, A., 2003, Médecine et morale : « devenir meilleur » chez Galien et Marc-Aurèle, dans J. Jouanna et J. Leclant (éd.), La médecine grecque antique, actes du 14e colloque de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, 10-11 octobre 2003, Paris, p. 125-133.

Decker, W. et Thuillier, J.-P., 2004, Le sport dans l’Antiquité, Paris.

Englert, L., 1929, Untersuchung zu Galens Schrift Thrasybulos (Studien zur Geschichte der Medizin 18), Leipzig.

Felsenheld, É., 2009, Galien et la gymnastique : science sans conscience n’est que ruine du corps, BAGB 2009-2, p. 131-145.

Felsenheld, É., 2010, Images du corps athlétique chez Galien, dans M.-H. Garelli et V. Visa-Ondarçuhu (dir.), Corps en jeu de l’Antiquité à nos jours (Actes du colloque international « Corps en jeu », Université de Toulouse II-Le Mirail, 9-11 octobre 2008), Rennes, p. 303-318.

Felsenheld, É., 2012, Sport et travail dans les traités de Galien, dans A.-C. Gillis (dir.), Actes de la table ronde « Corps, travail et statut social », 25-26 novembre 2010, Lille, à paraître.

Gourevitch, D., 1984, Le mal d’être femme. La femme et la médecine dans la Rome antique, Paris.

Gourevitch, D., 1987, L’esthétique médicale de Galien, LEC 55, p. 267-290.

Grimaudo, S., 2008, Difendere la salute. Igiene e disciplina del soggetto nel De sanitate tuenda di Galeno, Elenchos 49, Napoli.

Moreno Rodríguez, R.M. et García Ballester L., 1982, El dolor en la teoría y práctica medicas de Galeno, Dynamis 2, p. 3-23.

Nieto Ibañez, J.-M., 2003, Galen’s Treatise Thrasybulus and the dispute between Paidotribes and gymnastes, Nikephoros (Zeitschrift für Sport und Kultur im Altertum) 16, p. 147-156.

Pigeaud, J., 1995, L’Art et le Vivant, Paris.

Rey, R., 1993, Histoire de la douleur, Paris.

Vendries, C., 2006, Abstinence sexuelle et infibulation des chanteurs dans la Rome impériale, dans F. Prost et J. Wilgaux (éd.), Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, Rennes, p. 247-261.

Visa-Ondarçuhu, V., 1997, Milon de Crotone, personnage exemplaire, dans A. Billaut (éd.), Héros et voyageurs grecs dans l’Occident romain, Lyon.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, les textes cités correspondent à l’édition de Kühn (notée K.) ou, dès que possible, à des éditions plus récentes, par exemple celles de V. Boudon dans la Collection des Universités de France, celles du Corpus Medicorum Graecorum (notées CMG) ou celles des Galeni Scripta Minora (notées SM). Sauf indications contraires, les traductions sont de mon fait.

2 La notion de sport est certes anachronique, mais, à condition qu’on en précise le sens, elle peut être pertinente pour parler de la culture antique. Sur ce point, voir l’introduction de Felsenheld, 2012.

3 Chantraine, 1968, s. v. γυμνός p. 241.

4 De sanitate tuenda II, 2 et 8 (K. VI, 85, 3 - 86, 8 et 133, 12 - 135, 3 = CMG 5.4.2) ; In Hippocratis librum VI epidemiarum commentarius I, 6 (K. XVII A, 838-839 = CMG 5.10.2.2).

5 Sur le γυμναστής, voir Englert, 1929 ; Nieto Ibañez, 2003 ; Felsenheld, 2009.

6 Sur la question de la nudité dans le sport, voir Decker, Thuillier, 2004, p. 225-227.

7 Chantraine, 1968, s. v. ἀσκέω p. 124.

8 Sur la persévérance chez Galien, voir Debru, 2003.

9 Protreptique XIII, 9 (K. I, 36 = Boudon, p. 114).

10 Chantraine, 1968, s. v. ἄεθλος p. 21.

11 Protr. XI, 11 (Boudon, p. 110 = K. I, 31) : «  Il est donc visible, quand il s’agit de santé physique, qu’aucune race n’est plus misérable (ἀθλιώτερον) que celle des athlètes. Aussi pourrait-on dire à bon droit que les athlètes ont reçu un nom bien en accord avec leur race, que les athlètes aient tiré leur nom du mot " misérable " (ἀθλίου) ou bien que les misérables (ἀθλίων) aient tiré le leur du mot "athlète", ou bien encore que le nom des uns et des autres vienne d’une origine commune comme d’une seule source, c’est-à-dire de leur condition misérable (ἀθλιότητος) (Trad. Boudon)  ». Ce passage peut être mis en parallèle avec Protreptique XIII, 9 (K. I, 36 = Boudon, p. 114), où Galien cite une fable désignant les coureurs olympiques par l’expression «  misérables hommes  » (ἄθλιοι ἄνδρες).

12 Chantraine, 1968, s. v. ἄγω p. 17.

13 San. tu. III, 2 (K. VI, 168, 2 - 169, 3 = CMG 5.4.2) ; De alimentorum facultatibus I, 2 (K. VI, 487, 11 - 488, 4 = CMG 5.4.2).

14 De praenotione ad Posthumum 7 (K. XIV, 635, 10 - 641, 4).

15 Chantraine, 1968, s. v. πένομαι p. 881.

16 San. tu. II, 2 (K. VI, 85, 6 - 86, 8 = CMG 5.4.2) ; In Hippocratis librum VI epidemiarum commentarius V, 10 (K. XVIIB, 260, 2 - 262, 12 = CMG 5.10.2.2). Sur la notion de travail chez Galien, voir Felsenheld, 2012.

17 Chantraine, 1968, s. v. ἔργον, p. 364.

18 San. tu. II, 8 (K. VI, 133-135 = CMG 5.4.2).

19 Chantraine, 1968, s. v. κάμνω p. 490.

20 Ibid., s. v. ταλαίπωρος p. 1088.

21 In Hippocratis de natura hominis librum commentarius II, XVI (K. XV, 158, 10-11 = CMG 5.9.1).

22 Sur la douleur chez Galien, voir Boudon, 2003a ; Rey, 1993, p. 41-46 ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982.

23 Chantraine, 1968, s. v. ἄλγος p. 55 et ὀδύνη p. 775.

24 Ibid., s. v. ἀνία p. 91 et λύπη p. 651.

25 Ibid., s. v. κόπτω p. 563.

26 Rey, 1993, p. 40-42 ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982, p. 11-17.

27 Boudon, 2003a, p. 24 ; Rey, 1993, p. 43.

28 Boudon, 2003a, p. 24-25 ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982, p. 17-24.

29 Boudon, 2003a ; Moreno Rodríguez, García Ballester, 1982, p 4-10.

30 De symptomatum differentiis 1 (K. VII, 47, 11-12 et 50, 4-5). Voir Boudon, 2003a, p. 24-29.

31 Boudon, 2006, 2003b ; Pigeaud, 1995 ; Gourevitch, 1987.

32 Ps.-Gal., Definitiones medicae 129 (K. XIX, 382, 12). Voir Boudon, 2003b, p. 84 ; Gourevitch, 1987, p. 270-271.

33 Thrasybule 15-16 (K. V, 830, 1 - 833, 11 ; 833, 12 - 834, 17 = SM III). Voir Boudon, 2003b, p. 84-85.

34 Boudon, 2008, p. 25 ; 2006, p. 135-139 ; Gourevitch, 1987, p. 271 et p. 283-289.

35 Ps.-Gal., Def. med. 129 (K. XIX, 382-283). Voir Boudon, 2006, p. 139 ; 2003b, p. 82-91 ; Gourevitch, 1987, p. 270.

36 Boudon, 2003b, p. 78 ; Pigeaud 1995, p. 135 et p. 150 ; Gourevitch, 1987, p. 270.

37 Protr. XIII, 9 (K. I, 36 = Boudon, p. 115) ; De compositione medicamentorum secundum locos IX, 4 (K. XIII, 271, 8-11).

38 Protr. XIII, 3 (Boudon, p. 112 = K. I, 33) ; De simplicium medicamentorum facultatibus V, 4 (K. XI, 714, 12 - 715, 10).

39 In Platonis Timaeum commentarii fragmenta (CMG I, fr. 19, 20) ; De elementis II, 5 (K. I, 508, 1 = CMG 5.1.2) ; De naturalibus facultatibus I, 14-15 ; II, 7 ; III, 15 (K. II, 45, 7 ; 47, 9 ; 48, 19 ; 53, 20 ; 60, 1 ; 106, 6 ; 206, 19, 210, 11 = SM III) ; De usu partium VI, 15 (K. III, 481, 13 = Helmreich p. 351) ; De locis affectis VI, 5 (K. VIII, 422, 4) ; De simplicium medicamentorum facultatibus IX, 11 (K. XII, 204, 11).

40 Dans les traités pharmacologiques de Galien, l’adjectif Ἡράκλειος est utilisé pour désigner plusieurs végétaux : ἑλξίνη (De simplicium medicamentorum facultatibus VI, 5 = Κ. ΧΙ, 874, 12), μήκων (De simplicium medicamentorum facultatibus VII, 12 = Κ. ΧΙΙ, 74, 17), πάνακες ou πάναξ (De simplicium medicamentorum facultatibus VIII, 15 et 16 = Κ. ΧΙΙ, 91, 11 et 94, 15-16) et βοτάνη (De compositione medicamentorum secundum locos IV, 8 = K. ΧΙΙ, 782, 14).

41 In Hippocratis librum VI epidemiarum commentarium VI, 7 (K. XVII B, 341, 4-10 = CMG 5.10.2.2).

42 De compositione medicamentorum per genera V, 15 (K. XIII, 857-858).

43 De propriorum animi cuiuslibet affectuum dignotione et curatione 4, (K. V, 15, 2-11 = CMG 5.4.1.1) ; De bono habitu (K. IV, 751, 16 = Helmreich, 1901, p. 21).

44 Sur Milon, voir Visa-Ondarçuhu, 1997.

45 De bono habitu (K. IV, 751, 13-15 = Helmreich, 1901, p. 16-20) ; San. tu. I, 5 (Κ. VI, 20, 3 = CMG 5.4.2). En partenariat avec Polydamas, De usu partium VI, 13 (K. III, 467, 17 - 469, 8 = Helmreich, 1907, p. 340-342) ; De dignoscendis pulsibus II, 2 (K. VIII, 843, 1 - 844, 4). Voir Felsenheld, 2008, p. 312-313 ; Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 33-46. Sur Polydamas, voir Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 41-43 et p. 57-58.

46 Felsenheld, 2010, p. 313.

47 Protr. XIII, 5 (K. I, 34 = Boudon, p. 112). Voir Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 52.

48 Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 55-58.

49 Protr. XIII, 6 (K. I, 34-35 = Boudon, p. 113).

50 Ni l’expression κακῶς ἔχεται, ni le mot κακεξία ne sont présents dans l’anecdote du Protreptique ; mais un lecteur qui connaît les intentions subversives de Galien à l’égard de Milon pourra les déduire de ce récit et s’amuser d’une telle coïncidence.

51 Le verbe ἐμποδίζεσθαι n’est pas employé par Galien, mais le blocage que ce mot désigne est sous-entendu dans la situation évoquée par Galien. Un lecteur averti du corpus galénique pourra faire le rapprochement entre cette immobilisation dramatique et l’invalidité inhérente aux pathologies. Il est vrai, cependant, que, dans la souche, Milon se coince les mains (χεῖρας) et non pas les pieds (πόδας), ce qui marque une certaine distance par rapport au sens étymologique du verbe ἐμποδίζεσθαι.

52 Sur l’ironie du mangeur de viande dévoré par des bêtes carnivores, voir Visa-Ondarçuhu, 1997, p. 55-56.

53 De propriorum animi cuiuslibet affectuum dignotione et curatione 4 (K. V, 14, 9 - 16, 3 = CMG 5.4.1.1).

54 De bono habitu (K. IV, 751, 15 - 752, 2 = Helmreich, 1901, p. 16-20). Gourevitch, 1987, p. 273.

55 Art médical XIV, 5 (K. I, 343 = Boudon, p. 317). Boudon, 2003b, p. 86.

56 De propriorum animi cuiuslibet affectuum dignotione et curatione 4 (K. V, 15, 6 = CMG V.4.1.1) : πάναισχρον… καθάπερ ὁ Θερσίτης τὸ σῶμα.

57 Iliade II, 216-219 ; 265-269.

58 Protr. XI, 9-10 (K. I, 30, 5 - 31, 13 = Boudon, p. 109-110), XII, 2-3 (K. I, 32, 4-12 = Boudon, p. 110-111), Thras. 37 (K. V, 876-879 = SM III), De paruae pilae exercitio 3 (K. V, 905, 11-13 = Wenkebach, 1938) et De bono habitu (K. IV, 753, 13 - 756, 4 = Helmreich, 1901, p. 16-20) ; De humero iis modis prolaspo quos Hippocrates non uidit (K. XVIII A, 349, 3-7). Felsenheld, 2010, p. 315.

59 De paruae pilae exercitio 5 (K. V, 910, 2-6 = Wenkebach, 1938).

60 Decker, Thuillier, 2004, p. 224 et p. 234-241.

61 In Hippocratis De uictu acutorum commentarius IV, 110 (K. XV, 900, 10 - 904, 2 = CMG 5.9.1).

62 De compositione medicamentorum secundum locos IV, 8 (K. XII, 753, 3-6). On pourra aussi simplement retenir l’idée que les athlètes doivent avoir de bons yeux pour espérer devenir champion olympique.

63 De compositione medicamentorum secundum locos V, 2 (K. XII, 844, 18 - 845, 4).

64 Protr. XII, 2 (K. I, 32, 4-12 = Boudon, p. 110).

65 De compositione medicamentorum per genera Ι, 13 (K. XIII 418, 6 - 419, 14) ; voir notamment K. XIII, 17-18 : « Οὕτως ἔσχε κακῶς, ὡς κινδυνεῦσαι μὲν ἀποσαπῆναι τὸ δηχθὲν μόριον ὅλον, ἐπιγενομένης σηπεδόνος αὐτῷ. » (« Il fut à ce point mal qu’il risqua de perdre, à cause de la pourriture, la totalité de la partie mordue, puisqu’un pourrissement était apparu par la suite au niveau de sa blessure.  »)

66 De bono habitu (K. IV, 754, 6 - 756, 4 = Helmreich, 1901, p. 16-20) ; In Hippocratis aphorismos commentarius I, 3 (K. XVII B, 363, 2 - 364, 9). Felsenheld, 2010, p. 314.

67 San. tu. III, 7 (K. VI, 201, 10 - 202, 2 = CMG 5.4.2). Tandis que le mot ξηρότης désigne l’état de sécheresse, il semble que la notion d’ἰσχνότης désigne à la fois cet état et l’impression d’épuisement ressentie par le patient.

68 In Hippocratis uel Polybi opus de salubri uictus ratione priuatorum commentarius 27, 29 et 32 = Galeni in Hippocratis de natura hominis commentarius ΙΙΙ, 27, 29 et 32 (K. XV, 212-216 ; 218 et 221-22 = CMG 5.9.1).

69 Felsenheld, 2010, p. 315 ; 2009, p. 142.

70 Protr. XI, 9-10 (K. I, 30-31 = Boudon, p. 109).

71 Ibid. XIV, 1 (K. I, 37 = Boudon, p. 116).

72 Thras. 37 (K. V, 877, 5 = SM III).

73 Ibid.

74 In Hippocratis aphorismos commentarius Ι, 15 (K. XVII B, 418, 8-9). Felsenheld, 2010, p. 318. Dans le Sur les lieux affectés (De locis affectis II, 2 = K. VIII, 71, 11-16), Galien met en rapport engourdissement, insensibilité, paralysie et refroidissement : «  L’engourdissement est assurément un refroidissement extraordinaire, et c’est la raison pour laquelle il provoque une gêne dans la sensation et dans le mouvement chez les corps qui en sont affectés, de même aussi sans doute que le refroidissement complet provoque une insensibilité et une paralysie. » (Ἡ γάρ τοι νάρκη ψύξις τίς ἐστιν οὐκ ἀγεννὴς, καὶ διὰ τοῦτο δυσαισθησίαν τε καὶ δυσκινησίαν ἐπιφέρει τοῖς οὕτω διατεθεῖσι σώμασιν, ὥσπέρ γε καὶ τὴν τελείαν ἀναισθησίαν τε καὶ ἀκινησίαν ἡ τελεία κατάψυξις.)

75 Felsenheld, 2009, p. 142

76 Thras. 37 et 45 (K. V, 878, 8-9 et 892-893 = SM III) ; San. tu. II, 3 et 4 (K. VI, 94, 2 et 116, 7 = CMG 5.4.2).

77 Thras. 45 (K. V, 893, 12-20 = SM III).

78 Le mot κακά n’est pas dans le texte du Thrasybule : c’est la répétition de la syllabe κα- qui le rend perceptible.

79 Dans le corpus galénique, la famille lexicale de καλός sert parfois à qualifier l’action du bon entraîneur, notamment en Thras. 43 (K. V, 888, 10-12 = SM III), où le pédotribe est présenté comme «  celui qui sait exécuter de belle et correcte façon toutes les prises de luttes et toutes les actions particulières des massages » (ὁ… ἐπιστάμενος τά τε παλαίσματα σύμπαντα καὶ τῶν τρίψεων ἁπάσας καλῶς ἐργάζεσθαι).

80 San. tu. II, 4 et III, 3 (K. VI, 119, 6-7 et 181, 1 - 182, 13 = CMG 5.4.2).

81 Thras. 43 et 45 (K. V, 888, 12-19 et 891, 15 - 892, 2 = SM III) ; San. tu. ΙΙ, 7, 10 et 11 (K. VI, 129, 144-146 et 153-154 = CMG 5.4.2). Felsenheld, 2009, p. 134-135.

82 Thras. 45 (Κ. V, 891, 18-19 = SM III).

83 De naturalibus facultatibus II, 3 (K. II, 79, 17 - 80, 6 = SM III) ; An in arteriis natura sanguis contineatur 5 (Κ. IV, 717, 9-16 = Albrecht, 1911) ; De difficultate respirationis II, 5 (K. VII, 837, 13 - 839, 17 = SM III), où on relève deux occurrences de la formule αἴσχιστον πτῶμα, qui confère à la chute une laideur à la fois morale et esthétique.

84 En De consuetudinis 1 (Dietz, p. 106, 3-4), Galien s’en prend aux «  individus qui font subir de mauvais traitements à tout ce qui est beau  » (τῶν ἅπασι τοῖς καλοῖς λυμαινομένων). La formule ἅπασι τοῖς καλοῖς est peut-être un neutre pluriel à valeur générale, mais, si on la comprend comme un masculin pluriel, elle désigne les «  belles personnes  », qui peuvent être soit les excellents médecins dont les théories sont profanées, soit les beaux hommes dont la santé est maltraitée à cause des régimes des mauvais entraîneurs.

85 Protr. XI, 2-9 et XII, 1 (K. I, 27-30 et 31-32 = Boudon, p. 106-109 et p. 110).

86 Ibid. XI, 10 - XII, 3 ; XIV, 1 (K. I, 31-32, 37 = Boudon, p. 110-111, 115-116) ; De paruae pilae exercitio 3 (K. V, 905, 11-13 = Wenkebach, 1938) ; De humero iis modis prolapso quos Hippocrates non uidit, incipit (K. XVIII A, 346-349).

87 De humero iis modis prolapso quos Hippocrates non uidit 41 (K. XVIIIA, 401, 16 - 402, 16). Outre les formules «  sentant que ma clavicule était luxée  » (καμπτομένης αἰσθανόμενος τῆς κλειδὸς), «  cela palpitait en profondeur  » (ἔσφυζε… διὰ βάθους), « souffrir ainsi  » (οὕτω παθεῖν), «  supporter la force du bandage  » (φέρειν… τὸ βίαιον τῆς ἐπιδέσεως), « je percevais que la zone était toute froide  » (ἠσθανόμην ψυχροῦ τοῦ χωρίου πάντως), «  comme si c’étaient les brûlures mêmes de la canicule (ὡς ἂν καὶ τῶν ὑπὸ κύνα καυμάτων ὄντων), «  durant les souffrances musculaires  » (κατὰ τὰς κακοπαθείας τῶν μυῶν), «  après la douleur  » (μετὰ τὴν ὀδύνην), voir le passage où Galien se défend de toute sensiblerie (μαλακίαν, μαλθακιζομένου).

88 San. tu. III, 5 et 6 (K. VI, 192, 5-17 et 195, 6-15 = CMG 5.4.2) ; De locis affectis II, 8 (K. VIII, 103, 16 - 104, 2 ; 107, 2 - 108, 12).

89 «  La peau et les chairs piquent et sont comme blessées » (κεντᾶσθαί τε καὶ οἷον τιτρώσκεσθαι τὸ δέρμα καὶ τὰς σάρκας) ; « les médecins et les maîtres de gymnastiques parlent de fatigues ulcéreuses lorsque, dans le mouvement ou le contact, on a des parties endolories une sensation identique à celle qu’on a des parties ulcérées » (ἑλκώδεις κόπους ὀνομάζεσθαι πρός τε τῶν ἰατρῶν καὶ τῶν γυμναστῶν, ὅτ’ ἂν ἐν τῷ κινεῖσθαί τις ἢ ψαύειν τῶν κεκοπωμένων μορίων αἴσθησιν ἴσχῃ τοῖς ἡλκωμένοις μέρεσιν ὁμοίαν) ; « le genre de douleur que procure la piqûre d’une aiguille fine » (τοιοῦτόν τινα τὸ εἶδος, οἷον κεντούσης βελόνης ὀξείας γίνεται).

90 « Il se produit parfois un frémissement et même un peu de frisson  » (φρίκην ἐνίοτε γίνεσθαι καί τι καὶ ῥίγους) ; «  la peau des individus qui éprouvent cette fatigue apparaît serrée et frémissante » (πυκνὸν δὲ καὶ φρικῶδες φαίνεται τῶν ἐν τούτῳ τῷ κόπῳ τὸ δέρμα).

91 « Les patients s’accordent à dire que, dans le mouvement, ils souffrent comme d’un ulcère  » (ὁμολογοῦσιν ἐν τῷ κινεῖσθαι καθάπερ ἕλκος ἀλγεῖν).

92 Galien reproche à Archigène d’avoir utilisé l’adjectif «  plus douce  » (γλυκύτερον) à propos de cette douleur. Selon lui, cet adjectif est inapproprié, même dans une perspective comparative, pour qualifier une sensation qui par essence est «  désagréable  » (ἀνιαρόν). Voir aussi De locis affectis II, 6 (K. VIII, 88, 3-5) : «  Il n’est pas non plus possible de considérer la douleur comme douce, puisque cette dernière afflige toujours le patient tandis que toutes les sensations douces sont agréables. » (τὸν μὲν γὰρ γλυκὺν οὐδ’ ἐπινοῆσαι δυνατὸν, ἀνιῶντος μὲν ἀεὶ τοῦ πόνου τὸν πάσχοντα, πάντων δὲ τῶν γλυκέων ἡδέων ὄντων.) Il apparaît ainsi que le contraire de la douleur est non seulement l’absence de douleur (τὸ ἀνώδυνον), mais aussi l’agrément (τὸ ἡδύ). Par ailleurs, Galien refuse de dire, comme Archigène, qu’une douleur ulcéreuse peut être une démangeaison (κνησμός). Selon lui, les deux sensations sont distinctes dans le temps et dans l’espace, la démangeaison étant plus précoce et plus superficielle.

93 San. tu. III, 5 et 6 (K. VI, 192, 18 - 193, 11 et 198, 5-8 ; 12 ; 199, 4-10 = CMG 5.4.2) ; De locis affectis II, 8 (K. VIII, 103, 16 - 104, 2 ; 106, 1-13).

94 «  Les parties semblent être tendues  » (τείνεσθαι δοκεῖ τὰ μορία) ; «  [les fibres des muscles] paraissent être encore tendues même si elles ne sont plus tendues  » (τείνεσθαι… ἔτι δοκοῦσι, κἂν μηκέτι τείνωνται) ; « on sent une tension  » (συντάσεως αἰσθάνονται).

95 «  [Cette fatigue] rend terriblement hésitants et difficiles à courber les individus qui en sont affectés » (δεινῶς ὀκνηρούς τε καὶ δυσκαμπεῖς ἐργάζεται τοὺς κοπωθέντας).

96 « Cependant les individus concernés ne semblent pas serrés et frémissants comme l’étaient ceux dont il vient d’être question » (οὐ μὴν πυκνοί τε καὶ φρικώδεις οἱ τοιοῦτοι φαίνονται, καθάπερ οἱ μικρὸν πρόσθεν εἰρημένοι).

97 « On voit qu’ils ne sont en rien moins ratatinés et rabougris que ces individus » (προσεσταλμένοι δ’ οὐδὲν ἧττον ἐκείνων οὗτοι καὶ αὐχμώδεις ὁρῶνται).

98 « À ceux qui les touchent, ils semblent être plus chauds non seulement que les patients établis dans une constitution ulcéreuse, mais même plus chauds qu’ils ne l’étaient eux-mêmes lorsqu’ils étaient sains » (θερμότεροι τοῖς ἁπτομένοις εἶναι δοκοῦσιν οὐ μόνον τῶν τὴν ἑλκώδη διάθεσιν ἐχόντων, ἀλλὰ καὶ σφῶν αὐτῶν, ὅθ’ ὑγίαινον).

99 Archigène emploie l’adjectif «  turgescents  » (σφριγῶντες) pour qualifier l’état de tension des muscles. Or, pour Galien, ce terme ne permet pas de rendre compte de la singularité des douleurs musculaires puisqu’il s’applique généralement à tous les corps en état de plénitude. En revanche, il juge assez pertinente la notion d’«  extension en largeur  » (μετ’ εὐρυχωρίας… διατείνεσθαι). Voir De locis affectis II, 8 (K. VIII, 106, 1-13).

100 San. tu. III, 5 et 7 (K. VI, 193, 12 - 194, 7 ; 199, 12 - 201, 9 = CMG 5.4.2) ; De locis affectis II, 8 (K. VIII, 104, 3-7) ; De methodo medendi ΙΙ, 1 (Κ. ΧΙ, 73, 1 - 74, 3).

101 «  Nous percevons que nos parties comme contusionnées ou enflammées » (ὥσπερ τεθλασμένων ἢ φλεγμαινόντων αἰσθανόμεθα τῶν μορίων) ; « une rougeur fleurit en surface comme celle qui apparaît chez les individus qui ont pris un bain, qui se sont chauffés près du feu ou de quelque autre manière que ce soit » (ἔρευθος ἐπανθεῖ τοιοῦτον, οἷον τοῖς λελουμένοις ἢ παρὰ τῷ πυρὶ θαλφθεῖσιν ἤ πως ἄλλως θερμανθεῖσι).

102 « La profondeur de la sensation perçue sur les parties qui se trouvent en profondeur  » (τῷ βάθει τῆς αἰσθήσεως ἐπὶ τὰ διὰ βάθους κείμενα μόρια) ; «  la disposition semble être dans la profondeur et autour des os eux-mêmes » (ἐν τῷ βάθει τε καὶ περὶ τοῖς ὀστοῖς αὐτοῖς ἡ διάθεσις εἶναι δοκεῖ) ; « Voilà pourquoi, quand on les touche, les patients souffrent et semblent particulièrement chauds ; et ils souffrent aussi s’ils entreprennent de se mouvoir par eux-mêmes » (ταῦτά τοι καὶ ψαυόντων ὀδυνῶνται καὶ θερμότεροι φαίνονται· ὀδυνῶνται δὲ καί, ἣν αὐτοὶ καθ’ ἑαυτοὺς ἐπιχειρήσωσι κινεῖσθαι) ; « ceux qui sont pris par cette fatigue croient qu’ils sont tendus et que tous leurs tendons sont contusionnés même jusqu’aux os (τείνεσθαι μὲν…, τεθλάσθαι δὲ τὰ νεῦρα σύμπαντα μέχρι καὶ τῶν ὀστῶν οἱ τούτῳ τῷ κόπῳ κατεχόμενοι νομίζουσιν) ; « les douleurs… sont profondes, c’est-à-dire de nature à produire une sensation dans la profondeur du corps, et elles donnent l’illusion que ce sont les os mêmes qui souffrent » (οἱ… πόνοι βύθιοί τ’ εἰσὶν, τοῦτ’ ἔστιν διὰ βάθους τοῦ σώματος ἐπιφέροντες αἴσθησιν, αὐτῶν τε τῶν ὀστῶν ἐπάγουσιν φαντασίαν ὡς ὀδυνωμένων) ; « Le pouls se fait pénible dans la profondeur et le patient a le sentiment qu’il est totalement tendu, que la partie est comprimée, qu’il perçoit une trop grande chaleur, si bien qu’il croit brûler complètement et ressent le besoin de se refroidir » (καὶ σφυγμὸς ἀνιαρὸς ἐν τῷ βάθει καὶ τείνεσθαι πάντῃ νομίζει καὶ θλᾶσθαι τὸ μόριον καὶ θερμασίας αἰσθάνεσθαι πλείονος, ὡς διακαίεσθαι δοκεῖν καὶ ἀναψύχεσθαι ποθεῖν).

103 De placitis Hippocratis et Platonis II, 8, 13-17 (CMG 5.4.1.2).

104 San. tu. III, 11 (K. VI, 222, 4-10 = CMG 5.4.2).

105 Vendries, 2006, p. 251-252.

106 De locis affectis VI, 6 (K. VIII, 451, 4-13).

107 San. tu. VI, 14 (K. VI, 443, 15 - 449, 5 = CMG 5.4.2).

108 In Hippocratis librum III epidemiarum commentarius I, 4 (K. XVII A, 521, 1 - 523, 10 = CMG 5.10.2.1).

109 Protr. XI, 3 (K. I, 27 = Boudon, p. 106) qui cite Hippocrate, Épidémies VI, 4, 18 (Manetti-Roselli p. 96 = Littré V, p. 312) ; In Hippocratis librum primum epidemiarum commentarius III, 2 (K. XVII A, 266, 2 = CMG 5.10.1) ; In Hippocratis librum VI epidemiarum commentarius V, 10 (K. XVII B, 260, 2 - 262, 12 = CMG 5.10.2.2) ; De consuetudinibus 5 (Dietz, p. 125-128) qui cite Épidémies VI, 4, 18 (Manetti-Roselli p. 96 = Littré V, p. 312) et Aphorismes II, 48, 2 (Littré IV, p. 484-485).

110 Grimaudo, 2008, p. 189-190.

111 De uenae sectione aduersus Erasistratum 5 (K. XI, 164, 5).

112 In Hippocratis librum primum epidemiarium commentarius I, 12 (K. XVII A, 53, 13 = CMG 5.10.1)

113 Gourevitch, 1984, p. 63-64, 67, 233-254.

114 San. tu. I, 9 (K. VI, 45-47 = CMG 5.4.2).

115 Boudon, 2008, 2003b ; Gourevitch, 1987.

116 San. tu. I, 7-8 et 10 (K. VI, 31-37 et 47-54 = CMG 5.4.2). Voir Byl 1991.

117 San. tu. V, 3 (K. VI, 325, 8 - 326, 2 = CMG 5.4.2). Voir Byl, 1988.

118 In Hippocratis uel Polybi opus de salubri uictus ratione priuatorum commentarius, 25-26 = Galeni in Hippocratis de natura hominis commentarius ΙΙΙ, 25-26 (K. XV, 211-212 = CMG 5.9.1).

119 In Hippocratis librum primum epidemiarum commentarius III, 2 (K. XVII A, 266 = CMG 5.10.1).

120 De differentia pulsuum II, 9 (K. VIII, 624, 4-19).

121 Pro puero epileptico consilium 3 (K. XI, 362, 1 et 365, 13 = Keil, 1959).

122 San. tu. III, 2 et 3 (K. VI, 167, 7 - 169, 14 et 180, 1-15 = CMG 5.4.2).

123 Boudon, 2003b, p. 86. Voir l’exploitation érotique de ce motif dans la littérature grecque, par exemple chez Chariton d’Aphrodise dans Les aventures de Chéréas et Callirrhoè I, 5.

124 San. tu. I, 8 (K. VI, 41-42 = CMG 5.4.2).

125 De paruae pilae exercitio 1 et 3 (K. V, 899-900 et 904-905 = Wenkebach, 1938).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édouard Felsenheld, « Souffrir pour être beau ? », Pallas, 88 | 2012, 27-44.

Référence électronique

Édouard Felsenheld, « Souffrir pour être beau ? », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 08 juin 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://pallas.revues.org/2425 ; DOI : 10.4000/pallas.2425

Haut de page

Auteur

Édouard Felsenheld

ATER de grec
Université de Lille 3 - Charles-de-Gaulle
edouard_felsenheld@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org