Navigation – Plan du site
Felix Curiositas. Hommage à Aline Rousselle

Felix curiositas

Pour Aline Rousselle
Jean-Marie Pailler
p. 171-173

Texte intégral

1Comment faire saisir l’extrême acuité, mobilité et audace intellectuelle qui marque toute la carrière et la personnalité d’Aline Rousselle ? Peut-être par référence à une notion chère à l’un des derniers auteurs païens du monde latin, qui, vers la fin du iie siècle, précéda de peu et, par certains côtés, annonça la période de prédilection de notre collègue : la curiositas d’Apulée ? Cette vivacité, cette disponibilité d’accueil aux faits et aux idées, doublée d’une force d’initiative et d’entraînement peu commune, a conduit Aline à bien des découvertes et autant de rencontres. On l’a toujours sentie à l’affût des points de contact, des zones de recouvrement, et prête à toutes les transgressions de registres et de points de vue, pourvu qu’elles soient fécondes. Felix curiositas !

2Ces qualités ont fait d’elle un remarquable passeur, qui a contribué à introduire et acclimater en France des auteurs aussi importants que Ramsay MacMullen (Le paganisme dans l’Empire romain, 2002) et surtout Peter Brown, dont elle a traduit entre autres Genèse de l’Antiquité tardive (1999, préface de Paul Veyne) et La société et le sacré dans l’Antiquité tardive (2002). Dans la voie frayée par Henri-Irénée Marrou (Décadence romaine ou Antiquité tardive ?, 1977), P. Brown et A. Rousselle sont de ceux qui ont le mieux discerné et fait connaître les traits originaux d’une nouvelle civilisation, marquée principalement par l’expansion du christianisme.

3Pour sa part, A. Rousselle aborde ce moment historique sous l’angle privilégié de la conversion, si l’on donne à ce terme une signification qui englobe et dépasse largement le domaine religieux. Tel est le sens de titres bien dans sa « manière » : Porneia, de la maîtrise du corps à la privation sensorielle (1983), La contamination spirituelle (1998). Elle s’y montre aussi attentive aux valeurs accordées par une époque à la famille (cf. La famille dans la Grèce antique et à Rome, avec G. Sissa et Y. Thomas, 2005), au corps, au sexe qu’aux sentiments et aux croyances religieuses, n’hésitant pas à aborder ces questions par le biais du droit, de la médecine, de la psychiatrie, autant de disciplines qu’elle a volontiers cultivées.

4Disposition à l’ouverture, capacité à jouer sur plusieurs registres n’ont pu que la rapprocher de ceux qui exploraient ces territoires nouveaux à travers d’autres périodes, d’autres univers sociaux et spirituels. Relevons le témoignage envoyé par Alain Boureau (EHESS), qui a tenu à participer au présent Hommage : « Je connais Aline depuis fort longtemps et j’ai toujours été fasciné par le mélange d’érudition et d’anarchisme intellectuel qu’elle pratique. Daniel Milo et moi l’avions entraînée sans peine dans l’aventure d’Alter histoire. J’aime son déplacement perpétuel et contrôlé des problèmes qui en font jaillir d’autres J’aime sa volonté d’affronter les questions les plus difficiles. Et puis sa grande affaire, la conversion, est au cœur de toute recherche historique ». A. Rousselle ne pouvait qu’être attirée par ce laboratoire d’idées et de confrontations intellectuelles que représente l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Si elle n’y est pas entrée, c’est, a-t-on dit, par suite d’une attention portée davantage à la nouveauté et à l’entrechoc des idées qu’à leur soubassement érudit. - Parfois, peut-être. Mais souvent ? Chacun en jugera. Ses lecteurs, ses collègues se consolèrent en pensant qu’elle s’en trouvait d’autant plus libre pour développer une pensée forte et originale, ainsi que des projets à « base » provinciale.

5A l’université de Perpignan, où elle a fait une grande partie de sa carrière, elle a ainsi créé en 1995 le Centre de Recherche Historique sur les sociétés méditerranéennes, participant, en les dirigeant parfois, à des ouvrages collectifs qui témoignent de la même intrépidité : Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité (1995), Le paysage rural et ses acteurs (1998), Les animaux dans la monnaie antique (catalogue d’exposition, 1999), et même La glace et ses usages (1999). A côté de l’animatrice et de l’éditrice, voici, sur l’enseignante et la formatrice Aline Rousselle, ce dont nous fait part son élève et successeur à Perpignan Martin Galinier : « J’ai maintes fois fait le trajet Montpellier-Perpignan en compagnie d’Aline Rousselle. J’y avais été nommé ATER (et elle n’y était pas pour rien) et j’ai partagé avec elles de nombreux kilomètres de discussions parfois scientifiques, parfois personnelles. Le lundi matin, lorsque je passais la prendre à sa petite maison montpelliéraine, elle finissait souvent de relire les trois articles dont elle allait parler en cours, et le lendemain soir nous discutions des cours, ou des TD, ou de problématiques historiques, ou d’histoire de l’art, ou des problèmes administratifs de l’Université… Dans tous ces domaines, elle était pleine d’énergie et d’idées. Et dans tous les cas, ce qui ressortait était, à côté de son immense culture, sa grande générosité ».

6Inattendues, comme bon nombre des étapes franchies par elle auparavant, furent son arrivée et sa fin de carrière à l’université de Toulouse Le Mirail, après un contact personnel dont l’auteur de ces lignes garde le plus vif souvenir. Elle nous rejoignit en 1998. Durement atteinte, déjà, par la maladie, elle a donné ce qui lui restait de forces à son enseignement, là encore sans pouvoir se contenter de prolonger la tradition. Ecoutons Sandra Péré-Noguès : « De tous les collègues, elle est la première à avoir été sensible à la « révolution » que pouvait représenter la communication par internet en matière d’enseignement. Elle a assuré le dialogue avec le service qui était en train de se structurer à l’université, et avec Geneviève Gal, nous avons modestement participé à la mise en ligne de documents pour des cours de 1ère et 2ème année. Cette tentative fut un succès auprès des étudiants et des collègues qui découvraient, comme nous, les potentialités de cet outil. Aujourd’hui, il est commun de parler « d’environnement numérique de travail », et on peut penser que de cette expérience, nous avons retiré le meilleur bénéfice. »

7Découlant de cette attention aux possibilités offertes par la technique, son dernier coup d’archet en matière de projets « innovants », comme le dit un jargon qu’elle n’a guère pratiqué, fut « le Nouveau Daremberg et Saglio ». Efficacement relayée par Geneviève Gal et Sandra Péré-Noguès, elle parvint à ses fins, ou du moins à la réalisation du premier volet de l’opération : la numérisation et la mise à la disposition de tous les publics de ce monument de la science française que fut le Dictionnaire des Antiquité Grecques et Romaines. Toujours très utile, ainsi qu’en témoignent les consultations et le courrier reçu, il demande naturellement, après plus d’un siècle, une actualisation. C’est ce projet colossal, un peu fou, mais appuyé sur un effort collectif considérable de plusieurs années, qui fut soumis à deux reprises à l’Agence Nationale de la Recherche, en réponse à un appel d’offres concernant les nouveaux outils de la connaissance. En vain, malgré des avis d’experts enthousiastes. Incompréhensible incompréhension, comme nous en dressâmes l’amer constat, et plus gravement, disons-le, atteinte à un progrès possible du rayonnement de la science « nationale ».

8A côté des joies d’une nombreuse et belle famille, d’autres malheurs et soucis, d’ordre personnel, ont accompagné et accompagnent notre amie, contrainte par sa santé à abréger sa présence à l’université. Ils n’ont pas manqué d’inspirer certains volets de son œuvre, comme l’intérêt porté à la condition des femmes ou à l’art médical. Pour tout ce qu’elle nous a apporté, par l’écrit, le goût du dialogue et une forme bien à elle de pétillement irrésistible et joyeux, nous tenions à lui dire notre reconnaissance. Aline, pour tout cela, merci !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Felix curiositas », Pallas, 88 | 2012, 171-173.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Felix curiositas », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://pallas.revues.org/2535 ; DOI : 10.4000/pallas.2535

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Professeur émérite d’histoire romaine
Université de Toulouse II-Le Mirail
TRACES, UMR 5608
pailler@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org