Navigation – Plan du site
II. Corps souffrant et philosophie

Valetudinarius Seneca. Sénèque le Philosophe était-il un malade imaginaire ?

Valetudinarius Seneca. Was Seneca the Philosopher a hypochondriac?
Jean-Christophe Courtil
p. 83-102

Résumés

Sénèque a composé une œuvre philosophique dans laquelle les maux physiques qui l’accablent occupent une place considérable. Cette préoccupation constante, peu conforme à l’orthodoxie stoïcienne qui affirme l’absence de valeur morale de la souffrance physique, a été souvent mal comprise. Ainsi, certains ont émis l’hypothèse d’une œuvre qui témoignerait, en dehors de tout système de pensée stoïcien, de l’obsession hypocondriaque de son auteur. Après avoir posé la distinction fondamentale qui différencie hypocondrie, simulation et exagération, nous tenterons de démontrer que l’hypothèse de l’hypocondrie, comme celle de la simulation, peuvent toutes deux être exclues. En revanche, notre auteur a certainement utilisé sa santé fragile comme excuse pour échapper aux dangers qu’il courait. La mise en avant de ses maux a conduit à la constitution d’une image stéréotypée du philosophe aux prises avec les souffrances de la maladie, quitte à surinterprétrer les informations présentes dans son œuvre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple Cassius Dion, Hist. Rom. LXI 10 ; Waltz, 1909, p. 386.
  • 2 Nous limiterons notre étude à l’état de santé physique de Sénèque, laissant de côté sa santé morale (...)
  • 3 Marc. 23, 1-2 ; Helu. 11, 7 ; Nat. I praef. 11 ; III praef. 18 ; ep. 15, 2 ; 26, 2 ; 31, 11 ; 65, 1 (...)
  • 4 Voir à ce propos l’abondante bibliographie traitant des rapports entre la pensée de Sénèque et la m (...)
  • 5 Dans Vit. 21, 1, Sénèque présente une objection qui lui a sûrement été adressée en réalité :… ualet (...)
  • 6 Russell, 1973, p. 80.
  • 7 Ep.54, 1 :… nullum mihi ignotum est ! (« … aucun [mal] ne m’est inconnu !  »).
  • 8 Cf. la bibliographie citée n. 28.
  • 9 À ce sujet, cf. Misch, 1950 ; Baslez et al., 1993.
  • 10 Cf. Le Blay, 2009, p. 62.

1Dès l’Antiquité, on a reproché à Sénèque de ne pas mettre sa conduite en accord avec sa philosophie1. Parmi ces incohérences apparentes, la question du statut de la santé physique2 figure en bonne place. Certes, le philosophe respecte scrupuleusement l’orthodoxie stoïcienne en affirmant avec insistance qu’il ne faut accorder aucune valeur morale aux maux qui viennent affecter le corps3 ; toutefois, parallèlement à ces considérations, il compose une œuvre dans laquelle la santé, et surtout la maladie, occupent une place considérable4. Les maux physiques de manière générale, et ceux qui l’accablent en particulier, y sont omniprésents, à la fois comme image permettant, par analogie, d’accéder à la compréhension de réalités plus complexes, mais aussi comme matière même de la réflexion philosophique. Pour expliquer cette place mal comprise5 et jamais accordée jusqu’alors au corps souffrant dans la philosophie du Portique, certains commentateurs ont proposé l’hypothèse d’une œuvre qui témoignerait, en dehors de tout système de pensée stoïcien, de l’obsession de son auteur pour son propre état de santé, et ont vu en Sénèque l’un des plus grands hypocondriaques de l’Antiquité6. Assurément, l’auteur fait très fréquemment allusion à son mauvais état de santé, de manière souvent hyperbolique, comme lorsqu’il affirme souffrir de toutes les maladies existantes7, et cette exagération a pu être perçue comme un symptôme venant renforcer le diagnostic de l’hypocondrie. Ce sujet, concernant l’un des auteurs les mieux connus, mais aussi les plus controversés du stoïcisme, a passionné les commentateurs8 qui ont, chacun à leur tour, accordé ou non leur crédit aux affirmations de Sénèque. Ils se sont ainsi confrontés à deux problèmes inhérents à cette question : la difficulté d’établir un diagnostic à partir des informations pathologiques données par l’auteur, et l’impossibilité de vérifier la véracité de ces affirmations, touchant par là même à la question épineuse de la sincérité de l’auteur dans l’Antiquité9. Concernant ce dernier point, il nous semble que l’hypothèse de l’hypocondrie de Sénèque témoigne de l’absence d’une distinction fondamentale dont on ne peut faire l’économie : celle qui différencie hypocondrie, simulation et exagération. Nous tenterons de distinguer clairement ces trois notions. Que Sénèque nous ait présenté son état de santé en toute objectivité, ou qu’il en ait donné une image déformée par l’hypocondrie, son œuvre serait alors un exemple des balbutiements de l’autobiographie antique, telle qu’elle semble s’être développée au début de l’Empire romain10. En revanche, s’il s’agit de simulation, il convient de s’interroger sur la part de construction de cette figure d’auteur comme homme souffrant et d’établir la présence d’une éventuelle mise en scène, tout particulièrement dans sa correspondance, genre qui se veut à la fois autobiographique et didactique.

1. Valetudinarius Seneca : une représentation traditionnelle

  • 11 Nous suivons ici l’excellente mise au point de Zanker, 2000.
  • 12 Ann. XV 60-64.
  • 13 Winckelmann, 1767, p. 256.
  • 14 Zanker, 2000, p. 56.
  • 15 Cf. par exemple la couverture de l’ouvrage de référence de Pierre Grimal, Sénèque ou la conscience (...)
  • 16 Ann. XV 63 :… senile corpus et parco uictu tenuatum.
  • 17 Hist. Rom. LIX 19, 8 :… φθόη τε χοιτο (« … qu’il avait la phtisie  »).

2Sénèque est incontestablement l’un des auteurs de l’Antiquité romaine que nous avons l’impression de connaître le mieux, à la fois à travers les informations personnelles qu’il nous livre dans son abondante correspondance, les Lettres à Lucilius, mais aussi les portraits littéraires composés par les auteurs antiques, et les représentations que nous avons pensé posséder de lui. Il existe trois portraits de Sénèque, dont deux ont été faussement identifiés comme représentant le philosophe11. Le premier (fig. 1), une statue en basalte trouvée à Rome en 1594, rappela à un antiquaire romain la scène du suicide du philosophe décrite par Tacite12 ; il en déduisit alors qu’il s’agissait d’un « Sénèque mourant ». En réalité, la statue, comme l’affirme pour la première fois Winckelmann13 sur la base d’une autre statue du même type, représente un vieux pêcheur et reprend un original hellénistique du iiie s. av. J.-C. Le deuxième (fig. 2) est un type de portrait, certainement l’œuvre d’un artiste des alentours de 200 av. J.-C., reproduit en de très nombreuses répliques et que les archéologues continuent d’appeler le « Pseudo-Sénèque », n’étant pas encore parvenus à une identification certaine. Ce buste était probablement connu bien avant, mais c’est la découverte de la statue du « vieux pêcheur » qui a induit son identification à Sénèque en vertu de leur similitude. Enfin, le troisième (fig. 3), découvert en 1813, est un hermès double qui combine un portrait de Socrate avec une effigie, si l’on en croit l’inscription, de « SENECA », et serait, lui, un authentique portrait du penseur stoïcien. Le style de période néronienne permet de dater l’original de la fin de la vie du philosophe14. Pourtant, à partir de la fin du xvie siècle, ce sont les deux premières œuvres qui passèrent pour le portrait authentique de Sénèque et, encore aujourd’hui, malgré la découverte du xixe siècle, on continue à utiliser le « Pseudo-Sénèque » pour illustrer les œuvres du philosophe15. La raison de ce mépris de la réalité archéologique est à rechercher du côté de la construction d’une représentation traditionnelle de notre auteur. D’un côté, nous avons deux portraits d’un personnage au corps émacié, au visage sillonné de rides, ravagé par la vieillesse, dans une pose figurant la souffrance d’un corps usé par le temps ; de l’autre, le buste d’un homme d’un âge avancé, mais en rien affaibli, aux lèvres pleines et au visage charnu, évoquant davantage un homme jouissant de la vie qu’un esthète ou un malade, peu conforme à l’image que la postérité s’est faite du sage stoïcien. Mais la représentation de Sénèque comme un homme âgé, maigre et maladif provient avant tout de la littérature antique. L’historien Tacite, dans son récit du suicide du philosophe, met l’accent sur la maigreur de ce « corps sénile affaibli par l’abstinence »16. Cassius Dion, lui, rapporte que Sénèque passait pour malade de la phtisie17.

  • 18 Husner, 1924, p. 32-34 ; Rodríguez Fernández, 1973, p. 308.
  • 19 Favez, 1928, p. 33.
  • 20 Rozelaar, 1976, p. 53-76.
  • 21 Gourevitch, 1984, p. 111.
  • 22 Grimal, 1959, p. 20.
  • 23 Rodríguez Fernández, 1973, p. 306.
  • 24 Rozelaar, 1976, p. 67.
  • 25 Panzani, 1988, p. 170.

3Les commentateurs modernes ont à leur tour contribué à la construction de cette image, en faisant de la maladie de Sénèque l’un des éléments caractéristiques de sa biographie, au point qu’elle aurait même, selon certains, profondément conditionné sa pensée18. En 1928, Charles Favez écrit : « Quand il s’agit de maladies et de souffrances, Sénèque, qui fut toute sa vie un valétudinaire, n’avait pas besoin de l’expérience d’autrui »19.Marc Rozelaar, quant à lui, consacre un chapitre entier de sa monographie aux « maux physiques de Sénèque »20. Enfin, plus récemment, Danielle Gourevitch le décrit comme « handicapé toute sa vie par des épisodes pathologiques multiples »21. Ces présentations vont même parfois jusqu’à la déformation de certaines informations textuelles afin de dégager de nouveaux maux dont Sénèque aurait pu souffrir. C’est le cas de Pierre Grimal qui affirme qu’« on sait que Sénèque fut atteint de crachements de sang lors d’exercices vocaux, entraînements à l’éloquence (Tranq. 6, 2) »22. Or, même si ce symptôme pourrait vérifier le diagnostic de tuberculose que l’on a souvent établi, ni dans le passage cité, ni ailleurs, Sénèque ne fait référence à un tel épisode. De même, Perfecto Rodríguez Fernández23 écrit : « N’oublions pas que Sénèque a été gastralgique, même si, à cet égard, on ne peut signaler aucune maladie concrète. », sans s’appuyer sur aucun indice textuel, comme il le reconnaît lui-même. Quant à Marc Rozelaar24, il voit en bilis (ep. 55, 2) « l’expectoration verdâtre caractéristique de la bronchite pneumocoque », alors que le terme renvoie évidemment à la bile, l’une des quatre humeurs de la théorie hippocratique. Enfin, nous pouvons ajouter à cette liste la remarque de Raphael Panzani25 qui présente la décision de Sénèque d’arrêter l’usage des parfums comme une conséquence de son asthme, alors que cette résolution n’a rien à voir avec la pathologie du philosophe, mais avec ses convictions morales et sa condamnation du luxe.

Fig. 1. Vieux pêcheur, dit Sénèque mourant

Fig. 1. Vieux pêcheur, dit Sénèque mourant

Paris (Musée du Louvre Ma 1354). Photographie Mathurin Maison.

Fig. 2. Pseudo-Sénèque

Fig. 2. Pseudo-Sénèque

Paris (Musée du Louvre Ma 1921). Photographie Mathurin Maison.

Fig. 3. Double Hermès avec portraits de Sénèque et Socrate (vue latérale)

Fig. 3. Double Hermès avec portraits de Sénèque et Socrate (vue latérale)

Berlin (Staatliches Museum Sk 391). Photographie Johannes Laurentius.

2. Les pathologies de Sénèque

  • 26 En ce sens, les Lettres à Lucilius, au caractère personnel, voire anodin, constituent l’une des rar (...)
  • 27 Qui frequenter aegrotat («  qui est souvent malade  »), selon la définition du C.G.L. Valetudinariu (...)
  • 28 Cf. Parry, 1799 ; Zecchinelli, 1817 ; Marx, 1872 ; Pawinski, 1909 ; Mattioli, 1973 ; Fernandez, 197 (...)
  • 29 Russell, 1973, p. 80.
  • 30 Rodríguez Fernández, 1973, p. 365 ; Panzani, 1988, p. 167 ; Chambert, 2002, p. 71.
  • 31 Helu. 19, 2 :… per longum tempus aeger conualui. (« … je me rétablis après une longue maladie.  »).
  • 32 Ep.78, 1 : Vexari te destillationibus crebris ac febriculis, quae longas destillationes et in cons (...)
  • 33 Engelbrecht, 1904, p. 64 ; Neveu, 1908, p. 164 ; Rodríguez Fernández, 1973, p. 303 ; Gourevitch, 19 (...)
  • 34 Rozelaar, 1976, p. 54.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ep. 75, 12 :… destillatio una nec adhuc in morem adducta tussim facit, adsidua et uetus phthisin.
  • 37 Med. III 22, 3 :… quam Graeci φθίσιν nominarunt. […] inde in pulmonem destillat […] ex hac febricul (...)
  • 38 Grmek, 1983, p. 147.
  • 39 Hist. Rom. LIX 19, 8 : le terme utilisé, φθόη, est un équivalent de φθίσις (cf. Liddell-Scott, s.v.(...)

4Néanmoins, ces remarques, bien que parfois abusives, reposent sur une réalité : la présence, dans l’œuvre philosophique de Sénèque, d’un très grand nombre d’allusions à ses problèmes de santé, tout particulièrement dans les Lettres à Lucilius qui forment une véritable « autopathographie »26. L’auteur s’y dépeint comme un ualetudinarius, un « maladif »27. Les descriptions de ses pathologies, très nombreuses, ont soulevé la difficulté d’établir un diagnostic à partir d’indications sporadiques et d’une terminologie médicale antique ne recouvrant pas les mêmes réalités nosologiques qu’aujourd’hui. Cet enjeu a suscité un immense intérêt chez les commentateurs qui se sont adonnés à un véritable concours de diagnostics28, chacun présentant une nouvelle interprétation des symptômes dont « le malade le plus fameux de l’Antiquité »29 nous dit souffrir. Certains maux sont assez aisément identifiables : la fièvre (ep. 104, 1 : febrem), considérée dans l’Antiquité comme une maladie à part entière et non comme un symptôme, très probablement due au paludisme (ou malaria)30, endémique des sols marécageux de Rome ; la nausée causée par le mal de mer (ep. 53, 3 : nausia) ; les vertiges (ep. 57, 3 : ictum animi ; 77, 9 : dissolutio) ; la vieillesse (ep. 26 ; 67, 1 ; 83, 4), considérée par Sénèque comme « une incurable maladie » (ep. 108, 28 : insanabilis morbus) dont les principaux symptômes sont, selon lui, le refroidissement du corps, l’amaigrissement et la perte des dents. En revanche, certaines maladies, désignées par une terminologie opaque et dont la symptomatologie reste problématique, ont parfois donné lieu à des diagnostics contradictoires. C’est le cas, par exemple, de la longue maladie31 dont Sénèque a souffert, semble-t-il, dès son adolescence, et qu’il décrit en détail à Lucilius, après avoir appris que ce dernier endurait le même mal32. Les rhumes chroniques (destillationibus crebris) et les petits accès de fièvre (febriculis) ont été interprétés comme révélateurs soit d’une phtisie pulmonaire (ou tuberculose pulmonaire)33, soit d’une bronchite chronique34, les deux maladies ayant comme symptômes communs la fièvre légère, la toux, et l’expectoration chronique. Sur ce point, Marc Rozelaar35 affirme qu’il est impossible d’établir un diagnostic certain. À notre sens, pourtant, plusieurs éléments font très clairement pencher du côté du diagnostic phtisique. Tout d’abord, un autre symptôme de ce mal est la maigreur extrême (summam maciem), caractéristique de la phtisie dont le nom même, phtisis (φθίσις), est dérivé du verbe φθίνω, signifiant « diminuer », « se consumer », alors que la bronchite pulmonaire chronique, elle, ne provoque pas, a priori, d’amaigrissement. En outre, Sénèque lui-même, dans une autre lettre, énonce le diagnostic induit par de tels symptômes : « … un rhume simple qui n’est pas encore chronique produit la toux ; continu et invétéré, la phtisie »36.Le même terme de destillatio est utilisé dans les deux passages et le caractère chronique du mal est souligné dans les deux cas par les adjectifs, ici synonymes, de crebris et adsidua. La comparaison nous conduit ainsi à considérer que l’expression destillationibus crebris participe, comme destillatio […] adsidua, de la symptomatologie phtisique. Par ailleurs, les symptômes présentés par notre auteur correspondent parfaitement à ceux que Celse décrit dans le De Medicina37. Destillat renvoie à l’expectoration désignée chez Sénèque par le substantif dérivé destillatio. Sont également présents les légers accès de fièvre (febricula leuis). Enfin, nous savons que les cas de phtisie ont été très fréquents pendant toute l’Antiquité, aussi bien en Grèce et en Italie qu’en Égypte38, et que ce diagnostic est cohérent avec le récit de Cassius Dion qui relate que certains contemporains du philosophe lui attribuaient cette maladie39.

  • 40 Ep.54, 1 : Vni tamen morbo quasi adsignatus sum, quem quare Graeco nomine appellem nescio ; satis (...)
  • 41 Ep.54, 2 : Itaque medici hanc « meditationem mortis » uocant. («  C’est pourquoi les médecins la (...)
  • 42 Gruterus : Primus Seneca latino hoc sermone donauit («  Sénèque donna le premier ce nom en latin  » (...)
  • 43 Les humanistes du xvie siècle questionnaient déjà cet emploi. En 1588, Hieronymus Mercurialis (Var. (...)
  • 44 Pontanus (Macrobii opera, 1597, p. 679) propose comme leçon correcte modulationem mortis («  une va (...)
  • 45 Cf. Pisi, 1981, p. 127.
  • 46 Rozelaar, 1976, p. 60. Théorie également soutenue par Pisi, 1981, p. 121.
  • 47 Ann. XV 64.
  • 48 Ep.54, 1 : Breuis autem ualde et procellae similis est impetus ; intra horam fere desinit… («  C’e (...)
  • 49 Cf. Pisi, 1981, p. 119 ; Panzani, 1988, p. 171 ; Migliorini, 1997, p. 60 ; André, 2006, p. 240.
  • 50 Cf. Marx, 1872, p. 4.
  • 51 Cf. Grimal, 1978, p. 78 ; Faider, 1921, p. 259, présente les trois diagnostics, expliquant qu’il es (...)
  • 52 Ep.54, 1.
  • 53 Ep.54, 6 : Deinde paulatim suspirium illud, quod esse iam anhelitus coeperat, interualla maiora fe (...)
  • 54 L’angina pectoris est une maladie cardiaque résultant d’un manque d’apport d’oxygène au myocarde.

5Les mêmes diagnostics contradictoires existent pour l’autre grand mal dont a souffert Sénèque : le suspirium40, que les médecins de l’époque auraient surnommé meditatio mortis41, parce que les étouffements qu’il provoque donnent au malade l’impression qu’il va rendre l’âme. Or, aussi bien l’une que l’autre de ces deux dénominations présentent une difficulté d’identification. Suspirium, d’une part, jamais utilisé jusqu’alors pour désigner une maladie42, relève de la volonté de Sénèque de traduire le vocabulaire technique grec en latin, et pose le problème de la correspondance avec un terme médical grec. L’expression meditatio mortis, d’autre part, elle aussi utilisée pour la première fois dans la terminologie médicale, a très tôt suscité la perplexité des commentateurs43, qui ont même parfois proposé d’autres leçons pour en clarifier le sens44. Cependant, la pratique de la meditatio occupe une place trop importante dans le système philosophique de Sénèque45 pour permettre une telle rectification. Comme l’affirme Marc Rozelaar46, ce surnom a sûrement été attribué par le médecin personnel de Sénèque, Statius Annaeus, dont nous parle Tacite47, et qui semble avoir été très proche du philosophe. Il s’agirait ainsi d’une expression familière. Les medici cités dans le passage comme étant à l’origine du surnom ne seraient pas « les médecins » au sens propre, mais une généralisation désignant en réalité le médecin particulier de Sénèque. Par conséquent, ni suspirium ni meditatio mortis ne permettent d’identifier précisément le mal. C’est en étudiant les symptômes décrits48 que les commentateurs ont avancé plusieurs hypothèses de diagnostic : l’asthme bronchique49, l’angine de poitrine50 ou l’emphysème pulmonaire51, trois maux pouvant tous trois entraîner une sensation d’étouffement. Toutefois, un certain nombre d’indices tendent à prouver que suspirium désigne l’asthme. Tout d’abord, ce mot semble être l’équivalent latin du terme grec ἆσθμα, qui désigne une respiration difficile tout comme suspirium, substantif dérivé de suspiro, qui signifie « respirer profondément ». La symptomatologie décrite par le philosophe, par ailleurs, s’accorde parfaitement avec ce que l’on connaît des manifestations de l’asthme : dans une première phase (suspirium)52, la difficulté respiratoire est intense et se caractérise par des attaques aiguës, mais de durée limitée ; dans une seconde (anhelitus)53, elles se calment et se réduisent à un essoufflement qui se manifeste à intervalles plus longs et distants (interualla maiora). Cette première phase, pour reprendre les mots de Sénèque, se manifeste par une « attaque » (impetus) aussi brève que la bourrasque d’une tempête (procella), d’une durée d’une heure maximum. Or, une attaque d’angine de poitrine54 dure rarement plus d’un quart d’heure. D’ailleurs, Sénèque ne fait aucune allusion à une violente douleur dans le cœur, ni dans l’épaule ou dans le bras, symptôme le plus caractéristique de cette maladie. Enfin, l’angine de poitrine n’autorise aucun effort physique ; si elle avait affecté le philosophe, celui-ci, âgé de plus de 60 ans, n’aurait pu en aucun cas sauter dans l’eau glacée pour rejoindre la rive, lors de l’épisode de la traversée en bateau qu’il relate dans la Lettre 63. Un effort si violent, dans une eau à basse température, n’aurait pu que causer une crise sévère. Cet épisode exclut donc le diagnostic cardiaque, mais aussi celui de l’emphysème, dont le seul symptôme est une dyspnée d’effort, et qui n’aurait pas permis non plus à Sénèque d’accomplir un tel exploit.

  • 55 Rodríguez Fernández, 1973, p. 305 ; Rozelaar, 1976, p. 69-72 ; Migliorini, 1988, p. 35 ; André, 200 (...)
  • 56 Vit. 17, 4 ; ep. 53, 6.

6Si l’on en croit certains commentateurs, une dernière pathologie semble avoir affecté notre auteur : la podagra (podagre ou goutte), maladie métabolique inflammatoire qui se manifeste par une vive douleur et un gonflement des articulations. La plupart la font figurer dans la longue liste des maux du philosophe, sans que cela ait jamais soulevé le moindre doute55. Pour cela, ils s’appuient sur deux passages de Sénèque56. Or, à notre sens, aucun des deux ne permet d’affirmer que le philosophe souffrait personnellement de la goutte. Il semblerait que cette erreur d’interprétation ait pour origine une mécompréhension du passage du De Vita Beata, dans lequel Sénèque écrit, à la première personne, souffrir de ce mal :

  • 57 Vit. 17, 4 : Non perueni ad sanitatem, ne perueniam quidem ; delenimenta magis quam remedia podagra (...)

« Je ne suis pas parvenu à la guérison, je n’y parviendrai même pas ; je compose pour ma goutte des calmants plutôt que des remèdes, heureux si les accès sont moins fréquents et les élancements moins forts »57.

  • 58 Le proficiens (cf. ep. 71, 30) se situe à mi-chemin entre le sage et l’idiot. Il n’a pas encore l’a (...)
  • 59 Vit. 17, 3 : Non sum sapiens […] nec ero.
  • 60 Cf. ep. 120, 5. Sur l’analogie entre maladie de l’âme et maladie du corps, cf. Pigeaud, 1981, p. 18 (...)
  • 61 Ep.53, 6 : Pedes dolent, articuli punctiunculas sentiunt : adhuc dissimulamus et aut talum extorsi (...)
  • 62 Selon eux, la représentation précise et convaincante des maladies se base en arrière-plan sur son e (...)
  • 63 Sur l’équivalence entre les deux termes, cf. Celse, Med. VI 6, 35 : Suffusio quoque, quam Graeci π (...)
  • 64 Bellincioni, 1979, p. 153.

7Mais, dans ce passage, le philosophe n’est pas en train de décrire son état de santé, mais son statut moral de proficiens58 : il n’est pas encore sage, dit-il, il est seulement sur le chemin de la sagesse. La première phrase (« Je ne suis pas parvenu à la guérison, et n’y parviendrai même pas ») est ainsi à mettre en rapport avec celle qui précède de peu notre extrait, et qui exprime la même idée, mais sans passer par l’image : « Je ne suis pas sage […] et ne le serai pas »59. L’auteur utilise, comme souvent, l’analogie entre le corps et l’âme, qui fait du vice une maladie et de la vertu la santé de l’âme60. Le passage cité est effectivement encadré par le terme « vices » (uitiis meis […] uitiorum), confirmant qu’il s’agit bien d’une parenthèse accordée à l’image de la santé, avant de reprendre le cours de la réflexion morale. Lorsqu’il écrit qu’il est atteint de podagre, le philosophe choisit l’un des maux les plus douloureux que l’on connaisse à son époque pour représenter le vice. Il montre à la fois qu’il est conscient de la gravité de son mal et de la nécessité d’une guérison par la médecine de l’âme, la philosophie, qui propose des « calmants » et non des « remèdes », c’est-à-dire des conseils pratiques à appliquer et non des solutions théoriques parfaites. Quant au deuxième passage61, il met en évidence un autre préjugé de certains commentateurs de l’œuvre de Sénèque : chaque fois que l’auteur décrit une maladie de manière relativement précise, cela signifierait qu’il en souffrait62. C’est le cas, par exemple, de la cataracte (suffusio63) que Maria Bellincioni64 compte parmi ses maux, du seul fait qu’il en a décrit les symptômes (ep. 85, 5). Elle considère que « la description des règles à respecter pour ceux qui sont malades de la vue est trop précise pour ne pas se référer à une expérience personnelle. » Il en est de même de la liste des maux présentés dans la Lettre 120, 15-16 :

  • 65 Non uidemus quam multa nos <in >commoda exagitent, quam male nobis conueniat hoc corpus ? Nunc de (...)

« Ne voyons-nous pas combien d’incommodités nous tourmentent, combien ce corps nous convient mal ? Nous nous plaignons tantôt de la tête, tantôt de l’estomac, tantôt de la poitrine et de la gorge ; un jour ce sont les nerfs qui nous font souffrir, un autre les pieds, tantôt la diarrhée, tantôt le rhume ; parfois le sang est pléthorique, parfois il est insuffisant… »65

  • 66 Cf. par exemple Panzani, 1988, p. 166.
  • 67 L’emploi de la première personne du pluriel pourrait être interprété comme un pluriel d’auteur, mai (...)
  • 68 Cf. par exemple André, 2006, p. 469.
  • 69 Gourevitch, 1984, p. 220-247. La goutte est citée par Platon, aux côtés de la fièvre et de l’ophtal (...)
  • 70 Ibid., p. 233.
  • 71 Tout particulièrement dans le livre II des Tusculanes (De tolerando dolore).
  • 72 Hipp. , De Aff. 31 (Littré VI 242) ; Celse, Med. I 9, 1 ; II 7, 6 ; IV 21, 3 sq.
  • 73 Sur Sénèque lecteur de Celse, cf. Stok, 1985.
  • 74 Ep.26 ; 53, 3, 5 ; 54, 1, 2, 6 ; 55, 2 ; 57, 3 ; 65, 1 ; 67, 1 ; 77, 9 ; 78, 1 ; 83, 4 ; 96, 1 ; 1 (...)

8Le « nos » renvoie clairement à l’homme en général, que la nature condamne à souffrir tous les maux. Pourtant, toujours pour la même raison, certains66 ont considéré qu’il s’agissait là de la liste des maux dont Sénèque souffrait. Or, ces listes ne sont jamais là pour rapporter le cas particulier de l’auteur. Cela est parfaitement perceptible dans la Lettre 68, 8, où l’emploi du subjonctif irréel (ostenderem) introduit une liste de maladies hypothétiques, parmi lesquelles figurent la podagre (pedem turgidum : « le pied gonflé »). Pour revenir à notre passage, celui-ci n’est pas écrit à la première personne du singulier67 et Sénèque n’indique aucunement qu’il a pu souffrir de ce mal, mais la précision de la symptomatologie a là encore fait penser qu’il s’agissait forcément d’une douleur qu’il avait éprouvée personnellement68. Or, comme l’a bien montré Danielle Gourevitch, la podagre est une maladie paradigmatique69, extrêmement fréquente dans l’Antiquité, « dont les symptômes sont aussi bien connus des médecins que du peuple, qui s’en moque et la craint tout à la fois »70. Cicéron y fait très souvent allusion71 et Hippocrate tout comme Celse décrivent à plusieurs reprises72 les signes qui la caractérisent. Sénèque ne manquait donc pas de sources pour connaître la symptomatologie de la podagre : en complément de sa lecture des textes médicaux73, il pouvait trouver auprès de son médecin personnel les informations nécessaires à la description du mal. Enfin, dernier argument, l’auteur ne fait allusion aux maux dont il souffre lui-même que dans les Lettres74, dont le cadre familier justifie l’anecdote personnelle, et jamais dans les traités. Il semble improbable que la podagre ait échappé à cette constante.

3. Sénèque, hypocondriaque ou simulateur ?

  • 75 Fabio Stok (1988, p. 18) constate très justement un désintérêt de la médecine antique à l’égard des (...)
  • 76 Cf. Stok, 1988, p. 11. Dans l’Antiquité, ποχόνδρια désigne les affections des hypocondres, parties (...)
  • 77 Cf. Gourevitch, 1984, p. 14.

9Toutefois, le nombre des maladies dont Sénèque dit avoir souffert est suffisamment important pour que ce souci constant de sa santé ait donné lieu à deux doutes : ou bien Sénèque nous présente, malgré lui, une perception déformée par l’hypocondrie ; ou bien il nous donne intentionnellement une image exagérée de la réalité dans un but qu’il conviendrait alors de déterminer. La première hypothèse, totalement absente des sources antiques75, est typique de la pensée moderne, influencée par les théories freudiennes des troubles psychiques ; la seconde se rencontre dès l’Antiquité. L’hypocondrie, dans son sens moderne, est un trouble psychique dont la principale manifestation réside dans « l’interprétation non réaliste de signes physiques ou de sensations subjectives comme des éléments pathologiques, ce qui entraîne un état de préoccupation constante liée à la peur ou à la conviction d’être atteint par une grave maladie »76. Cette inquiétude permanente renvoie donc à une réaction subie, incontrôlée et non intentionnelle. Au contraire, la simulation, autrement dit la volonté de donner une image de soi malade, résulte d’une décision consciente, prise dans un but précis, celui, par exemple, d’échapper à certaines obligations sociales77. C’est également le cas de l’exagération, à la différence près qu’elle repose sur une maladie déjà existante, dont l’auteur va simuler des symptômes plus importants qu’ils ne sont réellement, toujours avec une intention précise.

  • 78 C’est à la même époque que le diagnostic d’hypocondrie est établi pour Marc-Aurèle, Fronton et le r (...)
  • 79 Russell, 1973 ; Rozelaar, 1976. On peut ajouter deux auteurs qui posent l’hypothèse comme possible, (...)
  • 80 Russell, 1973, p. 80 ; Publius Aelius Aristide est l’auteur de six Discours sacrés, dans lesquels i (...)
  • 81 Rozelaar, 1976, p. 92.
  • 82 Cf. par exemple ep. 54, 1 :… nullum mihi genus [malae ualetudinis] ignotum est (« … aucun genre [de (...)
  • 83 Rozelaar, 1976, p. 78.

10C’est surtout à partir des années 197078 que s’est développée l’idée que Sénèque était atteint d’hypocondrie, principalement chez deux auteurs : Donald Russell et Marc Rozelaar79. Le premier, partant du constat que tous les malades à long terme développent une préoccupation anxieuse, et repérant une attention plus qu’habituelle de la part du philosophe aux symptômes et aux formes de maladie qui l’accablent, écrit : « Seneca deserves a place with Aristides among the articulate hypocondriacs of the ancient world »80. Quant à Marc Rozelaar, il développe une théorie psychologique selon laquelle Sénèque aurait été un enfant surprotégé par sa mère, et plus encore par sa tante, ce qui aurait entraîné le développement d’une anxiété hypocondriaque et d’un asthme psychogène81. Cette anxiété, selon lui, transparaît dans la tendance du philosophe à exagérer ses maux82, tendance qui proviendrait d’une obsession de la souffrance et de la maladie et qui expliquerait une omniprésence des images médicales dépassant largement le simple intérêt que les Stoïciens ont pour les choses de la Nature83.

  • 84 Cf. Berno, 2006, p. 127.
  • 85 Un régime alimentaire limité au nécessaire et un matelas «  qui ne gardait pas l’empreinte de son c (...)
  • 86 Il commet des imprudences assez sérieuses : il se jette à la mer malgré le danger et son âge avancé (...)
  • 87 La date de naissance de Sénèque n’est pas certaine, à l’intérieur d’une période allant de 2 av. J.- (...)
  • 88 Dans la Lettre 83, âgé d’environ 63 ans, Sénèque dit s’exercer quotidiennement à la course, entraîn (...)
  • 89 Cf. par exemple ep. 54 pour la description objective des symptômes de son asthme.
  • 90 Gourevitch, 1984, p. 111.
  • 91 Ep.53 ; 83, 4 ; Grant, 2000 ; Armisen-Marchetti, 2004.
  • 92 Cf. par exemple Capitani, 1991, p. 117.
  • 93 André, 1987.
  • 94 Cf. Hankinson, 2003, p. 295-309.

11Il est vrai que certains arguments à l’appui de l’hypocondrie méritent d’être pris en considération. Sénèque a souligné sa souffrance physique plus fréquemment et avec plus de force que personne auparavant. Les quelques informations autobiographiques qu’il nous donne concernent pour la plupart son état de santé, décrit comme très mauvais, et cela depuis son adolescence. Pourtant, sa constitution maladive ne l’a pas empêché d’atteindre un âge respectable à une époque où les vieillards représentaient des cas assez rares, ce qui n’a pas manqué d’éveiller des doutes sur la réalité de ses affirmations84. En effet, malgré une existence ascétique85 et de fréquentes prises de risque86, Sénèque, lorsqu’il est contraint de se donner la mort, a atteint l’âge d’au moins 65 ans87, tout en ayant conservé une forme physique excellente88. Certes, vivre malade très longtemps n’est jamais impossible. Mais c’est avant tout dans la manière toujours objective dont il décrit ses maux89, sans aucune tonalité pathétique, sans jamais se plaindre, ni des inconvénients, ni de la douleur qu’ils suscitent inévitablement, que l’on peut affirmer l’absence de recherche névrotique de compassion90. Bien au contraire, c’est souvent non sans un sens certain de l’humour et de l’autodérision que Sénèque nous présente les maux qui viennent affecter son corps, comme la perte de ses dents ou la nausée qui le pousse à plonger nu dans la mer91. Enfin, certains92 ont vu dans la familiarité de l’auteur avec la terminologie médicale l’indice d’une fréquentation assidue des médecins, indice corroboré par le fait que l’on sait par ailleurs qu’il possédait un médecin particulier (Tac., Ann. XV 64). Mais c’est oublier qu’il était dans l’usage courant des riches personnages romains d’avoir recours à des médecins familiers, attachés à leur service exclusif93, et qu’en outre l’intérêt pour la science médicale, loin d’être le propre de Sénèque, était profondément enraciné dans la tradition stoïcienne94.

  • 95 Ces accusations de simulation sont à mettre en relation avec la réputation de duplicité de Sénèque, (...)
  • 96 Hist. Rom. LIX 19, 8 : Τοτον μν ον ποθανεν κελεύσας φκε, γυναικί τινι ν χρτο πιστεύσας τ (...)
  • 97 Cf. Clarke, 1965, p. 62-69.
  • 98 Ann. XIV 56 :… rarus per urbem, quasi ualetudine infensa aut sapientiae studiis domi attineretur. ( (...)
  • 99 Ann. XV 60.
  • 100 Cf. Ann. XV 73.
  • 101 Ann. XV 45 : Ferebatur Seneca, quo inuidiam sacrilegii a semet auerteret, longinqui ruris secessum (...)
  • 102 Hist. Rom. LXII 25, 3 : … καἰτερ τήν τε συνουσίαν τὴν αὐτὸν ὡς καὶ ἀσθενῶν προειμένος … (« … bien q (...)
  • 103 Tac., Ann. XV 61 :… rationem ualetudinis et amorem quietis excusauisse respondit. (« … il répondit (...)
  • 104 Danielle Gourevitch (1984, p. 117) fait très justement la distinction entre simuler la maladie et l (...)
  • 105 Selon Danielle Gourevitch, cette excuse de la maladie pour se retirer de la vie publique était fréq (...)
  • 106 Ep. 14, 7 ; 19, 2, 4 ; 68, 1, 3-4 ; 73.
  • 107 Ep.68, 1 : Hoc te facturum Stoicorum […] exemplo licet scias ; sed ex praecepto quoque facies. («  (...)

12La deuxième accusation, selon laquelle Sénèque aurait donné intentionnellement une image outrée de son mauvais état de santé, a été formulée très tôt, et déjà par ses contemporains95. À quatre reprises dans sa vie, il aurait été un simulateur et aurait avancé des excuses de santé pour échapper à des situations délicates. Cassius Dion raconte qu’en 39, lorsque Caligula s’avisa d’être jaloux de Sénèque, il renonça à le faire exécuter, convaincu qu’il était très malade et qu’il ne tarderait pas à mourir96. Pour l’historien, il y aurait eu manœuvre de la part du philosophe, ou plutôt effort d’une tierce personne, peut-être Agrippine97, qui se serait chargée de majorer une maladie réelle, mais il demeure le seul à rapporter cet incident. Le deuxième épisode, si l’on en croit le récit de Tacite98, se déroule après la mort de Burrus, en 62, lorsque Sénèque perdit toute son influence à la cour de Néron et demanda sa retraite, ce qui lui fut refusé. Il réduisit alors ses apparitions publiques, prétextant, comme le souligne l’emploi du terme quasi, des problèmes de santé et sa dévotion à l’étude. Cloîtré chez lui, il vivait comme un invalide ; pourtant, comme le note Tacite99, dont le témoignage abondant et détaillé est aussi le mieux informé, puisqu’il pouvait encore profiter de discussions avec des témoins oculaires100, cela ne l’empêcha pas de se rendre encore en Campanie durant l’été 65. En 64, après l’incendie de Rome, Sénèque pria qu’on lui permît de se retirer à la campagne et feignit la maladie (ficta ualetudine) pour éviter, toujours d’après Tacite101, de participer au sacrilège de la confiscation des offrandes dans les temples. La même version des faits est donnée par Cassius Dion102, chez qui l’accusation de simulation est aussi catégorique (ὡς y a la même signification que quasi dans le passage de Tacite). Enfin, lors de la conspiration de Pison, en 65, Sénèque aurait allégué ne pas avoir reçu le conjuré chez lui en raison de son mauvais état de santé103. Que Sénèque ait participé ou pas à cette conjuration, il semble assez évident qu’il ait eu tout intérêt, dans cette période de disgrâce, à prendre ses distances vis-à-vis des ennemis du Prince. À chacune de ces occasions, le philosophe joua sa vie et dut éviter la menace du tyran. Il est donc facilement compréhensible qu’il ait mis en avant sa mauvaise santé, pour ne pas se compromettre dans des affaires qui mettaient en danger son honneur et sa vie. Il ne s’agit donc pas à proprement parler de simulation, mais plutôt d’exagération, la maladie existant véritablement, ou mieux encore, d’une simple mise en avant de son état de santé104 comme justification de ses retraits successifs. Sénèque aborde cette question du prétexte de la maladie pour échapper aux obligations sociales105 à plusieurs reprises. À Lucilius qui désire s’adonner à l’otium, le philosophe conseille d’offrir à l’opinion publique l’excuse de la mauvaise santé (ep. 68, 3). Par ailleurs, il le met souvent en garde contre le danger d’offenser les gouvernants et recommande de déguiser un retrait politique en retraite pour raisons de santé106, conseil qu’il semble lui-même avoir suivi. Mais ces recommandations reposent également sur une base théorique stoïcienne107. Pour Sénèque, deux raisons peuvent écarter légitimement le sage des affaires : soit l’État ne vaut pas la peine qu’il lui consacre son activité, soit ses aptitudes ou sa santé ne lui permettent pas de mener une vie politique (Tranq. 4, 8). Il semblerait que les deux motifs se soient présentés à lui, le second ayant constitué le prétexte pour cacher le premier, inavouable.

4. Indices textuels en faveur de la maladie de Sénèque

  • 108 Grimal, 1978, p. 65 ; Helu. 19, 2.
  • 109 Pompéi (ep. 49), Baïes (ep. 51, pour sa station thermale), Naples (ep. 49 et 57), Pouzzoles (ep. 53 (...)
  • 110 Helu. 19, 4 ; ep. 77, 1, 3.
  • 111 Cf. Coury, 1972, p. 10 ; Celse, Med. III 22, 8.
  • 112 Celse, Med. I 2, 6 ; III 22, 8 ; IV 10, 4 ; Pline l’Ancien, Hist. Nat. XXIV 19 ; XXVIII 14 ; XXXI 3 (...)
  • 113 Helu. 19, 2.
  • 114 Ep.104, 1.
  • 115 Ben. IV 12, 3.
  • 116 Ep.104, 6. Il faut cependant faire la part de la symbolique morale de cette affirmation. L’opposit (...)
  • 117 Le Blay, 2009, p. 77. Toutefois, de manière générale, la qualité de l’air est l’une des préoccupati (...)
  • 118 Med. I 1, 2.
  • 119 Celse la recommande, au nombre des exercices salutaires (Med. I 10, 1 ; II 9, 2), à ceux qui, entre (...)
  • 120 Ep.55, 1-2 : A gestatione cum maxime uenio […] Mihi tamen necessarium erat concutere corpus, ut, s (...)
  • 121 Ep.53, 3-5 :… nausia enim me segnis haec et sine exitu torquebat, quae bilem mouet nec effundit. [ (...)
  • 122 Ep.78, 5. L’usage de l’eau froide et la gestatio font partie, entre autres, des cinq thérapeutique (...)
  • 123 Ep.78, 3 :… studia mihi nostra saluti fuerunt. Philosophiae acceptum fero, quod surrexi, quod conu (...)
  • 124 1984, p. 116-117.
  • 125 Ep.65, 1 : la maladie occupe la moitié de sa journée ; ep. 67, 1 : il reste la majeure partie du t (...)
  • 126 Ep.83, 3.

13Néanmoins, bon nombre d’éléments viennent accréditer, dans l’œuvre de Sénèque, son mauvais état de santé, tout particulièrement les autres indications autobiographiques, qui sont d’une parfaite cohérence avec ce qu’il nous dit par ailleurs de ses maux. Nous l’avons vu, il souffrit dans un premier temps de la phtisie, qui apparut à la fin de l’adulescentia, vers ses vingt ans (ep. 78, 1). Cet épisode pathologique lui imposa un répit de quelques années et fut certainement la cause du début tardif de sa carrière politique108. En effet, à trente ans passés, alors qu’il avait déjà atteint l’âge de briguer la questure, il n’était toujours pas entré au Sénat. En outre, plusieurs voyages109 qu’il entreprit eurent une visée thérapeutique, confirmant qu’il souffrait de diverses maladies. En 25, sans doute sur le conseil des médecins, on l’envoya en Égypte pendant quatre ou cinq ans110. La destination n’est pas le fruit du hasard : le climat sec, les étés plus chauds, la douceur de l’hiver, et la vie au grand air, passaient pour être une climatothérapie bénéfique aux phtisiques et à tous ceux qui souffraient d’affections pulmonaires111. Mais la traversée vers l’Égypte était avant tout prescrite par les médecins pour sa longueur même, douze jours en moyenne, du fait des vertus curatives dont on créditait les longs voyages en mer, surtout pour les affections respiratoires112. Il rejoignit là-bas sa tante, mariée au gouverneur de la province, qui devint la plus dévouée des gardes-malades, et dont les soins maternels, comme il le dit lui-même113, achevèrent sa guérison. Autre exemple, à la fin de l’été 64, Sénèque quitta Rome pour sa villa de Nomentum, à 25 km au nord-ouest de la capitale, afin de soigner une mauvaise fièvre (febrem […] subrepentem)114, certainement d’origine paludéenne. La villégiature campagnarde lui permettait de fuir l’air malsain qui envahissait Rome surtout durant l’été115 et de trouver un véritable refuge face à la recrudescence des endémies, en particulier de la malaria. D’ailleurs, à peine eut-il quitté « le mauvais air de Rome » (grauitatem urbis) qu’il perçut un changement dans son état de santé : les forces lui revinrent116. En outre, cette attention toute particulière à la qualité de l’air, que l’on retrouve ailleurs, dans la Lettre 57, 1-2, où le philosophe se plaint de la poussière soulevée par sa chaise à porteurs, pourrait indirectement confirmer ses difficultés respiratoires117. Sénèque a ainsi expérimenté la thérapeutique du voyage présentée par Celse118 : celui-ci préconise le changement d’air dont la valeur non seulement préventive, mais aussi curative, convient tout particulièrement à ceux qu’il qualifie d’imbecilli, les personnes ayant une santé fragile, au premier rang desquelles figurent les citadins (urbani) et les « intellectuels » (litterati), Sénèque cumulant les deux « handicaps ». Le philosophe applique par ailleurs à sa maladie respiratoire la gestatio, la promenade en chaise ou en litière à des fins thérapeutiques, pratique vivement recommandée par Celse pour de pareilles affections119. Dans la Lettre 55, il se fait véhiculer en litière afin de mettre fin à ses étouffements120. Le doux balancement subi par le corps (iactatio) permet de secouer la bile (bilis […] discuteretur), dans le but de faciliter l’expectoration et de supprimer la dyspnée. L’expérimentation de cette « gymnastique passive » sur son propre organisme se révèle couronnée de succès puisque l’apaisement est immédiat. De la même manière, les bains froids s’avèrent efficaces pour mettre fin à une crise de nausée121. Cette thérapeutique du bain froid, tout comme celle de la gestatio, étaient certainement prescrites à Sénèque par ses médecins122. Mais celle qui l’aida avant tout à supporter ses maux et à surmonter son désespoir fut la philosophie, qu’il reconnaît avoir été un remède aussi bien de l’âme que du corps123. La pratique de la philosophie, loin d’avoir été pour lui l’étude abstraite d’un système, lui donna la force de dominer la faiblesse du corps. Enfin, un dernier indice textuel vient confirmer la mauvaise santé de Sénèque : le caractère évolutif de son état. Nous avons vu que certains de ses maux disparurent avec l’âge, comme la tuberculose, que le voyage en Égypte semble avoir guérie. En revanche, Danielle Gourevitch124 observe très justement qu’au début de sa correspondance, Sénèque décrit ses maux sans jamais s’en plaindre ni témoigner des inconvénients qu’ils suscitent, mais que, par la suite, il finit par être obligé de transiger avec eux et de se laisser dicter certaines conduites par son état de santé125. Usé par la vieillesse qui est venue s’ajouter aux maladies chroniques, il doit bien avouer que tout le fatigue126. Il semble donc très probable que ce sont bien de véritables maux que Sénèque nous présente, maux qui ont laissé leur empreinte sur le cours de la vie et sur l’œuvre du philosophe.

  • 127 Il conviendrait d’étudier de manière bien plus précise la fonction de cette mise en scène dans le c (...)
  • 128 Cf. ep. 27, 1 :… in eodem ualitudinario iaceam, de communi tecum malo conloquor et remedia communic (...)

14Mise en rapport avec la réputation de duplicité qui a toujours accompagné Sénèque depuis l’Antiquité, la présence insistante des allusions à son mauvais état de santé a suscité de vives interrogations sur sa sincérité. Nous avons tenté de démontrer que l’hypothèse de l’hypocondrie, comme celle de la simulation, peuvent toutes deux être exclues. En revanche, notre auteur a certainement utilisé sa santé fragile comme excuse pour échapper aux dangers qu’il courait, se retirer de la cour de Néron où il n’avait, après la mort de Burrus, plus aucun pouvoir, et jouir enfin du temps dont il a si souvent déploré la perte, dans la pratique de l’écriture philosophique. La mise en avant de ses maux a conduit à la constitution d’une image stéréotypée du philosophe aux prises avec les souffrances de la maladie et de la vieillesse, quitte à ignorer la réalité historique et à surinterprétrer les informations présentes dans son œuvre. Cependant, l’évocation de son état de santé ne peut être réduite à sa dimension autobiographique127. Liées à cette forme littéraire à la fois personnelle et philosophique que sont les Lettres, les allusions à sa maladie sont pour Sénèque le moyen d’une véritable mise en scène de soi qui aboutit à la construction de la figure du philosophe telle qu’il l’entend : il ne donne pas de lui l’image d’un surhomme, de l’envergure d’un Caton ou d’un Mucius, surmontant sans aucune difficulté la souffrance physique, mais celle d’un malade supportant ses maux avec courage grâce à une philosophie pratique qu’il présente au lecteur. Loin des modèles idéalisés, l’auteur construit l’ethos d’un guide plus accessible, moins éloigné de ses disciples128, car simplement humain.

Haut de page

Bibliographie

SVF = Stoicorum Veterum Fragmenta, Von Arnim, H., 1924, 4 vol. , Leipzig.

André, J., 1987, Être médecin à Rome, Paris.

André, J.-M., 2006, La médecine à Rome, Paris.

Armisen-Marchetti, M., 2004, La signification de l’humour dans les Lettres à Lucilius de Sénèque, dans L. Nadjo et é. Gavoille (éd.), Epistulae Antiquae III, Actes du troisième colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens » (Tours, 25-27 septembre 2002), Louvain-Paris-Dudley.

Baslez, M.-F., Hoffmann, Ph. et Pernot, L. (éd.), 1993, L’invention de l’autobiographie d’Hésiode à Saint Augustin, Actes du deuxième colloque de l’Équipe de recherche sur l’hellénisme post-classique, Paris.

Bellincioni, M., 1979, Lettere a Lucilio, Libro XV : le lettere 94 e 95, Testo, introduzione, versione e commento, Brescia.

Bowersock, G. W., 1969, Greek Sophist in the Roman Empire, Oxford.

Berno, F. R., 2006, Lettere a Lucilio, Libro VI : le lettere 53-57, Bologna.

Capitani, U., 1991, I Sesti e la medicina, dans Ph. Mudry et J. Pigeaud (éd.), Les écoles médicales à Rome, Genève-Nantes, p. 96-123.

Chambert, R., 2002, Voyage et santé dans les Lettres de Sénèque, BAGB, 61/4, p. 63-82.

Clarke, G. W., 1965, Seneca the Younger under Caligula, Latomus, 24, p. 62-69.

Courtès, J., 1958, Sénèque et la médecine stoïcienne, REL, 36, p. 45-46.

Coury, Ch., 1972, Grandeur et déclin d’une maladie : la tuberculose au cours des siècles, Paris.

Dross, J., 2009, Du traité parénétique à la consolation philosophique : l’usage de l’imaginaire médical chez Sénèque et dans le stoïcisme impérial, dans F. Toulze-Morisset (éd.), Formes de l’écriture, figures de la pensée dans la culture gréco-romaine, Lille, p. 329-342.

Engelbrecht, A., 1904, Ein vermeintliches Zeugnis des Seneca über des Livius philosophische Schriftstellerei, WienStud, 21, p. 62-66.

Faider, P., 1921, Études sur Sénèque, Recueil de travaux publiés par le Faculté de philosophie et lettres, 49, Gand.

Favez, Ch., 1928, Ad Marciam de Consolatione, Paris.

Fernandez, P. R., 1976, Seneca enfermo, Mieres del Camino.

Genet, Y., 1974, Allusions médicales dans l’œuvre de Sénèque, Paris.

Goelzer, H., 1925, Annales, XIII-XVI, tome 3, Paris.

Gourevitch, D., 1974, Le menu de l’homme libre. Recherches sur l’alimentation et la digestion dans les œuvres en prose de Sénèque le Philosophe, dans Mélange de philosophie, de littérature et d’histoire ancienne offerts à P. Boyancé, Rome, p. 311-344.

Gourevitch, D., 1984, Le triangle hippocratique dans le monde gréco-romain : le malade, sa maladie et son médecin, Roma.

Grant, M., 2000, Humour in Seneca’s Letters to Lucilius, AncSoc, 30, p. 319-329.

Grimal, P., 1959, De Breuitate Vitae, Paris.

Grimal, P., 1978, Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris.

Grmek, M., 1983, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec préhistorique, archaïque et classique, Paris.

Hachmann, E., 2006, Epistulae morales, Brief 66, Einleitung, Text und Kommentar, Frankfurt-am-Main.

Hankinson, R. J., 2003, Stoicism and Medicine, dans B. Inwood (éd.), The Cambridge Companion to the Stoics, Cambridge, p. 295-309.

Husner, F., 1924, Leib und Seele in der Sprache Senecas, ein Beitrag zur sprachlichen Formulierung der moralischen Adhortatio, Philologus, XVII, 3, Leipzig.

Landor, W. S., 1837, Epictetus and Seneca, dans Imaginary Conversations, Macaulay.

Le Blay, F., 2009, Aux origines de l’individu : esquisses antiques, dans G. Berkman et C. Jacot Grapa (éd.), Archéologie du moi, Vincennes, p. 61-82.

Marx, K. F. H., 1872, Über die Anfälle mit dem Gefühle des Verscheidens, den intermittirenden chronischen Herzschmerz, das Leiden des Philosophen Lucius Annaeus Seneca, Abh. der Gött. Gesellschaft der Wissenschaften, 17, Dieterich, p. 3-44.

Mattioli, M., 1973, La malattia acuta descritta da Lucio Anneo Seneca : infarto del miocardo o angina pectoris ?, Card. Prat., 24, p. 147-154.

Migliorini, P., 1988, Osservazioni sulla lingua della medicina in Seneca, dans Munus amicitiae, Scritti in memoria di Alessandro Ronconi II, Firenze, p. 22-56.

Migliorini, P., 1997, Scienza e terminologia medica nella letteratura latina di età neroniana : Seneca, Lucano, Persio, Petronio, Frankfurt-am-Main.

Misch, G., 1950, History of Autobiography in the Antiquity, London.

Mudry, Ph., 2006, Medicina, soror philosophiae : regards sur la littérature et les textes médicaux antiques, Lausanne.

Neveu, R., 1908, La Médecine et les Médecins dans l’œuvre de Sénèque le Philosophe, BSFHM, 7, p. 163-174.

Panzani, R., 1988, Asthma and human excellence : Seneca and his asthma, the illnesses, life, and death of a Roman stoic philosopher, Journal of Asthma, 25/3, p. 163-174.

Parry, C. H., 1799, An inquiry into the symptoms and causes of the syncope anginosa, commonly called angina pectoris, London.

Pawinski, J., 1909, Soll das Leiden Senecas als Asthma oder als Angina pectoris angesprochen werden ?, Z. Klin. Med., 68, p. 172-176.

Pigeaud, J., 1981, La maladie de l’âme : étude sur la relation de l’âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique, Paris.

Pisi, G., 1981, L’asma quale meditatio mortis nell’epistola 54 di Seneca, dans G. Allegri, M. Bellincioni, G. Pisi et G. Scarpat (éd.), Quattro studi latini, Parma, p. 119-138.

Roccatagliata, G., 1981, Le origini della psicoanalisi nella cultura classica, Roma.

Rodríguez Fernández, P., 1973, La terminologia médica en Séneca, Durius, 1, p. 301-308.

Rozelaar, M., 1976, Seneca. Eine Gesamtdarstellung, Amsterdam.

Russell, D. A., 1973, Letters to Lucilius, dans C. Costa, Seneca, Oxford, p. 70-95.

Setaioli, A., 1983, Seneca e il greco della medicina, Vichiana, 2, p. 293-303.

Stok, F., 1985, Celso in Seneca ?, Orpheus, 6, p. 417-421.

Stok, F., 1988, Patofobie e nevrosi ipocondriaca nella cultura antica, Nuova civiltà delle macchine, 6, p. 11-21.

Waltz, R., 1909, Vie de Sénèque, Paris.

Winckelmann, J., 1767, Monumenti antichi inediti II, Roma, p. 256.

Zanker, P., 2000, I ritratti di Seneca, dans P. Parroni (éd.), Seneca e il suo tempo, Roma, p. 47-58.

Zecchinelli, M., 1817, Sopra una malattia di Seneca il filosofo, da lui descritta sotto il nome di suspirium nella sua lettera 54, Padova.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple Cassius Dion, Hist. Rom. LXI 10 ; Waltz, 1909, p. 386.

2 Nous limiterons notre étude à l’état de santé physique de Sénèque, laissant de côté sa santé morale qui a déjà été l’objet d’une étude approfondie : Pigeaud, 1981, p. 315-353.

3 Marc. 23, 1-2 ; Helu. 11, 7 ; Nat. I praef. 11 ; III praef. 18 ; ep. 15, 2 ; 26, 2 ; 31, 11 ; 65, 16-18 et 21-22 ; 70, 16-17 ; 78, 10-11 ; 79, 12 ; 84, 1 ; 102, 28 et 44 ; 120, 14.

4 Voir à ce propos l’abondante bibliographie traitant des rapports entre la pensée de Sénèque et la médecine, dont nous pouvons citer quelques exemples : Courtès, 1958 ; Genet, 1974 ; Setaioli, 1983 ; Stok, 1985 ; Migliorini, 1988 ; Chambert, 2002 ; Dross, 2009.

5 Dans Vit. 21, 1, Sénèque présente une objection qui lui a sûrement été adressée en réalité :… ualetudinem contemnendam et tamen illam diligentissime tuetur atque optimam mauult ? («  [Le sage juge] qu’il faut mépriser la santé et pourtant il en prend le plus grand soin et la préfère excellente !  »). Les traductions sont de mon fait.

6 Russell, 1973, p. 80.

7 Ep.54, 1 :… nullum mihi ignotum est ! (« … aucun [mal] ne m’est inconnu !  »).

8 Cf. la bibliographie citée n. 28.

9 À ce sujet, cf. Misch, 1950 ; Baslez et al., 1993.

10 Cf. Le Blay, 2009, p. 62.

11 Nous suivons ici l’excellente mise au point de Zanker, 2000.

12 Ann. XV 60-64.

13 Winckelmann, 1767, p. 256.

14 Zanker, 2000, p. 56.

15 Cf. par exemple la couverture de l’ouvrage de référence de Pierre Grimal, Sénèque ou la conscience de l’Empire (édition Fayard, 1991).

16 Ann. XV 63 :… senile corpus et parco uictu tenuatum.

17 Hist. Rom. LIX 19, 8 :… φθόη τε χοιτο (« … qu’il avait la phtisie  »).

18 Husner, 1924, p. 32-34 ; Rodríguez Fernández, 1973, p. 308.

19 Favez, 1928, p. 33.

20 Rozelaar, 1976, p. 53-76.

21 Gourevitch, 1984, p. 111.

22 Grimal, 1959, p. 20.

23 Rodríguez Fernández, 1973, p. 306.

24 Rozelaar, 1976, p. 67.

25 Panzani, 1988, p. 170.

26 En ce sens, les Lettres à Lucilius, au caractère personnel, voire anodin, constituent l’une des rares exceptions à une période où les textes de nature autobiographique sont quasi-inexistants : Le Blay, 2009, p. 62.

27 Qui frequenter aegrotat («  qui est souvent malade  »), selon la définition du C.G.L. Valetudinarius : Ir. III 33, 3 ; Ben. I 11, 6 ; ualetudinarium, «  infirmerie  » : Ir. I 16, 4 ; ep. 27, 1.

28 Cf. Parry, 1799 ; Zecchinelli, 1817 ; Marx, 1872 ; Pawinski, 1909 ; Mattioli, 1973 ; Fernandez, 1976.

29 Russell, 1973, p. 80.

30 Rodríguez Fernández, 1973, p. 365 ; Panzani, 1988, p. 167 ; Chambert, 2002, p. 71.

31 Helu. 19, 2 :… per longum tempus aeger conualui. (« … je me rétablis après une longue maladie.  »).

32 Ep.78, 1 : Vexari te destillationibus crebris ac febriculis, quae longas destillationes et in consuetudinem adductas secuntur, eo molestius mihi est, quia expertus sum hoc genus ualetudinis, quod inter initia contempsi : poterat adhuc adulescentia iniurias ferre et se aduersus morbos contumaciter gerere. Deinde succubui et eo perductus sum, ut ipse destillarem ad summam maciem deductus. («  Les rhumes fréquents et les petites fièvres dont tu souffres, conséquences de longs rhumes devenus chroniques, me font d’autant plus de peine que j’ai fait l’expérience de ce genre d’affection, qu’au début j’avais ignoré : ma jeunesse pouvait encore en supporter les atteintes et faire face fièrement aux maladies. Puis, j’ai succombé à tel point que je me suis moi-même liquéfié en rhume et que j’en suis arrivé à une extrême maigreur.  »)

33 Engelbrecht, 1904, p. 64 ; Neveu, 1908, p. 164 ; Rodríguez Fernández, 1973, p. 303 ; Gourevitch, 1974, p. 342 ; 1984, p. 113.

34 Rozelaar, 1976, p. 54.

35 Ibid.

36 Ep. 75, 12 :… destillatio una nec adhuc in morem adducta tussim facit, adsidua et uetus phthisin.

37 Med. III 22, 3 :… quam Graeci φθίσιν nominarunt. […] inde in pulmonem destillat […] ex hac febricula leuis fit […] frequens tussis est… (« … que les Grecs ont appelé «  phtisie  ». […] puis elle liquéfie les poumons […] de là naît une fièvre légère […] la toux est fréquente…  ») Cf. aussi Hipp. , Prénotions Coaques I 17 (Littré V 590) ; épidémies III 14 (Littré III 96) ; VII 50 (Littré V 418), où les légers frissons, la toux et la dyspnée sont les symptômes de la phtisie.

38 Grmek, 1983, p. 147.

39 Hist. Rom. LIX 19, 8 : le terme utilisé, φθόη, est un équivalent de φθίσις (cf. Liddell-Scott, s.v.).

40 Ep.54, 1 : Vni tamen morbo quasi adsignatus sum, quem quare Graeco nomine appellem nescio ; satis enim apte dici suspirium potest. («  Il y a cependant une maladie à laquelle je suis pour ainsi dire voué. Je ne sais pourquoi je l’appellerais de son nom grec : suspirium [respiration forte] peut en effet la désigner de manière suffisamment appropriée.  ») Cf. aussi ep. 54, 2 et 6 ; 55, 2.

41 Ep.54, 2 : Itaque medici hanc « meditationem mortis » uocant. («  C’est pourquoi les médecins la dénomment ‘l’apprentissage de la mort’. »)

42 Gruterus : Primus Seneca latino hoc sermone donauit («  Sénèque donna le premier ce nom en latin  »), cité par Berno, 2006, p. 123. à la même époque, suspirium désigne également l’asthme chez Scribonius Largus (Comp. 76, 79, 89, 93, 100, pass.) puis quatre siècles plus tard chez Caelius Aurélien, Acut. II 17, 101.

43 Les humanistes du xvie siècle questionnaient déjà cet emploi. En 1588, Hieronymus Mercurialis (Var. Lect. 6, 16) écrit : Cur medici morbum hunc mortis meditationem uocauerint, non satis assequor. («  Pourquoi les médecins ont appelé cette maladie ‘l’apprentissage de la mort’, je ne saurais en donner une explication satisfaisante  »).

44 Pontanus (Macrobii opera, 1597, p. 679) propose comme leçon correcte modulationem mortis («  une variante de la mort  »), leçon reprise par Gronovius (Senecae opera, 1672, II, p. 185).

45 Cf. Pisi, 1981, p. 127.

46 Rozelaar, 1976, p. 60. Théorie également soutenue par Pisi, 1981, p. 121.

47 Ann. XV 64.

48 Ep.54, 1 : Breuis autem ualde et procellae similis est impetus ; intra horam fere desinit… («  C’est une attaque extrêmement brève, semblable à une bourrasque ; elle passe en moins d’une heure…  »).

49 Cf. Pisi, 1981, p. 119 ; Panzani, 1988, p. 171 ; Migliorini, 1997, p. 60 ; André, 2006, p. 240.

50 Cf. Marx, 1872, p. 4.

51 Cf. Grimal, 1978, p. 78 ; Faider, 1921, p. 259, présente les trois diagnostics, expliquant qu’il est impossible de préciser davantage ; Rozelaar, 1976, p. 69 sq., hésite entre le diagnostic d’asthme bronchique et celui d’emphysème pulmonaire.

52 Ep.54, 1.

53 Ep.54, 6 : Deinde paulatim suspirium illud, quod esse iam anhelitus coeperat, interualla maiora fecit et retardatum est ac remansit. («  Puis, peu à peu, cette suffocation, qui commençait déjà à devenir un simple essoufflement, m’a laissé de plus longs intervalles, s’est ralenti puis a disparu.  ») Sur la distinction entre ces deux termes, marquant les deux phases de l’asthme, cf. Migliorini, 1997, p. 60.

54 L’angina pectoris est une maladie cardiaque résultant d’un manque d’apport d’oxygène au myocarde.

55 Rodríguez Fernández, 1973, p. 305 ; Rozelaar, 1976, p. 69-72 ; Migliorini, 1988, p. 35 ; André, 2006, p. 469 ; Berno, 2006, p. 122.

56 Vit. 17, 4 ; ep. 53, 6.

57 Vit. 17, 4 : Non perueni ad sanitatem, ne perueniam quidem ; delenimenta magis quam remedia podagrae meae compono ; contentus si rarius accedit et si minus uerminatur…

58 Le proficiens (cf. ep. 71, 30) se situe à mi-chemin entre le sage et l’idiot. Il n’a pas encore l’action parfaite du sage, mais agit déjà de manière appropriée, en accord avec la nature ; cf. Panétius, SVF III 510 ; épictète, 4, 1.

59 Vit. 17, 3 : Non sum sapiens […] nec ero.

60 Cf. ep. 120, 5. Sur l’analogie entre maladie de l’âme et maladie du corps, cf. Pigeaud, 1981, p. 18 ; passim.

61 Ep.53, 6 : Pedes dolent, articuli punctiunculas sentiunt : adhuc dissimulamus et aut talum extorsisse dicimus nos aut in exercitatione aliqua laborasse. […] ubi ut talaria coepit intendere, utrosque distortos pedes fecit, necesse est podagram fateri. («  Les pieds ressentent une douleur, les articulations de petits élancements : on dissimule encore, on allègue une entorse de la cheville ou une blessure lors de quelque exercice. […] mais lorsque [le mal] commence à enfler les chevilles, à déformer les deux pieds, il faut avouer la goutte.  »)

62 Selon eux, la représentation précise et convaincante des maladies se base en arrière-plan sur son expérience personnelle de malade : Neveu, 1908, p. 163 ; Rodríguez Fernández, 1973, p. 305 ; Migliorini, 1988, p. 25, 35 ; Hachmann, 2006, p. 170.

63 Sur l’équivalence entre les deux termes, cf. Celse, Med. VI 6, 35 : Suffusio quoque, quam Graeci πόχυσιν nominant… («  L’épanchement que les Grecs appellent ‘cataracte’… »)

64 Bellincioni, 1979, p. 153.

65 Non uidemus quam multa nos <in >commoda exagitent, quam male nobis conueniat hoc corpus ? Nunc de capite, nunc de uentre, nunc de pectore ac faucibus querimur ; alias nerui nos, alias pedes uexant, nunc deiectio, nunc destillatio ; aliquando superest sanguis, aliquando deest…

66 Cf. par exemple Panzani, 1988, p. 166.

67 L’emploi de la première personne du pluriel pourrait être interprété comme un pluriel d’auteur, mais cela est très peu probable. Sénèque n’hésite pas à utiliser la première personne du singulier lorsqu’il parle de ses maux. De plus, le caractère généralisant du nos est corroboré par l’emploi de l’adjectif indéfini aliqua et de la tournure impersonnelle necesse est.

68 Cf. par exemple André, 2006, p. 469.

69 Gourevitch, 1984, p. 220-247. La goutte est citée par Platon, aux côtés de la fièvre et de l’ophtalmie, comme paradigme de maladie (Second Albiciade 140a).

70 Ibid., p. 233.

71 Tout particulièrement dans le livre II des Tusculanes (De tolerando dolore).

72 Hipp. , De Aff. 31 (Littré VI 242) ; Celse, Med. I 9, 1 ; II 7, 6 ; IV 21, 3 sq.

73 Sur Sénèque lecteur de Celse, cf. Stok, 1985.

74 Ep.26 ; 53, 3, 5 ; 54, 1, 2, 6 ; 55, 2 ; 57, 3 ; 65, 1 ; 67, 1 ; 77, 9 ; 78, 1 ; 83, 4 ; 96, 1 ; 104, 1.

75 Fabio Stok (1988, p. 18) constate très justement un désintérêt de la médecine antique à l’égard des troubles de type hypocondriaque et plus généralement de la somatisation.

76 Cf. Stok, 1988, p. 11. Dans l’Antiquité, ποχόνδρια désigne les affections des hypocondres, parties latérales du bas-ventre (Galien, De locis affectis III 10, Kühn VIII 185-190).

77 Cf. Gourevitch, 1984, p. 14.

78 C’est à la même époque que le diagnostic d’hypocondrie est établi pour Marc-Aurèle, Fronton et le rhéteur grec Aelius Aristide. Cf. Bowersock, 1969, p. 72-75 et par ex. Whitehorne, 1977, p. 413-421.

79 Russell, 1973 ; Rozelaar, 1976. On peut ajouter deux auteurs qui posent l’hypothèse comme possible, bien qu’assez improbable : Roccatagliata, 1981, p. 180 ; Stok, 1988, p. 19.

80 Russell, 1973, p. 80 ; Publius Aelius Aristide est l’auteur de six Discours sacrés, dans lesquels il fait référence, de manière obsessionnelle, aux maladies dont il souffrait : problème respiratoires, affection hépatique, angine de poitrine, abcès à la gorge, peste antonine de 165.

81 Rozelaar, 1976, p. 92.

82 Cf. par exemple ep. 54, 1 :… nullum mihi genus [malae ualetudinis] ignotum est (« … aucun genre [de mal] ne m’est inconnu.  ») ; ep. 54, 2 : Omnia corporis aut incommoda aut pericula per me transierunt. («  Toutes les incommodités physiques, toutes les maladies ont passé sur moi.  »).

83 Rozelaar, 1976, p. 78.

84 Cf. Berno, 2006, p. 127.

85 Un régime alimentaire limité au nécessaire et un matelas «  qui ne gardait pas l’empreinte de son corps  » (ep. 108, 13-16, 23).

86 Il commet des imprudences assez sérieuses : il se jette à la mer malgré le danger et son âge avancé (ep. 53) et ne suit pas les conseils de ses médecins (ep. 78, 3-4 ; ep. 104, 1).

87 La date de naissance de Sénèque n’est pas certaine, à l’intérieur d’une période allant de 2 av. J.-C. à 2 ap. J.-C. (Grimal, 1978, p. 57).

88 Dans la Lettre 83, âgé d’environ 63 ans, Sénèque dit s’exercer quotidiennement à la course, entraîné par un jeune esclave, qui court un peu trop vite, à son goût, pour qu’il puisse le suivre.

89 Cf. par exemple ep. 54 pour la description objective des symptômes de son asthme.

90 Gourevitch, 1984, p. 111.

91 Ep.53 ; 83, 4 ; Grant, 2000 ; Armisen-Marchetti, 2004.

92 Cf. par exemple Capitani, 1991, p. 117.

93 André, 1987.

94 Cf. Hankinson, 2003, p. 295-309.

95 Ces accusations de simulation sont à mettre en relation avec la réputation de duplicité de Sénèque, qui a souvent été perçu comme l’«  un des plus grands hypocrites de la littérature  » (Landor, 1837). Cf. les attaques de Suillius Rufus en 58 (Tac., Ann. XIII 42) ; Cassius Dion, Hist. Rom. LXI 10.

96 Hist. Rom. LIX 19, 8 : Τοτον μν ον ποθανεν κελεύσας φκε, γυναικί τινι ν χρτο πιστεύσας τι φθό τε χοιτο κακρς κα οκ ς μακρν τελευτήσοι· (« [Caligula] toutefois révoqua l’ordre déjà donné de le mettre à mort, persuadé par l’une des femmes de son entourage que Sénèque était gravement atteint de phtisie et qu’il ne tarderait pas à mourir.  »)

97 Cf. Clarke, 1965, p. 62-69.

98 Ann. XIV 56 :… rarus per urbem, quasi ualetudine infensa aut sapientiae studiis domi attineretur. (« … il se fait rare dans la ville, comme s’il était retenu chez lui par une santé mauvaise ou des études philosophiques.  »)

99 Ann. XV 60.

100 Cf. Ann. XV 73.

101 Ann. XV 45 : Ferebatur Seneca, quo inuidiam sacrilegii a semet auerteret, longinqui ruris secessum orauisse, et postquam non concedebatur, ficta ualetudine, quasi aeger neruis, cubiculum non egressus. («  On rapportait que Sénèque, pour écarter de lui la haine du sacrilège, avait demandé à se retirer bien loin à la campagne, et qu’après que cela lui eut été refusé, il avait simulé la maladie et, prétextant souffrir de la goutte, n’était plus sorti de sa chambre.  »)

102 Hist. Rom. LXII 25, 3 : … καἰτερ τήν τε συνουσίαν τὴν αὐτὸν ὡς καὶ ἀσθενῶν προειμένος … (« … bien qu’ayant, soi-disant pour raison de santé, renoncé à ses rapports avec le Prince…  »)

103 Tac., Ann. XV 61 :… rationem ualetudinis et amorem quietis excusauisse respondit. (« … il répondit qu’il avait donné comme excuse son état santé et son amour du repos.  »)

104 Danielle Gourevitch (1984, p. 117) fait très justement la distinction entre simuler la maladie et la mettre en avant comme excuse. C’est également l’avis de J.-M. André (2006, p. 468).

105 Selon Danielle Gourevitch, cette excuse de la maladie pour se retirer de la vie publique était fréquemment utilisée dans l’Antiquité (1984, p. 110).

106 Ep. 14, 7 ; 19, 2, 4 ; 68, 1, 3-4 ; 73.

107 Ep.68, 1 : Hoc te facturum Stoicorum […] exemplo licet scias ; sed ex praecepto quoque facies. («  Sache que l’exemple des Stoïciens t’autorise cette entreprise ; mais leur doctrine aussi.  »)

108 Grimal, 1978, p. 65 ; Helu. 19, 2.

109 Pompéi (ep. 49), Baïes (ep. 51, pour sa station thermale), Naples (ep. 49 et 57), Pouzzoles (ep. 53), l’Égypte (ep. 77, 1, 3, pour son climat), Nomentum (ep. 104, pour son air pur).

110 Helu. 19, 4 ; ep. 77, 1, 3.

111 Cf. Coury, 1972, p. 10 ; Celse, Med. III 22, 8.

112 Celse, Med. I 2, 6 ; III 22, 8 ; IV 10, 4 ; Pline l’Ancien, Hist. Nat. XXIV 19 ; XXVIII 14 ; XXXI 33 ; Pline Le Jeune, ep. V 19, 6 ; Arétée de Cappadoce, Cur. diut. morb. I 8.

113 Helu. 19, 2.

114 Ep.104, 1.

115 Ben. IV 12, 3.

116 Ep.104, 6. Il faut cependant faire la part de la symbolique morale de cette affirmation. L’opposition entre la vie saine, physiquement et moralement, du campagnard, et celle du citadin de Rome, amolli et décadent, est devenue un lieu commun : Pline, ep. V 6, 46 ; Mudry, 2006, p. 235.

117 Le Blay, 2009, p. 77. Toutefois, de manière générale, la qualité de l’air est l’une des préoccupations de l’Antiquité. Un air de mauvaise qualité est censé être à l’origine de diverses maladies et épidémies (Chambert, 2002, p. 72 ; exemple de la peste chez Lucrèce, De Rerum Natura VI 1133-1137).

118 Med. I 1, 2.

119 Celse la recommande, au nombre des exercices salutaires (Med. I 10, 1 ; II 9, 2), à ceux qui, entre autres, souffrent de la phtisie (III 22, 10 et 13, si les forces du patient ne peuvent supporter le voyage en mer pour l’Égypte).

120 Ep.55, 1-2 : A gestatione cum maxime uenio […] Mihi tamen necessarium erat concutere corpus, ut, siue bilis insederat faucibus, discuteretur, siue ipse ex aliqua causa spiritus densior erat, extenuaret illum iactatio, quam profuisse mihi sensi. («  Je reviens tout juste d’une promenade en litière […] Il m’était nécessaire de secouer mon corps, soit, si de la bile logeait dans ma gorge, pour la faire tomber, soit, si pour quelque raison mon souffle était trop dense, pour qu’il fût raréfié par un ballottement que j’ai senti m’avoir été profitable.  ») ; ep. 84, 1.

121 Ep.53, 3-5 :… nausia enim me segnis haec et sine exitu torquebat, quae bilem mouet nec effundit. […] uetus frigidae cultor mitto me in mare, quomodo psychrolutam decet, gausapatus. […] Vt primum stomachum, quem scis non cum mari nausiam effugere, collegi… (« … j’étais en effet tourmenté d’une de ces nausées paresseuses et sans effet qui remuent la bile et ne l’expulsent pas. […] vieux partisan de l’eau froide, je me jette à la mer, comme il convient à qui prend des bains glacés, tout nu. […] Dès que j’eu remis en ordre mon estomac, qui, tu le sais, n’échappe pas à la nausée en même temps qu’à la mer…  »)

122 Ep.78, 5. L’usage de l’eau froide et la gestatio font partie, entre autres, des cinq thérapeutiques générales mises en place par Asclépiade et les Méthodistes (Pline, Hist. Nat. XXVI 7, 1).

123 Ep.78, 3 :… studia mihi nostra saluti fuerunt. Philosophiae acceptum fero, quod surrexi, quod conualui. (« … ces études qui nous sont chères ont été mon salut. Je dois à la philosophie de m’être rétabli, d’avoir guéri.  »)

124 1984, p. 116-117.

125 Ep.65, 1 : la maladie occupe la moitié de sa journée ; ep. 67, 1 : il reste la majeure partie du temps sous les couvertures, ne parvenant pas à se réchauffer ; ep. 83, 5.

126 Ep.83, 3.

127 Il conviendrait d’étudier de manière bien plus précise la fonction de cette mise en scène dans le cadre de la réflexion philosophique de Sénèque. Les limites de cet article nous invitent à reporter cette étude à un prochain travail.

128 Cf. ep. 27, 1 :… in eodem ualitudinario iaceam, de communi tecum malo conloquor et remedia communico. (« … je suis couché dans la même infirmerie, je parle avec toi du mal qui nous est commun et partage mes remèdes.  »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vieux pêcheur, dit Sénèque mourant
Légende Paris (Musée du Louvre Ma 1354). Photographie Mathurin Maison.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 2. Pseudo-Sénèque
Légende Paris (Musée du Louvre Ma 1921). Photographie Mathurin Maison.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3. Double Hermès avec portraits de Sénèque et Socrate (vue latérale)
Légende Berlin (Staatliches Museum Sk 391). Photographie Johannes Laurentius.
URL http://pallas.revues.org/docannexe/image/2478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Courtil, « Valetudinarius Seneca. Sénèque le Philosophe était-il un malade imaginaire ? », Pallas, 88 | 2012, 83-102.

Référence électronique

Jean-Christophe Courtil, « Valetudinarius Seneca. Sénèque le Philosophe était-il un malade imaginaire ? », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pallas.revues.org/2478 ; DOI : 10.4000/pallas.2478

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Courtil

ATER de langue et littérature latines
Université de Toulouse II-Le Mirail
courtil.jean-christophe@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org