Navigation – Plan du site
Felix Curiositas. Hommage à Aline Rousselle

Quand des musulmans de haut rang demandaient le baptême

When high-ranking Muslims asked to be baptised
Lucette Valensi
p. 205-217

Résumés

En ces temps où certains parlent, en Occident, de «  choc de civilisations  » tandis qu’est dénoncé en terre d’Islam l’effet délétère de la civilisation occidentale ; où les «  fondements judéo-chrétiens  » de l’identité européenne sont affirmés, comme pour souligner l’irréductible altérité des quinze millions de musulmans établis en Europe (et justifier du même mouvement le refus d’y intégrer la Turquie), il n’est peut-être pas inutile de rappeler que de part et d’autres de la Méditerranée, des chrétiens et des musulmans ont, au cours des siècles, volontairement changé d’identité religieuse et se sont intégrés dans la société qui les accueillait.

Haut de page

Texte intégral

1En écho aux travaux d’Aline Rousselle sur l’adhésion au christianisme dans l’Antiquité tardive, on voudrait ici évoquer un mouvement méconnu, la conversion de musulmans dans l’Europe de la Contre-Réforme, au temps des affrontements les plus violents entre l’Empire ottoman et l’Empire espagnol en Méditerranée, puis l’Empire Habsbourg en Europe continentale. Alors que le contexte paraît le plus défavorable, chacun de ces empires visant à exercer son hégémonie en mobilisant l’argument religieux, des musulmans passent à l’ennemi et demandent le baptême, et des chrétiens « se font Turcs ».

2On savait depuis longtemps qu’entre xvie et xviiie siècles, pour un chrétien sans qualité, se faire turc, se convertir à l’islam, autorisait une ascension sociale rapide qui restait impossible dans les sociétés chrétiennes fortement hiérarchisées. La fortune des renégats en Afrique du Nord ou dans l’Empire ottoman n’a pas cessé de retenir l’attention. Attention hostile pour leurs contemporains chrétiens, surtout quand ces renégats s’illustraient dans l’armée ou la marine de guerre. Attention savante pour les érudits qui ont, après coup, tenté de comprendre les motivations des convertis et les mécanismes d’intégration dans les sociétés musulmanes. Le sort des renégats musulmans en terre chrétienne n’a pas suscité le même intérêt. Ces deux mouvements, le temps où ils se déroulent, conduisent à formuler une hypothèse : que l’idéologie de la croisade et celle du jihad ont l’une et l’autre nourri la tentation de la trahison. Elles ont incité les monarques à mobiliser les moyens symboliques et les ressources pour recevoir à bras ouverts les ennemis prêts à abjurer. Quelques exemples de conversion au christianisme de notables musulmans, choisis dans une constellation beaucoup plus vaste, permettront de tester cette hypothèse.

3En ces temps où certains parlent, en Occident, de « choc de civilisations » tandis qu’est dénoncé en terre d’Islam l’effet délétère de la civilisation occidentale ; où les « fondements judéo-chrétiens » de l’identité européenne sont affirmés, comme pour souligner l’irréductible altérité des quinze millions de musulmans établis en Europe (et justifier du même mouvement le refus d’y intégrer la Turquie), il n’est peut-être pas inutile de rappeler que de part et d’autres de la Méditerranée, des chrétiens et des musulmans ont, au cours des siècles, volontairement changé d’identité religieuse et se sont intégrés dans la société qui les accueillait.

1. Du Maroc à la Péninsule ibérique

4Soit le Maroc du xvie siècle, où la dynastie saadienne a pris le dessus sur les Mérinides, mais ne cesse d’être déchirée par les conflits entre prétendants au pouvoir. En 1539, trois Marocains se présentent à Arzila, tenu par les Portugais, et veulent se faire chrétiens. Deux d’entre eux étaient au service du caïd de Larache ; le troisième, plus jeune, au service du sultan. Le plus jeune se repentit et revient chez les siens. Les deux premiers se rendent au Portugal.

  • 1 De Castries (1928, p. 142-158 et 1906, p. 42-46) cite encore un Henri Chérif, prince marocain qui, (...)

51564 : les descendants des derniers Mérinides, délogés par les Saadiens, passent en Espagne et se convertissent au christianisme ; l’un d’eux, sous le nom de don Juan de Castille, sert dans l’armée du roi Philippe II en Flandre. La même année, on trouve à Bruxelles un don Alonso de Fez ; un notable marocain rejoint Tanger pour se faire chrétien1.

  • 2 Sources inédites de l’histoire du Maroc (désormais SIHM), Angleterre, 1e série, dynastie saadienne, (...)

61573 : les Espagnols se préparent à convertir « le fils du roi de Fès et sa mère » - mais leur identité exacte reste incertaine2.

71575 : le fils du chef marocain qui gouverne à Velez se convertit et prend (lui aussi) le nom de don Juan de Castille : il convient, indique le message envoyé à Philippe II, de l’envoyer en Navarre avec pension du roi, comme on l’a fait pour le caïd de Mostaganem quand il s’est fait chrétien : autrement dit, pour écarter tout danger de retour à l’islam, les convertis sont éloignés et du Maghreb et de la population musulmane encore présente dans la Péninsule ibérique.

  • 3 Voir de Castries, 1928 ; Oliver Asin, 1955 ; de La Véronne, 1970, n°  7, p. 187-194.
  • 4 Lope de Vega, Tragedia del rey don Sebastian y bautismo del principe de Marruecos, écrit entre 1595 (...)

81578 : à la suite de la bataille des Trois Rois où s’affrontent trois princes de la dynastie saadienne, un frère du sultan vaincu, Moulay en-Nasr, s’enfuit à Arzila, tenue par les Portugais ; un fils du même sultan, Moulay esh-Sheykh, gagne Mazagan, également tenu par les Portugais3. De là, ils rejoignent Lisbonne à la fin décembre 1578. Quand, en 1580, Philippe II d’Espagne devient roi du Portugal et fait son entrée à Lisbonne, les deux princes marocains le rencontrent plusieurs fois. Ils en attendent de l’aide pour reprendre le pouvoir au Maroc. Elle leur est refusée, Philippe II cherchant à conserver de bonnes relations avec le sultan régnant, Ahmad al-Mansûr. En 1589, Philippe II fait transférer les deux princes en Espagne. Moulay en-Nasr finit par rentrer au Maroc en 1595. Le second reste en chrétienté et connaît une intégration fulgurante à la noblesse espagnole. Il se convertit en effet le 3 novembre 1593. Conversion miraculeuse, puisqu’elle a lieu à la suite d’une grande fête au cours de laquelle le prince vit une expérience bouleversante : les récits ultérieurs, en effet, rapportent que le jeune prince se trouvait à Andújar lors du pèlerinage annuel à la Vierge de la Cabeza, au début du mois d’avril. Fasciné par la foule joyeuse des pèlerins en route vers le sanctuaire, étendards déployés et musique en tête, il s’était joint à eux, avait pénétré dans l’église, déguisé en Espagnol, et au spectacle de la Vierge dévoilée devant les dévots, avait éprouvé une émotion si forte qu’il avait juré de la servir4. De fait, décidé à se convertir malgré l’opposition de ses proches, il est instruit dans la religion chrétienne par des clercs, désormais étroitement entouré de serviteurs chrétiens, puis il est invité à se rendre à Madrid où le baptême aurait lieu en présence du roi. Il quitte Andújar en septembre et reçoit le baptême deux mois plus tard dans la chapelle royale de l’Escurial, en présence du roi Philippe II, son parrain, de l’infante Isabelle, sa marraine, et des plus hauts personnages du royaume, clercs ou laïcs. Il prend alors le nom de prince Felipe d’Afrique ou don Felipe Xariffe, conservant ainsi sa qualité de descendant du prophète Muhammad – shérif. On l’appela généralement « prince de Fès et de Maroc », on rappela toujours qu’il était fils du roi, on continua à affirmer qu’il était le souverain véritable et légitime de son pays. Simultanément, Don Felipe obtint les titres prestigieux de chevalier de l’ordre de Saint Jacques, l’ordre militaire dont la vocation était le combat contre l’Islam, et de Grand d’Espagne, la plus haute dignité de l’aristocratie. Doté d’un domaine dont le revenu s’élevait à 12 000 ducats et d’une pension du roi, il vécut treize ans dans un palais madrilène, sauf pour quelques déplacements dans le pays et un bref séjour en Flandre. Personnage en vue, il assiste, à Valence, au mariage du roi Philippe III en 1599, et comme Grand d’Espagne, il est associé à toutes les grandes manifestations publiques ; il se lie à l’élite du pays, et notamment au grand écrivain et dramaturge Lope de Vega, qui lui consacre une pièce – Le Baptême du prince du Maroc- présentée au théâtre de Madrid.

9Dans les années 1600, soit que la rente due au prince ait cessé d’être versée régulièrement, soit qu’il ait exprimé le désir arednt de rencontrer le souverain pontife, il part pour l’Italie. Son départ coïncidant avec l’expulsion générale des morisques, il est possible que sa présence en Espagne soit devenue inconfortable. A Rome, le prince reçoit la bénédiction du pape, puis se rend à Milan, possession espagnole, où il reste jusqu’en 1612, et de là à Vigevano, ville épiscopale où il se lie à l’évêque et mène, selon son biographe/hagiographe Gianolino, une vie chrétienne exemplaire.

  • 5 Mirabilia ducalia, Società storica vigevanese, Dia Kronia, Vigevano, 1992, p. 87-101, «  L’eredità (...)
  • 6 SIHM Angleterre, 1e série, dynastie saadienne, t. II, 1925, p. 310, document des 12-13 juil. 1607.

10Il meurt en Italie, en 1621, ayant vécu plus de quarante ans en chrétienté, dont quinze comme musulman. Une fois converti, il semble que sa piété chrétienne n’ait jamais été prise en défaut. Eut-il une descendance, chrétienne il va de soi ? Une fille au moins, non légitime, Josefa d’Afrique, moniale dans un couvent espagnol, à laquelle il lègue une partie de ses biens. Une autre partie de son héritage appartient à la cathédrale de Vigevano, et consiste en une série de cinq tapisseries exécutées en Flandre, et représentant la geste d’Alexandre le Grand : signe d’un goût et de pratiques princiers, comme en témoignent les tapisseries illustrant le siège de Tunis par Charles V5. Signe aussi de la profonde acculturation du prince marocain. Il avait environ 12 ans en arrivant au Portugal, 27 lors de sa conversion. A-t-il considéré que ses chances de revenir dans son pays natal et d’y jouer un rôle étaient faibles ? Ce n’est pas sûr, puisqu’en 1607 encore, quittant la cour d’Espagne pour Lisbonne, il paraît caresser le projet de passer au Maroc6. Quoi qu’il en soit, on n’a aucune raison d’exclure la possibilité que les années passées en milieu chrétien aient changé ses convictions.

  • 7 SIHM, France, 1e série, pt. 1, vol. 1, p. 274-276. De Castries, 1928.
  • 8 SIHM, France, Dynastie saadienne, t. III, 1912, p. 59 et 61, note 1.

11Contemporain de don Felipe, un descendant des Mérinides, vaincu dans une nième guerre civile, s’enfuit chez les chrétiens et se convertit à la suite d’une apparition. Sous le nom de don Gaspar de Benimerin, il est d’abord au service de Philippe II dans la guerre que celui-ci livre aux protestants des Pays-Bas, puis de l’empereur Rodolphe, entre 1604 et 1606, dans la guerre livrée contre les Hongrois révoltés7. Il entretient longtemps le rêve de reprendre le pouvoir au Maroc tout en restant chrétien. Membre actif de l’ordre de la Milice chrétienne créé en 1618 à Vienne, il conçoit un projet de création sur une île de la Méditerranée d’un siège de la Milice qui, symétrique en Orient de l’île de Malte en Occident, servirait de tête de pont à la croisade contre les Turcs. Son projet n’aboutit pas. Après avoir vécu à Rome et à Naples, il meurt dans cette ville en 1641. Sa longue épitaphe en latin, dans l’église Sainte-Marie de la Concorde, le désigne comme 22e roi d’Afrique, et rappelle qu’il a défendu la foi chrétienne en combattant les hérétiques. Lui-même se désignait comme « Infant de Fez », et sa fille, comme « princesse du Maroc »8. Gaspar de Benimerin aura passé quarante ans de sa vie au service de la chrétienté, et contre l’Islam.

  • 9 Id., Espagne, années 1635 et 1636.

121636 encore : le neveu de Moulay al-Wâlid est baptisé sous le nom de don Felipe-Gasparo-Alonso de Guzman, et il servira le roi d’Espagne dans les Flandres9. 1649 : un petit-fils du sultan Ahmad al-Mansûr se convertit et reçoit le nom, déjà emprunté plus tôt, de don Felipe d’Afrique. Il bénéficie comme son homonyme d’une pension du roi, Philippe IV, qui l’envoie dans le royaume de Naples.

  • 10 SIHM, 2e série, France, t. I, 1922, p. 203-240. De Castries, 1928, p. 151-154. P. 153, l’auteur men (...)
  • 11 Bono, 1999, p. 273.
  • 12 Voir Alonso Acero, 2006, p. 214 ; p. 240, note 27 ; p. 225-226. La pièce est composée deux ans aprè (...)

131656 : un cas célèbre, et comme le prince Moulay es-Sheikh, le sujet d’une conversion miraculeuse – phénomène assez fréquent – et comme lui objet de relations qui relèvent du genre hagiographique plutôt que biographique10. En 1654, un bâtiment anglais transportant des pèlerins marocains est pris en course par un chevalier de Malte. Parmi les prisonniers qui attendent d’être rachetés se trouve un prince de la famille saadienne, ou plus vraisemblablement de celle des Dilaïtes qui s’étaient rendus maîtres d’une partie du Maroc à la fin de la dynastie saadienne. Sa rançon ayant été versée par le bey de Tunis sans qu’il ait révélé aux Chevaliers son identité princière, Sidi Muhammad s’apprête à s’embarquer pour cette ville en juin 1656 quand il fait un rêve qui le conduit à vouloir se convertir sans délai. Il reçoit le baptême à Malte le 30 juillet 1656 sous le nom de Balthazar Loyola Mendez. Mais on se plut à l’appeler partout « roi de Fez et de Maroc », « Empereur d’Afrique et de toute la nation arabesque », tous titres qui donnaient plus de lustre à sa conversion. Il est envoyé à Messine pour sa formation, devient clerc, y reçoit les quatre ordres mineurs en 1659, se rend à Rome où il est accueilli dans la compagnie des jésuites. En 1663, il reçoit l’ordination sacerdotale et va prêcher à Gênes et à Turin. De Gênes, il écrit en 1665 qu’il a 140 Turcs prêts à la conversion. Il est vrai que pour une trentaine d’entre eux, il s’agit de moribonds. Mais il annonce la conversion simultanée de plusieurs femmes le jour de l’Annonciation, et de plusieurs Turcs le Samedi saint et le dimanche suivant11. Crédité de la conversion de nombreux esclaves musulmans – des milliers, disent ses confrères –, le Père Balthazar de Loyola est envoyé à Naples. De là, il obtient d’être envoyé comme missionnaire dans les Indes, et se rend en Espagne en passant par la Fance, mais il meurt à Madrid, victime de la peste en 1667. Partout semble-t-il, il est l’objet d’une intense curiosité : à Toulouse par exemple, où il s’arrête en juillet 1667 et célèbre la messe dans plusieurs établissements religieux : « Toulouse n’a jamais rien vu de si curieux ni de sy glorieux à notre Compaignie – écrit un père jésuite. On ne parle icy d’autre chose que du roy des jesuites ». Le récit de sa conversion fait l’objet d’une vaste correspondance entre pères jésuites, puis de publications posthumes, sans parler d’une mise en scène au sens le plus littéral : une comédie du fameux Pedro Calderón de la Barca, El gran principe de Fez, don Baltasar de Loyola12.

  • 13 SHIM, Deuxième série, Dynastie filalienne. T.1, France, 1922, p. 463-464, et de Castries, 1928, p.  (...)

141670 : les fils de Moulay Muhamad b. el-Sherif se révoltent contre leur oncle Moulay er-Rachid dans la région de Taza. Le sultan marche contre eux, les défait, les envoie tous au supplice sauf un, Moulay al-‘Arbi, qui parvient à s’échapper, gagne La Mamora puis l’Espagne. Baptisé en juin 1671, il prend le nom de Don Antoine-Augustin de Tafilelt. La reine l’envoie à Milan comme colonel de cavalerie, avec un appointement substantiel. Trois ans plus tard, le gouverneur du Milanais le fait revenir en Espagne, d’où la reine l’envoie en Flandre avec son grade et sa solde. Mécontent de l’Espagne, Moulay al-‘Arbi rejoint l’Angleterre. Au service de ce pays, il est envoyé à Tanger, qui est alors possession anglaise. En 1676, il regagne le camp du sultan Ismaïl, qui l’accueille fort bien13. Conversion opportuniste donc.

  • 14 De Castries, 1928, p. 158. Voir aussi de Collenberg, 1989, p. 531-532, qui a retrouvé sa trace dans (...)

15Du xvie au xviiie siècle, des musulmans passent ainsi au christianisme moins pour sauver leur âme que pour échapper à une mort certaine. Protagonistes ou victimes de turbulences politiques, ils n’ont pas de scrupules à changer de pays et de foi quand leur vie est en danger. S’ils sont issus de milieux princiers, s’ils prennent pour parrain un prince chrétien, ils savent qu’ils ne seront pas déclassés. Ils resteront membres de l’élite et recevront pension du roi. Courtisans et hommes d’épée au Maroc, ils peuvent l’être encore en chrétienté, et combattre sans trouble de conscience d’autres chrétiens en Flandre ou dans le Milanais. D’autres prennent l’habit sacerdotal, et épousent donc pleinement la religion chrétienne. C’est le cas de Baltazar Loyola Mendez ; c’est aussi le cas du dernier prince marocain dont on connaît la conversion, don Lorenzo Bartolomeo Luigi Trojano, né à Taroudant, dans le Sous marocain, en 1704. Il se nomme Moulay Ahmad avant son passage en chrétienté et sa conversion. Son père, fils du sultan régnant et gouverneur de la région, était entré en dissidence sans réussir à se faire proclamer sultan. En 1729, il prétend à son tour au pouvoir, n’est reconnu que par une partie du pays, et se réfugie à Mazagan. De là, il gagne le Portugal, puis l’Espagne, et enfin Rome où il reçoit le baptême à Saint Pierre le 6 mars 1733 des mains du pape Clément XII. Il prend le nom de son parrain, neveu du pape, le prince Bartholomeus Corsini. On le retrouve par la suite à Florence, où « le duc de Toscane le reçut avec des honneurs princiers et le promena dans ses carrosses ». Il s’établit à Rome, et quand il y meurt, en février 1739, il bénéficie des « mêmes cérémonies qu’aux obsèques des patriciens romains »14. C’est en habit religieux de l’ordre de Saint François qu’il est inhumé.

2. Trois officiers persans15

  • 15 Relaciones de Don Juan de Persia, préface et notes de Narciso Alonso Cortés, Madrid, 1946. Don Juan (...)

16Les convictions instables de quelques grands personnages marocains sont relativement faciles à suivre. C’est qu’ils sont tout proches de refuges chrétiens. Les Espagnols et les Portugais, puis les Anglais, ont en effet occupé, plus ou moins durablement, sur la côte marocaine, de nombreux ports et places fortes dont les transfuges pouvaient se faire aisément ouvrir les portes. Les côtes de la Péninsule sont, elles aussi, aisément accessibles. Chance rare enfin, les archives relatives au Maroc et conservées dans presque tous les pays d’Europe avec lesquels ce pays entretenait des relations ont été systématiquement publiées au xxe siècle. Le royaume de Tlemcen, la régence de Tunis offrent une situation comparable, mais pour ne pas rompre l’ordre chronologique, nous nous arrêterons d’abord sur le cas de trois musulmans chiites, dont l’un, Uruch Bec, a laissé une relation de son expérience.

  • 16 The Fugger News-Letter, éd. Victor von Klarwill; trad. P. de Chary, NY et Londres, 1924, p. 243.
  • 17 Selon l’éditeur de la traduction en anglais des Relaciones, il meurt assassiné un an plus tard. Deu (...)

17Uruch Bec serait né dans les années 1560, dans une famille militaire prestigieuse proche de la cour. Comme son père, il participe à d’importantes batailles contre les Turcs, puis contre les Tartars, avant d’être choisi pour accompagner l’ambassadeur Uzén Ali Bec (Husayn ‘Ali Bey) que le shah ‘Abbas envoie en Europe en 1599, pour proposer aux monarques chrétiens une alliance contre les Ottomans, une croisade pour ainsi dire. L’ambassadeur emmène avec lui quatre secrétaires (dont Uruch Bec), cinq serviteurs et autant d’interprètes, et surtout, l’aventurier anglais Anthony Sherley. Celui-ci est accompagné de quinze Anglais et deux religieux portugais. Meilleur connaisseur des mœurs et des langues de l’Europe que les membres persans de la délégation, Sherley allait se conduire en maître, puis en escroc – il vend à son propre profit les présents destinés aux Princes et au Pape – avant de pousser à bout les Persans et d’être congédié une fois le groupe arrivé en Italie. La relation qu’il laisse de son voyage est un document rare et donc précieux, mais elle est cousue de fil blanc. Elle porte en effet la marque trop nette des interventions du père Alonso Remón. Celui-ci introduit des références aux auteurs grecs et latins de l’Antiquité, et des considérations religieuses en latin, langues et tradition lettrée que notre Persan ne connaissait pas. Uruch Bec ne maîtrisait pas non plus l’espagnol, mais il avait tenu un journal de son voyage et avait rédigé sa relation en persan, puis elle avait été traduite en espagnol, peut-être dictée au père Remon par Uruch Bec. L’édition de 1604 indique bien que le père Remon a révisé la relation d’Uruch Bec. Reste que le récit des événements qui se produisent en Europe, en Espagne et au Portugal ne peut qu’être fondé sur l’expérience du Persan, et il est corroboré par d’autres documents. En bref : partis en juillet 1599 d’Ispahan, les Persans arrivent, après deux ans de voyages et de séjours dans plusieurs capitales princières, à Valladolid, résidence du roi Philipp III, en août 1601. Ils restent deux mois à la cour d’Espagne, pendant lesquels l’un des plus proches compagnons d’Uruch Bec, Ali Guli Bec, annonce qu’il veut se convertir au christianisme et s’en remet aux jésuites, qui lui donnent l’instruction religieuse nécessaire. Déjà, à Rome, le cuisinier de l’ambassadeur et deux autres membres de sa suite avaient abjuré16. L’ambassadeur et les autres Persans essaient de dissuader Ali Guli Bec, qui est le propre neveu de l’ambassadeur, mais en vain. Celui-ci quitte finalement Valladolid et les Persans reprennent la route pour embarquer à Lisbonne et rentrer dans leur pays. A Mérida, le religieux chiite qui faisait partie de la suite depuis le début du voyage est assassiné. Aussi l’ambassadeur renvoie-t-il Uruch Bec à Valladolid pour en informer le roi et lui demander le châtiment du coupable. Là, renouant avec son ami, Uruch Bec décide de se convertir à son tour. Les deux amis reçoivent le baptême le même jour, avec le roi et la reine pour parrain et marraine, et ils sont bientôt rejoints par un troisième membre de la délégation persane, Buniyad Bec. Ils prennent le nom de Don Felipe de Persia pour le premier, de Don Juan de Persia pour Uruch Bec, et de Don Diego pour le troisième. Largement dotés par le roi, ils mènent ensuite une vie de courtisans. Don Felipe, qui était marié en Perse, obtient une dispense de l’Eglise et épouse une femme de Valladolid ; Don Diego suit la cour à Madrid, où il fréquente poètes et artistes, et Don Juan publie ses Relaciones en 160417.

  • 18 P. 247, 253 et 258-259 respectivement pour les trois conversions.

18Qu’est-ce qui a conduit ces trois chiites à renier leur foi, à s’éloigner à jamais de leur milieu d’origine, à ne plus s’exprimer que dans une langue à peine entendue ? Sont-ils troublés, séduits, par la mise en scène baroque des cérémonies religieuses du catholicisme de la Contre-Réforme ? Ces hommes de guerre étaient-ils préoccupés du salut de leur âme ? Ou craignent-ils plutôt d’être châtiés par leur maître, le shah, à leur retour en Perse en raison des maigres résultats de leur mission diplomatique ? Don Juan ne le dit pas. A le lire, on apprend seulement que le premier, Ali Guli Bec, est touché par la manière de vivre des Espagnols, qu’il prend plaisir à s’habiller comme eux avant même sa conversion, et qu’assistant d’abord par curiosité aux cérémonies et rites chrétiens, il est bientôt gagné par le désir de recevoir le baptême. Lui-même est entrepris par les jésuites qui lui font connaître dans sa langue les prières et les principes du christianisme ; il s’entretient de son projet de conversion avec le duc de Lerma, qui s’illustra par son ardeur à expulser d’Espagne les descendants de musulmans, mais qui presse ici Uruch Bec de recevoir le baptême. Animé du zèle du néophyte, Uruch Bec incite le troisième officier persan à sauver son âme. Mais c’est un miracle qui achève de convaincre son compagnon. Alors qu’ils sont dans la maison d’un marchand vénitien résidant à Lisbonne et débattent du mystère du Saint Esprit, une colombe blanche entre dans la pièce où ils se trouvent, se place au milieu du groupe, s’envole et disparaît. CQFD : Buniyad Bec n’a plus d’hésitation et il fait prévenir le vice-roi de son désir d’embrasser le christianisme. Don Juan avait encore le projet de rentrer en Perse, vêtu en Persan et dissimulant sa conversion, pour en ramener sa femme et son fils. Le miracle le convainc de renoncer à ce dangereux voyage : au lieu de son fils, c’est son compagnon qu’il a arraché à l’infidélité18. Conclusion édifiante où intervient peut-être la plume du père Remón.

3. Un prince tunisien, Don Philippe d’Afrique

  • 19 On connaît au moins un autre cas, celui de don Carlos d’Autriche, frère franciscain mort en 1602, f (...)

19Le cas de ces trois Persans est extraordinaire. La distance culturelle et géographique entre le pays de leur naissance et leur pays d’accueil est la plus grande possible. Rien ne les préparait à ce reniement, qui du reste, ne paraît pas précédé d’une crise de conscience. La régence de Tunis offre en revanche une situation comparable à celle du Maroc, par la familiarité qui la relie au Midi du monde chrétien, et la faible distance qui l’en sépare19.

  • 20 Sebag, 2003. Chevalier d’Arvieux…, Mémoires, 1735, vol. 4. J. Thévenot, Relation d’un voyage fait a (...)
  • 21 Les deys gouvernent au nom du sultan d’Istanbul. Les beys, d’abord chargés de recueillir les impôts (...)

20Avec Don Philippe, nous retrouvons aussi un personnage de haut rang20. Mais contrairement aux princes marocains, il ne court aucun danger quand il passe en chrétienté. Fils aîné du dey Ahmad Khodja (en un temps où l’autorité est partagée entre les deys, monarques de fait, et les beys, commandants des expéditions annuelles pour la collecte des impôts), il porte le nom d’Ahmad Celebiavant sa conversion21. Un père Augustin résidant à Tunis aurait exercé sur lui son zèle chrétien – ou selon d’autres sources, ce sont des renégats et des esclaves chrétiens désireux de revenir en chrétienté qui l’entreprennent. Il épouse en secret une esclave chrétienne, vers 1645, mais son père le marie à la fille du pacha de Tunis. Ahmad Celebi n’en prépare pas moins sa fuite en chrétienté. De cette fuite, nous avons un témoignage direct dont l’auteur accompagnait le prince, et qui a tous les accents d’un roman d’aventures, avec complot, stratagème, fuite et triomphe du héros.

21Complot : le 11 février 1646, Ahmad Celebi se rend à l’un des treize bagnes d’esclaves existant à Tunis, pour y assister à une représentation théâtrale. Mais son intention est de saisir cette occasion pour organiser secrètement son départ en recrutant parmi les esclaves du bagne huit hommes qui ont l’expérience de la mer. Contretemps : le 2 mars, il reçoit de la Porte le commandement de l’escadre, promotion inscrite sur un document écrit en lettres d’or, et symbolisée par le présent d’un vêtement de brocart frappé d’argent. Stratagème : Ahmad Celebi ne change pas ses plans pour autant, et va au contraire jouer de son nouveau titre. Il prétendra se rendre à Porto Farina, dans une sorte de tournée d’inspection de la flotte, emmenant ses huit comparses chrétiens et autant de musulmans familiers de la mer. Fuite : il trouve d’abord un refuge près de l’une des portes de la ville, emporte discrètement de son palais du linge et des armes, mais y laisse les objets précieux pour ne pas donner l’alarme. Le 13 mars au petit matin, jour prévu pour le départ, il va lui-même à un four voisin de son refuge, et achète 100 pains chauds et un sac de biscuits. Puis il fait un détour par la maison d’un cousin décédé et y prend un cheval blanc. Les esclaves qui l’accompagnent apportent de leur côté un baril d’eau, un panier d’olives noires et de l’eau de vie. Et il s’embarque, laissant derrière lui sa mère, ses cinq frères et la femme qu’il a récemment épousée. Ayant bientôt débarqué les huit musulmans qui ignorent les intentions réelles de leur prince, il se dirige vers la Sicile. Arrivée triomphale : le prince, ses comparses et son équipage accostent trois jours plus tard à Mazara où l’attend une foule nombreuse. Après une quarantaine de 12 jours, pendant lesquels le cardinal Spinola, évêque de la ville, les visite plusieurs fois, ainsi que d’autres nobles ou magistrats de la ville, l’évêque les reçoit avec splendeur dans son palais, puis le prince et sa suite vont à Palerme. Le vice-roi reçoit à son tour Ahmad Celebi avec tous les honneurs avant de le confier aux jésuites qui le préparent au baptême.

22La cérémonie a lieu le 6 mai en grande pompe, à la cathédrale de Palerme, le vice-roi et son épouse étant les parrain et marraine du néophyte. Les murs et colonnes de l’église sont tendus de soie et d’or. Une estrade est dressée sous la coupole, drapée de soie. Quand l’accès de l’église est ouvert au public, le moindre espace est pris d’assaut. Le vice-roi, la vice-reine et tous les nobles arrivent en dernier. Le prince porte encore ses vêtements et le turban. Introduit dans l’église, il est rejoint par l’archevêque qui lui ôte son turban. Le prince se défait alors publiquement de ses vêtements orientaux, reçoit un manteau écarlate et un chapeau ; il abandonne son nom et ses titres, et devient Innocent (en l’honneur du pape), Philippe (en l’honneur du roi catholique), Pierre (symbole de l’Eglise romaine), Ferdinand (nom de l’archevêque de Palerme), Ignace (nom du fondateur de la compagnie des jésuites). En vérité, il fut connu désormais sous le nom plus bref de don Philippe d’Autriche ou d’Afrique. Après un séjour de quelques mois à Palerme, le prince se rend à Naples, puis Rome – où il est reçu par le pape et honoré du titre de préfet de la congrégation des séculiers du collège des jésuites. De retour en Sicile en janvier 1648, il part bientôt pour l’Espagne. Le roi Philippe IV le fait chevalier de Saint Jacques – titre fort convoité par la noblesse espagnole –, et le dote d’une pension. Don Philippe épouse une Espagnole qui « jouoit bien du luth et chantoit fort agréablement » et se livre à des dépenses excessives dans les villes où il s’arrête, Cadix et Malaga. Il est donc bientôt à court d’argent. Surtout, il reste en correspondance avec sa mère, restée à Tunis. Embarqué sur un bâtiment anglais, il prétend se rendre au Levant avec les siens, mais revient dans son pays.

23Commence alors une vie équivoque, tirée entre islam et christianisme. Quand son père avait appris la nouvelle de sa conversion, il avait exercé de terribles représailles sur l’entourage resté à Tunis, exécutant les esclaves chrétiennes du renégat, de même que les musulmans et la femme juive qui avaient assisté les fugitifs, et incarcérant les religieux chrétiens. Il avait imposé un deuil collectif, le port de vêtements sombres, et interdit chants et musique pour un mois. Puis le dey était mort avant le retour de don Philippe. Or loin d’être condamné comme apostat, il revient à la religion musulmane et à la communauté des croyants. Son épouse chrétienne et la mère de celle-ci obtiennent de revenir en chrétienté et d’entrer dans un monastère. Cette indulgence à l’égard du repenti tient peut-être au fait que la Tunisie est alors gouvernée par les membres de la dynastie mouradite, dont le fondateur est un renégat corse. Son fils, Hammûda Bey, au pouvoir quand don Philippe se convertit, a été formé par un renégat provençal. Le milieu dirigeant est largement constitué de personnages qui ont vécu alternativement en chrétiens et en musulmans, et pratiquent l’arabe autant qu’une langue européenne. En 1663, le pouvoir passera aux fils de Hammûda, Mourâd et Mohamed al-Hafsî que nous retrouverons plus bas.

  • 22 Sur le cosmopolitisme de cette «  société méditerranéenne  », Raymond, 2006, p. 149-171.
  • 23 Mémoires…, vol. 4, p. 4.
  • 24 Mémoires, op. cit., vol. 4, p. 12-13.
  • 25 Mémoires, op. cit., vol. 4, p. 62.

24C’est aussi que règne à Tunis, selon ce qu’en rapporte le chevalier d’Arvieux qui a bien connu don Philippe et le milieu dirigeant, un libéralisme religieux exceptionnel22. « Car Tunis est un païs de liberté, la religion n’y gêne personne, on prie Dieu quand on veut, on jeûne quand on ne peut faire autrement, on boit du vin quand on a de l’argent, on s’enivre quand on en boit trop, et qui que ce soit n’y trouve à redire »23. Illustre cette aimable tolérance, et la familiarité avec les goûts européens, l’attitude de deux personnages de marque. Mohamed Bey, fils du Hammûda Bey, occupe une maison meublée en partie « à l’africaine », en partie à l’italienne ; « ses différents offices (sont) toûjours remplis de vins differens les plus fins et les plus delicats, de liqueurs les plus recherchées »24. Son frère, Mourâd, ne boit pas, et le vin ne paraît pas sur sa table quand il entretient des convives, mais les bouteilles sont disponibles dans la pièce voisine. Le chevalier d’Arvieux est invité à partager son repas en compagnie de Mohamed Bey. Celui-ci se lève de table et va régulièrement, avec le chevalier, dans la pièce où sont placées les bouteilles, puis se remet à table. « Ce manège divertissoit Mourad, écrit le chevalier ; il en rioit, et disoit quelquefois à son frère qu’il oublioit qu’il avoit affaire dans la petite chambre »25, l’incitant ainsi à se resservir à boire.

25Quant à don Philippe, il régale ses hôtes des meilleurs vins de France, d’Espagne et d’Italie. Il offre ses banquets accompagnés de musique italienne et espagnole délicieusement exécutée, don Philippe lui-même étant fin musicien et compositeur. Sans doute est-il soupçonné d’être resté chrétien de cœur, et ses visiteurs chrétiens surveillés. Il se conduit pourtant en musulman et fait le pèlerinage à La Mecque. En 1670, il est nommé gouverneur de La Goulette et membre du divan, ce conseil constitué d’officiers qui débattaient des affaires publiques. Il a trois navires de course qu’il lance contre les chrétiens et possède l’un des bagnes d’esclaves chrétiens à Tunis. Il jouit des faveurs du dey. Mais simultanément, il fait des plans pour que la régence de Tunis passe aux mains des chrétiens, correspond longuement avec le roi de France Louis XIV et avec le pape Clément IX, auquel il annonce sa volonté de revenir au christianisme.

  • 26 Ibn Abî Dinâr, Muhammad ibn al-Qasim al-Ru’ayni al-Qayrawani (dans l’édition française, Moh’ammed ( (...)

26En 1672, il participe à une conjuration contre Mourâd et Mohammed el-Hafsi26. Prisonnier, il s’échappe et trouve refuge au Bastion de France – un comptoir français sur la côte septentrionale – puis à Alger. Trois ans plus tard, il est à Istanbul d’où il continue à proposer la cession de la Tunis à la France. Nommé pacha d’Alger par le sultan, il meurt de la peste avant d’avoir rejoint son poste.

  • 27 Pour le Maghreb central, du royaume de Tlemcen à l’ouest, à la Kabylie à l’est, voir Alonso Acero, (...)

27De cette chronique événementielle, il est temps de tirer quelques conclusions plus générales. La première porte sur les frontières. Les pays les plus voisins sont les plus à même d’entretenir des conflits. Mais ils sont aussi les refuges les plus accessibles. Les zones limitrophes, on devait s’y attendre, sont les zones de traversée des frontières, de passages dans les deux sens. S’exerce en Tunisie, au Maghreb central, comme au Maroc, une sorte de force magnétique en provenance des rives chrétiennes de la Méditerranée les plus hostiles à l’Islam27.

28Deuxième observation : ces personnages de sang royal ou issus de l’élite, formés dans la tradition de l’islam, trouvent sans difficulté leur place au cœur de la chrétienté catholique militante de la Contre-Réforme. Ils sont aisément intégrés à la noblesse de cour, et pour les hommes, à l’aristocratie militaire, dont ils épousent les manières de faire et les valeurs. Si l’on sait peu de choses sur leurs descendants, et encore moins sur leur suite et leurs serviteurs, on peut croire qu’ils s’assimilèrent aussi aisément que leurs maîtres à la société et à la culture chrétiennes.

29A considérer l’ensemble des conversions de gens de qualité, on ne peut qu’être frappé par la haute fréquence du phénomène et par sa durée. Dans un grand nombre de cas, les apostats/néophytes (selon le point de vue que l’on adopte) sont aussi des exilés politiques qui ont cherché refuge en chrétienté. Les exilés politiques sont très nombreux, et seuls ont été retenus ici ceux qui abjurent leur foi. La conversion répond alors à la volonté de s’intégrer pleinement à la société catholique. Pour d’autres, ce n’est pas le danger qui les conduit à l’exil et à la conversion, mais un choix délibéré. Connaissant la forte religiosité qui règne de part et d’autre de la Méditerranée, l’hostilité que les deux traditions religieuses inculquent contre les fidèles de la religion opposée, on ne s’attendait pas à voir tant de musulmans occupant une position élevée dans leur société renier leur de foi. On n’était pas préparé à voir, du xvie au xviiie siècle, un flux continu de chefs musulmans passer à l’ennemi. La rupture volontaire avec leur milieu d’origine est un acte de la plus extrême gravité. Elle est normalement punie de mort. Elle ne manque donc pas de surprendre. De même ne manquent pas de surprendre l’accueil favorable que leur réservent les monarques chrétiens, et l’intégration rapide des néophytes dans les milieux de la cour, de l’armée ou dans l’Eglise, quand, dans le même temps, s’exerce une politique d’élimination du corps social de tous les non catholiques (juifs, musulmans, et « hérétiques ») et jusqu’aux nouveaux-chrétiens et à leurs descendants.

  • 28 Une lettre d’un père jésuite envoyée de Toulouse en juillet 1667, lors du passage de Balthazar Loyo (...)

30Revenant sur les scènes de conversion inlassablement décrites comme célébrées « en grande pompe », on doit enfin souligner leur portée politique. La conversion au christianisme d’individus de haut rang est un article de propagande de portée européenne. Chaque conversion est présentée comme une victoire de la croix sur le croissant. Mise en scène dans une cérémonie publique, elle est ensuite annoncée dans des pamphlets distribués en divers lieux du monde chrétien. A défaut de conquérir des territoires aux dépens de l’Islam, il s’agit de faire voir, et de se convaincre, que l’on conquiert des âmes. Lorsque des princes musulmans sont accueillis en chrétienté, princes ils sont nés, princes ils restent, avec pour destin supposé la reconquête de leur territoire perdu. Chaque fois que le roi d’Espagne donne son nom à un noble néophyte, c’est comme s’il arrachait des terres à l’Islam pour les annexer à la chrétienté. Simultanément, le converti gardant son titre d’Africain ou de roi de telle région de l’Islam, est renforcée l’idée que la Chrétienté s’est agrandie d’une véritable conquête. Article de propagande politique et religieuse tout à la fois, la conversion d’un infidèle de haut rang signifie la victoire de la « vraie » foi. Cette propagande prend deux voies. L’une est théâtrale, le spectacle public mis en scène dans l’espace de la cité à l’entrée du catéchumène dans l’église comme à sa sortie, et dans l’église même transformée en scène d’un théâtre baroque ; elle associe en une seule communauté célébrante la masse populaire, l’aristocratie et le clergé, soit toutes les catégories du corps social. L’autre est littéraire. Les textes imprimés prennent le relais de la performance publique. Ils sont destinés à diffuser la nouvelle pour ceux qui n’y ont pas assisté et à l’immortaliser pour ceux qui liront ces textes après coup. Les récits plus tardifs accuseront le caractère miraculeux de l’événement. Tous les moyens rhétoriques sont employés pour le magnifier. Intervention du surnaturel quand le désir de conversion est le résultat d’une vision ou d’une rencontre avec la Vierge. Emphase sur le statut supérieur des apostats, l’ascendance princière et prophétique des shorfa parmi eux, la puissance de leur empire : autant d’arguments donnant à l’événement de la conversion des dimensions considérables. Accent mis sur les qualités exceptionnelles des néophytes, qualités militaires qu’ils ont su manifester dans des batailles titanesques, qualités intellectuelles et religieuses qu’ils ont démontrées par leur immense savoir dans leur tradition d’origine, par leurs connaissances de disciplines multiples, par la production d’ouvrages innombrables. Les relations écrites vont parfois jusqu’à faire changer de peau leur personnage. Elles les dotent d’un teint clair, comme si leur blancheur les avait prédisposés à entrer dans la communauté chrétienne28. Insistance sur la participation à la cérémonie des plus hauts personnages de l’Etat et de l’Eglise. D’où cette situation paradoxale : les catholiques espagnols – tant les autorités que les sujets, tant les religieux que les laïcs-, regardent avec de plus en plus de soupçon les musulmans convertis et leurs descendants – les morisques – et ils défendent la « pureté du sang » dans toutes les institutions, religieuses ou militaires, mais ils exhibent avec faste les musulmans qui veulent se convertir. Les morisques une fois chassés d’Espagne en 1609, les autorités religieuses et politiques espagnoles n’en continuent pas moins de fêter publiquement les néophytes.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Alonso Acero, B., 2006, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad. Exilio musulmán, conversión y asimilación en la Monarquía hispánica (siglos xvi y xvii), Barcelona, Bellaterra.

DArvieux, Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte…, 1735.

De Bacquencourt, M. et Grandchamp, P., 1938, Documents divers concernant Don Philippe d’Afrique, prince tunisien, deux fois renégat, Revue tunisienne, n° 33-34, 1er-2e trim., p. 55-77 ; n° 35-36, 3e-4e trim., p. 289-311.

De Castries, H., 1928, Trois princes musulmans convertis au christianisme, Mémorial Henri Basset, t. I, p. 142-158.

de Collenberg, W.R., 1989, Le baptême des musulmans esclaves à Rome aux xviie et xviiie siècles, Mélanges de l’Ecole Française de Rome. Italie, Méditerranée, 101-102, p. 9-181 et 518-670.

De La Véronne, C., 1970, Séjour en Andalousie de deux princes sa’adiens après la bataille d’el-Qçar el-Kebir (1589-1595), Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, 7, p. 187-194.

Filesi, T., 1970, Un principe tunisino tra islam e cristianesimo (1646-1686), Africa 25, p. 25-48.

Garcia Ernan, E., 2011, The ‘Persian Gentleman’at the Spanish Court in the Early Seventeenth Century, dans R. Matthee et J. Flores (éd.), Portugal, the Persian Gulf and Safavid Persia, Washington, Peeters, p. 283-299.

Grandchamp, P., 1940, La fuite de Tunis et le baptême de Don Philippe à Palerme, Revue Africaine, 1940, t. 84, p. 118-132.

Oliver Asin, J., 1955, Vida de Don Felipe de Africa, principe de Fez y Marruecos (1566-1621), Madrid-Grenade.

Raymond, A., 2006, Tunis sous les Mouradites. La ville et ses habitants au xviie siècle, Tunis, Ceres.

Sebag, P. (éd.), 2003, Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (ouvrage anonyme publié en 1689), Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 De Castries (1928, p. 142-158 et 1906, p. 42-46) cite encore un Henri Chérif, prince marocain qui, baptisé à Leyde et embrassant la religion réformée, entre au service du prince de Nassau en 1603. Il sert dans une compagnie de cavalerie et épouse une Flamande.

2 Sources inédites de l’histoire du Maroc (désormais SIHM), Angleterre, 1e série, dynastie saadienne, t. I, 1918, p. 122. Sur les nombreux cas de «  reines de Fès  » trouvant refuge en Espagne, Alonso Acero, 2006, p. 80 sq. ; sur les prétendus princes candidats à la conversion, p. 98-102.

3 Voir de Castries, 1928 ; Oliver Asin, 1955 ; de La Véronne, 1970, n°  7, p. 187-194.

4 Lope de Vega, Tragedia del rey don Sebastian y bautismo del principe de Marruecos, écrit entre 1595 et 1603, est le plus proche des événements ; il aurait assisté au baptême du prince. Manuel Salcedo Olid, officier de l’inquisition, auteur de Panegirico historial de Nuestra Senora de la Cabeza, Madrid, 1677. Matteo Gianolino di Cherasco, Memorie storiche intorno la vita del real principe di Marocco Muley-Xeque chiamato nel suo battesimo Don Filippo d’Austria, Infante d’Africa, Turin, 1795. Gianolino fait intervenir ce face à face bouleversant avec la Vierge la veille du pèlerinage, quand le prince se rend secrètement dans le sanctuaire. SIHM France, dynastie saadienne, t. II, 1909, p. 294.

5 Mirabilia ducalia, Società storica vigevanese, Dia Kronia, Vigevano, 1992, p. 87-101, «  L’eredità dell’infante d’Africa  ». Il y avait initialement huit tapisseries, dont trois sont perdues. Elles n’ont pas été réalisées dans les meilleurs ateliers de Flandre. Le même ouvrage fournit une reproduction anastatique des Memorie de Gianolino, et du testament du prince. La légende d’Alexandre existe dans la tradition littéraire arabe ou persane, mais rien ne prouve que le prince l’ait connue avant sa conversion.

6 SIHM Angleterre, 1e série, dynastie saadienne, t. II, 1925, p. 310, document des 12-13 juil. 1607.

7 SIHM, France, 1e série, pt. 1, vol. 1, p. 274-276. De Castries, 1928.

8 SIHM, France, Dynastie saadienne, t. III, 1912, p. 59 et 61, note 1.

9 Id., Espagne, années 1635 et 1636.

10 SIHM, 2e série, France, t. I, 1922, p. 203-240. De Castries, 1928, p. 151-154. P. 153, l’auteur mentionne une lettre que le père Balthazar envoie à don Philippe, prince tunisien, que l’on retrouvera plus loin, pour l’exhorter à revenir dans le sein de l’Eglise.

11 Bono, 1999, p. 273.

12 Voir Alonso Acero, 2006, p. 214 ; p. 240, note 27 ; p. 225-226. La pièce est composée deux ans après la mort du père Balthazar.

13 SHIM, Deuxième série, Dynastie filalienne. T.1, France, 1922, p. 463-464, et de Castries, 1928, p. 142, note 4.

14 De Castries, 1928, p. 158. Voir aussi de Collenberg, 1989, p. 531-532, qui a retrouvé sa trace dans les archives de la Maison des catéchumènes, et celle d’un autre prince de la même dynastie dont la conversion a lieu un mois après celle du premier, à Saint Jean de Latran. Il s’agit de Moulay Abderrahmane, fils de Moulay Abdallah (frère de Moulay Ismaïl), âgé de 31 ans, qui prend le nom de Ferdinand Corsini.

15 Relaciones de Don Juan de Persia, préface et notes de Narciso Alonso Cortés, Madrid, 1946. Don Juan of Persia. A Shi’ah Catholic. 1560-1604, introduction et notes de G. Le Strange, NY et Londres, 1926 ; 2nde éd., 1976.

16 The Fugger News-Letter, éd. Victor von Klarwill; trad. P. de Chary, NY et Londres, 1924, p. 243.

17 Selon l’éditeur de la traduction en anglais des Relaciones, il meurt assassiné un an plus tard. Deus études récentes n’évoquent pas cette mort tragique ; Don Juan se remarie et a une fille, Juana Bernarda de Persia : Garcia Ernan, 2011, p. 283-299. L’auteur signale d’autres conversions de membres des ambassades suivantes. Alonso Acero, 2006, p. 230 et 277.

18 P. 247, 253 et 258-259 respectivement pour les trois conversions.

19 On connaît au moins un autre cas, celui de don Carlos d’Autriche, frère franciscain mort en 1602, fils de Hamida, dernier sultan hafside de Tunis (cité par Cervantes comme le Maure le plus cruel du monde dans Don Quichotte, chap. 39). Hamida, détrôné, avait trouvé refuge à Naples. Ses descendants et leur famille sont signalés en Sicile au xvie et xviie siècle. Dans les années 1580-90, un autre don Carlos, connu comme don Carlos d’Afrique, est le descendant converti des Zayanides de Tlemcen et fils de Moulay al-Hasan, ex-roi de Tlemcen (de Castries, 1928, p. 143). Voir aussi Alonso Acero, 2006, p. 114-117, qui s’appuie sur de nouveaux documents d’archives espagnols.

20 Sebag, 2003. Chevalier d’Arvieux…, Mémoires, 1735, vol. 4. J. Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant, Paris, 1664, 2e partie, chap. 83, p. 522-526. de Bacquencourt et Grandchamp, 1938, p. 55-77 ; p. 289-311. Grandchamp, 1940, p. 118-132 (fournit la traduction en français de documents en italien publiés dans les articles précédemment cités). Bono, 1964, p. 448-454. Filesi, 1970, p. 25-48.

21 Les deys gouvernent au nom du sultan d’Istanbul. Les beys, d’abord chargés de recueillir les impôts à l’intérieur de la régence, s’affranchissent de l’autorité du dey, réduit au rôle de maire de Tunis, et deviennent les véritables souverains du pays.

22 Sur le cosmopolitisme de cette «  société méditerranéenne  », Raymond, 2006, p. 149-171.

23 Mémoires…, vol. 4, p. 4.

24 Mémoires, op. cit., vol. 4, p. 12-13.

25 Mémoires, op. cit., vol. 4, p. 62.

26 Ibn Abî Dinâr, Muhammad ibn al-Qasim al-Ru’ayni al-Qayrawani (dans l’édition française, Moh’ammed (sic)-ben-abi-el-Raïni-el-K’aïrouâni), Histoire de l’Afrique, trad. de l’arabe par E. Pellissier et Rémusat, Paris, Imp. Royale, 1845, vol. VII de L’exploration scientifique de l’Algérie, p. 204 arabe/365fr ; Hammûda ibn ‘Abd al’Azîz, Kitâb al-Bâshâ, mss. p. 38, cité par Sebag, 2003, p. 173, n.149.

27 Pour le Maghreb central, du royaume de Tlemcen à l’ouest, à la Kabylie à l’est, voir Alonso Acero, 2006, p. 110-136, qui a retrouvé dans les archives espagnoles la trace d’un grand nombre d’hommes et de femmes trouvant refuge en terre chrétienne, passant au catholicisme, et recevant une rente du roi d’Espagne.

28 Une lettre d’un père jésuite envoyée de Toulouse en juillet 1667, lors du passage de Balthazar Loyola Mendez dans cette ville, le décrit ainsi : «  il est grand, proportionné, blanc et bien faict, un esprit merveilleux, un naturel ravissant, doux et familier  » (SIHM, op. cit., p. 210). «  Il a le visage blanc comme un drapeau. Il a des vertus toutes roïales  », dans une autre lettre du même, p. 220. D’un autre jésuite, à son confrère à Sedan : «  Ce père est un homme d’une haute et riche taille, pleine de majesté, qui ressent bien de sa naissance. Il a le teint blanc, les cheveux châtains, une tette toute propre à porter la couronne, en un mot une mine de prince et de roy  » (eod. Loc., p. 229).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucette Valensi, « Quand des musulmans de haut rang demandaient le baptême », Pallas, 88 | 2012, 205-217.

Référence électronique

Lucette Valensi, « Quand des musulmans de haut rang demandaient le baptême », Pallas [En ligne], 88 | 2012, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://pallas.revues.org/2571 ; DOI : 10.4000/pallas.2571

Haut de page

Auteur

Lucette Valensi

Institut d'études de l'Islam et des sociétés du Monde musulman
EHESS Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org